Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Paul Wouters, Anne Beaulieu, Andrea Scharnhorst & Sally Wyatt, Virtual Knowledge: Experimenting in the Humanities and the Social Sciences

Dominique Vinck
Référence(s) :

Paul Wouters, Anne Beaulieu, Andrea Scharnhorst & Sally Wyatt, Virtual Knowledge: Experimenting in the Humanities and the Social Sciences, Cambridge, Mass.: The MIT Press, 2013, 262 p.

Texte intégral

1Virtual Knowledge est un ouvrage de recherche collectif qui se penche sur les nouvelles manières de produire de la connaissance dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS) en prise avec le numérique. Sous la direction de Paul Wouters, Anne Beaulieu, Andrea Scharnhorst et Sally Wyatt du Virtual Knowledge Studio pour les SHS, au KNAW (Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen) d’Amsterdam, les auteurs refusent de réduire les connaissances à leur dimension cognitive et les traitent au contraire comme un ensemble de pratiques liées à des acteurs, des instruments et des institutions. Ils se demandent ce qui change du fait du recours aux outils numériques (bases de données, traitement algorithmique, visualisation) et questionnent leurs effets sur : l’acquisition, la représentation et la circulation des connaissances ; les connaissances elles-mêmes ; les rapports, notamment de pouvoir, entre chercheurs, disciplines, décideurs, institutions publiques, citoyens, industriels du big data et autres acteurs émergents. L’hypothèse des éditeurs est que le changement technologique constitue une entrée privilégiée pour analyser les transformations en cours parce qu’il stimule la réflexion des acteurs concernés quant à leurs pratiques, leurs objets de recherche et leurs productions scientifiques. Ils se trouvent engagés dans des dynamiques d’explicitation, de décision quant à la formalisation de leurs pratiques et de formation de coalitions interdisciplinaires et interinstitutionnelles provoquant des chocs de cultures épistémiques. Ces dynamiques sont portées par de grandes promesses, des déceptions, des lancements d’alertes, des controverses, des innovations, des résistances et des reformulations de promesses.

2Les auteurs, de manière variable selon les contributeurs et les chapitres, prennent en compte dans leurs analyses les hiérarchies scientifiques préexistantes et les institutions en place, les objets de recherche, les styles de pensée et les manières de travailler, les promesses et visions du futur, les manières d’interagir et ce qui compte aux yeux des acteurs comme savoirs valides et pratiques légitimes. Ils rendent également compte de la manière dont les nouvelles technologies affectent ou pas les structures scientifiques. Ils situent aussi ces changements vis-à-vis de quelques évolutions globales : forte croissance du système des sciences et ouverture à des publics variés qui conduisent à une prolifération de spécialités et à la promotion de l’interdisciplinarité ; nouvelles formes de gouvernance imposant aux chercheurs de rendre compte de leurs activités et de leurs résultats ; institution de la big science et des méga-réseaux de recherche comme modèle pour toutes les disciplines ; et diffusion de technologies numériques dans toutes les activités. Ils évoquent la récurrence des controverses entre traditions interprétatives des textes et approches quantitatives, entre travail solitaire de longue haleine et grands projets coopératifs interdisciplinaires et internationaux, entre catégorisation et intégration de données hétérogènes versus critique des sources et contextualisation des données.

3Wouters, Beaulieu, Scharnhorst et Wyatt, ainsi que leurs collègues du Virtual Knowledge Studio, ont fait le choix de structurer leurs analyses autour de la notion de Virtual Knowledge, plutôt que e-science (trop associée aux idées de quantification, de traitement informatique et de data-oriented research), cyberscience (référant largement aux questions d’infrastructures) ou e-research (se référant aux pratiques de recherche), afin de porter l’attention sur la connaissance académique (qui, en Lettres notamment, ne se réduit pas à la recherche scientifique) et non académique. Quant à la notion de virtuel (plutôt que numérique ou digital), elle souligne la distance vis-à-vis de la technologie (outils, méthodes, données) dans la mesure où elle signifie aussi un potentiel à venir et donc une dynamique à l’œuvre concernant le savoir et ses conditions et pratiques de productions.

4L’ouvrage s’adresse avant tout aux chercheurs en sciences humaines et sociales et, indirectement, aux institutions qui soutiennent et encadrent le développement de ces disciplines.

5Après l’introduction dans laquelle Wouters, Beaulieu, Scharnhorst et Wyatt explicitent leur problématique, l’ouvrage comprend sept chapitres, lesquels se présentent avant tout comme autant d’entrées thématiques : les déplacements de l’autorité et de l’expertise, le travail affectif dans les collaborations scientifiques, l’incertitude dans les outils et les modèles, la rhétorique des outils de visualisation, le traitement massif de données, l’ouverture de l’accès aux données, les promesses et les agendas de recherche.

6Tous les auteurs portent leur attention sur la nouveauté au niveau de la production de connaissances et sur les effets de ces transformations sur les acteurs, sur les pratiques ainsi que sur la dimension contingente de ces transformations. Tous engagent un travail de comparaison entre plusieurs cas analysés au sein du chapitre dont ils ont la charge. Tous, également, réalisent un travail d’élaboration conceptuelle de leur cadre d’analyse.

7Cela dit, les auteurs de chaque chapitre mobilisent des approches distinctes pour traiter leur thématique. Ainsi, Anne Beaulieu, Sarah de Rijke et Bas van Heur mobilisent largement les institutions, les infrastructures et les relations sociotechniques préexistantes (approches néo-institutionnaliste et STS) pour expliquer les tensions entre reproduction et changement dans les rapports d’autorité et la distribution de l’expertise légitime entre acteurs, notamment entre chercheurs et citoyens, dans le cas de la base de données d’un musée ethnographique, du partage de photos d’art de la rue sur Flickr et d’un site municipal traitant du patrimoine culturel local. Dans leur chapitre sur le travail affectif dans les collaborations scientifiques, Smiljana Antonijević, Stefan Dormans et Sally Wyatt scrutent les pratiques ordinaires, en particulier le travail d’articulation, de persuasion et surtout de soin dans les relations entre les personnes (notamment la sociologie du travail invisible dans la santé de Susan L. Star et dans le CSCW), et leurs effets sur les ressources numériques ; ils prennent le cas d’une collaboration internationale en histoire économique et sociale ainsi que l’expérience de l’écriture de leur contribution à l’ouvrage. Matthijs Kouw, Charles van den Heuvel et Andrea Scharnhorst, examinant le système de classification universel des connaissances de Paul Otlet, le jeu de simulation des enjeux planétaires de Buckminster Fuller et le modèle mathématique des équilibres planétaires de Paul Forester, scrutent les lieux et les formes de l’incertitude et en soulignent le potentiel créatif et, de ce fait, l’intérêt d’une approche SHS coutumière des données ambiguës, des relations incertaines et des interprétations multiples. Traitant des outils de visualisation (systèmes d’informations géographiques), Rebecca Moody, Matthijs Kouw et Victor Bekkers s’intéressent surtout à l’aspect rhétorique des productions numériques, utilisées dans des rapports entre experts, groupes sociaux concernés et décideurs, ainsi qu’aux transformations des rapports de force (approche issue des government studies et du STS) liés à la capacité des outils à inclure et articuler différents acteurs, et aux modifications de leur répartition en termes d’accès aux données et de légitimité, dans les cas de la gestion de l’eau et des inondations, des épidémies dans l’élevage de bétail et des particules fines dans l’air. Clément Levallois, Stephanie Steinmetz et Paul Wouters, à propos du traitement massif de données, big data, se penchent sur le sort des méthodes d’enquêtes en sociologie confrontées aux flux de données issues de l’usage quotidien des réseaux de communication numérique et sur le sort des modèles et théories de la décision en économie confrontée aux données de la neuroimagerie. Les auteurs se demandent comment ces disciplines (leurs questions, objets, pratiques et énoncés de connaissances) réagissent et/ou sont affectées, en rendant compte des traditions empiriques de recherche de ces disciplines, en relativisant les prétentions de changement radical de la data-intensive research et en étudiant la réaction des chercheurs et de leur communauté. Ils mettent en évidence les enjeux d’autorité et les processus d’assimilation de la nouveauté. S’agissant de l’ouverture de l’accès aux données, Clifford Tatum et Nicholas Jankowski conceptualisent la notion d’ouverture en termes d’inclusivité et de transparence en s’appuyant sur l’idée de dualité des technologies comme agence et structure, issue des travaux de Wanda Orlikowski, pour examiner ensuite les changements dans les pratiques de communication formelle et informelle des chercheurs : publication d’ouvrages et de revues, courriel, blogs, publications enrichies. Enfin, Jan Kok et Paul Wouters, mobilisant la sociologie des promesses, la notion de cycle de promesse-exigence, l’analyse narrative et l’étude des agendas de recherche, examinent la série des cycles qu’a connus l’histoire de la famille et des populations, depuis la création de grandes bases de données tirées de registres de populations jusqu’aux outils de visualisation et l’analyse de réseaux sociaux en passant par la prise en compte de données enrichies et les simulations Monte-Carlo.

8Toutes ces contributions sont d’un très grand intérêt mais il aurait été intéressant de croiser ces différentes approches sur les différents thèmes, par exemple en examinant ce que font les institutions et relations sociotechniques préexistantes au travail affectif de construction et maintien des collaborations numériques ou, inversement, comment le travail d’attention aux relations influe sur la distribution de l’autorité scientifique. Sans ces croisements, l’ouvrage laisse une impression d’inachèvement, et ce d’autant plus qu’aucun chapitre conclusif ne revient de manière transversale sur les différents chapitres.

9L’ensemble constitue toutefois un bel ouvrage de recherche, riche de ses multiples études de cas, du travail de comparaison entre cas, de la diversité des thématiques couvertes et des approches conceptuelles mobilisées et/ou élaborées. Il n’en résulte pas une thèse unique et transcendante mais une pluralité d’angles d’attaques nourrissant le questionnement sur l’ampleur des nouveautés et des changements versus des continuités, reproductions et résistances, sur les reconfigurations socio-épistémiques et sur l’inscription de la nouveauté dans des tissus sociotechniques préexistants. L’ouvrage va bien au-delà du fait de déconstruire les prétentions de nouveauté et l’annonce de révolutions scientifiques ou de changement de paradigme. Il rend compte de la temporalité des transformations à l’œuvre, ainsi que de leur réalité toujours partielle, des tensions entre changement et continuité, des effets épistémiques et institutionnels, de l’importance des enjeux de légitimité et d’autorité qui sont toujours présents quand il s’agit de sciences et de connaissances. Il nourrit la réflexion sur les rapports entre savoirs, sur l’émergence de nouveaux acteurs et formes de production de connaissances, sur la valeur et la valorisation des producteurs de savoirs et sur l’identité des institutions (académie, disciplines, expertise, marchands de données, sciences citoyennes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vinck, « Paul Wouters, Anne Beaulieu, Andrea Scharnhorst & Sally Wyatt, Virtual Knowledge: Experimenting in the Humanities and the Social Sciences »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2371

Haut de page

Auteur

Dominique Vinck

Adresse : STS lab, Institut des Sciences Sociales, Université de Lausanne.
https://orcid.org/0000-0001-7835-7008

Courriel : dominique.vinck[at]unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals