Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-2Comptes rendus de lectureScarlett Salman Aux bons soins du...

Comptes rendus de lecture

Scarlett Salman Aux bons soins du capitalisme. Le coaching en entreprise

Paris : Les presses de SciencesPo, 2021
Caroline Datchary
Référence(s) :

Scarlett Salman, Aux bons soins du capitalisme. Le coaching en entreprise : Presses de Sciences Po, 2021, 318 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré au métier de coaching ou pour être plus exacte, à la relation tripartite entre coach, entreprise et cadre coaché·e. Tout en étant largement méconnu du grand public, le coaching suscite des discours contrastés allant d’un enthousiasme exalté jusqu’à une défiance tout aussi exubérante. Pour donner une ampleur au phénomène, selon Scarlett Salman, il y aurait en France en 2020 entre 10 000 et 20 000 personnes ayant été formées à cette activité et 2 500 personnes qui adhèrent à une des trois principales associations professionnelles (p. 12).

2S’il y a toujours un plaisir certain à découvrir un univers professionnel, l’ambition de cet ouvrage est plus grande. Il y a un effet vertigineux et rassurant de voir combien, à la condition expresse d’être menée de manière systématique, l’analyse d’un petit objet clairement circonscrit peut s’avérer heuristique. Ici, en multipliant les cadrages empirico-conceptuels sur un simple outil de gestion de ressources humaines, l’auteure contribue à la compréhension de tout un ensemble de phénomènes autres : par analogie, comme par exemple l’institutionnalisation des professions dans un contexte d’incertitude accrue ; ou par montée en généralité éclairant alors les transformations contemporaines du travail et du capitalisme (la régulation morale interne au capitalisme, le désarmement de la critique par la « psychologisation », la gouvernementalité via les techniques du soi, etc.). En ce sens, il s’inscrit dans le droit fil du Nouvel esprit du capitalisme (Boltanski & Chiapello, 1999). D’ailleurs, il ne s’agit pas seulement d’actualiser cet ouvrage de référence qui reposait sur une analyse des discours de justifications des nouvelles pratiques managériales puisqu’ici il s’agit également d’aller voir des pratiques pas seulement discursives.

3L’enquête sur laquelle repose l’ouvrage s’est déroulée par intermittence sur près de 20 années (2002, 2005-11, 2018-20), essentiellement en région parisienne mais avec une petite incursion en Californie. Scarlett Salman a su renouveler les questions adressées à son terrain et les cadrages empirico-conceptuels associés : anthropologie des connaissances, sociologie des professions, du travail, des marchés et interactionnisme notamment. Ceux-ci s’adaptent à chaque fois à la perspective choisie avec une lecture précise et fine des travaux déjà existants et des dispositifs méthodologiques adéquats mêlant observation, entretiens, questionnaires. Au total, ce sont 80 entretiens réalisés auprès de coachs, gestionnaires et cadres coachés (difficiles à accéder cf. les identifier), des observations menées dans des événements organisées par les associations professionnelles ainsi que deux vagues de questionnaire menées à six ans d’intervalle.

4La succession des chapitres donne à voir les différents traitements auxquels Scarlett Salman a soumis son objet. Le premier traitement est historique ; le premier chapitre établit la généalogie des savoirs mobilisés par les coachs et le second retrace l’histoire de la professionnalisation de cette activité. La perspective change alors pour mieux cerner la figure de professionnels indépendants ; le chapitre trois est consacré à la morphologie de ce groupe professionnel, quand le quatrième se concentre sur le marché de l’emploi afférent. Enfin, l’auteure se concentre sur les pratiques et usages du coaching en reconstituant les épreuves de travail des cadres, à savoir les temporalités dans le chapitre cinq, les relations de travail (et notamment d’encadrement) dans le chapitre six, et la carrière dans le dernier chapitre.

5Le plan est judicieux et l’écriture est précise tout en étant agréable à lire, à l’image du titre particulièrement bien choisi ; et les lecteurs et lectrices ne doivent pas se laisser décourager par une introduction quelque peu roborative. Le souci du lecteur ou de la lectrice affleure à travers un vocabulaire jamais jargonnant, des synthèses réalisées régulièrement, des schémas récapitulatifs (chapitres 1 ou 2) ou des encadrés consacrés à l’exposition de cas singuliers (chapitre 3) fort bienvenus.

6Les premiers chapitres fournissent le cadre pour appréhender ce groupe professionnel. Le coaching repose sur un ensemble de connaissances, qui empruntent à la psychothérapie et à la littérature managériale, un équilibre précaire étant dès lors à trouver. Le chapitre 1 retrace cette généalogie depuis les années 1920 qui donnent aussi bien à voir les grands noms ou techniques déjà très présents dans la littérature, qu’une série d’institutions ou de personnes au rôle fondamental de passeur. La chapitre 2 montre combien l’institutionnalisation du coaching a permis « une relative sécurisation du territoire professionnel » via notamment les associations professionnelles et les certifications. L’essor des professionnels indépendants de service expert, dont les coachs sont emblématiques, va de pair avec un nouveau type de professionnalisation tournée vers le client, qui signe la poursuite de la pénétration des valeurs marchandes dans la société française. Le troisième chapitre entend répondre à la question « qui sont les coachs ? ». Derrière une morphologie marquée par une forte homogénéité sociale (appartenance aux catégories aisées et diplômées, plutôt âgé et largement féminisé), ce groupe est structuré autour de deux voies d’entrée dans l’activité largement contrastées des transfuges du conseil qui améliorent leur position économique et sociale ou des cadres en reconversion professionnelle dans leur deuxième partie de carrière. Le chapitre suivant s’attelle à répondre à la question de pourquoi cette activité légitime qui s’exerce auprès de client·e·s solvables, « une expertise de luxe exercée par des professionnels autonomes », est rarement la seule activité voire l’activité principale des coachs qui dès lors relèvent de la figure du contributeur intermittent de la cité par projets (p. 127) dont la polyvalence est une élément clef pour sécuriser la carrière.

7Les trois derniers chapitres sont consacrés aux réponses apportées par le coaching à trois épreuves centrales du travail de cadre à savoir les temporalités, les relations de travail et la carrière/employabilité. Si l’auteure donne à voir tout un répertoire de techniques pour déjouer les tensions (par exemple des normes langagières ou de présentation de soi), leur seule acquisition ne saurait suffire aux cadres coaché·e·s. Le coaching contribue également à une transformation de l’économie psychique des cadres. L’auteure reprend le concept d’« hygiène psychique » à Max Weber. Pour les coaché·e·s, il s’agit de « reprendre la main », de « rebondir ». Comment ? Via une discipline du langage, une maîtrise des affects et des conflits intérieurs. La personne coachée doit donc trouver en elle-même les ressorts pour surmonter des tensions qui pourtant la dépassent largement (par exemple entre les exigences d’authenticité et d’adaptabilité propres au capitalisme) participant en cela à la « psychologisation du social » au sens d’Elias, c’est-à-dire une internalisation de l’autocontrôle. C’est une belle occasion de saisir par quels dispositifs de régulation les émotions sont saisies en entreprise mais aussi le travail de composition de la personne, de mise en cohérence d’un soi menacé par des conflits d’engagements dans l’activité ou entre les exigences d’authenticité et d’adaptabilité propres au capitalisme. D’ailleurs, il y a peut-être là une piste pour expliquer le paradoxe entre cynisme et conviction dans les usages du coaching pointée par l’auteure : peut-être que par-delà son contenu, le dispositif de coaching offre une occasion légitime d’un point de vue organisationnel et avec un cadrage spatio-temporel propre « un temps suspendu » pour faire un travail de mise en cohérence de son activité.

8Si l’auteure n’est pas toujours tendre avec l’activité de coaching, notamment dans la conclusion du chapitre 7 (pp. 271-272), cette posture critique s’établit progressivement au fur et à mesure de l’analyse des données empiriques et de la démonstration. Elle montre la logique politique sous-jacente au coaching ; dans la mesure où il s’agit d’un dispositif individualisé le plus souvent prescrit, il a une fonction palliative (accompagner les cadres coachés dans un renoncement des évolutions de carrière escomptées au profit de celles réalisables) qui offre l’avantage de mettre en avant les responsabilités de l’individu et de détourner le regard de celles de l’organisation. Cette thèse est particulièrement convaincante.

9Un souci constant des questions de genre se fait sentir tout le long de l’ouvrage, que ce soit du côté des coachs ou des cadres accompagné·e·s : dans la morphologie du groupe professionnel du chapitre 3, dans les tactiques temporelles des cadres coaché·e·s du chapitre 5, ou sur les potentiels effets conservateurs du coaching sur la carrière des femmes cadres dans le chapitre 7. Carrière, temps, disponibilité, articulation vie privée vie professionnelle, autorité, autant d’ingrédients qui laisse à penser que cette activité professionnelle pourrait s’avérer particulièrement heuristique pour analyser les questions de genre. À ce titre, on pourrait regretter que cette entrée ne soit pas traitée de manière plus systématique, notamment par rapport à « l’humanisation » du capitalisme.

10Dans le même ordre d’idée, si la question du numérique n’est pas à proprement parler absente de l’ouvrage, elle n’est envisagée que comme un facteur contextuel, que ce soit dans l’évolution de la part communicationnelle au travail, dans le développement de nouvelles formes d’organisation plus horizontales ou à travers l’automatisation du contrôle. Paradoxalement, dès qu’il est question d’activité, le numérique disparaît alors même qu’il est par exemple question de temporalités qui débordent et de relations. Ceci est d’autant plus que regrettable que les dispositifs numériques utilisés par les coachs et les éventuels usages prescrits aux coaché·e·s pourraient constituer une occasion supplémentaire d’analyser la normativité associée à cette activité.

11Ces dernières remarques peuvent difficilement être formulées comme des véritables reproches tant l’ouvrage est déjà dense et fruit d’un travail considérable, et constitue au final, une somme qui fera sûrement référence sur cette activité et profession.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, L. & Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Datchary, « Scarlett Salman Aux bons soins du capitalisme. Le coaching en entreprise »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-2 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/27178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.27178

Haut de page

Auteur

Caroline Datchary

Université Toulouse 2, ORCID : https://orcid.org/0000-0002-7649-8330

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search