Navegación – Mapa del sitio
Dossier thématique

À quoi tient la crédibilité des données citoyennes ?

L’institutionnalisation des capteurs citoyens de pollution de l’air en Californie
What is the credibility of citizen data based on? The institutionalization of citizen air pollution sensors in California
¿En qué sa basa la credibilidad de los datos de los ciudadanos? La institucionalización de los sensores ciudadanos de contaminación atmosférica en California
Sylvain Parasie y François Dedieu

Resúmenes

Para muchos activistas de todo el mundo, los sensores digitales son una forma de cerrar las brechas en el monitoreo oficial de la calidad del aire. Pero, ¿en qué condiciones son creíbles los llamados «datos de ciudadanos» para las autoridades oficiales? Este artículo examina tres asociaciones con sede en California, cuyos miembros co-construyen protocolos de medición con la EPA de California y científicos. Argumentamos que la credibilidad de las mediciones producidas por los sensores de ciudadanos desde el punto de vista de las autoridades depende al menos de las dos condiciones siguientes: (1) que las autoridades científicas y reguladoras lleguen a considerar los sensores de los ciudadanos como dispositivos de conocimiento y de gobierno; (2) que los activistas, científicos y reguladores se comprometan con el establecimiento de una infraestructura compartida que pueda reducir las tensiones entre los distintos actores involucrados.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

  • 1 Cf. OMS (2005), « Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air – mise à jour mondiale 200 (...)
  • 2 Le capteur a sa propre page web, maintenue par l’association et qui diffuse des mesures mises à jou (...)

1La scène se déroule dans un quartier résidentiel de Calexico, petite ville de Californie située le long de la frontière mexicaine. Nous sommes à l’automne 2018, et le jour ne s’est pas encore levé. Sur le toit de l’une des maisons se trouve un boîtier en plastique. Il s’agit d’un « capteur de qualité de l’air », c’est-à-dire un assemblage de composants électroniques reliés à Internet qui mesurent en temps réel la concentration de particules et de certaines substances dans l’air. À la différence des capteurs installés par les autorités officielles, celui-ci a été mis en place par une association locale qui lutte contre les pollutions causées par le trafic routier et les exploitations agricoles de la région. À 3 h 55, ce capteur mesure que la concentration de particules fines (inférieures à 10 micromètres) est de 244 microgrammes par mètre cube d’air. Ce niveau est très élevé : l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser le seuil de 50 microgrammes plus de trois jours par an1. Via une alerte qui leur arrive sur leur messagerie électronique2, les habitants du quartier peuvent alors lire cette mise en garde : « La qualité de l’air à cet endroit est actuellement mauvaise pour la santé. Évitez toute activité physique à l’extérieur. »

2Une telle pratique s’inscrit dans la lignée de la « science citoyenne » (Irwin, 1995). Des « profanes » (selon la traduction consacrée de lay people) effectuent leurs propres mesures afin de rendre visibles les préjudices environnementaux ou sanitaires qu’ils subissent. Dans le domaine de la qualité de l’air, voici plusieurs décennies que des activistes prélèvent des échantillons d’air ambiant qu’ils font analyser par des laboratoires (Ottinger, 2010). Mais la pratique dont il est question ici se distingue en ce qu’elle s’appuie sur l’essor des capteurs numériques, qui sont associés à un « changement de paradigme » dans le domaine de la science environnementale (Snyder et al., 2013 ; Kumar et al., 2015). Parce qu’ils sont peu coûteux et n’exigeraient pas de compétences expertes, ces dispositifs permettraient d’abord à un grand nombre d’individus de produire leurs propres données en temps réel, sans qu’ils aient besoin de l’appui de scientifiques ou de laboratoires. En deuxième lieu, ces dispositifs de mesure ont pour particularité d’étendre dans l’espace et le temps la mise en équivalence, par des chiffres, de la qualité de l’environnement. Les capteurs fournissent en effet des mesures au niveau d’une rue ou d’un quartier, c’est-à-dire à une échelle qui échappait jusqu’alors aux institutions de surveillance. En troisième lieu, ces capteurs s’intègrent dans des infrastructures numériques (serveurs informatiques, applications mobiles, sites web) qui facilitent la circulation, le traitement et la mise en forme des données citoyennes.

  • 3 Voir par exemple la présentation de Ron Williams (2019), de l’U.S. Environment Protection Agency, d (...)
  • 4 Une évaluation récente conduite par le ministère de la Transition écologique concluait qu’aucun mic (...)

3Dès lors que les capteurs numériques deviennent des objets du débat public, à quoi tient leur crédibilité ? Pour la plupart des habitants de Calexico que nous évoquions en ouverture de l’article, elle est sans doute forte. Le taux d’hospitalisation des enfants pour cause d’asthme y est le plus élevé de Californie, et de nombreux habitants sont touchés par des affections respiratoires et maladies cardiovasculaires. S’ils ne peuvent ni voir ni sentir par eux-mêmes les particules fines en suspension dans l’air, cette mesure vient confirmer leurs soupçons. Mais pour les acteurs qui se trouvent à distance de ce quartier – scientifiques, organismes officiels, responsables publics ou tribunaux –, une telle mesure paraît bien plus fragile. Ces capteurs numériques produisent en effet des mesures selon des procédés et des standards qui n’ont rien à voir avec ceux sur lesquels s’appuient les stations officielles – ces dernières mobilisant non seulement des équipements plus lourds et plus coûteux, mais aussi un ensemble de procédés métrologiques garantis par le droit et par des professionnels (Charvolin et al., 2015). Les capteurs de qualité de l’air sont en outre produits dans des conditions obscures, et répondent à un cahier des charges qui est très éloigné des exigences métrologiques propres aux institutions de surveillance (Lewis & Edwards, 2016). Aussi bien aux États-Unis3 qu’en France4, les autorités de surveillance de la qualité de l’air ont émis de profondes réserves à l’égard de ces dispositifs de mesure.

4L’objectif de cet article est d’identifier à quelles conditions les autorités réglementaires – qui sont les seules habilitées à pouvoir dire ce qu’il en est réellement de la pollution de l’air, pour ensuite en désigner les victimes et les responsables – sont susceptibles de prendre au sérieux ces mesures citoyennes. En explorant les fondements de la crédibilité de mesures produites par des militants ou des citoyens concernés, nous espérons contribuer à mieux comprendre comment les mesures citoyennes de l’environnement parviennent à s’institutionnaliser, au sens où elles deviennent une composante à part entière de la surveillance de la qualité de l’air.

5En dépit de l’intérêt croissant pour les capteurs environnementaux (Gabrys, 2019) et les pratiques d’« activisme par les données » (Milan & Van der Velden, 2016 ; Plantin, 2015 ; Parasie, 2013), peu de chercheurs en sciences sociales se sont encore intéressés à la crédibilité des données produites par les citoyens (Gabrys et al., 2018 ; Pritchard et al., 2018). La question plus générale de la crédibilité des données scientifiques a pourtant été au cœur des préoccupations de la sociologie des sciences et des techniques. Ces travaux ont montré que la crédibilité de ces données n’était jamais réductible à leur validité interne, mais qu’elle devait être gagnée auprès d’un ensemble d’acteurs au sein d’une communauté scientifique et au-delà (Pestre, 1995). Une partie des recherches ont insisté sur l’importance des pratiques de calibration et de construction des procédures de validation des données (Gooding, Pinch, & Schaffer, 1989). Mais surtout, d’autres travaux ont insisté sur la dimension relationnelle de la crédibilité. Steven Shapin (1995) explique ainsi que la crédibilité d’un énoncé scientifique ou d’une mesure ne prend sens que dans un réseau de relations données. Si bien qu’il est impossible d’identifier les ressorts de la crédibilité générale d’une mesure scientifique : on ne peut expliquer que pourquoi telle mesure devient crédible aux yeux de tels acteurs. Une telle explication, ajoute-t-il, engage des niveaux très différents de la réalité sociale (procédures, pratiques scientifiques, statut des chercheurs, ordre normatif plus général, etc.).

  • 5 L’étude d’Ottinger (2010) documente cette tension à partir du cas d’une mobilisation d’habitants af (...)

6S’ils permettent d’envisager la crédibilité des données de façon sociologique, ces travaux n’expliquent pas comment celle-ci se forme dans des relations antagonistes ou potentiellement conflictuelles – comme ici entre les citoyens et les autorités de surveillance. En effet, comme le montre la littérature sur la science citoyenne, les premiers s’engagent dans la production de données pour rendre visibles des atteintes environnementales et sanitaires qui échappent à la surveillance officielle (Irwin, 1995 ; Frickel et al., 2010). L’intention est donc critique, en ce sens qu’elle vise, sinon toujours à contester les mesures officielles, au moins à compléter celles-ci par des mesures qui saisiraient davantage l’air réellement respiré par les habitants. Mais d’un autre côté, ces mobilisations sont dans l’obligation de s’aligner sur les standards officiels, afin que leurs mesures soient prises au sérieux par les autorités. Or un tel alignement est problématique, à la fois parce que les organisations militantes ne disposent souvent pas des ressources nécessaires au respect des standards officiels (Hess 2016) et parce que cet alignement implique de s’éloigner de ce que les habitants veulent mesurer – par exemple des pics de pollution, et non des niveaux moyens de pollution5 (Ottinger, 2010 ; Gabrys et al., 2018). Si nous voulons rendre compte du processus par lequel des mesures citoyennes produites au moyen de capteurs numériques deviennent crédibles pour les autorités, nous devons donc saisir de quelle manière les acteurs parviennent à réduire cette tension entre critique et alignement.

  • 6 Ces militants occupent des positions de direction au sein des trois associations : le West Oakland (...)
  • 7 Au niveau de l’EPA de Californie, nous avons interrogé le responsable en charge du contrôle de la q (...)

7Nous avons enquêté sur des associations californiennes, qui présentent la particularité d’avoir déployé des capteurs dont les mesures sont aujourd’hui en partie reconnues par l’Environmental Protection Agency de Californie (Cal EPA) – l’autorité en charge de la surveillance de la qualité de l’air. La Californie offre un excellent cas d’étude tant cet État se situe à l’avant-garde à la fois dans le domaine des technologies numériques et en matière de régulation environnementale. Nous avons rencontré et interrogé dix militants engagés dans trois projets de mesure citoyenne de la qualité de l’air6, à West Oakland (grande ville située en face de San Francisco), San Ysidro (quartier au sud de San Diego, situé le long de la frontière mexicaine) et Imperial (ville agricole située à 200 km de San Diego, tout près du Mexique). Nous avons également interrogé deux épidémiologistes engagés dans ces projets, et cinq responsables de la surveillance de la qualité de l’air au niveau de l’État de Californie (Cal EPA) et au niveau local7. Si nous avons choisi d’étudier ces mobilisations, c’est d’abord parce que chacune d’elles implique le déploiement d’un réseau de capteurs pour lutter contre des pollutions locales, qui proviennent d’un port industriel (West Oakland), d’une frontière par laquelle transitent plus de 100 000 véhicules chaque jour (San Ysidro), et d’exploitations agricoles (Imperial). Mais c’est surtout parce que deux de ces mobilisations sont parvenues à faire reconnaître leurs mesures par les autorités californiennes, au point que celles-ci sont aujourd’hui partiellement intégrées aux canaux officiels d’information sur la qualité de l’air.

8L’argument que nous défendons ici, c’est que la crédibilité des mesures produites par les capteurs citoyens du point de vue des autorités dépend a minima des deux conditions suivantes : (1) que les instances scientifiques et réglementaires en viennent à considérer les capteurs citoyens comme des dispositifs de connaissance et de gouvernement ; (2) que militants, scientifiques et régulateurs s’engagent dans la mise en place d’une infrastructure partagée qui soit susceptible de réduire les tensions entre les différents acteurs engagés.

9Dans une première partie, nous montrons que les capteurs de qualité de l’air apparaissent, pour les mobilisations étudiées, comme des dispositifs ajustés à leur critique de la régulation officielle, mais que la crédibilité des mesures qu’ils produisent est très problématique pour les instances scientifiques et réglementaires. Dans une deuxième partie, nous identifions les dynamiques à la fois politiques, juridiques et cognitives qui ont conduit les autorités de Californie à considérer les capteurs citoyens comme des instruments de connaissance et de gouvernement. Enfin, dans la troisième partie, nous montrons de quelle façon l’ensemble des acteurs engagés ont intégré dans l’infrastructure de mesure un ensemble de compromis permettant de réduire les tensions entre citoyens et autorités.

Les capteurs numériques au service d’un projet critique

10Pour les trois mobilisations que nous avons étudiées, le déploiement d’un réseau de capteurs numériques permet de critiquer la façon dont les autorités nationales et locales surveillent la pollution de l’air. Cela s’inscrit dans une tendance de certaines mobilisations contemporaines, qui investissent dans la production et le traitement de données pour construire leur cause, enrôler d’autres acteurs ou solliciter l’intervention des pouvoirs publics (Parasie, 2013), notamment dans le domaine environnemental (Gabrys et al., 2018 ; Osadtchy, 2016 ; Plantin, 2015). Pour les associations que nous étudions ici, il s’agit de combler les « trous » de la surveillance officielle de la qualité de l’air, en produisant des mesures à une échelle beaucoup plus locale. L’objectif étant ainsi de mesurer des pollutions qui échappent aux autorités de surveillance. Nous allons voir que ce projet, qui bénéficie du soutien des autorités scientifiques et réglementaires de Californie, se heurte à des obstacles importants qui fragilisent la crédibilité de ces mesures citoyennes auprès des autorités.

Des « capteurs citoyens » co-construits

11Au moment de l’enquête en mai 2017, les trois associations avaient déployé ou étaient en train de déployer des réseaux locaux de capteurs reposant sur des technologies similaires. Comme on le voit sur la photo ci-dessous prise à San Ysidro (figure 1), un « capteur citoyen » prend la forme d’un boîtier en plastique disposé sur le toit d’un bâtiment (le plus souvent un local associatif, une école ou une habitation privée). Relié au réseau électrique, ce boîtier renferme un ensemble de composants électroniques, qui mesurent la concentration de particules fines dans l’air et, selon les cas, les concentrations d’ozone, de protoxyde d’azote, de dioxyde d’azote et de carbone dans l’air. La présence d’un modem permet d’envoyer les mesures en flux continu, par l’intermédiaire du réseau cellulaire. Stockées sur des serveurs informatiques, les données sont ensuite recalculées pour alimenter des applications web, sous la forme d’indices de pollution et de cartes interactives (cf. figure 2).

12L’intérêt pour les capteurs est bien sûr lié à ce que les responsables de ces associations présentent comme des pollutions à la fois massives et sous-estimées par les autorités. Celles-ci proviennent d’un port industriel en extension (West Oakland), d’exploitations agricoles (Imperial) et d’un nouveau port d’entrée entre les États-Unis et le Mexique, par lequel transitent plus de 100 000 véhicules chaque jour (San Ysidro). Dans ces trois territoires réside une population défavorisée d’un point de vue socio-économique et qui est majoritairement composée de personnes issues des minorités – afro-américaine pour West Oakland, d’origine mexicaine à San Ysidro et Imperial.

Figure 1. Un « capteur citoyen » de qualité de l’air à San Ysidro (juin 2017)

Figure 1. Un « capteur citoyen » de qualité de l’air à San Ysidro (juin 2017)

Photo prise par les auteurs sur le toit des locaux de l’association Casa Familiar, à San Ysidro. En compagnie de David Flores, le responsable de l’association.

Source : photo de Sylvain Parasie et François Dedieu.

13Pour autant, l’intérêt pour les « capteurs citoyens » ne procède pas des seuls activistes locaux. À Imperial et San Ysidro, il est étroitement lié à l’intervention d’épidémiologistes et au soutien des institutions californiennes – en particulier du California Department of Public Health (CDPH) et de l’EPA de Californie. Au point que le déploiement des capteurs apparaît comme le résultat d’une co-construction entre activistes locaux et autorités scientifiques et réglementaires.

14Fondés en 1973 et en 1987, le Comite Civico del Valle (Imperial) et Casa Familiar (San Ysidro) luttent d’abord pour la promotion de l’identité culturelle des résidents d’origine mexicaine, l’accès à la citoyenneté américaine et l’amélioration de leur situation économique et sanitaire. C’est seulement au cours des années 2000 que les deux associations commencent à s’intéresser à la qualité de l’air. En 2003, les responsables du Comite Civico del Valle s’inquiètent de la prévalence des asthmes parmi les résidents d’Imperial et se mettent à collaborer avec des épidémiologistes.

  • 8 Au moment de l’enquête, les deux mobilisations ont mis en place un réseau de capteurs (40 à Imperia (...)

15La mise en place d’un réseau de « capteurs citoyens » à Imperial et San Ysidro8 est le résultat d’un partenariat noué avec des épidémiologistes et l’EPA de Californie. Tout commence en 2013, quand Paul English, épidémiologiste au California Department of Public Health et spécialiste de science participative, dépose un projet de recherche avec Luis Olmedo, qui est à la tête du Comite Civico del Valle à Imperial. Les deux hommes se connaissent depuis près de dix ans, et ont déjà collaboré dans le cadre d’une recherche sur l’asthme des jeunes enfants de la région. Ils obtiennent une bourse du National Institute of Environmental Health Science pour mettre en place un réseau de capteurs. C’est Paul English qui mobilise ensuite des chercheurs de l’Université de Washington pour mettre en place l’infrastructure de mesure et procéder à la vérification des données. Dans les années suivantes, des responsables de l’EPA de Californie prêtent attention au projet d’Imperial. En 2015, ils décident de financer un projet similaire en collaboration avec les activistes de San Ysidro, qui implique également l’équipe de l’Université de Washington.

  • 9 M. Gordon est une ancienne conseillère scolaire, tandis que B. Beveridge est un réalisateur de film (...)
  • 10 Instrument électronique qui mesure la concentration de particules en suspension dans l’air ambiant. (...)

16Pour l’association basée à West Oakland, l’intérêt pour la mesure de la qualité de l’air est plus ancien et davantage endogène – même si la collaboration avec des scientifiques joue aussi un rôle important. Fondé en 2002 par deux habitants indignés devant le nombre de résidents asthmatiques9, le West Oakland Environmental Indicators Project lutte contre les atteintes environnementales causées par l’activité portuaire et le transport routier, en privilégiant l’élaboration d’indicateurs et la production de mesures. Au moment de l’enquête, cela fait donc une quinzaine d’années que ces activistes expérimentent, avec le soutien de plusieurs universitaires, une variété de dispositifs afin de quantifier la pollution de l’air subie par les résidents (comptage manuel du trafic de camions ; utilisation d’un aethalomètre10 pour mesurer la pollution intérieure ; mesure de la pollution au moyen de sacs à dos équipés de capteurs).

17Le déploiement des « capteurs citoyens » est donc l’objet d’une co-construction entre activistes locaux et acteurs extérieurs (épidémiologistes et autorités californiennes). Sans cet appui à la fois cognitif, matériel et financier, il est probable qu’aucune mesure citoyenne systématique de la qualité de l’air n’aurait pu être produite à Impérial et San Ysidro. En dépit de leur caractère co-construit, nous emploierons les termes « capteur citoyen » et « données citoyennes » à la fois parce que ce sont les termes employés par les acteurs et pour mettre en valeur le fait que ce sont les activistes locaux qui sont propriétaires de l’infrastructure et assurent une grande partie de sa maintenance.

Corriger les failles de la surveillance officielle

18Les dirigeants des trois associations partagent une même critique du système de surveillance de la qualité de l’air qui a été mis en place à partir des années 1960. En Californie, la régulation officielle s’organise en trois niveaux différents. Au niveau fédéral, le Clean Air Act définit des seuils limites de pollution, pour plusieurs substances, qui affecte en moyenne une région donnée sur la longue période. La loi fédérale impose également la mise en place de stations de mesure répondant à des standards précis. Au niveau de l’État, l’EPA de Californie établit en outre ses propres standards de qualité de l’air, qui sont supérieurs aux exigences nationales, et prend en charge la maintenance des stations officielles. Il existe enfin un troisième niveau de régulation, à l’échelle des 37 districts locaux de Californie, qui possèdent leurs propres stations de surveillance et ont la charge de contrôler les industries et d’attribuer des permis à polluer. Si les autorités locales dépassent trop fréquemment les seuils de pollution, l’EPA a la possibilité de les contraindre à mettre en place des actions de réduction de la pollution. Au total, ce sont près de 250 stations officielles qui sont réparties à travers la Californie (soit une tous les 2 km² environ).

19Les activistes se rejoignent pour affirmer que les autorités officielles sont incapables de saisir les niveaux de pollution de l’air auxquels les habitants sont réellement confrontés. Leur critique porte ici sur le principe même de la régulation officielle, qui ne vise pas à saisir des endroits où la pollution est la plus forte, mais à vérifier que la pollution moyenne dans une région ne dépasse pas les seuils fixés par la loi. Les activistes jugent plus important d’identifier les endroits où la pollution est forte :

Les agences de surveillance définissent des standards pour réguler la qualité de l’air. Cela signifie qu’ils s’appuient sur un réseau étendu de stations de surveillance, qui sont disposées tous les deux kilomètres, afin de déterminer quelle est la qualité de l’air dans la région. Nous avons toujours pensé que mesurer et surveiller l’air de cette façon n’apporte rien aux gens qui vivent à côté d’une centrale électrique, d’un port ou d’une autoroute, parce que ces endroits sont les sources de pollution. [Les régulateurs devraient] surveiller les sources [de pollution] et contrôler le nettoyage de la source du problème. (Brian Beveridge, West Oakland)

20Dans le même ordre d’idées, le responsable de Casa Familiar à San Ysidro affirme que les mesures officielles de la qualité de l’air sont irréalistes, parce qu’elles reposent sur un petit nombre de stations à partir desquelles on infère des niveaux moyens de pollution sur l’ensemble du territoire. Si bien, nous explique-t-il, que le site officiel de l’EPA de Californie en vient à diffuser des mesures fantaisistes :

[Montrant la carte de la qualité de l’air produite par l’EPA de Californie] Vous voyez que le comté de San Diego apparaît en vert. Et le comté d’Imperial, qui est juste à côté, apparaît en orange. Mais c’est absurde, non ? Il n’y a aucune frontière naturelle entre les deux comtés. L’espace est ouvert. Donc, la ligne verticale correspond à la frontière entre les deux comtés. Comment peut-on passer de l’orange au vert ? C’est impossible ! (David Flores, San Ysidro)

  • 11 Le district d’Imperial reconnaît que les mesures de la qualité de l’air ne correspondent pas aux se (...)

21Les dirigeants des trois associations sont tous très critiques de la façon dont les autorités locales agissent pour réduire les sources de pollution. Ils les accusent de ne pas être impartiales vis-à-vis des industriels locaux qui sont souvent les principales sources de pollution. Le soutien de la part de l’EPA de Californie dont deux d’entre elles bénéficient n’est pas ici contradictoire, celle-ci étant souvent très critique de la façon dont les autorités locales appliquent la législation sur la qualité de l’air. À Imperial par exemple, Luis Olmedo soupçonne le district de manipuler les mesures et lui reproche de défendre systématiquement les grands propriétaires terriens du comté, en prétendant que les niveaux importants de pollution ne s’expliquent pas par l’activité agricole locale, mais par les activités polluantes de l’autre côté de la frontière mexicaine11. En installant un réseau de capteurs et en s’assurant de sa robustesse scientifique, il s’agit de contraindre les autorités locales à agir :

Nous avons énormément investi pour nous assurer que notre science est bonne et rigoureuse. [...] Notre approche est très ciblée, parce que le gouvernement est très fort pour échapper à ses responsabilités. Notre objectif est de le contraindre à assumer ses responsabilités. (Luis Olmedo, Comite Civico del Valle, Imperial)

22À Imperial, cela se traduit par l’envoi de courriers d’habitants au District, qui est sommé de se justifier dès lors que ses capteurs ne mesurent pas les épisodes de pollution identifiés par les capteurs citoyens. À moyen terme, les militants envisagent d’attaquer en justice des entreprises ou la municipalité sur la base de leurs mesures de pollution. Ce que souhaite Brian Beveridge, à la tête du projet de West Oakland :

Si quelqu’un pouvait dire « c’est parce que vous vivez à cet endroit que vous souffrez d’un cancer du poumon », alors vous pourrez attaquer en justice le fabricant de carburant, l’entreprise de camionnage ou le service d’urbanisme qui a refusé de faire quoi que ce soit au sujet du trafic. La ville a le pouvoir de modifier l’exposition, elle peut changer le zonage, elle peut dire : « Vous ne pouvez plus construire ces choses à côté des logements. » (Brian Beveridge, West Oakland)

23Le déploiement d’un réseau de capteurs sert donc ici un projet critique, au sens où il vise à corriger les défaillances du contrôle officiel. Comme nous le verrons plus loin, une partie des responsables de la surveillance officielle de la qualité de l’air en Californie partage cette idée – ce qui les conduit à vouloir aider certaines de ces associations.

Des mesures citoyennes peu crédibles

24La crédibilité des mesures est un objectif majeur de ces associations, qui veulent être prises au sérieux par les autorités. Celles-ci reprennent d’ailleurs l’indice de l’EPA, le « Air Quality Index », qui agrège les différentes mesures de polluants et distingue plusieurs niveaux d’alerte. À Imperial, l’indice est ainsi renommé « Community Air-Quality Index », mais il s’appuie directement sur le standard fédéral (figure 2).

Figure 2. La qualité de l’air mesurée à l’école élémentaire de Heber (comté d’Imperial), le 06/09/2019 à 6 h 23 du matin

Figure 2. La qualité de l’air mesurée à l’école élémentaire de Heber (comté d’Imperial), le 06/09/2019 à 6 h 23 du matin

Source : capture de la page web https://ivan-imperial.org/​air/​27

25La crédibilité de ces mesures est toutefois profondément contestée. D’abord parce que les capteurs qui les produisent n’ont aucune valeur réglementaire. Ils ne sont pas inscrits sur la liste des instruments reconnus par l’EPA comme produisant des mesures certifiées de la qualité de l’air. Autrement dit, les mesures des capteurs citoyens ne peuvent servir à constater légalement des infractions à la législation, et donc conduire à l’intervention des pouvoirs publics :

Ils ne figurent pas sur la liste approuvée des instruments que l’EPA reconnaît pour effectuer la surveillance officielle de l’air. C’est aussi simple que cela. […] Si les gens veulent comprendre à quels endroits la pollution est plus forte, ils n’ont pas besoin d’instruments réglementaires pour le faire. (Edmund Seto, chercheur en sciences de l’environnement, Université de Washington)

26Plus fondamentalement, ces capteurs suscitent un grand scepticisme de la part des autorités californiennes et des chercheurs en sciences de l’environnement. Ils sont produits dans des conditions opaques, par des industriels qui ne sont pas toujours familiers de la mesure de la pollution. Comme l’explique ce responsable de l’instance chargée du contrôle de l’air au sein de l’EPA de Californie, les capteurs qui sont aujourd’hui commercialisés ne sont contraints par aucun standard :

Aujourd’hui, il est très facile de commander quelque chose sur Amazon ou eBay, de le récupérer et de le brancher. Pour quelques centaines de dollars, vous avez accès à un site web, les données sont chargées sur un portail web, que vous pouvez consulter et dire : « Oh, regarde, la pollution est vraiment mauvaise dans mon quartier. » Mais l’instrument peut ne pas être bon, il peut avoir été construit par quelqu’un qui n’a aucune expérience. Il n’existe aucun critère de certification. N’importe qui peut développer un instrument et le commercialiser. (Benjamin Michael, division chief monitoring au California Air Resources Board)

27Les préoccupations portent plus précisément sur la façon dont les mesures des capteurs citoyens peuvent être mises en équivalence avec les mesures officielles. Alors que ces dernières mesurent les particules fines en masse (en microgrammes par m³), les capteurs comptent seulement des particules. D’autres doutes concernent la stabilité des mesures dans le temps, et leur sensibilité à la température ambiante, à l’humidité ainsi qu’à la présence d’autres polluants :

Au cours de la journée, le capteur va peu à peu se réchauffer et se refroidir dans la soirée. Donc si le capteur est sensible à la température, vous aurez des artefacts dans les données. […] Parfois, c’est la température, parfois c’est l’humidité, parfois encore ce sont les autres polluants. (Edmund Seto, chercheur en sciences de l’environnement, Université de Washington)

28Pour les instances officielles de Californie, la fiabilité des mesures citoyennes de la qualité de l’air apparaît hautement problématique. Le seul déploiement des capteurs numériques ne fait donc pas disparaître les problèmes de crédibilité qu’éprouvent depuis longtemps les mobilisations citoyennes dès lors qu’elles produisent leurs propres mesures de la qualité de l’air (Ottinger, 2010, 2016). Et pourtant, les associations d’Imperial et de San Ysidro sont parvenues à faire partiellement reconnaître la robustesse de leurs mesures auprès des autorités officielles de Californie – lesquelles, nous l’avons dit, ont joué un rôle moteur dans la mise en place des capteurs en apportant un support logistique (aide financière directe) et symbolique indispensable à ces projets.

  • 12 Au moment de l’enquête, les activistes de West Oakland n’avaient pas encore stabilisé un réseau de (...)

29Jusqu’à présent, nous avons expliqué que les autorités californiennes avaient offert leur appui aux associations d’Imperial et de San Ysidro – au point où les capteurs citoyens apparaissaient comme une co-construction entre activistes et autorités. Il nous faut maintenant expliquer pourquoi et comment des responsables de l’EPA de Californie et des scientifiques ont investi les capteurs citoyens comme des instruments de connaissance et de gouvernement.12

Les capteurs comme instruments de connaissance et de gouvernement

30Dans la plupart des pays occidentaux, un fossé sépare les données citoyennes, jugées fragiles et peu crédibles, des mesures officielles de la qualité de l’air (cf. sur le cas français, LCSQ 2018). En Californie, ce fossé s’est pourtant considérablement réduit dans les dernières années, sous l’effet de dynamiques à la fois politiques, juridiques et scientifiques. Dans cet État, des responsables de l’EPA de Californie et des chercheurs en sciences environnementales ont ainsi commencé à intégrer les capteurs numériques dans l’éventail des instruments de contrôle. C’est ce qui explique que les mobilisations d’Imperial et de San Ysidro aient bénéficié, à partir de 2015, de l’appui de chercheurs et de l’EPA de Californie.

Le capteur citoyen, un levier de la « justice environnementale »

  • 13 Le coût d’une station officielle est estimé à plusieurs centaines de milliers de dollars, tandis qu (...)

31Depuis le début des années 2000, la montée en force du principe de « justice environnementale » a conduit l’EPA de Californie à porter un nouveau regard sur les mesures de la qualité de l’air produites au moyen des capteurs citoyens. Inscrit dans les lois californiennes, ce principe contraint les autorités à se préoccuper en priorité des préjudices environnementaux subis par les populations défavorisées d’un point de vue socio-économique (Bullard, 2005). En 2012, le California Senate Bill 535 enjoint les agences environnementales de l’État à consentir à des efforts financiers plus importants pour réduire les expositions des communautés vulnérables face à la pollution. En 2016, le California Assembly Bill 1550 fait un pas supplémentaire, en fixant les contraintes budgétaires et les investissements à consentir pour réduire les gaz à effets de serre. Désormais, l’EPA de Californie doit consacrer 25 % de ses budgets à l’aide aux communautés défavorisées. Ce nouvel environnement juridique contraint l’agence à se préoccuper davantage de la qualité de l’air respiré par les populations défavorisées, et donc à collecter des données à un niveau suffisamment local pour saisir les pollutions auxquelles elles sont confrontées. C’est ici que les capteurs citoyens présentent une opportunité pour les instances officielles de Californie, puisqu’ils permettent de produire des mesures de la qualité de l’air à l’échelle de ces populations, et ce à un coût beaucoup plus faible que celui qu’implique la construction d’une nouvelle station officielle13 :

Jusqu’à tout récemment, nous n’avons pas vraiment été en mesure de nous pencher sur cette question à long terme parce que l’utilisation et l’entretien des moniteurs de qualité réglementaire existants coûtent très cher. Mais avec l’apparition de capteurs et d’ordinateurs à faible coût et de l’Internet, il y a cette convergence de la technologie et de l’intérêt des habitants qui a vraiment donné l’occasion, je crois, de changer vraiment notre façon de faire la surveillance de la qualité de l’air. (Benjamin Michael, division chief monitoring au California Air Resources Board)

32L’attention à la « justice environnementale » modifie profondément le principe même de la surveillance réglementaire. Dès lors qu’il s’agit de porter une attention particulière à l’air qui est respiré par certains habitants, il n’est plus possible de s’en tenir à la mesure des niveaux moyens de pollution qui affectent une région donnée sur la longue période. L’EPA de Californie, et en particulier le bureau chargé de la qualité de l’air, l’Air Ressource Board, sont donc contraints de répondre à la demande sociale en faveur d’une information locale sur la qualité de l’air :

Le public regarde l’information actuellement disponible et dit que ce n’est pas suffisant. Or le réseau de surveillance de la qualité de l’air que la Californie a développé et entretenu au cours des 50 dernières années est conçu pour déterminer si nous respectons nos engagements et nos objectifs régionaux en matière de qualité de l’air établis par la loi fédérale Clean Air Act. Et même si l’information sur ces 250 sites peut être utile pour déterminer l’exposition des gens qui habitent autour de ce site, lorsqu’on regarde toute la Californie et que l’on regarde la distribution de ces stations réglementaires, cela ne fournit pas beaucoup d’information au niveau du quartier. (Benjamin Michael, division chief monitoring au California Air Resources Board)

  • 14 Pour l’EPA de Californie, on peut supposer que les capteurs citoyens apparaissent aussi comme un mo (...)

33C’est dans ce contexte que certains membres de l’EPA de Californie ont défendu avec succès l’idée que les capteurs citoyens permettent de compléter le réseau officiel de surveillance, en rendant visible la qualité de l’air respiré par les populations les plus vulnérables.14

34La mise en œuvre de l’impératif de justice environnementale participe aussi à changer le regard des autorités officielles sur les capteurs citoyens d’une autre manière. Ces dispositifs apparaissent en effet à l’EPA de Californie comme un moyen de contraindre plus efficacement les districts locaux à réguler plus fortement les activités industrielles qui dégradent la qualité de l’air. La surveillance réglementaire de la qualité de l’air s’organise, nous l’avons dit, à trois niveaux différents – le niveau fédéral, celui de l’État de Californie, et celui des districts locaux. Or l’EPA de Californie s’oppose régulièrement aux districts locaux, qu’elle accuse de ne pas respecter la réglementation. Lorsque l’EPA de Californie constate que les seuils imposés par la réglementation sont dépassés dans un territoire, elle peut imposer au comté concerné une série de mesures coercitives qui permettent de faire baisser le niveau de pollution (baisse trafic routier, pose de filtre à charbon, etc.). Mais pour pouvoir imposer ces mesures, l’EPA doit apporter la preuve que le district ne met pas en œuvre les moyens nécessaires pour réduire la pollution. Une partie de ses responsables attendent donc des capteurs citoyens qu’ils contribuent à rendre visible l’inaction des autorités locales, en fournissant des mesures granulaires et en temps réel de la pollution.

35Le litige qui oppose le Comté d’Imperial à l’EPA de Californie illustre cette situation. Depuis quelques années, l’EPA constate des dépassements réguliers des niveaux de pollution dans ce comté, et accuse le district d’accorder trop facilement des permis à polluer aux exploitations agricoles locales. En 2012, l’EPA de Californie veut imposer un ensemble de mesures coercitives dans le but de réduire la pollution dans le comté d’Impérial. Mais le district parvient à suspendre la mise en œuvre de ces sanctions, arguant que les pics de pollution sont liés aux activités économiques qui se trouvent de l’autre côté de la frontière mexicaine. L’EPA de Californie espère donc obtenir des mesures suffisamment granulaires pour démontrer qu’une grande partie de la pollution est d’origine locale, et ainsi contraindre les autorités locales.

  • 15 Ces professionnels vivent alors une tension bien décrite par Alain Desrosières. En public, ils défe (...)

36La montée en force de la justice environnementale, un principe juridique et politique particulièrement important en Californie (Vogel, 2018), associé à l’opportunité politique d’obtenir des mesures plus précises permettant de contraindre les autorités locales à respecter la réglementation, expliquent donc en partie l’intérêt des instances officielles de protection de l’environnement pour les capteurs citoyens de mesure de la qualité de l’air. Et ce alors même que ces mêmes autorités demeurent très sceptiques à l’égard des mesures produites par ces capteurs.15

Un outil au service de l’expologie

  • 16 Ce domaine scientifique apparaît aux États-Unis dans les années 1950 quand des toxicologues commenc (...)

37Parallèlement à la montée en force de la justice environnementale, une seconde dynamique a contribué à faire apparaître les capteurs citoyens comme des instruments de connaissance et de gouvernement. Il s’agit de l’expologie (exposure science), un domaine scientifique qui connaît un essor important depuis les années 1990, et qui vise à objectiver les conditions réelles dans lesquelles les individus sont exposés aux polluants16. Science pratique et réglementaire, l’expologie s’est constituée comme le chaînon manquant entre les sciences de l’environnement – qui analysent la diffusion des polluants dans les milieux physiques (air, eau, sols) – et l’épidémiologie – qui étudie les effets des polluants sur de grandes populations et sur la longue durée (Lioy & Weisel, 2014). Les promoteurs de l’expologie ont mis l’accent sur le fait que les autorités américaines de protection de l’environnement se bornaient à mesurer des volumes de polluants en fonction de leur localisation, et ainsi à calculer des moyennes de concentration sur l’ensemble du territoire. À leurs yeux, une véritable protection des populations exige de pouvoir mesurer l’intensité et la durée du contact avec des agents toxiques présents dans l’environnement. Une régulation efficace implique selon eux non pas de mesurer des concentrations moyennes, mais des pics de pollution.

  • 17 Un biomarqueur est un changement observable ou mesurable au niveau moléculaire, biochimique, cellul (...)

38Cet agenda a conduit les chercheurs en expologie à s’intéresser de près aux diverses technologies permettant de produire des mesures touchant à l’intensité et à la variabilité locale de la pollution – biomarqueurs17, GPS, technologies de télédétection, notamment. C’est ainsi que les capteurs numériques, qui peuvent être déployés sous la forme d’un réseau, ont fait l’objet d’une grande attention de la part des chercheurs en expologie. À leurs yeux, ces dispositifs de mesure offrent l’opportunité de corriger les limites considérables du réseau officiel de surveillance de la qualité de l’air.

39C’est le propos que tient Edmund Seto, chercheur à l’Université de Washington, qui est intervenu auprès des associations d’Imperial et de San Ysidro pour la mise en œuvre du réseau de capteurs citoyens. Après une formation d’ingénieur en informatique, il s’est orienté dans les sciences de la santé et de l’environnement, se spécialisant dans la modélisation de l’exposition et la recherche sur les capteurs. Selon lui, ces dispositifs permettent de corriger les failles du contrôle réglementaire :

Il n’y a pas assez de stations officielles dans les localités pour comprendre les variations locales des niveaux de pollution atmosphérique. Le capteur de pollution de l’air le plus proche ne se trouve souvent pas dans votre voisinage, mais à des kilomètres et des kilomètres de chez vous. Par conséquent, si vous vous préoccupez des effets de la pollution atmosphérique sur votre santé, le système de surveillance qui se trouve dans la ville voisine ne sera pas très pertinent. Mon argument, c’est qu’on peut renforcer ou compléter le réseau de surveillance gouvernemental existant grâce à ces autres instruments qui sont moins coûteux et qui peuvent combler une partie de ces trous dans l’espace. (Edmund Seto, Université de Washington)

40Cet argument est non seulement partagé par un grand nombre de chercheurs en expologie, mais il apparaît aussi au fondement de cette science réglementaire, qui est étroitement liée à l’EPA des États-Unis et de Californie. Cette dynamique scientifique permet donc de mieux comprendre pourquoi des chercheurs en viennent à s’intéresser aux capteurs citoyens malgré les doutes qu’ils continuent d’avoir sur la qualité des mesures citoyennes.

41Les responsables de l’EPA de Californie et des chercheurs en sciences environnementales considèrent donc progressivement les capteurs citoyens comme des instruments de connaissance et de gouvernement. Cela constitue une première condition pour que les données citoyennes de pollution de l’air puissent être considérées comme crédibles par les instances officielles. Mais cette condition ne peut être suffisante, tant est forte la méfiance des scientifiques et régulateurs vis-à-vis des données produites par ces capteurs. D’où la nécessité, pour les acteurs engagés, d’intégrer dans l’infrastructure de mesure un ensemble de compromis permettant de réduire les tensions entre citoyens et autorités.

Une infrastructure qui réduit les tensions entre citoyens et autorités

42À l’instar des mesures réalisées par les scientifiques ou les autorités de surveillance, les données citoyennes sur la qualité de l’air s’appuient sur une infrastructure – autrement dit sur un assemblage d’objets associés à des pratiques organisées (Star 1999). Et, comme l’ont montré les études de sociologie des sciences, la crédibilité des mesures produites dépend en grande partie des propriétés de l’infrastructure qui les sous-tend – notamment la façon dont les instruments sont calibrés, associés à des pratiques et à des groupes professionnels (Gooding, Pinch, & Schaffer, 1989). Or, comme nous l’avons vu, les infrastructures de mesure citoyenne dont il est ici question sont co-construites entre activistes et résidents, régulateurs et scientifiques. Leurs préoccupations, leurs ressources et leurs intérêts s’articulent difficilement.

43À Imperial et San Ysidro, l’infrastructure a été construite par les activistes locaux, mais aussi par des chercheurs et des représentants de l’EPA de Californie (cf. figure 3). L’ensemble des acteurs veulent construire des mesures qui soient robustes au plan scientifique, mais ils ne partagent pas la même perspective sur ce qui constitue une mesure pertinente, ni sur la manière de répartir le travail de maintenance de l’infrastructure. La construction de l’infrastructure suscite ainsi des tensions, que les acteurs parviennent partiellement à réduire. C’est à cette seconde condition que les données citoyennes acquièrent une crédibilité auprès des autorités et de l’ensemble des acteurs engagés.

Figure 3. Schéma de l’infrastructure de mesure citoyenne de la qualité de l’air à Imperial

Figure 3. Schéma de l’infrastructure de mesure citoyenne de la qualité de l’air à Imperial

Source : schéma réalisé par Sylvain Parasie et François Dedieu

Politique de la calibration

44Dans le domaine de la pollution de l’air, les pratiques de calibration sont aujourd’hui très importantes pour convaincre les autorités de la qualité des données citoyennes (Pritchard, Gabrys, & Houston 2018). Avant même que les premiers capteurs soient installés à Imperial puis à San Ysidro, une équipe de chercheurs en sciences environnementales de l’Université de Washington a évalué la pertinence des mesures produites par les capteurs dans diverses conditions de température, de pollution ou d’humidité. Leur objectif est de stabiliser un traitement statistique permettant de transformer les données des capteurs en « mesures de qualité de l’air » crédibles pour les instances officielles. Cette opération n’a pas suscité de réserves chez les activistes locaux, qui veulent convaincre les autorités de surveillance de la qualité de leurs données.

45Lors d’expériences en laboratoire, Edmund Seto et son équipe étudient d’abord comment le même volume d’une substance polluante spécifique donne lieu à des mesures différentes par un même capteur en fonction de la température et de l’humidité. Ils en tirent des modèles statistiques, destinés à corriger les données produites par les capteurs citoyens en fonction des conditions auxquelles ils seront exposés. Mais ce premier travail, pourtant coûteux en ressources humaines et matérielles, s’est révélé insuffisant pour Seto et ses collègues. Satisfaisant au plan théorique, il ne pouvait à lui seul convaincre les autorités de la robustesse des mesures citoyennes. C’est pourquoi les chercheurs décident de sortir du laboratoire, et d’étalonner les capteurs sur le terrain, en les plaçant au même endroit que les stations officielles :

Le laboratoire n’est jamais le monde réel. En fin de compte, lorsque nous avons conçu nos projets à Impérial et à San Diego, nous avons dit « eh bien, nous devons faire la calibration sur le terrain ». Et cela prend du temps. Nous devons placer (les capteurs) à côté des stations du gouvernement, de sorte que nous les étalonnons en fonction des données du gouvernement, pendant plusieurs mois d’affilée. De cette façon, nous pourrons montrer aux gens, en particulier aux organismes gouvernementaux, à quel point les capteurs fonctionnent bien. Pas seulement pendant un mois d’hiver, mais aussi pendant tout l’hiver, le printemps, l’été, etc. (Edmund Seto, Université de Washington)

46Le fait d’étalonner les capteurs citoyens par rapport aux stations du gouvernement doit permettre de convaincre les autorités officielles de la robustesse des mesures. Des modèles de régression statistique ont ainsi été élaborés à partir des deux séries de mesures afin de corriger l’ensemble des mesures produites par les capteurs citoyens une fois installés de façon pérenne. Comme on le voit sur la figure 4, les mesures citoyennes et officielles, bien que produites dans des unités différentes, font apparaître des pics similaires. Les modèles statistiques ainsi conçus permettent de transformer les données des capteurs en « mesures de la qualité de l’air ».

47Ces opérations de calibration ont été relativement consensuelles parmi les acteurs engagés. La seule tension à noter a opposé les activistes du Comite Civico del Valle et l’EPA de Californie d’un côté, aux représentants du district d’Imperial de l’autre côté, dont les représentants ont refusé d’héberger les capteurs citoyens – de peur de donner une prise critique aux activistes locaux. Mais les responsables de l’EPA sont intervenus pour héberger les capteurs citoyens dans leurs propres stations.

Figure 4. Mesures de particules dans l’air réalisées par un capteur citoyen (en haut) et un capteur officiel (en bas) placés au même endroit à Calexico (Californie)

Figure 4. Mesures de particules dans l’air réalisées par un capteur citoyen (en haut) et un capteur officiel (en bas) placés au même endroit à Calexico (Californie)

Source : Edmund Seto

Trouver un toit pour chaque capteur

48Le choix de la localisation des capteurs a été plus disputé. D’un côté, les responsables de Casa Familiar et du Comite Civico del Valle désirent impliquer les habitants dans la localisation des capteurs : ceux-ci sont non seulement les seuls à savoir où résident les populations les plus vulnérables, et de quelle façon ils se déplacent dans la ville, mais ils savent aussi quel voisin acceptera d’héberger un capteur sur son toit ou dans son jardin. Dans un contexte où la majorité de la population ne considère pas la pollution de l’air comme un problème majeur, il est impératif à leurs yeux d’impliquer les résidents dans le choix des endroits où seront installés les capteurs. Mais de l’autre côté, les épidémiologistes, bien que désireux d’associer les habitants, mettent en avant leur expertise, appuyée sur des modélisations statistiques, pour définir les emplacements optimaux compte tenu des particularités de l’environnement. La famille de modèles la plus utilisée est appelée « land use regression » (cf. Hoek et al., 2008). À partir de mesures réalisées dans quelques dizaines d’endroits, ces modèles prédisent les niveaux de pollution attendus dans l’ensemble de la région, à partir de plusieurs variables (altitude, utilisation des sols, climat, densité de la population, etc.). C’est ce type de modèle qu’ont utilisé Seto et ses collègues :

Ce que fait le modèle land use regression, c’est qu’il estime à quoi ressemblerait la pollution de l’air à un endroit précis à partir d’autres endroits qui se trouvent dans des circonstances similaires et où nous avons des capteurs. Et c’est ce qu’il essaie de faire, c’est d’aider les gens là où il n’y a pas encore de capteur. C’est ce à quoi on peut s’attendre. (Edmund Seto, Université de Washington)

49Dans les cas d’Imperial et de San Ysidro, l’équipe dirigée par Paul English et basée à San Francisco a joué un rôle d’intermédiaire entre les habitants et les épidémiologistes de l’Université de Washington. Composée de spécialistes de l’intervention auprès des populations en matière de santé, cette équipe élabore un protocole qui réduit la tension entre des expertises concurrentes. Dans les deux villes, ils sont d’abord intervenus devant un « comité de résidents », dont les membres sont choisis par les responsables des mobilisations, pour leur expliquer les sources et mécanismes de la pollution. Puis ils ont demandé à ce comité de déterminer 20 endroits dans la ville qui sont soit les plus pollués, soit ceux où vivent des populations vulnérables :

Il n’y avait pas de critères précis, mais on leur a plutôt demandé : « Avez-vous l’impression qu’il y a beaucoup d’écoliers ou de personnes âgées, ou qu’ils sont vulnérables parce qu’il y a une source de pollution vraiment désagréable, ou qu’ils brûlent toujours des champs là-bas ? » (Paul English, Public Health Institute, San Francisco)

50C’est alors qu’ils ont sollicité Edmund Seto et ses collègues épidémiologistes pour déterminer 20 autres endroits à partir de l’état des connaissances sur la pollution dans la région, et de modélisations statistiques :

Et nous avons dit : « Vous savez, nous n’avons aucun capteur ici, à l’est et à l’ouest de la vallée. » Et comme nous supposions que beaucoup de polluants venaient de la frontière, nous voulions aussi installer plus de capteurs à la frontière. Et puis, il y a eu d’autres analyses statistiques du type « land use regression ». Il y a eu une analyse en composantes principales pour que nous soyons certains que nous tenions compte des différents types d’utilisation des sols. Nous avions un système d’information géographique, la surface de la couverture terrestre, et donc nous connaissions toutes les différentes utilisations des sols dans la vallée, et nous voulions nous assurer qu’elles étaient toutes représentées dans le modèle. Et c’est à partir de toutes ces informations que Graham a trouvé quelques sites candidats pour placer vingt autres capteurs. (Paul English, Public Health Institute, San Francisco)

51Enfin, Paul English et ses collègues ont à nouveau sollicité le comité de résidents afin qu’ils identifient et tentent de convaincre des habitants d’héberger les capteurs sur leur propriété et d’en prendre soin. À cette dernière étape, les emplacements peuvent à nouveau changer selon que les habitants acceptent d’héberger les capteurs, ou qu’il est nécessaire de leur trouver un autre toit plus accueillant. Cette façon de choisir l’emplacement des capteurs a ensuite été répliquée à San Ysidro, et érigée en méthode auprès de la communauté académique (cf. English et al., 2017). Élaborée par des spécialistes de la recherche citoyenne, elle a permis de concilier l’expertise des habitants et celle des épidémiologistes.

Maintenance et contrôle sur les données

52La recherche a mis l’accent sur l’importance du travail, souvent invisible, qui est indispensable au fonctionnement d’une infrastructure (Star, 1999 ; Denis & Pontille, 2015). Ici, la maintenance de l’infrastructure est une préoccupation de l’ensemble des acteurs engagés, mais c’est aussi un sujet de tension entre activistes et instances officielles. Au moment de l’enquête, les capteurs citoyens sont en place depuis 10 mois à Imperial et 4 mois à San Ysidro. Pour Edmund Seto, la robustesse des données n’est pas garantie pour les années à venir :

Je suis toujours assez inquiet. Je veux dire, ces réseaux sont encore des bébés. Nous avons montré comment ils se comportaient au cours de la première année d’exploitation, mais rien ne garantit que ces choses fonctionneront indéfiniment. De sorte que nous devons constamment penser à recalibrer, à revalider… et qui entretient ces réseaux ? Donc, si personne ne continue d’examiner la qualité des données, je pense que vous ne pourrez pas faire confiance aux données de ces réseaux. (Edmund Seto, Université de Washington)

53L’équipe de l’Université de Washington procède donc à une vérification quotidienne des données, qui sont ensuite envoyées à l’EPA de Californie. Ce travail de maintenance est également pris en charge par les membres du Comite Civico del Valle qui possèdent la propriété des capteurs et des données produites (cf. figure 3). Ils s’assurent que les capteurs disposent des logiciels adéquats pour que les données soient envoyées aux serveurs, et qu’ils soient bien reliés au réseau. Humberto Lugo, qui pilote la surveillance quotidienne à Imperial, et dont le salaire est pris en charge par un financement octroyé par l’EPA, nous explique qu’il est nécessaire de consulter les données tous les jours, afin de repérer d’éventuelles incohérences. S’il constate qu’un capteur produit des mesures incohérentes – c’est-à-dire des mesures qui ne correspondent pas à ce qu’il attend lui-même compte tenu de l’heure, de la saison et des conditions météorologiques –, il le désactive via son téléphone ou son ordinateur, avant de se rendre sur place et de procéder à une réparation.

Oui, nous avons pas mal de problèmes quotidiens. Nous devons nous assurer que nous avons le bon logiciel parce que celui-ci continue d’être mis à jour régulièrement, et nous devons nous assurer que nous continuons de mettre à jour nos moniteurs. […] Mais la plupart des 40 moniteurs sont en place. Les problèmes qui surviennent parfois le plus souvent aujourd’hui sont les problèmes de réseaux. Tu sais, je dois m’assurer que ça fonctionne. (Humberto Lugo, Comite Civico del Valle, Imperial)

54Cette division du travail de maintenance est toutefois problématique. Les activistes d’Imperial conservent la propriété de l’infrastructure – capteurs, serveurs et site web –, mais ils ont peu de prises sur la façon dont les données des capteurs sont transformées en mesures de la qualité de l’air. C’est l’Université de Washington qui détient le code informatique permettant de faire cette transformation. De la même manière, c’est l’équipe de Seto qui se charge de l’analyse de données, les militants locaux ayant peu de compétences en la matière. Or les responsables de l’association veulent participer plus étroitement à l’ensemble de la chaîne de production des mesures, ce à quoi l’équipe d’Edmund Seto a répondu en formant plusieurs habitants d’Imperial au contrôle des données :

À Imperial, nous avons eu des séances de formation où nous avons partagé, avec nos partenaires locaux, le code informatique que nous avons élaboré pour nos capteurs et même nos serveurs. Notre objectif, c’est que tout ait été transféré à la fin de cette année. […] Nous avons [aussi] essayé d’établir un budget avec une sorte d’analyste de données, même si on ne sait pas qui serait cette personne. Elle devrait être en charge de contrôler les données, de repérer quand elles sont incohérentes et d’assurer l’entretien. […] Il n’y a aucune raison qu’un membre de la communauté locale ne soit pas en mesure de jouer ce rôle. (Edmund Seto, Université de Washington)

55Au moment de l’enquête, toutes les tensions n’ont pas disparu, et les modalités de la division du travail de maintenance ne sont pas stabilisées. La décentralisation totale du contrôle des mesures semble toutefois se heurter aux ressources limitées de la mobilisation, et à la nécessité de valider au jour le jour les données envoyées aux instances officielles de Californie. L’appropriation de l’infrastructure par les instances officielles, via la monopolisation du contrôle sur les données, reste un scénario possible qui effraie les militants.

56La production de mesures citoyennes à partir de capteurs numériques s’appuie donc sur une infrastructure dont la mise en place suscite des tensions entre les acteurs. Il apparaît que les données citoyennes sont susceptibles d’acquérir une crédibilité auprès des instances officielles que si cette infrastructure intègre un ensemble de compromis. D’un côté, il s’agit pour les autorités de s’assurer de la coopération des habitants – laquelle est indispensable pour pouvoir produire des mesures citoyennes – en valorisant leurs expertises de la pollution de l’air. D’un autre côté, il s’agit pour les militants d’accepter que les autorités exercent un contrôle sur les données citoyennes et leur transformation en mesures de la qualité de l’air – même s’ils veulent en réduire l’étendue.

Conclusion

57Si l’intérêt des activistes locaux pour la mesure de la pollution de l’air est un phénomène ancien (Ottinger, 2010), le recours à des capteurs numériques transforme la façon dont se construit la crédibilité des mesures citoyennes auprès des instances officielles. Non parce que les citoyens ou les militants seraient en mesure de produire par eux-mêmes des mesures plus objectives de leur environnement – au contraire, la crédibilité des données citoyennes produites à partir des capteurs est d’emblée fragile ou faible. Mais plutôt parce que le déploiement des capteurs rend possibles des formes inédites de coopération entre activistes, scientifiques et régulateurs. Les capteurs citoyens peuvent ainsi être calibrés et étalonnés vis-à-vis des stations officielles tandis que les données produites par ces capteurs font l’objet d’une surveillance continue de la part des instances scientifiques. Les chercheurs jouent ici un rôle majeur, en rendant possible, comme à Imperial, de nouvelles alliances entre activistes locaux et autorités californiennes, en opposition aux autorités locales accusées d’être laxistes vis-à-vis des industriels.

58Le recours à des capteurs numériques modifie-t-il la tension, éprouvée par les mobilisations de science citoyenne, entre critique des autorités de surveillance et alignement sur les standards métrologiques officiels ? La littérature encore peu fournie sur le sujet apporte quelques réponses. Jennifer Gabrys et ses collègues observent que des données citoyennes, bien que non conformes aux standards métrologiques officiels, peuvent ouvrir un espace partagé de discussion avec les autorités (Gabrys, Pritchard, & Houston, 2018). Mais on en sait encore très peu sur les facteurs qui rendent possible l’émergence de tels « espaces partagés de discussion ». C’est ce à quoi contribue notre article. L’enquête sur les trois mobilisations californiennes fait apparaître deux conditions minimales : que les instances scientifiques et réglementaires voient dans le capteur citoyen un instrument de connaissance et de gouvernement ; et que soit construite une infrastructure de mesure qui favorise une série d’accords entre les différentes parties prenantes afin de relativiser les tensions entre les activistes et les autorités.

59Les réseaux de capteurs qui se constituent ainsi sont fondamentalement hybrides, les autorités officielles et scientifiques jouant un rôle majeur en apportant des ressources et en participant de près à la production des mesures. Dans les cas que nous avons étudiés, ces réseaux demeurent toutefois « citoyens » dans la mesure où les activistes locaux conservent la propriété des capteurs et jouent un rôle central dans la maintenance de l’infrastructure. Sans qu’il soit garanti une fois pour toutes, le caractère « citoyen » de ces réseaux hybrides est au cœur des préoccupations des acteurs.

60Le processus vers une institutionnalisation des capteurs citoyens est loin d’être achevé, et les formes mêmes de cette institutionnalisation peuvent être très diverses. C’est pourquoi les enquêtes de sciences sociales sont ici importantes, de façon à identifier les nouvelles formes d’asymétrie et de coopération qui sont susceptibles d’émerger dans des contextes politiques, scientifiques et institutionnels particuliers.

Cette enquête a été réalisée dans le cadre de l’ANR INNOX (« Innovation dans l’expertise. La modélisation et la simulation comme mode d’action publique ») coordonnée par David Demortain.

Inicio de página

Bibliografía

Bullard, R. (dir.) (2005). The quest for environmental justice: human rights and the politics of pollution. San Francisco: Sierra Club Books.

Carpenter, D. (2014). Reputation and power: organizational image and pharmaceutical regulation at the FDA. Princeton: Princeton University Press.

Charvolin, F., Frioux, S., Kamoun, L., Mélard, F., & Roussel I. (2015). Un air familier ? Sociohistoire des pollutions atmosphériques. Paris : Presses des Mines.

Denis, J. & Pontille, D. (2015). Material ordering and the care of things. Science, Technology & Human Values, 40(3), 338-367.

Desrosières, A. (2008). Les qualités des quantités. Comment gérer la tension entre réalisme et conventionnalisme ? In C. Lemieux & M. de Fornel (dir.), Naturalisme versus constructivisme (pp. 271-292). Paris : Éditions de l’Ehess.

English, P. B., Olmedo, L., Bejarano, E. et al. (2017). The Imperial County Community Air Monitoring Network: a model for community-based environmental monitoring for public health action. Environmental Health Perspectives, 125(7), 074501.

Frickel, S., Gibbon, S., Howard, J., Kempner, J., Ottinger, G., & Hess, D. J. (2010). Undone science: charting social movement and civil society challenges to research agenda setting. Science, Technology, & Human Values, 35(4), 444-473.

Gabrys, J., & Pritchard, H. (2018). Just Good Enough Data and Environmental Sensing: Moving Beyond Regulatory Benchmarks toward Citizen Action. International Journal of Spatial Data Infrastructures Research, 13, 4-14.

Gabrys, J. (2016). Program earth: Environmental sensing technology and the making of a computational planet. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Gooding, D., Pinch, T., & Schaffer, S. (dir.) (1989). The Uses of Experiment: Studies in the Natural Sciences. Cambridge: Cambridge University Press.

Hess, D. J. (2016). Undone science: Social movements, mobilized publics, and industrial transitions. Cambridge, MA: MIT Press.

Hoek, G., Beelen, R., De Hoogh, K., Vienneau, D., Gulliver, J., Fischer, P., & Briggs, D. (2008). A review of land-use regression models to assess spatial variation of outdoor air pollution. Atmospheric Environment, 42(33), 7561-7578.

Irwin, A. (1995). Citizen Science: A study of people, expertise, and sustainable development. London: Routledge.

Jouzel, J.-N. (2018). L’usage contrôlé des pesticides. Sociologie d’un mythe d’action publique. Mémoire d’habilitation en sociologie, Paris : Sciences Po.

Kumar, P., Morawska, L., Martani, C., Biskos, G., Neophytou, M., Di Sabatino, S. & Britter, R. (2015). The rise of low-cost sensing for managing air pollution in cities. Environment International, 75, 199-205.

LCSQA (2018). Premier essai national d’aptitude des micro-capteurs pour la surveillance de la qualité de l’air. Synthèse des résultats. Disponible à l’adresse : https://www.lcsqa.org/system/files/rapport/LCSQA2017-CILmicrocapteurs-synthese_resultats.pdf.

Lewis, A. & Edwards, P. (2016). Validate personal air-pollution sensors. Nature News, 535(7610), 29.

Lioy, P. & Weisel, C. (2014). Exposure Science: Basic Principles and Applications. Londres: Academic Press.

Mah, A. (2017). Environmental justice in the age of big data: challenging toxic blind spots of voice, speed, and expertise. Environmental Sociology, 3(2), 122-133.

Osadtchy, C. (2016), Mesurer la pollution : de la prévention des risques environnementaux à la territorialisation par l’action publique environnementale. Terrains & travaux, 28, 63-83.

Ottinger, G. (2010). Buckets of resistance: Standards and the effectiveness of citizen science. Science, Technology, & Human Values, 35(2), 244-270.

Ottinger, G. (2016). Social movement-based citizen science. In Cavalier, D., Kennedy, E.B. (dir.). The rightfull place of science: citizen science (pp. 89-103). Tempe, AZ and Washington, DC: Consortium for Science, Policy and Outcomes.

Parasie, S. (2013). Des machines à scandale. Éléments pour une sociologie morale des bases de données. Réseaux, 178, 127-161.

Plantin, J.-C. (2015). The politics of mapping platforms: participatory radiation mapping after the Fukushima Daiichi disaster. Media, Culture & Society, 37(6), 904-921.

Pritchard, H., Gabrys, J., & Houston, L. (2018). Re-calibrating DIY: Testing digital participation across dust sensors, fry pans and environmental pollution. New Media & Society, 20(12), 4533-4552.

Shapin, S. 1995. Cordelia’s love: Credibility and the Social Studies of Science. Perspectives on Science, 3(3), 255-275.

Snyder, E. G., Watkins, T. H., Solomon, P. A., Thoma, E. D., Williams, R. W., Hagler, G. S., & Preuss, P. W. (2013). The changing paradigm of air pollution monitoring. Environmental Science & Technology, 47(20), 11369-11377.

Star, S. L. (1999), The ethnography of Infrastructure. American Behavioural Scientist, 43(3), 377-391.

Vogel, D. (2019). California Greenin’: How the Golden State Became an Environmental Leader. Princeton University Press.

Inicio de página

Notas

1 Cf. OMS (2005), « Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air – mise à jour mondiale 2005 ». Disponible à l’adresse : https://www.who.int/phe/health_topics/outdoorair/outdoorair_aqg/fr/.

2 Le capteur a sa propre page web, maintenue par l’association et qui diffuse des mesures mises à jour toutes les cinq minutes.

3 Voir par exemple la présentation de Ron Williams (2019), de l’U.S. Environment Protection Agency, disponible à l’adresse : https://www.epa.gov/sites/production/files/2019-04/documents/2019_sensors_update.pdf.

4 Une évaluation récente conduite par le ministère de la Transition écologique concluait qu’aucun microcapteur disponible sur le marché ne respecte les objectifs de qualité de données des Directives européennes en vigueur pour la mesure de la qualité de l’air (LCSQ, 2018).

5 L’étude d’Ottinger (2010) documente cette tension à partir du cas d’une mobilisation d’habitants afro-américains de Louisiane, qui installent des « seaux » aspirant l’air ambiant à proximité d’une usine. Si les militants parviennent à attirer l’attention des autorités en produisant des mesures à partir d’échantillons qui sont analysés selon les standards officiels, ils veulent mesurer des pics de pollution alors que les autorités considèrent seulement les mesures moyennes comme étant recevables.

6 Ces militants occupent des positions de direction au sein des trois associations : le West Oakland Environmental Indicators Project (West Oakland) ; Casa Familiar (San Ysidro) ; Comite Civico Del Valle (Imperial).

7 Au niveau de l’EPA de Californie, nous avons interrogé le responsable en charge du contrôle de la qualité de l’air, une conseillère scientifique ainsi qu’un cadre de l’Office of Environmental Health Hazard Assessment. Au niveau du comté d’Imperial, nous avons interrogé la responsable ainsi qu’un officier et un technicien du Air Pollution Control District.

8 Au moment de l’enquête, les deux mobilisations ont mis en place un réseau de capteurs (40 à Imperial, 10 à San Ysidro) qui produisent des mesures en temps réel, consultables sur des sites web dédiés (cf. figure 2).

9 M. Gordon est une ancienne conseillère scolaire, tandis que B. Beveridge est un réalisateur de films passionné de science.

10 Instrument électronique qui mesure la concentration de particules en suspension dans l’air ambiant. En projetant de la lumière sur un filtre sur lequel se sont déposées des particules, il compte les points noirs qui absorbent cette lumière.

11 Le district d’Imperial reconnaît que les mesures de la qualité de l’air ne correspondent pas aux seuils fixés par la loi, mais demande à en être exempté au motif que la pollution locale serait importée du Mexique.

12 Au moment de l’enquête, les activistes de West Oakland n’avaient pas encore stabilisé un réseau de capteurs produisant des données quotidiennes. C’est pourquoi la suite de l’article se concentre sur les cas d’Imperial et de San Ysidro.

13 Le coût d’une station officielle est estimé à plusieurs centaines de milliers de dollars, tandis que le prix d’un capteur se situe à plusieurs centaines de dollars.

14 Pour l’EPA de Californie, on peut supposer que les capteurs citoyens apparaissent aussi comme un moyen d’apaiser les critiques qui lui sont adressées, et donc de maintenir sa réputation. Sur l’importance pour les agences de maintenir leur réputation (cf. Carpenter, 2014).

15 Ces professionnels vivent alors une tension bien décrite par Alain Desrosières. En public, ils défendent le réalisme de leurs mesures, tout en reconnaissant en coulisse que ces mêmes mesures dépendent de conventions (Desrosières, 2008).

16 Ce domaine scientifique apparaît aux États-Unis dans les années 1950 quand des toxicologues commencent à mesurer l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides (Jouzel, 2018).

17 Un biomarqueur est un changement observable ou mesurable au niveau moléculaire, biochimique, cellulaire ou physiologique, qui révèle l’exposition présente ou passée d’un individu à un polluant.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Figure 1. Un « capteur citoyen » de qualité de l’air à San Ysidro (juin 2017)
Leyenda Photo prise par les auteurs sur le toit des locaux de l’association Casa Familiar, à San Ysidro. En compagnie de David Flores, le responsable de l’association.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2554/img-1.png
Ficheros image/png, 1,2M
Título Figure 2. La qualité de l’air mesurée à l’école élémentaire de Heber (comté d’Imperial), le 06/09/2019 à 6 h 23 du matin
Créditos Source : capture de la page web https://ivan-imperial.org/​air/​27
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2554/img-2.png
Ficheros image/png, 116k
Título Figure 3. Schéma de l’infrastructure de mesure citoyenne de la qualité de l’air à Imperial
Créditos Source : schéma réalisé par Sylvain Parasie et François Dedieu
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2554/img-3.png
Ficheros image/png, 1,1M
Título Figure 4. Mesures de particules dans l’air réalisées par un capteur citoyen (en haut) et un capteur officiel (en bas) placés au même endroit à Calexico (Californie)
Créditos Source : Edmund Seto
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/2554/img-4.png
Ficheros image/png, 429k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sylvain Parasie y François Dedieu, « À quoi tient la crédibilité des données citoyennes ? »Revue d’anthropologie des connaissances [En línea], 13-4 | 2019, Publicado el 01 diciembre 2019, consultado el 30 marzo 2020. URL: http://journals.openedition.org/rac/2554

Inicio de página

Autores

Sylvain Parasie

Professeur de sociologie à Sciences Po et chercheur au Médialab, ses travaux portent sur la façon dont les technologies numériques transforment les manières de s’informer, de débattre et de s’engager dans l’espace public. Ses recherches portent également sur les méthodes de l’enquête numérique.

Adresse : Médialab, Science Po, 27 rue Saint-Guillaume, FR-75007 Paris (France)
Courriel : sylvain.parasie[at]sciencespo.fr

François Dedieu

Chargé de recherche en sociologie à l’INRA et chercheur au LISIS (laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés). Ses travaux portent sur l’action publique dans les domaines agricole et environnemental. Il s’est intéressé récemment à la production de l’ignorance au sein de la gestion publique des pesticides agricoles.

Adresse : LISIS, 5 boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, FR-77454 Marne-la-Vallée Cedex 02 (France)
Courriel : francois.dedieu[at]inra.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals