Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14-4VariaPluralisation des savoirs et cult...

Varia

Pluralisation des savoirs et cultures minoritaires

L'identité franco-ontarienne dans Wikipédia
Pluralisation of knowledge and minority cultures. Franco-Ontarian identity in Wikipedia
Pluralización del conocimiento y culturas minoritarias. La identidad Franco-Ontariana en Wikipedia
Nathalie Casemajor et Stéphane Couture

Résumés

Cet article vise à étudier les enjeux culturels et politiques de la pluralisation des savoirs dans Wikipédia. Il analyse le cas du portail Franco-Ontariens comme exemple de représentation d’une minorité francophone au sein de l’encyclopédie. Bien que plusieurs travaux existent sur les dimensions linguistiques et culturelles de Wikipédia, peu d’études se penchent sur la place d’un groupe minoritaire au sein d’une édition linguistique de Wikipédia. L’analyse montre tout d’abord comment l’identité franco-ontarienne y est représentée, et qui sont les contributeurs du portail. Elle identifie ensuite des points de tension entre contributeurs au portail et autres wikipédiens au sujet de la reconnaissance des cultures minoritaires. L’article contribue plus généralement à l’élaboration conceptuelle de la notion de pluralisation des savoirs en l’articulant avec les notions de minorité, d’identité et d’expression culturelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les extraits des textes anglophones sont traduits en français par les auteurs de l’article.

1Qui sont les Franco-Ontariens ? Posez la question à Google, il vous renverra vers Wikipédia comme première source d’information. Wikipédia est une vaste encyclopédie collaborative permettant à tout un chacun d’accéder librement à son contenu et – en théorie – de contribuer à sa rédaction. L’encyclopédie et sa communauté font cependant face à plusieurs défis en ce qui concerne la pluralisation des savoirs, au sens de l’inclusion et de la coconstruction d’une diversité de cultures et de savoirs au sein du projet collaboratif. Tout projet encyclopédique est en effet « hanté par ses exclusions, ses séparations et ses hiérarchies forcées »1 (Featherstone & Venn, 2006, p. 8). Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons plus précisément au cas des Franco-Ontariens, globalement entendu comme les francophones de la province canadienne de l’Ontario. Nous examinons les enjeux de pluralisation des savoirs liés à la présence franco-ontarienne en tant que minorité, tant dans la province de l’Ontario qui est majoritairement anglophone, qu’au sein de la Wikipédia francophone.

2Notre étude cherche à répondre aux questions générales suivantes : comment l’identité des groupes minoritaires est-elle représentée dans Wikipédia ? Et dans quelle mesure les conditions de représentation de ces groupes permettent-elles de comprendre les enjeux de la pluralisation des savoirs au sein de l’encyclopédie ? Plus spécifiquement, dans le cas des Franco-Ontariens : quelles sont les modalités de construction de représentations de l’identité franco-ontarienne dans Wikipédia ? Et en quoi son analyse nous permet-elle de saisir l’expression des cultures francophones minoritaires au sein d’un espace encyclopédique mondialisé ? L’objectif de cet article est double. D’une part, il développe une analyse empirique d’un cas non documenté à ce jour dans la littérature sur Wikipédia : le cas franco-ontarien, et plus largement le cas des minorités francophones dans l’encyclopédie. D’autre part, l’article contribue à l’élaboration conceptuelle de la notion de pluralisation des savoirs en l’articulant avec les notions de minorité, d’identité et d’expression culturelle.

3Nous proposons de croiser deux plans d’analyse pour étudier ces enjeux de pluralisation des savoirs : un premier plan endogène à Wikipédia, lié à ses règles de gouvernance et à ses joutes de politique interne, et un second plan exogène à l’encyclopédie, lié à des facteurs de reconnaissance externe. Ce second plan tient d’une part aux luttes pour la définition d’une identité franco-ontarienne (et à la place de sous-groupes en situation de double minorité – par exemple les immigrants – dans cette définition). Et d’autre part au pouvoir (ou à l’absence) d’institutions culturelles et d’institutions de savoir propres au groupe minoritaire. En effet, nous avançons que les échanges dans Wikipédia reproduisent un ordre de relations, de valeurs et de grandeurs, établi à l’extérieur de l’encyclopédie, dans les institutions culturelles, universitaires, médiatiques et politiques.

4L’analyse se déploie en deux axes. Le premier concerne les porte-paroles et représentations de l’identité franco-ontarienne au sein du « portail Franco-Ontariens », qui est un regroupement thématique de pages associées à ce thème. Notre analyse dans cet axe fait d’une part ressortir qu’au moment de l’étude, paradoxalement, les Franco-Ontariens eux-mêmes étaient quasi absents du travail collaboratif de représentation de cette identité dans le portail. Quant aux représentations qui y sont construites, elles apparaissent ambiguës et ne reflètent pas certains débats qui ont lieu au sein de la communauté politique franco-ontarienne. Le second axe porte sur les conditions de reconnaissance et de légitimation des formes d’expression culturelle minoritaires dans l’encyclopédie. Le débat d’admissibilité sur l’article « Littérature franco-ontarienne » montre que les modalités de reconnaissance et de légitimation promues par la gouvernance wikipédienne sont non seulement procédurales et externalisées vers la citation de sources, mais aussi largement dépolitisées. Elles sont également influencées par l’architecture technique de l’encyclopédie qui distingue ses différentes éditions sur le plan linguistique et cadre les débats dans un espace francophone mondialisé. Nous concluons que les ambiguïtés et tensions politiques autour de la représentation de l'identité franco-ontarienne dans l’encyclopédie sont liées à de multiples rapports de minorisation, qui teintent les négociations autour de la pluralisation des savoirs. L’articulation entre facteurs endogènes et exogènes de la pluralisation fait apparaître des points de tensions qui se cristallisent surtout autour du « principe de neutralité » et autour de l’infrastructure sociotechnique de la plateforme.

Cadre conceptuel et méthodologique

Les enjeux de la pluralisation des savoirs

5La pluralisation peut être comprise comme le processus par lequel se multiplient les modes de vie, les normes, les savoirs, les identités et les appartenances qui sont visibles et reconnaissables dans l’espace public (Pastinelli, Uhl & Fall, 2017). Le processus de pluralisation peut être conflictuel, générant des « tensions, échanges, conflits et négociations entre groupes et individus se reconnaissant autour d’identités, d’appartenances ou de modes de vie différents » (Pastinelli, Uhl & Fall, 2017, p. 2). Du point de vue de l’anthropologie des connaissances, il nous apparaît donc qu’étudier la pluralisation implique d’observer les modes de coexistence et d’interaction – parfois antagoniste – entre divers savoirs dans un même espace public, tel que Wikipédia. Si des auteurs classiques comme Durkheim, Scheler, Sorokin, Merton (Busino, 2007) ont traité des rapports des groupes sociaux variés aux savoirs, notre démarche rejoint plutôt les études féministes et surtout décoloniales qui ont abordé les processus de pluralisation dans le domaine de la science, du savoir et de l’éducation. Fataar définit ainsi la pluralisation des savoirs (knowledge pluralisation) comme l’ « inclusion de formes complexes de savoir provenant de groupes subalternes et de tout groupe précédemment exclu » (2018, p. vii). Cette approche rejoint d’autres travaux qui, sans formellement utiliser les termes de « pluralisation des savoirs », traitent des inégalités épistémiques (Godrie & Dos Santos, 2017) et de la justice épistémique (Piron, 2018).

6Nous retenons des approches décoloniales l’idée que les groupes sociaux sont situés dans des rapports divers au savoir, marqué par des différences d’ordres culturels, sociaux et politiques, et travaillés par des dynamiques conflictuelles de domination et de minorisation. Ceci dit, le groupe à l’étude dans cet article se distingue des travaux précédents au sens où il s’agit d’un groupe occidental lui-même né d’un projet colonial, mais qui entretient un rapport minoritaire au savoir de par sa condition sociopolitique et culturelle au Canada et dans l'espace francophone. Selon les sociolinguistes Boudreau et Ali-Khodja (2009), les rapports sociaux qu’entretiennent les groupes francophones minoritaires au savoir se caractérisent par deux dimensions. La première renvoie aux effets d’infériorisation de ce qu’ils appellent les « petites cultures » par rapport aux grandes traditions culturelles (notamment la culture française). La deuxième dimension renvoie aux conditions de production de leurs savoirs. Pour caractériser ces conditions dans le contexte franco-ontarien, le théoricien des littératures minoritaires Paré parle d’un « savoir de l'exiguïté », termes qui renvoient à « l'extraordinaire fragilité sociale du savoir dans les sociétés minoritaires » (Paré, 2001, pp. 20-24).

7Quant aux luttes pour la reconnaissance des identités culturelles, elles ont fait l’objet de divers travaux du point de vue de la théorie sociale de la reconnaissance. Honneth (2004) analyse le mépris et l’injustice sous l’angle d’un manque de parité dans la participation à l’espace public. Il avance que les conflits sociaux visent avant tout la reconnaissance, c’est-à-dire le fait de confirmer à l’autre sa valeur (Honneth, 2008). Fraser (2004) insiste quant à elle sur l’identité collective comme un des moteurs contemporains des luttes pour la reconnaissance, suggérant ainsi d’analyser les enjeux de domination culturelle dans les conflits sociaux. Ce ressort identitaire est particulièrement pertinent pour étudier le cas des luttes pour la reconnaissance des Franco-Ontariens (Millette, 2015). Fraser (2004) propose par ailleurs de faire le lien entre les conflits pour la reconnaissance identitaire et les inégalités de (re)distribution des ressources matérielles. Dans cette optique, nous proposons d’analyser le lien entre la valorisation identitaire dans Wikipédia et la capacité des groupes à s’appuyer sur un ensemble de ressources externes (institutions scientifiques, scolaires, culturelles et politiques) qui peuvent être mobilisées pour justifier la légitimité et la reconnaissance des savoirs qui les concernent.

8Notre étude porte donc sur les pratiques de savoir concernant les Franco-Ontariens et plus précisément, sur la négociation des savoirs concernant l’identité de ce groupe tel qu’il est représenté dans Wikipédia. Wikipédia ne se définit pas comme un lieu de production de nouveaux savoirs, mais comme un site d'agrégation de savoirs produits dans d’autres espaces, notamment scientifiques, éducatifs et médiatiques. Wikipédia est ainsi comprise comme un espace de visibilité et de légitimation des catégories identitaires : elle produit « une représentation des spécificités » de l’existence des groupes sociaux et de leur valeur, comme le souligne le philosophe des sciences Renault au sujet de la reconnaissance institutionnelle (2004, p. 192). Les pratiques de savoir qui s’y déploient opèrent sur la base de critères de sélection des sujets dignes d’intérêt, de production de définitions synthétiques et de modes de classement dans un système de savoir. Les enjeux de la pluralisation des savoirs qui nous intéressent dans le cadre de cet article sont donc à la fois culturels et politiques. Ils concernent les modalités de représentation des savoirs sur l’identité franco-ontarienne et les modalités de légitimation des formes d’expression culturelle de cette identité dans l’encyclopédie, qui est gouvernée par une série de principes, de règles et de recommandations éditoriales.

L’identité franco-ontarienne et dynamique de minorisation

9Notre approche de l’identité culturelle rejoint la conceptualisation « processuelle » que propose Hall (1990), selon laquelle l’identité n’est pas une essence stable enracinée dans le passé, mais plutôt une dimension de la vie collective qui est continuellement travaillée par l’histoire, la culture et le pouvoir. Les pratiques de représentation de l’identité y sont cruciales à étudier, car elles impliquent toujours un travail de catégorisation et de positionnement.

10Dans cette perspective, notons d’emblée que la catégorie même de « Franco-Ontarien » est problématique : les critères d’adhésion à cette identité changent dans le temps et selon les groupes qui s’y réfèrent. En effet, bien que le terme soit utilisé dans le langage commun depuis longtemps (au sens général de francophone de l’Ontario), la réflexion identitaire autour de ce terme est relativement récente. Ce n’est qu’en 1981 que le ministère de l’Éducation de l’Ontario publie un document pédagogique accréditant l’idée d’une identité franco-ontarienne (Gervais, 1995, p. 153). Créé en 1975, le drapeau franco-ontarien n’a pour sa part été adopté comme « emblème franco-ontarien » qu’en 2001. Encore aujourd’hui, les documents gouvernementaux ne semblent pas s’entendre sur une définition explicite des Franco-Ontariens. Par exemple, la Loi sur l’emblème franco-ontarien adoptée en 2001 ne définit pas le terme, mais réfère à la « communauté francophone de l’Ontario » en des termes juridiques qui renvoient essentiellement aux personnes dont la langue maternelle ou la première langue apprise est le français. En 2009 cependant, une nouvelle définition dite « inclusive » des francophones de l’Ontario a été adoptée : elle englobe les personnes ayant « une bonne connaissance du français comme langue officielle et qui utilisent le français à la maison » (Ministère des affaires francophones, 2009). Cette nouvelle définition fait considérablement augmenter le nombre de francophones, en particulier dans la métropole cosmopolite de Toronto et dans les autres centres urbains, où se concentrent les nouveaux arrivants francophones issus des Caraïbes et de l’Afrique.

11À partir d’entrevues réalisées auprès d'élèves participants aux jeux franco-ontariens, Dallaire (2004) fait ressortir une tension entre deux définitions des Franco-Ontariens. L’une est linguistique, référant aux personnes qui parlent français en Ontario, et l’autre est culturelle ou ethnique, référant principalement à une culture spécifique, celle des francophones de souche canadienne-française issus de la première migration coloniale européenne, avec ses symboles culturels traditionnels tels que « la tourtière et les pâtés à la viande, les danses folkloriques ou le violon » (Dallaire, 2004, p. 131). Thériault (1994) note que ces ambiguïtés sont l’expression d’une « indécision identitaire », qui serait selon lui caractéristique d’une communauté se situant entre le pôle de l’ethnie et celui de la nation, en ce sens qu’ils « refusent de se percevoir comme simple dimension ethnique d’une nationalité qui leur serait supérieure » mais qu’ils « peuvent difficilement aspirer à maîtriser [...] l’État » (1994, p. 22). Comme nous allons le voir, les ambiguïtés et indécisions qui entourent la définition de l’identité franco-ontarienne ont un impact significatif sur la manière dont elle est représentée dans Wikipédia.

12En lien avec le concept d’identité, la problématisation des effets de minorité servira de fil directeur à l’analyse du portail et des processus de pluralisation qui s’y jouent. En effet, les groupes minorisés sont souvent confrontés à l’invisibilité ou à la disqualification dans l’espace public (politique, médiatique ou encyclopédique), comme le montre Charbonneau (2012) au sujet des luttes pour la reconnaissance des minorités francophones au Canada. Benoit, Bell et Lavoie (2018) proposent pour leur part l’idée d’une « double minorisation » pour décrire la situation des francophones de l’Ontario en tant que minorité d’une part par rapport aux anglophones, et aussi en tant que deuxième minorité par rapport aux francophones en général, et aux Québécois en particulier. Ainsi pour Benoit, Bell et Lavoie, la double minorisation est à la fois linguistique (par rapport à l’anglais) et culturelle (par rapport à la culture francophone dominante).

13Nous adoptons cette approche dans notre analyse en faisant cependant ressortir, en particulier sur le plan culturel, l’idée de rapports multiples de minorisation entre les différents groupes coexistants ou représentés dans Wikipédia. Le concept de double minorisation est utile, car il permet à la fois de saisir les effets de minorisation des Franco-Ontariens au sein du Canada, et d’éclairer les enjeux politiques et épistémologiques de ce groupe dans un contexte de production de savoir où collaborent des francophones d’origines multiples. Mais il ne faut pas oublier que les dynamiques de minorisation sont plurielles, et que des rapports de pouvoir peuvent aussi se manifester à l’intérieur même du groupe des Franco-Ontariens : qui sont les membres légitimement reconnus comme franco-ontariens ? En problématisant la notion d’identité franco-ontarienne sous l’angle des dynamiques de minorisation, nous proposons une contribution conceptuelle à la notion de pluralisation.

Études sur Wikipédia : espaces linguistiques, gouvernance et négociations identitaires

14L’un des sites web les plus populaires et souvent une référence incontournable pour prendre connaissance d’un sujet, Wikipédia occupe une place prépondérante dans l’espace public numérique. Le caractère distinctif de Wikipédia tient notamment à son mode de gouvernance, s’appuyant sur un ensemble de valeurs partagées (cinq principes fondateurs qui sont « l’encyclopédisme », la « neutralité de point de vue », la « liberté du contenu », le « savoir-vivre communautaire » et la « souplesse des règles »2) et sur une série de règles et procédures encadrant les pratiques d’édition des articles et les relations entre les contributeurs. Ces règles et procédures, qui peuvent varier significativement d’une version linguistique à l’autre (Casemajor, Gentelet & Coocoo, 2019), concernent, entre autres, les critères d’éligibilité des articles, autrement dit les critères qui permettent de décider si un sujet mérite ou non un article dans Wikipédia, et donc d’évaluer sa légitimité encyclopédique, un processus parfois source de conflit entre contributeurs.

15La littérature sur Wikipédia – que l’on peut regrouper sous le terme de Wikipedia studies – est prolifique et a déjà fait l’objet de quelques revues plus systématiques (Jullien, 2012 ; Mesgari et al., 2015). Quant aux études francophones, elles ont abondamment documenté les modes de gouvernance de l’encyclopédie (Cardon & Levrel, 2009 ; Cardon, 2015) et les conflits d’édition entre contributeurs (Broudoux, 2015). Aspect intéressant pour notre étude, Auray et al. (2009) ont examiné les procédures délibératives mises en œuvre lors de conflits d’édition, en montrant que les négociations entre éditeurs portent souvent sur le principe de « neutralité de point de vue » qui guide le travail d’écriture des articles. La règle de citation de sources pour appuyer la rédaction des articles est considérée comme un vecteur de neutralité dans l’écriture des articles (Langlais, 2015). Pour autant, divers travaux suggèrent que les crispations lors de débats d’édition découlent fréquemment de désaccords sur la vérifiabilité (Sahut, 2016) et la légitimité (Prothais, 2003) des sources citées dans les articles.

16Les études sur Wikipédia, en particulier francophones s’attardent toutefois moins moins aux tensions et négociations interculturelles (Rogers, 2013). Du côté des travaux anglophones, certains ont étudié les savoirs et les langues minoritaires dans Wikipédia (van Dijk, 2009), les comparaisons et interactions entre différentes versions linguistiques de l'encyclopédie (Rogers, 2013 ; Petzold, 2010) ou encore l’influence de l’identité culturelle sur le contenu de l’encyclopédie (Miquel-Ribé & Laniado, 2016 ; Massa & Scrinzi, 2013). Mais peu d’études se penchent sur la place d’un groupe minoritaire au sein d’une édition linguistique de l’encyclopédie. Divers travaux ont par ailleurs montré que les interactions au sein de Wikipédia ne sont pas imperméables à des facteurs de tension externes (luttes identitaires, rapports de pouvoir dans la francophonie) qui peuvent nourrir des différends, voire des conflits entre contributeurs (Apic, Betts & Russell, 2011). Selon Graham (2011) les relations de pouvoir entre groupes qui se jouent à l’extérieur de l’encyclopédie, sur un plan culturel, économique ou politique, tendent à se manifester dans Wikipédia sous la forme d’une exclusion des représentations et discours non dominants. Dans une perspective différente, des travaux qui adoptent une approche sociotechnique montrent que les principes fondateurs de Wikipédia sont hérités à la fois des épistémologies encyclopédiques, mais aussi des pratiques scientifiques contemporaines de citation et de celles du code source ouvert (open source) liées à la transparence, ce qui peut avoir pour effet d’exclure certains groupes (Ford & Wajcman, 2017).

17Ainsi, l’étude des négociations et conflits qui entourent la pluralisation des savoirs dans une sphère publique numérique telle que Wikipédia.fr se doit de prendre en compte à la fois les modalités de gouvernance interne du dispositif éditorial de l’encyclopédie, mais aussi une série de facteurs externes, qui se déploient dans d’autres sphères publiques, et qui influencent la reconnaissance de la légitimité des savoirs et la valorisation identitaire de différents groupes culturels. En regard des études francophones sur Wikipédia, la principale contribution de l’article est d’intégrer un axe interculturel dans l’analyse de l’encyclopédie, en nous intéressant aux conflits et tensions entre contributeurs provenant de différentes cultures francophones.

Démarche d’analyse

18Notre étude a démarré en 2017 dans le cadre d’un financement visant à soutenir la francophonie canadienne en développant des collaborations entre l’Ontario et le Québec. L’analyse empirique a porté sur le portail Franco-Ontariens de Wikipédia.fr car il se présente comme la page d’accueil de Wikipédia à propos des Franco-Ontariens. Créé en 2010, ce portail rassemble une liste d’articles (446 articles en août 2017) et de pages de l’encyclopédie rattachés au thème, ainsi qu’une description des objectifs du projet et des outils de coordination tel un forum de discussion où les membres échangent au sujet des tâches à accomplir. Le Portail est une forme de regroupement thématique des articles qui reste encore peu ou pas étudiée dans les analyses de Wikipédia. Au moment de publier l’article, il existait 1722 portails en français sur Wikipédia, de qualité variable. Le portail Franco-Ontariens se situe à l’état d’une ébauche relativement peu active mais l’analyse de ses contenus et de ses contributeurs permet d'enquêter sur une communauté de contributeurs localisée (Prothais, 2003; Auray et al., 2009). C’est ce qui explique que nous nous attardons surtout ici à l’activité éditoriale de création, de modification, de discussion et de classification thématique des pages, plutôt qu’à leur consultation (à travers les métadonnées de pageviews par exemple) ou à l’analyse extensive du contenu de chaque article.

  • 3 Notons que ces catégories ne sont pas celles développées par le portail, mais elles ont été constru (...)

19L’analyse du portail Franco-Ontariens et de ses articles associés a été principalement réalisée à partir d’un instantané (snapshot) en date du 20 juillet 2017. Une première étape a consisté à recenser l’ensemble des articles alors associés au portail, ainsi que leur version anglaise (dans Wikipedia.en) lorsqu’elle existait. La prise en compte des versions anglaises nous permet d’établir certaines comparaisons entre les versions linguistiques, d’une manière similaire à la démarche de Rogers (2013), pour faire ressortir la singularité de la perspective francophone sur les Franco-Ontariens, sachant qu’ils vivent dans une province (l’Ontario) majoritairement anglophone. À partir de ce premier repérage de l’activité sur le portail, nous avons inductivement construit différentes catégories thématiques, dans lesquelles les 446 articles du portail ont été répartis : Culture (29 % des articles), Géographie (28 %), Politique (12 %), Éducation (11 %), Médias (8 %), Sport (6,5 %), Religion (4 %), Affaires (0,1 %)3. Ce corpus de pages ainsi constitué a ensuite fait l’objet de différentes analyses exploratoires à partir de métadonnées disponibles librement sur Wikipédia, incluant leur date de création ou de modification, leur taille (en octet), le nombre et l’identité de leurs contributeurs (incluant leurs pages personnelles) et le nombre de leurs modifications successives. Cette étape a culminé avec la publication d’un rapport de recherche qui présentait en détail les résultats de nos premières explorations (Casemajor, Couture & Michaud-Tessier, 2017).

20Dans une seconde étape qui a mené à cet article, notre analyse a été approfondie en trois points :

  • Analyse de l’activité du portail, à partir du nombre de modifications (edits) et de l’identité des contributeurs.

  • Comparaison entre les versions anglophones et francophones des articles, selon leur taille, le nombre de modifications et leur catégorisation thématique.

    • 4 Il s’agit de la page de discussion de l’article « Palet » (qui a donné lieu à une forte controverse (...)

    Analyse qualitative de la page principale du portail, de certains articles suscitant le plus d’intérêt de la part des contributeurs, et de la page du débat d’admissibilité associée à l’article « Littérature franco-ontarienne » qui est le plus étoffé des articles associés au portail. Pour contextualiser ce débat, nous faisons aussi référence à d’autres pages de discussion sur la place des minorités francophones dans Wikipédia.fr4.

21C’est donc en analysant les traces de la production éditoriale, les profils des contributeurs, la manière dont le collectif de contributeurs définit la thématique du portail, ainsi que les débats de gouvernance internes à Wikipédia.fr que nous saisissons le travail de représentation d'une identité minoritaire et la négociation des cadres de gouvernance de l'encyclopédie. Cette démarche rejoint l’analyse des dispositifs numériques sous l’angle des « traces » nativement numériques, dans le cadre d’une sociologie du numérique (Boullier, 2016) et des « digital methods » (Rogers, 2013). Elle s’inscrit plus largement dans l’étude des pratiques collaboratives de création numérique basées sur le bien commun (Auray, 2004).

Porte-paroles et représentations de l’identité franco-ontarienne

22Ce premier axe propose une analyse du portail Franco-Ontariens, en portant le regard sur le profil des contributeurs associés au portail, et sur la manière dont l’identité franco-ontarienne y est représentée.

Activité du portail et profil des contributeurs

23L’analyse fait tout d’abord apparaître que la fréquentation et l’activité du portail sont relativement faibles, ce qui n’est pas en soi étonnant pour une culture minoritaire au rayonnement limité. Concernant son niveau d’activité éditoriale, le portail a été créé en juin 2010 et sa page d’accueil n’a été modifiée (edits) qu’une dizaine de fois depuis sa création. Mais, de manière plus surprenante, les Franco-Ontariens sont très peu présents parmi les principaux contributeurs qui affichent publiquement une appartenance identitaire.

24Les pages d’accueil du portail sont animées par cinq principaux contributeurs, dont un seul s’identifie explicitement comme Franco-Ontarien sur sa page personnelle. Originaire de France (Bretagne), il indique s’intéresser à la politique ontarienne, à la culture franco-ontarienne, au patrimoine breton. Un autre animateur du portail vivant au Québec est d'ascendance franco-ontarienne, mais il ne s’identifie pas comme Franco-Ontarien. Concernant les dix principaux contributeurs francophones ayant modifié des articles de l’échantillon, la moitié déclarent vivre au Québec, trois vivent en France, deux ne déclarent rien et un seul indique vivre en Ontario. Les deux principaux contributeurs à l’édition des articles sont des Québécois et le troisième est un Français. Les contributeurs québécois affichent des interventions dans une large gamme de projets liés à divers thèmes identitaires, culturels et géographiques concernant le Canada et la francophonie : Nouvelle-France, Franco-Américains, régions du Québec, provinces et territoires du Canada, cultures autochtones. Le troisième principal contributeur à l’édition des articles est parisien. Il indique avoir un intérêt particulier pour le Québec et outre le projet Franco-Ontariens, et il participe aux projets Paris, Québec, Acadie et Nouvelle-France.

25D’une certaine manière, on peut considérer les contributeurs au portail – et le portail lui-même – comme des « porte-paroles » de l’identité franco-ontarienne, au sens large entendu chez Latour : « quelqu'un qui parle pour d'autres qui ne parlent pas » (Latour 1989, p. 173). Cette approche renvoie autant à une définition épistémologique que politique. Dans le sens politique, les porte-paroles parlent au nom de leurs élus ou de leur organisation alors que dans le sens épistémologique, les porte-paroles parlent au nom des entités naturelles ou sociales qui ne peuvent pas elles-mêmes parler et doivent donc nécessairement être représentées. Le travail de représentation et la légitimité du porte-parole se jouent donc dans la négociation entre celui-ci et ce qui est représenté.

26Pour Latour, les dimensions politiques et épistémologiques sont toujours intrinsèquement reliées et ont également une dimension performative : ce qui est représenté existe en partie grâce au travail de représentation. En ce qui concerne notre objet, c’est d’autant plus le cas que Wikipédia joue un rôle important dans l’espace public, et qu’il s’agit d’un groupe social (les Franco-Ontariens) que les contributeurs du portail cherchent à mettre en valeur. Mais il est remarquable de noter que la plupart des contributeurs au portail ne s'identifient pas comme appartenant au groupe franco-ontarien. Le seul Franco-Ontarien auto-identifié est quant à lui issu de l’immigration récente. La plupart de ces porte-paroles sont des Québécois et des Français (vivant en France) intéressés à documenter la diversité des cultures francophones. Comme Latour le souligne, le travail de représentation implique toujours une certaine déformation des éléments censés être représentés (Latour, 2006, p. 58). Comme nous allons le voir, on remarque un certain décalage entre ce qui est présenté dans le portail et les débats en cours dans la société franco-ontarienne.

Des représentations ambiguës de l’identité

27L’analyse de la page principale du portail fait ressortir une représentation relativement confuse et ambiguë de l’identité franco-ontarienne. Si la page présente les couleurs et le drapeau franco-ontarien, qui sont des symboles largement reconnus de la communauté, d’autres éléments de la page sont plus discutables ou imprécis, avançant des statistiques sans toutefois citer de sources, et sans qu’elles ne correspondent aux informations existantes sur le sujet. L’affirmation selon laquelle certains Franco-Ontariens (« près du tiers ») ne parlent pas français donne un indice sur la définition de l’identité franco-ontarienne sous-jacente au portail : elle ne serait pas linguistique, mais plutôt ethnique, en ce sens qu’un Franco-Ontarien serait d’abord défini par ses racines ancestrales d’immigration européenne francophone, qui se seraient anglicisées au fil des générations. Un encadré plus bas sur la page contredit cependant cette définition à savoir que « le terme Franco-Ontariens désigne les francophones qui vivent dans la province canadienne de l’Ontario ». De plus, cette définition des « francophones » comme désignant la « population de langue maternelle française » en Ontario, pré-date celle dite « inclusive », que nous avons introduite plus tôt et qui inclut une plus forte proportion des personnes issues de l’immigration récente, incluant des minorités visibles. Ces observations montrent que le portail construit une représentation éclectique voire confuse de l’identité franco-ontarienne. La coexistence de plusieurs définitions au sein du même portail et la présence de certaines incohérences dans ces définitions semblent faire faire écho aux incertitudes identitaires décrites plus tôt. Mais la représentation de l’identité franco-ontarienne construite par le portail est aussi restrictive, au sens où elle privilégie une définition qu’on pourrait qualifier d’« ethnique » de l’identité franco-ontarienne, en se concentrant sur la population francophone issue de l’époque coloniale de la Nouvelle-France.

28Cette situation n’est pas unique à Wikipédia. Le journaliste Fortin-Gauthier (2018) rapporte que dans une récente consultation de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) auprès des minorités ethnoculturelles, les personnes consultées déplorent leur sentiment d’être ignorées par cet organisme se voulant pourtant le représentant de la francophonie de l’Ontario. La consultation souligne également que, de manière générale, les nouvelles générations issues de l’immigration francophone se sentent discriminées par les Franco-Ontariens dits « de souche » (le mot employé dans l’article). La manière de définir et de mettre en valeur le terme de Franco-Ontarien peut ainsi avoir des effets bien réels sur le sentiment d’appartenance, et vice versa.

29En complément de cette analyse de la page d’accueil, nous avons identifié les articles liés au thème de la géographie qui sont inclus dans le portail, en les comparant avec la liste des régions et villes désignées comme bilingues par le gouvernement Ontarien5 (Figure 1). Cette cartographie comparative montre bien que les lieux qui retiennent l’attention des contributeurs au portail sont surtout situés dans l’Est et le Nord de l’Ontario, là où la population franco-ontarienne d’origine de la Nouvelle-France est historiquement implantée. Au contraire, on remarque que des villes du centre de l’Ontario comme Toronto, Hamilton ou Brampton sont ignorées. Or, la plupart des Franco-Ontariens issus de l’immigration récente vivent dans le centre de la province. Cette région, qui comprend Toronto, constituait en 2009 plus de 28 % de la population franco-ontarienne selon la nouvelle définition dite inclusive du gouvernement ontarien (Office des affaires francophones, 2009).

Figure 1 : Villes et régions de l’Ontario désignées comme bilingues et articles géographiques associés au portail Franco-Ontariens

Figure 1 : Villes et régions de l’Ontario désignées comme bilingues et articles géographiques associés au portail Franco-Ontariens

Villes et régions désignées comme bilingues (en rouge) et articles géographiques associés au portail Franco-Ontariens (en bleu)

Source : capture d’écran d’une carte réalisée par l’un des auteurs avec l’application Google My Maps

30Cette analyse renforce le constat que le portail présente une vision relativement restreinte de l’identité franco-ontarienne, et que celle-ci tend à exclure ou invisibiliser les francophones issus de l’immigration récente, ne tenant ainsi pas compte des débats récents en Ontario sur ces questions. Le fait que les Franco-Ontariens eux-mêmes soient quasi absents des contributeurs peut sans doute expliquer que ce soit surtout la facette traditionnelle de l’identité franco-ontarienne, associée à la présence d’une population francophone à l’Est et au Nord de l'Ontario depuis l’époque de la Nouvelle-France, qui est représentée dans la page d’accueil du portail et ses articles associés. Étant donné l’indécision fondamentale de la catégorie « Franco-Ontariens » en tant que construction identitaire, elle apparaît comme un point de repère commode mais restrictif.

La culture, sujet de prédilection des contributeurs francophones

31Pour comprendre quelles facettes de l’identité franco-ontarienne sont représentées dans le portail, un autre angle d’analyse consiste à comparer les éditions anglophones et francophones des articles associés au portail. Cette démarche rejoint les approches d’autres études que nous avons mentionnées plus tôt, portant sur les identités culturelles dans Wikipédia (Rogers, 2013). Miquel-Ribé et Laniado (2016) notent par exemple qu’environ un quart des articles de chacune des éditions de Wikipédia reflète l’identité culturelle des éditeurs et ne se retrouvent pas dans d’autres éditions linguistiques de l’encyclopédie. C’est dans cette perspective qu’il nous apparaît intéressant de comparer les articles associés au portail avec leur version correspondante en anglais. Dans le cas de notre objet de recherche, rappelons aussi que les francophones forment une minorité en Ontario, et que l'identité franco-ontarienne se construit donc aussi (et surtout) relativement à l'espace culturel anglophone.

32En ce qui concerne les articles associés au portail, cette démarche permet de faire ressortir les thématiques qui suscitent le plus d’intérêt de la part des francophones (tableau 1). Du côté anglophone, ce sont les articles de la catégorie Géographie – portant surtout sur les localités ontariennes – qui sont les plus investies, en ce sens qu’ils attirent le plus de contributeurs et qu’ils sont en général plus développés que leur contrepartie francophone. Notons toutefois que la plupart des articles de cette catégorie (tel « Ottawa », article le plus développé de l’échantillon anglophone) sont généraux et ne traitent pas spécifiquement de la question franco-ontarienne.

Tableau 1 : nombre et ratio des articles associés au portail, existant en anglais

Nombre d’articles

Catégorie

FR

EN

Ratio EN/FR

Ensemble de l'échantillon

340

233

68,53%

Culture

128

65

50,78%

Géographie

126

111

88,10%

Éducation

50

32

64,00%

Médias

36

25

69,44%

33Du côté francophone, ce sont les articles concernant la culture franco-ontarienne qui suscitent le plus d’intérêt de la part des contributeurs, si on les compare à leur version anglophone. L’article « Littérature franco-ontarienne » – qui fera plus loin l’objet d’une analyse détaillée – était ainsi le plus développé des articles francophones associés au portail au moment de l’étude, alors même qu’il est inexistant en anglais. Certaines exceptions sont cependant à mentionner concernant des personnalités très médiatisées : l’article sur la chanteuse populaire Alanis Morissette, très connue dans le monde anglophone, et celui portant sur les sœurs Dionne, ces quintuplés francophones nées dans les années trente en Ontario qui ont marqué l’imaginaire folklorique canadien, sont deux fois plus développés dans leur version anglophone que francophone. Mais même là, on remarque certains détails distincts entre les versions d’un même article. Ainsi, alors que la version française de l’article « Alanis Morissette » mentionne que son « son père est franco-ontarien », on lit plutôt dans la version anglaise qu’elle est née d’un « French teacher », occultant ainsi la dimension proprement franco-ontarienne. Les résultats montrent donc globalement que la culture franco-ontarienne ne suscite pas beaucoup d'intérêt de la part des contributeurs anglophones.

34Ces constats rejoignent en partie ceux de M. Miquel-Ribé et D. Laniado (2016), qui font ressortir que les articles liés à la géographie, aux personnalités publiques (People) et à la culture occupent une position dominante dans l’expression des identités culturelles au sein de l’encyclopédie. Si notre recherche semble corroborer ces conclusions en ce qui trait aux articles portant sur la culture, cela semble être moins le cas pour ceux portant sur la géographie. L’une des hypothèses qui pourraient expliquer cette différence de résultats est que dans notre cas (et au contraire de leurs analyses), plusieurs identités culturelles et linguistiques se côtoient dans une même aire géographique, suscitant un intérêt commun à plusieurs groupes envers les articles de nature géographique.

Légitimité encyclopédique des cultures minoritaires

35L’un des constats tirés des sections précédentes est le fort investissement des contributeurs du portail dans les articles liés à la culture. Le cas de l’article « Littérature franco-ontarienne » est particulièrement éclairant pour comprendre les enjeux de l’expression de la culture franco-ontarienne dans Wikipédia.fr. Cet article a été créé en novembre 2012 par l’un des principaux contributeurs du portail Franco-Ontariens. Mais dès le lendemain de sa création, il a été proposé à la suppression par un autre utilisateur, vraisemblablement d’origine française (de par le vocabulaire employé), et son admissibilité a été débattue dans une page de discussion. L’analyse de ces discussions permet d’observer les débats sur la légitimité des formes d’expression culturelle minoritaires dans l’encyclopédie, et d’étudier les conditions et limites de la pluralisation des savoirs dans le cadre de la gouvernance wikipédienne.

Une reconnaissance procédurale, externalisée et dépolitisée

36Le débat sur l’admissibilité de l'article « Littérature franco-ontarienne » s’est tenu sur une page dédiée, conformément aux procédures de Wikipédia. Douze contributeurs y ont échangé sur une période de trois jours, pour arriver au consensus que l’article devait être maintenu. Les arguments mobilisés dans ce débat font appel à trois principaux mécanismes de gouvernance interne de Wikipédia : la recommandation sur les « critères d'admissibilité des articles », la règle « citez vos sources » et le principe fondateur de « neutralité de point de vue ». Les « critères d'admissibilité des articles »6 sont centrés sur la « notoriété »7 du sujet des articles, qui elle-même renvoie à la règle de citation des sources : l'article doit citer au moins deux « sources secondaires de qualité », par exemple une mention du sujet dans un ouvrage de référence ou un média national. Plus largement, ces mécanismes visent à appuyer le principe de « neutralité de point de vue »8, censé garantir l’objectivité de la construction des savoirs encyclopédiques. Cette neutralité implique de « ne pas prendre parti », et donc de s’abstenir de toute revendication culturelle ou politique dans le traitement des sujets. La définition wikipédienne du principe de neutralité fait aussi mention des rapports de majorité et de minorité : si la neutralité « n'est pas le point de vue de la majorité », les points de vue minoritaires, pour être représentés dans les articles, doivent être « significatifs », documentés par des sources et « proportionnels » à leur importance relative au sujet. Ce principe vise à pallier la surinflation des points de vue minoritaires, voire insignifiants, au sein d’un article (par exemple, les théories du complot).

37Une autre recommandation éditoriale est souvent évoquée par les contributeurs : celle de la « moindre surprise » pour la majorité. Moins connue et moins documentée, elle stipule qu’en cas de litige, la forme à privilégier sera « l[a] plus courant[e] ou l[a] mieux attesté[e] dans le contexte francophone et dans les références francophones potentielles »9. Autrement dit la forme à privilégier est, selon un contributeur, celle qui permet de « se conformer à l'usage majoritaire, de manière à ce qu'un minimum de personnes soient surprises » (contributeur A, 2008). Cette recommandation est souvent débattue lors de conflits interculturels qui ont marqué les « guerres d’édition » dans l’encyclopédie francophone. Par exemple, une âpre dispute a eu lieu autour de la proposition de renommer l’article « Palet » en « Puck », terme plus populaire chez les Canadiens francophones, où le hockey occupe une place plus prépondérante qu’en Europe. Ces féroces guerres d’édition menées sur des terrains en apparence triviaux sont les symptômes de tensions situées à un méta niveau : sur le plan des luttes de domination culturelle, sociale et politique. Elles montrent l’importance, comme nous l’avons souligné plus haut, de saisir les enjeux de pluralisation des savoirs dans Wikipédia sur un double plan, à la fois endogène à la gouvernance de l’encyclopédie, et exogène, lié à des rapports de pouvoir externes, au sein de la francophonie canadienne et mondiale.

38La pluralisation des savoirs au sein de Wikipédia.fr implique la reconnaissance des diverses cultures francophones. Divers travaux ont montré que l’« infrastructure réglementaire » de l’encyclopédie est fortement légaliste (Ford & Wajcman, 2017) et que la régulation y est procédurale (Cardon & Levrel, 2009), au sens où « ce sont les arguments formels qui, lors des conflits, se révèlent toujours d’une autorité supérieure aux appréciations substantielles » (Cardon, 2015, p. 62). Dans le cas de l’article « Littérature franco-ontarienne », nous observons pour notre part que la reconnaissance suppose de démontrer que la revendication minoritaire est adéquate vis-à-vis des mécanismes internes de gouvernance éditoriale de l’encyclopédie. De plus, cette reconnaissance est externalisée au sens où le dispositif éditorial repose largement sur la citation de sources externes pour établir la légitimité d’un sujet. Cette externalisation de la reconnaissance tend à ramener Wikipédia à un rôle de description du monde, dans la mesure où l’encyclopédie se contenterait de refléter une notoriété déjà acquise et validée par d’autres instances de production de savoir. Enfin, le caractère procédural et externalisé de cette reconnaissance la positionne sur un terrain largement dépolitisé. En effet, il tend à neutraliser les revendications identitaires tout en faisant l’impasse sur les conditions politiques, sociales et culturelles qui président à la légitimité institutionnelle des savoirs minoritaires, et leurs potentiels effets de domination.

39Ces modalités de reconnaissance posent un enjeu crucial du point de vue de la pluralisation des savoirs : la « neutralité » encyclopédique est-elle la reproduction du statu quo de rapports de pouvoir exogènes, ou bien a-t-elle vocation à rééquilibrer ces relations de pouvoir pour contrer les effets de domination culturelle ? En effet, l’enjeu du débat autour de l’admissibilité de la littérature franco-ontarienne dépasse la simple entrée encyclopédique. Il s’agit d’évaluer la singularité d’une expression culturelle minoritaire, et par là même de débattre de son caractère culturel distinct. Étant donné que la présence de traits distinctifs participe de la définition d’une minorité, si la distinction culturelle d’un groupe est contestée, c’est l’existence symbolique de la minorité elle-même qui est niée. Les défenseurs de l’article « Littérature franco-ontarienne » se lancent donc dans une bataille pour la reconnaissance des cultures francophones minoritaires au sein de l’encyclopédie. Tout au long de ces débats, on observe une oscillation entre l’expression d’affects politico-identitaires et la régulation du conflit au sein du cadre de gouvernance interne de l’encyclopédie.

Contestation de la neutralité et de la position majoritaire

40Les débats sur la place des minorités francophones canadiennes dans Wikipédia.fr mettent généralement en scène deux groupes. D’un côté, les échanges dépeignent des contributeurs français en position de majorité numérique dans l'encyclopédie. De l’autre côté se trouve une coalition de contributeurs franco-canadiens en position de minorité, qui se posent en porte-paroles et défenseurs des cultures francophones minoritaires. Chaque groupe construit une image de l’autre pour mieux le disqualifier, en lui attribuant des intentions ou des biais idéologiques qui orienteraient le travail d’édition en le faisant dévier du principe de neutralité. Rappelons toutefois que les Franco-Ontariens restent eux-mêmes essentiellement absents de ces débats, les contributeurs québécois s’en faisant plutôt leurs porte-paroles dans ces débats.

41Ainsi le groupe majoritaire est dépeint par ses détracteurs comme les « français de France », voire désigné par le terme « les Parisiens », un qualificatif réducteur qui insiste sur la concentration d’un pouvoir politique et culturel dans la capitale française à l’échelle de la francophonie. Cette qualification est particulièrement digne de mention en ce qui concerne le débat sur la littérature franco-ontarienne. Paré (2001) souligne en effet que l’espace littéraire francophone mondialisé est structuré par la centralité des cercles parisiens, dont l’influence et le prestige rayonne et s’impose aux périphéries. Les revendications de reconnaissance des cultures francophones minoritaires se manifestent donc souvent comme une négociation des rapports de distance, de séduction et d’infériorisation qu’elles entretiennent avec la culture française. Divers contributeurs français battent cependant en brèche l’idée d’un pouvoir culturel hégémonique de la France au sein de la francophonie : « je vous laisse tourner en rond sur le fantasme de l'impérialisme culturel français » (contributeur A, 2008).

42Du point de vue de certains contributeurs français, les minorités francophones actives dans Wikipédia tendent à être perçues comme « régionalistes » et politisées. Dans le débat d'admissibilité de l’article « Littérature franco-ontarienne », le caractère trop « régionaliste » de cette littérature est d’ailleurs perçu comme un motif de suppression de l’article lui étant dédié :

J'ai bien peur cependant que la, dixit, ‘littérature franco-ontarienne’ ne soit qu'un raccourci et amalgame régionaliste pour décrire l'ensemble de la prose écrite en langue française par des personnes nées ou résidant en Ontario (contributeur A, 2012).

43Le même contributeur estime que « si la littérature franco-ontarienne se contente d'être une littérature canadienne-française écrite par des Franco-Ontariens, ça ne va pas le faire » (contributeur B, 2012). Il implique par là que le critère de localisation géographique et la revendication identitaire des écrivains francophones en Ontario seraient insuffisants pour justifier la création d’un article distinct au sujet de cette littérature. Plus largement, dans les débats wikipédiens sur la place des minorités francophones, le « militantisme des Canadiens français » est jugé néfaste au principe de neutralité encyclopédique :

Quand je lis vos messages sur le Projet:Québec [page du portail thématique sur le Québec], j'ai l'impression pour vous que c'est plus une question de politique ou de principe que réellement une question profonde. [Ç]a me désole et m'attriste (contributeur E, 2012).

44En dépeignant un biais politique, ce contributeur cherche à montrer une dérogation à la règle du principe de neutralité et ainsi à miner la crédibilité des wikipédiens visés.

45De l'autre côté, du point de vue minoritaire d’un contributeur canadien francophone, la non-neutralité du groupe des « français » se traduirait par une certaine ignorance « ethnocentrique » de la diversité des cultures francophones mondiales :

Et revoilà une demande de suppression franco-française révélatrice d'une méconnaissance, pour ne pas dire ignorance, des cultures francophones mondiales. 200 millions de Francophones au bas mot et seulement 65 millions de Français… Et parmi ces derniers quelques-uns qui demandent à grandes volées la suppression quotidienne d'articles encyclopédiques concernant les cultures régionales et celles des nombreux pays francophones (contributeur D, 2012).

46Dans cet extrait, le contributeur remet également en cause la majorité numérique des wikipédiens français : s’ils représentent le plus grand nombre de contributeurs dans Wikipédia.fr, ils ne sont qu’une minorité numérique à l’échelle de la francophonie mondiale. Cette remise en cause n’est pas anodine : contester le statut de majorité numérique des Français permet à ce contributeur de retourner la règle de « la moindre surprise pour la majorité » au bénéfice des cultures francophones minoritaires.

47Ainsi, les tensions observées entre groupe minoritaire et majoritaire oscillent entre un argumentaire politique sur les effets négatifs de la domination culturelle, et une démonstration procédurale du non-respect des mécanismes de gouvernance interne (contestation de la neutralité et de la position de majorité du groupe opposé). Toutefois, dans le cas du débat d’admissibilité de l’article « Littérature franco-ontarienne », ce ne sont pas des arguments politiques liés aux luttes pour la reconnaissance des minorités qui ont permis de gagner le maintien de l’article. Ce sont plutôt des arguments de procédure liés à la règle de citation de sources externes.

Sources externes et enjeux de légitimité institutionnelle

48La demande de suppression de l’article était motivée par un manque de « notoriété » – un des principaux critères de la règle d’admissibilité des sujets dans Wikipédia – qui s’exprimait par l’absence de sources secondaires attestant du caractère distinctif de cette littérature. Ainsi déplacée sur le terrain procédural, la lutte pour la reconnaissance de l'identité franco-ontarienne a pris la forme d’un exercice d’évaluation des sources externes citées à l’appui de la notoriété du sujet. Car pour les wikipédiens, comme l’affirme le contributeur ayant demandé la suppression de l’article : « il y a une différence entre revendiquer une appartenance géographico-politique et que celle-ci soit définie par des chercheurs extérieurs » (contributeur E, 2012).

49Parmi la quinzaine de sources mentionnées sur la page de débat d'admissibilité de l'article, on observe en premier lieu l’importance accordée à la reconnaissance de cette littérature dans le champ scientifique et éducatif. Les contributeurs citent diverses sources qui montrent l’existence d’experts et d’un domaine d'étude portant spécifiquement sur le sujet, notamment par la publication d’ouvrages et d’articles scientifiques (« des bouquins comme Introduction à la littérature franco-ontarienne de Hotte et Melançon ou Anthologie de la littérature franco-ontarienne des origines à nos jours de Dionne démontrent un positionnement rigoureux du sujet », contributeur F, 2012). Ils mentionnent également l’existence d’un laboratoire de recherche universitaire et d’un projet de recherche sur le sujet. Les cours universitaires sont aussi mentionnés à l’appui de l’argumentaire : « l'Université de Hearst offre justement les cours Littérature franco-ontarienne I et II » (contributeur G, 2012).

50Un deuxième ensemble de sources vise à montrer l’existence d’institutions culturelles telles que des théâtres et des maisons d’édition (« bon, sur le fond, effectivement, les sources que tu cites disent que ‘littérature franco-ontarienne’ est un terme identitaire revendiqué depuis 1970 [...] à la faveur de la création du Théâtre du Nouvel-Ontario et des éditions Prise de parole », contributeur E, 2012). Enfin, un troisième ensemble de sources réfère aux institutions médiatiques, avec la mention d’articles dans un média national canadien (Radio-Canada) et dans un magazine (Nuit Blanche), ainsi que l’existence d’un prix dédié à la littérature franco-ontarienne contemporaine. La convocation de ces sources répond ainsi à deux principaux objectifs : démontrer la singularité culturelle de la littérature franco-ontarienne, et attester de sa reconnaissance institutionnelle.

51Si elles ont effectivement permis le maintien de l'article, cette procéduralité et cette externalisation de la reconnaissance questionnent toutefois les conditions de pluralisation dans l’encyclopédie. En effet, prouver la reconnaissance institutionnelle est un défi pour les cultures minoritaires qui disposent d’un faible appareil institutionnel sur leurs territoires géographiques, et d’un faible rayonnement symbolique national et international. Concernant la littérature franco-ontarienne, le manque de sources de validation externe dans le champ traditionnel de production du savoir a été documenté par F. Paré (2001). Lorsqu’elles existent, l’accessibilité de ces sources au faible rayonnement est également un enjeu, d’ailleurs soulevé avec ironie par un contributeur canadien dans le débat d’admissibilité :

[...] quand on donne une liste d'ouvrages, le demandeur de la suppression persiste et signe parce que les sources proposées ne sont pas consultables. Ben non, elles ne sont pas consultables parce que les bibliothèques de France ne se donnent pas la peine de les acheter. Pourquoi le feraient-elles ? Ne s'agit-il pas là de sources de péquenots liées à des cultures francophones sans intérêt ? (contributeur D, 2012).

52Ces propos ramènent le débat sur le terrain politique en traduisant le fait que les « littératures minoritaires » sont marquées par un rapport inégal au pouvoir, découlant d’un effet de marge, qui reproduit « une histoire institutionnalisée de l'indifférence » (Paré, 2001, p. 26). Les mécanismes de reconnaissance procédurale et externalisée de Wikipédia tendent donc à faire l’impasse sur les conditions sociopolitiques externes de la légitimité institutionnelle des sources. La dimension politique des négociations pour la reconnaissance des minorités culturelles se trouve donc largement évacuée des arguments qui comptent dans le débat.

Reconnaissance politique active : singularisation et pluralisation des savoirs

53Ce débat soulève un enjeu important pour la pluralisation des savoirs au sein de Wikipédia : l’encyclopédie doit-elle se contenter de refléter les rapports de pouvoir établis entre « petites » et « grandes » cultures, ou bien doit-elle être un lieu de correction des inégalités ? Parmi les contributeurs, les avis sont partagés, mais ils tendent à pencher vers la non-intervention dans l'activité éditoriale, au sens d’une non « correction » des effets de domination politique et culturelle issus de facteurs exogènes à l’encyclopédie.

54Par exemple, un contributeur estime que « les pages de Wikipédia ont une fonction d'information neutre, pas de sauvegarder une populace quelle qu'elle soit » (contributeur H, 2008). Un autre partage le même point de vue : « Wikipédia n'a pas à prendre les devants et à faire du protectionnisme ou du militantisme [...] Wikipédia ne peut qu[e] rapporter la réalité, et en aucun cas se substituer à une autorité de régulation, de recentrage » (contributeur I, 2009). À plusieurs reprises dans les échanges observés, des partisans du statu quo expriment une tristesse vis-à-vis de la situation des minorités francophones : « c'est triste, mais c'est comme ça » (contributeur I, 2009). Cette tristesse s’accompagne d’une résignation : si le statut dominé de ces cultures est reconnu, sa reproduction au sein de l’encyclopédie est présentée comme un mal nécessaire en raison d’une impuissance à agir sur les causes exogènes qui sont à la source de ces rapports de pouvoir : « de toute façon laisse béton, cette ‘bataille’ s'est perdue il y a bien longtemps, et elle n'est pas culturelle. Elle est probablement économique et géopolitique » (contributeur I, 2009). Ainsi, les contributeurs ne sont pas aveugles aux facteurs externes qui conditionnent la production de savoir en contexte minoritaire, mais cet aspect est souvent balayé au titre que pour tendre vers la neutralité de point de vue, Wikipédia ne devrait pas être un terrain de défense politique des minorités.

55Pour autant, certains wikipédiens, y compris parmi les contributeurs français, sont conscients des limites du critère de notoriété pour décider de l'admissibilité d’un article dans certains contextes culturels minoritaires. Ainsi, dans le débat analysé, l’un d’eux s'interroge :

Que ferait un Canadien francophone face à un éventuel article sur la littérature morvandelle ? Comment trouverait-il les sources sur cette micro-culture, qui concerne quelques milliers de personnes en France, depuis l'autre côté de l'Atlantique ? Personnellement, je n'ai pas la proximité culturelle nécessaire pour statuer sur la pertinence [de l'article « Littérature franco-ontarienne »]. À défaut, je préfère lui laisser sa chance [...]. (contributeur J, 2012)

56Ce discours fait écho aux observations de Sahut (2016, p. 102), qui note que certains wikipédiens ont conscience des limites d’un « référencement reposant exclusivement sur des sources scientifiques, voire renoncent à l’imposition de normes trop contraignantes en matière de citation des sources » (2016, p. 102). Ainsi, dans le cas des savoirs minoritaires, il semble exister une certaine possibilité de négociation sur les procédures de gouvernance interne au nom de la pluralisation culturelle, mais dans le cas observé, cette négociation reste tout de même marginale au regard de l’argumentaire procédural, qui valorise avant tout la disponibilité des sources externes institutionnelles. De plus, une telle ouverture ne fait pas consensus, ou du moins, elle ne s’applique pas à tous les cas de figure en dehors de la question des sources. Certains contributeurs évoquent l’abandon possible de la coexistence dans un même espace encyclopédique face aux revendications de minorités qui réclament que les titres des articles reflètent les variations locales du français :

Si les Québécois, les Camerounais ou les Corses pensent que leur langue est différente du français académique au point que certains termes (endive, brouette) sont incompréhensibles pour eux, alors ils doivent créer une nouvelle Wikipédia dans leur langue (contributeur K, 2013).

57En pratique, cette option n’est pas réalisable car selon les règles de gouvernance de Wikipédia, seules les langues possédant un code ISO 639 (attribué par l’Organisation internationale de normalisation) peuvent obtenir leur propre version linguistique de l’encyclopédie, ce qui n’est pas le cas de la plupart des variétés du français. Là encore, c’est en référence à une instance (technique) de légitimation externe que s’opère la reconnaissance de la singularité culturelle.

58Il existe cependant plusieurs exemples de « fourches » (forking) consistant à créer une version alternative de l’encyclopédie à l’extérieur de l’espace wikipédien. C’est le cas de Conservapedia, une encyclopédie en ligne affichant un parti pris politique pour le fondamentaliste chrétien, lancée par un contributeur excédé par le rejet de ses éditions dans Wikipédia. Cette scission d’un projet encyclopédique pour cause de désaccord politique peut être vue comme un seuil limite de la pluralisation, qui serait franchi au moment où un groupe refuse l’altérité de point de vue en s’excluant du cadre de gouvernance commune. Mais d’un autre côté la « fourche », surtout si elle reste à l’intérieur de l’espace wikipédien, peut aussi être vectrice d’émancipation politique (Tkacz, 2011) et de reconnaissance culturelle pour un groupe minoritaire en quête d’un espace autogouverné. Dans Wikipédia, seules les scissions linguistiques sont acceptées, mais elles ont des effets politiques en reconnaissant la singularité culturelle d’un groupe. Par exemple, dans la Wikipédia en langue atikamekw (la langue de la nation autochtone du même nom, du Canada), les sources orales telles que la parole d’un aîné respecté dans la communauté sont acceptées comme sources légitimes pour justifier l’admissibilité d’un sujet (Casemajor et al., 2019). In fine, cet entrelacement entre le partage d’une langue commune et le partage d’un espace politique commun laisse entrevoir des processus interdépendants de singularisation culturelle et de pluralisation des savoirs, dont témoigne le cas des Franco-ontariens et de leur place dans Wikipédia.fr.

Conclusion

59Cet article a analysé les enjeux culturels et politiques de la pluralisation des savoirs à travers l’exemple de l’identité franco-ontarienne dans Wikipédia.fr. Sa contribution principale est l’analyse des différents rapports de minorisation qui existent au sein de l’encyclopédie. En effet, alors qu’il existe plusieurs travaux comparant des versions linguistiques de Wikipédia, notre étude a plutôt examiné les négociations entre groupes culturels au sein même de l’encyclopédie, aspect qui, à notre connaissance, n’avait pas été abordé. Plus généralement, notre article a cherché à contribuer à la réflexion sur la pluralisation des savoirs, en insistant sur les rapports de pouvoir et de reconnaissance qui émergent dans les négociations identitaires entre wikipédiens.

60Sur le plan empirique, l’analyse a montré comment la condition des Franco-Ontariens dans l’encyclopédie est traversée par divers rapports de minorisation, dont nous avons identifié quatre modalités. La première se joue en relation avec le monde anglophone, principalement en Ontario et au Canada. Nos conclusions rejoignent ici les travaux existants qui montrent l'existence de « biais culturels » caractérisant les différentes versions linguistiques de l’encyclopédie. Ces biais s’expriment par exemple par le peu d’attrait pour les articles relevant de la culture franco-ontarienne dans la version anglaise des articles du portail. Deuxièmement, les personnes qui s’identifient comme franco-ontariennes, dans leur ensemble, ne semblent pas participer significativement à la bonification des articles du portail les concernant. En leur absence, d’autres contributeurs, notamment des Québécois et des Français s’en font les porte-paroles, en étant avant tout motivés par le désir encyclopédique de documenter les différents aspects de la francophonie.

61Fortement lié au second point, un troisième rapport de minorisation se manifeste au niveau des représentations analysées dans le portail, qui semblent relativement confuses et ambiguës. La représentation dominante de cette identité est bâtie sur un récit endogène à tendance ethnicisante mettant l’accent sur les populations francophones installées depuis l’époque de la Nouvelle-France. Elle tend de ce fait à éclipser l’immigration récente et ses lieux géographiques d’implantation, par exemple la région de Toronto.

62Finalement, un quatrième rapport de minorisation se situe entre les contributeurs qui se font les porte-paroles des Franco-Ontariens et les autres contributeurs francophones de l’encyclopédie. Ce rapport s’exprime en particulier par la remise en question de la légitimité encyclopédique de l’article sur la littérature franco-ontarienne. C’est via une démarche procédurale, externalisée et dépolitisée que s’est faite la reconnaissance de la légitimité de cet article, en démontant la singularité culturelle de cette littérature et en attestant de sa reconnaissance institutionnelle à l’extérieur de l’encyclopédie grâce à la citation de sources externes.

63Sur ce dernier plan, notre analyse des négociations interculturelles au sein de l’encyclopédie a également contribué à saisir comment les rapports de minorité et de majorité culturelle au sein d’une même version linguistique de Wikipédia mettent à l’épreuve les mécanismes de gouvernance de l’encyclopédie. Notre analyse suggère que les conditions de la pluralisation des savoirs dans Wikipédia tiennent en partie à son organisation et à sa gouvernance (facteurs endogènes liés au dispositif éditorial et à l’infrastructure de la plateforme), et en partie aux rapports différenciés que les divers groupes francophones entretiennent avec les institutions culturelles, politiques et de savoir dominantes dans d’autres sphères publiques à l’extérieur de l’encyclopédie (facteurs exogènes).

64Un premier enjeu central d’articulation entre ces deux facteurs est la négociation du « principe de neutralité », qui cristallise les tensions autour de la pluralisation des savoirs. Ce principe agit bien sûr comme un garde-fou contre une surinflation des points de vue minoritaires, voire non-pertinents dans l’encyclopédie, mais il a aussi comme effet corollaire de reproduire certains rapports de pouvoir (et de domination) exogènes. En effet, un des défis de la reconnaissance des savoirs concernant les Franco-Ontariens tient à la faiblesse des institutions nationales dédiées à la défense et la promotion des savoirs et des expressions culturelles franco-ontariennes.

65Un second enjeu central d’articulation entre facteurs endogènes et exogènes de la pluralisation des savoirs concerne l’infrastructure sociotechnique de la plateforme Wikimédia. Le choix d’organiser son architecture technique et sa gouvernance sur une base linguistique (plutôt que nationale par exemple) induit des négociations à l’échelle de la francophonie plutôt qu’à l’échelle du pays (entre francophones et anglophones du Canada par exemple), en plus de reposer sur des standards techniques internationaux. Par ailleurs, cette organisation technique basée sur le logiciel libre fait que la « fourche » de la plateforme vers une nouvelle encyclopédie constitue à la fois seuil limite et une condition de possibilité de la pluralisation.

66Le plus récent plan stratégique de la Fondation Wikimédia (au service de Wikipédia et de ses projets connexes) pour les quinze prochaines années va clairement dans le sens d’une reconnaissance de la diversité des cultures minoritaires au sein de l'encyclopédie. Admettant que les efforts en faveur d’une plus grande diversité dans le mouvement Wikimédia ont « souvent rencontré une certaine opposition » au sein de la communauté10, le plan stratégique s’engage fermement en faveur de l’« équité du savoir » pour les « communautés qui ont été écartées par les structures basées sur le pouvoir et le privilège »11. Reste à voir comment ces principes directeurs s'incarneront dans la gouvernance interne, l’infrastructure et les pratiques éditoriales de l’encyclopédie.

Cette étude a bénéficié d'un soutien financier du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Gouvernement du Québec et du Conseil facultaire du Collège Glendon de l'université York à Toronto. Merci également aux deux personnes qui ont ont révisé anonymement une première version de cet article, ainsi qu'à nos assistant.es Karine Michaud Tessier, Max Maccarone et Samantha Boucher pour l'aide apportée à différents moments de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Apic, G., Betts, M. & Russell, R. (2011). Content Disputes in Wikipedia Reflect Geopolitical Instability. PloS one, 6, e20902.

Auray N., Hurault-Plantet, M., Poudat, C. & Jacquemin, B. (2009). La négociation des points de vue. Une cartographie sociale des conflits et des querelles dans le Wikipédia francophone, Réseaux, 154, 15-50.

Auray, N. (2004). La régulation de la connaissance : arbitrage sur la taille et gestion aux frontières dans la communauté Debian. Revue d’économie politique, 113, 161-182.

Benoit, M., Bell, J. & Lavoie, A. M. (2018). La santé mentale de jeunes étudiantes franco-ontariennes d’une université bilingue en Ontario : Les effets de la double minorisation et du bilinguisme instrumental sur les études et l’entrée en carrière. Minorités linguistiques et société, 9, 207-226.

Boudreau, A. & Ali-Khodja, M. (2009). Introduction. Les langues à l'épreuve des minorités. Langage et société. 129(3), 5-11.

Boullier, D. (2016). Sociologie du numérique. Paris : Armand Colin.

Broudoux E. (2015). Wikipédia, objet de recherches : entre observations, expérimentations et coconstructions. In L. Barbe, L. Merzeau & V. Schafer (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié (pp. 55-73). Nanterre : Presses universitaires de Paris Nanterre.

Busino, G. (2007). Matériaux pour l’histoire de la sociologie de la connaissance. Revue européenne des sciences sociales. European Journal of Social Sciences, XLV(139), 57-190.

Cardon, D. (2015). Surveiller sans punir. La gouvernance de Wikipédia. In L. Barbe, L. Merzeau & V. Schafer (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié (pp. 15-39). Nanterre : Presses universitaires de Paris Nanterre.

Cardon, D. & Levrel, J. (2009). La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia. Réseaux, 154(2), 51-89.

Casemajor N., Couture, S. & Michaud Tessier, K. (2017) La présence franco-ontarienne dans Wikipédia : rapport de recherche, Montréal/Toronto : Institut national de la recherche scientifique/Université York.

Casemajor, N., Gentelet, K. & Coocoo, C. (2019). Openness, Inclusion and Self-Affirmation: Indigenous knowledge in Open Knowledge Projects, Journal of Peer Production. 13, 1-20.

Charbonneau, F. (2012). L’avenir des minorités francophones du Canada après la reconnaissance. International Journal of Canadian Studies / Revue internationale d’études canadiennes. (45-46), 163–186.

Dallaire, C. (2004). « Fier de qui on est... nous sommes francophones ! » L'identité des jeunes aux Jeux franco-ontariens. Francophonies d’Amérique, 18(1), 127‑147.

Fataar, A. (2018). Decolonising education in South Africa: Perspectives and debates. Educational Research for Social Change, 7, vi-ix.

Featherstone, M. & Venn, C. (2006). Problematizing global knowledge and the new encyclopedia project: An introduction. Theory, Culture & Society. 23(2-3), 1-20.

Ford, H., & Wajcman, J. (2017). ‘Anyone can edit’, not everyone does: Wikipedia’s infrastructure and the gender gap. Social Studies of Science, 47(4), 511‑527.

Fortin-Gauthier, É. (2018). Francophones des minorités culturelles : « Nous sommes aussi Franco-Ontariens ». ONFR, 27 juin 2018.

Fraser, N. (2004). Justice sociale, redistribution et reconnaissance. Revue du MAUSS, 23(1), 152-164.

Gervais, G. (1995). Aux origines de l’identité franco-ontarienne. Cahiers Charlevoix : Études franco-ontariennes, 1, 125‑168.

Godrie, B. & Dos Santos, M. (2017). Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ignorance. Sociologie et sociétés. 49(1), 7-31.

Graham, M. (2011). Wiki space: Palimpsests and the politics of exclusion. Dans G. Lovink & N. Tkacz (dir.), Critical Point of View: A Wikipedia Reader (pp. 269-282). Amsterdam, Inst. of Network Cultures (INC Reader).

Hall, S. (1990). Cultural Identity and Diaspora. In J. Rutherford (dir.). Identity: community, culture, difference (pp. 222‑237). Londres: Lawrence & Wishart.

Honneth, A. (2004). Visibilité et invisibilité. Sur 1'épistémologie de la « reconnaissance ». Revue du MAUSS, 23(1), 137-151.

Honneth, A. (2008). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Le Cerf.

Jullien, N. (2012). What We Know About Wikipedia: A Review of the Literature Analyzing the Project(s). Consulté sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00857208

Langlais, P. (2015). {{Référence nécessaire}} L’émergence d’une norme wikipédienne (2003-2009). In L. Barbe, L. Merzeau & V. Schafer (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié (pp. 77-90). Nanterre : Presses universitaires de Paris Nanterre.

Latour, B. (1989). La Science en action. Paris : La Découverte.

Latour, B. (2006). Changer de Société - Refaire de La Sociologie. Paris : La Découverte.

Massa, P. & Scrinzi, F. (2013). Manypedia: Comparing language points of view of Wikipedia communities. First Monday, 18(1). https://doi.org/10.5210/fm.v18i1.3939

Mesgari, M., Okoli, C., Mehdi, M., Nielsen, F. Å. & Lanamäki, A. (2015). “The sum of all human knowledge”: A systematic review of scholarly research on the content of Wikipedia. Journal of the Association for Information Science and Technology, 66(2), 219‑245.

Millette, M. (2015). L’usage des médias sociaux dans les luttes pour la visibilité : le cas des minorités francophones au Canada anglais. Thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal.

Ministère des affaires francophones (2009). Redéfinition de la population francophone. Communiqué de presse. https://news.ontario.ca/ofa/fr/2009/06/redefinition-de-la-population-francophone.html.

Miquel-Ribé, M. & Laniado, D. (2016). Cultural Identities in Wikipedias. Proceedings of the 7th 2016 International Conference on Social Media & Society. 1-10. https://doi.org/10.1145/2930971.2930996

Office des affaires francophones (2009). Profil de la communauté francophone de l’Ontario 2009. Toronto : Office des affaires francophones. http://ontario400.ca/wp-content/user_files/2013/12/profil-des-francophones.pdf

Paré, F. (2001 [1992]). Les littératures de l'exiguïté. Hearst : Éditions du Nordir.

Pastinelli, M., Uhl, M. & Fall, K. (2017). Postface–du vivre-ensemble à la pluralisation : les travaux des jeunes chercheurs au cœur de l’évolution de la programmation scientifique du CELAT. Conserveries mémorielles. Revue transdisciplinaire. 21, 1-3.

Petzold, T. (2010). 36 Million Language Pairs: Generative Multilingualism in DigitallyEnabled Societies. Twelfth Berlin Roundtables on Transnationality. Berlin: Social Science Research Centre. http://www.irmgard-coninxstiftung.de/fileadmin/user_upload/pdf/Cultural_Pluralism/Language/Essay.Petzold.new.pdf.

Piron, F. (2018). Justice et injustice cognitives : de l’épistémologie à la matérialité des savoirs humains. In É. Tremblay & R. Dorcé (dir.). Les Classiques des sciences sociales. 25 ans de partage des savoirs dans la francophonie (pp. 259-273). Québec : Éditions science et bien commun.

Prothais, D. (2003). Wikipédia, terrain de lutte ? Régulation et processus de légitimation des savoirs au sein d’un collectif autogéré, Mémoire de maîtrise, Sociologie politique : Lyon 2, IEP.

Renault, E. (2004). Reconnaissance, institutions, injustice. Revue du MAUSS. 1(23), 180-195.

Rogers R. (2013). Wikipedia as cultural reference. Dans R. Rogers, Digital Methods (pp. 165-202). Cambridge. MA: MIT Press.

Sahut, G. (2016). L’autorité importée dans Wikipédia ? La question de la qualité des sources citées. Quaderni, 91, 93-105.

Thériault, J. Y. (1994). Entre la nation et l’ethnie : Sociologie, société et communautés minoritaires francophones. Sociologie et sociétés. 26(1), 15‑32.

Tkacz, N. (2011). The politics of forking paths. Dans G. Lovink & N. Tkacz (dir.), Critical Point of View: A Wikipedia Reader (pp. 94-107). Amsterdam: Inst. of Network Cultures.

van Dijk, Z. (2009). Wikipedia and lesser-resourced languages. Language Problems and Language Planning. 33(3), 234-250.

Haut de page

Notes

1 Les extraits des textes anglophones sont traduits en français par les auteurs de l’article.

2 Wikipédia. Principes fondateurs. https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Principes_fondateurs (consulté le 25 juin 2020).

3 Notons que ces catégories ne sont pas celles développées par le portail, mais elles ont été construites par notre analyse inductive à partir d’un premier survol du contenu, en tenant compte de nos intérêts de recherche. Ce ne sont d’ailleurs pas tous les articles référés par le portail qui sont associés aux catégories wikipédiennes, ce qui explique notamment notre propre effort de catégorisation.

4 Il s’agit de la page de discussion de l’article « Palet » (qui a donné lieu à une forte controverse entre québécois et autres groupes francophones), de la discussion « Les limites du principe de moindre surprise » dans le Bistro (le forum général de Wikipédia.fr) du 24 novembre 2009, et de de la discussion « Chauffer dans la noirceur » (sur les expressions francophones locales) dans le Bistro du 18 avril 2013.

5 Gouvernement de l’Ontario, Services gouvernementaux en français. https://www.ontario.ca/fr/page/services-gouvernementaux-en-francais (consulté le 25 juin 2020).

6 Wikipédia, Critères d'admissibilité des articles. https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Critères_d'admissibilité_des_articles (consulté le 25 juin 2020).

7 Les extraits en guillemets sont tirés des règles, procédures et recommandations de Wikipédia.fr.

8 Wikipédia, Neutralité de point de vue. https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Neutralité_de_point_de_vue#La_neutralité_de_point_de_vue_n'est_pas_le_point_de_vue_de_la_majorité (consulté le 25 juin 2020).

9 Wikipédia:Conventions sur les titres https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Conventions_sur_les_titres#Recommandations_gérales (consulté le 25 juin 2020).

10 Mouvement Wikimédia, Groupe de travail sur la diversité dans Wikimédia. https://meta.wikimedia.org/wiki/Strategy/Wikimedia_movement/2018-20/Working_Groups/Diversity/fr (consulté le 25 juin 2020).

11 Mouvement Wikimédia, Stratégie 2018-2020. https://meta.wikimedia.org/wiki/Strategy/Wikimedia_movement/2018-20/fr (consulté le 25 juin 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Villes et régions de l’Ontario désignées comme bilingues et articles géographiques associés au portail Franco-Ontariens
Légende Villes et régions désignées comme bilingues (en rouge) et articles géographiques associés au portail Franco-Ontariens (en bleu)
Crédits Source : capture d’écran d’une carte réalisée par l’un des auteurs avec l’application Google My Maps
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/14581/img-1.png
Fichier image/png, 330k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Casemajor et Stéphane Couture, « Pluralisation des savoirs et cultures minoritaires »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/14581

Haut de page

Auteurs

Nathalie Casemajor

Professeure-chercheure au Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS (Institut national de la recherche scientifique, Montréal). Son travail porte sur le développement culturel, la mobilisation citoyenne et la culture numérique. Elle est directrice scientifique de l’Observatoire des médiations culturelles (OMEC) et a coédité le livre Expériences critiques de la médiation culturelle (PUL, 2017). Elle a également mené des projets de recherche sur les institutions culturelles et Wikipédia, ainsi que sur la blockchain et la circulation des œuvres d’art sur le Web.
https://orcid.org/0000-0001-7901-4859

Adresse : INRS - Institut national de la recherche scientifique, Centre Urbanisation Culture Société, 385 Sherbrooke Est, H2X 1E3, Montréal (Canada)
Courriel : Nathalie.Casemajor[at]ucs.inrs.ca

Stéphane Couture

Professeur adjoint au département de communication de l’Université de Montréal. Durant la période de l’étude, il était professeur adjoint au Collège Glendon de l’Université York, à Toronto (Canada) et a entamé un programme de recherche sur la communication francophone en Ontario dans lequel cette étude s’inscrit.
https://orcid.org/0000-0002-2588-6456

Adresse : Département de communication, Université de Montréal, Pavillon Marie-Victorin, FAS. Case postale 6128, succ. Centre-ville, H3C 3J7, Montréal (Canada).
Courriel : stephane.couture[at]umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search