Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15-2Comptes rendus de lectureDimitris Papadopoulos, Experiment...

Comptes rendus de lecture

Dimitris Papadopoulos, Experimental Practice: Technoscience, Alterontologies, and More-than-Social Movements

Durham: Duke University Press, coll. “Experimental Futures”, 2018
Mathilde Pellizzari
Référence(s) :

Dimitris Papadopoulos, Experimental Practice: Technoscience, Alterontologies, and More-than-Social Movements, Durham : Duke University Press, coll. « Experimental Futures », 2018, 337 p.

Traduction(s) :
Dimitris Papadopoulos, Experimental Practice: Technoscience, Alterontologies, and More-than-Social Movements [en]

Texte intégral

  • 1 Européennes 2019 : les listes « gilets jaunes » obtiennent moins de 1 % des voix. (27 mai 2019) Le (...)

« Les “gilets jaunes” français ont mobilisé dans la rue mais pas dans les urnes. » affichait Le Figaro après les élections européennes de 2019. « Les deux listes issues du mouvement de contestation sociale, qui a provoqué la plus grande crise du quinquennat d’Emmanuel Macron, ont recueilli moins d’1 % des suffrages aux élections européennes, dimanche 26 mai. »1

1L’échec des gilets jaunes à pénétrer les institutions européennes est la classe d’échecs contemporains qui forme le point de départ du dernier livre de Dimitris Papadopoulos, Experimental Practice: Technoscience, Alterontologies, and More-than-Social Movements. Comment les mouvements sociaux peuvent-ils provoquer un changement d’ordre social dans les institutions existantes ? Comment cerner la substance des mouvements sociaux à l’ère technoscientifique ? L’auteur s’intéresse à la question des transformations sociales, ou plutôt aux mouvements plus-que-sociaux [more-than-social], qui impliquent des transformations au niveau de la matière [matter]. À la croisée des sciences and technology studies et de la philosophie, le livre explore une manière d’échapper à la financiarisation de la vie de tous les jours – ou biofinanciarisation – à travers la fabrication [crafting] de formes alternatives de vie, ce que l’auteur appelle des alterontologies. En d’autres termes, des espaces d’existence autonomes peuvent se matérialiser, et, en effet, se matérialisent, là où la matière et les technosciences sont décolonisées des principes épistémiques des pays du Nord.

2Experimental Practice s’attaque à un problème d’organisation collective. En fait, l’auteur cherche à proposer de nouveaux communs, décolonisés de la biofinanciarisation. Il soutient que les communs tels que les connaissances, les technologies d’information et de communication, les communs matériels et écologiques, la socialité quotidienne doivent s’extraire du régime actuel d’accumulation biofinancière. Le livre propose un cadre d’analyse des alterontologies, en montrant que des mouvements existants (par exemple, les espaces de makers et de hackers) ou passés (par exemple, les mouvements liés au SIDA dans les années 1980) peuvent être vus comme tels, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux mouvements plus-que-sociaux dans le futur.

3J’ai choisi de me concentrer sur trois aspects de cet abondant ouvrage. D’abord, je voudrais réfléchir sur les moyens employés par le chercheur pour penser en dehors du carcan de la biofinanciarisation. Dans Experimental Practice, l’auteur s’embarque dans sa propre décolonisation épistémologique pour pouvoir mener à bien sa recherche. Ensuite, je déplierai la notion centrale d’« expérimental », qui prend de nos jours diverses significations. Dans la troisième partie, je remettrai en question les présupposés qui fondent l’analyse des alterontologies, c’est-à-dire la désirabilité, pour les acteurs de mouvements sociaux, de modes d’existence alternatifs. Je conclurai avec une réflexion plus large sur le glissement significatif de mouvements « sociaux » vers des mouvements « plus-que-sociaux ».

Méthode et engagement personnel, comment construire un savoir alternatif

4Experimental Practice s’emploie à explorer des formes alternatives d’existence. L’auteur soulève ainsi une question naïve : comment faire de la recherche et écrire des sciences sociales pour permettre de conceptualiser la fabrique de nouvelles ontologies ? Avant tout, l’auteur se considère comme un « nomade disciplinaire », et en effet, il prône la recherche interdisciplinaire. Par exemple, il est à la tête du programme international EcoSociety, qui s’intéresse aux transitions écologiques dans leurs dimensions multiples2. Pour formaliser son ambition spéculative, l’auteur a développé une méthodologie appelée science-fiction sociale [social science fiction]. Celle-ci lui permet de spéculer, ou encore de fabuler3, de manière à prendre part à l’expérimentation de nouvelles ontologies au fil de son enquête.

5En pratique, la science-fiction sociale consiste à transformer l’histoire en récits, à fabriquer des concepts tout en délivrant des bribes d’informations empiriques, et à faire un travail de terrain actif. En effet, à partir de son propre activisme et de sa recherche, Papadopoulos propose une approche qu’il nomme l’enquête baroque [baroque fieldworking], que l’on imagine aisément sinueuse et foisonnante. Il cherche à gérer l’inévitable excès de matériau empirique, sans en prioriser aucune forme ; entretiens, photos, concepts sont exposés en parallèle. En somme, l’auteur invite le lecteur à penser en dehors des catégories usuelles de la recherche et à travers son propre activisme.

6Experimental Practice rassemble de riches recherches, combinant des faits historiques, des ressources conceptuelles, et du matériau empirique – nous pouvons cependant regretter que ce dernier ne soit pas plus visible. En particulier, Papadopoulos mobilise une longue enquête de terrain sur les pratiques des migrants mobiles et reformule celles-ci en termes d’alterontologies qui permettent aux migrants de vivre en étant libre de se déplacer. Il utilise également une vaste enquête sur les espaces de makers et de hackers dans les East Midlands en Angleterre et au-delà. Cette dernière étude amène à regarder comment une forme expérimentale de technosciences change la fabrique ontologique du monde et ainsi, les conditions de production des savoirs. Pour Papadopoulos, les « vrais désaccords politiques » (Rancière, 1998) se placent à un niveau ontologique ; l’enjeu qu’il voit dans les mouvements sociaux est précisément d’arriver à constituer un « désaccord ontologique » (de la Cadena, 2015), c’est-à-dire à matérialiser des mondes alternatifs qui restent en relation les uns avec les autres.

Création expérimentale

7Papadopoulos appelle pratique expérimentale « ces diverses activités et manières d’être qui permettent à de tels désaccords ontologiques de prendre forme et d’être mis en branle » (p. 207). Dernièrement, le terme d’expérimentation a été utilisé dans des contextes très différents. L’auteur de l’ouvrage s’inspire de la notion d’« événement expérimental » développé par Isabelle Stengers (2000), qui caractérise le savoir scientifique moderne comme le résultat d’épreuves expérimentales. Papadopoulos étend la notion aux technosciences d’aujourd’hui, associant l’événement expérimental à l’« expérimentation distribuée » ou « pouvoir d’invention distribué ».

  • 4 « Fais-le sans toi ». Contraposition du DIY : do it yourself (fais-le toi-même).

8L’auteur déploie son usage du terme « expérimental » dans le dernier chapitre « Crafting ontologies », se focalisant sur la forme que les technosciences prennent dans les espaces de makers et de hackers. Le travail expérimental qu’il observe a lieu en dehors de la pression exercée par les impératifs d’innovation, de mesure, ou le besoin de locaux, et aboutit à la création. Papadopoulos relie l’expérimentation à ce qu’il appelle la politique compositionnelle, donnant lieu à la création de « formes alternatives de vie qui permettent à la renégociation d’un ordre donné de se produire » (p. 145). Dans le cas étudié, la culture « maker » est marquée par sa nature compositionnelle ainsi qu’un pouvoir d’invention distribué. D’après l’auteur, le processus d’invention est un moment de coexistence plutôt qu’un échange entre les acteurs, caractérisé par le retrait de soi et l’émergence de nouveaux communs, ou plutôt de nouvelles formes d’être en commun. C’est du « DIWY: do it without yourself »4 (p. 181).

9Cependant, les notions d’être en commun et de retrait de soi pourraient être problématiques aux yeux des makers et hackers, qui pourraient tenir à leur identité individuelle, et aux aspects purement sociaux que l’ouvrage tend à délaisser en faveur de la qualification « plus-que-sociale ».

Veut-on des alternatives ?

10Le livre ne répond pas aux questions suivantes : où l’« alter » commence-t-il ? Quand les pratiques deviennent-elles alternatives ? Papadopoulos dédie un chapitre à la construction des mouvements activistes autour du SIDA dans les années 1980. Il ne cherche pas à répondre à ces questions, mais investigue les origines des alterontologies. L’auteur montre comment un mouvement spontané a réussi à réformer significativement des institutions existantes, en particulier les essais cliniques. À partir de cette issue, il revient sur les conditions qui ont permis d’introduire des changements pérennes – ou alterontologies – dans des réseaux technoscientifiques. Le lecteur comprend comment l’activisme autour du SIDA a transformé de manière inédite la vie des nombreuses personnes concernées, et notamment les traitements. Cependant, les questions du « quand » et du « où » restent ouvertes, rendant les enjeux des alterontologies difficiles à cerner.

11Par ailleurs, l’idée de Papadopoulos de créer des formes alternatives d’existence peut détoner avec les revendications de mouvements sociaux actuels, comme celles des gilets jaunes en France. Si l’auteur engage à adopter une approche « alternative » en politique, face à l’incapacité des mouvements passés et présents d’instiller des transformations au sein des gouvernements et instituions, cet appel pourrait ne pas trouver d’écho dans les aspirations de citoyens décidés à rejeter des catégories politiques et sociales existantes. En effet, les manifestant·e·s demandent-ils·elles des modes alternatifs d’expression ? Encourager les alternatives aux modes de revendication actuels pourrait inviter à taire ces revendications et ainsi, à accepter et stabiliser un système institutionnel existant.

Conclusion

12En mettant en avant une conception ontologique des désaccords politiques, Papadopoulos montre l’importance d’ancrer les divergences dans la matière, ce qu’il désigne comme la création « d’alterontologies ». L’ouvrage ouvre ainsi une réflexion sur les mouvements « plus-que-sociaux », qui rallient le social et les technosciences. L’argument de l’ouvrage pourrait s’apparenter à une approche écologique, qui théorise l’existence comme un assemblage d’éléments humains et non humains qui composent un habitat, une « symbiose » dans les termes de l’auteur. « Voir le travail des technosciences comme du travail expérimental montre comment divers types de relations, groupes sociaux, espèces, écologies, interdépendances, et modes de vie participent à la fabrication du savoir – c’est-à-dire, à la fabrication d’ontologies » (p. 189). Selon Papadopoulos, c’est par la mise en forme de l’habitat que se transforment les conditions de production des connaissances, et non par la confrontation des idées dans les limites matérielles de la biofinanciarisation.

Haut de page

Bibliographie

Bogue, R. (2007). Deleuze’s way: Essays in transverse ethics and aesthetics. Aldershot, UK: Ashgate.

de la Cadena, M. (2015). Earth beings: Ecologies of practice across Andean worlds. Durham, NC: Duke University Press.

Rancière, J. (1998). Disagreement: Politics and philosophy. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Stengers, I. (2000). The invention of modern science. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Haut de page

Notes

1 Européennes 2019 : les listes « gilets jaunes » obtiennent moins de 1 % des voix. (27 mai 2019) Le Figaro. https://www.lefigaro.fr/elections/europeennes/europeennes-2019-les-listes-gilets-jaunes-obtiennent-moins-de-1-des-voix-20190527 [consulté le 14/05/2021].

2 Pour plus d’informations, consulter https://www.nottingham.ac.uk/research/research-areas/ecosocieties/our-research/index.aspx [consulté le 14/04/2021].

3 Papadopoulos précise dans la note 70 du chapitre 2 : « From Bergson via Deleuze, “the goal of fabulation is to break the continuities of received stories and deterministic histories, and at the same time to fashion images that are free of the entangling associations of conventional narratives and open to unspecified elaboration in the construction of a new mode of collective agency” (Bogue, 2007, p. 106). »

4 « Fais-le sans toi ». Contraposition du DIY : do it yourself (fais-le toi-même).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pellizzari, « Dimitris Papadopoulos, Experimental Practice: Technoscience, Alterontologies, and More-than-Social Movements »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 15-2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/23399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.23399

Haut de page

Auteur

Mathilde Pellizzari

Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines ParisTech, Université PSL
Courriel : mathilde.pellizzari[at]mines-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search