Navigation – Plan du site
Varia

Une forme de littérature populaire marocaine

Les éphémérides
A form of popular literature in Morocco. The ephemerids
Una forma de literatura popular en Marruecos. Las ephemerides
Abdelaziz Boulifa, Jean-Pierre Poitou et Khalil Reggoug

Résumés

Les éphémérides en vente au Maroc auprès d’un public assidu, comportent trois calendriers : à côté du calendrier lunaire musulman, deux calendriers solaires, le calendrier grégorien officiel et le calendrier julien. Ce dernier est présenté avec ses subdivisions en 28 mansions (manâzil), tel qu’il est attesté dans le monde arabo-musulman, du Yémen jusqu’au Maghreb, comme calendrier agricole. Chaque feuillet quotidien est porteur d’un bref texte d’almanach. Le contenu des textes de deux éditions successives, pour les années 2001 et 2002, a été analysé. Il ressort de cette analyse que les deux principaux thèmes de cette littérature sont la religion et les soins de santé. Ils constituent à eux deux environ 25 % du contenu total. L’analyse du second thème permet de dégager certains traits d’une pharmacopée populaire relative à une cinquantaine de substances, principalement des plantes médicinales. C’est le seul aspect du contenu de ces éphémérides qui renvoie au monde rural et aux savoirs agricoles, qui constituent l’objet de la présente étude. On tire en effet de cette analyse quelques conclusions assez pessimistes sur l’évolution actuelle du système marocain de connaissances rurales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une version préliminaire de l’article avait été publiée dans la revue de Faculté des Lettres de Tét (...)

1Du point de vue de l’anthropologie des connaissances techniques, l’organisation de son travail impose au paysan une maîtrise cognitive élevée, pour laquelle le temps1 constitue une variable centrale, d’une haute complexité. Les cycles astronomiques, les cycles météorologiques et les cycles biologiques constituent des temps imbriqués, ou plutôt engrenés, mais néanmoins distincts, à quoi le paysan doit attacher ses actes techniques et lier ses décisions.

  • 2 Purement lunaire, le calendrier musulman contient 12 mois qui ont alternativement 30 et 29 jours, s (...)
  • 3 Jusqu’en 1582, on utilisait, dans le monde chrétien, le calendrier julien, institué par Jules César (...)

2Dans une vaste partie du monde musulman, deux calendriers sont en usage chez les ruraux : le calendrier lunaire2 et un calendrier solaire, le calendrier julien. En outre, au Maroc, comme dans le reste du Maghreb, le calendrier solaire grégorien3 rythme le temps politique et administratif, ainsi que les échanges internationaux. En effet, depuis le début du 20e siècle, avec l’instauration des tutelles française et espagnole sur l’administration marocaine, le calendrier solaire grégorien s’est imposé comme norme administrative dans la vie pratique quotidienne, tandis que le calendrier musulman demeure la référence dans les actes politiques solennels, outre les actes religieux. Enfin, le travail du paysan est organisé et rythmé par un calendrier solaire particulier, à quoi nous intéressons ici.

  • 4 La différence entre le mois du calendrier grégorien (dit aussi calendrier Ajami : des peuples non a (...)

3En effet, pour d’évidentes raisons biologiques, un calendrier solaire est mieux adapté à l’agriculture qu’un calendrier lunaire. Toutefois, il n’y a pas, dans la culture du paysan marocain, de séparation absolue entre les activités techniques et les préoccupations et pratiques religieuses. L’efficace de la décision et du geste technique dépend étroitement et doit-on dire, même fondamentalement, de dispositions et d’actes religieux. Ainsi, sur une aire géographique très vaste, du Yémen (Gast, 1987) au Maghreb (Bouchelkha, 1988) s’est perpétué l’usage d’un calendrier agricole solaire, fondé sur le calendrier julien, utilisé à des fins techniques conjointement avec le calendrier musulman lunaire. Ce calendrier a pour caractéristique, outre le décalage qu’il entretient avec le calendrier grégorien4, de manifester son origine latine par les noms des douze mois de l’année, comme on le constatera en comparant les première et troisième colonnes de l’annexe 2 (voir annexes en fin d’article).

  • 5 Voir aussi chez Bouchelkha (1988 et 2003), Bourilly (1932), Gast (1987) et Joly (1905).

4Ce qui le spécifie comme calendrier agricole est d’associer aux mois de l’année vingt-huit mansions (manâzil, singulier : manzila), à raison de sept par saisons, de 13 jours chacune, sauf pour la mansion : Al Jabha, qui compte 14 jours, du 18 à la fin de juillet. L’axe de la détermination de cette périodisation de l’année est constitué par les mouvements de la constellation des Pléiades (Gast, 1987). On trouvera le détail de ce découpage de l’année dans l’annexe 25 (voir annexes en fin d’article).

  • 6 Plusieurs éphémérides de ce type et de même format existaient au Maroc ; à titre d’exemple on citer (...)

5Les éphémérides, toujours vendues au Maroc, attestent cette multiple détermination des saisons et des jours, qu’elles présentent en synchronie quotidienne. Chaque année, l’édition de l’éphéméride publiée par l’Imprimerie moderne Hassan Tber à Casablanca, est épuisée en quelques semaines6.

6Au sujet de la popularité de cette forme de littérature, on peut poser les questions suivantes :

  • Que révèle l’analyse du contenu des textes qui sont offerts à la lecture pour chaque jour de l’année quant au public utilisateur de ces almanachs ?

  • En particulier la présence du calendrier agricole atteste-t-elle l’existence d’un lectorat rural et une utilisation technique agricole de ce décompte du temps ?

  • Que peut-on tirer de cette analyse quant à l’évolution de la culture rurale marocaine ?

  • 7 L’essentiel de cette exploitation informatique a été accompli par Khalil Reggoug.
  • 8 La traduction a été assurée par Khalil Reggoug et revue par Abdelaziz Boulifa.

7Pour éclairer ces questions, nous avons procédé à une analyse de contenu7 de deux livraisons successives, celle de l’année 2001 et celle de 2002, du calendrier Hassan Tber, à l’aide du logiciel d’analyse linguistique NOMINO développé par Pierre Plante (1995 ; Plante & Dumas, 1995) au Centre ATO (Analyse de Textes par Ordinateur) de l’Université du Québec à Montréal, au Canada. À cette fin, les libellés des feuilles des éphémérides ont été traduits en français8. En effet, on ne dispose pas d’une version de NOMINO pour la langue arabe. Puis nous avons examiné les fréquences d’occurrences des syntagmes nominaux. Bien entendu, il s’agit des noms français et de leur fréquence dans notre traduction. Toutefois, cette fréquence constitue une indication suffisamment valide de l’importance des divers thèmes pris en considération par les rédacteurs de l’almanach et reflète les préoccupations de leurs lecteurs, ou du moins la représentation que les rédacteurs se font des sujets qui intéressent leurs lecteurs. On pourra comparer cette thématique avec celles d’autres almanachs plus anciens publiés en français, notamment par Joly voici un siècle (Joly, 1905) pour un almanach marocain, et plus récemment par Gast (1987) pour un almanach yéménite.

Le décompte du temps

8On trouve chez Gast (1987) une recension étendue des principaux écrits anciens et contemporains sur le décompte du temps dans le monde musulman proche-oriental et méditerranéen.

9Dans les pratiques rurales, on trouve des techniques de mesure où l’espace et le temps servent mutuellement de mesure ou d’index l’un à l’autre. Ainsi, d’une part, le temps peut être employé comme support de la mesure de l’espace : la surface d’un champ est appréciée par le temps de travail avec, pour unité, la journée, déterminant des surfaces variables selon la difficulté du labour ; tandis que, d’autre part, l’espace est employé comme index de la mesure du temps : on détermine l’heure par la longueur de l’ombre (Boughali, 1974). Le calendrier publié par Joly en 1905 donne pour chacun des douze mois, les longueurs d’un « style » comptées en pieds (il s’agit non pas d’une mesure abstraite mais de la longueur du pied de chaque mesureur) pour la prière du dohr (mi-journée) et celle d’al’asr (fin d’après-midi) (Joly, 1905).

  • 9 Administration qui gère les affaires islamiques dont les biens concédés à des fondations religieuse (...)

10Pour le temps long et cyclique, on recourt à des méthodes moins empiriques et plus rigoureuses. Dans les mosquées des grandes villes, voire dans chaque mosquée, il y a un mouwakit, spécialiste du calcul du temps, versé dans la théologie qui collabore avec le Habous9, pour calculer et indiquer de manière rigoureuse l’horaire de la prière, jour et nuit, en fonction des mouvements du soleil et de la lune. Il s’agit de déterminer les heures de levers de la lune et du soleil, les mois, les saisons et leurs subdivisions (manâzil). Pour respecter l’impératif de la prière à l’heure juste, ont été développés des calculs à base de trigonométrie à l’aide de l’astrolabe, pour définir l’heure du lever (al-chourouk), du coucher (el-r’oroub) et du crépuscule (chafak ou rassak). La signalisation se faisait par drapeaux blancs ou l’émission de fumée blanche de paille brûlée (Ben Abdeljalil, 1999). À l’heure actuelle, une feuille officielle du calendrier hebdomadaire est distribuée spécialement dans les mosquées par les délégations (nidarat) du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Dans les villages, le calcul est décentralisé à partir du principal centre urbain le plus proche.

  • 10 Fqih (pluriel fokaha), dans ce contexte classiquement lettré religieux, parfois appelé aussi taleb.
  • 11 Hissah (ou tout simplement hissa), littéralement : portion, part. Le mot est utilisé comme synonyme (...)

11Plus couramment, aux 19e et 20e siècles, selon Lévi-Provençal, le lettré du village, fqih10 ou taleb, utilisait une éphéméride, imprimée à Fès, appelée le hissah (Lévi-Provençal, 1918 ; Bourrilly, 1932)11. En outre, selon Joly, on employait aussi un calendrier er- Ra’adiyah, les pronostics du tonnerre (Joly, 1905). Ces éphémérides, dont nous n’avons pas encore pu examiner d’exemple, présentaient aussi le calendrier julien pour les travaux agricoles.

Calendrier lunaire et calendrier solaire

12L’emploi d’un calendrier solaire aux fins de l’agriculture est signalé de longue date. Les avis des auteurs sont très partagés à la fois sur l’origine de ces mansions et sur leur système de référence. Pour Motylinski (1899), elles sont solaires à l’origine ; pour Rodinson (1962), elles seraient lunaires, puis auraient été adaptées au système solaire. Elles pourraient bien n’être ni « lunaires » ni « solaires » puisque ce système se suffit à lui-même. Car, chez les Yéménites, l’observation est essentiellement basée sur la position des Pléiades et leurs rapports avec les autres étoiles. Ceci n’a rien à voir avec un quelconque culte de la Lune, cette dernière n’entrant pas du tout en compte dans ce système. L’almanach de Yahya al’Ansi en est une bonne démonstration. Cependant, celui-ci utilise bien l’expression manâzil as-samsya (les mansions solaires) qui définit bien l’option qu’il a prise (Gast, 1987).

13L’utilisation des éphémérides et la connaissance complète des mansions étaient, semble-t-il, réservées au lettré du village. Coon (1931) dit :

n’avoir pu trouver personne qui connaisse assez bien les noms des manâzel pour qu’il puisse les transcrire, et en outre qui veuille bien les divulguer. [Cette connaissance] est réservée au fqih et à ses étudiants.

14Toutefois, comme les tâches dictées par le fqih sont récurrentes, Coon suppose que les paysans finissent par savoir le calendrier agricole. C’est aussi l’opinion de Bouchelkha (1988) :

Les connaissances et les savoirs des paysans viennent enrichir le savoir “classique” et écrit transmis par le fqih et ce par le moyen de dictons et de proverbes appropriés à chaque mansion, et par les enseignements pratiques résultats d’une longue expérience et des observations répétées qui ont fait leur preuve.

15Comme le remarque M. Benabdeljellil (1999), les savoirs pratiques du paysan lui fournissent de nombreux éléments empiriques pour la détermination du moment. Outre des connaissances astronomiques (rappelons l’importance signalée par Gast (1987) des mouvements des Pléiades dans la détermination des mansions), connaissances sans doute tombées aujourd’hui en désuétude, les observations météorologiques, zoologiques et botaniques servaient de base à une détermination efficace du temps. Toutefois, comme le confirme Bouchelkha (1988) :

le fqih… est souvent la seule personne à laquelle se réfèrent les paysans pour se renseigner sur l’entrée exacte de telle ou telle mansion. Il est d’ailleurs la seule personne qui connaît toutes les mansions de l’année agricole… à travers certains documents à caractère religieux. Il avait également le devoir d’informer la communauté villageoise des débuts de ces périodes. (1988)

16Ce que confirme également M. Benabdeljellil (1999) : le fqih au sermon du vendredi révèle les tâches agricoles de la semaine.

17Il faut en outre considérer l’importance de la connaissance d’une littérature orale paysanne qui venait compléter le savoir écrit détenu par les lettrés de village.

Les dictons associés aux manâzel : un « système à base de connaissances »

18L’expression « système à base de connaissances » provient des techniques informatiques et désigne une classe d’applications de l’Intelligence Artificielle (IA), telles que les systèmes experts (Hatchuel & Weil 1992 ; Fouet 1997). On peut la transposer en anthropologie des connaissances pour décrire la manière dont les savoirs sont organisés et articulés au sein d’une civilisation, en l’occurrence la culture rurale marocaine.

19Un système expert est une machine informatique destinée à répondre à des questions sur la conduite à tenir, aux actions à entreprendre dans des circonstances complexes faisant appel à des savoirs techniques. Un tel système se compose de trois éléments principaux : une base de connaissances ; une base de faits ; et un moteur d’inférence.

20Le premier élément contient, comme son nom l’indique, des énoncés relatifs à la technique, à l’ensemble de ce que les praticiens savent du domaine considéré. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agirait d’astronomie, de météorologie, de zoologie, de botanique et d’agronomie.

21Le deuxième contient les données factuelles disponibles sur un problème particulier que l’on se propose de traiter. Il doit contenir les conditions de mise en œuvre des opérations techniques, telles que les conditions temporelles, ou météorologiques, ainsi que les moyens et outillages disponibles.

22Enfin, le troisième est un élément dynamique, comme l’indique son nom de « moteur ». À partir des conditions actuelles, il sélectionne la ou les règles qu’il convient d’appliquer et indique l’action ou les actions qu’on doit entreprendre en conséquence.

Une littérature orale technique

23Westermarck (1930) souligne, dans son introduction, le caractère de « genre littéraire » des proverbes : tropes, figures, etc. Dans la section II de cette introduction, il précise les procédés proprement oraux de cette littérature : répétition antithèse, homophonies, rimes, assonances, allitération, rythme. Il souligne que cette littérature n’est pas la pure « voix du peuple » : « Les proverbes peuvent comporter des expressions qui ne se trouvent pas dans le parler indigène… ou, comme souvent dans les proverbes arabes qui ont été empruntés à la langue littéraire qui, à de nombreux égards, diffère des vernaculaires modernes. ». Ces échanges entre langue écrite et dictons montrent bien que l’on a affaire dans l’un et l’autre cas à des activités littéraires, chacune exploitant en fonction de ses contraintes propres les procédés stylistiques propres à les satisfaire. Plus récemment, El Attar (1999) recense et analyse les procédés stylistiques des proverbes marocains : répétition, assonance, rime, allitération.

  • 12 Le proverbe se distingue aussi bien par son contenu que par sa forme, qui facilitent sa mémorisatio (...)

24On a raison de considérer ces tours stylistiques comme des moyens mnémotechniques12. Mais, comme l’a parfaitement montré Rubin (1995), ces procédés ne sont pas seulement un moyen de conserver un énoncé en mémoire, en l’absence de support matériel ; ils sont aussi un moyen de produire de nouveaux énoncés construits selon un même paradigme, ou des paradigmes analogues. D’où les variantes qui ne sont pas des altérations d’un même texte, comparables aux diverses leçons d’un même manuscrit, mais des créations différentes autour d’un même thème. Elles relèvent donc de la variation, en tant que genre littéraire, et attestent non d’une tradition figée mais d’une production continue à travers une reproduction variée. On se reportera par exemple aux proverbes 941 à 951 et 952 à 956, cités par El Attar, pages 189 et 190 (El Attar, 1999).

25Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est que cette forme littéraire sert de dépôt à des connaissances techniques qui définissent des conditions relatives à la production agricole et les actions correspondantes à entreprendre.

26Pour caractériser la répartition des fonctions parmi les acteurs de la production et de la reproduction des savoirs ruraux, on peut dire que la littérature orale (proverbes, dictons, adages) ainsi que les connaissances pratiques des paysans constituent le patrimoine de connaissances des paysans, tandis que le fqih est simplement l’ordonnateur de la mise en œuvre de ces savoirs. Grâce à sa connaissance livresque du calendrier, il assure la détermination non de l’action à entreprendre mais du moment d’agir.

27Les almanachs, tels que celui décrit par Gast, donnaient pour leur part un aperçu écrit des connaissances paysannes : « Ces almanachs sont souvent accompagnés de dictons, excellents moyens pédagogiques pour fixer ce savoir populaire » (Gast, 1987). Il serait du plus haut intérêt de retrouver des exemplaires des almanachs anciens, tels que le Hissah imprimé à Fès (Lévi-Provençal, 1918 ; Bourrilly, 1932), ou er- Ra’adiyah, les pronostics du tonnerre (Joly, 1905). On pourrait aussi comparer les recommandations techniques fournies par les almanachs avec les traités agronomiques pour étudier les échanges entre deux séries de textes technologiques.

28Nous n’entrerons pas dans le détail d’une telle étude. Toutefois, voici quelques exemples, empruntés à Westermarck, afin de caractériser les dictons relatifs au calendrier agricole du point de vue de leurs fonctions cognitive et technologique.

29Considérons les trois dictons qu’il rapporte sous les numéros 1949, 1950 et 1951 (Westermarck, 1930). Ils exemplifient les trois principales fonctions du dicton, du point de vue technologique :

    • 13 Chaoula manzila (mansion) du 13 au 25 novembre du calendrier agricole (annexe 2 - voir annexes en f (...)

    l’énoncé d’un savoir : le dernier des trois dictons (1951) établit simplement une relation entre deux faits : « Le vent d’Est durant chaoula13 fait naître des vers dans le haricot » ;

  • le deuxième (1950) donne une valeur prédictive à une relation causale : « Si la pluie tombe durant chaoula, ne te soucie pas des provisions » ;

  • le n°1949 transforme cette relation causale en prescription de conduite : « Qui aime faire provisions de haricots doit les semer durant chaoula ».

30On peut considérer un recueil de dictons de ce genre, de même que le patrimoine proverbial d’un individu ou d’une collectivité, comme un système à base de connaissances au sens où l’entendent les spécialistes de l’Intelligence Artificielle : « Les bases de connaissances se composent en général d’énoncés du type “si A alors B” ou “tous les A sont des B” ; elles peuvent aussi contenir la description d’objets caractérisés par des attributs ou par des relations avec d’autres objets » (Hatchuel & Weil, 1992).

31À travers les dictons, notamment ceux consacrés à l’agriculture tels que Westermarck (1930, pp. 305-322) et El Attar (1999) les recensent, on saisit les énoncés formalisés par lesquels les connaissances techniques sont enregistrées et reproduites. En fait, il y aurait lieu d’étudier ces recueils de dictons agricoles, non comme une simple collection d’aphorismes techniques mais comme les énoncés élémentaires d’un texte dont on s’efforcerait de reconstituer l’ordonnance et la concaténation afin de retrouver le discours technologique qui les sous-tend.

32À travers les rituels, tels que Westermarck (1926) les restitue, on peut reconstituer l’ordonnancement des opérations et leurs conditions d’efficacité, particulièrement en reliant une à une les diverses actions propitiatoires destinées à assurer la Baraka (l’abondance du Dieu, bénédiction, grâce divine) dans chaque opération et sa circulation dans l’ensemble de la chaîne opératoire, où elle constitue un lien assurant et vérifiant l’efficace des pratiques techniques.

33En associant enfin la base de connaissances inscrite dans la littérature proverbiale et l’ordonnancement des opérations concaténées par la circulation de la Baraka, on restituerait le discours technique, autrement dit la technologie agricole des ruraux marocains.

  • 14 Cette éphéméride a été imaginée et créée à Fès, dans les années 1920-1930, par Driss Bouayad, un im (...)

34Pour l’heure présente, le contenu de l’éphéméride publiée à Casablanca, par l’imprimerie moderne Hassan Tber14, diffusée largement dans le Maroc, comporte toujours pour chaque jour la date du jour dans le calendrier julien, avec la mention des manâzel, à côté des dates dans les calendriers musulmans lunaire et solaire, grégorien. Est-ce à l’intention d’un public rural, de paysans actifs qu’est édité ce calendrier agricole ? Chaque feuillet quotidien comporte un court texte. L’étude du contenu de cet almanach nous dira s’il est encore support de connaissances agronomiques et instrument de l’organisation du travail paysan. En fait, comme on le verra, il n’en est plus rien, ce qui indique que le lectorat visé n’est plus rural.

Le calendrier agricole aujourd’hui

  • 15 El Hadj, personne qui a fait le pèlerinage à La Mecque.
  • 16 Jean-Pierre Poitou avait imaginé l’insertion de deux photos de l’éphéméride Bouayad, édition 2001 e (...)

35Nous avons étudié le contenu de deux éditions successives (2001 et 2002) du calendrier de l’imprimerie Hassan Tber. Ces éphémérides se présentent sur une feuille de carton, de 21 sur 30,5 cm, imprimée en polychromie, ornée d’une photographie du roi Mohammed V sur l’édition de 2001 et du pèlerinage à La Mecque pour l’édition de 2002, avec l’intitulé « L’éphéméride moderne : El Hadj15 Idriss Bouayad » (figure 1)16.

Figure 1. Un exemple de l’éphéméride du Haj Idriss Bouayad, marque déposée par l’Imprimerie moderne Hassan Tber (Casablanca)

Figure 1. Un exemple de l’éphéméride du Haj Idriss Bouayad, marque déposée par l’Imprimerie moderne Hassan Tber (Casablanca)

Source : http://conacentomarroqui.blogspot.com/​2016/​11/​blog-post_67.html.

36Les calendriers sont composés de feuillets détachables, un par jour de l’année, de 6 cm sur 9 cm. Le recto (figure 2) porte :

  • les trois dates du jour selon chaque calendrier grégorien, lunaire et julien ;

  • les heures des moments remarquables de la journée qui marquent les prières (les heures sont en chiffres européens mais se lisent de droite à gauche) ;

  • les corrections d’horaire à apporter selon les lieux, indiqués par certaines villes principales des différentes régions marocaines.

Figure 2. Recto d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002

Figure 2. Recto d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002

Source : calendrier Tber 2002 (Casablanca)

37La date du calendrier grégorien est en français, avec en outre le nom du mois traduit en arabe. La date du calendrier musulman est en arabe, avec le nom du mois transcrit en caractères latins, les chiffres sont européens. La date du calendrier julien est en arabe, avec aussi des chiffres européens. La mention agricole est signalée à côté du nom du mois, par exemple : janvier agricole. Outre les dénominations de jour dans chacun des trois calendriers, figurent, dans le bas du recto de chaque feuillet, d’autres renseignements : les noms des manâzel des périodes particulières (liyallismaiem, les saisons…), des signes zodiacaux (Al Borouj sing. borj), ou encore de brèves pensées… Le verso porte un texte : recette, dicton ou aphorisme (figure 3).

Figure 3. Verso d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002 et traduction du texte arabe

Figure 3. Verso d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002 et traduction du texte arabe

Source : calendrier Tber 2002 (Casablanca)

38La cardamome a été décrite dans la médecine ancienne comme facilitateur de la digestion, comme produit utile pour désintégrer les cailloux dans les reins, comme calmant du mal de tête et des douleurs du foie. Il est souhaitable de le prendre dans la soupe ou dans un potage.

39L’annexe 2 (voir annexes en fin d’article) présente la traduction de toutes les marques temporelles que comporte le calendrier Tber pour l’année 2002 :

  • date du jour dans les trois calendriers grégorien, musulman et julien (dit « agricole »),

  • noms des mansions,

  • signes du zodiaque,

  • autres périodisations : saisons, périodes de labour et phases particulières :

    • liaïli, « les nuits », période de 40 jours, caractérisée par le froid intense, qui paralyse toute activité agricole, du 12 dujanbir (décembre) au 20 yanaïr (janvier) ;

    • al houssoum, du 25 fibraïr (février) au 4 mars, période de huit jours et sept nuits, néfastes ;

    • nissane, du 27 abril au 3 mâyo (mai), période faste, dont les pluies sont bienfaisantes non seulement aux végétaux mais aussi aux animaux et aux humains (Westermarck, 1926), d’où la mention de l’éphéméride : « sa pluie est bénie » ;

    • al ansra, le 24 younyou (juin), où l’on fêtait le milieu de l’été (Westermarck, 1926) ;

    • smaim, période de 40 jours du 12 youlyouz (juillet) au 20 ghoucht (août), de chaleur intense, comme le rappelle l’éphéméride : « les 40 jours les plus chauds de l’année ».

40En comparant ce découpage annuel avec celui que donnait Westermarck voici trois quarts de siècle (Westermarck, 1926) et avec le calendrier yéménite publié par Gast (1987), on constate une grande stabilité dans les séquences temporelles et dans les dénominations, à travers le temps, pour la première comparaison et l’espace pour la seconde. L’éphéméride marocaine de 2002 est quasi complète. Elle omet deux manâzel : al dabeh, du 22 dujanbir (décembre) au 3 yanaïr (janvier) et cirfa’, du 14 au 26 ghoucht (août). Manque aussi un signe du zodiaque : la balance (al mizan). Pour le reste, entre ce que Westermarck publiait et notre éphéméride, il s’avère que, par l’écrit imprimé tout au moins, la connaissance du calendrier agricole est conservée. Nous verrons plus loin si, pour autant, elle est encore vivante.

Analyse de contenu des textes

41À l’aide du logiciel d’analyse du discours NOMINO (Plante, 1995), nous avons traité le corpus du vocabulaire des deux traductions françaises des éphémérides 2001 et 2002 du point de vue des fréquences d’occurrence des catégories lexicales des noms, des verbes, des adjectifs et des unités nominales complexes (syntagmes nominaux). Nous ne présenterons ici que les résultats relatifs aux noms, qui suffisent pour la présente étude. En effet, les autres catégories lexicales ne sont pas des indicateurs très fiables, compte tenu de l’hétérogénéité linguistique entre l’arabe, langue source, et le français qui n’est ici qu’un truchement entre la langue source et le programme d’analyse.

42Comme le montre le tableau 1, la traduction en français de l’ensemble des textes de l’éphéméride de 2001 et celle des textes de 2002 comportent environ le même nombre de mots, toutes catégories confondues, soit respectivement 8349 et 7746. On s’assurera de même que les différentes catégories lexicales sont aussi fréquentes dans un corpus que dans l’autre et qu’elles représentent sensiblement autant de formes différentes, le nombre de répétitions d’une même forme est en moyenne aussi grand dans un corpus que dans l’autre. Ainsi il y a 65 adverbes différents dans le corpus 2001 et 67 dans celui de 2002, tandis que le nombre d’utilisations d’une forme adverbiale est de 536 dans le premier et de 488 dans l’autre. Ce qui signifie qu’en moyenne un adverbe est utilisé 8,25 fois (soit 536/65) dans le corpus 2001 et 7,3 fois dans celui de 2002. Les deux corpus sont donc sensiblement comparables l’un à l’autre.

Tableau 1. Fréquences d’occurrence des diverses catégories lexicales dans le corpus textuel de l’éphéméride de 2001 et dans celui de 2002

Catégories lexicales

2001

2002

Unités

Formes

Unités

Formes

verbes

1613

484

1334

448

adjectifs

1140

310

1079

300

adverbes

536

65

488

67

noms

5060

1476

4845

1369

Total

8349

2335

7746

2184

43Toutefois, si d’un point de vue lexicométrique, les deux corpus sont analogues, peu de textes se retrouvent de l’un à l’autre. On doit donc supposer que les éditeurs disposent d’un vaste ensemble de textes qu’ils ventilent d’une manière sinon franchement aléatoire, du moins nullement systématique, sur les jours de l’année.

44Nous avons ensuite réparti les syntagmes nominaux de chaque corpus en catégories sémantiques. Ces catégories et la répartition ont été faites de manière assez intuitive, en se fondant sur le contexte dans lequel chaque mot apparaît. Il s’agit là d’un tri relativement grossier mais, comme nous allons le montrer avec les tableaux 2 et 3, il caractérise de façon satisfaisante le contenu des corpus. Une catégorisation plus fine aurait sans doute nuancé l’analyse mais elle n’en aurait pas changé les aspects principaux, très vigoureusement affirmés.

Tableau 2. Répartition des noms du corpus 2001 dans les cinq catégories sémantiques principales

2001

Formes nominales

Total

Religion

Corps

Alimentation

Santé

Agriculture

Nombre de formes

29

28

35

25

3

118

Nombre

d’occurrences

638

143

136

112

6

1015

 % sur 5060 occurrences

15 %

3,5 %

3,3 %

2,7 %

0,15 %

24,6 %

Nombre moyen d’occurrences par forme

22,9

5,11

3,9

4,5

2

8,6

Tableau 3. Répartition des noms du corpus 2002 dans les cinq catégories sémantiques principales

2002

Catégories de formes nominales

Total

Religion

Corps

Alimentation

Santé

Agriculture

Nombre de formes

39

26

47

56

14

182

Nombre d’occurrences

592

165

161

189

41

1148

% sur 4845 occurrences

12,2%

3,4%

3,3%

3,9%

0,85%

23,7

Nombre moyen d’occurrences par forme

15,2

6,3

3,4

3,4

2,9

6,3

45Quatre catégories ont été retenues dans ces tableaux 2 et 3 : la religion, le corps, l’alimentation, la santé et l’agriculture.

46Nous avons retenu la dernière catégorie, l’agriculture, pour répondre à une de nos préoccupations : les lecteurs visés par les rédacteurs et les éditeurs de ces éphémérides sont-ils des agriculteurs, ou au moins des ruraux ? Les quatre autres catégories s’imposent d’elles-mêmes comme les plus nombreuses, puisqu’elles représentent plus de 20 % des occurrences nominales. On pourrait d’ailleurs les ramener à deux, puisqu’en fait corps, alimentation et santé sont réunis dans une préoccupation unique d’ordre médical et hygiénique. Dans la catégorie alimentation, on trouve de nombreux noms de plantes que nous n’avons pas rangés dans la catégorie agriculture, car ces plantes ne sont citées que pour leurs vertus médicinales ou alimentaires. Nous reviendrons sur ce point dans la discussion finale. Ainsi, en 2001, on dénombre dans la catégorie religion 29 mots différents qui à eux tous apparaissent 638 fois. Sachant qu’en 2001, il y a dans le corpus 5060 occurrences de formes nominales, on peut calculer que les mots qui renvoient au champ sémantique de la religion représentent à eux seuls 15 % de ce total des occurrences nominales dans ce corpus. De la même façon, on peut calculer qu’ils représentent 12,2 % des occurrences nominales dans le corpus 2002. Si l’on rapporte le nombre de formes nominales relevant du religieux, au nombre total de leurs occurrences dans le corpus, on peut calculer qu’en moyenne, dans le cas du corpus 2001, un mot de cette catégorie est répété 22,9 fois et 15,2 fois en 2002. Ce qui indique une forte récurrence des termes de cette catégorie et, à cet égard, une forte redondance du discours. Ce même rapport est bien inférieur dans les autres catégories – de l’ordre de quatre à cinq fois moins.

47Si l’on regroupe les catégories du corps, de la santé et de l’alimentation, on constate qu’elles totalisent en 2001, 9,5 % et en 2002, 10,6 % des occurrences.

48Cette analyse sommaire du contenu des textes des deux éphémérides indique de façon suffisante que le principal discours y est d’ordre religieux, fait de préceptes moraux adressés au croyant, suivi par un discours médical et sanitaire, fait essentiellement de recettes de médecine par les simples recommandations d’hygiène alimentaire. Il n’y a pratiquement rien de l’ordre des techniques agricoles et de la vie rurale, hormis l’indication du début et de la fin des labours. Encore moins sur ce qui concerne le politique au sens large, c’est-à-dire les institutions nationales et leur fonctionnement. Le lecteur visé par ces textes ne s’y présente donc pas comme un citadin, ni comme un paysan vivant sur et de la terre, mais plutôt comme un acquéreur d’origine rurale résidant dans un centre urbain, attaché aux pratiques religieuses, d’une part, et aux usages et techniques médicales fondées sur l’hygiène alimentaire et les traitements par les plantes, d’autre part.

Place des manâzel dans la culture rurale d’aujourd’hui

49Au cours de nos entretiens au Maroc (Boulifa, 2005) avec une dizaine de ruraux et de ruraux urbanisés, nous avons pu constater, parmi nos interlocuteurs, âgés de trente à quarante ans, les points suivants :

  • ils avaient connaissance de l’existence d’un calendrier agricole, différent des calendriers musulmans et grégorien ;

  • ils connaissaient approximativement l’organisation en mansion de 13 jours, ainsi que les périodes de quarante jours (liyalli et smaiem), mais tous ne connaissaient pas la base solaire du calendrier agricole ;

  • la similitude étymologique des noms de mois entre le calendrier grégorien officiel et le calendrier agricole ne leur apparaissait généralement pas, même si on la leur faisait observer et, en conséquence, ils ne soupçonnaient pas l’origine latine de ces noms de mois ;

  • si certains d’entre eux savaient nommer les mois du calendrier julien, aucun n’était capable de réciter la liste complète et bien ordonnée, des mansions du calendrier agricole ;

  • seul l’un d’eux, chauffeur de taxi, agriculteur fils d’agriculteur, fut capable de citer une série incomplète mais dans le bon ordre d’une douzaine de manâzel ;

    • 17 Généralement des vieillards, une seule vieille femme, un peu possédée, est citée parmi ces experts (...)

    ils considéraient que ces connaissances étaient à peu près complètement en désuétude, qu’elles étaient encore possédées par une ou deux personnes17 très âgées dans leur village d’origine.

  • 18 Entretiens réalisés avec la précieuse assistance de M. Bejjaj.
  • 19 Cheikh fellaha : suivant la tradition un sage arbitre agricole (expert et évaluateur souvent bénévo (...)
  • 20 « Celui qui laboure le plus tôt, est le plus fructueux », « le père répartit les tâches entre ses e (...)

50Quatre interlocuteurs plus âgés18, sexagénaires et réputés être cheikh fellaha19, se montrent capables de réciter assez complètement et exactement une suite d’une quinzaine de mansions et de citer des proverbes20, mais sans connexion précise avec les mansions. Ils affirment que les paysans, du moins les plus expérimentés, connaissaient leur calendrier agricole, aussi bien sinon mieux que les foqaha, du point de vue des opérations à accomplir durant chaque manzila, mais qu’ils recourraient au fqih pour déterminer exactement le début et la fin de chaque mansion. Ceci corrobore les observations anciennes de Coon (1931).

51Ceci confirme aussi notre analyse du contenu des éphémérides. Dans cette littérature populaire et très simple, l’absence de références et de matière proprement agricoles, associées au calendrier agricole, correspond à la quasi-ignorance de ce dernier chez les ruraux d’aujourd’hui, du moins chez ceux que nous avons pu interroger sur ce sujet. Il reste cependant, dans la littérature des éphémérides, une part importante accordée à la médecine traditionnelle par les plantes. Nous allons dans la section suivante en analyser plus particulièrement le contenu.

52Notons auparavant quelques points relatifs à la distribution et à la diffusion de ces éphémérides. En effet, dans quelques entretiens complémentaires menés à Tétouan (par Abdelaziz Boulifa), il apparaît que la distribution des éphémérides ne suit pas le circuit ordinaire des livres et des journaux. Les libraires et les revendeurs de Tétouan s’approvisionnent localement en éphémérides chez les grossistes de produits divers, d’alimentation et de quincaillerie (produits en plastique, ustensiles de cuisine, etc.). Un vendeur de livres et de journaux nous a confirmé que la majorité de ses clients semi-détaillants et lettrés dans ce domaine sont d’origine montagnarde (zone de Chefchaouen, en particulier). En plus des éphémérides modernes, il commercialise – mais à un degré moindre – des éphémérides de l’Aube. Un autre informateur a ajouté que les éphémérides se vendent aussi dans les souks ruraux. Les paysans peuvent aussi obtenir des exemplaires de la ville, sur demande, par l’intermédiaire des amis urbanisés qui fréquentent souvent les souks ou les douars. Parmi les personnes qui s’attachent à acquérir annuellement un exemplaire des éphémérides, les foqaha, en particulier ceux des zones enclavées. Outre les calendriers, les textes qui les accompagnent dans les éphémérides constituent l’un des mobiles d’achat.

53Il apparaît ainsi, au moins dans le cas tétouanais, que la diffusion se fait dans une large mesure en milieu rural et que la distribution est assurée en dehors des circuits de la librairie et de la presse, dans le circuit des biens de consommation domestiques et jusque dans les marchés ruraux. Comment rendre compte de cette importante diffusion rurale d’une forme de littérature qui n’a plus de contenu relatif à l’agriculture ? En dehors de l’aspect purement pratique de la chronologie annuelle, est-ce le contenu moral et religieux des textes ou est-ce plutôt leur composante médicinale qui constitue leur attrait ? Examinons d’abord le contenu de cette dernière.

La flore médicinale vue à travers les textes de l’éphéméride

54On voit dans le tableau 4 que cinquante et un remèdes sont cités dans les deux éphémérides, dont 17 ne sont cités qu’en 2001 et 14 seulement en 2002. Parmi les 51 remèdes cités dans les deux éphémérides, neuf seulement sont indiqués pour les mêmes maladies ou affections. Le tableau 5 précise ces indications qui ne concernent que 13 maladies.

Tableau 4. Répartition des 51 noms de remèdes dans les deux éphémérides

51 remèdes cités

en 2001

en 2002

en 2001 et 2002

abricot

basilic

ail

aloès

cardamome

amande

cannelle

concombre

camomille

charbon

harmale

céleri

citron

laitue

chou

coing

lin

datte

cumin

oignon

œuf

iris

orge

eucalyptus

navet

persil

fenouil

oreille de souris

poire

goudron

piment rouge

pomme

lait

pin

riz

légume

romarin

safran

mélochie

roseau

thym

menthe

saumon

miel

trigonelle

muscade

vinaigre

orange

osier

pois chiche

radis

Total

17

14

20

Tableau 5. Remèdes cités dans les deux éphémérides avec les mêmes prescriptions

Remèdes

Maladies

eucalyptus

malaria, poumons, toux, gorge

ail

dents, poumons

camomille

digestion, foie

goudron

estomac

mélochie

dermatoses

menthe

haleine

miel

toux, gorge

muscade

estomac

osier

foie

55Il y a donc une grande diversité de la pharmacopée, une grande hétérogénéité des indications, une faible redondance entre les deux éphémérides et une très faible cohérence entre eux. On n’observe en outre nulle relation systématique entre les dates du calendrier et les textes. Il semble que les textes soient puisés dans une collection très vaste et distribués au hasard à travers les jours de l’année. On peut penser que ce corpus de réserve comprend, ou comprenait, des dictons ou recettes d’ordre agronomique, tombés en désuétude mais conservés par les éditeurs. Nous y reviendrons.

56Le tableau 6 indique, pour chaque catégorie de maladie ou d’affection, le nombre de remèdes qui sont proposés par les deux éphémérides. On observe que les remèdes proposés sont peu spécifiques, puisque de nombreux remèdes sont proposés pour une même affection. Toutefois, on peut considérer d’une autre manière le nombre de remèdes proposés pour chaque catégorie d’affection. Plus ce nombre est élevé, plus la maladie à laquelle ils répondent est importante ou jugée importante pour le public lecteur des éphémérides. On constaterait alors que les maux de dents, les affections des yeux, les maladies du foie, de la peau, les maux de reins, les calculs rénaux ou vésiculaires, les maux d’estomac et de tête sont les plus pénibles ou les plus préoccupants pour les utilisateurs des éphémérides.

Tableau 6. Nombre de remèdes prescrits dans les deux éphémérides pour chaque catégorie d’affection

Maladies ou organes

Nombre de remèdes

Maladies ou organes

Nombre de remèdes

dentition

11

os

3

œil, conjonctivite

9

vomissement

3

foie

7

vue

3

dermatoses (peau)

6

bouche, stomatite

2

reins gonflés, froids

6

enflure

2

calculs rénaux, vésiculaires

5

hémorroïdes

2

estomac

5

maladies pulmonaires

2

migraine

5

rétention urinaire

2

digestion

4

rhumatismes

2

glande thyroïde

4

antidote général

1

insomnie

4

artériosclérose

1

troubles neurologiques

4

constipation

1

toux, gorge

4

fatigue

1

vitamines

4

fortifiant

1

cœur

3

maladies intestinales

1

gerçures

3

malaria

1

haleine

3

mémoire

1

hypertension

3

57Le tableau 7 présente le spectre thérapeutique de chaque remède, c’est-à-dire le nombre de maladies ou d’affections qui peuvent être traitées avec son aide. On constate que ce spectre est relativement étendu, puisque 60 % des remèdes sont invoqués pour plus d’une maladie. Ce qui confirme la faible spécificité de ces indications. L’annexe 1 (voir annexes en fin d’article) montre les relations entre les remèdes et les 35 maladies contre lesquelles ils peuvent être utilisés.

Tableau 7. Spectre thérapeutique, ou nombre d’affections dans les deux éphémérides susceptibles d’être traitées par chaque remède

Remèdes

Nombre de prescriptions

Remèdes

Nombre de prescriptions

miel

9

saumon

2

camomille

8

thym

2

ail

7

vinaigre

2

menthe

5

abricot

1

radis

5

aloès

1

cardamome

4

cannelle

1

céleri

4

charbon

1

chou

4

citron

1

eucalyptus

4

coing

1

lait

4

datte

1

cumin

3

harmale

1

laitue

3

légume

1

orange

3

lin

1

amande

2

mélochie

1

basilic

2

muscade

1

concombre

2

navet

1

œuf

2

oignon

1

fenouil

2

orge

1

goudron

2

oreille de souris

1

iris

2

osier

1

persil

2

piment rouge

1

poire

2

pin

1

pois chiche

2

romarin

1

pomme

2

roseau

1

riz

2

trigonelle

1

safran

2

Conclusion : le système à base de connaissances dans la culture rurale

58Nous avons proposé en introduction une métaphore informatique pour décrire l’organisation sociale des connaissances et des pratiques techniques. On peut à présent reprendre cette image, pour situer les éphémérides et les manâzel dans l’organisation sociale des savoirs ruraux au Maroc.

59La culture paysanne articulait la mise en œuvre des connaissances au sein d’une division du travail au village. D’une part, la technologie agricole constituait une base de connaissances, répartie inégalement entre les paysans, depuis les plus savants, tels les chioukh fellaha, jusqu’aux adolescents qui débutaient dans le métier, dès qu’ils étaient assez robustes. Ces connaissances étaient conservées et transmises dans une grande mesure sous des formes pratiques et empiriques, d’une part, et d’autre part aussi sous la forme de la littérature orale constituée par les dictons. D’autre part, les observations relatives au temps saisonnier, à la situation météorologique, à l’état des sols, à l’avancement de la maturation des plantations, etc., étaient caractérisées, cataloguées et interprétées dans une large mesure aussi grâce aux dictons, pour constituer une base de faits pour guider l’action. Enfin, l’inférence du cours d’action à partir des conditions actuelles et des règles de mise en œuvre des connaissances techniques, dépendait du calcul du temps et incombait au fqih, lettré ayant accès au savoir inscrit dans les almanachs, qui lui permettait de définir précisément les conditions temporelles.

60Présentement, ce système à base de connaissances, cette construction sociale que nous venons de décrire, est dans une extrêmement grande mesure dissocié (Boulifa, 2005). Le calendrier agricole, fondé sur le calendrier julien et les mansions, est certes toujours attesté dans les éphémérides mais c’est un élément du passé qui lutte pour sa persistance. Il est désuet, comme le montrent l’analyse de contenu que nous avons présentée et les entretiens que nous avons menés auprès de ruraux. Il est manifeste que les éphémérides actuelles ne sont pas rédigées à l’intention d’agriculteurs en activité mais tout au plus à l’intention de ruraux plus ou moins urbanisés. Il résulte de nos entretiens que si les savoirs constitutifs de la base de connaissances ne sont pas tous dissipés, en revanche le moteur d’inférence, tel qu’il se réalisait à travers la connaissance des manâzel et des dictons agricoles, est dissocié. Enfin, les foqaha ne semblent plus en mesure de participer à son fonctionnement ni d’en assurer la transmission.

61Pour expliquer cette évolution, on peut invoquer plusieurs raisons.

62Sur un plan très général, l’exode rural et, a fortiori, l’exil à l’étranger, même temporaire, coupent les jeunes hommes de leurs aînés et de leurs racines rurales, d’où la désuétude et la déshérence des connaissances constitutives de patrimoine culturel technique rural.

63Sur un plan plus technique, il y a un changement dans les pratiques agricoles dues aux mutations successives et brutales que connaissent les différentes phases du cycle agricole : réceptivité des ruraux aux techniques nouvelles telles que les semences sélectionnées, régénérées ou prématurées, utilisation des produits phytosanitaires et divers engrais, recours à la traction mécanique, au salariat et à l’assistance des techniciens. La relative indépendance de ces techniques à l’égard des contraintes temporelles et saisonnières enlève de la pertinence à la science du calendrier agricole. Un de nos interlocuteurs notait que beaucoup de cultures précoces et d’arrière-saison ne sont plus pratiquées, d’où, selon lui, l’oubli progressif des manâzel qui les concernent. L’abandon de certaines pratiques techniques entraîne la désuétude de connaissances correspondantes, recours à des ressources extra-agricoles et le cas échéant à l’émigration vers des villes ou à l’étranger, d’autant plus radicalement que les générations actuelles, par l’effet de l’exil ou de l’exode, sont coupées des générations qui auraient pu leur transmettre ces dernières. D’autre part, selon un autre de nos interlocuteurs, la formation des foqaha s’est progressivement restreinte aux seules connaissances nécessaires à l’enseignement religieux élémentaire, d’où la perte progressive de connaissances techniques agricoles, notamment celles dans lesquelles le calcul du temps intervient. Enfin, certains ruraux ne s’efforcent plus d’assurer le transfert du savoir-faire oral et pratique aux jeunes.

64Il semble qu’il en aille de même pour les connaissances paysannes en matière de pharmacopée naturelle. Le Pr. Jamal Bellakhdar nous précisait :

Il est certain, en tout cas, qu’on peut observer aujourd’hui dans les campagnes marocaines un phénomène grandissant de désapprentissage par rapport aux savoirs naturalistes anciens et à une importante perte de substance des connaissances issues de la tradition, notamment du fait de l’exode rural et des avancées de l’école publique, de la modernité et de la culture occidentale. Je l’ai observé souvent dans le champ de l’ethnobotanique et j’en parle abondamment dans mes ouvrages (Bellakhdar, 2003). Cela entraîne, outre l’appauvrissement des savoirs traditionnels, leur pollution par des infiltrations de connaissances de type moderne, ou, plus grave encore, par des croyances irrationnelles d’inspiration occidentale. Si on prend, par exemple, le cas de la phytothérapie, on trouve aujourd’hui chez les herboristes traditionnels, des plantes et des usages qui n’ont aucune origine traditionnelle et qui sont issus de livres étrangers, du type de celui de Rika Zaraï, beaucoup plus que de livres étrangers bien documentés, car évidemment ce sont les livres les moins sérieux qui terminent leur vie dans les grandes braderies. De plus, les herboristes sont souvent aujourd’hui des jeunes gens qui savent lire et écrire le français et qui, de ce fait, sont très perméables à tout ce que peuvent leur dire des clients marocains occidentalisés, des touristes, etc.
Un cas typique est celui de l’eucalyptus que vous avez rencontré dans des éphémérides populaires mais dont l’usage en médecine n’a rien de traditionnel au Maroc car cette espèce, d’origine australienne, n’y a été introduite que vers 1920. Un autre exemple est celui du fard traditionnel : tous les herboristes, notamment à Marrakech et à Agadir, vous diront qu’il est tiré du coquelicot (ce qui est faux car il était autrefois fabriqué à partir de la fleur de carthame) parce que les touristes ont véhiculé cette croyance ; vérification faite, on retrouve cette affirmation dans tous les guides et manuels pour touristes… Les herboristes marocains ne savent donc eux-mêmes plus d’où ce fard était tiré autrefois, parce que le produit qu’ils vendent aujourd’hui est un colorant synthétique qu’ils achètent à des grossistes. (Bellakhdar, 2005)

65Il s’avère donc que, dépourvus de toute valeur prescriptive en matière d’activité technique agricole, les éphémérides que nous avons étudiées offrent encore des indications en matière de pharmacopée naturelle, qui expliqueraient une part de la faveur dont elles jouissent auprès d’un public rural qui s’est à présent défait, ou est en voie de se défaire de ses pratiques et connaissances agricoles anciennes, ainsi que de ses connaissances naturalistes anciennes. Pour le reste, soit la majeure partie – les trois quarts – de leur contenu, ce seraient les considérations morales et religieuses qui en feraient l’attrait auprès des lecteurs et utilisateurs ruraux. En d’autres termes, ces almanachs auraient quasi totalement perdu leur caractère technique agronomique et seraient devenus une forme de littérature populaire.

66Si donc, comme il y a lieu de le craindre, l’essentiel du savoir rural, dans ses formes pratiques et orales, a disparu avec l’avant-dernière génération de paysans, en revanche, on peut encore espérer qu’il se trouve préservé dans ses formes écrites, consignées dans les almanachs et les éphémérides.

67Nous n’avons pas perdu l’espoir d’obtenir des imprimeurs des éphémérides contemporains l’accès à leurs archives et ainsi la possibilité d’étendre le corpus du contenu des almanachs. Nous avons noté plus haut (section 3), l’hétérogénéité des textes paramédicaux de nos deux éphémérides. Nous avons inféré de cette diversité que les textes sont extraits – un peu au hasard – d’un corpus très vaste où l’on puise chaque année de quoi rédiger les notules quotidiennes de chaque éphéméride. S’il en est bien ainsi, il n’est peut-être pas vain d’espérer retrouver des textes désuets, à contenu agronomique, qui auraient été utilisés jadis, lorsque le calendrier agricole était en usage technique actif. Peut-on aussi espérer retrouver chez des imprimeurs fassi des exemplaires, ou encore les pierres lithographiques des almanachs tels que le Hissah (Lévi-Provençal, 1918 ; Bourrilly, 1932) ou encore er- Ra’adiyah (Joly, 1905) ? Rien n’est moins sûr, bien entendu. Mais la chose vaut d’être tentée pour éventuellement compléter notre connaissance d’une littérature populaire porteuse de connaissances dont la pertinence, en termes de développement durable, n’est peut-être pas à négliger totalement.

Nous remercions très chaleureusement la famille de Jean-Pierre Poitou pour nous avoir autorisés et même encouragés à publier cet article laissé longtemps incomplet. Le comité de rédaction tient à souligner la qualité de la relecture et l’appui de MM. Boulifa et Reggoug qui ont permis de finaliser cet article avec soin.

Haut de page

Bibliographie

Bellakhdar, J. (2003). Le Maghreb à travers ses plantes. Plantes, productions végétales et traditions au Maghreb. Casablanca : Le Fennec.

Bellakhdar, J. (2005). Pharmacopée et connaissances naturalistes marocaines (courrier électronique à J.-P. Poitou).

Benabdeljelil, M. (1999). J.-P. Poitou. Rabat, Maroc : entretien.

Bouchelkha, M. (1988). Savoirs paysans et activités agro-pastorales au Maroc. Colloque du Groupe Pluridisciplinaire d’Etude sur les Jbala. Chefchaouen : Maroc.

Bouchelkha, M. (2003). Savoirs paysans et activités agro-pastorales au Maroc. In A. Ortega Santos, & J. Vignet-Zunz (eds). Las montañas del Mediterraneo. Granada, España, (pp. 171-177). Centro de Investigaciones Etnológicas Angel Ganivet.

Bouchelkha, M. (1988). Représentations, usages et gestion de l’eau dans un espace des bas-plateaux atlantiques marocains. Aix-en-Provence, Aix-Marseille II. Doctorat de troisième cycle.

Boughali, M. (1974). La représentation de l’espace chez le marocain illettré. Casablanca : Afrique Orient.

Boulifa, A., & Poitou, J.-P. (2005). Figures des exodes ruraux en milieu urbain dans le Rif occidental : le fabricant de balai, le Hadj, le camionneur, le gérant de ferme, le tailleur. In Mutations des milieux ruraux dans les montagnes rifaines.  Publications du Groupe de Recherches Géographiques sur le Rif, Série : Études spatiales, n°2, Université Abdelmalek Essaâdi, Tétouan, Maroc,

Bourrilly, J. (1932). Éléments d’ethnographie marocaine. Paris : Librairie coloniale et orientaliste Larose.

Coon, C. (1931). The tribes of the Rif. Harvard: Harvard University Press.

El Attar, B. (1999). Les proverbes marocains. Traduction annotée, suivie d’une étude linguistique. Casablanca.

Fouet, J.-M. (Ed.) (1997). Connaissances et savoir-faire en entreprise. Intégration et capitalisation. Paris : Hermès.

Gast, M. (1987). L’almanach agricole yéménite de Yahia Ibn Yahya al-’Ansi. De la voûte céleste au terroir, du jardin au foyer. Paris : Éditions de l’E.H.E.S.S, 41-52.

Hatchuel, A., & Weil, B. (1992). L’expert et le système. Suivi de quatre histoires de systèmes-experts. Paris : Economica.

Joly, A. (1905). Un calendrier marocain. Archives marocaines, 3, 301-319.

Lévi-Provençal, E. (1918). Pratiques agricoles et fêtes saisonnières des tribus Djeballah de la vallée moyenne de l’Ouarghah. Les Archives berbères 3(1), 83-108.

Motylinski, A. d. C. (1899). Les mansions lunaires des Arabes. Traduction du texte en vers de Mohammed el-Moqri. Alger : Fontana.

Plante, P. (1995). NOMINO. Montréal, Centre d’Analyse de Texte par ordinateur ATO, Université du Québec à Montréal.

Plante, P., & Dumas, L. (1995). Nomino-signet - un assistant à la construction de bases de connaissances sur les textes. (Tech. Rep.). Montreal, Centre d’Analyse de Texte par ordinateur ATO, Université du Québec à Montréal.

Rodinson, M. (1962). La lune chez les Arabes et dans l’Islam. La Lune, mythes et rites. Paris : Seuil, 153-214.

Rubin, D. C. (1995). Memory in oral traditions. The cognitive psychology of epic, ballads, and counting-out rhymes. Oxford: Oxford University Press.

Westermarck, E. (1926). Ritual and belief in MoroccoLondres: MacMillan.

Westermarck, E. (1930). Wit and Wisdom in Morocco. A study of native proverbsLondres: George Routledge & Sons.

Haut de page

Annexe

Annexe I.

Remèdes et maladies

Remèdes et maladies

Annexe 2. Périodisation du calendrier Hassan Tber, édition 2002

Calendrier

Grégorien

2002

Calendrier

Musulman

1422/1423

Calendrier

Agricole

(julien)

Manâzel : Mansions

Borouj : Signes zodiacaux

Périodes

1 janvier

6 Choual

19 dujanbir

14 janvier

19 choual

1 yanaïr

Début de l’année solaire agricole.

17 janvier

22 choual

4 yanaïr

sa’d bla’e

21 janvier

26 Choual

8 yanaïr

dlou (Verseau)

30 janvier

5 Dou Al Kaada

17 yanaïr

sa’d s’oud

2 février

8 Dou Al Kaada

20 yanaïr

Fin des liaïli (40 jours)

9 février

15 Dou Al Kaada

27 yanaïr

La fin du labour

12 février

18 Dou Al Kaada

30 yanaïr

sa’d lakhbia

19 février

25 Dou Al Kaada

6 fibraïr

al hout (Poisson)

25 février

1 Dou Al Hijja

12 fibraïr

far ‘e moqadam

28 février

4 Dou Al Hijja

15 fibraïr

Début du printemps (91 jours).

4 mars

8 Dou Al Hijja

19 fibraïr

Le jour de l’arrosage (ou de l’abreuvage).

10 mars

14 Dou Al Hijja

25 fibraïr

far’e mo ‘akhar

al houssoum

(7 nuits et 8 jours).

15 mars

1 Moharram

2 mars

Début de l’année lunaire

17 mars

21 Dou Al Hijja

4 mars

Fin des jours al houssoum

21 mars

7 Moharram

8 mars

al ahmal (bélier) (clémence printanière)

23 mars

9 Moharram

10 mars

batn al hout

5 avril

11 Moharram

23 mars

al-nath

18 avril

24 Moharram

5 abril

al-batin

20 avril

26 Moharram

7 abril

tâour (Taureau).

1 mai

7 Safar

18 abril

al toria-

10 mai

16 Safar

27 abril

Début de nissane

(7 jours), sa pluie est bénie

14 mai

20 Safar

1 mâyo

al-dabarane

16 mai

22 Safar

3 mâyo

Fin du nissane

20 mai

7 Râbiâ I

al jouzae (Gémeaux)

27 mai

3 Rabiâ I

14 mâyo

al haqha

30 mai

6 Rabiâ I

17 mâyo

Début de l’été (92 jours).

9 juin

16 Rabiâ I

27 mâyo

al han’a

19 juin

26 Rabiâ I

6 younyou

a-saratane (Cancer).

22 juin

29 Rabiâ I

9 younyou

al dira’e

5 juillet

13 Rabiâ II

22 younyou

al natira

7 juillet

15 Rabiâ II

24 younyou

al ansra

18 juillet

26 Rabiâ II

5 youlyouz

al-tarfa

23 Juillet

12 Joumada I

10 youlyouz

al assad (Lion)

25 juillet

3 Joumada I

12 youlyouz

Début des smaïm (les 40 jours les plus chauds de l’année).

31 juillet

9 Joumada I

18 youlyouz

al jabha

Haut de page

Notes

1 Une version préliminaire de l’article avait été publiée dans la revue de Faculté des Lettres de Tétouan /Maroc, n° 16, 2011, pp. 25-57. Nous sommes reconnaissants à Jacques Vignet-Zunz de nous avoir indiqué, voici une dizaine d’années, l’intérêt du calendrier agricole marocain, pour l’étude des connaissances techniques des paysans du Maghreb, et des Provinces du Nord du Maroc en particulier. Nous lui sommes aussi redevables de précieuses indications bibliographiques. Notre gratitude va également à nos collègues, M. Bouchelkha et M. Ben Abdeljallil, pour leurs précieuses communications personnelles.

2 Purement lunaire, le calendrier musulman contient 12 mois qui ont alternativement 30 et 29 jours, sauf le dernier mois, qui peut comporter 29 ou 30 jours. L’année peut donc contenir 354 ou 355 jours : 33 années grégoriennes correspondent à 34 années musulmanes, puisque l’année contient 12 lunaisons plus 10 875 jours. Ces années varient dans un cycle de 30 ans musulmans qui comporte 10 631 jours : 19 années de 354 jours (années communes) et 11 années de 355 jours (années abondantes), soit une durée moyenne de l’année de 354 jours 8 h 48 min. La durée moyenne du mois est de 29 jours 12 h 44 min. Les années sont comptées depuis le 16 juillet 622 (1er Mouharram), jour de l’hégire, ou « émigration » de Mahomet de La Mecque pour Médine (Encyclopædia Universalis). Ce calendrier musulman qui a un caractère mobile par rapport aux cycles saisonniers est malcommode pour l’agriculture (Joly, 1905, p. 103)

3 Jusqu’en 1582, on utilisait, dans le monde chrétien, le calendrier julien, institué par Jules César, qui suppose que la durée de l’année tropique (laps de temps qui sépare deux passages du Soleil au point vernal) est exactement de 365,25 jours. Mais sa durée réelle est de 365,24219 jours, si bien que les événements récurrents que sont les équinoxes et les solstices avançaient d’un jour tous les 128 ans : vers 1500, l’équinoxe de printemps tombait ainsi dix jours plus tôt que dans l’Antiquité, le 11 mars au lieu du 21 mars. De plus, le calcul de la date de Pâques, qui fait intervenir la Lune, était devenu complètement faux. Le concile de Trente chargea donc le pape Grégoire XIII de rétablir la situation. Aidé notamment par les savants Christopher Clavius et Aloisius Lilius, il supprime dix jours dans un premier temps, si bien que le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 sera le vendredi 15 octobre. Puis il décide de supprimer trois années bissextiles en quatre siècles : seules les années séculaires dont le millésime est divisible par 400 resteront bissextiles ; ainsi, 1700, 1800 et 1900 ne furent pas bissextiles, tandis que 2000 le fut. Cette solution est satisfaisante, et le calendrier grégorien, qui ne sera pas immédiatement adopté par tous les pays, est aujourd’hui utilisé universellement, bien que certaines religions conservent un calendrier propre pour des raisons rituelles (Encyclopædia Universalis).

4 La différence entre le mois du calendrier grégorien (dit aussi calendrier Ajami : des peuples non arabes ou tout simplement calendrier de Nçara : les chrétiens) et le mois du calendrier julien (dit Felahi : agricole) est de 13 jours.

5 Voir aussi chez Bouchelkha (1988 et 2003), Bourilly (1932), Gast (1987) et Joly (1905).

6 Plusieurs éphémérides de ce type et de même format existaient au Maroc ; à titre d’exemple on citera : l’éphéméride des Astres, l’éphéméride de la Victoire, l’éphéméride Arabe, l’éphéméride de l’Atlas, l’éphéméride Marocain, l’éphéméride Hassanien, l’éphéméride des Modernes, l’éphéméride de l’Aube.

7 L’essentiel de cette exploitation informatique a été accompli par Khalil Reggoug.

8 La traduction a été assurée par Khalil Reggoug et revue par Abdelaziz Boulifa.

9 Administration qui gère les affaires islamiques dont les biens concédés à des fondations religieuses.

10 Fqih (pluriel fokaha), dans ce contexte classiquement lettré religieux, parfois appelé aussi taleb.

11 Hissah (ou tout simplement hissa), littéralement : portion, part. Le mot est utilisé comme synonyme de l’éphéméride.

12 Le proverbe se distingue aussi bien par son contenu que par sa forme, qui facilitent sa mémorisation ; en plus de sa fonction esthétique et littéraire agrémentée par les procédés stylistiques de manière brève et concise, il a une fonction de rappel des rites, des coutumes, des devoirs religieux et même des interdits. Parfois, ce sont des versets coraniques ou des dires du prophète qui sont cités (Iraqui Sinaceur Zakia, 1993).

13 Chaoula manzila (mansion) du 13 au 25 novembre du calendrier agricole (annexe 2 - voir annexes en fin d’article).

14 Cette éphéméride a été imaginée et créée à Fès, dans les années 1920-1930, par Driss Bouayad, un imprimeur passionné par la culture et les sciences. Hassan Tber a repris l’imprimerie : « J’ai apprécié, depuis mon jeune âge, le caractère particulier de ce calendrier. C’est pour cela que je me suis lancé dans ce projet en croyant, dur comme fer, que les Marocains seraient toujours intéressés par sa valeur culturelle. En 1958, j’ai racheté l’imprimerie de Driss Bouayad, qui souffrait d’une crise financière. Et j’ai tenu tout de même à garder le nom de l’initiateur de ce projet. » D’après un court article paru sur le site Aujourd’hui le Maroc, l’imprimeur, après avoir déménagé à Casablanca a poursuivi la production de l’éphéméride sous le nom de « Éphéméride Bouayad ». Le propriétaire actuel de l’imprimerie signale : « L’aspect mercantile passe au second plan pour ce calendrier. Le prix de vente est fixé depuis des années à 10 dirhams seulement. Actuellement [en 2007], le nombre d’exemplaires atteint les 200 000, au lieu des 50 000 auparavant » (source : Atika Haimoud, Aux origines de la saga de l’éphéméride Bouayad, 27 juillet 2007, Aujourd’hui Le Maroc, http://aujourdhui.ma/archives/reportage-aux-origines-de-la-saga-de-lephemeride-bouayad-88075). (Note de la Rédaction.)

15 El Hadj, personne qui a fait le pèlerinage à La Mecque.

16 Jean-Pierre Poitou avait imaginé l’insertion de deux photos de l’éphéméride Bouayad, édition 2001 et 2002. Il n’a jamais inséré ces deux photos – et ces calendriers n’existent plus. Mais, à titre d’illustration, nous publions une image de l’édition de 2014 qui permet de visualiser cette publication dont la forme est restée immuable. (Note de la Rédaction.)

17 Généralement des vieillards, une seule vieille femme, un peu possédée, est citée parmi ces experts en matière de calendrier agricole.

18 Entretiens réalisés avec la précieuse assistance de M. Bejjaj.

19 Cheikh fellaha : suivant la tradition un sage arbitre agricole (expert et évaluateur souvent bénévole, pas nécessairement lettré, pluriel : chioukh fellaha). Voir Boulifa et Poitou (2005).

20 « Celui qui laboure le plus tôt, est le plus fructueux », « le père répartit les tâches entre ses enfants comme au sein du foyer », « un sage ne doit pas garder sa sagesse au moment de mourir ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un exemple de l’éphéméride du Haj Idriss Bouayad, marque déposée par l’Imprimerie moderne Hassan Tber (Casablanca)
Crédits Source : http://conacentomarroqui.blogspot.com/​2016/​11/​blog-post_67.html.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2. Recto d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002
Crédits Source : calendrier Tber 2002 (Casablanca)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Verso d’une feuille quotidienne du calendrier Tber 2002 et traduction du texte arabe
Crédits Source : calendrier Tber 2002 (Casablanca)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Remèdes et maladies
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1394/img-4.png
Fichier image/png, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelaziz Boulifa, Jean-Pierre Poitou et Khalil Reggoug, « Une forme de littérature populaire marocaine »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 11-4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1394

Haut de page

Auteurs

Abdelaziz Boulifa

Enseignant-chercheur au Département de Géographie, Faculté des Lettres & des Sciences Humaines de Tétouan (Maroc), ses intérêts d’enseignements et de recherches portent entre autres sur la valorisation du patrimoine, les mutations des espaces périurbains, des milieux ruraux, les relations villes-campagnes et les questions de l’environnement. Membre de l’Équipe d’Études et Recherches sur le Géo-Développement, Université Abdelmalek Essaâdi, Tétouan. A récemment dirigé (en collaboration) l’ouvrage collectif Le patrimoine dans le Rif : état et perspectives (2013, Publ. Institut Royal de la Culture Amazighe, Rabat).

Adresse : Université Abdelmalek Essaâdi, Département de Géographie, Faculté des Lettres & des Sciences Humaines, B.P. 313, Poste Principale, MA-93000 Tétouan (Maroc).
Courriel : boulifa[at]yahoo.fr

Jean-Pierre Poitou

Il avait signé cet article en signalant « Anthropologue, ci-devant Directeur de Recherches, CNRS, Aix-en-Provence, France ». Jean-Pierre a été l’inspirateur et membre fondateur de la Revue d’anthropologie des connaissances, décédé le 22 février 2017. Cet article fait partie d’un ensemble de travaux qu’il avait effectué à la fin de sa carrière pour construire une anthropologie des connaissances basée sur les gestes techniques, la connaissance technique détenue par les acteurs au travail et les outils d’analyse des savoirs pratiques.

Articles du même auteur

  • The cultural and technical conditions of efficiency. A knowledge management method of technological heritage
    Las condiciones culturales y técnicas de la eficiencia. Un método de gestión del conocimiento par valorizar el acervo tecnológico
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 11-4 | 2017

Khalil Reggoug

Docteur en psychologie cognitive, coordonnateur de projets à l’Agence des Villes et Territoires méditerranéens durables (AVITEM), il est chargé de l’organisation de séminaires de haut niveau sur le développement territorial et urbain en Méditerranée, destinés aux cadres du développement territorial, aux décideurs et aménageurs dans différents pays méditerranéens. Il a également une formation en sciences de la vie et en évaluation des politiques publiques. Il a contribué au déploiement et au développement du projet de la Villa Méditerranée, centre international pour le dialogue et les échanges en Méditerranée.

Adresse : Agence des Villes et territoires méditerranéens durables (AVITEM), 43 rue de l’Évêché, FR-13002 Marseille (France).
Courriel : k.reggoug[at]avitem.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals