Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-1VariaL’idée de la « mécanologie » à tr...

Varia

L’idée de la « mécanologie » à travers le XXème siècle

Production, réception et circulation d’un savoir anatopique
The idea of “mechanology” through the 20th century. The production, reception, and circulation of anatopic knowledge
La noción de «mecanología» a lo largo del siglo XX. Producción, recepción y circulación del conocimiento anatópico
Ghislain Thibault

Résumés

Cet article retrace la production, réception et circulation de l’ouvrage Réflexions sur la science des machines, de Jacques Lafitte, paru en 1932. En complément des nombreux travaux qui ont abordé la valeur théorique des idées véhiculées dans cet ouvrage, cet article propose de suivre le parcours géographique du livre. Dans la première partie, l’article introduit la notion de connaissance en transit, proposée par James Secord, et celle des lieux de savoir de Christian Jacob. Ensuite, en suivant le cas de Réflexions sur la science des machines, l’article s’engage à analyser les conditions matérielles qui ont permis à l’idée de mécanologie de circuler pendant près d’un siècle. Enfin, l’article introduit le concept de « savoir anatopique » pour expliquer la trajectoire parfois ambiguë de l’ouvrage. Cet article contribue, dans un premier temps, à approfondir l’histoire du champ de la philosophie des techniques en proposant une relecture des lieux et des artefacts via lesquels l’idée de mécanologie a émergé et circulé. Dans un deuxième temps, l’article contribue aussi aux débats en histoire des sciences en mettant au travail, méthodologiquement et épistémologiquement, les cadres analytiques de la connaissance en transit et des lieux de savoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Certains livres fascinent. Qu’ils soient trouvés par hasard sur les étagères inférieures d’une bibliothèque universitaire ou joliment exposés dans la vitrine d’un antiquaire, certains livres opèrent un pouvoir d’attraction plus grand que d’autres. Du point de vue du collectionneur, si l’on en croit Krzysztof Pomian sur la question, l’attrait d’un livre vient aussi des caractéristiques uniques du livre en tant qu’objet : une reliure particulière, un ex-libris, une erreur d’impression (Pomian, 1987, p. 72). La rareté est l’une des clés de la curiosité, nous dit Pomian. Or, dans le cas du livre, cette rareté est plutôt paradoxale, les livres étant le produit de la reproductibilité technique. On pourrait même penser qu’à mesure où il accomplit ce qu’ambitionne tout livre – joindre un vaste lectorat, être reconnu par la critique, être cité, traduit et réédité – un livre perd aussi son potentiel à être une « curiosité ».

  • 1 Ci-après Réflexions. Je cite dans ce texte l’édition rééditée par Vrin en 1972.

2Voilà qui dresse la toile de fond du destin d’un livre publié en 1932, Réflexions sur la science des machines,1 de l’architecte français Jacques Lafitte (1886-1966). Il s’agit d’un ouvrage relativement mineur, difficile à trouver, peu lu et peu cité. Or, ce livre a été l’objet d’une curiosité singulière depuis sa publication. À plusieurs reprises au fil des décennies depuis sa publication, ce livre a interpellé et fasciné des communautés de lecteurs. Plusieurs ont voulu se l’approprier, en être les gardiens ou les promoteurs, se surprenant que Réflexions ait pu être demeuré aussi longtemps méconnu. Pourtant, la « découverte » d’un livre extraordinaire, mais resté dans l’ombre, porte en elle le signe d’une double précaution : soit le livre est en effet génial et vous êtes très chanceux d’en devenir le porte-voix, soit le livre n’est pas génial du tout et vous êtes un lecteur naïf, à l’esprit d’antiquaire.

3Si la trajectoire de ce livre fait échos aux débats et aux problématiques de la Revue d’anthropologie des connaissances, c’est que Réflexions est un essai ambitieux qui proposait la fondation d’un nouveau champ disciplinaire universitaire, une science des machines nommée la « mécanologie ». C’est cette proposition qui a intéressé ses lecteurs, d’Emmanuel Mounier à Simone Weil, en passant par Gilbert Simondon et Carl Mitcham. Une tentative de réhabiliter le texte de Jacques Lafitte dans les années 1960 et 1970 a également été la source d’efforts laborieux de deux Canadiens, Jean Le Moyne et John Hart. Ces derniers ont traduit Réflexions en anglais, créé un Centre sur la mécanologie, fondé Les presses de la mécanologie, et organisé deux colloques à Paris (1971 et 1976) au sujet de la mécanologie et à la mémoire de Lafitte. C’est justement au contact de Hart et Le Moyne vers la fin des années 1960 que Gilbert Simondon a été exposé au texte de Jacques Lafitte, qu’il ne connaissait pas. Avec un enthousiasme prudent, Simondon intègre – en les retravaillant – certaines idées de Lafitte à ses propres réflexions, qu’il expose dans son cours « L’invention et le développement des techniques (1968-1969) », et conseille à ses étudiants la lecture des Réflexions. Enfin, l’attention renouvelée pour les travaux de Simondon depuis le milieu des années 2000 a ranimé la curiosité pour les Réflexions de Lafitte. Le concept de mécanologie est désormais opérationnalisé comme cadre analytique pour penser divers aspects de la réalité technique, notamment les algorithmes (Rieder, 2020) ou la ville (Gey, 2012), dans des démarches articulant les théories simondonniennes sur la genèse de la réalité technique et l’importance pour la culture générale d’intégrer une connaissance de la technique.

4La circulation de l’idée de mécanologie du début du XXe siècle jusqu’à nous s’est effectuée avec l’aide de différents « passeurs », mais aussi de différents artefacts. La trajectoire de l’idée de mécanologie est notamment indissociable de la publication et de la circulation de Réflexions sur la science des machines. L’ambition de cet article n’est pas de faire l’exégèse de Réflexions, ni d’ériger la mécanologie comme cadre théorique pour penser les techniques aujourd’hui. Plutôt, dans une perspective d’histoire des sciences, je m’intéresse aux conditions matérielles de la circulation de l’idée de mécanologie au cours du dernier siècle. Depuis quel(s) lieu(x) l’idée de mécanologie émerge-t-elle ? Et par où a-t-elle transité pour arriver jusqu’à nous ? Trois arguments structurent cet article. D’abord, je défends l’argument, à la suite des travaux de James Secord (Secord, 2004) et de Christian Jacob (2014), que l’histoire intellectuelle peut faire l’objet d’une analyse des matérialités et des itinéraires empruntés par les idées. Ainsi, la visibilité et la prévalence d’un savoir au sein d’un champ disciplinaire n’incombent pas exclusivement à l’évaluation d’une valeur épistémique reconnue par les pairs, mais aussi aux conditions matérielles permettant son expression et sa diffusion. La question de l’espace peut ainsi être considérée comme une variable importante en historiographie, complémentaire à celle de temps chronologique. Ce cadre analytique est ensuite mobilisé pour revenir sur le cas de la mécanologie dans les trois sections d’analyse de l’article. En conclusion, je propose de revenir sur le parcours atypique de Réflexions dans une perspective géographique en introduisant le concept de « savoir anatopique ».

La connaissance en transit et les lieux de savoir

5Dans sa conférence plénière de la History of Science Society en 2004, James Secord proposait une théorie sur la « connaissance en transit » (knowledge in transit). D’abord, il reconnaissait l’ampleur du tournant socioconstructiviste qui s’est effectué en histoire et en sociologie des sciences dans les années 1980 et 1990, consistant à considérer la production de la connaissance comme un ensemble de pratiques situées (Secord, 2004, p. 657). Il mentionne au passage les travaux fondateurs de Latour et Woolgar sur le laboratoire (Latour & Woolgar, 1979), d’Haraway sur la connaissance située (Haraway, 1988), de Shapin et Schaffer sur les controverses scientifiques (Shapin & Schaffer, 1993) et ceux de Pickering sur la science comme culture (Pickering, 1992). Cette branche de l’histoire des sciences a en effet permis de reconnaître les contingences locales par lesquelles une connaissance vient à s’imposer comme valide au sein de diverses communautés. Selon Secord, il est de plus en plus difficile de défendre un positivisme d’après lequel la connaissance est un ensemble fermé, imperméable à la culture sociale des acteurs la produisant, et qui s’impose simplement « parce qu’elle est vraie » (Secord, 2004, p. 655).

6Nous invitant à ouvrir ces travaux sur de nouvelles pistes méthodologiques et théoriques, Secord suggère de passer de la notion de « connaissance en contexte », telle qu’elle est théorisée par les approches socioconstructivistes, à celle de « connaissance en transit ». Voici l’essentiel de son argument : la production de la connaissance scientifique doit être pensée comme une forme de communication (2004, p. 655). La culture scientifique moderne valorise en effet les savoirs qui « circulent » et le plus souvent, sous la forme de textes lus et cités. Or, nous dit Secord, alors que les sociologues, philosophes et historiens des sciences ont investi la vie des laboratoires, étudié les instruments scientifiques, analysé les controverses scientifiques, peu a été dit sur les formes matérielles de la construction de la connaissance en sciences humaines. La prise de notes, la lecture de la littérature pertinente, la préparation de communications à des colloques savants, les correspondances entre collaborateurs, les discussions entre collègues, l’évaluation des travaux par les pairs, le principe de citations ; toutes ces activités sont partie prenante de ce que signifie produire des connaissances en sciences sociales. En reprenant la formulation d’Arjun Appadurai (1988) au sujet des « choses-en-mouvement » (things-in-motion), Secord souligne que les connaissances ne circulent pas librement dans une sorte d’éther, désincarnées, mais bien au moyen de dispositifs techniques, comme des livres et des articles (2004, p. 665). L’invitation de Secord est triple : surmonter les limites des approches socioconstructivistes dont les analyses sont parfois trop locales ; dépasser les frontières disciplinaires à l’aide d’une conceptualisation matérielle du savoir ; et enfin, repenser la production de la connaissance en tant qu’acte de communication, et éventuellement de sa transmission via les lieux géographiques et sociaux par lesquelles elle transite.

7L’invitation de Secord peut être recontextualisée aujourd’hui comme faisant partie d’un ensemble de démarches connexes en histoire des sciences, notamment celles ayant analysé les matérialités, les pratiques et les activités de production du savoir scientifique, comme l’a proposé la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 2005 ; Lenoir 1998). Depuis la publication de Secord, et sans nécessairement constituer des réponses directes à son invitation, plusieurs programmes de recherche ont abordé la question de la circulation géographique des savoirs et l’objectivation de la connaissance, par exemple dans le champ de la « géographie de la connaissance » (Finnegan, 2008 ; Hammar et al., 2018 ; Livingstone 2010 ; Powell, 2007 ; Östling et al., 2018 : Thrift, 2006). La proposition de Secord résonne aussi dans le projet Les Lieux de savoir (2007, 2011), dirigé par Christian Jacob, où de nombreux contributeurs explorent différents lieux, gestes et objets constitutifs des savoirs. En abordant les savoirs comme le « produit de pratiques et opérations multiples sur le plan mental, discursif, technique et social » (2014, p. 24), Jacob propose qu’une analyse constructiviste de la production des savoirs, ancrée dans un « tournant pratique » (practice turn), constitue une troisième voie entre les approches internaliste et externaliste qui ont marqué l’histoire des sciences depuis longtemps.

8À la suite de Secord et de Jacob, cet article propose qu’un concept comme celui de la mécanologie n’existe pas sous une forme éthérée, mais s’est matérialisé dans divers artefacts l’ayant objectivé. L’artefact central à cet article est le livre Réflexions sur la science des machines. Voici ma proposition : suivre le livre pas à pas à travers le XXe siècle dans ses lieux de production, de diffusion et de réception. Non seulement cette démarche permettra de documenter, pour les philosophes de la technologie qui s’y intéressent, les lieux habités et lieux souhaités de l’œuvre de Jacques Lafitte, mais elle servira aussi à explorer le potentiel méthodologique de la théorie de la connaissance en transit. Les nombreux chercheurs qui ont abordé Réflexions proposent dans l’ensemble une herméneutique du texte pour en replacer les propositions dans une généalogie de la philosophie des techniques ou encore pour le mettre au travail afin de penser des enjeux contemporains (Caronzzini, 2009 ; Guchet, 2008 ; Guffroy & Bontems, 2018 ; Mitcham 1994 ; Vidler 1999). Sans s’opposer à ces approches, au contraire, cet article vise à les enrichir avec une analyse ancrée dans une réflexion sur les « lieux » de production, de circulation et de réception de cet artefact qui aura été indispensable à la manifestation et la persistance de l’idée de mécanologie. Et puisque la mécanologie est une science sociale, comme le proposait Jacques Lafitte, cette exploration participe aussi à voir dans quelle mesure les approches ancrées dans les pratiques de production des savoirs, le plus souvent appliquées aux sciences de la nature, peuvent nous outiller à penser aussi l’histoire des sciences sociales et humaines (Chaubet 2014; Loeve et al., 2017). La démarche permet de dégager le problème complémentaire de l’importance des lieux dans la négociation de la validité et de la valeur d’une proposition épistémologique, notamment lorsqu’il s’agit d’une connaissance produite « hors les murs » des institutions universitaires, comme c’est le cas ici.

Comment invente-t-on une science ?

  • 2 Ces notes biographiques viennent pour partie du mémoire de Stéphanie Dudek (2004).

9Dans le prologue de Réflexions sur la science des machines, son auteur affirme que sa rédaction aura pris près de deux décennies. Élevé dans le confort d’une famille bourgeoise à Mondrepuis, Jacques Lafitte entame en 1905, à 19 ans, ses études à l’École des Arts et Métiers de Lille pour devenir ingénieur. C’est à cette date qu’il a commencé à développer les idées centrales de Réflexions, marquant le début de ce qu’il nomme poétiquement une vie en « communion quotidienne » avec les machines » (Lafitte, 1972, p. 9). Autour de 1910, Jacques Lafitte emménage chez ses frères, à Paris. Son frère Paul, peintre, avait de nombreux contacts au sein du milieu artistique et intellectuel de la ville, et c’est au contact de ce réseau qu’il publie ses premiers articles, notamment une courte histoire des moteurs hydrauliques pour La Nature (Lafitte, 1909) et un article sur le taylorisme pour le Larousse mensuel (Lafitte, 1914). À la mort de leur père, en 1923, Jacques et Henri reprennent le cabinet d’architecture familial à Lille, les efforts de reconstruction après la Grande Guerre leur assurant de nombreux contrats. Vers 1930, Jacques Lafitte commence à s’impliquer au sein d’associations, y occupant des postes administratifs, notamment en siégeant au conseil d’administration de deux associations nationales d’architectes, la Fédération des architectes du nord, et le Syndicat des architectes agréés.2

  • 3 Il écrit dans ses notes, le 25 avril 1933 : « J'aimerais trouver ma récompense dans ce monde, ma ré (...)

10C’est en marge de sa carrière d’architecte que Lafitte va rédiger Réflexions sur la science des machines, dont la publication se conclue aux Cahiers de la nouvelle journée en 1932. Selon Jacques Guillerme, l’un des derniers historiens à avoir eu accès aux archives personnelles de Lafitte au début des années 1970, Lafitte avait déjà présenté les grandes lignes du livre avant la guerre; une version dactylographiée ayant aussi circulé dès 1919. L’écriture de Réflexions est donc un projet personnel auquel l’auteur n’a pas pu se consacrer à temps plein,3 ce qui explique sans doute la lenteur de son achèvement.

11Les Cahiers de la nouvelle journée, édités par la maison d’édition Bloud et Gay, faisaient partie d’un réseau de publications qui constituaient durant l’entre-deux-guerres les canaux des idées promouvant le retour en France de mouvements chrétiens politiques et intellectuels, qu’on pense à La Vie Catholique, Politique, L’Aube ou encore Esprit. La maison Bloud et Gay se spécialisait dans les publications d’auteurs associés à la gauche chrétienne, et notamment autour du sillonnisme, comme Maurice Blondel, Lucien Laberthonnière et Paul Archambault. Les Cahiers de la nouvelle journée y ont été publiés sur une vingtaine d’années, entre 1924 et 1945 et plus d’une cinquantaine d’ouvrages y ont vu le jour (Mayeur 1966 ; Palau 1995). L’ambition et la portée des thématiques abordées par les Cahiers était tout à la fois théologique, politique et philosophique. Le milieu intellectuel catholique français qui orbite alors autour des Cahiers constituait une passerelle vers le milieu académique, qui est notamment interpellé par Lafitte dans Réflexions. La republication d’un extrait de Réflexions dans la Revue de Synthèse en 1933 et les rapprochements de Lafitte avec les intellectuels autour de la revue Esprit, fondée par Emmanuel Mounier, est aussi un indice du désir de Lafitte d’entrer en dialogue avec le monde universitaire, auquel il n’appartient pas. Lafitte invite en effet les universitaires à la création d’une branche de la sociologie entièrement vouée à la question des techniques, qu’il nomme « mécanologie ». Avant lui, l’utilisation du terme « mécanologie » en français est rarissime : dans un article sur l’enseignement de la mécanique, un rédacteur des Nouvelles annales de mathématiques parle de Poncelet comme du « premier mécanologue » du siècle et définit la mécanologie comme la « ‘science des machines’ où l’on s’enquiert principalement de MV2 et subsidiairement de MV » (« Note sur l’enseignement de la mécanique », 1861, p. 57). Lafitte a donc toute la liberté de donner une direction conceptuelle à ce terme, puisqu’il ne recouvre pas un champ d’études établi.

  • 4 Pour une synthèse, voir Mitcham (1979), Guffroy & Bontems (2018) et Hayward & Thibault (2021).

12Dans Réflexions, Lafitte fait le constat que le monde des machines est somme toute peu connu malgré la place prépondérante de la technique dans le milieu humain. Il identifie ensuite les « trois disciplines intellectuelles » par lesquelles se manifeste l’intérêt porté pour les machines, définies comme « l’ensemble des corps organisés construits par l’homme » (23) : 1) « L’art de construire les machines » ; 2) la « mécanographie » : « science descriptive générale des machines » s’occupant de l’histoire, la description et la classification des machines ; 3) enfin, la « mécanologie » : « science normative et véritable science des machines » (33-34). À partir de l’art de la construction des machines et de la mécanographie, Lafitte propose que la mécanologie élabore « la connaissance générale des lois et des causes qui déterminent l’existence des machines » permettant d’expliquer les différences observables entre elles. En tant que les machines « résultent, sans conteste, de nos activités humaines » et qu’elles ont une « signification » profondément humaine, Lafitte positionne la mécanologie au sein des sciences sociales, comme une composante même de la sociologie (109), devant donc adopter le même type de méthodes et d’institutionnalisation.4

13Articulant la notion de « types d’organisation », centrale à une distribution générale et typologique des machines selon leur « composition organique », Lafitte désigne trois « classes » de machines. D’abord, il définit les machines passives comme celles n’ayant « ni système de sensibilité organisé, ni système transformateur principal » (87), comme les maisons, les routes, les canaux ou les clôtures. Ensuite, il désigne les machines actives comme celles composées d’« un système principal de transformations de flux extérieurs » (85) et dont les effets sont dirigés par l’humain. Cette classe inclut les machines réglables (l’automobile, par exemple), distribuées (les machines-outils simples), dirigées (armes et instruments) et enfin les outils. Enfin, il désigne une troisième classe de machines, les machines réflexes, qui apparaissent ultérieurement dans l’ordre d’apparition des types de machines. Les machines réflexes se « distinguent par l’existence simultanée d’un système transformateur principal… et d’un système différencié de sensibilité aux variations de leurs rapports avec le monde extérieur » (81), comme le moteur hydraulique ou encore les appareils de mesure.

14La notion de machine chez Lafitte est très large : il entend par là tout « corps organisé construit par nous » (1972, p. 27). L’auteur explique avoir hésité avant de choisir le concept de « machine »:

J’ai longtemps balancé de proposer le nom de machine pour l’ensemble des corps organisés construits par l’homme. Puisqu’il englobe, dans mon esprit, comme terme le plus général d’une nomenclature qui reste à établir, le vaste ensemble des engins, instruments, appareils, outils, jouets, constructions architecturales, etc., de tous les corps en un mot, assemblages de corps résistants, qui reçoivent de l’homme une forme plastique organisée, j’ai craint longtemps que le sens toujours plus étroit de ce terme, dans notre langage courant, constitue un obstacle insurmontable à son emploi dans le sens très général que je lui attribue et qu’il avait d’ailleurs dans l’origine. (Lafitte, 1972, p. 28)

15Lafitte fait ce choix terminologique à un moment épistémique qui donne à la « machine », comme mot-clé et comme objet, une visibilité toute particulière. Par exemple, John M. Jordan désigne le début de XXe siècle comme « l’âge des machines » (Jordan, 1994). Guillerme contextualise aussi le moment de la publication des Réflexions comme « une époque attachée à définir le machinisme, intéressée à en démêler les implications politiques et soucieuse de lui assigner un degré dans l’échelle des valeurs » (1972, p. III). S’il choisit les termes « machine » et « mécanologie », tout se passe comme si Lafitte ne considère pas, ou ne voit pas, la possible parenté de son projet avec ceux de « technique » et de « technologie ». Pourtant, ces termes étaient relativement connus. L’Année sociologique, par exemple, disposait d’une rubrique « Technologie » introduite par Durkheim en 1901. Ernst Kapp avait publié en 1877 Philosophie der Technik. Alfred Espinas avait repris certaines de ces idées en France sous la proposition d’une « praxéologie » ou une « technologie générale » dans Les origines de la technologie, étude sociologique (1898). Alors que le projet de Lafitte porte à la fois sur la sociologie et la genèse du monde technique, l’absence de dialogue avec ces littératures est notoire. Les réseaux de circulation de ces textes en dehors des milieux universitaires étaient-ils trop restreints pour que Lafitte y ait été exposé ? Ou sa démarche refusait-elle nette le concept de technique qui avait peut-être un « sens trop restreint », comme le constate Espinas dans son introduction (1898, p. 7), en ce qu’il pointe davantage à l’époque vers les procédés et les pratiques plutôt que vers un ensemble d’artefacts ?

16Lors de l’adaptation de Réflexions pour la Revue de synthèse, l’article de Lafitte avait été publié dans une sous-section que la direction éditoriale (Henri Berr, Lucien Febvre, Paul Langevin, Abel Rey) avait nommé Rapports de la Science et de la Technique. Aussi, puisque son article suivait celui de Julien Pacotte Esprit et technique (1933), Lafitte introduit l’adaptation de Réflexions avec ces mots : « On vient de voir tout l'esprit inclus dans la technique. Je voudrais, à mon tour, dans les machines, en faire sentir l'humaine et profonde signification. » (1933, p. 143). Lafitte distingue donc clairement technique et machine (et indirectement technologie et mécanologie) comme deux ensembles sémantiques distincts. Pourtant, le terme « technique » circule bel et bien dans les milieux académiques auxquels s’adresse Lafitte et la juxtaposition des deux articles rend visible un décalage entre la théorisation proposée par Lafitte, qui est construite en dehors des réseaux académiques, et le vocabulaire « ambiant » autour des relations entre sciences sociales et le fait technique.

17C’est un immense chantier que de retracer les généalogies, les déplacements et les renversements sémantiques des concepts comme « machine » et « technologie », particulièrement si on considère les passages de ces concepts entre les traditions anglaise, française et allemande (Carnino, 2010 ; Hottois, 1996 ; Le Roux, 2018 ; Loeve & Deldicque, 2018 ; Oldenziel 1999 ; Schatzberg, 2018a, 2018b ; Schlanger 2013 ; Vérin 2007). Le choix du terme « machine » par Lafitte est une instance de la diversité et du caractère changeant des différentes significations des termes de l’univers technique en France au début du XXe siècle.

18L’absence de références aux travaux français sociologiques et philosophiques articulés autour de la notion de technique peut-elle être abordée comme un choix conscient par Lafitte ? Une trace de l’originalité sur le plan conceptuel de sa proposition qui endosserait avec vigueur le choix du terme machine plutôt que celui de technologie ? Il est possible aussi de s’interroger, dans une perspective de géographie de la connaissance, sur l’accessibilité et la circulation des publications contemporaines pour Lafitte. Lafitte donne justement à ses lecteurs des indications, au début de son livre, sur les ouvrages, « ces œuvres cruciales, le support de mes pensées » (9), qu’il a consultés afin de construire sa thèse sur les machines. Cette bibliographie est utile car elle permet de voir les ouvrages auxquels Lafitte a eu accès, et aux choix qui ont présidé sa longue recherche bibliographique « dans le flot croissant de la documentation formé par les prospectus, les catalogues, les revues et les mémoires techniques » (9). Dans une « note bibliographique », il dresse une liste primaire où se retrouvent les ouvrages principaux de Reuleaux, Koenigs, Hartmann, Babbage, Willis, De Rochas, Gardellach, Guadet, Viollet-le-Duc, Virandael, Cloquet et Choisy. Deux thématiques traversent cette bibliographie : les théories sur les mécanismes et les machines, et les traités sur l’architecture. Malgré le souhait de l’auteur de Réflexions que la mécanologie soit une nouvelle discipline académique au sein des sciences sociales, et plus particulièrement de la sociologie (1972, p. 109), on ne retrouve pas dans la liste de traces d’une main tendue vers la discipline de la sociologie française, encore naissante. Mais peut-être que cette absence marque la pauvreté des circuits matériels via lesquels un ingénieur, n’évoluant pas dans le monde académique, aurait pu avoir accès.

19Quels sont les « lieux » de l’institutionnalisation de la mécanologie comme science sociale ? D’abord, le lieu de publication, Les Cahiers de la nouvelle journée, constitue le premier lieu « hors les murs » de l’université propre à Réflexions de Lafitte. Le lectorat des Cahiers de la nouvelle journée, comme celui de L’Aube ou de La jeune république, est celui des membres, activistes et sympathisants des mouvements d’action catholique (Mayeur, 1966). Il est vrai que L’Année sociologique, l’une des seules revues de sociologie française à l’époque, avait cessé ses publications en 1913, pour ne reprendre qu’en 1934 (après un bref retour en 1923 et 1924), éprouvée par la guerre, le manque de soutien financier et la mort de Durkheim (Béra et al., 2019). Les lieux de circulation des théories en sociologie manquaient sûrement en France dans les années 1920, mais le choix Lafitte de publier aux Cahiers de la nouvelle journée, dont l’engagement sociopolitique et catholique est clair, rend très ambitieux – trop ambitieux peut-être – le projet mécanologique qui est à la fois projet social, politique, mais aussi théologique et académique.

20Malgré tout, Lafitte persistait à voir la sociologie comme le lieu idéal de la fondation de la mécanologie car, affirmait-il, cette dernière avait une portée « normative » (1972, p. 110). Sur ce point, il faut noter que l’acte fondateur d’une nouvelle science est opéré ici à l’extérieur même du milieu où elle se serait implantée, sans mobiliser les acteurs (collectifs et individuels) nécessaires à la production des entités matérielles qui forment le réseau de circulation de la connaissance. Lafitte n’a en effet pas de formation universitaire en sciences sociales et il n’est pas titulaire d’un poste de professeur. Or il ambitionne de fonder – de l’extérieur – une nouvelle branche au sein de la discipline sociologie, elle-même très jeune. L’institutionnalisation de nouveaux champs de recherche au sein des universités repose sur des dispositifs complexes et tout à fait matériels. Rappelons à ce sujet un passage du texte canonique de Kuhn sur la formation de nouveaux paradigmes en sciences : « la création de journaux spécialisés, la fondation de sociétés de spécialistes et la revendication d’une place spéciale dans l’ensemble des études sont généralement liées au moment où un groupe trouve pour la première fois un paradigme unique » (Kuhn, 1972, p. 41). Il s’agit ici de lieux (un lieu commun de publication, un lieu de dialogues et un lieu de formation) qui sont relativement inaccessibles à Lafitte. Lorsqu’il propose la création d’un sous-champ en sociologie, il le fait dans une position depuis laquelle il ne saisit pas tous les enjeux de la discipline telle qu’elle se développe en France à l’époque, mais aussi à l’extérieur des institutions qui en sont la trame matérielle. Connaissant les difficultés (de reconnaissance, de légitimation, de financement, de direction épistémologique) auxquelles avait fait face la sociologie comme nouvelle discipline (Mucchielli, 1998) pour ses défenseurs qui évoluaient eux-mêmes au sein des universités, ce geste de fondation depuis l’extérieur d’une nouvelle branche était sans doute irréaliste.

  • 5 Il aura fallu le travail rigoureux de Jacques Guillerme pour mettre au jour la correspondance de Ja (...)

21Ses correspondances laissent entrevoir toutefois l’ampleur du projet de la mécanologie et sa portée sociale et politique. Dans sa correspondance avec Simone Weil, qu’il avait rencontré lors d’une conférence organisée par Esprit au début des années 1930,5 Lafitte échangeait sur sa volonté de créer une Société catholique des architectes. Lafitte s’y décrit lui-même engagé dans les débats sur un catholicisme public et politique, et ce rôle est tout à fait en phase avec les débats autour de la formation sociale des ingénieurs, comme le documentent Deldicque, Loeve et Steiner :

Au cours du xxe siècle, le débat autour de la « formation sociale » ou « humaine » de l’ingénieur prend forme dans le sillage du mouvement pour la rationalisation scientifique du monde économique et social devant aboutir à la paix sociale. Elle doit permettre à l’ingénieur d’incarner un « rôle social » de pacificateur entre patronat et ouvriers, en tant qu’homme de science émancipé des intérêts de classe. (Deldicque, Loeve & Steiner, 2018, p. 280)

22Lafitte incarne tout à fait la quête de ce « rôle social » de l’ingénieur. Pour lui, la connaissance sociologique de la machine serait émancipatrice. À plusieurs reprises dans Réflexions, Lafitte souligne que les machines doivent être replacées dans un système de valeurs morales : « Les temps sont proches, je l’espère, où toutes les formes de travail seront pour nous d’égales sources de beauté ; où l’humanité tout entière, dans son labeur, ne vivra plus de prépondérance de classes, mais uniquement de la vie des fonctions nécessaires » (Lafitte, 1972, p. 115). Cet humanisme dit « technique », qui n’est pas majoritaire chez ses contemporains, était au cœur de l’idée de mécanologie. La mécanologie reposerait sur une compréhension à la fois technique et éthique des fonctions et des caractéristiques des machines et permettrait une intégration morale des machines dans la culture humaine. « Je vois », écrit-il dans Réflexions, « dans un monde éduqué, ressurgir le respect et l’amour de la technique libre et qui cherche les voies de la vie qui nous emporte » (1972, 121). La mécanologie, si elle devait devenir une discipline académique, visait donc la formation des ingénieurs et architectes, qui devenaient de véritables médiateurs entre ouvriers et patrons. Mais même le lieu de cette « pédagogie » de la machine était flou, et Lafitte parlait aussi d’éducation générale. La mécanologie allait-elle donc être déployée autant à l’usine qu’à l’université ? Un tel humanisme technique était pour certains une posture naïve, si l’on en croit la réponse de Simone Weil aux propositions sur l’éducation générale à la machine : « En revanche vous me paraissez bien optimiste quand vous parlez d’écrire pour le public. Nous ne sommes plus au XVIIe ni au XVIIIe siècle. Il n’y a plus de public éclairé, il n’y a – à part un petit nombre d’hommes exceptionnels – que des spécialistes à culture étroitement limitée, et des gens sans culture. (…) Dans les conditions de vie accablantes qui pèsent sur tous, les gens ne demandent pas la lucidité, ils demandent un opium quelconque, et cela, plus ou moins, dans tous les milieux sociaux » (Weil, cité dans Guillerme, 1973).

23Par sa portée politique et sociale, de même que par ses « accents mystiques » (Guillerme, 1972, p. v), Réflexions n’est pas strictement philosophique ni sociologique. Autant par son propos que son « lieu » de publication, Réflexions reflète la porosité particulière entre l’action politique, la théorisation philosophique et l’engagement religieux propre à plusieurs courants intellectuels français des années 1930 (Bird, 1996 ; Horn, 2008).

Les passeurs de la mécanologie

24Le succès de Réflexions ne vint pas, et ce malgré l’adaptation pour la Revue de synthèse en 1933 (Lafitte, 1933b). Dans cette adaptation, Lafitte s’adressait à une communauté qui s’intéressait aux enjeux philosophiques de la technique et qui aurait pu mener à bien la fondation d’une mécanologie au sein de la philosophie. Or, il n’en est rien. Il écrit déjà en 1933, alors qu’il préparait cette adaptation : « Ainsi donc au point de vue intellectuel, des encouragements, des espoirs, la certitude d’avoir touché quelques esprits de valeur. Au point de vue liberté d'études et continuation, rien, rien que le désespoir qui m’envahit. » (Lafitte, 1933a). Les quelques références çà et là témoignent de cette timide réception. L’écrivain anglais et père de la sexologie Havelock Ellis mentionne les Réflexions en 1933 dans un texte The Machine and the Future (Saunders, 2019, p. 224). Mais on ne peut pas passer sous le silence que le cheminement de Réflexions jusqu’à Ellis s’est fait au sein de la sphère privée, Ellis étant marié à la sœur de Jacques Lafitte, Françoise Lafitte. André Fourgeaud y fait référence dans L’homme et le capitalisme (1936). Les Cahiers du Sud y consacrent une courte analyse favorable en 1936 (Moré, 1936), mais ces analyses ne rejoignent pas un vaste lectorat permettant la circulation de Réflexions. Après une dizaine d’années, Lafitte écrit à Alexis Carrell : « Les réactions de la critique et des milieux scientifiques ou techniques ont été très faibles » (Lafitte, 1943).

25Une approche matérielle telle que la suppose cet article requiert qu’on s’intéresse aux supports, aux passeurs et aux routes qui ont permis au texte de Réflexions de transiter jusqu’à nous. Un de ces importants passeurs est Emmanuel Mounier, qui ajoute la référence au texte de Lafitte dans une note de bas de page de son Manifeste au service du personnalisme, publié en 1936 aux Éditions Montaigne, dans la collection Esprit. Mounier n’offre pas une lecture du texte de Lafitte et n’en résume pas les idées, il se contente de signaler que les travaux de Lafitte ont été parmi les premiers à réfléchir au dévelopement de la technique et le « champ des relations biologiques » (1936, p. 133). Cette référence apparait dans un chapitre portant sur le capitalisme et la technologie et dans lequel Mounier défend l’argument, qui fait écho à la position humaniste de Réflexions, que la « civilisation technique » mérite à être humanisée.

26Mounier ne s’engage toutefois pas dans le projet d’institutionnalisation de la mécanologie. À l’époque, il travaillait plutôt sur la diffusion de la doctrine du personnalisme, qui allait bien au-delà de la question de la technique. Comme bien d’autres durant l’entre-deux-guerres, Mounier défendait la modernisation du catholicisme à travers une généralisation du concept d’humanisme, notamment à la suite de l’humanisme intégral de Jacques Maritain (Maritain, 2000). Pour Mounier, cette généralisation passait par la transition de « l’individuel » vers le « personnel » et l’affirmation de la personne humaine non seulement comme moteur de la vie spirituelle, mais aussi de la vie sociale, politique et économique (Mounier, 1936). La philosophie du personnalisme se positionnait aussi sur la question de l’industrialisme. Se détachant de la doctrine marxiste, Mounier étend l’humanisme au monde de la technique et propose d’aborder les techniques comme une forme potentielle d’émancipation et développement spirituel : « [La machine] est donc pour [l’homme], s'il la maîtrise, une puissante possibilité de libération » (Mounier, 1936, p. 133).

27Lafitte partageait entièrement ce point de vue sur les machines. Dans Réflexions, il soulignait que le monde des machines était pleinement humain, même qu’il constituait la trame matérielle du fait humain. « Les machines ? », écrit-il :

prolongement de l’homme, s’intégrant à lui-même, prolongement des structures sociales et s’intégrant à elles, elles sont, dans tous les temps, identiques à nous-mêmes. Elles sont nous ; elles sont, comme nous, belles, et laides, comme nous (Lafitte, 1972, p. 119).

  • 6 Cette thèse – la coévolution des techniques et du fait humain – n’est pas originale à Lafitte. On l (...)

28Pour Lafitte, la thèse de la coévolution des techniques6 et de l’humain sert avant tout à mettre en lumière la normativité morale des techniques : elles peuvent et doivent être des créatures morales puisqu’elles font corps avec les sociétés humaines et ne répondent pas à une ontologie (une artificialité neutre par exemple) différente de celle des humains. Il s’agit d’un véritable humanisme technique, et Mounier y voit là la possibilité d’articuler une position philosophique qui ne rejette pas les progrès de la mécanisation, mais cherche plutôt à les réorienter. Au moment de citer Lafitte dans sa note de bas de page, Mounier écrivait : « Ce qu'il faut donc reprocher à la civilisation technique, ce n'est pas d'être inhumaine en soi, c'est de n'être pas encore humanisée et de servir un régime inhumain » (Mounier, 1936, p. 89).

  • 7 D’ailleurs son texte fait référence à Jacques « Laffitte », deux « f », erreur typographique qu’ava (...)

29S’il est utile de s’attarder longuement à la référence de Lafitte par Mounier, c’est parce qu’elle aura contribué à garder Réflexions en mouvement. En effet, la formation d’un réseau de penseurs autour du paradigme cybernétique en France, au sortir de la Seconde guerre mondiale, sera l’occasion d’une remise en circulation des idées contenues dans Réflexions. Ronan Le Roux a déjà bien documenté comment un groupe autour de Robert Vallée et du Cercle d’études cybernétiques a « redécouvert » Lafitte entre 1951 et 1953, cercle auquel il a été invité afin de présenter ses travaux (Le Roux 2009 ; Vallée 2014). Le principe derrière l’un des concepts phare de la cybernétique – la rétroaction – avait été abordé par Lafitte avec sa troisième classe de machine, les « machines réflexes », et Réflexions sera décrit comme l’une des études antérieures à la cybernétique (Guilbaud, 1950, p. 283). Le retour de Lafitte au sein des débats intellectuels autour de la cybernétique naissante sera bref, mais éveillera chez lui le désir de retourner à l’écriture. Il publie trois textes dans la revue belge Industrie avant sa mort en 1966 : « Hache de pierre et civilisation automatique » (1957), « Construire une terre vivante » (1960) et « Teilhard de Chardin et le machinisme » (1963). Tout semble indiquer que c’est notamment grâce à Mounier si les cybernéticiens dans les années 1950 redécouvrent Lafitte. L’un des participants au Cercle d’études cybernétiques, le mathématicien Georges Théodule Guilbaud, avait déjà collaboré avec Mounier. S’intéressant à l’arrivée de l’ordinateur dans l’après-guerre, Mounier avait orchestré en 1950 un numéro d’Esprit autour de la thématique des « machines à penser ». Guilbaud, qui avait connu Mounier dans les années quarante (Durand et al., 1992, p. 525), y contribua avec un article intitulé « Divagations cybernétiques » dans lequel il présente le texte de Lafitte comme une étude antérieure annonçant la cybernétique (Guilbaud, 1950, p. 283)7. Le passage de Réflexions du milieu des intellectuels catholiques dans les années 1930 jusqu’aux cybernéticiens des années 1950 se fait donc de proche en proche, dans des réseaux formés aussi bien de relations sociales que d’inscription textuelles.

  • 8 La réédition de ce même numéro en 1978 est assurée par Louis Couffignal et non pas Guilbaud. Il exi (...)

30La référence à Réflexions qu’ajoute Guilbaud dans son texte sur la cybernétique aura ensuite une trajectoire surprenante : traversant l’Atlantique elle se retrouvera dans l’un des ouvrages les plus lus du milieu académique nord-américain des années 1960, The Gutenberg Galaxy, de Marshall McLuhan. L’article qu’avait préparé Guilbaud pour Esprit en 1950 deviendra un livre, le numéro 683 de la série Que-sais-je ? (1954)8. Ce livre sera traduit en anglais en 1959 chez Criterion Books, sous le titre What is Cybernetics? McLuhan a lu What is Cybernetics? lorsqu’il préparait la publication de The Gutenberg Galaxy. Dans ce livre, il cite un passage de Guilbaud au sujet de Réflexions, puis il conclue : « il nous apparaîtra de plus en plus étrange que les hommes aient choisi d’en savoir si peu à propos de choses [les machines] pour lesquelles ils ont tant fait (1977, p. 162). The Gutenberg Galaxy a été un succès commercial (avec 65 000 copies vendues entre 1962 et 1987, se hissant au 9ème rang des meilleures ventes de livres de non-fiction selon le New Times Book Review de 1987). Et pourtant, la référence à Réflexions, republiée et lue des centaines de fois, est restée somme toute inopérante dans la mise en visibilité de Lafitte dans les études sur la technologie en Amérique du Nord. C’est en effet l’inscription textuelle de Mounier, et non pas celle de McLuhan, qui fera le pont entre Lafitte et deux Canadiens dans les années 1960.

La mécanologie outre-atlantique

  • 9 Le Moyne avait été l’un des membres fondateurs de la revue La Relève, qui avait vu le jour au Québe (...)

31C’est encore une fois grâce aux références de Lafitte dans les écrits d’Emmanuel Mounier que deux Canadiens, le professeur d’informatique ontarien John Hart et l’essayiste et théologien québécois Jean Le Moyne, « découvriront » Réflexions à la fin des années 1960. Le parcours professionnel du professeur John F. Hart (1923-2002) ne le rend pas enclin, à première vue, à trouver une pertinence pour ses travaux dans l’idée de mécanologie de Lafitte. Formé en physique à l’Université de Toronto, il est embauché en 1959 à la University of Western Ontario, à London (Canada) afin d’y fonder le Département des sciences informatiques. Souhaitant perfectionner son français, il s’enrôle à l’été 1965 dans un programme de francisation qui le mène à Trois-Pistoles, un village québécois qui borde les rives du fleuve Saint-Laurent. Il lit alors tout ce qui lui tombe sous la main et c’est dans Le Devoir, un quotidien montréalais, qu’il va découvrir le titre de l’ouvrage La Petite peur du 20e siècle, publié par Mounier en 1959. Hart s’intéressait à la cybernétique et aux théories sur les ordinateurs qui l’aidaient à réfléchir à ce qu’une science informatique avait à offrir sur le plan théorique. À son retour en Ontario, Hart met la main sur un exemplaire de la traduction de La Petite peur du 20e siècle, qui est un recueil de conférences données par Mounier entre 1946 et 1948 (Mounier 1962). Dans le deuxième chapitre, « La machine en accusation » (conférence donnée en juin 1947 au Centre d’études sociologiques de Paris), Mounier affirme au sujet de Jacques Lafitte qu’il est « l’un des premiers théoriciens de la machine » (p. 61). Intrigué, Hart se procure un exemplaire de Réflexions en utilisant le système interuniversitaire de bibliothèques du Canada. Son français étant approximatif, il en commande une ébauche de traduction. La lecture des Réflexions enthousiasme Hart et, cherchant un interlocuteur francophone, il entre en contact avec le québécois Jean Le Moyne en 1966.9

32Cette rencontre allait mener à une longue entreprise ayant pour but de faire connaître le texte de Lafitte et d’enfin fonder la mécanologie. Leur collaboration dure plus d’une dizaine d’années, et les projets qui les animent sont nombreux (Thibault & Hayward, 2018). Au contact de Jean Le Moyne, Hart commence aussi à lire le travail de Gilbert Simondon, dont il fait traduire en l’anglais l’ouvrage Du mode d’existence des objets techniques dès la fin des années 1960. Hart proposa alors une série de publications de traductions du français et de l’allemand vers l’anglais d’ouvrages sur la question de la technique, notamment Philosophie der Technik (Manfred Schroeter, 1934), Réflexions sur la science des machines, (Lafitte, 1932), Du mode d’existence des objets techniques (Simondon, 1958), Le Nouvel Age (Henri van Lier 1962), Das Phanomen der Technik (Eugen Diesels). De son côté, Le Moyne présente une amorce de réflexion sur la science des machines au Congrès des sciences humaines du Canada en 1968 (Le Moyne, 1968) ; puis il se rend en France pour y conduire des entretiens avec Gilbert Simondon et Henri van Lier. Le Moyne propose aussi à l’Office National du Film du Canada de produire des « documentaire philosophico-pédagogiques » autour des thèses mécanologiques. Ces courts métrages devaient être des formes de pédagogie populaire, toujours dans l’esprit d’une mécanologie humaniste, facilitant l’intégration culturelle des machines (Thibault, 2017).

33Les deux Canadiens poursuivent ensuite leurs efforts pour tenter de construire un réseau avec les philosophes et historiens de la technique en France. En 1971, ils organisent avec le concours du Centre Culturel Canadien de Paris un Colloque international sur la mécanologie, en hommage aux travaux de Lafitte. Ce colloque est suivi d’un deuxième, en 1976, toujours à Paris. Hart obtient en 1973 une subvention de recherche du Conseil des arts du Canada pour fonder le Mechanology Center dans une localité rurale de l’Ontario ; ce centre devait servir à faire la collecte d’histoires orales des aînés sur leurs relations avec les techniques. Vers la fin de sa carrière, Hart cherchera à insuffler la méthode mécanologique dans une communauté d’artistes visuels dans sa communauté de London, en Ontario (Hayward & Svec, 2020). Finalement, Le Moyne projette d’écrire un livre, les Itinéraires mécanologiques, inspiré des rêveries de Gaston Bachelard.

34Ces projets traduisent une volonté assumée de réhabiliter l’œuvre d’un auteur – Réflexions – et d’une idée – celle de mécanologie. Encore une fois ici, les lieux depuis lesquels ces tentatives d’instaurer une mécanologie sont significatifs. D’où interviennent Le Moyne et Hart ? Hart est un informaticien, docteur en physique. Le Moyne est un essayiste, qui n’a pas fait carrière dans le milieu académique. Pour vivre, il cumule des contrats de journaliste, de traducteur et d’assistant de recherche auprès de cinéastes et de producteurs d’émissions radiophoniques. Encore une fois ici, la proposition de fondation de la mécanologie s’articule en dehors des frontières des sciences humaines et sociales. Comme Lafitte, Hart et Le Moyne sont relativement étrangers aux dispositifs d’institutionnalisation d’un nouveau champ d’études en sociologie ou en philosophie.

35Conscients qu’ils étaient étrangers aux sciences sociales, ils ont tenté de mobiliser des alliés universitaires, qu’ils semblent percevoir comme incontournables afin de légitimer la mécanologie comme ensemble de savoirs. Au Québec, Le Moyne et Hart ont approché le professeur Guy Allard, professeur à la Faculté de philosophie de l’Université de Montréal, pour qu’il établisse une école d’été sur la mécanologie (durant laquelle Simondon devait intervenir), mais ce projet ne se concrétisera pas. Ils tentent aussi de tisser un réseau de relations avec les intellectuels français. Gilbert Simondon est immédiatement identifié par les deux Canadiens comme l’un des penseurs de la philosophie des techniques qui, par l’orientation de ses travaux, pourrait être intéressé par le projet d’une (re)naissance de la mécanologie. Le Moyne connaissait le travail de Simondon puisqu’il avait été assistant de recherche sur une production de Radio-Canada sur la cybernétique et avait coordonné l’invitation faite à Simondon en 1967 d’y collaborer comme intervenant. Cette série radiophonique intitulée « La cybernétique et nous », a été diffusée sur les ondes de la radio publique canadienne du 1er novembre 1967 au 24 avril 1968. Alors que Jean Le Moyne se rendait à Cerisy en juillet 1968 pour un colloque sur l’avenir du Canada, il en profita pour conduire deux « entretiens sur la mécanologie » avec Simondon et Henri van Lier en vue de la production de ses films mécanologiques à l’O.N.F du Canada. C’est durant cet entretien que Le Moyne va introduire Réflexions à Simondon. En août 1969, Simondon remercie Le Moyne de lui avoir offert une copie :

L’ouvrage de Lafitte que vous m’avez généreusement offert l’an dernier m’a été d’une très grande utilité pour le cours de mécanologie (technologie) dont j’ai été chargé pour les candidats à l’Agrégation de philosophie. Votre venue aux Mazeaux a été pour nous un pur agrément et un grand honneur (Simondon à Le Moyne, 25 août 1969).

  • 10 Pierre Naville, par exemple, souligne : « Je ne vois pas ce que ce terme [mécanologie] ajoute à cel (...)

36Après les deux Entretiens sur la mécanologie de 1968, Hart et Le Moyne vont poursuivre leurs efforts de « restauration » de la mécanologie auprès de la communauté académique française. C’est l’objectif du Colloque international sur la mécanologie, qui se tient à Paris en 1971. John Hart obtient dès l’automne 1970 que le philosophe George Canguilhem participe à l’organisation du colloque, ce qui lui permet d’accéder à un réseau de philosophes et de chercheurs en sciences humaines et sociales dont les travaux touchent aux techniques. Suzanne Delorme, Jean Fourastié, Georges Friedmann, Gilbert Simondon, notamment y assistent. Plusieurs soulignent l’anachronisme d’un terme comme celui de « mécanologie » alors que le terme « technologie », comme champ d’études de la technique, est bien établi en France à ce moment.10 Le lieu de cette rencontre est important encore ici. Le colloque ne se tient pas à l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de Paris, mais au Centre culturel canadien, qui venait tout juste d’être inauguré dans le 7ème arrondissement. Le Centre était un lieu de diplomatie culturelle où la culture canadienne était mise en valeur ; des peintres et musiciens canadiens y étaient invités pour valoriser les échanges avec la France. Jean Le Moyne, devenu conseiller auprès du Premier Ministre du Canada Pierre Elliot Trudeau en 1970, avait sollicité le Centre pour y tenir le colloque. Ce lieu singulier – un territoire étranger au cœur de Paris, voué à la diplomatie culturelle – compliquait encore davantage l’établissement de la mécanologie. Dans ce lieu, territoires géographiques, épistémologiques et disciplinaires s’entremêlaient et la mécanologie, encore une fois, devenait ce projet tentaculaire aussi bien politique que culturel et académique, si vaste qu’il n’arrivait pas à prendre racine. Il est plausible que les locaux l’Institut d’histoire des sciences et des techniques, situés sur la rue du Four, était trop exigus pour un tel événement (Gayon 2016) mais les autres partenaires du colloque, l’Institut de programmation (Université Paris VI), le Centre international de synthèse et l’Institut de recherche informatique et d’automatique, étaient autant d’hôtes qui auraient pu être sollicités. Reconnaissant les défis d’organiser ce colloque dans un pays étranger, Le Moyne a plutôt mobilisé le réseau qu’il connaissait, celui des bureaucrates de la fonction publique fédérale canadienne, invitant même un représentant de l’UNESCO. La véritable interdisciplinarité des conférenciers et des partenaires académiques rendait encore plus flou quel milieu d’attache serait le plus approprié pour la mécanologie. Or, aucun, mis à part Hart, ne défend durant ce colloque le projet de mécanologie avec ardeur. Ce colloque raviva toutefois l’intérêt des philosophes et historiens des techniques, notamment Jacques Guillerme, qui a chapeauté la réédition des Réflexions chez Vrin en 1972 et documenté la correspondance entre Simone Weil et Jacques Lafitte (la préface de Guillerme passe sous le silence le plus complet l’appropriation de Lafitte par Mounier, Guilbaud, Hart, Le Moyne).

37De retour au Canada, et découragés comme l’avait été Jacques Lafitte par le manque d’intérêt envers la mécanologie en France, Hart et Le Moyne entreprennent de faire connaître l’idée de mécanologie au monde académique anglo-saxon, notamment en relançant la publication de la traduction de Réflexions et du Du mode d’existence des objets techniques. Ces deux traductions ne verront pas le jour, malgré l’insistance de Hart auprès de diverses presses nord-américaines. Alors qu’il attendait des nouvelles la traduction en anglais de MEOT depuis la fin des années 1970, Simondon écrivit à Le Moyne: « Si la traduction n'est pas achevée bientôt, elle ne sera plus utile, car l’ouvrage date de 1958, et la technologie a fait de grands progrès en vingt-deux ans » (Simondon, 1980). C’est finalement sous l’aspect informel de textes polycopiés et brochés (sous le libellé Mechanology Press) que seront préservés jusqu’à nous quelques exemplaires de trois traductions achevées, mais jamais publiées : Reflections on the science of machine, par Lafitte, On the modes of existence of technical objets, par Simondon et Stone Axe and Automatic Civilization, un recueil des trois essais publiés par Lafitte dans les années 1960.

38Ainsi, c’est après un détour par le Canada, et indirectement via le personnalisme d’Emmanuel Mounier, que Simondon entre en contact avec Réflexions. Le portrait d’une généalogie de l’idée de la mécanologie glissant quasi naturellement de Lafitte à Simondon sur un plan abstrait et purement conceptuel mérite donc à être revu. Si les propositions de Lafitte et Simondon ont bel et bien des résonnances et des complémentarités pour qu’il soit possible aujourd’hui (et théoriquement défendable) de les assembler dans un même ensemble paradigmatique, il n’en demeure pas moins que l’association de la mécanologie à la figure unique de Simondon puisse masquer l’ensemble des éléments permettant de bien saisir la trajectoire de l’idée de mécanologie. Toutefois, il faut aussi reconnaitre, si l’on poursuit la démarche géographique proposée par cet article, que la mention involontaire du terme « mécanologue » dans Du mode d’existence des objets techniques, de même que la mention de Lafitte dans « L’invention et le développement des techniques (1968-1969) » ont joué un rôle semblable à la note de bas de page de Mounier de 1936 : ce sont ces traces matérielles de l’idée de mécanologie, inscrites dans l’œuvre de Simondon, qui font que nous sommes aujourd’hui nombreux à nous y intéresser. De ce point de vue, le transit par Simondon, qui fait dans son cours la contribution intellectuelle la plus significative intégrant les travaux de Lafitte, apparaît essentiel dans la circulation de l'idée de mécanologie au XXe siècle et jusqu'à nous.

Conclusion : savoirs anatopiques

39Il est possible que Réflexions sur la science des machines de Jacques Lafitte soit un texte mineur sur le plan des idées en philosophie, comme il s’en est publié d’innombrables. L’intention de cet article était d’ignorer, par souci méthodologique, une interprétation de la valeur intrinsèque des Réflexions afin de voir dans quelle mesure une approche matérielle ou « géographique » de l’histoire des sciences pouvait être fertile, à la suite de l’invitation par Secord et de Jacob d’étudier la circulation des savoirs. L’analyse des espaces et des artefacts liés à la production, la diffusion et la réception de la connaissance (maisons d’édition, traductions, citations, rencontres fortuites, correspondances, etc.) n’explique évidemment pas à elle seule la prépondérance ni la validité d’une idée ou d’une théorie. Toutefois, une telle analyse nous permet d’observer la négociation des frontières délimitant différents espaces de légitimation de la connaissance. Les lieux du savoir de la mécanologie montrent la porosité, la pluralité et la vitalité de lieux « hors » des enceintes des universités : les syndicats professionnels, les milieux intellectuels mondains, les mouvements politiques et religieux, le milieu des arts et de la culture, etc. Cherchant à intégrer tous ces milieux à la fois, la mécanologie semble avoir été incapable de prendre racine. Elle est, pourrait-on dire, un « anachronisme spatial ».

  • 11 En plus de celles évoquées par Schaztberg (2018b) et Le Roux (2009).

40En conclusion, j’aimerais proposer le concept de « savoir anatopique » pour l’analyse de l’idée de mécanologie. Par savoir anatopique, je veux dire l’ensemble des savoirs qui sont produits à l’extérieur des structures normatives des disciplines académiques établies, mais qui correspondent néanmoins à des formes de savoir. Ce sont des savoirs produits « hors les murs » des universités, souvent perçus comme étranges ou étrangers, provenant de lieux qui diffèrent des institutions légitimes de « la connaissance ». Le cas de la mécanologie montre qu’elle était souvent articulée par ceux qui en défendaient la validité comme devant aller « ailleurs » que chez eux : tout se passe comme si ses promoteurs (c’est particulièrement vrai pour Lafitte, Hart et Le Moyne) attendent la bénédiction normative des sociologues et philosophes formés dans les universités alors qu’ils défendaient dans le même temps une portée générale, quasi-universelle au projet d’intégration culturelle de la machine. Cet « estrangement » spatial, qui fait que la mécanologie n’est jamais tout à fait à sa place, qu’elle semblait incongrue partout où elle se trouvait, explique aussi à mon avis les difficultés d’institutionnalisation d’une science sociale dédiée à la technique.11 Alors qu’ils s’évertuaient à répondre à la question « Qu’est-ce que la mécanologie », plusieurs auraient aussi bien fait de formuler aussi la question « Où est la mécanologie ? ». Le problème de création d’une science sociale dédiée à la question de la technique (qu’elle soit mécanologie, technologie, médiologie ou matériologie) n’est pas qu’un problème épistémologique, ou ontologique, ou encore purement disciplinaire ; c’est aussi un problème géographique. Comme l’écrivait il y a longtemps Eliade au sujet des espaces sacrés : « s’installer dans un territoire revient, en dernière instance, à le consacrer. » (p. 36).

41En revanche, le fait que les savoirs autour de la mécanologie aient été articulés en dehors des structures normatives de l’université a aussi participé à étendre leur portée. Alors que la consécration du projet de mécanologie de Lafitte, repris ensuite par Hart et Le Moyne, semble avoir comme point de passage obligé la disciplinarisation académique, l’analyse de ses différents lieux de réception et de circulation démontre aussi qu’elle recouvre une dimension sociale, politique et culturelle. Que ce soit l’établissement d’une société catholique d’ingénieur en France ou d’une œuvre cinématographique visant la sensibilisation du public canadien à la roue, ou encore une compréhension des usages des techniques en milieu rural, l’apport de la mécanologie débordait largement du seul cadre de l’abstraction théorique pour les bancs d’école, nous invitant par le fait à revoir les frontières de ce qui se veut une « science » et ce qui se veut un « savoir ».

L’auteur tient à remercier les archivistes des Archives nationales du Canada (Ottawa, Canada), du Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Paris), de Radio-Canada (Montréal, Canada), de l’Université de Montréal (Montréal, Canada) de même que Nathalie Simondon, Carl Mitcham, Robert Vallée, et la famille de John Hart pour avoir facilité l’accès aux documents ayant servis à la rédaction de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Angers, S. & Fabre, G. (2005). Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris et Possibles. Québec : Presses de l’Université Laval.

Appadurai, A. (1988). The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective. Cambridge: Cambridge University Press.

Béra, M., Marcel, J.-C. & Mosbah-Natanson, S. (2019). L’histoire de l’Année sociologique : de l’ère des pionniers à la normalisation. L’Année sociologique, 69(1), 11–19.

Carnino, G. (2010). Les transformations de la technologie : du discours sur les techniques à la techno-science, Romantisme, 150(4), 75-84.

Carrozzini, G. (2009). Gilbert Simondon et Jacques Lafitte : Les deux discours de la « culture technique ». Cahiers Simondon, (1), 25–45.

Chaubet, F. (2014). Faire l’histoire des sciences sociales : le cas de la sociologie française. Histoire@Politique, 22(1). Centre d’histoire de Sciences Po, 251–268.

Deldicque, T., Loeve, S. & Steiner, P. (2018). Enquête sur les sciences humaines et sociales dans les écoles d’ingénieurs. Revue d’histoire des sciences humaines, 33, 275‑298.

Dudek, S. (2004). La place de Henri Lafitte (1888-1966) dans le renouveau monumental du Nord de la France dans la première moitié du XXe siècle. DEA (Diplôme d’études approfondies). Université Charles-de-Gaulle—Lille 3, Lille.

Durand, J-D., Comte B., Ladous R et al. (éds) (1992). Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes : la postérité de Rerum novarum. Paris : Les Éditions ouvrières.

Espinas, A. (1898) Les origines de la technologie, étude sociologique. Paris : Alcan.

Finnegan, D.A. (2008). The Spatial Turn: Geographical Approaches in the History of Science. Journal of the History of Biology, 41, 369–388.

Fourgeaud, A. (1936). L’homme devant le capitalisme : essai d’une économique rationnelle. Paris : Payot.

Gayon, J. (2016). L’institut d’histoire des sciences. Cahiers Gaston Bachelard, (14), 15–63.

Gey, A. (2012). Penser la dimension technique de la ville durable. Les apports d’une « mécanologie » de la ville. Flux, 88(2), 47‑59.

Guchet, X. (2008). Évolution technique et objectivité technique chez Leroi-Gourhan et Simondon. Revue Appareil, (2).

Guilbaud, G.T. (1954). La Cybernétique. Que sais-je? 538. Paris : PUF.

Guffroy, Y. & Bontems, V. (2018). La mécanologie : une lignée technologique francophone ?. Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, (8), 255–280.

Haraway, D.J. (1988). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575–599.

Hart, J. (1970). John Hart à Jean Le Moyne, correspondance manuscrite, 3 juillet 1970. Fonds Jean Le Moyne, Archives nationales du Canada (MG30, D358).

Hart, J. & Le Moyne, J. (éds) (1971). Actes du Colloque international sur la mécanologie. Paris : Les Cahiers du Centre Culturel Canadien.

Hayward, M. & Svec, H.A. (2020). “THER IS A VERY INSISTENT NOISE FROM THE MACHINES IN HERE”: Theorizing Digital Media through Greg Curnoe’s Computer Journals. Canadian Journal of Communication, 45(1), 7–24.

Hayward, M. & Thibault, G. (2021). Ethics in Jacques Lafitte’s Mechanology. Theory, Culture & Society, 38(5), 73‑92.

Hottois, G. (1996). Entre symboles et technosciences : un itinéraire philosophique. Ceyzérieu : Editions Champ Vallon.

Jacob, C. (2007). Lieux de savoir : Les mains de l’intellect. Paris : Albin Michel.

Jacob, C. (2007). Lieux de savoir : Espaces et communautés. Paris : Albin Michel.

Jacob, C. (2014). Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? Marseille : Open Editions Press.

Jordan, J. (1994). Machine-Age Ideology: Social Engineering and American Liberalism, 1911-1939. Chapel Hill: University of North Carolina Press.

Kuhn, T. (1972). La structure des révolutions scientifiques. Paris : Flammarion.

Lafitte, J. (1909). L’histoire des moteurs hydrauliques. La Nature, 66–69.

Lafitte, J. (1914). Taylor (système de). Larousse Mensuel (84), 50–51.

Lafitte, J. (1932). Réflexions sur la science des machines. Cahiers de la Nouvelle journée. Paris : Bloud et Gay.

Laffite, J. (1933a). Notes personnelles de Jacques Lafitte, 25 avril 1933, republié dans le Bulletin mensuel d’information du Centre Culturel Canadien (1971), archivé au Fonds George Canguilhem, Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Paris).

Lafitte, J (1933b). Sur la science des machines. Revue de synthèse, 4(2), 143–158.

Laffite, J. (1933c). Notes personnelles de Jacques Lafitte, 21 juin 1933, republié dans le Bulletin mensuel d’information du Centre Culturel Canadien (1971), archivé au Fonds George Canguilhem, Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Paris).

Laffite, J. (1936). Notes personnelles de Jacques Lafitte, 9 mars 1936, republié dans le Bulletin mensuel d’information du Centre Culturel Canadien (1971), archivé au Fonds George Canguilhem, Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Paris).

Laffite, J. (1943). Notes pour le Docteur Carrel, 20 janvier 1943, republié dans le Bulletin mensuel d’information du Centre Culturel Canadien (1971), archivé au Fonds George Canguilhem, Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Paris).

Lafitte, J. (1957). Hache de pierre et civilisation automatique. Industrie : La revue de l’industrie belge, 613–622.

Lafitte, J. (1960). Construire une terre vivante. Industrie : La revue de l’industrie belge 14, 150–154.

Lafitte, J. (1963). Teilhard de Chardin et le machinisme. Industrie : La revue de l’industrie belge, 88–106.

Lamonde, Y. (2008). La Relève (1934-1939) Maritain et la crise spirituelle des années 1930. Le cahier des dix 62, 153‑194.

Latour, B. & Woolgar, S. (1979). Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts. Princeton: Princeton University Press.

Latour, B. (2005). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : La Découverte.

Le Moyne J. (1968). Prolegomena to a Philosophy of Machines. In: Congress of Canadian Learned Societies, Calgary.

Lenoir, T. (1998). Inscription Practices and Materialities of Communication. Dans T. Lenoir & H.U. Gumbrecht (eds), Inscribing Science: Scientific Texts and the Materiality of Communication (pp. 1‑19). Stanford: Stanford University Press.

Le Roux, R. (2009). L’impossible constitution d’une théorie générale des machines ? La cybernétique dans la France des années 1950. Revue de Synthèse, 130(1), 5–36.

Le Roux, R. (2018) Rise of the Machines: Challenging Comte’s Legacy with Mechanology, Cybernetics, and the Heuristic Values of Technology. Dans, S. Loeve, X. Guchet & B. Bensaude-Vincent (eds). French Philosophy of Technology. Philosophy of Engineering and Technology (vol. 29, pp. 65-80). Springer.

Livingstone, D. N. (2010). Putting Science in Its Place: Geographies of Scientific Knowledge. Chicago: University of Chicago Press.

Loeve, S. & Deldicque, T. (2018). Les malentendus de la technologie, Artefact, 8, 215-254.

Loeve, S., Deldicque, T. & Steiner, P. (2017). Éléments d’anthropologie des SHS en environnement technologique. Cahiers Costech, (1), 1-116.

Lyotard, J.-F. (1979). La condition postmoderne : Rapport sur le savoir. Collection critique. Paris : Minuit.

Mayeur, F. (1966). L’Aube : étude d’un journal d’opinion, 1932-1940. Paris : Librairie A. Colin.

McLuhan, M. (1977). La Galaxie Gutenberg : La genèse de l’homme typographique. Paris : Gallimard.

Moré, M. (1936). Machines. Cahiers du sud, 30–50.

Mounier, E. (1936). Manifeste au service du personnalisme. Paris : Éditions Montaigne.

Mounier, E. (1959). La Petite peur du XXe siècle. Neuchâtel : La Baconnière.

Mounier E (1962) Be Not Afraid: A Denunciation of Despair. New York: Sheed and Ward.

« Note sur l’enseignement de la mécanique » (1861). Dans O. Terquem & C. Gerono (éds.). Nouvelles annales de mathématiques. Journal des candidats aux écoles polytechnique et normale ; augmenté d’un Bulletin de bibliographie, d’histoire et de biographie mathématiques (vol. 21, pp. 56-57). Paris : Mallet-Bachelier.

Oldenziel, R. (1999). Making Technology Masculine: Men, Women and Modern Machines in America, 1870-1945. Amsterdam: Amsterdam University Press.

Östling, J., Hammar, A. N., Heidenblad, D. L. & Nordberg, K. H. (2018). Circulation of Knowledge: Explorations in the History of Knowledge. Lund: Nordic Academic Press.

Palau, Y. (1995). La crise de l’Action française (1926-1929) à travers la correspondance Blondel-Archambault. Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle (Cahiers Georges Sorel), 13(1), 113–169.

Pacotte, J. (1933). Esprit et technique. Revue de synthèse, 4(2), 129–142.

Pickering, A. (1992). Science as Practice and Culture. Chicago: University of Chicago Press.

Pomian, K. (1987). Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, XVIe-XVIIIe siècle. Paris : Gallimard.

Powell, R.C. (2007). Geographies of science: histories, localities, practices, futures. Progress in Human Geography, 31(3).

Radio-Canada. (1967). Contrats et documents préparatoires pour « La cybernétique et nous ». Archives de Radio-Canada, Montréal, Québec.

Rieder, B. (2020). Engines of Order: A Mechanology of Algorithmic Techniques. Amsterdam University Press.

Schatzberg, E. (2018a). Technology: Critical History of a Concept. Chicago: University of Chicago Press.

Schatzberg, E. (2018b). Why is there no discipline of technology in the social sciences? Artefact. Techniques, Histoire et Sciences Humaines, 8, 193‑213.

Saunders, M. (2019). Imagined Futures: Writing, Science, and Modernity in the To-Day and To-Morrow Book Series, 1923-31. Oxford: Oxford University Press.

Secord, J. (2004). Knowledge in Transit. Isis, 95(4), 654–672.

Shapin, S. & Schaffer, S. (1993). Leviathan et La Pompe à Air ; Hobbes et Boyle Entre Science et Politique. Paris : La Découverte.

Simondon, G. (1958). Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier.

Simondon, G. (1969). Gilbert Simondon à Jean Le Moyne, correspondance manuscrite, 25 août 1969. Fonds Jean Le Moyne, Archives nationales du Canada (MG30, D358).

Simondon, G. (1980). Gilbert Simondon à Jean Le Moyne, correspondance manuscrite, 3 juillet 1980. Fonds Jean Le Moyne, Archives nationales du Canada (MG30, D358).

Stiegler B. (1994a). La maieutique de l’objet comme organisation de l’inorganique. Dans Gilbert Simondon : Une pensée de l’individuation et de la technique (pp. 182–205). Paris : Albin Michel.

Stiegler, B. (1994b). La technique et le temps : La faute d’Epiméthée. Paris : Galilée.

Sloterdijk, P. (2000). La domestication de l’être : Pour un éclaircissement de la clairière. Paris : Mille et une nuits.

Thibault, G. & Hayward, M. (2017). Understanding Machines: A History of Canadian Mechanology. Canadian Journal of Communication, 42(3), 449–466.

Thibault, G. (2017). Filming Simondon: The National Film Board, Education, and Humanism. Canadian Journal of Film Studies, 26(1), 1‑23.

Timmermans, B. (2003). La Philosophie de la technique d’Ernst Kapp. Dans P. Chabot & G. Hottois (éds.), Les philosophes et la technique (pp. 95‑108). Paris : Vrin.

Thrift, N. (2006). Space. Theory, Culture & Society, 23(2–3), 139.

Vallée, R. (2014). Entretien personnel avec l’auteur, Paris.

Vérin, H. (2007). La technologie : science autonome ou science intermédiaire ?. Documents pour l’histoire des techniques, 14, 134-143.

Vidler, A. (1999). Technologies of Space/Spaces of Technology. Journal of the Society of Architectural Historians, 58(3) 482–486.

Weil, S. (1963). La condition ouvrière. Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Ci-après Réflexions. Je cite dans ce texte l’édition rééditée par Vrin en 1972.

2 Ces notes biographiques viennent pour partie du mémoire de Stéphanie Dudek (2004).

3 Il écrit dans ses notes, le 25 avril 1933 : « J'aimerais trouver ma récompense dans ce monde, ma récompense qui serait le moyen de continuer, de trouver la liberté nécessaire pour écrire tout ce qu'il me reste à écrire. Car le faire en même temps que mon labeur quotidien d'architecte, c'est trop lourd, trop cruel. » (Lafitte, 1933a).

4 Pour une synthèse, voir Mitcham (1979), Guffroy & Bontems (2018) et Hayward & Thibault (2021).

5 Il aura fallu le travail rigoureux de Jacques Guillerme pour mettre au jour la correspondance de Jacques Lafitte avec Simone Weil. Un mystère en effet entourait deux ébauches de lettre que Weil avait conservées, et que son éditeur avait publiées de façon posthume lors de la parution de La condition ouvrière en 1951, sous la rubrique « Fragment de lettre à X » (Weil, 1951). Guillerme retrouva dans les archives de Lafitte au début des années 1970 deux lettres manuscrites de Weil, de 1933 et 1934, « autorisant par-là l’identification de X » (Guillerme, 1972).

6 Cette thèse – la coévolution des techniques et du fait humain – n’est pas originale à Lafitte. On la retrouve par exemple chez Ernst Kapp en 1877 dans Philosophie der Technik et plus tard reprise par Georges Canguilhem et André Leroi-Gourhan. On la retrouve ensuite dans les travaux de Peter Sloterdijk, qui discute directement de Kapp (2000) et ceux de Bernard Stiegler (1994b), qui s’intéressaient particulièrement aux thèses de l’extériorisation de la mémoire chez Leroi-Gourhan.

7 D’ailleurs son texte fait référence à Jacques « Laffitte », deux « f », erreur typographique qu’avait commise pour la première fois Marcel Moré dans son texte de 1936 : on peut donc penser que Guilbaud avait lu le texte de Moré pour préparer le sien.

8 La réédition de ce même numéro en 1978 est assurée par Louis Couffignal et non pas Guilbaud. Il existe donc sur le marché de la revente deux numéros 683 intitulés « La cybernétique ».

9 Le Moyne avait été l’un des membres fondateurs de la revue La Relève, qui avait vu le jour au Québec en 1934 sous l’inspiration et au contact d’Esprit. Publiée jusqu’en 1941, la revue avait Jacques Maritain comme maître à penser ; Mounier y avait aussi publié (Angers & Fabre, 2005 ; Lamonde, 2008).

10 Pierre Naville, par exemple, souligne : « Je ne vois pas ce que ce terme [mécanologie] ajoute à celui, par exemple, de technologie » (Naville, cité dans Hart & Le Moyne, 1971, p. 92). Voir Schatzberg (2018b) sur l’institutionalisation de la technologie en France.

11 En plus de celles évoquées par Schaztberg (2018b) et Le Roux (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislain Thibault, « L’idée de la « mécanologie » à travers le XXème siècle »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/25628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.25628

Haut de page

Auteur

Ghislain Thibault

Professeur agrégé au Département de communication de l’Université de Montréal et co-directeur du Laboratoire Artefact, un espace de recherche consacré aux matérialités de la communication. Ses recherches se situent au croisement de l’histoire des sciences et de l’histoire des médias et portent sur l’analyse de différentes implications sociales, épistémologiques et politiques de l’émergence des médias dans la première moitié du XXème siècle.
ORCID : https://orcid.org/0000-0003-1564-4450

Adresse : Université Montréal, Département de communication, 90 Vincent d’Indy, Outremont, H2V 2S9 (Québec, Canada).
Courriel : ghislain.thibault[at]umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search