Navigation – Plan du site

Un amour non partagé

STS et sciences sociales
Pablo Kreimer
Traduction de Rigas Arvanitis
Cet article est une traduction de :
Un amor no correspondido [es]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
An Unrequited Love [en]

Résumé

Les relations entre sciences sociales et études sociales des sciences et technologies (STS) sont fort complexes. Alors que, pour certains auteurs, l’inclusion des STS dans les sciences sociales est objet de disputes, d’autres ont tenté d’intéresser, séduire ou échanger avec les collègues des autres disciplines du champ pour établir des ponts entre les deux espaces disciplinaires. Cependant, aujourd’hui encore, la majorité des chercheurs en sciences sociales connaissent mal les développements des travaux en STS et parfois les questionnent, voire les attaquent directement. Dans cet article, je tente de faire un état de la question en me posant la question du pourquoi la sociologie prête aussi peu d’attention aux travaux de la sociologie des sciences. Je conclus par quelques hypothèses qui ne prétendent pas expliquer ces tensions de manière définitive mais veulent ouvrir des pistes pour leur compréhension.

Haut de page

Texte intégral

Les ponts

1Dans la tradition de Rio de la Plata (terme qui fait référence aux villes de Montevideo et Buenos Aires, toutes deux situées sur le même fleuve), les Uruguayens représentent, dans l’imaginaire argentin, un idéal de « bonnes pratiques civiques » ; ils sont éduqués, saluent toujours poliment, ont de faibles taux de corruption, ont la société la plus équitable de la région et la plus libérale, comme le prouve le fait que la consommation de marihuana et l’avortement y soient autorisés. Ils ont aussi bien d’autres qualités. À Buenos Aires, une représentation de la pièce satirique intitulée Accroche-toi, Catalina a bien rendu compte de cet imaginaire en interpellant le public directement :

Ne nous aimez pas tant [vous, les Argentins], car ce n’est pas un sentiment réciproque : nous (Uruguayens), nous ne vous aimons pas du tout. Quand votre équipe nationale de foot joue contre n’importe quelle autre équipe, nous voulons vous voir perdre !

2Il se passe quelque chose de similaire entre les études sociales des sciences et technologies (STS) et les sciences sociales en général. D’ailleurs, il ne s’agit peut-être pas d’amour non partagé mais plutôt d’indifférence.

  • 1 Divers auteurs ont documenté cette « faible attention » des sciences sociales envers les science st (...)

3Dans les conversations avec les collègues qui se situent dans le vaste champ des STS, il est courant de constater le peu d’attention que la sociologie prête à la sociologie des sciences, l’histoire à l’histoire de la science et les sciences politiques aux travaux de politique de la recherche1. Cette intuition est corroborée par le fait que les nombreux textes produits à l’intérieur des STS ne sont pas cités en dehors de ce champ. Ils n’ont qu’un très faible impact dans les autres sciences sociales. Naturellement, il y a des exceptions : d’une part, lorsque les questions abordées intéressent directement un domaine des sciences sociales comme peuvent l’être le marketing, les systèmes de transport ou l’environnement ; les travaux de Bruno Latour sont l’autre exception, un phénomène particulier dont la dimension dépasse largement les limites de ce champ et dont l’influence traverse maintenant plusieurs espaces de production intellectuelle. Cependant, en règle générale, il faut bien constater cette absence d’influence.

  • 2 Nous ne mettons pas les parenthèses par pur caprice. L’appartenance des STS aux sciences sociales n (...)

4Durant des décennies, différents représentants des STS se sont plus ou moins explicitement engagés dans un travail de « séduction » pour montrer que les développements des études sur les sciences pourraient, et même devraient, être pris en compte par (le reste) des sciences sociales2.

5Ainsi, l’objectif de cet article est d’étudier les diverses stratégies de mise en relation des STS avec les sciences sociales, les dimensions multiples et les tensions qui les traversent, pour terminer avec trois hypothèses sur la nature sans aucun doute asymétrique de cette relation.

6Je commencerai par le fait de présenter le problème et les diverses manières de le prendre en compte, puis je traiterai de la question disciplinaire des STS et des appels des STS vers les sciences sociales ainsi que quelques-unes des réponses apportées. Finalement, je proposerai trois hypothèses qui permettent d’expliquer cette relation, avant de conclure brièvement.

7Note liminaire importante : dans l’ensemble de ce texte, je n’utilise que quelques auteurs pour illustrer chaque point de vue plutôt que de faire un état de toutes les analyses plus ou moins proches ; je mets donc aussi de côté certaines interventions et les nuances qu’elles pourraient apporter. Au-delà de l’économie de l’argumentation, je le fais car, à trop détailler les nombreux points de vue, il y aurait une certaine « saturation théorique », la multiplicité des voix n’ajoutant pas beaucoup à l’argument principal.

  • 3 Curieusement, cette formule du « sous-champ » est aussi employée par Bruno Latour (2000, p. 107) qu (...)

8Une première perspective est exprimée par des auteurs que nous pourrions appeler les plus « sociologues » au sein des STS ; ces auteurs tentent de situer le champ comme un sous-champ de la sociologie et veulent établir des interconnexions avec des sous-champs voisins. L’argument consiste à dire que les découvertes, les théories et les méthodes de l’étude sociale des sciences doivent être considérées et même utilisées par d’autres champs des sciences sociales3.

9Une des premières perspectives en ce sens est celle de Karin Knorr-Cetina qui a traité cette question dans différents textes tout au long de ses travaux. Dans un de ses premiers textes (Knorr, 1981), l’idée apparaissait lorsqu’elle s’interrogeait sur une question classique des sciences sociales : la tentative de dépasser le clivage entre les pratiques et les interprétations et la question des échelles micro- et macrosociologiques. Évidemment, les microsociologies coïncident avec l’émergence des études de laboratoire développées à cette même période. Ces travaux cherchent à devenir légitimes au-delà de quelques découvertes situées. Ainsi, dans un article de 1995, elle signale qu’au lieu de se demander : « qu’est-ce que les études sociales de la science peuvent emprunter à la sociologie en général ? », il aurait été plus utile de se demander : « qu’est-ce que la sociologie des sciences peut offrir à la sociologie en général ? ». D’après elle, ce que nous apprenons des études de laboratoire sur le caractère situé de la connaissance pourrait s’appliquer de manière plus générale à la localisation de l’expérience sociale dans des lieux multiples et variés (1995, p. 163). Elle conclut en disant qu’étant donné la nouveauté des formulations théoriques sur la pertinence du local, « le laboratoire, tel qu’analysé dans les études STS, permet de comprendre différentes questions de ce qu’on appelle “la situation et la localisation” et enrichir théoriquement ces perspectives » (ibid.).

10Harry Collins formule des idées qui vont dans la même direction. Dans son livre classique, il signale (dans la postface de 1992) qu’une

nouvelle “science de la connaissance” devrait étudier les collectifs et la manière selon laquelle les connaissances sont formulées collectivement, maintenues, discutées, transformées et transférées […] [elle] aurait ainsi des choses nouvelles à dire sur comment et où la connaissance pourrait être transférée dans les sociétés humaines ». Il conclut en disant : « J’espère avoir changé notre façon d’étudier et comprendre l’histoire, la sociologie et la philosophie » (Collins, 1992, p. 190).

11Une seconde perspective considère que l’étude des sciences et des technologies impliquerait, nécessairement, l’étude de la société dans laquelle elle s’inscrit. Il ne s’agit plus de faire en sorte que la sociologie des sciences fournisse des éléments pour alimenter d’autres domaines sociologiques mais de faire en sorte que les STS soient aussi une étude de la société. Avant de poursuivre, nous devrions faire une remarque sur l’origine de cette assertion même s’il s’agit de quelque chose de connu et de quelque peu redondant pour ceux qui font partie du champ. Les sciences studies considèrent que la science n’est pas une activité séparée de la société avec ses règles et son langage propre dans des institutions spécifiques sinon qu’elle est un hybride et se dissout comme entité, se transforme alternativement en techno-science industrielle, en formes d’action politique, en mécanisme de justification et en connaissance incorporée dans des objets et des processus (Pestre, 2006). En bref, il est impossible de la séparer de la vaste trame sociale dont elle fait partie. De cette façon, étudier les sciences a été, pour certains chercheurs, une façon d’analyser des questions beaucoup plus complexes que la seule étude de la science elle-même. Ainsi, on peut y voir « une porte d’entrée parmi tant d’autres » pour aborder une série de questions et accéder à différents points de vue, puisque ces objets sont des entités complexes et multiformes. Pour le dire avec les mots de Bruno Latour, sans aucun doute le plus célèbre défenseur de cette position :

  • 4 Je souligne. J’ai éliminé les références citées par Latour afin d’en faciliter la lecture.

Lorsque MacKenzie décrit la centrale à inertie des missiles intercontinentaux, lorsque Callon décrit les électrodes des piles à combustible, lorsque Hughes décrit le filament de la lampe à incandescence d’Edison, lorsque je décris la bactérie de l’anthrax atténuée par Pasteur ou les peptides du cerveau de Guillemin, les critiques s’imaginent que nous parlons de techniques et de sciences. […] Pourtant ces recherches ne traitent pas de la nature ou de la connaissance, des choses-en-soi, mais de leur engagement dans nos collectifs et dans les sujets. Nous ne parlons pas de la pensée instrumentale mais de la matière même de nos sociétés4.
MacKenzie déploie toute la Navy américaine et même les députés pour parler de sa centrale à inertie ; Callon mobilise EDF et Renault ainsi que de grands pans de la politique énergétique française pour comprendre les échanges d’ions au bout de son électrode ; c’est toute l’Amérique que Hughes reconstruit autour du fil incandescent de la lampe d’Edison ; c’est toute la société française du XIXe siècle qui vient, si l’on tire les bactéries de Pasteur, et il devient impossible de comprendre les peptides du cerveau sans leur accrocher une communauté scientifique, des instruments, des pratiques, tous impedimenta qui ressemblent bien peu à de la matière grise et à du calcul. (Latour, 1991, pp. 10-11)

  • 5 Il y a eu beaucoup de discussions sur cette question de l’attribution de la causalité et des types (...)

12Bien d’autres auteurs partagent cette perspective selon laquelle l’étude des questions technoscientifiques ne peut se restreindre à des questionnements séparés car le mouvement est double : d’un côté, toutes les controverses scientifiques ou technoscientifiques, tous les développements scientifiques sont en réalité des controverses ou des développements sociotechniques. En dépit de la diversité des approches, ceci constitue un point commun d’accord5. Un autre aspect de cette affirmation est que les sciences sociales ne devraient pas ignorer les développements technoscientifiques sous prétexte qu’ils seraient produits grâce à des normes d’objectivité, de neutralité et de rationalité ; au contraire, comme tout objet social, leur étude doit prendre en considération leurs dynamiques sociales.

La nature disciplinaire des STS

13Une autre difficulté dans la relation entre les STS et les sciences sociales se situe dans la nature même du domaine. Bien que Latour (2000, p. 107) affirme qu’il s’agisse « d’un sous-champ minuscule de la sociologie », il a montré ce que sont les sciences de la nature et a mis en doute ce qu’est une société. Malgré cela, l’appartenance des études sociales de la science aux sciences sociales n’est ni évidente ni même unanimement partagée. Les définitions du champ « sciences, technologies et sociétés » (STS) et des « études sociales des sciences et technologies » sont souvent utilisées de manière interchangeable alors qu’en réalité l’appartenance aux sciences sociales est plus claire pour les secondes que pour le premier.

14Suzan Cozzens (2001), dans un texte connu, défend l’idée que les STS (sciences, technologies et sociétés) ne sont pas tant une discipline qu’un mouvement composé de plusieurs acteurs : chercheurs, enseignants, hommes politiques, fonctionnaires, etc. Ce STS dépasserait ainsi les frontières traditionnelles des disciplines. Dans cette perspective qu’elle nomme post-disciplinaire, Cozzens distingue le « STS-problème » du « STS-réponse » et discute des différents types de connaissances qui sont mobilisées. Dans un passage intéressant pour notre argument, elle indique : « Le fait que plusieurs étudiants ont une bonne formation préliminaire en science ou ingénierie est un signe particulièrement prometteur car ainsi ils sont capables de combler la brèche de ces sciences avec les sciences sociales et humaines » (2001, p. 58).

  • 6 Rappelons au passage que ceci n’était pas seulement une préoccupation du CNRS mais faisait partie d (...)

15Cette question est souvent exprimée comme le fait Susan Cozzens. Ce serait donc un avantage pour le champ STS de compter sur des individus qui ont une formation dans les sciences en contribuant ainsi à la formation d’un champ multicolore. La question vient de loin : à la différence de ce qu’a pu être la transition de la sociologie traditionnelle (fonctionnaliste et normative) de la science vers une sociologie de la connaissance scientifique – c’est-à-dire où s’est opéré un changement paradigmatique théorique et méthodologique au sein d’un même champ disciplinaire, incarné par la formulation du programme –, ici il s’agit d’un espace nouveau. Ainsi, au début des années 1980, le CNRS a défini un programme de soutien au champ STS en France en proposant le financement de projets, l’appui d’une publication thématique (les Cahiers STS), des réunions scientifiques, etc. Les premiers appels à projets, entre 1982 et 1984, exigeaient que les équipes soient composées de chercheurs en sciences sociales et en sciences naturelles ou sciences pour l’ingénieur (Kreimer, 1992). Cependant, une fois obtenu le financement, dans la majorité des cas, les chercheurs qui appartenaient aux sciences sociales effectuaient le travail de terrain tandis que les scientifiques et les ingénieurs abandonnaient rapidement les projets6.

16Il faut signaler ici une caractéristique propre au champ STS qui est un trait distinctif par rapport aux autres sciences sociales : au-delà des intentions institutionnelles de programmes comme celui du CNRS que nous venons d’évoquer, une portion très importante des chercheurs vient des sciences naturelles ou de l’ingénierie, parfois diplômés d’un doctorat dans leur discipline d’origine. Signalons ainsi certaines personnalités très actives dans le champ : David Bloor, mathématicien ; David Edge, Trevor Pinch, Evelyn Fox Keller et Dominique Pestre, physiciens ; Arie Rip et Isabelle Stengers, chimistes ; Wiebe Bijker et Michel Callon, ingénieurs ; Brian Wynne, sciences des matériaux ; Steve Shapin et Donna Haraway, biologistes. Je ne les mentionne pas par hasard : presque tous ces auteurs ont reçu le prix John Bernal de la 4S (Society for the Social Studies of Science). D’autre part, dans les pays d’Amérique latine, les premiers travaux dans ce champ ont été proposés par des scientifiques ou des ingénieurs comme Jorge Sábato, Amilcar Herrrera, Oscar Varsavsky, José Leite Lopes.

17Ce point de vue défendu par Susan Cozzens est très courant et l’expression « Science, technologie, société » (STS) a progressivement gagné du terrain en relation avec l’importance que prenait le mot « société ».

18Nous voyons que la nature même du champ et son caractère réflexif rendent ses frontières fluides, sans délimitation précise ; du coup, la question des limites revient de manière périodique. Par ailleurs, dans ce même texte, Cozzens fait allusion à un autre problème : la différence entre le travail académique et l’engagement social. D’après elle, afin d’éviter de nouveaux problèmes, le STS comme mouvement devrait s’ouvrir « à de nouvelles voix et de nouvelles questions, même si cela l’entraîne dans des directions nouvelles ». Sergio Sismondo (2008) reprend cette distinction (discutable) entre le « haut » et « bas » clergé proposé par Fuller (1993). Il propose à partir de là de croiser deux variables : la « fondamentalité » (« fundamentality » que nous pourrions traduire par complexité théorique) et les valeurs politiques.

19La figure 1 propose un espace formé de quatre quadrants : au point le plus bas des deux axes se trouvent la description et la documentation ; au point le plus élevé de la complexité théorique peu chargée en valeurs politiques se trouvent les « études théoriques de la construction des sciences et des technologies » ; « l’activisme traditionnel » se situe au point le plus élevé de l’axe des valeurs politiques et au plus bas du travail théorique. À l’opposé, l’engagement se situe à la confluence de deux principales dimensions, un modèle idéal de ce que Sismondo appelle un programme engagé.

Figure 1. L’engagement dans le STS d’après Sismondo (2008, p. 20)

Figure 1. L’engagement dans le STS d’après Sismondo (2008, p. 20)

20J’ai commenté ailleurs (Kreimer, 2015) les problèmes qu’entraîne cette classification, en la comparant avec ce champ « voisin » intitulé « public understanding of science » (étude de la perception de la science par le public). Nous pouvons retenir ici deux des questions qu’elle soulève : qui sont les acteurs qui pratiquent chacune des quatre activités mentionnées dans ce graphique ? Et, si ce modèle se veut d’usage universel, quelles conséquences peut-il avoir dans des contextes de plus ou moins faible développement ? À la première question, j’ai répondu qu’il s’agit d’acteurs trop différents pour constituer un champ, de sorte qu’il est difficile d’imaginer un modèle idéal de la convergence des deux dimensions. Concernant la seconde question, les formes d’articulation sont très diverses selon les contextes – notamment, pays hégémoniques ou non hégémoniques – dans la mesure où la production théorique des seconds peut être très dépendante de la production théorique des premiers. Par contre, le fait de « décrire et documenter » peut à lui seul être un véritable engagement public.

21À la différence de l’intervention du CNRS, que l’on pourrait qualifier d’externe au champ lui-même et qui traduit la volonté de créer, par cette politique scientifique, un nouveau champ de recherche en France, plusieurs autres tentatives ont cherché à étendre les frontières des STS en phase avec cette idée de Cozzens qui trouvait prometteuse l’arrivée d’étudiants provenant des sciences et technologies. Nous pourrions comprendre cela comme une extension en dehors des sciences sociales mais aussi vers d’autres sciences sociales. Bien que cette question ne soit pas si neuve, lors des deux derniers congrès conjoints de l’EASST et de la 4S, les deux sociétés les plus représentatives dans des STS au niveau international, ont montré leur volonté d’inclure des questions qui ne faisaient traditionnellement pas partie du cœur des thématiques STS. Ces deux congrès, réalisés respectivement à Copenhague en 2012 et à Barcelone en 2016, ont eu pour titre Design and displacement et Science & Technology by other means. Dans la plaquette du congrès de Copenhague, on signale que le « Design has become a key concept across a multitude of disciplinary domains and social spheres. […] It locates design practices in broader political contexts, and focuses attention on how design facilitates or hinders social inclusion, locally and globally7. »

  • 8 Ibid.

22D’emblée, l’intention était de s’ouvrir à des thèmes moins traditionnels, à la différence de ceux exprimés lors d’un joint meeting réalisé à Rotterdam en 2008, dont le titre général était plus classiquement Acting with Science, Technology and Medicine. Aussi, afin de ne pas effrayer ou désorienter les collègues du champ STS, l’appel à communications de Copenhague signale : « Papers which address the conference’s theme ‘Design and Displacement’ are especially relevant, but papers on any topic in STS are welcome8. »

  • 9 L’expression fait allusion à la conception de Bruno Latour de la relation entre science et politiqu (...)

23Le dernier congrès à Barcelone s’explique longuement sur le sens de l’expression “by other means9 :

(a) such as the fact that all of these transformations usually take place in blurred everyday spaces and not in those enclosed established spaces for science and technology development, such as laboratories or industrial R&D departments; (b) or, in a similar way, the fact that research and innovation processes are increasingly organised in networked, horizontal assemblages where the traditional hierarchies in science are put into question and where science and technology are being co produced by different actors in different, sometimes antagonistic, ways; (c) and, finally, the fact that traditional boundaries between the public and the private are no longer confined to state and for profit actors, care practices taking a preeminent presence in most of these everyday situations. We think that by other means is a label, a description, a statement and even a category, but it is much more. It is a vindication, a feeling and a tribute to all those people engaging with science and technology practices in very precarious and non institutional ways. People without funding, people outside their country, people outside the academy…10

Quand les STS interpellent les sciences sociales

  • 11 Il existe de nombreux travaux de « sociologie des sciences sociales », à commencer par le travail c (...)
  • 12 Selon Bloor, « Mathematics and logic are seen as being about a body of truths which exist in their (...)

24Rares sont les travaux de STS sur les sciences sociales. D’un côté, parce que, de façon « relativement naturelle », la majeure partie des recherches des années 1970 se sont concentrées sur l’étude sociale et historique des « sciences dures » ou de développements technologiques ou techno-scientifiques ; très peu d’entre elles ont pris comme objet les sciences sociales11. Il est possible que ce manque soit lié à la formulation du programme fort par Bloor (1973) qui signale que la « détermination existentielle » de la connaissance en sociologie est facile à percevoir. Le terme renvoie à la manière dont Mannheim introduisait l’idée des déterminants sociaux de la connaissance dans les premières décennies du 20e siècle. Bloor s’en inspire et lui reproche ne pas s’être décidé à faire un pas de plus pour étendre cette détermination à toute forme de connaissance. C’est précisément pour ce motif qu’il a décidé de commencer par les mathématiques qu’il définit comme la plus fondamentale des sciences et qui sert de base à toutes les sciences exactes ; ainsi, en arrivant à établir les bases sociales des mathématiques, on pourrait faire de même pour l’ensemble des autres sciences12.

25Comme nous le montrerons ci-dessous, cette formulation pionnière de Mannheim contient une des pistes permettant de répondre à la question que nous formulions au début de ce texte.

  • 13 Je mets de côté le livre de 2005, Reassembling the Social. An introduction to Actor-Network-Theory. (...)

26La formulation la plus énergique est probablement celle de Latour dans au moins deux articles (2000 et 2008)13. Dans le premier, il commence par constater que « la contribution du champ STS au mainstreamde la sociologie a été très faible » (p. 107) – il parle même, dans un autre passage, d’invisibilité. Il attribue cela à un malentendu quant à ce qu’est une explication sociale d’une science ou d’un artefact. La supposition de base n’est pas que les sciences dures et la technologie échappent à l’explication sociale mais qu’il ne soit pas possible d’appliquer le même type d’explication que pour la religion, l’art ou la culture populaire. Selon Latour, le problème est que les sciences sociales opèrent une substitution des « objets faux des croyances » par « des objets réels de la société », comme le pouvoir. On suppose de la sorte que les science studies doivent substituer la matérialité et l’objectivité des sciences et des technologies comme cela s’est fait pour la religion, les mass-media, la politique, etc.

27Selon Latour, pour les sciences sociales, la science « ne peut pas être traitée aussi légèrement que le reste […] car elle se trouve au cœur de ce que signifie être un scientifique social et le seul objectif qui vaille la peine d’y sacrifier sa propre vie : savoir ce dont le social est fait » (p. 110). Là réside la raison pour laquelle au lieu de réserver un accueil chaleureux à cette extension des sciences sociales à un nouveau champ et faire du STS un champ comme les études de la religion, des classes sociales, des études urbaines, du genre, etc., c’est devenu un cadeau empoisonné qu’un chercheur en sciences sociales décent aurait préféré ne pas avoir eu à recevoir (p. 110). Latour conclue : puisque les sciences sociales « détruisent » leur objet en fournissant une explication sociale, car en le faisant elles dévoileraient leur caractère « faux », celui auquel croient les gens (la substitution), il serait très dangereux de l’appliquer aux sciences sociales qui perdraient leur spécificité comme la religion y perd son caractère sacré ou pire encore, affecter le caractère objectif des sciences sociales. Je suis en désaccord avec cette interprétation comme je le montrerai par la suite.

28En 2008, Latour s’adresse directement à la science politique dans un texte publié précisément dans la Revue française de science politique dans laquelle l’impact de sa proposition est garanti. Il commence son argument par un mea culpa qui se réfère de nouveau au peu d’attention qu’ont reçue les science studies :« On comprend déjà l’extrême ambiguïté – pour ne pas dire l’incohérence – des études sur les sciences, et c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles la science politique a porté jusqu’ici peu d’attention à un domaine aussi confus » (2008, p. 669). Dans une synthèse très brève, l’argument de Latour consiste à formuler cinq (ou six) définitions de la politique qui reprennent différentes perspectives, de Dewey à Foucault en passant par Schmitt et Habermas. Nous soulignons la dernière qui se définit par : « ce qui n’est pas scientifique ». Il propose aussi quatre définitions de ce qui est scientifique : « ce qui est raisonnable et objectif », que nous pourrons facilement associer à la perspective traditionnelle ; « ce qui peut être soumis à l’épreuve devant des porte-parole », qui est la définition la plus proche des science studies, ou encore comme « logistique des données ». Je laisse pour la fin la seconde définition proposée par Latour qui est l’exact opposé de la dernière définition de la politique : « est scientifique ce qui n’est pas politique ». Voici ce qui serait le point extrême, en prenant en compte les deux définitions : « D’un seul coup, la collaboration entre les disciplines comme la science politique et la politique des sciences devient […] totalement impossible […] » (2008, p. 676).

29La proposition de Latour est que « “science” et “politique” ne qualifient pas des domaines d’activité ou de compétence, mais plutôt des états – comme on parle d’état liquide ou d’état gazeux – dans lesquels se trouvent les objets controversés qui ont vocation à composer le monde commun » (ibid.). Le malentendu, selon lui, serait que « certains chercheurs des sciences naturelles et sociales ont cru que nous prenions l’initiative de politiser les sciences alors qu’il s’agissait de les étudier positivement en ignorant enfin la question de la démarcation » (p. 673) Ainsi, de la même façon que les science studies définissent la politique non pour l’opposer à la science mais pour montrer son caractère politique, les sciences politiques devraient se redéfinir pour parler de la science ; il conclut que les deux pourraient unir leurs forces pour contribuer à élaborer une alternative.

30Dans le numéro suivant de la même revue, Pierre Favre lui répond et relève le gant en représentant son propre champ disciplinaire. Dans sa réponse, il me semble qu’il éclaircit la question que pose mon présent article : en référence à quelques textes emblématiques critiques envers la sociologie des connaissances scientifiques comme Boudon et Clavelin (1994) ou Isambert (1985), Favre montre clairement que ce qui dérange le plus les sciences politiques (et nous pourrions étendre ce raisonnement à l’ensemble des sciences sociales) est le « relativisme cognitif » qui considère que « le fait scientifique est entièrement construit, la démonstration scientifique est pure rhétorique, la référence au réel n’est que manipulation illusionniste, la réussite professionnelle est le seul objectif du chercheur » (p. 825). Écartons la qualification de « relativiste » de l’argument du succès professionnel qui est très discutable étant donné le peu d’importance que peut avoir cet argument dans les science studies, au contraire du rôle central qu’il peut avoir dans une analyse dans la perspective de Bourdieu sur lequel Favre s’appuie. Ce qui compte ici est ailleurs : indépendamment du fait d’être d’accord ou pas avec cette position, elle correspond à la lecture que les sciences sociales font en général et se trouve être à l’origine de la résistance des sciences sociales aux études de la science.

31Dans un texte plus récent, Vinck (2016) constate aussi que « ces Sciences studies n’auront en fait guère d’influence sur la sociologie. Jusqu’ici, la sociologie affecte l’étude des sciences plus que celle-ci n’affecte la sociologie. Les Sciences studies constituent un monde à part, plutôt méconnu des sociologues » (pp. 2-3). Il considère que nous devrions modérer ce jugement car il est possible de trouver certaines influences dans divers champs des sciences sociales. Il donne certains exemples comme la sociologie de l’action publique ou dans l’étude du travail, de la communication ou des organisations. En tout cas, malgré les influences des sciences studies dans certains champs des sciences sociales, ce qui prévaut c’est plutôt l’indifférence, l’ignorance et même, la résistance.

Quelques hypothèses

32Pour terminer, nous voudrions avancer quelques hypothèses explicatives qui complètent des idées avancées par d’autres auteurs, que nous avons mentionnés, sur les difficiles relations entre les deux champs.

La persistance du « syndrome Mannheim »

  • 14 Les références au livre devenu classique de Mannheim, Idéologie et utopie, renvoient à la version e (...)

33Mannheim (195814, p. 53) signale que « la thèse principale de la sociologie des connaissances est qu’il y a des formes de pensée qui ne peuvent pas être comprises adéquatement tant que les origines sociales restent obscures ». Il arrive ainsi à l’idée que « la connaissance ne se développe pas historiquement selon des lois immanentes ; elle ne provient pas de la “nature des choses” ou des “pures possibilités logiques” pas plus qu’elle n’est impulsée par une “dialectique interne” » (pp. 351-352). Au contraire, il y a « une détermination sociale du contenu concret de la connaissance ; elle est importante non seulement pour la production des idées mais aussi pour pénétrer ses formes et son contenu » (ibid.).

  • 15 Soulignons le peu d’attention qu’a reçue cette idée, précoce en Allemagne, par rapport aux perspect (...)

34Cependant, comme le signale la préface de Bloor, Mannheim introduit une rupture fondamentale en remettant en cause cette idée d’une vérité en soi ou immanente, c’est-à-dire qui n’a pas besoin d’une explication sociologique. Mannheim l’a située dans l’espace des « déterminations existentielles » mais cet espace semble limité aux sciences sociales, lesquelles devaient affronter les problèmes issus d’une épistémologie qui trouve son origine dans les sciences naturelles. Selon Mannheim (ibid., p. 361), « quand ont été formulées la typologie des objets des sciences naturelles, les catégories et les méthodes de penser qui en sont dérivées et qui furent converties en modèle, on pensait résoudre tous les problèmes, y compris les problèmes sociaux, avec cette méthode ». Mannheim lui-même, dans un passage très intéressant, fait état de sa méfiance puisqu’il signale, dans une parenthèse en passant, « qu’aujourd’hui, en réalité, la notion de stabilité de la structure catégorique des sciences exactes a été considérablement obscurcie si on la compare avec la logique de la physique classique »15.

  • 16 À titre de témoignage personnel de cette position : au cours d’une longue conversation, il y a plus (...)

35Ainsi, quelque 40 ans après la proposition du programme fort de sociologie des connaissances par Bloor, l’exploration des explications causales de la connaissance dans les sciences exactes et naturelles est toujours un os très dur à ronger pour la plupart des sciences sociales. Les concepts tels que classe sociale, pouvoir, traditions ou autoritarisme, pour n’en nommer que quelques-uns, ne se laissent pas comparer à des catégories comme le gène, l’atome, la catalyse ou l’alcalinité16. Il est possible que l’idée qui dérange le plus soit celle de construction ou de fabrication, comme le soulignait le texte de Pierre Favre cité ci-dessus, ou comme le signale Bourdieu : « En disant que les faits sont artificiels au sens de fabriqués, Latour et Woolgar laissent entendre qu’ils sont fictifs, pas objectifs, pas authentiques. Le succès de leur propos résulte de “l’effet de radicalité”, qui naît de ce glissement suggéré et encouragé par un habile usage de concepts amphibologiques » (Bourdieu, 2001, p. 52).

36Ou, pour le dire autrement, si la plupart des chercheurs en sciences sociales sont disposés à accepter que la connaissance dans les sciences exactes et naturelles est aussi en dernière instance une construction – puisque, finalement, il s’agit de pratiques sociales développées dans des institutions avec des normes, des conflits, des intérêts, des représentations –, le problème est ce différentiel de statut épistémique qu’ont les objets de part et d’autre. Bien qu’il existe des manipulations de tout ordre, bien que l’établissement de la vérité soit sujet à des négociations complexes, finalement son référentiel ne peut éluder le monde réel, celui qui est l’objet des sciences physiques et naturelles et qui doit être conçu comme indépendant et objectif, contrairement aux sciences sociales dont les interventions ne peuvent être considérées comme neutres.

37En réalité, cette question des objets des sciences sociales et des sciences naturelles a été occultée par les débats qui ont lieu au sein même des études sociales sur les sciences et les technologies. Collins et Yearley (1992, p. 373) le signalent dans un échange avec Latour et Callon ainsi que Woolgar : « Les chercheurs des sciences naturelles qui travaillent à la paillasse doivent être des réalistes naïfs – ce qui permet de mener à bien leur travail. Les sociologues, les historiens, les chercheurs qui sont en dehors du champ, et le public en général, doivent être des réalistes sociaux. Les réalistes sociaux doivent vivre dans le monde social d’une façon naïve comme fondement quotidien de la réalité de la même façon que les scientifiques des sciences naturelles vivent le monde naturel. Ceci devrait être la façon de comprendre la relation de la science au reste de nos nombreuses activités culturelles. » Leur conclusion ne laisse aucun doute (p. 377) : « Nous [Collins et Yearly] sommes intéressés seulement par la manière correcte d’expliquer les résultats des sciences naturelles. Les découvertes des sciences naturelles. Tandis qu’eux [Callon et Latour] veulent établir des catégories qui divisent les sciences naturelles des sciences sociales. »

  • 17 Il y a certainement des travaux qui ont abordé la question mais dans l’ensemble la question des dis (...)

38La question est surprenante car la majorité des auteurs semble oublier la question cruciale de la structuration des connaissances disciplinaires – objet injustement abandonné par la plupart des science studies17 – et surtout de la démarcation arbitraire des différents champs disciplinaires. Comme le signale Stichweh (1992), les disciplines scientifiques modernes sont une invention de la fin du 18e siècle et du début du 19e. Ainsi, l’affirmation poétique (qui n’est pas sans rappeler Borges au sujet de la fondation de Buenos Aires) et tranchée de Blanckaert (2006, p. 48) du caractère relativement récent de l’univers disciplinaire : « Le système disciplinaire est né hier. Nous avons faussement cru qu’il était éternel comme le monde. » Il conclut que les disciplines relèvent d’une dynamique créatrice qui répond à un projet à fins pratiques mais ne correspondent pas aux besoins d’un accès à la nature des choses. Ainsi, la distribution des disciplines ne repose pas sur des « relations naturelles » ou des classifications logiques.

39Pour cette raison et étant donné qu’une bonne partie du débat omet de mentionner que les divisions entre les champs disciplinaires sont des constructions rhétoriques, politiques et institutionnelles plus que cognitives, et si on en estime que le principe de symétrie est méthodologiquement pertinent, la différence qui s’établit entre sciences dures et molles devrait être soumise au même type d’analyse sans supposer des ontologies différentes. Ainsi apparaît une certaine naturalisation des disciplines comme « distribution naturelle du monde » et non comme organisation sociale contingente et arbitraire, aux frontières mouvantes. Le monde naturel et le monde social apparaissent comme « naturellement séparés » et c’est précisément ce qui est mis en doute dans une bonne partie des science studies institutionnalisées.

40Bourdieu s’est fait le porte-voix d’une critique assez courante dans les sciences sociales selon laquelle, dans l’ensemble, les travaux de sociologie de la connaissance ou des STS, en se concentrant sur le mode de production des connaissances, sur les négociations et les controverses, ont ignoré les contextes plus étendus, comme la dynamique des différents champs disciplinaires, de leur plus ou moins grand prestige, du pouvoir, etc. La référence explicative par une structure sociale ample est dès lors oubliée. Tout lecteur attentif peut voir que cette critique est juste dans certains cas, par exemple les premières études de laboratoire comme celles de Latour et Woolgar, de Knorr ou de Lynch, mais, depuis, une quantité impressionnante de recherches ont porté précisément sur la complexité des relations entre les dimensions sociale, économique ou culturelle des développements sociotechniques. Je ne cherche toutefois pas ici à déterminer si ces critiques sont justes mais à comprendre dans quelle mesure cette croyance serait la base de la résistance des sciences sociales vis-à-vis des STS.

  • 18 Cette thèse est aussi défendue par Shinn et Ragouet (2005) qui signalent les problèmes liés aux thè (...)

41Jean-Michel Berthelot tente une « médiation » entre les deux champs. Sa trajectoire atypique est intéressante puisqu’il a eu une formation en philosophie pour se tourner progressivement vers la sociologie traditionnelle, avec des travaux sur Durkheim, et une réflexion épistémologique sur les sciences sociales, puis, plus tard, la sociologie des sciences (Martin & Marcel, 2011). Berthelot (2008) questionne ce qu’il appelle le « constructivisme social » avec des arguments subtils et sociologiquement plus intéressants que ceux provenant des critiques générales du relativisme (Boudon & Clavelin, 1994, entre autres). Berthelot (2008, chap. 3, II) reconnaît la valeur du travail empirique des science studies : « Aller voir in situ ce qui se passe, en se concentrant non pas sur les idées, mais les pratiques dans leurs plus infimes détails. Ce changement d’orientation dans la description des activités scientifiques est l’un des points forts. » Cependant, sa préoccupation concerne essentiellement la dissolution de l’idée d’une vérité scientifique qui aille au-delà des facteurs sociaux, faisant de la vérité scientifique une « croyance parmi d’autres »18. Face à cela, il oppose l’idée que l’étude des sciences ne peut pas laisser de côté les acceptations psychologiques, argumentatives et critériologiques de la recherche de la vérité dans l’activité scientifique.

  • 19 Pour cela, il propose cinq axiomes : 1. L’engagement ; 2. La réflexivité et le détachement ; 3. La (...)

42Berthelot (chapitre 1) prend appui pour sa médiation sur les trois courants sociologiques les plus significatifs : l’institutionnaliste (Durkheim, Merton), l’interactionniste (Simmel) et l’intentionnaliste (Weber). Il propose une sociologie qui peut intégrer une perspective rationaliste et qui soit en même temps attentive aux déterminations sociales. Selon lui, cette position se révèle indispensable pour comprendre la science comme activité de production de connaissances. Le modèle que propose Berthelot « souligne les actions des agents situés intentionnellement, les normes qu’ils doivent adopter pour orienter leurs interactions, le substrat cognitif dont ils peuvent disposer pour agir. C’est pour ces raisons que je dirais que ce modèle s’inscrit dans une pragmatique rationnelle19. » Au-delà des conditions d’application empirique des propositions de Berthelot, je dois signaler qu’il s’agit ici d’un des rares programmes qui tentent de réconcilier les perspectives sociologiques et la tradition épistémologique, le postulat fondamental du constructivisme avec la détermination sociale de la connaissance.

43Je ne peux pas finir cette section sans résister à la tentation de citer un roman récent écrit par le célèbre anthropologue Marc Augé. Bien que ce soit une fiction, la force de son énoncé permet de comprendre bien des choses. Son personnage parle (p. 65) d’un nouveau médicament qui serait administré de forme subreptice et autoritaire à toute la population et qui aurait l’effet de convertir ipso facto toute personne en être rationnel :

  • L’opération Panoramix est un succès ; nous avons atteint 99 % des cas.

  • Est-ce que cela pose un problème éthique ?

  • Aux scientifiques, non. Ils sont en faveur de la vérité contre l’erreur et le mensonge. Aux esprits faibles, tartuffes, hypocrites et certains politiciens, oui. Tout va passer comme une lettre à la poste. L’humanité est devenue rationaliste en un clin d’œil.

Prendre une partie pour le tout : l’effet Latour

  • 20 Le nombre de textes traitant de différents aspects du travail de Latour est important. Parmi les pl (...)

44Ainsi, de façon générale, on observe une certaine indifférence ou une méconnaissance du champ STS de la part des chercheurs en sciences sociales. Il existe, évidemment, quelques exceptions comme le cas de Bruno Latour. Son influence a dépassé les limites des science studies plus que tout autre, pour occuper une place prépondérante dans les sciences sociales en général20.

45Ce phénomène a eu un double effet : d’une part, il a rendu visibles les science studies, comme porte d’entrée vers l’étude des sciences et technologies dans différents domaines. L’impact est toutefois limité puisque cette visibilité ne s’est pas étendue à d’autres auteurs du champ. Un second effet, paradoxal, est que plusieurs représentants des sciences sociales considèrent que l’œuvre de Bruno Latour est un condensé de l’ensemble des science studies.

46Bien que plusieurs propositions théoriques et empiriques de Latour séduisent divers chercheurs, certains aspects de son œuvre suscitent une résistance accrue. C’est le cas, en particulier, de la notion d’actant, c’est-à-dire la capacité d’action des entités non humaines. Ceci nous mène à un second paradoxe qui a aussi été l’objet d’un débat acerbe dans le champ. Revenons au texte de Collins et Yearley (1992, p. 371) qui signalent, au sujet de l’article le plus connu de Callon sur les coquilles Saint-Jacques, devenues un des actants les plus discutés : « [Cela] signifie que lorsqu’un scientifique dit “coquilles Saint-Jacques”, nous voyons seulement des scientifiques qui parlent de coquilles Saint-Jacques. Jamais nous ne voyons des coquilles Saint-Jacques qui coquillent Saint-Jacques, ni des coquilles Saint-Jacques qui contrôlent ce que les scientifiques disent d’elles. »

47Là encore, il me semble qu’à l’intérieur même du champ des études sociales des sciences, nous pouvons trouver les éléments pour réfléchir sur cette résistance des sciences sociales. Dominique Pestre (2006, pp. 56-59) le signale de manière convaincante. D’après lui, la critique selon laquelle il existerait une super-symétrie, en termes d’attribution de capacité d’action symétrique entre humains et non-humains, conduit à « naturaliser certains énoncés au détriment d’autres » et à s’éloigner du fait que « les entités que les humains savants invoquent sont matériellement contrôlées, ontologiquement définies et rhétoriquement agencées par elles… ». Il soutient que cette critique est valide mais doit être examinée dans le projet d’ensemble de Latour qui consiste à fonder une nouvelle métaphysique, une nouvelle façon de parler des problèmes, une nouvelle façon de parler des sciences et de leurs effets sur l’humain et le social. Toutefois, il signale que ce projet « a un coût politique élevé puisqu’il ne permet pas aisément de penser les grandes asymétries de pouvoir, la récurrence des dominations, les effets structurants qui pèsent sur les faibles. Plus prosaïquement, il permet au sociologue / historien de naturaliser des actes que les acteurs considèrent comme politiques […] il lui permet d’imputer autoritairement des “responsabilités” à des “actants non humains” […] et de relever certains humains des conséquences de leurs actes. » Il conclut : « Peu étonnant dans ces conditions que le discours latourien offre prise à beaucoup de rejets et d’incompréhensions » (Pestre, 2006, p. 59).

48En conséquence, ce qui est de loin le plus connu à l’extérieur du champ des études sociales de la science est ce projet qui a été le plus diffusé, le plus discuté, le plus cité et en même temps le plus susceptible de générer le plus grand refus de la part des sciences sociales les plus traditionnelles.

Le péché d’origine

49Comme nous le signalions, de nombreux chercheurs dans le champ des STS ont une formation de base dans les sciences naturelles et l’ingénierie. Ceci est une marque distinctive de ce champ et a été plutôt vu positivement comme une garantie d’hétérogénéité mais cela génère aussi un préjugé négatif de la part des sciences sociales. Beaucoup d’encre a coulé avant et après le livre célèbre de Snow (1950) sur les deux cultures à propos des préjugés de la part des sciences dures envers les sciences sociales et humaines qui manqueraient de rigueur scientifique, qui ont des paradigmes rivaux et excluants, dotés de faibles barrières à l’entrée, d’une démarcation floue, de difficultés pour établir des explications valides et reproductibles ou universelles, etc. La dernière manifestation de ces préjugés a été la récente guerre des sciences qu’illustrent deux ouvrages, celui écrit comme provocation par les physiciens Alain Sokal et Jean Bricmont (1997) et celui conçu comme une réponse depuis les science studies édité par Baudouin Jurdant (2010). À cela s’ajoute une énorme littérature critique : nous avons déjà mentionné la position de Mannheim sur la manière dont les sciences sociales ont tenté d’adopter d’abord des critères de scientificité des sciences exactes puis de définir leurs propres critères spécifiques sans que la question soit entièrement résolue. Les questions par exemple entre quantitativistes et qualitativistes renvoient aux mêmes débats.

50Sans doute est-il difficile d’imaginer un chercheur en sciences sociales qui soit embauché dans un département de sciences exactes et naturelles d’une institution scientifique. De fait, il n’existe que peu de cas de conversion de sociologues, d’historiens ou d’anthropologues intégrés dans des départements de physique, de chimie ou d’astronomie. L’inverse, par contre, est beaucoup plus fréquent et le champ STS en est la preuve même si nos collègues des sciences sociales ne sont pas complètement perméables à l’intégration de ces « parvenus ».

51Le champ STS est un cas particulier dans les sciences sociales puisque, de fait, plusieurs de ses praticiens ont une formation dans les domaines qui sont précisément l’objet de leurs travaux. Cette situation semble insolite et difficile à imaginer dans un autre champ des sciences sociales comme celui des religions, des conflits armés, de la santé publique, du travail, de la communication, de la politique : imaginons-nous des champs composés d’anciens prêtres ou de rabbins, d’amiraux et de généraux, d’infirmières, de dirigeants syndicaux ou d’entrepreneurs, de journalistes ou de députés… ?

52Invitons une fois encore Pierre Bourdieu comme porte-parole des sciences sociales et regardons ce qu’il a à dire à propos des préjugés portant sur les scientifiques et ingénieurs devenus sociologues ou historiens :

Il s’agit de comprendre une pratique très complexe (problèmes, formules, instruments, etc.), qui ne peut être maîtrisée qu’au terme d’un long apprentissage. Je sais bien que certains “ethnologues du laboratoire” peuvent convertir le handicap en privilège, le manque en accomplissement, et transformer en “parti” la situation d’étranger qui est la leur, en se donnant des airs d’ethnographes. Cela dit, il n’est pas certain que la science de la science soit nécessairement meilleure lorsqu’elle est faite par les “demi-soldes” de la science, les savants défroqués qui ont quitté la science pour faire la science de la science et qui peuvent avoir des comptes à régler avec la science qui les a exclus ou ne les a pas pleinement reconnus ; s’ils ont la compétence spécifique, ils n’ont pas nécessairement la posture que demanderait la mise en œuvre scientifique de cette compétence. (Bourdieu, 2001, pp. 17-18)

  • 21 J’ai analysé ce programme et ses conséquences il y a un quart de siècle, lors de ma première recher (...)

53Comme nous pouvons le constater, l’acceptation au sein des sciences sociales de ceux qui proviennent des sciences dures est légèrement plus amicale que l’inverse. Salomon (1984, pp. 115-116) disait ces choses d’une façon plus équilibrée au début de l’émergence du champ STS en France, dans une publication du programme STS du CNRS qui voulait créer un nouvel espace de recherche21. La nature même du champ dès cette époque était objet de disputes. Souvenons-nous que l’un des critères pour obtenir du financement était de créer des équipes de recherche avec des chercheurs des sciences sociales et des sciences exactes et naturelles :

On n’accède pas à ce domaine sans formation, compétence ni expérience préalables. […] Mais cette spécialisation préalable n’est pas par elle-même un titre à mener de “bonnes” recherches : pas plus que le fait d’avoir été physicien ou biologiste ne qualifie quiconque à faire l’histoire des sciences, le fait d’avoir été chercheur, ingénieur, technicien dans une discipline scientifique donnée ne suffit à garantir que l’abord répondra aux critères de sérieux et de rigueur scientifiques. Les sciences sociales et historiques, comme les autres, ont leurs méthodes à elles, leurs références, leur culture et leur pratique par lesquelles il faut passer, apprendre, se former, “souffrir”. (Salomon, 1984, pp. 115-116)

Brève conclusion

54La conclusion la plus importante que nous pouvons tirer de ce constat de grand écart entre le champ STS et les sciences sociales est que ces dernières, en développant des explications sur les objets qui leur sont propres, ne tiennent pas compte des dimensions scientifiques et techniques. De leur côté, les science studies sont inséparables du devenir social, économique, culturel ou communicationnel. Ce n’est que lorsque des changements scientifiques ou technologiques importants apparaissent, par exemple dans le cas des clones humains, la révolution informatique, etc., que les sciences sociales ne peuvent éviter d’examiner certains de leurs aspects mais elles reviennent rapidement vers leurs notions « centrales » : le pouvoir, l’organisation sociale, les alliances, le changement social. Ainsi, l’analyse s’appauvrit en mettant de côté des dimensions qu’on retrouve dans les phénomènes étudiés.

55Une anecdote me permet d’illustrer cela. Il y a quelques années, à l’occasion des 50 ans de l’arrivée de l’homme sur la Lune, j’étais invité à une table ronde que j’ai partagée avec d’autres collègues des sciences sociales. J’ai mis l’accent sur tout ce qui me semblait ne pas être visible sur les images que nous avions reçues par la télévision, c’est-à-dire l’ensemble des savoirs sociotechniques objectivés dans différents dispositifs ; par exemple, la technologie des aliments nécessaires aux astronautes, le développement de tissus et de nouveaux matériaux pour leurs vêtements, les communications et systèmes informatiques, l’étude des conditions psycho-biologiques. Je défendais l’idée que, dans ce type de projet, tous les savoirs de la physique, de la chimie, de la biologie, de la médecine, de la psychologie, des sciences des matériaux et des TIC convergeaient pour nous permettre d’observer tout cela en direct. Mais tout ce travail est occulté par l’image de Neil Amstrong qui descendait d’Apollo 11. Mes collègues des sciences sociales m’ont alors dit : « c’est très intéressant », mais ont passé le reste du temps à discuter de la guerre froide car c’était de la politique alors que moi, ce dont j’avais parlé n’était « qu’une question technique », comme si ces questions politiques pouvaient se passer d’une explication sur les « questions techniques ».

56Dans une étude, que j’ai pu réaliser avec certains collègues sur les stratégies de valorisation scientifique des chercheurs du CONICET en Argentine (Kreimer et al., 2011), nous les avons interrogés sur ce qui les préoccupait en relation au risque. Nous avons observé que si le thème n’avait pas de relation directe avec leur domaine de recherche, les chercheurs avaient des opinions très similaires aux profanes. Ainsi, les physiciens sur les OGM, les chimistes sur les effets des antennes des téléphones cellulaires, les biochimistes sur le risque nucléaire exprimaient des opinions du « sens commun » et s’éloignaient de leurs positions de « scientifiques ». Les collègues des sciences sociales avaient l’air d’avoir une attitude similaire ; ils comprennent bien le caractère construit de leur propre domaine d’expertise et s’interrogent sur la réflexivité et leur façon de construire la connaissance mais ils deviennent positivistes – « au sens où ils s’approchent du sens commun positiviste » – lorsque des « vraies sciences » sont en jeu.

57Comme le signalaient Bowker et Latour (1987, p. 717) il y a longtemps, en étudiant la configuration des études sociales de la science en France : « Dès qu’apparaît la science, ces grands personnages iconoclastes [ils parlaient des intellectuels français] se réunissent derrière l’étendard [de la science]. » Et ils ajoutaient pour annoncer leur enquête : « Dans cet article, nous verrons comment le plus sociologisant des sociologues (Pierre Bourdieu) et la plus historienne des écoles historiques (les Annales) définissent la science comme quelque chose qui d’une certaine façon se trouve à l’écart de la société et de l’histoire. »

Haut de page

Bibliographie

Ashmore, M., Mulkay, M. & Pinch, T. (1989). Health and Efficiency: A Sociology of Health Economics. Milton Keynes: Open University Press.

Augé, M. (2011). La Sacrée Semaine qui changea la face du monde. Paris : Odile Jacob.

Barnes, B. (1982). T. S. Kuhn and social science. New York: Columbia University Press.

Berthelot, J.-M. (2000). Pour un programme sociologique non réductionniste en étude des sciences, Revue européenne des sciences sociales, 40(124).

Berthelot, J.-M. (2008). L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité. Paris : PUF.

Blanckaert, C. (2006). La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (XIXe-XXe siècle). In J. Boutier, J.-C. Passeron & J. Revel (dir.). Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris : Éditions de l’EHESS.

Blok, A., & Jensen, T. A. (2011). Bruno Latour Hybrid Thoughts in a Hybrid World. New York: Routledge.

Bloor, D. (1973). Wittgenstein and Mannheim on the sociology of mathematics. Studies in History and Philosophy of Science, Part A, 4(2), 173-191.

Boudon, R. & Clavelin, M. (dir.) (1994). Le relativisme est-il résistible ? Regards sur la sociologie des sciences. Paris : PUF.

Bourdieu, P. (2001). Science de la science et réflexivité. Paris : Raisons d’agir.

Bowker, G. & Latour, B. (1987). A Booming Discipline Short of Discipline: (Social) Studies of Science in France. Social Studies of Science, 17(4), 715-748.

Camic, C., Gross, N. & Lamont, M. (eds.) (2011). Social Knowledge in the Making. Chicago, IL: University of Chicago Press.

Chabaud-Rychter, D., Descoutures, V., Devreux, A.-M. & Varikas, E. (dir.) (2010). Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour. Paris : La Découverte.

Collins, H.M. & Yearley, S. (1992). Epistemological Chicken. In A. Pickering (ed.). Science as Practice and Culture. Chicago: University of Chicago Press.

Collins, H.M. (1992) [1985]. Changing Order: Replication and Induction in Scientific Practice.London, Beverly Hills: Sage Publications.

Cozzens, S. (2001). Making Disciplines Disappear in STS. In S. Cutcliffe & C. Mitcham (eds.), Visions of STS. Counterpoints in Science, Technology, and Society Studies. New York: SUNY Press.

Crawford, E.T. (1971). The Sociology of the Social Sciences: a trend report and bibliography. Current Sociology, XIX(2).

Czarniawska, B. (2014), Bruno Latour: An Accidental Organization Theorist. In P. Adler, P. du Gay, G. Morgan & M. Reed (eds.), The Oxford Handbook of Sociology, Social Theory, and Organization Studies: Contemporary Currents. Oxford: Oxford University Press.

Elam, M. (1999). Living Dangerously with Bruno Latour in a Hybrid World. Theory, Culture and Society, 16(4), 1-24.

Favre, P. (2008). Ce que les science studies font à la science politique. Réponse à Bruno Latour, Revue française de science politique, 58(5), 817-829.

Fuller, S. (1993). Philosophy, rhetoric, and the end of knowledge a new beginning for science and technology studies. Mahwah, New Jersey: Lawrence Erlbaum.

Ianni, O. (1971). A Sociologia da Sociologia Latino-americana. Rio de Janeiro: Editora Civilização Brasileira.

Isambert, F.-A. (1985). Un « programme fort » en sociologie de la science ?, Revue française de sociologie, 26(4), 485-508.

Jurdant, B. (2010). Impostures scientifiques. Paris : La Découverte.

Knorr-Cetina, K. (1981). Introduction: The micro-sociological challenge of macro-sociology: towards a reconstruction of social theory and methodology. In K. Knorr-Cetina & A. Cicourel (eds.). Advances in social theory and methodology: toward an integration of micro- and macro-sociologies. Boston: Routledge & Kegan Paul.

Knorr-Cetina, K. (1995). Laboratory Studies: The Cultural Approach to the Study of Science. In S. Jasanoff, G. Markle, J. Petersen & T. Pinch (eds.). Handbook of science and technology studies. London-New Delhi: Sage.

Kreimer, P. (1992). Les études sociales de la S & T en France. Essai de fondation d’un champ de recherche : Le Programme ‘STS/CNRS’. Paris : Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM-STS).

Kreimer, P. (1999). De probetas, computadoras y ratones: La construcción de una mirada sociológica sobre la ciencia. Buenos Aires: Editorial UNQ.

Kreimer, P. (2015). Public understanding of science and social studies of science: convergence or parallel paths? In B. Schiele, J. Le Marec & P. Baranger (eds.). Science Communication Today. Nancy: PUN.

Kreimer, P. (2016). Contra viento y marea en la ciencia de la modernidad periférica: niveles de análisis, conceptos y métodos. In P. Kreimer (ed.). Contra viento y marea. Emergencia y desarrollo de campos científicos en la periferia. Buenos Aires: Editorial de CLACSO.

Kreimer, P., Levin, L. & Jensen, P. (2011). Popularization by Argentine researchers: the activities and motivations of CONICET scientists. Public Understanding of Science, 20(1), 37-47.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Paris : La Découverte.

Latour, B. (2000). When things strike back: a possible contribution of ‘science studies’ to the social sciences. British Journal of Sociology, 51(1), 107-123.

Latour, B. (2008). Pour un dialogue entre science politique et science studies, Revue française de science politique, 58(4), 657-678.

Mannheim, K. (1958). Ideología y Utopía. Una introducción a la sociología del conocimiento. Madrid: Aguilar.

Martin, O., & Marcel, J.-C. (eds.) (2011). Jean-Michel Berthelot: Itinéraires d’un philosophe en sociologie. Paris : PUF.

Pandore (1983). Editorial, Pandore, (22), 1-4.

Pestre, D. (2006). Introduction aux ‘science studies’. Paris : La Découverte.

Pickering, A. (ed.). Science as Practice and Culture. Chicago: University of Chicago Press.

Restivo, S. (2010). Bruno Latour: The Once and Future Philosopher. In G. Ritzer & J. Stepinsky, The New Blackwell Companion to Major Social Theorists. Boston: Blackwell.

Salomon, J. J. (1984). Sciences sans frontières, frontières sans science. Cahiers STS, (1) “Indisciplines”. Paris : Éditions du CNRS.

Schmidgen, H. (2015). Bruno Latour in Pieces: An Intellectual Biography. New York: Fordham University Press.

Sismondo, S. (2008). Science and Technology Studies and an Engaged Program. In E. Hackett, O. Amsterdamska, M. Lynch & J. Wajcman (eds.). The Handbook of Science and Technology Studies, Third Edition. Cambridge: MIT Press.

Snow, J. P. (1959). The two cultures. London: Cambridge University Press.

Sokal, A., & Bricmont, J. (1997), Impostures intellectuelles. Paris : Odile Jacob.

Stichweh, R. (1992). The sociology of scientific disciplines. On the genesis and stability of the disciplinary structure in modern science. Science in Context, 5(1), 3-15.

Vinck, D. (2007). Sciences et société. Sociologie du travail scientifique. Paris : A. Colin.

Vinck, D. (2016). Les Science studies : de la marginalité thématique à la refondation de la discipline, SociologieS. Consulté à http://sociologies.revues.org/5248

Wagner, P., & Wittrock, B. (1991), Analyzing Social Science: On the Possibility of a Sociology of the Social Sciences. In P. Wagner, B. Wittrock & R. Whitley (eds.), Discourses on Society: The Shaping of the Social Science Disciplines. Sociology of the Sciences Yearbook. Dordrecht: Kluwer Academic.

Haut de page

Notes

1 Divers auteurs ont documenté cette « faible attention » des sciences sociales envers les science studies. Voir Latour (2000, 2008), Vinck (2016), entre autres.

2 Nous ne mettons pas les parenthèses par pur caprice. L’appartenance des STS aux sciences sociales n’est pas une question réglée. D’autre part, je traite ici du grand nombre d’auteurs et d’idées qui appartiennent, ou se disent appartenir, aux STS et non pas l’ensemble des écrits sur la connaissance. Enfin, je suis conscient de la grande hétérogénéité des approches (Kreimer, 1999 ; Vinck, 2007) mais je ne m’intéresse dans ces pages qu’aux seuls liens avec les sciences sociales.

3 Curieusement, cette formule du « sous-champ » est aussi employée par Bruno Latour (2000, p. 107) qui se réfère au « minuscule domaine des sciences sociales que l’on appelle “science and technology studies” (STS) ». C’est étonnant car, comme nous le montrerons plus tard, la relation que Latour établit avec les sciences sociales est infiniment plus complexe.

4 Je souligne. J’ai éliminé les références citées par Latour afin d’en faciliter la lecture.

5 Il y a eu beaucoup de discussions sur cette question de l’attribution de la causalité et des types d’approches. Un bon exemple est le débat mentionné dans le livre de Pickering (1992) où Collins et Yearley défendent un certain réalisme social face à Callon et Latour, pour qui « défendre l’axe du social pour, à partir de là, évaluer l’axe de la nature, génère un autre type d’asymétrie » (Collins & Yearley, 1992).

6 Rappelons au passage que ceci n’était pas seulement une préoccupation du CNRS mais faisait partie du climat ambiant de l’époque. Le bulletin Pandore créé et dirigé par Bruno Latour se félicitait de constater que « depuis sa création, la moitié des lecteurs de Pandore sont des chercheurs en sciences exactes et des ingénieurs ».

7 https://www.hastac.org/opportunities/cfp-design-and-displacement-social-studies-science-and-technology, dernière consultation le 30 mars 2017.

8 Ibid.

9 L’expression fait allusion à la conception de Bruno Latour de la relation entre science et politique, que nous commentons un peu plus loin dans cet article. Durant ce congrès de Barcelone, il y eut une séance dédiée à cette question.

10 http://4sonline.org/files/4S_EASST_print_program_final_grayscale.pdf

11 Il existe de nombreux travaux de « sociologie des sciences sociales », à commencer par le travail classique de E. Crawford (1971) ou encore Wagner et al. (1991) ; Ashmore et al. (1989) qui se sont intéressés à la sociologie de la santé ; Camic et al. (2011) sur les conditions de production dans les sciences sociales ; le livre de Barnes (1982) qui met à l’épreuve les thèses de Kuhn pour les sciences sociales. Ianni (1971) s’est intéressé à ce thème en Amérique latine. Cependant, les travaux restent rares dans les science studies.

12 Selon Bloor, « Mathematics and logic are seen as being about a body of truths which exist in their own right independently of whether anyone believes them or knows about them. On this view even if there were no human beings mathematical truths would still be true […]. »

13 Je mets de côté le livre de 2005, Reassembling the Social. An introduction to Actor-Network-Theory. Oxford: Oxford University Press. Cet ouvrage est plutôt une reformulation de la sociologie de Latour sur la base d’une redécouverte de Gabriel Tarde et d’autres propositions, plus anciennes, qu’une intervention ou interpellation depuis les science studies. Évidemment, lorsque Latour discute des controverses ou du constructivisme social, les références au domaine sont inévitables ; cependant, le livre lui-même ne porte pas, en premier lieu, au domaine des science studies.

14 Les références au livre devenu classique de Mannheim, Idéologie et utopie, renvoient à la version en espagnol publiée en 1958. NdT.

15 Soulignons le peu d’attention qu’a reçue cette idée, précoce en Allemagne, par rapport aux perspectives ouvertes par la relativité d’Einstein et la rénovation théorique qui l’a accompagnée.

16 À titre de témoignage personnel de cette position : au cours d’une longue conversation, il y a plusieurs années, avec un important sociologue de la culture, proche de la perspective de Bourdieu, il me dit : « Mais tu ne vas pas me dire que c’est la même chose de parler d’un gène que d’une classe sociale. » ; « Il y a plusieurs façons de conceptualiser la structure sociale, mais un gène, après tout, est un gène. »

17 Il y a certainement des travaux qui ont abordé la question mais dans l’ensemble la question des disciplines apparaît comme un problème relativement « résolu » dans le courant dominant des science studies (Kreimer, 2016).

18 Cette thèse est aussi défendue par Shinn et Ragouet (2005) qui signalent les problèmes liés aux thèses « non différenciationnistes », c’est-à-dire celles qui ne font pas de différence entre les énoncés théoriques et les techniques instrumentales, d’une part, et les facteurs sociaux, d’autre part (pp. 69 et suivantes).

19 Pour cela, il propose cinq axiomes : 1. L’engagement ; 2. La réflexivité et le détachement ; 3. La différenciation des sphères d’activité ; 4. La détermination sociale et la trans-contextualité ; 5. L’emprise du vrai et le détachement des valeurs.

20 Le nombre de textes traitant de différents aspects du travail de Latour est important. Parmi les plus importants, on peut citer : Schmidgen (2015) ; Czarniawska (2014) ; Blok & Jensen (2011) ; Chabaud-Rychter et al. (2010) ; Elam (1999). Restivo (2010, p. 520) signale que « Bruno Latour est, avec l’exception peut-être de Thomas Kuhn, l’étude des sciences la plus influente des 50 dernières années ». Il convient de signaler que les autres auteurs analysés dans cet ouvrage sont, par exemple, Auguste Comte, Max Weber, Émile Durkheim, Karl Mannheim, Theodor Adorno, Robert Merton, Joseph Schumpeter, etc. Il existe aussi des recueils de lecture comme Reading group for Bruno Latour: An Inquiry Into Modes of Existence, dans The Public School, à New York: http://thepublicschool.org/node/37889

21 J’ai analysé ce programme et ses conséquences il y a un quart de siècle, lors de ma première recherche dans ce domaine. Voir Kreimer (1992).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’engagement dans le STS d’après Sismondo (2008, p. 20)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Kreimer, « Un amour non partagé »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 11-2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2251

Haut de page

Auteur

Pablo Kreimer

Sociologue, docteur en « Science, technologie et société », chercheur principal au CONICET, professeur titulaire de l’Universidad Nacional de Quilmes et Directeur du Centre STS (Universidad Maimónides), il se spécialise en sociologie politique de la science : dynamiques institutionnelles et champs scientifiques, internationalisation de la recherche, relations entre production et utilisation des connaissances scientifiques. Ses derniers textes sont : “Does size matter? The multipolar international landscape of nanoscience (PLOS One, 2016); Contra viento y marea: emergencia y desarrollo de campos científicos en la periferia (CLACSO, 2016) ; “Co-producing Social Problems and Scientific Knowledge: Chagas Disease and the Dynamics of Research Fields in Latin America” (Sociology of Science Yearbook, 2015) ; “Los mitos de la ciencia: desventuras en las prácticas científicas, los estudios sobre la ciencia y las políticas científicas” (Nomadas 41, 2015) ; Perspectivas latinoamericana en el estudio social de la ciencia y la tecnología (México, Fondo de Cultura, 2014).
https://orcid.org/0000-0002-6737-8556

Adresse : Centro CTS, Valentín Virasoro 732, Buenos Aires (Argentina).
Courriel : pkreimer[at]fibertel.com.ar

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals