Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-2Dossier thématiqueUn effondrement durable des morue...

Dossier thématique

Un effondrement durable des morues au Canada

Controverses et réorganisation de la science gouvernementale entre 1990 et 2020
A persistent cod collapse. Controversies and reorganization of Canadian governmental science between 1990 and 2020
Un colapso duradero del bacalao en Canadá. Controversias y reorganización de la ciencia gubernamental entre 1990 y 2020
Gaëlle Ronsin et Florian Sanguinet

Résumés

Dans les années 1990 au Canada, le plus grand stock de morues au monde s’effondre. Les sciences halieutiques canadiennes sont considérées comme responsables : elles n’ont pas réussi à fixer de bons quotas et réguler cette ressource soumise à une surpêche. Cet échec conduit à une crise de l’expertise, qui se déploie dans plusieurs directions. Les façons de produire des connaissances sur la biodiversité marine au sein du Ministère Pêches et Océans Canada - dans un régime de « science gouvernementale » - deviennent la principale source de controverses. Celles-ci se poursuivent encore car les populations de morue ne se restaurent pas, malgré les moratoires sur la pêche et les prévisions scientifiques. Cet article montre comment des réorganisations épistémiques s’opèrent alors pour nouer des collaborations au-delà des spécialités afin d’obtenir une approche écosystémique, voire globalisée de l’océan. Les méthodes et les résultats divergents traduisent la diversité des visions adoptées pour gouverner l’effondrement du vivant et ses conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début du XXe siècle, les phoques sont accusés de nuire aux pêches commerciales, et tout particulièrement aux stocks de morues qui constituent une partie de leur alimentation. Les recherches en sciences sociales dans différents pays ont montré que les relations entre les exploitants de la mer et ces mammifères marins s’avèrent souvent conflictuelles, héritées de représentations négatives anciennes (en Islande, (Einarsson, 1990), France (Danto et al, 2020 ; Lefeuvre et al., 2013), en Estonie (Plaan, 2018), États-Unis (Jackman et al., 2018), Royaume Uni (Bosetti & Pearce, 2003)). Cette défiance a entraîné différentes politiques de régulation des espèces qui se sont déployées malgré le peu de connaissances scientifiques disponibles sur l’alimentation des phoques. Au Canada, elles se sont traduites soit indirectement via l’exploitation commerciale d’ampleur des phoques (notamment pour la vente des fourrures de phoque du Groenland) soit directement par des programmes d’abattages soutenus financièrement et matériellement par les institutions comme ce fut le cas pour le phoque gris (Halichoerus grypus) du Nord Est du Canada dont la chasse fût encouragée par un système de primes jusqu’en 1983 (Ronsin et al., 2020).

2La recherche a depuis lors engrangé un grand nombre de données et développé des modèles de plus en plus complexes pour quantifier précisément le régime alimentaire des phoques au Canada. Toutefois elle peine toujours à apporter des certitudes en ce qui concerne l’impact des phoques sur les ressources halieutiques. Les enjeux sont pourtant de taille. En effet, les stocks canadiens de morue, parmi les plus grands et les plus suivis du monde (Hutchings, 1997), se sont effondrés dans les années 1990 en raison de la surpêche mais surtout d’erreurs scientifiques dans le calcul des quotas alloués. Ce cas est ainsi présenté comme un échec emblématique de la gestion des ressources maritimes (Locher, 2018), aux graves conséquences socioéconomiques analysées dans la littérature (Davis, 2014 ; Bavington, 2010 ; Finlayson, 1994). Plusieurs moratoires ont été instaurés, mais n’ont pas permis le rétablissement des stocks, comme l’avaient prédit les scientifiques. L’expansion des phoques gris depuis les années 2000, favorisée par les changements environnementaux (Ronsin et al., 2021), est avancée comme le facteur de blocage pour la reconstitution du stock de morue, mais sans que les chercheurs ne s’accordent sur cette hypothèse (Gazit et al, 2013). Cet article propose de se pencher sur les raisons de la poursuite depuis trente ans de cette controverse scientifique majeure, qui institue les morues, les phoques et leurs relations comme des ressources économiques et donc des entités du vivant à connaître et à réguler.

3Les sciences halieutiques se sont en effet constituées dès leur origine comme des « sciences de régulation » puisque leur modalité de production de connaissance dépend étroitement du secteur de la pêche et de ses politiques d’encadrement (Catanzano, 1995 ; O’Neill, 2011). Le ministère Pêches et Océans Canada est le premier producteur de la connaissance sur les espèces marines exploitées dans ce pays. En effet, au Canada, une partie du travail scientifique sur les enjeux environnementaux (la recherche et des activités connexes comme la prévision, la surveillance ou l’évaluation) s’effectue directement au sein de ministères fédéraux tels que Environnement Canada (Wallace, 2013 ; Enros 2012) ou Pêches et Océans Canada. Ce système organisationnel est défini dans la littérature sous le terme de « science gouvernementale » ou « science fédérale » (lorsque seulement l'échelon fédéral est concerné, voir Doern & Stoney, 2016). Les auteurs soulignent ainsi la façon dont l’État canadien produit et pilote l’activité scientifique à la fois pour produire des expertises et encadrer des activités mais aussi via l’embauche de scientifiques qui sont localisés et intégrés dans les ministères pour réaliser leurs recherches. Ceci renvoie en partie aux fonctions de la science « réglementaire » (regulatory science) qui a été définie comme un travail de production de savoirs d’expertise étant destinés à la création d’instruments de prévention ou de régulation, comme ici des quotas (Jasanoff, 1990). En revanche, la science gouvernementale canadienne revendique aussi la production d’une recherche fondamentale, publiée dans des revues et de même niveau qu’une science académique. C’est ainsi cette science gouvernementale qui a produit la connaissance disponible sur les populations de phoques et morues au Canada, défini et orienté l’expertise sur les stocks et les quotas des morues ; puis qui a dû expliquer, non sans tension, les échecs dans la reconstitution de cette ressource.

4Les modalités de cette science gouvernementale demeurent peu décrites et explicitées dans le contexte canadien contemporain (Enros, 2013 ; Wallace, 2013). Elles ont été critiquées principalement pour leur manque de transparence, d’indépendance ou pour leur incongruité à assembler logiques ministérielles et logiques scientifiques (Schrecker, 2018). Dans ces travaux, cette organisation apparaît comme monolithe, sans s’intéresser aux différentes communautés épistémiques - à savoir les groupes qui font valoir un savoir spécialisé et pertinent pour les politiques publiques (Haas, 1992) - qui la traversent.

5Cet article propose une analyse de cette science gouvernementale en décrivant sa constitution dans le champ des sciences halieutiques mais surtout en retraçant les déplacements des communautés et modes de connaissance qui se sont déployés à la suite de la crise de l’expertise de la morue (Bavington, 2010). Comprendre les relations entre deux espèces amène en effet les acteurs à recourir à des approches écosystémiques, connues depuis longtemps mais longues à concrétiser (Arpin & Cosson, 2018). Une analyse intégrée de la biodiversité marine et de sa conservation nécessite en particulier d’élaborer des collaborations entre des communautés initialement différentes. Ces dernières se distinguent selon trois critères que cet article met à jour : entre la science gouvernementale et la recherche universitaire ; entre la science halieutique et la science des mammifères marins ; et entre les modalités de régulation à adopter.

6Après avoir présenté notre méthode et nos matériaux d’enquête, nous montrons comment se sont constituées les sciences halieutiques au Canada au sein des organes gouvernementaux, en se distinguant de la recherche effectuée à l’université. Lors de l’effondrement des stocks de morue, les résultats de la science gouvernementale, qui érigent l’alimentation des phoques comme la principale cause, se voient fortement critiquée par la communauté des chercheurs universitaires. Nous examinerons comment ce contexte conduit à une remise en cause ce modèle institutionnel. Cette crise de l’expertise a des effets sur la structuration de la science gouvernementale qui se recompose entre différentes communautés épistémiques pour constituer les relations entre phoques et morues comme un objet de recherche. Nous questionnerons ainsi comment cette controverse a engendré de nouvelles façons de considérer scientifiquement les écosystèmes marins et de gouverner leurs évolutions malgré le contexte d’effondrement durable des ressources marines.

Matériaux et méthode

7Cet article se fonde sur des matériaux d’enquête de plusieurs types. Nous nous inscrivons en effet dans une approche pragmatique de l’expertise (Barbier et al., 2013) qui invite à examiner les assemblages hétérogènes de savoirs (rapports d’expertise, articles scientifiques ou collectifs de recherche) qui sous-tendent les controverses sur les trajectoires de conservation des écosystèmes (Denayer, 2013).

8Afin de retracer les positions scientifiques et la problématisation du régime alimentaire des phoques, nous avons constitué une base de données d’articles (n=85) traitant de la relation entre les phoques et les morues dans l’Est du Canada sur une période de 30 ans (1990 – 2020). La date de 1990 correspond à la date du début des publications sur cette relation interspécifique. Une analyse textuelle (méthode, contenu, théories) de ces articles a été réalisée, accompagnée de l’étude de plusieurs variables (année, affiliation des auteurs, nombre de publications par auteur). Ces données sont enrichies par une enquête ethnographique menée entre 2019 et 2020 auprès des acteurs scientifiques et techniques de la gestion des phoques et de la pêche québécoise : immersion quotidienne au sein d’une station marine du Centre d'Innovation de l'aquaculture et des pêches du Québec (durant 4 mois), et des entretiens menés en 2020 et 2021 avec des biologistes (n=10), des acteurs du ministère Pêches et Océans (n=3) et des pêcheurs (n=6).

  • 1 Ces archives sont publiques à partir de 1994.
  • 2 Le Sénat canadien forme des comités en fonction de thématiques précises. Le comité permanent des pê (...)
  • 3 Plusieurs rapports sont publiés par ce comité à la suite de ces auditions, dont celui de novembre 2 (...)
  • 4 Un rapport publié à la suite de ces auditions « La gestion durable des populations de phoques gris  (...)

9Afin de mieux comprendre les trajectoires des institutions scientifiques, nous avons procédé à une analyse documentaire de l’ensemble des rapports commandés par le gouvernement fédéral à partir de la fin des années 1980 sur la problématique de la chasse aux phoques et d’autre part sur l’effondrement canadien des stocks de morue1. Le comité permanent des pêches et des océans du Sénat2 a été chargé de faire la lumière sur cette mauvaise gestion des pêches et a mené entre 1995 et 1999 une série d’auditions avec les principaux acteurs scientifiques impliqués. Nous avons consulté et analysé la retranscription intégrale de ces auditions3 pour cartographier la position des acteurs à cette époque. Puis, entre 2011 et 2012, à l’occasion de nouvelles auditions, portant cette fois sur la ressource des phoques au Canada, les sénateurs questionnent les acteurs scientifiques sur l’état toujours faible des stocks de morue4.

Chronologie

1962 : création de l’institut Océanographique de Bedford

1987 : rapport de la commission royale dirigée par le juge Malouf « Seals and sealing in Canada  »

1990 : publication de « l’Étude indépendante sur l’état des stocks de morue du Nord », dit Rapport Harris

1992 : moratoire sur la morue

1995-1999 : auditions du comité permanent des pêches et des océans du Sénat sur la crise de la morue

1997 : publication de l’article de Hutchings et al. dénonçant les malversations du Ministère Pêche et Océan dans le contrôle des données scientifiques

1999 : publication du rapport du comité permanent des pêches de l’Atlantique atteste officiellement que l’effondrement des morues est lié à la surpêche et que les phoques n’y ont joué aucun rôle

2005 : publication du rapport sénatorial « La morue du nord : un échec de la gestion canadienne des pêches ».

2011 et 2012 : nouvelles auditions du Sénat et publication du rapport « La gestion durable des populations de phoques gris : vers le rétablissement des stocks de morue et autres poissons de fond »

L’émergence d’une science gouvernementale pour réguler les ressources halieutiques

10Les sciences halieutiques se sont constituées dans le but d’appréhender la complexité systémique des pêches et de déterminer des politiques adaptées (Garcia & Charles, 2008 ; Quensière, 1993). A partir du milieu du XXe siècle cette discipline se structure au Canada, comme dans d’autres pays, dans une forte proximité avec les organes décisionnaires des politiques des pêches (Catanzano, 1995).

  • 5 L’office coordonnait les activités des stations biologiques installées dans les eaux territoriales (...)

11Avant 1979, l’Office de Recherche sur les Pêcheries (ORP), un organisme considéré par les acteurs comme « politiquement indépendant » (extrait d’entretien, biologiste, 2021) car dirigé par des universitaires, se chargeait d’une partie de la recherche halieutique (Hutchings et al., 1997)5. Après la seconde guerre mondiale, des agents de ministères canadiens (notamment le Service scientifique du ministère des Mines et des Relevés techniques) appellent à la création d’un institut océanographique pour aborder des questions multidisciplinaires sur la gestion des océans (souveraineté, défense, protection de l’environnement) mais aussi de la pêche. Un institut est créé en 1962 sous la tutelle des ministères fédéraux à Bedford, en Nouvelle-Ecosse, pour accueillir des scientifiques.

  • 6 Les précédents ministères de la pêche et des affaires maritimes au Canada ne s’occupaient pas de la (...)

12Dans les années 1960, l’ORP reste la seule entité en sciences halieutiques à ne pas être dirigée par un ministère, ce qui est perçu comme une « anomalie administrative » (Mills, 2013). En 1973, le personnel de l’ORP est muté au ministère de l’environnement, pour « plus d’efficacité » selon la raison officielle (Anderson, 1984), dans la gestion de l’impact des pollutions sur les pêcheries. Cette transformation s’inscrit dans le contexte institutionnel canadien des années 1970 où plusieurs changements organisationnels ont lieu dans les ministères fédéraux. Le but affiché est d’unifier les instances scientifiques impliquées dans la gestion des ressources naturelles. L’ORP est d’ailleurs totalement supprimé en 1979 et intégré dans le ministère Pêches et Océans Canada (MPO), nouvellement créé. Les compétences de ce nouveau ministère6 s’élargissent. Il se voit confier le pilotage mais surtout la production directe de recherches scientifiques. Le MPO devient l’un des principaux producteurs de la science halieutique effectuée dans le pays en instituant un corps de chercheurs employés et à disposition du gouvernement. Dans l’Est du Canada, ces chercheurs gouvernementaux se répartissent dans différents centres de recherche (cf. annexe 1) :

  1. L’institut Océanographique de Bedford (IOB) en Nouvelle-Ecosse (créé en 1962) ;

  2. Le centre des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest à Terre-Neuve (créé en 1979) ;

  3. Le centre des pêches du Golfe (créé en 1986) et la station biologique de St Andrews au Nouveau-Brunswick ;

  4. L’institut Maurice Lamontagne (IML) au Québec (créé en 1987).

  • 7 Pour cet article nous nous sommes concentrés sur ces trois universités : l’Institut des sciences de (...)

13Ces quatre centres rassemblent des équipes de scientifiques chargées de produire des recherches fondamentales (par exemple sur la biologie des poissons) et appliquées (par exemple des évaluations de stocks). Leurs résultats sont à la fois mobilisés dans des plans de gestion mais aussi publiés dans une revue interne au MPO (le Secrétariat Canadien de Consultation Scientifique) et dans des revues à comité de lecture. Cette structuration particulière de la recherche fait du MPO le plus grand pourvoyeur de données sur les ressources halieutiques. Toutefois, les universités de l’Est du Canada7 ont continué à travailler sur les espèces de poisson pêchées ; mais dans une approche différente comme l’explique un biologiste de Rimouski :

À l’ISMER nous ne faisons pas d’évaluation de stocks, point. On fait de l’écologie, on regarde les modes de vie, les migrations, la nourriture, la mort, on est en amont du travail d’évaluation (extrait d’entretien).

14Comme dans le cas des sciences canadiennes du climat (Wallace, 2013), une certaine complémentarité existe entre la science halieutique produite dans les universités et la science gouvernementale, malgré des divergences sur la façon de gérer les liens entre science et politique. À l’inverse, les recherches sur les phoques au Canada sont uniquement produites au sein du Ministère Pêches et Océans dans des équipes de biologistes et consistent en un dénombrement des populations. Les études quantifiant précisément leur régime alimentaire ont émergé plus tard en réaction à la controverse internationale dénonçant la chasse de ces mammifères marins ainsi qu’à l’effondrement des stocks de morue.

L’effondrement des morues : la science gouvernementale en défaut (1986 – 1997)

  • 8 Beddinton & Williams, 1979 ; Bowen, 1985 ; Fisher & MacKenzie, 1955 ; Mansfield & Beck, 1977 ; Nort (...)
  • 9 Seules deux publications issues de centre de recherche du MPO sont recensées : une en 1990 provenan (...)

15Si les phoques sont soupçonnés d’affecter les quantités de morues pêchées bien avant les années 1990, l’importance de leur chasse commerciale renforcée par des abattages ponctuels semblait être une mesure de gestion suffisante, tant les ressources de poissons paraissaient infinies. À la suite des critiques adressées à la chasse aux phoques dans les années 1970 (Ronsin et al., 2021), un premier rapport fédéral fait une synthèse des connaissances sur les phoques (Malouf, 1986). Il tente notamment d’estimer les pertes financières engendrées par ces mammifères en convertissant la quantité présumée de poissons commerciaux consommée par les phoques en dollars (Malouf, 1986, p. 323). Ces estimations de consommation ont pour objectif de quantifier les dégâts présumés qu’ils engendrent sur les activités humaines. Elles ne sont donc pas produites dans une optique de mieux comprendre scientifiquement des relations entre une proie, les morues et ses prédateurs, les phoques. Le sujet semble alors être une préoccupation mineure pour le monde scientifique : seules cinq références sont citées dans ce rapport, dont une datant de plus de trente ans8. Même après ce rapport, préconisant un accroissement de la recherche à ce sujet, les publications sur ce sujet n’augmentent pas9. Ceci s’explique, selon nos entretiens, par une certaine indifférence des biologistes envers cette question. Cependant, une bascule s’opère lors du surgissement inattendu d’alertes sur la viabilité des stocks de morue. Ces derniers étaient déjà soumis à des contrôles dès les années 1980 par le MPO et l’Organisation des Pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO, créée en 1977) afin de réguler la ressource. Mais la situation va devenir hors de contrôle dès 1992. En effet, les stocks de morues de Terre-Neuve, du Sud Golf du St Laurent, du plateau de la Nouvelle-Ecosse et du Nord du Golf du St Laurent s’effondrent l’un après l’autre, menant chacun à un moratoire respectivement en 1992, 1993 et 1994. La recherche des causes de cet effondrement va devenir une source de controverse impliquant divers acteurs scientifiques, gestionnaires et politiques. Le régime alimentaire des phoques, vite associé à cette catastrophe, devient cette fois un enjeu de gestion incontournable.

  • 10 On peut lire le même type d’arguments chez des scientifiques du MPO de Terre Neuve (Baird et al., 1 (...)
  • 11 Hutchings & Myers, 1994 ; Sinclair et al., 1995 ; Myers & Cadigan, 1995 ; Hutchings, 1996 ; Myers e (...)

16En recensant les publications des biologistes, une première cause de l’effondrement des morues se dessine : une mauvaise évaluation des stocks aurait entrainé une surpêche. En effet en 1990, l’Étude indépendante sur l’état des stocks de morue du Nord, plus communément appelée le rapport Harris, rédigé en majorité par des chercheurs universitaires, pointe du doigt le fait : « que les taux de mortalité due à la pêche depuis 1977 étaient en fait au moins deux fois plus élevés que les taux prévus » (Harris, 1990, p. 3). Ils en déduisent ainsi qu’« alors que le stock n’a pas décliné par rapport aux années précédentes, il n’a pas augmenté à un rythme suffisamment rapide pour justifier le total des prises admissibles d’il y a un an » (Idem., p. 12)10. Autrement dit, le stock aurait été surévalué par la science gouvernementale ce qui aurait entraîné une surpêche. Malgré cette surévaluation, ce rapport n’a rien d’alarmiste et recommande seulement une diminution des quotas. Il affirme même « que la survie des stocks de morue du Nord n‘est pas directement menacée pour l’instant » (Idem., p. 3). Deux ans plus tard, le stock s’effondre. Des recherches sont lancées pour comprendre les causes de l’effondrement. Ainsi entre 1992 et 1997 sept articles de biologistes (universitaires et gouvernementaux)11 pointent du doigt sans équivocité la surpêche, liée à une mauvaise évaluation des stocks, comme cause principale de l’effondrement.

  • 12 Lear & Parsons, 1993 ; Mann & Drinkwater, 1994
  • 13 Seul un article en science halieutique aborde cette hypothèse en affirmant surtout n’avoir pas suff (...)

17Toutefois selon d’autres acteurs, l’effondrement de la population de morue serait dû à des modifications environnementales d’ampleur, incluant une diminution de la température de l’eau et la prédation par les phoques. La question de la température est traitée dans au moins deux articles scientifiques12 qui reconnaissent « que l’environnement n’est pas le seul facteur à influencer les populations. La mortalité des poissons par la pêche (…) a clairement joué un rôle important » (Mann & Drinkwater, 1994, p. 1). Mais le rôle du phoque n’est traité dans aucune publication scientifique. N’étant pas, encore, un sujet de recherche, les biologistes sont alors incapables d’affirmer ou d’infirmer si le régime alimentaire des phoques a pu jouer un rôle dans l’effondrement des morues (Sinclair et al., 1995)13. Pourtant, les instances gouvernementales accusent dès cette époque les phoques d’être partiellement responsables de l’effondrement des morues. Dans un rapport publié en juin 1992, l’OPANO conclut que « the increase in the seal population probably had an effect on cod and could contribute to, but not account for the decrease in population size » (OPANO, 1992, p. 14). Du côté du MPO, le directeur scientifique William Doubleday met sur un pied d’égalité les trois causes potentielles de l’effondrement lors de ses auditions au Comité Sénatorial Permanent des Pêches et des Océans :

Comme vous le savez, nous avons fait des énoncés généraux selon lesquels le déclin des stocks de morue est le résultat d’une combinaison de facteurs. Sans préciser dans quelle mesure le problème était dû à la faible température de l’eau, dans quelle mesure il était dû à la consommation de jeunes morues par les phoques, dans quelle mesure il était dû au taux très élevé de la mortalité par pêche […] Je pense pouvoir dire avec un certain degré de confiance que nous faisons des progrès. Certains éléments deviennent plus clairs, mais nous n’avons toujours pas de réponse définitive et nous n’en aurons peut-être jamais (audition du Comité sénatorial, 27 novembre 1996, p11).

18Pourtant, aucune publication (y compris celles de la base de données interne au MPO) et aucun des biologistes enquêtés ne font état d’un doute sur la prédominance de la pêche comme cause de l’effondrement. Rien n’indique non plus qu’il existerait une controverse scientifique sur le rôle des phoques dans l’effondrement des populations de morue. Malgré cela, durant plusieurs années, les responsables institutionnels du MPO semblent utiliser l’absence de connaissances précises sur le régime alimentaire des phoques pour faire planer le doute quant à son rôle dans l’effondrement (Bavington, 2010). Comment expliquer alors une telle déconnexion entre les propos du responsable scientifique du MPO et ceux des biologistes qui y travaillent ?

19Ces distorsions prennent brutalement fin en 1997 lorsque le MPO est accusé publiquement par des chercheurs d’avoir sciemment émis des pressions, contrôlé, voir essayé de censurer tout scientifique affirmant que le phoque n’avait joué aucun rôle dans l’effondrement des populations de morue.

La science gouvernementale décrédibilisée : 1997 – 1999

  • 14 Il a commencé sa carrière comme chercheur gouvernemental au MPO à Terre-Neuve

20En 1997 trois universitaires : Jeffrey A. Hutchings de l’Université de Dalhousie14, Carl Walters de l’Université de Colombie Britannique et Richard L. Haedrich de l’Université de Terre-Neuve publient, dans la revue Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, un article à charge contre la direction du MPO, qui est accusée d’exercer des pressions contre les scientifiques (Hutchings et al., 1997). Dans cet article intitulé « Is scientific inquiry incompatible with government information control? », les auteurs affirment que le MPO aurait voulu se servir de la science pour justifier ses mesures de gestion en balayant l’incertitude inhérente à la recherche.

  • 15 Un champ d’étude, nommé agnotologie, se consacre à l’étude de certaines formes d’ignorance (voir pa (...)

21Dans ce type de contexte, les sources d’incertitudes sont multiples, imbriquées à des enjeux scientifiques, politiques et rendent les décisions difficiles. Néanmoins, la littérature a montré que des acteurs exploitent justement ces incertitudes pour retarder d’autant plus l’adoption de mesures (Oreskes & Conway, 2010)15. Ainsi, quand bien même la majorité des publications pointaient du doigt la surpêche comme cause de l’effondrement du stock de morue, les documents de gestion du MPO ne mentionnaient pas cette hypothèse (Hutchings et al.1997, p. 1202). De plus, toujours selon les auteurs, les gestionnaires du MPO menaçaient quiconque n’accréditait pas la thèse des modifications des conditions environnementales. Un biologiste se souvient qu’en 1996, lors d’une conférence internationale, un chercheur du MPO affirmant que le phoque n’avait joué aucun rôle dans l’effondrement des morues a subi des remontrances :

Les bureaucrates du MPO ont dit au premier auteur de l’article qu’il ne pouvait pas présenter cet article, qu’il ne pouvait pas présenter ce travail. Ensuite, ils ont dit ok… Bon, tu peux présenter ce travail mais tu ne peux en rendre aucune copie disponible. C’est ce que j’appelle de la répression et c’est un exemple classique où les bureaucrates du MPO ont essayé d’influencer ce que les scientifiques pouvaient dire. (extrait d’entretien)

22L’article d’Hutchings et al. a un retentissement important dans le champ scientifique et médiatique (Schrecker, 2018). Plusieurs soutiens se manifestent. Ransom Myers, un biologiste ayant quitté le MPO de Terre-Neuve la même année pour l’université de Dalhousie, affirme par exemple que : « Le rôle attribué au phoque dans l’effondrement des stocks de poisson découlait de la politique du MPO, laquelle, à l’époque où elle a été annoncée, n’était fondée sur rien » (audition du Comité, 9 décembre 1997, p. 15). Il ajoute qu’il aurait également été empêché de le dire : « On a trouvé qu’on ne pouvait pas détecter l’effet des phoques (sur les morues) avec les données que nous avions. Parce que nous n’avons pas montré ce que les bureaucrates d’Ottawa voulaient, cette recherche a été supprimée » (audition du Comité, 9 décembre 1997, p. 4).

23Le président du Comité auditionne alors William Doubleday avec les mots suivants :

Ces scientifiques prétendent que l’on pourrait probablement vous appeler le ‘museleur’, parce qu’à leur avis, on interdit explicitement aux scientifiques, même aujourd’hui, de discuter de questions délicates sur le plan politique, par exemple, l’état des stocks de poisson, avec quiconque à l’extérieur du Ministère (audition du Comité, 6 novembre 1997, p8).

  • 16 Il avait par ailleurs avant cette audition lui-même rédigé un article répondant aux critiques qui l (...)

24William Doubleday doit alors répondre aux critiques d’ingérence, de manipulation et de pression contre la science qui lui sont faites16.

  • 17 L’augmentation du nombre de phoques dans la région depuis les années 1990 tient principalement aux (...)

25Cet épisode permet de comprendre pourquoi le MPO a soutenu l’argument de la responsabilité présumée des phoques dans le déclin des morues. Accuser les phoques pourrait être une façon de soutenir la relance de la chasse en déclin vis-à-vis d’une forte pression internationale et donc des intérêts économiques fédéraux (Ronsin et al., 2021). En effet, Hutchings affirme que « entre 1993 et 1996, on (le MPO) a prétendu que la chasse aux phoques au large de Terre Neuve allait contribuer au rétablissement de la morue du Nord » (audition du Comité, 4 décembre 1997, p. 3). Par ailleurs, imputer l’effondrement à la surpêche met en exergue une mauvaise gestion des stocks et une faillite de l’expertise du MPO. A l’inverse, imputer la responsabilité aux phoques implique des causes extérieures17 et donc, selon un universitaire spécialiste des morues, sert à dédouaner le MPO :

Le MPO ne voulait pas être vu comme responsable de l’effondrement. Mais qu’est-ce que le MPO peut contrôler ? Il peut contrôler les quotas de pêches, il peut contrôler les licences de pêches, le nombre de bateaux, la taille des bateaux… Si la pêche à la morue s’est effondrée à cause de la surpêche alors le MPO est responsable. Mais s’ils peuvent affirmer que non, non… La température de l’eau était froide, il y a beaucoup de phoques dans les alentours, c’est un système très complexe… Alors ce n’est peut-être pas de leur responsabilité (extrait d’entretien).

  • 18 En 2003, le ministère des Pêches et des Océans a réduit le mandat du CCRH à celui d'analyse stratég (...)

26Les effets de cette controverse sur le rôle du MPO et de la science gouvernementale dans la prise de décision sur les ressources halieutiques, encore relativement peu étudiés, opèrent à court et long terme. Premièrement, au lendemain du moratoire sur la morue, est créé le Conseil canadien des ressources halieutiques (CCRH), conçu comme une réponse aux critiques sur le manque de transparence des politiques de gestion. Le CCRH est ainsi composé de scientifiques non gouvernementaux et de représentants de l'industrie de la pêche. Selon l’un de ses membres, ses avis sont ainsi considérés « plus indépendants », car extérieurs à la science gouvernementale, alors même que l’industrie y est représentée, témoignant de la défiance envers le MPO à cette époque. La science gouvernementale se voit amputer, temporairement18, d’une partie de ses attributions puisque le CCRH a pour mission de formuler annuellement des recommandations sur les quotas de pêche aux poissons de fond.

27En juin 1999, à la suite des auditions, le Comité sénatorial Pêche et Océan publie un premier rapport qui atteste officiellement que l’effondrement des morues est lié à la surpêche et que les phoques n’y ont joué aucun rôle (Sénat, 1999). La controverse semble s’apaiser. Néanmoins, alors que le moratoire devait initialement durer deux ans, l’interdiction de la pêche commerciale à la morue est prolongée pour une durée indéterminée. Contre toute attente, les stocks ne remontent pas, voire continuent à diminuer. Le comité sénatorial demande, dès son rapport de 1999, que soit expliquée la persistance de cet effondrement. Ainsi, les travaux scientifiques se poursuivent pour étudier les tendances des populations de morue. Ils développent également un nouveau cadre de recherche. Les controverses ne portent alors plus sur les modalités de la science gouvernementale mais sur les méthodes pour étudier et restaurer un écosystème entraînant ainsi à long terme une restructuration épistémique de la science gouvernementale.

Modéliser des écosystèmes dégradés : une réorganisation des communautés épistémiques (2000 2020)

28Au tournant des années 2000, de nombreuses recherches débutent pour comprendre les causes du non-renouvellement des populations de morues. La détermination précise des interactions entre les phoques et les morues, recherche qui a commencé à la suite du moratoire de 1992, continue d’être un sujet d’études. Toutefois, évaluer le rôle de la prédation des phoques sur les populations de morues est une tâche ardue. Les chercheurs spécialistes des phoques ne connaissent que peu la biologie des morues, et inversement. Les méthodes d’estimation des populations pour ces deux espèces sont également différentes (Sanguinet, 2021). Pour dépasser ces limites, une approche écosystémique est requise. Celle-ci consiste à agréger les données sur ces espèces, à ne plus les étudier de façon isolée et à comprendre les relations qu’elles entretiennent. Elles incitent ainsi à construire des collaborations entre sous-disciplines de la biologie ; fondées soit sur l’étude de la chaîne alimentaire ; soit sur une vision plus large des relations interspécifiques.

29Poussés par les débats et l’agenda gouvernemental, les halieutes et les spécialistes des mammifères marins commencent donc à travailler ensemble sur les relations phoques-morues :

Je suppose que la question des phoques et des morues m’intéresse en soi. Mais vous savez il y aussi véritablement une question de logistique et de financement de la recherche qui compte dans le choix de son sujet. Comme il y a eu beaucoup d’argent qui a été balancé sur l’impact des mammifères marins sur les stocks de poissons, alors beaucoup de personnes se sont mises à travailler dessus (extrait d’entretien, biologiste gouvernemental).

30Mais ces collaborations (Mauz & Granjou, 2013) ne suivent pas toujours les mêmes trajectoires et ne produisent pas les mêmes résultats, provoquant de nouvelles incertitudes ; comme le démontre l’histoire de deux groupes de recherche.

  • 19 Traduites par des publications co-signées, telles que Hammill, M.O., Stenson, G.B., Swain, D.P. & B (...)
  • 20 Elle appliquée aux phoques du Groenland chassés à Terre Neuve où des chasseurs fournissaient enviro (...)

31Une collaboration se noue entre l’équipe « mammifères marins » de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) et des halieutes (de l’IML et de Moncton) 19. Des recherches sont produites sur le régime des phoques grâce une technique ancienne de recueil de données (la stomachologie) en la croisant, grâce aux données halieutiques, avec un autre indicateur, l’âge et la taille des poissons. Déterminer le régime alimentaire des phoques en analysant le contenu de leur estomac est une méthode éprouvée20. Mais la faible taille des échantillons récoltés par rapport à la population totale de ces animaux empêche d’extrapoler les observations empiriques. Ceci produit des résultats incohérents :

Nous avons essayé de publier des évaluations qui disent : les phoques mangent x tonnes de certains poissons. Mais les spécialistes des sciences halieutiques nous ont dit : « il y a un problème avec vos analyses, elles dépassent nos évaluations de stocks » (extrait d’entretien, biologiste gouvernemental).

32Autrement dit, les premières évaluations de consommation de morues par les phoques étaient supérieures à la population de morue estimée. Cette incohérence est interprétée comme un manque de données (Duplisea & Hammill, 2006, p. 2). Pourtant ceci n’est pas le seul obstacle pour affirmer le rôle significatif des phoques dans le non-renouvellement des morues. En effet, les experts halieutiques expliquent également la stagnation des population de morues par une surmortalité des poissons en âge de se reproduire (Hammill et al., 2014). Mais les spécialistes des mammifères ne trouvent que des morues juvéniles dans l’estomac des phoques. Les données des mammifères marins ne sont donc pas initialement cohérentes avec les modèles développés par les spécialistes halieutiques. Malgré ces inconnues, les collaborations entre ces deux branches continuent. Un premier tournant va s’opérer en 2011 grâce à une étude de terrain effectuée par une équipe de l’IML qui permet de repérer des morues de grande taille dans les estomacs des phoques. Un deuxième tournant s’opère grâce à l’utilisation de modèles dits « proies-prédateurs bioénergétiques » pour tenter de court-circuiter la faiblesse des données (Benoit et al., 2011). Cette approche conduit à traduire des régimes alimentaires en énergie chiffrée et à produire une équivalence avec le nombre de morues. Dans ce cas, il n’est plus nécessaire de récolter des données de terrain sur les contenus stomacaux. Ces modèles d’analyse montrent ainsi que si le régime alimentaire des phoques est composé de plus de 5 % de morues, alors les phoques sont susceptibles d’avoir un impact significatif sur le non-renouvellement de la population. Ils permettent de dépasser des incohérences initiales de quantification entre spécialistes mammifères marins et halieutiques, et ainsi de conclure que les phoques gris ont un impact significatif sur la morue.

  • 21 Si personne ne remet en cause le fait que le phoque mange des morues, des études montrent que d’aut (...)
  • 22 En effet, quand le phoque est chassé sur la terre ferme pour analyser son estomac, il a déjà digéré (...)

33Toutefois, ces études ne font pas consensus dans le monde scientifique21. La technique des contenus stomacaux est critiquée par plusieurs biologistes, car elle donnerait une image de la diète des phoques uniquement lorsqu’ils sont proches de la côte, alors qu’il semblerait qu’une proportion importante de l’alimentation des phoques proviendrait du large22. Ainsi, les résultats et les implications de ce type de modélisation vont être critiqués en raison de la simplification proposée de l’océan (centrée uniquement sur l’interaction de deux espèces) et la vision gestionnaire qu’il induit.

34Cette critique est notamment émise par une autre équipe du MPO au sein l’Institut Océanographique de Bedford, accueillant des spécialistes des mammifères marins et des pêches. Cette équipe choisit de développer une autre méthode pour quantifier les relations phoques-morues, l’analyse quantitative des acides gras, qui permettrait de déterminer l’alimentation globale d’un individu. Ces biologistes affirment que, à l’inverse des contenus stomacaux, il s’agit d’une méthode complexe qui permettrait une forte précision (chaque proie mangé peut-être identifiée). Mais l’incertitude associée à ces résultats est très grande et la technique est qualifiée de « châteaux de cartes bâti sur de la très mauvaise science » par l’un de nos enquêtés. Ces méthodes produisent en outre des résultats divergents. Dans deux articles, les chercheurs de l’Institut Océanographique de Bedford (Trzcinski, Mohn & Bowen, 2009, 2011), travaillant à l’aide des acides gras affirment que les phoques représenteraient un taux de mortalité des morues bien trop faible pour expliquer le non-renouvellement du stock.

35L’IOB collabore en outre depuis 2010 avec des chercheurs universitaires pour développer une tout autre technique de recueil de données : l’utilisation d’émetteurs bioacoustiques. Le projet Ocean Tracking Network créé par l’université de Dalhousie vise à combiner la géolocalisation et des analyses biochimiques pour surveiller l’océan de façon globale. Il a pour but de suivre les lieux de vie et les mouvements des phoques et des morues grâce à des émetteurs acoustiques afin de déterminer plus précisément les relations qui unissent ces deux espèces. Le projet n’a pas encore réellement publié sur ce sujet depuis sa création, mais revendique une approche plus complexe pour étudier l’océan.

36L’enjeu de quantification du régime alimentaire laisse ainsi place à une dispute scientifique sur les méthodes et les modélisations à employer pour prédire le renouvellement ou non du stock.

Accepter un effondrement durable ?

37Ces controverses à propos du rôle des phoques dans le non-renouvellement des populations de morues atteignent un point d’orgue au moment où le Sénat entreprend de nouvelles auditions autour de la gestion des populations de phoques en 2012. À la question de savoir si une réduction des phoques entraînerait une augmentation des morues, les avis divergent.

38Du côté de l’IML, les biologistes interprètent l’augmentation du nombre de phoque gris comme un bouleversement de l’écosystème, comme l’explique le chef de l’équipe mammifères marins :

Cette fois, on constate que malgré la réduction de la pression exercée par la pêche, il n'y a plus de rétablissement. C'est parce que le taux de mortalité chez la grande morue est très élevé, et qu’il n'y a pas d'autres prédateurs. La morue semble donc constituer un élément important du régime alimentaire des phoques gris dans certaines régions, jusqu'à concurrence de 60 % du régime dans les zones d'hivernage. Il faut trouver un moyen de réduire la mortalité chez la grande morue. Dans les années 1960, il y avait environ 12 000 phoques gris. On en compte maintenant près de 350 000 au Canada atlantique (audition du comité sénatorial, 29 mars 2012, p7).

39Les chercheurs de Dalhousie, travaillant en collaboration avec l’IOB, quant à eux, soutiennent que les données sur lesquelles sont basées les conclusions de l’IML sont erronées :

Toutes les méthodes, lorsqu'elles ont été utilisées correctement, ont indiqué généralement une importance faible à très faible de la morue dans le régime alimentaire de l'ensemble de la population des phoques gris. Toutefois, les estimations de régime alimentaire utilisées pour les phoques gris dans les récents travaux de modélisation ont été sélectionnées à partir de sources faussées et ne sont pas représentatives de l'ensemble de la population du phoque gris de l'Atlantique (audition du comité sénatorial, 29 mars 2012).

40La façon d’appréhender l’océan serait aussi en cause, comme le déclare un professeur de l’université de Dalhousie à la presse : « De mon point de vue toutes les erreurs qui ont été faites dans le passé dans la gestion des stocks marins l'ont été parce que les gens ne pensent pas que les poissons se déplacent »23. Il revendique ici une approche dynamique, localisée et individuelle pour produire des savoirs sur les relations globales entre les êtres vivants marins. Stabiliser et conceptualiser la compréhension d’un régime alimentaire semble même parfois vain, comme le souligne un spécialiste des phoques :

Est-ce qu’on peut déterminer les choses qui poussent un phoque à manger la morue versus la... C’est comme toi peut-être tu aimes la poutine et moi j’aime le hot dog. Donc c’est quoi les facteurs qui vont avoir un impact sur nos choix ? (extrait d’entretien).

41Si chaque phoque a des préférences alimentaires alors il serait impossible de constituer le « régime alimentaire du phoque » comme objet numérique ; si ce n’est en étudiant de manière individuelle chaque phoque. Mais donner une individualité aux phoques n'est-ce pas modifier profondément le rapport à cette espèce, pensée jusqu’alors comme « ressource » ?

42Malgré une meilleure compréhension de cette problématique, les incertitudes ne diminuent pas sur les actions (ou non) à mettre en œuvre. Le moratoire sur la morue du nord qui était censé durer seulement quelques années est toujours en place trente ans plus tard ; même si des réouvertures partielles ont été tentées puis avortées. La chasse commerciale aux phoques n'a pas véritablement repris depuis les années 1990, malgré des quotas très hauts, en raison de la fermeture des marchés internationaux et le faible développement d’un marché intérieur (Ronsin et al., 2020). En plus de ne pas être validée scientifiquement, la solution d’un abattage sélectif de phoques ne peut être que controversée dans le contexte actuel de déclin général de la biodiversité marine. Ainsi, les modalités pour gouverner les conséquences d’un effondrement de la nature restent irrésolues et sources de débat au Canada.

Conclusion

43Cet article a retracé une socio-histoire des controverses engageant la science gouvernementale pour comprendre l’effondrement durable d’une ressource halieutique entre 1990 et 2020 au Canada. Les deux polémiques internationales de la chasse aux phoques et de l’effondrement des populations de morue sont bien connues. Néanmoins, leurs conséquences étaient jusqu’alors traitées uniquement sous l’angle social et économique, en considérant ces problèmes de façon séparée et sans s’intéresser aux dimensions scientifiques qu’ils soulèvent.

44Mise en échec lors de l’effondrement imprévu des stocks de morue, l’expertise scientifique s’empare de ces sujets et les problématise diversement selon des régimes de connaissance évolutifs. Ces enchainements de controverses mettent en évidence les limites de la science halieutique canadienne, structurée majoritairement par le Ministère Pêches et Océans Canada.

45La dénonciation du contrôle que le MPO opère sur la diffusion des résultats scientifiques a entraîné des réformes. Mais, celles-ci ne perdurent pas puisque le CCRH, pensé comme garant d’une « indépendance scientifique » est aujourd’hui dissous. Comme nous l’avons montré, les mutations à long terme sont principalement d’ordre épistémiques. Les disciplines sont incitées à travailler ensemble et des collaborations se nouent. Toutefois trente années d’études n’ont pas réussi à unifier les chercheurs sur cette question. La stomachologie est accusée de fournir des données trop localisées tandis que la méthode des acides gras est perçue comme trop incertaine. Si les modèles proies-prédateurs fournissent des mesures plus précises, ils occultent la multi-dimensionnalité des écosystèmes. Mais les modèles écosystémiques semblent eux encore trop incertains. Toutes les tentatives de modélisation des relations trophiques échouent donc à fournir des résultats probants. Au-delà du défi technique que cela représente, nous avons montré les tentatives et difficultés de l’appréhension scientifique et numérique des interactions entre les phoques et les morues.

46L’histoire de cette instabilité scientifique montre néanmoins que la science gouvernementale au sein du MPO, généralement présentée par la littérature comme monolithique, fait place à des disputes sur la façon de compter et de réguler des espèces. Pour prolonger la compréhension du fonctionnement de la science gouvernementale, une étude des carrières des chercheurs et de leurs déplacements entre MPO et universités pourrait être menée, dans une vision prosopographique. Aujourd’hui, il subsiste des dissensus sur les modes de gestion que devrait mettre en œuvre le ministère : soutenir la restauration des stocks de morues, « remettre l’écosystème à l’équilibre », ou laisser-faire ou acter l’abandon de la pêche commerciale à la morue. Bien que soutenue par certains élus, l’option de l’abattage massif des phoques semble impossible à mettre en œuvre, en raison d’incertitudes scientifiques mais surtout d’intérêts géopolitiques : le gouvernement craint, s’il tue volontairement des phoques, une fermeture directe des marchés étatsuniens aux produits de la mer canadiens sous forme de représailles.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, F. (1984). The demise of the Fisheries Research Board of Canada: A case study of Canadian research policy. Scientia Canadensis, 8(27), 151‑156.

Arpin, I. & Cosson, A. (2018). What the ecosystem approach does to conservation practices. Biological Conservation, 219, 153‑160.

Baird, J. W. (1991). Sudden Changes in the Perception of Stock Size and reference Catch Levels for Cod in Northeastern Newfoundland Shelves. NAFO Sci. Counc. Stud., 16, 10.

Barbier, M., Cauchard, L., Joly, P. B., Paradeise, C. & Vinck, D. (2013). Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(1). https://journals.openedition.org/rac/7452

Barbier, L., Boudia, S., Goumri, M. & Moizard-Lanvin, J. (2021). Ignorance(s). Revue d’anthropologie des connaissances, 15(4). https://journals.openedition.org/rac/11968

Bavington, D. (2010). From hunting fish to managing populations: Fisheries science and the destruction of Newfoundland cod fisheries. Science as Culture, 19(4), 509‑528.

Benoît, D. & Bowen, W. (1990). Seasonal and geographic variation in the diet of grey seals (Halichoerus grypus) in eastern Canada. Can. Bull. Fish. Aquat. Sci., 222, 215‑226.

Benoit, H. P., Swain, D. P., Bowen, W. D., Breed, G. A., Hammill, M. O. & Harvey, V. (2011). Evaluating the potential for grey seal predation to explain elevated natural mortality in three fish species in the southern Gulf of St. Lawrence. Marine Ecology Progress Series, 442, 149‑167. https://doi.org/10.3354/meps09454

Beddinton, R. J. H. & Williams, H. A. (1979). Harp seal feeding. Communication de colloque, Université de Guelph.

Bosetti, V. & Pearce, D. (2003). A study of environmental conflict: The economic value of Grey Seals in southwest England. Biodiversity & Conservation, 12(12), 2361‑2392.

Bousquet, N., Chassot, E., Duplisea, D. E. & Hammill, M. O. (2014). Forecasting the Major Influences of Predation and Environment on Cod Recovery in the Northern Gulf of St. Lawrence. Plos One, 9(2). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0082836

Catanzano, J. (1995). La révolution tranquille du conseil scientifique pour l’exploration de la mer : Le couple sciences et gestion des pêches re-visité. Natures, Sciences, Sociétés, 3(3), 258‑263.

Danto, A., Mazé, C., Macadré, T. & Pertel, L. (2020). Conserver ou exploiter une ressource naturelle vivante. Le cas épineux du phoque, une controverse bien ancrée dans la dichotomie Nature / Culture. Revue Internationale d’Ethnographie, 19.

Davis, R. (2014). A cod forsaken place? Fishing in an altered state in Newfoundland. Anthropological Quarterly, 695‑726.

Denayer, D. (2013). Entre trajectoires et évènements, quand l’expertise s’attache au vivant. Pourquoi les éléphants d’Amboseli ont été contraints de reprendre leurs migrations. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(1). https://journals.openedition.org/rac/7657

Doern, G. B. & Stoney, C. (2016). Federal Research and Innovation Policies and Canadian Universities: A Framework for Analysis. In Research and Innovation Policy (p. 3‑34). Toronto: University of Toronto Press. https://doi.org/10.3138/9781442697478-003

Doubleday, W. & Atkinson, D. (1997). Comment: Scientific inquiry and fish stock assessment in the Canadian Department of Fisheries and Oceans. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 54. https://doi.org/10.1139/cjfas-54-6-1422

Duplisea, D. & Hammill, M. O. (2006). An approach to modelling the influence of harp seal (Phoca groenlandica) predation on decline and recovery of the Northern Gulf of St. Lawrence cod (Gadus morhua). ICES CM, 2006/L:02, 12.

Einarsson, N. (1990). Of seals and souls: Changes in the position of seals in the world-view of Icelandic small-scale fishermen. Maritime Anthropological Studies, 3(2), 35‑48.

Enros, P. (2013). Environment for Science: A History of Policy for Science in Environment Canada. Toronto: Philip Enros.

Finlayson, A. C. (1994). Fishing for Truth. A Sociological Analysis of Northern Cod Stock Assessments from 1977 to 1990. (ISERBooks)

Fisher, H. D. & MacKenzie, B. A. (1955). Food habits of seals in the Maritimes. Atlantic Biol. Stn. Note 133. prog. Rep. Atlantic Coast Stations. Off. des recherches sur les pêcheries du Canada., 61, 5‑9.

Garcia, S. M. & Charles, A. T. (2008). Fishery systems and linkages: Implications for science and governance. Ocean & Coastal Management, 51(7), 505‑527. https://doi.org/10.1016/j.ocecoaman.2008.05.001

Gazit, T., Lidgard, D. & Sykes, K. (2013). Changing Environments: Tracking the Scientific, Socio-political, Legal, and Ethical Currents of the Grey Seal-Cod Debate in Atlantic Canada. Journal of International Wildlife Law & Policy, 16(4), 266‑299.

Haas P. M. (1992). Epistemic Communities and International Policy Coordination. International Organization, 46(1), 1-35.

Hammill, M. O., Stenson, G. B., Swain, D. P. & Benoit, H. P. (2014). Feeding by grey seals on endangered stocks of Atlantic cod and white hake. ICES J Mar Sci, 71(6), 1332‑1341. https://doi.org/10.1093/icesjms/fsu123

Harris, L. (1990). Étude indépendante sur l’état des stocks de la morue du Nord. Direction générale des communications, Ministère des Pêches et des Océans Ottawa (Ontario). Consulté sur : https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/232206.pdf

Harwood, J. (1992). Assessing the competitive effects of marine mammal predation on commercial fisheries. South African Journal of Marine Science, 12(1), 689‑693. https://doi.org/10.2989/02577619209504733

Hutchings, J. A., Walters, C. & Haedrich, R. L. (1997). Is scientific inquiry incompatible with government information control? Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 54(5), 1198‑1210.

Hutchings, J. & Myers, R. (1994). What Can Be Learned from the Collapse of a Renewable Resource? Atlantic Cod, Gadus morhua, of Newfoundland and Labrador. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 51, 2126 2146. https://doi.org/10.1139/f94-214

Jackman, J., Bettencourt, L., Vaske, J., Sweeney, M., Bloom, K., Rutberg, A. & Brook, B. (2018). Conflict and consensus in stakeholder views of seal management on Nantucket Island, MA, USA. Marine Policy, 95, 166‑173.

Jasanoff, S. (1990). The fifth branch: Science advices as policy managers. Cambridge: Harvard University Press.

Lear, W. H. & Parsons, L. (1993). History and management of the fishery for northern cod in NAFO Divisions 2J, 3K and 3L. In Perspectives on Canadian marine fisheries management. (pp. 55‑89).

Lefeuvre, C., Laspougeas, C., Mariat Roy, E. & Geistdoerfer, A. (2013). Interactions Pêche Mammifères marins – INPECMAM Iroise (p. 150).

Locher, F. (2018). L’océan en communs. Épuisement des ressources, appropriation et communautés. Annales des Mines-Responsabilité et environnement, 4(92), 10‑13.

MacKenzie, B. R., Eero, M. & Ojaveer, H. (2011). Could Seals Prevent Cod Recovery in the Baltic Sea? PLOS ONE, 6(5), https://doi.org/10.1371/journal.pone.0018998

Malouf, A. (1986). Seals and sealing in Canada: Report of the Royal Commission. Ottawa: Supply and Services Canada.

Mann, K. H. & Drinkwater, K. F. (1994). Environmental influences on fish and shellfish production in the Northwest Atlantic. Environmental Reviews, 2(1), 16‑32.

Mauz, I. & Granjou, C. (2013). A new border zone in science. Collaboration and tensions between modelling ecologists and field naturalists. Science as Culture, 22(3), 314‑343.

Mansfield, W. W. & Beck, B. (1977). The grey seal in eastern Canada. Service des pêches et des sciences de la mer.

Mills, E. L. (2013). Office des recherches sur les pêcheries. In L’Encyclopédie Canadienne. Consulté à l’adresse https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/office-des-recherches-sur-les-pecheries

Myers, R. A., Barrowman, N. J., Hoenig, J. M. & Qu, Z. (1996). The collapse of cod in Eastern Canada: The evidence from tagging data. ICES Journal of Marine Science, 53(3), 629 640. https://doi.org/10.1006/jmsc.1996.0083

Myers, R.A. & Cadigan, N. (1995). Was an increase in natural mortality responsible for the collapse off northern cod. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 52, 1274-1285.

Myers, R. A., Hutchings, J. A. & Barrowman, N. J. (1996). Hypotheses for the decline of cod in the North Atlantic. Mar. Ecol. Prog. Ser., 138, 293 308.

Northbridge, S. P. (1986). Impact of fish stocks. Rapport technique 2. Commission royale sur les phoques et l’industrie de la chasse au phoque au Canada. Déposé à la bibliothèque centrale du MPO, Ottawa.

O’Neill, R., N. (2011). Le thon rouge en miettes. Les alertes et les controverses autour de la gestion des stocks de la Méditerranée. (p. 23) [Document de recherche du GSPR-CNRS].

OPANO (1992). Report of The Special Meeting Scientific Council. NAFO SCS Doc, 20., consulté sur https://www.nafo.int/Portals/0/PDFs/sc/1992/SCS-92-020.PDF?ver=2016-02-22-114422-547

Oreskes, N. & Conway, E. (2010). Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming. New York: Bloomsbury Press.

Plaan, J. (2018). Altered ontologies of the seascape: Local knowledge, environmental change and conservation in Kihnu, Estonia. Journal of Political Ecology, 25(1), 569‑586. https://doi.org/10.2458/v25i1.22757

Quensière, J. (1993). De la modélisation halieutique à la gestion systémique des pêches. Natures Sciences Sociétés, 1(3), 211‑220. https://doi.org/10.1051/nss/19930103211

Ronsin, G., Lewis, N. & Brisson, G. (2020). De la mer à la viande. Requalification de la chair de phoque au Québec depuis 2000. Techniques & Culture. http://journals.openedition.org/tc/14797

Ronsin, G., Lewis, N. & Brisson, G. (2020). « Tuer en trois étapes » : Trajectoire de normalisation de la chasse aux phoques canadienne face à la cause animale et aux adaptations locales. Géographie et cultures, (115).

Sanguinet, F. (2021). Compter des phoques, compter des morues : une approche socio-historique de l'usage des nombres dans la gestion des océans dans l'Est du Canada. Mémoire de master2 de l'EHESS.

Schrecker, T. (2018). L’utilisation de la recherche scientifique dans l’élaboration des politiques environnementales : Le Canada peut-il faire mieux ? In E. A. Parson (Éd.), Gérer l’environnement (pp. 39‑77). Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Sénat (juin 1999). Rapport sur les phoques. Rapport du comité permanent des pêches de l’Atlantique ; Claude Hubbard (dir.). Consulté sur https://www.noscommunes.ca/DocumentViewer/fr/36-1/FISH/rapport-13/page-12

Sénat (2012). La gestion durable des populations de phoques gris : Vers le rétablissement des stocks de morue et autres poissons de fond. Rapport du Comité sénatorial permanent des pêches et des océans. Consulté sur : https://sencanada.ca/content/sen/Committee/411/pofo/rep/rep07oct12-f.pdf

Shelton, P., Sinclair, A., Chouinard, G., Mohn, R. & Duplisea, D. (2006). Fishing under low productivity conditions is further delaying recovery of Northwest Atlantic cod (Gadus morhua) Can. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences - CAN J FISHERIES AQUAT SCI, 63, 235‑238. https://doi.org/10.1139/f05-253

Sinclair, A., Chouinard, G. A., Swain, D. P., Nielsen, G., Hanson, J. M., Currie, L.,… Hébert, R. (1995). Assesment of the southern Gulf of St Lawrence cod stock. DFO Atl. Fish. Res., Doc. 95/39.

Stenson, G. B., Ni, I.-H., Ross, S.-A. & McKinnon, D. (1991). Hooded seal, Cystophora cristata, feeding and interactions with commercial fisheries in Newfoundland. Comité scientifique consultatif des pêches canadiennes dans l’Atlantique, 45.

Trzcinski, M. K., Mohn, R. & Bowen, W. D. (2009). Estimation de l’impact du phoque gris sur les populations de morue des parties orientale et occidentale du plateau néo-écossais. MPO Pêches de l’Atlantique. Document de Recherche, 52, 27.

Trzcinski, M. K., Mohn, R. & Bowen, W. D. (2011). Estimation de l’impact du phoque gris sur les populations de morue des parties orientale du plateau néo-écossais jusqu’en 2009. 78, 26.

Wallace, M. (2013). Gouverner le climat : Les sciences de l’atmosphère au Canada, 1945-1975 (Thèse ou essai doctoral accepté, Université du Québec à Montréal). Université du Québec à Montréal, Montréal (Québec, Canada). Consulté à l’adresse https://archipel.uqam.ca/5892/

Haut de page

Annexe

Annexe n°1 : carte des stocks de morue dans l’Atlantique canadien

Source : MPO, Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Atlantique, 2018, p. 27 (https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/​Library/​40782189.pdf)

Haut de page

Notes

1 Ces archives sont publiques à partir de 1994.

2 Le Sénat canadien forme des comités en fonction de thématiques précises. Le comité permanent des pêches et des océans a été créé en 1984 et a pris son nom actuel en 1994. La mission des comités est « de mener des études et de présenter des rapports sur les questions que lui renvoie la Chambre des communes [équivalent de l’assemblée] [...] Ils peuvent notamment faire rapport à la Chambre, convoquer des témoins, exiger la production de documents ». Le Sénat peut également commander des recherches, notamment auprès du MPO, pour proposer des orientations aux politiques canadiennes.

3 Plusieurs rapports sont publiés par ce comité à la suite de ces auditions, dont celui de novembre 2005 intitulé « La morue du nord : un échec de la gestion canadienne des pêches ».

4 Un rapport publié à la suite de ces auditions « La gestion durable des populations de phoques gris : vers le rétablissement des stocks de morue et autres poissons de fond » a été également mobilisé pour cet article (Sénat, 2012).

5 L’office coordonnait les activités des stations biologiques installées dans les eaux territoriales canadiennes (au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique) depuis le début du XXe siècle où se rendent des universitaires et leurs étudiants. Ils étudient dans les laboratoires de l’ORP la biologie des espèces marines, l’industrie de la pêche et la transformation des poissons en produits alimentaires.

6 Les précédents ministères de la pêche et des affaires maritimes au Canada ne s’occupaient pas de la production scientifique.

7 Pour cet article nous nous sommes concentrés sur ces trois universités : l’Institut des sciences de la mer (ISMER créé en 1999 à Rimouski ; l’Université de Dalhousie en Nouvelle-Ecosse (création en 1818) ; l’Ocean Sciences Center, de la Memorial University à Terre-Neuve (création 1988). Néanmoins, des travaux en biologie marine existent également à l’Université Laval, l’université McGill, l’Université du Nouveau Brunswick, l’Université de Guelph et l’Université de Colombie Britannique.

8 Beddinton & Williams, 1979 ; Bowen, 1985 ; Fisher & MacKenzie, 1955 ; Mansfield & Beck, 1977 ; Northbridge, 1986

9 Seules deux publications issues de centre de recherche du MPO sont recensées : une en 1990 provenant de l’institut océanographique de Bedford en Nouvelle-Ecosse (Benoît & Bowen, 1990) et une autre en 1991 du Centre des Pêches de l’Atlantique Nord-Ouest à Terre-Neuve co-signé par des chercheurs de l’université de Terre-Neuve (Stenson et al., 1991).

10 On peut lire le même type d’arguments chez des scientifiques du MPO de Terre Neuve (Baird et al., 1991)

11 Hutchings & Myers, 1994 ; Sinclair et al., 1995 ; Myers & Cadigan, 1995 ; Hutchings, 1996 ; Myers et al., 1996 ; Myers & Barrowman, 1996 ; Myers, Hutchings & Barrowman, 1996

12 Lear & Parsons, 1993 ; Mann & Drinkwater, 1994

13 Seul un article en science halieutique aborde cette hypothèse en affirmant surtout n’avoir pas suffisamment de données pour modéliser précisément l’impact des phoques (Harwood, 1992).

14 Il a commencé sa carrière comme chercheur gouvernemental au MPO à Terre-Neuve

15 Un champ d’étude, nommé agnotologie, se consacre à l’étude de certaines formes d’ignorance (voir par exemple le dossier de la Revue d’anthropologie des connaissances consacré à cette thématique (Barbier et al, 2021). Il a été montré comment des acteurs (par exemple des industriels) mettent en œuvre des stratégies délibérées pour entretenir l’incomplétude des savoirs sur une problématique, notamment pour préserver des intérêts économiques, ce qui ne correspond pas au cas présenté ici à ce stade de l’analyse.

16 Il avait par ailleurs avant cette audition lui-même rédigé un article répondant aux critiques qui lui était adressées (Doubleday & Atkinson, 1997).

17 L’augmentation du nombre de phoques dans la région depuis les années 1990 tient principalement aux changements climatiques, à une diminution de la chasse et à l’arrêt des programmes d’abattages.

18 En 2003, le ministère des Pêches et des Océans a réduit le mandat du CCRH à celui d'analyse stratégique des politiques en cours et a rapatrié le processus de recommandations sur les quotas. En 2012, le CCRH est supprimé. Les raisons avancées par le gouvernement sont budgétaires.

19 Traduites par des publications co-signées, telles que Hammill, M.O., Stenson, G.B., Swain, D.P. & Benoit, H.P. (2014). Feeding by grey seals on endangered stocks of Atlantic cod and white hake. ICES J Mar Sci, 71(6), 1332‑1341.

20 Elle appliquée aux phoques du Groenland chassés à Terre Neuve où des chasseurs fournissaient environ 200 estomacs de phoque du Groenland par an aux biologistes du MPO. Dans le cas du phoque gris, la pratique est plus récente et les biologistes de l’IML chassent eux-mêmes des phoques dans le Golf du Saint Laurent et récupèrent ainsi une cinquantaine d’estomacs par an

21 Si personne ne remet en cause le fait que le phoque mange des morues, des études montrent que d’autres facteurs rentrent en compte dans ce qui influence les dynamiques de populations des morues. Ainsi, les reprises partielles de la pêche pourraient ralentir le renouvellement(Shelton et al , 2006) ou encore une étude transatlantique basée sur la mer Baltique montre que c’est le taux de salinité et la pêche qui empêche le renouvellement (MacKenzie, Eero & Ojaveer, 2011). D’autres mettent en exergue la diminution de la température de l’eau (Bousquet et al., 2014).

22 En effet, quand le phoque est chassé sur la terre ferme pour analyser son estomac, il a déjà digéré tout ce qu’il a mangé au large : seule la nourriture qu’il aura récemment ingurgitée sera accessible.

23 https://www.actualites-news-environnement.com/20060628-projet-surveillance-marine.php

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : MPO, Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Atlantique, 2018, p. 27 (https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/​Library/​40782189.pdf)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/27805/img-1.png
Fichier image/png, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Ronsin et Florian Sanguinet, « Un effondrement durable des morues au Canada »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-2 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/27805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.27805

Haut de page

Auteurs

Gaëlle Ronsin

Postdoctorante au Centre Alexandre Koyré, professeure associée à l’Université du Québec à Rimouski (Canada).
Orcid : https://orcid.org/0000-0001-6087-1754

Adresse : Centre Alexandre Koyré, Campus Condorcet, 2 Cr des Humanités, bâtiment EHESS, FR-93322 Aubervilliers (France)
Courriel : gaelle.ronsin[at]gmail.com

Articles du même auteur

Florian Sanguinet

Année de Préparation Doctorale, diplômé du master « Histoire des Sciences, des Techniques et des Savoirs » de l’École des Hautes Études en sciences sociales.
Orcid : https://orcid.org/0000-0002-0998-5809

Adresse : Centre Alexandre Koyré, Campus Condorcet, 2 Cr des Humanités, bâtiment EHESS, FR-93322 Aubervilliers (France)
Courriel : florian.sanguinet[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search