Navigation – Plan du site

Penser avec soin

Effilage et raccommodage dans une ethnographie de broderie artisanale et technologie
Thinking with Care. Unraveling and mending in an ethnography of craft embroidery and technology
Pensar con cuidado. Destejer y remendar en una etnografía del bordado artesanal y la tecnología
Tania Pérez-Bustos
Traduction de Gloria Zarama
Traduction(s) :
Thinking with Care [en]

Résumés

Cet article réfléchit aux pratiques soigneuses d’effilage et raccommodage comme parties intimement constitutives de processus de raisonnement incorporé. Mon point de départ est une ethnographie de dialogues entre la broderie calado et la conception technique. D’où, tout en décrivant l’effilage partiel des tissus destinés au calado et leur raccommodage postérieur par le tissage, j’interroge la double action de ces pratiques : d’abord sur l’ethnographie qui les aborde ; ensuite au sujet des effets de l’ethnographie – elle-même influencée par les pratiques du calado – sur les imaginaires et les attentes des ingénieurs à propos de la conception et du contexte de cet art manuel. Tout au long de cet article, je mets l’accent sur le fait que ce genre de processus d’effilage et raccommodage est constitué par le soin (care) en relation aux corps et aux matérialités. Je prête donc une attention particulière à la manière dont ces processus, traversés par la question du genre selon des manières bien spécifiques, entrelacent histoires d’apprentissage incarné et domestique et formes d’invisibilité ambiguë.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Comme pour la plupart des choses dont on s’est débarrassé à cause de l’amour de notre société pour la technologie, la broderie est une pratique souvent associée aux hobbys nostalgiques… la couture à la main est rarement célébrée dans la culture contemporaine. Non seulement nous avons bâti des usines pour reproduire la broderie… On dirait qu’on a très peu en commun avec ceux qui ont cousu à la main au cours des siècles pour des raisons de sécurité économique ou familiale. Alors, pourquoi la broderie à la main est-elle importante maintenant ? Leanne Prain (2011, p. 17)

  • 1 Par exemple, certaines références, pas toutes féministes, utilisent explicitement la métaphore de l (...)

1La broderie représente un riche site ethnographique pour comprendre le soin en tant qu’il est constitué de pratiques entremêlées d’effilage et de raccommodage. Utiliser ces pratiques, et d’autres qui y sont liées, comme métaphores pour comprendre les processus sociaux de différentes natures est habituel dans la littérature des sciences sociales, en particulier dans les études féministes1. Toutefois, cet usage n’est pas souvent corroboré par une compréhension empirique de ce qu’impliquent ces pratiques en termes d’actions humaines et non humaines. Il y a contradiction. D’un côté, broder avec soin est vu comme une puissante figure de style pour penser la connaissance. De l’autre, l’existence ontologique de la broderie n’est pas prise au sérieux dans la mesure où les processus de réalisation, le labeur, les apprentissages incorporés et les matérialités qui la constituent ne sont pas étudiés. On pourrait dire que cette contradiction va de pair, d’une certaine façon, avec le statut insignifiant et invisible des activités textiles artisanales, comme le raccommodage, dans l’ordre social (König, 2013), lui-même modelé par le fait que, d’un point de vue culturel, ces pratiques sont construites comme des activités féminisées (Pérez-Bustos, 2014a).

  • 2 Le groupe de recherche était constitué de cinq ingénieurs et trois chercheurs en sciences sociales (...)

2Qu’implique alors le fait de penser avec et par le biais de ces pratiques ? Dans cet article, je tente de donner une réponse partielle et concrète à cette question tout en analysant le double effet qu’effiler et raccommoder avec soin a sur l’étude d’un dialogue de connaissances entre la broderie calado, technique particulière de broderie réalisée à Cartago, en Colombie, et la conception technique. Le financement de cette recherche vient d’un programme de soutien à la recherche appelé Dialogues de Connaissance, géré par l’Agence Nationale Colombienne pour la Science, la Technologie et l’Innovation (Colciencias). L’intention du projet était surtout d’analyser les savoirs du calado afin d’encourager des formes de dialogue de connaissances avec les ingénieurs qui, en revanche, avaient pour objectif de concevoir des technologies inspirées de cette rencontre, tout en apprenant du savoir-faire des brodeuses caladoras2.

  • 3 Ici la notion de soin fait référence à une connaissance produite de façon réflexive, critique, inco (...)

3Dans ce contexte, quand je dis que l’effilage et le raccommodage ont une double action, je pense à deux aspects. En premier lieu, l’effet que la réalité du calado a sur l’ethnographie, surtout quand cette méthodologie est pratiquée avec soin, pour éclairer les connaissances qui constituent cet art manuel – c’est-à-dire la connaissance qui émerge de la relation intime entre les femmes caladoras et les matérialités du calado3. En deuxième lieu, je fais référence à l’effet d’une ethnographie affectée par le calado sur le développement d’une conception technique qui est censée s’inspirer de cet artisanat.

4Ici je suis les réflexions de Donna Haraway (1988, 2004, 2013), John Law (2004) et Maria Puig de la Bellacasa (2011, 2012) qui soutiennent que, au-delà de la production de données, les méthodes de recherche ont le pouvoir de mettre en scène la réalité étudiée. Par conséquent, prendre position de façon critique et réfléchie sur cette prémisse peut contribuer « à développer des sensibilités plus enclines aux effets de nos méthodes » (Müller & Kenney, 2014, p. 5) pour nous engager différemment dans les projets de recherche. Cela veut dire que l’ethnographie crée à la fois des relations et des réalités (Law, 2004, p. 29). Cette prémisse doit être pensée de manière symétrique, étant donné que les pratiques de l’ethnographie sont enracinées dans une réalité ; elles sont elles-mêmes des réalités. Les méthodes que nous utilisons pour comprendre le monde affectent le monde ; elles en font partie et simultanément sont modelées par lui. Cela dit, devenir conscient et comprendre l’effet des méthodes peut être un engagement spéculatif portant sur les faits et gestes de notre recherche et cela est, en soi, un élan attentionné (caring impulse) : devenir responsable non seulement de ce que sont nos pratiques mais aussi de ce qu’elles pourraient devenir (Galloway, 2013). La responsabilité (accountability) est une pratique soigneuse (Pérez-Bustos, 2014b ; Singleton, 2011) dans le sens où elle nous rend responsables et sensibles à ce que nos méthodes font pour générer des mondes plus vivables (Pérez-Bustos, 2014b ; Singleton, 2011). Dans le cas décrit dans cet article, la responsabilité fait référence à la façon dont l’ethnographie défie et façonne ce que les ingénieurs réalisent. Plus précisément, il se réfère à la façon dont ce façonnage par l’ethnographie est lui-même configuré par le calado en tant que technique particulière de broderie dans laquelle l’effilage et le raccommodage soigneux sont des éléments clés. Je reviendrai sur ce point dans la section suivante.

5L’article est structuré en deux parties. Dans la première, je donne un compte rendu ethnographique de l’effilage et du raccommodage dans le calado, qui sera utilisé comme contexte pour analyser, dans la deuxième partie, les effets de ces deux pratiques sur l’ethnographie et sur l’ingénierie.

Effiler et raccommoder

6Mon objectif, avec l’exposé ethnographique suivant, est de décrire quelques éléments importants des pratiques d’effilage et de raccommodage, constitutifs du calado. Ce faisant, je mettrai l’accent, dans un deuxième temps, sur le fait que ces éléments deviennent le centre d’une certaine ethnographie et sur la façon particulière dont celle-ci a affecté la conception technique. Dans la description qui suit, j’aimerais insister sur trois aspects en particulier : la dimension incorporée et domestique de l’effilage et de son apprentissage ; le rôle structurel mais invisible du raccommodage dans la broderie ; et le fait que ces aspects sont d’une manière ou d’une autre corrélés à la position de genre des brodeuses vues comme réparatrices.

7Le Calado est une forme de broderie particulière, réalisée principalement par les caladoras, les brodeuses de Cartago en Colombie. Différente d’autres types de broderie, qui consistent à décorer une surface textile donnée sans en modifier la structure originale, le calado repose sur l’effilage partiel d’un tissu spécifique puis son raccommodage. Le calado décore donc des étoffes en modifiant d’abord leur structure. C’est dans ce sens-là qu’elle est conçue comme forme de tissage (Cunha & Vieira, 2009). L’effilage du tissu original exige du soin, du temps et des connaissances ; il est un processus appris par le corps mais normalement invisible pour les admirateurs de produits brodés, question qui contribue à son statut négligé.

8J’ai commencé à en savoir plus sur le calado après avoir invité Madame Elsa, une octogénaire de Cartago, à Bogotá pour nous apprendre la technique. Je me souviens que je lui avais dit qu’elle n’avait que trois jours pour nous expliquer les généralités de ce qu’elles faisaient à Cartago. Elle était sceptique concernant la possibilité de comprendre la complexité de la technique en si peu de temps. Je lui avais dit : « Nous n’avons pas besoin d’apprendre le calado, nous souhaitons tout simplement comprendre ses fondamentaux. » Nous étions sur le point de découvrir que les rudiments du calado étaient une affaire très complexe.

9Un groupe d’ingénieurs avait accepté mon invitation à apprendre cet art manuel, afin de s’en inspirer pour la conception d’une technologie de communication et se laisser accompagner par mon ethnographie dans ce processus de conception. Le premier jour de notre rencontre d’apprentissage, Madame Elsa commença à nous expliquer comment effiler le tissu. Nous avions tous de petits morceaux de lin grossier. « Pas fin du tout », dit-elle, « à Cartago nous ne l’utilisons que pour apprendre. » Ces morceaux étaient tendus sur des tambours de broderie, en plastique. Elle nous demanda de tracer un carré sur le tissu en utilisant la chaîne et la trame de l’étoffe comme bords, tout en enlevant deux fils horizontalement et deux fils verticalement pour définir la forme du carré. Après cela, elle nous a fait effiler le tissu à l’intérieur du carré. « Selon la dimension de l’effilage que tu veux faire, tu enlèves ou tu laisses un certain nombre de fils de chaque côté, deux sur deux, trois sur quatre, quatre sur cinq ; cela dépend aussi de l’épaisseur des fils, parce que parfois les fils d’un côté sont plus fins que ceux de l’autre et du coup tu dois en enlever un peu plus ou un peu moins », raconta-t-elle tout en réalisant elle-même la tâche et en nous laissant penser qu’il s’agissait d’une première étape très simple.

10Le but de cette première étape est d’effiler la chaîne et la trame originelles du tissu pour qu’il soit brodé à la manière du calado dans un deuxième temps. Il en résulte une plus maille qui devient constitue la base de ce qui sera ensuite brodé. Les tissus s’affaiblissent durant le processus d’effilage. Lors de la deuxième étape, les points de calado raccommodent l’étoffe partiellement détruite, en tissant de nouveaux fils dans les trous de la grille issue de l’effilage, créant ainsi un nouveau motif dans la structure (voir image 1). Selon les termes de König (2013, p. 578), ce processus modifie l’identité originaire du tissu, tout en le retravaillant d’une façon qui change sa signification.

Image 1. Calado en cours : on peut voir du lin grossier partiellement effilé (quatre sur quatre) puis brodé de points d’esprit dans les trous de la grille

Image 1. Calado en cours : on peut voir du lin grossier partiellement effilé (quatre sur quatre) puis brodé de points d’esprit dans les trous de la grille

Source : T. Pérez-Bustos

11Avec cette première demi-journée, nous ne sommes même pas arrivés à la phase du tissage calado. Il nous a fallu à peu près quatre heures seulement pour effiler le carré dans un petit morceau de tissu. Certains d’entre nous ont à peine réussi à terminer, parce que leur lin était plus grossier ; d’autres ont arrêté au milieu du processus parce qu’ils en avaient marre d’enlever des fils et de penser qu’ils n’avaient même pas appris un point. Nos esprits étaient muets car on comptait les fils, un par un, pour que la grille soit symétrique ; nos doigts nous faisaient mal à cause de la tension des fils avant de les enlever du tissu et des luttes avec les fils qui ne se laissaient pas effiler et se cassaient en petits morceaux. Madame Elsa nous encourageait à terminer tout en nous aidant, un travail que ses mains expertes faisaient minutieusement et rapidement.

  • 4 L’ectamina est un type de lin très délicat qui s’utilise pour le calado et qui est porté par les no (...)

12Effiler soigneusement le tissu signifie apprendre patiemment la façon dont se comportent la chaîne et la trame de différents tissus quand ceux-ci sont tendus sur les tambours ; les tissus ne peuvent être ni trop denses (trop de fils) ni trop grossiers ; la tension du tambour doit être mesurée par rapport à cette densité ; et les fils doivent être pris un par un. « Si tu essaies d’effiler deux fils à la fois, ils ne te permettront pas de les enlever, ils feront corps » (Olivia, 65 ans, caladora). Ce sont des perceptions incarnées que les brodeuses apprennent à estimer avec leurs mains grâce à une interaction intime et parfois douloureuse avec les matérialités du calado, un apprentissage qui nécessite temps et exercice. De temps en temps, il faut que cet apprentissage intime soit appris de nouveau ou bien oublié, si les tissus disparaissent du marché à cause du déclin de l’industrie textile colombienne et de l’arrivée de nouveaux tissus de qualité inférieure et venant de pays inconnus : « On ne trouve plus de bon tissu pour broder à la manière calado ; l’ectamina4 est fini et à sa place il y a ce type de tissu [elle me le montre] qui est plus rigide à effiler ou sinon celui-ci dans lequel les fils s’enlèvent facilement mais tu ne peux pas les compter et du coup tu dois deviner où vont les trous, et ça prend énormément de temps pour l’effiler, et le problème c’est que les gens ne paient pas pour ce dur labeur » (Celmira, 60 ans, caladora). Dans ce contexte, être soigneux n’est pas un souhait ni une norme ; il s’agit de l’apprentissage d’une habileté incorporée, un lent et silencieux devenir avec les tissus et les fils. Comme le mentionne Prain (2011, p. 17), la prédisposition physique silencieuse et calme des brodeuses ne doit pas être confondue avec de l’asservissement. Il s’agit effectivement d’un état actif et concentré dans lequel les relationalités entre acteurs humains et non humains s’entrelacent.

13Le raccommodage a un rôle central dans ce processus d’effilage soigneux, autant que le calado. Quand elles effilent, il se peut que les brodeuses se trompent et enlèvent des fils qui n’auraient pas dû être retirés, et cela altère la symétrie de la grille qui est en train de se créer. Cette situation oblige les caladoras à réparer l’effilage. Pour le faire, elles peuvent soit déplacer les fils à l’intérieur du tissu pour remplir l’espace supplémentaire créé par le fil erronément enlevé, réduisant ainsi cet espace, soit retisser cet espace, en ajoutant un nouveau fil au tissu. Dans tous les cas, le but du raccommodage est de couvrir l’erreur et de créer une illusion de symétrie et perfection (König, 2013) qui, d’une façon ou d’une autre, cache aussi le travail manuel du raccommodage : « tu ne veux pas qu’il semble raccommodé » (Olivia, 65 ans, caladora).

  • 5 Cette réflexion sur les valeurs incorporées dans le raccommodage est en dialogue avec le travail ém (...)

14Raccommoder quelque chose, et le faire correctement, implique l’habileté et le savoir-faire pour rendre invisible la main du raccommodeur (Maycroft, 2015), ce qui signifie que le raccommodage minutieux d’une erreur est en soi un labeur invisible. Quand le dégât du tissu est trop étendu (trop de fils enlevés), il est inutile de raccommoder ; cela devient une tâche impossible. Aussi, le raccommodage minutieux dans les processus d’effilage suppose de développer une très bonne connaissance du cycle de vie des matérialités et leur pouvoir de transformation, un « état d’esprit cognitif de capacité à évaluer un problème avec l’objet matériel et à identifier un remède approprié » (König, 2013, p. 580), autant qu’à estimer quand aucun remède n’est viable5.

15Comme mentionné ci-dessus, le calado est aussi une façon de raccommoder, dans le sens où il répare le tissu effilé tout en tissant de nouveaux dessins à l’intérieur de sa structure ; les points renforcent le tissu, tandis qu’ils le décorent, mais ils encadrent aussi le dessin pendant qu’ils raccommodent ses contours, tout en compensant le processus d’effilage et en arrêtant soigneusement la destruction (voir image 2).

Image 2. Le carré encadre le résultat du calado comme processus de raccommodage qui crée des dessins grâce au tissage. Les flèches indiquent le raccommodage qui encadre le dessin et contient l’effilage partiel du tissu

Image 2. Le carré encadre le résultat du calado comme processus de raccommodage qui crée des dessins grâce au tissage. Les flèches indiquent le raccommodage qui encadre le dessin et contient l’effilage partiel du tissu

Source : T. Pérez-Bustos

16Contrairement au raccommodage des erreurs grâce à un labeur invisible, les points de calado représentent la partie la plus visible de ce type de broderie ; ils nous aident à comprendre d’autres valeurs incarnées dans le raccommodage, au-delà de l’invisibilité, notamment : l’apaisement (du processus d’affaiblissement), l’engagement (avec les matérialités) et la créativité (dans la structure esthétique). Ces valeurs sont proches d’autres pratiques soigneuses orientées vers la durabilité de la vie (Fischer & Tronto, 1990 ; Precarias a la Deriva, 2005).

  • 6 Afin de broder une guayabera, tee-shirt traditionnel pour hommes, en calado avec un point sophistiq (...)

17La visibilité susmentionnée des points de calado met l’accent sur la structure conçue qu’ils produisent, mais elle ne les comprend pas comme processus de raccommodage. Dans ce contexte, ni les caladoras ni les admirateurs de cette technique ne prennent en considération le dur labeur des pratiques de réparation qui co-constituent l’effilage soigneux du calado. Aussi, le temps et l’attention nécessaires pour les accomplir ne sont pas pris en compte au moment de fixer le prix d’une pièce de broderie calado6. Quand on demande aux caladoras de broder un tel dessin, elles ne sont pas payées pour l’effilage du tissu. L’état du matériel et ses complications potentielles au cours de l’effilage n’ont aucune importance, pas plus que le fait que le tissu puisse être endommagé au cours du processus et doive être réparé ; on s’attend à ce que tout soit fait pour le même prix. Quand les caladoras ne réussissent pas à gérer le volume de travail engendré par l’effilage et la broderie, parce qu’elles sont aussi responsables d’autres tâches soigneuses et domestiques, elles forment leurs enfants pour qu’ils puissent enlever les fils et qu’elles puissent, dans un deuxième temps, raccommoder l’erreur. Dans d’autres occasions, les caladoras sous-traitent la tâche de l’effilage à d’autres brodeuses, normalement de classe sociale ou statut inférieur, et paient ce labeur avec une petite part de ce qu’elles reçoivent pour le produit final. Sous-traiter signifie alors écarter le raccommodage et ses aspects affectifs, bassement matériels et incorporés, et par conséquent se débarrasser de sa nature soigneuse. La situation de ce labeur à Cartago résonne avec le statut historique et de genre donné au raccommodage en général ; un travail non rémunéré qui est censé être réalisé par des femmes, ou d’autres sujets féminisés, à l’intérieur de la sphère domestique (Edwards, 2006 ; König, 2013). Donc, lorsque le raccommodage invisible est hors de vue, son pouvoir de préservation et de transformation est dévalué (Babcock, 2008 ; König, 2013 ; Middleton, 2012). Cela est aussi une dévaluation de ses dimensions matérielle, émotive et réflective, et de la nature incorporée de son apprentissage, ce qui fait que ce métier manuel soit une entreprise émotive et réflexive qui concilie des intimités touchantes (Kearney, 2015) entre acteurs humains et non humains.

18Quel effet a cette approche ethnographique de l’effilage et du raccommodage sur l’ethnographie de la conception technologique ? De quelle façon l’ethnographie est-elle affectée par ces figures touchantes et ontologiques et, inversement, comment influence-t-elle les processus de conception entrelacés par des acteurs humains et non humains ? Je tente de fournir une réponse à ces questions dans la section suivante de cet article.

Dialogues de connaissances entre calado, ethnographie et ingénierie

Une ethnographie affectée par un effilage et un raccommodage soigneux

19Comme mentionné dans l’introduction, l’objectif premier de l’étude présentée dans cet article était d’analyser les connaissances à l’œuvre dans le calado afin de promouvoir des dialogues de connaissances entre ingénieurs, lesquels, par contre, devaient réfléchir à la conception d’une technologie qui s’inspire du savoir-faire des caladoras. Au cours de ces rencontres de connaissances, brodeuses et ingénieurs ont exploré des matérialités et des techniques et ont appris, en entrant à leur contact et en les utilisant, à dialoguer les uns avec les autres et à se reconnaître mutuellement comme des agents de connaissance valides. L’ethnographie a été un agent central dans ce processus ; son rôle était d’accompagner les rencontres et d’en assurer responsabilité.

20Pour rendre compte des connaissances impliquées dans le calado, le groupe de recherche devait apprendre le savoir-faire manuel. Nous avons commencé par suivre des cours tenus par des maîtres artisans caladorasqui se déplacèrent de Cartago à Bogotá pour nous enseigner la technique. Puis l’équipe ethnographique et Laura, l’ingénieure du groupe, se sont rendues plusieurs fois à Cartago sur une période de 18 mois – entre janvier 2014 et juillet 2015 – pour pénétrer le contexte de production du calado. Suivre des cours ne suffisant pas pour apprendre cette technique de broderie et comprendre sa complexité, nous avons dû nous rendre chez les caladoras et entrer dans leur vie domestique.

21Comme cela arrive pour d’autres processus de raccommodage (Maycroft, 2015), le savoir-faire du caladoest incorporé dans les mains des caladoras ; il est un savoir extrêmement tacite acquis par la pratique et la répétition. Sa transmission se fait au cours de rencontres personnelles qui ont principalement lieu dans la sphère domestique et se caractérisent par le partage des mouvements de mains, ce qui implique le développement d’habiletés visuelles et tactiles. La sphère domestique de cet apprentissage est centrale pour le calado parce que les caladoras réalisent cet artisanat tout en s’occupant des tâches domestiques et d’autres soins portés à autrui à la maison – comme nettoyer, cuisiner et veiller sur les enfants ou les personnes âgées –, à la maison si elles ont un bon statut social, ou chez d’autres où elles sont domestiques. Dans ce contexte, apprendre la broderie signifiait devenir des ethnographes de la sphère domestique des caladoras. C’était là que les dialogues de connaissances les plus féconds se produisaient.

  • 7 Les caladoras plus anciennes avaient appris à broder grâce à des religieuses européennes dans les é (...)

22On pourrait dire que la principale façon dont l’effilage et le raccommodage soigneux ont affecté l’ethnographie fut précisément en introduisant l’ethnographie dans un domaine domestique, ce qui eut au moins deux implications. D’un côté, cela souligne la nature féminisée de cet art manuel. Aussi bien le raccommodage que la broderie ont été construits comme des activités pour femmes (Edwards, 2006 ; König, 2013 ; Parker, 2010), entre autres parce qu’elles se déroulent dans le domaine privé des foyers et qu’on s’attend à ce qu’elles soient réalisées par les femmes dans le cadre de leur labeur7 – labeur qui n’est pas rémunéré – ou, comme dans le cas de Cartago, dans le cadre d’une forme de travail très précaire.

  • 8 Dans les maisons fréquentées, il y avait des hommes d’âge et de statut social différents ; certaine (...)

23Affronter cette dimension sexospécifique du calado impliqua que nous remettions en cause le fait que nous toutes, à Cartago, étions également des femmes. Même si nous voulions contester l’idée de féminité que cette technique incarnait – ce que nous fîmes en phase avec une longue histoire de résistance féminine aux travaux d’aiguille (König, 2013, p. 576) –, nous dûmes le faire en admettant que nous aussi nous nous voyions comme femmes et que ce fut justement cette position qui nous permit de mener nos recherches à l’intérieur des foyers, dans la sphère domestique : apprendre à broder comme des caladoras, tout en réalisant en même temps d’autres tâches domestiques, et à insérer ces dynamiques dans le cœur de notre programme de recherche, une question qui nous a conduite à co-concevoir l’effilage et le raccommodage comme des activités genrées8.

  • 9 Nous réfléchissons à ces caractéristiques tout en analysant les processus d’apprentissage intégrés (...)

24Une fois, une de mes assistantes de recherche pensa qu’elle aurait pu apprendre cette technique juste en posant des questions ; elle résistait au fait de se saisir d’une aiguille et d’apprendre avec ses mains. Même si elle admirait les caladoras et ressentait de l’empathie pour elles et pour leur condition, initialement elle ne voulait pas accepter l’idée de féminité qu’elles incarnaient – vie de famille, pureté et décorum9. Elle disait alors : « Je ne suis pas douée en broderie, je préfère les interviewer ou les observer broder. » En procédant ainsi, elle ne trouva pas de réponses à ses questions. Au-delà du fait de résister à cet idéal ethnographique, elle n’avait pas la patience de comprendre que le calado était un processus d’apprentissage qui doit être incorporé. Aussi, la seconde implication du fait de laisser le caractère domestique du calado affecter l’ethnographie, était d’épouser sa temporalité. Comme me le dit une caladora très âgée, en me guidant par ses mains lorsque j’essayais de faire un point de calado et en réfléchissant à voix haute avec mes mains sur le fait qu’il ne pouvait se faire de la façon que je l’imaginais : « Continue, continue [hágale, hágale], si nous le faisons mal, nous le déferons et recommencerons à nouveau. »

25Dans ce contexte, la principale interférence créée par l’effilage et le raccommodage soigneux sur l’ethnographie fut de reconnaître que sa pratique ne se réduisait ni à des normes ni à des souhaits ; elle était plutôt un processus d’apprentissage par allers et retours. Cette idée d’interférence vient du travail de Müller et Kenney (2014). Ces auteurs suggèrent, en suivant John Law (2004) et Donna Haraway (1992), que les interférences sont de petits désordres accidentels et sans intérêt, à travers lesquels les pratiques de recherche suscitent des moments de réflexion. En faisant référence à l’interdépendance entre intervieweurs et personnes interviewées dans le contexte des études critiques sur sciences, technologies et sociétés (STS), ils proposent l’idée de conversations agentielles qui perturbent les façons routinières de penser à la vie et au travail, et cela est fait de façon optimiste, c’est-à-dire en brisant l’homogénéité du système établi et en créant des mécanismes pour l’appartenance collective, pour mettre en pause les temporalités du système et reprendre contact avec la possibilité de choisir (2014, pp. 10-15).

  • 10 Cette dimension affective, mondaine et domestique des pratiques de recherche a été étudiée par Davi (...)

26Dans ce contexte, apprendre et désapprendre à broder du calado était une forme de conversation agentielle, une conversation avec les matérialités grâce auxquelles nous avons été capables de défaire certains imaginaires sur les brodeuses et sur les temporalités de connaissance, et d’en raccommoder d’autres par nos propres mains (et les leurs). Premièrement, l’effilage nous a permis de comprendre que, en tant que connaissance domestique, le calado n’était pas simplement une connaissance utile, mais qu’elle est aussi pertinente (König, 2013, p. 577), une connaissance que ces femmes ont utilisée pour subvertir, de façon subtile et mondaine, leur statut de travailleuses domestiques, en créant des pauses qui leur permettent de se retirer de leur routine domestique et de penser de façon créative avec leurs mains (Edwards, 2006). Deuxièmement, en tant que processus d’apprentissage, ces pratiques ont contribué aussi à défaire la temporalité de la production de connaissance ethnographique. Elles nous ont permis d’imaginer qu’il y a de la connaissance ethnographique au-delà de l’observation et de l’écoute, là où le toucher et les sensations ont une voix dans le règne domestique, et qu’ils sont des processus artisanaux, mais qu’ils évoluent à un rythme différent par rapport à celui de la langue exprimée et de l’écoute rationnelle. Ce fut donc plus dur de les comprendre et très difficile de les traduire en pratiques de conception et en métriques de science (Pérez-Bustos, Tobar Roa, & Márquez Gutiérrez, 2016)10.

27Défaire la broderie genrée et les temporalités de la production de connaissance n’était pas sans frustration parce qu’il a fallu affronter, dans le domaine de la vie quotidienne, deux forts systèmes d’oppression : la condition de femme et l’androcentrisme dans la production de connaissances, mais aussi leur donner une nouvelle signification. Cependant, le fait que ces pratiques de raccommodage se déroulaient au niveau domestique impliquait aussi que ces processus d’apprentissage fussent à la fois incorporés et invisibles. Je reviendrai sur ce dernier point dans la partie finale de cet article.

Comment l’effilage et le raccommodage soigneux affectent la conception technique

28Comme dans le calado, le principal effet de l’effilage et du raccommodage dans l’interaction entre ethnographie et conception technique fut de modifier la structure des processus techniques. Je fais référence en particulier à la structure intégrée dans la résolution de problèmes et dans le prototypage de paradigmes. Cela fut possible grâce à la création collective d’un nouveau cadre concret de travail et de pratiques conçues pour l’ingénierie – une plus grande grille à retisser qui conduit à un nouveau patron dans la structure –, au moins pour ceux qui étaient impliqués dans le projet.

J’étais en train de réfléchir sur le fait que tout ce qu’on faisait devait aider les caladoras à résoudre leur situation économique… que la calado ne leur donne pas les moyens suffisants pour vivre et qu’elles doivent travailler dur. C’était difficile pour moi de penser que nous étions en train d’“envahir” leur espace domestique et que cela ne les aurait pas aidées à faire face à cette situation. Ceci me provoqua de la frustration et de la tristesse, surtout car Tania m’avait dit que l’intention du projet n’allait pas dans cette direction-là, que la technologie pouvait être exploratoire sans essayer de résoudre la situation économiquement précaire de la broderie. Je pensai que ce n’était pas “juste” d’explorer sans “les aider” dans leurs difficultés économiques. J’ai été un peu têtue à penser à cela, mais après, quand on a commencé à explorer leur art manuel, à reconnaître le savoir-faire qui se trouve à l’intérieur du calado et à expérimenter avec elles sur les prototypes, j’ai commencé à comprendre que lorsqu’elles participaient à ces exercices et nous accueillaient dans leurs maisons, elles aussi commençaient à reconnaître de manière différente la valeur de leur savoir-faire, à comprendre que ce qu’elles faisaient allait au-delà de mouvoir une aiguille de manière répétitive et que ceci aurait pu changer leur situation précaire d’une autre façon. (Réflexions de Laura sur le processus technique accompagné par l’ethnographie)

29En suivant les pensées de Laura, ce fut tout d’abord l’effilage qui nous fit penser que la conception technique devait résoudre les problèmes des caladoras. Ensuite, cet effilage fut raccommodé en approchant le calado comme connaissance en passant par un processus incorporé, ce qui a impliqué l’apprentissage de la technique et son expérimentation avec les caladoras dans leur espace domestique. Mais pourquoi y avait-il besoin de défiler le paradigme de la résolution de problèmes ? Si les caladoras se trouvent dans une situation économique précaire, pourquoi ne pas focaliser l’attention sur cette condition pour concevoir une technologie particulière ? Comme je l’avais affirmé ailleurs (Pérez-Bustos & Márquez, 2016), la précarité était clairement un point de départ pour la recherche, mais un point de départ à partir duquel commencer à penser à la connaissance avec les caladoras, plutôt qu’une fin en soi.

30Dans sa réflexion sur le rôle du soin dans la production de connaissances, Puig de la Bellacasa (2012) nous invite à concevoir ce processus comme un acte collectif dans lequel l’action de penser se déroule à l’intérieur des relationalités. Cette intention serait, cependant, naïve si nous présupposions que la voix d’autrui pense pour nous au lieu de penser avec nous et depuis notre situation spécifique. Pour l’équipe d’ingénieurs, cela impliqua d’assumer que la précarité économique n’était pas une condition de connaissance avec laquelle ils pouvaient dialoguer mais plutôt un savoir-faire portant sur un problème que l’ingénierie pouvait résoudre. Cela impliqua de faire une distinction hiérarchique entre apprendre à connaître un problème et apprendre à connaître une solution à ce problème, et par conséquent accepter le statut modeste et héroïque de ceux qui peuvent changer cette situation (Haraway, 1996), en concevant une solution à partir de rien (Suchman, 2002).

31Dans ce contexte, l’ingénierie est pensée pour la résolution des problèmes et non pensée avec ces problèmes. Le concept de « penser pour » caractérise certaines approches qui se proposent d’être soigneuses alors qu’elles « utilisent les “autres” marginalisés comme des arguments… en fétichisant “l’expérience du marginal” comme une source d’inspiration… Le soin peut anéantir les subtilités de fait de s’occuper des besoins d’un “autre” que requiert une relationalité soigneuse. Trop facilement, tout cela peut conduire au fait de nous approprier les bénéficiaires de “nos” soins, plutôt qu’à nous relier à eux » (Puig de la Bellacasa, 2012, pp. 208-209). En fait, comme je l’ai présenté ici, le savoir-faire des caladoras est invisible et cela contribue à la précarité incorporée dans leurs produits. Cependant, si l’on se concentre sur la précarité, on dévie l’attention de l’invisibilité du savoir-faire que performe et représente le calado. Aussi, la précarité n’est pas un problème à résoudre, mais plutôt une condition de possibilité dont l’ingénierie doit s’emparer afin d’advenir grâce à cette rencontre.

  • 11 Cet équilibre entre soin et destruction que l’effilage a incorporé résonne avec le travail de Goule (...)

32Enlever les fils de la précarité économique du point focal de l’ingénierie impliqua de commencer à accepter le fait que le calado avait quelque chose à enseigner à l’ingénierie, non pas à propos de l’économie politique de l’artisanat, mais comme connaissance invisible et spécifique portée par cette précarité. Cette prise de conscience a conduit à un nouvel effilage soigneux par rapport à celui déjà mentionné : comprendre la réalisation de prototypes comme un processus d’apprentissage en soi, plutôt que comme un processus de production qui fait autorité. Traditionnellement, la nature expérimentale du prototypage technique vise à réaliser la fonctionnalité de ce qui est conçu pour résoudre un problème. Aussi, lorsque cette intention est mise en cause, effilée soigneusement, le prototypage évolue et devient un processus dans lequel les ingénieurs et les autres participants, ethnographes et caladoras, sont engagés d’une façon plus imaginative et équitable dans l’exploration des connaissances du calado11.

  • 12 Ici je me réfère à l’idée de devenir avec et de créer un monde (worlding) proposée par Donna Harawa (...)

33Aussi, comme en ethnographie, l’ingénierie dut apprendre la broderie en brodant et cela impliqua d’affronter la nature incorporée de la technique. Alors qu’ils reconnaissaient le savoir-faire du calado, les ingénieurs pensèrent qu’ils pourraient demander aux caladoras d’abstraire des modèles du calado qui, dans un deuxième temps, pourraient être traduits dans le langage de la conception. Cependant, la nature incorporée de la broderie (effilage et raccommodage) est façonnée par un savoir tacite qui ne s’exprime pas facilement en mots, mais seulement par le mouvement de mains. Les caladoras affirment qu’à partir du moment où elles tentent de rationaliser ce qu’elles font, elles n’arrivent plus à le faire. Penser la technique suppose de la réaliser. Le calado vient avec son monde, c’est-à-dire une création lente et silencieuse, un devenir à travers le toucher12.

  • 13 Ici j’emprunte la proposition de Marcus (2013) de voir l’ethnographie comme prototypage, mais avec (...)

34Comme je l’ai déjà affirmé, cela laisse penser à des façons de réfléchir qui vont au-delà d’une théorie et d’un discours. Dans ce contexte, l’abstraction de la technique devait être minutieusement effilée grâce à l’apprentissage du calado, afin d’apprendre à penser avec la technique, ses possibilités et ses limitations pour le processus de conception. Ici les prototypes fonctionnaient quand ils permettaient à l’équipe de penser corporellement avec eux, plus que lorsqu’ils étaient utilisés pour simuler les produits finaux. Cette rencontre de connaissance par le toucher impliqua l’exercice d’une ethnographie expérimentale dans un contexte extrêmement concret, plus intéressée par le fait d’accompagner le processus créatif et d’advenir avec lui, plutôt que par le fait d’en fournir une explication contemplative distanciée13.

Apprendre le désaccord intérieur afin d’effiler soigneusement des paradigmes techniques

  • 14 Ici je suis les idées de Haraway selon lesquelles la mort et la destruction ne sont pas des lieux d (...)

35Effiler soigneusement l’imaginaire portant sur la raison de la conception technique au sein d’une rencontre de connaissances avec le calado impliqua de reconnaître que l’ethnographie faisait aussi partie du processus de conception, même si ce n’était pas l’orientation donnée au départ du projet. Aussi, autant la technique devait advenir avec le calado, autant l’ethnographie devait advenir avec l’ingénierie, non pas dans le sens de devenir une connaissance instrumentale pour l’ingénierie qui visait d’abord à résoudre des problèmes par le biais d’une forme particulière de prototypage, mais plutôt au sens d’assumer la responsabilité d’être en dissidence intérieure avec cette logique afin de rendre possible la création d’un point de vue différent pour la conception. Comme dans le processus d’effilage, défaire un imaginaire permet la conception d’une nouvelle structure. À ce propos, Puig de la Bellacasa (2012, pp. 204, 207) affirme que « la création de connaissances fondée sur le soin, l’amour et l’attachement n’est pas incompatible avec le conflit ou le désaccord… Être en dissidence intérieure exprime une façon de vivre, qui va de pair avec les effets des réflexions de chacun. » Dans le cadre des effets de l’ethnographie dans la conception technique, le désaccord intérieur impliqua de nombreux contacts et des rencontres quotidiennes entre ethnographes, caladoras et ingénieurs qui interféraient avec le processus de conception sans le détruire complètement14.

36Certaines des rencontres entre ethnographes, caladoras et ingénieurs devenaient fécondes surtout grâce aux conversations agentielles, c’est-à-dire des dialogues ordinaires qui étaient des moments du processus ethnographique et qui commencèrent à agir comme sites de transformation et résistance modestes (Müller & Kenney, 2014, p. 11). Le désaccord intérieur était alors une question de conversation informelle à propos de ce dont on n’était pas d’accord. Cela voulait dire faire émerger le confit entre points de vue différents quant à l’objectif de l’ingénierie et ainsi essayer de générer, littéralement, des zones de contact entre nous et avec les matérialités du calado. Parler à travers ces matérialités nous a fait réfléchir ensemble sur la technologie. Plusieurs idées de conception sont surgies de nos conversations informelles autour du calado lorsqu’on était en train de broder ou comme déclencheurs conduisant au fait d’aller voir avec nos mains et avec celles des caladoras si ce que nous pensions pouvait fonctionner :

La partie la plus enrichissante du processus a été d’apprendre à broder, du coup la technologie en soi a pu être brodée (pas seulement métaphoriquement), et le fait que Madame Elsa ait réalisé un circuit brodé, ce qui a voulu dire voir la broderie comme une technologie. Ce contact quotidien avec les pratiques d’autrui (la façon dont elles sont faites, mais aussi leurs matériaux et outils) nous a permis de voir l’ingénierie de façon différente. (Réflexions de Laura autour du processus technique accompagné par l’ethnographie)

37Ainsi, l’effilage et le raccommodage soigneux ne signifiaient pas seulement discuter avec l’ingénierie le caractère problématique du fait d’assumer une démarche de conception fondée sur la résolution de problèmes, mais aussi être en dissidence intérieure avec cela en promouvant une forme différente de dialogue, plus tangible et touchante. Par chance, ces « conversations » informelles avaient lieu autour d’une table de repas ; elles s’inséraient dans le scénario domestique des foyers des caladoras, ce qui impliquait qu’elles aussi participaient à nos discussions et nous aidaient à penser avec leur art manuel. Ce cadre domestique nous a permis d’être en dissidence intérieure avec le fait d’être attentionnés, dans le sens où il soutenait les vies des rencontres de connaissances, l’interdépendance entre chacun et son effet de création d’un monde.

  • 15 L’idée de créer une pause vient des réflexions de Müller et Kenney (2014) sur les interférences que (...)
  • 16 Cette dichotomie est façonnée par des idéaux de genre sur ce que l’ingénierie est et ce qu’elle n’e (...)

38Ces interférences créées par des « conversations » informelles et le fait de créer des pratiques dans l’espace domestique engendraient aussi de brèves pauses à l’intérieur du système de conception technologique15. Comme l’affirme Laura : « Je n’ai jamais eu le temps de m’engager directement dans les pratiques et dans la vie quotidienne des communautés impliquées. » N’avoir jamais le temps signifiait que, dans sa formation d’ingénieur, elle était censée se concentrer sur d’autres pratiques « moins sociales », produire des algorithmes, valider des modèles, écrire du code, mais pas parler avec les gens et, moins encore, passer beaucoup de temps à s’impliquer dans leur vie quotidienne16.

39Aussi, participer à une recherche ethnographique permit à Laura de bouleverser les attentes qui avaient été placées en elle et de réfléchir à leur implication, par exemple sur sa façon de focaliser la conception sur les produits, sans la voir ni comme un processus d’apprentissage incorporé ni comme un art manuel (Davies & Horst, 2015). Prendre le temps d’advenir avec les caladoras, marquant une pause dans le système lorsqu’elle déviait son attention vers l’apprentissage incarné, était en tout cas potentiellement dangereux pour elle, en particulier si l’on considère le fait qu’elle avait un délai à respecter pour son travail de fin d’études.

40Néanmoins, contrairement à ce que Müller et Kenney (2014) ont découvert par rapport à l’effet pause de leurs interviews sur de jeunes scientifiques, le fait que ces pauses réflexives de l’ingénierie étaient incarnées dans une ethnographie entremêlée avec la conception, les rendit moins perturbatrices. Par conséquent, le risque de sortir du système des attentes que ces pauses causèrent fut tissé et raccommodé par l’entremêlement de l’ingénierie avec la recherche sur le terrain ; autant les bords de l’effilage dans la caladosont contenus afin de limiter la destruction soigneuse du tissu, autant l’ethnographie devient responsable de ces pauses et réfléchit, avec elles et avec la création et la réalisation de rencontres avec la broderie, à la façon de devenir lisible pour la formation technique (González Rivera, Cortés-Rico, Pérez-Bustos, & Franco-Avellaneda, 2016).

41Dans les deux cas – c’est-à-dire des dialogues touchants et tangibles et des pauses créatives-perturbatrices –, la frustration a joué un rôle central. Ces rencontres quotidiennes et discontinues ont perturbé l’ethnographie et le processus de conception. Elles ont produit des déviations par rapport aux plans et attentes initiales, et ont été un processus continu de faire et défaire : « faire et défaire est fatigant » (jeune ethnographe réfléchissant sur le processus d’apprentissage), « c’était intéressant de penser avec eux, mais parfois c’était frustrant aussi de défaire et repenser à la conception à chaque fois qu’on faisait du travail sur le terrain » (conversation informelle avec Laura).

42Comme dans le calado, ces interférences ont fait que l’ethnographie et la conception sont devenues elles-mêmes des processus raccommodés, ce qui n’est pas facile à admettre, de même que les caladoras ne souhaitent pas que le calado paraisse raccommodé. Souhaiter l’invisibilité du raccommodage se traduit dans l’expertise et l’habilité de celui qui raccommode, mais c’est aussi une façon pour rendre invisibles le labeur et le savoir-faire de cette pratique (Maycroft, 2015). Aussi, l’apprentissage incorporé du calado et ses effets sur l’ethnographie et sur la conception furent une façon d’affronter la frustration. Être en dissidence intérieure nous a permis de devenir des raccommodeurs experts et par conséquent de soutenir l’écologie des dialogues de connaissances. Cela, néanmoins, n’a pas toujours contribué à soigner l’effilage et le raccommodage des éléments importants de l’ethnographie et de la conception, au moins pour ceux qui ne firent pas partie du processus.

Bref épilogue

43Comme je l’ai montré ici, un aspect central de l’effilage et du raccommodage soigneux est leur potentiel créatif, mais aussi leur invisibilité. Ces pratiques sont créatives non seulement par rapport à ce qu’elles font aux matérialités du calado – elles modifient la structure du tissu en l’effilant, afin de l’utiliser comme base pour créer une nouvelle structure, puis en la raccommodant – mais aussi par rapport à ce qu’elles font à l’ethnographie – l’introduire dans l’espace domestique tout en lui permettant d’effiler et raccommoder des idéaux de féminité et de temporalité dans la production de connaissance – et à la conception – en instaurant des mécanismes de dialogue et de pause qui touchent et qui soutiennent des processus de désaccord intérieur avec la logique technique. En suivant Law (2004), j’ai vu ceci comme des exemples de l’action plurielle de ces pratiques : une action qui affecte les méthodes et une action de ces méthodes affectées sur le processus de conception.

44Les méthodes affectent les réalités qu’elles étudient et elles deviennent ainsi des pratiques d’engendrement d’un monde ; développer une sensibilité accrue à ces interférences est potentiellement une façon d’épouser ses effets politiques et éthiques de création du monde. Dans le cas de l’effilage et du raccommodage soigneux, cela implique d’embrasser le soin comme faisant partie de la philosophie de notre recherche, non pas comme déclaration morale, mais comme pratique d’apprentissage et comme art. Cela veut dire reconnaître son pouvoir ordinaire de soutien à la vie. Ici, je me réfère à la vie des dialogues de connaissances, aux équipes de recherche (Davies & Horst, 2015) et au pouvoir de repriser des coutures et des points invisibles, à la fois comme métaphores et pratiques matérielles, pour réparer la rupture entre des positions conflictuelles et pour promouvoir les relationalités.

  • 17 Je souhaite remercier un des évaluateurs de cet article pour m’avoir défié d’expliquer, en bref, co (...)

45Le fait que ce pouvoir soit ordinaire et donc souvent invisible est à la fois un fait matériel et ontologique et un statut donné. Comme je l’ai répété tout au long de cet article, l’effilage et le raccommodage soigneux – dans la technique du calado, l’ethnographie et la conception, et leurs interactions – constituent et sont constitués par un domaine domestique et genré spécifique. Il s’agit de pratiques féminisées : d’un côté, parce que les personnes qui les pratiquent – caladoras et chercheuses – sont pour la plupart des femmes ; d’un autre côté, parce que les lieux où ces pratiques se situent – les scènes domestiques – et ce qu’elles produisent – le calado et les relationalités intimes et créatives entre femmes et matérialités de la broderie – sont historiquement construites comme féminines (König, 2013). Mais elles sont aussi féminisées parce qu’elles sont ressenties, par ceux qui ne sont pas impliqués physiquement, comme non pertinentes et n’ayant rien à voir avec la production de connaissances et d’artisanat, ou d’artisanant en tant que connaissance (Davies & Horst, 2015 ; Gregorio Gil, 2006 ; Pereira, 2012). C’est le cas de la recherche de Laura et de la façon dont elle a été comprise par certains de ses professeurs de Master en Génie Informatique. Mais cela a aussi été le cas des autres ingénieurs qui ne participèrent pas à l’espace domestique ou à la pratique ethnographique. Bien qu’ils étaient ouverts et curieux vis-à-vis de l’apprentissage incorporé de la technique du calado de Laura et de la façon dont cela était en train de façonner le processus de conception technique, pour eux cela restait difficile, voire même impossible, de reconnaître et d’incorporer la valeur et les effets transformatifs de tous ces gestes invisibles qui soutenaient ces pratiques épistémiques17.

46Même invisibles, l’effilage et le raccommodage soigneux sont structurants dans la production de la broderie et, par conséquent, pour l’ethnographie et la conception ; ils modèlent, de façons singulières, ces pratiques de connaissance comme histoires incorporées et engagées du monde. En gardant cela en tête, épouser leur statut ordinaire et invisible, écrire à leur propos et ouvrir des espaces pédagogiques pour leur permettre d’être expérimentés physiquement, est, d’une certaine façon, un engagement spéculatif et matériel vis-à-vis d’autres pratiques réparatrices et leur potentiel pour la compréhension des relations humaines et non humaines dans un monde déchiré.

La recherche mentionnée dans cet article a été financée par l’Agence Nationale Colombienne pour la Science, la Technologie et l’Innovation (Colciencias) et par l’Université Nationale de Colombie. L’auteur remercie Chantal Quassolo pour la traduction de l’article original dans sa version anglaise et sa révision par Dominique Vinck, ainsi que les évaluateurs choisis par la Revue d’anthropologie des connaissances pour leur lecture attentive qui a enrichi l’argument présenté ici.

Haut de page

Bibliographie

Arango Gaviria, L. G. (2006). Jóvenes en la universidad. Género, clase e identidad profesional. Bogotá, Colombia: Siglo del hombre Editores.

Babcock, M. (2008). Mending as Metaphor: Contemporary Fiber and Cultural Change. In Textile Society of American Symposium Proceedings.

Chirán Caipe, R. A. & Burbano Hernández, M. (2013). La dualidad andina del pueblo Pasto, principio filosófico ancestral inmerso en el tejido en guanga y la espiritualidad. Plumilla Educativa. Universidad de Manizales (UManizales). From http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=4426168&info=resumen&idioma=ENG

Cunha, T. B. da & Vieira, S. B. (2009). Entre o bordado e a renda: condições de trabalho e saúde das labirinteiras de Juarez Távora/Paraíba. Psicologia: Ciência E Profissão, 29(2), 258-275. http://doi.org/10.1590/S1414-98932009000200005

Davies, S. R. & Horst, M. (2015). Crafting the group: Care in research management. Social Studies of Science, 45(3), 371–393http://doi.org/10.1177/0306312715585820

Edwards, C. (2006). “Home is Where the Art is”: Women, Handicrafts and Home Improvements 1750-1900. Journal of Design History, 19(1), 11-21. http://doi.org/10.1093/jdh/epk002

Fischer, B. & Tronto, J. (1990). Toward a Feminist Theory of Caring. In E. K. Abel & M. K. Nelson (Eds.), Circles of Care: Work and Identity in Women’s Lives (pp. 35-62). New York, NY: State University of New York.

Galloway, A. (2013). Emergent Media Technologies, Speculation, Expectation, and Human/Nonhuman Relations. Journal of Broadcasting & Electronic Media, 57(1), 53-65. http://doi.org/10.1080/08838151.2012.761705

González Rivera, R., Cortés-Rico, L., Pérez-Bustos, T., & Franco-Avellaneda, M. (2016). Embroidering Engineering: a Case of Embodied Learning and Design of a Tangible User Interface. Engineering Studies, 8(1), 48-65.

Goulet, F. & Vinck, D. (2012). L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. Revue française de sociologie, 53(2), 195-202.

Gregorio Gil, C. (2006). Contribuciones feministas a problemas epistemológicos de la disciplina antropológica : representación y relaciones de poder. AIBR: Revista de Antropología Iberoamericana. Asociación de Antropólogos Iberoamericanos en Red (AIBR). From http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=1704202&info=resumen&idioma=SPA

Haraway, D. (1988). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-599.

Haraway, D. (1992). The Promises of Monsters: A Regenerative Politics for Inappropriate/d Others. In L. Grossberg, C. Nelson, & P. A. Treichler (Eds.), Cultural Studies (pp. 295-337). New York, NY: Routledge.

Haraway, D. (1996). Modest-Witness@Second-Millenium. In D. Haraway (Ed.), The Haraway Reader (2004) (pp. 223-250.). New York, NY: Routledge.

Haraway, D. (2004). A Manifesto for Cyborgs: Science, Technology, and Socialist Femisnim in the 1980’s. In D. Haraway (Ed.), The Haraway Reader (pp. 7-45). New York, NY: Routledge.

Haraway, D. (2008). When Species Meet. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Haraway, D. (2013). Sowing Worlds: a Seed Bag for Terraforming with Earth Others. In M. Grebowicz & H. Merrick (Eds.), Beyond the Cyborg: Adventures with Haraway (pp. 137-146). New York, NY: Columbia University Press.

Houston, L., Jackson, S. J., Rosner, D. K., Ahmed, S. I., Young, M., & Kang, L. (2016). Values in Repair.Proceedings of the 2016 CHI Conference on Human Factors in Computing Systems - CHI’16, 1403-1414. http://doi.org/10.1145/2858036.2858470

Izquierdo Pacheco, A. S. (2011). El universo tejido. Agenda Cultural N° 175, Alma Mater, 1-4. From http://aprendeenlinea.udea.edu.co/revistas/index.php/almamater/article/viewArticle/8605

Johnson, J. S. & Wilson, L. E. (2005). “It Says You Really Care”: Motivational Factors of Contemporary Female Handcrafters. Clothing and Textiles Research Journal23(2), 115-130. http://doi.org/10.1177/0887302X0502300205

Kearney, R. (2015). What is Carnal Hermeneutics? New Literary History46, 99-124.

König, A. (2013). A Stitch in Time: Changing Cultural Constructions of Craft and Mending. Culture Unbound. Journal of Current Cultural Research5, 569-585.

Law, J. (Ed.) (2004). After Method: Mess in Social Science Research. New York, NY: Routledge. http://doi.org/10.4324/9780203481141

Literat, I. & Balsamo, A. (2014). Stitching the Future of the AIDS Quilt: The Cultural Work of Digital Memorials. Visual Communication Quarterly21(3), 138-149. http://doi.org/10.1080/15551393.2014.955500

Marcus, G. (2014). Prototyping and Contemporary Anthropological Experiments With Ethnographic Method. Journal of Cultural Economy7(January), 399-410. http://doi.org/10.1080/17530350.2013.858061

Maycroft, N. (2015). A culture of visible mending: improvisation, or bodging the job? In PLATE: Product Lifetimes and the Environment, June 17-19, 2015, Nottingham Trent University, UK.Nottingham. From http://eprints.lincoln.ac.uk/16725/

Middleton, J. (2012). Long live the thing! Temporal ubiquity in a smart vintage wardrobe. Ubiquity: The Journal of Pervasive Media1(1), 7-22. http://doi.org/10.1386/ubiq.1.1.7_1

Müller, R. & Kenney, M. (2014). Agential Conversations: Interviewing Postdoctoral Life Scientist and the Politics of Mundane Research Practices. Science as Culture. https://doi.org/10.1080/09505431.2014.916670

Parker, R. (2010). The Subversive Stitch: Embroidery and the Making of the Feminine. New York, NY: I.B. Tauris.

Pereira, M. do M. (2012). “Feminist theory is proper knowledge, but…”: The status of feminist scholarship in the academy. Feminist Theory13(3), 283-303. http://doi.org/10.1177/1464700112456005

Pérez-Bustos, T. (2014a). Feminización y pedagogías feministas: Museos interactivos, ferias de ciencia y comunidades de software libre en el sur global. Bogotá, Colombia: Editorial Javeriana.

Pérez-Bustos, T. (2014b). Of caring practices in public communication of science: Seeing through trans-women scientists’ experiences. Signs: Journal of Women in Culture and Society.

Pérez-Bustos, T. & Botero Marulanda, D. (2013). Entre el afuera y el adentro. La configuración del campo académico y sus fronteras desde las prácticas comunicativas de científicas negras en Colombia. Revista Co-Herencia10(18), 189-220.

Pérez-Bustos, T. & Marulanda, D. B. (2014). Otras prácticas educomunicativas : otras sexualidades, potencialmente otro. Revista de Estudios Sociales18(2013), 113-127.

Pérez-Bustos, T. & García Becerra, A. (2013). Situating women scientists with non-normative gender positions in the Colombian national system of science and technology. Acta Colombiana de Psicología (En Prensa)16(2), 1-21.

Pérez-Bustos, T. & Márquez-Gutiérrez, S. (2015). Aprendiendo a bordar: Reflexiones desde el campo sobre el oficio de bordar e investigar. Horizontes Antropológicos, Octuber(44), 279-308. http://doi.org/http://dx.doi.org/10.1590/S0104-71832015000200012

Pérez-Bustos, T. & Márquez, S. (2016). Destejiendo puntos de vista feministas: reflexiones metodológicas desde la etnografía del diseño de una tecnología. Revista Iberoamericana de Ciencia Tecnología Y Sociedad10(31), 1-18.

Pérez-Bustos, T., Tobar Roa, V., & Márquez Gutiérrez, S. (2016). Etnografías de los contactos. Reflexiones feministas sobre el bordado como conocimiento. Antípoda, 26 (en prensa), 1-33.

Phillips, B. D. (1995). Women’s Studies in the Core Curriculum: Using Women’s Textile Work to Teach Women’s Studies and Feminist Theory. Feminist Teacher, 9(2), 89–92. From http://www.jstor.org/stable/40545711?seq=1#page_scan_tab_contents

Prain, L. (2011). Hoopla: the art of unexpected embroidery. Vancouver: Arsenal Pulp Press.

Precarias a la Deriva (2005). Una huelga de mucho cuidado (cuatro hipótesis).

Puig de la Bellacasa, M. (2010). Ethical doings in naturecultures. Ethics, Place & Environment, 13(2), 15-169. http://doi.org/10.1080/13668791003778834

Puig de la Bellacasa, M. (2011). Matters of care in technoscience: Assembling neglected things. Social Studies of Science, 41(1), 85-106. http://doi.org/10.1177/0306312710380301

Puig de la Bellacasa, M. (2012). “Nothing comes without its world”: thinking with care. The Sociological Review60(2), 197-216. http://doi.org/10.1111/j.1467-954X.2012.02070.x

Singleton, V. (2011). When Contexts Meet: Feminism and Accountability in UK Cattle Farming. Science, Technology & Human Values, 37(4), 404-433. http://doi.org/10.1177/0162243911418536

Suchman, L. (2002). Located accountabilities in technology production. Scandinavian Journal of Information Systems, 14(2), 91-105. From http://aisel.aisnet.org/sjis/vol14/iss2/7

Haut de page

Notes

1 Par exemple, certaines références, pas toutes féministes, utilisent explicitement la métaphore de la broderie ou de techniques similaires pour faire référence à la production de connaissances, comme c’est le cas de : Haraway (2013) et Literat & Balsamo (2014), Chirán Caipe & Burbano Hernández (2013) et Izquierdo Pacheco (2011). D’autres font référence à ce genre d’art manuel mais se concentrent sur l’analyse de leur contenu ou de leur dimension sociale, mais sans plonger ni dans le processus de création ni dans la façon dont il est lié à sa dimension sociale et dont il la co-constitue ; c’est le cas de : Babcock (2008), Johnson & Wilson (2005), König (2013), Parker (2010), Phillips (1995), Prain (2011).

2 Le groupe de recherche était constitué de cinq ingénieurs et trois chercheurs en sciences sociales en charge de l’ethnographie. L’équipe des ingénieurs comprenait une ingénieure en électronique qui mena les recherches sur la conception technologique, décida d’en faire son travail de fin d’études en Ingénierie Informatique (MSc) et fut partie intégrante de la recherche sur le terrain à Cartago. Elle comprenait aussi un groupe de quatre hommes (deux ingénieurs en électronique, un ingénieur en mécanique et un ingénieur en informatique) qui ont tous participé aux aspects plutôt conceptuels de la conception et ont pris part à quelques ateliers en dehors de Cartago. L’équipe d’ethnographie était exclusivement composée de femmes, dont moi-même, anthropologue titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation, en tant que chercheuse responsable du projet, et deux assistantes de recherche qui ont contribué à l’ethnographie comme partie de leurs travaux de fin d’études en Anthropologie (Licence) et en Science, Technologie et Société (Maîtrise).

3 Ici la notion de soin fait référence à une connaissance produite de façon réflexive, critique, incorporée, responsable et comptable, comme le dirait Vicky Singleton (2011).

4 L’ectamina est un type de lin très délicat qui s’utilise pour le calado et qui est porté par les nouveau-nés à l’occasion de leur baptême.

5 Cette réflexion sur les valeurs incorporées dans le raccommodage est en dialogue avec le travail émergent sur la réparation liée aux artéfacts technologiques. En particulier, le travail collectif de Houston et al. (2016) insiste sur le fait que les valeurs dans la réparation sont vues comme un processus permanent du devenir. Cela fait écho à la temporalité et à la spatialité des valeurs de raccommodage dans la broderie, qui, comme je le soutiens ici, sont inscrites dans des corps genrés.

6 Afin de broder une guayabera, tee-shirt traditionnel pour hommes, en calado avec un point sophistiqué sur un lin fin, une caladora experte a besoin d’environ quatre ou cinq jours de travail (de quatre à six heures par jour). Sans tenir compte du raccommodage, l’effilage du tissu peut prendre un tiers du temps du processus total de broderie. Les caladoras sont payées en moyenne dix dollars américains pour le produit final brodé.

7 Les caladoras plus anciennes avaient appris à broder grâce à des religieuses européennes dans les écoles religieuses. Ceci faisait partie de l’éducation que les femmes recevaient afin de devenir de bonnes ménagères.

8 Dans les maisons fréquentées, il y avait des hommes d’âge et de statut social différents ; certaines caladoras vivaient avec leurs maris, d’autres avec leurs fils et petit-fils. Dans tous les cas, les femmes avaient la responsabilité de s’occuper des tâches ménagères quotidiennes et devaient surtout veiller au bien-être des hommes avec lesquels elles partageaient leurs vies. Cette réalité sexospécifique modela notre position de femmes au sein du foyer et aurait pu affecter le rôle des hommes ethnographes s’il y en avait eu dans le même cas de figure. Je ne questionne pas le fait qu’il y ait une identité féminine particulière qui configure le rôle des femmes ethnographes, j’affirme que notre identité féminine entre en dialogue avec la façon selon laquelle un contexte est sexospécifique et affecte notre rôle en tant qu’ethnographes. Pour en savoir plus sur le rôle du genre dans l’ethnographie, voir : Gregorio Gil (2006) et Pérez-Bustos, Tobar Roa & Márquez Gutiérrez (2016).

9 Nous réfléchissons à ces caractéristiques tout en analysant les processus d’apprentissage intégrés dans la calado dans Pérez-Bustos & Márquez-Gutiérrez (2015).

10 Cette dimension affective, mondaine et domestique des pratiques de recherche a été étudiée par Davies et Horst (2015) dans une étude sur le soin que les chefs d’équipe mettent dans la gestion de leur groupe. Ces auteurs soutiennent que ces dimensions sont souvent subordonnées dans la production de connaissance scientifique, au sens où elles restent des activités quotidiennes incorporées et donc difficiles à mesurer ou à exprimer comme résultats d’un processus de recherche. Dans une étude précédente sur les pratiques de recherche communicative d’une chercheuse qui avait des positions sexospécifiques à caractère non normatif en Colombie, j’arrivais à des conclusions similaires (Pérez-Bustos, 2014b ; Pérez-Bustos & Botero Marulanda, 2013 ; Pérez-Bustos & García Becerra, 2013 ; Pérez-Bustos & Marulanda, 2014). Les relationalités engendrées par le statut scientifique de ces femmes impliquait la présence de connexions soigneuses avec des acteurs humains et non humains au-delà du milieu scientifique, mais ces relationalités étaient oubliées par ce milieu, au sens où leur temporalité était illisible pour celui-ci.

11 Cet équilibre entre soin et destruction que l’effilage a incorporé résonne avec le travail de Goulet et Vinck (2012). Ces auteurs soutiennent que, quand on fait référence à la dissociation et à la rupture au sein des innovations agriculturales, la création de mécanismes, qui peuvent soutenir une rupture sans en engendrer un détachement complet, est un art qui a besoin d’une connaissance située autour des pratiques de dissociation et des matérialités à rejeter ou éliminer. Maintenant, affirmer que ceci est un art signifie que la connaissance est souvent tacite et apprise par le biais du bricolage et de l’expérimentation (Davies & Horst, 2015) ; un effort émotif qui vient avec son monde (Puig de la Bellacasa, 2012), qui normalement se situe dans la vie quotidienne des relationalités terrestres – encore une fois, relationalités entre acteurs humains et non humains.

12 Ici je me réfère à l’idée de devenir avec et de créer un monde (worlding) proposée par Donna Haraway (2008, 2013) comme pratiques de production de mondes qui ont le pouvoir de créer de nouveaux scénarios. En suivant ses mots, « ce qui compte, ce sont les histoires que nous racontons pour en raconter d’autres ; ce qui compte, ce sont les concepts auxquels nous pensons pour en penser d’autres… Voilà comment la création d’un monde continue avec elle-même » (2013, p. 138), ce qui met en évidence les implications du fait de penser avec le toucher pour le calado dans la conception.

13 Ici j’emprunte la proposition de Marcus (2013) de voir l’ethnographie comme prototypage, mais avec la différence que je situe, dans un lieu et à une échelle réduite, le processus de réflexion polyphonique qu’il propose.

14 Ici je suis les idées de Haraway selon lesquelles la mort et la destruction ne sont pas des lieux de détachement complet (1988), mais des espaces incorporés de germination blessée (2013). Même si certains pourraient affirmer que le détachement complet, la destruction totale ou la mort sans vie sont toujours possibles, rendus viables par le biais de la négligence, l’affaiblissement, la trahison et l’échec des réseaux (Galis & Lee, 2013), cette possibilité ne pourrait pas être modelée par le soin. Le soin implique que la durabilité complexe de la vie (Fischer & Tronto, 1990), humaine et non humaine (Puig de la Bellacasa, 2010) – ce qui est un engagement vers tout ce qui est négligé dans la destruction – s’y mélange dans le cycle de la vie.

15 L’idée de créer une pause vient des réflexions de Müller et Kenney (2014) sur les interférences que les interviews critiques portant sur les carrières en sciences engendrent chez les postdocs.

16 Cette dichotomie est façonnée par des idéaux de genre sur ce que l’ingénierie est et ce qu’elle n’est pas. Pour en savoir plus sur la façon dont cette dichotomie est modelée par l’enseignement technique colombien, voir Arango Gaviria (2006).

17 Je souhaite remercier un des évaluateurs de cet article pour m’avoir défié d’expliquer, en bref, comment rendre visibles les effets politiques et épistémiques des gestes invisibles que modèlent l’effilage et le raccommodage soigneux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Calado en cours : on peut voir du lin grossier partiellement effilé (quatre sur quatre) puis brodé de points d’esprit dans les trous de la grille
Crédits Source : T. Pérez-Bustos
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Image 2. Le carré encadre le résultat du calado comme processus de raccommodage qui crée des dessins grâce au tissage. Les flèches indiquent le raccommodage qui encadre le dessin et contient l’effilage partiel du tissu
Crédits Source : T. Pérez-Bustos
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tania Pérez-Bustos, « Penser avec soin »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 11-1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1518

Haut de page

Auteur

Tania Pérez-Bustos

Professeur agrégé de l’École d’études de genre à l’Université nationale de Colombie, elle est membre du Conseil de la Society for Social Studies of Science (4S) de 2014 à 2017 et de l’Asociación Latinoamericana de Estudios Sociales de la Ciencia y la Tecnología (ESOCITE) de 2016 à 2018. Elle a étudié la circulation populaire des connaissances technico-scientifiques à partir de perspectives théoriques féministes.
https://orcid.org/0000-0002-2885-2606

Adresse : Universidad Nacional de Colombia, Cra. 44 # 45-67, Bloques B5-B6, oficina 612, Bogotá (Colombia).
Courriel : tcperezb[at]unal.edu.co

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals