Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours1 | 2022 - Controverses maritimes...

1 | 2022 - Controverses maritimes : connaissances et régulations

Date limite de réception des articles : 14 mai 2021
Nicolas Benvegnu, Hélène Desfontaines et Sarah Ghaffari

Dossier coordonné par Nicolas Benvegnu, Hélène Desfontaines et Sarah Ghaffari

Interdictions européennes du chalutage en eaux profondes et de la pêche électrique, médiatisation des échouages de phoques et cétacés sur des côtes atlantiques, mobilisation de pêcheurs méditerranéens pour l’arrêt des rejets de métaux lourds, oppositions de différents acteurs contre des activités ou des projets côtiers et littoraux... : les polémiques et controverses maritimes occupent régulièrement les titres des médias spécialisés et généralistes. Celles-ci concernent de nombreux sujets comme les zones de pêche, les engins de pêche ou les droits à pêcher (Lazuech, 2014 ; Montgruel % Pàlsson, 2004 ; Mariat-Roy, 2017), l’installation d’éoliennes en mer (Nadaï & Labussière, 2014), la chasse communautaire des phoques (Danto et al., 2020) ou encore les pollutions aquatiques dues aux activités minières et agricoles (Brun & Haghe, 2016 ; Deldrève & Métin, 2019). Faisant état de rapports de force entre tenants et opposants d’une activité, d’une régulation, d’une implantation, ces sujets s’inscrivent dans un cadre déjà normé où les espaces océaniques, maritimes, littoraux sont appréhendés comme des « ressources » à prélever et à exploiter plus que comme des espaces sociaux et communautaires ou encore des « milieux naturels » et « sauvages ». Cette essentialisation du paradigme économiste (marchand/utilitariste) cadre la discussion sur les dispositifs rationnels et opérationnels pouvant être mis en œuvre dans les arbitrages à finaliser. En effet, elle occulte le processus de production des connaissances ayant conduit d’une part à la « réduction » à un état de ressources des mers, des océans, des espèces y vivant et d’autre part la traduction de ces ressources en volume, en potentiels énergétiques, ou en facteurs économiques, qu’il s’agit de mesurer pour en encadrer l’accès ou en optimiser l’usage. Dans ce processus plus large de quantification de la nature (Desrosière, 2008 ; Vatin, 2013), les disciplines et les approches se combinent, se confrontent et laissent apparaître des strates de règlements comme des changements d’objectifs.

C’est singulièrement le cas pour ce qui concerne la régulation de la ressource dite halieutique, à travers l’évolution de la politique commune des pêches (PCP). De la conservation (des stocks) / développement (de l’activité de pêche) à la préservation (de la biodiversité / intégration (des activités), quels savoirs sont sous-tendus, quels acteurs prennent part à la régulation des pratiques de pêche maritime ? Le rôle joué par la parabole bien connue à l’appui de la démonstration du biologiste Garett Hardin - La tragédie des communs (Hardin, 1968) - est emblématique du lien entre approche théorique et mode de régulation des pêcheries. Dès le XVIIe siècle, ce sont les « disettes de poissons » qui impulsent l’établissement d’une connaissance sur l’état des populations de poissons. Produite à des fins politiques de gouvernement, celle-ci procède de manière induite, par rapport aux pratiques de pêche, et par formalisation administrative des savoirs locaux (Grancher, 2018). L’institutionnalisation, après seconde guerre mondiale, d’une science dite halieutique est elle aussi directement liée au constat par les biologistes états-uniens du caractère finalement épuisable des poissons au regard des prélèvements effectués. L’arrêt des activités de pêche durant la seconde guerre mondiale a en effet rendu visible l’action anthropique de la pêche sur le milieu marin et, avec elle, la nécessité de produire une connaissance sur l’état de la « ressource halieutique » à des fins d’optimisation de son exploitation (Quensière, 1993). Cette science consacre ce faisant l’articulation entre activité de pêche et état des « ressources halieutiques » comme objet scientifique. Eu égard au lien fondateur entre approche théorique et mode de régulation, la science halieutique, pluridisciplinaire, cumule un objectif d’intelligibilité des situations et une visée experte d’appui, voire d’orientation, à la décision politique gestionnaire.

C’est par rapport aux régulations à l’œuvre que les savoirs produits sont régulièrement remis en cause par divers acteurs. Par exemple, en réponse aux enjeux des droits à pêcher, fondés sur les avis d’experts et décidés politiquement, les marins-pêcheurs tendent à proposer, opposer une autre lecture théorique des activités de pêche et du lien aux dynamiques halieutiques (Deldrève, 2005, 2011). La confrontation pour la production de savoirs légitimes quant à cette ressource dite halieutique met aussi aux prises d’autres acteurs et notamment ceux des organisations environnementales. C’est ce qu’illustre parfaitement la controverse sociotechnique relative à la technique du chalut (Granchet, 2015) débutée au XIXe siècle et toujours active.

Des innovations comme par exemple, les dispositifs (techniques) de concentration de poissons sur les stocks de thons (Airaud & Reyes, 2019 ; Neri O’Neill, 2011), l’implantation d’éoliennes en mer suscitent elles aussi des questionnements. Que ce soit sous forme de débat, de controverses, ou de négociation, les enjeux de connaissances sont prégnants. Ils peuvent concerner aussi bien la qualification du milieu maritime lui-même que les effets supposés ou réels des diverses activités sur les espèces naturelles, sauvages. Ces innovations mettent en présence des acteurs issus de mondes sociaux aux savoirs, normes et pratiques hétérogènes et qui peuvent mobiliser des méthodes et des registres divers pour faire valoir un point de vue, une expertise. Dans cette perspective, le recours aux sciences sociales pour produire des savoirs en contrepoint de ceux relevant d’autres registres disciplinaires incite à questionner la place des sciences sociales parmi les savoirs historiquement constitués de gouvernement de la nature. Les objets d’études et les types de savoir produits peuvent-ils contribuer à un renouvellement de perspective sur la Nature, ici maritime ?

L’objet de cet appel à contribution ambitionne de saisir la construction de savoirs largement naturalisés et devenus de sens commun. Pour cela, il vise à rendre compte des rapports et des tensions entre les diverses disciplines productrices de connaissances sur ce qui constitue, qualifie l'écosystème maritime. Il vise aussi à rendre compte des liens entre approches théoriques, paradigmes et modes privilégiés d’appropriation des dites ressources et de gestion de leur accès, ouvert et disputé (Locher, 2013, 2018). Plus largement, il entend contribuer à la saisie des conceptions du rapport homme-nature irriguant les fabriques des savoirs sur cette dernière mais débordant aussi les enjeux strictement cognitifs. Quelles théories, quelles disciplines, quels savoirs établissent quels faits ? À quelles formes de régulation (type d’arguments, forme de la dispute, arènes de production des savoirs, qualité et qualification des savoirs, mise à l’épreuve des savoirs et procédé de légitimation) les savoirs recourent-ils pour s’imposer comme vrais ? Que nous disent ces dynamiques de production des savoirs ? En quoi contribuent-elles à des formes de régulation ? Autant de dimensions méritant d’être investiguées et auxquelles pourront s’attacher les articles proposés. Au regard des transformations que le processus multidimensionnel d’écologisation induit et révèle, l’appel invite à s’emparer de ces thématiques à propos de l’espace maritime comme espace aux ressources exploitables.

Cet appel s’adresse à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales : anthropologie, économie, science politique, géographie, histoire, sociologie… Les contributions s’appuieront sur des travaux empiriques.

Modalités de soumission

Les auteur·e·s peuvent contacter les coordinateur·trice·s du dossier afin de faire part de leur intention de proposer un article jusqu’au 22 février 2021 : helene.desfontaines@univ-nantes.fr, sarah.ghaffari@imt-atlantique.fr, nicolas.benvegnu@sciencespo.fr

Les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65 000 signes) seront à soumettre en ligne sur le site de la revue - http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser avant le 14 mai 2021.

Les versions définitives seront remises le 1er décembre 2021. Le numéro devrait paraître en mars 2022.

Bibliographie

Airaud, M. & Reyes, N. (2019). Le DCP, objet social et controversé, au prisme d'une anthropologie de l'arène thonière tropicale, colloque OCEANEXT, Université de Nantes, IUML.

Brun, A. & Haghe, J-P. (2016). Les médias, les algues vertes et le modèle agricole breton, L’espace géographique, 45(2), 142-156.

Danto, A., Mazé, C., Macadré, T. & Pertel, L. (2020). Conserver ou exploiter une ressource naturelle vivante. Le cas épineux du phoque, une controverse bien ancrée dans la dichotomie Nature / Culture, Revue Internationale d’Ethnographie, Société Européenne d'Ethnographie de l'Education, (7). http://riethno.org/numero-7/

Deldrève, V. (2005), La faute des pêcheurs ? Les pêches européennes et la gestion des risques environnementaux. Colloque CLERSE Acteur, risque et prise de risque à l'épreuve des sciences sociales, Villeneuve d'Ascq, France.

Deldrève, V. (2011), Expertise scientifique et gestion rationnelle des pêches maritimes, Sciences de la société, (79), 90-112

Deldrève, V. & Metin, J. (2019). Quels cadres d’action collective contre les boues et poussières rouges d'Altéo-Gardanne ?, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 19(1), mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 22 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org.budistant.univ-nantes.fr/vertigo/23996 ; DOI : https://doi-org.budistant.univ-nantes.fr/10.4000/vertigo.23996

Desrosière, A (2008). Pour une sociologie historique de la quantification. Paris : Presses des Mines.

Grancher, R. (2015). Écrire au pouvoir pour participer au gouvernement des ressources. L’usage des mémoires dans la controverse sur le chalut (Normandie, premier XIXe siècle), L’atelier du Centre de recherches historiques [en ligne], (13), mis en ligne le 24 juillet 2015, consulté le 7 février 2020. http://journals.openedition.org.budistant.univ-nantes.fr/acrh/6560 ; DOI : https://doi-org.budistant.univ-nantes.fr/10.4000/acrh.6560

Hardin, G. (1968). The tragedy of the commons, Science, 162(3859), 1243-1248

Lazuech, G. (2014). Comment gérer les ressources marines ? Les jeux d’acteurs autour de la Politique commune des pêches, Économie rurale, 6(344), 29-44.

Locher, F. (2018). L’océan en communs. Épuisement des ressources, appropriation et communautés, Annales des Mines - Responsabilité et Environnement, 4(92), 10-13.

Locher, F. (2013). Les pâturages de la guerre froide. Garrett Hardin et la Tragédie des commun, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 60(1), 7-36.

Mariat-Roy, E. (2017). Si les quotas m’étaient contés, in Cérino, C., Michon, B. & Saunier, E. (eds). La pêche : regards croisés (pp. 227-243). PURH.

Mongruel, R. & Palsson, G. (2004). Le propriétaire, l’exploitant, le salarié et l’exclu : les conséquences sociales de la gestion des pêches par des systèmes de marchés de droits, Revue Tiers Monde, (177), 29-60

Nadaï, A. & Labussière, O. (2014). Recomposer la mer pour devenir offshore : le projet éolien de Veulettes-sur-Mer, Natures Sciences Sociétés, 22(3), 204-218.

Neri O’Neill, R. (2011). Le thon rouge en miettes. Les alertes et les controverses autour de la gestion des stocks de la Méditerranée. Partir de l’exemple, Document de recherche du GSPR-CNRS, 2011-1, 23 p.

Quensière, J. (1994). De la modélisation halieutique à la gestion systémique des pêches, Natures, sciences, sociétés, (1/3), 211-220

Vatin, F. (2013). Le produit de la nature et le temps des hommes : Don, service et rendement, Revue du Mauss, 2(42), 221-245.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search