Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Cachez ces faits que je ne saurais voir !

Les affects, le visible et le dicible dans l’enquête en sciences sociales
Rémy Caveng et Fanny Darbus
Traduction(s) :
Hide those Facts I must not see! [en]
¡Cubrid esos hechos que no me atrevo a ver! [es]

Résumé

Contrairement à ce que l'on peut généralement observer dans les études quantitatives, pour lesquelles le terrain reste généralement comme une boîte noire dont la fermeture est une condition de la poursuite du travail scientifique, le retour réflexif et critique sur la recherche ethnographique est devenue une condition de sa validité. La littérature sur ce thème a amené les chercheurs à s'interroger sur les effets de leur présence sur les groupes qu'ils étudient. Certains ethnographes ont adopté une approche un peu moins classique, inversant la perspective en reconnaissant que l'ethnographie perturbe inévitablement les groupes qu’il étudie. Les retours réflexifs et critiques sont donc devenus une sorte d'exigence. Ce numéro est l'occasion d'élargir la perspective. Il montre que l'exclusion, la dissimulation ou même l'aveuglement de certains faits résultent effectivement de l'inconfort et de la mise en danger. Cet inconfort résulte d'une déstabilisation éthique, morale, émotionnelle, affective face à des situations qui offensent le sens de la justice et de la correction. Il s'agit donc de renouveler l'invitation à réintroduire les affects et les perturbations de l'enquête, tels que vécus par l'enquêteur.

Haut de page

Texte intégral

1À rebours de ce que l’on observe généralement au sujet des enquêtes quantitatives pour lesquelles, en dehors de quelques travaux (voir par exemple Peneff, 1988 ou Caveng, 2012), le terrain reste le plus souvent considéré comme une boîte noire dont la fermeture constitue une condition de la poursuite du travail scientifique (Latour, 1989), le retour réflexif et critique sur les opérations ethnographiques a été érigé comme une des conditions de leur validité (Schwartz, 1993 ; Beaud & Weber, 1997). La volumineuse littérature produite autour de cette thématique focalise l’attention des chercheurs notamment sur la question de ce qui se joue autour de leur présence au sein des groupes qu’ils étudient. Leurs pratiques et leurs discours seraient-ils identiques en leur absence ? Quelles perturbations introduisent-ils dans le milieu d’interconnaissance qu’ils étudient ? Ces perturbations sont-elles exploitables ? Peuvent-elles servir de révélateur et d’analyseur de faits qui sans elles seraient restés...

2À rebours de ce que l’on observe généralement au sujet des enquêtes quantitatives pour lesquelles, en dehors de quelques travaux (voir par exemple Peneff, 1988 ou Caveng, 2012), le terrain reste le plus souvent considéré comme une boîte noire dont la fermeture constitue une condition de la poursuite du travail scientifique (Latour, 1989), le retour réflexif et critique sur les opérations ethnographiques a été érigé comme une des conditions de leur validité (Schwartz, 1993 ; Beaud & Weber, 1997).

3La volumineuse littérature produite autour de cette thématique focalise l’attention des chercheurs notamment sur la question de ce qui se joue autour de leur présence au sein des groupes qu’ils étudient. Leurs pratiques et leurs discours seraient-ils identiques en leur absence ? Quelles perturbations introduisent-ils dans le milieu d’interconnaissance qu’ils étudient ? Ces perturbations sont-elles exploitables ? Peuvent-elles servir de révélateur et d’analyseur de faits qui sans elles seraient restés dans l’ombre ?

4De manière un peu moins classique, mais dans la continuité des travaux fondateurs et déjà anciens de Jeanne Favret-Saada (1977) et de Georges Devereux (1980), des ethnographes ont retourné la perspective prenant acte que l’ethnographie perturbait inévitablement celui qui la pratique. Comme l’écrit François Laplantine, « ce que vit le chercheur, dans sa relation à ses interlocuteurs (ce qu’il refoule ou ce qu’il sublime, ce qu’il déteste ou ce qu’il chérit) fait partie intégrante de sa recherche » (Laplantine, 1996, p. 23).

5Le retour réflexif et critique sur l’enquête ethnographique est ainsi devenu une sorte de passage obligé et a largement participé à sa légitimation dans le courant des années 1990 et n’a, depuis, cessé de connaître de nombreux développements (Cefaï, 2010). Il en est résulté une mise à l’index de la neutralité et de la notion de pureté méthodologique censée l’accompagner (Naudier & Simonet, 2011). Un consensus se fait donc autour de l’impossibilité de sortir le savant du champ de l’enquête et de la construction conjointe du sujet et de l’objet, dans la mesure où la relation d’enquête fait partie de l’objet (Elias, 1983). Pour autant, les déclarations d’intention ne suffisent généralement pas et cette démarche est loin d’être synonyme de mise au jour des conditions concrètes et détaillées du travail de production scientifique. Ces dernières sont rarement exposées au feu des projecteurs (Chapoulie, 2000), pour se protéger des critiques que générerait inévitablement leur dévoilement (Bourdieu, 1997) ou, plus prosaïquement, par incapacité à les objectiver. Ajoutons que, quand bien même une volonté de les dévoiler se manifesterait, elle serait bridée par les contraintes de format des publications académiques qui accordent bien peu de place à l’exposé des conditions d’enquêtes (Datchary & Jeanjean, 2013). Ceci se vérifie tout particulièrement s’agissant du rapport des chercheurs à leur terrain et de leur engagement, notamment émotionnel, auprès des enquêtés alors même qu’ils ont été largement investis et qu’ils constituent une condition de validité de leurs opérations empiriques et des constructions théoriques qu’elles permettent d’échafauder (Devereux, 1980 ; Memmi, 1999 ; Molinier, 2005).

6Forçons le trait : les chercheurs et chercheuses mentent, consciemment ou inconsciemment, par omission ou non, mais sincèrement, sur la manière dont les faits ont été observés, c’est-à-dire sur la manière dont certains faits ont marqué l’observateur menant ce dernier à les sélectionner parmi le flux constant de l’activité sociale, à les retenir comme significatifs, à les consigner dans son journal de terrain pour finir par les en extraire pour les interpréter au moment de l’analyse. C’est dire également qu’ils ne nous révèlent que peu de choses sur les processus par lesquels d’autres faits n’ont pas été sélectionnés, ni jugés significatifs et, a fortiori, aperçus (Caveng & Darbus, 2016) en raison même de la manière dont l’observateur en a été marqué, mais d’une autre façon. On pourrait dire que certains faits marquants subjectivement ne parviennent pas, en raison de processus se situant à des niveaux infra-conscients et infra-linguistiques, au statut de faits remarquables scientifiquement.

  • 1 On peut souligner ici à quel point les apports de ces mêmes professionnels du psychisme sont déterm (...)

7Il ne s’agit donc pas ici de pointer ou, pire, de dénoncer une volonté délibérée d’occultation ni une quelconque malhonnêteté scientifique. On souhaite avancer une autre explication. Il nous semble qu’en définitive, tout en y souscrivant, peu de chercheurs se sont saisis réellement de la perspective évoquée plus haut, quant à l’intérêt pour la production de connaissances, de la prise en compte des effets perturbateurs du terrain sur l’observateur. Passant rarement du constat d’une gêne émotionnelle, d’un rejet, d’un dégoût ou au contraire d’une fascination voire d’une attirance, à l’analyse de ce qui a pu générer ces états, les causes ultimes sont laissées hors du champ disciplinaire des sciences sociales, voire renvoyées aux professionnels du psychisme1. On peut voir là quelques effets de la crainte d’accusation d’égotisme méthodologique ou de nombrilisme introspectif et confessionnel par lequel l’observateur se lancerait « dans la ronde du “moi” » plaçant sa « subjectivité » au cœur de l’enquête au point d’en devenir l’objet principal (Olivier de Sardan, 2000). On peut y voir également les effets d’un refoulement des faits, pratiques, discours, acteurs qui, émotionnellement, perturbent trop l’observateur pour qu’il perçoive (ou estime) devoir (ou pouvoir) en rendre raison. Des faits qui affectent, mais sans raison en quelque sorte, tout du moins pour le sociologue ou l’anthropologue.

8Dans un article précédent consacré aux « résidus de l’enquête » (Caveng & Darbus, 2016) – part d’inexplicable que l’on renonce à interpréter et assumée comme telle par les ethnographes et, avant eux, par des praticiens de l’analyse quantitative au nom d’un « empirisme irréductible » (Schwartz, 1993) –, nous avancions quelques éléments d’explication s’agissant de la mise à l’écart de faits sans raison. L’idée était que les chercheurs évacuaient, ou ne percevaient pas, les acteurs, groupes, pratiques, discours, relations qui les mettaient en danger, et cela de plusieurs manières que l’analyse pourrait distinguer. Nous faisions alors l’hypothèse qu’une part de ce que les chercheurs ne voyaient pas ou qu’ils considéraient comme résiduel et impropre à l’interprétation était constituée de matériaux « inconfortables » en ce sens qu’ils dérangeaient des cadres théoriques établis et auxquels ils se raccrochaient. Ces perturbations de l’enquête généraient, de ce fait, un inconfort cognitif, symbolique, institutionnel et matériel. Les résidus renvoyaient à des cas inopérants, ceux avec lesquels la théorie ne fonctionne pas (Hamidi, 2012) et que l’on tend à mettre à l’abri de toute interprétation. Nous rejoignions en cela Daniel Bizeul (2007) qui soulignait que la pratique courante des chercheurs les conduit à des formes d’évitement du danger, sur les terrains risqués mais également dans le champ académique (qui n’est pas le moins risqué des lieux où évoluent les chercheurs !) comme, par exemple, le fait de dévoiler publiquement des pratiques sinon réprouvées par la communauté scientifique, mais tout du moins ne s’accordant guère avec l’expression obligatoire d’une certaine orthodoxie méthodologique (neutralité, distanciation, absence de jugements de valeur, sélection rationnelle ou au pire raisonnée des informateurs, etc.).

9Dans ce même article, Bizeul mobilisait la notion d’affrontement social pour décrire les situations dans lesquelles le chercheur se trouve en décalage important avec son terrain et les acteurs qu’il étudie (du point de vue des propriétés sociales, des manières de faire, de penser ou de ressentir).

Quand il fréquente un milieu auquel il est étranger, le chercheur est d’une certaine façon remis à sa place dans l’univers social. Il voit opposer à son esprit de recherche les frontières ordinaires de la vie collective. Sa démarche d’enquête implique en effet une forme de confrontation sociale, ou de choc culturel, propres à lui faire saisir son extériorité au milieu étudié. C’est là une première dimension de l’affrontement social. Celle-ci se double d’une seconde dimension, due au fait que le chercheur se trouve doté d’une ou plusieurs identités assorties aux perceptions mutuelles des divers groupes en présence. (Bizeul, 2007, p. 75)

  • 2 En dehors des travaux déjà cités de Favret-Saada et Naepels, deux grands classiques s’y sont attelé (...)

10De là peut découler le sentiment de n’y rien comprendre au monde que l’on cherche à étudier parce qu’on ne sait s’y comporter (Naepels, 2011, p. 19). De là peuvent également découler des sentiments de rejet, d’embarras et de dégoût, rarement exprimés, ne sachant quoi en faire, voir déniés. Perçus comme illégitimes, ils sont peu analysés et mobilisés dans la perspective de la production de connaissances. En dehors de cas notables, rares sont en effet les journaux de terrain où s’expriment les sentiments, en particulier négatifs, générés par les situations, les relations intersubjectives ou les affections du corps2 , et encore plus rare est leur mobilisation à des fins de connaissance.

  • 3 À sa suite, cette invitation est également formulée par Vinciane Despret (2001) ou Donna Haraway (2 (...)

11Ce dossier est l’occasion d’élargir la perspective que nous adoptions dans l’article de 2016. Les articles regroupés ici montrent que les mises à l’écart, les occultations voire la cécité à certains faits résultent bien d’un inconfort et d’une mise en danger mais ceux-ci ne se réduisent pas à une dimension théorique ou institutionnelle. Cet inconfort résulte d’une déstabilisation éthique, morale, émotionnelle, « affectuelle » face à des situations qui heurtent le sens de la justice et de la justesse, de ce qui se fait et ne se fait, de ce qui se dit et ne se dit pas, etc. Il s’agit donc de renouer avec l’invitation de Devereux à réintroduire les affects dans la recherche et ces symptômes qu’il nomme les perturbations dans l’enquête, tels que vécus par l’enquêteur, deux phénomènes qui, jusque-là, pouvaient être considérés comme en deçà voir indignes de la recherche et de la production scientifique3.

12Mais cette réintroduction ne peut avoir de portée heuristique qu’à la condition de rester ancrée dans le champ des sciences sociales, autrement dit à la condition de prendre en compte le fait que l’observateur est affecté, perturbé, dans ce qui le constitue socialement. Pour le dire autrement, embarras, dégoût, rejet, fascination, attirance, etc., doivent être saisis comme une réaction à une mise en danger dispositionnelle, comme une réaction à ce qui heurte violemment et profondément les manières de faire, de penser, de voir et de ressentir de l’observateur. Les phénomènes d’occultation, de déni, de mise à l’écart s’interprètent alors comme des réactions de protection des observateurs leur permettant de ne pas remettre en cause ce qu’ils sont socialement. De cette manière, ils peuvent perdurer dans un être social mis à l’abri de la rupture de la relation d’évidence que chacun entretient avec soi-même. Or tout ce que la tradition anthropologique démontre, c’est que la connaissance des mondes sociaux passe par la confrontation avec leur étrangeté et avec ce que cette étrangeté dérange en nous, soit par éloignement, soit par distanciation. Il convient alors non seulement de se laisser déranger mais également de mettre à profit ces dérangements émotionnels et moraux en objectivant leurs ressorts plutôt que de les enfouir dans les replis de la conscience ou de les considérer comme non significatifs ou non pertinents.

13Située à ce niveau, l’approche réflexive fait office d’hygiène méthodologique permettant de s’émanciper d’une vaine recherche de pureté épistémologique et de l’illusion du chercheur comme penseur omniscient et surplombant les situations (Bensa, 2008). L’exercice est évidemment compliqué puisque, comme déjà souligné, ces phénomènes se situent à des niveaux infra-conscients et infra-linguistiques, c’est-à-dire au niveau du corps lui-même, comme l’illustrent bien les dégoûts sensoriels, qu’ils soient produits par des visions ou des odeurs (Memmi, Raveneau & Taïeb, 2011, 2016). La rupture épistémologique ne passe plus alors uniquement par la mise à distance du sens commun des acteurs étudiés et de celui du chercheur mais par la prise en compte et l’objectivation des causes des réactions sensorielles qui doivent parvenir à être exprimées légitimement par le recours au langage ordinaire (e.g. « ça me dégoûte », « ça me choque », « c’est honteux », etc.) avant de trouver une traduction en langage plus analytique et de servir de levier pour la production de connaissances (« ça me dégoûte parce que ça heurte ce que je suis socialement et ça me donne accès à une dimension structurante de la pratique de mes enquêtés »).

14Outre les textes proposés par ce dossier et dont la présentation suit, un très bon exemple de ces logiques est fourni par un article de Valérie Rolle publié dans un numéro de la revue SociologieS consacré aux « ratés de l’enquête » (Rolle, 2017). L’auteure y évoque son retrait d’un terrain auprès d’un groupe de bikers suite au rejet des pratiques et des discours y prévalant. Dans un premier temps, l’auteure place la source émotionnelle de ce rejet sur le plan des rapports de sexe : le culte viriliste ainsi que l’expression d’une sexualité reléguant le corps des femmes au rang d’objet de consommation lui apparaissent comme les causes de son incapacité à se maintenir sur le terrain. Mais, par un retour réflexif sur la situation et ses ressorts, elle en vient à déplacer l’objet de ce rejet (elle parle de « retour du refoulé ») sur le plan des rapports de classe. Ce ne sont pas seulement les rapports de sexe qui agissent : la trajectoire ascendante de l’auteure issue des milieux populaires la porte en effet à rejeter les pratiques propres à ces mêmes milieux et dont les acteurs observés sont généralement issus. Ce n’est pas simplement le virilisme qui est rejeté mais son expression populaire. Il s’agit donc bien ici des effets d’un dégoût de classe se manifestant de manière émotionnelle et morale au niveau des perceptions corporelles et donc à un niveau infra-linguistique. L’objectivation des causes de ce dégoût mène ainsi l’auteure à enrichir l’analyse des pratiques des bikers saisies non plus seulement comme des pratiques genrées mais également comme des pratiques de classe.

15Le premier article du dossier propose de s’interroger sur la manière dont les conditions d’accès aux organisations conditionnent les connaissances que le sociologue est à même de produire sur leur fonctionnement quotidien. Mathilde Bourrier y interroge notamment les relations que le sociologue construit avec les acteurs de différentes organisations internationales (principalement l’Organisation Mondiale de la Santé) et leurs effets sur l’occultation de certains faits et relations entre acteurs. La reprise des carnets de terrain fait ainsi apparaître que nombre d’informations recueillies touchant à des tensions internes et à des jeux de pouvoir n’ont pas été exploitées jusqu’à la réflexion engagée pour l’écriture de l’article publié dans le dossier. Ces mises sous silence relèvent en partie de logiques propres aux conditions d’accès et de maintien sur le terrain et d’une sorte de prévenance institutionnelle portant à ménager sa propre recherche en ménageant l’organisation qui l’accueille. Elles relèvent également des filtres conceptuels de la sociologie des organisations. Mais de manière moins classique, Mathilde Bourrier montre que ce sont peut-être avant tout des sentiments à l’endroit des acteurs de l’organisation qui les ont déterminées. Son texte fait en particulier part de la crainte et de l’embarras qu’elle a éprouvés face à des informations (observations, propos recueillis, etc.) intrigantes et susceptibles de déstabiliser des acteurs envers lesquels elle éprouvait de l’empathie. Les logiques tendant à rendre invisibles et indicibles ces faits répondaient ainsi à une exigence morale de protection des acteurs au sein des jeux de pouvoir de l’organisation. D’une certaine façon, des pistes d’analyse n’ont pas été suivies parce qu’elles se présentaient à l’auteure comme potentiellement porteuses d’une trahison. Comme si l’analyse pouvait constituer une faute morale. Sous couvert d’une posture objectivante invitant à ne pas prendre pour argent comptant les discours des acteurs ou à en réduire la portée, l’auteure défendait sa propre intégrité morale occultant ainsi une part déterminante de l’action au sein des organisations et de l’action des organisations.

16Le deuxième article est construit à partir d’un retour réflexif sur une expérience ethnographique au sein d’une association indienne mapuche de Santiago du Chili. Anna Pomaro y montre que les réflexions des chercheurs sont habitées, au niveau inconscient, par toute une série d’a priori et de blocages qui influencent leur regard sur les choses, mais qui sont souvent effacés au niveau de l’analyse rationnelle. Dans la plupart des cas, ces éléments sont évacués du texte final comme non scientifiques, traces suspectes des réflexes irrationnels du chercheur. Elle montre que les choix du chercheur ne sont pas simplement le fruit de raisonnements transparents, mais aussi d’impensés ou de refoulements produits en réponse à des situations particulièrement angoissantes. Elle revient ainsi sur les principales impasses rencontrées lors de sa recherche, pour dévoiler les mécanismes d’évitement qu’elles ont induits, leurs effets sur la production des données, mais aussi le type de connaissance qu’on peut dégager, a posteriori. Il s’agit alors d’explorer le potentiel épistémologique du trouble et de ses effets pour la connaissance anthropologique à partir d’un aspect à la fois gênant et incontournable de son terrain : la référence à la tradition. Elle relie ses principaux choix méthodologiques aux situations qui ont représenté des sources de malaise et de perplexité, et qui ont produit à leur tour des réflexes d’évitement et de refoulement de certaines pistes de recherche. Le trouble, l’insécurité, le choc recouvrent des aspects problématiques de l’expérience d’enquête, qui ont tout intérêt à être interrogés, car ils peuvent jeter une lumière nouvelle sur certaines positions ou introduire à des questionnements inédits.

17Il est également question d’embarras du chercheur et de trouble moral dans le dernier article du dossier. À partir du récit d’une expérience de terrain en socio-anthropologie de la santé, Lise Dassieu propose une réflexion sur la place de matériaux empiriques pouvant être perçus comme atypiques, par le chercheur et/ou par les acteurs de terrain. Elle y relate sa rencontre avec le Dr Albert, médecin interrogé dans le cadre d’une recherche sur la prise en charge des usagers de drogues en médecine générale. Ce médecin fait l’objet d’accusations, émanant aussi bien de la part de patients que de confrères, de « médecin dealer », dont le travail se résumerait à la rédaction ininterrompue d’ordonnances de médicaments psychotropes. L’article démontre à quel point la rencontre avec ce médecin troublant à double titre a considérablement orienté la recherche. D’une part, celle-ci dérangeait d’autres acteurs de terrain, qui craignaient que ce cas n’entache la réputation des autres praticiens du réseau de prise en charge des toxicomanes. Mais il fut aussi dérangeant pour l’auteure en tant que chercheure, sur le plan de la déontologie professionnelle du sociologue : doit-on rendre visibles des pratiques qui apparaissent comme honteuses au risque de les valoriser ou au risque symétrique de les disqualifier alors qu’elles rendent un service dont les usagers ont besoin mais auquel ils ne pourraient accéder autrement ? La lecture du texte fait également apparaître que la déstabilisation face au cas du Dr Albert provient de la gène éprouvée lors de la visite à son cabinet, dont le journal de terrain souligne la vétusté, la saleté et le désordre. Gène également ou tout du moins désapprobation morale à l’encontre du Dr Albert lui-même face à son hexis (opposé au défaut de soin qu’il apporterait à son cabinet et à ses patients), à sa manière de catégoriser sa patientèle (« la cour des miracles ») ou encore à l’égard du rythme des consultations interprété comme signe de sa moralité ou plutôt de son immoralité de « médecin dealer ». Néanmoins, tenir compte de l’existence de ce médecin en objectivant les réactions qu’il suscitait et les raisons de ces dernières a révélé des logiques intrinsèques de l’espace local de prise en charge médicale de la toxicomanie. C’est parce que les pratiques du Dr Albert soulagent ses confrères d’une patientèle envahissante que son honneur et sa légitimité peuvent être mis en cause et que ceux des seconds sont saufs.

18Revenir sur les opérations pratiques (opérations de recherche, choix des terrains et des enquêtés) et intellectuelles (opérations de classification, d’interprétation, de théorisation) par lesquelles des faits, individus et groupes ont été inaperçus ou ont résisté à une énonciation claire permet ainsi de redécouvrir deux ensembles de « données » aux propriétés dissemblables : les unes paraissent trop encombrantes ou triviales tandis que les autres peuvent paraître insignifiantes car trop singulières. Mais, dans tous les cas, ce qui les caractérise c’est une charge émotionnelle et morale qui passe souvent par des affections du corps. Comme on l’affirme souvent sans en tirer totalement les conséquences, les « données » ne sont donc jamais données (ce jeu de mot fonctionnant d’ailleurs très mal dès lors qu’on quitte le français). Bruno Latour propose de les désigner comme des « obtenues » (Latour & Miranda, 2015). Peut-être vaudrait-il mieux les désigner comme des « captées » tant la constitution du matériau obéit à d’autres logiques qu’une simple intention d’obtention et tant elle est soumise aux dispositions de réception et de perception des chercheurs. Les connaissances sur le monde social sont donc générées selon les mêmes processus fondamentaux qui gouvernent à la production des connaissances ordinaires et la différence entre les deux ne se situe donc pas sur ce plan-là, mais sur celui de l’élucidation et de la prise en compte des conditions de constitution du matériau.

Haut de page

Bibliographie

Barley, N. (2001). Un anthropologue en déroute. Paris : Payot.

Beaud, S., & Weber, F. (1997). Guide de l’enquête de terrain. Paris : La Découverte.

Becker, H. (2002). Les ficelles du métier. Paris : La Découverte.

Bensa, A. (2008). Père de Pwädé. Retour sur une ethnologie au long cours. In A. Bensa, & D. Fassin (dir.). Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte, 19-39.

Bizeul, D. (2007). Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilités de l’observation directe. Revue française de science politique, 57(1), 69-89.

Bourdieu, P. (1997). Méditations pascaliennes. Paris : Seuil.

Caveng, R. (2012). La production des enquêtes quantitatives. Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1), 65-88.

Caveng, R., & Darbus, F. (2016). Unfit for Interpretation? A Second Look at Research Residuals. Bulletin de méthodologie sociologique, 131, 5-14.

Chapoulie, J.-M. (2000). Le travail de terrain, l’observation des actions et des interactions, et la sociologie. Sociétés contemporaines, 40(1), 5-27.

Cefaï, D. (2010). L’engagement ethnographique. Paris : Éditions de l’EHESS.

Datchary, C., & Jeanjean, A. (2013). La place du détail dans les chaînes d’écriture de l’ethnographe. In C. Datchary (dir.), Petit précis de méthodologie : le sens du détail dans les sciences sociales. Lormont : Le Bord de l’eau.

Despret, V. (2001). Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie des émotions. Paris : Les Empêcheurs de penser en rond.

Devereux, G. (1980). De l’angoisse à la méthode. Paris : Flammarion.

Elias, N. (1983). Engagement et distanciation. Paris : Fayard.

Favret-Saada, J. (1977). Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Favret-Saada, J., Contreras, J. (1981). Corps pour corps. Paris : Gallimard.

Hamidi, C. (2012). De quoi un cas est-il le cas ? Penser les cas limites. Politix, 100, 85-98.

Haraway, D. (2007). Manifeste cyborg et autres essais. Paris : Exils.

Laplantine, F. (1996). L’observation ethnographique. Paris : Nathan.

Latour, B. (1989). La science en action. Paris : La Découverte.

Latour, B., & Miranda, C. (2015). À métaphysique, métaphysique et demie ? L’enquête sur les modes d’existence forme-t-elle un système ? Les Temps modernes, 682, 72-85.

Malinowski, B. (1985). Journal d’ethnographe. Paris : Seuil.

Memmi, D. (1999). L’enquêteur enquêté. De la « connaissance par corps » dans l’entretien sociologique. Genèses, 35, 131-145.

Memmi, D., Raveneau, G., & Taïeb, E. (2011). Anatomie du dégoût. Ethnologie française, 41(1), 5-16.

Memmi, D., Raveneau, G., & Taïeb, E. (dir.) (2016). Le social à l’épreuve du dégoût. Rennes : PUR.

Molinier, P. (2005). Éditorial. Travailler, 14(2), 5-7.

Naepels, M. (1998). Une étrange étrangeté. Remarques sur la situation ethnographique. L’Homme, 148, 185-199.

Naepels, M. (2006). Note sur la justification dans la relation ethnographique. Genèses, 64, 110-123.

Naepels, M. (2011). Ethnographie, pragmatique, histoire. Paris : Publications de la Sorbonne.

Naudier, D., & Simonet, M. (2011). Des sociologues sans qualité. Paris : La Découverte.

Olivier de Sardan, O. (2000). Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain. Revue française de sociologie, 41(3), 423-425.

Peneff, J. (1988). The observers observed: French survey researchers at work. Social Problems, 35(5), 520-535.

Rabinow, P. (1988). Un ethnologue au Maroc. Paris : Hachette.

Rolle, V. (2017). Abandonner le terrain des bikers. Sociologies. [Online], Research experiments, Penser les ratés de terrain. Consulté à http://sociologies.revues.org/6094

Schwartz, O. (1993). L’empirisme irréductible. In N. Anderson. Le Hobo. Sociologie du Sans-abri (pp. 265-308). Paris : Nathan.

Wacquant, L. (2002). Corps et âme. Marseille : Agone.

Haut de page

Notes

1 On peut souligner ici à quel point les apports de ces mêmes professionnels du psychisme sont déterminants pour comprendre ce qui se joue socialement dans la relation de terrain et notamment pour saisir les ressorts psychiques socialement déterminés des perturbations que celle-ci génère chez l’observateur. Il est assez significatif que la référence tutélaire en la matière au sein des sciences sociales soit Georges Devereux, psychologue de son état, et que le retour analytique produit par Jeanne Favret-Saada suite à son terrain sur la sorcellerie dans le bocage fut entrepris en collaboration avec une psychanalyste (Favret-Saada & Contreras, 1981).
Parmi les exceptions, on peut ici faire mention de la réflexion menée par Michel Naepels sur le malaise produit par la relation ethnographique, sur les non-dits qui la parcourent et sur les sentiments intersubjectifs qu’elle génère (Naepels, 1998, 2006).

2 En dehors des travaux déjà cités de Favret-Saada et Naepels, deux grands classiques s’y sont attelés : le Journal d’ethnographe de Malinowski (1985) et Un ethnologue au Maroc de Rabinow (1988). On peut également citer les carnets de terrain de Loïc J.D. Wacquant qui s’efforce de réaliser ce qu’il désigne comme une « sociologie charnelle » (Wacquant, 2002), la déroute de Nigel Barley (2001) ou encore les ficelles d’Howard Becker (2002).

3 À sa suite, cette invitation est également formulée par Vinciane Despret (2001) ou Donna Haraway (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Caveng et Fanny Darbus, « Cachez ces faits que je ne saurais voir ! »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 11-4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1327

Haut de page

Auteurs

Rémy Caveng

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne, chercheur au CURAPP-ESS (UMR 7319, CNRS-UPJV) et chercheur associé au CESSP-CSE (UMR 8209, CNRS-EHESS-Université Paris 1), ses recherches actuelles se situent à l’intersection de la sociologie des faits économiques et de la sociologie des sciences et techniques. Elles portent sur les effets des relations entre scientifiques et industriels dans la structuration de la production et de l’offre en chimie du végétal.

Adresse : UPJV - UFR SHSP, 1 Chemin du Thil, CS 52501, FR-80025 Amiens Cedex 1 (France).
Courriel : remy.caveng[at]u-picardie.fr

Fanny Darbus

Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, chercheure au CENS (UMR 6025, CNRS-Université de Nantes) et chercheure associée au CESSP-CSE (UMR 8209, CNRS-EHESS-Université Paris 1), ses recherches actuelles portent sur la façon dont les positionnements, notamment les dégoûts, moraux sont produits socialement et participent à la délimitation des groupes sociaux les uns par rapport aux autres.

Adresse : Université de Nantes, Site Recteur Schmitt, Bâtiment F0, 23, rue Recteur Schmitt, BP 81227, FR-44312 Nantes Cedex 3 (France).
Courriel : fanny.darbus[at]univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals