Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15-2Dossier thématiqueLe pouvoir et les opérations

Dossier thématique

Le pouvoir et les opérations

Simondon et les imaginaires de l’industrie nucléaire
The Power and the operations. Simondon and the imaginaries of the nuclear industry
Potencia y operaciones. Simondon y el imaginario de la industria nuclear
Ange Pottin

Résumés

Dans cet article, j’analyse la politique de « cycle du combustible fermé » mise en place par l’industrie nucléaire française dans les années 1970 à l’aide d’un cadre théorique inspiré de Simondon. J’oppose, à la conception technocratique des ensembles techniques, qui voit en ceux-ci l’instanciation d’un pouvoir sur la nature, la compréhension technicienne des systèmes d’opérations – points de médiation entre l’invention technique et le milieu naturel – dont ils sont le siège. Je soutiens que la politique française de « cycle du combustible » peut être comprise comme reposant sur une écologie imaginaire. Ce faisant, je propose une approche d’épistémologie critique, que je mets en regard avec une autre approche, la théorie des imaginaires sociotechniques de Jasanoff, qui permet de rendre compte de l’efficacité et des motivations sociales et politiques d’une telle représentation. Je questionne pour finir les conditions de complémentarité entre ces deux modes d’analyse – l’un normatif, l’autre explicatif – des imaginaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une « matière radioactive » est définie dans l’article L. 542-1 du Code de l’environnement comme «  (...)
  • 2 Cette question a notamment été soulevée à plusieurs reprises lors du débat public autour du Plan de (...)

1En France, la plus grande partie des résidus produits par l’industrie nucléaire sont considérés non comme des « déchets » mais comme des « matières » valorisables1. Certes, le combustible nucléaire irradié contient, à la sortie du réacteur, environ 1 % de plutonium fissile et 95 % d’uranium 238, non fissile mais convertible en plutonium. Mais l’écart est important entre la possibilité physique et la possibilité technique : dans les faits, seuls 5 à 10 % de ces matériaux irradiés sont réutilisés une seule fois. Les installations qui ont à charge d’extraire ces résidus radioactifs, au centre desquelles on trouve l’usine de La Hague, sont controversées : polluantes, coûteuses et dangereuses, leur utilité est remise en cause2. Néanmoins, l’industrie française – notamment Orano, le CEA et EDF – continue à faire valoir dans ce « cycle du combustible fermé » le meilleur moyen d’offrir une gestion responsable, par valorisation énergétique, de ces résidus industriels toxiques.

2Quelle représentation de la technique est à l’œuvre dans cette écologie imaginaire ? Je tâcherai d’abord de proposer une réponse appuyée sur la philosophie des techniques de Gilbert Simondon. Dans un passage du Mode d’Existence des Objets Techniques (MEOT), celui-ci propose une distinction entre deux modes de représentation des ensembles techniques : d’une part, la conception technocratique, qui les considère comme l’instanciation d’un pouvoir sur la nature évaluable à l’aune de ses résultats externes ; d’autre part, celle des techniciens, qui comprennent les opérations qui les composent à travers leurs relations de régulation intrinsèques. J’irai chercher dans la littérature de sûreté nucléaire une représentation technicienne qui permettra d’opposer aux prétentions technocratiques des promoteurs du « cycle fermé » une mise au jour des contraintes techniques constitutives du réseau de traitement du matériau irradié. Ce faisant, j’entends réhabiliter un geste d’épistémologie critique que les STS ont appris à considérer avec une certaine méfiance. En effet, l’épistémologie a souvent reposé sur des dichotomies trop nettes entre, d’une part, le contenu rationnel des théories et des innovations, et d’autre part le contexte historique et social, supposément irrationnel, qui a vu leur élaboration ; comme le montrent la plupart des analyses de STS, les deux sont au contraire souvent profondément liés. Dans le cas qui nous intéresse, la survivance d’une telle écologie imaginaire serait incompréhensible si l’on ne faisait jouer des enjeux qui tiennent, entre autres, à l’unification de l’industrie française autour de buts communs, ou au positionnement par rapport aux accusations de mauvaise gestion des résidus. Afin d’éclairer cet aspect technopolitique, je ferai appel à la théorie des imaginaires sociotechniques de Sheila Jasanoff. Cela m’amènera à soulever une question : à quelles conditions l’approche normative de l’épistémologie des techniques et l’approche descriptive et explicative des STS peuvent-elles être compatibles ?

Un cadre d’analyse simondonien

  • 3 Les autres textes (articles, cours, conférences) de Simondon font depuis une dizaine d’années l’obj (...)
  • 4 Voir Barthélémy, 2005, 2014 ; Bontems, 2016 ; Château, 2008 ; Guchet, 2010. Ils ont joué en France (...)
  • 5 C’est en ce sens que Simondon intéresse Bernadette Bensaude-Vincent, Bruno Latour (Latour, 2012), o (...)
  • 6 L’aliénation technique est définie par Simondon de plusieurs manières différentes dans le MEOT. Sa (...)

3Le MEOT, publié pour la première fois en 1958, a fait l’objet d’une redécouverte assez récente3. On a pu y saluer l’effort de Simondon pour y déployer une ontologie rénovée de la technique, part centrale de son « nouvel encyclopédisme »4. Du point de vue d’auteurs et d’autrices versés dans les STS, cette théorie a été vue comme une source précieuse pour comprendre les intrications sociales des objets techniques, dans la mesure où ceux-ci sont pour Simondon un support et un symbole du « transindividuel »5. Cette détermination des objets techniques a un versant critique qui m’intéressera plus spécifiquement ici. L’objectif de la théorie du MEOT est de libérer les objets techniques de modes de représentation inadéquats, dont la survivance et la mutation au sein de la société d’après-guerre est comprise par Simondon comme le vecteur principal de l’aliénation technique. Celle-ci est définie comme résidant en une rupture entre, d’une part, la technicité de l’objet, dont il fournit les critères d’identification, et d’autre part les représentations à travers lesquelles on entre en relation d’usage avec le même objet6. Ces représentations aliénantes sont entretenues par l’organisation de l’activité technique, et l’on trouve chez Simondon les linéaments d’une critique originale du capitalisme industriel.

4Mon but n’est pas de proposer ici une lecture systématique de la théorie simondonienne, mais de formuler, à partir de celle-ci, un cadre d’analyse. Le cœur de cette proposition pourrait être résumé de la manière suivante : Simondon nous offre les outils théoriques pour substituer, à une vision technocratique des objets techniques comme lieux d’instanciation d’un pouvoir sur la nature, une compréhension technologique des opérations dans lesquelles l’invention technique humaine concrétise des points de médiation avec le milieu naturel.

La fonction et le fonctionnement

5Pour bien comprendre cette théorie, il faut passer par une distinction principielle de la philosophie des techniques de Simondon : l’individualité des objets techniques ne réside pas dans leur fonction, i.e. leur finalité externe, mais dans leur fonctionnement, i.e. leurs structures internes. L’identification par la fonction est superficielle, dans la mesure où des objets de nature différente peuvent répondre au même usage (une turbine hydroélectrique et un panneau photovoltaïque fournissent de l’électricité), et inversement des objets ayant entre eux une grande parenté de structure des usages différents (un réacteur nucléaire à eau pressurisée peut produire de l’énergie électrogène ou propulser un sous-marin). La fonction s’origine dans une exigence hétérogène à l’ordre propre de la réalité technique, et est informée par des facteurs sociaux et économiques. Le fonctionnement, au contraire, est le fruit d’un processus d’individuation propre à la technique, que Simondon nomme la « concrétisation » ; cette individuation est marquée par des moments de reconfiguration structurelle – les actes d’invention - menant à la résolution de problèmes par la mise en place d’une plus grande cohérence entre les éléments et avec le « milieu associé ». La machine – concept que Simondon reformule par celui « d’individu technique » partiellement auto-régulé – est un moment métastable d’une lignée, dont la configuration intrinsèque – le système causal du fonctionnement – est compréhensible à l’aune des problèmes qu’elle a résolu. La distinction entre fonction et fonctionnement fournit donc, avec la théorie de la concrétisation, une identification de la zone propre de la technicité.

Le technocrate et le technicien

6Le versant critique du MEOT, ainsi que l’exposé le plus complet de sa théorie de l’aliénation, se trouvent développés dans la seconde partie de l’ouvrage, qui a pour titre « l’Homme et le donné technique ». Je m’intéresserai ici particulièrement à la critique que Simondon y fait de ce qu’il appelle « la philosophie technocratique ». Il en trace l’origine dans une certaine façon de se rapporter non plus aux individus, mais aux ensembles techniques. L’ensemble désigne le niveau de structuration supérieur de la réalité technique, où différents individus sont mis en relation de régulation sans pour autant être intégrés au sein d’un nouvel individu auto-régulé. Il peut s’agir par exemple d’une centrale nucléaire, regroupant les individus que sont les réacteurs, les turbines, les pompes de refroidissement, etc., mais le terme peut également désigner des réalités plus larges, telles qu’un réseau de distribution de l’électricité.

  • 7 La question de la relation aux machines embrasse une troisième figure : celle du travailleur. Mais (...)
  • 8 Notamment celle de Norbert Wiener, dont Simondon fut un lecteur assidu et l’un des introducteurs en (...)
  • 9 MEOT, p. 176.

7La compréhension des ensembles est le lieu d’une opposition qu’on peut résumer par deux figures : celle du technicien et celle de l’organisateur industriel7. Le technicien a à charge les régulations entre les individus techniques. Le concept de régulation est emprunté par Simondon à la cybernétique8, et désigne l’information en tant que celle-ci concourt à assurer la métastabilité d’un système par échanges entre ses différents éléments. Dans l’activité de réglage, le technicien interprète l’information émise par les machines et régule leur fonctionnement par rapport à celle-ci. Il prend ainsi en charge les relations d’interconnexion intrinsèques aux ensembles techniques. A l’inverse, l’organisateur industriel conçoit les ensembles à l’aune de leur finalité externe. Son point de vue est doublement abstrait : d’une part, sa représentation des machines est médiée par des évaluations quantifiées, d’ordre économique (rentabilité) ou énergétiques (rendement) ; d’autre part, elle ne saisit les ensembles qu’après leur fonctionnement, au moment du résultat, et est alors « en retard » par rapport à la technicité dans son mode d’existence propre. Son point de vue finaliste sur les techniques est alors aliéné : « l’industriel comme le travailleur est poussé par la finalité : il vise le résultat ; en cela consiste leur aliénation ; le technicien est l’homme de l’opération en train de s’accomplir ; il assume non pas la direction mais l’auto-régulation de l’ensemble en fonctionnement9 ».

  • 10 Les deux appellations recouvrent des réalités différentes : la philosophie « autocratique » renvoie (...)
  • 11 MEOT, pp. 176-177.
  • 12 Ibidem.

8Cette représentation aliénée de l’organisateur fournit le point de vue à partir duquel naissent ce que Simondon appelle, dans la suite de ce passage, la « philosophie autocratique des techniques » et la « philosophie technocratique »10. Plutôt que de considérer les ensembles comme un « tissu d’individus techniques en relation d’interconnexion », la conception technocratique « prend l’ensemble technique comme lieu où l’on utilise les machines pour obtenir de la puissance », dont « la fin est la conquête de la nature, la domestication des forces naturelles au moyen d’un premier asservissement », comme l'outil d'une « agression conquérante » qui « possède le caractère d'un viol de la nature11 ». Là où le technicien est le partenaire des machines, dans une relation d’égalité, elle instaure une relation de domination. Simondon fournit ainsi une caractérisation moins sociologique qu’épistémologique de la technocratie : celle-ci ne se caractérise pas fondamentalement par une appartenance à une classe donnée, mais par un mode de relation aliéné aux objets techniques, qui est une relation asservissante. Cet asservissement a des conséquences sociales, car la machine devient alors un « esclave qui sert à faire d’autres esclaves12 », mais aussi écologiques.

L’opération comme médiation contre le pouvoir sur la nature

  • 13 MEOT, p. 338. Dans cette aliénation, travailleur et organisateur sont renvoyés dos à dos. Ou, plus (...)

9La critique de la philosophie technocratique reprend un motif qui fournit la colonne vertébrale du MEOT : la représentation finaliste des objets techniques est aliénante dans la mesure où elle masque le lieu authentique de la technicité. Ce lieu est requalifié dans la conclusion de l’ouvrage comme consistant en des opérations. Simondon entend substituer, à l’ontologie hylémorphiste qui comprend l’activité technique comme imposition de forme à une matière inerte, une détermination ontologique des objets techniques comme des systèmes d’opérations où forme et matière existent au même niveau au sein d’un « mixte stable d’humain et de naturel ». C’est cette médiation, ce mixte d’invention technique et de nature, qui est masquée par la conception technocratique qui fait des ensembles techniques l’instanciation d’un pouvoir sur la nature. L’obscurité de l’opération est devenue, avec l’industrialisation, obscurité de la machine : « l’homme connaît ce qui entre dans la machine et ce qui en sort, mais non ce qui s’y fait », et « commander est encore rester extérieur à ce qu’on commande13 ».

10Ce qui est biaisé dans la conception technocratique de l'organisateur industriel, c’est, au-delà de la relation aux objets techniques, la relation écologique entre activité humaine et milieu naturel. D’où une situation paradoxale : vantant dans les ensembles techniques le vecteur de la puissance humaine sur la nature, celle-ci en masque du même coup les conditions de possibilité. C’est peut-être le point principal à garder en tête dans le cas qui va suivre, qui traite de valorisation des résidus de l’industrie nucléaire.

Analyse de cas : la « surgénération » et le « cycle du combustible nucléaire »

  • 14 Rappelons que, avec environ 75 % d’électricité d’origine nucléaire, la France est de loin le pays l (...)
  • 15 Pour comprendre totalement ce point, il faut ajouter une donnée importante sur l’uranium. À l’état (...)
  • 16 Pour exemple, la communication d’Orano continue de mentionner les « 96 % recyclables » du combustib (...)

11Au cours des années 1970, la France entame un très imposant plan d’équipement électronucléaire, qui aboutira à la construction de la plupart des 58 réacteurs électrogènes actuels14. Ce grand programme, motivé au moyen terme par la volonté d’assurer la « sûreté d’approvisionnement » énergétique française, est inscrit par certains de ses promoteurs dans un horizon à long terme qui prend à l’époque le nom de « surgénération ». Ce terme désigne un système technique reposant sur deux piliers : (i) le retraitement, i.e. la récupération, à partir du combustible irradié issu des réacteurs, des matières dites valorisables – le plutonium fissile (1 % environ), l’uranium convertible en plutonium15 (95 %) – effectué à La Hague depuis 1966 ; (ii) les réacteurs à neutrons rapides (RNR), permettant d’obtenir un meilleur taux de conversion de l’uranium en plutonium jusqu’à, éventuellement, « surgénérer » du combustible en produisant plus de matières fissiles qu’ils n’en consomment. Ceux-ci n’existeront jamais qu’à l’état de prototype. Ce système était censé ouvrir la possibilité à la fois de l’indépendance énergétique totale – le combustible étant obtenu à même les installations industrielles françaises – et d’une maîtrise presque parfaite des résidus – la majorité étant valorisée énergétiquement. Le fait est que ce grand projet s’est majoritairement soldé par un échec, mais continue encore aujourd’hui à fournir un horizon et un instrument de légitimation de la filière électronucléaire16.

12Mon argument est le suivant : la « surgénération » ne désigne pas une opération technique, mais un pouvoir technocratique ; ce faisant, les discours sur la surgénération offrent une représentation déformée de la réalité technique du réseau de traitement du matériau irradié. Premièrement, la « surgénération » ne désigne pas un fonctionnement technique, mais une fonction énergétique et économique. Deuxièmement, le discours sur la surgénération, centré sur le rendement en production de matières énergétiques nouvelles dans les RNR, minorise les contraintes propres aux relations de régulation qui régissent l’ensemble technique constitué par le réseau de traitement du matériau irradié. Enfin, je soutiendrai que les discours sur la surgénération et sur le cycle du combustible reposent sur une écologie imaginaire qui offre une représentation déformée des relations de l’activité industrielle nucléaire à son milieu.

La « surgénération » n’est pas une opération technique

  • 17 Certes, le premier réacteur nucléaire électrogène (EBR1, qui diverge à Chicago en 1951) était à neu (...)

13Les RNR sont institués dans les années 1960 comme la clé de voûte du système de la surgénération : eux seuls sont en mesure de boucler le « cycle du combustible » en utilisant de la meilleure manière le plutonium et l’uranium 238 récupérés. Cela a trait à leur fonctionnement, qui doit être compris relativement à celui des autres réacteurs nucléaires. Chez ceux-ci, le maintien de la réaction en chaîne sur un combustible à base d’uranium ou d’uranium enrichi nécessite l’usage d’un élément modérateur qui, en « ralentissant » les neutrons, maximise les chances de fission ; dans la plupart des réacteurs du parc français lancés dans les années 1970, cet élément est l’eau pressurisée. Mais le modérateur va également capturer une partie des neutrons émis par la fission, et minimiser les absorptions de neutrons par l’uranium 238, et donc la quantité de plutonium 239 formée. Le RNR doit donc répondre au problème technique suivant : fissionner sans élément modérateur. La voie empruntée par la plupart des pays nucléarisés, France y compris, est de recourir (i) au sodium liquide comme élément caloporteur, qui permet de transférer l’énergie émise par la fission sans quasiment capturer de neutrons, et (ii) à un combustible à base de plutonium : plus fissile que l’uranium, il permet de se passer de modérateur. D’où une contrainte d’approvisionnement : afin de produire du plutonium en quantités intéressantes, il faut d’ores et déjà disposer d’un stock d’entrée de plutonium. D’un point de vue simondonien donc, les RNR sont des individus techniques mettant en relation les éléments que sont le combustible à base de plutonium, le sodium liquide et des « couvertures fertiles » d’uranium 238, dont on peut retracer la genèse comme résolvant un problème d’absorption parasite qui se pose dans les réacteurs dits à « neutrons thermiques17 ».

14Ces réacteurs sont toutefois, du moins au cours des années 1970, bien plus souvent désignés par leur potentiel « surgénérateur » que par leur fonctionnement technique. Cette primauté de la fonction sur le fonctionnement peut sembler tout à fait normale d’un point de vue sociologique en ce qu’il s’agit avant de tout de motiver des investissements conséquents – on y reviendra – mais le point que je veux soulever ici est que, dès lors, d’un point de vue simondonien, les discours sur la surgénération ne relèvent pas à proprement parler de la technique. De fait, les présentations de la « surgénération » recourent le plus souvent à un registre énergétique et économique. Illustrons cela par quelques exemples :

  • 18 Jusqu’au milieu des années 1970, on dit indifféremment « surgénérateur » et « surrégénérateur ».

L’avantage essentiel de ces surrégénérateurs18 est de consommer non seulement la part d’U235 contenue dans l’U naturel, mais aussi la plus grande partie de l’U238. De sorte qu’une tonne d’U naturel peut être l’équivalent, dans ces conditions, de plus de 500 000 tonnes […] de charbon. (PEON, 1964)

Le premier effet de la surrégénération est bien entendu d’augmenter considérablement les ressources énergétiques à tirer de l’uranium, qu’il s’agisse de sa meilleure utilisation intrinsèque ou de l’effet indirect que comporte la diminution de l’incidence économique de l’uranium naturel sur le coût final de l’électricité : cette diminution permet l’exploitation de gisements bien plus pauvres, multipliant ainsi les réserves disponibles. (PEON, 1970)

À la limite, cela veut dire que la totalité de l’uranium, 235 et 238 confondus, peut devenir un combustible, donc que notre ressource en combustible est multipliée par 100 au moins. Traduisons cela en termes financiers : si on utilise cent fois mieux une tonne d’uranium naturel, on peut la payer cent fois plus cher à coût d’utilisation égal. (Bienvenu, 1997)

15Les deux premières phrases sont tirées de rapports de la commission PEON, organe consultatif qui eut des années 1950 aux années 1980 un rôle important dans la promotion du nucléaire auprès du gouvernement ; la troisième est tirée des mémoires d’un ingénieur nucléaire. Toutes ont en commun qu’elles ne désignent pas le réacteur ou l’ensemble technique dont il dépend, mais les ressources énergétiques qu’il est censé générer. De ce registre énergétique, on passe aisément à un registre économique : l’incidence sur le coût de l’électricité et sur le marché des matières premières. En d’autres termes, la « surgénération » ne désigne pas, dans ces discours, une opération technique instanciée dans un individu particulier, mais un pouvoir de valorisation. Précisons cet argument. Le fonctionnement du réacteur à neutrons rapides répond à un problème technique local d‘absorption parasite de neutrons et de faible rendement en matières fissiles dû à l’utilisation d’un élément modérateur ; la surgénération, quant à elle, outrepasse ce problème technique rencontré dans le réacteur pour désigner un pouvoir énergétique et économique de multiplication des ressources disponibles. Le réacteur apparaît alors comme une machine détenant un pouvoir portant directement sur le milieu naturel dont l’industrie tire ses matières premières. Ce qui disparaît, c’est alors non seulement le fonctionnement, mais l’ensemble technique.

Le « cycle du combustible » entre pouvoir de génération de matières énergétiques et ensemble technique fragile

  • 19 La première installation de retraitement fut l’usine américaine de Hanford, construite dans le cadr (...)
  • 20 Le site de La Hague est exploité par le CEA, puis par la Cogéma (filialisation de la partie « cycle (...)
  • 21 Représentant 4 % environ du combustible irradié, le terme de « produits de fission » regroupe un gr (...)
  • 22 Je propose cette appellation dans la mesure où elle permet de se départir du terme de « cycle du co (...)
  • 23 Voir sur ce point (Finon, 1982, 1989), expert économiste qui consacra une partie de sa vie à la cri (...)

16La surgénération n’est pas opérée par les seuls réacteurs à neutrons rapides. La fourniture en plutonium nécessaire pour les alimenter ainsi que la récupération du plutonium qu’ils produisent dépendent d’un important ensemble d’individus techniques, au centre desquels on trouve ceux des installations de retraitement. Technique d’origine militaire19, le retraitement consiste à traiter le combustible irradié issu des réacteurs afin d’en séparer, par une série d’opérations chimiques – l’industrie française20 utilise à La Hague le procédé PUREX faisant appel au tributylphosphate (TBP) –, les radioéléments valorisables des autres « produits de fission21 ». Au-delà du retraitement, c’est tout un ensemble d’opérations qui est mobilisé au sein d’un ensemble technique englobant des installations de stockage intermédiaire en piscine, de transport, de conditionnement des déchets, de filtration, de fabrication du combustible, etc. Il y a dès lors un effet déformant à parler de réacteurs « surgénérateurs » : cela résume en un point de l’espace et du temps une série d’opérations qui se distribue en réalité sur un ensemble vaste, qu’on peut appeler le réseau de traitement du résidu irradié22. Il me semble qu’on peut soutenir que l’industrie a été victime de sa propre vision déformante. Le plan des années 1970 reposait sur l’idée d’une matière énergétique disponible à même la production industrielle, n’attendant plus que l’arrivée des RNR pour atteindre sa pleine utilisation ; comme on peut le lire dans un rapport PEON, « à ce stade, la ressource en énergie primaire ne sera plus liée, comme aujourd’hui, à une répartition géographique, mais apparaîtra comme un simple sous-produit de l’activité industrielle » (PEON, 1973). Cette idée de disponibilité a notamment trouvé une expression institutionnelle dans la décision de compter le plutonium, combustible des RNR, comme étant à coût nul23. Le fait est, comme on va le voir, que l’implémentation technique du réseau de traitement du matériau irradié va grandement fragiliser cette idée.

  • 24 Cette activité d’expertise détient une dimension politique que nous interrogerons par la suite. Plu (...)
  • 25 Pour une analyse sociologique et épistémologique du paradigme technologique de la méthode des barri (...)

17D’un point de vue simondonien, on peut résumer cela de la façon suivante : les promoteurs de l’industrie nucléaire sont dans la position des organisateurs d’un ensemble technique ; ils le considèrent du point de vue de son résultat attendu, i.e. son potentiel énergétique – fournir le combustible de l’avenir – et économique – positionner la France sur le marché du combustible ; de ce fait, ils ignorent les ensembles, collections d’individus techniques interconnectés, dont les relations de régulation sont prises en charge par des techniciens. Pour trouver l’expression d’un tel point de vue technicien, on peut aller voir du côté de la sûreté nucléaire. Celle-ci a pour rôle d’assurer le bon fonctionnement des installations, et de garantir que les risques qu’elles génèrent soient maintenus à des niveaux acceptables24. Au cours des années 1970, une partie des ingénieurs de sûreté français va alors avoir à charge de mener des enquêtes techniques concernant les installations du « cycle », dont la plupart n’ont jamais fonctionné à une aussi grande échelle industrielle. Leur mode d’enquête repose notamment sur le paradigme de la « méthode des barrières » : il s’agit de garantir la mise en place d’une série de dispositifs, indépendants entre eux, permettant de maintenir une barrière étanche entre les substances radioactives et le public25. Cette méthode offre un accès aux ensembles qui se focalise sur les relations systémiques entre les différents éléments des installations considérées – ce que Simondon, après les cybernéticiens, entend par « régulations ».

18Le fait est que ces installations doivent composer avec les propriétés d’un matériau exceptionnel. Le résidu irradié impose la mise en place de précautions techniques qui vont fragiliser l’idée d’un pouvoir de génération de matières énergétiques porté par les seuls RNR. Je me pencherai sur deux cas : le refroidissement en piscine et la sûreté-criticité.

  • 26 Cette stratégie est exposée dans le rapport (Lefort, Puit, 1979). Les rapports DSN (Département de (...)
  • 27 Si l’on prend ce terme dans le sens général, simondonien, qu’on a vu plus haut : réguler un ensembl (...)
  • 28 Premier prototype à grande puissance (1200 MW, alors que les précédents français, Rapsodie et Phéni (...)
  • 29 Vendryès, Besse et Rozenholc, « Situation et Perspectives du programme français de réacteurs à neut (...)

19Les assemblages de combustible irradié contiennent des produits de fission dont certains sont très radioactifs et continuent à émettre de l’énergie sous forme de chaleur ; ce « dégagement de puissance résiduelle » constitue l’un des problèmes techniques centraux de la sûreté du « cycle ». D’un point de vue simondonien, elle constitue une contrainte technique qui peut remettre en cause la stabilité des ensembles. Elle illustre par ailleurs l’optique technique de la sûreté dans sa tension avec les objets technocratiques : le potentiel énergétique du combustible devient un foyer de risque à contenir. L’industrie française opte pour une stratégie de stockage en piscine26 : le combustible irradié fait tout d’abord l’objet d’un stockage sur le site de la centrale d’une durée minimale de trois mois, afin de pouvoir être transporté dans des conditions de sûreté acceptables ; puis, à son arrivée sur le site de l’usine de retraitement, il est à nouveau stocké, cette fois-ci pour une durée qui sera, au cours des années 1970, fixée à trois ans – durée considérée par l’exploitant lui-même comme une garantie minimale pour le bon déroulement des opérations au sein de l’usine (Leclerc et al., 1979). Les propriétés du matériau imposent donc des contraintes de réglage27 dans la fixation de durées minimales de refroidissement qui mettent à mal l’idée selon laquelle la « surgénération » en RNR permettrait une valorisation instantanée du combustible irradié. On trouve cette idée exprimée, par exemple, dans cette déclaration de l’ingénieur Georges Vendryès, grand promoteur des RNR, à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique en 1976 : « la construction de Super-Phénix28 va nous procurer les éléments nécessaires au lancement d’une première série de grandes centrales à neutrons rapides. La cadence à laquelle elles seront réalisées doit logiquement être basée sur l’utilisation immédiate du plutonium produit dans les centrales à neutrons thermiques29 ».

  • 30 La troisième famille de risques sont ceux liés à l’extrême radiotoxicité du plutonium – un milligra (...)

20Outre les contraintes liées au refroidissement, qui touchent la plupart des installations industrielles, la manipulation de matériaux irradiés pose un problème plus spécifique : le risque de criticité30. Le plutonium et l’uranium 235 sont des éléments fortement instables, qui risquent, dans certaines conditions, d’entraîner des réactions en chaîne résultant en l’émission de rayonnements gamma particulièrement mortels. La maîtrise du risque de criticité fait dès lors l’objet d’importantes recherches de sûreté, qui se trouvent résumées dans un rapport du Département de Sûreté Nucléaire de 1979 (Leclerc & Puit, 1979). La production industrielle de matières fissiles est envisagée par ses auteurs comme consistant prioritairement en une contrainte pesant sur la stabilité des installations :

Il est mis en œuvre annuellement dans le secteur industriel français du cycle du combustible plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de tonnes de matière fissile : uranium enrichi et plutonium, alors que la manipulation de quelques kilogrammes, faite sans précaution spéciale, pourrait conduire à […] un accident de criticité (Leclerc & Puit, 1979).

  • 31 Plus précisément : « comptabilité des matières fissiles par bilans entrée-sortie avec affichage de (...)
  • 32 Voir le traitement général de cette question par John Downer qui emploie des méthodes de philosophi (...)
  • 33 Sur le problème de la complexité en sûreté nucléaire et en sécurité industrielle, voir la théorie d (...)

21Face à cette contrainte, impossible d’adopter un « contrôle par la masse », i.e. un ensemble de procédures administratives permettant de limiter la quantité présente au sein des installations31 ; les auteurs préconisent alors un « contrôle par la géométrie », reposant sur l’édiction de normes touchant au dimensionnement des emballages de matière fissile et des installations appelées à les recevoir – ces mesures de standardisation s’avèrent plus économes et compatibles avec les contraintes de la production industrielle. Mais, notent-ils, « les mesures de prévention prises, aussi parfaites soient-elles, rendent seulement très improbable mais non impossible une divergence incontrôlée dans une installation où la quantité de matière fissile est potentiellement surcritique ». Cet aveu de faiblesse est notamment lié à un problème d’ordre épistémique : étant donnée la très grande variété de situations dans lesquelles se trouvent les matières fissiles sur l’ensemble du « cycle », il est impossible de prévoir l’intégralité des points de fragilité potentiels32. Le problème auquel font alors face les ingénieurs est un problème de complexité33, et l’édiction de normes a priori basées sur des études en laboratoire doit laisser place à des analyses d’incident permettant d’identifier a posteriori des points de fragilité potentiels.

22On voit donc que les contraintes afférentes aux opérations de traitement du matériau irradié sont rétives à la matérialisation d’un pouvoir de génération de matières énergétiques artificielles disponibles à même la production industrielle. Même plus : les exigences technocratiques de résultat (rendement et rentabilité) sont en tension avec le travail de recommandation des techniciens de la sûreté.

L’écologie imaginaire de l’industrie nucléaire

  • 34 Aujourd’hui, la France est, avec la Russie et l’Inde, l’une des derniers pays à recourir au retrait (...)
  • 35 Cité dans (Finon, 1982) – je remercie au passage Claire le Renard de m’avoir fait parvenir cet arti (...)
  • 36 Alors administrateur général du CEA et président de la Cogéma.
  • 37 Les déclarations comme celle que je viens de citer jouent en fait sur la distinction entre « déchet (...)
  • 38 Notamment dans (Leclerc et al., 1979), qui définit pour UP2-800 des dispositifs de récupération des (...)
  • 39 Ceux-ci ont notamment fait l’objet de campagnes de Greenpeace dans la fin des années 1990. La quest (...)

23Cette représentation faussée des ensembles techniques enveloppe une mécompréhension des relations entre l’activité de l’industrie nucléaire et son milieu d’inscription. Le pouvoir de génération des matières énergétiques entend joindre, à la réponse durable à l’objectif de sûreté d’approvisionnement, les assurances d’une maîtrise presque intégrale du résidu radioactif. L’enjeu est de faire valoir une gestion plus responsable que l’option concurrente de « cycle ouvert » qui consiste à considérer le combustible irradié comme un déchet à stocker34. Dans une interview de 197735, André Giraud36 insiste : « refuser le retraitement, c’est choisir de stocker les combustibles irradiés en quantités astronomiques. […] le retraitement est une nécessité écologique ». Or, sur ce point encore, la description des opérations du réseau de traitement du matériau irradié par les ingénieurs de sûreté permet de voir dans ces déclarations une représentation déformante. Celles-ci entraînent moins une limitation du nombre de déchets qu’une diffraction des résidus37. Le retraitement génère des résidus qui lui sont propres, et qui n’existent pas en « cycle ouvert » : ce sont les effluents chimiques chargés en radioéléments des usines de retraitement, les morceaux de gaine de combustible, les déchets des installations de filtrage, etc. À ces résidus correspondent des installations de stockage spécifiques définies au cours des années 197038, et pèsent comme une contrainte sur les opérations du cycle dans la mesure où la plupart sont empoisonnés par des produits de fission. Une partie est finalement rejetée dans l’environnement : à La Hague, les tuyaux de la Station de Traitement des Effluents (STE) évacuent dans la Manche des effluents chargés en tritium, en césium, en plutonium, etc.39 Le fait est que l’ensemble de ces interactions problématiques avec le milieu se trouve invisibilisé dans le discours qui fait du « cycle » le lieu d’un pouvoir de valorisation du combustible irradié.

24La représentation technocratique du réseau de traitement du matériau irradié est donc porteuse de ce que j’appelle une écologie imaginaire, qui substitue, aux relations de médiation réelles entre l’activité industrielle et son milieu d’inscription, la représentation d’un pouvoir fantasmé sur la matière. Cependant, si l’interprétation simondonienne permet de mettre au jour ce décalage, elle nous laisse quelque peu démunis quant à l’interprétation des motivations politiques, sociales et économiques qui dictent sa mise en place et son maintien. Pourquoi l’industrie nucléaire française tient-elle tant à son écologie imaginaire ?

Comprendre les imaginaires et les critiquer

Les impasses sociopolitiques de Simondon

  • 40 Dans la perspective même de l’auteur, la figure du technicien prend en effet un tour plus normatif (...)
  • 41 L’expression consacrée est celle du « dialogue technique à la française », où, plutôt que d’être so (...)
  • 42 Sur cette dimension politique de l’expertise technique, voir la conceptualisation sociopolitique de (...)
  • 43 Si nous laissons ici de côté la question de la position des travailleurs du nucléaire, c’est pour g (...)

25Du point de vue de l’analyse sociologique, la théorie simondonienne souffre d’une forme d’abstraction. Elle fournit, à travers la tripartition travailleurs/organisateurs/techniciens, un modèle fixe et idéalisé de l’organisation de l’industrie née au XIXe siècle. Or ces groupes sont, dans la pratique, très rarement aussi bien distingués. Les organisateurs comptent parmi eux des techniciens chargés de concevoir et de construire les ensembles qui inscrivent leur pouvoir dans des installations matérielles ; c’est parce que le CEA comptait dans ses rangs des ingénieurs bien formés aux contraintes techniques propres au nucléaire qu’il a pu, à partir des années 1950, faire valoir sa politique qui passait par la construction de centrales plutonigènes (Hecht, 2014). De l’autre côté, les techniciens ont rarement le rôle désintéressé que leur prescrit l’analyse simondonienne40 ; les ingénieurs de sûreté nucléaire dont nous avons évoqué les enquêtes ne sont pas de purs partenaires des machines, mais jouent également un rôle organique dans le maintien des équilibres sociaux et économiques de l’industrie41. Non seulement ils sont de fait partie prenante d’intérêts industriels dont ils doivent assurer les conditions de félicité matérielles, mais leur pratique concourt à cadrer les risques industriels d’une manière qui les rende socialement et politiquement acceptables42.43

  • 44 « Trois perspectives pour une réflexion sur l'éthique de la technique », Annales de l'Institut de p (...)
  • 45 Op. Cit., p. 340
  • 46 Ibid., pp. 343-344.

26Cette figure idéalisée du technicien a partie liée à un problème plus profond. Pour Simondon, c’est la technique elle-même, une fois comprise dans ses principes de constitution propres, qui fournit la norme à l’aune de laquelle on peut énoncer une critique de l’organisation sociale, mais la question est alors de savoir quel point de vue technicien fournit cette juste représentation de la technique – et donc de savoir qui peut avoir un rôle d’arbitre. Ce problème apparaît dans un texte plus tardif de Simondon, où est notamment question de nucléaire44. Prenant acte du problème des déchets radioactifs, Simondon y mobilise l’exemple du projet de la fusion nucléaire pour illustrer une tendance de la « technologie approfondie » à récupérer les errements de « la technique », et, plus généralement, une tendance par laquelle « on rejoint l’Éthique par le progrès de fond de la technologie »45. Il confronte par la suite cette « normativité immanente au développement des techniques » à la normativité nouvelle issue du mouvement écologique. S’il reconnaît la justesse de certains de ses diagnostics, il en dénonce néanmoins les tendances « irrationnelles » ; notamment, il critique son attitude paradoxale vis-à-vis du nucléaire, ignorante du fait que la fusion contrôlée pourrait, dit-il, au bout de vingt ans, devenir une réalité industrielle46. Dans ce texte, la norme de la « technologie approfondie » se confond de façon troublante avec un discours de légitimation assez classique de l’industrie nucléaire. Le fait est qu’aujourd’hui la fusion est toujours au stade expérimental, mais la perspective lointaine offerte par ce projet technique continue à jouer comme un instrument de légitimation de l’industrie, au même titre que l’imaginaire associé aux réacteurs surgénérateurs, à laquelle il se joint pour fournir la représentation d’un nucléaire responsable vis-à-vis de ses résidus. La perspective simondonienne, qui mobilise une norme idéalisée de l’évolution technique, peut donc s’accompagner d’un manque de recul critique sur les discours de certains technologues, qui charrient une dimension technocratique.

27C’est en partie contre ce genre d’errements que se sont construite les méthodes des STS. Aux normes idéalisées de la science et de la technique issues des constructions des épistémologues, leurs enquêtes entendent substituer une représentation des sciences et des techniques en train de se faire ; à la figure du savant ou du technicien accédant à la nature objective des choses en vertu de son désintéressement, elles substituent une élucidation des logiques sociopolitiques dans lesquelles est immergé le travail des communautés scientifiques et techniques. Cette démarche descriptive a une dimension critique, en ce qu’elle permet de prendre du recul vis-à-vis des discours d’auto-présentation, de légitimation et de mobilisation générés par l’industrie. C’est vers un exemple de ce type de démarche que je vais désormais me tourner.

La surgénération et les imaginaires sociotechniques de Jasanoff

  • 47 De fait, les chercheurs et chercheuses actuels en STS tendent assez spontanément à comprendre ce ca (...)
  • 48 Ma traduction. L’article est écrit à quatre mains mais la partie théorique est revendiquée par Jasa (...)

28Parmi le grand nombre de cadres d’analyse développés en STS, l’un des plus efficaces pour étudier ce genre de cas est celui, formulé par l’historienne Sheila Jasanoff, des imaginaires sociotechniques ; c’est sur celui-ci que je vais centrer mon propos47. Dans un article séminal coécrit avec Sang-Hyun Kim (Jasanoff & Kim, 2009), elle définit ceux-ci comme des « formes de vie et d’ordre social, imaginées collectivement et réfléchies dans la conception et la réalisation de projets scientifiques et/ou techniques propres à une nation donnée48 », qui, à la fois, décrivent et prescrivent des futurs définis comme atteignables. Les imaginaires fournissent un niveau où la construction de la technique et celle de la politique sont consubstantiels : les objectifs nationaux donnent forme à la technique future en motivant des investissements et des stratégies industrielles, et en incluant et excluant des groupes sociaux ; inversement, l’avenir technique ainsi défini donne forme à la nation, entité toujours réimaginée. Afin de repérer les imaginaires, Jasanoff préconise une méthode basée sur la comparaison transnationale, qu’elle applique avec Kim à une étude de cas qui concerne, justement, les industries nucléaires américaines et sud-coréennes.

29Au sortir de la Seconde guerre mondiale, les États-Unis mobilisent dans la gestion de leur industrie nucléaire un imaginaire centré autour de la notion de confinement. Celui-ci définit « l’atome » comme une entité maîtrisable et pacifiée ; en retour, le pays se voit revêtir l’image du régulateur responsable d’une technique qui risque toujours de se retrouver hors de contrôle. Cet imaginaire sera mobilisé tout au long de l’histoire de l’industrie nucléaire américaine, tant au niveau des relations internationales – en désignant d’autres pays nucléarisés, et notamment l’URSS, comme des puissances irresponsables – qu’au niveau national – en fournissant un répertoire de normes juridiques afin de contenir les craintes touchant une perte de contrôle sur la radioactivité. Le cas de la Corée du Sud est différent, dans la mesure où l’imaginaire sociotechnique de l’industrie nucléaire s’y articule autour de la notion d’atomes pour le développement national. Après l’occupation japonaise et la séparation des deux Corées, l’État sud-coréen entend développer l’atome dans le but d’assurer au pays une capacité énergétique nationale garante de son indépendance ; thématique qui jouera notamment dans la relation au pays exportateur principal, les États-Unis. Cet imaginaire sera également mobilisé dans la politique nationale en fournissant un répertoire à partir duquel se sont formulés, au moment de la transition démocratique des années 1980, des cadres politiques de représentation pour inclure les citoyens au sein d’un programme de développement national qui était alors critiqué pour sa gestion anti-démocratique.

  • 49 On trouve une formulation liminaire de cet imaginaire dans le discours de Francis Perrin, alors Hau (...)
  • 50 C’est notamment sur base de cet argumentaire que la délégation française défendit sa politique à l’ (...)
  • 51 La première contestation centrée autour des déchets nucléaires en France eut lieu à Saclay en 1972, (...)
  • 52 On trouve bien sûr dans cet imaginaire l’image canonique, employée entre autres dans les années 197 (...)

30On voit vite en quoi ce concept offre une clé d’interprétation pour le cas qui nous intéresse. La « surgénération » fournit la clé de voûte technologique de l’imaginaire de l’indépendance énergétique par lequel l’industrie nucléaire française – les entreprises publiques ou semi-publiques (EDF, Cogéma), les agences gouvernementales (CEA, sûreté), le gouvernement (ministères de l’industrie et des finances), l’industrie privée – motiva, par-delà des divisions parfois profondes, les investissements massifs qu’elle nécessitait : ceux-ci, uniquement rentables sur le moyen terme, allaient offrir sur le long terme une alternative à l’importation de matières premières qui risquait d’asphyxier l’économie nationale49. Cet imaginaire s’assortit par-là à l’idéologie qui entendait rétablir par la prouesse technique le « rayonnement » international d’une France récemment démise de son empire colonial. En retour, la nation se trouve réimaginée comme une entité organisée autour d’un État planificateur à la pointe de du progrès technique, œuvrant pour le bien public par la définition de perspectives d’avenir durables. Cet imaginaire de la société surgénérée servait également de répertoire d’arguments pour répondre aux critiques. L’indépendance énergétique symbolisée par des infrastructures artificielles de haute technologie construites sur territoire national permettait de répondre aux accusations, notamment portées par les États-Unis, de faire le jeu de la prolifération nucléaire ; seule une industrie planifiée pouvait offrir les gages de gestion raisonnable d’un matériau si dangereux50. Et, contre les contestations internes autour du problème des déchets51, elle permettait de faire valoir une gestion optimale des résidus toxiques, ceux-ci étant appelés à disparaître dans une utilisation en vue du programme d’indépendance énergétique52, qui rejoint par-là des objectifs écologiques.

  • 53 Yves Bréchet, Haut-Commissaire du CEA ayant donné sa démission, a récemment donné plusieurs intervi (...)

31La catégorie de « matière radioactive » inscrite en 2006 dans le Code de l’Environnement est actuellement une expression juridique de cet imaginaire à la vie longue : celle-ci désigne la majorité des résidus de l’industrie comme susceptibles d’une valorisation énergétique ultérieure. Ce qui est en jeu est encore une fois le maintien d’un imaginaire de l’indépendance énergétique dans lequel l’industrie est organisée autour du but à long terme de fourniture, et par-là même de confinement, d’une matière énergétique disponible sur territoire national. Les difficultés actuellement rencontrées par ce programme vont également dans le sens de cette interprétation. L’abandon, en 2019, d’ASTRID, dernier prototype en date de RNR, est interprété par certains acteurs, notamment au CEA, comme la conséquence d’un conflit entre, d’une part, la politique actuelle du gouvernement et de l’industrie, définie à l’aune d’objectifs financiers de court terme, et, d’autre part, le rôle planificateur de l’État et la fidélité à une idéologie de service public nécessaires pour mener à bien un tel projet53 ; signe, par la négative, du lien unissant au sein d’un même imaginaire sociotechnique la politique de « cycle fermé » et la définition des traits de l’État-nation qui en a la charge.

32Un cadre d’analyse comme celui-ci permet donc de rendre compte des dimensions sociales et politiques des imaginaires au sein desquels sont immergés les projets techniques. Par-là, il permet également de déconstruire l’image idéalisée que les communautés portant ces projets donnent d’elles-mêmes, mais cette description n’en laisse pas moins dans l‘ombre un aspect qui était au cœur de l’analyse simondonienne que j’ai proposée plus haut : la mise au jour du décalage entre la représentation imaginée et technocratique de la technique comme pouvoir sur la nature, et les opérations techniques qu’elle vise à mobiliser. Bien sûr, le caractère illusoire de l’imaginaire sociotechnique est implicitement impliqué par l’analyse de Jasanoff : « l’atome » comme entité maîtrisé, par exemple, est bien une forme de réduction symbolique par rapport à la série des installations sur lesquelles repose l’industrie nucléaire, mais celui-ci n’est pas explicité. Parce qu’elles rejettent l’approche normative de l’épistémologie, les enquêtes de STS se refusent souvent à entrer sur ce terrain-là. Or il me semble qu’on peut bel et bien porter la critique plus loin, et non seulement étudier les logiques sociales à l’œuvre dans la formation des imaginaires, mais aussi critiquer explicitement, à l’aide d’une analyse conceptuelle, leur caractère illusoire.

Conclusion : comment analyser l’imaginaire ? STS et épistémologie des techniques.

  • 54 (Castoriadis, 1975) est par ailleurs l’une des références théoriques que cite Jasanoff pour sa prop (...)

33L’analyse par les imaginaires sociotechniques est-elle complémentaire avec l’approche simondonienne que nous avons proposée ? La réponse à cette question nécessite une réflexion épistémologique, qu’on peut centrer autour de la notion d’imaginaire. D’un côté, l’approche simondonienne permet de mettre au jour la dimension imaginaire des discours sur la « surgénération », i.e. de montrer qu’ils relèvent au moins en partie d’une illusion cognitive entretenue par l’organisation de l’industrie. De l’autre, l’analyse de Jasanoff permet de montrer le rôle actif joué par les imaginaires dans la définition de politiques industrielles nationales, et donc l’efficace matérielle qu’ils détiennent dans cette même organisation de l’industrie. Ces deux dimensions cohabitent au sein du concept d’imaginaire. On peut se référer ici à Castoriadis : l’imaginaire se définit à la fois par son décalage constitutif vis-à-vis du réel et par son rôle fondamental dans la formation et la conservation des institutions sociales54.

  • 55 Le réacteur à neutrons rapides, notamment, fournit une forme d’échappatoire à la « guerre des filiè (...)
  • 56 Pour une analyse de ce point – et de sa dimension symbolique – inspirée de la sociologie des contro (...)
  • 57 Soit « les pratiques stratégiques qui consistent à concevoir où à utiliser la technique afin de met (...)

34L’écologie imaginaire de l’industrie nucléaire structure des communautés en dictant un horizon planificateur commun pour toutes les parties prenantes d’une industrie marquée par la concurrence et des conflits récurrents55. Qui plus est, elle informe la conception et la réalisation même des dispositifs techniques mis en œuvre, dont les plus importants furent les prototypes de RNR – Superphénix, en partie parce qu’il était pensé comme la tête de série du parc futur, fut doté d’une puissance inédite et symboliquement marquante de 1200 MW56 – aux agrandissements de l’usine de La Hague – les installations UP2 800 et UP3, destinées à la fois à produire de plus grandes quantités de matières valorisables et à assurer un confinement maximal des résidus à travers de nombreuses installations auxiliaires. Elles relèvent dès lors de la technopolitique, au sens que l’historienne Gabrielle Hecht donne à ce terme57 : les installations du « cycle » furent, dans leur ingénierie même, des moyens de poursuivre une stratégie de politique industrielle centrée autour de cette écologie imaginaire. Mais elle n’en enveloppe pas moins une forme de mécompréhension de la technicité qu’elle mobilise. Comme on l’a vu, l’imaginaire de la disponibilité de la matière énergétique et de la résorption des résidus par valorisation se heurte aux contraintes techniques documentées par les ingénieurs de sûreté : fragilité et complexité des ensembles techniques qui opèrent sur le matériau irradié, diffraction du résidu au sein d’un réseau de traitement en extension permanente. Cette illusion ne relève pas de la simple erreur, mais de l’imaginaire, dans la mesure où s’y reflètent les intérêts de l’industrie, exprimés en objectifs de rentabilité et de rendement, et où elle traduit en des représentations la position située de ses promoteurs. C’est ce que j’ai appelé, en m’inspirant de Simondon, la conception technocratique : les opérations techniques disparaissent derrière la promotion d'un pouvoir sur la nature.

35La construction d’une complémentarité entre ces deux approches rencontre un point d’achoppement qui doit, afin de ne pas la voir se réduire à une simple juxtaposition superficielle de deux approches, être explicité. L’analyse des imaginaires par Jasanoff est essentiellement explicative et descriptive : il s’agit de rendre compte de projets techniques et scientifiques en mettant au jour leurs motivations sociopolitiques. L’analyse simondonienne que j’ai proposée est quant à elle normative, en ce qu’elle entend fournir des outils théoriques pour repérer et critiquer des écarts conceptuels entre les ensembles techniques et leur représentation technocratique. Elle relève, en ce sens, d’une forme d’épistémologie des techniques, dont on peut expliciter deux présupposés.

  • 58 Pour cette conception de la vérité comme effort vers une norme idéale, voir l’épistémologie pragmat (...)
  • 59 Pour une critique du réductionnisme sociologique ou anthropologique, voir également (Putnam, 1981).

36Premièrement, elle implique que toutes les représentations de la technique n’ont pas la même valeur de vérité. L’écart entre la conception des promoteurs de l’industrie et la compréhension des ensembles que l’on trouve dans la littérature de sûreté ne saurait être ramené à une simple différence entre deux ontologies incommensurables : la seconde est plus vraie que la première, notamment en ce qu’elle est nourrie par des enquêtes sur le fonctionnement effectif des installations. Cette comparaison à l’aune de la valeur de vérité peut permettre de réinvestir de façon plus souple la norme proposée par Simondon : le technicien simondonien n’est pas le point de vue désintéressé duquel naîtrait une description parfaite de la technique, mais une norme idéale, susceptible de redéfinitions, vers laquelle l’enquête doit tendre58. Deuxièmement, elle implique que la technique ne saurait être dissoute dans la politique. Il faut distinguer entre, d’une part, le constat empirique d’une co-construction ou d’une continuité, que documentent et analysent les études de STS, et d’autre part l’ambition théorique d’une réduction des objets techniques au statut d’agents sociopolitiques comme les autres. Cette perspective antiréductionniste59 passe ici par la mise au jour de contraintes propres à la réalité technique, ce que j’ai fait ici en mobilisant l’ontologie de Simondon : les ensembles techniques sont irréductibles aux stratégies technopolitiques dans lesquelles ils peuvent être mobilisés. En d’autres termes, il y a une différence ontologique entre l’opération technique, système causal qui lie l’invention humaine et le milieu naturel, et l’opération discursive qui se joue dans la formulation des imaginaires. Notamment, cette dernière enveloppe une représentation faussée des techniques : celle qui les voit comme la projection d’un pouvoir sur la nature.

Cet article n'aurait pas vu le jour sans le concours bienveillant de nombreuses personnes, et ma réflexion sur l'articulation entre philosophie et STS doit surtout au fait que je me trouve humainement lié à ces deux disciplines. Je tiens à remercier Sophie Roux et Soraya Boudia pour leur aide et leurs suggestions. J'exprime également ma reconnaissance aux communautés de jeunes chercheuses et chercheurs en philosophie et en STS qui ont relu et discuté les premières versions du présent article. Côté STS, je pense notamment à Claire Le Renard, Gauthier Fontaine, Laura Barbier, Maël Goumri, Martin Denoun et Mathias Roger. Côté philosophie, je pense notamment à Arto Charpentier, Benoit Lépinat, Louis Pijaudier-Cabot, Lucie Fabry et Samuel Ducourant.

Haut de page

Bibliographie

International Atomic Energy Agency (1976), The Nuclear Fuel Cycle. Proceedings of the Vienna conference (Salzburg).

Barbier, L. (2019). Faire preuve par l’épidémiologie des pathologies environnementale autour des sites industriels : Le cas du nucléaire en Grande-Bretagne et en France, Thèse de doctorat, Université de Paris.

Barthélémy, J.-H. (2008). Simondon ou l’encyclopédisme génétique. Paris : Presses Universitaires de France.

Barthélémy, J.-H. (2017). Simondon. Les Belles Lettres.

Bienvenu, C. (1998). Superphénix. Le nucléaire à la française. Paris : L’Harmattan.

Bontems, V. (éd.). (2016). Gilbert Simondon ou l’invention du futur. Colloque de Cerisy. Klincksieck.

Boudia, S. & Jas, N. (2007). Introduction: Risk and “Risk Society” in Historical Perspective. History and Technology, 23(4), 317‑331.

Brown, K. (2015). Plutopia: Nuclear Families, Atomic Cities, and the Great Soviet and American Plutonium Disasters. Oxford: Oxford University Press.

Castoriadis, C. (1975). L’institution imaginaire de la société. Paris : Seuil.

Chateau, J.-Y. (2008). Le vocabulaire de Gilbert Simondon. Paris : ELLIPSES.

Couture, J. (1975). Y a-t-il une crise mondiale dans le retraitement des combustibles ? Revue Générale Nucléaire, 1.

Denoun, M. (à paraître). La construction des scénarios de l'énergie nucléaire au prisme des projets de nouveaux réacteurs. Éléments pour une sociologie des futurs. Thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Downer, J. (2019). On Ignorance and Apocalypse: A Brief Introduction to “Epistemic Accidents”. In J.-C. LeCoze (ed.), New Perspective on Safety Research. CRC Press.

Foasso, C. (2003). Histoire de la sûreté de l’énergie nucléaire civile en France (1945-2000) ; Thèse de doctorat, Université Lumière - Lyon II.

Goumri, M. (à paraître). Anticiper et maîtriser l'insaisissable. Construction et circulation des savoirs et des ignorances dans le gouvernement de l'accident nucléaire majeur, Thèse de doctorat, Université de Paris.

Guchet, X. (2010). Pour un humanisme technologique. Culture, technique et société dans la philosophie de Gilbert Simondon. Paris : Presses Universitaires de France.

Hecht, G. (2014). Le rayonnement de la France : Nucléaire et identité nationale après la Seconde guerre mondiale. Amsterdam.

Jasanoff, S. & Kim, S.-H. (2009). Containing the Atom: Sociotechnical Imaginaries and Nuclear Power in the United States and South Korea. Minerva, 47, 119‑146.

Joly, P.-B. (2010). On the Economics of Technoscientific Promises. In Mélanges offerts à Michel Callon. Paris : Presse des Mines.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Paris : La Découverte.

Latour, B. (2012). Enquête sur les modes d’existence : Une anthropologie des Modernes. Paris : La Découverte.

Lecourt, D. (1974). Bachelard, le jour et la nuit (un essai de matérialisme dialectique). Paris : Grasset.

Le Renard, C. (2018). The Superphenix Fast Breefer Nuclear Reactor: Cross-border Cooperation and Controversies. Journal for the History of Environment and Society, Special Issue: Siting Nuclear Installations at the Border.

Le Renard, C. (à paraître). Un prototype de la discontinuation d'une technologie : construction et requalifications de Superphénix, prototype industriel de réacteur nucléaire à neutrons rapides (1954-1998) [titre provisoire], thèse de doctorat, université Paris-Saclay.

Leclerc, J., Lefort, G., Niezborala, F. & Puit, J. C. (1979). Sûreté des laboratoires et usines établissement COGEMA de la Hague, rapport préliminaire de sûreté (Boite 1 092 687 ; DSN 284). Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.

Leclerc, J. & Puit, J.-C. (1979). La sûreté-criticité dans le cycle du combustible (Boite 321 192 ; No 79/289). Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.

Lefort, G., & Puit, J.-C. (1979). Critères de sûreté pour le stockage des combustibles irradiés de la filière à eau ordinaire (Boite 1 092 687 ; DSN 294). Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.

PEON. (1964). Rapport de la commission consultative pour la Production d’Électricité d’Origine Nucléaire. Ministère de l’Industrie ; Bibliothèque Nationale de France.

PEON. (1970). Rapport de la commission consultative pour la Production d’Électricité d’Origine Nucléaire. Ministère de l’Industrie : Bibliothèque Nationale de France.

PEON. (1973). Rapport de la commission consultative pour la Production d’Électricité d’Origine Nucléaire. Ministère de l’Industrie ; Bibliothèque Nationale de France.

Perrow, C. (1985). Normal Accidents : Living with High-Risk Technologies. Basic Books.

Putnam, H. (1981). Reason, Truth and History. Cambridge University Press.

Roger, M. (2020). Le séisme, la centrale et la règle : Instaurer et maintenir la robustesse de l’industrie nucléaire en France, Thèse de doctorat, Université de Paris.

Simondon, G. (2012). Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier.

Simondon, G. (2014). Sur la technique. Paris : Presses Universitaires de France.

Stengers, I. (s. d.). Résister à Simondon ? Multitudes, 2004/4(18), 55‑62.

Topçu, S. (2013). La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée. Paris : Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Une « matière radioactive » est définie dans l’article L. 542-1 du Code de l’environnement comme « une substance pour laquelle une utilisation ultérieure est prévue ou envisagée, le cas échéant après traitement ». Sont notamment classés dans cette catégorie le combustible irradié, le plutonium et l’uranium appauvri.  

2 Cette question a notamment été soulevée à plusieurs reprises lors du débat public autour du Plan de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs en 2019. Le point est depuis longtemps soulevé dans le travail de contre-expertise produit par de nombreuses associations (notamment Groupement des Scientifiques pour l’Information sur l’Énergie Nucléaire, Global Chance, Greenpeace, Réseau Sortir du Nucléaire).

3 Les autres textes (articles, cours, conférences) de Simondon font depuis une dizaine d’années l’objet d’un effort d’édition soutenu au Presses Universitaires de France. Voir notamment, pour la philosophie des techniques, (Simondon, 2014).

4 Voir Barthélémy, 2005, 2014 ; Bontems, 2016 ; Château, 2008 ; Guchet, 2010. Ils ont joué en France un rôle important dans cette redécouverte de Simondon. Voir aussi les publications des Cahiers Simondon.

5 C’est en ce sens que Simondon intéresse Bernadette Bensaude-Vincent, Bruno Latour (Latour, 2012), ou, de façon plus critique, Isabelle Stengers (Stengers, 2004).

6 L’aliénation technique est définie par Simondon de plusieurs manières différentes dans le MEOT. Sa forme la plus fondamentale relève du domaine « psycho-physiologique », où l’usage repose sur une conception erronée du fonctionnement qui corrompt le « couplage » du système objet-technicien ; mais elle est également formulée de façon ontologique, comme rupture entre l’existence de l’objet dans l’usage et son ontogénèse.

7 La question de la relation aux machines embrasse une troisième figure : celle du travailleur. Mais celui-ci est, dans l’organisation industrielle de l’activité technique telle que l’analyse Simondon, cantonné à une relation aux individus techniques.

8 Notamment celle de Norbert Wiener, dont Simondon fut un lecteur assidu et l’un des introducteurs en France. Pour une analyse poussée du rapport complexe de Simondon à la cybernétique, voir (Guchet, 2010).

9 MEOT, p. 176.

10 Les deux appellations recouvrent des réalités différentes : la philosophie « autocratique » renvoie, de façon voilée, à une conception des techniques en vogue dans l'Allemagne nazie dans le sillage d'auteurs comme Oswald Spengler ; la philosophie « technocratique » renvoie quant à elle explicitement au Saint-simonisme et à son expansion dans le Second Empire français. Si, pour des raisons politiques évidentes, l'on ne saurait totalement identifier ces deux tendances – je remercie l'un.e des relecteur.trice.s de mon article d'avoir attiré mon attention sur ce point –, elles n'en partagent pas moins un fond commun dans leur manière de se rapporter à la technique comme l'instanciation d'un pouvoir sur la nature, d'où l'appellation générale de « conception technocratique » que j'utilise.

11 MEOT, pp. 176-177.

12 Ibidem.

13 MEOT, p. 338. Dans cette aliénation, travailleur et organisateur sont renvoyés dos à dos. Ou, plus précisément : la relation asservissante aux ensembles de l’organisateur entraîne une relation à la fois asservissante et asservie des travailleurs aux individus.

14 Rappelons que, avec environ 75 % d’électricité d’origine nucléaire, la France est de loin le pays le plus nucléarisé au monde. À titre de comparaison, les États-Unis, qui possèdent plus de centrales en puissance installée, n’ont que 20 % d’électricité d’origine nucléaire ; le pourcentage est similaire pour les autres puissances industrielles fortement nucléarisées : Corée du Sud (25 %), Royaume-Uni (18 %), Allemagne (18 %) et Japon avant la catastrophe de Fukushima (25 %).

15 Pour comprendre totalement ce point, il faut ajouter une donnée importante sur l’uranium. À l’état naturel existent deux isotopes de l’uranium : l’U 235, qui est fissile, mais n’est présent qu’à hauteur de 0,7 % dans les gisements ; l’U 238 majoritaire (les 99,3 % restants), qui n’est pas fissile, mais qui peut se convertir en plutonium 239 fissile après absorption d’un neutron émis par la fission d’un autre atome.

16 Pour exemple, la communication d’Orano continue de mentionner les « 96 % recyclables » du combustible irradié (voir par exemple ici : https://www.orano.group/fr/l-expertise-nucleaire/de-l-exploration-au-recyclage/leader-mondial-dans-le-recyclage-des-combustibles-uses). Quant au CEA, il continue à projeter le déploiement d’un parc constitué à 50 % RNR à l’horizon 2050. Voir le rapport « Avancée des recherches sur la transmutation et le multi-recyclage du plutonium dans les réacteurs à flux de neutrons rapides » (CEA, juin 2015).

17 Certes, le premier réacteur nucléaire électrogène (EBR1, qui diverge à Chicago en 1951) était à neutrons rapides. Mais les réacteurs à sodium liquide ultérieurs (en France, à partir de Rapsodie, premier prototype qui diverge en 1967 sur le site du CEA à Cadarache) sont conçus en considérant les réacteurs à neutrons lents, et dans l’optique de répondre au problème d’utilisation sous-optimale du combustible qui s’y pose.

18 Jusqu’au milieu des années 1970, on dit indifféremment « surgénérateur » et « surrégénérateur ».

19 La première installation de retraitement fut l’usine américaine de Hanford, construite dans le cadre du projet Manhattan ; c’est là que sera extrait le plutonium de la bombe qui détruisit Nagasaki. L’URSS met en fonctionnement en 1949 une usine similaire à Maïak. Sur ces deux installations, voir la formidable enquête historique de Kate Brown (Brown, 2013), qui se focalise sur le travail et des conditions de vie des ouvriers et des ouvrières de ces usines. La France produit quant à elle du plutonium militaire sur le site du CEA à Marcoule à partir de 1958.

20 Le site de La Hague est exploité par le CEA, puis par la Cogéma (filialisation de la partie « cycle » du CEA en une entreprise de droit privé) en 1976. Il passera ensuite à Areva en 2000, et aujourd’hui à Orano.

21 Représentant 4 % environ du combustible irradié, le terme de « produits de fission » regroupe un grand nombre de radioéléments inutilisables dont certains sont, comme le plutonium, extrêmement radioactifs, sur des périodes très longues (américium, curium, etc.). Ceux-ci tendent, comme on le verra, à s’immiscer un peu partout.

22 Je propose cette appellation dans la mesure où elle permet de se départir du terme de « cycle du combustible », qui charrie l’écologie imaginaire de l’industrie. Certains experts indépendants proposent, dans le même but, le terme de « chaîne du combustible ».

23 Voir sur ce point (Finon, 1982, 1989), expert économiste qui consacra une partie de sa vie à la critique des surgénérateurs.

24 Cette activité d’expertise détient une dimension politique que nous interrogerons par la suite. Plus généralement, on interrogera les limites de l’identification des ingénieurs de sûreté nucléaire à la figure idéale du technicien simondonien dans la partie suivante.

25 Pour une analyse sociologique et épistémologique du paradigme technologique de la méthode des barrières, voir (Roger, à paraître), qui se centre sur le cas de la marge de sécurité sismique dans les centrales. Pour une histoire détaillée de la sûreté nucléaire en France, voir (Foasso, 2003).

26 Cette stratégie est exposée dans le rapport (Lefort, Puit, 1979). Les rapports DSN (Département de Sûreté Nucléaire créé en 1976 au CEA) auxquels je me réfère sont consultables aux archives de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, sur le site de Fontenay-aux-Roses.

27 Si l’on prend ce terme dans le sens général, simondonien, qu’on a vu plus haut : réguler un ensemble d’individus techniques en fonction de l’information qu’ils nous transmettent sur leurs conditions de fonctionnement.

28 Premier prototype à grande puissance (1200 MW, alors que les précédents français, Rapsodie et Phénix, avaient respectivement une puissance de 60 et 250 MW), dont la construction est autorisée en 1974. Superphénix devait tout d’abord être une « tête de série industrielle », porteur de toute la promesse de la surgénération à grande échelle. Voir, pour un travail d’enquête riche et approfondi sur l’histoire de Superphénix, (Le Renard, à paraître).

29 Vendryès, Besse et Rozenholc, « Situation et Perspectives du programme français de réacteurs à neutrons rapides », in (AIEA, 1977). C’est moi qui souligne.

30 La troisième famille de risques sont ceux liés à l’extrême radiotoxicité du plutonium – un milligramme inhalé sous forme de poussière peut provoquer une leucémie –, que nous n’étudierons pas dans le cadre de cet article.

31 Plus précisément : « comptabilité des matières fissiles par bilans entrée-sortie avec affichage de la quantité présente à tout instant, règles de transfert particulières, détection d’une accumulation éventuelle avec procédure de nettoyage et ‘remise à zéro’ » (Ibid.).

32 Voir le traitement général de cette question par John Downer qui emploie des méthodes de philosophie des sciences pour construire une notion « d’accident épistémique » (Downer, 2019)

33 Sur le problème de la complexité en sûreté nucléaire et en sécurité industrielle, voir la théorie des « accidents normaux » de Charles Perrow (Perrow, 1984).

34 Aujourd’hui, la France est, avec la Russie et l’Inde, l’une des derniers pays à recourir au retraitement du combustible irradié. Celui-ci fut abandonné, parfois dès les années 1970, par la plupart des autres industries, la plupart du temps pour des raisons économiques : les coûts de maintenance des usines de retraitement les rendent peu rentables. Voir (Couture, 1975), qui documente la « crise du retraitement » du point de vue de la direction du CEA.

35 Cité dans (Finon, 1982) – je remercie au passage Claire le Renard de m’avoir fait parvenir cet article, rédigé par Dominique Finon dans le cadre de la commission Castaing de 1982.

36 Alors administrateur général du CEA et président de la Cogéma.

37 Les déclarations comme celle que je viens de citer jouent en fait sur la distinction entre « déchet » ultime (non utilisable, même théoriquement) et « matière » valorisable. D’un point de vue administratif, il est vrai que le nombre de « déchets » (i.e. ce qu’on compte comme déchet ultime) augmente sensiblement en « cycle ouvert ». Mais le nombre de résidus, au contraire, augmente en « cycle fermé ».

38 Notamment dans (Leclerc et al., 1979), qui définit pour UP2-800 des dispositifs de récupération des coques (morceaux de gaines de combustible non dissolus), de stockage intermédiaire des fines (impuretés métalliques radioactives), de filtration des rejets gazeux et de recyclage des effluents liquides. On pourrait y ajouter les boues radioactives de la station de traitement des effluents.

39 Ceux-ci ont notamment fait l’objet de campagnes de Greenpeace dans la fin des années 1990. La question des rejets radioactifs de La Hague alimente une grande littérature d’expertise et de contre-expertise. Là-dessus, voir (Barbier, 2019). Il est très difficile de trouver de la documentation sur la STE de La Hague, dont la gestion est restée la prérogative assez exclusive de la Cogéma.

40 Dans la perspective même de l’auteur, la figure du technicien prend en effet un tour plus normatif que descriptif.

41 L’expression consacrée est celle du « dialogue technique à la française », où, plutôt que d’être soumise à un contrôle extérieur – comme c’est le cas avec les agences de sûreté américaines –, l’industrie s’auto-régule au sein de commissions ad hoc où siègent des représentants de toutes les parties. Là-dessus, voir (Foasso, 2003).

42 Sur cette dimension politique de l’expertise technique, voir la conceptualisation sociopolitique de (Boudia & Jas, 2007), et, pour une réflexion plus spécifique sur le risque nucléaire, les classifications dont il fait l’objet et leurs conséquences matérielles (Goumri, 2020).

43 Si nous laissons ici de côté la question de la position des travailleurs du nucléaire, c’est pour garantir la clarté et l’unité du propos, et non que celle-ci ne s’avérerait pas pertinente.

44 « Trois perspectives pour une réflexion sur l'éthique de la technique », Annales de l'Institut de philosophie et de sciences morales, Université Libre de Bruxelles, 1983, publié in (Simondon, 2014, pp. 337-351).

45 Op. Cit., p. 340

46 Ibid., pp. 343-344.

47 De fait, les chercheurs et chercheuses actuels en STS tendent assez spontanément à comprendre ce cas en termes d’imaginaires. Une autre porte d’entrée est la théorie de l’économie de la promesse sociotechnique développée par Pierre-Benoit Joly (Joly, 2010), que j’ai laissée de côté pour alléger l’argumentation. Pour une analyse de la question de la surgénération à l’aune de la théorie de l’économie de la promesse, voir (Le Renard, 2018, à paraître).

48 Ma traduction. L’article est écrit à quatre mains mais la partie théorique est revendiquée par Jasanoff.

49 On trouve une formulation liminaire de cet imaginaire dans le discours de Francis Perrin, alors Haut-Commissaire à l’énergie atomique, à l’Assemblée National, à l’occasion du vote qui aboutira à la création d’Euratom, en 1956.

50 C’est notamment sur base de cet argumentaire que la délégation française défendit sa politique à l’International Nuclear Fuel Cycle Evaluation de 1978. Voir aussi André Giraud, « Le cycle du combustible : ombres et lumières », in (AIEA, 1976)

51 La première contestation centrée autour des déchets nucléaires en France eut lieu à Saclay en 1972, et fut notamment relayée par le journal Survivre et Vivre. Pour une analyse de la manière dont ces critiques furent « gouvernées », voir (Topçu, 2013).

52 On trouve bien sûr dans cet imaginaire l’image canonique, employée entre autres dans les années 1970 par le Président Valéry Giscard d’Estaing, des déchets qui tiendraient intégralement dans une « piscine olympique » – image que reprenait encore récemment Anne Lauvergeon lorsqu’elle était à la tête d’Areva dans les années 2000.

53 Yves Bréchet, Haut-Commissaire du CEA ayant donné sa démission, a récemment donné plusieurs interviews à la presse sur ce thème. Voir par exemple : https://revue-progressistes.org/2019/09/22/larret-du-programme-astrid-une-etude-de-cas-de-disparition-de-letat-stratege/. J’ai par ailleurs mené des entretiens avec des jeunes retraités du CEA qui m’ont permis de confirmer que c’était là une idée assez partagée.

54 (Castoriadis, 1975) est par ailleurs l’une des références théoriques que cite Jasanoff pour sa propre élaboration du concept d’imaginaire. Voir également (Lecourt, 1974)

55 Le réacteur à neutrons rapides, notamment, fournit une forme d’échappatoire à la « guerre des filières », conflit centré autour d’une rivalité entre EDF et le CEA, qui ébranla l’industrie entre 1966 et 1969, et qui aboutit à l’abandon de la filière dite « française » de réacteurs graphite-gaz développée par le CEA dans le cadre du programme militaire au profit de la filière « américaine » de réacteurs à eau pressurisée, sous licence Westinghouse. Pour une analyse de cet épisode important, voir (Hecht 2014). Qui plus est, cet imaginaire fournit la raison d’être du CEA, et sa mobilisation est pour le commissariat un moyen de maintenir des équipes et des financements, comme l’analyse (Denoun, à paraître).

56 Pour une analyse de ce point – et de sa dimension symbolique – inspirée de la sociologie des controverses, voir (Le Renard, 2018, à paraître).

57 Soit « les pratiques stratégiques qui consistent à concevoir où à utiliser la technique afin de mettre en place des objectifs politiques, de leur donner forme et de les réaliser » (Hecht, 2014, p. 24).

58 Pour cette conception de la vérité comme effort vers une norme idéale, voir l’épistémologie pragmatiste d’Hilary Putnam (Putnam, 1981).

59 Pour une critique du réductionnisme sociologique ou anthropologique, voir également (Putnam, 1981).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ange Pottin, « Le pouvoir et les opérations »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 15-2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/22842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.22842

Haut de page

Auteur

Ange Pottin

Doctorant en histoire et philosophie des techniques à l'ENS de Paris. Sa thèse, provisoirement intitulée « Matière fertile. Le capital fissile et l'écologie imaginaire de l'industrie nucléaire », entend proposer une analyse, à la croisée des STS, de l'épistémologie et des philosophies de Marx et de Simondon, de la politique française de gestion du combustible nucléaire irradié.
ORCID : https://orcid.org/0000-0002-9180-3970

Adresse : ENS de Paris - PSL, Département de philosophie, République des Savoirs, 45 Rue d'Ulm, FR-75005 Paris (France).
Courriel : angepottin[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search