Navigation – Plan du site
Varia

Explorer le monde avec application

Contributions numériques à la fabrique d’un parcours touristique
Exploring the world with application. How digital can alter a tourist experience
Explorar el mundo con aplicación. Contribuciones digitales a la fábrica de un itinerario turístico
Cédric Calvignac et Jan Smolinski

Résumés

L’usage du smartphone en situation de mobilité entraîne de nouvelles façons d’appréhender l’espace, de nouvelles pratiques mêlant exploration physique d’un lieu et navigation numérique sur la toile. Dans cet article, nous cherchons à identifier les variations de pratiques induites par la consultation mobile d’informations numériques. Nous centrons plus spécifiquement notre attention sur l’usage d’une application mobile dédiée à la découverte d’un site touristique. L’enquête repose sur la comparaison de deux groupes de visiteurs : les premiers sont équipés d’un guide papier, les seconds disposent de ce même équipement et d’un smartphone doté d’une application touristique. Dans le cadre de cette enquête comparative, les visiteurs sont suivis pas à pas (un récepteur GPS permet de reproduire fidèlement leur parcours) et de clic en clic (l’application enregistre l’historique de navigation des mobinautes). Les visiteurs observés sont également invités à revenir sur leur expérience lors d’entretiens semi-directifs de fin de parcours. Les résultats de l’enquête nous amènent à penser que l’usage du smartphone en situation d’exploration provoque une modification significative du rythme de marche, du nombre d’arrêts et de piétinements effectués, mais également du type de parcours suivi. Cet usage conduit les visiteurs à davantage respecter l’itinéraire conseillé et, par conséquent, à explorer le monde avec (une plus grande) application.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’usage en mobilité d’équipements connectés – tels les smartphones, netbooks, tablettes ou autres récepteurs GPS – a considérablement transformé notre rapport à l’espace en nous permettant d’accéder instantanément à un vaste ensemble d’informations susceptibles de requalifier et parfois même d’augmenter le réel (Greenfield, 2010 ; Graham, Zook & Boulton, 2013). Avec l’adoption de ces technologies mobiles, se déplacer au sein d’un espace revient non seulement à l’habiter de sa présence mais également à transporter avec soi tout « un écosystème de données » que l’on juge adaptées à la situation. Dominique Boullier nomme « habitèle » l’enveloppe invisible que forme cet écosystème d’informations (Boullier, 2004, 2011). L’ « habitèle » est une forme d’interface dynamique qui facilite la conjugaison de deux mobilités auparavant distinctes car asynchrones : l’exploration physique d’un lieu et la navigation numérique sur la toile. Lorsque ces deux mobilités se réalisent simultanément, se croisent et finissent par s’entredéfinir, on assiste à un phénomène relativement inédit : celui de l’ « inscription » de contenus numériques dans le « script » de déplacement des individus (Akrich, 1992).

2De nombreux chercheurs s’interrogent aujourd’hui sur les incidences d’un tel enchevêtrement, d’une telle combinaison des formes physique et numérique des représentations spatiales (Marzloff, 2005 ; Kitchin & Dodge, 2011 ; Sheller & Urry, 2012). Dans un récent article, Alain Rallet et ses collègues insistent d’ailleurs sur le fait qu’il est aujourd’hui nécessaire de ne plus considérer les réalités physiques et « virtuelles » comme relevant de deux univers discontinus mais bien plutôt de se les représenter comme deux éléments constitutifs d’un seul et même espace. Selon eux, l’observation des mobilités contemporaines doit passer par l’étude de ce « composé hybride », par l’analyse des modifications que suscite l’introduction de ces nouvelles technologies sur « les pratiques de mobilité, leurs formes » et « leur contenu » (Rallet, Aguiléra & Guillot., 2009). Ils rejoignent en cela l’analyse d’Adriana de Souza e Silva qui soutient qu’avec la diffusion des technologies mobiles, la frontière qui séparait l’espace physique du « cyberespace » s’est progressivement effacée pour laisser place à un « espace hybride » alimenté par un cortège de données issues de sources hétérogènes (de Souza e Silva, 2006).

3L’appropriation de cet « espace hybride », la convocation de ressources numériques en mobilité comme leur interprétation en situation sont autant de facultés nouvelles qui composent aujourd’hui ce que Jacques Lévy nomme le « capital spatial » (Lévy, 2003) et Vincent Kaufmann la « motilité » (Kaufmann, Bergman & Joye, 2004 ; Kaufmann, 2005). Ces éléments nouveaux contribuent significativement à la « motilité » de chacun, c’est-à-dire à « la manière dont un individu ou un groupe fait sien le champ du possible en matière de mobilité et en fait usage pour développer des projets » (Kaufmann & Jemelin, 2004). La notion de « motilité » est tout à fait inspirante car elle nous invite à penser la mobilité en termes de potentialités, en termes de leviers d’action à saisir. Reste à considérer quand et comment ces mobilités en puissance sont ou nonconverties et ce qui se joue au moment de leur mise en application. La question qui se pose alors est celle de l’incidence de ces nouveaux équipements sur le développement de différents « projets », sur la façon dont les individus s’approprient ces technologies et sont portés à agir différemment en et par leur présence (Latour, 2000 ; Cochoy & Calvignac, 2013 ; Calvignac & Cochoy, 2016).

4Dans cet article, nous nous intéresserons à un « projet » spécifique : la visite d’un site touristique. L’activité touristique constitue, à nos yeux, un terrain d’enquête pertinent pour observer les variations de pratiques induites par l’usage d’équipements connectés. Elle présente le grand avantage de s’articuler autour de la définition dynamique d’un itinéraire amené à évoluer au gré des aléas et opportunités rencontrées chemin faisant. En d’autres termes, l’activité touristique repose sur le principe d’un parcours non contraint – ou tout au moins peu contraint – et laisse ainsi place à une grande liberté d’action qui se manifeste par une définition ouverte et partiellement indéfinie des itinéraires à emprunter. C’est donc un terrain tout à fait recommandé pour tenter de déceler le rôle que jouent les dispositifs numériques d’aide à la mobilité dans le déroulement de l’activité d’exploration d’un lieu méconnu (Calvignac & Jalaudin, 2014 ; Jauréguiberry & Lachance, 2016).

5À partir d’un dispositif de recherche comparant les parcours de deux groupes de visiteurs – les uns équipés d’un guide papier, les autres munis de ce même équipement et d’un smartphone doté d’une application touristique –, nous cherchons à identifier les altérations d’un « régime exploratoire » travaillé par l’usage en situation d’un équipement connecté et renseigné en temps réel des déplacements de son usager (Auray & Vétel, 2013). Pour y parvenir, nous disposons des données de géolocalisation du parcours de chaque visiteur (relevés GPS), des données de consultation de l’application mobile (historique de navigation) et de données déclaratives issues d’entretiens semi-directifs de fin de parcours. Partant de l’analyse de ces données de différentes natures, notre article avance une démonstration en deux temps. Il interroge tout d’abord la façon dont l’ajout d’une application au dispositif d’aide à la navigation touristique vient transformer l’expérience itinérante du visiteur, vient modifier sa façon de se déplacer dans l’espace, de s’arrêter, de piétiner, de porter son attention sur et au-delà de l’écran. Nous verrons que l’adoption de l’application mobile proposée conduit à une exploration des lieux plus lente et plus diffuse limitant les déplacements rapides comme les arrêts prolongés. Ces premiers résultats apportent un éclairage supplémentaire à la discussion engagée autour de la proposition théorique de John Urry faisant du regard (tourist gaze) le centre de gravité de l’expérience touristique (Urry, 1990 ; Urry & Larsen, 2011). Nous verrons que l’attention visuelle portée à l’écran du smartphone transforme l’épreuve corporelle du déplacement touristique, épreuve corporelle qui contribue en retour à reconsidérer les formes de son engagement visuel (Licoppe & Figeac, 2014). On observe ici un conditionnement physique du regard qui est inextricablement associé à un conditionnement visuel du déplacement physique, deux formes de conditionnement médiées par l’introduction d’une technologie portable dont la prise en main suscite une nouvelle gestuelle et de nouvelles postures.

6Dans un second temps, une focale plus spécifique sera portée à la distribution dans l’espace des parcours des deux groupes et à l’interprétation par les visiteurs des signes transmis par l’application. Cette deuxième partie sera l’occasion de constater que la traduction des prescriptions transmises est loin d’être toujours immédiate, adaptée et fidèle. De nombreuses déformations du message véhiculé peuvent avoir lieu et des signes pensés comme secondaires par les concepteurs de l’application peuvent être saisis en première lecture par les utilisateurs et revêtir à leurs yeux une importance primordiale. Ainsi, des éléments techniques triviaux – ou pensés de prime abord comme tels – peuvent avoir une importance cruciale dans la communication engagée entre acteurs de l’offre et de la demande. Au cours de notre expérience, nous avons notamment constaté d’importants écarts entre les logiques de conception de l’application qui cherchaient à attiser la curiosité des visiteurs, à leur permettre en toute autonomie d’élargir leurs horizons de visite et les logiques de réception de l’application qui se sont avérées bien plus conformistes qu’attendu, qui ont conduit les visiteurs observés à explorer le monde avec (une plus grande) application.

Dispositif de recherche

Objectif et problématique de la recherche

7Notre travail de recherche s’inscrit dans la lignée de récents travaux qui ont pu démontrer que l’usage d’un smartphone, au cours d’un séjour touristique, pesait d’une part sur l’orientation des mobinautes dans l’espace et, d’autre part, sur la considération des offres et prescriptions commerciales soumises à leur attention. Ces travaux ont tout d’abord mis en évidence le fait que le smartphone – parce qu’il renseigne ses usagers sur leur position géographique en temps réel – facilite leur appréhension de l’espace, leur donne des repères utiles pour mieux progresser sur le territoire parcouru (Brown & Chalmers, 2003 ; Aguiton, Cardon & Smoreda, 2009). Une attention particulière a également été portée sur la capacité du smartphone à établir un dialogue avec différents prescripteurs, à faire surgir des informations géolocalisées susceptibles d’intéresser les touristes et d’entraîner une redéfinition de leur parcours. Il faut dire que certaines applications mobiles sont pourvues de systèmes de recommandations particulièrement sophistiqués qui s’ajustent aux préférences des individus, à leur rythme de découverte ou encore à l’exploration en temps réel de différents secteurs géographiques (Gretzel, Fesenmaier & O’Leary, 2006 ; Garcia-Crespo, Chamizo, Rivera et al., 2009 ; Fuchs, Höpken, Zanker et al., 2010 ; Wang, Park & Fesenmaier, 2012 ; Widmer, Pedrozo & Klauser, 2014). Ces applications offrent ainsi aux prescripteurs l’opportunité de parfaire leurs modes d’intervention, de calibrer leur temps de parole. Ces derniers peuvent donc jouer sur le contexte d’apparition de l’information transmise pour lui communiquer une force supérieure (Kessous, 2012 ; Cardon, 2015).

  • 1 Plus largement, le smartphone est au cœur de nombreuses recherches dans un ensemble varié de champs (...)

8Le smartphone offre de nouvelles opportunités d’usage et accueille, ce faisant, de nouveaux « dispositifs de captation » commerciale (Cochoy, 2004, 2011 ; Kessous, 2012 ; Cardon, 2015 ; Salvadore, Menvielle & Tournois, 2015). Il sert également de point d’appui à la réalisation d’enquêtes cherchant à analyser les pratiques touristiques et/ou à intervenir sur elles (Desvignes & Jacquot, 2014)1. Ainsi, différents chercheurs en sciences humaines et sociales se sont récemment emparés de données de téléphonie mobile et de relevés de position GPS pour « suivre les visiteurs à la trace » (Shoval & Isaacson, 2007) et restituer le plus fidèlement possible le déroulement de leur activité. Les recherches ainsi conduites ont d’ores et déjà permis de mesurer avec une plus grande précision la fréquentation de différents secteurs touristiques, d’en identifier les principaux points d’intérêt et couloirs de circulation (Olteanu Raimond, Couronné, Fen-Chong et al., 2012) mais aussi de mettre au jour les différences de parcours entre primo-visiteurs et visiteurs récurrents (Freytag, 2010) ou entre visiteurs ayant ou non préparé leur séjour en amont (Bauder & Freytag, 2015). Cela étant, ces travaux n’évoquent pas – ou trop peu – la capacité d’action des dispositifs techniques per se (agency), leur qualité de médiateurs, leur faculté d’intervention sur les comportements, la charge prescriptive de leurs « affordances » (Bardini, 1996 ; Akrich, Callon & Latour, 2006). Très peu de travaux ont effectivement emprunté cette perspective de recherche. Nous manquons notamment d’études comparatives qui viseraient à observer les similitudes et différences de parcours entre les visiteurs équipés de smartphone et ceux qui ne le sont pas (Bordeaux & Renaud, 2012).

  • 2 Trois principales consignes étaient formulées : 1) utiliser exclusivement les dispositifs fournis p (...)

9Dans le cadre de notre recherche, nous avons embrassé une démarche comparative de cet ordre visant à rendre compte de ce que la technologie est capable de nous « faire faire » (Latour, 2000) mais également de la façon dont les usagers interprètent, s’approprient et transforment ladite technologie (Akrich, 1998 ; Proulx, 2005 ; Calvignac, 2008). Toute l’originalité de notre enquête repose ainsi sur la comparaison systématique et outillée de l’exploration touristique de deux groupes de visiteurs distincts. Nous avons conçu et mis en œuvre une expérimentation pensée pour relever les différences de pratiques observables entre 8 couples de visiteurs munis d’un guide papier (carte, itinéraire et descriptifs) et 8 autres couples bénéficiant de ce même dispositif et d’un smartphone doté d’une application touristique mobile. Ces deux groupes de visiteurs disposent du même temps de visite, ils ont entre les mains un même guide papier, une carte et un itinéraire identiques, ils débutent et achèvent leur visite au même point de ralliement, ils reçoivent les mêmes consignes de départ2… bref, ils parcourent la ville dans des conditions en tous points comparables. Leur expérience ne se distingue finalement que sur un seul et unique critère : l’usage d’un smartphone équipé d’une application touristique dédiée.

10Il est important de préciser que nous cherchons ici à évaluer ce que le smartphone peut modifier dans un environnement déjà peuplé d’équipements courants. Il ne s’agit pas de comparer l’usage de deux dispositifs distincts (le guide papier d’un côté et le smartphone de l’autre) ; il ne s’agit pas non plus de mesurer la distance qui sépare les mobinautes des visiteurs non équipés. L’objectif est de voir ce qu’apporte l’usage d’une application mobile dans la routine de déplacement de visiteurs bénéficiant au préalable d’un équipement minimal pour se déplacer dans la ville. Ainsi, on s’éloigne d’une situation peu courante de substitution complète de l’équipement – le numérique chassant le papier – pour s’approcher de configurations hybrides, plus fréquentes et ordinaires, où le nouvel équipement entre dans le cortège des dispositifs déjà présents. Nous nous conformons donc aux usages les plus courants qui se fondent généralement sur une cohabitation des différentes technologies, sur un modèle de diffusion étagé (Beaudouin, 2002), sur une logique d’interopérabilité de dispositifs aux attributs souvent complémentaires.

Méthodologie de l’expérimentation

  • 3 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t (à (...)
  • 4 Les traces recueillies ont ensuite été nettoyées, ce qui revenait à supprimer de la base de données (...)
  • 5 Sur l’usage des récepteurs GPS dans les enquêtes en sciences humaines et sociales, voir Drevon & Gw (...)

11Dans le cadre de notre expérimentation, l’ensemble des couples observés ont été équipés de récepteurs GPS nous permettant de retracer pas à pas leur parcours3. Le récepteur GPS enregistrait sa position toutes les dix secondes, ce qui nous permettait un relevé précis du cheminement entrepris4. Les données GPS ont permis de procéder au calcul de vitesse, à la localisation des arrêts et piétinements, à la mesure des temps d’arrêt, à l’identification des changements directionnels5. Si nous suivions pas à pasles membres des deux groupes constitués, nous avions également la possibilité, pour le groupe des détenteurs du smartphone, de connaître précisément leur navigation sur l’application et de les suivre ainsi de clic en clic (Beaudoin, Cardon & Mallard, 2001). L’historique de navigation des mobinautes nous indiquait le type d’information consulté, le moment et la durée de la consultation, l’ouverture et la fermeture des différentes pages de l’application. Les historiques de navigation et les données de géolocalisation étaient indexés sur l’heure universelle ce qui permettait d’établir avec certitude la juste localisation des séquences d’usage de l’application. Les pas et les clicsétaient donc parfaitement synchronisés. C’est d’ailleurs la mise en correspondance de ces deux jeux de données qui nous a permis d’approfondir nos analyses sur les conditions d’usage de l’équipement (régime d’attention, vitesse d’exécution des tâches, activités précédant et succédant la consultation).

  • 6 Il s’agit bien d’entretiens d’explicitation et non d’entretiens d’autoconfrontation. Nous n’avons m (...)
  • 7 Les entretiens étaient réalisés immédiatement après la visite de la ville. Cette immédiateté permet (...)

12Aux deux jeux de données précédemment évoqués (coordonnées GPS et historiques de navigation), s’ajoute également le corpus des entretiens semi-directifs systématiquement réalisés en fin d’expérience6. Ces entretiens avaient pour but de recueillir les impressions des visiteurs, de comprendre les choix qu’ils avaient pu opérer tout au long de leur parcours ainsi que les logiques sous-jacentes à ces choix. Ils s’achevaient par le recueil d’informations sociodémographiques plus précises telles que l’âge, le dernier diplôme obtenu, la profession, le lieu d’habitation, la possession ou non d’un smartphone, l’intensité d’usage du smartphone au quotidien. Le recours aux entretiens nous a permis d’interpréter avec plus de justesse les différences observées entre les deux groupes de visiteurs constitués. L’écoute attentive des retours d’expérience des visiteurs a grandement facilité l’interprétation du sens conféré aux informations transmises. Nous avons ainsi pu saisir la valeur accordée par chacun des couples aux informations délivrées par nos propres dispositifs comme par l’environnement urbain7.

Configuration de l’expérimentation

13Pour permettre au lecteur d’interpréter les données recueillies en toute connaissance de cause, nous nous devons de présenter en détail les contours de l’expérimentation conduite. Pour ce faire, nous rendrons tout d’abord compte des données disponibles sur le site touristique étudié (étendue de l’offre touristique, fréquentation des attractions, profil socio-démographique des visiteurs). Nous présenterons ensuite les modalités de construction de notre échantillon (identité des participants à l’expérimentation) ainsi que la forme et le contenu des deux équipements mis à disposition des visiteurs (guide papier et application mobile).

Données disponibles sur la localité

14Notre enquête s’est déroulée d’août 2014 à mai 2015 dans la ville d’Albi. Située dans le département du Tarn, cette ville de taille moyenne (49 531 habitants en 2014 – INSEE) attire chaque année de nombreux visiteurs (près de 800 000 visiteurs par an selon l’Observatoire du tourisme d’Albi). L’offre touristique albigeoise se centre sur deux principales attractions : la Cathédrale Sainte-Cécile et le Musée Toulouse-Lautrec qui ont, en 2013, respectivement attiré 698 065 et 183 515 visiteurs. Hormis ces deux sites emblématiques, on trouve au cœur du centre-ville des lieux de visite secondaires tels la Collégiale Saint-Salvy et son cloître, les Jardins de la Berbie, le marché couvert ou encore le Musée Lapérouse (11 956 entrées en 2013). D’autres sites plus confidentiels figurent également parmi les attractions touristiques comme le Centre d’art contemporain (le LAIT), la Place Savène ou la maison du Vieil Alby (1 471 entrées en 2013). En somme, on compte deux sites très fréquentés entourés d’une dizaine de sites secondaires dont la fréquentation reste modeste.

15L’essentiel de l’activité touristique se déroule au cœur du Centre historique de la ville, une zone relativement restreinte composée du périmètre classé (19,47 hectares) entouré d’une zone tampon (64,09 hectares). La petite dimension du site permet aux visiteurs accueillis d’en faire le tour complet en l’espace de deux à trois heures de marche à pied (à condition bien sûr de ne visiter aucun musée et de ne faire que de courtes pauses). Cette circonscription du champ d’exploration touristique joue en notre faveur car les visiteurs ont tout loisir de se déplacer dans chacun des secteurs du centre-ville et si leurs parcours diffèrent les uns des autres sur ce point, ce sera bel et bien l’expression d’une sélection volontaire plus que d’une contrainte temporelle.

16Il est important d’indiquer que la ville d’Albi a connu un accroissement notable de sa fréquentation touristique au lendemain du 31 juillet 2010, date à laquelle la Cité épiscopale d’Albi a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est aussi à partir de l’été 2010 que l’offre en matière de dispositifs d’aide à l’orientation touristique s’est progressivement accrue grâce à la parution de nombreux ouvrages dédiés à la ville, de guides mais aussi de simples livrets ou prospectus municipaux. Le site Internet de l’Office de tourisme d’Albi (pensé pour être consulté sur téléphone mobile) s’est également considérablement amélioré et a été enrichi d’informations nouvelles. Une application mobile destinée aux visiteurs a également été mise en service dès 2013. Notre observation ne porte pas sur l’utilisation de l’application de l’Office de tourisme mais sur l’utilisation de l’application « Les clefs de la ville rouge » conçue et mise en forme par nos soins. Retenons ici que les supports touristiques proposés à Albi ont largement évolué au cours des toutes dernières années et que cette évolution mérite bien évidemment toute notre attention.

  • 8 Les données ici rapportées sont consultables à l’adresse suivante : http://www.albi-tourisme.fr/fr/ (...)
  • 9 Le choix des primo-visiteurs se justifie également par notre volonté d’éviter toute disparité dans (...)

17Enfin, d’après les données délivrées par l’Observatoire du Tourisme d’Albi8, les visiteurs de la ville sont majoritairement des primo-visiteurs (73 % des personnes interrogées en 2013), de nationalité française (83 %), se déplaçant en couple (46 %) ou en famille (33 %) et âgés de 45 ans ou plus (78 %). Le recrutement de notre propre échantillon a été en partie élaboré en fonction de ces données. Nous avons ainsi sélectionné des couples (formation la plus représentée sur place) de primo-visiteurs (majoritaires à Albi)9.

Construction de l’échantillon

18Les résultats de l’expérimentation doivent être rapportés aux caractéristiques de la sous-population observée. Notre échantillon, de par sa taille modeste, n’est en aucun cas représentatif d’une catégorie de population donnée et moins encore de la population dans son ensemble. Néanmoins, cet échantillon a été constitué de façon à être le plus homogène possible : il accueille une population composée d’individus plutôt jeunes (31 ans en moyenne) diplômés (25 titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur) et généralement accoutumés à l’utilisation du smartphone.

Tableau 1. Une répartition équilibrée des deux sous-populations

Couples sans application

Couples avec application

Tous couples confondus

Moyenne d’âge

31 ans

31 ans

31 ans

Répartition générationnelle

13 des 16 visiteurs ont moins de 40 ans

14 des 16 visiteurs ont moins de 40 ans

27 des 32 visiteurs ont moins de 40 ans

Niveau d’études

2 Doctorat
8 Master
2 Licence
2 Bac+2
2 Bac
Ø CAP/BEP

1 Doctorat
8 Master
Ø Licence
2 Bac+2
3 Bac
2 CAP/BEP

3 Doctorat
16 Master
2 Licence
4 Bac+2
5 Bac
2 Brevet/CAP/BEP

Acquisition d’un smartphone

14 possesseurs de smartphone

10 possesseurs de smartphone

24 possesseurs de smartphone

Intensité d’usage du smartphone

7 utilisateurs intensifs
6 utilisateurs modérés
1 utilisateur faible

6 utilisateurs intensifs
3 utilisateurs modérés
1 utilisateur faible

13 utilisateurs intensifs
9 utilisateurs modérés
2 utilisateurs faibles

19La construction de l’échantillon a été pensée de façon à rendre pertinente la comparaison des deux groupes de visiteurs étudiés (tableau 1). Il fallait impérativement que les huit couples sans application et les huit couples avec application soient composés d’individus aux profils sociodémographiques comparables. Nous avons donc tout fait pour équilibrer les deux groupes observés. Nous nous sommes montrés particulièrement soucieux de bien répartir les visiteurs en fonction de leur âge (premier principe ordonnateur), de leur niveau d’études (deuxième principe ordonnateur), de la possession ou non d’un smartphone et de l’intensité déclarée de son usage.

Conception de l’équipement embarqué

20Avant de présenter les différents résultats obtenus, il est important de décrire en détail les équipements confiés aux visiteurs. De leur nature dépendent en effet les modalités de leur prise en main et de leur utilisation. Les données recueillies témoignent des conditions d’adoption d’un guide papier et d’une application spécifiques. D’autres dispositifs fondés sur des logiques d’exploration alternatives (jeu de piste, partage communautaire de l’expérience) et reposant sur des objectifs distincts (faire consommer, publier sur les réseaux sociaux) auraient probablement suscité d’autres effets et conduit à d’autres analyses. La taille et le poids du guide papier, les commandes de l’application, les modalités de signalement des informations transmises sur la ville, la nature et la forme des contenus édités sont autant de facteurs déterminants pour saisir les conditions d’usage de ces équipements. Nos analyses sont donc à rapporter à la configuration restrictive de l’expérimentation décrite.

21L’une des premières étapes de l’enquête a consisté à consulter l’ensemble des guides et documents touristiques consacrés à la ville d’Albi. Après les avoir tous parcourus, nous avons sélectionné les dix sites et attractions de la ville les plus fréquemment cités dans la littérature spécialisée. Pour chacun de ces sites, nous avons rédigé un court descriptif de 10 à 30 lignes reproduisant l’essentiel des informations à retenir. Nous avons ensuite disposé ces dix attractions sur une carte du centre-ville d’Albi et les avons liées les unes aux autres de façon à réaliser un itinéraire en forme de boucle.

  • 10 Dans la suite de l’article, nous utilisons préférentiellement le terme « livret » ou l’expression « (...)

22Le guide papier se présente sous la forme d’un fin livret composé d’une page de garde reproduisant la représentation cartographique de l’itinéraire conseillé (voir figure 1) et de 6 pages de descriptions synthétiques – photographies et courts textes à l’appui – des dix attractions sélectionnées10. Bien que sous une forme extrêmement condensée, notre livret se rapproche des formes éditoriales typiques des guides touristiques vendus dans le commerce. Il en respecte les codes puisqu’il désigne des sites singuliers témoignant de l’histoire de la ville et de son édification au fil des siècles. Sont ainsi mis à l’honneur des lieux uniques appréciés pour leur caractère exceptionnel. Les dix sites ici retenus ne dérogent pas à cette forme classique de présentation de l’offre touristique.

Figure 1. Itinéraire conseillé par le guide papier – Les 10 points d’intérêt de la ville

Figure 1. Itinéraire conseillé par le guide papier – Les 10 points d’intérêt de la ville

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

  • 11 Albi est nommée la « ville rouge » car les bâtiments de son centre historique sont majoritairement (...)

23Notre lecture attentive des documents touristiques nous a également permis de recueillir des informations plus générales qui, loin d’être centrées sur un point d’attraction spécifique, relevaient davantage de savoirs transversaux sur la vie des Albigeois, l’exploitation des ressources locales, les éléments architecturaux typiques de la région. Ces clefs de lecture permettent de porter un regard éclairé sur la ville d’Albi grâce à la mise en évidence d’indices disséminés dans l’espace qui se retrouvent dans plusieurs secteurs du centre historique. Les constructions en encorbellement, les greniers à ciel ouvert (soleilhous), les nombreuses tours de garde dominant la cité (gacholes), les armoiries de la ville, les riches hôtels particuliers du centre ancien sont des éléments essentiels du fil narratif de l’histoire de la ville. C’est à partir de ces cinq clefs de lecture(ou indices) que nous avons souhaité construire notre application mobile (baptisée « Les clefs de la ville rouge »11). Une application qui devait, à nos yeux, permettre d’attiser la curiosité des visiteurs et induire une exploration des lieux plus autonome fondée sur la considération de ces dimensions méconnues et signifiantes de la ville.

Figure 2. Application « Les clefs de la ville rouge » – Indice « Hôtels particuliers »

Figure 2. Application « Les clefs de la ville rouge » – Indice « Hôtels particuliers »

Source : montage photo réalisé par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

  • 12 L’application a été développée avec le concours du département informatique de l’Institut National (...)

24Il était tout à fait crucial de clairement distinguer les contenus du livret (ou guide papier) de ceux de l’application. L’application devait non seulement apporter un supplément d’information mais également inviter le visiteur à découvrir la ville autrement. De cela dépendaient les chances d’adoption de l’outil comme celles de voir son usage se prolonger dans le temps. Nous nous sommes donc efforcés de proposer une approche originale de découverte touristique. L’originalité tenait non seulement aux contenus proposés (les indices) mais également aux conditions d’activation des informations transmises12.

  • 13 L’application ne vibre ni ne sonne lors de la réception de l’indice.

25Lorsque les visiteurs ouvrent l’application, ils voient apparaître un tracé (itinéraire identique à celui du livret) incrusté en surimpression sur la carte de la ville. Leur positionnement apparaît à l’écran et se réinitialise à mesure qu’ils se déplacent. Ils ont donc sous les yeux un itinéraire conseillé qu’ils peuvent choisir de suivre ou, au contraire, de contourner. Au gré de leurs déplacements, ils peuvent porter leur attention sur l’écran du smartphone ou laisser de côté cet équipement. L’écran du smartphonereste, le plus souvent, vierge de toute information complémentaire. Il laisse toutefois apparaître – de temps à autre et sans crier gare13 – une icône sur l’écran symbole d’un indice livré sur la ville. Cette icône se déclenche à proximité d’une balise GPS placée à proximité de chacun des 5 indices. Lorsque le visiteur entre dans un périmètre de 100 mètres autour de la balise, l’icône apparaît sur l’écran du smartphone puis disparaît une fois le périmètre quitté. Par sa conception même, notre protocole d’enquête permet ainsi d’interroger le pouvoir de dispositifs techniques « interventionnistes » qui, renseignés de la géolocalisation de leurs usagers, se manifestent à eux sans qu’ils ne s’y attendent. Signalons ici que les balises sont toutes situées hors du tracé de l’itinéraire conseillé, ce qui devrait conduire les visiteurs à s’éloigner du parcours prescrit. Enfin, le texte accompagnant la présentation de l’indice insiste sur le fait que l’élément mis en valeur peut se retrouver à plusieurs endroits dans la ville. Ce texte enjoint donc le visiteur à rester attentif à l’apparition de ces particularismes locaux en dehors du seul secteur présentement fréquenté. Le visiteur est ainsi invité à déceler par lui-même différents signes évocateurs et à construire une découverte plus autonome du centre historique fondée sur la reconnaissance de ces éléments visuels.

26Maintenant que nos intentions – en tant que concepteurs du livret et de l’application mobile – sont connues, observons comment ces deux équipements ont effectivement été saisis par leurs usagers. Nous commencerons par évoquer les conséquences induites par l’usage de l’application mobile sur le déroulement de la visite, sur les temps de déplacement et d’arrêt enregistrés.

Résultats et analyse

Morphotype des parcours des deux sous-populations observées

27Nos premières observations portent sur les constantes de déplacement des deux groupes de visiteurs. Par l’expression « constantes de déplacement », nous entendons la durée du parcours, les relevés de vitesse, les distances parcourues, les nombres d’arrêts et de piétinements effectués. Ces différents éléments permettent de mettre en évidence les morphotypes de deux types de parcours distincts.

Constantes de déplacement

28Signalons tout d’abord que le temps alloué par les deux sous-populations à la découverte des lieux est sensiblement le même : les couples équipés du seul livret visitent la ville sur une durée moyenne de 2 heures et 20 minutes quand leurs homologues munis du livret et de l’application parcourent Albi sur une durée moyenne de 2 heures et 25 minutes. Si la durée d’exploration est relativement homogène, on ne peut pas en dire autant des distances parcourues par les membres des deux sous-populations. En effet, les usagers du seul livret parcourent une plus grande distance que leurs homologues équipés du livret et de l’application. Quand les premiers sillonnent en moyenne 6,99 kilomètres, les seconds n’arpentent en moyenne que 6,54 kilomètres. Cette variation se retrouve dans les relevés de vitesse puisque les couples munis du seul livret enregistrent une vitesse moyenne de 2,95 km/h quand les couples disposant du livret et de l’application sont sensiblement plus lents (2,70 km/h en moyenne). Si l’on met de côté les temps d’arrêts et que l’on se concentre uniquement sur le temps effectif de déplacement, cette différence est plus marquée encore avec une vitesse moyenne en mobilité de 3,77 km/h pour les usagers du livret et de 3,29 km/h pour les usagers du livret et de l’application. L’ajout d’une application mobile au dispositif touristique des visiteurs semble donc avoir pour effet de ralentir le rythme d’exécution de la visite. Comment expliquer ce ralentissement ?

  • 14 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs. Plusieu (...)

29Une part de l’explication est à trouver du côté des arrêts et piétinements consentis. Avant d’évoquer les résultats obtenus, il nous faut préciser ici quels ont été les éléments de mesure retenus pour déterminer ce qui relevait d’un arrêt et d’un piétinement. Commençons par dire que ce sont les données de géolocalisation qui nous ont permis de procéder à leur définition rigoureuse. L’arrêt est ici défini comme la succession d’au moins 6 relevés de vitesse équivalents à 0 km/h. L’arrêt n’est donc identifié comme tel que lorsqu’il se prolonge sur une plage de temps supérieure ou égale à une minute (6 intervalles de 10 secondes)14. La définition du piétinement est quant à elle plus complexe. Elle fait se croiser des données de distribution spatiale (déplacement dans un périmètre restreint) et de vitesse de déplacement (ralentissement de la marche). Le piétinement correspond en effet à une diminution importante de la vitesse de déplacement dans une zone resserrée du parcours. Pour être enregistré sous la mention « piétinement », il faut que le ralentissement envisagé satisfasse à trois critères : 1) la plage temporelle considérée doit être supérieure ou égale à une minute (6 intervalles de 10 secondes) ; 2) les relevés de position doivent tous s’inscrire dans un espace inférieur ou égal à 100 m2 (périmètre restrictif) ; 3) les vitesses de déplacement observées dans ce périmètre et aucours de cette période doivent être, pour 2/3 d’entre elles, inférieures ou égales à 1 km/h.

30Maintenant que ces deux notions ont été définies, revenons à la comparaison des parcours des deux sous-populations observées. On s’aperçoit ici que les couples munis du seul livret s’arrêtent bien plus fréquemment que ceux disposant du livret et de l’application. Quand les premiers s’arrêtent en moyenne 1,36 fois par heure, les seconds s’arrêtent 0,59 fois par heure. Il semble à première vue paradoxal de voir les usagers du smartphone parcourir moins de distance que leurs homologues alors même qu’ils s’arrêtent moins fréquemment. L’observation des arrêts consentis suggère ainsi que l’usage du seul livret amène à stopper sa progression plus fréquemment (1,36 fois par heure) tout en induisant un déplacement plus rapide entre chacun des arrêts effectués (3,77 km/h). À l’inverse, l’usage conjoint du livret et de l’application semble produire une forme de continuité du déplacement dans la ville (0,59 arrêt/heure) et un rythme de marche plus faible (3,29 km/h).

31Ce premier constat est confirmé par le nombre de piétinements effectués par les deux groupes de visiteurs. En effet, les couples munis du seul livret, s’ils s’arrêtent plus fréquemment, sont moins sujets aux piétinements que leurs homologues munis du livret et de l’application. Les usagers du livret effectuent en moyenne 2,25 piétinements par heure alors que les usagers du livret et du smartphone sont comptables de 2,8 piétinements par heure. Le ratio nombre d’arrêts/nombre de piétinements est ainsi de 1,18 arrêt pour 1 piétinement chez les couples munis du livret et de 0,36 arrêt pour 1 piétinement chez les couples disposant du livret et de l’application. L’ajout de l’application mobile au dispositif touristique des visiteurs induit une forme de continuité dans le déplacement des visiteurs. Ce déplacement plus continu connaît de nombreux ralentissements (piétinements) qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la lecture du contenu de l’application chemin faisant. Concluons donc provisoirement à une première différence de taille entre les équipements papier et numérique : les premiers forcent plus fréquemment à l’arrêt que les seconds, les seconds abaissent quant à eux davantage le rythme de croisière de leurs usagers que ne le font les premiers.

32Ajoutons à cela que les arrêts consentis par les usagers du livret sont sensiblement plus longs que ceux effectués par les usagers du livret et de l’application (3’17’’ contre 2’30’’). L’application semble diminuer sensiblement le temps de consultation des dispositifs d’aide à l’orientation touristique lors des périodes d’arrêts. On peut, sans se tromper, indiquer que le temps de consultation en mobilité suit une logique inverse, l’application étant davantage calibrée pour une utilisation nomade que ne l’est le livret, on la consulte très fréquemment en marchant.

  • 15 Le fait d’observer des arrêts et piétinements plus fréquents au tout début du parcours est à mettre (...)

33Reste maintenant à savoir quand intervient le plus grand nombre d’arrêts. Observe-t-on les arrêts en début ou en fin de visite ? La distribution des arrêts dans le temps est un élément distinctif du parcours des deux groupes de visiteurs observés. 53,8 % des arrêts effectués par les visiteurs équipés du seul livret se déroulent au cours de la première heure de visite. Les couples équipés du livret et de l’application effectuent quant à eux 72,7 % de leurs arrêts au cours de cette même période. Les usagers de l’application ont manifestement besoin d’une prise en main du smartphone et des fonctionnalités du programme au cours de la première demi-heure (45,5 % des arrêts). Une fois le temps de cette prise en main passé, les arrêts se font plus rares15.

Nature des arrêts et piétinements

34Considérer la dimension numérique des arrêts et piétinements nous a permis de mieux nous représenter le rythme de déplacement des individus en fonction de leurs équipements respectifs. Nous avons pu voir que l’ajout d’une application entraînait une forme plus diffuse d’intervention des contenus prescriptifs, qu’une fois le smartphonepris en main par les visiteurs, ces derniers adoptaient une démarche de veille numérique flottante qui les amenait de temps à autre à consulter des informations chemin faisant, ralentissant leurs pas à plusieurs reprises sans que cette consultation n’entraîne d’arrêts prolongés. Au-delà de la seule dimension numérique des arrêts et piétinements, nous devons également nous pencher sur leur emplacement, sur la dispersion spatiale de ces comportements spécifiques attestant d’une prise d’information ou d’une concertation au sein du couple pour déterminer la suite des événements.

35Si l’on considère les seuls couples sans application, on s’aperçoit que la dispersion des arrêts est importante. Les arrêts sont nombreux dans tous les secteurs du centre historique d’Albi. Pour chaque attraction touristique de la ville, un temps d’arrêt intervient. C’est notamment le cas pour une grande part des dix sites référencés sur l’itinéraire conseillé. Si la cathédrale Sainte-Cécile concentre à elle seule la moitié des arrêts recensés, les visiteurs sans application s’arrêtent fréquemment dans les autres quartiers du centre historique. Les piétinements sont, quant à eux, essentiellement concentrés aux abords du point de ralliement (au bas de la carte) ainsi qu’à proximité des points de vue localisés sur les berges du Tarn.

Carte 1. Emplacement arrêts et piétinements – Couples sans application

Carte 1. Emplacement arrêts et piétinements – Couples sans application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

36En comparaison, les couples avec application se sont nettement moins arrêtés. On observe une concentration des zones d’arrêt dans et autour de la Cathédrale Sainte-Cécile. En dehors de ce secteur, les arrêts laissent généralement place aux piétinements. Le nombre de piétinements est nettement plus important que le nombre d’arrêts. Lesdits piétinements s’opèrent peu ou prou autour des dix sites de l’itinéraire conseillé.

Carte 2. Emplacement arrêts et piétinements – Couples avec application

Carte 2. Emplacement arrêts et piétinements – Couples avec application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

37Ces données cartographiques viennent confirmer nos analyses : l’ajout de l’application à la gamme des équipements embarqués conduit à une consommation du territoire sensiblement différente ; cela rend la mobilité des visiteurs plus lente et continue et l’attention à l’équipement plus diffuse (fréquence de consultation élevée) et moins approfondie (temps de lecture inférieur).

Usages et affordances

38En se reportant aux entretiens conduits avec les visiteurs observés, on se rend rapidement compte du fait que l’usage du livret s’inscrit dans le cadre d’un parcours à étapes. Chaque étape étant l’occasion de faire un point sur la progression de l’exploration touristique. La nature même du support permet aux visiteurs de s’y arrimer et d’échanger en étant conjointement à son bord. Le livret fait ici office d’ « objet intermédiaire » (Vinck, 1999, 2009) ; il est mobilisé à chacune des étapes de l’exploration de façon à saisir l’importance du monument observé mais aussi à programmer conjointement la suite du déplacement.

Quand avez-vous utilisé le livret ?
Marc : Chaque fois qu’on arrivait sur les bâtiments, les choses qui sont décrites, on regarde et après en sortant de là on regarde par où il faut partir, après moi je marche souvent avec le livret à la main mais sans le regarder quoi. C’est si j’avais un doute que je regardais, après un point on regarde comment aller au suivant, on marche, et c’est après si on a un doute que l’on regarde.

39On le voit, l’usage du livret appelle à l’immobilité. Seuls les périodes de doute, les moments où l’on sent que l’on « se trompe » sont propices à un bref coup d’œil en cours de marche. Le livret est un parfait exemple de ce que Bruno Latour nomme « oligoptique », il est « une étroite fenêtre qui permet de se relier, par un certain nombre de conduits étroits, à quelques aspects seulement des êtres (humains et non-humains) dont l’ensemble compose la ville » (Latour & Hermant, 1998). Le peu de choses (oligo) que l’on saisit (optique) grâce à l’usage d’une carte permet de se donner des objectifs limités en nombre. Ainsi, les dix objectifs de la carte proposée dépassent même de loin la charge cognitive que l’on souhaite assumer en situation de loisir.

Mélanie : En fait, plusieurs fois on s’est posé pour avoir… enfin moi c’était pour avoir les 10 points en tête, mais en fait, j’en retenais deux puis après j’oubliais ce qu’il y avait après donc on se reposait et on relisait bien le document [rires].

40Si le rire ponctue cette analyse, c’est sans doute que Mélanie se rend soudainement compte de la régularité de son comportement, du caractère systématique de sa quête d’informations. Elle laisse entrevoir une composante rationnelle de l’activité, une volonté de se montrer efficace et d’ordonner les séquences d’action là où un lâcher-prise pourrait tout autant prévaloir. Cette efficacité au regard de l’usage des dispositifs est perçue différemment par les visiteurs. Au sein même des couples, on jauge parfois fort différemment les avantages respectifs des dispositifs utilisés. Ce faisant, le recueil des impressions ressenties dans l’action recoupe les observations réalisées sur les constantes de déplacement. L’application, comme elle permet une localisation en temps réel, est pensée comme une source de continuité dans le déplacement. Elle prévient de nombreux arrêts dédiés à la prise de renseignements sur la situation géographique courante. Cela dit, il apparaît à certains visiteurs que cette attention persistante au dispositif entraîne un ralentissement des déplacements.

Gaël : Alors, l’appli a été utile parce que sinon… je sais que mon sens de l’orientation est nul, il est vraiment nul et puis bon le tien il est un petit peu mieux mais de pas grand-chose [rires]. Donc du coup, enfin, vraiment sans smartphone je pense qu’on n’aurait pas pu tout faire dans le sens où on se serait paumés.
Mélanie : Euh, moi je suis pas d’accord en fait. Parce qu’en fait, Gaël, ce qui est génial c’est qu’il regarde le smartphone à peu près une fois toutes les trois minutes donc forcément il perd une minute à voir où est-ce qu’on a bougé, à quel endroit on est alors qu’avec le papier on sait ce qu’on fait et on sait où on est, dans quelle rue… Et du coup, je pense que si on n’avait pas eu de smartphone, eh bien on aurait été plus efficaces.

41On saisit ici combien les équipements mobilisés nous « font visiter » différemment, nous « font nous déplacer » autrement dans le sens où ils induisent des altérations de l’action – certaines apparentes, d’autres imperceptibles – que nous ne maîtrisons qu’imparfaitement (Latour, 2000). Par le seul examen des relevés de vitesse, de la fréquence et de la géolocalisation des arrêts et piétinements, nous décelons une transformation notable dans le comportement des visiteurs. Une transformation dont les visiteurs eux-mêmes se font le relais au cours des entretiens semi-directifs conduits. Cette transformation se réalise par la recombinaison de différents facteurs conjugués : la temporalité (parcours à étapes ou parcours continu), la gestuellel’engagement corporel (rythme de visite, direction du regard) et la sélection attentionnelle (investissement personnel et charge cognitive assumée).

Regard et performance touristiques

  • 16 Le sens visuel est ici d’autant plus dominant que la destination observée est reconnue par et pour (...)

42Revisitons la littérature en gardant à l’esprit ces quelques enseignements empiriques. Commençons par évoquer l’importance des capacités visuelles dans l’engagement spatial du touriste. Notre enquête confirme que le sens visuel occupe une place prépondérante dans l’appréhension multi-sensorielle des visiteurs (Urry, 1990 ; Urry & Larsen, 2011). Les visiteurs interrogés évoquent, tous sans exception, des éléments visuels pour justifier des directions qu’ils empruntent16. Il peut s’agir d’un élément architectural, d’une réalisation artistique ou encore de différents signes d’animation urbaine (regroupements).

Comment avez-vous choisi la direction à prendre ?
Stéphane : On regardait à gauche, à droite et dès que l’on voyait un bâtiment sympa, au niveau de l’architecture, des colombages, des beaux bâtiments en brique, des petites rues, des boutiques, on passait par là où ça avait l’air sympa.

43Cela étant dit, et même si la dimension visuelle (tourist gaze) semble primordiale au cours de l’exploration de la Cité épiscopale d’Albi, il n’en demeure pas moins qu’elle est étroitement articulée à une palette bien plus large de sensations corporelles qui méritent d’être décrites. Nous rejoignons donc les nombreux auteurs ayant porté la critique au modèle défendu par John Urry en affirmant, à leurs côtés, la nécessité de traiter de la « performance touristique » dans son entier (performance turn) et de ne pas simplement la réduire à l’une de ces dimensions. Différents travaux ont ainsi mis en évidence l’importance tactile, olfactive, gustative, auditive et/ou corporelle de certaines expériences touristiques (Edensor, 1998, 2006 ; Perkins & Thorns, 2001 ; Coleman & Crang, 2002 ; Everett, 2009 ; Chapuis, 2010 ; Haldrup & Larsen, 2010). On conviendra aisément que certaines pratiques touristiques relèvent tout autant des sensations corporelles procurées (soleil sur la peau, adrénaline du sportif) que du regard attentif du visiteur sur différents objets mis en scène (Mac Cannell, 1973).

44À l’appui de nos observations, nous pouvons aller plus avant dans la réflexion engagée en affirmant que l’équipement du regard touristique, l’orientation visuelle assistée par la technique (ici le smartphone) ont une incidence directe sur la façon dont tout visiteur prend la mesure de l’espace de visite et se déplace en son sein. Ainsi, les dispositifs visuels servant de « prises » à la performance touristique ont un effet direct sur la mobilité corporelle des visiteurs (Bessy & Chateuraynaud, 1993). En effet, lorsque les couples de visiteurs observés posent leur regard sur l’écran d’un smartphone et consultent les brèves informations encapsulées dans l’application « Les clefs de la ville rouge », ils épousent un rythme d’exploration plus lent, piétinent plus fréquemment et espacent davantage leurs arrêts. Lorsque leur regard se porte uniquement sur le livret, ils ponctuent davantage leur performance d’arrêts prolongés entre lesquels ils parcourent le territoire à grands pas. Les sensations corporelles de ces deux modes d’exploration sont donc toutes différentes. Ce qui nous amène à conclure non seulement à l’importance du support visuel (agency), à la distribution des rôles et responsabilités d’un ensemble d’acteurs hétérogènes (co-agency) mais également à la traduction corporelle de la sélection visuelle, à l’épreuve physique qu’entraîne toute sélection attentionnelle. Mieux encore, notre étude de cas montre combien ces changements de rythmes et de régimes exploratoires affectent en retour le regard du visiteur et son utilisation d’équipements visuels. En effet, les usagers de l’application mobile sont moins susceptibles de longtemps conserver un point d’attention focal tant leur gestuelle, leur prise en main du smartphone répond à une lecture nomade nécessairement moins approfondie car soumise aux aléas de la mobilité urbaine.

45Nous pouvons ici faire l’hypothèse de l’existence d’un effet d’autorenforcement des manifestations visuelles et corporelles issues de l’agencement sociotechnique provisoirement adopté. En d’autres termes, le regard a pour prolongement le corps : la vue vient rythmer le pas. Cette réalité a ceci de réciproque que le corps pris dans un rythme défini au contact d’un outil va venir à son tour réorienter le regard et retravailler les façons de (perce)voir. Les ressorts cognitifs du visiteur s’appuient sur différentes délégations sociotechniques (Conein, Dodier & Thévenot, 1993 ; Hutchins, 1993, 1995 ; Denis & Pontille, 2010) qui modifient ses postures (tête inclinée en direction de l’écran), sa marche (piétinement, accélérations), sa lecture (consultation rapide, scrolling ou approfondissement) comme son attention au monde environnant (balayage visuel, aller et retour environnement-écran).

  • 17 Dans cette perspective, Dean Mac Cannell (2001) a parfaitement montré que le regard touristique jou (...)

46La « performance touristique » est ainsi intimement liée à la mobilisation de ressources techniques aux propriétés distinctes. Au-delà de la considération de la dimension multisensorielle de l’expérience touristique, le paradigme de la performance donne à voir le travail prescriptif des professionnels du tourisme, leur volonté d’engager les visiteurs dans l’accomplissement de leurs desseins (caractère performatif des prescriptions) mais également les libertés prises par les visiteurs vis-à-vis des multiples adresses commerciales qui leur sont adressées et desquelles ils se détachent pour mieux s’accomplir dans l’activité pratiquée17. Dans la seconde partie de l’article, nous allons interroger la force prescriptive du livret et de l’application mobile en regardant de plus près les trajectoires et itinéraires effectivement empruntés par les deux groupes de touristes observés.

Effets prescriptifs du livret et de l’application

47L’un des principaux atouts du smartphone consiste à rendre visible le positionnement des visiteurs et, par conséquent, à favoriser l’alignement de la carte projetée avec l’espace fréquenté. Dans la littérature, on retrouve de nombreux travaux explicitant les difficultés rencontrées par les lecteurs de cartes papier qui peinent parfois à superposer avec justesse espace figuré et espace réel. Quand certains chercheurs évoquent la nécessité pour les visiteurs d’« exercer une rotation mentale » des points référencés sur la carte papier pour les aligner au décor urbain qui les environne (Shepard & Metzler, 1971 ; Shepard & Hurvitz, 1984 ; Lloyd, 1989), d’autres précisent qu’avant même que cet effort d’abstraction ne soit opéré, un dialogue s’établit entre les individus se déplaçant en groupe mais également entre chacun d’eux et les différents indices qu’ils glanent dans les environs immédiats de leur prise d’information (Latour, 1986 ; Ingold, 2000 ; Laurier & Brown, 2008 ; Mondada, 2007). Avant même d’engager un effort cognitif coûteux de superposition de la carte avec la disposition effective des lieux, les visiteurs s’engageraient préférentiellement dans des étapes intermédiaires d’estimations plus ou moins précises, de prises d’information diverses et variées, d’essais et d’erreurs expérimentés.

48Les prises d’information sur la carte papier entraînent occasionnellement des arrêts prolongés pour les visiteurs là où l’usage d’un smartphone rend les interrogations sur son positionnement géographique bien plus rares. Les visiteurs observés nous ont, à plusieurs reprises, fait part des difficultés d’usage de la carte papier.

Ludovic : Normalement, on ne se perd pas mais là y avait sur le plan une rue à sens unique, sur la carte elle est grosse, et du coup je cherchais une grosse rue et comme c’est pour les voitures ils l’ont faite grosse, mais en fait il y a une rue pour les piétons qui est plus grosse mais sur la carte ils l’ont dessinée plus petite, et comme y a pas non plus tous les noms des rues, je n’avais pas bien vu.
Lionel : Il y a une rue sur deux sur le plan, quand tu cherches le nom de la rue, tu ne la trouves pas sur la carte, tu te dis mince je vais continuer encore un peu pour avoir de nouveaux repères.
Florence : Éric avait le livret et moi l’application. Il y a un moment donné où l’application n’avait plus le point bleu, alors on était perdus [rires]. Et puis il est revenu…
Éric : Des fois il n’y avait pas le nom des rues, mais on retrouvait parce que le plan est bien fait. Et puis, c’est la petite boule qui disait que l’on s’en écartait. On a bien discuté quand même, moi avec ça et elle avec le plan. Et parfois le fascicule n’était pas en accord avec la boule.

49L’usage du seul livret, nous l’avons vu, entraîne un plus grand nombre d’arrêts. Ces arrêts sont en partie expliqués par la définition d’un parcours en étapes et en partie par les erreurs de lecture cartographique occasionnant une perte de repères. Un autre élément marquant mérite ici d’être souligné : la carte papier se différencie de la carte numérique par l’existence de frontières, de bords, de limites opérées par la sélection d’un cadre géographique arrêté. Ainsi, certains usagers du livret ont considéré, plus ou moins consciemment, que le cadre de leur exploration s’inscrivait dans le découpage géographique de la surface du plan resserré de la ville.

Agnès : Bon, on a quand même fait les choses dans le désordre. Je crois que le document nous permettait surtout de voir si on était dans les clous ou pas… enfin pour éviter de trop s’éloigner, on regardait surtout les bordures du plan, les frontières, le tracé de l’itinéraire beaucoup moins.
En partant du postulat que tout était intéressant dans le périmètre défini par le plan.
Agnès et Hugo : Oui, c’est ça.
Agnès : Mais je ne pense pas qu’on serait allés en face si ça n’avait pas été marqué par exemple (de l’autre côté du Tarn). C’est que là on s’est dit bon, si c’est représenté c’est que ça doit être bien.

50La lecture du plan papier pose à plat le champ des possibles, elle permet de bénéficier d’une représentation d’ensemble du centre historique et de déterminer ainsi les frontières du cadre de visite prescrit. Cela provoque un double effet : d’une part ce qui est placé hors cadre (ou hors champ) est automatiquement disqualifié, d’autre part ce qui est dans le cadre est à considérer, et ce, même si les zones présentes sur le plan ne sont pas spécifiquement mises en valeur.

51Le parcours des couples sans application laisse clairement entrevoir les conséquences de cette représentation pratique et symbolique de l’espace (cf. carte 3). Les couples sans application ont, pour certains d’entre eux, débordé assez largement de l’itinéraire conseillé (à l’ouest et au sud du centre-ville) allant même jusqu’à explorer sur de courtes périodes quelques éléments hors cadre (Parc Rochegude au sud).

Carte 3. Zones fréquentées par les couples sans application

Carte 3. Zones fréquentées par les couples sans application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

52L’attraction exercée par l’itinéraire conseillé a été sensiblement plus importante chez les usagers du livret et de l’application (cf. carte 4). Les couples avec application ont eu des parcours plus homogènes, plus resserrés autour du « fil rouge ». La géolocalisation explique en grande partie le suivi plus scrupuleux des itinéraires proposés. Les usagers de l’application bénéficiaient d’une vue dynamique de leur progression. Leur positionnement était non seulement représenté sur la carte mais formait également le centre de cette représentation géographique. La carte représentée sur l’application pouvait être zoomée et dézoomée. Ainsi, les rapports d’échelle n’étaient plus les mêmes, les distances perçues étaient sensiblement augmentées par l’effet du zoom, ce qui a pu inciter les usagers de ce dispositif à rejoindre plus rapidement l’itinéraire conseillé. Pour plusieurs des couples avec application, la tentation était donc grande de repositionner son point sur le fil de découverte proposé.

Joël : Après, l’application nous a permis de repérer quand on sortait du circuit. Cela nous a permis de rattraper le flux touristique.
Valentin : Non, puis le smartphone il te localise à l’instant T alors que le plan t’es obligé de te projeter dans l’espace alors que le smartphone tu marches et si tu t’éloignes du parcours et que tu veux le reprendre et ben t’y retournes assez facilement, enfin l’accès est plus simple. […] Clairement, c’est un confort de pouvoir être géolocalisé en temps réel. […] Le « fil rouge », ça donne un repère dans l’espace. Du coup, tu te dis que l’espace historique et à visiter c’est celui-là.
Sophie : Non, puis aussi tu te dis que ce qui est intéressant c’est la ligne rouge… si t’as un attrait pour une ruelle à côté ou un truc comme ça tu peux y aller mais tu sais que c’est un point de repère en fait. C’est un point de repère.
Gilles : En fait la consigne qu’on s’était fixée c’était de ne pas suivre ce que vous aviez forcément indiqué et d’aller vers ce que l’on aurait fait tout seul. Mais sauf que chaque fois t’es tiraillé malgré tout et tu regardes bêtement si tu t’éloignes ou pas de l’itinéraire proposé.

Carte 4. Zones fréquentées par les couples avec application

Carte 4. Zones fréquentées par les couples avec application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

53Le fil rouge, la carte zoomée, le pointeur de géolocalisation… tous ces éléments participent de la propension à accepter la main courante proposée par les prescripteurs. La géolocalisation instantanée et sa représentation dynamique sont de formidables outils de renforcement de la prescription touristique (ou plus généralement marchande). On peut ainsi dire que ces configurations numériques enjoignent les utilisateurs du smartphone à explorer le monde avec application, c’est-à-dire à revenir plus systématiquement sur l’itinéraire proposé (qui zoomé et autocentré semble plus impératif).

54Un autre facteur d’explication peut également être avancé. Grâce aux entretiens réalisés, nous nous sommes aperçus que certains visiteurs avec application pensaient que les indices délivrés étaient situés en proximité immédiate du fil rouge. Nous avons en effet retrouvé cette réflexion chez plusieurs des individus observés. Dès lors, les usagers de l’application, souhaitant voir apparaître des indices supplémentaires, s’astreignaient davantage à coller au parcours. Pourtant, lors de l’énonciation des consignes, nous précisions bien que ces deux types de données n’étaient pas liées les unes aux autres. Une croyance infondée s’était donc spontanément installée, celle suggérant le nécessaire alignement des deux dispositifs. On retrouve de façon très claire ce raisonnement dans le discours de Sylvain qui, faisant partie des couples sans application, a été interrogé sur les modifications qu’aurait, selon lui, induit l’usage de l’application.

Maintenant que je vous ai présenté l’application, quel usage en auriez-vous probablement fait ?
Sylvain : Le truc c’est qu’avec l’application, on aurait vraiment suivi le parcours, je pense…
Pourtant les indices n’apparaissent pas forcément sur le fil rouge…
Sylvain : Eh ben, on aurait fait l’hypothèse que c’était sur le parcours… enfin je pense qu’on se serait sûrement dit : « on va suivre le fil rouge exactement et c’est sur le fil rouge que ça va se présenter »… alors que là on n’a pas du tout suivi le fil rouge précisément.

  • 18 Ces trois effets sont également à mettre en relation avec la définition progressive de routines d’a (...)

55Les effets conjugués de la personnalisation de l’expérience (focus sur la localisation du visiteur), de l’attraction plus marquée du fil rouge (volonté de faire se rencontrer les deux marqueurs à l’écran) et enfin de la croyance en la délivrance d’opportunités supplémentaires dans l’environnement immédiat de l’itinéraire conseillé ont provoqué une plus grande application dans le suivi des prescriptions de la part des couples équipés du livret et du smartphone18.

56Cette « application » à revenir à l’itinéraire conseillé peut également se lire au travers du temps d’occupation des différents secteurs. Lorsqu’un ou plusieurs couples s’éloignent de l’itinéraire conseillé, ils ne restent pas longtemps dans cette situation. Ainsi, peu de secteurs en périphérie de l’itinéraire conseillé bénéficient d’un temps de présence touristique important. Les cartes 5 et 6 en attestent, les effets de bordures, les chemins de traverse empruntés correspondent à des zones où le (ou les) couple(s) de visiteurs ne font que passer. Pour exemple, le couple parti faire une escale au Parc Rochegude (sud de la carte) est resté peu de temps sur place. La zone la plus investie par le couple dans ce secteur observe une présence de 17 à 22 intervalles de temps (soit 170 à 220 secondes). Il y a donc, quel que soit le dispositif utilisé, une forme d’urgence à revenir aux « immanquables ».

Carte 5. Temps d’occupation des secteurs – Couples sans application

Carte 5. Temps d’occupation des secteurs – Couples sans application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

Carte 6. Temps d’occupation des secteurs – Couples avec application

Carte 6. Temps d’occupation des secteurs – Couples avec application

Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski

  • 19 Notons ici que ce résultat est congruent avec les observations rapportées par Marie-Christine Borde (...)

57L’application « Les clefs de la ville rouge », pensée pour élargir le champ d’exploration des visiteurs, n’a visiblement pas rempli sa fonction. Alors que nous nous attendions à voir les visiteurs munis de l’application s’approprier les clefs de lecture proposées pour se déporter de l’itinéraire conseillé et concevoir leur propre parcours, nous avons constaté qu’ils avaient une plus grande propension à se conformer au suivi scrupuleux du « fil rouge » suggéré19. Il semble que ce qui faisait pour nous figure de simple rappel, d’arrière-plan informatif minimaliste (fil rouge incrusté sur la carte de la ville) a été saisi comme élément d’information central par les visiteurs avec application. Ces derniers, loin de se détourner de l’itinéraire pour aller leur chemin au gré des indices aperçus, ont préféré toujours revenir au circuit prescrit. Nous avons vu que l’affichage à l’écran a accompagné et même accentué cet effet de conformation en transformant le regard porté par les visiteurs sur la distance les séparant du fil rouge et sur les délimitations de la zone à explorer (davantage circonscrite par le zoom).

58La contre-performativité du dispositif conçu est en grande partie due aux effets insuffisamment contrôlés des propriétés techniques du dispositif, propriétés auxquelles les concepteurs (ici les auteurs) n’ont tout d’abord pas prêté attention. Ces propriétés techniques ont pourtant contribué à empêcher la bonne réception du message transmis. Ainsi, des éléments secondaires aux yeux des concepteurs ont profondément altéré le contrat de lecture et d’usage passé avec les usagers de la solution proposée. Notre enquête permet, s’il en était encore besoin, de souligner combien il est difficile de correctement aligner les visées des concepteurs, les traductions matérielles de ces visées, les modalités de réception des dispositifs conçus et leur environnement d’usage changeant. De multiples perturbations sont à l’œuvre et ce n’est qu’après maints et maints ajustements que la communication entre prescripteurs et usagers est véritablement rendue opérante.

Conclusion

59Notre enquête nous amène donc à affirmer que la configuration sociotechnique retenue résulte d’une longue séquence de traductions imparfaites qui voit la technique (et ses attributs) prendre par moment la main sur les opérations et venir déposséder les concepteurs de la pleine maîtrise de la communication établie avec les touristes. Les « promissions » (promesses et permissions) de l’application ne peuvent toutes être perçues et examinées en amont, elles se potentialisent au contact des usagers qui peuvent réduire comme élargir les fonctionnalités d’un dispositif (Latour, 2000 ; Flichy, 2002 ; Proulx, 2005). Ici la réduction de sens induite par la sélection attentionnelle des utilisateurs est à mettre en lien avec le cadrage cartographique et les représentations iconographiques simplifiées à partir desquelles ces utilisateurs construisent leur expérience. Ces réductions et simplifications nous ramènent au fait que le regard du visiteur (tourist gaze), avant d’être travaillé par les professionnels du tourisme (mise en scène), avant même d’être l’objet d’une forme de mise à distance des discours prescriptifs ambiants (second gaze – Mac Cannell, 2001) ou d’être le point de convergence de regards différenciants portés sur un même objet (intersection of gazes – Lutz & Collins, 1993), est affaire de manipulations plurielles de dispositifs mobilisés de façon partielle et sélective.

60L’ajout d’une application mobile à l’équipement embarqué du visiteur pèse, de différentes manières, sur son exploration de l’espace. Nous avons pu voir que les usagers du smartphone réduisent de manière significative leur rythme de visite tout en faisant moins d’arrêts que leurs homologues munis d’équipements papier. Les couples disposant d’un smartphone prennent connaissance des informations numériques en mouvement. Rares sont les consultations de l’application qui entraînent un arrêt de la marche. À défaut d’arrêts, on observe un nombre plus important de piétinements chez les usagers de l’application. L’appréhension de l’espace est donc notablement affectée par l’introduction de cet équipement. Les déplacements sont plus continus, et l’introduction d’informations est plus diffuse et bénéficie d’une attention plus flottante.

61Non seulement le rythme d’exploration est affecté par l’outil numérique mais l’orientation de la visite est elle aussi altérée. Ce n’est d’ailleurs pas tant le contenu de l’application qui intervient ici que sa forme. En effet, nous avons montré combien le pointeur de géolocalisation conjugué au zoom de la carte numérique entraînait, de façon insidieuse, une contention des débords et contournements plus importante. C’est la prise d’information en temps réel sur son propre positionnement, et la capacité de percevoir instantanément l’écart à l’itinéraire conseillé qui entraîne une conformation plus grande à la prescription experte. L’usage du smartphone est à l’origine d’un suivi « appliqué » du fil rouge renseigné par la cartographie numérique. Le pouvoir de représentation spatiale d’un écart constaté aux attentes des prescripteurs – et par extension à ce que d’autres que soi sont amenés à faire – est au cœur de ce principe de normalisation du parcours.

62L’expérimentation conduite démontre que les capacités motrices, sensorielles et cognitives des visiteurs sont dépendantes de l’agencement sociotechnique qu’ils retiennent. Elle permet de mettre en évidence le fait que le regard touristique (tourist gaze) et les supports visuels mobilisés au cœur de la pratique peuvent considérablement affecter le régime exploratoire des visiteurs. L’usage par ces derniers d’une application touristique mobile affecte leur projection dans l’espace (périmètre visité), leur perception du temps (diminution des effets de rupture, continuité dans le régime exploratoire) mais aussi leur degré d’attention aux informations transmises (consultation rapide et absence d’une focalisation exclusive).

63Enfin, cette enquête a mis en évidence le fait que des éléments jugés secondaires par les concepteurs (pointeur de géolocalisation, zoom) peuvent être saisis en priorité par les usagers. Cette affectation inattendue des prises cognitives effectivement opérantes peut rapidement conduire à questionner le travail prescriptif des concepteurs d’une application. En effet, la traduction de la ligne éditoriale de l’application n’a pas pu correctement se faire dans le cas rapporté car la lecture des visiteurs s’est arrêtée, consciemment ou non, à des éléments d’information échappant provisoirement au regard et à la maîtrise des concepteurs. En matière de prescription, force est de constater qu’une attention égale doit ainsi être portée à l’intégration des fonctions et incitations à l’action jugées centrales comme à l’exclusion déterminée et volontaire de celles perçues comme secondaires ou marginales.

Ce travail a été réalisé dans le cadre du LABEX SMS, portant la référence ANR-11-LABX-0066. L’un des coauteurs a également bénéficié du soutien financier du Swedish Research Council dans le cadre du projet Digcon (Digitalizing consumer culture – Grant number: 2012-5736).

Haut de page

Bibliographie

Adoue, F. (2015). Information en temps réel et optimisation du déplacement. Netcom, 29(1-2), 37-54.

Aguiton, C., Cardon, D., & Smoreda, Z. (2009). Living maps. New data, new uses, new problems. First International Forum on the Application and Management of Personal Electronic Information, October 12-13, Cambridge, MA: MIT.

Akrich, M. (1992). The De-Scription of Technical Objects, in W.E.  Bijker & J. Law (eds.), Shaping Technology/Building Society. Studies in Sociotechnical Change, Cambridge, Mass.: MIT Press.

Akrich, M. (1998). Les utilisateurs, acteurs de l’innovation. Éducation permanente, 134, 79-89.

Akrich, M., Callon, M., & Latour, B. (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs. Paris : Presses des Mines.

Auray, N., & Vétel, B. (2013). L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle : Design et régulation d’un jeu freemium. Réseaux, 182(6), 153-186.

Bardini, T. (1996). Changement et réseaux socio-techniques : de l’inscription à l’affordance. Réseaux, 14(76), 125-155.

Bauder, M., & Freytag, T. (2015). Visitor mobility in the city and the effects of travel preparation. Tourism Geographies, 17(5), 682-700.

Beaudouin, V. (2002). De la publication à la conversation. Lecture et écriture électroniques. Réseaux, 6(116), 199-225.

Beaudouin, V., Cardon, D., & Mallard, A. (2001). De clic en clic. Créativité et rationalisation dans les usages des intranets d’entreprise. Sociologie du travail, 43, 309-326.

Bessy, C., & Chateauraynaud, F. (1993). Les ressorts de l’expertise. Épreuves d’authenticité et engagements des corps. Raisons pratiques, 4, 141-164.

Bordeaux, M.-C., & Renaud, L. (2012). Patrimoine « augmenté » et mobilité. Vers un renouvellement de l’expérience culturelle du territoire. Interfaces numériques, 1(2), 273-285.

Boullier, D. (2004). Objets portables en tous genres et prises sur le monde : l’habitèle comme extension du domaine de la personne. Consommation & Société, 4.

Boullier, D. (2011). Habitèle virtuelle. UrbanismePublications d’architecture et d’urbanisme, 42-44.

Cahour, B., & Licoppe, C. (2010). Confrontations aux traces de son activité. Compréhension, développement et régulation de l’agir dans un mode de plus en plus réflexif. Revue d’anthropologie des connaissances, 4(2), 243-253.

Calvignac, C. (2008). Socio-économie d’une innovation par l’usager. Les réseaux wifi communautaires. Réseaux, 148-149, 299-334.

Calvignac, C., & Cochoy, F. (2016). From “market agencements” to “vehicular agencies”: insights from the quantitative observation of consumer logistics. Consumption Markets & Culture, 19(1), 133-147.

Calvignac, C., & Jalaudin, C. (2014). L’équipée touristique ou le rôle des équipements portables dans l’exploration d’un lieu méconnu. Téoros, 33(2). Consulté à http://teoros.revues.org/2698.

Cardon, D. (2015). À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data. Paris : Seuil, coll. « La République des idées ».

Cardon, V. (2015). La guerre des étoiles : la réputation hôtelière à l’épreuve du Web contributif. Revue d’anthropologie des connaissances, 9(1), 39-61.

Chapuis, A. (2010). Performances touristiques. D’une métaphore à un cadre de pensée géographique renouvelé. Mondes du tourisme, 2.

Cochoy, F. (2004). La captation des publics : c’est pour mieux te séduire mon client. Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

Cochoy, F. (2011). Sociologie d’un « curiositif ». Smartphone, code-barres 2D, et self marketing. Lormont : Le Bord de l’eau.

Cochoy, F., & Calvignac, C. (2013). Mort de l’acteur, vie des clusters. Réseaux, 6(182), 89-118.

Cochoy, F., & Smolinski, J. (2016). Traces et espaces de consommation. Netcom, 30(1/2), 61-80.

Coleman, S., & Crang, M. (2002). Tourism: Between Place and Performance. Oxford: Berghahn Books.

Conein, B., Dodier, N., & Thévenot, L. (1993). Les objets dans l’action. Paris : Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques ».

Crang, M., & Graham, S. (2007). Sentient cities ambient intelligence and the politics of urban space. Information, Communication & Society, 10, 789-817.

Denis, J., Pontille, D. (2010). Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro. Paris : Presses des Mines.

De Souza e Silva, A. (2006). From Cyber to Hybrid: Mobile Technologies as Interfaces of Hybrid Spaces. Space and Culture, 9(3), 261-278.

Desvignes, C., & Jacquot, S. (2014). Big data, traces numériques et observation du tourisme. Espaces, 316.

Drevon, G., & Gwiazdzinski, L. (2014). Représenter des populations et des territoires en mouvement. De l’observation des pratiques individuelles à l’intelligence des mobilités. Netcom [en ligne], 28 (1-2).

Edensor, T. (2000). Staging tourism: tourists as performers. Annals of Tourism Research, 27, 322-344.

Everett, S. (2009). Beyond the visual gaze? The pursuit of an embodied experience through food tourism. Tourist Studies, 8, 337-358.

Figeac, J., & Chaulet, J. (2016). Le design de l’hyperconnectivité relationnelle. Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 8. Consulté à http://rfsic.revues.org/1955

Freytag, T. (2010). Déjà-vu: Tourist practices of repeat visitors in the city of Paris. Social Geography, 5, 49-58.

Fuchs, M., Höpken, W., Zanker, M., & Beer, T. (2010). Context-based adpatation of mobile applications in tourism. Information, Technology & Tourism, 12(2), 175-195

Garcia-Crespo, A., Chamizo, J., Rivera, I., Mencke, M., Colomo-Palacios, R., & Gomezberbis, J.‑M. (2009). SEPTA: Social pervasive e-Tourism advisor. Telematics and Informatics, 26, 306-315.

Graham, M., Zook, M., & Boulton, A. (2013). Augmented reality in urban places: contested content and the duplicity of code. Transactions of the Institute of British Geographers, 38(3), 464-479.

Greenfield, A. (2010). Everyware: The dawning age of ubiquitous computing. New Riders.

Gretzel, U., Fesenmaier, D.R., & O’Leary, J.T. (2006). The transformation of consumer behaviour, in D. Buhalisn & C. Costa (eds.). Tourism Business Frontiers: Consumers, Products and Industry. Burlington, MA: Elsevier.

Hutchins, E. (1993). Learning to navigate. In S. Chaiklin & J. Lave (eds.). Understanding Practice: Perspectives on activity and context. Cambridge: Cambridge University Press.

Hutchins, E. (1995). Cognition in the Wild. Cambridge: MIT Press.

Ingold, T. (2000). The Perception of the Environment: Essays in livelihood, dwelling and skill. London: Routledge.

Jauréguiberry, F., & Lachance, J. (2016). Le voyageur hypermoderne. Partir dans un monde connecté. Toulouse : Erès, coll. « Sociologie clinique ».

Kaufmann, V. (2005). Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? Cahiers internationaux de sociologie, 118, 119-135.

Kaufmann, V., Bergman, M.M., J& oye, D. (2004). Motility: Mobility as Capital. International Journal of Urban and Regional Research, 28, 745-756.

Kaufmann, V., & Jemelin, C. (2004). La motilité, une forme de capital permettant d’éviter les irréversibilités socio-spatiales ? Communication au colloque Espaces et sociétés aujourd’hui. La géographie sociale dans les sciences et dans l’action, Rennes, 21-22 octobre 2004.

Kutchin, R., & Dodge, M. (2011). Code/Space: Software and Everyday life. Cambridge MA: MIT Press.

Larsen, J., & Urry, J. (2011). Gazing and performing. Environment and Planning D: Society and Space, 29, 1110-1125.

Latour, B. (1986). Vizualisation and cognition: Thinking with eyes and hands. Knowledge and Society, 6, 1040.

Latour, B. (2000). Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement. In A. Micoud & M. Peroni (dir.). Ce qui nous relie, (pp. 189-208). La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Latour, B. (2000). La fin des moyens. Réseaux, 18(100), 39-58.

Latour, B., & Hermant, E. (1998). Paris ville invisible. Paris : La Découverte – Les Empêcheurs de penser à rond.

Laurier, E., & Brown, B. (2008). Rotating maps and readers: praxiological aspects of alignment and orientation. Transactions of th Institute of British Geographers, 33(2), 201-216.

Lévy, J. (2003). Capital spatial, in Lussault, M., Lévy, J. (dir.). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris : Belin, 124-126.

Licoppe, C., & Figeac, J. (2014). L’organisation temporelle des engagements visuels dans des situations de multi-activité équipée en milieu urbain. Activités, 11(1), 65-85.

Lloyd, R.E. (1989). Cognitive Maps: Encoding and Decoding Information. Annals of the Association of American Geographers, 79(1), 101-124.

Lutz, C., & Collins, J. (1993). Reading National Geographic. Chicago: University of Chicago Press.

MacCannell, D. (1973). Staged authenticity: arrangements of social space in tourist settings. The American Journal of Sociology, 79(3), 589-603.

MacCannell, D. (2001). Tourist agency. Tourist Studies, 1(1), 23-37.

Marzloff, B. (2005), Mobilités, trajectoires fluides, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Mondada, L. (2007). Deixis spatiale, gestes de pointage et formes de coordination de l’action. In J.-M.  Barberis & M.C. Manes-Gallo (dir.). Parcours dans la ville : descriptions d’itinéraires piétons. Paris : L’Harmattan.

Olteanu Raimond, A.-M., Couronné, T., Fen-Chong, J., & Smoreda, Z. (2012). Modélisation des trajectoires spatio-temporelles issues des traces numériques de téléphones portables. Le Paris des visiteurs étrangers, qu’en disent les téléphones mobiles ? Revue internationale de géomatique, 22(3), 413-437.

Perkins, H.C., & Thorns, D.C. (2001). Gazing or performing? Reflections on Urry’s Tourist Gaze in the Context of Contemporary Experience in the Antipodes. International Sociology, June 2011, 16(2), 185-204.

Proulx, S. (2005). Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances. Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, 1, 7-20.

Rallet, A., Aguiléra, A., & Guillot, C. (2009). Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche. Flux, 4(78), 7-16.

Salvadore, M., Menvielle, L., & Tournois, L. (2015). Diffusion des services mobiles et mobilité du consommateur : une étude sur les déterminants et les conséquences des usages au cours d’un séjour touristique. Management & Avenir, 3(77), 163-185.

Sheller, M., & Urry, J. (2012). Mobile Technologies of the City. Abingdon, Routledge.

Shepard, R.N., & Hurwitz, S. (1984). Upward direction, mental rotation and discrimination of left and right turns in maps. Cognition, 18, 161-193.

Shepard, R.N., & Metzler, J. (1971). Mental Rotation of three-dimensional objects. Science, 171, 701-703.

Shoval, N., & Isaacson, M. (2007). Tracking tourists in the digital age. Annals of Tourism Research, 34(1), 141-159.

Theureau, J. (2010). Les entretiens d’autoconfrontation et de remise en situation par les traces matérielles et le programme de recherche « cours d’action ». Revue d’anthropologie des connaissances, 4(2), 287-322.

Turkle, S. (2012). Alone together: why we expect more from technology and less from each other. New York: Basic Books.

Urry, J. (1990). The tourist gaze: Leisure and Travel in Contemporary Societies. London: Sage.

Urry, J., & Larsen, J. (2011). The tourist gaze 3.0. Los Angeles-London-New Delhi-Singapour-Washington: Sage.

Vinck, D. (1999). Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales. Revue française de sociologie, 40(2), 385-414.

Vinck, D. (2009). De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière. Vers la prise en compte du travail d’équipement. Revue d’anthropologie des connaissances, 3(1), 51-72.

Wang, D., Park, S., & Fesenmaier, D.R. (2012). The role of Smartphones in Mediating the Tourist Experience. Journal of Travel Research, 51(4), 371-387.

Widmer, S., Pedrozo, S., & Klauser, F. (2014). Mobilités et gestion des flux à l’ère numérique, Géo-regards, 7.

Haut de page

Notes

1 Plus largement, le smartphone est au cœur de nombreuses recherches dans un ensemble varié de champs d’étude allant de l’observation de la jeunesse (Turkle, 2012) à celle du travail marchand (Cochoy & Smolinski, 2016) en passant par l’étude des modes de déplacements urbains (Adoue, 2015) ou de l’usage des réseaux sociaux en mobilité (Figeac & Chaulet, 2016).

2 Trois principales consignes étaient formulées : 1) utiliser exclusivement les dispositifs fournis par les enquêteurs (dispositifs spécialement conçus pour l’occasion) ; 2) limiter son temps de visite à 3 heures ; 3) éviter les arrêts prolongés (plus de 20 minutes) ainsi que la visite d’espaces confinés (musées).

3 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t (à la différence du premier, le second n’a pas d’appareil photo intégré). Ces deux modèles permettent de visualiser, enregistrer et reproduire avec une grande précision les itinéraires empruntés. Le logiciel Garmin Base Camp – fourni avec les récepteurs – propose différents outils de mesure et de représentation cartographique. Ce logiciel est doté d’une interface très intuitive qui offre la possibilité d’exporter, en quelques clics, les données recueillies sur différents fonds de carte ou logiciels de traitement statistique.

4 Les traces recueillies ont ensuite été nettoyées, ce qui revenait à supprimer de la base de données les quelques points erratiques et mal indexés des parcours.

5 Sur l’usage des récepteurs GPS dans les enquêtes en sciences humaines et sociales, voir Drevon & Gwiazdzinski (2014).

6 Il s’agit bien d’entretiens d’explicitation et non d’entretiens d’autoconfrontation. Nous n’avons malheureusement pas eu la possibilité de produire une représentation instantanée du parcours emprunté et d’en proposer une lecture réflexive et interprétative aux personnes observées. Nous regrettons de n’avoir pu réunir les conditions nécessaires à cet exercice méthodologique dont on peut aisément mesurer l’intérêt et la force explicative dans différents travaux contemporains (voir notamment Theureau, 2010 ; Cahour & Licoppe, 2010 ; Licoppe & Figeac, 2014). Quant à l’option méthodologique consistant à réaliser des entretiens en cours de visite, nous l’avons très vite écartée car nous redoutions qu’une telle ingérence dans l’action ait un effet désastreux sur la spontanéité des visiteurs, sur la mise en place de leurs propres routines d’action, sur le déroulement même de la pratique.

7 Les entretiens étaient réalisés immédiatement après la visite de la ville. Cette immédiateté permettait aux personnes observées de facilement se remémorer les grandes étapes de leurs parcours, d’évoquer avec précision les arbitrages rendus en situation.

8 Les données ici rapportées sont consultables à l’adresse suivante : http://www.albi-tourisme.fr/fr/observatoire-du-tourisme-albi.html.

9 Le choix des primo-visiteurs se justifie également par notre volonté d’éviter toute disparité dans l’appréhension du site touristique induite par une connaissance antérieure de la localité.

10 Dans la suite de l’article, nous utilisons préférentiellement le terme « livret » ou l’expression « livret touristique ». Ce choix permet d’une part de rappeler le petit volume du document (livret plutôt que livre ou guide) et d’autre part de bien marquer la différence entre équipements papier et numérique qui appartiennent tous deux à la famille des guides touristiques sans toutefois épouser les mêmes formes et fonctions (guide papier versus guide numérique).

11 Albi est nommée la « ville rouge » car les bâtiments de son centre historique sont majoritairement construits en brique.

12 L’application a été développée avec le concours du département informatique de l’Institut National Universitaire Champollion. Les auteurs remercient chaleureusement David Panzoli, maître de conférences en informatique qui s’est pleinement investi dans ce projet.

13 L’application ne vibre ni ne sonne lors de la réception de l’indice.

14 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs. Plusieurs relevés consécutifs – le plus souvent deux à trois relevés (soit 20 à 30 secondes de temps) – peuvent ainsi être manquants. Ces relevés manquants laissent entrevoir des plages d’arrêts qui n’en sont pas (vitesse observée de 0 km/h) immédiatement suivies de pointes de vitesse erratiques qui relèvent d’un calcul a posteriori de la distance réellement parcourue (vitesse observée sur le dernier relevé de 30 km/h). Pour éviter toute mésinterprétation des données recueillies, nous avons fait le choix de ne considérer que les arrêts se prolongeant sur 60 secondes minimum, arrêts qui ne peuvent être impactés par ces problèmes de couverture ponctuels. Ce choix méthodologique revient à ne considérer que les arrêts prolongés, ceux-là même qui permettent aux visiteurs de véritablement prendre connaissance des informations alentour et de se réorganiser en conséquence.

15 Le fait d’observer des arrêts et piétinements plus fréquents au tout début du parcours est à mettre en relation avec deux phénomènes. Le premier a trait à la nécessaire prise en main des dispositifs. Le second phénomène tient à l’apparition d’artefacts propres à l’expérimentation (effet Hawthorne) et à la bonne volonté de l’enquêté qui se pliera aux conditions de l’enquête et s’efforcera d’utiliser ce qu’on lui propose. Ce respect du dispositif expérimental est ici tout à fait comparable pour les deux sous-populations (peut-être est-il légèrement accru par la prise en main d’une technologie plus sophistiquée – ici le smartphone). Ce biais reste présent à notre esprit et pour le contourner nous avons toujours rapporté les phénomènes observés aux temps de leur apparition. En effet, l’effet de conformation de l’enquêté se dissipe avec le temps : une fois passées les premières minutes de la visite, les pratiques redeviennent plus spontanées.

16 Le sens visuel est ici d’autant plus dominant que la destination observée est reconnue par et pour son patrimoine architectural et artistique.

17 Dans cette perspective, Dean Mac Cannell (2001) a parfaitement montré que le regard touristique jouissait d’un second niveau de lecture (second gaze), c’est-à-dire d’une forme d’émancipation vis-à-vis de la vision proposée par différents tiers prescripteurs. Les visiteurs voient donc au-delà de ce que l’on leur donne à voir.

18 Ces trois effets sont également à mettre en relation avec la définition progressive de routines d’action. Les visiteurs identifient aisément les analogies d’usage et de fonctionnement des applications qu’ils mobilisent. On peut donc s’attendre à une forme de projection de repères graphiques et symboliques déjà connus dans la phase d’appropriation du dispositif (régime de familiarité et effet diligence).

19 Notons ici que ce résultat est congruent avec les observations rapportées par Marie-Christine Bordeaux et Lise Renaud au sujet d’une application touristique grenobloise dont l’utilisation avait pour conséquence de réduire significativement les périmètres et rythme de visite des touristes et d’engendrer des déplacements moins « amples » et plus « disciplinés » (Bordeaux & Renaud, 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Itinéraire conseillé par le guide papier – Les 10 points d’intérêt de la ville
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. Application « Les clefs de la ville rouge » – Indice « Hôtels particuliers »
Crédits Source : montage photo réalisé par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Carte 1. Emplacement arrêts et piétinements – Couples sans application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Carte 2. Emplacement arrêts et piétinements – Couples avec application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Carte 3. Zones fréquentées par les couples sans application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Carte 4. Zones fréquentées par les couples avec application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 5. Temps d’occupation des secteurs – Couples sans application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Carte 6. Temps d’occupation des secteurs – Couples avec application
Crédits Source : carte réalisée par Cédric Calvignac et Jan Smolinski
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1494/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Calvignac et Jan Smolinski, « Explorer le monde avec application »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 11-4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1494

Haut de page

Auteurs

Cédric Calvignac

Maître de conférences en sociologie à l’Institut National Universitaire Jean-François Champollion d’Albi (Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées), il est membre du Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP-CNRS). Après avoir consacré sa thèse à l’analyse des incidences socio-économiques du phénomène de l’innovation par l’usager, il travaille aujourd’hui sur la question de la mobilité urbaine relative aux activités de consommation et de loisirs. Tant dans ses travaux portant sur les « usagers-innovateurs » que dans ceux, plus récents, traitant des déambulations urbaines des consommateurs et des touristes, il s’est toujours montré soucieux de saisir la nature des relations qui lient les hommes aux dispositifs organisationnels et techniques jalonnant leurs parcours.  https://www.researchgate.net/profile/Cedric_Calvignac/publications.
ORCID : https://orcid.org/0000-0003-4472-2032

Adresse : CERTOP (UMR5044), 5, allée Antonio Machado, FR-31069 Toulouse (France).
Courriel : cedric.calvignac[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Jan Smolinski

Doctorant en sociologie sous la direction de Franck Cochoy et membre du Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP-CNRS) à l’Université Toulouse Jean Jaurès, ses travaux de recherche portent sur l’usage des technologies numériques en contexte de mobilité et plus particulièrement sur la manière dont usages numériques et pratiques de mobilité s’hybrident et contribuent à l’évolution des modalités de consommation de (et dans) l’espace urbain. Il recourt à cette fin à une analyse des traces produites par l’usage de dispositifs numériques (smartphone, récepteurs GPS), en tant qu’outils participant à l’élaboration d’une méthodologie hybride reposant sur le croisement de données de géolocalisation, de données de navigation sur Internet et de données déclaratives sur l’expérience vécue.

Adresse : CERTOP (UMR5044), 5, allée Antonio Machado, FR-31069 Toulouse (France).
Courriel : jsmolins[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals