Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-2Dossier thématiqueEssaiUne coprésence littorale controve...

Dossier thématique
Essai

Une coprésence littorale controversée

Trois récits biographiques de mammifères marins
A Controversial Coastal Co-Presence. Three Biographical Tales of Marine Mammals
Una controvertida copresencia costera. Tres relatos biográficos de mamíferos marinos
Fabien Clouette

Résumés

Sur le littoral atlantique, les interactions entre des mammifères marins et des humains font naître des représentations singulières à l’égard du vivant, notamment lorsque des animaux solitaires sont concernés. Ces interactions inspirent aux humains des récits biographiques, mobilisés lors de controverses qui participent à transformer les manières de penser la nature. Dans ce papier, nous cheminons le long de trois récits biographiques éclairant ces recompositions des notions de sauvage, d’espèce nuisible, ou de Nature.

Haut de page

Texte intégral

1Les interactions entre des mammifères marins et des humains font naître des représentations singulières à l’égard du vivant, notamment lorsque des animaux solitaires sont concernés. Ces interactions inspirent aux humains des récits biographiques, mobilisés lors de controverses qui participent à transformer les manières de penser la nature. Ces animaux solitaires, parfois dénommés « ambassadeurs », sont des « animaux de la discorde », tantôt perçues comme des « sentinelles », tantôt des nuisibles, tantôt des concurrents, tantôt des compagnons, qui toujours « nous mobilisent » (Manceron & Roué, 2009). Cet article suit successivement les débats engendrés autour de trois cas précis d'animaux ayant été individualisés, ou ayant généré des interactions hors de leur groupe de congénères.

2Dans un premier temps, le cas de You, phoque solitaire ayant grandi parmi les surfers d'Aquitaine et vivant désormais au sein d'une colonie à Molène, incarne à lui seul l'émergence de nouvelles manières d'envisager le partage des espaces littoraux ou de produire des connaissances sur les communautés humanimales (Estebanez, Gouabault & Michalon, 2013). Il révèle également l'embarras qu'impose ce type d'interactions aux acteurs littoraux.

3Dans un second temps, le cas de Zafar, dauphin ayant vécu sur les côtes bretonnes et retrouvé mort sur les côtes hollandaises au printemps 2020, illustre les contradictions profondes entre d'un côté les représentations d'un animal emblématique du mouvement écologiste et de l'autre les négociations impliquées par sa présence dans les espaces fréquentés ou exploités par l'humain.

4En troisième partie, le cas du phoque décapité de Concarneau permet d'analyser avec plus de finesse ces recompositions du rapport à la biodiversité sur la côte atlantique. Il est en effet intéressant de noter que chaque individualisation d’un animal sur le littoral s’est accompagnée d’une judiciarisation des relations avec les espèces concernées : arrêtés municipaux et préfectoraux ont ensuite été traduits dans les textes plus généraux de la directive habitat. L’entrée de l’animal au tribunal, comme l’individualisation biographique des deux autres cas, révèle une importance croissante dans le débat public des enjeux de protection et d’exploitation autour des interactions avec ces espèces.

5Le récit de ces différents cas nous permettra de saisir, à travers les biographies animales, les enjeux de normalisation d'un espace maritime partagé entre humains et non-humains, c'est-à-dire les transformations des relations à ces animaux, des influences sociales et des prescriptions scientifiques, professionnelles, politiques, qui instaurent ce qui est normal ou anormal au sein de ces relations. Il s'agira de comprendre comment les présences d'animaux qui résistent aux définitions, entre le nuisible et le merveilleux, entre le déviant et le pionnier, entre le sauvage et le domestiqué, produisent des conflits d'interprétation entre scientifiques, professionnels et publics littoraux. Au cœur des controverses, on retrouve le souci de conceptualiser et de qualifier le vivant maritime entre différentes notions : sauvage, naturel et ressource. Les exemples convoqués dans ce texte renvoient à des débats sur les usages à privilégier dans les interactions, entre mise à distance respectueuse ou craintive, fréquentation intéressée, intervention scientifique ou expression d'animosité. De nombreux sujets de tension sont sous-jacents : bien-être animal, risques zoonotiques ou d'attaques, concurrence halieutique, impact touristique. Tous participent d'une construction de savoirs pluriels aux intérêts divers et parfois contradictoires. L'étude des arguments pour la capture ou la régulation, celle des réactions des acteurs lors des rencontres avec ces individus solitaires et du récit qui en est fait, nous permettent de saisir dans toute sa complexité l'écologisation (Kalahora, 2001) du rapport au milieu maritime. Nous plaçons ce travail d'enquête dans une tradition récente s'intéressant aux capacités biographiques (Baratay, 2017 ; Despret, 2009) et politiques du vivant animal, prenant au sérieux l'intrication de sa vie et de sa mort dans les dynamiques sociales humaines (Kirskey & Helmreich, 2015 ; Lenclud, 2000 ; Manceron & Roué, 2009 ; Mathur 2021 ; Mauz, 2005 ; Tsing et al., 2020 ; Van Dooren 2016). La prise en compte d'un inextricable lien entre l'action humaine et la coprésence non-humaine dans les dispositifs de planification de l’environnement passe parfois par l'apparition d'un empêcheur « féral » (Tsing, 2020) – c'est-à-dire ici un animal qui « poursuit une trajectoire au-delà du contrôle humain ». Dans ce contexte, certains animaux attirent particulièrement l'attention, et permettent d'analyser les enjeux politiques de coprésences : activités nautiques perturbées, mais fréquentation touristique favorisée ; captures, mais dans un mouvement général de ré-ensauvagement caractéristique des centres de soin... Sur ces terrains de controverse sur les catégorisations, les savoirs scientifiques s'opposent ou se recomposent en fonction des « savoirs situés » (Haraway, 2009). Dans ce texte, plusieurs récits biographiques d'individus solitaires « féraux » et controversés sont dépliés pour comprendre comment se fonde une individualité “déviante” animale, comment se heurtent les discours scientifiques et affectifs (les faits et les faitiches comme dirait Isabelle Stengers), et comment se construit une juridiciarisation de la nature visant à réguler l’accès aux relations sous couvert de protection. Ici, la qualification du statut de l'autre-qu'humain (Haraway, 2020) entraîne différents types d'appropriation des ressources ou des territoires, en concurrence pour l'usage de ces espaces mais aussi pour une forme de vérité des savoirs. Le terrain ethnographique permet de faire remonter un paradoxe : le phoque et le grand dauphin solitaires apparaissent aux gestionnaires comme des « gêneurs » de la communauté biotique pensée par Aldo Leopold (Micoud, 2018). Comme l'expliquait déjà John Knight au début des années 2000, les conflits entre les animaux et les humains sont parfois surtout des conflits entre humains (Knight 2001).

  • 1 Post-doctorat de 14 mois au sein du projet CLASMER de l'UBO.
  • 2 Post-doctorat d’un an à l’EHESS (2021-2022) sur les interactions entre humains et mammifères marins (...)
  • 3 La recherche « INTeractions entre la PEche et les MAMmifères marins) » du Parc naturel Marin d'Iroi (...)

6Cet article est issu d’un travail de recherche en sociologie de l'environnement, entamé lors de mes recherches doctorales et post-doctorales sur le travail en mer et le travail avec l'animal, en Bretagne et sur le littoral Atlantique français. Le terrain combine plusieurs types de matériaux : des observations participantes et des entretiens menés dans le cadre d’une ethnographie embarquée de la pêche bretonne (2014-2019) ; puis d’une ethnographie de l'éducation à l'environnement en classe de mer en Finistère (2020-2021)1 et enfin d’une ethnographie spécifiquement intéressée par les coprésences marines2. Ces trois ethnographies m’ont amené à décrire les mutations des relations entre humains et mammifères pour le moment peu étudiées3, et à fournir des données ethnographiques d'un terrain où travailleurs de la mer et animaux sont régulièrement présentés conjointement comme des « sentinelles » écologiques. Sur quels fronts et dans quelles temporalités exercent-elles alors ? Quel est le rôle social de ces animaux aux frontières de « l'humanité » et de la notion de « nature » ?

« Phoque You »

Un animal dangereux pour l'homme et pour la saison touristique

Figure 1 : You est régulièrement pris en photo ou en vidéo par les surfeurs locaux

Figure 1 : You est régulièrement pris en photo ou en vidéo par les surfeurs locaux

Crédits : Journal Sud Ouest ©

Figure 2 : Juillet 2015, You est capturé en Aquitaine

Figure 2 : Juillet 2015, You est capturé en Aquitaine

Crédits : Pelagis ©

Figure 3 : Fin 2015, You est relâché par Oceanopolis en mer d'Iroise, avec une balise sur le haut du corps

Figure 3 : Fin 2015, You est relâché par Oceanopolis en mer d'Iroise, avec une balise sur le haut du corps

Crédits : Oceanopolis ©

  • 4 En Bretagne, de nombreuses communes littorales accueillent successivement Jean-Floch, Jean-Louis, J (...)

7Le cas de You met en valeur les conflits naissants liés à une coprésence des phoques et des activités humaines, dans un contexte de retour croissant de l'espèce sur les littoraux après des décennies de disparition. Depuis 2014, ce phoque singulier jouit d'une certaine célébrité sur le littoral atlantique français. L'animal, qui a grandi parmi les surfeurs d'Aquitaine (Figure 1), a été baptisé par ces derniers « You », « Toi » en anglais. C'est une blague (« Phoque you ») qui résonne cependant avec « l'image prototypique de l’altérité » (Servais, 2000) que la société prête aux animaux coincés par l'obstacle de l'eau mais jugés comme « trop humains ». « Toi », c'est-à-dire un autre que « moi », à la fois proche et éloigné de « l’esprit humain » (ibid.). En 2015, les surfeurs croient d'ailleurs à la présence de deux phoques joueurs, et surnomment le second « Off » (pour « Fuck off », avec « off » signifiant « au loin »). Il existe une certaine tradition d'identification de ces individus singuliers (Lockyer, 1978 ; Eisfeld, Simmonds & Stansfield, 2010 ; Nunny & Simmonds, 2019 ; Wilke et al., 2005), animaux aux comportements jugés déviants ou dangereux car « trop humains », voire considérés comme tendant vers une « étape suivante de l’évolution humaine » (Servais, 2000) et à qui l'on prête un nom4 et différentes intuitions, comportements, stratégies ou compagnonnages. Des dynamiques politiques entourent ces interactions, à travers une individualisation anthropomorphique de l'animal (Gouabault et al., 2011), offrant la possibilité de retracer des biographies animales. You apparaît sur la côte de Gironde en 2014. Il monte alors sur les planches de surf et sur les humains, laissant dire à certains qu'il se prend pour les surfeurs avec qui il a grandi.

8Plusieurs interactions entre des groupes de curieux et le phoque donnent lieu à des articles de presse locale à l'automne 2014. Le 1er novembre 2014, un promeneur présent sur place crée même une page Facebook au nom de l'animal pour partager une vidéo. La page gagne rapidement en visibilité et reste aujourd'hui suivie par près de 13 000 abonnés, partageant des vidéos d'interactions ou des articles sur son parcours. Dans les articles de presse et les témoignages recueillis à l'automne 2014, des mots reviennent systématiquement, qualifiant le moment de l'interaction de « magique » et « d’incroyable »5. Le premier article paru sur You, en octobre 20146, indique d'ailleurs une augmentation du nombre de phoques observés sur les plages de Gironde « pour la plus grande joie des touristes et surtout pour celle des amoureux des animaux et de la nature ».

9Ces réactions enthousiastes font écho à ce que Jamie Lorimer a pu décrire comme relevant du « charisme animal », au contact des naturalistes. Le « charisme » animal nait de situations d’interactions au cours desquelles les humains sont non seulement capables d’identifier et de détecter l’animal, de trouver chez eux une forme d’utilité, mais auprès desquels ils éprouvent également une satisfaction intellectuelle et esthétique. L’interaction « épiphanique » (Lorimer 2007) observable autour de ces animaux « porte-drapeaux », vient nourrir un engagement en faveur de leur conservation. Le concept est repris en France par Isabelle Mauz lorsqu’elle étudie l’émotion suscitée par les rencontres avec le bouquetin, espèce « remarquable » et « patrimonialisée » des Alpes. La chercheuse ajoute aux critères la représentation de l’autochtonie de l’animal.

  • 7 Le terme surprend mais Océanopolis a obtenu un arrêté de détention provisoire pour recueillir l'ani (...)

10Mais au printemps qui suit, en avril et en mai 2015, le phoque, alors âgé d'un an et demi, devient une nuisance aux yeux des autorités locales. L’animal a grossi et grandi. Des nageurs et surfeurs rapportent des morsures, et des situations qualifiées « d’attaques ». En juillet, la préfecture demande d'abord aux usagers des plages de ne pas approcher l'animal à moins de 50 mètres sous peine d'amende, tout en réfléchissant à une solution pour débarrasser le littoral de la présence envahissante de You. Plusieurs scénarios sont envisagés, le déplacement, une capture et un relâcher au large, l’abattage de l'animal... des solutions révélatrices de la gêne politique devant le franchissement de sa « frontière naturelle » (Mougenot & Roussel, 2006). L'animal surfeur est aussi « ministériel », c'est-à-dire un animal pour lequel une autorisation du ministère de l'écologie doit être donnée pour le manipuler (phoque gris, veau marin, grand dauphin et marsouin commun, les animaux regroupés dans l'Annexe 2 de la Directive Habitat Faune Flore). La situation provoquée par la présence de You est sans précédent. Animal protégé, il ne peut pas être abattu. Animal gêneur, le territoire qu'il occupe est aussi celui des humains. Après échanges entre préfet de Gironde et DREAL de Bretagne, il est convenu qu'il ne peut pas non plus être déplacé plus au nord, pour sauver la saison touristique estivale girondine au détriment de la saison touristique bretonne. Il est donc capturé puis isolé en « détention provisoire »7 durant quatre mois dans un bassin brestois du centre de soins d'Océanopolis « moyennant finances » (Figure 2).

11Ce dernier, qui s'est spécialisé dans l'accueil d'animaux échoués ou blessés, est au cœur des controverses férales, à la fois parce qu'il est en première ligne de ces interactions sur le terrain, accueillant des animaux et centralisant les relevés croissants d'échouages, mais aussi parce qu'il est amené à discuter avec d'autres acteurs du littoral, lors de séances pédagogiques ou récréatives, lors de réunions professionnelles avec les comités de pêcheurs ou lors de débats politiques. « C'est la première fois qu'on a récupéré un animal pour comportement « déviant » » confirme un cadre du centre de soin en entretien, puisque Océanopolis n'héberge que des animaux sauvages blessés, en général des jeunes individus. You est ensuite relâché en mer d'Iroise avec une balise sur le front (Figure 3), qui permet de tracer son chemin de colonies en colonies jusqu'aux îles anglo-normandes et une bague blanche numérotée « 149 ».

12Lorsque l'animal est repéré en Gironde l'année suivante, les pouvoirs publics locaux se retrouvent de nouveau au cœur d’une controverse entre partisans et opposants à la présence du phoque sur le littoral girondin. Une pétition regroupe alors plus de 28 000 signatures8 prônant l'absence d'intervention de la part des autorités. Entretemps, le préfet a changé, et les mesures de capture ne sont plus envisagées. You reprend la route du nord et s'installe finalement à Molène, où il ne gêne plus les activités humaines, et où l'on pourrait dire qu'il retrouve un semblant d'anonymat... Sa présence n'est plus vraiment controversée car le phoque vit à distance des activités humaines. Il a retrouvé une place qui apparaît comme naturelle aux autorités, dans le cadre du partage des espaces avec les humains.

13Dans la pétition citée ci-dessus, les autrices font référence aux colonies de phoques californiens : « Le port de San Francisco accueille une colonie de phoques, qui sont photographiés, admirés... N'est-on pas capable de faire la même chose ici ? ». L’enjeu d’une cohabitation avec, non plus un individu dit « solitaire » mais une colonie fournie est un argument souvent avancé par différents acteurs sur le terrain, d’autant plus qu’un phoque solitaire peut être annonciateur d’une dynamique croissante de peuplement. Or ces enjeux sont amenés à se présenter de plus en plus sur le littoral atlantique. Cette évocation du contexte américain invite donc à considérer les enjeux d’adaptation et de développement touristique d’espaces anthropisés soumis à ces interactions. Sur la côte californienne des USA, le développement important des colonies de veaux marins, parfois dans des zones très urbanisées, a mené à d’exemplaires conflits de co-présence. À La Jolla par exemple, 25 ans de conflits entourent la plage artificielle de Children’s Pool, créée en 1931 pour protéger les enfants locaux des forts courants. On dénombre à cette époque seulement quelques centaines de phoques sur les côtes californiennes. Mais depuis l’instauration de mesures de protection par le Marine Mammal Protection Act (1972), les colonies ont fortement augmenté, jusqu’à atteindre plus de 30 000 individus en 2012 (Konrad & Levine 2021). Impossible d’individualiser un animal quand plus d’une centaine de veaux marins fréquente la plage au milieu des années 1990. La plage est fermée une première fois en 1993 pour des raisons sanitaires, la présence de nombreux phoques ayant provoqué un taux de pollution aux coliformes trop important. Puis la plage devient un haut lieu de conflits, entre partisans du refuge fermé aux humains pendant une partie de l’année, et partisans de l’utilisation humaine de l’espace, conflits matérialisés dans des manifestations et des affrontements, et ponctués par de très nombreuses actions en justice. Le cas de You en France laisse entrevoir la possibilité de l’enracinement de tels conflits de coprésence, dès que les phoques s’aventurent au-delà des îles où leurs colonies sont pour le moment surtout basées.

14A la pointe sud de la Basse Californie, au Mexique, un autre phoque, dénommé Pancho, concentre lui aussi beaucoup d'attention. L'animal est tellement devenu emblématique qu'il a désormais sa statue au centre-ville de la station balnéaire de Cabo San Lucas, une représentation en bronze financée par le propriétaire des magasins de souvenirs locaux. Plusieurs vidéos prises par des touristes et des membres d'équipages d'excursion de pêche au gros montrent des interactions avec l'animal, au large ou directement dans la marina du port. Elles rassemblent des millions de visionneurs, à l'instar de la vidéo « Feeding the sea lions » et ses 21 millions de vues sur YouTube. Une autre vidéo, lors de laquelle un lion de mer désigné comme étant Pancho « vole » une dorade coryphène valant 8000 dollars directement des mains d'un touriste atteint quant à elle 6 millions de vues9. Un compte instagram alimenté par une entreprise de promenades en bateau montre des dizaines de selfies de l'animal, à côté de touristes tout sourires (Figure 5). Sur tous ces contenus, le lion de mer est désigné comme étant Pancho. Les touristes ont même payé une excursion qui porte son nom, des « Pancho tours ». Mais, comme le soulignent plusieurs internautes en commentaire, il est difficile de savoir si c'est bien Pancho qui pose à côté des touristes venus avec l'objectif de ramener ce souvenir, voire de savoir si Pancho est encore vivant, puisque la côte californienne rassemble des colonies de lions de mer populeuses et historiquement implantées10.

  • 11 Janvier 2022
  • 12 Septembre 2021

15Depuis You, d'autres phoques sont régulièrement venus séjourner sur les côtes du sud de la façade atlantique. Lors de nos entretiens, des membres d’équipes municipales locales font part du développement de campagnes de sensibilisation des publics à ces « nouvelles » présences, en partenariat avec Pelagis. « Il faut former les gens, en particulier les promeneurs avec des chiens »11, souligne ainsi une chargée de mission Littoral d’une commune des Landes. La mesure de capture et d’éloignement de You montre que les autorités préfectorales de l’époque n’envisageaient pas de devoir un jour cohabiter avec des colonies de phoques. Pourtant, ces présences sont croissantes, et les interactions sur la plage ou dans l’eau montrent que l’animal attire les promeneurs et participe indirectement à une certaine forme de valorisation du territoire – « c’est une sacrée pub pour la commune », confie lors d’un entretien12 un maire de commune ayant pris un arrêté d’interdiction de baignade suite à la présence d’un animal solitaire dans ses eaux. On assiste même depuis quelques années au développement d'un modèle touristique d’observation de mammifères marins dans le parc marin d'Iroise.

  • 13 La viande de phoque recommence à être consommée au Québec, dans un contexte de croissance démograph (...)

16De même, les oppositions portées par la pétition contre la capture de You révèlent des conflits de coprésence. L'apparition d'un animal solitaire et sociable, rapidement doté d'un profil populaire sur un réseau social, transforme notre perception territorialisée du vivant et de l'environnement (Ingold, 2002), et en particulier des interactions dans les zones anthropisées, ou à forte activité halieutique. Dans les fils de commentaires des vidéos et publications associées au phoque sur les réseaux sociaux, s’expriment, en contrepoint de l’enthousiasme des selfies, certaines tensions liées à l'histoire des relations entre humains et phoques sur le littoral atlantique. Les acteurs impliqués dans des situations de coprésence évoquent spontanément et sur le ton de l’humour ou de l’indignation une tradition marginale, interlope et familiale : la consommation locale de viande de mammifères marins (Figure 4). Il existe en effet en Finistère une tradition du « steak de dauphin », aussi surnommé « black fish », viande prélevée sur les animaux « prises accessoires » de pêche. Les partisans locaux de cette tradition informelle s’opposent alors, en ligne, aux militants environnementalistes pour qui la consommation de cette chair animale, considérée avec affect comme proche de celle de l’humain, apparaît contre-nature13, a fortiori quand il pourrait s’agir d’un individu « connu ». En résonnance avec la division symbolique entre pecus et bestia (Dittmar, 2010), l’animal, inconcevable proie, bouscule encore les catégories.

17Mais la négociation territoriale est plus complexe que cette opposition binaire, puisque l'apparition d’empêcheurs féraux crée des terrains de débats pour des acteurs aux engagements moins militants. Non seulement elle offre des opportunités controversées de développement territorial, touristique en particulier, mais elle matérialise aussi la mise à l'épreuve de savoirs scientifiques producteurs de normes.

Figure 4 : Janvier 2020, réactions de soutien à une vidéo de SeaSheperd

Figure 4 : Janvier 2020, réactions de soutien à une vidéo de SeaSheperd

Réactions compilées par l'ONG dans une vidéo. Elles présentent des marins-pêcheurs bretons se découpant un steak de dauphin remonté mort dans leurs filets.

Crédits : capture d'image SeaSheperd ©

Figure 5 : 2021, fil Instagram des « selfies » de Pancho, par une firme proposant des excursions

Figure 5 : 2021, fil Instagram des « selfies » de Pancho, par une firme proposant des excursions

Crédit : capture d’écran Cabo Pancho Instagram ©).

Déviant ou pionnier ? Le solitaire comme terrain d'expérimentation scientifique

18Le cas de You n'est pas seulement intéressant pour mesurer la capacité de l'animal à devenir nuisible ou compagnon d'une politique de développement du littoral. Il permet aussi d’enquêter sur la fabrique de connaissances des dynamiques de peuplement des phoques, et des comportements en interaction avec les humains. L'idée de la détention provisoire, par exemple, est légitimée par un argument naturalisant : il faudrait déshabituer le phoque de l'homme. Un membre de l'observatoire Pelagis à la Rochelle, explique ainsi au micro de France Bleu Gironde14 que l'animal avait, auprès des surfeurs, perdu ses « repères d'animaux sauvages » en devenant « trop joueur » :

La faute à l'homme : mettre ses enfants à cheval sur le phoque sans penser qu'on a affaire à un animal sauvage, on ne le ferait pas avec un loup.

  • 15 Entretien enregistré le 9 novembre 2021.

19Lors d’un entretien, une membre de l’institut va dans le même sens15 :

les gens perdent les pédales… Ils se mettent dessus, vous feriez cela avec un sanglier ? Non, bon alors !

  • 16 Entretien enregistré le 27 janvier 2020.

20Ce sont les humains qui seraient alors considérés comme responsables de cette situation jugée anormale, comme l'explique un cadre de centre de soin16 lorsque la question de l'interaction est abordée :

Je pense que le responsable, là-dedans, c'est l'homme. Après je ne dis pas qu'il n'y a pas des phoques qui ne puissent pas le faire naturellement. Parce que... Je ne sais pas.

21On observe d'ailleurs sur le terrain scientifique, une réticence à qualifier le phoque de « déviant ». Même si le mot est prononcé, il est souvent, dans les conversations, associé au discours des autorités locales, ou considéré à la lumière de causes humaines qui auraient provoqué cette déviance animale. Ainsi, le chercheur de Pelagis, dans le même entretien accordé à France Bleu Gironde explique :

On a peut-être eu un concours de circonstances avec un animal qui était peut-être un peu moins farouche que les autres et qui est tombé dans un environnement où, on va dire, il a été particulièrement adopté en tant que mascotte et cela a favorisé un comportement déviant.

22Lors de notre enquête, You est davantage présenté comme un phoque comme les autres, que les chemins de l'enfance erratique auraient mené sur des littoraux où les colonies de phoques ont disparu depuis plusieurs décennies, du fait de la chasse pratiquée jusqu'aux années 1960. Selon un cadre de centre de soin, You aurait simplement découvert tardivement le mode de vie en colonie, une fois forcé par sa capture et son déplacement à Molène. Il y aurait alors fréquenté des congénères, autour des roches de Porsall, des Triagoz, de la baie de Morlaix, et surtout des Sept-îles, avec lesquels il aurait eu des interactions « positives ou négatives », mais participant à son apprentissage, en accord avec son espèce :

Donc ça doit l'intéresser. Je ne sais pas. C'est son espèce, donc il y a la curiosité qui a dû jouer. Donc voilà, des interactions. Il navigue là. Les îles anglo-normandes, y a les Minquiers, on sait qu’il y a du phoque gris aussi. Et du coup, après, il longe le Cotentin, il se dit « Oh tiens, il y en a plus. » (rires) Je ne sais pas ! Et puis il revient, il fait le chemin en sens inverse. Mais voilà, il fait quand même une incursion en Gironde parce que c'est un peu comme tous les phoques, quand ils sont jeunes, ils sont très erratiques. Parce quil n’y a pas d'enseignement, il n’y a pas d'accompagnement avec un adulte. Ce qui amène parfois des phoques nés en Irlande à venir ici. Et c'est sans doute comme ça aussi que des populations se sont reformées, puisqu'elles avaient été décimées. Et du coup ce jeune phoque gris est très mobile, très erratique, et cela les amène parfois loin, on en retrouve jusqu'au Pays Basque. Donc ils vont très très loin de leur lieu de naissance et c'est là qu'ils font leur propre expérimentation.

23Le cadre du centre de soin rationalise le caractère singulier de l'expérience de You et décrit le caractère « inné » de cette enfance erratique sur un territoire très étendu, basée sur des besoins : celui de se nourrir, qui fait essayer différentes proies, dans différents endroits et à différents moments de la journée avec des résultats plus ou moins concluants, mais aussi celui de se reposer :

 Mais, ce qui amène les jeunes à venir se reposer... Ils voient la terre, ils voient le continent, hop, ils y vont. Et donc parfois cela peut être dans un port, sur une cale de port, sur une plage très fréquentée par des activités humaines, que ce soit les promeneurs, ou les baigneurs ou les surfeurs ou les véliplanchistes, enfin toutes ces activités. Et c'est en cumulant ce genre d'expériences : « là quand je vais me reposer, je suis tout le temps emmerdé, ou on me remet à l'eau », parce que les gens se disent « ah c'est mieux, c'est un mammifère, il faut le remettre à l’eau ». Non, non, il se remet au sec, c'est pour se reposer…. Une fois qu'il aura intégré tout ça, dont des zones ou « je me repose, j'ai vu personne, je suis peinard »… Et finalement, à la fin, les animaux vont avoir un choix d'un ou plusieurs sites, où par exemple ils vont venir pour la reproduction, des sites où ils vont venir pour la mue, et puis surtout des zones qu'ils ont repérées au cours de cet apprentissage, des zones de chasse accessibles facilement, pas trop loin, ce qui peut les amener…Quand on a équipé des phoques dans l'archipel de Molène, on a des phoques qui vont en Cornouaille, au Pays de Galles, en Irlande, jusqu'en Ecosse, qui séjournent des semaines avant de revenir parce qu'ils ont un réseau de sites.

24Pour les scientifiques rencontrés lors de l’enquête, You est un cas particulier, à la « limite de la domestication », installé dans un endroit fréquenté par des surfeurs qui l'ont adopté, « qui l'ont pris comme un toutou ». Le phoque se serait plu à utiliser les planches comme reposoirs, et aurait apprécié échanger avec les humains, ainsi qu'avec un chien appartenant à ces humains. Ces premières années sont, selon le vétérinaire interrogé ci-dessus, très limitées en termes d'expériences, et le relâché organisé en mer d'Iroise aurait permis au phoque d'acquérir ce réseau de sites.

Et la Gironde, c'est quelque part un des sites, mais que... normalement on oublie, parce que ce n'est pas un truc très positif, à moins que le contact avec l'humain, lui, il le considère comme positif.

25You n'est pas le seul phoque à s’être installé sur ces plages, mais il est le plus sociable. Selon les chercheurs des centres de soin de Brest et de la Rochelle, à peu près au même moment que le passage de You, des colonies de phoques semblent s'installer en Gironde, sans qu'il y ait de corrélations entre son expérience et la leur. Simplement, les phoques installés plus au nord descendent pendant leur enfance erratique et trouvent ces zones poissonneuses dignes d’être recolonisées. Une présence accrue de phoques gris est en effet observée par les scientifiques le long du Golfe de Gascogne, en Bretagne, en Charente Maritime, en Gironde et jusqu'au Pays basque, où non seulement de jeunes phoques transitent mais où de plus en plus de phoques adultes sont également observés ponctuellement. Ces observations laissent penser à la préfiguration d'une installation de colonies, notamment autour des îles – Glénan, Moutons, Groix, Belle-île, Oléron et Ré. Pour les chercheurs, les phoques gris observés sur le littoral du Golfe de Gascogne ne transgressent pas que les « frontières naturelles » entre société et nature, comme You, mais remettent aussi en cause certaines connaissances scientifiques admises. Ainsi, la ligne isotherme de 15° Celsius paraît être une limite dépassée pour considérer les critères de peuplements de phoques gris, et est aujourd'hui remise en question, puisque You, comme d’autres congénères solitaires moins médiatisés, a grandi dans une eau plus chaude. « On a l'impression que c'est une espèce très plastique qui arrive à conquérir, entre guillemets, de nouveaux territoires », conclut un membre de centre de soin.

26Reste la question de l'interaction recherchée par l'animal. Contrairement aux autres phoques, You n’a pas développé de crainte vis-à-vis de l'humain. Selon l'équipe du centre de soin, le phoque gris est curieux, mais prudent. Les interactions physiques entre humains et mammifères marins seraient provoquées par trois facteurs : une imprégnation, à l'instar de veaux marins célèbres sur le littoral du pays malouin, une agression, ou bien une « tentation », comme dans le cas des nombreuses interactions recensées entre chasseurs sous-marins et phoques intéressés par les poissons accrochés à leur ceinture. Pendant un entretien en centre de soin, nous évoquons une interaction que j'ai observée lors de l'accompagnement d'une randonnée palmée dans l'archipel de Molène. Un phoque est monté sur une plongeuse flottant en surface, surprenant l'organisation de la sortie, puisqu'aucun phoque n'avait eu ce comportement auparavant. Ce phoque était bagué, et une vérification auprès du parc marin d'Iroise a posteriori nous a appris qu'il s'agissait de You. Selon un membre de centre de soin, You choisirait naturellement de se tenir à l'écart des humains, après avoir constaté que la vie avec ses congénères était plus intéressante que celle vécue auprès des surfeurs. Ni totalement imprégné, ni craintif, le contact avec l'humain lui resterait habituel, sans être un repère recherché, d'où la tentation, contrairement à ses congénères, de venir au contact lorsque des humains sont de passage dans sa colonie d'adoption. Un membre de l’observatoire Pelagis résume lors d’une discussion de terrain : « on n’en entend plus vraiment parler, même s’il monte sur deux trois plongeurs de temps en temps. »

27Le cas de You montre donc plusieurs enjeux de l’évolution des coprésences sur le littoral atlantique français : animal jugé « solitaire » parce qu’il a exploré des eaux plus lointaines que celles des colonies connues jusqu’alors, You est un déviant pour certains, et un pionnier pour d’autres. Dans la fabrique des connaissances scientifiques sur son espèce, You ; et ses successeurs qui s’aventurent au sud des côtes bretonnes, bousculent les catégories. Ils sont aussi annonciateurs de sociétés littorales qui devront davantage composer avec ces animaux, non plus solitaires, mais en colonies. Les activités, touristiques notamment, sont amenées à se restructurer. Si la « déviance » de You est vite relativisée par les scientifiques et vétérinaires, qui voient dans sa première installation en Gironde le fruit d’une errance normale chez les jeunes phoques, et son installation finale à Molène la preuve d’un rétablissement spécifique, d’autres animaux individualisés fréquentant les ports fournissent en revanche des cas de controverses plus franches sur la déviance animale : les grands dauphins solitaires.

Zafar, de la rade au musée

Figure 6 : Mars 2020, au ponton du centre nautique de Douarnenez, un enseignant et ses élèves attendent la prame qui les emmènera derrière l'écluse à l'abri du dauphin

Figure 6 : Mars 2020, au ponton du centre nautique de Douarnenez, un enseignant et ses élèves attendent la prame qui les emmènera derrière l'écluse à l'abri du dauphin

Crédit : Fabien Clouette

Figure 7 : Octobre 2020, Zafar meurt lors d'une interaction avec un navire de pêche hollandais. Son squelette est exposé, debout, au Musée Ecomare

Figure 7 : Octobre 2020, Zafar meurt lors d'une interaction avec un navire de pêche hollandais. Son squelette est exposé, debout, au Musée Ecomare

Crédit : Ecomare ©

Une classe de mer « magique » et perturbée

  • 17 L’expression est récurrente parmi les enquêtés recoupant le « monde du dauphin merveilleux », et c’ (...)

28En mars 2020, la saison douarneniste de classes de mer et de voile scolaire est compromise par la présence d’un grand dauphin solitaire, « Zafar », qui pourrait blesser les enfants en retournant les coques d'optimists (Figure 6). Le dauphin, connu de longue date du centre de soin d'Océanopolis, empêche la tenue sécurisée des séances, comme You menaçait la sécurité des plagistes girondins. Ces dauphins sont lourds et de grande taille. C'est d'ailleurs ce qui participe à les rendre sympathiques auprès du grand public. Les grands mammifères marins qui semblent rechercher le contact humain, sont ainsi appelés par certains « dauphins ambassadeurs »17, comme s’ils étaient porteurs d’un message. Mais pour l'organisation des activités nautiques, la présence insistante de l'animal est avant tout accidentogène.

  • 18 Les « pingers » sont des dispositifs de répulsion acoustique, généralement placés sur les navires d (...)

29Zafar est plutôt surnommé le « coronadauphin » par les moniteurs pour insister sur la gêne créée par sa présence pour l’organisation des activités. L'animal est un « récidiviste », selon le terme employé sur le terrain, car il était présent auparavant dans le port de Brest et sur différents plans d'eau de la rade, aucune solution n’ayant jamais été trouvée pour cohabiter avec l’animal. Les directeurs de centres et les élus communiquent beaucoup entre eux, sans vraiment réussir à gérer la situation. Les agents de la mairie et les personnels du centre nautique rivalisent alors de stratégies pour éloigner Zafar. L’animal impose en effet la mise en place de techniques d'évitement qui augmentent le travail en plus d'être rapidement vaines ou restrictives. Il est par exemple envisagé d'entraîner l'animal avec une bouée vers le large, où les moniteurs organisent une diversion, le temps que les enfants entrent dans le port fermé par l'écluse, espace restreint mais à l’abri. La direction du centre nautique municipal appelle le centre de soin de Brest pour adapter sa stratégie, mais les soigneurs expliquent que les pingers18, dispositifs de répulsion habituellement utilisés pour éloigner les bancs de dauphins approchant les bateaux de pêche, ne fonctionnent pas sur les animaux solitaires comme Zafar. La nouvelle est accueillie par les personnels du centre comme un élément mystérieux de plus à cette interaction surprenante : «  si ça ne lui fait rien, c'est qu'il n'est pas foutu comme les autres, mais du coup est-ce que c'est vraiment un dauphin ? » résume un moniteur. Les hypothèses scientifiques ne permettent pas de modérer ces définitions informelles de ce qu’est un « vrai dauphin ». Contrairement aux phoques solitaires, comme You, les dauphins solitaires sont en effet plus facilement qualifiés de « déviants », et l’hypothèse la plus acceptée par la communauté scientifique est que l’animal se serait fait exclure du groupe. Pourtant, des individus solitaires disparaissent pendant quelques mois des ports qu’ils fréquentent, et certains sont parfois identifiés parmi les colonies. Mais leur comportement alimente l’hypothèse d’un manque de reconnaissance par leurs congénères.

30Rarement un animal aura autant incarné au même moment le rêve du grand public et le cauchemar du gestionnaire (Tsing, 2017). Sans solution répulsive, les usagers du port doivent donc attendre que Zafar se lasse et qu'il trouve d'autres sociabilités. En attendant, « l'ambassadeur » concentre toute l'attention des passants sur le quai. Pour les enfants, la présence de Zafar reste le meilleur souvenir de classe de mer, sur le moment, comme l'indiquent les multiples discussions enthousiastes à son sujet, mais aussi plusieurs mois après, comme le confirment les focus groups menés l’année suivante avec les élèves. Zafar est en effet directement évoqué par la grande majorité des élèves interrogés comme le premier souvenir qu'ils ont de la classe un an après sa tenue. Les élèves ont suivi son destin tragique relayé dans la presse à l'issue du séjour et certains formulent même les enjeux de cohabitation, entre protection de la biodiversité et exploitation halieutique.

  • 19 « Un drôle d’embarras autour de la mort de Zafar, le dauphin mutilé », Anne Crignon, publié le 29 a (...)
  • 20 Entretien distanciel - Mars 2021.
  • 21 Source : https://www.walvisstrandingen.nl/ et entretien distanciel avec l’équipe vétérinaire de l’U (...)

31Juste après la classe de mer suivie, le confinement a été déclaré et Zafar a quitté le port breton pour suivre un voilier de fret vers la mer du Nord. Ce départ est attribué par les scientifiques à un manque d'interactions avec les humains. Il entre dans le port d'Amsterdam à la suite du navire, traversant les écluses d'Ijmuiden. Le 3 mai, il est reconduit au large par SOS Dofijn, une association comparable au Réseau National Echouage (RNE) en France. C'est là qu'il trouve la mort lors d'une interaction avec un navire quelques semaines plus tard. La découverte de sa carcasse échouée donne une dimension internationale à la controverse. Pour les scientifiques chargés de bancariser les données sur les échouages, mais aussi pour satisfaire la demande du public au sujet de l’animal, il faut alors « recomposer le corps » (Doré, 2010). Une autopsie de la carcasse est conduite par des vétérinaires néerlandaises (Ijsseldjik et al., 2021), afin de définir la responsabilité anthropique et animale dans l'accident. Plusieurs articles de presse alimentent la piste d'une remontée de l'animal dans des filets comme prise accessoire, d'autant que le dernier signalement de Zafar indiquait qu'il suivait un chalutier en route-pêche. Un article de L'Obs19 remet notamment en cause la version officielle d'un accident d'hélice, qu'il qualifie de « fantaisiste », et donne à ses lecteurs une description de ce qu'a pu être la mort de l'animal s'il avait été remonté dans un chalut, mutilé et rejeté agonisant dans l'eau jusqu'à son échouage. Le journaliste se base sur les photographies montrant le dauphin échoué, avec la queue sectionnée, et non hachée. Cette version, contestée par un article scientifique des vétérinaires en charge de l'autopsie, est appuyée au cours de l'article de presse par des citations de « spécialistes » controversés et appartenant au « monde du dauphin merveilleux » décrit par Véronique Servais dans ses travaux (2013). En effet, c'est la thèse d'un choc avec l'hélice qui est privilégié par les vétérinaires, moins culpabilisante pour les pêcheurs que celle de la capture accidentelle. L'équipe se base sur l'absence de lésions cutanées typiques des marques de filets sur la peau, même si les autrices expliquent que l'errance précédant l'échouage les a peut-être effacées. Elles ajoutent également que les causes de l'amputation ne peuvent être affirmées avec certitude, du fait de la décomposition des tissus (Ijsseldjik et al., 2021). L'emballement médiatique encourage l'équipe vétérinaire en charge de l'autopsie à rédiger un article scientifique, contrairement à la procédure habituelle qui consiste à rédiger une simple note au ministère après chaque autopsie de cétacé. Selon elles20, l'intérêt n'est pas seulement médiatique, mais également scientifique, puisque l’apparition d'un grand dauphin est rare sur ces côtes où s’échouent chaque année des centaines de marsouins communs21. L'espèce a en effet disparu des côtes néerlandaises au XXsiècle, lorsque la mer intérieure de Zuiderzee a été poldérisée et que les pêcheries de hareng qui s'y déployaient se sont arrêtées. L'équipe vétérinaire intitule son article scientifique « Fatal attraction », une référence à un thriller hollywoodien (1987) racontant une histoire d'adultère tournant à l'obsession jusqu'à une issue fatale. Non sans humour, la référence rappelle la charge émotionnelle entourant l'interaction inhabituelle entre l'humain et l'animal sociable. Mais l'attraction que possède le dauphin pour les activités humaines est proportionnelle au « fort potentiel émotionnel auprès du grand public » (Ridoux, 1995) exercé par cet animal « charismatique » (Lorimer 2007 ; Mathur 2021). Sur les réseaux sociaux, l’annonce de la mort de Zafar est largement commentée, et l’article scientifique de l’équipe vétérinaire néérlandaise est traduit, commenté, contesté. Mais si la cause de la mort de l’animal est le sujet de débats, la récupération du corps et la propriété de la carcasse de Zafar devient vite l’objet principal de la controverse numérique.

L'animal au musée : une controverse numérique

32À l'issue de l’enquête vétérinaire hollandaise, Ecomare, un musée local, récupère le squelette de Zafar (Figure 7). Son squelette est exposé debout, comme s'il sautait hors de l'eau, dans une « position typique »22 de son espèce selon le site internet du musée, ainsi prêt à « nourrir les imaginaires » (Tang, 2021). D'abord placé dans un espace d'exposition temporaire, il rejoindra ensuite les collections permanentes aux côtés d'autres dauphins. Les procédures hollandaise et française sont identiques : les individus échoués sont, après signalement, récupérés par les collaborateurs du RNE, analysés par des vétérinaires, autopsiés et en partie archivés23, puis détruits avec l’aide d’un équarisseur. Mais comme le dauphin n'est pas anonyme, des associations militent pour que son histoire, ou l'histoire de son interaction avec les humains, soit racontée sur le cartel de l'exposition associé à l'animal. Une pétition24 concentre la mobilisation autour de cette acquisition muséale, refusant le « transfert conceptuel et culturel » (Bondaz, 2014) qu'implique la collecte des ossements par le musée dans la biographie de l'animal. Au musée, le squelette n’a pas de cartel biographique inscrivant la célébrité de Zafar au-delà de sa mort et des frontières géographiques de la Bretagne. C’est un exemple désincarné au sens strict, un squelette défait de sa chair et de son identité propre qui est exposé. Le grand dauphin représente son espèce et, dans l'esprit des concepteurs de l’exposition, un acteur disparu d’une biodiversité précédant l’époque de la poldérisation néerlandaise. Les collectifs qui réclament le rétablissement de sa singularité biographique bretonne influencent le passage à la postérité patrimoniale de l’individu, incarnant malgré lui l’ensemble des enjeux politiques de la gouvernance des ressources halieutiques et des conflits de gestion des pêcheries comme des réserves de biodiversité.

Figure 8 : été 2020, le squelette de Zafar est exposé debout au musée Ecomare

Figure 8 : été 2020, le squelette de Zafar est exposé debout au musée Ecomare

Crédit : Ecomare ©

Figure 9 : Juillet 2020, sur la page Facebook de Zafar, la modératrice s’indigne des consignes officielles d’observation des mammifères marins

Figure 9 : Juillet 2020, sur la page Facebook de Zafar, la modératrice s’indigne des consignes officielles d’observation des mammifères marins

Crédit : Facebook ©

33Auparavant controversée, la taxidermie suscite depuis quelques années un certain « engouement » (Dalla Bernardina, 2013) au point d’être aujourd’hui considérée comme un dispositif pédagogique capable de fournir des outils fondamentaux d’éducation à l’environnement (Jeanne, 2019). Au Musée Ecomare, l’animal n’est pas naturalisé, même si un soin est pris de l’installer dans une posture de saut (Figure 8). Aussi, le squelette en tant que tel ne laisse aucun doute sur le statut de mort de l’animal, contrairement aux mises en scènes d’animaux empaillés. Un cartel viendrait contrebalancer cette évidence, en revitalisant les os d’une histoire de rencontre. Car ce que réclame la pétition, c’est la mise en récit de la relation et des causes anthropiques de la mort de l’individu victime de son « attirance fatale ». Un cartel permet de rendre hommage sans jouer le rôle d’une pierre tombale, et évite ainsi au musée de passer pour un cimetière (Jeanne, 2019). Les autrices de la pétition s’indignent du terme employé par l’équipe du musée au sujet de la récupération du squelette de Zafar : « C’est une belle opportunité (…) Nous voulons donner une image aussi complète que possible des animaux de la mer du Nord »25. Une « opportunité » qui résonne, selon les autrices, comme la continuation d'une « exploitation » qui ne prendrait pas en considération la relation construite à travers la série d'interactions entre l'animal social-solitaire et les humains. Pourtant, la bête, morte et exposée, semble non seulement offrir une opportunité d'enrichir des collections aux équipes du musée, mais également une opportunité de « réconciliation » (Dalla Bernardina, 2013) autour, sinon d’un ambassadeur, d’un « messager » (Strivay, 2019). Se rapprochant de plus en plus de l’homme lorsqu’il est ainsi considéré dans son individualité de carcasse, l’animal exposé facilite une identification. Voir l’animal mort exposé, c’est être mis devant la possibilité de la comparaison des corps, d’une « rencontre entre l’homme et l’œuvre de l’homme » (Rispal, 2012), et d’une prise de conscience politique au sujet des échouages, qui dépasse le cas individuel biographique.

34En entretien, une chercheuse spécialiste des captures et des échouages s’emporte :

L’émotion, c’est un vrai problème ! Quand vous avez des gens sur le terrain qui vous disent : ‘’j’ai enterré le dauphin pour lui offrir une sépulture digne’’… non, en fait, on va le déterrer pour faire une autopsie et des analyses, ce sera plus utile ! (rires).

35Dans le cas des individus solitaires, cette émotion est encore plus vive car elle est alimentée par un récit de rencontres répétées avec un individu identifié, formant une relation avec un animal devenu malgré lui une figure publique. En entretien, une personne ayant l’habitude de nager avec Zafar fait part de son émotion au sujet de l’exposition du squelette :

Nous, on a réclamé qu’on nous ramène le corps, on voulait mettre les cendres dans la mer. Mais il en était hors de question. Donc tant qu’à faire, autant qu’il serve dans un… alors j’ai été choquée de l’image évidemment, Zafar dans un plexiglas, quelle horreur. Mais au moins, il sert entre guillemets aux enfants pour voir comment est fait un dauphin. De toute façon, c’était ça ou bien la poubelle, donc…

36L’animal charismatique qu’est le dauphin suscite lors des échouages des comportements emprunts d’émotion, en décalage avec le protocole scientifique d’analyse systématique de centaines de carcasses, et démultipliée lorsque ce charisme animal est incarné par un individu reconnu, fréquenté par certains, et devenu objet de récits partagés entre internautes. Cependant, la personne citée ci-dessus explique qu’elle comprend l’utilité de l’exposition naturaliste, qu’elle compare à son propre partage de récit, sur Facebook, où elle a l’habitude de poster des images des interactions avec l’animal en rade de Brest. Elle avait créé une page de profil Facebook à l’effigie de Zafar en 2019, en réaction aux affiches générées par Océanopolis et diffusées par les mairies, alertant de la présence du dauphin et des dangers liés aux interactions avec celui-ci (Figure 9). En mai 2021, un an après la mort de l’animal, elle partage la nouvelle d’une publication d’un livre pour enfant inspiré de l’histoire de Zafar. L’autrice y a imaginé une relation d’amitié entre Zafar, et « Mia », une petite fille fictive. Une traduction du livre en anglais est prévue. L’animal joue alors pleinement le rôle de « messager », déplié en différents artefacts – livre, objet d’exposition, page de profil en ligne – comme un dispositif qui n’est pas encore le « dispositif d’enchantement » repéré par Servais lors des « dolphin experiences » (Halloy & Servais, 2013), mais sa retranscription au sein du « monde du dauphin merveilleux », agrégat de blogs, ouvrages ou encore conférences de développement personnel, un contexte disposé à nourrir les « a priori magiques » (Servais 1991). L’autrice du livre pour enfant et de la page Facebook a nagé avec le dauphin, et s’efforce de partager son expérience à un public occidental nourri à cet imaginaire par un arrière-plan mythologique au sein duquel des dauphins sont considérés comme des héros, des messagers ou encore des guérisseurs (Halloy & Servais, 2013). À la mort de l’animal, elle crée une association de défense des dauphins, en hommage à Zafar, dont l’objectif officiel est de « sensibiliser, informer et réunir les acteurs du littoral breton : pêcheurs, plaisanciers, sportifs nautiques, chercheurs, scientifiques ».

37Zafar, à travers cette dernière étape biographique, politique et muséale, termine d’être « créé » (Baratay, 2003) par l’humain. Le corps de l’animal est devenu le support de récits liés à son individu, reconnu dans sa singularité, mais aussi à son espèce. Notons aussi que s’il est entré au musée à sa mort, l’animal est entré, de son vivant, au tribunal. En août 2018, deux ans avant son échouage, Zafar se retrouve en effet au cœur d’une bataille juridique. Le maire d’une commune de la presqu’île de Crozon décide d’un arrêté interdisant d’approcher l’animal à plus de 50 mètres, sur une embarcation comme en baignade. Aussitôt, un avocat, qui par ailleurs revendique lui-même se baigner en compagnie du dauphin, conteste l’arrêté et dépose un recours au tribunal de Rennes, mais il est débouté. L’arrêté du 1er juillet 2011 fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection évoquait dans sa version initiale l’interdiction de « perturber intentionnellement » des animaux « dans le milieu naturel », incluant « la poursuite ou le harcèlement ». Suite à une consultation publique du ministère de la Transition écologique, le paragraphe est amendé en 2020. Est alors considéré comme perturbation intentionnelle supplémentaire « l’approche des animaux à une distance de moins de 100 mètres dans les aires marines protégées mentionnées à l’article L. 334-1 du code de l’environnement ». La conclusion du cas de Zafar serait-elle l’annonce d’une judiciarisation des relations, non plus avec des animaux singuliers identifiés, mais avec l’ensemble des mammifères marins ? L’animal n’est en effet pas le seul à incarner une patrimonialisation et une transformation conceptuelle du rapport à l’animal sauvage rencontré sur le littoral et il est intéressant de mettre en relation les cas de capture puis relâcher du corps vivant de You, le cas de la récupération et exposition du corps sans vie de Zafar, à un autre cas, breton, de célébrité individuelle de mammifères marins : l’affaire des phoques décapités de Concarneau.

Le phoque décapité de Concarneau : vers une judiciarisation des relations

Mise en scène d’une relation conflictuelle

  • 26 L'autopsie par des vétérinaires de l’université de Liège en Belgique avait révélé des traces de cou (...)
  • 27 Soit un motif comparable à celui utilisé pour verbaliser des militants de Sea Shepherd ayant exposé (...)
  • 28 La déclaration est obligatoire depuis 2012 (article 4 de l’arrêté du 1er juillet 2011 fixant la lis (...)

38Le 23 février 2019, une tête de phoque est découverte accrochée sur le port de Concarneau. Deux corps décapités sont également trouvés sur des plages à proximité. L’ONG SeaSheperd porte plainte et offre une récompense de 10 000 euros pour toute information permettant d’identifier les coupables, procédé déjà entrepris l’année précédente, alors que trois veaux marins avaient été découverts morts sur la côte d’Opale26. Les animaux sont morts dans des filets de pêche et un marin a gardé les têtes pour les naturaliser en trophée. Il sera condamné, ainsi que son armateur, au tribunal correctionnel à 1500 euros d’amende, respectivement pour « destruction, détention, transport, utilisation et naturalisation d’une espèce protégée »27 et « non déclaration de pêches accidentelles de mammifères marins protégés »28. Une dizaine d’associations se sont constituées parties civiles pour le procès, réclamant un « exemple » politique en faveur de la protection de l’environnement. Mais cet exemple est aussi celui de la judiciarisation de la nature à partir d’un cas d’individuation. Condamner le pêcheur s’étant approprié la tête anonyme de Concarneau, tout comme placer « You » en « détention provisoire », contribuent à donner aux animaux des statuts de personnes juridiques dans un contexte de conflits de coprésence.

  • 29 Ce qui correspond à l'estimation du nombre de phoques présents dans la colonie de Molène.

39La présence d’animaux partageant l’environnement impose de concilier des lectures politiques, scientifiques, esthétiques ou économiques qui peuvent s’opposer. La constitution d’une « affaire phoque » comme une « affaire loup » est caractérisée par l’implication d’acteurs non maritimes dans un problème initialement maritime (Martin, 2012). « On parle d’une espèce protégée et sauvage, qu’il faut bien réguler. Les phoques gris sont tellement nombreux qu’ils viennent jusque dans les ports et déclenchent forcément une guerre des territoires avec les pêcheurs », affirme l’avocate du pêcheur concarnois lors du procès, avant que l’avocat de la partie civile ne rappelle que les phoques gris ne représentent que 300 individus29. On retrouve ainsi des collectifs informels « anti-phoques » sur le littoral breton, constitués entre autres de marins-pêcheurs locaux, faisant écho aux « anti-loups » de l’arc alpin ou des Cévennes. À la barre, le jeune matelot du fileyeur concarnois coupable d’avoir voulu naturaliser la tête du phoque explique cependant ne pas être « anti-phoque » et avoir simplement voulu garder, au bout de neuf captures accidentelles de phoques cette saison, « un souvenir qui rappelle la réalité du monde de la pêche », évoquant son quotidien « couvert de sang tous les jours. Voilà la réalité ». Les pêcheurs travaillant sur des fileyeurs, notamment ceux qui pêchent la lotte au filet au Conquet, sont ceux qui se plaignent le plus de la concurrence des phoques sur le littoral breton. Les fileyeurs ont également le plus mauvais bilan de captures dites « accidentelles ». En filigrane de la « réalité » sanglante rappelée par le matelot au tribunal de Quimper, on retrouve une opposition politique et économique, formalisée dans la presse lors de ces affaires par le président du collectif anti-phoques de la côte d’Opale, qui invoque une gestion des espèces et ressources à plusieurs vitesses : des phoques protégés prolifèrent selon lui aux dépens des poissons et des crevettes grises, qui disparaissent. La crise professionnelle qui affecte les territoires aux traditions halieutiques cristallise alors les conflits autour de la biodiversité dans les paroles des pêcheurs.

  • 30 Entretien enregistré en octobre 2017

Quand on dépense de l’argent sur l’écologie, on le dépense sur des trucs très visibles du grand public qui ne connaît pas la mer. (...) Ce que je trouve un peu illogique c’est de récupérer tous les phoques qui sont blessés et de les retaper et relâcher ici30

  • 31 Dans son édition suivant l'affaire de la decapitation, Le Telegramme titrait un article « Le phoque (...)
  • 32 IMPECMAM (La déprédation par le phoque gris en Bretagne Nord, 11 mars 2016, Pleumeur-Bodou https:// (...)
  • 33 Ce conflit de représentation est loin de ne concerner que le littoral atlantique. Sur le terrain au (...)

40Les centres de soin, qui représentent une forme de ré-ensauvagement, sont au cœur des tensions : les pêcheurs manifestent une incompréhension devant les moyens déployés pour « retaper » des phoques31. Si la coprésence au sein du parc naturel semble naturelle aux petits pêcheurs, il leur paraît injuste que de l’argent soit dépensé pour soigner des animaux sauvages. Ces activités alimentent selon eux un « dérèglement » (Lefeuvre et al., 2014) perçu par les pêcheurs à travers l’augmentation des interactions et de la déprédation. La déprédation liée au phoque avait presque disparu depuis les années 1960 et sa réapparition paraît aux professionnels « anormale »32 par rapport à celles d’autres animaux. Comme dans le cas du loup, le regard des professionnels est pris dans un système d’exploitation industrielle productiviste depuis les années 1970, un phénomène global33 difficile à problématiser pour les acteurs. De nombreux petits pêcheurs se sentent impuissants face au développement de bateaux-usines géants et devant la concentration des capitaux dans les mains de grands armements. Mais cette impuissance est difficile à articuler en revendication, et nécessite une formalisation plus complexe des enjeux de survie économique. La concurrence avec le phoque ou avec le « marsouin », surnom générique donné aux dauphins, animaux à portée de gaffe autour du bateau, est plus directement tangible et cache souvent, dans les prises de parole en entretien, une frustration face aux mutations du capitalisme halieutique. D’autant que cette concurrence avec l’animal se joue en mer et non à terre comme les luttes administratives qui se jouent au loin, « à Bruxelles ». La controverse est territorialisée, et nécessite une mise en scène. « Des trucs très visibles du grand public », dit le pêcheur cité plus haut, car c’est bien sur le plan de la visibilité que se joue cette « guerre des territoires », comme la qualifie l’avocate du marin-pêcheur, guerre qui dépasse la simple affaire du phoque décapité, et se joue sur le plan d’un affect servi par des mots, mais aussi par des chiffres.

De l’individu aux 10 000 cadavres mobilisés

41Si le littoral breton détient une histoire fournie d’interactions avec des animaux individualisés, ces dernières tendent à rejoindre un récit environnementaliste plus large sur les espèces impliquées. La concurrence relative entre activités humaines, notamment la pêche, et ces animaux s’exprime surtout dans la confrontation entre professionnels, responsables politiques et organisations écologistes. Le vocabulaire de la controverse est, autour de l’affaire des phoques décapités, sensationnaliste. Le traitement médiatique rappelle celui des faits divers, et des affaires pénales. Ainsi, la plupart des articles titrent leurs articles sur l’affaire concarnoise en faisant état d’un phoque « décapité » par des « tueurs ». L’avocat des parties civiles déclare même à la presse « c’est assez glauque, on se pose même des questions sur l’équilibre de la personne qui commet ce genre d’action »34. Ce récit joue sur les émotions du grand public, les mêmes « émotions » que regrettaient les scientifiques cités plus haut. Un responsable de centre de soins déclare même : « l’emploi de ce terme, ‘‘décapité’’, je n’ai pas aimé ça, inconsciemment, cela fait penser les gens à Daech ».

42Le but de la défense est alors de rationaliser cette interaction, et neutraliser la violence contenue dans la description du geste du marin. À la sortie du tribunal, le matelot condamné évoque « l’aspect scientifique » et « l’espèce d’hommage » à ces phoques morts « depuis 48h » régulièrement relevés dans les filets des bateaux.

Quand j’ai pris la tête, j’tiens à l’dire, j’suis au 9e phoque en deux mois. C’est-à-dire que, pour ma part j’suis dégoûté quand y a ça. On a eu aussi un grand dauphin, quelle déception. Les marins-pêcheurs pour 98 % sont toujours écœurés quand y a un phoque, un dauphin, une baleine ou un requin.35

43Le matelot ajoute également systématiquement dans sa défense qu’il ne savait pas que le prélèvement était interdit. Il compare son acte à celui d’un promeneur qui rencontrerait la carcasse d’un animal au bord d’un chemin et explique qu’il ignorait qu’il était interdit de les toucher. L’un des objectifs de la judiciarisation est pour l’ONG de médiatiser ce caractère intouchable, de faire savoir l’interdit. Et s’il n’est pas autorisé de toucher un animal mort, une pratique professionnelle qui mène à manipuler des cadavres neuf fois en deux mois devient immédiatement controversée.

44À partir d’un traitement de fait-divers, se dégage petit à petit un réquisitoire contre le fait social, contre le système halieutique. On perçoit en effet un symbole dans la montée en épingle de cette affaire : le matelot, dont il est intéressant de noter qu’il venait de commencer sa reconversion dans la pêche après une autre carrière en région parisienne, est d’abord choqué par ces remontées de phoques morts, puis il s’habitue à ce travail, qu’il rapproche de celui des abattoirs. L’ONG Sea Shepherd lutte contre la naturalisation ou la banalisation de ces prises « accessoires », avec un angle abolitionniste. Cette histoire de taxidermie amatrice comporte tous les ingrédients pour transformer une affaire banale – la mortalité des phoques dans les filets – en affaire exceptionnelle et révoltante. C’est donc moins le geste effectué sur l’animal mort lui-même qu’il s’agit de rendre visible et juger médiatiquement, mais, par la bande, le geste répété d’une industrie sur une population de mammifères marins. Après les mots, les chiffres aussi jouent un rôle clé, car ils permettent de mobiliser un public (Desrosières, 2014). Or, l’observatoire Pelagis travaille depuis les années 1970 à la constitution d’une grande base de données sur les échouages, arrivant notamment à la conclusion que 85% des animaux autopsiés ont des traces d’engins de pêche36, et que la terminologie « capture accidentelle » devait être revue juridiquement pour expliciter un caractère systématique d’année en année37.

  • 38 Voir par exemple le communiqué du 22/10/2020 du Comité des Pêches (rassemblant majoritairement les (...)

45C’est dans ce contexte que les fortes médiatisations des parcours d’individus solitaires viennent se superposer aux communiqués, interventions publiques d’ONG au sein d’un réseau médiatique (Neveu, 2015) faisant « manifestation de papier » (Champagne, 1990) abolitionniste. Cette superposition est d’ailleurs assumée. Sea Shepherd a relayé sur ses réseaux sociaux les activités de Zafar, et propose sur sa boutique en ligne la biographie contée de l’animal, individualisation exemplaire du « porte-drapeau » (Simberloff, 1998). Rappelons également que la responsable de la page du dauphin Zafar crée après la mort de l’animal une association de protection locale. Les ONG, et particulièrement Sea Shepherd, sont en effet de plus en plus présentes au large38 et sur le terrain médiatique. Il convient alors de mettre en regard ce procès concarnois opposant marins et associations au sein d’un tribunal correctionnel, et un second procès, opposant Sea Shepherd à l’État Français quelques mois plus tard. Le caractère symbolique du premier, coup de projecteur sur ce qui s’apparente presque à un fait divers, peut être mis en regard d’un travail de communication autour de relevés statistiques, accusant l’État français de complicité de « massacre » structurel. Cette fois-ci, il ne s’agit pas de la mise en récit d’un cas individuel, à partir d’un avis de recherche de coupable et récompense à la clé, mais de la médiatisation d’une base de données scientifique.

46On constate en effet une augmentation importante à la fois des échouages de dauphins et de l’émotion publique face à ce phénomène39. C’est la troisième année, en 2021, que Sea Shepherd reconduit son Operation Dolphin Bycatch. Le documentaire Netflix Seaspiracy (Tabrizi, 2021), bénéficiant de l’accueil à bord des navires de l’ONG, consacre d’ailleurs au littoral français quelques minutes de son réquisitoire contre la pêche. Un chiffre est avancé, celui de 10 000 prises accessoires de dauphins par an, estimation haute fournie par l’observatoire Pelagis de La Rochelle au large des côtes françaises. Appuyé par ce chiffre issu de recherches scientifiques et par ses opérations de veille au large, l’ONG traduit l’État français en justice, résultant en sa condamnation au tribunal administratif de Paris le 2 juillet 202040. Reconnu coupable de méconnaissance de ses obligations en matière de protection des mammifères marins et de contrôle des activités de pêche, découlant du droit de l’Union Européenne, l’État doit aussi verser 6000 euros à l’association, pour préjudice moral entre 2014 et 2019.

47Lors du procès de juillet 2020, le Ministère refuse de reconnaître la corrélation entre la surmortalité des dauphins sur le littoral atlantique et l’activité de pêche, mais confirme la corrélation spatiale entre pêcheries et populations de mammifères. Dans ce contexte, les activités et engins de pêche sont de plus en plus controversés, en particulier sur certaines zones (Zeltner, 2020) et les activités scientifiques en profitent pour approfondir leur connaissance des populations de mammifères. Des cadavres de dauphins échoués sont congelés en vue de mener des autopsies expérimentales destinées à améliorer l’expertise vétérinaire.41 L’observatoire français n’est pas le seul à s’être développé en Europe, les succès médiatiques des luttes environnementalistes facilitant la course à la connaissance, mais il vise le développement d’outils et guides d’analyse syndromique des échouages appropriables par d’autres pays (Laporte, 2019). Dans les centres de soins, des cadavres de dauphins échoués sont en effet congelés et stockés en vue de mener des autopsies expérimentales destinées à améliorer l’expertise vétérinaire42, détournés de leur cycle de décomposition dans l’océan pour approfondir la connaissance humaine de ces animaux.

Conclusion 

  • 43 Question N° 48480 au Ministère de l'Écologie, développement durable et énergie par Daniel Fasquelle (...)
  • 44 La formule de Michael Soulé est citée par Deborah Bird Rose dans son Wild Dog Dreaming (2012).

48Le terrain des interactions avec les animaux solitaires montre plusieurs niveaux de débats et de controverses entourant plus largement nos relations aux mammifères marins. En premier lieu, le contexte économique du littoral atlantique (baisse de la taille des flottilles de pêche côtière et développement exponentiel du tourisme) impose d’autres manières de cohabiter et d’interagir avec les animaux. Car d’espèce gêneuse, l’animal solitaire peut aussi « participe[r] à l’attractivité du territoire »43. C’est dans ce contexte que la fabrique de connaissances se retrouve au cœur de débats, car elle valide les désirs sociaux de protection comme d’exploitation, deux faces d’une même ontologie naturaliste (Martin, 2016 ; Stépanoff, 2021). Mais cette dernière est aussi directement affectée dans son processus de construction des savoirs scientifiques, puisque les animaux sociaux-solitaires repoussent les limites et frontières de leurs espèces, inventaires, géographies... Devant le comportement perçu comme anormal de ces individus, le scientifique admet qu’il ne sait pas, et arpente avec enthousiasme un large terrain d’hypothèses à valider, tantôt recoupant, tantôt s’opposant aux savoirs locaux et aux mythologies informelles. En second lieu, les animaux solitaires provoquent des récits emprunts d’émotion, marqués par la recherche éco-anxieuse d’un message de la nature. Qualifié « d’ambassadeur », le grand dauphin déclenche auprès du grand public un contrepoint du discours rationalisant des sciences, tirant vers le magique. Ces récits prennent tout leur sens lors d’interactions fatales, et lorsque les individus identifiés et suivis sont retrouvés échoués, leurs corps deviennent réceptacles de luttes, largement alimentées en ligne. Entrés au musées, ces animaux poursuivent un parcours d’animal approprié de différentes façons, entièrement dans les mains des humains, continuation de leur célébrité numérique. Les os deviennent objets de patrimoine, artefacts nourris d’enjeux de politique mémorielle. Les récits sont l’objet de disputes quant à la désignation juste du statut de ces corps échoués. « People only save what they love »44, mais nous pourrions aussi retourner l’expression : en sauvant, en conservant, l’humain apprend à aimer. L’entrée au musée de ces ossements sauvés aux laisses de mer et aux processus de décomposition naturelle engage les humains vers un mode d’attention qui favorise l’identification. Le corps mort de l’ambassadeur devient un outil pour penser le rapport des humains à la nature, et notamment l’exploitation industrielle des océans. En troisième lieu, il est important de noter que le terrain des interactions avec des animaux solitaires est un terrain de judiciarisation. Là encore, des animaux morts sont convoqués, mais ce sont des humains qui s’opposent entre eux, au sein de tribunaux. Une pratique tolérée voire encouragée pour l’un – le taxidermiste du musée ou le scientifique qui congèle les individus échoués – apparaît comme intolérable pour l’autre – le taxidermiste amateur. L’individu solitaire joue un rôle dans la métamorphose du mammifère marin en personne juridique. Les interactions font l’objet de mises en narration, et des bases de données enrichissent une re-conceptualisation des notions de nature et de biodiversité. Il y aurait, dans ces rencontres, une dialectique insolvable : d’un côté, le thème de la catastrophe écologique et de l’humain comme fléau accompagne le récit de l’augmentation des échouages de mammifères sur les côtes ; de l’autre, l’assimilation d’animaux solitaires dans une société littorale avec un grand « S » encourage les fantasmes d’un « message » d’une Nature avec un grand « N » (Moore, 2015) compatible avec l’industrie touristique. Le mammifère marin solitaire apparaît alors, particulièrement aux yeux du grand public, comme une présence rassurante d’une « Nature » préservée, en négatif des rencontres de plus en plus fréquentes de cadavres échoués sur les plages du même littoral. Ainsi, lors de notre enquête, un moniteur de voile concluait son récit de nages répétées avec un dauphin ambassadeur à la plage de Pors Carn (Finistère) au printemps 2020 :

Ca rassure, après être passé devant les trois cadavres de dauphins qui restent échoués sur la même plage depuis des jours, de voir qu’au moins celui-là, il nage et qu’il est à sa place.

49Voilà toute l’ambiguïté associée aux individus solitaires, tantôt jugés « à leur place » tantôt perçus comme gêneurs ou déviants, mais renvoyant toujours un miroir déformant du rapport des humains au vivant qui les environne.

Haut de page

Bibliographie

Adame, K., Elorriaga-Verplancken, F.R., Beier, E. et al. (2020). The demographic decline of a sea lion population followed multi-decadal sea surface warming. Sci Rep, 10, 10499.

Baratay, E. (2003). Et l’homme créa l’animal. Paris : Odile Jacob.

Bondaz, J. (2014). Entrer en collection. Pour une ethnographie des gestes et des techniques de collecte. Les Cahiers de l’École du Louvre, 4

Champagne, P. (1990). Faire l’opinion. Paris : Minuit.

Dalla Bernardina, S. (2013). Hymnes à la vie ? Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisées. Terrain, 60, 56-73.

Despret, V. (2009). Penser comme un rat. Versailles : Éditions Quæ.

Desrosières A. (2014). Prouver et Gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques. Paris : La Découverte

Doré, A. (2010). Le devenir politique des corps recomposés. La circulation des animaux dans l’espace public. Sociologie et Sociétés.

Eisfeld, S.M., Simmonds, M.P. & Stansfield, L.R. (2010). Behavior of a solitary sociable female bottlenose dolphin (Turruncatesncatus) off the coast of Kent, Southeast England. J Appl Anim Welf Sci, 13(1), 31-45.

Estebanez, J., Gouabault, E. & Michalon, J. (2013). Où sont les animaux ? Vers une géographie humanimale. Carnets de géographes, (5).

Geistdoerfer, A. (1974). Savoir et techniques des pêcheurs des Iles de la Madeleine (Québec). Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, 21(7-9), 169-217.

Gouabault, E. et al. (2011). Genuine Zoocentrism or Dogged Anthropocentrism? On the Personification of Animal Figures in the News. Humanimalia, 3(1).

Halloy, A. & Servais, V. (2013). Divinités incarnées et dauphins télé athes : Ethnographie de deux dispositifs d’enchantement. In P.L. Colon (dir.). Ethnographier les sens. Paris : Editions Petra.

Haraway, D. (2009). Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Jacqueline Chambon.

Ijsseldjik, L. et al. (2020). Fatal attraction: The death of a solitary-sociable bottlenose dolphin due to anthropogenic trauma in the Netherlands. Lutra, 63, (1-2), 17-32

Ingold, T. (2002). The perception of the environment essays on livelihood, dwelling and skill. London; New York: Routledge.

Jeanne, A. (2019). Sensibiliser à l’environnement avec des animaux empillés : Les trophées du Musée de la Chasse et de la Nature. Éducation relative à l'environnement, 15(1).

Kalaora, B. (2001). À la conquête de la pleine nature. Ethnologie française, 4(4), 591-597.

Kirksey, E. & Helmreich, S. (2010). The emergence of multispecies ethnography. Cultural anthropology, 25(4), 545–576.

Knight J. (ed.) (2005). Animals in Person. Cultural Perspectives on Human-Animal Intimacies. Oxford, Berg.

Laporte, R. (2019). Développement d’outils de reconnaissance et de description des états physiologiques et pathologiques des organes internes des mammifères marins : aide au diagnostic des grandes causes de mortalité par les correspondants habilités du réseau national échouages, Thèse d'exercice, Médecine vétérinaire, École Nationale Vétérinaire de Toulouse – ENVT, 308 p.

Lefeuvre, C. et al. (2014). INteractions PEChe MAMmifères marins, septembre 2011 – décembre 2013, Rapport final, Océanopolis, UBO, Biogemme, Cetma, EHESS, 152 p.

Lockyer, C. (1978). The history and behavior of a solitary wild, but sociable, bottlenose dolphin (Tursiops truncatus) on the west coast of England and Wales. Journal of Natural History, 12, 513–528

Lorimer, J. (2007). Nonhuman charisma. Environment and Planning D : Society and Space, 25, 911-932.

Manceron, V. & Roué, M. (2009). Les animaux de la discorde. Ethnologie française, 1(1), 5-10.

Mathur, N. (2021). Crooked cats. University of Chicago Press.

Mauz, I. (2005). Gens, cornes et crocs. Paris : CEMAGREF, CIRAD, IFREMER, INRA.

Mauz, I. (2012). Les justifications mouvantes de la patrimonialisation des espèces « remarquables ». L’exemple du bouquetin des Alpes. ethnographiques.org, (24).

Martin, M. (2012). Entre affection et aversion, le retour du loup en Cévennes comme problème public. Terrains & travaux, 20(1), 15-33.

Micoud, A. (2018). Chapitre Introductif. Sales bêtes ! Mauvaise verbes ! « Nuisible », une notion en débat. Paris : PUR.

Moore, J. (2015). Capitalism in the Web of Life, New York, Verso.

Mougenot, C.& Mormont, M. (2009). États de guerre ou de paix : autour de la prolifération des « rats ». Ethnologie française, 39(1), 35-43.

Neveu, E. (2015). Sociologie des mouvements sociaux. Paris : La Découverte.

Nunny, L. & Simmonds, M.P. (2018). A Global Reassessment of Solitary-Sociable Dolphins. Front Vet Sci., 5, 331.

Ridoux, V. (dir.) (1995). Mammifères marins en Bretagne, Bulletin trimestriel de la société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne. Penn Ar Bed, n°157/158.

Rispal, A. (2012). Architecture et muséographie de quelques musées de guerre. Dans A. Becker & O. Debary (dir.). Montrer les violences extrêmes. Grane, Créaphis Éditions.

Ronsin, G., Lewis, N. & Brisson, G. (2020). De la mer à la viande. Techniques & Culture.

Servais, V. (1999). Enquête sur le « pouvoir thérapeutique » des dauphins. Ethnographie d’une recherche. Gradhiva, (25), 92-105.

Servais, V. (2000). Construire l'esprit du dauphin. Terrain, (34), 55-72.

Simberloff, D. (1997). Flagship, umbrellas, and keystones: is single-species management passé in the landscape era? Biological conservation, 83, 247-255.

Tang, J. (2021). Histoire d'une baleine. Talweg, 6, Paris.

Strivay, M. (2019). Les messagers. Cahiers d'anthropologie sociale, 19(2), 159-173

Tsing, A. (2017). Le champignon de la fin du monde. Paris : La Découverte.

Tsing, A. et al. (2020). Feral Atlas – The More-Than-Human Anthropocene. Standford University, Online.

Van Dooren, T. (2016). Flight Ways. New York: Columbia Press.

Wilke, M., Bossley, M. & Doak, W. (2005). Managing human interactions with solitary dolphins. Aquatic Mammals, 31, 427–433.

Zeltner, C. (2020). Les pêcheries de bars communs dans les aires marines protégées du Golfe de Gascogne : quels enjeux pour la planification spatiale marine ? Mémoire de M2 en Sciences pour l’environnement. La Rochelle Université.

Haut de page

Notes

1 Post-doctorat de 14 mois au sein du projet CLASMER de l'UBO.

2 Post-doctorat d’un an à l’EHESS (2021-2022) sur les interactions entre humains et mammifères marins.

3 La recherche « INTeractions entre la PEche et les MAMmifères marins) » du Parc naturel Marin d'Iroise (2011-2014) a apporté une première perspective technicienne sur ces questions.

4 En Bretagne, de nombreuses communes littorales accueillent successivement Jean-Floch, Jean-Louis, Jaune-Rouge, Dony/Randy, Zafar, Joséphine ou encore You. On trouve des animaux nommés sur d'autres littoraux étrangers.

5 A titre d'exemple, cette vidéo montée par 30 millions d'amis, dans laquelle une habitante de la région qualifie la curiosité de You de “magique” : https://www.youtube.com/watch?v=_iVfoqBA-eM ; Sur le site de la dune du Pilat, on peut également lire que la rencontre avec You est “un moment rare et magique” https://www.dunedupilat.com/fr/divers/you-le-phoque/#:~:text=Les%20m%C3%A2les%20ont%20une%20fourrure,'on%20appelle%20%22lanugo%22.

6 https://www.sudouest.fr/gironde/hourtin/gironde-le-phoque-you-a-elu-domicile-sur-la-plage-d-hourtin-8866831.php

7 Le terme surprend mais Océanopolis a obtenu un arrêté de détention provisoire pour recueillir l'animal en pension, une solution alternative à l'élimination ou le déplacement. Les arrêtés ministériels parlent depuis de « détention temporaire ».

8 https://www.mesopinions.com/petition/animaux/gardons-faisons-lui-mascotte-plages-oc/20167

9 https://www.youtube.com/watch?v=sGz-NIBZwEw

10 Les populations sont en effet largement supérieures aux populations de mammifères marins présents sur les côtes bretonnes. Cependant, certaines colonies californiennes, notamment en mer de Cortés, subissent des déclins parfois radicaux. Des biologistes estiment que la population de la mer de Cortés, 35972 individus en 1978, augmente, jusqu'à atteindre 43834 individus en 1991 avant de décliner fortement, 15291 individus en 2019 (Adame et al. 2020). Les chercheurs trouvent une corrélation entre ce déclin et l'augmentation de la température de l'eau. Les colonies vivant le long de la côte de la Californie et de la Basse Californie sont plus populeuses. Sur le compte Facebook de la Gringo Gazette, on peut lire que la statue de Pancho est « a good way for everyone to have the chance to see the big guy, who actually might be several big guys. Can you really tell the difference between one sea lion and another? »

11 Janvier 2022

12 Septembre 2021

13 La viande de phoque recommence à être consommée au Québec, dans un contexte de croissance démographique des colonies. Exploitée entre le XVIIIe siècle et le années 1960, puis dépréciée suite aux campagnes anti-chasse de la fin du XX e siècle, cette chair recommence même à être valorisée comme produit gastronomique sous le déguisement taxonomique de « loup marin » (Ronsin, Lewis & Brisson, 2020). Un parallèle de plus avec le cas du loup.

14 https://www.francebleu.fr/gironde-le-phoque-you-ete-capture-1437669000

15 Entretien enregistré le 9 novembre 2021.

16 Entretien enregistré le 27 janvier 2020.

17 L’expression est récurrente parmi les enquêtés recoupant le « monde du dauphin merveilleux », et c’est ainsi que Fréderique Pichard, autrice de plusieurs livres mystiques sur les dauphins solitaires, titre l’un de ses ouvrages.

18 Les « pingers » sont des dispositifs de répulsion acoustique, généralement placés sur les navires de pêche pour éviter les captures accidentelles. Lors d’un entretien, une chercheuse spécialiste des captures explique que l’instauration d’un « nouveau pinger » est la solution la plus couramment mise en place lorsqu’est convoqué le groupe de travail national à ce sujet, mais qu’il s’agit selon elle d’une solution technicienne et non systémique mise en place depuis des années, et qui « s’attaque au symptôme plutôt qu’au problème ».

19 « Un drôle d’embarras autour de la mort de Zafar, le dauphin mutilé », Anne Crignon, publié le 29 août 2020 https://www.nouvelobs.com/art/a445afa4-5497-4d0c-880a-1ff169ca3518?fbclid=IwAR1aY_Lt8Z1IeQUXMUfJDGDhZ08cUjeZIpKbIDGgnh9QQNQ71JCbpHjnkw0

20 Entretien distanciel - Mars 2021.

21 Source : https://www.walvisstrandingen.nl/ et entretien distanciel avec l’équipe vétérinaire de l’Université d'Utrecht.

22 https://www.ecomare.nl/verdiep/nieuws/nieuw-bij-ecomare-skelet-tuimelaar/

23 Lors d’un échouage, l’observatoire Pelagis de La Rochelle conserve des gonades et des dents, pour fixer l’âge des individus, et le Muséum, propriétaire d’une osthéothèque, décide des os à conserver.

24 https://www.change.org/p/ecomare-dolphin-s-life-matters?utm_content=cl_sharecopy_22706486_fr-FR%3Av4&recruited_by_id=3ec1f1d0-aae2-11ea-937e-ed3d51074935&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_initial&use_react=false&fbclid=IwAR1vyt-HWaEXCyNRAjGBz7jj_mbNOyua1G0-YO1F5Gt2qtAr6grrO6S9CfY

25 https://www.nhnieuws.nl/nieuws/267225/tuimelaar-zafar-aangevaren-door-schip-skelet-gaat-naar-natuurmuseum-ecomare

26 L'autopsie par des vétérinaires de l’université de Liège en Belgique avait révélé des traces de coups et de huit plombs de chasse de gros diamètre. L'un des phoques, nommé « Tamise », avait séjourné au centre de soin de Picardie Nature en 2014 (fermé depuis). https://www.facebook.com/190907624390683/photos/a.191443054337140/965413270273444/?type=3

27 Soit un motif comparable à celui utilisé pour verbaliser des militants de Sea Shepherd ayant exposé un dauphin sur le port de La Rochelle en février 2022. https://www.sudouest.fr/charente-maritime/la-rochelle/action-contre-les-captures-de-dauphins-sea-shepherd-poursuivi-pour-detention-d-especes-protegees-8840204.php

28 La déclaration est obligatoire depuis 2012 (article 4 de l’arrêté du 1er juillet 2011 fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national dans la cadre de la « Directive Habitats » de 1992 (92/43/CEE)), mais reste très peu pratiquée. Un formulaire de déclaration est rendu accessible par l'Etat depuis 2019. SeaSheperd estime que seulement 0,4 % des prises accessoires de dauphins sont déclarées sur le littoral atlantique.

29 Ce qui correspond à l'estimation du nombre de phoques présents dans la colonie de Molène.

30 Entretien enregistré en octobre 2017

31 Dans son édition suivant l'affaire de la decapitation, Le Telegramme titrait un article « Le phoque un loup pour l'homme ? » Pointant du doigt les politiques de protection de l'animal en opposition aux intérêts des pêcheurs, le journaliste renverse l'expression : « En instaurant des dynamiques antagonistes, l’homme reste un loup pour l’homme » (27 novembre 2020).

32 IMPECMAM (La déprédation par le phoque gris en Bretagne Nord, 11 mars 2016, Pleumeur-Bodou https://cdpmem22.fr/images/upload/environnement-et-usage/depredation/Compte_rendu_COPIL_DAprAdation_phoque_gris.pdf )

33 Ce conflit de représentation est loin de ne concerner que le littoral atlantique. Sur le terrain australien, Elspeth Probyn écrit dans son texte « Swimming with Tuna » : « The other option of swimming with seals allows you to snorkel with what are called « the puppy dogs of the sea ». The local fishers call them « the great extractors » of the sea, and claim their population have exploded to the detriment of fishing » (2016).

34 https://www.letelegramme.fr/finistere/concarneau/phoques-decapites-a-concarneau-le-matelot-voulait-garder-un-souvenir-video-12-10-2020-12636543.php

35 Youtube : Le matelot s'explique sur son geste de décapitation d'un phoque mort : https://www.youtube.com/watch?v=80j0XHQ-CtQ&t=73s

36 Voir par exemple le bilan 2019 : https://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/wp-content/uploads/2021/04/ByCatch_Rapport_CAPECET_DEB_2019.pdf

37 Source : entretiens à l’observatoire Pelagis et lecture d’un article à ce sujet, en cours de publication.

38 Voir par exemple le communiqué du 22/10/2020 du Comité des Pêches (rassemblant majoritairement les intérêts de la filière chalutière et de patrons industriels), qui marque la virulence des interactions entre marins et écologistes : « Trop, c’est trop. Sea Shepherd met en danger la sécurité des marins », Comité des Pêches du Finistère : https://www.comitedespeches-finistere.fr/actualites/les-hommes/trop-c-est-trop-sea-sheperd-met-en-danger-la-securite-des-marins?fbclid=IwAR29TTsUiEY8YpIS5Fhfs8RX08gcve4cgypTu0LVTxva6ufmAqa_rIC_rd8

39 À noter également la première occurrence au printemps 2021 de captures accidentelles par le navire de l'IFREMER, après 20 ans de chalutage expérimental. Sur le terrain, l’événement donne aux partisans de l’hypothèse d'une corrélation entre augmentation des prises et augmentation des populations, et notamment parmi les pêcheurs, un argument supplémentaire.

40 Compte-rendu du jugement : http://paris.tribunal-administratif.fr/content/download/172866/1715763/version/1/file/1901535.pdf

41 https://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/IMG/pdf/Note_Echouages2020_actualisation20200318.pdf

42 https://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/IMG/pdf/Note_Echouages2020_actualisation20200318.pdf

43 Question N° 48480 au Ministère de l'Écologie, développement durable et énergie par Daniel Fasquelle - 14e Législature - Publiée au JO le 04/02/2014 et le 23/08/2016, questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-48480QE.htm

44 La formule de Michael Soulé est citée par Deborah Bird Rose dans son Wild Dog Dreaming (2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : You est régulièrement pris en photo ou en vidéo par les surfeurs locaux
Crédits Crédits : Journal Sud Ouest ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2 : Juillet 2015, You est capturé en Aquitaine
Crédits Crédits : Pelagis ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 3 : Fin 2015, You est relâché par Oceanopolis en mer d'Iroise, avec une balise sur le haut du corps
Crédits Crédits : Oceanopolis ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 4 : Janvier 2020, réactions de soutien à une vidéo de SeaSheperd
Légende Réactions compilées par l'ONG dans une vidéo. Elles présentent des marins-pêcheurs bretons se découpant un steak de dauphin remonté mort dans leurs filets.
Crédits Crédits : capture d'image SeaSheperd ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-4.png
Fichier image/png, 664k
Titre Figure 5 : 2021, fil Instagram des « selfies » de Pancho, par une firme proposant des excursions
Crédits Crédit : capture d’écran Cabo Pancho Instagram ©).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-5.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 6 : Mars 2020, au ponton du centre nautique de Douarnenez, un enseignant et ses élèves attendent la prame qui les emmènera derrière l'écluse à l'abri du dauphin
Crédits Crédit : Fabien Clouette
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 7 : Octobre 2020, Zafar meurt lors d'une interaction avec un navire de pêche hollandais. Son squelette est exposé, debout, au Musée Ecomare
Crédits Crédit : Ecomare ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8 : été 2020, le squelette de Zafar est exposé debout au musée Ecomare
Crédits Crédit : Ecomare ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 9 : Juillet 2020, sur la page Facebook de Zafar, la modératrice s’indigne des consignes officielles d’observation des mammifères marins
Crédits Crédit : Facebook ©
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27278/img-9.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Clouette, « Une coprésence littorale controversée »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-2 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/27278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.27278

Haut de page

Auteur

Fabien Clouette

Socio-anthropologue, chercheur postdoctoral à l’EHESS (CIRED). Après un terrain ethnographique de thèse auprès des marins-pêcheurs bretons, il ancre ses recherches sur les interactions entre humains et mammifères marins sur le littoral atlantique. Il est également cinéaste et romancier et les formes alternatives d’écriture du terrain sont au cœur de ses préoccupations de recherche.
ORCID :0000-0002-4437-9396

Adresse : EHESS, Composante CIRED, Campus du Jardin Tropical 45 bis, avenue de la Belle Gabrielle, FR-94736 Nogent-sur-Marne Cedex (France)
Courriel : fabienclouette[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search