Navigation – Plan du site

Urbanisme militarisé et situation cosmopolitique

Le cas des ballons aérostatiques de surveillance à Santiago du Chili
Military Urbanism and cosmopolitical situation. The case of surveillance balloons in Santiago of Chile
Urbanismo Militarizado y Situación Cosmopolítica. El caso de los Globos Aerostáticos de Vigilancia en Santiago de Chile
Martin Tironi et Matias Valderrama Barragan

Résumés

Dans deux des plus riches communes de Santiago du Chili, un système moderne de surveillance par aérostats a été mis en place, les ballons se situant à une altitude élevée avec des caméras à haute résolution contrôlées à distance. Ce système auto-identifié comme « smart », conçu initialement pour les guerres et les contrôles frontaliers, a été amené par des entités municipales pour pouvoir engager « la guerre contre la délinquance » et « gérer l’espace public plus efficacement ». Néanmoins, il a immédiatement généré une série de conflits liés aux profondes atteintes à la vie privée et à la surveillance excessive que pourrait impliquer ce dispositif dans la ville. Cet article décrit les tactiques diverses et opposées déployées par les acteurs impliqués dans la controverse : d’une part, le travail de ses représentants pour démilitariser et décontextualiser la technologie ; et d’autre part, la tentative de ses opposants de remilitariser et repolitiser cet artefact technologique de surveillance. Cette étude analyse de plus les opérati ns in situ de maintenance et de fonctionnement de ces aérostats de surveillance, ainsi que les façons qu’ont les personnes de cohabiter avec ces dispositifs et de les aborder, en les intégrant dans leur vie quotidienne. À travers l’analyse de ces dynamiques, cet article montre comment cette technologie de surveillance étrangère adopte différents degrés de fonctionnement et se situe en tant qu’acteur avec différentes nuances, visions et activités. 

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’après les données de l’ENUSC, lorsque l’on interroge en 2014 les Chiliens sur leur peur d’être vi (...)
  • 2 Bien que le Chili soit le second pays de l’OCDE avec le plus haut taux d’incarcération (quantité de (...)

1Fortement inspirées par les discours et pratiques de ce que l’on appelle les Smart Cities, en août 2015, deux des communes les plus riches du Chili ont mis en fonctionnement une série de ballons aérostatiques à l’hélium équipés de caméras vidéo haute définition pour la télésurveillance. Bien que le Chili présente une diminution des taux d’actes délictueux et soit le second pays avec le moins d’homicides en Amérique, après le Canada (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime), le diagnostic général est qu’il existe une sensation d’insécurité en claire augmentation1. C’est face à cette expérience de peur et d’insécurité croissantes que certains secteurs de la population ont exigé à travers des cacerolazos (concerts de casseroles) des mesures concrètes pour gagner « la guerre contre la délinquance » avec des revendications comme l’augmentation des attributions des policiers et la fin du phénomène de « porte tournante »2.

2Dans ce contexte, les municipalités de Las Condes et Lo Barnechea ont cherché à proposer une solution « innovante » et « intelligente » au problème de la délinquance affligeant leurs communes, de manière à assurer un contrôle plus efficace de l’espace public. Cependant, en moins d’un mois des groupes opposants composés d’ONG citoyennes, d’avocats et de voisins ont remis en question l’invasion de la vie privée et l’excès de surveillance qu’impliqueraient les aérostats. Les controverses et expériences qu’a générées l’installation des ballons constituent un cas d’étude révélateur, qui met en lumière les manières dont les pays du Sud importent, réinterprètent, blanchissent et justifient des technologies étrangères cataloguées comme « smart », et qui souligne à la fois les opérations de fermeture/ouverture des représentations, conceptions et expériences que ces artefacts de surveillance déploient dans la ville.

3Si les technologies de télésurveillance ont été largement étudiées par ce que l’on appelle les Surveillance Studies (voir Lyon, 1994, 2006) et s’étendent encore plus avec la généralisation de l’usage des drones, des questions intéressantes émergent des Science and Technology Studies quant à la manière dont sont inscrits, justifiés et expérimentés les effets de ces ballons de surveillance. Nous cherchons non seulement à analyser l’ensemble des débats, institutions et discours publics qui s’entremêlent dans le déploiement de ces dispositifs, mais aussi à explorer la dimension des expériences vécues, opérations et pratiques des personnes qui doivent cohabiter au quotidien avec cette technologie. En observant les discontinuités qui apparaissent entre ces deux dimensions – à savoir, la controverse médiatique et les manières pratiques pour les personnes d’opérer et de cohabiter avec le dispositif –, nous montrerons différents régimes de visibilité du dispositif et différents répertoires de surveillance dans la ville. Ainsi, avant d’être un objet donné et stable en termes de définition, conception, fonctionnalité et effets, ce dispositif de surveillance s’assemble à travers les différentes pratiques discursives et les contextes matériels dans lesquels il s’inscrit, faisant de son rang ontologique une question relative aux processus, propriétés et activités déployés par la technologie. Nous affirmons, finalement, la nécessité d’analyser les effets de la technologie de surveillance dans la ville quant aux situations cosmopolitiques particulières dans lesquelles elle se développe, élargissant l’exploration sur l’hétérogénéité des médiations qui la rendent possible.

4Le présent article s’organise de la manière suivante : nous passerons en revue, dans un premier temps, certaines conceptualisations inspirées des technologies de surveillance, comme le panoptique, la société de contrôle et les oligoptiques. Dans un second temps, nous décrirons la manière dont ces technologies, à l’origine, sont conçues et programmées dans des contextes de conflits militaires, pour ensuite être respécifiées et traduites pour les villes, impulsant ce que la littérature appelle un « urbanisme militarisé ». Puis, dans un troisième temps, nous rendrons compte de la manière dont les aérostats de surveillance installés dans ces deux communes de Santiago font l’expérience de cette traduction, et comment les divers acteurs mobilisés sur la scène publique (collectifs citoyens, municipalités et politiques) se sont emmêlés autour de ces ballons pour visibiliser et invisibiliser les origines militaires de l’artefact. Dans un quatrième temps, et en opposition avec les discours médiatisés, cet article propose une description de ces dispositifs depuis la pratique, c’est-à-dire dans les modes d’opération, de maintenance et de cohabitation que ces ballons déploient sur le territoire urbain, décrivant une série d’entités non humaines qui définissent les effets et les manières d’être des aérostats. En conclusion, nous reprenons les différentes versions générées autour de la technologie, montrant la résistance de l’objet pour ne pas être abordé depuis des qualités intrinsèques, mais plutôt déployer une ontologie variable qui émerge de la pratique. De même, nous proposons certaines pistes pour conceptualiser les effets des technologies de surveillance dans l’espace urbain, en termes de la situation cosmopolitique qu’elles engagent, à savoir le caractère politique et actif de certaines entités non humaines dans la configuration de leur fonctionnement.

Régimes de surveillance : modèles panoptiques, post-panoptiques et oligoptiques

5Un système de télésurveillance aérienne avec une caméra haute définition adossée à un aérostat opéré à grande altitude, permettant d’observer la ville sans que son opérateur soit vu, nous rappelle immédiatement le modèle panoptique de prison analysé par Foucault (1975). Ce concept architectural opérationnalisait le principe selon lequel le pouvoir doit être visible mais invérifiable : depuis une tour centrale opaque, les surveillants peuvent observer tous les espaces de la prison sans être vus des prisonniers, de sorte que ne sachant pas s’ils sont observés, les détenus renforcent et intériorisent l’effet de la surveillance. Les prisonniers sont ainsi maintenus dans un assujettissement qui naît d’une relation fictive ou supposée, et sans usage de violence physique. En assurant une transparence totale du détenu et une opacité du surveillant, on obtient le principal effet du panoptique : « induire chez le détenu un état conscient et permanent de visibilité qui assure le fonctionnement automatique du pouvoir. Faire que la surveillance soit permanente dans ses effets, même si elle est discontinue dans son action, que la perfection du pouvoir tende à rendre inutile l’actualité de son exercice » (Foucault, 1975, p. 185).

6Au vu des nouvelles capacités quantitatives d’enregistrement, de stockage et de traitement que rendent possibles les nouvelles technologies numériques, des auteurs récents estiment que nous serions face à un tournant qualitatif du panoptisme traditionnel (Poster, 1990). Une surveillance constante ne serait plus nécessaire grâce aux algorithmes appliqués par des logiciels aux processus des caméras ni la présence des surveillants dans le même espace particulier (Graham et Wood, 2003). Cependant, d’autres auteurs pensent que le principe du panoptique s’est plutôt actualisé et intensifié grâce aux nouvelles technologies, proposant ainsi des concepts comme celui du « panoptique électronique » (Lyon, 1994 ; Carrecedo, 2002 ; Ruiz Chasco, 2014) ou du « super-panoptique » : dans ces régimes de surveillance, il n’y a pas de murs, fenêtres, tours ou gardiens, et ce sont les mêmes personnes surveillées qui participeraient au remplissage des bases de données utilisées pour les surveiller (Poster, 1990, p. 93).

7Par ailleurs, pour certains auteurs, les nouvelles technologies intelligentes, comme les documents d’identification, les scanners biométriques ou les systèmes d’intelligence sans pilote, constituent un régime de surveillance entièrement inédit et qui rendrait compte d’un moment post-panoptique (Boyne, 2000). Cette hypothèse mobilise divers concepts pour se référer à ce moment, comme celui de « surveillance liquide » (Bauman et Lyon, 2013), le « synoptique » (Mathiesen, 1997), le « banoptique » (Bigo, 2006), ou encore le « nonopticon » (Vaidhyanathan, 2008) ou l’ « amphisynoptique » (López Gabrielidis, 2015), entre autres. L’argument est que le panoptisme persisterait bien avec certaines parties « ingérables » de la société (Bauman et Lyon, 2013), mais la nouvelle distribution spatiale et sociale de la richesse aurait rendu nécessaires de nouveaux modèles de contrôle que le panoptisme rigide et centralisé ne pourrait pas affronter. Les formes de surveillance se seraient liquéfiées et dynamisées, inondant tous les espaces de la ville, se faisant toujours plus omniprésentes et invisibles, parvenant à ce que les individus remettent volontairement le pouvoir pour être contrôlés et profilés (Bauman et Lyon, 2013 ; Mattelart et Vitalis, 2014). Comme l’a proposé Haggerty (2006), la surveillance s’est ramifiée et sophistiquée à des fins multiples dans la société, non plus seulement pour le façonnage des âmes de la population, mais aussi pour la surveillance de secteurs ou profils particuliers de personnes et d’autres entités non humaines multiples. Ainsi, la surveillance dépend désormais d’infrastructures complexes et d’experts formés pour manœuvrer des machines et algorithmes de plus en plus automatisés.

  • 3 Il est important de rappeler que cette dynamique de massification des formes disciplinaires comme l (...)

8Dans cette même ligne, le traitement de Gilles Deleuze (1999) de la société de contrôle est largement reconnu. Pour cet auteur, grâce aux technologies numériques omniprésentes et miniaturisées, la surveillance ne se limite plus aux institutions et aux espaces disciplinaires fixes avec des systèmes centralisés et supervisés par des humains, mais elle serait distribuée dans toute la société et jusque dans sa quotidienneté la plus locale3. Le leitmotiv de ce régime de contrôle serait de laisser libre cours aux flux des foules et de moduler par anticipation les comportements anormaux. Le pouvoir serait maintenant dans un flux constant, aussi minime qu’invisible, dans une logique ou un langage numérique de contrôle, sous-jacent dans chaque code d’ordinateur qui écrit, enregistre et numérise la position de chaque individu en direct. Ainsi, les individus, ou « dividus » pour Deleuze, se développeraient constamment en étant observés par des tiers, ce développement étant codifié et stocké, sans même qu’ils en aient connaissance.

9Dans ce contexte, pour Armand Mattelart et André Vitalis (2014), la télésurveillance aérienne à travers des systèmes sans pilote présente des défis analytiques particuliers, qui obligent à observer les continuités et discontinuités dans le passage d’une société disciplinaire à une société de contrôle. Pour ces auteurs, la visibilité ou l’invisibilité de l’appareil utilisé pour surveiller constitue un élément analytique clé pour comprendre la nature de cette forme de surveillance. « La visibilité disciplinaire induit une relation qui s’établit sur un commandement de comportement, alors que l’invisibilité des technologies [de contrôle] laisse apparemment libre un individu surveillé en permanence » (Mattelart et Vitalis, 2014, p. 193). Ainsi, lorsque les caméras sont visibles et que l’individu surveillé sait qu’il fait l’objet d’une surveillance, celui-ci se discipline en adoptant le comportement attendu, en renonçant à la délinquance par exemple. Mais en même temps, en massifiant, flexibilisant et miniaturisant les caméras, celles-ci passent inaperçues, avec des architectures et des conceptions invisibles. Et dans le même temps, lorsque l’individu ignore les procédures effectuées avec son image, on passe à un effet de contrôle : la personne est continuellement surveillée sans le remarquer, on la laisse déambuler dans l’espace et si l’on trouve un élément inapproprié on exécutera les actions correspondantes, efficaces, sélectives et en temps réel (Mattelart et Vitalis, 2014).

10Il apparaît pertinent de considérer une troisième conceptualisation dans ce débat. Dans leurs études sur la gestion de la ville de Paris, Latour et Hermant (1998) proposent le concept d’ « oligoptique », qui fait référence au fait qu’ « il est possible de voir très peu de choses à la fois, mais tout apparaît avec une grande précision ». Les différents centres de calcul de chaque bureau des gouvernements et entreprises ont leurs propres petites salles fermées de contrôle de la circulation, de l’électricité, de l’eau, des personnes, etc., qui observent des panoramas multiples et partiaux de la ville, qui très souvent se heurtent entre eux. Cette description amène les auteurs à s’interroger sur l’idée d’un Big Brother où un panneau de contrôle unique contrôlerait tous les flux de la ville simultanément. Plus le regard est particulier et spécifique, plus il sera précis, mais cela entraînera plus d’angles morts et d’ignorance, ce qui fait dire aux auteurs qu’il n’existe pas une sorte de panoptique sur Paris mais bien divers oligoptiques qui dans la pratique ont une vision restreinte de ce qu’ils peuvent voir et faire (Latour, 1998). Amin et Thrift (2002) utilisent le même concept lorsqu’ils parlent de la ville moderne, comprenant celle-ci comme une série de réseaux de commande et de contrôle en circulation constante, mais qui ne parvient jamais à faire de la ville une chose complètement transparente et ouverte.

Les réseaux de contrôle qui s’insinuent dans les villes sont nécessairement oligoptiques, non pas panoptiques : ils ne s’assemblent pas. Ils produiront divers espaces et temps, mais ils ne peuvent pas remplir tout l’espace de la ville – en partie parce qu’ils ne peuvent pas tout atteindre, en partie parce qu’ils ne peuvent par conséquent pas connaître tous les espaces et les temps urbains, et en partie parce que de nombreux espaces et temps nouveaux restent à inventer. (Amin et Thrift, 2002, p. 128, les italiques sont nôtres)

  • 4 Malgré cela, on peut trouver des systèmes technologiques qui cherchent cette interconnexion et auto (...)

11Ainsi, les villes ne seraient jamais des machines entièrement transparentes, prévisibles et contrôlables, car elles impliquent des activités de contrôle complexes et distribuées qui rendent possibles la maintenance et la reproduction des différentes entités qui forment la ville (Amin et Thrift, 2012). En effet, pour les auteurs, chaque oligoptique doit traiter avec les autres et les pratiques de gouvernement dépendent de l’improvisation quotidienne pour continuer à fonctionner. Cette dernière conceptualisation permet de se distancier de l’orientation excessivement normative et dystopique qui abonde dans les Surveillance Studies et, à la fois, d’arrêter de considérer les systèmes de surveillance comme une réalité donnée, pour analyser plutôt – dans un contexte de privatisation et de néolibéralisation croissantes des services de surveillance – les activités et concepts, les principes et effets qui la produisent. Dans un contexte où l’État a cessé d’être l’unique entité de surveillance et où celui-ci est à la fois ramifié en différents bureaux et organismes publics autonomes, les centres de surveillance seraient de plus en plus subdivisés, rendant plus complexe l’obtention d’une vision totale et unique4. Dans ce sens, des auteurs comme Haggerty et Ericson (2000) ont préféré parler d’un « assemblage de surveillance » pour se référer aux objets, technologies, pratiques, institutions, discours et lieux hétérogènes qui s’imbriquent pour la production d’un régime de surveillance déterminé.

Guerres, technologies et ville

12Malgré les attributions que reçoivent ces technologies (panoptiques, de contrôle ou oligoptiques), celles-ci doivent être comprises dans leurs contextes particuliers de mise en œuvre et en tenant compte des intérêts et des discours engagés. Comme l’ont écrit Graham et Wood :

Il est crucial de ne pas lire les implications et effets sociaux et politiques de la surveillance numérique de manière déterministe à partir des capacités intrinsèques des technologies impliquées. […] Les vastes effets sociaux et implications politiques de la surveillance numérique sont donc contingents et, tout en étant flexibles, susceptibles d’être fortement biaisés par les conditions politiques, économiques et sociales qui déterminent les principes inscrits dans leur conception et leur mise en œuvre. (Graham et Wood, 2003, pp. 223-229)

13Par ailleurs, l’argument sur l’urbanisme militaire développé par Graham (2006, 2010) apparaît essentiel, lorsqu’il évoque l’extension des pratiques militaires de traçage, identification et détermination de cibles d’attaque aux espaces et interactions de la vie quotidienne (2010, p. XI). Fondé sur les rêves militaires de l’omniscience technologique et de l’anticipation du risque, sur les idéologies de guerre permanente et sur la terreur du vide informationnel, l’urbanisme militaire consiste à considérer comme suspect tout élément ou entité qui n’émet pas d’information, que l’on ne parvient pas à décrire ou catégoriser. Graham dénonce la façon dont ces principes et technologies militaires de contrôle croissantes pénètrent de plus en plus la conception urbanistique et l’expérience de la ville.

La perméabilité des villes contemporaines à la circulation transnationale signifie que les systèmes de (tentative de) contrôle électronique  étendus pour s’adapter aux géographies transnationales de cette circulation – deviennent les nouvelles architectures stratégiques de la vie urbaine. […] La tentative de contrôle social opère de manière croissante à travers des systèmes technologiques s’étirant à la fois dans les zones temporelles et géographiques. […] Ces technologies de contrôle s’estompent de plus en plus dans l’arrière-plan des environnements urbains, des infrastructures urbaines et de la vie urbaine. Imbriquées dans les paysages urbains de tous les jours, donnant le jour à des styles radicalement nouveaux de mouvement, interaction, consommation et politique, elles deviennent en un sens la ville. (Graham, 2010, pp. 63-64)

  • 5 Graham (2010) rend compte de ceci et analyse ensuite pourquoi dernièrement on assiste à une nouvell (...)
  • 6 Concernant la violation de la vie privée, alors qu’il n’y a aucune problématisation de la massifica (...)

14Si les transferts de technologies militaires aux environnements civils ne sont en rien nouveaux5, et l’introduction des drones répond par exemple à ce même principe, il s’avère important de comprendre les différentes stratégies utilisées pour parler de ces technologies et respécifier leurs fonctions, pour justifier leurs fins et ajuster leurs effets aux environnements urbains. Par exemple, Braun et al. (2015) se sont intéressés à la traduction civile que connaissent les drones dans la ville, c’est-à-dire à la manière dont ces artefacts se « civilisent » discursivement, mais aussi aux discours militaires qui perdurent sur ces technologies6.

Non seulement [les drones] doivent être déplacés physiquement vers des espaces et pratiques sociotechniques différents, mais ils doivent aussi se soumettre à des changements qualitatifs pour s’adapter et fonctionner dans leur nouveau contexte. De la même manière, les discours dont nous présumons qu’ils voyagent avec eux seront soumis à une traduction. Comme toute traduction, c’est une négociation dans laquelle diverses coalitions discursives luttent pour l’hégémonie. La traduction à la fois de la technologie et des discours qui l’accompagne nécessite du travail, car avec les nouveaux contextes viennent de nouvelles exigences. S’agissant d’un cas de traduction, que chaque élément de technologie ou de discours survive ou meurt ne va pas de soi : il est nécessaire d’expliquer pourquoi certains éléments changent alors que d’autres non. (Braun et al., 2015, pp. 79-80)

15Se concentrant exclusivement sur le processus de conception des drones, les auteurs estiment que, dans la traduction de ceux-ci d’un contexte à un autre, non seulement une faible préoccupation pour la vie privée persiste, mais de plus une distribution de ces préoccupations vers d’autres est institutionnalisée. La vie privée ne serait pas une question dont se soucient les développeurs de ce type de technologies, surtout parce que leurs clients sont principalement des entités militaires et que la question du privé importe peu dans les opérations de guerre. Ainsi, les responsabilités morales sont déléguées aux opérateurs des drones, mais cela survient une fois que la conception des appareils est finalisée. Cependant, comme le proposent les auteurs : « Un certain déplacement est visible : si le problème de la vie privée est situé de manière prédominante comme externe à la pratique de conception, il est en effet susceptible de réapparaître à un autre endroit » (Braun et al., 2015, p. 80).

16Dans ce contexte, le présent article prétend avancer dans la compréhension de la manière dont les systèmes de surveillance sont traduits, maintenus et situés par des entités et collectifs, espaces et intérêts divers et opposés. La façon dont ces dispositifs, conçus originellement pour des contextes de guerre, finissent par déborder et pénétrer les environnements urbains quotidiens des personnes, effaçant ainsi les limites entre le civil et le militaire, entre le public et le privé, nous intéresse particulièrement. Ainsi, plutôt que les processus de confection de ces aérostats de surveillance, cet article examine l’ensemble des débats et discours publics qui s’entremêlent dans le déploiement du dispositif, et explore à la fois la dimension associée aux expériences vécues, opérations et activités pratiques des personnes qui doivent cohabiter au quotidien avec l’artefact de surveillance. Finalement, nous proposons, au lieu d’un objet stable quant à sa définition et ses effets politiques, certaines pistes pour conceptualiser ces technologies de surveillance touchant à la situation cosmopolitique qu’elles génèrent (Stengers, 2014), où les forces et les entités en débat ne sont pas uniquement humaines et où s’entrecroisent les effets du vent, du soleil, des arbres, entre autres éléments liés à l’environnement.

17Adoptant une méthodologie qualitative d’étude de cas et de description de controverses (Callon, 1986 ; Latour, 1987 ; Callon et al., 2001 ; Tironi et Sánchez-Criado, 2015), cet article se fonde sur un travail de terrain réalisé en 2015, consistant en une dizaine d’entretiens avec des acteurs et représentants clés (responsables municipaux de l’opération des ballons, conseillers municipaux favorables et opposés aux aérostats, organisations et avocats opposants, entre autres). En outre, un travail ethnographique a été mené sur les sites urbains où sont placés les ballons aérostatiques. Nous avons réalisé d’une part des marches guidées et des conversations avec différents habitants de ces secteurs, ainsi que des visites répétées dans les centres d’opération des ballons de surveillance. Enfin, notre étude comprend un travail exhaustif de révision de documents secondaires, que ce soit la couverture médiatique de ce cas controversé ou des documents légaux et administratifs qui ont été générés pour la mise en œuvre et la défense de ces aérostats de surveillance.

Sensation d’insécurité et exigence d’un système de télésurveillance « smart »

18L’installation de ballons de surveillance s’inscrit dans un contexte de sensation d’insécurité qui touche la capitale du Chili ces dernières années (voir Browne et Valenzuela, 2014). En plus des traditionnels délits à l’encontre des résidences privées, une série de délits (différents vols de distributeurs de billets, bijouteries, explosions de bombes à l’intérieur de stations de métro, entre autres) ont eu lieu en 2014 ayant un impact important sur l’opinion publique. Le discours de la « guerre contre la délinquance » s’est installé non seulement comme revendication principale des habitants de ces secteurs aisés de la capitale (avec des manifestations publiques des voisins dans les rues), mais aussi comme priorité des autorités. Dans un tel contexte, l’exigence de caméras vidéo plus nombreuses et plus efficaces sur la voie publique ne s’est pas fait attendre et les habitants et conseillers municipaux des communes ont commencé à les réclamer à la mairie. La commune de Las Condes ne disposait alors d’aucune technologie de vidéosurveillance. Les coûts de stockage étaient encore élevés il y a dix ans et un personnel nombreux était nécessaire pour que de tels dispositifs soient réellement utiles. Néanmoins, face à la baisse des coûts de stockage et à l’automatisation croissante des caméras actuelles, l’option de la vidéosurveillance est non seulement devenue une politique populaire mais aussi un choix économiquement et techniquement attractif.

  • 7 Conseil municipal de Las Condes, séance ordinaire n° 831, 25 septembre 2014. Publié sur : http://ww (...)

19Dans ce contexte, Francisco De la Maza, militant d’un parti de droite et maire actuel de Las Condes, a entamé la recherche de nouveaux systèmes de surveillance pour sa commune. C’est ainsi qu’il a proposé au conseil municipal7 d’étudier l’acquisition de « caméras aériennes de haute technologie » qui auraient été mises en place avec succès dans la ville universitaire de College Station, au Texas. Son argument était que si la municipalité avait deux ou trois de ces caméras, « pratiquement toute la commune de Las Condes pourrait être visualisée ». La haute résolution de ces caméras permettrait de détecter et contrôler tout ce qui se passe dans la commune, observant « jusqu’à la taille d’une fourmi », selon l’édile. Durant le processus de négociation, une conseillère municipale a demandé si l’origine de la technologie que proposait De la Maza était nord-américaine, ce à quoi le maire a répondu :

Aujourd’hui, les technologies sont globales, elles ne sont pas centrées sur une seule ville du monde. Cependant, dans ce cas, l’origine de la technologie est israélienne, elle a été créée dans un but militaire, pour les effets du contrôle d’une zone. Néanmoins, dans la ville de College Station il n’existe aucun conflit militaire, mais cette technologie est utilisée pour les contrôles normaux dont a besoin une ville. (De la Maza, in Actes du conseil municipal)

20L’argumentation du maire fait non seulement référence à la neutralité et au caractère global de la technologie, mais aussi à la nécessité d’introduire la commune de Las Condes dans un réseau mondial de bonnes pratiques en matière de surveillance, certifiées par les États-Unis. Finalement, le conseil municipal a approuvé la motion. Le maire s’est rendu au Texas avec une « commission de service » pour connaître les avantages et la portée du système de surveillance en question.

Une technologie militaire réinventée

  • 8 Il est intéressant de constater que, tout au long de l’étude, différentes distances, hauteurs maxim (...)

21Le système aérostatique SkyStar 180 est un dispositif créé par l’entreprise israélienne RT Aerostats, fondée par un colonel à la retraite ayant servi dans des guerres à Beyrouth et à Gaza, Rami Shmueli. L’artefact consiste en un ballon à base d’hélium de 5,7 mètres de diamètre, auquel est suspendue une caméra vidéo de dernière génération qui tourne à 360 degrés avec une vision qui permettrait d’observer une personne à 5 km de distance8. Les deux éléments sont connectés par un câble électrique à une remorque compacte et l’ensemble est opéré à terre par deux ou trois agents dans un véhicule équipé ou dans un bâtiment fermé proche de l’emplacement de la remorque.

Image 1. Rami Shmueli montrant un prototype du dispositif

Image 1. Rami Shmueli montrant un prototype du dispositif

Source : The Marker. Photo : Ofer Vaknin

  • 9 Il est intéressant de remarquer que pour justifier cette technologie, l’entreprise israélienne essa (...)

22Dans sa brochure corporative, il est signalé que le système aérostatique tactique SkyStar 180 permettrait de réaliser des opérations continues d’intelligence, de reconnaissance et de surveillance de jour comme de nuit à 180 mètres d’altitude et pourrait même atteindre 300 mètres. Shmueli, son inventeur, indique dans la presse : « Plus il est haut, mieux il voit » (The Marker, 2014). Le ballon peut passer jusqu’à 72 heures en l’air, puis il doit être rempli d’hélium à nouveau pour « retourner à la hauteur de la surveillance ». Pendant la nuit, il fonctionne avec une vision thermique, il possède un viseur laser et permet de zoomer sur les personnes, d’identifier les plaques d’immatriculation des véhicules et de produire des données géoréférentielles instantanément. Il se caractérise aussi par son transport et son montage rapide, sa facilité d’opération et de maintenance à bas coût, sa capacité à être géré dans des conditions climatiques adverses (vents forts, pluie, etc.). Finalement, toutes ces propriétés feraient du dispositif un outil idéal pour des opérations militaires, de sécurité nationale et de maintien de l’ordre public9.

Il sera toujours nécessaire de protéger des sites fixes, comme les bases militaires, les camps temporaires, les installations stratégiques et les postes de contrôle aux frontières. Le besoin de surveillance continuelle est amplifié dans un environnement opérationnel à haut risque avec un entourage civil hostile, où les ennemis peuvent opérer clandestinement. Les engins explosifs improvisés (EEI [ou IED en anglais]) activés contre les forces militaires près de leurs bases et les tentatives d’attaques contre les camps militaires sont aussi des menaces qui requièrent [la présence] constante et fiable d’yeux dans le ciel. Le SkyStar 180 est idéal pour ces tâches grâce à sa présence constante à 360°, 24h/7j, au-dessus d’une zone protégée, fournissant une surveillance et une reconnaissance automatique de haute qualité. (www.rt.co.il, les italiques sont nôtres)

23Cependant, si les ballons ont été pensés initialement pour la guerre et le contrôle frontalier, étant utilisés dans la bande de Gaza et plus récemment à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, l’entreprise a décidé d’élargir son champ d’affaires et commencé à vendre le même système d’intelligence militaire aux policiers locaux, en offrant, par exemple, des services pour le contrôle du trafic urbain. De sorte que l’artefact de surveillance a été utilisé pour des opérations civiles comme à College Station, lors d’événements massifs comme le carnaval de Rio de Janeiro ou la Conférence sur les changements climatiques de 2015 à Paris.

Image 2. Maires observant la visualisation fournie par les ballons

Image 2. Maires observant la visualisation fournie par les ballons

Source : La Segunda

  • 10 Conseil municipal de Las Condes, séance ordinaire n° 835, 6 novembre 2014. Publié sur : http://www. (...)

24Avec cette description, et après avoir connu sur le terrain le fonctionnement de la technologie, la commission de service de Las Condes est retournée à Santiago clairement convaincue des vertus du dispositif. Les ballons sont présentés au conseil municipal comme un système « efficace et simple qui [allait] permettre de détecter ce qui se passe dans la ville ». En aucun cas n’est mentionnée dans les actes une discussion sur d’autres alternatives à cette technologie de surveillance comme les drones, elle est uniquement comparée aux traditionnelles caméras fixes et à leur portée de visibilité limitée. Comme on le constate dans une minute du conseil municipal de Las Condes, le maire, M. De la Maza, interrogé par un conseiller sur la possibilité de créer d’autres commissions techniques pour voter de manière plus informée, a signalé qu’ « [il avait] déjà pris la décision de mettre en œuvre cette technologie […] et que l’appel d’offres ne [faisait] pas l’objet d’un débat » (20/11/2014), et qu’il consultait uniquement les conseillers pour déterminer si la technologie devait être achetée ou louée. Il est mentionné de manière anecdotique que « l’un des représentants principaux de l’entreprise israélienne a développé cette technologie grâce à son expérience de la guerre »10. Quant à lui, le conseil municipal de Lo Barnechea a, en revanche, approuvé à l’unanimité l’incorporation de cette technologie sans discussion majeure sur ses antécédents.

Démilitarisation

25Dans le travail d’insertion de ces ballons dans le contexte chilien, une série d’opérations discursives a été menée afin de justifier leur nécessité. C’est un processus à travers lequel la technologie de surveillance a été « démilitarisée » et « dépolitisée », en la performant comme un outil civilisé et apte pour toutes les communes. Nous décrivons ci-après trois opérations de ce processus de démilitarisation.

Visualisation dynamique et efficace

26Les arguments présentés pour l’achat et l’opération de ce système se fondent principalement sur une tentative de diminution de la délinquance et de la consommation de drogue dans les communes concernées. Les municipalités attendent de ces ballons qu’ils génèrent une « dissociation du délit » dans les lieux où ils sont placés, soit un effet disciplinaire dissuadant les actes délictueux et le trafic de drogues du fait d’être vu par le ballon. Comme le signale le maire de la commune de Lo Barnechea, M. Guevara :

  • 11 Guevara, in Minute du conseil municipal de Lo Barnechea, 7 mai 2015. Publié sur : http://www.lobarn (...)

Nous croyons que les personnes avec un certain degré de rationalité ne devraient pas consommer ou acheter de drogue dans un lieu où elles sont filmées. Par conséquent, ce n’est pas seulement un contrôle de sécurité, mais aussi essayer de diminuer la consommation ou l’achat, par exemple, de drogue ou d’espèces volées dans le cône de protection de cette caméra de télésurveillance11.

  • 12 Troncoso, in Minute du conseil municipal de Lo Barnechea, 7 mai 2015. Publié sur : http://www.lobar (...)

27Par ailleurs, en laissant des enregistrements vidéo, les dispositifs serviraient de preuve dans les procédures pénales à l’encontre des auteurs des délits détectés. Selon les édiles, l’information fournie par les caméras des ballons serait transmise aux Carabiniers ou au Ministère public uniquement dans le cas où elle serait sollicitée, jamais à des acteurs privés. Ainsi, les usages et fonctions de ces ballons seraient encadrés dans un idéal de « villes intelligentes », de contrôle et gestion de l’espace public de la ville meilleurs et plus efficaces. Il est intéressant de remarquer comment la notion de « gestion de l’espace public » est constamment utilisée comme point d’appui de l’argumentaire des défenseurs des ballons. Ceux-ci fourniraient une vision d’en haut qui permettrait d’ « agir de manière beaucoup plus rapide, plus efficace pour tout ce qui a à voir avec la gestion de l’espace public » (chef de cabinet, municipalité de Lo Barnechea). Ceci servirait à réduire les coûts du contrôle, à détecter de manière précoce les ruptures du système d’assainissement ou les problèmes de feux de signalisation ou encore les bouchons, à maximiser les voies sécurisées d’évacuation de la population, entre autres éventualités. Dans ce sens, la vision aérienne des aérostats, étant plus large et flexible que celle des caméras fixes traditionnelles, permettrait non seulement de détecter mais aussi d’anticiper les problèmes urbains possibles. Comme cela a été dit lors d’un conseil municipal de Lo Barnechea : « C’est un ballon qui est pensé pour des opérations urbaines, fondamentalement de sécurité, dans des conflits de faible intensité, et il permet le déplacement, dans la mesure où les conditions sont réunies »12.

28On observe, comme allant de pair avec les attributs des ballons aérostatiques mentionnés, une définition particulière de la ville, comme un espace qui doit être manié et géré, calculé et anticipé, et dont l’administration revient aux municipalités. Un argument réitéré et stratégique pour la défense de cette technologie a consisté à dire que la vision fournie par les aérostats serait restreinte à l’espace public, bien qu’elle permette l’enregistrement de l’intérieur des habitations. Allant encore plus loin, il a été affirmé que la technologie était conçue pour l’espace public : « Toute cette technologie est faite seulement pour les espaces publics » (Conseiller municipal A, Las Condes), ou encore que les intérêts des municipalités, et donc des opérateurs de l’artefact, se limitaient uniquement à l’espace public : « Nous nous intéressons à l’espace public et seulement à l’espace public » (chef de cabinet, municipalité de Lo Barnechea).

29Enfin, pour les autorités, on innove peu dans le monde municipal et il existe peu de marge pour essayer des choses nouvelles car tout est régi par des lois restrictives. En mettant en œuvre ces ballons de surveillance s’ouvrait la possibilité d’être pionniers et de s’inscrire dans la tendance smart. C’est ainsi que le signale un membre de la mairie de Lo Barnechea lors d’un entretien : « Le problème de la délinquance doit être résolu à travers l’innovation, tu dois être plus au fait que l’autre » (chef de cabinet, municipalité de Lo Barnechea).

Les aérostats comme « solution » indispensable

30Le caractère indispensable et nécessaire des aérostats apparaît comme un autre argument mobilisé par leurs promoteurs. L’artefact technologique s’avère non seulement idéal pour compenser les limitations « humaines » des municipalités, mais il peut aussi améliorer la réponse concrète aux délits en « dynamisant » la vidéosurveillance. On remarque ici deux aspects : la capacité de gestion et les conditions spatiales et territoriales. Concernant le premier point, les municipalités ne voulaient pas remplir les communes d’une grande quantité de caméras comme à Londres (la référence obligatoire en la matière) car elles ne disposaient pas du personnel pour cela. Administrer une caméra de surveillance, à moins de posséder une capacité analytique ou un niveau d’intelligence supérieur, nécessite un personnel tournant et alerte, dont ne disposaient pas les mairies.

Nous ne voulons pas remplir [le territoire] de caméras, mais au contraire ayons la flexibilité de naviguer. Mettons quelque chose qui soit plus dynamique que la caméra, et c’est là qu’est arrivé le fameux aérostat. […] On entre dans ce concept de je ne suis pas capable de tout voir et j’ai besoin de quelque chose qui soit un peu plus dynamique aussi et que je peux changer de position peut-être tous les quinze jours. (Directeur des opérations, municipalité de Las Condes)

  • 13 Cependant, les ballons se trouvent situés dans des zones résidentielles sans ces problèmes car même (...)

31Quant au second point, apparenté aux capacités humaines, les responsables municipaux laissent entrevoir que le territoire des communes ne permet pas n’importe quel type de vidéosurveillance. Ces communes se trouvent proches de la cordillère des Andes et une grande partie de leurs territoires appartiennent à la précordillère où il serait inutile de placer des caméras fixes traditionnelles de courte portée car les rues montent et descendent et les images ne fourniraient que peu d’information. La vision horizontale et en perspective de l’humain serait inutile dans des lieux où serait nécessaire une vision verticale et aérienne. Ainsi, la physionomie du territoire est devenue un argument qui non seulement justifie l’achat de ces aérostats qui pourraient surveiller d’en haut ces espaces complexes, mais qui de plus « s’adapteraient » aux communes selon cette rhétorique13. Ce fut comme s’ils avaient été conçus pour la forme spatiale de ces communes.

Négociations et chilénisation

32On peut observer une autre manière de démilitariser cette technologie dans la forme de négociation qui a été menée, où l’on a réussi à chiléniser le système de surveillance. Avant l’arrivée du dispositif à Santiago, et quelques mois avant l’appel d’offres officiel des municipalités, une alliance a été créée entre RT Aerostats et l’entreprise chilienne Global Systems appartenant à la holding Rebrisa S.A., transférant à RT Aerostats5 % des actions de l’entreprise locale. Cette affiliation a servi, d’une part, à annexer toute l’expérience de RT Aerostats dans l’usage des ballons dont ne disposaient pas les Chiliens de Global Systems et, d’autre part, à présenter ces aérostats comme une technologie produite à l’étranger mais désormais propriété d’une entreprise chilienne. Comme on nous l’a indiqué à la mairie de Las Condes :

L’entreprise est chilienne et la technologie est étrangère. […] [Global Systems] a passé une alliance avec une entreprise qui est israélienne est qui s’appelle “Aerostats je ne sais quoi”, et c’est eux qui ont les connaissances. […] Alors avec cette alliance ils ont amené la technologie ici et ils ont amené les techniciens qui sont censés être les experts. (Directeur des opérations, municipalité de Las Condes)

  • 14 Tout un problème administratif est né dans l’appel d’offres de Lo Barnechea car un second soumissio (...)

33D’autre part, dans les cahiers des charges de ce produit, ces aérostats d’intelligence militaire ont aussi été décomposés de diverses manières, avec la demande d’ « un ballon aérostatique pour la télésurveillance de la commune de Lo Barnechea » ou d’un « système de surveillance et contrôle de la circulation à travers des ballons statiques pour la municipalité de Las Condes ». Ces manières de désigner la technologie, en particulier dans l’appel d’offres de Las Condes, rendent compte d’un changement dans leur orientation et leur fonction. Les travaux d’intelligence et de reconnaissance sont laissés de côté. « Ce que nous avons acheté ce n’était pas un système de surveillance pour la sécurité, mais c’est arrivé comme un système de contrôle de la circulation » (Conseiller municipal B, Las Condes). Si les mairies ont lancé des appels d’offres ouverts au public, les cahiers des charges stipulaient des exigences techniques conformes aux caractéristiques du SkyStar 180, de sorte que seule l’entreprise Global Systems allait répondre aux « besoins » des communes14. « L’aérostat qui a été amené et le cahier des charges de l’appel d’offres ont été préparés sur mesure pour un fournisseur sur le marché » (Conseiller municipal B, Las Condes).

  • 15 Valeurs se fondant sur les montants à payer par les municipalités dans les décrets d’attribution de (...)

34À l’issue du processus d’appel d’offres, la municipalité de Las Condes a loué deux ballons de surveillance à l’entreprise Global Systems, l’un mobile (transportable dans une camionnette) et l’autre fixe, payant mensuellement plus de 42 millions de pesos chiliens (69 920 dollars étatsuniens) pour un contrat de cinq ans, dépensant en définitive environ 2 456 millions de pesos (4 195 252 dollars) pour cette technologie. Pour sa part, la municipalité de Lo Barnechea a décidé d’acheter directement un ballon fixe à Global Systems pour la somme considérable de 282 318 967 pesos (465 105 dollars), et d’engager l’entreprise pour trois ans pour la maintenance et le service de contrôle du système de surveillance, déboursant près de 20 millions de pesos mensuels (32 106 dollars), ce qui promet une dépense d’environ 1 002 millions de pesos au terme du contrat15. Ces sommes représentent une dépense excessive en matière de sécurité pour toute municipalité chilienne, et, comparativement, cela dépasse le budget total d’autres communes plus pauvres du pays. C’est parce que Las Condes et Lo Barnechea sont deux des municipalités les plus aisées du Chili qu’elles disposent d’une capacité économique permettant de couvrir une technologie de cette nature, mais elles ont cependant dû réallouer des fonds d’autres secteurs pour assumer ces dépenses.

  • 16 Cependant, ces documents n’ont pas été publiés ni diffusés auprès de la population et les condition (...)

35Ceci pose deux régimes distincts de relation et de propriété par rapport à ces aérostats qu’expliquent en partie certaines différences entre les communes. Par exemple, la municipalité de Lo Barnechea était plus préoccupée de recevoir un soutien citoyen et a engagé une campagne de communication sous la bannière du long hashtag #YoApoyoElGloboDeLoBarnechea (je soutiens l’aérostat de Lo Barnechea), alors que celle de Las Condes n’a pas considéré ce type d’action. Mais dans les deux cas, l’administration et l’opération du système de surveillance ont été déléguées à une entreprise privée externe. Cependant, les contrats issus des appels d’offres établissent certaines obligations que cette entreprise doit remplir concernant la formation des opérateurs, les plans de maintenance préventifs et correctifs, le visionnage aléatoire des enregistrements et l’assignation d’amendes dans le cas par exemple d’un « comportement inapproprié du personnel de l’entreprise sur la voie publique » (décret de Las Condes) ou de « [provocation] de dommages aux personnes ou aux biens » (décret de Lo Barnechea)16, bien qu’il n’existe pas d’opérationnalisation claire de cela.

36En somme, les représentants et porte-parole de cette technologie la présentent comme une option justifiée pour contrôler et surveiller l’espace public de manière plus efficace, dynamique et flexible, mais elle implique des dépenses excessives. Ses effets collatéraux et les possibles violations des droits humains qu’elle pourrait entraîner ne sont pas clairement exprimés ou passent au second plan.

Remilitarisation et opposition à une surveillance excessive

37Mais en parallèle de ces opérations de démilitarisation, on observe un travail de repolitisation de cet artefact de surveillance, dans lequel certains groupes cherchent à révéler l’origine militaire des ballons, affirmant le caractère disproportionné de l’introduction d’une technologie d’intelligence militaire dans un contexte pacifique comme celui de Las Condes et Lo Barnechea.

  • 17 Il est intéressant de constater que jusqu’à présent aucune manifestation sociale ne s’est produite (...)

38Deux formes de résistance aux aérostats s’entrecroisent, mais elles utilisent la même voie légale17. D’un côté, peu après le lancement des ballons dans les airs de Las Condes, un habitant de la commune sort de chez lui et voit un aérostat dans le ciel. Il pense au départ qu’il s’agit de publicité, mais après des recherches sur l’Internet il découvre les usages militaires de ce type de technologie. Il décide donc de se mobiliser et contacte une vingtaine de voisins de la commune via Facebook pour commencer à générer des connaissances en la matière, prenant la tête de ce groupe comme représentant-victime. À partir de là, un recours en justice est déposé à l’encontre des aérostats :

Je suis avocat, je suis un habitant de Las Condes, et je suis voisin des aérostats et ils m’affectent de manière personnelle, et c’est comme ça que je me suis impliqué dans l’affaire. Les autres personnes que je représente sont d’autres habitants de Las Condes avec lesquels j’ai discuté sur le sujet, quand les ballons venaient juste d’apparaître dans le ciel. (Opposant A, avocat plaidant)

  • 18 L’imbroglio commence quand l’Institut national des droits humains (INDH) reçoit une dénonciation an (...)

39D’un autre côté, différentes organisations non gouvernementales expertes dans la défense de la vie privée en ligne se sont parallèlement regroupées autour de la génération d’un recours en protection à l’encontre d’une mesure qu’elles considèrent extrêmement panoptique et intrusive18. Comme il est nécessaire d’accréditer la violation concrète d’un droit pour l’admission d’un recours en protection, elles prennent contact avec quelques habitants touchés. D’après l’ONG Derechos Digitales, ces habitants ont dû changer leur style de vie du fait du fonctionnement des ballons. L’une des victimes aurait l’un des aérostats à 90 mètres de son domicile et signale :

  • 19 Témoignage cité dans le communiqué de Vladimir Garay de Derechos Digitales intitulé « Organizacione (...)

Je peux m’imaginer, avec un certain nombre de frissons, la netteté avec laquelle on peut voir ma chambre. […] Cela m’a obligée à fermer constamment les fenêtres et ne pas pouvoir vivre la vie tranquille à laquelle j’étais habituée, à me sentir surveillée 24 heures sur 24, 7 jours sur 719.

40C’est ainsi qu’a débuté un litige cherchant à éviter que s’étende une technologie intrusive dans différents espaces de la ville. L’idée est d’éviter une banalisation ou une acceptation d’une technologie de ce niveau de surveillance des informations personnelles et, au-delà, de projeter des lois et un agenda numérique avantageux et conformes à l’époque.

Pourquoi entrer en procès contre Lo Barnechea et Las Condes ? […] À cause de cet effet de virulence. […] C’est ce que nous avons fait ici, [le mouvement] a un peu grandi et nous avons tout de suite donné un coup de poing aux ballons. Alors, maintenant ce qui peut se passer, c’est que nous gagnons et les ballons vont tomber, ou nous perdons, et les ballons vont commencer à se multiplier. (Opposant C, Corporation Fundamental)

  • 20 D’autres acteurs se sont ajoutés à ce litige, comme le Conseil pour la transparence, une corporatio (...)

41Moins d’un mois après le lancement des ballons, deux recours en protection ont été présentés à la Cour d’appel de Santiago contre les aérostats de surveillance20, ces deux recours présentant deux formes d’intervention qui s’opposent dans les manières de se projeter et d’être affecté.

Repolitiser

42Malgré les formes disparates de constitution de ces résistances, les opérations discursives et de critique et d’opposition ont été transversales, et aussi bien l’avocat représentant-victime que les organisations opposantes cherchent à rétablir le caractère éminemment politique de l’artefact de surveillance. La technologie de surveillance entraînerait une hypersurveillance exercée par quelques-uns sur le plus grand nombre et ferait de la ville un espace ségrégué et contrôlé. Elle présenterait, pour ces acteurs opposants, une série de propriétés connexes comme le maintien du statu quo et un intérêt ségrégatif de protection des riches et marginalisation des pauvres.

Nous sommes très sceptiques quant à l’usage de la technologie dans la ville car l’usage de la technologie en soi n’est jamais une question politiquement neutre. […] Au contraire, la technologie peut être, du fait qu’elle est seulement un outil, elle peut être utilisée sans grande complication pour maintenir certaines structures, […] pour maintenir certaines formes d’interaction ou de ségrégation de la ville elle-même. […] Une bonne partie de la technologie, alors, dans l’usage de la ville, est destinée à conserver certains paramètres de ségrégation ou de discrimination, c’est-à-dire de l’usage des nouveaux outils que fournit la technologie pour que les gens restent en dehors de certaines zones ou se comportent différemment dans certaines zones. Les aérostats de surveillance répondent plus ou moins à cette idée. (Opposant D, Derechos Digitales)

43Dans cette tentative de repolitisation des ballons de surveillance, ceux-ci sont présentés comme un instrument qui porte atteinte aux droits fondamentaux comme celui à la vie privée, à la libre circulation, et finit aussi par stigmatiser des quartiers : « Ils ciblent les gens pauvres, […] il n’y a pas d’antécédents ni pour justifier ni pour s’opposer à ce que les ballons soient là, simplement, ils sont là, capricieusement » (Opposant C, Corporation Fundamental). C’est pourquoi les avocats et représentants de ces organisations ont déployé une série d’arguments auxquels ils confèrent un caractère juridico-technique, loin de la « pyrotechnie » communicationnelle, et dans lesquels on retrouve de nouveau la nature militaire de l’artefact.

Disproportionnalité des principes militaires dans l’espace urbain

44L’un des premiers arguments entend mettre en lumière le caractère disproportionné et excessif de l’installation d’une technologie militaire dans un espace pacifique comme le sont les communes concernées. Par exemple, l’opposant A, qui est avocat plaidant dans la procédure et à la fois victime, nous a affirmé que la présence de ces ballons de surveillance entraînait pour lui le même désagrément que le fait de voir des militaires avec des mitraillettes dans la rue. L’observation omnipotente et omniprésente de ces ballons, même s’ils ne filmaient pas, génère une rupture de la vie sociale qui signifie une violence envers lui et le groupe d’habitants qu’il représente. Insistant sur cette idée, il nous dit :

Tu as un artefact militaire, construit pour la guerre, opéré par un maire, même pas par le maire, par des opérateurs privés, qui enregistrent 24h/24, tous les jours, un grand nombre, non déterminé, de personnes, de jour comme de nuit, dans des lieux publics et privés. Ça me semble être ce qu’on fait de plus proche d’un cauchemar du monde occidental, il y a évidemment des livres, des films, des séries, etc., une culture pop infinie sur le cauchemar d’avoir une personne qui te surveille toute la journée, et c’est ça ce qu’a construit le maire de Las Condes dans ce cas, et le maire de Lo Barnechea aussi. (Opposant A, avocat plaidant)

45Les ONG opposées à ces aérostats présentent aussi un argument similaire. Elles considèrent que cette « gestion de l’espace public » à travers l’incorporation d’une technologie comme les ballons de surveillance est excessive et porte atteinte à l’idée de communauté :

Ces ballons qui planent sur la ville comme un mélange entre le panoptique et l’Œil de Sauron des films, où les libertés ne sont pas exercées, [font] que non seulement les gens sont rangés et ne commettent pas de délit, mais que les libertés ne s’exercent pas du fait qu’on se sent observé et dans ce sens, militariser des espaces civils à cette fin de sécurité provoque un dérangement de l’idée même d’un espace commun chez les civils, d’un espace de paix entre guillemets, car cela maintient une forte pression entre la vie qu’on développe et l’idée que les actes dans cette vie peuvent avoir une conséquence. (Opposant D, Derechos Digitales)

46Des systèmes de surveillance moins intrusifs existant, on en a choisi un qui ne s’ajusterait pas au contexte et aux besoins de ces communes, qui ne parvient pas à passer l’ « examen » d’adéquation entre les moyens et les fins.

Les contextes dans lesquels ce système de surveillance a été utilisé sont des contextes de guerre et de violence. Je crois que Las Condes et Lo Barnechea sont loin d’être les communes où il existe le plus de violence et de délinquance. Il y a d’autres moyens moins intrusifs pour les droits fondamentaux qui peuvent être utilisés. (Opposant B, Fondation Datos Protegidos)

47L’action soutenue consistant à « essayer de militariser la sécurité citoyenne, en incorporant des outils de zones de guerre à une question qui relève de la police » est considérée comme extrêmement préoccupante (Opposant C, Corporation Fundamental). Cet « urbanisme militarisé » dont nous parlions plus haut serait perçu comme une tendance globale. Les tentatives des municipalités de civiliser ou démilitariser la technologie n’ont pas de sens si finalement l’appareil dans son ensemble reste exagéré.

La “pacification”, ou “civilisation” si l’on peut dire, de l’équipement militaire n’est pas tant liée au fait de changer son nom, c’est lié à la disproportion des forces. […] Même si un quartier est très dangereux, on n’y va pas comme Rambo avec une mitraillette tirant avec un tank, enfin, il faut proportions garder. C’est la même chose dans le cas des ballons, on peut peindre le ballon, on peut le civiliser, […] le problème n’est pas tant la façade mais ce qu’il est. (Opposant C, Corporation Fundamental)

48Cette sorte d’ « ontologie militaire excessive » attribuée aux aérostats signifierait non seulement quelque chose de disproportionné mais aussi d’illégal aux yeux de leurs opposants, car les municipalités ne compteraient pas avec l’expertise nécessaire ni les facultés légales, en premier lieu, pour acheter des systèmes militaires ou d’intelligence et, en second lieu, pour exercer l’opération de ces ballons, et une entreprise privée comme Global Systems disposerait encore moins d’une telle compétence. Pour ces acteurs, l’ « habilitation légale » serait inexistante, de sorte que les efforts déployés pour civiliser la technologie de surveillance et recontextualiser son fonctionnement dans des espaces urbains ne sont pas suffisants pour « blanchir » l’ensemble des principes et pratiques, définitions et effets militaires sur lesquels reposent les aérostats de surveillance.

La judiciarisation de la controverse

49Avec ces arguments, ces entités publiques se sont portées devant les tribunaux. Les recours en protection interposés à l’encontre des ballons de surveillance ont été initialement acceptés par la Cour d’appel de Santiago, qui a ordonné la cessation de leur fonctionnement. La conclusion de la cour a été que les habitants des communes « ne [pouvaient] pas s’opposer à la vision » que permettraient ces aérostats dans le ciel, générant une intromission dans leur intimité, laquelle serait illégale du fait que ce soit l’entreprise privée Global Systems qui soit chargée de l’opération des artefacts et non les municipalités. Le jugement est même allé au-delà en estimant que n’avaient pas été stipulées de protections explicites « pour éviter que la vision de ces caméras ne couvre des zones dans lesquelles les habitants des communes peuvent déployer des activités propres à leur intimité ».

50Cependant, les municipalités ont fait appel de ce jugement auprès de la Cour suprême de justice, objectant qu’il était idéologisé, et pendant ce temps les aérostats ont continué à filmer l’espace urbain dans le ciel. La campagne en faveur des ballons s’est poursuivie et un petit groupe de manifestants est même allé protester devant les tribunaux en déclarant que les dispositifs les aidaient à se sentir plus en sécurité. Le débat public autour de la vision de ces ballons s’est alors déplacé rhétoriquement, portant non plus sur leur origine militaire ni sur leurs capacités techniques de surveillance excessive, mais sur ce qu’ils observaient effectivement de l’espace urbain. Par exemple, le maire, M. Guevara, a affirmé dans les médias :

  • 21 Le maire, M. Guevara, dans un entretien avec La Tercera. Consulté le 13 mai 2016 sur : http://www.l (...)

Il y a beaucoup d’ignorance sur le sujet. Il y a des personnes qui disent qu’avec le ballon on peut voir à travers les murs ! Mais nous avons présenté au tribunal 100 % des images captées et aucune n’est liée à l’espace privé. Les images qui émanent du système montrent les parcs, les rues et le fleuve Mapocho. […] Est-ce que la caméra peut capter un espace privé ? […] Oui, elle peut, mais la question c’est qu’elle ne le fait pas21.

  • 22 Il est consigné que ce sont les municipalités qui seront responsables de voir comment opérationnali (...)

51La Cour suprême a répondu le 1er juin 2016 en révoquant le jugement précédent et autorisant le fonctionnement des aérostats, mais sous certaines conditions : la délimitation de la vision des ballons aux lieux publics – en cas de poursuite d’une personne coupable d’un acte illicite, il serait possible de filmer y compris des espaces privés ouverts –, la certification mensuelle par un inspecteur qu’aucune image de nature privée n’ait été captée22, la destruction des enregistrements après 30 jours, sauf celle des enregistrements d’actes illicites (comme nous le verrons, ceci était déjà réalisé par les municipalités, principalement pour des raisons de capacités), et le droit pour tout citoyen ayant la présomption d’avoir été filmé d’accéder aux enregistrements. Les réactions des autorités face à cette révocation ont suivi la ligne consistant à situer les aérostats dans leurs contextes particuliers, en indiquant par exemple : « Les habitants de Lo Barnechea ont gagné. » Quant aux groupes opposants, ils ont évalué leurs actions futures. Il est intéressant de constater que, dans son aspect judiciaire, la controverse a connu un va-et-vient qui a transité par l’acceptation et le rejet à travers une problématisation de la portée de la vision des ballons et de l’identité des observateurs et leurs compétences, cherchant à établir certaines procédures pour protéger la vie privée des personnes, bien que ces exigences n’aient pas posé de questions nouvelles et n’aient pas assuré ex ante le respect de l’intimité des personnes. Il apparaît donc crucial de se déplacer au niveau des pratiques d’opération et de maintenance de ces aérostats et de la vision que celles-ci rendent possibles.

Formes de cohabitation avec les aérostats et situation cosmopolitique

52Jusqu’ici, cet article s’est concentré sur les discours de certains acteurs qui sont parvenus à une visibilité publique dans certains médias (actes et documents municipaux, entretiens, sites Internet, presse, cours d’appel, etc.) concernant les vertus ou les risques présentés par les ballons de surveillance. Nous allons désormais aborder une dimension plus invisible et anonyme pour la sphère publique, liée aux opérations de contrôle de ces ballons et aux formes de coexistence que développent les habitants vivant dans les quartiers où ils sont installés. Cette dimension nous permettra de complexifier la controverse sur les effets des aérostats et de décrire la précarité, l’expérimentation et les manières concrètes mises au point par les personnes pour traiter le dispositif smart. De même, ce point d’entrée révèle que la controverse ne se situe pas dans un simple dualisme entre un techno-optimisme, incarné par une vision smart et efficace de la ville, et un techno-pessimisme, qui considère cette technologie comme panoptique ou de contrôle. En effet, lorsque l’on analyse de manière située et locale la manière dont fonctionnent et sont opérés les ballons, ainsi que les façons dont les vivent et en font l’expérience les citoyens des communes concernées, une conception hybride et cosmopolitique de la technologie et de l’urbain émerge, révélant l’importance du traitement des effets de la technologie de surveillance à partir de la coexistence des différents éléments et entités qui la produisent et la reproduisent.

Une technologie expérimentale manipulée par des entités hétérogènes

53En observant les opérations dans les coulisses des aérostats, on remarque avant tout le caractère d’essai et d’erreur avec lequel fonctionne le système de surveillance. La nouvelle vision aérienne qu’apporteraient les aérostats de surveillance est vécue, au sein des municipalités, comme une chose étrange qui doit en permanence être domestiquée, affinée et testée. L’importation d’une technologie étrangère cataloguée smart posait, en contrepartie, une méconnaissance des capacités et possibilités de surveillance du dispositif. L’entreprise chilienne Global Systems est la responsable du fonctionnement de la technologie israélienne selon les normes promises. Comme on nous l’a relaté dans l’entreprise, des formateurs anglophones sont venus directement d’Israël et ont formé pendant deux mois le personnel responsable de ces ballons, de leur fonctionnement, de la manière de les faire monter et descendre, de les remplir d’hélium, d’utiliser la caméra, entre autres fonctions. Malgré la formation reçue, la sensation des opérateurs est de se trouver encore dans une phase de test et de démonstration, d’apprentissage et de domestication de la technologie, sans savoir exactement quand ils pourront dire que les aérostats fonctionnement au maximum de leurs capacités.

Si je te disais que je suis expert dans l’utilisation des ballons, je te mentirais, je dois former des gens, […] nous n’avons pas encore tous les outils pour faire des étincelles parce que nous sommes en train d’apprendre (Directeur des opérations, municipalité de Las Condes)

54Comme nous l’avons mentionné, les ballons de surveillance sont actionnés par l’équipe de l’entreprise privée Global Systems, laquelle, de manière sexiste, est composée uniquement de femmes, avec trois plages horaires de cinq à six heures chacune. La raison pour laquelle les dispositifs sont manipulés uniquement par des femmes tient à une décision du maire de Lo Barnechea, M. Guevara. En effet, il aurait eu connaissance d’un procès à Buenos Aires où il a été résolu que les hommes seraient plus voyeurs que les femmes, celles-ci étant moins susceptibles d’être tentées d’utiliser la caméra pour observer des questions ou corps indus. Et selon ses porte-parole, le risque était élevé car Las Condes et Lo Barnechea étant des communes à fort pouvoir d’achat, les piscines et les jardins sont nombreux, et les opérateurs masculins auraient pu céder au fantasme de regarder. On constate ici que, dans le déploiement de cette vision, le genre se construit de manière bien particulière et très politique.

Image 3. Opératrice manipulant une manette depuis la station mobile, Mont Calan, Las Condes

Image 3. Opératrice manipulant une manette depuis la station mobile, Mont Calan, Las Condes

Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan

55Le personnel tourne chaque mois entre les deux communes, bien qu’il s’agisse d’administrations distinctes. Chaque ballon compte deux opératrices par plage horaire, qui tournent toutes les heures ou toutes les deux heures entre les travaux administratifs (enregistrer les événements, contrôler l’altitude du ballon, le vent, etc.) et la surveillance de la caméra. Une partie du travail consiste à déplacer l’œil de la caméra haute définition avec une manette, en zoomant sur des points de la ville en direct de jour comme de nuit grâce à une vision nocturne.

56De manière intéressante, d’après l’expérience de ces opératrices et des responsables du fonctionnement des ballons, la vision de la ville qu’ils fournissent dans la pratique n’est jamais totale et transparente, mais pleine de vides et de problèmes. Elles considèrent, d’une certaine manière, que la manipulation de la vision qu’offrent les caméras est le résultat d’un travail qui implique de multiples entités, beaucoup moins automatique et numérisé que ce qui était annoncé. Le système de surveillance ne possède aucune capacité analytique et aucun algorithme pour l’interprétation des images. C’est pourquoi la décision de l’opératrice qui contrôle la manette est centrale : c’est d’elle que dépend ce qui va être disponible, visible ou possible à visualiser. Le « facteur humain », comme l’appellent les techniciens, joue un rôle essentiel dans les capacités de surveillance, et ce qui se cache et ce que l’on capte de la ville est l’attribution de ses manipulations. Par exemple, à leurs débuts, les opératrices ont pris un temps conséquent pour apprendre à reconnaître les noms des lieux et les rues qu’elles visualisaient, exercice fondamental pour établir ensuite leurs rapports. S’ajoute à cela la pression sous laquelle est réalisé le travail des opératrices, du fait des risques d’actes de vandalisme. À Lo Barnechea, on nous a raconté que le lieu d’opération du ballon avait été attaqué et qu’il avait donc fallu poser des grilles et « blinder » le centre d’opération (voir image 4). C’est pourquoi on trouve actuellement à l’extérieur des stations mobiles et des centres d’opération des aérostats des agents de sécurité qui interdisent l’accès à toute personne étrangère au service, ou, comme nous l’ont dit les gardiens eux-mêmes, sont là pour « protéger les filles » et le ballon contre de possibles attaques ou représailles. Ceci fait des centres d’opération et de leurs panneaux de contrôle des ballons de véritables enceintes autoclôturées et opaques, en particulier celui de Lo Barnechea.

Image 4. Centre d’opération dans la commune de Lo Barnechea

Image 4. Centre d’opération dans la commune de Lo Barnechea

Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan

57Les conditions géographiques sont une circonstance importante qui détermine les capacités de l’aérostat. Elles ne permettent pas de tirer le meilleur parti du zoom en raison de l’altitude à laquelle l’aérostat se trouve placé. Étant donné les communes et les sites où opèrent les ballons, leur altitude est en effet fortement restreinte. Par exemple, à Lo Barnechea, les ballons sont situés à 150 mètres d’altitude ou même plus. En revanche, à Las Condes, le ballon mobile s’est trouvé sur le mont Calan où il atteignait une hauteur maximale de 30 mètres (plus la hauteur du mont) du fait des normes aéronautiques établies par la Direction générale de l’aéronautique civile (DGAC) et des interférences qu’il générerait avec l’observatoire astronomique situé sur le mont. Cet aérostat a aussi été déplacé pour des événements municipaux (y compris en dehors des deux communes), atteignant dans ces espaces d’autres altitudes maximales extrêmement contextuelles. Par ailleurs, la manipulation du ballon est fortement affectée par le vent. « S’il y a beaucoup de vent, le ballon bouge très vite » (Opératrice 2, Global Systems), une alarme sonne qui oblige à réduire l’altitude ou bien directement à descendre le dispositif pour ensuite le faire remonter. De plus, la vision aérienne pose le problème des cimes des arbres et des immeubles très élevés qui rendent difficile le travail des ballons, générant d’innombrables angles morts auxquels on ne peut pas accéder. Ceci fait que, dans la pratique, la vision ne couvre pas les 24h/7j prévus et n’est pas aussi englobante car les conditions climatiques et le contexte de chaque situation où opère un ballon interfèrent fortement. Ces interférences de forces non humaines entraînent des situations inévitables où l’on observe des éléments non désirés, où l’on s’éloigne de la rue et où il est difficile de détecter et surveiller, selon les dires du personnel même chargé des aérostats.

Ses trajectoires [celles de la caméra des ballons] suivent la voie publique, mais il est très difficile de le faire par la voie publique parce que tout bouge, tu vois, alors l’image fait tss tss tss (elle serpente) tu vois, et on voit quelles nouveautés elle va trouver. […] Mais une caméra qui bouge autant, c’est très difficile qu’elle trouve quelque chose. (Directeur des opérations, municipalité de Las Condes)

58De fait, les opératrices nous disaient qu’elles n’avaient détecté aucun acte de flagrant délit et n’avaient enregistré que des accidents de la circulation, des codes 80, qui seraient des « viols avec consentement » (selon leur manière de désigner narquoisement les couples ayant des relations sexuelles sur la voie publique), et majoritairement des codes 3-7, à savoir des personnes ayant une attitude suspecte soupçonnées de vouloir commettre un délit, dont une partie est indiquée par le bureau central et non pas trouvée grâce à la vision du ballon. De sorte que les opératrices elles-mêmes estiment que l’utilité de l’aérostat n’est pas tant de détecter, mais de dissuader et de faire peur aux criminels. Elles sont conscientes que les ballons n’apportent pas de solution à la problématique de fond mais la déplacent vers d’autres lieux.

Le fait que le ballon soit là et que les personnes mal intentionnées le voient, dissuade, je pense personnellement que les personnes mal intentionnées s’en vont à un autre endroit où il n’y a pas de caméra. » (Opératrice 1, Global Systems)

  • 23 De fait, la municipalité de Las Condes est en train de mettre en œuvre un système moderne de caméra (...)

59Le stockage et le traitement des enregistrements, d’autre part, se sont révélés beaucoup moins intelligents et automatiques qu’escompté. Tout ce qui est observé par la caméra est enregistré et stocké sur deux disques qui « s’écrasent » entre eux et s’effacent automatiquement pour un maximum de 9 jours et 30 jours. Les opératrices doivent inscrire les événements les plus pertinents dans un livre d’actes sur papier, puis un responsable de la sécurité citoyenne vient de la mairie récupérer sur une clé USB les événements ponctuels les plus importants, et ces enregistrements restent stockés plus longtemps dans un ordinateur du bureau central de sécurité citoyenne au cas où les entités policières viendraient demander ces vidéos. Ainsi, après des mois de fonctionnement, les aérostats sont considérés comme un complément de plus, qui n’est pas indispensable et qui ne remplace pas le système des patrouilles, les numéros d’urgence, les organisations de voisinage et les boutons de panique dont disposent déjà les municipalités en matière de sécurité et qui d’après les fonctionnaires municipaux fonctionnent assez bien23.

60L’activité de surveillance de la ville par les caméras des ballons se traduit finalement pour les opératrices par une expérience marquée par les discontinuités et les angles morts, si bien que l’ambition d’une disponibilité permanente et cristalline de la vie urbaine s’avère en pratique irréalisable. Les opératrices font l’expérience de la ville que l’on cherche à contrôler et à classifier comme une chose plus incommensurable et récalcitrante, comme un espace hybride et complexe peuplé de forces qu’elles ne peuvent pas manipuler du tout. En d’autres termes, on voit émerger une conception que nous pourrions appeler hybride ou cosmopolitique de l’espace urbain (Zitouni, 2004 ; Bingham et Hinchliffe, 2008), où des entités comme les arbres, le climat, les constructions politiques de genre, les événements urbains, techniques, humains, etc., participent de la vie urbaine de la technologie et de ses opératrices.

La coexistence des ballons avec l’écologie urbaine

61En menant une visite ethnographique des lieux et quartiers où se trouvent les aérostats, on constate différentes manières d’appréhender et d’intégrer cette technologie à la vie quotidienne, des appréciations et pratiques qui échappent aux discours brandis par ses défenseurs et ses détracteurs.

  • 24 Un voisin proposait ainsi que l’on ajoute les logos des municipalités sur les ballons en indiquant (...)

62Les ballons fixes de Las Condes et de Lo Barnechea sont placés à des points proches de quartiers pauvres et de cités, dans des lieux généralement connus pour être des pôles de délinquance et de trafic. L’une des hypothèses sous-jacentes à l’installation des ballons dans ces quartiers était de pouvoir capter les origines de la délinquance, autrement dit les lieux où se cachent les bandes délinquantes qui sortent attaquer les maisons des secteurs voisins. Dans des entretiens avec les membres des assemblées de voisinage, ceux-ci relatent qu’ils ont été informés de l’installation d’un système de surveillance nouveau, mais qu’en aucun cas leur opinion n’a été consultée et qu’on leur a encore moins demandé ce qu’impliquait d’avoir vue par leurs fenêtres sur un ballon blanc dans le ciel. Si, lors de l’entrée en fonctionnement des ballons, les habitants avaient peu d’information à leur sujet et si certains pensaient même qu’il s’agissait de publicité24, le bouche-à-oreille a rapidement fait savoir qu’il s’agissait d’un outil pour combattre la délinquance, dont ils font l’expérience de très près.

63Lorsqu’on les interroge sur le caractère stigmatisant de l’opération – critique mobilisée par les groupes opposés à la mesure –, certains de nos interlocuteurs soutiennent que la caméra comporterait un biais de classe, observant et « protégeant » les plus riches. Pour d’autres, le ballon ne les préoccupe pas beaucoup : ils sont déjà habitués à des choses comme ça et à ce niveau, la présence des aérostats est devenue naturelle. La naturalisation de la présence du ballon n’est pas seulement liée au fait qu’il est devenu un objet de plus dans le paysage, mais à ce que ces habitants se sont habitués à savoir que sa présence n’a affecté pratiquement en rien leurs modes de vie. « Tout reste pareil » a été l’une des phrases les plus prononcées par les habitants du secteur de Colón Oriente et, d’après eux, le trafic de drogues et la violence du secteur auraient persisté en présence de l’aérostat :

Les premières fois, ceux qui faisaient des choses répréhensibles ont ressenti une certaine peur mais après avec le temps ils l’ont perdue et ont appris à vivre avec les ballons ». (habitante du secteur de Colón Oriente, Las Condes)

Image 5. Ballon de surveillance dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea

Image 5. Ballon de surveillance dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea

Source : photographies de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan

64Lorsque nous enquêtions sur les effets des ballons de surveillance sur la cité Juan Pablo II de la commune de Lo Barnechea, un voisin nous a demandé avec méfiance ce que nous faisions là et nous a immédiatement avertis : « À cette heure-ci les “zombies” commencent à sortir, alors vous feriez mieux de ne pas continuer à marcher par ici. » Les « zombies » seraient les bandes de jeunes qui se promènent sous l’effet de drogues dans le quartier et qui commencent leur travail de narcotrafic de délinquance vers 13 heures jusqu’à plus de minuit. Ayant plus confiance en nous, notre interlocuteur nous a raconté qu’il vivait depuis seulement six mois dans la cité, mais qu’il était habitué à vivre dans des environnements malsains, car il vivait dans des quartiers comme ça depuis son enfance. C’est pourquoi il avait réussi à faire sa vie tranquillement, malgré les fusillades permanentes et les problèmes qui se produisent dans la cité. Interrogé sur la présence des ballons dans la cité, il nous a expliqué qu’il y avait peut-être eu un peu plus de précautions et d’attention au début, mais qu’au final les délinquants « [continuaient] pareil, même mieux » et qu’ils n’avaient pas arrêté de commettre des actes de délinquance parce que le ballon était présent. « Je n’ai pas vu s’il fonctionne, je vois juste qu’il est là et que les zombies continuent à faire ce qu’ils veulent. » Sa perception est que les ballons ont principalement amené les voisins à ressentir le besoin de recouvrir et de cacher encore plus leurs maisons. « Personne n’aime être observé, c’est pour ça qu’ici les gens mettent toutes ces protections. » Effectivement, tous les logements de la cité Juan Pablo II présentaient différents types de couvertures de protection qui rendaient pratiquement impossible de regarder à l’intérieur des maisons.

65Un autre habitant de la cité – qui s’est avéré être un patrouilleur de la sécurité citoyenne de la mairie – nous a expliqué que le ballon « [faisait] désormais partie de la famille », de la même manière que les descentes policières permanentes, les bruits de détonation ou les voitures de luxe des personnes qui viennent acheter de la drogue dans le quartier. Cependant, cette familiarisation avec les ballons ne se traduit pas seulement par l’assimilation du dispositif au paysage, mais aussi plus profondément par une capacité des habitants à reconnaître une série de propriétés du système de surveillance. Sans jamais être entrés dans la salle d’opération, les habitants ont développé des connaissances sur le fonctionnement du ballon, en faisant ainsi un objet domestique. Des voisins du secteur de Colón Oriente nous racontaient qu’en cohabitant quotidiennement avec l’aérostat (« nous le voyons par nos fenêtres en nous levant »), à quoi s’ajoute la curiosité de savoir ce qu’est cet objet volant, ils étaient parvenus, par la simple observation, à collecter un certain nombre d’informations sur ses activités. Ils nous ont expliqué que, parmi les habitants, les travaux de maintenance nécessaires étaient devenus connaissance populaire et qu’ils voyaient entrer et sortir les agents de sécurité du centre d’opération des ballons (qui se trouve à cinq cents mètres de la cité). Ils reconnaissaient aussi quand et comment le ballon était rempli d’hélium, ce qui se passait quand il bougeait beaucoup avec le vent ou en cas de fortes pluies, de même que les problèmes de vision à basse altitude. Les habitants ont aussi développé une autre connaissance, principalement grâce aux traces matérielles laissées dans l’espace urbain, sur la manière dont les arbres cachent la vue à la caméra du ballon, se transformant en angles morts importants pour les opératrices.

66Pour obtenir la vision désirée des événements et mouvements du quartier, les habitants de la cité Juan Pablo II nous ont raconté que la mairie avait éliminé certains arbres qui généreraient des interférences dans la captation des images. Ainsi, en marchant dans la cité, on peut trouver des lieux où les arbres ont été coupés (voir image 6) pour améliorer la clarté de la vision obtenue depuis l’aérostat. Un voisin, qui vit face au secteur où les arbres ont été taillés, nous a expliqué que ces mesures étaient inutiles, car les bandes « ne se cachent pas sous les arbres. […] Quand ils volent ils courent chez eux, et là la police ne les trouve jamais, ici à Juan Pablo tout est connecté, c’est comme une souricière. » Finalement, de nombreux habitants de la cité, d’après notre premier interlocuteur, pensent savoir ce que visent les caméras des ballons, bien qu’ils soient à plus de cent mètres de hauteur. Il y aurait des voisins qui parviennent à lire la direction de l’objectif, faisant très souvent de la présence du ballon une question ludique.

Image 6. Traces d’arbres coupés, dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea

Image 6. Traces d’arbres coupés, dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea

Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan

67Ces descriptions montrent comment le métabolisme propre au quartier, la dynamique des habitants, leurs pratiques, connaissances, habitudes et astuces font du fonctionnement des aérostats de surveillance une question beaucoup plus précaire que ne le laisserait penser une technologie estampillée smart. On voit ainsi de nouveau apparaître le caractère incommensurable de l’espace urbain, et la manière dont des entités hétérogènes rendent impossibles les vœux de capacité de calcul et de transparence absolue.

Ballons de surveillance et situation cosmopolitique

68Nous avons montré dans cet article comment la « traduction chilienne » des ballons aérostatiques de surveillance impliquait une série de tactiques, discursives comme matérielles, consistant à démilitariser et remilitariser l’artefact technologique. L’attribution du caractère militaire présente une persistance dans l’artefact de surveillance, malgré les tentatives de décontextualisation et de « chilénisation » de l’opération du système. Ces aérostats préconçus à l’étranger ont connu en arrivant à Santiago une série d’adaptations et de controverses, étant conformés et actionnés de différentes manières par les divers acteurs concernés. Dans le déroulement de la controverse, on voit émerger des versions antagoniques concernant la portée possible de la vision de l’espace urbain qu’offriraient les ballons, y compris dans certains cas par l’élaboration d’attributions sexistes. Chacune de ces positions produit une série d’arguments discursifs, que ce soit pour révéler les dangers de la « militarisation » de l’espace urbain ou, au contraire, pour souligner les avantages de la « smartisation » des formes de surveillance de la capitale.

69La nature et les effets de ces ballons ne sont pas uniformes et leurs différentes propriétés et caractéristiques sont loin d’être données, elles sont le résultat des différentes opérations et relations de pouvoir qui interagissent avec le dispositif. Comme nous l’avons montré, pour les groupes opposants, les aérostats de télésurveillance sont visibles pour le passant, alors que celui-ci ne peut pas savoir si les ballons l’observent et encore moins s’il y a effectivement des opérateurs derrière les caméras, ce qui pourrait produire l’effet disciplinaire du panoptique. On attribue ainsi au dispositif une vision dystopique et totalisante, verticale et militaire, entièrement disproportionnée pour une installation dans le ciel de Santiago. Dans le cas des partisans des ballons, ils défendent le dynamisme et la flexibilité du dispositif (étant facilement déplaçable d’un lieu à un autre), faisant de la surveillance une tâche plus efficace et coordonnée. Par ailleurs, et c’est un élément particulièrement intéressant, aussi bien pour leurs défenseurs que leurs détracteurs, les ballons aérostatiques appartiendraient à un idéal de « contrôle techno-intelligent », car ils se fonderaient sur le principe du « laisser-faire » de la surveillance automatisée technologiquement. En se situant à haute altitude, la caméra deviendrait peu visible pour l’œil humain et son fonctionnement serait indépendant et opaque à toute forme d’observation et de sensibilité citoyenne.

70Malgré ces caractérisations, pour causer l’effet panoptique supposé, l’individu surveillé devrait avoir sans cesse face à lui la silhouette des ballons dans le ciel et savoir qu’ils sont là pour la surveillance, instaurant ainsi un régime de pouvoir visible. Mais c’est précisément cette supposition qui se complexifie et s’estompe lorsque l’on observe in situ la manière dont les opératrices et les habitants coexistent avec les dispositifs de surveillance. Comme nous avons cherché à l’illustrer, dans les quartiers où sont placés les ballons, il n’était pas nécessairement évident que les artefacts étaient là pour surveiller les communes et ils étaient parfois pris pour de la publicité, ou bien on ne savait pas clairement leur fonction. De plus, au lieu d’une sensation de verticalité ou de pouvoir invisible, on constate une série de pratiques de domestication et de familiarisation avec le dispositif, les habitants des quartiers parvenant à développer des connaissances sur les formes de maintenance et de production de la surveillance, sur la direction de la caméra ou sur les problèmes les plus fréquents que doivent affronter les responsables de l’opération de ces systèmes de surveillance, du seul fait de cohabiter dans les alentours de chaque ballon. Cette forme de liaison et d’implication avec la vie des aérostats défie l’idée même d’omniprésence du panoptique. Comme nous l’avons vu, dans le modèle décrit par Foucault, l’individu surveillé ne devrait pas savoir s’il est effectivement surveillé, mais il doit être sûr qu’il peut toujours l’être (pouvoir invérifiable). Cependant, dans les opérations des acteurs qui coexistent au quotidien avec les ballons, ceux-ci arrivent à reconnaître que les artefacts ne fonctionnent pas 24h/7j et déterminent leurs angles morts et leurs limitations (même s’ils ne sont pas réels), comme dans le cas des arbres, des immeubles ou des recharges d’hélium. En d’autres termes, nous pourrions affirmer, à partir de l’expérience des habitants de la cité Juan Pablo II, que la présence des ballons n’a pas généré plus de contrôle ou de barrières à la délinquance, mais une accumulation de connaissances situées sur la manière de « mieux continuer » ou « être plus au fait » que l’autre.

71Depuis la perspective des centres d’opération de ces ballons, on observe une vision marquée par une série d’opacités et de discontinuités, de précarités et d’interférences qui font de la vision totalisante une question techniquement impossible. Avec un panneau de contrôle peu automatisé, qui n’arrive pas à développer un traitement algorithmique des données, et qui dépend principalement de décisions et de capacités humaines, les opératrices consacrent leur temps à observer des « faits », des « clés », des « événements », établissant des régimes particuliers quant à ce qu’elles doivent voir ou ne pas voir ; à aucun moment elles ne perçoivent leur travail comme une contribution substantielle et directe au combat contre la délinquance, mais comme une production contradictoire de sensation de sécurité chez les citoyens. Dans une certaine mesure, le ressenti des opératrices manipulant les manettes des ballons est similaire à celui des habitants de la cité Juan Pablo II : plutôt qu’une vision transparente de la ville, le territoire apparaît couvert d’angles morts, d’indéterminations et d’ignorances. En d’autres termes, et pour se rapprocher de la conceptualisation de l’oligoptique, les opératrices obtiennent des enregistrements de quelques points intéressants, elles zooment sur de possibles actes délictueux, mais la promesse d’une surveillance et d’un contrôle des flux de manière techno-intelligente ne paraît jamais devenir opérationnelle entre leurs mains.

72Ainsi, ce système particulier de surveillance s’inscrit dans des opérations fragiles et expérimentales et des éléments qui le bloquent et le rendent visible, le signifient ou le mobilisent, rendant impossible la présomption d’une unique vision stable et permanente de l’espace urbain. Autrement dit, bien qu’étant un objet singulier, dans la pratique l’artefact acquiert des réalités variées selon les processus de signification, d’usage et de domestication qu’il subit. Ceci n’implique pas de soutenir que le système de surveillance admet des matérialisations infinies, mais qu’un même dispositif de surveillance est mis en scène de manières multiples (Mol, 2002) en fonction d’intérêts et de programmes politiques particuliers. Par conséquent, au lieu d’un éloge de la multiplicité, l’intérêt a consisté à prendre au sérieux la coexistence d’ordres distincts de pratiques et de discours qui font de ce mode de surveillance un objet de vision multiple et qui circule en différents lieux. Pour reprendre l’expression de Mol (2002), le dispositif est « plus qu’un – mais moins que beaucoup » dans la mesure où il ne cristallise jamais complètement un type de vision (plus qu’un) et offre toujours simultanément de nouvelles possibilités de vision (moins que beaucoup). Comme l’a expliqué John Law, à partir des travaux de Mol :

Car l’absence de singularité n’implique pas que nous vivions dans un monde composé d’un nombre indéfini de corps, artérioscléroses, services hospitaliers, ou décisions politiques, [ou ballons, dans notre cas d’étude] différents et déconnectés. Ceci n’implique pas que la réalité soit fragmentée. Cela implique en revanche quelque chose de beaucoup plus complexe. Cela implique que les différentes réalités se recoupent et interfèrent les unes avec les autres. Leurs relations, partiellement coordonnées, sont complexes et désordonnées. (Law, 2004, p. 61)

  • 25 La notion de cosmogramme, comprise comme une vision du monde matérialisée et effectuée (et pas seul (...)

73Nous souhaitons conclure cet article en affirmant que cette multiplicité d’éléments (les opératrices sans désir de regarder ce qui est indu, le vent, le soleil, l’hélium, les arbres, la géographie, les résidents, etc.) qui configurent dans la pratique les différentes versions de ces ballons peut être conceptualisée comme une situation cosmopolitique (Stengers, 2014 ; Latour, 2007 ; Blok et Farias, 2016). Si la cosmopolitique oblige à repenser l’action politique en fonction d’un « pluralisme ontologique », considérant les différentes agences (humaines et non humaines) et manières de faire de la politique (Latour, 2007), dans ce cas nous voyons que les propriétés et capacités que développent les ballons dans les espaces urbains sont le résultat de diverses forces qui ne sont pas toujours prises en considération dans le débat public et qui, cependant, limitent les intentions et le contrôle purement humain des aérostats de surveillance. Situer l’étude de ces technologies urbaines en tenant compte de leurs agencements cosmopolitiques apparaît comme un déplacement nécessaire, non seulement pour étendre l’exploration sur l’hétérogénéité des médiations qui les rendent possibles, mais aussi pour ralentir leurs processus d’instauration et poser sérieusement la question des ontologies politiques et des cosmogrammes25 en débat pour la définition de l’objet (Latour, 2007). Observer ce type de controverses à travers le prisme des situations cosmopolitiques où elles sont provoquées nous permet de nous éloigner des définitions préconçues et de nous plonger dans les différents lieux où la controverse est à la fois énoncée, entretenue et vécue, en traitant les potentialités d’entités non humaines dans la recomposition de certains intérêts humains.

74Dans ce travail, nous avons cherché à dépasser la vision anthropocentrique qui est souvent adoptée dans l’analyse des technologies urbaines (Blok et Farias, 2016 ; Tironi et Sánchez Criado, 2015), en portant une attention particulière aux situations hybrides qui se révèlent dans les projets sociotechniques et urbains comme celui que nous avons abordé ici. Les ballons et les sites où ils opèrent ne sont pas subordonnés uniquement à des intérêts humains. Les agences en jeu dans cette controverse suggèrent plutôt des formes de politisation qui s’articulent en des assemblages et espaces multiples. Le problème politique de ces technologies de surveillance ne repose pas seulement sur les asymétries de pouvoir et les stratégies de justification des acteurs publics, mais aussi sur la manière dont ces dispositifs de surveillance réarticulent, dans leurs usages et leurs vécus, de multiples assemblages (Haggerty et Ericson 2000) composés de lois et d’entreprises, d’habitants et d’actes délictueux, d’hélium et de vents, de technologies et de discours.

Cet article a été produit dans le cadre du projet Fondecyt n° 11140042 intitulé « Configurando espacios y usuarios inteligentes. Un estudio socio-técnico de las prácticas, dispositivos y discursos de las ‘Smart Cities’ en Chile ». Il a été présenté lors du III Encuentro CTS Chile, à Valpareiso, les 13-15 janvier 2016, puis sélectionné par son comité scientifique en vue d’être soumis à la RAC.

Haut de page

Bibliographie

Amin, A. & Thrift, N. (2002). Cities: Reimagining the urban. Cambridge: Polity Press.

Bauman, Z. & Lyon, D. (2013). Vigilancia Liquida. Buenos Aires: Paidos.

Bigo, D. (2006). Globalized (in)Security: the Field and the Ban-opticon. in Naoki Sakai et Jon Solomon (comps.), Traces 4: Translation, biopolitics, colonial difference, Hong Kong: Hong Kong University Press.

Bijker, W., Hughes, T., & Pinch T. (eds.) (1987). The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology. Cambridge, Massachusetts: The MIT Press.

Bijker, W. & Law, J. (1992). Shaping Technology/Building Society. Studies in Sociotechnical Change. Cambridge, Massachusetts: MIT Press.

Bingham, N. & Hinchliffe, S. (2008). Reconstituting natures: Articulating other modes of living together. Geoforum, 39(1), 83-87.

Boyne, R. (2000). Post-Panopticism. Economy and Society, 29(2), 285-307. https://doi.org/10.1080/030851400360505

Braun, S., Friedewald, M., & Valkenburg, G. (2015). Civilizing Drones: Military Discourses Going Civil? Science & Technology Studies, 28(2) 73-87.

Callon, M. (1986). Some Elements of a Sociology of Translation: Domestication of the Scallops and the Fishermen of Saint Brieuc Bay. In J. Law (ed.), Power, Action and Belief: A New Sociology of Knowledge? Sociological Review Monograph (n° 32, pp. 196-233). London: Routledge & Kegan Paul.

Callon, M., Lascumes, P., & Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris : Le Seuil.

Deleuze, G. (1992). Postscript on the Societies of Control, October, 59, Winter, 3-7.

Farías, I. (2015). Misrecognizing tsunamis: ontological politics and cosmopolitical challenges in early warning systems. The Sociological Review, 62, 61-87.

Farías, I. & Bender, T. (eds.) (2009). Urban Assemblages. How Actor-Network Theory Changes Urban Studies, London: Routledge.

Farías, I. & Blok, A. (eds.). (2016). Urban Cosmopolitics: Agencements, Assemblies, Atmospheres. London: Routledge.

Foucault, M. (1975). Discipline and Punish. New York: Vintage.

Graham, S. (2006). Surveillance, urbanization and the US ‘Revolution in Military Affairs’. In D. Lyon (ed.) Theorizing Surveillance. The panopticon and beyond (pp. 247-269). Portland: Willan Publishing.

Graham, S. (2010). City Under Siege. The New Military Urbanism. London: Verso.

Graham, S. & Wood, D. (2003). Digitizing surveillance: categorization, space, inequality. Critical Social Policy, 32(2), 227-248.

Haggerty, K. (2006). Tear down the walls: on demolishing the panopticon. In D. Lyon (ed.) Theorizing Surveillance. The panopticon and beyond. Portland: Willan Publishing, 23-45.

Haggerty, K. & Ericson, R. (2000). The surveillant assemblage. British Journal of Sociology, 51(4), 605-622.

Kitchin, R. (2014). The real-time city? Big data and smart urbanism. GeoJournal, 79, 1-14. https://doi.org/10.1007/s10708-013-9516-8

Latour, B. (1987). Science in Action. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Latour, B. (1998). Thought Experiments in Social Science: from the Social Contract to Virtual Society. 1st Virtual Society? Annual Public Lecture, Brunel University.

Latour, B. (2007). Quel cosmos ? Quelles cosmopolitiques ? In J. Lolive & O. Soubeyran (dir.), L’émergence des cosmopolitiques (pp. 62-82). Paris : La Découverte.

Latour, B. & Hermant, E. (1998). Paris ville invisible. Paris : La Découverte.

Law, J. (2004). After Method. Mess in Social Science Research. New York: Routledge.

Lyon, D. (1994). The Electronic Eye: The rise of surveillance society. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Lyon, D. (2006). Theorizing Surveillance. The panopticon and beyond. Portland: Willan Publishing.

López Gabrielidis, A. (2015). Regímenes de visibilidad y vigilancia en la era de la Identidad Digital. Revista Teknokultura, 12(3), 473-499.

Mathiesen, T. (1997). The viewer society: Michel Foucault’s “Panopticon” revisited. Theoretical Criminology: an International Journal, 1(2), 215-232.

Mattelart, A. & Vitalis, A. (2014 [2015]). De Orwell al cibercontrol, trad. de Juan Carlos Miguel de Bustos. Barcelona: Editorial Gedisa.

Mol, A. (2002), The Body Multiple: Ontology in Medical Practice. London/Durham, Duke University Press.

Pinch, T. & Bijker, W. (1984). The Social Construction of Facts and Artifacts: Or how the Sociology of Science and the Sociology of Technology might benefit each other. Social Studies of Science, 14, 399-441.

Poster, M. (1990). The Mode of Information Poststructuralism and Social Context. Cambridge: Polity Press.

Ruiz Chasco, S. (2014). Videovigilancia en el centro de Madrid: ¿Hacia el panóptico electrónico? Revista Teknokultura, 11(2), 301-327.

Stengers, I. (2014). La Propuesta Cosmopolítica. Trad. Ernesto Feuerhake. Revista Pléyade, 14, juillet-décembre.

Tironi, M. & Criado, T. (2015). Of Sensors and Sensitivities. Towards a Cosmopolitics of “Smart Cities”?. Tecnoscienza: Italian Journal of Science & Technology Studies, 6(1), 89-108.

Tresch, J. (2005). Cosmogram. In M. Ohanian & J. C. Royoux, Cosmograms (pp. 67-76). New York: Lukas & Sternberg.

Vaidhyanathan, S. (2008). Naked in the ‘Nonopticon’. The Chronicle of Higher Educationhttp://chronicle.com/article/Naked-in-the-Nonopticon-/6197.

Valenzuela, S. & Browne, M. (2014). Televisión y opinión pública sobre delincuencia en Chile: Análisis longitudinal e individual de las teorías del cultivo y agenda setting. Ponencia presentada en el VI Congreso Latinoamericano de la World Association for Public Opinion Research, Santiago, Chile, 18 al 20 de junio, 2014.

Zitouni, B. (2004). Cosmopolitiques. Cahiers théoriques pour l’écologie politique, 7, « Aimons la ville ! », 137-148.

Haut de page

Notes

1 D’après les données de l’ENUSC, lorsque l’on interroge en 2014 les Chiliens sur leur peur d’être victime d’un délit au cours des 12 prochains mois, 43,8 % répondent par l’affirmative, marquant une augmentation de 5,5 % statistiquement significative par rapport à 2013. En revanche, le pourcentage de victimisation (« Vous ou un membre de votre foyer a été victime d’un délit au cours des 12 derniers mois ? ») est passé de 42,3 % en 2003 à environ 25 % en 2012, 2013 et 2014. Mais malgré la tendance soutenue à la baisse de la victimisation « réelle » des actes délictueux, 79,9 % des personnes interrogées croient que la délinquance a augmenté, 18 % pensent qu’elle s’est maintenue et seulement 1,3 % de l’échantillon considèrent qu’elle a diminué.

2 Bien que le Chili soit le second pays de l’OCDE avec le plus haut taux d’incarcération (quantité de population incarcérée pour cent mille habitants), après les États-Unis, et que les conditions carcérales soient insuffisantes, on cherche à durcir les peines et l’incarcération.

3 Il est important de rappeler que cette dynamique de massification des formes disciplinaires comme l’examen ou le panoptique auprès d’autres institutions et espaces correspond à ce que Foucault (1975) remarquait déjà lorsqu’il parlait d’un « essaimage des mécanismes disciplinaires ».

4 Malgré cela, on peut trouver des systèmes technologiques qui cherchent cette interconnexion et automatisation. C’est par exemple le cas du bureau de contrôle de Rio de Janeiro (Kitchin, 2014).

5 Graham (2010) rend compte de ceci et analyse ensuite pourquoi dernièrement on assiste à une nouvelle militarisation de l’espace urbain.

6 Concernant la violation de la vie privée, alors qu’il n’y a aucune problématisation de la massification et de l’application de ces appareils, il serait nécessaire de se montrer plus critiques au lieu d’attendre un marché des drones plus orienté vers le domaine civil (ou commercialement plus attractif), car selon Braun et al. (2015) cela aurait pour conséquence des solutions innovantes aux préoccupations touchant à un meilleur respect de la vie privée.

7 Conseil municipal de Las Condes, séance ordinaire n° 831, 25 septembre 2014. Publié sur : http://www.lascondes.cl/resources/descargas/transparencia/alcalde_consejo/actas/secciones_ordinaria/2014/ORD_N_831_25_SEPTIEMBRE_2014.pdf.

8 Il est intéressant de constater que, tout au long de l’étude, différentes distances, hauteurs maximales et portées possibles de la caméra seront avancées, selon les situations particulières d’opération. Depuis l’entreprise mondiale jusqu’au contexte de chaque commune, la portée et les capacités vont être de plus en plus réduites.

9 Il est intéressant de remarquer que pour justifier cette technologie, l’entreprise israélienne essaie de la différencier d’autres systèmes aériens sans pilote (UAV en anglais) comme les drones car s’ils appartiennent au même genre, les ballons répondraient à des besoins distincts car ils permettent de surveiller efficacement des lieux présentant un risque et un danger importants.

10 Conseil municipal de Las Condes, séance ordinaire n° 835, 6 novembre 2014. Publié sur : http://www.lascondes.cl/resources/descargas/transparencia/alcalde_consejo/actas/secciones_ordinaria/2014/ORD_N835_06_NOVIEMBRE_2014.pdf.

11 Guevara, in Minute du conseil municipal de Lo Barnechea, 7 mai 2015. Publié sur : http://www.lobarnechea.cl/transparencia/SO_856_07-05-15.pdf.

12 Troncoso, in Minute du conseil municipal de Lo Barnechea, 7 mai 2015. Publié sur : http://www.lobarnechea.cl/transparencia/SO_856_07-05-15.pdf.

13 Cependant, les ballons se trouvent situés dans des zones résidentielles sans ces problèmes car même les aérostats n’ont pas pu être utilisés sans la précordillère du fait de l’absence de permis. Ces derniers se trouvaient en cours d’approbation lors de notre travail de terrain et constituaient le pari du directeur des opérations de Las Condes, tout du moins.

14 Tout un problème administratif est né dans l’appel d’offres de Lo Barnechea car un second soumissionnaire est apparu de manière inespérée qui remplissait le cahier des charges. Cela a obligé à déclarer nul le premier appel d’offres et à lancer un second appel d’offres avec des exigences encore plus spécifiques et des délais plus courts pour que seul Global Systems puisse se présenter comme soumissionnaire.

15 Valeurs se fondant sur les montants à payer par les municipalités dans les décrets d’attribution des contrats à l’issue des appels d’offres, considérant la valeur de l’unité de l’UF (unité de compte du Chili) et les conversions de monnaies selon les valeurs du jour de chaque décret et les données de la Banque centrale du Chili. Les valeurs n’incluent ni les coûts de l’hélium ni la TVA.

16 Cependant, ces documents n’ont pas été publiés ni diffusés auprès de la population et les conditions de délivrance des amendes sont relativement vagues et générales.

17 Il est intéressant de constater que jusqu’à présent aucune manifestation sociale ne s’est produite sur la voie publique, ce qui peut être connecté à la banalisation croissante des technologies de surveillance contemporaines, celles-ci et d’autres, et à la généralisation d’un exhibitionnisme dont parlent Mattelart et Vitalis (2014).

18 L’imbroglio commence quand l’Institut national des droits humains (INDH) reçoit une dénonciation anonyme qui donne l’alerte face à la profonde intrusion dans la vie privée et les dangers que supposait l’entrée en fonctionnement de ces ballons. Pour commencer à monter un recours en protection pour le retrait de ces ballons, l’INDH contacte l’organisation citoyenne Derechos Digitales qui cherche à promouvoir la défense des droits humains comme la liberté d’expression, la vie privée, les droits d’auteur et l’accès à la connaissance dans l’environnement numérique. Cette ONG contacte la Fondation Datos Protegidos qui était spécialisée dans les thématiques de la protection des informations personnelles de tout type, pour qu’elle participe à ce recours, et ensuite la Corporation Fundamental, experte dans la défense des droits humains en général, les a contactées toutes les deux pour participer aussi et apporter son soutien à la procédure. Ensuite, du fait de divisions politiques internes de l’INDH, ils se sont retirés du recours en termes formels pour que les trois organisations poursuivent leur action.

19 Témoignage cité dans le communiqué de Vladimir Garay de Derechos Digitales intitulé « Organizaciones interponen recurso de protección contra los globos de vigilancia de Las Condes y Lo Barnechea ». Consulté le 8 novembre 2015 sur : https://derechosdigitales.org/9331/recurso-de-proteccion-contra-los-globos-de-vigilancia-en-las-condes-y-lo-barnechea/.

20 D’autres acteurs se sont ajoutés à ce litige, comme le Conseil pour la transparence, une corporation autonome de droit public, demandant aux municipalités d’expliquer la capture et le traitement de l’information pour veiller au respect de la Loi de protection des données personnelles par des organes de l’État, ainsi que l’INDH lui-même, qui a postérieurement remis à la cour un rapport s’opposant aux aérostats pour soutenir la cause des autres organisations.

21 Le maire, M. Guevara, dans un entretien avec La Tercera. Consulté le 13 mai 2016 sur : http://www.latercera.com/noticia/nacional/2016/03/680-672048-9-alcalde-de-lo-barnechea-si-alguien-afirma-que-esto-no-esde-utilidad-es-que-no.shtml.

22 Il est consigné que ce sont les municipalités qui seront responsables de voir comment opérationnaliser et mettre en œuvre ceci.

23 De fait, la municipalité de Las Condes est en train de mettre en œuvre un système moderne de caméras de surveillance fixes, mais qui possèdent une capacité analytique et un niveau d’intelligence pour traiter automatiquement ce qui est enregistré, conçues pour la ville, et qui seraient d’une grande utilité pour détecter les actes de délinquance, d’après les fonctionnaires. Étant contrôlées directement par la mairie, depuis le centre d’opération ou même sur le téléphone mobile des fonctionnaires, ceux-ci les considèrent moins restrictives que les caméras des ballons. Les ballons ne comptent pas avec une telle connectivité et, du fait de l’appel d’offres, ce sont les femmes de Global Systems qui sont chargées de les actionner et très souvent, d’après les responsables de la sécurité citoyenne, celles-ci ne connaîtraient pas l’importance de certains événements dans la commune, contrairement au centre d’opération municipal.

24 Un voisin proposait ainsi que l’on ajoute les logos des municipalités sur les ballons en indiquant qu’il s’agissait de dispositifs de sécurité : « Si le ballon disait “Municipalité de Las Condes”, “Sécurité”, ce serait plus facile de savoir, si c’est un ballon blanc avec des lumières rouges et rien de plus, tiens » (habitant du secteur du parc Araucano).

25 La notion de cosmogramme, comprise comme une vision du monde matérialisée et effectuée (et pas seulement idéalisée) provient de Tresch (2005, p. 69).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Rami Shmueli montrant un prototype du dispositif
Crédits Source : The Marker. Photo : Ofer Vaknin
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Image 2. Maires observant la visualisation fournie par les ballons
Crédits Source : La Segunda
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Image 3. Opératrice manipulant une manette depuis la station mobile, Mont Calan, Las Condes
Crédits Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Image 4. Centre d’opération dans la commune de Lo Barnechea
Crédits Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Image 5. Ballon de surveillance dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea
Crédits Source : photographies de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Image 6. Traces d’arbres coupés, dans la cité Juan Pablo II, commune de Lo Barnechea
Crédits Source : photographie de M. Tironi et M. Valderrama - Barragan
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2461/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Tironi et Matias Valderrama Barragan, « Urbanisme militarisé et situation cosmopolitique »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2461

Haut de page

Auteurs

Martin Tironi

Sociologue à l’Université Catholique du Chili, après un Master en sociologie à l’Université Paris-Sorbonne V, un doctorat et un postdoc au Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI), École des Mines de Paris, il est maintenant chercheur et professeur à l’École de design de l’Université Catholique du Chili et participe aux enseignements de « Recherche ethnographique et design » et « Design d’interactions ». Il développe un projet de recherche (Fondecyt) intitulé « Configurando espacios y usuarios inteligentes. Un estudio socio-técnico de las prácticas, dispositivos y discursos de las ‘Smart Cities’ en Chile » sur le mouvement des Smart Cities, conceptualisées en termes d’expériences et de prototypes sociaux. Site web http://www.thesmartcitizenproject.cl.
https://orcid.org/0000-0001-6569-9527

Adresse : Pontificia Universidad Católica de Chile, Escuela de diseño, Los Navegantes 1919, Providencia, Santiago (Chile).
Courriel : martin.tironi[at]uc.cl

Articles du même auteur

  • L’écologie urbaine et la maintenance du programme Vélib’ de Paris
    Making bikes and people move. Urban ecology and maintenance of the public bicycle sharing system of Paris (Vélib’)
    Hacer circular bicicletas y personas. La ecologia urbana y el mantenimiento del programa de bicicletas publicas de Paris (Vélib’)
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 8-1 | 2014

Matias Valderrama Barragan

Sociologue à l’Université Catholique du Chili, il travaille, en tirant profit des méthodes numériques, sur les traces numériques dans le web et sur ce qui s’est passé avec la controverse sur l’énergie HidroAysén. Il participe au projet intitulé « Configurando espacios y usuarios inteligentes. Un estudio socio-técnico de las prácticas, dispositivos y discursos de las ‘Smart Cities’ en Chile ».
https://orcid.org/0000-0003-0631-2454

Adresse : Pontificia Universidad Católica de Chile, Instituto de sociología, Vicuña Mackenna 4860, Macul Santiago (Chile).
Courriel : mbvalder[at]uc.cl

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals