Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours3 | 2023 - Fragilités Matérielles

3 | 2023 - Fragilités Matérielles

Date limite de réception des articles : 30 Septembre 2022
Jérôme Denis et David Pontille

Dossier coordonné par Jérôme Denis et David Pontille

Cet appel à articles a pour objectif de faire de la fragilité un opérateur analytique pour interroger à nouveau frais la place et le rôle de la matière dans la composition du monde. Depuis quelques années, la question de la matérialité a connu de profonds bouleversements dans de nombreux domaines des sciences sociales. À la fin des années 1980 et pendant les années 1990, un premier « material turn » a vu le jour dans les Sciences and Technology Studies (STS), qui a principalement consisté à inclure les objets dans la liste des éléments participant activement à la fabrique du social, et à mettre en lumière les dimensions politiques et morales des technologies (Winner, 1980 ; Akrich, 1987 ; Latour, 1994 ; Gell, 1998 ; Pickering, 1995). Dans cette perspective, la capacité d’agir des objets techniques s’inscrit dans le prolongement de l’action humaine et tient essentiellement à leur solidité et leur pérennité. La fragilité matérielle demeure un impensé de ces approches (Domínguez Rubio, 2016).

Cet intérêt pour les aspects matériels de la vie des humains a été renouvelé depuis plusieurs années par des travaux, parfois rassemblés sous le terme de « nouveau matérialisme », qui se sont en quelque sorte rapprochés de la matière afin de l’explorer à l’aune de son hétérogénéité et des processus dynamiques qui caractérisent son existence. Dans la lignée de la philosophie de Deleuze et Guattari et de Whitehead, ces auteurs insistent eux aussi sur le rôle de la matière dans la constitution du monde, mais en se détachant de la figure de l’action humaine afin de mettre en lumière l’imprévisibilité des processus d’auto-organisation et la créativité propre de la matière, ou plutôt de la multitude des matériaux à l’œuvre dans la vie aussi bien humaine que non-humaine (DeLanda, 2006 ; Barad, 2007 ; Bennett, 2010 ; Clark & Szerszynski, 2021). C’est une écologie matérielle qui est décrite ici, faite d’interdépendances multiples et changeantes. Elle permet de mettre en avant des formes d’action spontanées de la matière, une propension propre à se manifester qui ne découle pas directement des humains, dont l’activité est elle-même toujours prise dans un champ de forces hétérogènes. Dans cette perspective vitaliste, la matière agit moins au titre de sa solidité ou de sa capacité à produire des compositions immuables qu’à sa tendance à se transformer constamment et à générer des surprises au sein d’agencements toujours dynamiques. En revanche, c’est bien sa puissance d’expression et sa force qui sont célébrées (Bennett, 2004), et la fragilité reste une propriété négative, permettant surtout de souligner les faiblesses d’institutions (trop) humaines qui négligent ou sous-estiment l’autonomie des matériaux et l’imprévisibilité des écologies (Connolly, 2013).

Riche et stimulante, cette approche met au premier plan le rôle d’agencements composites et volatils dans le devenir commun des humains et des autres entités. Elle n’en demeure pas moins frustrante tant la plupart de ses auteurs restent attachés au prisme de l’action, comme le note Ingold (2013), qui plaide quant à lui pour abandonner le vocabulaire trop restreint de l’agency et lui préférer celui plus ouvert de l’animacy. Dans cette même ligne, cet appel à articles souhaite enrichir l’étude de la composition matérielle du monde en reconsidérant la question de la fragilité, et plus particulièrement les formes de savoirs et les savoir-faire qu’elle suscite. Il vise notamment à libérer la notion d’un usage asymétrique qui la réduit à une qualité négative (une faiblesse, un défaut d’agency), tout en assumant sa capacité à mettre en lumière des situations contrastées. La fragilité matérielle est une condition commune ambivalente (Duclos & Sánchez Criado, 2020), dont la prise en considération à partir d’une approche agnostique invite à repenser les inégalités et les déséquilibres à l’œuvre dans la vie des choses comme dans celle des humains (Hennion, 2019). Interroger la fragilité dans cette perspective permet de renouveler l’intérêt pour la spontanéité des agencements matériels tout en restant attentif à la diversité des formes de précarité qu’ils font émerger, et plus généralement aux variations d’intensité qui les traversent, sans préjuger de leur caractère problématique.

Plusieurs domaines de recherche qui ont émergé, ou se sont recomposés récemment, offrent des pistes prometteuses pour aller dans ce sens, notamment autour de la vie des éléments chimiques (Beansaude-Vincent & Loeve, 2018), des pollutions et de la toxicité (Boudia et Jas, 2019 ; Farrelly et al., 2021), des grandes catastrophes (Tironi et al., 2014), des activités qui se déploient dans les interstices des ruines du capitalisme industriel (Tsing, 2015), ou encore des modalités de valorisation de la dégradation dans la conservation patrimoniale (DeSilvey, 2017). Et la question de la fragilité en tant que telle, et ses formes de connaissance, a fait l’objet de premières discussions à la croisée des récents développements des théories du care (Puig de la Bellacasa, 2017) et des études de la maintenance (Jackson, 2014 ; Denis & Pontille, 2015 ; Domínguez Rubio, 2016). Des préoccupations à propos de la présence de matières indésirables aux conditions de production de la durée pour des entités composées de matériaux instables, en passant par la diversité des modes d’existence de la fragilité elle-même et de ses problématisations locales, ces travaux ont ouvert de nombreuses pistes d’investigation, dont beaucoup restent à approfondir.

Issues d’horizons disciplinaires variés, les contributions à ce numéro sont invitées à poursuivre et compléter ces travaux en combinant enquête empirique sur des cas précis et réflexions théoriques. Attentives aux différentes manifestations de la fragilité matérielle, elles sont notamment invitées à aborder les questions suivantes, de manière non-exclusive et selon des combinaisons laissées à l’appréciation des autrices et auteurs.

Quelles sont les épistémologies de la fragilité matérielle ? Existe-t-il des manières de « faire connaissance » (Despret, 2002) avec les choses propres à l’appréhension de leur fragilité ? La prise en considération des fragilités matérielles participe-t-elle à une réorganisation des connaissances disponibles dans une situation et/ou à une redistribution des expertises ? Quelles formes de collaborations scientifiques favorise-t-elle ou au contraire empêche-t-elle ? Quelle place fait-elle aux formes de connaissances proximales, et avec elles à celles et ceux qui évoluent au contact de la matière (techniciennes, techniciens, usagers, amatrices, amateurs…) ?

Quelles formes de sensibilité sont-elles à l’œuvre dans l’attention à la fragilité ? Quel rôle tiennent les corps, les instruments et les répertoires de description dans la prise en considération des fragilités de la matière ? Et comment cette sensibilité pour la fragilité se consolide-t-elle en préoccupation partagée ? Comment certaines formes d’appréhension des choses sont-elles débattues, revisitées ou abandonnées selon les milieux au nom du souci pour la fragilité matérielle ?

Autour de quelles formes morales et de quels horizons normatifs la prise en considération de la fragilité matérielle se configure-t-elle ? Dans quels termes différentes formes de fragilités sont-elles débattues ? Comment passe-t-on d’une lutte contre des manifestations considérées comme indésirables à des manières de composer avec une fragilité appréhendée comme propriété immanente ? Comment s’articule-t-elle à une éthique située du soin ? À quelles formes d’obligation l’attention à la fragilité donne-t-elle lieu ?

Quelle est la politique de la fragilité matérielle ? Si les dimensions politiques de l’immuabilité ou de la puissance créatrice de la matière ont été jusqu’ici largement discutées, comment appréhender celles de la fragilité ? Comment les conditions de cohabitation entre les humains et d’autres entités sont-elles rediscutées et réaménagées en son nom ? Quels sont les collectifs qui se forment autour du souci de la fragilité matérielle ? Quelles asymétries et quelles inégalités se redessinent autour de la prise en considération, ou de la négation, de cette fragilité ?

Modalités de soumission

Les propositions de contribution seront d’abord évaluées sur la base d’un résumé étendu de 1 000 mots maximum attendu pour le 2 Mai 2022, envoyé aux éditeurs invités du numéro de la Revue d’Anthropologie des Connaissances : Jérôme Denis (jerome.denis@minesparis.psl.eu) et David Pontille (david.pontille@minesparis.psl.eu).

Pour les contributions retenues, les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65 000 signes) seront à soumettre en ligne sur le site de la revue - http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser avant le 30 Septembre 2022.

Les auteur·e·s peuvent éventuellement contacter les coordinateurs du dossier avant de soumettre leur proposition.

Bibliographie

Akrich, M. (1987). Comment décrire les objets techniques ? Techniques & Culture (9), 49-64.

Barad, K. (2007). Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meaning. Durham: Duke University Press.

Bennett, J. (2004). The Force of Things: Steps toward an Ecology of Matter. Political Theory, 32(3), 347-372.

Bennett, J. (2010). Vibrant Matter: A Political Ecology of Things. Durham: Duke University Press.

Bensaude-Vincent, B. & Loeve, S. (2018). Carbone, ses vies, ses œuvres. Paris : Seuil.

Boudia, S. & Jas, N. (2019). Gouverner un monde toxique, Versailles : Quae.

Clark, N. & Szerszynski, B. (2021). Planetary Social Thought: The Anthropocene Challenge to the Social Sciences. Medford: Polity Press.

Connolly, W. E. (2013). The “New Materialism” and the Fragility of Things. Millennium - Journal of International Studies, 41(3), 399-412.

Duclos, V. & Sánchez Criado, T.S. (2020). Care in Trouble: Ecologies of Support from Below and Beyond. Medical Anthropology Quarterly, 34(2), 153-173.

DeLanda, M. (2006). A New Philosophy of Society: Assemblage Theory and Social Complexity. London; New York: Continuum.

Denis, J. & Pontille, D. (2015). Material Ordering and the Care of Things. Science, Technology & Human Values, 40(3), 338-367.

DeSilvey, C. (2017). Curated Decay: Heritage beyond Saving, University of Minnesota Press.

Despret, V. (2002). Quand le loup habitera avec l’agneau. Paris : La Découverte.

Domínguez Rubio, F. (2016). On the Discrepancy Between Objects and Things: An Ecological Approach. Journal of Material Culture, 21(1), 59-86.

Farrelly, T., Taffel, S. & Shaw, I. (eds.) (2021). Plastic Legacies: Pollution, Persistence, and Politics. Athabasca, Athabasca University Press.

Gell, A. (1998). Art and Agency: An Anthropological Theory. Oxford: Clarendon Press.

Hennion, A. (2019). Maintenir/soutenir : de la fragilité comme mode d’existence. Séminaire de recherche du Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI), 2017-2019. Pragmata, 2, 484-500.

Ingold, T. (2013). Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture. London and New York: Routledge.

Latour, B. (1994). Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité. Sociologie du Travail, 36(4), 587-607.

Pickering, A. (1995). The Mangle of Practice: Time, Agency, and Science. Chicago: University of Chicago Press.

Puig de la Bellacasa, M. (2017). Matters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Tironi, M., Rodriguez-Giralt, I. & Guggenheim, M. (eds.) (2014). Disasters and Politics: Materials, Experiments, Preparedness. London: Wiley.

Winner, L. (1980). Do Artifacts Have Politics? Daedalus, 109(1), 121-136.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search