Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’émergence d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle en Afrique de l’Ouest

Le cas de l’administration des produits laitiers (1930-1980)
The emergence of humanitarian government of nutritional poverty in West Africa. The case of administration of dairy product (1930-1980)
La emergencía de un gobierno humanitario de la pobreza nutricional en África del oeste. El caso de la gestión de los productos lacteos (1930-1980)
Samuel Pinaud

Résumés

Cet article décrit le rôle de la quantification dans l’émergence d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle par les produits laitiers en Afrique de l’Ouest entre les années 1930 et 1980. Il analyse dans un premier temps la structuration progressive, dans l’entre-deux-guerres, des savoirs nutritionnels et des velléités réformatrices qui y sont associées. Dans un deuxième temps, il se centre sur les modalités de distribution des produits laitiers dans les colonies françaises d’AOF. Il montre que la quantification des besoins alimentaires des populations indigènes fait l’objet d’une lutte entre le pouvoir colonial et les institutions internationales entre les années 1930 et 1950 freinant d’autant la construction d’une vision universelle du problème de la faim dans le monde. Dans un troisième temps, il s’intéresse au rôle de la quantification nutritionnelle dans la gestion des programmes d’aide alimentaire en produits laitiers mis en place par les organisations internationales et la CEE dans la période 1950-1980. Il analyse les raisons pour lesquelles son influence sur les modes d’administration des produits laitiers fut limitée aux populations touchées par une guerre ou une sécheresse, ce qui laisse finalement largement ouverte la question de la prise en charge de la malnutrition chronique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le milieu du XIXe siècle, les produits laitiers font l’objet d’une attention particulière des gouvernements occidentaux en raison de leur richesse nutritionnelle au point d’être considérés comme des quasi-médicaments (Stanziani, 2005). Les hygiénistes ont ainsi rapidement cherché à agir sur leur distribution malgré le fait que ces produits puissent être vecteurs de maladies graves s’ils ne sont pas administrés dans des conditions hygiéniques adéquates. Les sciences de la nutrition, qui se sont développées dans l’entre-deux-guerres, précisent les apports nutritionnels de ces produits au regard des besoins nutritionnels que ces mêmes sciences participent à objectiver (League of Nations, 1936).

2Cet article porte sur le rôle et la signification de la quantification nutritionnelle dans la construction d’une action publique souhaitant agir sur les déséquilibres entre les ressources alimentaires mondiales (ici les produits laitiers) et les besoins nutritionnels des populations d’Afrique de l’Ouest des années 1930 aux années 1980. Nous suivons l’hypothèse d’A. Desrosières pour qui

La quantification, vue comme l’ensemble des conventions socialement admises et des opérations de mesure, crée une nouvelle façon de penser, de se représenter et d’exprimer le monde et d’agir sur lui. (Desrosières, 2014, p. 39)

  • 1 Nous parlons de « pauvreté nutritionnelle » – et non pas de faim ou de malnutrition – pour souligne (...)

3Les processus de quantification n’étant jamais neutres, nous les prenons ici comme objet d’étude privilégié de l’articulation entre science (de la nutrition) et politique (alimentaire) en Afrique de l’Ouest sur la période d’étude. Nous cherchons plus précisément à comprendre l’articulation entre les savoirs nutritionnels et les pratiques d’administration des populations pour distinguer différentes formes de gouvernement de la pauvreté nutritionnelle, notamment un gouvernement colonial distinct d’un (ou plutôt des) gouvernement(s) humanitaire(s) de la pauvreté, et expliquer le glissement progressif de l’une à l’autre. Il ne s’agit pas seulement de montrer comment la quantification influence l’action publique mais également de comprendre comment cette mise en chiffre de la faim est le vecteur de rapports de force politiques et participe au déplacement des frontières morales de l’acceptable et de l’intolérable (Fassin et Bourdelais, 2005). V. Bonnecase montre ainsi comment les injonctions de la Société des Nations (SDN) puis de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) à développer des enquêtes alimentaires dans les colonies françaises ont participé à remettre en cause la légitimité de la métropole à régler la question alimentaire dans ses colonies (Bonnecase, 2008, 2009). En prenant la suite de ces travaux, nous montrons que l’extension des enquêtes nutritionnelles à l’ensemble de la population du globe constitue les prémices d’une nouvelle forme de gouvernement de la pauvreté nutritionnelle1 que nous qualifions d’ « humanitaire ».

4Nous reprenons à D. Fassin (2008) sa conceptualisation de la notion d’ « humanitaire » qui renvoie, selon le sociologue, à une double signification : d’une part

À l’ensemble des êtres humains partageant une même condition (appartenir à l’humanité), et d’autre part comme mouvement affectif portant vers ses semblables (faire preuve d’humanité). De la première signification découlent une demande de droits et une attente d’universel ; à la seconde se rattachent l’obligation d’assister et l’attention à l’autre. (Fassin, 2008, p. 9)

5Nous montrons comment les nutritionnistes réformateurs de la SDN participent à dessiner, par la mise en place de standards et d’enquêtes nutritionnels internationaux, ce que nous appelons, en suivant la conceptualisation de Fassin, une commune humanité nutritionnelle malgré la prégnance du pouvoir colonial qui freine largement, jusqu’aux années 1950, l’internationalisation du regard nutritionnel sur la pauvreté. La quantification chaotique des « besoins nutritionnels » en protéines animales objective une situation de malnutrition quasi généralisée qui entraîne, en retour, un ensemble de politiques de distribution alimentaire lesquelles démontrent un souci de « faire preuve d’humanité » (Fassin, 2008). Le risque lié aux maladies qui peuvent être transmises par une mauvaise administration des produits laitiers oblige les administrateurs de l’aide alimentaire quels qu’ils soient à porter une attention particulière aux modalités de distribution de ce produit comme au respect des posologies. Cette particularité d’un gouvernement des besoins nutritionnels par les produits laitiers permet également de souligner l’importance de la dimension matérielle (Doré, 2013) des formes de gouvernement dont il est question par la suite.

  • 2 Nous rejoignons ici les travaux de Carémel (2012, 2015) qui analyse finement l’influence des alimen (...)

6Nous décrivons ainsi la genèse cognitive et matérielle des différentes formes de gouvernement de la pauvreté nutritionnelle dont l’étude est laissée de côté tant par les travaux centrés sur l’évolution des politiques de quantification des besoins (Depecker, 2013 ; Bonnecase, 2008) que par ceux, anthropologiques, qui s’intéressent davantage à la réception de l’aide (Olivier de Sardan, 2011) ou à la perception de la malnutrition (Petitjean, 1996 ; Jaffré, 1996)2.

7Pour comprendre comment s’est progressivement mise en place une relation de plus en plus ténue entre représentation de la pauvreté nutritionnelle et distribution alimentaire, nous prenons le cas particulier des produits laitiers et suivons un plan chronologique. Dans un premier temps, nous analysons la genèse des sciences nutritives et le rôle qu’elles attribuent aux produits laitiers dans l’équilibre nutritionnel international. Dans un deuxième temps, nous nous plaçons au cœur de la relation coloniale pour comprendre la place et l’usage fait de la quantification des besoins des populations africaines en protéines animales et en produits laitiers en particulier. Dans un troisième temps, nous portons le regard sur le premier essai de quantification des besoins en protéines animales et les formes de gouvernement qui y sont liées. La quatrième partie porte sur la période des années 1960-1980 marquée par l’envoi massif d’aide alimentaire dans les pays sahéliens et la montée d’une lecture monétaire de l’aide alimentaire qui limite, en partie, la volonté initiale des nutritionnistes de la SDN d’agir largement sur les modes d’administration des ressources alimentaires.

Les sciences nutritives comme science d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle

8En développant des savoirs concernant la relation entre santé et alimentation des populations, les sciences nutritives, qui s’institutionnalisent progressivement dans l’entre-deux-guerres au sein de la jeune Société des Nations (SDN), vont influencer la distribution internationale des produits alimentaire et notamment des produits laitiers.

La vocation réformatrice de la Société des Nations

9À partir de la fin du XIXe siècle, les sciences nutritives sont marquées par un tournant épidémiologique. Nombre de problèmes sanitaires se trouvent de plus en plus pensés comme découlant de possibles carences alimentaires (Worboys, 1988 ; Depecker, 2014) qu’il s’agit de corriger. Le lien entre santé et alimentation des populations se retrouve ainsi au centre des investigations scientifiques largement soutenues institutionnellement par l’Organisation d’hygiène de la jeune SDN (Borowy, 2012). Différentes catégories d’aliments sont distinguées par les promoteurs de ce « newer knowledge of nutrition » (McCollum, 1918 ; Weindling, 1995) selon leur apport à la reproduction physiologique des corps. Un rapport de la SDN, qui se veut une synthèse des savoirs nutritionnels existants dans l’entre-deux-guerres, distingue ainsi les « energy-bearing foods » et les « protective foods », les premières apportant principalement des ressources énergétiques (les céréales notamment), les secondes ayant une composition plus variée mêlant protéines, vitamines et acides aminés indispensables à la reproduction des tissus et à la vitalité du corps (League of Nations, 1936). Les produits laitiers se trouvent fortement valorisés par cette catégorisation des aliments. Si leur valeur nutritionnelle est reconnue depuis la découverte du rôle des protéines dans l’organisme au cours du XIXe siècle, ce qui les classe dans la première catégorie, la reconnaissance progressive du rôle des vitamines pour l’organisme au cours du premier tiers du XXe siècle augmente cette valeur nutritionnelle et les produits laitiers se trouvent, de fait, également classés dans la seconde catégorie d’aliments.

10Les recherches nutritionnelles menées à la SDN ont une vocation réformatrice assumée. L’objectif est d’améliorer le sort des populations occidentales les plus touchées par la crise des années 1930 (Borowy, 2009 ; Weindling, 1995) en réorganisant les modalités de production et de distribution des ressources alimentaires sur la base d’une évaluation nutritionnelle des besoins, cela à une période où surproduction et pauvreté se font face (Barona, 2010 ; Borowy, 2009).

Standardisation et quantification des besoins d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle

11Ces velléités réformatrices s’appuient sur une connaissance de plus en plus fine des besoins alimentaires à mesure que les enquêtes alimentaires se multiplient (dès la fin du XIXe siècle) au côté des enquêtes budgets plus traditionnelles (Depecker, 2014, 456). Il est ainsi possible d’étudier au plus près les quantités ingurgitées de chaque nutriment et analyser les corrélations avec certaines pathologies. Les mécanismes physiologiques du corps, c’est-à-dire la manière dont celui-ci consomme les différents éléments nutritifs, ne sont toutefois que partiellement connus, si bien que l’évaluation des besoins, c’est-à-dire la définition des quantités optimales que chaque personne doit consommer de chacun des nutriments, s’effectue par approximation, en mesurant la consommation alimentaire des personnes jugées en « bonne santé » (League of Nations, 1936 ; FAO-OMS, 1965).

12Les premiers standards alimentaires sont ainsi édictés la fin du XIXe siècle par Wilbur Olin Atwater aux États-Unis et Carl von Voit en Allemagne. À partir de la définition des besoins d’un « individu moyen » qui sert d’étalon à l’évaluation des carences alimentaires, les nutritionnistes ajustent leurs préconisations nutritionnelles selon la spécificité physiologique de chaque catégorie de population et selon la dépense énergétique quotidienne de chacun. Ces standards sont voués à appuyer l’action publique orientée vers le règlement des problèmes de malnutrition : ils doivent permettre d’évaluer le niveau d’alimentation et d’approvisionnement adéquat des populations (League of Nations, 1936, p. 19 ; Barona, 2010).

13Les premiers standards internationaux élaborés par la SDN s’appuient sur ces travaux effectués depuis la fin du XIXe dans les pays occidentaux (League of Nations, 1936). L’ « individu moyen » auquel ils font référence renvoie donc à la consommation d’un individu jugé en « bonne santé » dans ces pays, l’objectif étant que chacun (au-delà donc de la population occidentale) puisse avoir accès à ce niveau de consommation. La définition de ces standards internationaux doit permettre à la SDN d’objectiver et de quantifier les inégalités sociales internationales dans l’objectif de corriger des inégalités évaluées selon une métrique nutritionnelle commune à l’ensemble du globe, et cela avant même que les outils de la comptabilité nationale ne permettent de mesurer les inégalités de richesses monétaires entre nations (Bonnecase, 2011).

  • 3 Pour une présentation de ces méthodes et de leurs évolutions, voir FAO (2002).
  • 4 Dans le cas de la malnutrition infantile ou de crises humanitaires d’envergure, des systèmes de mes (...)

14Les standards nutritionnels édictés par la SDN ne peuvent aider à mesurer les inégalités nutritionnelles internationales que dans la mesure où ils sont adossés à une méthode standardisée de mesure des quantités consommées par les populations (Bigwood, 1939). Ce sont les enquêtes effectuées aux États-Unis qui servent de principale référence et cela dès la fin du XIXe siècle (Depecker, 2013 ; Larchet, 2013). Les méthodes promues consistent à porter une attention particulière sur les rations alimentaires réellement consommées et non plus seulement d’évaluer les quantités consommées à partir des enquêtes budget plus classiques. Ces méthodes restent toutefois coûteuses à mettre en œuvre si bien qu’il est plus habituel de recourir à une enquête générale sur les disponibilités moyennes par habitant (méthode dite du « bilan alimentaire ») à partir d’une évaluation de l’alimentation disponible sur l’ensemble du territoire3. De fait, ces standards et méthodes d’enquêtes ne sont donc pas directement utilisables pour penser la consommation de tel ou tel individu mais pour planifier les besoins généraux d’une nation. Pour s’ajuster au besoin d’une personne en particulier, les nutritionnistes appliquent des coefficients à ces normes générales selon l’âge et le niveau d’effort physique quotidien (League of Nations, 1936)4.

15Si les travaux de la SDN ne donnent pas de solution toute faite au problème de la faim dans le monde qu’ils permettent d’objectiver (Barona, 2010), des préconisations alimentaires accompagnent toutefois ce travail de mise en visibilité des inégalités alimentaires internationales. Le rapport de la SDN (League of Nations, 1936a) précise ainsi que les effets néfastes d’une mauvaise nutrition sur la santé deviennent critiques dès qu’une carence de neuf des douze nutriments indispensables se fait jour (p. 93). Le rapport précise également que les autorités nationales doivent porter une attention particulière à l’accès aux vitamines parce qu’elles influencent fortement la bonne tenue des corps. La santé des enfants et des femmes enceintes est également au cœur des préconisations parce que la santé de ces populations est jugée la plus fragile. Les catégorisations des populations-cibles s’effectuent ainsi, non seulement sur une échelle de carence alimentaire, mais également selon l’urgence sanitaire propre à chaque situation (League of Nations, 1936).

16Les sciences nutritives participent ainsi à requalifier les personnes et les aliments selon leurs besoins ou leur composition nutritionnelle. Les catégories de produits ou de personnes qui ressortent des travaux de la SDN configurent largement les préconisations alimentaires faites et l’importance donnée à l’approvisionnement des populations en produits laitiers. Si la consommation de produits laitiers est largement valorisée dans les pays occidentaux depuis la fin du XIXe siècle en raison de sa richesse protidique, la valeur de ces produits est réaffirmée par les recherches nutritionnelles. De plus, l’échelle de cette qualification nutritionnelle du lait se trouve étendue, par les velléités réformatrices de la SDN, à l’ensemble de la population du globe malgré les réticences des États coloniaux.

Politique de quantification (1). Un regard colonial sur la pauvreté nutritionnelle des populations de l’AOF

  • 5 Les auteurs précisent ainsi que « c’est la colonisation européenne qui empêche l’Afrique de mourir (...)

17Les pouvoirs coloniaux ont toujours considéré la misère physiologique des populations colonisées comme l’une des justifications morales de la colonisation (Hardy, 1933)5. La prégnance des standards définis par la SDN dans les colonies françaises se trouve fortement influencée par la reconfiguration à l’œuvre du pouvoir colonial à partir de l’entre-deux-guerres.

Le peu d’informations sur l’état nutritionnel des populations indigènes

18Les premiers essais de quantification des rations alimentaires de la population indigène datent de cette époque (Hardy et al., 1933). Ils ne sont toutefois pas systématisés dans l’objectif de quantifier précisément les besoins alimentaires de l’ensemble de la population de ces territoires (Bonnecase, 2009) et d’agir sur sa santé. Si le pouvoir colonial souhaite agir sur l’alimentation des populations colonisées, cela n’est aucunement lié à une volonté hygiéniste désintéressée. Les programmes existants ont pour seul but d’améliorer l’état de santé de la main-d’œuvre ou des futurs travailleurs (les enfants) et sont donc directement liés à la structure de ce rapport colonial tardif.

19Dans ce contexte, l’usage des enquêtes nutritionnelles apparaît comme un site privilégié d’observation de la reconfiguration des rapports de pouvoirs dans cette période de colonialisme tardif (Bonnecase, 2009, 2010). En effet, en proposant d’objectiver autrement la réalité sociale dans cette partie du globe, les enquêtes de la SDN ne peuvent apparaître, aux yeux du pouvoir colonial, que comme une source de remise en cause de leur légitimité à administrer convenablement ces populations. Le manque de quantification des rations alimentaires en Afrique française permet notamment aux pouvoirs coloniaux français de tenir, jusqu’aux années 1940, une posture différentialiste sur les besoins nutritionnels des populations colonisées. Le gouvernement français a longtemps justifié, auprès des instances internationales, le faible intérêt à déployer de lourdes enquêtes nutritionnelles dans ses colonies par le fait que les indigènes mangeraient généralement à leur faim sauf dans les situations exceptionnelles de famine (Bonnecase, 2009). La mesure des besoins et l’administration des populations restent, dans ce contexte, encore largement dissociées selon que l’on est représentant du pouvoir colonial ou colonisé. L’attention à l’administration des produits laitiers permet de préciser plus particulièrement ce fait.

Un produit d’Empire. Les formes d’administration des produits laitiers en contexte colonial

  • 6 Arrêté 2774/SE du 7 août 1942 sur le rationnement général, pris par le gouverneur général de l’AOF, (...)

20Les formes de distribution des laits de conserve importés en AOF jusqu’aux années 1950 se comprennent dans le cadre de ce différentialisme colonial qui exclut toute comparaison entre les pratiques alimentaires des Européens et celles indigènes (Bonnecase, 2009). Le rationnement alimentaire des produits alimentaires, notamment laitiers, pendant la Seconde Guerre mondiale en est une bonne illustration6, comme l’organisation des structures médiales en place.

  • 7 « Fonds nouveaux », 1 Q 265. Au 24 mai 1943, la répartition des arrivages de lait de conserve est d (...)

21Dans ce contexte, une priorité est donnée aux besoins des populations européennes, ce qui explique qu’au Soudan français (futur Mali), la quasi-totalité (90 %) des laits de conserve importés s’écoule à Bamako où habitaient la quasi-totalité des Européens présents dans ce territoire7. L’administration alimentaire des populations indigènes retient peu l’attention du pouvoir colonial, que ce soit avant ou pendant le second conflit mondial. Le pouvoir colonial se focalise principalement sur les événements ponctuels d’importance (sécheresse, famine) qui pourraient remettre en cause le développement démographique des colonies au cœur de la politique de « mise en valeur » des colonies. Dans cette perspective, des programmes médicaux sont mis en place pour endiguer famines et épidémies qui touchent régulièrement les populations autochtones. Les structures médicales coloniales portent toutefois davantage attention aux Européens ou au personnel administratif africain qu’aux indigènes (Bonnecase, 2009, p. 55).

22Malgré leur proximité avec le gouvernement colonial (Lachenal, Taithe, 2009), les œuvres caritatives privées sont les seules institutions à porter une attention à l’alimentation des indigènes, notamment des nourrissons. L’administration des produits laitiers effectuée dans ce cadre pose de grandes difficultés liées aux conditions de leur administration. Le Docteur Cazanove précise ce point dans un article synthétique sur « La question du lait dans les colonies africaines » :

Dès qu’on transpose la question sur le terrain indigène, n’importe pas seulement le lait que l’on donne, mais la façon de le donner. Dans quel état de propreté se trouveront les récipients destinés à la traite ? Comment la femme indigène procédera-t-elle, si elle y procède, à l’ébullition du lait ? Par l’intermédiaire de quel récipient le lait sera-t-il porté aux lèvres du nourrisson ? […] Comment la jeune maman indigène utilisera-t-elle la boîte de lait condensé qui lui sera distribuée ? Comment pratiquera-t-elle les dosages et mesurera-t-elle les quantités ? Dans quelles conditions, il ne faut pas dire d’asepsie, mais de simple propreté, seront tenus les biberons et les tétines ? (Cazanove, 1936)

23Certaines expérimentations sont venues en appui de ces questionnements : « Les nourrissons indigènes qui ont été confiés à la crèche de Dakar ont été alimentés au lait condensé. Ils sont tous décédés. L’allaitement artificiel a donc subi un échec complet » (Lhuerre, 1928) en raison de la propreté des biberons distribués (Cazanove, 1936). L’efficacité du gouvernement colonial de la pauvreté nutritionnelle se trouve ainsi largement compromise par les conditions matérielles de son déploiement.

Politique de quantification (2). La Construction du bilan protéinique de l’AOF

  • 8 Des critiques de cette représentation des causes de la malnutrition (carences protéiniques) se sont (...)

24Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la toute jeune Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), reprend, avec une volonté réformatrice affirmée, la volonté de la SDN d’obtenir des pouvoirs coloniaux français des données détaillées sur la situation nutritionnelle dans les colonies d’AOF (Bonnecase, 2009b). La relation entre malnutrition infantile et carence protéinique est renforcée à la suite du rapport de J.-F. Brock et M. Autret « Le Kwashiorkor en Afrique » publié en 1952 (Brock et Autret, 1952). Plus globalement, c’est le rôle central des protéines dans le règlement du problème de la faim dans le monde qui se trouve réaffirmé par l’institution onusienne à la suite de ce rapport8.

25L’influence grandissante des institutions internationales et de leur représentation des causes de la malnutrition amène une nouvelle phase d’investigation des pouvoirs coloniaux en perte de légitimité. Les enquêtes alimentaires menées dans ce cadre confirment la sous-alimentation chronique des populations des colonies françaises d’Afrique (Palès, 1955). Les carences en protéine animale sont plus particulièrement soulignées et font l’objet d’une attention spécifique. Le rapport du Conseil supérieur de l’agriculture publié en 1957 (Veissyere et al., 1957) est le premier document à essayer de produire un bilan – approximatif – des carences protéiques de l’ensemble de la population de l’AOF. En portant le regard sur la construction comptable de ce bilan protéinique, il est possible d’observer les prémices d’une humanitarisation du gouvernement de la pauvreté nutritionnelle en Afrique de l’Ouest.

L’objectivation d’un manque. La construction du bilan protéinique de l’AOF

26Le bilan protéinique de l’AOF est effectué par la méthode dite du « bilan alimentaire » qui rapporte une évaluation des besoins globaux de la population aux disponibilités alimentaires du territoire considéré.

27Pour évaluer les besoins de l’ensemble de la population, les auteurs s’appuient sur deux principales sources d’information : les données démographiques mises à disposition par l’administration coloniale ainsi que les normes nutritionnelles revisitées régulièrement depuis 1935. Les chercheurs ramènent cette quantité aux 28 millions d’habitants de l’Afrique noire française et arrivent à une évaluation globale des besoins de la zone de 390 000 à 400 000 tonnes de protides animaux par an. Les auteurs portent une attention précise à certaines catégories de population (nourrissons, enfants, femmes enceintes et malades), ce qui marque le souci de différencier les besoins selon la spécificité de la population considérée et le rôle que peut prendre le lait dans la couverture de leur besoin spécifique. Cette différenciation de la population et des besoins demande à mobiliser un autre type de connaissance, démographique cette fois, pour approximer le nombre de femmes enceintes et le nombre des enfants selon leur classe d’âge. La population vulnérable est ainsi évaluée à près de 12 millions de personnes. Les auteurs rapportent ensuite ces estimations à la posologie préconisée par les études effectuées en métropole (Causeret, 1955 ; Tresmolières et al., 1955) et aboutissent à une évaluation des besoins en protéines animales de l’ensemble de la population des pays enquêtés (359 000 tonnes) mais également de la seule population vulnérable (24 730 000 hectolitres de lait). La différence d’unité n’est pas sans importance, les auteurs précisant que le déficit des populations vulnérables ne peut être comblé que par un aliment qu’elles consomment habituellement : le lait.

28Pour évaluer les disponibilités régionales en protéines animales, les auteurs cherchent à mesurer la production laitière annuelle grâce à une estimation de la productivité moyenne du cheptel et de la part de la production qui revient aux jeunes animaux. Les données sur le commerce extérieur sont moins sujettes à controverse. Elles sont originaires des différents services douaniers et font l’objet du même souci de mise en équivalence que les données précédentes. Les quantités disponibles des principaux aliments protéinés présents dans les colonies françaises d’Afrique sont ramenées à la seule unité de compte qui intéresse les auteurs : la quantité de protéines animales.

29Le bilan alimentaire est éloquent puisque le déficit en protéine animale est estimé à 252 000 tonnes de protéines pour l’ensemble de la population, 19 200 000 hectolitres de lait pour les populations vulnérables.

30Par l’usage fait des standards nutritionnels et des posologies définies dans les pays occidentaux, ce rapport marque une étape dans le processus de mise en équivalence des besoins alimentaires des populations indigènes et occidentales, signe d’une humanitarisation progressive du regard européen sur la pauvreté nutritionnelle africaine. Ce processus d’humanitarisation progressive du regard sur la pauvreté nutritionnelle sous les tropiques, c’est-à-dire l’inscription de ces populations dans la commune humanité dessinée par le travail de quantification des nutritionnistes de la SDN et de FAO, requalifie les populations et les choses. Les populations africaines ne sont plus des colonisés aux pratiques alimentaires particulières mais des personnes qui souffrent d’une sous-alimentation chronique (notamment en protéines animales). Les populations ne sont plus différenciées selon leur statut politique mais seulement en fonction de leur vulnérabilité physiologique. Dans ce cadre, le lait n’est plus un produit alimentaire de luxe, symbole d’une civilisation urbaine comme il commence à l’être à la même époque en Europe. Il devient une sorte de médicament répondant à des besoins nutritionnels très précis, ce qu’il était en Europe à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (Stanziani, 2005), et au développement d’un corps sain devenu objet légitime d’intervention, même sous les tropiques.

L’émergence d’un gouvernement humanitaire face aux conditions de son déploiement

31Les auteurs du rapport commandité par le Conseil supérieur de l’agriculture pointent l’incapacité du libre marché à régler les problèmes de carences protéiniques des populations africaines les plus précaires en raison de la faiblesse de leur pouvoir d’achat :

C’est seulement dans la mesure où celles-ci disposeront d’un pouvoir d’achat accru qu’elles pourront élever le niveau de leur alimentation […]. Il n’existe pas d’autre solution dans l’immédiat que celle qui consiste à apporter à ces populations carencées, selon des modalités à définir avec soin, une aide alimentaire substantielle sous la forme de distributions de produits. (Veisseyre et al., 1955)

32Cette réflexion sur les modalités d’approvisionnement des populations illustre le fait que la quantification des besoins est orientée vers un objectif d’action publique. Quantifier les besoins ne peut aller sans réflexions sur les possibilités de couverture de ces besoins. Sur ce point, la situation ouest-africaine est bien différente de celle en métropole. Dans ce dernier cas, l’augmentation du pouvoir d’achat de l’ensemble de la population permet de laisser au libre marché le soin d’approvisionner les consommateurs devenus solvables. Ce n’est évidemment pas le cas de la population durant la période des « trente glorieuses » colonisée et il faut donc, pour les auteurs, poser la question des modalités concrètes d’administration de ces produits.

33Cette question est d’autant plus importante que les produits laitiers peuvent vite s’avérer dangereux s’ils ne sont pas administrés dans de bonnes conditions sanitaires. Dans ce contexte, les prescripteurs de normes alimentaires, comme les auteurs du rapport, préfèrent envisager une administration précise des quantités prescrites via les structures sanitaires et éducatives en place (hôpital, orphelinat, écoles…). Ils souhaitent porter une attention particulière aux personnes qui font déjà l’objet d’un encadrement médical, ce qui différencie de nouveau les besoins, non plus à partir de l’urgence de la situation nutritionnelle mais en raison de la possibilité d’y répondre convenablement.

34Les individus vulnérables examinés par les Services de santé sont d’abord les seuls pris en compte (environ 6 000 000 de personnes) avant que les auteurs ne définissent, dans un second temps, un sous-groupe à la mesure des dispositifs sanitaires en place. Ils ciblent ainsi les personnes montrant des signes de carences sévères en protéines animales examinés par les services de santé, soit 10 % des individus vulnérables, et redéfinissent en conséquence les quantités de lait en poudre à administrer par catégorie de population pour prendre en compte la contrainte pragmatique liée à l’importance des services sanitaires dans les colonies. Les dangers liés à une mauvaise administration des produits laitiers aux populations vulnérables poussent les auteurs à ne concevoir la couverture des besoins en protéines animales autrement que par l’intermédiaire de professionnels médicaux. L’urgence de la situation nutritionnelle peut ainsi passer au second plan. Ainsi, si dans les expériences rapportées par les auteurs « la population scolaire était choisie pour bénéficier, la première, d’une aide alimentaire, ce n’était pas parce qu’elle était plus carencée que les autres groupes de la population vulnérable, mais parce que son effectif était connu et contrôlé ».

35L’analyse de l’étude dirigée par Veisseyre permet de souligner les soubassements cognitifs et matériels d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle. Le bilan nutritionnel s’appuie en effet sur nombre de savoirs (productifs, démographiques, nutritionnelles) qui permettent une évaluation, aussi grossière soit-elle, des besoins nutritionnels des populations africaines les plus vulnérables. L’attention portée à la dimension pragmatique du bilan alimentaire permet de souligner la « fragilité organisationnelle » (Rot, 2002) de ces formes de gouvernement de la pauvreté nutritionnelle, fragilité due aux risques sanitaires liés à une mauvaise administration des produits. Une limite plus proprement économique vient également influencer les modalités de définition des besoins à couvrir. Si l’on s’en tient au bilan global des besoins en lait des « groupes vulnérables » de la population, ce n’est pas 8 000 ou 78 000 tonnes de poudre de lait qu’il faudrait administrer à ces individus selon le calcul prenant en compte la population administrée par une institution sanitaire en place mais pas moins de 200 000 tonnes de poudre de lait, ce qui correspond à plus de la moitié de la production mondiale de poudre de lait de l’époque ! La dimension limitée des politiques d’aide en produits laitiers envisagées par les auteurs s’explique donc également par cette simple contrainte productive (et budgétaire). Ce sont donc ici les conditions d’administration des corps qui influencent en retour les opérations de quantification (restriction de la pauvreté nutritionnelle que l’on mesure) et, à travers eux, la manière de se représenter le problème de la faim (des situations d’extrême urgence non prises en compte parce qu’aucun dispositif administratif n’existe pour les prendre en charge).

Les limites d’un gouvernement de la pauvreté nutritionnelle par les produits laitiers en période d’excédents agricoles

  • 9 Celle-ci permet notamment de prendre en compte les situations où le niveau de consommation est soci (...)

36À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, une autre échelle d’évaluation internationale de la pauvreté vient structurer les débats publics internationaux. La quantification des revenus nationaux se précise à cette période et s’étend à l’ensemble des pays du globe après une première formalisation dans les pays occidentaux dans l’entre-deux-guerres (Bonnecse, 2011). Dans un contexte marqué par la pensée keynésienne9, cette évaluation des inégalités internationales n’est pas sans lien avec les questions alimentaires. En effet, dans les situations de sous-consommation, il s’agit d’augmenter de revenu des populations par un appui aux investissements productifs. Dans ce cas, l’aide alimentaire apparaît comme une « aide au développement » (économique) et les effets recherchés sur la physiologie des populations sont indirects puisque médiés par l’augmentation préalable des revenus et les effets induits sur le pouvoir d’achat des populations.

37Les savoirs économiques et leurs outils de quantification spécifiques justifient ainsi, à la fin des années 1940, l’envoi massif de l’aide alimentaire américaine aux pays occidentaux dans le cadre du plan Marshall. Les denrées sont offertes aux gouvernements avec l’obligation de les vendre sur leur territoire. L’argent ainsi accumulé doit obligatoirement servir à la reconstruction des outils de production, avec l’accord du donateur, ici, les États-Unis. C’est dans cette perspective « développementaliste » que les États-Unis écoulent la grande majorité de leurs excédents agricoles accumulés dans les années 1950 et qu’une grande partie de l’aide alimentaire est distribuée jusque dans les années 1980. Le gouvernement de la pauvreté nutritionnelle se trouve profondément modifié par cette lecture des inégalités internationales.

Quantification monétaire de la pauvreté, développement économique et requalification des produits alimentaires

38Cette lecture « développementaliste » de la pauvreté et de l’usage des produits alimentaires devient plus prégnante dans l’organisation de l’administration aux populations de produits laitiers à mesure que les excédents alimentaires deviennent pléthoriques. La jeune Organisation des Nations pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), héritière des velléités réformatrices de la direction de l’Organisation d’hygiène de la Société des Nations, anticipe le retournement de tendance entre la période de pénurie d’après-guerre et la situation excédentaire qui se consolide. Au « Comité international de la crise alimentaire » se substitue la « Commission des produits relative à l’écoulement des excédents », laquelle devient rapidement le « sous-comité consultatif à la gestion des excédents » qui a pour objectif de proposer des « principes que les États Membres devraient observer afin d’éviter que l’écoulement des excédents n’exerce des effets néfastes sur les structures normales de la production et des échanges » (FAO, 1954).

39La FAO distingue deux principaux types d’aide alimentaire : une aide alimentaire nutritionnelle destinée aux populations à la physiologie la plus vulnérable (femmes enceintes, enfants, malades) ; une aide liée au développement sur le modèle du Plan Marshall. Les auteurs rappellent les limites des aides nutritionnelles. Celles-ci supposent un coût logistique élevé qui en limite largement l’usage. Dans un contexte d’excédents alimentaires structurels, ce n’est pas seulement le processus de quantification des besoins qui est modifié mais la qualification des produits elle-même puisqu’ils s’apparentent de plus en plus à une aide monétaire dans le cadre d’une politique d’aide au développement. La forme du gouvernement de la pauvreté évolue en conséquence. Le lien entre l’aide et les besoins alimentaires des populations est plus distendu puisqu’à l’inverse de l’aide nutritionnelle, elle passe par le truchement d’une action sur le pouvoir d’achat des populations. L’objectif et de répondre aux déficits alimentaires par une action sur la « demande effective » selon une analyse keynésienne prégnante dans l’ensemble de ce rapport :

  • 10 La dimension keynésienne de ce type d’aide se retrouve clairement affichée dans un autre rapport de (...)

En effet, on réduira l’écart entre la demande effective [nous soulignons] et celle qui assurerait des niveaux de nutrition satisfaisants, essentiellement dans la mesure où l’on réussira à relever […] le pouvoir d’achat général et extérieur, ceci notamment dans les pays où les niveaux de consommation sont bas. (FAO, 1954)10

40La valeur nutritionnelle des produits laitiers reste toutefois à l’époque fortement valorisée. La FAO continue de prescrire des méthodes d’écoulement spécifiques pour ce produit : actions éducatives, développement de programmes alimentaires ou participation à des secours d’urgence. Les produits céréaliers doivent, eux, davantage être utilisés comme une aide en développement, en étant notamment revendus sur les marchés locaux.

41Cette requalification économique des produits alimentaires se couple d’un renforcement de la qualification humanitaire de l’aide alimentaire, c’est-à-dire d’une dépolitisation du ciblage des populations. Jusqu’aux années 1950 en effet, la majorité des volumes d’aide est le fait des États-Unis dans le cadre de la décriée Public Law 480 (George, 1978 ; CEE, 1963). Si l’aide américaine en produits laitiers est effectivement principalement destinée à des institutions de bienfaisance (le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), entre autres) ou à des gouvernements (dans le cadre de programmes d’alimentation infantile), c’est le choix (géopolitique) des pays destinataires de l’aide alimentaire qui est au centre des critiques (George, 1978 ; Bessis, 1979). La FAO a ainsi cherché à influencer l’orientation des aides pour qu’elles soient davantage ciblées vers des populations nécessiteuses au-delà des intérêts nationaux, ce qu’illustre notamment la création du Programme alimentaire mondial (PAM) en 1963.

Le programme d’aide européen en produits laitiers : une lecture nutritionnelle des besoins limitée

42La décision de constituer un programme européen d’aide alimentaire en poudre de lait en 1969 (Laurens, 1976) s’effectue dans ce contexte. Elle fait suite à une étude commanditée par la Direction générale de l’agriculture de la Communauté économique européenne (CEE) rédigée en 1963 par un groupe d’experts agronomes qui dessine les contours du futur programme d’aide européen.

43Les termes de ce rapport sont très proches des réflexions développées par la FAO sur l’humanitarisation de l’aide alimentaire. La qualification développementaliste de l’aide alimentaire s’en trouve toutefois renforcée. Les besoins nutritionnels font bien l’objet d’une quantification générale et ce, à l’échelle de l’ensemble des populations qualifiées à l’époque de « sous-développées ». Le rapport Veissyere sert ainsi de base à la quantification des besoins de l’ancienne AOF, mais l’usage de l’évaluation des besoins physiologique par l’action publique communautaire ou internationale se trouve largement restreint. Le rapport de la CEE est clair sur ce point :

De telles évaluations des besoins physiologiques indiquent des objectifs éloignés. Il convient cependant de rechercher si elles peuvent constituer une base réaliste pour une utilisation planifiée des excédents. […] Une réponse réaliste ne pourra être trouvée que si les prévisions établies en fonction·de normes physiologiques sont complétées par d’autres considérations plus générales [de développement notamment]. Il faut tenir compte également des obstacles qui se présenteront sur le plan technique, administratif, économique, etc. (CEE, 1963)

44Tous les besoins physiologiques ne sont pas évalués sur la même échelle. Le rapport distingue la sous-alimentation chronique de l’ensemble de la population à la sous-alimentation des personnes vulnérables. Si l’administration directe des produits est envisagée pour ces dernières, ce n’est pas le cas pour l’ensemble de la population en raison des effets démobilisateurs qu’auraient de telles aides :

La fourniture d’aliments gratuits à toute personne sous-alimentée en vue de compléter son alimentation déficitaire bouleverserait les principes fondamentaux de l’évolution sociale et économique, à savoir la volonté créatrice individuelle, la responsabilité personnelle, l’effort personnel, la prestation fournie, les droits qui en découlent et la contrepartie reçue. (CEE, 1963)

  • 11 Journal officiel des Communautés européennes, L 59, du 14 mars 1970. Si le PAM devait répondre tout (...)
  • 12 Si les prémices de ces méthodes de ciblage de la malnutrition remontent à Quételet (Quételet, 1871) (...)

45Cette lecture va renforcer la légitimité de l’aide alimentaire en produits laitiers comme aide au développement. L’aide alimentaire de la CEE suit de multiples canaux qui privilégient cet usage des produits laitiers. Le canal « multilatéral », c’est-à-dire le passage par des institutions internationales garantes du caractère désintéressé des clés de répartition choisies, est le plus important. Le PAM en est le principal bénéficiaire à la suite de la signature, en 1970, d’une convention prévoyant sur la livraison de 120 000 tonnes de poudre de lait11. Au-delà de ce partenariat, l’aide alimentaire en poudre de lait de la CEE prend trois formes : 1) les aides de « programme », qui sont des transferts à des conditions avantageuses effectuées aux États receveurs. Elles ont pour but de rééquilibrer la balance des paiements des pays receveurs, les États revendant sur leur territoire, comme bon leur semble, les denrées ainsi offertes ; 2) les aides alimentaires dites de « projets » qui correspondent à des dons pour un objectif spécifique, généralement un projet de développement. L’argent économisé doit permettre de constituer un « fonds de contrepartie » destiné à un projet de développement défini en amont ; 3) les aides d’ « urgence » constituent la troisième forme d’aide prévue par la CEE. Elles sont distribuées pour répondre à une situation sanitaire critique – due à un conflit ou à une famine par exemple. Ce n’est que dans ce dernier cas que l’évaluation nutritionnelle des besoins influence directement des modalités de distribution des besoins. Dans ce cas, l’évaluation globale des besoins selon les méthodes proposées par le rapport Veyssière trouve sur le terrain le complément utile d’une métrique spécifique permettant de cibler les populations : l’anthropométrie. Les modalités de mesure anthropométrique de la malnutrition s’affinent à cette période dans l’objectif de caractériser les personnes en situation de « malnutrition aiguë », selon les catégories qui se forgent à cette même époque12.

46En dehors de l’aide alimentaire d’urgence, les formes d’aide mises en œuvre par la CEE s’apparentent, dans leur manière d’agir sur les populations, à une aide monétaire. Elles participent ainsi à la mise en œuvre de ce que nous pouvons qualifier comme un gouvernement humanitaire de la pauvreté monétaire des populations. C’est effectivement le caractère « sous-développé » des populations qui est ici la cible de l’action publique (Rist, 2013 [1996]).

Le gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle à l’épreuve de la sécheresse au Sahel

  • 13 Sur les conditions de la reconnaissance publique de cette famine, voir Bonnecase (2010).

47Un cas paradigmatique de la mise en œuvre d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle en situation d’urgence est l’aide alimentaire envoyée au Sahel dans les années 1970 suite à la reconnaissance publique, en 197313, de la famine qui y sévit.

48On peut distinguer rapidement trois formes d’administration de ces aides à cette époque. La première correspond à la vente de l’aide alimentaire sur les marchés locaux. L’objectif est de contenir l’augmentation des prix des produits importés. Malgré sa proximité avec les aides alimentaires pour le développement, faciliter la couverture des besoins est ici l’objectif premier. La seconde utilisation de l’aide alimentaire d’urgence est le fait de l’administration locale que le cas malien permet d’illustrer :

Lorsque les avions-cargos déchargent du mil, du sorgho ou du riz, une commission présidée par le commandant de cercle décide de la répartition entre la commune, les arrondissements, les réfugiés et les fonctionnaires. (Le Brun et al., 1974)

49La troisième modalité d’administration de l’aide d’urgence, la plus médiatisée concerne l’aide distribuée dans les camps de réfugiés. Dans ce cas, des posologies strictes sont respectées grâce à un encadrement médical conséquent et des méthodes anthropométriques d’évaluation de la malnutrition.

50Les programmes d’aides alimentaires déployés après la reconnaissance de la situation de sécheresse font l’objet de multiples critiques : délai d’octroi de l’aide toujours inadapté (Cathie, 1982 ; Belot, 1978) ; mauvais ciblage des populations (Comité information Sahel, 1974 ; Cohen, 1992) ; mauvaise qualité des produits alimentaires distribués (Belot, 1978 ; Cohen, 1992) ; changement des habitudes alimentaires des populations locales et l’influence néfaste sur la production locale (Sheets et al., 1974). Les programmes d’aide alimentaire sont modifiés en conséquence (Egg et Gabas, 1997) et les produits laitiers ne font pas exception.

La requalification nutritionnelle de la poudre de lait en période de baisse des excédents alimentaires

51Dans les années 1970, le rôle des protéines dans l’équilibre physiologique des corps fait l’objet de nouvelles critiques de la part des nutritionnistes eux-mêmes comme cela a déjà été le cas dans les années 1940 (Carémel, 2012, pp. 25 et 39). La valeur nutritionnelle des produits laitiers est remise en cause dans un article retentissant (McLaren, 1974), aux répercussions importantes (Carpenter, 1986), dans lequel McLaren met en cause le diagnostic général d’un manque cruel de consommation en protéines animales dans des contextes de sous-alimentation chronique. L’auteur souligne que les protéines n’ont d’impact positif sur les corps que si la couverture énergétique (calories) est préalablement assurée. Dans le cas contraire, le rôle des protéines dans l’entretien du corps est quasi nul puisque les protéines se trouvent physiologiquement consommées comme des calories.

52Ce diagnostic influence largement l’analyse des causes de la malnutrition dans la période suivante, ce qu’illustre le glissement sémantique des nutritionnistes des institutions internationales, ces derniers ne parlant plus de « carences protéiques » mais de « carences protéino-énergétiques » (Carpenter, 1986). L’administration des produits laitiers se réajuste en conséquence, notamment dans la distribution des rations alimentaires dans trois contextes particuliers où les produits laitiers étaient encore distribués aux populations sahéliennes avec un objectif nutritionnel : les orphelinats où le lait reconstitué est préparé de manière contrôlée (Latham, 1979) ; dans les camps de réfugiés, ou les centres de nutrition thérapeutique dans lesquels les produits laitiers sont incorporés à des préparations collectives (Piguet, 1998).

  • 14 La forme même du produit change ici (lait thérapeutique) en même temps que les causes de la malnutr (...)

53Les stocks de poudre de lait baissant fortement dans les années 1970 et plus encore dans les années 1980, l’usage de la poudre de lait comme aide alimentaire se limite de plus en plus à des usages nutritionnels dans le cadre de la lutte contre la malnutrition aiguë. Dans ce cadre, elle s’introduit le plus souvent dans des préparations alimentaires spécifiques permettant de répondre à la nouvelle représentation de la malnutrition comme « carence protéino-énergétique » et non seulement protéinique14. La question de la prise en charge de la malnutrition chronique reste ainsi largement délaissée par ces transformations concomitantes des représentations de la pauvreté nutritionnelle et des modalités de sa prise en charge. Suivre l’usage des chiffres dans l’action publique permet d’analyser précisément ces transformations : il ne s’agit plus de quantifier les besoins globaux d’une population selon une évaluation du bilan alimentaire d’une nation (méthode d’évaluation de la pauvreté nutritionnelle globale ou chronique). Il s’agit davantage de partir des seuls besoins en protéines des populations vulnérables reconnues comme étant dans une situation de malnutrition aiguë selon les méthodes anthropométriques.

Conclusion

54L’article analyse l’influence des savoirs nutritionnels, produits par la SDN puis la FAO, sur les modalités d’administration de la pauvreté nutritionnelle des populations de l’ancienne AOF. Leur mobilisation dépend avant tout de la capacité de ces institutions à produire et à légitimer l’usage de nouvelles données sur la pauvreté internationale. En portant notre attention sur les processus de quantification et la circulation des statistiques et des indicateurs nutritionnels, nous interrogeons le pouvoir réformateur des sciences nutritives ainsi que les supports de la légitimité croissante des institutions internationales. Dans l’entre-deux-guerres, la manière dont les nutritionnistes souhaitent représenter les inégalités sociales à l’échelle internationale entre directement en conflit avec les pratiques du gouvernement colonial français. « Représentations de l’autre et techniques d’action sur lui sont inséparables. Les catégories dans lesquelles la réalité sociale est pensée et les pratiques par lesquelles on vise à la modifier, savoirs et pouvoirs, forment système » (Topalov, 1990). Ainsi, pour éviter toute ingérence dans le rapport colonial, le gouvernement de l’AOF a cherché à contrôler les savoirs sur la situation nutritionnelle dans ses colonies d’Afrique noire. Ainsi, comme les statistiques à leur origine, les standards et les enquêtes nutritionnelles peuvent être vus comme des outils de libération (Desrosières, 2014). Ils équipent des « revendications de justice » (Mouhanna, 2011) qui sont ici portées par des « porte-parole » à la légitimité croissante à la suite de la Seconde Guerre mondiale : les experts en nutrition des institutions internationales. Le processus de mise en équivalence des besoins alimentaires fait progressivement entrer les populations colonisées dans cette humanité nutritionnelle commune. L’analyser permet de suivre le processus de décolonisation des savoirs sur les populations d’Afrique de l’Ouest.

55L’administration des populations selon cette lecture nutritionnelle des besoins rencontre de fortes contraintes, liées au faible déploiement des services administratifs susceptibles d’administrer les produits dans des conditions hygiéniques appropriées. Le rapport Veissyere (1953) en est une première illustration. Différents besoins nutritionnels (population globale/population vulnérable) y sont différenciés selon l’urgence physiologique pour ajuster la politique nutritionnelle aux quantités disponibles et aux structures administratives en place. L’impératif de gestion des excédents qui apparaît dès les années 1950 déplace en partie les contraintes pesant sur le déploiement de cette forme de gouvernement des populations pauvres. Alors qu’on aurait pu s’attendre qu’avec une plus grande disponibilité des produits, on assiste à une plus forte prégnance de la lecture nutritionnelle des inégalités internationales, on constate que ce ne fut pourtant pas le cas. Les institutions susceptibles d’administrer convenablement les produits sont toujours en nombre restreint malgré le développement des ONG urgentistes. Il faut également souligner l’importance prise par le paradigme « développementaliste » (Rist, 2013 [1996]), dans la régulation des excédents alimentaires. L’aide alimentaire apparaît davantage comme une aide financière. Si dans un premier temps, les produits laitiers sont peu touchés par cette vision monétaire de l’aide alimentaire, c’est de moins en moins le cas par la suite au point que l’aide en produits laitiers s’en trouve largement restreinte à des populations administrativement très encadrées. Finalement, l’aide alimentaire se limite progressivement à une aide d’urgence, ce qui laisse largement ouverte la question de la prise en charge de malnutrition chronique.

Haut de page

Bibliographie

Barona, J. L. (2010). The Problem of Nutrition: Experimental Science, Public Health, and Economy in Europe, 1914-1945. Bruxelles : Peter Lang.

Belot, T. (1978). L’aide alimentaire de la communauté économique européenne : évolution, perspectives. Thèse de doctorat. Paris : EHESS.

Bessis, S. (1979). L’arme alimentaire. Paris : Maspero.

Bigwood, E. J. (1939). Directives pour les enquêtes sur la nutrition de populations. Genève : Société des Nations.

Bonnecase, V. (2008). Pauvreté au Sahel : la construction des savoirs sur les niveaux de vie au Burkina Faso, au Mali et au Niger (1945-1974). Thèse de doctorat d’histoire. Paris : Université Panthéon-Sorbonne.

Bonnecase, V. (2009). Avoir faim en Afrique occidentale française : investigations et représentations coloniales (1920-1960). Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 21(2), 151-174.

Bonnecase, V. (2010). Retour sur la famine au Sahel du début des années 1970 : la construction d’un savoir de crise. Politique africaine, 119, 23-43.

Bonnecase, V. (2011). La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale. Paris : Karthala.

Borowy, I. (2012). La Société des Nations, la crise des années 1930 et la santé. Les Tribunes de la santé, 36(3), 21-27.

Borowy, I. (2009). Coming to Terms with World Health. Bruxelles : Peter Lang.

Brock, J.-F. & Autret, M. (1952). Le Kwashiorkor en Afrique. Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Carémel, J.-F. (2012). Trajectoires d’une innovation médicale à MSF. Les traductions multiples de la prise en charge de la malnutrition : de la médecine humanitaire à la santé publique transnationale. Mémoire de recherche. Paris : EHESS.

Carémel, J.-F. (2015). Mesurer la malnutrition infantile au Niger. Entre révolution thérapeutique et transformations de la métrique des corps. Ethnologie française, 45(1), 95-107.

Carpenter, K. J. (1986). The History of Enthusiasm for Protein. The Journal of Nutrition, 116(7), 1364-1370.

Cathie, J. (1982). The Political Economy of Food Aid. Aldershot: Gower.

Causeret, J. (1955). Le lait dans l’alimentation de l’enfant et de l’adolescent. Le lait, richesse française. Paris : Opin. Econ et Financ.

Cazanove, J. L. F. (1936). La question du lait dans les colonies africaines. Africa, 9(2), 227-236.

Cohen, S. (1992). L’aide alimentaire au Sahel : cas du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal. Mémoire de DEA Paris.

Comité information Sahel (1974). Qui se nourrit de la famine en Afrique ? Le dossier politique de la faim au Sahel. Paris : Maspero.

Commission des Communautés européennes (CEE) (1963). L’aide alimentaire de la C.E.E. aux pays en voie de développement : problèmes posés et possibilités réelles. Bruxelles : Service des publications des Communautés européennes.

Depecker, T. (2014). La loi des tables : quantification du besoin alimentaire et réforme des conduites de vie XIXe-XXe siècles. Thèse de doctorat de sociologie. Paris : EHESS.

Depecker, T. & Lhuissier, A. (2014). Enquêtes nutritionnelles et reconfiguration des normes alimentaires en France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Working Paper ALISS, 1-43.

Desrosières, A. (2014). Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques. Paris : La Découverte.

Doré, A. (2013). L’exercice des biopolitiques. Conditions matérielles et ontologiques de la gestion gouvernementale d’une population animale. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(4), 837-855.

Egg, J. & Gabas, J.-J. (1997). La prévention des crises alimentaires au Sahel : dix ans d’expérience d’une action menée en réseau. Paris : OCDE/Club du Sahel.

FAO (1954). Écoulement des excédents de produits agricoles. Rome : FAO.

FAO (1955). Utilisation des excédents de produits agricoles pour financer le développement économique des pays insuffisamment développés : étude-pilote effectuée dans l’Inde. Rome : FAO.

Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture/Organisation mondiale de la santé (FAO/OMS). (1965). Besoins en protéines. Genève : FAO.

Fassin, D. (2010). La raison humanitaire : une histoire morale du temps présent. Paris : Gallimard.

Fassin, D. & Bourdelais, P. (2005). Les constructions de l’intolérable. Paris : La Découverte.

George, S. (1978). Comment meurt l’autre moitié du monde. Paris : Laffont.

Hardy, G., Vassal, J., Richet, C., & Lasnet, A. (1933). L’alimentation indigène dans les colonies françaises, protectorats et territoires sous mandat. Paris : Vigot frères.

Jaffré, Y. (1996). Dissonances entre les représentations sociales et médicales de la malnutrition dans un service de pédiatrie au Niger. Sciences sociales et santé, 14(1), 41-71.

Lachenal, G. & Taithe, B. (2009). Une généalogie missionnaire et coloniale de l’humanitaire : le cas Aujoulat au Cameroun, 1935-1973. Le Mouvement social, 227(2), 45-63.

Larchet, N. (2013). Planifier les besoins ou identifier les risques ? Formes et usages des enquêtes de consommation du ministère de l’Agriculture des États-Unis (1935-1985), in T. Depecker, A. Lhuissier, & A. Maurice (dir.), La juste mesure. Une sociologie historique des normes alimentaires (pp. 149-189). Rennes : PUR.

League of Nations (1936). The Problem of Nutrition. Geneva: League of Nations Publications.

Le Brun, T. & Kovess, V. (1974). Situation alimentaire des populations nomades du Sahel durant la sécheresse. Cahiers de nutrition et de diététique, 11(2), 119-127.

Lhuerre, H. (1928). Les œuvres de sauvetage de l’enfance à Dakar. Bulletin de la société de pathologie exotique, 21(5), 401-411.

McCollum, E. V. (1918). The Newer Knowledge of Nutrition. The Use of Food for the Preservation of Vitality and Health. New York: Macmillan.

McLaren, D. S. (1974). The Great Protein Fiasco. Lancet, 2(7872), 93-96.

Mouhanna, Ch. (2011). Entretien avec Alain Desrosières. Sociologie pratique, 1(22), 15-18.

Olivier de Sardan, J.-P. (2011). Aide humanitaire ou aide au développement ? La « famine » de 2005 au Niger. Ethnologie française, 41(3), 415-429.

Palès, L., Mayer, A., & Tassin de Saint Périeuse, M. (1955). L’alimentation en A.O.F. : Milieux – Enquête – Techniques – Rations : année 1954. Dakar : ORANA.

Piguet, F. (1998). Des nomades entre la ville et les sables : sédentarisation dans la Corne de l’Afrique. Paris : Karthala.

Quételet, A. (1871). Anthropométrie ou mesure des différentes facultés de l’homme. Bruxelles : C. Muquardt.

Rist, G. (2013). Le développement : histoire d’une croyance occidentale (4e éd.). Paris : Presses de Sciences Po.

Roger-Petitjean, M. (1996). Représentations populaires de la malnutrition au Burkina Faso. Sciences sociales et santé, 14(1), 17-40.

Rot, G. (2002). Fluidité industrielle, fragilité organisationnelle. Revue française de sociologie, 43(4), 711-737.

Sheets, H. & Morris, R. (1974). Disaster in the Desert. Failures of International Relief in the West African Drought. Washington: Carnegie Endowment for International Peace.

Stanziani, A. (2005). Histoire de la qualité alimentaire : XIXe-XXe siècle. Paris : Seuil.

Topalov, C. (1990). De la “question sociale” aux “problèmes urbains” : les réformateurs et le peuple des métropoles au tournant du XXe siècle. Revue Internationale des Sciences Sociales, 125, 359-376.

Trémolières, J., Serville, Y., & Jacquot, R. (1955). Manuel élémentaire d’alimentation humaine. Paris : Éditions sociales françaises.

Veissyere, R. & Houdet, R. (1959). Le lait et les produits laitiers dans l’alimentation des populations d’Afrique noire : conditions dans lesquelles ils pourraient notamment contribuer à réduire le déficit en protéines animales. Paris : Association française pour l’accroissement de la productivité.

Weindling, P. (1995). The Role of International Organizations in Setting Nutritional Standards in the 1920s and 1930s, in A. Cunningham & H. Kamminga (dir.). Science and Culture of Nutrition, 1840-1940. Amsterdam, Atlanta: Rodopi Bv.

Worboys M. (1988). The Discovery of Colonial Malnutrition between the Wars, in D. Arnold (dir.). Imperial Medicine and Indigenous Societies (pp. 208-225). Manchester: Manchester University Press.

Haut de page

Notes

1 Nous parlons de « pauvreté nutritionnelle » – et non pas de faim ou de malnutrition – pour souligner la dimension inégalitaire que suggère le terme de « pauvreté » et peut-être moins celui de « faim ». Quant à la notion de « malnutrition », elle renvoie selon nous trop à une analyse physiologique des corps alors que notre propos porte aussi sur les inégalités alimentaires entre groupes sociaux mis en évidence par les enquêtes nutritionnelles dont il est question dans cet article. Il s’agit d’utiliser une notion plus englobante que les catégories des sciences de la nutrition dans l’objectif de questionner la construction scientifique et politique de ces dernières.

2 Nous rejoignons ici les travaux de Carémel (2012, 2015) qui analyse finement l’influence des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE) sur la conception de la malnutrition et les modalités d’action publique déployées pour agir sur elle. Pour notre part, nous n’en restons toutefois pas seulement aux problèmes dits de « malnutrition aiguë » ou « infantile ». Plus justement, nous illustrons le processus historique de dissociation des formes de malnutrition et des modalités de leur prise en charge. Schématiquement, nous pouvons préciser que la prise en charge de la malnutrition chronique renvoie aujourd’hui aux champs des acteurs de ce qu’il est convenu d’appeler la « sécurité alimentaire ». Quant à la « malnutrition aiguë », elle est plus directement la cible des organisations dites « humanitaires » (ici compris dans son sens indigène et non dans celui repris dans cet article).

3 Pour une présentation de ces méthodes et de leurs évolutions, voir FAO (2002).

4 Dans le cas de la malnutrition infantile ou de crises humanitaires d’envergure, des systèmes de mesures anthropométriques peuvent prendre également le relais des formes de quantification des besoins ici décrites pour cibler les personnes à traiter. Dans cet article, nous nous concentrons toutefois principalement sur la quantification des besoins alimentaires globaux, sans dissocier, a priori, « malnutrition chronique » et « malnutrition aiguë » selon les catégories médicales qui se forgent progressivement au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Nous portons ensuite le regard sur les politiques orientées vers la « malnutrition chronique ». Sur le cas de la malnutrition aiguë, voir notamment les travaux de J.-F. Carémel (2012, 2015) dont le travail peut se lire comme le pendant du nôtre sur ce dernier type de malnutrition.

5 Les auteurs précisent ainsi que « c’est la colonisation européenne qui empêche l’Afrique de mourir de faim » (Hardy et al., 1933).

6 Arrêté 2774/SE du 7 août 1942 sur le rationnement général, pris par le gouverneur général de l’AOF, modifié par l’arrêté 4553/SE du 22 décembre 1942. « Fonds nouveau » : 1 Q 89. Le contingentement est en fait déjà en grande partie effectif pour les produits laitiers avant la guerre et le demeurera aussi après.

7 « Fonds nouveaux », 1 Q 265. Au 24 mai 1943, la répartition des arrivages de lait de conserve est de 90 % pour la ville de Bamako et de 10 % pour celle de Kayes.

8 Des critiques de cette représentation des causes de la malnutrition (carences protéiniques) se sont toutefois régulièrement exprimées depuis les années 1930 (Carémel, 2012, p. 25 et 39). Elles n’influenceront toutefois véritablement la conception des politiques nutritionnelles qu’à partir des années 1970 (voir infra et Carémel, 2012).

9 Celle-ci permet notamment de prendre en compte les situations où le niveau de consommation est socialement sous-optimal, ce que ne permet pas de penser le cadre analytique de l’économie néoclassique dans lequel les marchés sont, par construction, à l’équilibre.

10 La dimension keynésienne de ce type d’aide se retrouve clairement affichée dans un autre rapport de la FAO (1955, pp. 50-56). Les auteurs cherchent notamment à calculer le coefficient multiplicateur des aides en produits alimentaires.

11 Journal officiel des Communautés européennes, L 59, du 14 mars 1970. Si le PAM devait répondre tout à la fois à des objectifs d’urgence et de développement, dans les faits, il n’a consacré que 10 % de ces ressources à l’aide d’urgence durant la période 1963-1974.

12 Si les prémices de ces méthodes de ciblage de la malnutrition remontent à Quételet (Quételet, 1871), elles ont connu de profondes évolutions à partir des années 1960 (Carémel, 2012). Carémel rappelle les plus connues : rapport poids/âge comme approximation du retard de croissance ; rapport poids/taille comme signe d’une malnutrition aiguë et, plus récemment, le périmètre brachial pour évaluer rapidement la malnutrition aiguë et cela sans avoir à connaître l’âge de la personne (Carémel, 2012, pp. 28 et 29).

13 Sur les conditions de la reconnaissance publique de cette famine, voir Bonnecase (2010).

14 La forme même du produit change ici (lait thérapeutique) en même temps que les causes de la malnutrition et les réponses publiques légitimes pour y répondre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Pinaud, « L’émergence d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle en Afrique de l’Ouest »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2702

Haut de page

Auteur

Samuel Pinaud

Actuellement chercheur associé aux laboratoires IDHES-Nanterre (Université Paris Ouest) Clersé (Université Lille 1), ses travaux portent sur la construction des marchés agroalimentaires, l’économie politique de la sécurité alimentaire au Sahel et les outils de gestion dans les structures de l’économie sociale et solidaire. Après avoir soutenu une thèse sur les transformations contemporaines (financiarisation) dont les marchés agricoles sont l’objet, à partir du cas du commerce international de la poudre de lait, il travaille actuellement sur les mécanismes de reproduction de la profession agricole en étudiant la régulation des échanges de foncier agricole dans le Nord-Pas-de-Calais. Il a publié récemment avec Stéphanie Barral un article dans la revue Mouvements, « Les agriculteurs, maîtres tenaces de l’accès à la terre. Les impasses de la politique foncière française contemporaine » (2015) ainsi qu’un second dans la revue Sociologie du travail, « Matière à spéculer. Les produits laitiers saisis par l’écrit » (2014).

Adresse : Clersé (Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques), Université de Lille 1 – Bâtiment SH2, FR-59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex (France).
Courriel : samuel.pinaud[at]univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals