Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15-2Comptes rendus de lectureJean-Michel Chapoulie, Enquête su...

Comptes rendus de lecture

Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social. Anthropologie, histoire, sociologie, France-Etats-Unis, 1950-2000

Rennes : Presses universitaires de Rennes, Hors collection (sc. sociales), 2017
Michel Grossetti
Référence(s) :

Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social. Anthropologie, histoire, sociologie, France-Etats-Unis, 1950-2000, Rennes : Presses universitaires de Rennes, Hors collection (sc. sociales), 2017, 408 p.

Texte intégral

1Jean-Michel Chapoulie est connu pour ses travaux sur l’histoire du système éducatif (notamment Les collèges du peuple avec Jean-Pierre Briand) et ses contributions décisives à la popularisation dans l’univers francophone des travaux des sociologues de Chicago, en particulier Everett Hughes et Howard Becker. Sociologue précis et rigoureux, initialement formé aux mathématiques, doté d’un esprit critique acéré, il s’est lancé avec ce livre dans l’entreprise difficile d’analyser la façon dont les anthropologues, historiens et sociologues construisent des connaissances sur le monde social. Il a choisi pour cela une démarche fondée sur l’examen minutieux d’un corpus de monographies choisies dans les trois disciplines sélectionnées.

2L’introduction précise le propos (« [il s’agit] d’examiner des démarches effectivement suivies dans des recherches dont les comptes rendus sont, en première analyse, suffisamment acceptables pour être discutés. », p. 11) et le cadre d’analyse, constitué de trois éléments : « la pleine reconnaissance de la dimension interprétative de ces disciplines » ; « une exigence de validité intersubjective universelle » ; « la reconnaissance d’une dimension rhétorique dans les comptes rendus de la recherche ». Les deux premiers chapitres développent ces éléments. Le processus de production des sciences sociales (chapitre 1) est défini comme étant « l’enquête sur un ensemble de phénomènes du monde social, délimité a priori ou plus tardivement, dont l’aboutissement est un texte qui présente les résultats de cette enquête, parfois accompagné de graphiques, tableaux, documents iconographiques » (p. 27). Chacun de ces aspects est développé : langage, documentation, programmes de recherche, types de monographies. L’auteur critique au passage « deux représentations irréalistes des démarches en sciences sociales : l’enquête sans présupposé et l’enquête selon le modèle hypothético-déductif ». Le chapitre 2 critique les discours épistémologiques qui font une place importante au modèle représenté par les sciences de la nature (« La quête des sciences sociales d’un statut comparable à celui auquel ont accédé les sciences de la nature s’est révélée infructueuse », p. 52) avant de passer en revue les conceptions issues de l’empirisme logique, et des approches plus critiques, puis celles revendiquant une spécificité des sciences sociales, en Allemagne puis en France. Il en conclut que « Les conceptions des épistémologues des sciences ne peuvent fournir (…) un point de départ solide pour une enquête sur les démarches des sciences sociales » (p. 85), ce qui justifie la démarche qu’il a adoptée, et dont il précise qu’elle s’appuie tout de même partiellement sur les éclairages procurés par les travaux d’épistémologie.

3À partir du chapitre 3 commence l’exploration du processus de production des connaissances, avec la question de « l’interprétation de la documentation de base ». Cela le conduit à examiner les différents types de documentation avant d’aborder le travail d’interprétation. « Le premier travail d’interprétation prend place entre l’observation elle-même […] et l’inscription d’une note de terrain concernant ce que le chercheur a observé ou entendu, et éventuellement ses propres réactions », écrit-il page 92 à propos des anthropologues, observant ensuite que dans le cas des recherches historiques, l’étape initiale inclut nécessairement l’évaluation de la crédibilité des sources. Par la suite, il repart du modèle de l’interprétation des textes religieux, philosophiques ou littéraires pour passer ensuite aux archives « ordinaires » et aux observations des comportements avant de finir sur le cas où certains phénomènes sont accessibles uniquement par une documentation produite dans un autre univers (par exemple dans le cas des couches populaires, décrites par des personnes issues d’autres parties du monde social). Il conclut ce chapitre sur le rôle central du chercheur dans le processus d’interprétation et le contrôle, toujours partiel, assuré par une communauté de spécialistes aux contours flous. Le chapitre 4 aborde les processus de généralisation et d’abstraction, en commençant par la question du vocabulaire et des définitions plus ou moins explicites des termes utilisés, puis en examinant la terminologie spécifique introduite dans les monographies, et enfin les formes d’abstraction qu’elles mettent en jeu. Le chapitre 5 se centre sur le processus de conceptualisation, de création des innovations conceptuelles. Ce processus passe selon Jean-Michel Chapoulie par « la délimitation du champ des enquêtes, la catégorisation à des fins d’exploitation, statistique ou autre, et, […], les usages des analogies et d’un comparatisme souvent diffus plutôt que systématique » (p. 149).

4Les trois chapitres qui suivent explorent successivement les trois disciplines étudiées. Le chapitre 6 traite des preuves dans les enquêtes historiques, identifiant des éléments stables : cadre chronologique, périodes et « faits » identifiés et reliés entre eux. Il utilise ensuite l’exemple des controverses sur la Révolution Française pour montrer les variations d’approche sur le fond de ces éléments stables. Une des caractéristiques des textes historiques est constituée par les liens pointant vers les sources (notes, extraits), qui permettent aux historiens de convaincre leurs lecteurs de la robustesse de leur documentation. Plusieurs sections sont consacrées aux interprétations des univers symboliques des personnes dont les historiens étudient les activités, à leur usage de la causalité et à l’importance de l’écriture des récits. La conclusion insiste sur le caractère très variable de l’ancrage empirique des analyses historiques pour aboutir à l’idée que ces analyses ne peuvent pas faire l’économie d’hypothèses peu vérifiables. Le chapitre 8 prend pour objet les enquêtes ethnographiques, défendues par les sociologues et critiquées dans l’anthropologie culturelle des années 1980. Comme le chapitre consacré aux historiens, celui-ci pose la question des justifications empiriques et des critères d’appréciation des interprétations. Il souligne l’absence des repères communs qui cadrent les travaux des historiens, mais aussi les appuis que procurent les possibilités de comparaison avec des enquêtes sur d’autres terrains. Le chapitre 8 aborde les enquêtes statistiques, en traçant la genèse, puis en examinant les productions des données, leur mise en forme et les traitements, avec une attention particulière aux modèles de régression et à leur interprétation causale. De cet examen minutieux, il conclut que « pour les recherches réalisées dans la seconde partie du XXe siècle, l’usage de techniques statistiques relativement sophistiquées n’apporte, en l’absence d’un examen rigoureux et statistiquement informé, aucune garantie sur l’ancrage empirique des analyses correspondantes, et […] nombre d’analyses publiées sont profondément déficientes » (p. 304). À la sophistication des modèles construits sur des bases empiriques discutables, il préfère des techniques plus robustes : « Les analyses statistiques les plus simples – les distributions de probabilités conditionnelles issues de tris croisés, la comparaison de séries temporelles, etc. – offrent des interprétations plus aisément contrôlables que les statistiques sophistiquées : tenir compte des imperfections des données de base est possible dans le premier cas, impossible dans le second. » (p. 314).

5Le neuvième et dernier chapitre aborde la question de l’engagement des chercheurs et celle de l’organisation en disciplines. Sur le premier point, il constate que les monographies qu’il a analysées comportent des jugements de valeur « relevant de critères politiques, moraux, et quelque fois esthétiques » et que ces travaux sont souvent discutés au regard des « affiliations de leurs auteurs à des courants d’idées socio-politiques associées à des visions du monde social et de son devenir » (p. 321). Cela le conduit à revenir aux réflexions de Max Weber sur la position des sciences sociales, mettant en avant la réflexivité et les ajustements pratiques des professionnels de la recherche. Il aborde également la question de la pluralité des approches, défendant l’idée de compatibilités partielles qui permettent des formes de dialogue. L’examen des cadres procurés par les disciplines pour les carrières, l’accès aux ressources et les critères d’évaluation des travaux complète ce chapitre.

6Récapitulant et précisant les analyses présentées dans les chapitres précédents, analyses qui comportent des critiques sérieuses sur les sciences sociales et leurs pratiques, la conclusion débouche cependant sur une défense de ces sciences :

Pour fragiles que soient les savoirs positifs acquis par les sciences sociales, ils le sont cependant moins que ne le sont les représentations du monde social qui constituent les alternatives sur lesquelles reposent et sont justifiées des actions dans la sphère publique et le monde politico-social. (p. 368).

7Comme Thomas Kuhn dans La structure des révolutions scientifiques, Jean-Michel Chapoulie voit dans les collectifs scientifiques la solution aux contradictions multiples qui s’expriment dans les recherches :

L’expérience acquise au niveau collectif par suite de l’accumulation des recherches constitue le principal recours pour déjouer les erreurs qu’accréditent les apparences sous lesquelles les phénomènes sociaux s’offrent à l’observation de l’extérieur aussi bien que pour ceux qui y participent (p. 369).

8Tout chercheur ayant une certaine expérience des sciences sociales éprouvera une certaine jubilation à ce désossage remarquablement clair, aussi implacable que documenté et judicieux, de ces sciences et de leurs pratiques. Ce livre devrait figurer dans les bibliographies de tous les cours de méthode ou d’épistémologie des sciences sociales. Le seul reproche que l’on pourrait faire à l’auteur, est que, tout à son entreprise de décapage des revendications exagérées de scientificité présentes dans les travaux qu’il examine, il n’ait pas assez insisté sur ce qu’il défend à juste titre dans la conclusion, l’intérêt des sciences sociales, leur relative robustesse malgré les limites qu’il pointe, dont leurs praticiens devraient être plus conscients après la lecture de cette « enquête ». Ce livre en appelle un autre, celui que le chercheur précis et respectueux des données qu’est Jean-Michel Chapoulie pourrait écrire pour partager ses propres « ficelles du métier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Grossetti, « Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social. Anthropologie, histoire, sociologie, France-Etats-Unis, 1950-2000 »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 15-2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/23384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.23384

Haut de page

Auteur

Michel Grossetti

Directeur de recherche au CNRS, directeur d’étude à l’EHESS
Courriel : michel.grossetti[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search