Navigation – Plan du site
Varia

Une régulation climatique pour les agricultures européennes

Entre innovation technologique et partenariats public-privé
A climate regulation for European agriculture. Between technological innovation and public-private partnerships
Una regulación del clima para la agricultura europea. Entre innovación tecnológica y asociaciones público-privadas
Jeanne Oui

Résumés

Cet article étudie une politique publique européenne visant à intégrer la problématique du changement climatique en agriculture, à partir d’un projet lancé en 2013 dans le cadre de l’Agenda de Lisbonne, le « Climate-Smart Agriculture Booster » (CSA Booster). La notion de CSA, née dans le contexte des négociations climatiques internationales afin d’orienter l’action publique en agriculture, a été réutilisée et redéfinie au niveau européen. Cette circulation de la CSA a conduit à un nouveau cadrage du problème climatique en termes d’opportunité de croissance économique, devant servir de base à des marchés de conseil et de solutions technologiques pour l’agriculture. La régulation climatique se construit ici par l’incitation à l’innovation – notamment numérique – et à la libre participation des acteurs privés, pensés comme centraux dans les dynamiques de transformation du secteur agricole. Cependant, les difficultés d’enrôlement et les controverses internes autour des modèles agricoles pertinents face au changement climatique maintiennent ces transformations à l’état de promesses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les différents rapports du GIEC témoignent d’une intégration de l’agriculture dans les secteurs qui (...)
  • 2 Comme le programme « 4 pour 1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » lancé en 201 (...)
  • 3 L’EIT est structuré en différentes « Knowledge and Innovation Communities » (KIC). C’est la KIC déd (...)

1Depuis sa création en 1992, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques travaille au cours de négociations annuelles (les « Conferences of the Parties », COP) à élaborer des stratégies nationales pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre issues des différentes activités humaines. Dans ce contexte, le secteur agricole qui représente 24 % de ces émissions1 (IPCC, 2014) a été progressivement mis à l’agenda des COP à partir des années 2010 : le terme « agriculture » apparaît pour la première fois dans l’accord final de la COP de Durban (2011), et le secteur est mentionné dans le préambule de l’Accord de Paris de 2015 (Tronquet et Foucherot, 2015). Des projets non officiels se développent également2, en parallèle des négociations : certains acteurs internationaux lancent des initiatives climat-agriculture qui entendent réduire les émissions du secteur agricole par une libre participation du secteur privé. Ces projets sont parfois repris à d’autres échelles de gouvernance : c’est notamment le cas de la climate-smart agriculture (CSA), terme resté peu défini à l’international et utilisé au niveau européen dans un projet de Climate-Smart Agriculture Booster (dit CSA Booster) porté par une structure dépendant de l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT)3. Cet article propose de s’interroger sur ce processus spécifique de traduction de la notion de CSA, des négociations climatiques internationales aux politiques d’innovation européennes en agriculture. Il s’agit d’étudier la façon dont les initiatives climatiques internationales peuvent être réutilisées, recadrées et mises en œuvre à d’autres échelles, mais aussi dont le problème du changement climatique pour le secteur agricole est problématisé et régulé à différents niveaux par les initiatives mettant en œuvre la CSA : on analysera notamment la place qu’y occupe le secteur privé (agro-alimentaire, industries, fourniture d’équipement…).

2On entend ici la notion de traduction au sens large de processus de transformation de la CSA (du point de vue de sa définition, des acteurs impliqués, des savoirs qui portent le concept et des outils relatifs à sa mise en œuvre) opéré par sa circulation entre différents contextes et échelles de gouvernance politique. Dans cette perspective, ce que l’on appelle « cadrage » entend étudier les caractéristiques de cette transformation consécutive à la réutilisation de la notion de CSA dans des milieux différents de celui qui a présidé à sa création. On se focalise donc ici sur la façon dont la construction d’un cadrage comme grille d’interprétation d’un problème influence le choix des acteurs légitimes, des instruments adéquats et des savoirs pertinents pour prendre en charge ce problème, dans la continuité de l’approche développée par Claude Gilbert et Emmanuel Henri (2009) concernant les processus de cadrage des problèmes publics. On se concentrera notamment sur la façon dont le contexte politique (ici l’Agenda de Lisbonne) imprime sa marque sur le cadrage du problème climatique en agriculture : la circulation entre espaces transforme le concept de CSA et sa mise en œuvre (Dourlens, 2009).

3L’intérêt du sujet apparaît tout d’abord dans le manque de littérature existante sur l’EIT : les travaux publiés sur le sujet portent sur sa naissance dans le cadre de la stratégie de Lisbonne (Huisman et Jong, 2014 ; Jones, 2008), mais peu sur la conduite de son action (cadrage, acteurs, résultats…). Il est dès lors intéressant de documenter un des programmes mis en œuvre par cette institution, en montrant la façon dont les orientations stratégiques européennes influencent à la fois le cadrage du problème climatique en agriculture, les types d’acteurs qui sont nécessaires pour y faire face, et la teneur des solutions développées. Un autre intérêt de l’étude du CSA Booster réside dans sa cible, l’agriculture européenne : ce projet propose des instruments de politique agricole extérieurs à la Politique Agricole Commune (PAC) à documenter en tant qu’outils de régulation climatique. Ce point paraît particulièrement intéressant au vu des recherches conduites sur la position de l’Union européenne quant à la question du changement climatique : premièrement, la stratégie européenne entend faire du climat une question de « compétitivité acquise grâce au leadership dans les technologies “vertes” » (Aykut et Dahan, 2015). Deuxièmement, pour des raisons politiques internes l’Europe est particulièrement active en matière de régulation climatique sur la scène internationale (Aykut, 2014), par la promotion d’un système de quotas de gaz à effet de serre et par la construction d’un marché carbone. Ces instruments économiques côtoient notamment une forme d’autorégulation des acteurs privés sur la question climatique à l’échelle internationale : les grandes entreprises entendent se charger des problèmes environnementaux causés par le développement capitaliste moderne sur la base d’engagements volontaires (Pestre, 2016). Dès lors, étudier une nouvelle proposition de régulation issue des arènes climatiques internationales et mise en place par l’Europe dans le domaine de l’agriculture et du climat permet de plonger dans l’articulation entre instruments de régulation, logiques de compétitivité économique et transformations du secteur agricole.

4La littérature critique à l’égard de la CSA à l’échelle internationale met notamment en avant le fait que la notion est utilisée par les acteurs agro-industriels dominants pour concilier la menace du changement climatique avec les structures de pouvoir existantes qui leur sont favorables (Newell et Taylor, 2018). D’autres auteurs montrent que les solutions climate-smart mises en œuvre par les acteurs privés internationaux participent à justifier une approche du problème climatique par le libre marché (Clapp et al., 2018). On peut dès lors se demander ce qu’il en est de la notion de CSA à l’échelle européenne : quelle traduction et quelle forme de régulation de la question climatique sont adoptées dans le cadre européen d’initiatives climatiques pour l’agriculture ?

5Pour répondre à cette question, l’étude s’appuie sur des entretiens conduits avec des membres du projet CSA Booster (chargés de mission, chercheurs, entreprises), les archives de l’initiative qui retracent sa construction, ainsi que divers documents de littérature grise (sites web, communications officielles, articles de presse…). L’enquête empirique réalisée entre mars et juin 2017 correspond à un moment où le projet mettait en œuvre des actions concrètes dans le domaine agricole, après avoir connu une phase exploratoire, obtenu des financements de la Climate-KIC et repensé son organisation interne : l’enjeu majeur était alors de nouer des partenariats externes à même de concrétiser le projet et de mobiliser autour de l’enjeu climatique après l’effervescence de la COP 21.

6Après un retour sur la création de la notion de CSA dans les arènes climatiques internationales, nous nous attacherons à étudier les différentes initiatives multi-partenariales qui en ont découlé, à la fois au niveau international (avec une Alliance globale pour la CSA) et au niveau européen (avec le CSA Booster) : on montrera notamment les similitudes entre les deux projets concernant le type de régulation climatique mis en œuvre (par une libre participation des acteurs privés et par la circulation des connaissances). Dans un deuxième temps, le contexte institutionnel et politique d’importation de la notion de CSA à l’échelle européenne servira de base à l’analyse du CSA Booster : les orientations stratégiques de l’Agenda de Lisbonne conduisent à une organisation sous la forme de projets multiples structurés par des partenariats public-privé. Réguler la question climatique pour l’agriculture passe également par une incitation à l’innovation et le développement de nouveaux marchés de services : la CSA est donc traduite par l’idée que le marché est pourvoyeur de solutions face au changement climatique, ce dernier étant problématisé comme une opportunité pour la compétitivité européenne. Enfin, on analysera plus en détail un des outils du CSA Booster (une Open Innovation platform), et les difficultés relatives à l’enrôlement des acteurs extérieurs au projet pour montrer que l’efficacité de partenariats public-privé incitatifs pour mettre en œuvre une régulation climatique par l’innovation technologique demeure encore à l’état de promesse.

La traduction de la CSA, des arènes climatiques à l’échelle européenne : une régulation multi-partenariale

  • 4 Les conférences politiques ont eu lieu à Hanoï (Viêt Nam) en 2011, Johannesburg (Afrique du Sud) en (...)
  • 5 « CSA is not a technique, a new production system or a one-size-fits all set of practices, but rath (...)

7Officiellement présentée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 2010 à la conférence sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et le changement climatique de La Haye, la CSA permet d’articuler scientifiquement et politiquement les thématiques du changement climatique, de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Il s’agit de proposer des orientations pour les politiques publiques et des pratiques agricoles répondant simultanément à des objectifs d’adaptation au changement climatique, d’atténuation des gaz à effet de serre et de sécurité alimentaire. En produisant et en cherchant à diffuser ce terme, la FAO entend prendre position concernant le lien entre agriculture et changement climatique, tout en répondant à des exigences internes. Mise en cause dans son fonctionnement et son action par un rapport d’experts de 2007 (FAO, 2007), concurrencée dans sa mission contre la faim et la malnutrition par la Banque mondiale (Fouilleux, 2009), la FAO cherche en effet à affirmer sa légitimité en investissant la question climatique. Le terme fait mouche à l’échelle internationale et différents acteurs s’en saisissent dans plusieurs initiatives : deux cycles de conférences (l’un politique, l’autre scientifique) sont organisés4, et une Global Alliance for Climate-Smart Agriculture (GACSA) est lancée en septembre 2014 dans un contexte où l’Organisation des Nations unies cherche à relancer les négociations climatiques, après l’échec de Copenhague de 2009 (Aykut et Dahan, 2011 ; Lavallée et Maljean-Dubois, 2016). Caractérisée par ses trois « piliers » (adaptation, atténuation, sécurité alimentaire) (FAO, 2013), la CSA se diffuse à l’échelle internationale en se donnant un objectif large vis-à-vis du changement climatique en agriculture : rendre compatibles ces trois dimensions et créer des synergies entre elles (Caron, 2016). Cette problématisation particulière des enjeux climatiques pour l’agriculture permet à la FAO de rediriger un débat politique (la relation entre les modèles agricoles et le changement climatique) vers des questions plus techniques (donner des objectifs « climatiques » à l’agriculture) (Müller, 2009), en dépassant ainsi d’éventuelles controverses politiques. La FAO recommande donc certaines pratiques agricoles, qui relèveraient de « l’approche à trois niveaux orientée vers l’action »5 qu’est la CSA : rotations et associations de cultures, pratiques d’agriculture de conservation, et gestion durable (des sols, de l’eau, des pâturages…). Cette problématisation peu restrictive du concept (Rabinow, 1984) accompagne une démarche d’enrôlement multi-partenarial à l’échelle internationale par le biais de la GACSA : se pencher sur cette initiative politique initiée à partir de la notion de CSA permet d’éclairer les différentes tensions théoriques et politiques autour de la mise en œuvre du concept.

  • 6 GACSA, « Framework Document », GACSA Serie Document 1, septembre 2014 (disponible sur le site de la (...)

8Lancée en 2014 lors du sommet sur le climat des Nations unies, la GACSA a vocation à être un forum d’échange multi-partenarial structuré en organisation, et financé par des contributions volontaires de ses membres : le forum annuel des membres décide des orientations et du budget, ensuite mis en œuvre par le comité stratégique (doté d’une gouvernance tournante assurée par ses membres) et conseillés par trois organes techniques. Ces derniers sont dénommés « action group » et dédiés à la veille scientifique, à la création d’investissements financiers dédiés à la CSA, et à la diffusion large du concept dans les politiques publiques et les stratégies des entreprises6. L’accent est mis sur l’aspect volontaire, libre et participatif de l’adhésion à l’Alliance, pensée comme un espace de partage d’expériences entre ses membres : y adhèrent des organismes de recherche (le Consortium of International Agricultural Research Center (CGIAR), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) par exemple), des entreprises du secteur privé (comme Kellogg’s, Yara ou Danone), des pays (comme les Pays-Bas, un des principaux financeurs de l’Alliance, ou encore le Viêt Nam, la Suisse, la France, les États-Unis, le Nigeria…), des organisations non gouvernementales (Rainforest Alliance ou encore l’Union internationale pour la conservation de la nature), des organisations internationales diverses (la Banque mondiale, la FAO – qui est la référence scientifique de la GACSA, le New Partnership for Africa’s Development (NEPAD), par exemple). Les documents internes de la GACSA lors de sa création retracent les différentes attentes des membres concernant la souplesse interprétative donnée au terme de CSA au sein de l’initiative. Certains – comme la France – souhaitent qu’une définition claire de la CSA soit une priorité des travaux de l’Alliance afin de répondre aux critiques adressées en ce sens : « Clearly defining what constitutes CSA (and what does not), especially with a view to addressing criticism, was another key priority of many participants (France felt scientific and research institutions could help with this, supported by the EU) » (Global Alliance for Climate-Smart Agriculture GACSA, 2014). D’autres avancent au contraire que l’initiative doit rester informelle, ouverte à tous et non contraignante (comme le Royaume-Uni, la Tanzanie, l’Irlande et l’ONG ONE) : « It was widely felt that the Alliance should be seen as platform to bring stakeholders together, and that it remains light and informal » (GACSA, 2014). Définir trop restrictivement la CSA exclurait des acteurs et empêcherait une dynamique collective et participative.

9Ces points rejoignent une autre particularité propre à la GACSA, qui touche au mode de régulation qui lui est sous-jacent : évitant d’aborder les réponses à l’enjeu climatique en termes de contraintes à imposer aux acteurs (normes, objectifs de réduction d’émission…), la GACSA recense et incite aux pratiques désignées comme climate-smart. La mise en œuvre de la CSA repose donc sur une libre participation des acteurs publics et privés et des appels à construire collectivement des solutions. Cette régulation par l’incitation et le multi-partenariat rejoint les conclusions de Dominique Pestre (2016) quant au basculement des années 1990 concernant les systèmes de régulation des dommages environnementaux liés à la modernisation capitaliste : la légitimité liée à la gouvernance basée sur les États et les normes est déplacée vers une régulation autonome du secteur privé par le biais d’engagements volontaires.

  • 7 Comme la Banque mondiale et le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR) (...)
  • 8 Asia Pacific Farmers Forum, Les Amis de la Terre, Greenpeace, Réseau climat et développement, Slow (...)

10Si la FAO a pris soin de ne pas positionner la CSA comme étant rattachée à un modèle agricole spécifique et unique (« conventionnel », « agro-écologique », « raisonné », etc.), la composition de la GACSA (où figurent les institutions historiques de la Révolution verte7) et le discours développé autour de la CSA s’inscrivent dans un projet plus général de « deuxième » révolution verte (Chandra et al., 2017) : réduire la pauvreté, développer la modernisation agricole, augmenter la productivité et conduire à un développement durable des zones rurales dans les pays du Sud. Enfin, c’est principalement la présence de certaines grandes entreprises internationales (notamment du secteur des engrais comme Yara) dans l’Alliance qui, malgré la construction à l’origine « dépolitisée » de la notion de CSA, a lancé une vive controverse avec la société civile (ONG et organisations paysannes faisant la promotion de l’agro-écologie comme alternative à la CSA)8 : l’initiative était accusée de « climate-washing ».

11En parallèle de la GACSA à l’échelle internationale, la notion de CSA est réutilisée autour de 2013 dans le cadre d’un projet européen – le CSA Booster – à l’interface entre des politiques publiques d’innovation et des initiatives de lutte contre le changement climatique. Un consortium d’acteurs impliqués à la fois dans la CSA à l’international et dans des structures européennes dédiées à l’innovation pour le climat décide de lancer un projet reliant climat et agriculture. Moins encadré institutionnellement et moins directement adossé à une instance de gouvernement de l’agriculture que la GACSA, le CSA Booster se démarque comme un espace de promotion de l’innovation et des partenariats public-privé. L’initiative présente des points communs avec la GACSA, notamment un mode de régulation climatique fondé sur la libre participation des acteurs et sur la circulation des connaissances.

  • 9 Traduit de l’anglais « European Intitute on Innovation and Technologies. Vision, mission and values (...)
  • 10 « Règlement UE n° 1292/2013 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2013 modifiant le rè (...)
  • 11 « European Institute on Innovation and Technologies. EIT strategy 2014-2020 », https://eit.europa.e (...)
  • 12 https://eit.europa.eu/eit-community/eit-glance/mission
  • 13 Les KIC sont maintenant au nombre de huit, dédiées respectivement au numérique, à l’alimentation, à (...)

12Au niveau européen, le cadrage du lien entre agriculture et climat par la CSA ne s’est pas uniquement fondé sur l’importation de l’agriculture dans les problématiques climatiques : la CSA est traduite dans ce contexte au prisme des politiques publiques d’incitation à l’innovation mises en œuvre par l’European Institute of Innovation and Technology (EIT). En effet, le projet CSA Booster s’inscrit dans un processus de remise en cause et de recadrage des politiques liées à l’Agenda de Lisbonne : cette stratégie relative à la politique économique et de développement de l’Union européenne lancée en 2000 connaît des premières critiques quant à son inefficacité en 2005 (Huisman et Jong, 2014), et proposition est faite de réorienter les dimensions sociales et environnementales de la stratégie européenne vers la croissance et la compétitivité économique (Aykut, 2014 ; Natali, 2009). Afin de contribuer à relancer « la compétitivité, la croissance économique durable et la création d’emploi » de l’Europe9 est créé l’EIT en 200810 (Jones, 2008). 2,7 milliards d’euros11 pour la période 2014-2020 lui ont été alloués par le programme Horizon 2020 afin de remplir sa mission : « contribute to the competitiveness of Europe, its sustainable economic growth and job creation by promoting and strengthening synergies and cooperation among businesses, education institutions and research organizations »12. Pour ce faire, l’EIT s’appuie sur la création de trois Knowledge and Innovation Communities (KIC) en 201013 qui constituent autant de partenariats entre des universités, des entreprises privées et des instituts de recherche afin de favoriser l’innovation, notamment par le partage des connaissances : c’est la Climate-KIC qui nous intéresse ici, car à l’origine du projet CSA Booster. Ce dernier est lancé officiellement en 2015 après deux ans de préparation par un consortium de partenaires européens appartenant à la Climate-KIC, dont certains étaient déjà acteurs de la CSA (par la production de publications scientifiques, par une adhésion à la GACSA, par l’organisation des conférences internationales…) : l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA, en France), l’Université de Wageningen WUR (qui prend la direction du projet à ses débuts), Alterra (institut de recherche lié à la WUR, aux Pays-Bas), IBIMET (Istituto di Biometeorologia, en Italie), South Pole Carbon (entreprise suisse de conseil) et Reading University en Angleterre. La forte prévalence des acteurs de la recherche dans le consortium fondateur du CSA Booster s’explique notamment par leur présence dans la GACSA ou dans la Climate-KIC, ainsi que par l’engagement scientifique de certains chercheurs dans la théorisation de la CSA. Cependant, malgré un enrôlement rapide, dû notamment à l’opportunité budgétaire et scientifique représentée par le projet, les membres entendent y traduire différemment la CSA : nous y reviendrons.

Figure 1. Les organisations encadrant la mise en œuvre et la traduction de la climate-smart agriculture

Figure 1. Les organisations encadrant la mise en œuvre et la traduction de la climate-smart agriculture

13Ainsi, le projet CSA Booster se positionne à l’interface entre différents niveaux de gouvernance (international et européen) de l’enjeu climatique en agriculture. Dans la GACSA comme dans le CSA Booster, une caractéristique importante de la CSA est stabilisée : elle propose de réguler le problème climatique qui se pose à l’agriculture par des incitations à l’innovation plutôt que par des contraintes prescriptives. Le moyen d’action privilégié est celui du partenariat entre acteurs multiples afin de faire circuler les connaissances et de construire des projets par le biais de plateformes d’échange. Cette caractéristique est interne aux projets eux-mêmes : le CSA Booster a notamment été intégré à la GACSA en 2018 en tant que « plateforme régionale » mieux adaptée aux spécificités de l’échelle européenne. Car, de fait, le projet se développe dans un contexte institutionnel et économique européen bien différent des arènes climatiques internationales. L’Agenda de Lisbonne influence très fortement la traduction du concept de CSA, et réoriente le problème climatique posé au secteur agricole en opportunité de marché pour des partenariats public-privé : c’est ce cadrage qu’il s’agit maintenant de documenter.

Transformer le changement climatique en opportunité économique : partenariats public-privé et innovation pour la croissance

14Bien qu’au niveau international (FAO, GACSA) la question des modèles agricoles promus par la CSA ne soit pas tranchée, la réappropriation du concept dans le contexte européen l’oriente vers un type d’innovation plus précis quant à l’interaction entre changement climatique et agriculture. Le type de régulation mis en œuvre est empreint des orientations stratégiques européennes : son action est basée sur des partenariats public-privé et sur l’idée que le marché est pourvoyeur de solutions au problème climatique.

  • 14 « Massive open online course », des formations à distance par internet.

15Le CSA Booster est structuré dès sa création en différents projets, dédiés principalement au conseil à destination des acteurs privés sur la base d’un principe de circulation des connaissances : partenariat avec des entreprises agro-alimentaires pour élaborer un cahier des charges de pratiques climate-smart répondant aux trois objectifs, plateformes de recension de solutions numériques labellisées « CSA » par les membres du projet afin de créer une communauté de partage d’information, formations à destination de divers publics (agricoles et non agricoles) par le biais de MOOC14, conseil aux acteurs concernés par le changement climatique en agriculture (entreprises, organismes publics, coopératives…) basé sur l’expertise agronomique et financière des membres du CSA Booster. Modus operandi de la Climate-KIC, les partenariats public-privé comme moyen de transformer les mondes agricoles ne font pas débat au sein des fondateurs du projet lors de sa création. Le CSA Booster fonctionne ainsi sous la forme de projets multi-partenaires censés faire émerger des solutions au changement climatique par l’échange entre acteurs : on retrouve ici la cité par projet décrite par Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999), où le projet connecte les acteurs d’un réseau afin de créer de la valeur de façon temporaire et adaptative. À ce jour, la plateforme de recension de solutions numériques demeure la principale réalisation du CSA Booster. C’est donc sur ce projet que nous nous concentrerons principalement afin d’étudier la traduction spécifique de la CSA à l’échelle européenne : les solutions numériques au changement climatique ont été structurantes dès le début du CSA Booster.

16Cette orientation est notamment attestée par l’analyse des premiers projets recensés de façon exploratoire lors de la création du projet en 2014-2015, afin d’identifier des solutions climate-smartexistantes : 78 % des propositions intègrent des technologies de l’information et de la communication (pour de l’information agro-climatique, des systèmes d’irrigation de précision, des capteurs et des outils d’aide à la décision par exemple) (Touzard, 2015). Ce type d’orientation existait déjà à l’échelle internationale (la FAO n’excluait pas les biotechnologies dans son Sourcebook de 2013), mais côtoyait d’autres solutions qui étaient majoritaires (organisationnelles, ou non fondées sur des technologies) : on peut faire l’hypothèse que les critiques de la société civile ont atténué cette dimension « technologique » de la CSA à l’international (Combes et al., 2015). En revanche, dans des projets conçus à l’échelle européenne et dans des milieux destinés à accompagner et stimuler l’innovation dans une perspective de croissance économique, elle est mise en avant. Un document présentant le CSA Booster auprès de la Climate-KIC en 2014 est particulièrement explicite concernant la traduction de la CSA qui est envisagée dans le projet, et sur le positionnement du CSA Booster par rapport aux acteurs des mondes agricoles :

  • 15 Document interne du CSA Booster, 2014.

The purpose of the CSA Booster is to increase the development, marketing and adoption of Climate Smart Agriculture technologies in Europe. It aims to realise this by filling the gap between the demand for technological climate solutions in agricultural practice, and the offer of these CSA technologies now and in the future15.

17L’ambition du projet est de répondre au changement climatique en agriculture par des solutions technologiques au sens large, en se plaçant comme intermédiaire entre offre et demande : le rôle du Booster sera de faire circuler l’information entre les acteurs du marché, en offrant globalement des prestations de conseil sur le développement et l’utilisation de technologies face au problème climatique en agriculture. Ces missions correspondent particulièrement bien à la fois à la composition du projet et aux orientations politiques générales de l’Agenda de Lisbonne. En effet, le CSA Booster se présente avant tout comme un partenariat public-privé : si le consortium fondateur est principalement composé d’organismes de recherche et de formation, l’ambition est dès le départ de recruter des acteurs privés (entreprises agro-alimentaire, fournisseurs de logiciels, coopératives agricoles à dimension européenne…) : en juin 2017, les entreprises comptaient pour 39 % des 71 membres du projet, les acteurs de la recherche pour 38 %. Enrôler des entreprises (agro-alimentaires, industrielles, informatiques…) au-delà des milieux académiques est également un gage de légitimité à donner à la Climate-KIC, afin de montrer que l’initiative multi-partenariale a un impact de transformation. C’est ce qu’évoque en entretien un chargé de mission pour la Climate-KIC :

Une des choses pour lesquelles on nous pousse beaucoup c’est d’avoir plus d’acteurs industriels dans le CSA Booster et la KIC, car pendant longtemps le projet était à 80 % académique, donc c’était difficile de faire avancer les choses.

18Notons que les acteurs traditionnels des mondes agricoles (agriculteurs, instituts techniques, syndicats, chambres d’agriculture pour la France par exemple) sont peu engagés dans l’initiative. Cette dimension public-privé rejoint les orientations de l’EIT, plus généralement : dans l’économie de la connaissance promue par l’Institut, les acteurs économiques privés constituent des leviers majeurs pour initier des transformations. De plus, les organismes de recherche sont pensés comme un maillon indispensable de production scientifique pour l’innovation : la circulation des connaissances hors des milieux académiques et entre les différents acteurs est perçue comme un moteur du développement économique.

19La traduction de la CSA par le CSA Booster met donc les acteurs privés au cœur de l’action climatique, et ce notamment en raison du contexte européen de l’Agenda de Lisbonne : le cadrage du problème du changement climatique posé à l’agriculture européenne est régi par un impératif de croissance économique soutenue par l’innovation, dans le cadre du projet. Transformer les pratiques du secteur agricole en intégrant le changement climatique doit donc se faire dans le cadre d’une priorisation de la contrainte de compétitivité, comme le précise un chargé de mission pour la Climate-KIC en entretien :

Pour la KIC, au départ, le climat c’est supposé être notre second objectif derrière l’innovation, la compétitivité. […] Le changement climatique est censé n’être qu’un prétexte pour améliorer la compétitivité de nos partenaires, et par capillarité des systèmes économiques européens.

  • 16 Archive CSA Booster, présentation d’un membre de l’Université de Wageningen lors d’une réunion inte (...)

20Ce point est notamment commun à la fois aux politiques climatiques européennes (Aykut et Dahan, 2015) mais aussi à la Politique Agricole Commune dans ses orientations pour 2014-2020 : l’objectif de « compétitivité de l’agriculture », qui figure à l’article 4 du règlement « Développement rural », implique ainsi que « les actions climatiques devront s’inscrire dans une logique de compétitivité internationale et de croissance » (Bodiguel, 2017). Le cadre général d’importation de la notion de CSA en Europe est donc profondément modelé par des finalités économiques, ce qui est prégnant lors de la création du CSA Booster : le changement climatique doit non seulement être un « prétexte » à l’innovation, mais également une opportunité pour la compétitivité européenne. Le problème climatique est ainsi présenté positivement : il s’agit ici d’une forme d’intégration de la critique propre au modèle capitaliste bien décrite par Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999). L’ « opportunité » qu’il offre est double : à la fois dans la création d’une offre de services et de technologies censée répondre au problème climatique (nous reviendrons plus loin sur le type de produits envisagés dans le CSA Booster), mais également dans le développement d’une demande, formulée par les agriculteurs et les intermédiaires agricoles (conseillers, agro-industriels…). Les mondes agricoles sont à la fois pensés comme un secteur économique à transformer face à l’impact négatif du changement climatique, mais aussi comme un marché potentiel en demande de solutions technologiques et numériques. On retrouve ici une logique de « technological fix » (Rosner, 2004), où un problème (politique, social, environnemental…) est recadré afin de pouvoir être résolu par une offre de technologies. Ce point est attesté de nombreuses fois dans les documents de travail du CSA Booster, et résumé par un des membres de l’Université de Wageningen participant au projet : « The CSA Booster : Making business of Climate Smart Agriculture »16.

21Cette traduction n’est pas uniquement due à des orientations institutionnelles, mais est aussi relative à une certaine conception du changement et des moteurs de transformation du secteur agricole mis en œuvre par le CSA Booster : l’innovation est linéaire, principalement « technology pushed » (création d’une offre de produit sur le marché sans demande préalable des consommateurs) (Touzard, 2015) et se diffuse par les acteurs industriels. C’est ce que relate un chargé de mission pour la Climate-KIC en entretien :

On veut travailler sur la chaîne de valeur. Dans la version idéale, on parle à l’industriel pour répercuter sur toute la chaîne de valeur.

22Les acteurs du CSA Booster ont donc une perspective linéaire des transformations à conduire dans le secteur agricole, d’où la place prépondérante des acteurs de l’aval dans le projet. Mais comment faire pour créer de l’activité économique à partir du changement climatique ? Quels sont les leviers d’actions concrets du Booster, notamment vis-à-vis des mondes agricoles ? Il s’agit de répondre à ces questions par l’analyse de la plateforme lancée au sein du projet.

Un enrôlement difficile du secteur privé et des tensions internes autour des modèles agricoles

23L’étude de la plateforme numérique lancée par le CSA Booster permet de documenter le type d’action mis en œuvre par le projet, et ses relations avec d’autres dynamiques de transformation des mondes agricoles : les solutions présentes sur cet outil numérique s’apparentent pour la majorité à de l’agriculture de précision, attestant ainsi d’une traduction technologique et numérique de la CSA. Les difficultés d’enrôlement rencontrées au sein du Booster, ainsi que les divergences entre ses membres permettent enfin d’illustrer des tensions propres à une des régulations climatiques européennes en matière de changement climatique.

24Comme on l’a précédemment dit, l’action mise en œuvre par le CSA Booster relève d’une traduction de la CSA orientée vers l’innovation et la compétitivité économique. Une des réalisations concrètes du projet réside dans le lancement d’une plateforme numérique de technologies et de pratiques agricoles considérées comme climate-smart proposées par des entreprises privées ou des instituts de recherche, dans une démarche de labellisation. Cet outil numérique, officiellement lancé en décembre 2017 par l’INRA et le CIRAD, constitue une des réalisations du CSA Booster : elle a pour fonction de créer un réseau d’échange, de débats et de circulation de l’information sur la CSA afin de générer des partenariats entre acteurs. Il ne s’agit pas ici de faire du conseil auprès d’entreprises agro-alimentaires, mais de fournir de l’information sur des logiciels d’aide à la décision, des dispositifs permettant une gestion plus précise de l’irrigation selon les besoins de la plante, des systèmes d’évaluation des émissions ou d’information agronomique… L’innovation ici n’est plus seulement technologique, mais numérique : cette traduction s’appuie notamment sur le cadrage implicite contenu dans le mot « smart ». Pour Nicolas Douay et Nadine Henriot (2016), ce terme a trait à une gestion par le big data issu des technologies numériques, à « une logique capitaliste qui perpétue la croissance économique en fournissant de nouveaux marchés aux plus grands groupes privés », tout en suggérant une conciliation possible entre croissance économique et développement durable.

25Dans le cas de cette plateforme, ces solutions numériques s’inscrivent plus globalement dans un modèle d’agriculture de précision. La traduction européenne de la CSA peut ainsi être rapprochée d’un paradigme agricole plus général, qui repose sur « l’équipement technologique accru de la production, permettant à une échelle très fine d’adapter le fonctionnement des machines et les apports d’intrants aux spécificités des milieux, dans un cadre conceptuel se rapprochant de la modernisation écologique » (Hubert et al., 2013). Bien que cela puisse en apparence attester d’un décloisonnement de l’action du CSA Booster hors du cadre institutionnel qui l’a vu naître, et d’une réinscription dans des transformations plus larges en cours au sein des mondes agricoles, on verra plus loin que cette traduction spécifique de la CSA en agriculture de précision contribue au contraire à alimenter des tensions internes qui relativisent l’action concrète du projet. Mais revenons plus en détail sur les liens entre les solutions au changement climatique proposées par la plateforme du CSA Booster et l’agriculture de précision.

  • 17 Bien que les entreprises dont les solutions figurent sur la plateforme ne soient pas des partenaire (...)

26Dès son déploiement dans les années 1990, ce modèle vise à pallier les externalités négatives générées par l’agriculture intensive (pollutions, émissions de gaz à effet de serre, appauvrissement des sols…) par un recours aux technologies de l’information et de la communication. Ainsi, l’agriculture de précision s’appuie sur les grandes industries d’agrochimie et d’équipements agricoles, tout en intégrant d’autres acteurs du secteur privé, comme les entreprises d’information et de communication et des sociétés d’investissement financier (Wolf et Wood, 1997). À ce titre, un projet emblématique de ce modèle agricole en France est le programme Farmstar développé par Airbus Defence and Space et deux instituts techniques (Arvalis – Institut du végétal et Terres Inovia) au début des années 2000. Il s’agit d’un service de conseil agronomique aux agriculteurs basé sur des images satellites obtenues par télédétection : l’agriculteur client obtient une cartographie des besoins en azote de sa parcelle (de blé, d’orge ou de colza) qui, une fois intégrée au logiciel de son pulvérisateur, lui permet d’ajuster les doses d’engrais en mettant plus ou moins de produit selon l’endroit de la parcelle. La plateforme lancée par le CSA Booster propose ainsi une recension d’outils technologiques et numériques s’apparentant à ce type d’offre17 : des solutions basées sur des données environnementales qui promettent une économie d’intrants et une optimisation des processus de production. Le CSA Booster propose aux entreprises commercialisant ce type de services de les promouvoir par le biais d’une plateforme et de réseaux de partenaires. On voit donc l’articulation opérée au sein du projet entre des politiques d’innovation liées à l’Agenda de Lisbonne (faire circuler les connaissances et l’information par des partenariats public-privé et des plateformes) et des dynamiques de transformation du secteur agricole par un marché de technologies numériques (agriculture de précision).

27Cependant, la difficulté principale sur laquelle achoppe le projet après plusieurs années d’existence est de convaincre de potentiels partenaires privés (les entreprises agro-industrielles par exemple) de l’intérêt pour leur activité de prendre en compte le changement climatique, au-delà de ceux offrant des services numériques (pour qui le projet permettrait de développer de nouveaux marchés). L’obstacle majeur à l’enrôlement du secteur privé industriel dans cette initiative « incitative » repose sur une hiérarchisation des enjeux prioritaires. En effet, le climat ne correspond ni à l’échelle de temps ni aux problématiques dans lesquelles ils projettent leurs activités (Aggeri et Cartel, 2017), comme le relate un enquêté :

Nous, on est dans une logique industrielle, donc on est là pour gagner de l’argent, pour être très clair. On ne gagne pas d’argent à l’échelle du changement climatique, il faut que ça soit assez rapide. […] Moi, je suis en mesure uniquement de vous montrer comment on livre des services aux agriculteurs, aux exploitants agricoles ou aux coopératives, des services qui peuvent leur être utiles pour optimiser un certain de nombre de coûts… Ou de l’eau, mais au final c’est toujours des coûts. (Directeur au sein d’une entreprise de conseil et d’aide à la décision)

  • 18 Le cas est différent pour des acteurs industriels internationaux déjà sensibilisés à la question cl (...)

28Le changement climatique est donc un horizon stratégique et temporel peu intéressant pour le secteur privé d’envergure nationale ou européenne18. Pour pallier ces difficultés, la traduction de la CSA en opportunité de marché permet de reformuler le problème du changement climatique en une possibilité d’accroître un gain économique par une minimisation des pertes potentielles. Enfin, dans le but de faire cadrer le climat avec la représentation que se font les entreprises de leur contexte commercial, il est également relié à d’autres enjeux environnementaux, économiques ou sociaux :

Enquêté : – On essaie de leur vendre que ce qu’on fait marche bien, que nos projets réussissent en général, mais c’est un discours… […]
Enquêtrice : – Concernant le climat, comment on peut dire que vos projets réussissent ?
Enquêté : – C’est tout le problème : le climat, c’est un bien public qui n’intéresse pas grand monde. […] Il y a beaucoup d’entreprises que ça n’intéresse pas, de vendre un impact-climat. On essaie de trouver des co-bénéfices, on essaie de coupler avec la qualité de l’air, de vie, le confort, les coûts d’opération aussi.

29Cet extrait d’entretien conduit avec un chargé de mission CSA Booster illustre l’importance pour la Climate-KIC de l’enrôlement des entreprises dans le projet CSA Booster. En effet, cet intermédiaire doit intéresser les acteurs privés tout en répondant auprès de l’Europe d’une action dans le domaine de l’innovation en matière climatique. L’une des stratégies adoptées est de mettre en avant des « co-bénéfices » comme mentionné plus haut, qui impacteront directement l’activité de l’entreprise. En revanche, les dimensions socio-économiques (genre, pauvreté, inégalités) des mesures d’adaptation au changement climatique pour l’agriculture présentes dans le document fondateur de la CSA (FAO, 2013) ne sont pas mobilisées, et l’objectif de sécurité alimentaire est remplacé par des métriques de rendement et de productivité. Malgré ces déplacements, les partenaires privés ne sont pas assez nombreux et importants au vu des ambitions du CSA Booster : la régulation par une incitation à la libre prise en compte du problème climatique – bien que très compatible avec les orientations économiques de l’Union européenne – n’intéresse que peu les acteurs privés à l’échelle européenne. Les transformations du secteur agricole par les partenariats public-privé et l’innovation numérique demeurent ainsi à l’état de promesses.

  • 19 Archive CSA Booster, présentation d’un chercheur de l’INRA membre du projet à un forum de l’innovat (...)

30Ces multiples traductions à l’intérieur même du projet, rendues possibles par la souplesse interprétative laissée par les trois piliers énoncés par la FAO, le caractère multi-partenarial et l’organisation en différents projets occasionnent enfin des tensions internes entre les partenaires fondateurs : l’opposition entre solutions technologiques et numériques versus agro-écologie pour adapter l’agriculture au changement climatique (précédemment citée dans la première partie concernant les controverses entre la société civile et la GACSA) travaille également le projet. Par exemple, un chercheur français actif dans le CSA Booster présente lors d’un forum de l’innovation que la CSA relèverait de « trois visions en concurrence » : celle des organisations états-unienne et européenne (i.e. le CSA Booster) où la CSA a trait à une « intensification par les nouvelles technologies »19, celle des organisations de développement international dirigées vers les Sud (type FAO et ONG) pour qui la CSA est proche de l’agro-écologie, et enfin, la position de l’INRA et du CGIAR qui en tant qu’organismes de recherche entendent la CSA comme un nouveau domaine d’interaction entre science et politique. Les institutions de recherche fondatrices du CSA Booster se divisent notamment sur la question des orientations du projet : le caractère multi-partenarial et la multiplicité des initiatives hébergées à l’intérieur même du CSA Booster favorisent une diversité de traductions, dont certaines tendent à faire sécession. La plateforme susmentionnée notamment, au terme d’un constat sur le peu d’enrôlement des agriculteurs dans le projet CSA Booster, entend se rapprocher des initiatives de la FAO entourant l’agro-écologie, afin de pouvoir atteindre une communauté plus large que celle visée par le Booster. Ce dernier point illustre à quel point l’échelle internationale continue de marquer le projet de son empreinte : les communautés climatiques internationales (à la fois politiques, scientifiques, économiques et du développement) constituent un horizon de déploiement du projet. Ces orientations prennent la forme de collaborations entre la plateforme et des projets plus spécifiquement portés sur l’agro-écologie, ou par l’intégration du CSA Booster dans son entier au sein d’initiatives plus explicitement orientées vers la régulation par l’incitation. On peut citer par exemple la plateforme SAI de l’ « Initiative pour le développement durable dans l’agriculture » cofondée par Danone, Nestlé et Unilever en 2002, qui regroupe des entreprises multinationales afin de diffuser des « bonnes pratiques » de production agricole. On retrouve ici l’idée que la régulation par l’incitation est plus appropriée pour les acteurs privés à dimension internationale que pour ceux de l’échelle européenne ou nationale.

Conclusion

31L’étude de la traduction d’un concept né dans les arènes climatiques internationales dans un projet européen permet d’illustrer le cadrage opéré par le contexte économique et politique européen sur un type de régulation environnementale mise en place depuis les années 1990 au niveau international. Dans les deux cas, la solution au problème climatique réside dans des incitations à l’engagement libre et volontaire du secteur privé. À l’échelle européenne – où le changement climatique est pensé comme une opportunité de croissance et de compétitivité économique –, cette régulation climatique prend la forme plus spécifique d’un marché de solutions technologiques et numériques et de partenariats public-privé avec des entreprises et des industriels. Cependant, pour des acteurs privés européens de l’aval (entreprises agro-alimentaires, agro-industriels, entreprises de transformation…), la valorisation économique d’une action climatique paraît peu évidente et le CSA Booster peine à enrôler les acteurs qu’il cible. Ainsi, les politiques publiques visant à réguler les problèmes climatiques à l’échelle européenne par des partenariats public-privé incitatifs et des marchés d’innovation technologique parviennent peu à s’émanciper de leur cadre institutionnel pour effectivement transformer les mondes agricoles.

L’auteure tient à remercier les relecteurs et relectrices de la revue pour leur lecture attentive et leurs remarques constructives, Sara Angeli Aguiton pour ses précieux conseils, ainsi que Jean-Marc Touzard pour son accompagnement.

Haut de page

Bibliographie

Aggeri, F., & Cartel, M. (2017). Le changement climatique et les entreprises : enjeux, espaces d’action, régulations internationales. Entreprises et histoire86, 6-20.

Aykut, S., & Dahan A. (2011). Le régime climatique avant et après Copenhague : sciences, politiques et l’objectif des deux degrés. Natures Sciences Sociétés19(2), 144-157.

Aykut, S. (2014). Gouverner le climat, construire l’Europe : l’histoire de la création du marché de carbone ETS. Critique internationale62, 39-56.

Aykut, S., & Dahan, A. (2015). L’Europe et le climat : une longue histoire partagée. In S. Aykut & A. Dahan (dir), Gouverner le climat : vingt ans de négociations internationales (p. 213-266). Paris : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.).

Bodiguel, L. (2017). La politique agricole commune face à la question climatique : l’Accord de Paris change-t-il la donne ? Revue juridique de l’environnement42, 169-185.

Boltanski, L., & Chiapello, È. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Caron, P. (2016). Climate-smart agriculture : émergence d’un concept, mise en politique, mise en science et controverses. Natures Sciences Sociétés24(2), 147‑150.

Chandra, A. et al. (2017). The relevance of political ecology perspectives for smallholder Climate-Smart Agriculture: a review. Journal of Political Ecology, 24, 822-840.

Clapp, J. et al. (2018). The Global Political Economy of Climate Change, Agriculture and Food Systems. The Journal of Peasant Studies45(1), 80‑88.

Combes, M. et al. (2015). La « climate-smart agriculture », une agriculture livrée à la finance carbone et aux multinationales. Attac France, Confédération Paysanne.

Cornilleau, L., & Joly P.-B. (2016). La révolution verte, un instrument de gouvernement de la « faim dans le monde ». Une histoire de la recherche agricole internationale. In D. Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945 (pp. 171-201). Paris : La Découverte.

Douay, N., & Henriot, C. (2016). La Chine à l’heure des villes intelligentes. L’Information géographique80(3), 89-102.

Dourlens, C. (2009). La « construction » des problèmes fluides. À propos du saturnisme infantile. In C. Gilbert et al.Comment se construisent les problèmes de santé publique (pp. 131-153). Paris : La Découverte.

FAO (2013). Climate-Smart Agriculture Sourcebook. Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations.

FAO (2017). Climate-Smart Agriculture Sourcebook Second Edition. Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations.

FAO (2007). FAO : le défi du renouveau. Rapport de l’Évaluation externe indépendante de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), présenté au comité du conseil chargé de l’Évaluation externe indépendante de la FAO (CC-EEI). Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations.

Fouilleux, È. (2009). À propos de crises mondiales... : quel rôle de la FAO dans les débats internationaux sur les politiques agricoles et alimentaires ? Revue française de science politique59(4), 757-782.

Gilbert, C. et al. (2009). Lire l’action publique au prisme des processus de définition des problèmes. In C. Gilbert et al.Comment se construisent les problèmes de santé publique (pp. 7-33). Paris : La Découverte.

Global alliance for Climate Smart Agriculture GACSA (2014). First Working Meeting of the Alliance, Summary Report. Rome: GACSA.

GACSA (2014). « Framework Document », GACSA Serie Document 1, septembre 2014 (disponible sur le site de la FAO: http://www.fao.org/3/a-au667e.pdf).

Hubert, B. et al. (2013). Agriculture, modèles productifs et options technologiques : orientations et débats. Natures Sciences Sociétés21(1), 71-76.

Huisman, J., & De Jong, D. (2014). The Construction of the European Institute of Innovation and Technology: The Realisation of an Ambiguous Policy Idea. Journal of European Integration36(4), 357-374.

IPCC (2014). Synthesis Report. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Geneva: IPCC.

Jones, P. (2008). The European Institute of Technology and the Europe of Knowledge: A Research Agenda. Globalisation, Societies and Education6(3), 291-307.

Lavallée, S., & Maljean-Dubois S. (2016). L’Accord de Paris : fin de la crise du multilatéralisme climatique ou évolution en clair-obscur ? Revue juridique de l’environnement41(1), 19-36.

Müller, B. (2009). Rendre technique un débat politique. Controverses autour des biotechnologies agricoles au sein de la FAO. Tsantsa14, 27-36.

Natali, D. (2009) La stratégie de Lisbonne après une décennie : revue critique d’une littérature pluridisciplinaire. La Revue de l’Ires, 60(1), 109-136.

Newell, P., & Taylor, O. (2018). Contested Landscapes: The Global Political Economy of Climate-Smart Agriculture. The Journal of Peasant Studies, 45(1), 108‑129.

Pestre D. (2016). La mise en économie de l’environnement comme règle. Entre théologie économique, pragmatisme et hégémonie politique. Écologie & politique52(1), 19-44.

Pestre D. (2018). Environment: the Business Revolution,1988-1992. Communication non publiée présentée au colloque « Pervasive Powers. Corporate authority in the shaping of public policy » du 15 juin 2018 à l’Université Paris Dauphine.

Rabinow, P. (1984). Polemics, Politics and Problematizations, entretien avec P. Rabinow, mai 1984. In P. Rabinow (dir.). The Foucault reader (p. 381-390). New York: Pantheon Books.

Rosner, L. (2004). The Technological Fix: How People Use Technology to Create and Solve Problems. New York: Routledge.

slowfood.com (2015). Déclaration internationale, Don’t be fooled! Civil society says NO to « Climate-Smart Agriculture » and urges decision-makers to support agroecology (https://www.slowfood.com/sloweurope/en/dont-be-fooled-civil-society-says-no-to-climate-smart-agriculture-and-urges-decision-makers-to-support-agroecology/).

Touzard, J.-M. (2015). Innovation for Climate Smart Agriculture in Europe, Poster de la conférence scientifique internationale sur la CSA. Montpellier : CSA Booster, EIT Climate KIC.

Tronquet, C., & Foucherot, C. (2015). Développement et perspectives de l’agriculture dans les négociations climatiques internationales. Étude Climat.

Wolf, S., & Wood, S. (1997). Precision farming: environmental legitimation, commodification of information, and industrial coordination. Rural Sociology, 62(2), 180-206.

Haut de page

Notes

1 Les différents rapports du GIEC témoignent d’une intégration de l’agriculture dans les secteurs qui contribuent majoritairement aux émissions de GES (rapport de 1995) et la font figurer parmi les secteurs ciblés par des stratégies de réduction de leurs émissions (rapport de 2001) tout en différenciant et chiffrant par types de gaz émis au sein des émissions totales (rapport 2007).

2 Comme le programme « 4 pour 1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » lancé en 2015, ou encore l’initiative « Adaptation de l’Agriculture Africaine » lancé en 2016.

3 L’EIT est structuré en différentes « Knowledge and Innovation Communities » (KIC). C’est la KIC dédiée au climat qui nous intéresse ici (« Climate-KIC »), en charge du projet CSA Booster.

4 Les conférences politiques ont eu lieu à Hanoï (Viêt Nam) en 2011, Johannesburg (Afrique du Sud) en 2013 ; lancées par l’Université de Wageningen, les conférences scientifiques se sont tenues à Wageningen (Pays-Bas) en 2011, Davis (États-Unis) en 2013, Montpellier en 2015 et Johannesburg en 2017.

5 « CSA is not a technique, a new production system or a one-size-fits all set of practices, but rather a three-tiered action-based approach to identify existing production systems that can best respond to the impacts of climate change » (FAO, 2017).

6 GACSA, « Framework Document », GACSA Serie Document 1, septembre 2014 (disponible sur le site de la FAO : http://www.fao.org/3/a-au667e.pdf).

7 Comme la Banque mondiale et le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR). Voir notamment Cornilleau et Joly (2016).

8 Asia Pacific Farmers Forum, Les Amis de la Terre, Greenpeace, Réseau climat et développement, Slow Food, Via Campesina, Action contre la Faim, Attac France, CCFD Terre Solidaire. Voir la liste complète dans le document « Don’t be fooled! Civil society says NO to “Climate-Smart Agriculture” and urges decision-makers to support agroecology », 2015.

9 Traduit de l’anglais « European Intitute on Innovation and Technologies. Vision, mission and values », https://eit.europa.eu/eit-community/eit-glance/mission (consulté le 27 juin 2018).

10 « Règlement UE n° 1292/2013 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2013 modifiant le règlement CE n° 294/2008 portant création de l’Institut européen d’innovation et de technologie », 2013.

11 « European Institute on Innovation and Technologies. EIT strategy 2014-2020 », https://eit.europa.eu/eit-community/eit-glance/eit-strategy-2014-2020 (consulté le 13 janvier 2018).

12 https://eit.europa.eu/eit-community/eit-glance/mission

13 Les KIC sont maintenant au nombre de huit, dédiées respectivement au numérique, à l’alimentation, à la santé, l’énergie durable, l’industrie manufacturière, les matières première et la mobilité urbaine.

14 « Massive open online course », des formations à distance par internet.

15 Document interne du CSA Booster, 2014.

16 Archive CSA Booster, présentation d’un membre de l’Université de Wageningen lors d’une réunion interne en 2014.

17 Bien que les entreprises dont les solutions figurent sur la plateforme ne soient pas des partenaires industriels de la taille d’Airbus Defense and Space.

18 Le cas est différent pour des acteurs industriels internationaux déjà sensibilisés à la question climatique et environnementale, soucieux de leur image et de l’évolution des régulations publiques. Voir ci-dessous.

19 Archive CSA Booster, présentation d’un chercheur de l’INRA membre du projet à un forum de l’innovation à Paris en 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les organisations encadrant la mise en œuvre et la traduction de la climate-smart agriculture
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Oui, « Une régulation climatique pour les agricultures européennes »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 13-3 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1796

Haut de page

Auteur

Jeanne Oui

Doctorante en sociologie à l’École des Hautes études en Sciences Sociales (EHESS) et au Centre Alexandre Koyré, sa thèse en cours porte sur l’utilisation de technologies et de données numériques dans le secteur agricole français, en étudiant la transformation conjointe des pratiques agricoles, des marchés de services aux agriculteurs et des savoirs agronomiques.

Adresse : Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, FR-75013 Paris (France).
Courriel : jeanne.oui[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals