Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-1Hommage à Trevor Pinch

Hommage à Trevor Pinch

Alexandre Camus

Texte intégral

1Trevor Pinch nous a quitté le 16 décembre 2021 des suites d’un cancer contre lequel il se battait depuis quatre ans. Chercheur généreux, son œuvre d’une rare richesse a fait de lui l’un des auteurs les plus importants des études sociales des sciences et des techniques. Dans la deuxième partie de sa carrière, il aura également marqué, presque parrainé, le développement international des sound studies internationales. Ayant eu l’honneur de rencontrer Trevor ces dernières années, j’aborderai sa carrière extraordinaire mais également sa personnalité si attachante.

Trevor Pinch (01.01.1952 – 16.12.2021)

Trevor Pinch (01.01.1952 – 16.12.2021)

Crédits : avec la permission de University Relations (Cornell University) sous la licence : https://creativecommons.org/​licenses/​by-nc-nd/​4.0/​legalcode.

2Au printemps 2016, j’ai rencontré Trevor à Lausanne à l’occasion d’une conférence. Alors doctorant, ma thèse discutait avec les science and technology studies (STS) comme avec les sound studies. La conférence de Trevor était un cadeau inattendu, une occasion d’entrer en dialogue avec un maître qui avait réussi cette double inscription. Lors des échanges suivants son intervention, il a très vite montré de l’intérêt pour mon travail et, quelques semaines plus tard, lorsque je lui propose de me rejoindre à partager un terrain lors du 50ème Montreux Jazz Festival afin de suivre l’entreprise de numérisation des archives du festival, il n’a pas hésité une minute : « This is going to be fun! ». C’est ainsi qu’au lendemain de sa conférence à l’Institut Humbolt de Berlin, il arrivait en Suisse. Ce furent deux semaines d’un intense travail de terrain, explorant le festival jusque dans ses moindres recoins, et qui allait s’avérer décisif pour ma recherche.

3L’aisance de Trevor sur le terrain était tout simplement impressionnante. Ses observations pertinentes commencèrent dès ses premiers pas. Elles ont rapidement nourri des discussions passionnantes au sujet des dispositifs sonores mis en scène sur les différents lieux du festival, sur le statut du son dans l’entreprise du Montreux Jazz Digital Project mené par mes collègues de l’EPFL, sur la numérisation des patrimoines et ce que pouvait impliquer la numérisation d’événements musicaux, ou encore sur les pratiques de démonstration et de persuasion. Son goût pour la musique et les STS trouvait manifestement de quoi s’exercer sur ce terrain. Je mesurais mon privilège mais ce n’était pas le sujet. Il y prenait un plaisir non dissimulé et cela rendait la collaboration très agréable. J’avais trouvé un partenaire de jeu qui, bien que de 30 ans mon aîné, avait les mêmes passions et la même énergie que moi. Son intégration aussi rapide qu’habile au terrain m’a permis d’ouvrir de nombreuses portes et de reconsidérer des points que je pensais établis. Loin de tirer la couverture à lui, ce qui lui aurait été très facile, il m’a mis en valeur, m’a fait avancer. Il m’a également permis de prendre conscience des dynamiques à l’œuvre avec mes partenaires de terrain. En me faisant remarquer que le travail de terrain était arrivé à saturation, il m’a aidé à réaliser que, même si j’avais du mal à l’envisager, il s’agissait de quitter le terrain et d’écrire. C’est ce que j’ai fait. Ma dette est immense et je l’en remercie encore ici.

4Cet exemple personnel fera sans aucun doute écho chez de nombreuses et nombreux collègues qui ont eu la chance de croiser Trevor sur leur chemin. Il était ce qu’on l’on appelle parfois une super star, un chercheur brillant à la stature internationale ayant publié des textes de référence. Pour autant, il était des plus disponibles pour les jeunes chercheurs et chercheuses, toujours partant pour explorer des idées nouvelles ou pour une dernière bière avant la fermeture du club, tant pour le bien de l’argument que pour le plaisir d’être ensemble. Il était vif, présent, ouvert et attentif à celles et ceux qui l’entouraient. Il avait la faculté de vous faire sentir que vous aviez toute son attention, que l’accompagnement qu’il vous apportait était unique, que vous étiez unique. Cette générosité est rare.

5La créativité de Trevor s’est exprimée très tôt et avec retentissements. Après une licence en physique à l’Imperial College London terminée à l’orée des années 1970, il se forme au science studies dans un des rares master de l’époque à Manchester (Liberal Studies of Science). Aussitôt après, Trevor fait la rencontre d’Harry Collins auprès duquel il se forme à la sociologie des sciences (précisément Sociology of Scientific Knowledge). Il réalise plusieurs terrains dans des laboratoires de physique en Angleterre et aux États-Unis et rédige une thèse en sociologie à l’Université de Bath avec Harry Collins qui paraîtra en 1986 sous le titre Confronting Nature: The Sociology of Solar-Neutrino Detection (Springer). Trevor n’hésitait pas à rappeler l’importance décisive de sa rencontre avec Collins pour sa trajectoire intellectuelle et, notamment, son apprentissage de l’écriture des sciences sociales. Ils publieront ensemble en 1993 leur livre le plus remarqué, The Golem: What Everyone Should Know About Science (Cambridge University Press).

6Jeune docteur, il a été l’architecte, avec Wiebe Bijker, de l’approche dite SCOT – social construction of technology. Ce modèle a apporté un important renouvèlement dans la bataille contre le déterminisme technologique, encore largement hégémonique et considérant unilatéralement l’impact de la technologie sur la société. Mettant l’accent sur l’importance du travail des groupes d’utilisatrices et utilisateurs dans l’invention des usages, Trevor Pinch a compté parmi les pionniers dans l’ouverture d’une brèche dans laquelle nombre de travaux se sont engouffrés pour documenter le façonnage social des technologies. Le premier article co-signé avec Wiebe Bijker et paru dans la revue Social Studies of Science en 1984 « The Social Construction of Facts and Artefacts: Or How the Sociology of Science and the Sociology of Technology Might Benefit Each Other » tout comme l’ouvrage co-édité avec Bijker et Thomas Hughes, The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, a Founding Text in the Field (1987, MIT Press), font toujours référence.

  • 1 Charvolin, Florian (2011). « Trevor Pinch, Frank Trocco. Analog Days: the invention and impact of t (...)

7Non seulement chercheur de premier plan, Trevor Pinch était également musicien, grand amateur de musique électronique et de rock progressif, du synthétiseur Moog et de l’histoire de son développement auquel il a consacré un livre important avec Frank Trocco, intitulé Analog Days: the Invention and Impact of the Moog Synthetizer (Harvard University Press, 2002)1. Lui-même jouait du clavier Moog (entre autres) et avait construit son propre synthétiseur à la fin des années 1960. Son implication dans la communauté internationale des Science and Technology Studies dépasse largement les concerts réguliers qu’il donnait dans le cadre des conférences internationales de la Society for Social Studies of Science (4S) ou l’European Association for the Study of Science and Technology (EASST). Dès 1990, lorsqu’il rejoint le campus de Cornell, c’est pour développer puis diriger ce qui allait devenir l’un des plus importants départements STS sur le plan international. Trevor a également, parmi d’autres engagements, co-édité l’un des premiers STS Handbook of Science and Technology Studies (Sage, 1994), présidé la 4S entre 2012 et 2013, et codirigeait la prestigieuse collection « Inside Technology » des MIT Press. Couronnement d’un parcours extraordinaire, il a reçu le Prix Bernal de la 4S en 2018 pour l’ensemble de sa carrière.

8Aujourd’hui, Trevor Pinch nous laisse une œuvre aussi inspirante qu’importante. Modeste, il ne se revendiquait pas comme bâtisseur. Pour autant, ses contributions majeures à l’expansion des STS internationales et l’effet de la parution du Oxford Handbook of Sound Studies co-édité avec Karin Bijsterveld (Oxford University Press, 2012), qui aura largement accéléré la structuration internationale des sound studies, nous amènent à reconsidérer cette position. Trevor aura marqué durablement les domaines de recherche dans lesquels il s’est investi, tout autant que les mémoires des personnes qui ont eu la chance de travailler avec lui ou de profiter de ses travaux. Son départ est unanimement salué comme une perte tant sur le plan intellectuel que sur le plan humain. Dans la communauté STS internationale, nous sommes nombreuses et nombreux à avoir perdu un ami.

9Les derniers mots iront vers sa famille et ses proches à qui j’adresse toutes mes condoléances.

Haut de page

Notes

1 Charvolin, Florian (2011). « Trevor Pinch, Frank Trocco. Analog Days: the invention and impact of the moog synthetizer », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 5(3) URL : http://journals.openedition.org/rac/13946.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Trevor Pinch (01.01.1952 – 16.12.2021)
Crédits Crédits : avec la permission de University Relations (Cornell University) sous la licence : https://creativecommons.org/​licenses/​by-nc-nd/​4.0/​legalcode.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/26660/img-1.png
Fichier image/png, 888k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Camus, « Hommage à Trevor Pinch »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/26660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.26660

Haut de page

Auteur

Alexandre Camus

Adresse : Université de Lausanne (Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search