Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-2Débats et commentaires« L’eau s’est échappée de la modé...

Débats et commentaires

« L’eau s’est échappée de la modélisation »

Compte-rendu d’un premier atelier de recherches critiques sur la modélisation de l’eau
“Water escaped the modelling”. Report of a first workshop on critical research of water modelling
«El agua se ha escapado del modelado». Informe del primer taller de investigación crítica sobre la modelización del agua
Lucie Babel

Résumés

Le 19 et 20 janvier 2022 se tenait, dans une démarche jusqu’ici inédite, un atelier visant à connecter les différentes recherches dites « critiques » ou « réflexives » sur la modélisation de l’eau. Le présent texte rend compte des apports de cet atelier mêlant sociologues, anthropologues, géographes et modélisateur·trice·s de l’eau et situe les discussions par rapport aux explorations collectives menées en hydrologie. Il questionne également la place des praticien·ne·s, de l’objet modélisé et de l’infrastructure informatique dans les approches critiques de la modélisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce compte-rendu d’un atelier de réflexion critique sur la modélisation de l’eau, réunissant modélisateur·trice·s et chercheur·euse·s en sciences sociales, questionne les enjeux qui orientent le processus de modélisation, la place laissée par la réflexivité critique des sciences sociales à la réflexivité des praticien·ne·s, ainsi que le rôle de l’objet modélisé dans la modélisation.

  • 1 Vers une approche réflexive : connecter les recherches critiques sur la modélisation de l’eau.
  • 2 Integrative Research Institute on Transformations of Human-Environment Systems

2 L’atelier dont il est question ici, intitulé « Towards a reflexive approach: Connecting critical research on water modelling »1, s’est tenu en ligne du 19 au 20 janvier 2022. Il était organisé conjointement par l’institut IRI THESys2 de l’Université Humboldt de Berlin et par le « Water Resources Management group » de l’Université de Wageningen (Pays-Bas), sous la houlette des chercheuses Rossella Alba et Rozemarijn Ter Horst. Il a réuni 35 participant·e·s à des stades très divers de leur carrière académique et dont la grande majorité était affiliée à des universités ou instituts de recherche néerlandais, allemands ou français. Quatorze chercheur·euse·s ont présenté succinctement leurs recherches ; ces présentations ont été suivies de discussions en plénum et de sessions d’échange au sein de sous-groupes formés aléatoirement.

3En présentant et en discutant des travaux en train de se faire, parfois à un stade encore très précoce de leur élaboration, l’atelier a donné à voir les approches et les thématiques abordées actuellement par une partie de la recherche dite « critique » ou « réflexive » sur la modélisation de l’eau. Les échanges, très libres, étaient mus par l’objectif des organisatrices de créer un collectif susceptible de collaborer sur des projets futurs. Les synergies étaient ainsi activement recherchées. Je commencerai par brièvement situer l’atelier par rapport aux préoccupations de la communauté hydrologique, avant de rendre compte des principales thématiques abordées durant l’atelier. Je discuterai ensuite de ces apports en interrogeant la place laissée aux modes de réflexivité des modélisateur·trice·s et à la matérialité de la modélisation dans ces approches critiques de la modélisation.

Un atelier dans le prolongement d’explorations collectives menées en hydrologie

4Que cet atelier ait été centré sur la modélisation de l’eau n’est pas sans lien avec le contexte d’application de l’hydrologie et les logiques institutionnelles de cette discipline. L’hydrologie étudie et quantifie le cycle de l’eau – un cycle façonnant et façonné par les réseaux sociotechniques de manière particulièrement ostensible. L’eau est endiguée, déviée, captée et relâchée tandis qu’elle irrigue, inonde, détruit ou fait tourner des turbines. Loin de n’être que destinés à la recherche fondamentale, les modèles hydrologiques connaissent ainsi de nombreuses applications visant à agir sur les réseaux sociotechniques existants, à évaluer l’action passée et à penser l’action future. La construction de barrages et de digues, la prévention des crues, la répartition des ressources en eau (irrigation et eau potable), ou encore l’identification de sources de pollution et l’étude de leur propagation, font partie de ces applications. La manipulation des modèles hydrologiques n’est dès lors pas toujours l’apanage des chercheur·euse·s. Nombre d’hydrologues ou d’ingénieur·e·s les manient au sein d’entreprises privées, de bureaux d’études et d’offices gouvernementaux. La grande circulation des modèles hydrologiques au sein de réseaux d’acteur·trice·s très variés, leur utilisation pour la prise de décision, ont amené la communauté hydrologique à s’interroger d’une manière de plus en plus prononcée depuis la fin des années 1990, sur les standards à définir afin de garantir une certaine « assurance qualité » du processus de modélisation, ainsi que sur les façons de traiter et de communiquer l’incertitude des modèles. Cette évolution se remarque également dans d’autres disciplines des sciences de l’environnement au fort enjeu sociétal, comme l’écologie ou la climatologie ; les vives controverses ciblant l’évaluation et la crédibilité des modèles (voir p.ex. Oreskes et al., 1994) n’y sont pas étrangères.

Une posture réflexive valorisée

5En hydrologie, cette évolution a néanmoins été accompagnée d’une exploration collective qui me parait singulière, dans la mesure où elle s’est rapidement institutionnalisée. L’un de ses principaux moteurs a été l’hydrologue Keith Beven, modélisateur reconnu et auteur de nombreuses discussions philosophiques sur la modélisation hydrologique (e.g. Beven, 1993 et 2001). Le statut de cet auteur et la publication de ses écrits dans des revues internes à la discipline ont, d’une part, permis aux nombreux concepts développés par Keith Beven et à leur terminologie de circuler largement dans la communauté hydrologique. De l’autre, ils ont contribué à encourager une posture réflexive sur la modélisation et à la valoriser collectivement en offrant des espaces de publication. L’hydrologie a ainsi été dotée de lieux rédactionnels d’échange et de concepts internes stabilisés pour débattre des pratiques de modélisation.

6Les approches réflexives de la modélisation de l’eau se focalisent principalement sur deux thématiques : le traitement de l’incertitude et la « subjectivité » du processus de modélisation. Dans leur invitation, les organisatrices de l’atelier faisaient explicitement référence à cette deuxième exploration, axée par exemple sur l’influence des traditions de recherche, des ressources disponibles ou des collaborations avec d’autres acteur·trice·s sur le processus de modélisation. Les auteur·trice·s de ces recherches ne s’appuient généralement pas sur des données empiriques ; il s’agit le plus souvent de discussions ou d’articles dits d’« opinion ». Certains travaux visent néanmoins à rendre visible cette subjectivité et la « non-neutralité » des hypothèses sous-jacentes des modèles, au moyen d’analyses bibliométriques et, plus rarement et récemment, au travers d’entretiens (voir p.ex. Melsen, 2022). Les travaux en question ne mobilisent généralement que très peu de littérature issue des sciences sociales, toutefois les méthodologies employées tendent à les rapprocher de ces dernières. Une ouverture vers les études des sciences et techniques se fait ainsi résolument remarquer (voir en particulier Krueger et al., 2016), nourrie par les collaborations qu’entretiennent certain·e·s de ces auteur·trice·s avec des anthropologues.

La socio-hydrologie, source de nouveaux questionnements

7En parallèle, l’essor d’un nouveau champ de recherche donne lieu à de nouvelles approches et interrogations au sein de la communauté hydrologique. Ce nouveau champ, dénommé « socio-hydrologie » par ses instigateurs – les hydrologues Murugesu Sivapalan, Hubert Savenije et Günter Blöschl (2012) – vise à comprendre et à prédire la « co-évolution » des systèmes hydrologiques et humains. L’approche est quantitative : il s’agit de modéliser cette dynamique en couplant les deux systèmes au sein de modèles numériques. En une décennie, la socio-hydrologie est devenue un champ de recherche extrêmement dynamique. L’article initial a été cité près de 500 fois à ce jour et la première conférence de socio-hydrologie, qui s’est tenue en septembre 2021, a réuni 300 chercheur·euse·s (Pande et al., 2022). Visant, selon Sivapalan (2014) à « faire des sciences sociales en utilisant des méthodes de sciences naturelles », les travaux de socio-hydrologie se heurtent à la difficulté d’une description quantitative de la dynamique des systèmes humains, qui fait, semble-t-il, de plus en plus l’objet de collaborations entre modélisateur·trice·s de l’eau et chercheur·euse·s en sciences sociales. Cette collaboration n’est certes pas née de la socio-hydrologie. Toutefois son fort développement n’est pas étranger à l’intensification des discussions sur les formes que devrait revêtir l’interaction entre sciences sociales et modélisation hydrologique (voir p.ex. Seidl & Barthel, 2017).

Des chercheur·euse·s partiellement en marge de ces explorations

8Au vu de ces développements, je m’attendais à ce que les travaux des participant·e·s à l’atelier « Connecting critical research on water modelling » s’inscrivent dans le prolongement de l’une ou l’autre de ces deux explorations collectives. C’était en partie le cas. L’une des participant·e·s s’intéressait par exemple aux motivations des choix des modélisateur·trice·s durant le processus de modélisation ; une autre remettait en cause les approximations sous-jacentes du modèle qu’elle employait. Plusieurs participant·e·s tentaient de représenter, par diverses approches, l’interaction entre humains et système hydrologique au sein de leurs modèles. Néanmoins – et comme je le montrerai dans les sections suivantes –, les échanges très nourris entre les participant·e·s ont pris une tournure sensiblement différente des approches réflexives habituellement développées dans la communauté hydrologique. Cette singularité tient beaucoup à l’impulsion de trois groupes de recherches des Universités de Wageningen, Berlin et Montpellier à l’origine de cet atelier. De manière relativement concomitante, ces trois institutions ont récemment mis sur pied des projets de recherche visant à élaborer des terrains d’échange entre hydrologues et chercheur·euse·s en sciences sociales autour d’approches critiques de la modélisation de l’eau. Ces projets se démarquent des trajectoires esquissées plus haut par leur construction transdisciplinaire, mais aussi de par l’intérêt qu’ils portent à l’interface entre modélisation et société. Une majorité des participants·e·s à l’atelier provenaient de ces trois collectifs, que l’atelier visait par ailleurs à mettre en réseau. De ce fait, le groupe défini par l’atelier mêlait des anthropologues, sociologues, géographes humains et des modélisateur·trice·s de l’eau dont une partie était habituée aux approches SHS de la modélisation. Les échanges en plenum ont été fortement teintés par le bagage de sciences sociales dont disposaient les principaux intervenant·e·s. J’aurai l’occasion de revenir plus loin sur les participant·e·s plus silencieux·euses.

Le pouvoir des modèles de l’eau

9Les présentations, qui répondaient à une invitation somme toute très générale, avaient été regroupées par les organisatrices autour de trois grands axes : l’étude des pratiques de modélisation (sur laquelle a porté la moitié des présentations), les dispositifs de modélisation participative et les approches exploratoires ou interdisciplinaires du processus de modélisation. Le temps restreint alloué aux présentations permettait peu l’immersion dans la démarche des chercheur·euse·s. Les discussions en plénum ou en groupe se sont nourries ponctuellement de ces présentations, mais en suivant plusieurs thèmes récurrents.

10L’orientation prise par les discussions semblait partir d’une reconnaissance commune de la capacité d’action des modèles. Les modèles étaient entrevus comme des instruments agissant sur les individus et les collectifs en légitimant les décisions des pouvoirs publics (sur la construction de barrages ou l’allocation de ressources en eau), en permettant le dialogue (entre ONG, expert·e·s et population locale), en interférant avec la perception de la réalité ou encore en modelant l’imaginaire (collectif) des futurs possibles. De ce fait, les participant·e·s semblaient leur reconnaître un certain pouvoir, terme qui s’est progressivement imposé comme l’un des principaux catalyseurs des discussions.

11Tel qu’abordé dans l’atelier, le pouvoir des modèles hydrologiques était non seulement représentationnel, mais aussi performatif : les modèles étaient considérés comme « faiseurs de monde » (world-making). Les contours de la formule « models are making the world » (« les modèles font le monde »), reprise plusieurs fois, n’ont pas réellement été tracés, ni les sources de ce pouvoir identifiées et discutées. Les implications de ce postulat, en revanche, ont fait débat. Si les modèles « font » le monde, quel monde souhaiter qu’ils fissent ? Concernant les modèles hydrologiques intégrant le social, dans quelle mesure la taxonomie et la classification employées ont-elles un impact réel sur les collectifs qu’elles visent à représenter ? En reproduisant certaines représentations établies, les modèles nous enferment-ils dans une forme de conservatisme, nous empêchant de penser le réel autrement et de concevoir d’autres futurs ? Ces questionnements donnaient aux réflexions une dimension politique que semblait désirer une partie des intervenant·e·s. Les discussions tranchaient ainsi avec les approches critiques habituelles en hydrologie, qui s’arrêtent généralement aux influences subies durant la construction du modèle. Ici, c’était la capacité d’action et l’impact du modèle sur la société qui faisaient débat et représentaient l’objet de certaines recherches récemment initiées.

Inclure par la modélisation

12Les questions soulevées autour du pouvoir des modèles étaient intimement liées durant cet atelier à celles de la participation. En effet, si les modèles agissent et font le monde (voir ci-dessus), par qui ce monde devrait-il être pensé ? Plusieurs présentations faisaient état de dispositifs de recherche visant à impliquer les populations concernées dans le processus de modélisation. Les modèles participatifs présentés avaient notamment une fonction éducative, en cherchant à transmettre aux populations locales une connaissance du système hydrologique qui leur permette de se positionner et de participer au débat public. Ils servent alors d’instruments de communication qui favorisent le dialogue avec les expert·e·s et les gouvernements autour d’un objet commun. Les dispositifs de modélisation participative ont toutefois également été abordés sous l’angle de leur potentiel à donner une voix aux « sans-voix », à élever au rang d’acteurs des collectifs mis à l’écart lors de conflits autour de la gestion de l’eau. La modélisation a alors pris à nouveau une dimension politique, dans sa propension à redéfinir l’agentivité des actants en les incluant ou en les excluant du système modélisé. Ces considérations se sont prioritairement basées sur les acteur·trice·s humain·e·s ; néanmoins leur extension aux actants non-humains me paraît pertinente. Un·e modélisateur·trice qui décide de ne pas prendre en compte la végétation dans son modèle hydrologique rend cette dernière sans-voix et la dénue de toute capacité d’action – une exclusion susceptible d’être moins dénuée d’implications politiques qu’il n’y paraît.

13Il m’a semblé particulièrement intéressant que certain·e·s modélisateur·trice·s présent·e·s aient effleuré dans ce cadre la question de « l’échec » de leurs modèles. Dans la littérature des sciences de la Terre et de l’environnement, ainsi que dans les nombreuses conversations que j’ai menées avec des modélisateur·trice·s, la réussite ou l’échec des modèles sont généralement abordés sous l’angle de leur capacité à produire des résultats « crédibles » en comparaison avec les données et les connaissances disciplinaires. L’échec d’un modèle a pris néanmoins durant l’atelier une tout autre signification, dans la mesure où plusieurs participant·e·s ont abordé le modèle comme un discours, ou une affirmation sur le monde. Le modèle qui échoue semblait dès lors être défini par son impuissance à rendre un narratif audible et à influer sur les pratiques ou sur les décisions en matière de gestion de l’eau. Cette interprétation permet de revisiter la question de la non-neutralité des modèles hydrologiques sous un angle différent. La non-neutralité des modèles ne serait pas qu’insidieuse, dissimulée dans les approximations et hypothèses des modélisateur·trice·s. Si les modèles sont des discours ou des affirmations, si l’objectif poursuivi est d’amorcer un changement et d’interférer sur les pratiques de gestion de l’eau, alors leur non-neutralité est inhérente ; modéliser revient à prendre position.

Entre « care » et pratique située : reconsidérer la modélisation

  • 3 Voir le projet mené par Margreet Zwarteveen à l’Université de Montpellier, https://muse.edu.umontpe (...)

14L’atelier « Critical research on water modelling » a arpenté les différents points d’approche critiques sur la modélisation plus qu’il n’a discuté de leurs implications sur les pratiques et le quotidien des modélisateur·trice·s. Néanmoins, deux cheminements ont été brièvement esquissés. Le premier tendait vers une approche de modélisation « soigneuse » (careful modelling), attentive à la société, à ses inégalités et à ses besoins ; attentive également aux limitations des modèles et aux affirmations qu’ils véhiculent sur le monde. L’approche va bien au-delà des travaux appelant à une « assurance-qualité » du processus de modélisation (voir plus haut), dans la mesure où cette modélisation « soigneuse » semble embrasser la prise en compte des inégalités sociétales, les questions de genre et de décolonisation3. Face à l’ampleur du chantier, certain·e·s participant·e·s estimaient qu’un premier pas vers une modélisation soigneuse pourrait impliquer de « cartographier les alternatives », autrement dit de rendre visible l’existence de choix durant le processus de modélisation et de les documenter.

15Un large projet4 récemment lancé par l’institut « IRI THESys » de l’Université Humboldt de Berlin a été présenté en conclusion de l’atelier. Il propose d’aborder la modélisation comme pratique située, selon la proposition de Donna Haraway (1988). Dans une démarche de pluralisme épistémologique, des chercheur·euse·s de différentes disciplines collaborent autour d’une même problématique par des approches théoriquement et méthodologiquement divergentes. L’objectif est dès lors d’explorer le processus de modélisation en le contrastant avec d’autres approches méthodologiques – et ainsi d’en cerner les apports et les éventuelles spécificités. Ce faisant, le dispositif interroge finalement la pratique de la modélisation et son rôle dans l’étude de systèmes socio-hydrologiques.

Quel futur pour ce collectif ?

16Au-delà du partage de connaissances et de regards sur la modélisation, l’un des buts affichés de l’atelier était de créer un collectif de chercheur·euse·s susceptibles de collaborer sur des projets communs. C’est aussi sous cet angle qu’il importe de discuter des apports de l’atelier et de questionner les synergies ou divergences qu’il a permis de révéler, ce que je me propose de faire ci-après.

Une entente à construire

17La vaste diversité des approches employées semblait en partie inattendue pour les participant·e·s, qui n’hésitaient pas à faire part de leur surprise ou de leur « fascination » face à la pluralité des regards. Cette pluralité concernait d’une part la manière d’appréhender l’objet « modèle », tour-à-tour conçu comme une boîte noire à ouvrir et à décortiquer, comme un instrument doté d’une capacité d’action et d’un pouvoir qu’il faudrait explorer, ou comme le résultat éventuel d’un processus aux enjeux multiples. D’autre part, cette pluralité concernait également les sources des apports théoriques mobilisés : théorie de l’acteur-réseau, études féministes et politique écologique, entre autres. Face à plusieurs participant·e·s se réjouissant de la complémentarité de ces approches, un modélisateur impliqué dans des projets transdisciplinaires a nuancé le tableau. Il a relevé que les participant·e·s se confrontaient de manière somme toute très superficielle à la littérature mobilisée par les différents intervenant·e·s. Il s’est décrit acquiesçant de la tête quand il avait été dit que les modèles « font » le monde, mais sans être sûr d’en avoir bien saisi la signification et les implications. « Je n’ai pas tout compris », affirma-t-il en conclusion de l’atelier, dans une honnêteté qui m’a paru particulièrement bénéfique pour l’éventuelle prolongation de ces discussions. En effet, les approches ont été si brièvement décrites, les références de chercheur·euse·s en sciences sociales à Bruno Latour, Annemarie Mol, Donna Haraway, Michel Foucault ou encore Ulrike Felt (parmi d’autres) si catapultées d’une diapositive ou d’une présentation à l’autre, que la complémentarité des points de vue, et donc leur compatibilité, n’ont pu faire l’objet de réelles discussions. Sans doute ne pouvions-nous pas en attendre plus d’un premier atelier unique en son genre, réunissant pour la première fois autour de ces thématiques des chercheur·euse·s en provenance d’horizons très différents. Certain·e·s participant·e·s ont dès lors exprimé le souhait d’approfondir les discussions sous la forme de séminaires consacrés à des thématiques spécifiques, afin de mieux cerner les convergences et les divergences des différentes approches critiques de la modélisation. Cette démarche semble pertinente à deux égards. En premier lieu, l’atelier a révélé que les chercheur·euse·s en SHS n’avaient pas forcément connaissance des débats internes à la modélisation hydrologique et des approches critiques cristallisées autour de concepts particuliers, tels que « l’incertitude » de la modélisation. En deuxième lieu, le risque est bien présent – ainsi que l’ont montré Madani et Shafiee-Jood (2020) en socio-hydrologie – de voir des concepts de sciences sociales flotter comme des coquilles vides dans la littérature hydrologique, détachés de leur contexte théorique.

Quelle place pour les modélisateur·trice·s de l’eau et leur(s) réflexivité(s) ?

18Durant la première journée de l’atelier, une séance de réflexions en sous-groupes visait à déterminer ce qui devrait figurer au programme des recherches critiques sur la modélisation. « Le programme de qui ? » a réagi un participant avant de débuter. Cette question assez vite balayée aurait mérité d’être saisie en profondeur. Par qui les recherches critiques sur la modélisation devraient-elles être menées ? Quelle devrait être l’articulation (éventuelle) entre chercheur·euse·s en sciences sociales et modélisateur·trice·s de l’eau dans cette exploration ? À qui ces recherches sont-elles in fine destinées ?

19La plupart des discussions tenues dans le cadre de l’atelier ont été menées par des sociologues, des anthropologues ou par des modélisateur·trice·s qui avaient été en contact étroit avec les études des sciences et techniques, au travers de leurs projets de recherche et de leurs collaborations. Les modélisateur·trice·s moins familiarisé·e·s avec les approches mobilisées se sont effacé·e·s, observateur·trice·s silencieux·euses des débats en groupe ou du fil de discussion. Iels étaient en minorité. L’invitation avait peu été transmise aux réseaux de modélisateur·trice·s de l’eau sans lien apparent avec les sciences sociales. Je serais tentée de penser que l’ancrage des discussions dans des approches sociologiques non explicitées, non introduites, a de facto exclu leurs rares représentant·e·s présent·es durant l’atelier. Ce dernier n’a ainsi pas permis, de mon point de vue, de donner la même voix aux démarches réflexives des praticien·ne·s ne mobilisant pas de concepts issus des SHS.

20Ces démarches réflexives sont pourtant bien présentes. Si l’objectif futur du groupe qui se dessine est de poser les bases d’une exploration collective véritablement interdisciplinaire, alors il me paraîtrait intéressant de prendre la mesure de la pluralité des modes de réflexivité. François Thoreau et Vinciane Despret (2014) ont admirablement exploré les différentes versions de la réflexivité qui ont émané de leur enquête auprès de scientifiques. Notant que « la réflexivité discursive des sciences humaines s’aligne sur leurs pratiques discursives et sur le fait que ce sont par les mots qu’elles ont un effet sur le monde », Thoreau et Despret ont été confronté·e·s, chez les scientifiques interviewé·e·s, à une réflexivité qui, de façon bien différente, se « fait » parfois plutôt qu’elle ne se dit. Reconnaître ces modes de réflexivité non-discursifs – une réflexivité dans les actes, dans l’attention et dans les temps morts – permettrait peut-être aussi de prendre en compte l’une des préoccupations des modélisateur·trice·s présent·e·s : celle de l’articulation concrète des recherches critiques avec leurs pratiques.

Des contours à définir et une matérialité à (ré)intégrer

21À l’heure où j’écris ces lignes, les participant·e·s se sont échangé leurs présentations, des notes et une bibliographie ; les organisatrices envisagent d’écrire un article commun et une prolongation des discussions est imaginée. Les contours de l’exploration débutée restent encore à définir. L’une des organisatrices relevait en conclusion de l’atelier que durant les discussions, l’eau « s’était échappée de la modélisation » (« water escaped the modelling »). De fait, il a très peu été question d’eau durant cet atelier, de son comportement, de ses propriétés ou même de sa représentation au sein des modèles. S’il me paraît évident que cet atelier s’inscrivait dans le prolongement d’une démarche collective propre à la communauté hydrologique, j’ai en revanche plus de peine à saisir ce qui, dans les discussions, relevait spécifiquement de la modélisation de l’eau. Le fait qu’il s’agisse du matériau « eau » façonne-t-il d’une quelconque manière les propriétés des modèles qui ont été esquissées ? Ou, à l’inverse, la capacité d’action des modèles en est-elle détachée, dans quel cas les propos tenus seraient-ils susceptibles d’être étendus à la modélisation environnementale dans son ensemble ? C’est cette seconde conception qui semble être actuellement partagée dans des approches critiques élaboré·e·s par des modélisateur·trice·s de l’environnement, à l’instar de Hamilton et al. (2019).

22Une autre matérialité s’est insidieusement échappée des discussions : celle de l’infrastructure informatique. Quand bien même les organisatrices ciblaient spécifiquement les modèles numériques dans leur invitation – et que tou·te·s les participant·e·s se référaient à ce type de modèles – il n’a presque jamais été question d’ordinateurs, de programme informatique, de capacités de calcul ou de mémoire. Nous pouvons là aussi nous interroger sur ce détachement. Parlions-nous d’une catégorie « modèles », à l’instar des philosophes (voir Morgan & Morrison, 1999, pour un aperçu), qui dès lors inclurait également les modèles analogiques de laboratoire ? Exprimant ses difficultés à concilier son approche de praticien et d’auteur de recherches critiques sur la modélisation, un modélisateur a entamé ses propos conclusifs par « quand je code… ». Je n’ai pas été la seule à être interpelée. « Quand je code » sifflait un rappel à l’infrastructure informatique, brusque retour à la matérialité des pratiques des modélisateur·trice·s de l’eau.

Conclusion

23En début d’atelier, plusieurs chercheur·euse·s ont motivé leur participation par le sentiment de solitude qui les accompagnait dans leurs démarches, somme toute singulières au vu de la littérature existante. L’atelier « Connecting critical research on water modelling » a certainement atteint l’objectif fixé d’une mise en réseau. Ce faisant, il a également permis d’entrevoir par petites touches – au travers de réactions parfois brusquement défensives, de questions laissées en suspens – des malentendus et des divergences qui pourraient indéniablement faire l’objet de débats fructueux. Bien plus que dans l’entente apparente, ce sont dans ces brèves frictions que se cachent, me semble-t-il, des questions hautement pertinentes pour l’étude des modèles numériques, notamment sur le rôle de l’objet modélisé, la place de l’infrastructure informatique, les approches réflexives propres aux modélisateur·trice·s et les généralisations possibles à l’échelle de la catégorie « modèle numérique ».

24J’ai ainsi regretté que la démarche résolument transdisciplinaire dans laquelle s’est engagée l’institut IRI THESys de l’Université Humboldt de Berlin (co-organisateur de l’événement) et sa devise « agree to disagree » (accepter d’être en désaccord) n’aient été présentées qu’à la toute fin de l’atelier. Car c’est bien à une expérience d’inter- (à défaut de trans-)disciplinarité que j’avais l’impression d’assister, sans que son cadre n’ait été réellement posé. Accepter les désaccords pour remonter à leurs sources, se positionner ouvertement comme représentant·e·s d’épistémologies divergentes pour mieux cerner les différences et les possibles synergies, donner une voix aux praticien·ne·s étranger·ère·s aux SHS pour prendre en compte et construire avec leurs réflexivités et leurs débats internes ; voilà quelques-uns des défis stimulants qui attendent ce nouveau collectif aspirant à poursuivre les réflexions amorcées et à se construire.

Je tiens à remercier Rozemarijn Ter Horst, co-organisatrice de l’atelier “Towards a reflexive approach: Connecting critical research on water modelling” pour son éclairage sur l’organisation de ce dernier et pour les discussions particulièrement roboratives qui ont suivi, ainsi que les deux relecteur·trice·s anonymes de la RAC pour leurs commentaires et suggestions.

Haut de page

Bibliographie

Beven, K. J. (1993). Prophecy, reality and uncertainty in distributed hydrological modelling. Advances in Water Resources, 16, 41-51.

Beven, K. J. (2001). Calibration, validation and equifinality in hydrological modelling. In M.G. Anderson & P.D. Bates (dir). Model validation: Perspectives in hydrological science. Chichester: Wiley.

Hamilton, S. H., Fu, B., Guillaume, J.H.A, Badham, J., Elsawah, S., Gober, P., Hunt, R.J., Iwanaga, T., Jakeman, A.J., Ames, D.P., Curtis, A., Hill, M.C., Pierce, S.A. & Zare, F. (2019). A framework for characterizing and evaluating the effectiveness of environmental modelling. Environmental Modelling & Software, 118, 83-98.

Haraway, D. (1988). Situated knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-599.

Krueger, T., Maynard, C., Carr, G., Bruns, A., Mueller, E.N. & Lane, S. (2016). A transdisciplinary account of water research. WIREs Water, 3, 369-389.

Madani, K. & Shafie-Jood, M. (2020). Socio-hydrology: A New Understanding to Unite or a New Science to Divide? Water, 12(7), 1941.

Melsen, L. (2022). It Takes a Village to Run a Model – The Social Practices of Hydrological Modelling. Water Resources Research, 58.

Morgan, M.S. & Morrison, M. (eds.) (1999) Models as Mediators: Perspectives on Natural and Social Science. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Pande, S., Haeffner, M., Blöschl, G., Faiz Alam, M., Castro, C., Di Baldassarre, G., Frick-Trzebitzky, F., Hogeboom, R., Kreibich, H., Mukherjee, J., Mukherji, A., Nardi, F., Nüsser, M., Tian, F., van Oel, P. & Sivapalan, M. (2022). Never Ask for a Lighter Rain but a Stronger Umbrella. Frontiers in Water, 3, 822334.

Oreskes, N., Shrader-Frechette, K. & Belitz, K. (1994). Verification, Validation, and Confirmation of Numerical Models in the Earth Sciences. Science, 263(5147), 641-646.

Seidl, R. & Barthel, R. (2017). Linking scientific disciplines: Hydrology and social sciences, Journal of Hydrology, 550, 441-452.

Sivapalan, M., Savenije, H. H. G. & Blöschl, G. (2011). Socio-hydrology: A new science of people and water. Hydrological Processes, 26(8), 1270-1276.

Sivapalan, M. (2014). Debates – Perspectives on socio-hydrology: Changing water systems and the “tyranny of small problems” – Socio-hydrology. Water Resources Research, 51(6), 4795-4805.

Thoreau, F. & Despret, V. (2014). La réflexivité. De la vertu épistémologique aux versions mises en rapports, en passant par les incidents diplomatiques. Revue d’Anthropologie des Connaissances, 8(2), 391-424. URL : http://journals.openedition.org/rac/3746

Haut de page

Notes

1 Vers une approche réflexive : connecter les recherches critiques sur la modélisation de l’eau.

2 Integrative Research Institute on Transformations of Human-Environment Systems

3 Voir le projet mené par Margreet Zwarteveen à l’Université de Montpellier, https://muse.edu.umontpellier.fr/margreet-zwarteveen-2/.

4 https://www.iri-thesys.org/research/research-projects/water-security-for-whom-social-and-material-perspectives-on-inequality-around-multipurpose-reservoirs-in-colombia

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Babel, « « L’eau s’est échappée de la modélisation » »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-2 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/27905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.27905

Haut de page

Auteur

Lucie Babel

Formée en hydrologie, doctorante au département de géographie physique de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) et également affiliée au Laboratoire d’étude des sciences et techniques de l’Université de Lausanne. Sa thèse porte sur les pratiques de modélisation dans les sciences de la Terre et de l’environnement.

Adresse : Department of Physical Geography, Faculty of Geosciences, Utrecht University, NL-3584CS Utrecht (Pays-Bas).
Courriel : l.v.babel[at]uu.nl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search