Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15-4Dossier thématiqueÉtendre les échelles spatiales et...Le plomb, le peintre et la flèche...

Dossier thématique
Étendre les échelles spatiales et temporelles

Le plomb, le peintre et la flèche de Notre-Dame

Politiques de l’ignorance à propos du risque saturnin en longue durée
Lead, the Painter and Notre-Dame Spire. The Politics of Ignorance about the risk of lead poisoning, 19th-21st centuries
El plomo, el pintor y la aguja de Notre-Dame. La política de la ignorancia sobre el saturnismo en la era industrial
Judith Rainhorn

Résumés

Donnant une brusque et éphémère visibilité au risque d’intoxication environnementale par le plomb, l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris (2019) est envisagé à la lumière de l’histoire longue de l’amnésie collective, durable et intermittente, des dangers avérés de l’usage de ce toxique. L’identification scientifique et juridique du plomb comme poison n’a pas entravé la multiplication de ses usages artisanaux et industriels, en faisant un « poison légal ». À travers l’histoire du blanc de plomb (céruse), composé le plus répandu dans l’industrie depuis le XIXe siècle, l’article interroge les outils de la construction et les usages de l’ignorance comme instrument de gouvernement du toxique dans l’espace public. Il met en lumière une entreprise de brouillage scientifique, de segmentation des savoirs et de dénégation des maux du travail dont l’accident de Notre-Dame atteste aujourd’hui la pérennité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rainhorn, J. « Autour de Notre-Dame, un silence de plomb », Libération, 3 mai 2019. https://www.lib (...)

1Le 15 avril 2019, un spectaculaire incendie accidentel ravage la cathédrale Notre-Dame de Paris. Événement de portée mondiale en raison de la renommée et du caractère patrimonial exceptionnel de l'édifice, l'incendie fait la une de la presse internationale, photos et caméras montrant la fournaise dont s'échappe un épais panache de fumée jaunâtre : un brasier médiatique qui se focalise, dès le lendemain, sur le décompte des dons affluant du monde entier pour la reconstruction de ce joyau de l'architecture gothique. Le tintamarre de la déploration patrimoniale contraste alors avec le « silence de plomb »1 des autorités publiques face au risque environnemental né du drame : les températures atteintes (de 600 à 900°C) ont transformé les 460 tonnes de plomb de la flèche et du toit en aérosols chargés de particules d'oxyde de plomb qui se sont déposées aux alentours. Il faut plusieurs alertes venues d'associations impliquées dans la préservation de l'environnement urbain pour que la Préfecture de police de Paris sorte de son inertie et enclenche, après deux semaines, de concert avec les différents pouvoirs publics concernés (ministères de la Santé et de l'Environnement, Agence régionale de Santé d'Île-de-France, Mairie de Paris) un processus chaotique d’intervention intermittente et de maintien de l'ignorance dont la nature et les contours résonnent avec l’histoire séculaire du plomb.

  • 2 UNICEF/Pure Earth (2020). The Toxic Truth. Children’s Exposure to Lead Pollution Undermines a Gener (...)

2Aisément disponible et d'utilisation facile et fréquente depuis l’Antiquité, ductile et fondant à une température relativement basse (327,5°C), le matériau plomb a peu à peu envahi l'artisanat et l'industrie depuis la fin du XVIIIe siècle, a subi des procédés d’industrialisation et est venu se loger sous diverses formes et composés dans tous les espaces du quotidien : la peinture des bâtiments, des voitures et des meubles, la fabrication des tuyauteries et des réseaux d’adduction d’eau, celle des batteries électriques, la porcelaine et les émaux pour métaux et céramiques, les papiers peints et les jouets, jusqu'aux carburants automobiles dans lesquels le plomb tétraéthyle a été ajouté comme antidétonant dans les années 1920 (Kitman, 2005) ou encore, depuis la fin du XXe siècle, aux composants électroniques de nombreux objets de notre existence connectée.2 En deux siècles, le plomb est devenu omniprésent dans les espaces industrialisés de la planète et leurs périphéries.

  • 3 Mutagène : produit chimique qui induit des altérations de la structure des cellules. Reprotoxique : (...)

3Cet article se propose de relire, à partir de la séquence chronologique récente de l’incendie de Notre-Dame de Paris, l’histoire de l'invisibilité à la fois durable et intermittente du risque d'intoxication par le plomb dans l'espace public et dans l'espace de travail depuis deux siècles. Il observe les configurations sociales, techniques et politiques qui sont apparues dans les jours et mois qui ont suivi l'incendie en matière de gestion publique du risque d'empoisonnement par le plomb, à la lumière de l'histoire de l'amnésie collective des dangers avérés de l'usage d’un métal amplement répandu dans l’espace de travail et dans l’environnement général, et aujourd’hui considéré comme cancérigène, mutagène et reprotoxique dans la plupart des classifications internationales de produits toxiques.3 Il s'agit donc de replacer la brutale irruption du risque environnemental du plomb, né de l'incendie accidentel de la cathédrale, dans une chronologie historique des usages de l'ignorance comme instrument de gouvernement des toxiques dans l’espace public. Cette démarche part du constat de la relative étanchéité disciplinaire entre histoire et sciences sociales en matière d’usage des savoirs scientifiques dans l’action publique. La perspective agnotologique (Proctor & Schiebinger, 2008 ; Proctor 2014) et les Science and Technology Studies ont amplement imprégné les travaux de sociologie, dans une moindre mesure de philosophie et d’histoire des sciences et des savoirs depuis deux décennies (Henry, 2007 ; Girel, 2017 ; Jouzel, 2019 ; Boudia & Jas, 2019). Si certains historiens des sociétés nord-américaines les ont intégrées dans leur démarche (Rosner & Markowitz, 2002, 2014), ces perspectives sont en revanche peu présentes dans les travaux d’histoire sociale, économique et politique de ce côté-ci de l’Atlantique. Pour contribuer à bâtir des ponts méthodologiques, l’événement de l’incendie récent de la cathédrale parisienne – édifice lui-même sur-documenté et objet de méconnaissance – s’avère un stimulant terrain pour relire l’histoire du partage des savoirs et des ignorances à propos du plomb et questionner la manière dont s’est construite, depuis deux siècles au moins, l’invisibilité de l’usage d’un poison omniprésent dans les sociétés industrielles quoique précocement reconnu comme tel.

4Les savoirs toxicologiques et physiologiques constitués au cours du XIXe siècle, bien que dispersés et portant sur des occurrences diverses de l’utilisation du toxique, se sont essentiellement focalisés sur la principale source de contamination professionnelle par un composé de plomb : la fabrication de la céruse (blanc de plomb) et la peinture en bâtiment. L’urbanisation européenne galopante a coïncidé avec la production et l’utilisation massive de pigments de peinture pour couvrir les murs des villes : l’omniprésence de la peinture au plomb et l’épidémie de saturnisme professionnel qui en fut la conséquence ont concentré l’attention des acteurs (Rainhorn, 2019). Dans le secteur de la peinture industrielle, mais également de l’industrie métallurgique, de l’imprimerie, des cosmétiques, de la porcelaine ou des accumulateurs électriques, médecins, industriels, politiques, ouvriers ont contribué à faire émerger le saturnisme en pathologie du travail la plus unanimement identifiée au début du XXe siècle, entraînant sa reconnaissance légale et son indemnisation au titre des maladies professionnelles, en 1919 en France, après l'Allemagne, la Suisse et l'Angleterre, et en 1921 par l’Organisation internationale du Travail. Pourtant, cette reconnaissance légale n’a pas rimé avec la disparition du toxique de la sphère professionnelle au cours du XXe siècle, la perspective réparatrice de l’indemnisation des dommages prenant le pas sur la prévention (Rainhorn, 2021a). La geste séculaire du plomb comme poison professionnel et environnemental n’est donc pas révolue, donnant lieu à des épisodes réitérés de publicité contribuant à l’identification scientifique, juridique et médiatique du poison ubiquiste (Fassin, 2003 ; UNICEF/Pure Earth, 2020). L’usage du toxique dans la sphère du travail a fréquemment induit sa présence dans l’environnement général, sans pour autant que ces deux facettes d’une même question ne soient jamais considérées ensemble (Bécot et al., 2021), les configurations contextuelles et événementielles favorisant l’une ou l’autre des occurrences du poison dans un paysage où dominent l’ignorance, l’opacité, l’imperceptibilité.

5La première partie du propos éclaire ainsi l’« événement Notre-Dame » et les éléments d’occultation et de brouillage des risques mis en place par les pouvoirs publics au cours de cette courte séquence chronologique ; dans un second temps, l’article interroge l’histoire longue des épisodes de la carrière publique du plomb comme poison, pour comprendre la construction en longue durée d’un processus de déni et d’ignorance partagés des usages et des risques du toxique.

Notre-Dame (2019-2021) : dénis et bruit de fond

Le risque occulté et brouillé

6Au sujet du panache de fumée orangé né du brasier, c’est d’abord le silence qui domine, tant l’espace médiatique est saturé de discours de déploration patrimoniale au chevet du bâtiment calciné. Les cendres en sont encore chaudes que l’on débat déjà de l’avenir architectural de l’édifice. En regard, un voile pudique s’est abattu sur le risque d’intoxication des populations urbaines par les retombées nocives des fumées issues de la combustion de la charpente, du toit et de la flèche en travaux. Pas de relevé toxicologique, pas de pollution : pas de thermomètre, pas de fièvre. Ce silence public doit être replacé dans la chronologie des opacités volontaires destinées à entretenir l’ignorance du public face au risque imminent, opacités rendues possibles par l’existence concomitante d’un risque perçu comme plus global et plus immédiat, celui de la disparition d’un monument de valeur patrimoniale universelle.

7Des voix associatives s'émeuvent pourtant de l'inaction publique en matière de prévention sanitaire : les communiqués et les courriers de l'Association des Familles victimes du Saturnisme (AFVS, 18 avril) et de l'association Robin des Bois (19 avril) qui qualifie Notre-Dame de « déchet toxique » 4, interpellent directement les ministères de la Culture, de la Transition écologique et solidaire, du Travail, de la Santé, ainsi que l’Agence régionale de Santé (ARS) d’Île-de-France et AirParif, organisme qui contrôle la qualité de l’air dans la capitale. La première réaction publique n’intervient que le 27 avril, soit près de deux semaines après l’incendie. C’est un modèle d’entreprise de maintien de l’ignorance auprès du public, au regard de ce que la littérature agnotologique a analysé. Le bref communiqué, co-signé par la Préfecture de police, l’ARS et la Préfecture de région, indique que les prélèvements effectués par le Laboratoire central de la Préfecture de police mettent en évidence la présence de plomb autour des lieux de l'incendie mais minimise immédiatement l’ampleur de la pollution, son périmètre et sa gravité : seules des « zones très localisées » (sans que ces zones ne soient précisées) auraient été contaminées et seraient déjà interdites au public, en particulier le square situé au flanc Est de la cathédrale, les rues voisines restant accessibles au public. Nulle part le périmètre géographique de vigilance au risque de pollution n’est défini : le communiqué s’adresse aux « riverains à proximité immédiate de la cathédrale », sans que la définition de cette « proximité immédiate » ne soit non plus précisée, alors même que tous les témoins visuels de l’incendie ont vu le panache de fumée se diriger vers l’ouest. En second lieu, le communiqué cherche à rassurer sur le risque sanitaire : le saturnisme, indique-t-il, est une affection généralement liée à une exposition prolongée – assertion inexacte –, intervenant massivement dans des contextes professionnels – ce qui n’interdit pas sa survenue en contexte général. Les gestes de prévention dérisoires « recommandés » aux habitants concernés (non désignés) consistent à nettoyer leur domicile à l’aide de lingettes humides afin d’éviter les dégagements de poussières, préconisation bien inutile deux semaines après l’incendie. Enfin, la nature du risque sanitaire est passée sous silence : aucun symptôme de l’intoxication saturnine n’est décrit, une surveillance sanitaire est annoncée « dans les prochains mois » et le recours au médecin traitant suggéré « en cas d’inquiétude », contribuant à l’évidence à minimiser l’apparence du danger. Dans les semaines suivantes, aucune information n’est diffusée sur l’ampleur du périmètre potentiellement affecté par les retombées du panache ; rien non plus en matière de dépistage chez les populations vulnérables, jeunes enfants et femmes enceintes, l’intoxication saturnine ayant des effets graves et irréversibles sur le développement neurologique des fœtus et des enfants en bas-âge. Pas de symptôme, pas de protocole sanitaire, pas de pathologie.

  • 5 AirParif, « Surveillance de l'air suite à l'incendie de Notre-Dame », communiqué n°3, 11 juin 2019.

8Les prélèvements effectués par AirParif, mais non diffusés, ne dénotent pas d'augmentation sensible de la concentration de l'air en plomb, malgré un épisode ponctuel, le lendemain du drame, dans les Yvelines (à 50 km de Notre-Dame).5 Les prélèvements effectués sur les sols sont plus inquiétants : à l'intérieur de la cathédrale, certains points présentent une concentration 10 à 740 fois supérieure au seuil admis ; à l'extérieur, la situation n'est guère plus brillante, avec des taux 500 fois supérieurs sur le parvis fermé au public, jusqu'à 800 fois dans certaines rues adjacentes, hors de la zone du chantier. Le pont et la fontaine Saint-Michel, par exemple, jamais interdits au public, présentent des taux de poussières au sol 20 à 400 fois supérieurs aux normes admises. Si le square Jean-XXIII, au pied de la cathédrale, est désormais interdit d'accès, ce n'est pas le cas du square René-Viviani, à cent mètres de là, où les enfants du quartier s'égayent les mains dans le sable. L'ARS, qui a connaissance de ces informations dès les premiers jours de mai 2019 choisit cependant de ne pas les rendre publiques, y compris auprès des populations riveraines, qui sont bercées par de lénifiants communiqués, tels celui du 9 mai, qui conseille aux femmes enceintes et aux enfants qui fréquentent les abords de la cathédrale de se laver les mains, de garder les ongles coupés court et de nettoyer les jouets des enfants. Occultant les données relevées et les risques encourus par l'ensemble de la population, l'agence de santé renvoie les éventuels curieux à la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA), manière d'invisibiliser durablement les conséquences toxicologiques de l'accident.

  • 6 Pascale Pascariello, « Notre-Dame de Paris : après l'incendie, un scandale sanitaire », Médiapart, (...)
  • 7 Déclaration du préfet Didier Lallement, rapportée dans Le Parisien du 9 juillet 2019.
  • 8 ARS, Avis sanitaire relatif à la pollution au plomb à la suite de l'incendie de la cathédrale Notre (...)

9Un article retentissant de Mediapart, début juillet, fait éclater au grand jour l'affaire jusqu’ici demeurée à bas bruit.6 Quelques responsables s’obstinent dans la dénégation, tel le préfet de police de Paris qui rejette tout risque d'intoxication « sauf à lécher les trottoirs »7. Contraints de faire face aux révélations précises sur les concentrations du poison au sol dans l'espace urbain, les pouvoirs publics abandonnent leur stratégie d'occultation des résultats pour faire feu de tout bois sur l'origine et la nature douteuses de la pollution, cherchant désormais à brouiller les pistes. Dans une démarche qui rappelle étrangement les résistances patronales à l'égard de la reconnaissance des maladies professionnelles (Cavalin et al., 2021) il s'agit désormais de fondre la pollution attribuable à l'accident dans un tableau toxicologique global de l’espace parisien, en invoquant les difficultés d'imputation de la pollution à l'incendie lui-même. La notion de « bruit de fond », classique en toxicologie, fait son apparition dans l’avis publié par l’ARS à la mi-juillet8 : l'incendie de Notre-Dame servirait de révélateur à une situation chronique exposant la population parisienne, largement ignorante, à un risque saturnin historique.

Le risque évalué et confiné

  • 9 Les documents sur lequel se fonde l'ARS n’ont pas de vocation sanitaire. Il s’agit : (a) d’un relev (...)
  • 10 Le Dr F. Squinazi, ancien directeur de Laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris, membre du Consei (...)
  • 11 Données prélevées du 10 mai au 5 juin 2019 (ARS, 2019, op. cit., carte p. 30).

10Brandi par les acteurs publics, le « bruit de fond » toxique est attribué à l'accroissement massif de l'usage du plomb dans les activités humaines – malgré le reflux incontestable lié à l'interdiction de l'essence au plomb en 2000 – et au « bâti haussmannien », expression vague qui désigne probablement le zinc des toitures soudé au plomb et le réseau d’adduction d’eau. La notion permet à l’évidence de ravaler l’épisode de Notre-Dame au rang d'incident négligeable, au regard d'un contexte toxique hérité du passé. À l’instar des conceptions hygiénistes qui ont noyé, depuis le milieu du XIXe siècle, les conséquences des poisons industriels dans l’ensemble des facteurs environnementaux affectant l’état de santé des populations ouvrières (logements dégradés et surpeuplés, salaires insuffisants, qualité médiocre de l’alimentation, etc.), l’allégation d’un « bruit de fond » englobant l’ensemble des toxicités subies par la population urbaine diminue la gravité sanitaire de l’incendie : une goutte d’eau dans l’océan toxique. Si pour la plupart des milieux (air, eau, aliments, surfaces intérieures), des valeurs d'usage des toxiques ont été fixées, il n’existe pas de seuil spécifique en matière de concentration de plomb sur les sols extérieurs. Le seuil fixé ad hoc par les autorités sanitaires évalue le « bruit de fond » de la pollution au plomb dans l’espace parisien à la valeur exceptionnellement élevée de 5000 microgrammes par mètre carré (µg/m2), à rebours du principe de précaution.9 Ainsi, en fixant, sans discussion d’experts10, un seuil particulièrement élevé, l’ARS définit un périmètre de vigilance extrêmement restreint : seul le parvis reste fermé à la circulation des piétons ; les abords immédiats du monument, où l’on relève pourtant des taux dépassant le million de µg/m2, demeurent accessibles au public avec des mesures de prévention destinées à éviter la diffusion des poussières de plomb (interdiction de s’asseoir par terre, de pique-niquer, de faire jouer les enfants, etc), mesures cependant rarement mises en œuvre. À plusieurs kilomètres de la cathédrale, de nombreux espaces au sein desquels la concentration en plomb dépasse le seuil autorisé ne bénéficient d’aucune information ni limitation à la fréquentation du public : 32 000 µg/m2 rue St-Thomas-d’Aquin (7e arr.), 53 000 µg/m2 rue Mazarine (6e arr.) ou encore 28 400 µg/m2 au pied de la Fontaine Saint-Michel (6e arr.).11

11Par la fixation d’une valeur élevée du « bruit de fond » en plomb du territoire parisien, l’ARS minimise l’impact polluant de l’incendie accidentel. À rebours, la publicisation de cet héritage toxique fait sortir la pollution au plomb du « régime d’imperceptibilité » (Murphy, 2006) dans lequel elle était très essentiellement confinée. Jusqu’ici largement réservés à des espaces savants (médecine générale, médecine du travail, services sociaux) et militants (associations environnementales et d’aide aux victimes), les savoirs sur les dangers d'ingestion et d'inhalation du plomb et le terme de « saturnisme » font irruption dans le débat public. L’AFVS, qui lutte depuis 1998 contre le saturnisme infantile, est brutalement submergée de demandes d'information émanant d’une population nouvelle : alors que l’intoxication saturnine (non-professionnelle) est, en temps ordinaire, essentiellement limitée à des populations vulnérables sur le plan socio-économique, en particulier en matière de logement (Dourlens, 2003), l’accident de Notre-Dame étend brutalement le risque saturnin aux populations du cœur de Paris, bénéficiant d'amples ressources culturelles, économiques et sociales, qui découvrent avec stupeur les risques sanitaires ordinairement encourus par des populations avec qui elles partagent proximité spatiale et distance sociale.

  • 12 Les seuils de vigilance à 25 µg/l et de déclaration obligatoire à 50 µg/l ont été fixés en 2015 ; i (...)
  • 13 ARS, Incendie de Notre-Dame de Paris. Bilan sanitaire à un an, 16 avril 2020, https://www.iledefran (...)

12La découverte dans plusieurs crèches et bâtiments scolaires d'une concentration en plomb supérieure aux normes admises, et leur fermeture à la mi-juillet 2019 par la mairie de Paris à des fins de décontamination, suscitent inquiétudes et mobilisations. Elles soulèvent la question cruciale des seuils de pollution « acceptables ». Dépassant largement le seuil de recommandation pour la concentration en plomb (1000 µg/m2 dans les espaces intérieurs, 70 µg/m2 pour les locaux accueillant des enfants de moins de 7 ans), des locaux de la Préfecture de police sur l’Île de la Cité, des bâtiments d’accueil de la petite enfance et groupes scolaires donnent en conséquence lieu à des nettoyages intenses pour tenter de diminuer l’accumulation constatée de poussières de plomb. Dans le même temps, près d’un millier de prélèvements sanguins (plombémies) sont effectuées sur les enfants résidant dans les arrondissements situés sous le panache de fumée du 15 avril, réitérés quelques mois plus tard : tout en relativisant l’ampleur de l’exposition, les résultats confirment qu’environ 10 % des enfants (soit 113 d’entre eux) présentent une imprégnation saturnine supérieure au taux de vigilance (25 µg/litre de sang).12 Le taux de prévalence de 10 % n’est pas supérieur à celui constaté en population générale une dizaine d’années plus tôt (Etchevers et al., 2013), ce qui atteste que, dans l’état actuel des connaissances, l’incidence de l’incendie n’a pas été majeure.13

  • 14 « L’obligation de subir nous donne le droit de savoir », Conférence de presse de l’Association Henr (...)
  • 15 Carpentier, L. & Reigner, I. L’heure n’est plus au geste architectural : Notre-Dame sera reconstrui (...)

13Suscitant une vague d’inquiétude au sein de populations largement dotées en ressources sociales, le risque de saturnisme infantile n’a pas été évacué par le tandem Ville de Paris-ARS qui a multiplié réunions publiques d’information, prélèvements, travaux de recherche inédits et actualisation des savoirs à destination des professionnels de santé (Pécheux, 2020). Ainsi, l’événement a suscité un renouvellement des connaissances sur le saturnisme en même temps que leur relatif et ponctuel déconfinement. À ce titre, le risque sanitaire professionnel encouru par les ouvriers travaillant au déblayage du chantier et à la reconstruction de l'édifice est apparu très secondaire en termes de mobilisations et de couverture médiatique. Dans un processus de cloisonnement historiquement construit entre santé environnementale et santé au travail que des travaux récents ont mis au jour (Henry, 2017 ; Bécot et al., 2021), un objet de savoir a recouvert l’autre, empêchant la convergence des mobilisations des riverains et des travailleurs exposés à un risque pourtant assimilable. Après la vérification initiale de l’absence de contamination par le plomb des pompiers exposés lors de l’incendie, les mobilisations sociales et institutionnelles se sont focalisées sur la question de la pollution environnementale de l’espace urbain, entravant du même coup l’émergence des revendications publiques de sécurité au travail. C’est pourquoi la brusque fermeture du chantier décidée par l’Inspection du Travail le 25 juillet 2019, au motif de des risques d’ingestion et d’inhalation des poussières de plomb auxquels sont exposés les ouvriers, surprend tous les acteurs. Elle donne lieu à une brève mobilisation, soutenue par l’Association Henri-Pézerat, l’AFVS et la CGT, qui tente de faire converger santé environnementale et santé professionnelle, par la revendication d’un suivi plombémique à long terme de toutes les populations exposées.14 Il s’agit là d’une séquence très brève : les conditions sanitaires de travail retombe largement dans l’ombre avec la réouverture du chantier quatre semaines plus tard et la mise en œuvre de mesures préventives drastiques (douches, sas de décontamination, masques, équipements de protection, etc.). Cependant, l’alternance de fermetures et de réouvertures du parvis au public depuis deux ans fait peser sur le chantier lui-même la suspicion de sources de contamination persistantes : la résine déposée au printemps 2020 pour « encapsuler » la pollution sur le parvis de la cathédrale a été altérée par le piétinement des visiteurs et les poussières de plomb s’envolent à nouveau. L’hypothèse du confinement total du chantier a été abandonnée, au bénéfice d’une minimisation de la dangerosité du toxique, tant pour le déblaiement du chantier que pour la reconstruction. Quitte à laisser, selon un processus d’occultation du risque avéré, certains « experts » piétiner publiquement les savoirs toxicologiques les mieux établis, au nom d’un usage traditionnel du plomb en architecture : « C’est le matériau qu’on utilise pour la couverture de tous les monuments d’Europe ! (…) Le plomb, ce n’est pas l’amiante. Le plomb, on l’évacue naturellement pourvu qu’on n’en ait pas ingéré de trop grandes quantités », peut ainsi plaider, contre toute évidence scientifique, un membre de la Commission nationale du Patrimoine et de l’Architecture.15

L’histoire bégaie

14Alors même que les savoirs toxicologiques sont disponibles, on peut donc en ignorer la mise en œuvre. Eugène Viollet-le-Duc, chargé du chantier de rénovation de Notre-Dame de Paris en 1844, a d’ailleurs montré la voie. Sollicité en tant qu’expert à propos de l’éventuelle interdiction du blanc de plomb dans les travaux publics, il se déclare explicitement opposé à l’usage des produits toxiques dans la construction et la rénovation des bâtiments et donne sa faveur aux substituts disponibles des composés de plomb, témoignant ainsi de son imprégnation par les savoirs médicaux de son époque qui voient se stabiliser la connaissance scientifique du saturnisme (Chevallier, 1849). Le matériau plomb est alors considéré comme aisément substituable : incendiées en 1836, la charpente de châtaigner et la toiture de plomb de la cathédrale de Chartres sont entièrement reconstruites en fer et fonte pour la première, en cuivre pour la seconde ; détruite par la foudre en 1822, la flèche de bois et plomb de la cathédrale de Rouen est remplacée par une flèche en fonte, plus conforme aux techniques du milieu du siècle, contemporaines de la rénovation de Notre-Dame de Paris. Au même moment, pourtant, Viollet-le-Duc utilise le matériau incriminé pour la rénovation du toit et l’édification de la flèche qu’il a dessinée pour Notre-Dame, pour les crêtes de faîtage, agrafes de scellement et gargouilles ornant l’édifice.

  • 16 Cités par le site professionnel Batiweb, 10 juillet 2020 : https://www.batiweb.com/actualites/archi (...)
  • 17 Plainte déposée contre X par l'association Robin des Bois le 26 juillet 2019.
  • 18 La comparaison entre les deux événements et le traitement des pollutions engendrées mériterait d’êt (...)

15L'histoire récente a vu bégayer ce déni à l'égard du métal toxique : le 9 juillet 2020, le président de la République annonce que la cathédrale sera reconstruite « à l’identique », y compris en termes de matériaux. Alors que des substituts avérés sont disponibles (cuivre, fer, fonte, acier, béton, etc.), permettant d'offrir un rendu esthétique similaire, la décision des experts mandatés (Commission nationale du Patrimoine et de l’Architecture), outre qu'elle risque d'aggraver un éventuel nouvel incendie, revient à faire fi d'une crise sanitaire prématurément éteinte par l'invention de seuils de toxicité sans fondement scientifique. Les experts ne sont d’ailleurs pas unanimes sur ce point : si Philippe Villeneuve, architecte en charge de la restauration, a plaidé pour une reconstruction de la flèche de Notre-Dame en plomb qui permettrait seule d’en retrouver les nuances, le vice-président de l’Ordre des Architectes, Éric Wirth, voit dans ce choix « un réel souci » et préconise l’usage de matériaux innovants qui préservent l’édifice d’un nouveau drame et de ses conséquences polluantes.16 Ainsi, en choisissant de recouvrir le toit et la flèche de l'édifice reconstruit de plusieurs centaines de tonnes de plomb, on néglige à la fois les savoirs scientifiques accumulés sur la dangerosité du matériau et les mobilisations sociales marquées par l’anxiété, on expose au risque saturnin les riverains, ceux qui œuvrent au chantier de reconstruction et l'ensemble de l'environnement urbain. Un choix politique dicté par l'urgente nécessité de la reconstruction, et maintenu en dépit d'une plainte déposée pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger17, d'une lettre ouverte au président de la République émanant de l’AFVS et du vœu du Conseil de Paris, le 24 juillet 2020, demandant l'application du principe de précaution et l'abandon du plomb dans le chantier de rénovation. Face aux dénis répétés de la part des pouvoirs publics au cours des mois succédant à l’incendie, quelques enquêtes approfondies ont posé des questions dérangeantes : le New York Times a publié un bilan alarmant le 14 septembre 2019, faisant un lien explicite entre le scandale occulté de Notre-Dame et le désastre sanitaire du nuage toxique qui a accompagné l’effondrement des tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001.18 En mai 2020, Le Canard enchaîné a mis en lumière les dénégations et les contradictions des différents acteurs publics. Le 9 juillet 2020, enfin, une publication documentée émanant d’une équipe de géochimistes et de statisticiens de l'université de Columbia (New York) souffle à nouveau sur les braises, en établissant, à partir de prélèvements effectués au cours de l’hiver 2019-2020, que les populations résidant dans un rayon d'un kilomètre autour de la cathédrale incendiée ont probablement été exposés à des niveaux très supérieurs aux données officielles (Van Geen et al., 2020). Le jour même où est publiée cette étude accablante, le président de la République annonce la décision de reconstruire la flèche en plomb, choix politique de gestion de la crise par le risque, qui consiste à recouvrir d’un nouveau voile opaque la présence au cœur de la capitale d’un matériau internationalement reconnu comme cancérigène, mutagène et reprotoxique.

16Face à ce régime de discours et à l’ambiguë qualification de la toxicité du plomb qu’il offre, exhumer deux siècles de construction des savoirs et de controverses renouvelées sur les effets sanitaires du plomb ne semble pas vain, tant les processus observés présentent de similitudes.

Retour sur l’histoire longue : visibilité intermittente du toxique et grammaires de l’ignorance

17Depuis le début de l’ère industrielle, la qualification de la toxicité du plomb a été historiquement, collectivement et culturellement construite par des réseaux d’acteurs variés, selon une chronologie faite de pleins et de déliés. L'identification du poison n'a cependant pas entravé la multiplication des usages du plomb, faisant peser un risque pérenne d'empoisonnement sur les ouvriers qui le manipulent, comme sur la population générale. Cette contradiction historique flagrante peut se traduire par l’expression oxymorique de « poison légal » (Rainhorn, 2019), qui confronte les savoirs disponibles sur la toxicité du produit et la réalité du maintien de ce dernier dans ses usages domestiques et industriels. Dans une perspective tracée par la sociologie sur les logiques de définition des problèmes de santé publique (Dourlens, 2009 ; Henry, 2009), il nous faut revenir sur la construction historique de ce processus pour comprendre l’imbrication complexe des phases d’opacité et de dévoilement des savoirs, d’amnésie et de résurgence des mobilisations contre la toxicité du plomb.

Les mises en cause sporadiques du toxique

18Inhalé ou ingéré sous forme de poussières, le plomb est responsable de symptômes pathologiques durablement décrits (douleurs abdominales intenses, constipation aiguë, néphrites, paralysies des membres, encéphalopathies, etc.) et progressivement érigés en maladie autonome. La dénonciation précoce de la toxicité du plomb a pris un tour précis avec l’ouvrage portant sur les mineurs de plomb dans la montagne du Harz (Stockhausen, 1656), puis avec le Traité des maladies des artisans (Ramazzini, 1700) repris et complété en France et en Angleterre au début du XIXe siècle (Patissier, 1822 ; Thackrah, 1832). Faisant la synthèse de nombreux travaux antérieurs et dispersés, le médecin français Louis Tanquerel des Planches élabore la première somme de savoirs toxicologiques et cliniques sur l’intoxication par le plomb (Tanquerel des Planches, 1839), rapidement traduite dans toute l’Europe, qui contribue à imposer le terme de saturnisme pour désigner le tableau symptomatique varié qui atteint les individus intoxiqués à des degrés divers par le plomb. Le XIXe siècle connaît une accumulation de thèses de médecine et d’études toxicologiques portant sur divers composés du métal dans des usages variés, en particulier dans la sphère professionnelle (Grisolle, 1835 ; Lefèvre, 1859 ; Balland, 1896). L’attention se porte particulièrement sur la dangerosité de la céruse, composé plombique largement répandu dans l’activité artisanale et industrielle, dont la déploration devient un leitmotiv de la littérature médicale, sans que cette mise en garde n’entrave en rien sa suprématie sur le marché croissant des pigments chimiques de peinture en bâtiment. L’usage de la peinture au blanc de plomb se répand avec aisance dans les villes européennes, en raison de ses qualités techniques intrinsèques : aisance d’application, bonne siccativité, opacité et luminosité du blanc, résistance aux intempéries, toutes vantées par ses thuriféraires malgré sa nocivité reconnue pour ceux qui la fabriquent (ouvriers cérusiers), ceux qui l’appliquent (peintres en bâtiment) et, parfois, ceux qui la fréquentent quotidiennement (gens de mer de la marine marchande et militaire). Sur terre ou sur mer, le blanc de plomb devient, dans la littérature savante comme dans l’opinion publique, emblématique des poisons chimiques et des dégâts sanitaires de la modernité. En cela, sa réputation recouvre durablement les autres occurrences du plomb également dangereuses.

19Les savoirs sur le « blanc poison » sont donc disponibles dès le milieu du XIXe siècle, non seulement dans les sphères restreintes de la médecine et de l’hygiène publique et professionnelle, mais également dans les espaces de travail qui l’emploient, comme ces fabriques de céruse dénoncées comme des « abattoirs ». L’invention d’un produit de substitution non toxique remet pourtant en cause l’insolente omniprésence de la peinture au plomb sur les chantiers : en 1845, le peintre et entrepreneur parisien Jean Leclaire dépose un brevet pour un pigment blanc issu de l’oxyde de zinc, qui présente des qualités techniques similaires à celles de la céruse et dont le prix le rend compétitif sur le marché. Le milieu du XIXe siècle voit ainsi la controverse socio-technique entre blanc de plomb et blanc de zinc occuper le devant de la scène publique pendant une courte séquence chronologique (1845-1853), le plomb étant dénoncé par certaines voix comme un toxique dont il faut débarrasser la société du progrès. Un arrêté de 1849 et une circulaire de 1852 prescrivent ainsi aux préfets l’utilisation exclusive du blanc de zinc dans les travaux publics. Sans aller jusqu’à interdire le poison, l’État favorise administrativement son substitut inoffensif, prenant en considération les savoirs accumulés sur la toxicité de la peinture au plomb :

  • 19 République française, ministère des Travaux publics, arrêté du 24 août 1849 (nous soulignons).

Le ministre des Travaux publics,
Considérant qu’il importe, dans l’intérêt de la santé des ouvriers peintres, de substituer le blanc de zinc au blanc de céruse dans les travaux de peinture exécutés par l’État, arrête ce qui suit :
À l’avenir, le blanc de zinc sera exclusivement employé dans les travaux de peinture à l’huile exécutés dans les bâtiments publics.19

20Pourtant, alors que les conditions techniques, économiques et politiques sont réunies pour opérer la substitution de la céruse sur le marché, s’amorce une longue séquence de silence relatif et de confinement des savoirs : pendant la seconde moitié du XIXe siècle, l’État (impérial, puis républicain) abandonne les mesures de prohibition du poison qu’il a pourtant édictées quelques années plus tôt, tandis que le discours apaisant de l’hygiénisme triomphant atténue les mobilisations savantes contre le composé de plomb. Arguant de la nécessité de développer une industrie chimique nationale dans une économie qui se globalise à partir de 1860 (traités internationaux de libre-échange), une adroite entreprise de normalisation technique est menée par l’industrie du plomb (céruse, minium), recouvrant d’une chape opaque les savoirs accumulés au cours du premier XIXe siècle et les mesures préventives qu’ils avaient suscitées. Dès les années 1860, l’industrie du blanc de plomb est à nouveau florissante et de nouveaux usages du toxique font leur apparition dans l’appareil industriel, telle la fabrication des accumulateurs électriques inventée par Gaston Planté en 1859. En 1896, l’enquête du gynécologue Justin Balland dans plusieurs ateliers typographiques parisiens met en évidence la transmission materno-fœtale de l’intoxication saturnine : chez les femmes qui travaillent à la composition des journaux et des livres avec des lettrines de plomb, moins de 20 % des grossesses débouchent sur une naissance vivante et la majorité des enfants nés vivants décèdent dans les premières semaines de vie ou demeurent de faible constitution (Balland, 1896). Malgré des résultats aussi frappants, les tentatives de mobilisation contre le poison, en particulier dans la sphère professionnelle, sont réduites à des espaces discrets, largement recouverts par l’atmosphère enthousiasmante du culte du progrès technique.

  • 20 Rainhorn (2019), chapitre 6.

21Il faut attendre l’aube du XXe siècle pour voir resurgir dans l’espace public la question de l’empoisonnement par le plomb : cette fois, le mouvement ouvrier naissant est à la manœuvre. Particulièrement actifs, exposés aux émanations et aux poussières de plomb sur les chantiers, nombreux et visibles dans l’espace urbain, dotés d’une ancienne et solide organisation en chambres syndicales, les peintres en bâtiment se font les fers de lance de la lutte contre le blanc poison, participant à faire sortir celui-ci de l’ornière confinée dans laquelle il a été consciencieusement maintenu depuis le milieu du XIXe siècle. La puissante mobilisation qui s’amorce en 1900 est portée par la section CGT parisienne des peintres en bâtiment et son dynamique secrétaire Abel Craissac, soutenue par la préoccupation nouvelle de l’État républicain en faveur de l’amélioration des conditions du travail industriel dans toutes ses acceptions (limitation du travail quotidien et hebdomadaire, retraites ouvrières et paysannes, hygiène de l’atelier, accidents et maladies professionnelles). Quand émerge la question des empoisonnements industriels, le blanc de plomb fait figure de produit emblématique : pendant la décennie 1900-1909, les passes d’armes des années 1845-1852 resurgissent selon un frappant bégaiement. Adversaires et avocats du poison croisent le fer dans des arènes diverses, comités techniques, académies et instances d’expertise, presse professionnelle et généraliste, congrès militants, réunions publiques, assemblées parlementaires, etc. La question de la dangerosité du plomb dans l’espace de travail sature de nouveau l’espace public, sans que les débats du demi-siècle précédent ne soient véritablement mobilisés, comme s’il fallait de nouveau apporter la démonstration médicale, scientifique et technique de la dangerosité du métal sur la santé humaine. Huit ans de méandres parlementaires sont nécessaires pour aboutir au vote de la première loi d’interdiction du plomb et de ses composés dans la peinture en bâtiment, votée par la Chambre des Députés en juillet 1909.20

  • 21 Archives nationales, F22 524/A, Ministère du Commerce et de l’Industrie, 16 décembre 1929, « Justif (...)

22Le lendemain de la Première Guerre mondiale constitue l’amorce d’une disparition en trompe-l’oeil du plomb sur le marché des peintures. Poussée par le précédent français, la jeune Organisation internationale du Travail (OIT) remet l’ouvrage sur le métier, convoquant experts techniques, médicaux, industriels pour aboutir à l’interdiction de l’usage de la peinture au plomb dans la plupart des travaux effectués par des professionnels. Pourtant, l’industrie de la céruse se réorganise et résiste. Supposément réglée par la 13e convention internationale de l’OIT (1921), la question cérusière entre à nouveau dans une période de confinement des discours sur le danger du toxique, qui s’incarne dans un repli vers l’arène réglementaire. En France, les décrets du 8 août 1930 réitèrent globalement celui du 1er octobre 1913, le complétant par plusieurs dispositions de prévention, en particulier à l’égard des femmes et des enfants, mais sans jamais faire disparaître complètement l’emploi de la céruse dans les travaux de peinture. Ils prévoient également la distribution d’une notice de vulgarisation sur les dangers du saturnisme à destination des peintres en bâtiment en raison d’une évolution technique défavorable à la préservation de la santé ouvrière : le développement rapide, dans les années 1920 et 1930, de l’application des peintures par pulvérisation au pistolet aérographe plutôt qu’au pinceau expose ceux qui l’emploient à des risques sanitaires accrus, incitant le ministère du Travail à rendre obligatoire le port d’une protection respiratoire.21

  • 22 Archives nationales, 19880597/13, Ministère du Travail, Circulaire TR 12/49 du 19 avril 1949 concer (...)
  • 23 Décret du 1er février 1988 et du 7 décembre 1989 qui abrogent celui du 30 décembre 1948. L’exemple (...)

23Enfin, les décrets de 1948, généralement reconnus comme un tournant en matière d’interdiction des composés de plomb dans la peinture, s’avèrent un faux-semblant : ils réitèrent les dispositions de ceux de 1893, 1902, 1904, 1913, 1930 et 1934, innovant sur quelques détails – telle la prise en compte du temps passé à la douche dans le temps de travail. La timidité de l’administration, déjà observée au cours du siècle précédent, est encore ici flagrante. Loin d’une refonte de la réglementation, les décrets de 1948 viennent organiser, dans l’arène discrète de la machine administrative, l’usage d’un produit dont la consommation persiste, quoique résiduelle. La circulaire d’application précise d’ailleurs : « Les nouveaux textes n’ont rien changé à la situation antérieure […]. Leur application ne semble, par conséquent, pas devoir soulever de difficultés »22. Pourtant, la date de 1948 constitue désormais la limite admise d’intervention publique, seuls les immeubles construits avant cette date étant considérés comme exposant potentiellement au plomb, alors que des peintures à la céruse sont parfaitement susceptibles d’avoir été réalisées postérieurement, notamment par des particuliers non concernés par l’interdiction de 1948. Enfin, en 1988 et 1989, deux décrets relatifs à la protection des travailleurs exposés au plomb métallique et à ses composés viennent adoucir la rigueur très relative de la réglementation existante : excluant le minium de plomb de toute disposition spécifique, ils abrogent l’interdiction – perpétuellement réitérée entre 1902 et 1948 – du ponçage et du grattage des peintures contenant du plomb, opération pourtant à l’origine de fréquentes intoxications en raison de l’importance des poussières saturnines dégagées.23 Ainsi, l’ancienneté de la question, supposée résolue, conduit les autorités sanitaires à atténuer les contraintes réglementaires entourant les produits et les pratiques.

24Alors que les mises en causes répétées du produit ont contribué, avec l’innovation technique et l’invention de nouveaux pigments plus performants, à l’extinction quasi-totale de la peinture au plomb sur le marché, le toxique fait de nouveau irruption dans l’espace public au début des années 1980, comme un ricochet des conflits du siècle précédent. L’apparition d’une épidémie de saturnisme infantile au sein de cohortes d’enfants dans les immeubles dégradés de la périphérie parisienne joue comme un rebond chronologique qui met en lumière l’ignorance publique et l’amnésie scientifique (en l’occurrence, médicale) qui se sont sédimentées sur une question considérée comme révolue par les acteurs (Fassin, 2003). Mettant en cause des poussières inhalées et des fragments de peintures anciennes ingérés par des enfants qui présentent des symptômes identiques à ceux des peintres en bâtiment du XIXe siècle, la médecine hospitalière fait resurgir la question des risques environnementaux d’intoxication par le plomb dans l’espace du logement.

25Ainsi, la toxicité du plomb a fait l’objet d’alertes sporadiques qui rendent saillante la longévité de son usage pendant deux siècles. Une longévité qui tient dans une large mesure au travail scientifique et politique de construction pérenne d’un argument collectif en faveur du plomb, qui s’est déployé dans la durée.

La construction collective d’un argument en faveur du toxique

26C’est au siècle précédent que les « marchands de doute » (Oreskes & Conway, 2014) ont fabriqué, de façon pérenne, l’argument de l’innocuité du poison et de la nécessité de son usage. Le secteur de la peinture au plomb, par son ampleur et la fréquence de ses usages à l’échelle internationale, a constitué le cheval de bataille des avocats du toxique, en France comme ailleurs (Warren, 2001 ; Rosner & Markowitz, 2014). L’ambiguïté hygiéniste s’y est nourrie, dès les années 1830, de la confiance en un système industriel à même de prévenir et réparer lui-même les nuisances qu’il engendre par l’inventivité technique dont il est capable : fabriquer du blanc de plomb « avec autant de sécurité que du pain chez le boulanger » (Jeannel, 1877, p. 7), voilà le credo à diffuser.

27La défense du plomb incriminé passe tout d’abord par la constitution d’une coalition d’intérêts comme instrument majeur de la fabrication de l’ignorance à propos du risque d’intoxication saturnine au travail. Le milieu industriel de la céruse, traversé de solidarités familiales et économiques puissantes, en particulier dans la région lilloise au XIXe siècle, connaît une concentration importante autour d’une dizaine de familles de la bourgeoisie industrielle régionale adossées à la puissante industrie textile du Nord de la France : vers 1900, les réunions du conseil d’administration de la Société des céruses françaises, à Lille, sont un déjeuner de famille. Au cœur de cette oligarchie du plomb, Charles Expert-Bezançon, le « roi de la céruse », industriel, sénateur, très intégré dans les milieux économiques de la République radicale, joue un rôle central dans les années 1890 pour édifier la réputation d’innocuité du toxique (Rainhorn, 2021b). Le bras armé du plomb emploie avec adresse le cadre réglementaire des rapports entre industrie et population (décret de 1810 sur les établissements insalubres, incommodes et dangereux), puissant instrument d’opacité à l’égard des poisons industriels qui rejette les conditions de travail dans l’usine à la périphérie du champ d’intervention étatique (Massard-Guilbaud, 2010). Une habile entreprise de pression menée par le secteur de la céruse aboutit à une dérégulation significative du traitement administratif de l’activité industrielle : en le rétrogradant dans la classification nationale des industries insalubres et dangereuses en 1866 puis 1886, l’État relâche sa surveillance administrative sur le secteur de fabrication du toxique. Allant à l’encontre du durcissement de la législation contemporaine en Belgique, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse, l’assouplissement de la contrainte administrative sur l’industrie du blanc de plomb en France contribue au maintien durable de l’invisibilité des dégâts sanitaires du produit et vient couronner la stratégie victorieuse d’hygiénisation du poison pour mieux le faire disparaître.

28La promotion de la « modernisation » du secteur de production incriminé est un second élément fondamental de la boîte à outils des industriels pour témoigner de l’innocuité de leur activité : nouveaux procédés brevetés, nouvelles machines perfectionnées, nouvelles médailles dans les expositions industrielles et universelles. Cette normalisation technique est l’un des moyens de la fabrique de l’ignorance et de l’innocuité postulée d’un secteur qui, pourtant, ne peut faire l’économie de l’empoisonnement de ses ouvriers. L’entreprise de production de l’ignorance réside dans la saturation des discours supposés performatifs : en 1849, le cérusier Théodore-Lefebvre dépose ainsi un brevet d’invention pour « un nouvel appareil à pulvériser la céruse faisant disparaître toute cause d’insalubrité »… qui ne réduit pourtant que très légèrement le nombre de ses ouvriers malades. La poussière est partout, au cours du transport de la poudre de plomb entre les différentes étapes du procédé de fabrication, dans les brouettes ouvertes, les « montes-sacs » ou des « toiles sans fin » qui traversent les ateliers à hauteur de tête et dont les résidus se dispersent sur les ouvriers. Les broyeurs mécaniques, qui ont fait l’objet d’une innovation technique dont on n’a cessé de publiciser les avantages, sont d’ailleurs peu à peu délaissés dans la seconde moitié du siècle, la plupart des usines repassant progressivement au décapage manuel de la céruse. Même dans les ateliers où l’on fabrique « au mouillé » à partir des années 1860 et surtout à la fin du siècle, la diminution du dégagement de poussière de plomb n’a pas d’incidence sensible en matière d’amélioration sanitaire.

  • 24 Ludwik Fleck (2008 : 205-207) distingue la science des périodiques, composée de « fragments contrad (...)

29L’entreprise d’opacification du risque sanitaire passe également par l’élaboration d’un discours commun qui sème le doute sur l’ensemble des savoirs scientifiques élaborés et accumulés à propos de la dangerosité du plomb et de ses composés. Ses arguments portent sur trois points. En premier lieu, la suspicion est régulièrement jetée sur l’innocuité proclamée du produit de substitution, qui pourrait bien s’avérer plus dangereux même que le produit substitué. Pamphlets et libelles mettent régulièrement en cause, entre 1850 et les années 1920, les prétendues qualités techniques du blanc de zinc et éveillent le doute sur ses dangers potentiels pour la santé humaine. Toutes les failles du savoir médical sur le saturnisme sont également questionnées pour démontrer les contradictions et les doutes qui subsistent. Avant que l’objectivation de l’empoisonnement par la pratique des tests sanguins au début du XXe siècle ne rende caduc cet argument, les défenseurs du toxique brandissent sempiternellement l’hypothèse de la simulation de la part des malades. On connaît encore mal les voies privilégiées d’intoxication (inhalation, ingestion, contact cutané) et l’ensemble des organes affectés par l’intoxication. La grande diversité des symptômes observés et, plus encore, la troublante variabilité interindividuelle des signes morbides sont régulièrement relevés pour mettre en doute la réalité de l’intoxication par le plomb. Chaque hésitation d’un corpus scientifique en voie d’édification, d’une « science des périodiques » non stabilisée (Fleck, 2008)24, est mise au jour et brandie comme la preuve de l’insuffisance des savoirs. La mise en cause régulière du savoir toxicologique et médical est l’un des éléments fondamentaux de l’arsenal de dénégation mis en place par les industriels du blanc de plomb, qui s’incarne notamment dans l’usage balbutiant de la statistique : la controverse médicale se double d’une controverse sur le recueil des informations et la construction de séries fiables permettant d’asseoir un savoir épidémiologique sur le saturnisme. Le format et les catégories utilisés par le corps médical pour établir les causes de la mort sont également des instruments du brouillage statistique : responsable d’affections diverses (pathologies du rein, du foie, du système nerveux central ou gastro-entéritique, encéphalopathies, etc.), le saturnisme n’apparaît presque jamais comme cause directe de la mort sur les certificats de décès, entravant toute tentative d’évaluation épidémiologique sérieuse. Seule l’obligation de déclaration de la maladie par les médecins, accompagnant la reconnaissance du caractère professionnel de la pathologie en 1919, permettra de faire sortir partiellement le saturnisme de l’opacité statistique.

30La segmentation des lieux d’intoxication, des types d’exposition et des populations exposées contribue enfin au processus d’opacification du risque du plomb. Ainsi, le projecteur de la dénonciation se concentre sur la dangerosité de la fabrication et des usages du blanc de plomb dont sont victimes ouvriers cérusiers et peintres en bâtiment, délaissant largement l’usage du plomb et de ses composés dans d’autres secteurs industriels. On ne documente pas de manière étayée la situation sanitaire des ouvriers fabricant le minium et la mine orange, moins nombreux mais dont le travail est plus dangereux encore que celui des cérusiers, pas plus que celle des potiers, des ouvrières en porcelaine ou des ouvriers des fonderies de caractères d’imprimerie, ni celle des peintres en voitures, en enseignes et décorations, dont les relevés hospitaliers confirment pourtant qu’ils sont largement touchés par l’épidémie saturnine. Si l’industrie du blanc de plomb s’essaient à des stratégies intermittentes de diversion de l’attention publique vers d’autres secteurs employant le toxique, cérusiers et, plus encore, peintres en bâtiment deviennent au cours du XIXe siècle les figures emblématiques du saturnisme professionnel, invisibilisant de nombreux métiers exposés au risque d’intoxication. La circonscription à des espaces professionnels identifiés dissimule l’omniprésence du toxique dans le monde du travail et le peintre, emblème de l’ouvrier malade du plomb, occulte la variété des individus affectés par leur travail.

  • 25 Jeannel, J. (1877), p. 7.

31La segmentation des savoirs, élément fondamental de la construction de l’ignorance à propos du risque du plomb, passe également par la hiérarchisation des entreprises, opposant « bons » et « mauvais » élèves de l’hygiénisation, afin d’innocenter le procédé lui-même. Les avocats du toxique s’emploient à rectifier : le « Minotaure » dévorateur de vies humaines ne serait pas le travail du plomb, mais l’incurie de certains entrepreneurs « qui consomment tranquillement des hommes dans leurs ateliers comme du charbon dans leurs fourneaux »25. Nombre d’avocats du produit brandissent ainsi des données chiffrées sur le « déchet sanitaire » des différentes entreprises du secteur, opposant les usines-abattoirs des patrons cruels et ouvriers négligents à celles où il fait bon travailler en respectant des procédures préventives strictes qui garantiraient du danger. Leitmotiv des hygiénistes, la hiérarchisation entre les fabriques disculpe le procédé chimique en soi et permet d’accréditer l’idée d’un risque prétendument contrôlé, travaillant ainsi à l’accommodement de l’opinion publique à ce risque, procédé décrit pour d’autres produits toxiques, comme l’amiante un siècle plus tard (Henry, 2007).

32La segmentation s’opère également entre poisons au travail et poisons environnementaux, contribuant à la naturalisation des frontières entre ces deux sphères édifiées de manière étanche. En 1877, une épidémie brutale de saturnisme sévère frappe 66 personnes, ouvriers et clients d’une même boulangerie de la capitale, dont le four était alimenté par des bois de démolition récupérés sur un chantier et recouverts de peinture à l’oxyde de plomb. L’émotion publique que cette affaire ne manque pas de susciter enjoint le préfet de police de Paris à interdire formellement l’usage de bois peints pour le chauffage des fours de boulangeries (Direction du Travail, 1901, p. 52) – sans que la question de la peinture au plomb elle-même ne soit évoquée comme risque professionnel. L’année suivante, un arrêté préfectoral vient interdire, conformément aux avis des instances sanitaires nationales, la vente des jouets colorés à l’aide de peintures contenant des substances toxiques : arsenic, plomb, mercure et cuivre sont désignés comme de dangereux poisons pour la santé humaine – ce qu’ils sont à l’évidence –, qui doivent par conséquent être exclus de la décoration des jouets, dont des écailles de peinture peuvent se détacher et être ingérées ou inhalées par les enfants. On interdit les jouets peints au plomb, mais en aucune manière les jouets en plomb – les fameux soldats – ; en second lieu, alors qu’on prohibe la peinture au plomb pour les jouets, d’autres objets peints avec des couleurs toxiques demeurant à la disposition des enfants – lits à barreaux, revêtements intérieurs des voitures d’enfants – ; enfin, s’il est reconnu que la santé des enfants est exposée à de sérieux dangers avec la manipulation des substances toxiques désignées, il n’est pas fait mention des risques encourus par les ouvriers et ouvrières qui décorent ces jouets avec des peintures toxiques.

33Le brouillage des savoirs passe enfin par la confusion des sources d’exposition. Ainsi, pour détourner l’attention publique de la peinture au plomb comme source d’empoisonnement, on en vient à dresser un inventaire à la Prévert des occurrences quotidiennes de sa fréquentation :

De toute part le plomb nous envahit, nous enveloppe et nous pénètre. Nos habitations sont peintes à la céruse ; nos meubles en sont souvent enduits ; les tissus dont nous nous recouvrons, les chaussures que nous portons, sont souvent imprégnées de préparations plombiques ; notre vaisselle culinaire est recouverte d’un alliage plombique ; nos vases de faïence sont vernis d’un borosilicate de plomb ; l’apprêt de nos dentelles et du cuir de nos chaussures, la laine et la soie de nos vêtements sont souvent chargés de sels de plomb ; nos cristaux contiennent jusqu’à 40 pour 100 de leurs poids d’oxyde de ce métal ; enfin, j’ai trouvé de 150 à 300 grammes de plomb par mètre carré sur les toiles vernies imitant le linge damassé, dont il est de mode aujourd’hui de recouvrir les tables de nos salles à manger, et sur lesquelles nous prenons souvent nos repas ! (Gautier, 1881, p. 1325).

34À énumérer les nombreuses sources d’imprégnation et de contamination quotidienne, on noie dans une confusion effrayante et, partant, on relativise la gravité de l’empoisonnement des populations dans un contexte toxique déjà saturé, précédent historique du « bruit de fond » saturnin relevé dans l’affaire de Notre-Dame.

Conclusion

35Mettre en regard un épisode, récent et très largement commenté, de pollution au plomb dans l’espace urbain d’une part, et la longue histoire des occurrences du toxique identifié et des mobilisations qu’elles ont suscitées d’autre part, constitue une tentative heuristique d’extraire l’épisode de l’incendie de Notre-Dame des désastres patrimoniaux pour l’inscrire dans la problématique des empoisonnements environnementaux. En 2019, comme à plusieurs reprises au cours des deux siècles précédents, la confrontation s’est avérée flagrante entre des savoirs toxicologiques précocement disponibles sur le plomb et le « régime d’imperceptibilité » (Murphy, 2006) dont ils sont l’objet de façon intermittente, soumis à un phénomène d’amnésie collective. Sur la longue durée, l’attention collective au plomb comme toxique dessine ainsi une alternance d’épisodes brefs de visibilité publique dans un paysage général d’ignorance, de déni, voire d’indifférence qu’on a ici brièvement retracé. Des processus entrelacés d’opacification, de segmentation ou de confusion des savoirs, mais également de construction intentionnelle de l’ignorance scientifique, sont à l’œuvre pour brouiller de manière à la fois durable et intermittente les perceptions des pollutions dans le cadre professionnel comme dans l’environnement général. L’incendie de Notre-Dame en 2019 constitue à ce titre un événement majeur : en révélant au public – qui l’ignorait généralement – la présence de plomb dans cet édifice si familier à tous, il offre soudain une existence publique et médiatique au risque d’empoisonnement conséquent, risque qui s’échappe temporairement des sphères scientifiques où il était demeuré confiné (historiens de l’architecture, spécialistes du patrimoine, administrateurs des monuments historiques, etc.) pour rejoindre la sphère publique et s’inviter dans les savoirs partagés par l’opinion et ses vecteurs (presse, représentation démocratique, associations). En cela, il permet de revisiter les conditions historiques de la mise en visibilité et en discussion des toxiques dans l’espace social. Avant qu’un autre enjeu majeur de santé publique vienne saturer l’espace public et faire concurrence au risque saturnin à Paris, dont la préoccupation s’est –temporairement ? – éteinte dans le tsunami de la pandémie de Covid-19.

Cet article a bénéficié du soutien de la Fondation pour les Sciences sociales (https://fondation-sciences-sociales.org/), dont l’autrice a été lauréate en 2020 et qu’elle remercie pour les séances de discussions pluridisciplinaires stimulantes qu’elle a suscitées.

Haut de page

Bibliographie

Balland, J. (1896). Influence du saturnisme sur la marche de la grossesse, le produit de la conception et l’allaitement. Recherches cliniques, expérimentales et toxicologiques. Faculté de Médecine de Paris, Thèse pour le Doctorat de Médecine. Paris : L. Battaille et Cie.

Bécot, R., Ghis Malfilatre, M. & Marchand, A. (2021). Pour un décloisonnement scientifique de la santé au travail et de la santé environnementale. Sociétés contemporaines, (121), 5-27. https://doi.org/10.3917/soco.121.0005.

Boudia, S. & Jas, N. (2019). Gouverner un monde toxique. Paris : Editions Quae.

Cavalin, C., Henry, E., Jouzel, J.-N. & Pélisse, J. (éd.) (2021). Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles. Paris : Presses des Mines.

Chevallier, A. (1849). Rapport fait à la Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale, au nom du Comité des Arts chimiques, sur la substitution du blanc de zinc et des couleurs à base de zinc au blanc de plomb et aux couleurs à base de plomb et de cuivre. Paris : Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale.

Dourlens, C. (2003). Saturnisme infantile et action publique. Paris : L’Harmattan.

Dourlens, C. (2009). La construction des problèmes fluides. À propos du saturnisme infantile. Dans C. Gilbert & E. Henry (éd.). Comment se construisent les problèmes de santé publique ? (pp. 131-153). Paris : La Découverte.

Etchevers, A., Bretin, P., Le Tertre, A. & Lecoffre, C. (2013). Imprégnation des enfants français par le plomb en 2008-2009. Enquête Saturn-Inf 2008-2009. Enquête nationale de prévalence du saturnisme chez les enfants de 6 mois à 6 ans. Paris : Institut national de veille sanitaire.

Fassin, D. (2003). Naissance de la santé publique. Deux descriptions de saturnisme infantile à Paris (1987-1989). Genèses, 53 (4), 139-153. https://doi.org/10.3917/gen.053.0139

Fleck, L. (2008). Genèse et développement d’un fait scientifique. Paris : Flammarion, traduction par N. Jas [éd. originale : 1934].

Gautier, A., (1881). L’absorption continue du plomb par notre alimentation journalière. Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 45e année, 2e série, tome 10, 1322-1328.

Girel, M. (2017). Sciences et territoires de l’ignorance. Paris : Editions Quae.

Grisolle, A. (1835). Essai sur la colique de plomb. Thèse soutenue à la Faculté de Médecine de Paris le 10 juillet 1835 pour obtenir le grade de Docteur en Médecine. Paris : Didot le Jeune.

Henry, E. (2007). Amiante, un scandale improbable, sociologie d’un problème public. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Henry, E. (2009). Rapports de force et espaces de circulation des discours. Les logiques des redéfinitions du problème de l’amiante. Dans C. Gilbert & E. Henry (éd.). Comment se construisent les problèmes de santé publique ? (pp. 155-174). Paris : La Découverte.

Henry, E. (2017). Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail. Paris : Presses de Sciences Po.

Jeannel, J. (1877). Causeries scientifiques – l’empoisonnement par le plomb dans les fabriques de céruse. Lille : Imprimerie Danel.

Jouzel, J.-N. (2019). Pesticides. Comment ignorer ce que l’on sait. Paris : Presses de Sciences Po.

Kitman, J. L. (2005). L’histoire secrète du plomb. Paris : Éditions Allia (éd. originale : The Nation, 2000).

Lefèvre, A. (1859). Recherches sur les causes de la colique sèche observée sur les navires de guerre français. Paris : J.-B. Baillière et fils.

Massard-Guilbaud, G. (2010). Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914. Paris : Éditions de l’EHESS.

Ministère du Commerce et de l’Industrie, Direction du Travail (1901). Poisons industriels. Paris : Imprimerie nationale.

Murphy, M. (2006). Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty. Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers. Durham (NC): Duke University Press.

Oreskes, N. & Conway, E. (2014). Les marchands de doute, ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique. Paris : Le Pommier (original 2010).

Patissier, P. (1822). Traité des maladies des artisans, et de celles qui résultent de diverses professions, d’après Ramazzini. Paris : J.-B. Baillière.

Pécheux, M. (2020). Guide d’investigation environnementale des cas de saturnisme de l’enfant mineur, 2e version (éd. originale 2006). Paris : Santé Publique France.

Proctor, R. (2014). Golden Holocaust. La conspiration des industriels du tabac. Paris : Éditions des Équateurs [éd. originale : 2012].

Proctor, R. & Schiebinger, L. (ed.) (2008). Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance. Stanford: Stanford University Press.

Rainhorn, J. (2019a). Blanc de plomb. Histoire d'un poison légal. Paris : Presses de Sciences Po.

Rainhorn, J. (2021a). Le tableau numéro 1 sur le saturnisme, cadre princeps de la sous-reconnaissance des maladies professionnelles. Dans C. Cavalin, E. Henry, J.N. Jouzel & J. Pélisse (éd.). Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles (pp. 39-58). Paris : Presses des Mines.

Rainhorn, J. (2021). Portraits grinçants de la céruse en assassin dans L’Assiette au beurre (1905). Parlement[s]. Revue d’histoire politique, 33(1), 235-246.

Ramazzini, B. (1700). De morbis artificuum diatriba. Modène : Antonio Capponi.

Rosner, D. & Markowitz, G. (2002). Deceit and Denial. The Deadly Politics of Industrial Pollution. Berkeley: University of California Press.

Rosner, D. & Markowitz, G. (2014). Lead Wars. The Politics of Science and the Fate of America’s Children. Berkeley: University of California Press.

Stockhausen, S. (1656). Traité sur les émanations nocives de litharge, les maladies qu’elles provoquent et l’asthme des mineurs. Goslariae : Duncker.

Thackrah, C.T. (1832). The Effects of Arts, Trades and Professions on Health and Longevity. Londres: Porter.

Tanquerel des Planches, L. (1839). Traité des maladies de plomb ou saturnines. Paris : Ferra, 2 vol.

Van Geen, A., Yao, Y., Ellis, T. & Gelman, A. (2020). Fallout of lead over Paris from the 2019 Notre‐Dame cathedral fire. GeoHealth, 4. https://doi.org/10.1029/2020GH000279

Walker, B. (2015). Environments of Terror: 9/11, World Trade Center Dust, and the Global nature of New York’s Toxic Bodies. Environmental History, 20(4), 779-795.

Warren, Christian (2001). Brush With Death. A Social History of Lead Poisoning. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1 Rainhorn, J. « Autour de Notre-Dame, un silence de plomb », Libération, 3 mai 2019. https://www.liberation.fr/debats/2019/05/03/autour-de-notre-dame-un-silence-de-plomb_1724519/, dernière consultation le 22 septembre 2021.

2 UNICEF/Pure Earth (2020). The Toxic Truth. Children’s Exposure to Lead Pollution Undermines a Generation of Future Potential. New York. www.unicef.org/media/73246/file/The-toxic-truth-children%E2%80%99s-exposure-to-lead-pollution-2020.pdf consulté le 7 septembre 2021.

3 Mutagène : produit chimique qui induit des altérations de la structure des cellules. Reprotoxique : produit chimique pouvant altérer la fertilité masculine ou féminine, ainsi que le développement de l’enfant à naître.

4 Voir robindesbois.org/notre-dame-un-nouveau-site-pollue-a-paris/, consulté le 10 septembre 2021.

5 AirParif, « Surveillance de l'air suite à l'incendie de Notre-Dame », communiqué n°3, 11 juin 2019.

6 Pascale Pascariello, « Notre-Dame de Paris : après l'incendie, un scandale sanitaire », Médiapart, 4 juillet 2019.

7 Déclaration du préfet Didier Lallement, rapportée dans Le Parisien du 9 juillet 2019.

8 ARS, Avis sanitaire relatif à la pollution au plomb à la suite de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, 18 juillet 2019.

9 Les documents sur lequel se fonde l'ARS n’ont pas de vocation sanitaire. Il s’agit : (a) d’un relevé établi par la DRAC en 2017-2018 dans le cadre du suivi de la conservation des monuments historiques à Paris, la moyenne des relevés s'établissant à 1346 µg/m2 avec des écarts allant de 35 à 21 175 µg/m2 ; (b) des prélèvements réalisés en juillet 2018 sur le parvis de Notre-Dame et dans les rues voisines, dont les valeurs s’échelonnent entre 200 et 5000 µg/m2, un seul point dépassant ce seuil.

10 Le Dr F. Squinazi, ancien directeur de Laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris, membre du Conseil supérieur d’hygiène publique de France et du Haut Conseil de la Santé publique, qui a participé à l’élaboration des récentes normes françaises sur le saturnisme (mai 2014), considère l’évaluation par l’ARS du niveau de bruit de fond de pollution au plomb comme excessivement exagérée (cité par Le Monde, 29 juillet 2019).

11 Données prélevées du 10 mai au 5 juin 2019 (ARS, 2019, op. cit., carte p. 30).

12 Les seuils de vigilance à 25 µg/l et de déclaration obligatoire à 50 µg/l ont été fixés en 2015 ; ils font l’objet de discussions internationales puisqu’il est avéré qu’il n’existe pas de seuil au-dessous duquel l’imprégnation par le plomb soit sans conséquence sanitaire.

13 ARS, Incendie de Notre-Dame de Paris. Bilan sanitaire à un an, 16 avril 2020, https://www.iledefrance.ars.sante.fr/incendie-de-notre-dame-de-paris-bilan-sanitaire-un, consulté le 13 septembre 2021.

14 « L’obligation de subir nous donne le droit de savoir », Conférence de presse de l’Association Henri-Pézerat, 5 août 2019.

15 Carpentier, L. & Reigner, I. L’heure n’est plus au geste architectural : Notre-Dame sera reconstruite à l’identique. Le Monde, 10 juillet 2020.

16 Cités par le site professionnel Batiweb, 10 juillet 2020 : https://www.batiweb.com/actualites/architecture/notre-dame-de-paris-sera-finalement-reconstruite-a-l-identique-36656, consulté le 13 septembre 2021.

17 Plainte déposée contre X par l'association Robin des Bois le 26 juillet 2019.

18 La comparaison entre les deux événements et le traitement des pollutions engendrées mériterait d’être poussée plus avant, mais ce n’est pas l’objet de cet article. Voir Walker (2015).

19 République française, ministère des Travaux publics, arrêté du 24 août 1849 (nous soulignons).

20 Rainhorn (2019), chapitre 6.

21 Archives nationales, F22 524/A, Ministère du Commerce et de l’Industrie, 16 décembre 1929, « Justification des mesures prévues par les nouveaux règlements concernant l’emploi du blanc de céruse et du sulfate de plomb dans les travaux de peinture ».

22 Archives nationales, 19880597/13, Ministère du Travail, Circulaire TR 12/49 du 19 avril 1949 concernant l’application du décret du 20 décembre 1948 relatif à l’interdiction d’emploi de la céruse, du sulfate de plomb et de l’huile de lin plombifère dans les travaux de peinture en bâtiment.

23 Décret du 1er février 1988 et du 7 décembre 1989 qui abrogent celui du 30 décembre 1948. L’exemple récent (2021) des intoxications saturnines parmi le personnel de la Tour Eiffel, après que les travaux de rénovation ont mis à jour les peintures d’origine contenant du plomb, témoigne que toute opération de ponçage de peintures anciennes entraîne une exposition dangereuse.

24 Ludwik Fleck (2008 : 205-207) distingue la science des périodiques, composée de « fragments contradictoires et sans congruence », qui « porte la marque du provisoire et du personnel », et la science des manuels, « synthèse critique dans un système organisé » qui porte la marque du collectif et de la stabilité scientifique.

25 Jeannel, J. (1877), p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Rainhorn, « Le plomb, le peintre et la flèche de Notre-Dame »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 15-4 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/25438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.25438

Haut de page

Auteur

Judith Rainhorn

Historienne, professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains) et chercheuse à la Maison française d’Oxford. Ses travaux récents portent sur l’histoire sociale des populations urbaines, des pollutions et de la santé au travail en France et aux États-Unis depuis le XIXe siècle.
ORCID : https://orcid.org/0000-0002-7970-5075

Adresse : Maison française d’Oxford, 2-10 Norham Road, OX2 6SE Oxford (Royaume-Uni)
Courriel : judith.rainhorn[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search