Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Des collaborations équivoques

La participation de spécialistes en sciences et techniques informatiques à un projet de recherche en humanités numériques
Ambiguous collaborations. Information technology specialists participating in a digital humanities research project
Colaboraciones equivocas. Especialistas en ciencias y técnicas informáticas participando a un proyecto científico en humanidades digitales
Pierre-Nicolas Oberhauser

Résumés

Lorsqu’ils s’investissent dans des projets de recherche impliquant la mise en place d’une infrastructure numérique dédiée, les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) sont amenés à collaborer avec des spécialistes des sciences et techniques informatiques (STI). Ces collaborations constituent un aspect important des transformations qu’impliquent les humanités numériques pour la recherche en SHS. Cet article en identifie certaines caractéristiques à partir d’un travail de terrain ethnographique auprès d’une équipe de recherche en psychologie du développement rattachée à un laboratoire d’humanités numériques. Nous décrivons dans un premier temps la vigilance qu’impliquent ces collaborations pour les chercheurs, qui sont régulièrement amenés à s’interroger sur la qualité des contributions des spécialistes en STI avec lesquels ils collaborent et sur leur adéquation aux objectifs poursuivis par le projet. Dans un second temps, nous revenons sur les efforts de planification déployés par les chercheurs pour assurer le bon déroulement du projet. Nous montrons comment ces efforts s’appuient de manière prépondérante sur les informations transmises par les spécialistes en STI et cherchons à éclairer les conséquences de cette dépendance épistémique. Le matériau analysé consiste en des entretiens semi-directifs avec les membres de l’équipe, des observations ethnographiques de situations de travail et des enregistrements vidéo de réunions rassemblant les différents participants au projet.

Haut de page

Texte intégral

À l’issue de ces deux jours qui ne sont qu’une étape, nous proposons aux communautés de recherche et à tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs un manifeste des digital humanities. […]
Les 
digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales. […] Nous sommes une communauté sans frontières. Nous sommes une communauté multilingue et multidisciplinaire. (Manifeste des digital humanities, 2010)

Introduction

  • 1 Ce manifeste a été écrit à l’issue d’un ThatCamp organisé par M. Dacos et P. Mounier dans le cadre (...)
  • 2 En 2009, l’organisation d’un colloque en humanités numériques à l’Université de Yale a ainsi donné (...)
  • 3 Nous choisissons d’employer ce terme pour désigner de manière unitaire les différents intervenants (...)

1Ces extraits du Manifeste des digital humanities rédigé à Paris en mai 20101 illustrent l’idéal d’ouverture porté le mouvement. La métaphore du « chapiteau » (big tent), souvent employée pour le définir, traduit cette aspiration à instaurer des espaces de mise en commun qui traversent les frontières disciplinaires et institutionnelles (Dacos & Mounier, 2014, p. 8). Quels qu’en soient les mérites et la pertinence, cette conception large et « accueillante » des humanités numériques ne va pourtant pas sans poser certains problèmes. Tout d’abord, comme l’a remarqué M. Terras (2013), les conditions fixées aux engagements dans le domaine académique ne peuvent guère se faire le reflet d’une telle hospitalité : le nombre de postes rémunérés ouverts aux digital humanists fixe une limite pratique aux velléités d’inclusion. Ensuite, l’expansion récente des humanités numériques – notamment au sein d’universités prestigieuses qui s’en étaient auparavant désintéressées – a fait craindre qu’on assiste à une transformation progressive des agendas de recherche qui avaient jusqu’alors fait le propre du mouvement, posant de manière renouvelée la question de son identité (Svensson, 2012)2. Enfin, en présentant les humanités numériques comme une communauté établie plutôt qu’à faire advenir, cette perspective empêche d’appréhender les difficultés de collaboration que rencontrent les professionnels impliqués (chercheurs et/ou praticiens), ne bénéficiant ni de formations ni de compétences similaires et se trouvant engagés à différents titres dans les projets concernés. Les humanités numériques amènent en particulier des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) à collaborer avec des spécialistes en sciences et techniques informatiques (STI)3, une participation qui est loin d’aller de soi quoiqu’elle ne constitue évidemment pas un phénomène entièrement nouveau (Hockey, 2004).

2Le présent article vise à décrire certains des enjeux et difficultés propres à ces collaborations. Comment se déroulent et qu’impliquent les relations qui s’initient entre chercheurs en SHS et spécialistes en STI dans le cadre de projets en humanités numériques ? Bien qu’elles soient présentées comme l’une des caractéristiques majeures de ce mouvement, elles n’ont jusqu’à présent que peu été étudiées ou même décrites (Deegan & McCarty, 2012 ; McCarty, 2014). W. McCarty explique cette absence d’intérêt en dénonçant deux « illusions » opposées dans la manière dont sont généralement envisagés les rapports entre chercheurs en SHS et spécialistes en STI. La première est de considérer ces rapports sur un mode purement instrumental : le rôle des spécialistes en STI serait d’apporter des solutions techniques aux problèmes scientifiques que leur soumettent les chercheurs. Pour reprendre une distinction proposée par B. Latour (2006), les spécialistes en STI apparaissent dès lors comme des intermédiaires plutôt que comme des médiateurs. La seconde correspond à l’idée selon laquelle les chercheurs en SHS pourront eux-mêmes réaliser le travail jusque-là pris en charge les spécialistes en STI lorsque les connaissances et compétences pertinentes auront été intégrées à leur formation (McCarty, 2014, p. 156). Comme le souligne McCarty, ces conceptions ont pour point commun de dénier à ces relations tout caractère productif. Dans une perspective comme dans l’autre, la contribution des spécialistes en STI aux humanités numériques se voit privée de consistance propre.

  • 4 Cette enquete a été réalisée en collaboration avec Dominique Vinck et les données analysées récolté (...)
  • 5 Le caractère parfois évasif des descriptions que nous offrons du projet découle de notre volonté d’ (...)

3Nous allons montrer que la collaboration avec des spécialistes en STI peut au contraire se révéler à la fois préoccupante et décisive pour des chercheurs en SHS investis dans les humanités numériques, focalisant leur attention et affectant le déroulement et les finalités d’un projet donné. Cet article présente les résultats d’une enquête ethnographique de plusieurs mois menée auprès d’une équipe de recherche en psychologie du développement rattachée à un laboratoire d’humanités numériques4. Cette équipe de quatre personnes (chef de projet, co-requérante, doctorant et technicienne) travaille à la mise en commun et à l’analyse de données textuelles et iconographiques dont la production a commencé il y a une dizaine d’années. Ces données consistent en plusieurs milliers d’images numériques : des dessins réalisés par des enfants et récoltés selon un protocole similaire dans différents pays avant d’être numérisés5. La constitution de la base de données a été initiée de manière presque fortuite, dans la foulée d’un travail de fin d’études réalisé au Japon par une étudiante. Les données que celle-ci avait collectées paraissaient à son directeur de recherche – l’actuel chef de projet – trop précieuses pour ne pas être pérennisées. L’enthousiasme d’une autre collaboratrice et la récolte de nouvelles données en Russie à des fins de comparaison interculturelle ont ensuite fait entrevoir au chef de projet la possibilité d’un projet au long cours. L’intérêt témoigné par différents chercheurs dans plusieurs pays, en Iran notamment, a achevé de le convaincre de la pertinence d’une telle démarche. La recherche possède désormais une dimension proprement internationale, divers groupes de recherche contribuant à la collecte des données et devant à terme participer à leur analyse.

4Le projet actuellement en cours, financé sur trois ans, ne constitue ainsi qu’une étape dans une histoire plus large. Les objectifs qui lui ont été fixés sont à la fois scientifiques et techniques, au sens où il s’agit non seulement pour les membres de l’équipe de poursuivre la récolte et l’analyse du matériau dont ils disposent mais aussi de produire de nouvelles modalités d’organisation et de traitement des données numériques. Pour ce faire, ils sont en discussion avec trois équipes de spécialistes en STI. Il s’agit en particulier de créer une interface consultable en ligne et de développer des outils informatiques susceptibles d’analyser de manière automatique les dessins, notamment en identifiant et recoupant certains des éléments représentés (traitement d’images). Plusieurs aspects du projet rendent celui-ci particulièrement propice à une enquête sur les collaborations qu’engagent les humanités numériques entre chercheurs en SHS et spécialistes en STI. Il s’agit d’abord d’une tentative audacieuse de mettre en place une infrastructure numérique d’envergure au sein d’un domaine de recherche qui n’a jusqu’à présent pas été particulièrement touché par l’informatique (au contraire de la linguistique, de l’histoire ou de l’archéologie, par exemple). Les outils informatiques développés contribuent également à la singularité du projet, l’application du traitement d’images à l’analyse de dessins constituant en elle-même une innovation. Enfin, la diversité des intervenants associés au pôle informatique du projet tend à produire, comme nous le verrons, des relations de collaboration croisées et complexes.

5Deux dimensions de la collaboration entre chercheurs en psychologie et spécialistes en STI nous ont paru prépondérantes à l’issue de notre enquête. Nous allons les aborder successivement, en plaçant l’accent sur les matériaux empiriques analysés. Nous évoquons dans un premier temps la vigilance (Chateauraynaud & Torny, 2013 [1999]) qu’activent ces collaborations chez les chercheurs. En effet, ceux-ci sont régulièrement amenés à s’interroger sur la qualité des contributions des spécialistes en STI avec lesquels ils collaborent et sur leur adéquation aux objectifs poursuivis par le projet. Poursuivant ce questionnement, nous examinons les processus d’évaluation dans lesquels s’engagent les chercheurs pour apprécier les compétences de leurs collaborateurs lorsque leur participation au projet semble inadéquate. Dans un second temps, nous abordons la question de la planification des tâches à accomplir et des objectifs à atteindre dans le cadre du projet, en montrant comment les efforts de coordination déployés par les chercheurs s’appuient de manière décisive sur les informations transmises par les spécialistes en informatique. Nous illustrons les conséquences de cette contrainte sur les relations entre chercheurs en psychologie et spécialistes en STI, en montrant comment les connaissances que font valoir ces derniers leur permettent d’adopter une posture prescriptive plutôt que simplement informative.

6La perspective que nous choisissons d’adopter hérite des travaux qui ont pris ces dernières années pour objet la mise en place et l’utilisation d’infrastructures numériques dans le domaine scientifique. Deux séries de recherche concernent plus particulièrement notre propos. D’une part, les enquêtes relatives à l’impact de ces infrastructures sur les pratiques de recherche. D’autre part, les études concernant la participation de divers acteurs (techniciens de recherche, gestionnaires de l’information) à la constitution de ces infrastructures et l’occultation de cette participation. Le premier ensemble de travaux a été en particulier marqué par un intérêt pour les enjeux propres au partage des données scientifiques (Millerand, 2011). Sont ainsi mis en perspective l’importance des métadonnées pour le partage des données de recherche (Bowker & Millerand, 2008 ; Edwards, Mayernik, Batcheller, Bowker, & Borgman, 2011 ; Zimmerman, 2008) et le rapport qu’entretiennent les chercheurs aux données qu’ils produisent (Bowker, 2000 ; Brown, 2003). Ces travaux montrent les transformations induites par la disponibilité des données numériques dans le domaine scientifique, et en particulier les effets de cette disponibilité sur la collaboration entre chercheurs. Ils illustrent également les enjeux du travail collaboratif nécessaire à la production de données partagées. Mais la construction des outils numériques eux-mêmes n’en constitue pas un aspect prépondérant : la question est surtout de savoir comment et à quel point les infrastructures numériques partagées transforment les connaissances produites par les chercheurs en affectant les modalités de leur production (Leonelli & Ankeny, 2012).

7La seconde série de travaux traduit un intérêt nouveau pour la participation aux activités scientifiques d’un ensemble d’acteurs dont les contributions ne sont ordinairement guère mises en visibilité, et en particulier pour les « travailleurs de l’information » œuvrant à la production, à la gestion ou à l’analyse des données numériques. Les multiples médiations intervenant dans la production et dans le traitement des données informatiques offrent en effet un terrain particulièrement favorable à des études de terrain qui mettent en perspective le caractère collaboratif de ces activités (Denis & Pontille, 2012). À partir de la contribution pionnière de S. Shapin (1989) et mettant à profit pour l’étude des activités scientifiques les propositions de L. Suchman (1995) et de S. Star et A. Strauss (1999) concernant ce que ces derniers nomment l’écologie du visible et de l’invisible, plusieurs enquêtes ont ainsi pris pour objet les activités peu valorisées relatives à la production des données de recherche (Heaton & Millerand, 2013 ; Jungen, 2013 ; Proulx & Heaton, 2012). L’indexation des données, et en particulier la création de standards et de métadonnées, a également fait l’objet d’enquêtes approfondies (Millerand, 2011, 2012). L’intérêt pour la participation des techniciens aux activités scientifiques s’est toutefois porté en premier lieu sur la part qu’ils prennent dans la production de connaissances, d’où l’accent placé sur le travail de production et d’organisation des données de recherche. Comme le relève F. Millerand, « la contribution des techniciens est rarement analysée en tant que telle (du point de vue d’une sociologie du travail scientifique), mais presque toujours en fonction de leur contribution aux processus de production des connaissances scientifiques (du point de vue d’une sociologie de la connaissance) » (Millerand, 2012, p. 166). Décrivant directement les modalités des collaborations qui s’instaurent entre chercheurs et spécialistes en STI, notre propre démarche tient dans cette perspective de la sociologie du travail scientifique.

  • 6 Nous faisons ici le choix de nous concentrer sur les échanges langagiers plutot que sur les écrits (...)

8Les données traitées dans le cadre de cet article proviennent d’entretiens semi-directifs avec les acteurs, d’observations de situations de travail collectif et d’enregistrements vidéo de réunions rassemblant différents participants au projet étudié (réunions d’équipe visant à planifier le déroulement du projet ou entrevues plus informelles, consacrées à des problématiques ciblées). Nous distinguons au sein de ce matériau les échanges ordinaires des acteurs entre eux (situations de travail et réunions d’équipe) et les entretiens réalisés avec les membres de l’équipe dans le cadre de l’enquête, au sein desquels ils produisent des comptes rendus de leurs activités, attentes et décisions à destination du sociologue (Malbois & Gonzalez, 2013 ; Smith, 1979, pp. 334-335). Dans cette perspective, les interactions entre acteurs sont les objets principaux de l’analyse6. Mais les entretiens ont néanmoins joué un rôle important dans le cadre de notre enquête, offrant un aperçu des plans d’action développés par les acteurs ainsi que des repères qu’ils considéraient comme pertinents. En les rencontrant de manière régulière, nous avons également pu suivre la transformation de leurs attentes vis-à-vis du projet. Concernant les modalités de présentation de nos arguments, nous avons cherché à mettre autant que possible en avant certaines des analyses approfondies réalisées à partir des enregistrements vidéo. Il nous a en effet paru important d’offrir dans la mesure du possible au lecteur la possibilité de rattacher les conclusions auxquelles nous parvenons quant au déroulement des collaborations étudiées à des dynamiques interactionnelles directement observables. Enfin, le périmètre fixé à notre analyse mérite d’être explicité. Nous avons choisi d’adopter le point de vue des chercheurs en psychologie et de décrire les attentes et craintes que ces collaborations suscitent chez eux plutôt que chez les spécialistes en informatique avec lesquels ils travaillent. Ce choix est avant tout pratique. Compte tenu de la complexité du projet et des relations étudiés, il n’était guère envisageable d’en offrir un compte rendu « symétrique ». Mais cette perspective nous paraît également pertinente en ce qu’elle se rapproche de celle des chercheurs en psychologie. En traitant ces collaborations sous cet angle, c’est aussi l’expérience qu’ils en font que nous cherchons à restituer.

Des collaborations multiples et complexes

9Le projet de recherche étudié a débuté formellement en janvier 2015. Nous avons suivi le travail réalisé par l’équipe depuis le dépôt du projet en mars 2014 jusqu’en décembre de l’année suivante. Le projet proprement dit fait suite à des démarches à plus long terme, relatives au développement très progressif de la collection numérique qu’il doit permettre d’analyser : les premiers dessins de la collection ont été récoltés en 2004 et une première base de données produite à partir de 2009. Le travail accompli durant la période couverte par notre travail de terrain a poursuivi deux grands axes. Le premier renvoie à la mise en place d’une nouvelle base de données, destinée à remplacer celle dont les chercheurs en psychologie disposent déjà et qu’ils estiment obsolète. Celle-ci n’a pas été développée par des professionnels et ne supporte que des requêtes simples, telle que la sélection des dessins par année de réalisation, pays et région d’origine, genre de l’auteur, etc. Ils collaborent pour constituer cette nouvelle base de données avec une équipe de chercheurs et informaticiens proposant une infrastructure numérique on line à destination des chercheurs en SHS, sur laquelle leurs données doivent à terme être transférées. Les discussions ont trait aux modalités de ce transfert et aux potentialités spécifiques dont il faudrait doter cette infrastructure pour qu’elle serve de manière optimale les objectifs des chercheurs en psychologie. L’enjeu est pour eux d’assurer le caractère à la fois partageable et pérenne de leurs données numériques, de manière à en faire profiter d’autres chercheurs, notamment à l’étranger. Cette première orientation sera momentanément interrompue après plusieurs mois de travail, les responsables du projet estimant préférable de se concentrer sur le second objectif qui lui a été assigné : mettre au point des outils informatiques de traitement d’images qui permettent de « traduire » numériquement le contenu des dessins (couleurs, emplacement des figures, surface dessinée, centre de gravité, etc.). Ces données numériques doivent permettre d’objectiver un faisceau de similitudes et de dissemblances entre les dessins rassemblés, susceptibles d’être ensuite corrélées avec les informations recueillies au préalable sur leurs auteurs (âge, genre, pays d’origine, confession, etc.).

  • 7 Ce travail d’annotation aurait lui-meme pu faire l’objet d’une analyse détaillée, dans la lignée de (...)

10Cette seconde dimension du projet amène les membres de l’équipe à collaborer avec des chercheurs en STI spécialisés dans l’identification d’objets au sein d’images photographiques. Les membres de cette deuxième équipe de chercheurs en informatique voient dans le projet l’occasion de mettre à l’épreuve leurs algorithmes sur des dessins préalablement annotés. De telles analyses impliquent en effet qu’une partie au moins du matériau à étudier soit d’abord traitée manuellement, c’est-à-dire que soient identifiées dans un premier temps par des humains les figures que devra repérer le programme informatique. L’annotation manuelle des dessins fournit ainsi les repères à partir desquels peut être évaluée la justesse des calculs réalisés par la suite. Ce n’est qu’à partir de tels repères que les algorithmes employés peuvent être perfectionnés, de manière à obtenir un résultat fiable. Ce second axe du projet suppose donc que soit développé un programme informatique que puissent utiliser les chercheurs pour annoter manuellement les dessins. L’enjeu est qu’ils traitent eux-mêmes une part importante de la collection : examinant les dessins un par un, ils doivent encadrer et catégoriser les objets qu’ils y distinguent (cf. figure 1)7. C’est là qu’intervient une troisième équipe de chercheurs en informatique, dont un membre est dépêché pour participer à la réalisation de cet outil d’annotation. Une difficulté supplémentaire provient du fait que ce dernier est d’abord envisagé comme un élément à intégrer au sein de la base de données en cours de développement, ce qui implique que les catégories utilisées pour l’annotation devraient correspondre à celles qui apparaissent dans la base de données. On voit que le recours aux spécialistes en informatique se présente d’emblée dans le cadre du projet étudié comme un phénomène complexe, faisant intervenir différents acteurs dont les contributions doivent s’articuler plus ou moins étroitement. Comme nous allons le constater, la pluralité des interlocuteurs auxquels sont susceptibles de se référer les chercheurs en psychologie relativement aux aspects informatiques du projet n’est pas sans conséquence sur le déroulement des relations qui se nouent entre eux.

Figure 1. Capture d’écran de l’outil d’annotation, accessible à partir d’un navigateur Internet.

Figure 1. Capture d’écran de l’outil d’annotation, accessible à partir d’un navigateur Internet.

En bas à gauche, la liste présentant les catégories de description disponibles ; à droite, la fenêtre dans laquelle apparaissent le dessin et le rectangle de sélection (cadre gris clair présentant la mention « validate »).

Évaluer les compétences des spécialistes en STI : les chercheurs vigilants

11La première ligne de questionnement que nous allons poursuivre concerne l’appréciation par les chercheurs en psychologie de la qualité et de la pertinence des contributions au projet de ces différents spécialistes en informatique. Reprenant à notre compte les notions proposées par F. Chateauraynaud et D. Torny dans leur travail sur l’alerte et le risque (2013 [1999]), nous suggérons d’appréhender ces processus d’évaluation à partir de la vigilance qu’ils exigent des chercheurs, les faisant passer d’états d’attention plus ou moins accrue à la mise en place d’épreuves de vérification relatives au savoir-faire de leurs collaborateurs. Si les enjeux propres aux collaborations que nous décrivons sont a priori éloignés de ceux qui préoccupent ces auteurs, le modèle qu’ils proposent possède pour nous un intérêt particulier. Il permet en effet de décrire des situations où l’attention des acteurs est d’emblée tournée vers la détection des signes avant-coureurs d’un problème ou d’une difficulté. Or c’est bien là une des caractéristiques des relations qu’entretiennent dans le cas qui nous occupe les chercheurs en psychologie aux contributions de leurs collaborateurs des STI. Compte tenu de l’importance de ces contributions pour le bon déroulement du projet et du peu de ressources dont ils disposent pour les évaluer a priori, les chercheurs en psychologie affichent une sensibilité accrue aux indices qui pourraient trahir l’incompétence ou le désengagement des spécialistes en informatique. L’identification de tels indices par les chercheurs en psychologie donne lieu à des enquêtes visant à éprouver le savoir-faire et les connaissances de leurs collaborateurs des STI. Comme nous le verrons, ces enquêtes impliquent notamment le recours à des formes de contre-expertise concernant certaines problématiques ciblées.

Définir des contraintes techniques, faire voir des compétences informatiques

12Nous allons présenter dans un premier temps un extrait de réunion d’équipe offrant une illustration de la manière dont les chercheurs en psychologie et les spécialistes en informatique sont amenés à interagir. L’analyse que nous en proposerons nous permettra de montrer en quoi ces interactions peuvent donner prise à une forme de vigilance de la part des chercheurs en psychologie. L’extrait ci-dessous provient d’une réunion rassemblant le chef de projet, la co-requérante, le doctorant (D) engagé dans le cadre du projet et le chercheur en informatique (CI) chargé du développement de l’outil devant servir à l’annotation des images de la collection numérique. Une première version de cet outil a déjà été développée et proposée aux chercheurs, qui ont essayé de l’employer en prévision de la réunion. Tel qu’il est exprimé en préambule par le chef de projet, l’objectif de la réunion est d’identifier les transformations à apporter à l’outil d’annotation pour le rendre opérationnel. Les chercheurs en psychologie font part au chercheur en informatique des difficultés qu’ils ont rencontrées en l’utilisant. Plusieurs des difficultés dont se plaignent les chercheurs en psychologie concernent la fonctionnalité principale de l’outil, qui permet de sélectionner des zones dans les images numériques pour en identifier différents éléments. Dans l’échange retranscrit ci-dessous, les participants discutent de l’impossibilité d’opérer une nouvelle sélection au sein d’un espace déjà délimité et catégorisé. Le chercheur en informatique s’est levé et se tient derrière le doctorant ; tous deux regardent l’écran de son ordinateur.

  • 8 Elle est à ce titre comparable au matériau empirique analysé par M. Lynch (1985) dans son travail s (...)
  • 9 En informatique, une librairie ou bibliothèque logicielle (library en anglais) est une collection d (...)

13L’échange se déroule en quatre temps : la définition du problème en tant que dysfonctionnement d’ordre technique (1-2) ; l’énonciation d’un diagnostic (3-5) ; une ébauche de pronostic et la définition d’un plan d’action (6-7) ; la validation de ce plan d’action (8-9). Il s’agit donc d’une séquence interactionnelle manifestant une forme d’entente entre locuteurs8. Le point que nous souhaitons souligner renvoie à la façon dont est thématisée l’incertitude entourant la possibilité pour le chercheur en informatique de satisfaire à la demande du doctorant. Il paraît en effet envisageable qu’il ne soit pas à même de résoudre le problème en agissant sur l’outil informatique (« Euh… c’est p’t-être un peu tricky »). Mais cette incertitude se rapporte aux obstacles auxquels est susceptible d’être confrontée son action, et non à sa propre capacité à les identifier ou à en venir à bout. Sa prise de parole actualise dans l’interaction ces potentiels obstacles futurs (« Comme on utilise une librairie tierce ? ») et les investit d’une agentivité suffisante pour restreindre la sienne propre9. L’enjeu tient donc à la possibilité que les transformations nécessaires puissent être réalisées, non à la capacité du chercheur en informatique à les identifier et à les effectuer (« Ouais je vais voir si c’est possible. »).

  • 10 On mesure la proximité qu’entretient cette perspective avec le travail de B. Latour (1995, pp. 59-1 (...)

14Dans une perspective qui hérite à la fois de l’analyse de conversation et des travaux de B. Latour, F. Cooren propose d’étudier la manière dont les échanges langagiers font intervenir et dotent d’une agentivité propre certaines entités. Pour lui, cette capacité des interlocuteurs à rendre présents dans l’échange des principes, objets et acteurs qui ne s’y trouvaient pas jusqu’alors permet aux locuteurs de subvertir le caractère local des interactions, de les « disloquer » (Cooren, 2013, p. 16). Une conséquence majeure de ces processus de « dislocation » est de produire des effets d’autorité, dès lors que les entités convoquées dans le discours paraissent faire agir le locuteur (Cooren, 2013, pp. 107-114). Ainsi, le fonctionnaire qui invoque le règlement peut présenter l’action qu’il entreprend comme indépendante de sa volonté. Ce faisant, il se déresponsabilise tout en faisant d’avance obstacle aux velléités de contestation que pourrait entretenir son interlocuteur10. Dans l’interaction ci-dessus, on peut considérer que l’actualisation par le chercheur en informatique d’obstacles qu’ignorent ses interlocuteurs fonctionne sur un mode similaire. Le chercheur en informatique met en scène les contraintes qui pourraient le faire agir dans un sens contraire à la demande des chercheurs en psychologie – c’est-à-dire, dans ce cas, le contraindre à l’inaction. S’il se révélait incapable d’apporter les transformations voulues à l’outil, cette incapacité devrait être rapportée aux contraintes techniques pesant objectivement sur son activité, et non attribuée à une potentielle défaillance de sa part.

  • 11 Ces deux processus sont évidemment susceptibles de faire l’objet de négociations entre les particip (...)
  • 12 Notre argument est donc que le « problème de versions » dont il est question ici se manifeste effec (...)

15Dans leurs interactions avec les chercheurs, les spécialistes en informatique sont de manière constante appelés à se prononcer sur la faisabilité des exigences qu’émettent ceux-ci et à détailler ce qu’il serait nécessaire d’entreprendre pour les satisfaire. Pour l’essentiel, la réunion dont provient l’interaction ci-dessus se compose de séquences similaires à celle que nous avons analysée, faisant alterner la définition d’un problème par les chercheurs en psychologie et l’énonciation de possibilités d’action par le chercheur en informatique11. L’aspect sur lequel nous voudrions insister a trait au chaînage qui s’instaure dans ces situations entre l’attribution de compétences aux spécialistes en informatique et l’objectivité octroyée aux contraintes et limitations dont ils font état. Si l’on reprend le plan d’action proposé par le chercheur en informatique dans l’extrait précédent en y introduisant l’hypothèse que celui-ci pourrait n’être pas aussi compétent qu’il le paraît, on voit se dessiner une alternative picture – une version antagoniste à la description qu’en propose le chercheur en informatique et qui peut s’y substituer (Smith, 1978, pp. 25-26). Selon celle-ci, les propriétés de l’outil affichent une plasticité suffisante pour qu’il soit transformé de manière à satisfaire les exigences des chercheurs en psychologie, mais le chercheur en informatique ne possède pas les capacités requises pour effectuer ces transformations, ou simplement s’apercevoir de leur disponibilité. Dans le cas où celles-ci ne seraient pas réalisées, il serait ainsi possible d’envisager deux définitions concurrentes de cet insuccès. L’une mettrait en cause les compétences du chercheur en informatique ; l’autre, les propriétés de l’outil d’annotation. Comme nous allons maintenant le voir, il ne s’agit pas là d’un simple exercice de pensée. La disponibilité de versions concurrentes de ce type se manifeste pour les chercheurs comme un problème pratique dans les relations qu’ils entretiennent avec les spécialistes en informatique. Autrement dit, ils se trouvent dans un ensemble de situations amenés à choisir entre deux versions opposées d’une même difficulté : la comprendre comme une contrainte « objective » et incontournable ou au contraire comme une « défaillance » contingente à attribuer à leurs collaborateurs12.

Déférence et mises à l’épreuve : évaluer les compétences des spécialistes en STI

  • 13 Pour une clarification des rapports entre déférence sociale, déférence épistémique et déférence sém (...)

16Lorsque le travail des spécialistes en informatique avec lesquels ils collaborent ne correspond pas à leurs attentes ou lorsqu’un diagnostic d’impossibilité est opposé à leurs exigences, une alternative s’ouvre aux chercheurs. Une première option consiste pour eux à prendre acte de cet obstacle imprévu et l’incorporer au projet en cherchant le moyen de le contourner ou, plus drastiquement, en revoyant leurs attentes à la baisse. C’est généralement le cas vis-à-vis d’éléments qui n’affectent que de manière marginale leurs projections quant aux objectifs susceptibles d’être atteints sur le plan de la manipulation ou de l’analyse des données (les limites propres à certaines fonctionnalités de l’outil d’annotation, par exemple). Le décalage entre les ressources qu’ils pensaient disponibles et ce que leur proposent les spécialistes en STI apparaît alors aux chercheurs comme une conséquence de leur ignorance initiale des impératifs techniques avec lesquels doit composer leur projet. On peut considérer que les rapports qu’entretiennent les chercheurs aux spécialistes en informatique se trouvent marqués dans ces situations par une forme de déférence – si tant est que l’on retient une acception lâche de cette notion, à la manière de L. Quéré (2005, p. 205, infra). Dans cette perspective, déférer à autrui signifie simplement s’en remettre à lui : on est proche de la définition que donne R. Hardin de la reliance, exprimant le processus par lequel nous confions la réalisation d’une action à autrui (Hardin, 2006, pp. 27-28)13.

  • 14 Directement tributaire de son intérêt pour les enjeux organisationnels de la division du travail, l (...)

17Mais une autre ligne d’action s’offre aux chercheurs face à de telles difficultés : ils peuvent également choisir de mettre en doute les compétences de leurs interlocuteurs ou la force de leur engagement vis-à-vis du projet. Si les spécialistes en informatique sont effectivement tenus de rendre des comptes relativement au déroulement de leur activité – un devoir d’accountability au sens de A. Strauss14 –, les appréciations qu’ils fournissent de la faisabilité ou de la complexité des tâches à réaliser peuvent en effet être sujettes à caution, puisqu’elles mettent en jeu leur capacité à les estimer et la sincérité dont ils sont prêts à faire preuve à l’égard des chercheurs. Les connaissances, le savoir-faire et les motivations des spécialistes en informatique peuvent ainsi devenir un sujet de préoccupation pour les chercheurs en psychologie. Lorsque les informations qui leur sont transmises leur paraissent incertaines, ces derniers peuvent ainsi choisir de s’engager dans un processus d’enquête devant permettre d’estimer les compétences ou les intérêts de leurs interlocuteurs. Deux caractéristiques de ces processus d’évaluation méritent d’être soulignées.

  • 15 Comme nous l’a judicieusement fait remarquer l’un des évaluateurs anonymes de l’article, cette déma (...)

18Relevons d’abord, concernant leur déroulement, qu’ils impliquent généralement des chercheurs qu’ils sollicitent l’avis ou le savoir-faire d’un autre spécialiste en informatique, établissant ainsi des espaces de commensurabilité à partir desquels les compétences des uns et des autres pourront être mises en rapport15. Ces évaluations se font ainsi sur le mode de la « juxtaposition » : il s’agit de pallier l’indisponibilité de repères directement mobilisables en produisant au cas par cas des rapprochements entre des actions et des décisions perçues comme comparables (Dodier, 1990, p. 131 et suivantes). Mécontent des progrès réalisés par l’un de ses collaborateurs dans l’analyse d’une partie de la collection numérique, le chef de projet peut ainsi décider de faire travailler sur les mêmes images un chercheur en informatique qui collabore indirectement avec l’équipe :

Maintenant, bon j’ai parlé il y a pas longtemps avec [un informaticien], qui travaillait avec [une collaboratrice du chef de projet]… il vient du [centre de recherche], il y a travaillé en… imagerie… Donc, il a des méthodes… il a fait des bases de données […], il avait les méthodes de l’imagerie… Il a… Je l’ai rencontré une heure. Il a travaillé… je sais pas, deux heures, en appliquant ses algorithmes sur nos données, et puis il est allé aussi loin… que ce que… […]. Il est allé aussi loin à mon avis que ce que… [un autre informaticien ayant participé préalablement au projet] avait fait en six mois. […] Alors j’ai vu qu’il avait tout de suite pigé. Si je pouvais engager quelqu’un comme ça, je le prends demain.

  • 16 Les aspects positifs de certaines formes d’invisibilité ont été souvent soulignés (Denis & Pontille (...)

19Cette mise à l’épreuve conduit le chef de projet à confirmer l’impression négative qu’il s’était faite des compétences de son collaborateur. Les deux chercheurs ne se côtoyant pas en dehors de quelques réunions, cette évaluation reste cependant inaperçue. Il s’agit là d’une seconde caractéristique de ces enquêtes : les spécialistes en STI dont elles mettent à l’épreuve les compétences ou les motivations ignorent le plus souvent les doutes qui habitent les chercheurs en psychologie. À la manière du chercheur en informatique dans l’échange analysé plus haut, les spécialistes en STI prétendent généralement à une forme d’expertise lorsqu’ils proposent aux chercheurs un plan d’action concernant l’une ou l’autre de leurs demandes. Une mise en cause explicite de la pertinence de leurs propositions est ainsi susceptible de prendre d’emblée une tournure conflictuelle. Dans les observations que nous avons effectuées, la seule collaboratrice dont les suggestions produisent des réactions claires de défiance est la technicienne associée au projet. Certaines des informations qu’elle transmet sont désignées explicitement comme nécessitant confirmation par un autre intervenant – parfois même lorsqu’elle indique avoir elle-même obtenu l’approbation de celui-ci avant d’en discuter avec les chercheurs. Ce point possède une certaine importance relativement à la problématique de l’(in)visibilité propre aux contributions des techniciens dans les processus de recherche. Dans son article célèbre sur les techniciens de laboratoire du XVIIe, S. Shapin interroge les conditions dans lesquelles ces contributions deviennent manifestes, en soulignant que les compétences des techniciens se trouvent d’emblée mises en cause lorsqu’un problème intervient dans le déroulement des expériences (1989, p. 558). On peut voir là un argument pour élargir la perspective portée sur le travail des « petites mains » à une prise en considération plus systématique des cas où il se trouve mis en visibilité16. Il s’agirait alors de se demander quand et comment les contributions des différents participants à une activité peuvent se trouver mises en cause lorsque survient un problème. Au sein du projet étudié, ce qui fait le propre du statut de la technicienne par rapport à celui des autres spécialistes en informatique participant au projet semble être la possibilité que son travail ou ses prises de position soient désignés en sa présence comme sujets à caution.

Vigilance et modalités d’engagement des spécialistes en STI dans le projet

  • 17 Pour reprendre les termes de M. de Certeau (1981, p. 378) : « Le vraisemblable, c’est le discours d (...)

20En résumant ces différents éléments, on peut suggérer que l’enjeu pour les spécialistes en informatique est de parvenir à faire voir les limites qu’ils fixent aux possibilités d’action de l’équipe comme indépendantes de leurs propres capacités. Elles doivent pouvoir être conçues par les chercheurs en psychologie comme la conséquence d’impératifs techniques ou d’un manque de ressources inhérent au projet. A. Woodfield relève à propos de la déférence sémantique que l’autorité de l’expert tient à ce qu’il est perçu comme donnant accès aux « normes qui déterminent l’usage objectivement correct des mots » (Woodfield, 2000, p. 40). Ce sont ces normes que vise en fin de compte la déférence, l’expert ne possédant ce statut qu’en tant qu’il peut prétendre les interpréter. Dans l’extrait que nous avons étudié, l’énoncé du chercheur en informatique (« je vais voir si c’est possible ») fonctionne sur un mode similaire, faisant valoir sa capacité à identifier des contraintes objectives que ne peuvent percevoir les chercheurs en psychologie. La compétence du chercheur en informatique se trouve ainsi marquée sur le plan énonciatif par un curieux mélange de présence et d’absence : elle se traduit par une aptitude à s’éclipser pour faire apparaître un ordre du possible indépendant de l’appréciation qu’il en fait17.

21Compte tenu des enjeux que revêtent pour eux les informations qui leur sont transmises, les chercheurs en psychologie sont ainsi appelés à se questionner sur la pertinence de s’en remettre à tel ou tel spécialiste en informatique concernant la résolution d’un problème ou la définition des possibilités techniques qui s’offrent à eux. Si leurs doutes trouvent le plus souvent une forme de résolution au travers des processus d’évaluation que nous avons évoqués, ils peuvent parfois se révéler moins faciles à écarter. C’est notamment le cas relativement à la nécessité de déterminer au préalable les catégories propres à la base de données, que n’avaient pas anticipée les chercheurs et qui rend très délicate la construction du modèle de données. L’acceptation de cet impératif constitue une forme de renoncement pour les chercheurs, puisqu’il implique d’abandonner l’ambition de produire une base de données entièrement modulable, qui pourrait être adaptée à des besoins et des usages encore indéfinis. La rigidité relative du modèle de données limite ainsi les possibilités de revirements analytiques dans le cadre même du projet, mais suppose plus généralement que la base de données ne pourra pas être facilement remobilisée pour des enquêtes aux objectifs différents : ce sont à la fois les possibilités d’intéressement vis-à-vis d’autres équipes de recherche et la durée de vie potentielle de l’infrastructure numérique qui sont en jeu.

  • 18 J. Hardwig (1991) développe sur deux plans la problématique de la confiance susceptible d’être port (...)

22Les efforts nécessaires au développement de la base de données étant considérables, ces limitations sont difficiles à accepter pour les chercheurs. Face à l’unanimité de leurs interlocuteurs des STI, ils s’y résolvent malgré tout. Mais le chef de projet continue de s’interroger : et si d’autres interlocuteurs trouvaient le moyen de contourner les obstacles techniques à un modèle de données plus plastique ? Pour lui, la difficulté à trait au mode d’engagement dans le projet des spécialistes en informatique avec lesquels collaborent les chercheurs : s’ils y étaient plus directement rattachés, si leur implication était supérieure, peut-être seraient-ils amenés à inventer des solutions à ce problème fondamental pour l’équipe. On voit poindre ici une autre dimension de la vigilance qui anime les chercheurs, qui concerne l’engagement des spécialistes en informatique vis-à-vis du projet plutôt que leurs compétences. S’engage ainsi chez les chercheurs un questionnement sur les motivations et les intérêts de leurs collaborateurs, qui les amène à rechercher dans l’attitude de ces derniers des indices de leur rapport à ce que l’équipe essaie d’accomplir. Les propositions de solution inattendues d’un spécialiste en informatique concernant un problème qu’ils s’étaient résolu à considérer comme indépassable – l’impossibilité d’apporter de manière autonome des modifications aux catégories inscrites dans l’outil d’annotation par exemple – peuvent ainsi être ressaisies par les chercheurs en psychologie comme le signe que celui-ci possède un intérêt véritable pour le projet. Les marques de l’engagement individuel des spécialistes en STI vis-à-vis du projet ne suffisent cependant pas à combler les attentes des chercheurs en psychologie. Le chef de projet exprime ainsi en entretien son souhait d’instaurer un partenariat plus formel avec des collaborateurs qui seraient prêts à accompagner son équipe « jusqu’au bout ». Son ambition est de mettre sur pied un collectif de recherche qui fasse cause commune par-delà les appartenances disciplinaires, dont les membres s’investiraient conjointement dans le projet, consentant à des efforts équivalents pour en assurer le succès et l’accompagnant jusqu’à son terme. Dans cette perspective, en instaurant un partenariat étroit et ratifié sur le plan institutionnel avec leurs collaborateurs des STI, les chercheurs en psychologie pourraient plus aisément compter sur leur motivation à faire avancer le projet – et ainsi, sur la qualité des informations qu’ils leur transmettent18. D’une façon générale, il s’agit donc pour les chercheurs en psychologie d’identifier ou de produire des garanties de l’engagement des spécialistes en informatique qui leur permettent de s’assurer qu’ils mettront véritablement leurs compétences au service du projet, et que les propositions qu’ils leur soumettent auront été mûrement réfléchies. Certaines situations, fortuites ou planifiées, prennent ainsi une dimension nouvelle, ressaisies en tant qu’ « épreuves de l’appartenance » (Stavo-Debauge, 2009, p. 417) des spécialistes à la communauté que devrait fédérer le projet.

Assurer la coordination du projet : un plan d’action vulnérable

  • 19 Cette réflexion s’inscrit de manière plus générale dans le travail de J. Dewey sur les valeurs. L’e (...)

23La seconde problématique que nous allons aborder concerne les effets de la collaboration entre chercheurs en psychologie et spécialistes en informatique sur la planification du projet. Dans un développement sur le rapport entre moyens et fins19, J. Dewey relève que les processus par lesquels nous définissons les objectifs que nous allons poursuivre et l’évaluation des ressources propices à les atteindre se trouvent dans un rapport de détermination réciproque. Retenir une fin pour notre activité suppose de s’appuyer sur une représentation, aussi imprécise soit-elle, des moyens à notre disposition pour y parvenir. Comme il l’indique, « les propositions évaluant les choses (actes et matériaux) comme moyens contribuent nécessairement à la constitution des désirs et des intérêts qui déterminent les valeurs prises comme fins » (Dewey, 2011 [1939], pp. 121-122, en italique dans l’original). Une telle perspective permet de mettre l’accent sur la vulnérabilité du plan, en tant que dispositif d’orientation des pratiques (Thévenot, 2006), à une réévaluation des ressources dont il implique la mise en œuvre.

  • 20 Dans l’article où il offre une première définition de la notion de « travail d’articulation », Stra (...)
  • 21 Le travail d’articulation concerne ainsi aussi bien l’agencement temporel d’activités interdépendan (...)

24Cette problématique de la réciprocité des moyens et des fins prend une importance particulière dans le cadre du projet que nous avons étudié. En effet, l’identification des ressources informatiques susceptibles d’être mobilisées dans le cadre du projet passe pour les chercheurs en psychologie par le recours à leurs collaborateurs des STI. Ce n’est qu’en s’appuyant sur les informations que ceux-ci leur transmettent que les chercheurs en psychologie peuvent déterminer leurs attentes et objectifs vis-à-vis des outils informatiques en constitution. Nous allons illustrer dans les pages qui suivent les conséquences de cette « dépendance épistémique » (Hardwig, 1985). Nous nous appuierons pour ce faire sur les outils analytiques développés par A. Strauss (1985, 1988) autour de la notion de « travail d’articulation » (articulation work)20. Le travail d’articulation désigne ce qui doit être mis en œuvre dans le cadre d’un projet pour assurer une division du travail adaptée aux objectifs poursuivis, la répartition de ces tâches entre les intervenants, et la coordination des efforts de ces différents intervenants21. Il s’agit à la fois des activités de planification et de coordination réalisées en amont par les acteurs portant le projet et des processus (essentiellement interactionnels pour A. Strauss) qui rendent ensuite possible son déroulement : persuasion, transfert de connaissances, négociation, manipulation, etc. Une attention importante est également portée aux « réarrangements » qu’impliquent les contingences qui ne peuvent manquer d’intervenir au cours du projet. Mobilisant ce cadre conceptuel, nous revenons dans un premier temps sur la manière dont le chef de projet met à l’épreuve sa « vision » de ce que va apporter à l’équipe le recours aux technologies numériques. Plus spécifiquement, nous illustrons les transformations que subit cette « vision » au fil des échanges du chef du projet avec les spécialistes en informatique. Nous décrivons ensuite le « travail de prévention de l’erreur » que les spécialistes en STI sont susceptibles d’entreprendre à l’égard des efforts de planification déployés par les chercheurs en psychologie. À partir d’un nouvel extrait de réunion d’équipe, nous montrons qu’ils peuvent dès lors intervenir activement dans le déroulement du projet.

Mettre à l’épreuve une « vision » : les spécialistes en STI comme informateurs

  • 22 Les difficultés rencontrées par les chercheurs semblent résider à la fois dans la nature composite (...)

25Durant les mois qui précèdent le lancement du projet prend place un processus de sélection visant à pourvoir les deux postes créés à cette occasion : il s’agit de recruter un doctorant et un post-doctorant. Selon le descriptif publié lors de la mise au concours, les candidats à ce second poste doivent être au bénéfice d’un « doctorat en informatique (computer science) / traitement de l’image (image processing) avec expériences de recherche en sciences humaines et sociales [ou d’un] doctorat en sciences humaines et sociales avec expériences de recherche en traitement de l’image ». Il est par ailleurs attendu d’eux qu’ils soient à même de participer au « traitement informatique des images et [à l’]analyse de données digitalisées ». Le processus de recrutement se soldera par un échec relatif, les chercheurs devant se résoudre à l’idée qu’ils sont – selon les mots du chef de projet – à la recherche d’un « mouton à cinq pattes »22. Les entrevues avec les candidats prennent toutefois une importance particulière pour le chef de projet :

((…)) j’avais eu un premier contact avec [nom de l’informaticien], qu’on [a choisi d’] engage[r]. Je l’ai rencontré à la cafétéria à [nom d’une ville voisine], ah dans le courant octobre comme ça… Juste pour boire un café, etc. Et il m’avait dit quelques idées qu’il pouvait avoir sur comment on pouvait analyser les images, et ça m’avait fait entrevoir si on veut une variété de méthodes, tu vois… quand il parlait de segmentation… de l’image et puis de faire des analyses au fond… par zones… comparer une zone par rapport à une autre… et puis faire des hypothèses sur le fait que dans cette zone il y a plus de chances que d’autres d’avoir l’image principale ou pas… enfin, et puis par ce moyen-là de… détecter si on veut la représentation centrale de l’image… Donc j’ai vu qu’il y avait des méthodes autres que simplement pixel par pixel… Et puis aussi au niveau des manières de faire du clustering, c’est en discutant avec ces gens si tu veux… c’est en discutant avec [nom de l’informaticien], c’est en discutant après avec… les candidats… à qui il fallait expliquer ce que j’espérais trouver au bout… que j’ai précisé un tout petit peu les choses sur comment je vois le machine learning. Maintenant, j’ai une idée de comment on pourrait faire le machine learning. Je sais pas si ça marchera, mais j’ai une idée…

26Le chef de projet revient sur sa rencontre avec l’informaticien auquel sera finalement attribué le poste décrit plus haut. Il évoque les informations que celui-ci lui a transmises concernant diverses modalités de traitement d’images, en mettant en lien cette situation avec les entretiens plus formels réalisés dans le cadre du recrutement proprement dit. Le point sur lequel nous voudrions insister renvoie au chaînage qu’introduit le chef de projet entre ces informations et le fait qu’il a désormais « une idée de comment [l’équipe] pourrait faire le machine learning ». Le processus de recrutement apparaît comme une occasion pour le chef de projet de présenter ses objectifs à plusieurs spécialistes en STI, dont les propositions concernant l’analyse computationnelle des dessins lui permettent de développer une représentation plus claire des ressources analytiques qui pourraient ou devraient être produites dans le cadre du projet. Au sein du dispositif élaboré pour évaluer les compétences des candidats se joue ainsi discrètement une autre mise à l’épreuve, celle du plan d’action que cherche à préciser et à solidifier le chef de projet. Les candidats apparaissent soudain comme des informateurs, le cadre instauré par le recrutement se révélant d’autant plus propice à cet effet que leurs diverses suggestions peuvent être d’emblée comparées et confrontées.

  • 23 Suggérons que nous sommes proches ici de la perspective de M. Akrich, qui décrit le travail de conc (...)

27Dans la définition qu’il propose du travail d’articulation, A. Strauss souligne que tout projet « doit commencer avec une vision – une image, une idée, une notion – de ce qui peut, pourrait, ou devrait être fait », qui sera ensuite soumise « aux réactions et à l’approbation » des partenaires pertinents pour la conduite du projet (1988, p. 165, nous traduisons). Concernant le projet étudié, cette « vision » implique originellement – c’est-à-dire plusieurs années avant le lancement du projet proprement dit – le développement d’une base de données rassemblant les dessins récoltés dans le cadre de plusieurs recherches distinctes : le chef de projet y voit l’occasion d’instaurer des formes de partage et de pérennisation des données, ainsi que de pallier le problème que représente l’inaccessibilité des dessins pour les lecteurs des analyses qui s’y rapportent. Cet objectif initial relatif au partage des données passe au second plan à mesure que s’affirment les possibilités analytiques liées au traitement informatisé des images numériques. Mais ces possibilités se manifestent d’abord de manière très imprécise. Comme l’indique le chef de projet dans l’extrait ci-dessus, les ambitions de l’équipe se fondent dans un premier temps sur l’idée que l’analyse des pixels (coordonnées et surtout intensité lumineuse) offrirait des indices de comparaison intéressants pour les images de la collection. La reconnaissance d’objets apparaît ensuite comme une ressource plus pertinente, permettant de mettre directement en rapport les figures représentées en fonction de leur emplacement sur l’image et de certaines de leurs caractéristiques. Les retours et commentaires des spécialistes en informatique auxquels ont accès les chercheurs en psychologie sont au principe de ce déplacement23.

28On voit comment la « vision » qu’entretient le chef de projet quant à la manière dont les technologies numériques sont susceptibles d’intervenir dans le projet se transforme au fil de ses échanges avec les spécialistes en STI. Le processus de définition des méthodes d’analyse qui seront mises en œuvre dans le cadre du projet se traduit ici par une série d’allers-retours entre les chercheurs en psychologie et les spécialistes en informatique, qui implique la révision voire l’abandon de certaines des options préalablement retenues. La constitution de la nouvelle base de données a ainsi été mise en suspens après quelque huit mois de travail, l’équipe choisissant de se concentrer sur le développement des outils d’analyse. Ces revirements se révèlent éprouvants pour les chercheurs, du fait des impératifs liés à la temporalité du projet et de la nécessité de produire à moyen terme des résultats de recherche. De telles difficultés de planification semblent constituer une problématique fréquente et souvent sous-estimée par les chercheurs dans les projets de recherche en humanités numériques (Thaller, 2012, p. 10).

« Travail de prévention de l’erreur » et interventions dans la coordination du projet : les spécialistes en STI comme prescripteurs

29La participation au projet des spécialistes en informatique ne se limite toutefois pas aux conseils sollicités par les chercheurs, comme nous allons maintenant le voir. L’interaction retranscrite ci-dessous provient de la réunion de lancement du projet. Le chef de projet (CP) et les chercheurs en psychologie sont présents, ainsi que leurs collaborateurs du pôle informatique, dont la responsable de l’infrastructure numérique (RI) sur laquelle il était alors prévu que les données du projet soient implémentées. L’échange intervient dans les dernières minutes de la réunion.

30Dans le premier tour de parole, le chef de projet énonce les contraintes que doivent prendre en compte les membres de l’équipe « locale » du projet. Ces contraintes sont rendues prégnantes par l’importance supposée de leurs activités pour celles de leurs collaborateurs à l’étranger : le « nous » de l’équipe locale est opposé au « eux » des chercheurs iraniens et brésiliens. Ce qui doit circuler des premiers en direction des seconds couvre un large spectre : un « outil », une « interface », mais aussi des instructions quant à la manière de « mett[re] les données sur la base » et de les analyser. L’opérateur à qui il incombe d’assurer cette circulation est le chef de projet lui-même, comme l’indique le passage du « eux » au « vous » aux lignes (5-6), qui le projette dans une situation d’énonciation future impliquant les chercheurs étrangers. Le chef de projet se trouve ainsi investi de la responsabilité d’assurer la coordination des différents intervenants, une coordination qui renvoie d’une part à la nécessité de répartir entre eux les tâches à exécuter, mais qui suppose également que ces tâches soient organisées séquentiellement.

31Faisant intervenir la compétence du chef de projet à clôturer la réunion en répartissant entre les membres de l’équipe les tâches à réaliser, le cadre de participation instauré par cette première énonciation n’est pas a priori dialogique (Goffman, 1981, pp. 137-143). En revanche, c’est bien un cadre dialogique que suggère le geste introductif de la responsable de l’infrastructure numérique, qui fonctionne comme une forme d’excuse annonçant sa prise de parole. Comme celle du chef de projet, cette prise de parole actualise une contrainte dans la situation d’énonciation. Mais il s’agit cette fois d’une contrainte d’ordre technique (« le fait que vous ayez la possibilité d’annoter sur [nom de la plateforme numérique] implique que vous sachiez comment vous allez annoter »). Cette contrainte pèse sur l’ensemble de l’équipe, qui doit déterminer des critères d’annotation avant d’employer l’outil d’annotation incorporé à la plateforme numérique. Les modalités de coordination proposées par le chef de projet apparaissent ainsi comme problématiques : elles ne prendraient pas en considération un aspect essentiel des conditions avec lesquelles doit composer l’équipe.

Figure 2. Une image issue de la séquence analysée : la responsable de l’infrastructure numérique prend la parole à la suite du chef de projet (04:36:34).

Figure 2. Une image issue de la séquence analysée : la responsable de l’infrastructure numérique prend la parole à la suite du chef de projet (04:36:34).

À droite, le chef de projet, bras croisés. À gauche, le doigt levé de la responsable de l’infrastructure numérique.

  • 24 À propos des actes communicationnels propres à la vulgarisation scientifique, É. Véron remarque que (...)

32La responsable de l’infrastructure numérique replace ensuite son énonciation dans le cours plus large de la réunion, en l’identifiant comme la réitération d’une remarque déjà faite précédemment et en s’en excusant (« j’suis navrée hein mais j’en reviens toujours au modèle de données »). Cet énoncé est défini par le rapport causal qu’il entretiendrait avec ce qui précède (« donc euh j’en reviens »). Le fait de soumettre à nouveau à l’équipe une thématique déjà abordée apparaît ainsi pour elle comme une forme d’obligation. De cette manière, la contrainte technique qu’elle évoque vient également fonder la pertinence et la nécessité de sa propre énonciation. Cette contrainte que ses compétences lui permettent d’identifier l’a fait parler : elle doit faire part du problème au chef de projet, qui ne l’appréhende manifestement pas aussi clairement24. Le fait qu’elle mette en cause les objectifs que donne le chef de projet à l’équipe et l’enjoigne sur le mode déontique à intégrer ce dont elle fait état à sa planification apparaît dès lors comme une conséquence de l’asymétrie épistémique qui existerait entre eux – et, plus généralement, des obstacles auxquels serait objectivement confronté le projet (« mais il faut que vous commenciez par là hein ! il faut que vous commenciez par là »).

33L’intervention de la responsable de l’interface relève de ce que A. Strauss nomme le « travail de prévention de l’erreur » (error work), désignant par là les « tâches nécessaires à la prévention, la diminution, la définition, la détection, la dissimulation, la rectification, l’estimation des conséquences des erreurs » (Strauss, Fagerhaugh, Suczek, & Wiener, 1997, p. 242, nous traduisons). Dans le cas étudié, cet effort de prévention concerne directement le travail d’articulation réalisé par le chef de projet, qui planifie les opérations que devront accomplir les participants et identifie les lacunes du dispositif en constitution. En réponse, la responsable de l’interface numérique s’attribue la capacité d’identifier certains obstacles indiscernables pour le chef de projet. Elle fait ainsi jouer l’écart de compétences postulé entre eux pour justifier à la fois son intervention et son opposition à la projection du chef de projet. Autrement dit, cet écart vient soutenir la légitimité qu’elle s’octroie à interférer dans la conduite du projet. Dans les termes de Dewey, la réévaluation des moyens à disposition vient fonder la nécessité d’un recalibrage des fins-en-vue assignées à l’activité du collectif.

  • 25 Dans son travail sur le commandement et l’autorité, Y. Cohen souligne la force performative attaché (...)

34Cet extrait offre une illustration de la manière active dont les spécialistes en informatique sont susceptibles d’intervenir dans la coordination du projet. Si de telles interventions ne prennent le plus souvent pas un aspect aussi agonistique, elles impliquent de manière générale une confrontation entre la légitimité des chercheurs – en particulier celle du chef de projet – à conduire leur recherche comme ils l’entendent, et l’autorité à laquelle peuvent prétendre les spécialistes en informatique en faisant valoir entre eux une asymétrie de compétences et de connaissances relativement aux ressources susceptibles d’être mobilisées par l’équipe25. Loin de se cantonner au rôle d’informateurs que tendent à leur octroyer les chercheurs, ces derniers peuvent ainsi se positionner de manière forte vis-à-vis de la conduite du projet. Les informations qu’ils transmettent apparaissent dès lors comme des prescriptions qu’il est nécessaire pour les chercheurs de suivre s’ils veulent en assurer le bon déroulement.

Conclusion

35À mesure que la mise en place d’infrastructures de recherche dédiées devient un phénomène plus commun dans les projets de recherche en SHS, les collaborations entre chercheurs et spécialistes des STI s’affirment comme un enjeu important pour ces disciplines. L’appel à des modalités de collaboration plus égalitaires et participatives (McCarty, 2012) n’épuise pas cette problématique, qui ne peut être réduite à la question des statuts octroyés aux spécialistes en informatique. Il ne s’agit pas seulement de revaloriser le travail effectué par ces derniers, mais également de mettre en lumière les difficultés propres à ces collaborations pour ceux qui y participent et les conséquences que ces difficultés possèdent sur le déroulement des projets de recherche. C’est l’objectif que s’est fixé cet article, en cherchant à restituer les points saillants des collaborations entre chercheurs en psychologie et spécialistes en STI qui prennent place dans le cadre du projet de recherche étudié.

36Notre analyse montre que la conception des outils informatiques destinés au projet doit être appréhendée comme une activité proprement collective, les contributions des spécialistes en informatique possédant un impact considérable sur ce travail de définition. Dans la première partie de cet article, nous avons cherché à illustrer l’ambivalence que présentent pour les chercheurs en psychologie les affirmations et propositions de leurs collaborateurs des STI. Disposent-ils des connaissances et du savoir-faire nécessaires ? Ressentent-ils un engagement réel à l’égard du projet, ou poursuivent-ils des intérêts qui leur sont propres ? On a vu comment la vigilance que développent les chercheurs en psychologie à l’égard des spécialistes en informatique les pousse à mettre à l’épreuve de manière répétée leurs compétences et leur investissement dans le projet. La seconde partie de notre analyse a abordé la question de la planification du projet, en montrant la part qu’y prend la collaboration entre chercheurs en psychologie et spécialistes en informatique. Nous avons d’abord relevé que la « vision » qu’ont les chercheurs de l’inscription des technologies numériques dans le projet dépend de manière prépondérante des représentations qu’ils se font des ressources à leur disposition. Or ces représentations sont profondément dépendantes des informations que leur transmettent les spécialistes en STI. Mais nous avons également montré comment ces derniers peuvent eux-mêmes intervenir directement dans la conduite du projet en mettant en scène les asymétries épistémiques postulées entre eux et les chercheurs en psychologie relativement aux problématiques informatiques. Ils passent ainsi du statut d’informateurs à celui de prescripteurs, susceptibles de dicter eux-mêmes le déroulement du projet.

  • 26 Cette réflexion s’inspire librement du travail de Joan Stavo-Debauge (2009).

37Que retenir du parcours qu’a tracé notre enquête ? Nous voudrions suggérer qu’il fait apparaître en filigrane la problématique de la consistance de la communauté qui s’est constituée autour du projet, à travers les questions conjointes de l’appartenance et de l’hospitalité26Appartenance, parce que le rapport qu’entretiennent au projet leurs collaborateurs des STI interroge les chercheurs en psychologie. À quel point sont-ils engagés dans et par cette entreprise ? Que représente pour eux le succès du projet ? Se dessine ici l’horizon d’une communauté de recherche idéale – dont les membres seraient prêts à travailler ensemble « jusqu’au bout », pour reprendre les termes du chef de projet. Hospitalité, parce que les chercheurs en psychologie sont amenés à se demander ce qu’ils sont prêts à accepter de la part de leurs collaborateurs des STI. Jusqu’à quel point faut-il les laisser intervenir dans le projet ? Dans quelles conditions la déférence est-elle de mise ? Quand doivent-ils au contraire mettre en doute la pertinence de leurs contributions ? La participation au projet des spécialistes en informatique est dès lors appréhendée à partir de son impact potentiellement délétère. Ces deux lignes de questionnement marquent une tension entre la volonté d’associer étroitement les spécialistes en informatique au projet et les craintes que suscite leur participation. C’est bien là ce qui fait selon nous l’équivoque de ces collaborations.

Cet article a bénéficié de la lecture attentive ainsi que des suggestions et critiques de Dominique Vinck, Fabienne Malbois, Joan Stavo-Debauge et Laurence Kaufmann. Je les en remercie vivement. Ma reconnaissance va également aux évaluateurs anonymes de la Revue d’anthropologie des connaissances, pour leur patient travail de relecture et leurs conseils avisés. Enfin, cette enquête n’aurait évidemment pas été possible sans l’accueil que m’ont réservé les membres du projet de recherche étudié. Je leur suis reconnaissant de leur générosité et de leur curiosité. Le contenu du présent texte n’engage évidemment que moi.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M. (1993). Les formes de la médiation technique. Réseaux11(60), 87-98.

Bowker, G. (2000). Biodiversity Datadiversity. Social Studies of Science30(5), 643-683.

Bowker, G. & Millerand, F. (2008). Metadata, trajectoires et “énaction”, in B. Lahire & C. Rosental (dir.), La cognition au prisme des sciences sociales (pp. 277-303). Paris : Éditions des Archives Contemporaines.

Brown, C. (2003). The changing face of scientific discourse: Analysis of genomic and proteomic database usage and acceptance. Journal of the American Society for Information Science and Technology54(10), 926-938.

Callon, M. (1981). Struggles and negotiations to define what is problematic and what is not, in K. Knorr, R. Krohn, & R. Whitley (eds.), The Social Process of Scientific Investigation (pp. 197-219). Dordrecht: Reidel Publishing Company.

Certeau, M. de. (1981). Une pratique sociale de la différence : croire. Publications de l’École française de Rome51(1), 363-383.

Chateauraynaud, F. & Torny, D. (2013 [1999]). Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Paris : Éditions de l’EHESS.

Cohen, Y. (2013). Le siècle des chefs : une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940). Paris : Amsterdam.

Collectif (2010). Manifeste des Digital humanities. Récupéré à l’adresse : tcp.hypotheses.org/318

Cooren, F. (2013 [2010]). Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie. Lormont : Le Bord de l’eau.

Cuff, E. C. (1993). Problems of versions in everyday situations. Washington: University Press of America.

Dacos, M. & Mounier, P. (2014). Humanités numériques. État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international (Rapport commandé par l’Institut français, opérateur du ministère des Affaires étrangères pour l’action culturelle extérieure de la France). Marseille : OpenEdition.

Deegan, M. & McCarty, W. (2012). Collaborative Research in the Digital Humanities. Farnham: Ashgate Publishing, Ltd.

Denis, J. & Pontille, D. (2012). Travailleurs de l’écrit, matières de l’information. Revue d’anthropologie des connaissances6(1), 1-20.

Dewey, J. (1993 [1934]). Logique : la théorie de l’enquête. Paris : PUF.

Dewey, J. (2011 [1939]). La formation des valeurs. Paris : La Découverte.

Dodier, N. (1990). Représenter ses actions. Le cas des inspecteurs et des médecins du travail, in P. Pharo & L. Quéré (dir.), Les formes de l’action (pp. 115-148). Paris : Éditions de l’EHESS.

Edmond, J. (2005). The role of the professional intermediary in expanding the humanities computing base. Literary and Linguistic Computing20(3), 367-380.

Edwards, P., Mayernik, M., Batcheller, A., Bowker, G., & Borgman, C. (2011). Science friction: Data, metadata, and collaboration. Social Studies of Science41(5), 667-690.

Gailey, A. (2010). Yale, the past and the future. Humanist Discussion Group23(649).

Goffman, E. (1981). Forms of talk. Oxford: Blackwell.

Goldman, A. I. (2001). Experts: Which Ones Should You Trust?. Philosophy and Phenomenological Research63(1), 85-110.

Hardin, R. (2006). Trust. Cambridge: Polity Press.

Hardwig, J. (1985). Epistemic Dependence. The Journal of Philosophy82(7), 335-349.

Hardwig, J. (1991). The Role of Trust in Knowledge. The Journal of Philosophy, 88(12), 693-708.

Heaton, L. & Millerand, F. (2013). La mise en base de données de matériaux de recherche en botanique et en écologie. Revue d’anthropologie des connaissances7(4), 885-913.

Hockey, S. (2004). The History of Humanities Computing, in S. Schreibman, R. Siemens, & J. Unsworth (eds.), A companion to digital humanities (pp. 3-19). Malden: Blackwell.

Jungen, C. (2013). Savoirs fragmentés. Des catalogueurs, des bobines de microfilm, et la collecte du « patrimoine arabe et islamique ». Revue d’anthropologie des connaissances7(4), 915-939.

Kaufmann, L. (2006). Les voies de la déférence. Sur la nature des concepts sociopolitiques. Langage et société117(3), 89-116.

Latour, B. (1995 [1987]). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : Gallimard.

Latour, B. (2006 [2005]). Changer de société, refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Leonelli, S. & Ankeny, R. A. (2012). Re-thinking organisms: The impact of databases on model organism biology. Studies in History and Philosophy of Science. Part C: Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences43(1), 29-36.

Lynch, M. (1985). Art and artifact in laboratory science: a study of shop work and shop talk in a research laboratory. London-Boston: Routledge & Kegan Paul.

Lynch, M. & Woolgar, S. (eds.). (1990). Representation in scientific practice. Cambridge: MIT Press.

Malbois, F. & Gonzalez, P. (2013). La critique saisie par les sociologies pragmatiques. Sur le geste de Dorothy E. Smith (1/2). Revue électronique des sciences humaines et sociales.

McCarty, W. (2010). At Yale (past), at the MLA (future). Humanist Discussion Group23(647).

McCarty, W. (2012). Collaborative Research in the Digital Humanities, in M. Deegan & W. McCarty (eds.), Collaborative Research in the Digital Humanities (pp. 1-10). Farnham: Ashgate Publishing.

McCarty, W. (2014). Humanities computing. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Millerand, F. (2011). Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire. Terrains & travaux18(1), 215-237.

Millerand, F. (2012). La science en réseau : les gestionnaires d’information « invisibles » dans la production d’une base de données scientifiques. Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1), 163-190.

Proulx, S. & Heaton, L. (2012). La construction locale d’une base transnationale de données en botanique. Revue d’anthropologie des connaissances6(1), 141-162.

Quéré, L. (2005). Les « dispositifs de confiance » dans l’espace public. Réseaux132(4), 185-217.

Ramsay, S. (2011). Who’s In and Who’s Out. Conférence présentée dans le cadre du panel « History and Future of Digital Humanities » à la MLA Convention.

Schegloff, E. (1972). Notes on a Conversational Practice: Formulating Place, in D. Sudnow (ed.), Studies in social interaction (pp. 75-119). New York: The Free Press.

Schmidt, K. & Simone, C. (1996). Coordination mechanisms: Towards a conceptual foundation of CSCW systems design. Computer Supported Cooperative Work (CSCW)5(2-3), 155-200.

Shapin, S. (1989). The Invisible Technician. American Scientist77, 554-563.

Smith, D. (1978). « K is Mentally Ill ». The Anatomy of a Factual Account. Sociology12(1), 23-53.

Smith, D. (1979). On sociological description: A method from Marx. Human Studies4(1), 313-337.

Star, S. L. & Strauss, A. (1999). Layers of silence, arenas of voice: The ecology of visible and invisible work. Computer Supported Cooperative Work (CSCW)8(1-2), 9-30.

Stavo-Debauge, J. (2009). Venir à la communauté : une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance. Thèse de doctorat. Paris : EHESS.

Strauss, A. (1985). Work and the Division of Labor. The Sociological Quarterly26(1), 1-19.

Strauss, A. (1988). The articulation of project work: An organizational process. Sociological Quarterly29(2), 163-178.

Strauss, A., Fagerhaugh, S., Suczek, B., & Wiener, C. (1997). Social Organization of Medical Work. Chicago: The University of Chicago Press.

Suchman, L. (1995). Making work visible. Communications of the ACM38(9), 56-64.

Svensson, P. (2012). Beyond the big tent, in M. Gold (ed.), Debates in the Digital Humanities (pp. 36-49). Minneapolis: The University of Minnesota Press.

Terras, M. (2013). Peering Inside the Big Tent, in M. Terras, J. Nyhan, & E. Vanhoutte (eds.), Defining the Digital Humanities. A Reader (pp. 263-270). London: Routledge.

Thaller, M. (2012). Controversies around the Digital Humanities: An Agenda. Historical Social Research37(3), 7-23.

Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement. Paris : La Découverte.

Timmermans, S., Bowker, G., & Star S. L. (1998). The architecture of difference: visibility, controllability, and comparatibility in building a nursing intervention classification, in M. Berg & A. Mol (eds.), Differences in Medicine. Unraveling Practices, Techniques, and Bodies (pp. 202-225). Durham: Duke University Press.

Unsworth, J. (2010). The State of Digital Humanities. Conférence présentée au Digital Humanities Summer Institute de l’Université de Victoria.

Véron, É. (1997). Entre l’épistémologie et la communication. Hermès21, 25-32.

Vinck, D. (1999). Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique : contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales. Revue française de sociologie40(2), 385-414.

Vion, R. (2001). Effacement énonciatif et stratégies discursives, in M. de Mattia, M. Arabyan, & R. Rivara (dir.), De la syntaxe à la narratologie énonciative (pp. 331-354). Gap : Ophrys.

Woodfield, A. (2000). Reference and deference. Mind & Language15(4), 433-451.

Zimmerman, A. S. (2008). New Knowledge from Old Data: The Role of Standards in the Sharing and Reuse of Ecological Data. Science, Technology & Human Values33(5), 631-652.

Haut de page

Notes

1 Ce manifeste a été écrit à l’issue d’un ThatCamp organisé par M. Dacos et P. Mounier dans le cadre du séminaire en humanités numériques qu’ils animent à l’EHESS. Le premier ThatCamp (The Humanities and Technology Camp) a été mis sur pied par le Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie) en 2008. L’organisation de ces rencontres est conçue comme faisant rupture avec celle des colloques scientifiques classiques : il s’agit d’encourager des modes de participation plus symétriques en mettant l’accent sur la discussion collective de thématiques proposées et choisies en commun par les participants. De telles « non-conférences » (unconferences) ont depuis été organisées dans différents pays, dont trois à Paris (2010, 2012 et 2015). La liste des signataires du manifeste est disponible via tcp.hypotheses.org/412.

2 En 2009, l’organisation d’un colloque en humanités numériques à l’Université de Yale a ainsi donné lieu à une brève controverse à partir d’une intervention de W. McCarthy (2010) décrivant sa participation à l’événement comme une expérience « exaltante ». En réponse, A. Gailey (2010), J. Unsworth (2010) et S. Ramsay (2011) ont fait valoir des avis contrastés sur ce que pouvait impliquer pour les humanités numériques qu’une université de l’Ivy League s’y rattache. À noter que le Yale Digital Humanities Lab a été créé en 2015.

3 Nous choisissons d’employer ce terme pour désigner de manière unitaire les différents intervenants du pôle informatique de ces projets, quel que soit leur statut institutionnel (chercheurs, informaticiens, techniciens de recherche, etc.). Il s’agit évidemment là d’une approximation quelque peu problématique : des profils « hybrides » existent, et il est probable qu’ils puissent contribuer de manière importante au bon déroulement des projets auxquels ils participent (Edmond, 2005). La distinction entre les intervenants responsables du travail scientifique et ceux auxquels revient le développement des infrastructures de recherche semble cependant rester opératoire dans bon nombre de projets (McCarty, 2014).

4 Cette enquete a été réalisée en collaboration avec Dominique Vinck et les données analysées récoltées collectivement.

5 Le caractère parfois évasif des descriptions que nous offrons du projet découle de notre volonté d’éviter qu’il ne soit trop facilement reconnu. Si certaines des informations que nous choisissons de ne pas divulguer auraient pu renforcer les analyses que nous proposons, leur absence ne porte pas outre mesure préjudice à notre propos.

6 Nous faisons ici le choix de nous concentrer sur les échanges langagiers plutot que sur les écrits et autres « objets intermédiaires » (Vinck, 1999) qui circulent entre les membres de l’équipe et leurs collaborateurs des STI.

7 Ce travail d’annotation aurait lui-meme pu faire l’objet d’une analyse détaillée, dans la lignée des recherches sur les pratiques scientifiques de visualisation et de schématisation qu’a notamment contribué à développer M. Lynch (Lynch & Woolgar, 1990).

8 Elle est à ce titre comparable au matériau empirique analysé par M. Lynch (1985) dans son travail sur le « shop talk » scientifique. Comme nous allons le voir, ce n’est toutefois pas la manière dont les participants parviennent à un accord qui nous intéresse directement ici.

9 En informatique, une librairie ou bibliothèque logicielle (library en anglais) est une collection de « routines » utilisables par un programme : portions de code associées à une opération spécifique. En précisant qu’il s’agit là d’une librairie tierce, le chercheur en informatique indique qu’il ne l’a pas produite lui-même et ses propriétés pourraient l’empêcher de réaliser la transformation demandée. Soulignons par ailleurs que l’emploi de cette formulation (« librairie tierce ») sur un mode interrogatif vient marquer la possibilité que le doctorant en psychologie ne maîtrise pas ce lexique. Ce faisant, elle associe le chercheur en informatique à une classe de membres dont le doctorant est implicitement exclu (Schegloff, 1972, pp. 93-94).

10 On mesure la proximité qu’entretient cette perspective avec le travail de B. Latour (1995, pp. 59-151) sur la « rhétorique scientifique », en particulier lorsque celui-ci propose de considérer les références à l’aide desquelles un auteur étaie son propos comme autant d’ « alliés » que devront prendre en considération ses opposants. Il revient cependant à F. Cooren d’avoir travaillé à formaliser l’usage de ces propositions pour l’analyse des interactions verbales.

11 Ces deux processus sont évidemment susceptibles de faire l’objet de négociations entre les participants, le chercheur en informatique pouvant par exemple contester la factualité du problème dont font état les chercheurs en psychologie, et ces derniers pointer les désagréments que pourraient entraîner pour eux les solutions proposées.

12 Notre argument est donc que le « problème de versions » dont il est question ici se manifeste effectivement comme tel aux acteurs, ce qui n’est pas le cas dans l’exemple analysé par D. Smith (Cuff, 1993, p. 34). Un retour d’enquête intermédiaire aux membres de l’équipe a offert une confirmation supplémentaire de leur sensibilité à cette problématique et de l’importance qu’elle possède pour eux.

13 Pour une clarification des rapports entre déférence sociale, déférence épistémique et déférence sémantique, cf. Kaufmann, 2006, p. 92 et suivantes. De cette discussion, on relèvera en particulier que la perspective privilégiée par les épistémologues sociaux possède une composante volontariste tendant à réduire de manière indue le champ de ce que l’on peut considérer comme des actes de déférence.

14 Directement tributaire de son intérêt pour les enjeux organisationnels de la division du travail, la perspective de A. Strauss sur l’accountability opère un déplacement par rapport aux propositions de H. Garfinkel. Il s’agit de montrer concrètement comment, par qui, à quel moment et à quelle fréquence sont évaluées les activités réalisées par les acteurs participant à un projet (Strauss, 1985, pp. 7-8).

15 Comme nous l’a judicieusement fait remarquer l’un des évaluateurs anonymes de l’article, cette démarche d’évaluation suppose que les compétences des spécialistes en informatique puissent être mises en équivalence sans problème, écartant ainsi la possibilité de réponses diverses (et diversement pertinentes) à une même problématique.

16 Les aspects positifs de certaines formes d’invisibilité ont été souvent soulignés (Denis & Pontille, 2012, p. 9). Les bénéfices de l’invisibilité en milieu professionnel concernent aussi bien ceux qui accomplissent les tâches en question, du fait du contrôle qu’un surcroît de visibilité est susceptible d’entraîner (Timmermans, Bowker, & Star, 1998, pp. 215-218), que ceux qui se reposent sur le travail ainsi accompli (Suchman, 1995, p. 58).

17 Pour reprendre les termes de M. de Certeau (1981, p. 378) : « Le vraisemblable, c’est le discours de l’autre. Mais un “autre” qui est neutre et qui légitime la crédibilité. “Neutre”, car ce discours n’est le propos ni de celui-ci ni de celui-là ; il ne comporte pas un répondant particulier qui prenne en charge une promesse ; il est le fait d’un sujet indéterminé : “ça dit”, comme dans “ça pense”. » Sur le plan linguistique, on a là un exemple d’effacement énonciatif, qui caractérise notamment les situations dans lesquelles le locuteur « fai[t] jouer au langage une fonction purement descriptive selon laquelle il se contenterait de constater et de relater les dispositions d’un monde tel qu’il serait sans l’intervention d’un sujet parlant » (Vion, 2001, p. 334).

18 J. Hardwig (1991) développe sur deux plans la problématique de la confiance susceptible d’être portée par le profane à l’expert dont il sollicite l’opinion : celui de la sincérité (truthfulness) de l’expert et celui de ses connaissances. Les doutes qui habitent ici les chercheurs sont d’un autre ordre, concernant les modalités d’engagement des spécialistes en informatique dans l’échange. Que l’expert se distingue par sa capacité à produire de nouvelles connaissances, comme le souligne A. Goldman (2001), implique de fait que le profane qui le sollicite puisse être amené à s’interroger sur ce qu’il est prêt à faire pour accéder à ses demandes. Lorsque l’expert affirme ne pouvoir offrir de réponse à la question qu’on lui pose, qu’a-t-il entrepris pour y parvenir ?

19 Cette réflexion s’inscrit de manière plus générale dans le travail de J. Dewey sur les valeurs. L’enjeu est pour le philosophe que le processus par lequel les valeurs sont fixées prenne la forme d’une enquête soucieuse de déterminer ce qui fait problème et les conditions avec lesquelles devra effectivement composer l’action.

20 Dans l’article où il offre une première définition de la notion de « travail d’articulation », Strauss (1985) définit son approche comme relevant d’un « interactionnisme pragmatiste », renvoyant le lecteur à J. Dewey et G. H. Mead.

21 Le travail d’articulation concerne ainsi aussi bien l’agencement temporel d’activités interdépendantes que leur répartition entre les acteurs (au sens large) devant les prendre en charge. Dans cette perspective, il rend possible la coopération mais peut lui-même faire l’objet de négociations en situation, et donc acquérir une dimension collective (Schmidt & Simone, 1996). Par ailleurs, tous les participants à un projet contribuent à différents niveaux – quoique de différentes manières – au travail d’articulation nécessaire à sa mise à bien, comme le montrent les analyses réalisées par A. Strauss et ses collaborateurs en milieu hospitalier (Strauss, Fagerhaugh, Suczek, & Wiener, 1997, Chapter 7).

22 Les difficultés rencontrées par les chercheurs semblent résider à la fois dans la nature composite du profil désiré et dans le peu d’enthousiasme des candidats les plus qualifiés à intégrer une équipe et une institution ne possédant guère de visibilité dans le domaine de la recherche en STI.

23 Suggérons que nous sommes proches ici de la perspective de M. Akrich, qui décrit le travail de conception comme « l’élaboration d’un scénario constitué d’un programme d’action, de la répartition de ce programme d’action à des entités diverses […] et enfin d’une représentation de l’environnement dans lequel le programme d’action peut ou doit se réaliser » (Akrich, 1993, p. 91). Dans le cas qui nous occupe, l’enjeu tient au caractère indéterminé des « compétences » susceptibles d’être déléguées au dispositif technique.

24 À propos des actes communicationnels propres à la vulgarisation scientifique, É. Véron remarque que « c’est cette différence [l’appartenance ou non au domaine scientifique] qui fonde la justification et la légitimité de l’acte de l’énonciateur, c’est parce qu’il a une certaine compétence dans un domaine scientifique, et que le destinataire ne l’a pas, qu’il prend la parole » (Véron, 1997, p. 31, en italique dans l’original).

25 Dans son travail sur le commandement et l’autorité, Y. Cohen souligne la force performative attachée au plan : l’énonciation du plan fait le chef (Cohen, 2013, chapitre 7, en particulier pp. 495-496 et p. 524). Concernant l’interaction que nous avons étudiée, l’enjeu autour de la légitimité du chef de projet à coordonner ces aspects du travail de l’équipe se manifeste clairement dans la suite de la discussion, qui le conduit à affirmer : « Je fais des sciences humaines, mais j’ai une toute petite idée de ce qu’une machine est capable de faire. »

26 Cette réflexion s’inspire librement du travail de Joan Stavo-Debauge (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Capture d’écran de l’outil d’annotation, accessible à partir d’un navigateur Internet.
Légende En bas à gauche, la liste présentant les catégories de description disponibles ; à droite, la fenêtre dans laquelle apparaissent le dessin et le rectangle de sélection (cadre gris clair présentant la mention « validate »).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Extrait 1
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2308/img-2.png
Fichier image/png, 89k
Titre Extrait 2
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2308/img-3.png
Fichier image/png, 252k
Titre Figure 2. Une image issue de la séquence analysée : la responsable de l’infrastructure numérique prend la parole à la suite du chef de projet (04:36:34).
Légende À droite, le chef de projet, bras croisés. À gauche, le doigt levé de la responsable de l’infrastructure numérique.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Nicolas Oberhauser, « Des collaborations équivoques »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2308

Haut de page

Auteur

Pierre-Nicolas Oberhauser

Assistant-doctorant en sociologie de la communication et de la culture à l’Université de Lausanne, il est membre du laboratoire THEMA (Théorie sociale, enquête critique, médiations, action publique). Il est associé au Laboratoire d’études des sciences et des techniques (STSLab) et à la Plateforme interfacultaire de cultures et humanités digitales (LaDHUL). Ses travaux portent sur la confiance et la déférence dans les collaborations professionnelles.

Adresse : Université de Lausanne, Institut des Sciences Sociales, Quartier Mouline – Géopolis, CH-1015 Lausanne (Suisse).
Courriel : pierre-nicolas.oberhauser[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals