Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’engagement des universitaires africains expatriés dans l’enseignement supérieur en Afrique

The engagement of African expatriate scholars in higher education in Africa
El compromiso de los académicos africanos expatriados en la educación superior en África
Abdoulaye Gueye

Résumés

Depuis plus d’une décennie, l’engagement des universitaires africains de la diaspora dans l’enseignement supérieur fait l’objet d’une attention accrue en sciences sociales. La question s’est posée avec d’autant plus d’acuité que les universités africaines sont confrontées à des défis sans précédent : le déficit d’enseignants pour former les cohortes d’étudiants et la proportion extrêmement faible d’enseignants de rang supérieur habilités à encadrer les candidats à la maîtrise et au doctorat en sont quelques-uns. Cet article découle cependant de l’insatisfaction ressentie à la lecture des quelques études qui traitent de cette question en raison surtout de leur pauvreté sur le plan empirique. Il est le résultat d’une longue enquête menée dans quatre pays de l’Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, Ghana, Niger et Nigeria), couplée avec des entretiens faits auprès d’enseignants chercheurs africains en poste aux États-Unis ou au Canada. L’article examine les caractéristiques des ressources qui circulent vers l’Afrique en provenance de la diaspora ainsi que les raisons de l’inégal accès des universitaires locaux à ces ressources. L’article démontre en dernier ressort que l’engagement des universitaires en diaspora ne résulte pas essentiellement de leur adhésion à l’injonction au patriotisme. Certes, le souci d’être utile au continent les motive, mais le choix des ressources qu’ils mobilisent et celui des chercheurs locaux qui en sont les destinataires prioritaires révèlent que les contraintes structurelles inhérentes à la profession universitaire informent en définitive leur démarche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plus d’une décennie, le rapport de la diaspora africaine hautement qualifiée [DAHQ dans le reste de l’article] avec l’Afrique fait l’objet d’une attention particulière. Des ONG étrangères suivies par des gouvernements africains ont multiplié les actions et initiatives destinées à l’impliquer davantage dans l’effort de développement du continent. En 1977, le PNUD introduisait le Transfer of Knowledge Through Expatriate Nationals (TOKTEN) pour encourager le transfert des connaissances des expatriés vers leur pays d’origine. L’initiative résulte de deux postulats. Le premier étant que ce type de migration obère les chances de développement des pays de départ ; le deuxième que le transfert des connaissances de ces migrants réduirait cette perte. Le lancement du TOKTEN intervient en janvier 1985 en Afrique. Il est le fruit d’un accord signé entre le PNUD, l’Organisation de l’Unité Africaine ainsi que la Commission Économique pour l’Afrique (Logan, 1990). Il n’existe pas encore de bilan global du TOKTEN en Afrique. Toutefois, des rapports d’étude sur les résultats obtenus au Mali suggèrent un engouement pour le programme au regard du nombre croissant de demandes de missions provenant des expatriés maliens (Dembélé, 2011 ; Ouédraogo et Meite, 2011). Dans le sillage du TOKTEN s’inscrit une foule d’autres initiatives comme le Return of Qualified Nationals lancé par l’Office des migrations internationales à partir de 1983 au Kenya, en Somalie et au Zimbabwe avant de s’étendre dans sa seconde phase, ouverte en 1987, au Ghana, à l’Ouganda et à la Zambie. Au cours de ces deux périodes, le programme a permis respectivement la réintégration de 535 et 619 expatriés dans leurs pays d’origine.

2Plus récemment, des organisations philanthropiques privées ont mobilisé une série de stratégies en vue d’encourager la participation des universitaires africains en diaspora au fonctionnement des universités africaines. La Carnegie Corporation, par exemple, finance le programme de bourse dit Carnegie African Diaspora Fellowship dans six pays : le Ghana, le Nigeria, le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et l’Afrique du Sud.

3Aux efforts externes cités s’ajoutent ceux des États africains. En 2001, l’Union Africaine a voté une résolution qui reconnaît l’importance du programme « Migration for Development in Africa », une initiative inspirée du TOKTEN et introduite par l’Office des migrations internationales (Ndiaye, Melde et Ndiaye-Coïc, 2011). En 2008, la Commission de l’Union Africaine a lancé, à son tour, le programme « Initiative de santé diaspora » (Diaspora Health Initiative) en vue d’offrir aux professionnels africains de la santé en diaspora une plateforme où mettre à la disposition de leurs collègues du continent leurs expertises. Récemment, l’Union Africaine a décidé d’attribuer 20 sièges de son Conseil économique, social et culturel à des membres ou représentants de la diaspora africaine. Symboliques ou matérielles, ces différentes initiatives sont autant de signaux qui attestent de la volonté des « gouvernements africains de tendre la main à leur diaspora » (Plaza et Ratha, 2011, p. 32).

4À la multiplication de ces initiatives fait écho l’intérêt des sciences sociales et humaines pour la problématique de l’investissement de la diaspora dans la transformation de leur pays d’origine. Depuis les années 1990 au moins, un nouveau paradigme s’est imposé dans la littérature scientifique. C’est celui de la « circulation des cerveaux » qui semble avoir définitivement détrôné le paradigme plus pessimiste de la « fuite des cerveaux » (Gaillard et Gaillard, 1999). À contrepied de l’idée selon laquelle ces cerveaux et les ressources dont ils sont dépositaires sont perdus à jamais pour leurs pays de départ, le précédent paradigme suggère qu’ils sont mobilisables au bénéfice de ces pays si tant est que leurs États sont disposés à les capter à travers une politique d’encouragement et la création d’infrastructures.

5L’enseignement à tirer des initiatives ainsi que des études précédemment mentionnées est qu’il existe un besoin de diaspora (et particulièrement hautement qualifiée) dans les sociétés africaines contemporaines.

6Cet article entend aller au-delà du constat de ce besoin pour s’interroger sur les réponses concrètes apportées par la diaspora. En d’autres termes, dans quelle mesure et quelle proportion la diaspora africaine répond-elle à la requête de leurs États d’origine et à l’incitation des différentes organisations transnationales ? À supposer qu’une partie de cette diaspora donne effectivement suite à une telle requête, sous quelles formes, d’une part, et sur la base de quels critères, d’autre part, s’effectue sa contribution ?

Des recherches qui offrent une image partielle de la DAHQ

7La question de la contribution de la diaspora africaine en Afrique a mobilisé une somme remarquable de travaux universitaires (Pires, Kasimir et Brhane, 1999 ; Meyer, Brown et Kaplan, 2000 ; Gueye, 2001 ; Brown, 2000, 2003 ; Teferra, 2003, 2017 ; Altbach et Teferra, 2004 ; Oberoi et Lin, 2006 ; Gupta, Patillo et Wagh, 2009 ; Clifton, 2012 ; Ozedin et Philips, 2015 ; Correa-Nunes, non daté). Deux faits essentiellement concourent à lui assurer un tel intérêt. L’un a trait à la très forte présence en Amérique du Nord de natifs de l’Afrique, titulaires d’un diplôme ou certificat d’études universitaires dont on estime le nombre à 225 930 (Zeleza, 2013, p. 4) ; l’autre à l’interdépendance supposée entre le développement du continent africain et sa capacité à mobiliser ou non sa population migrante.

8Sur cette question, deux approches se sont affrontées. La première fait abstraction des structures économiques et politiques ainsi que des paramètres historiques pour réduire la migration à une conséquence de la rationalité économique, et donc le migrant à un homo economicus qui choisit le pays où la rémunération de son savoir-faire est plus élevée que ce qu’il peut espérer dans son pays de départ (Adams, 1968). La deuxième, plutôt structuraliste et marxiste, inscrit la migration dans la logique des rapports historiques de domination entre l’Afrique et l’Occident. Elle l’assimile à une nouvelle forme d’exploitation des pays du Sud et donc à un facteur de leur sous-développement (Présence africaine, 1968).

9Au début des années 1990, une nouvelle approche, caractérisée par son appropriation du concept de diaspora, s’évertue à dépasser cette bipolarisation (Tölölyan, 1996 ; Clifford, 1994 ; Safran, 1991). Le migrant y est dépeint comme un acteur jouissant d’un positionnement transnational et exprimant, par conséquent, une double allégeance politique, l’une à son pays d’installation et l’autre à un foyer national dit originel auquel il reste attaché au moins émotionnellement. Cette approche interdit de réduire la migration à une mobilité unidirectionnelle à travers laquelle le pays de départ serait dépossédé d’un facteur de production au profit exclusif du pays de destination. Au contraire, la formation d’une conscience diasporique et la révolution technologique qui a considérablement contribué à la porosité de la frontière entre pays œuvreraient au renversement d’un tel scénario. Le migrant deviendrait alors un acteur direct du changement en cours dans son pays d’origine.

10Dans les travaux rattachés à cette approche se manifeste cependant une acception indifférenciée de la diaspora africaine. Celle-ci serait une population uniforme sans distinction de classe, de profession et de statut juridique. Par ailleurs, l’administration des preuves de son engagement est essentiellement établie sur une base monétariste (Ratha, 2005 ; Gupta, Patillo et Wagh, 2009 ; Plaza et Ratha, 2011 ; Clifton, 2012).

  • 1 Une telle segmentation est louable, ne serait-ce qu’au regard de la recommandation de Portes (2009) (...)

11À mesure que s’accroît l’attention portée à la question de la diaspora, la littérature qui s’en saisit subit à son tour une segmentation grandissante. Parmi ses segments, un en particulier sera l’objet des développements qui suivent ; il s’agit de ce sous-ensemble de travaux qui portent sur la DAHQ, un concept qui renvoie à l’élite migrante africaine dont le trait distinctif majeur est d’attester d’un niveau d’éducation élevé1.

12Les études pionnières sont marquées par leur orientation théorique. Des auteurs dont Gaillard et Gaillard (1997), Meyer et Brown (1999), Meyer, Brown et Kaplan (2000), par exemple, se sont attachés à la critique du concept de « fuite des cerveaux ». Selon eux, ce concept pèche par plusieurs insuffisances ; surtout, il véhicule une vision manichéenne de cette mobilité qui consiste à en attribuer les fruits exclusivement aux pays de destination. Ils invitent alors à l’abandon du concept de « fuite de cerveaux » au profit de « circulation des cerveaux » [brain circulation] ou « option diaspora ». Leur argument repose sur deux propositions. La première est qu’avec la révolution technologique, et notamment l’avènement de l’Internet, les pays d’origine disposent de l’opportunité de tirer grand profit de l’expertise de leurs « cerveaux » en diaspora. La deuxième est que ces « cerveaux » manifestent un attachement organique à leur pays d’origine par le seul fait d’en être issus.

13Ce qui frappe dans ces travaux, c’est souvent la rareté des données d’analyse. Renvoyant à l’expérience de la Corée du Sud qui avait lancé, à partir des années 1960, une politique destinée à favoriser le transfert de connaissances de ses expatriés, Gaillard et Gaillard (1997) offrent comme preuve majeure l’existence d’une banque de données répertoriant les noms de chercheurs. Ils affaiblissent même leur propre thèse en reconnaissant que les résultats de cette politique étaient bien maigres. Une insatisfaction comparable résulte de la lecture des articles de Charum, Granes et Meyer (1996) ainsi que ceux de Meyer et Brown (1999), travaux qui entendent attester de la pertinence de l’« option diaspora » à travers la présentation des expériences colombienne et sud-africaine respectivement, mais ce qu’ils rapportent de l’expérience colombienne consiste essentiellement en l’existence d’un réseau nommé Caldas, dont la fondation est tributaire de l’initiative du Colcencias, une agence gouvernementale colombienne. Le réseau Caldas qui résulte d’un recensement des chercheurs colombiens partis pour la plupart se former dans des pays étrangers (dont principalement l’Allemagne) souvent par manque de programmes de deuxième et troisième cycles universitaires dans leur pays d’origine est destiné à mettre en relation ces derniers avec leurs homologues en poste en Colombie. Hormis son existence administrative, peu d’informations sont offertes sur le réseau Caldas. Ni la taille démographique du réseau, ni la nature, l’étendue et les résultats des initiatives de collaboration liant la diaspora colombienne et son pays ne sont documentés. Quant à l’« option diaspora » de l’Afrique du Sud à laquelle Meyer et Brown (1999) consacrent une étude entière, elle est aussi peu documentée. Les auteurs soulignent la création d’une liste de contacts de Sud-Africains expatriés, mais, outre l’hétérogénéité des professions dans cette liste, le contenu et la régularité des initiatives qui en dérivent sont d’autant à questionner que la liste est longtemps restée sans être mise à jour.

14Dans des études postérieures, Teferra (2003, 2005), par exemple, s’attarde davantage sur les conditions structurelles de circulation de l’expertise des chercheurs africains expatriés vers l’Afrique. Il éclaire le besoin de favoriser un environnement démocratique pour le libre exercice de la pensée critique, une confiance mutuelle entre la diaspora et leurs partenaires établis en Afrique, une culture de la productivité intellectuelle sur le continent et enfin la création d’infrastructures de communication (en particulier de l’Internet) fiables.

  • 2 Une des rares exceptions est le CDRom qui accompagne l’ouvrage de Barré et al. (2003) ; il contient (...)

15La première observation à faire sur ces travaux est que l’impressionnisme y prévaut sur l’empirisme. Les auteurs s’alimentent essentiellement d’anecdotes et d’exemples, certes valables, mais dont ils n’indiquent nullement s’ils sont généralisables ou plutôt isolés2. La deuxième observation, liée à la première du reste, est que la présomption de l’engagement de la diaspora se substitue à la démonstration de cet engagement à travers l’énumération, la description et l’analyse de ses formes et modalités.

16L’enquête de grande envergure menée plus récemment par Zeleza (2013) inaugure l’avènement d’une approche beaucoup plus empirique de cette question. À la suite d’entretiens menés avec une centaine d’universitaires en poste aux États-Unis et au Canada, l’historien malawite a dressé une longue liste d’initiatives dont se prévalent ces derniers. Parmi les initiatives souvent mentionnées figurent la dispense de cours et séminaires dans les universités du continent ou la réforme de programmes d’enseignement. Faisant écho à la littérature précédemment analysée, Zeleza s’approprie un argument largement partagé, à savoir que les principes de l’obligation et de l’endettement vis-à-vis de l’Afrique imposeraient à cette diaspora universitaire le devoir de contribuer au changement positif du continent.

17Au regard de l’état actuel de cette littérature, le débat sur l’engagement de la DAHQ reste encore ouvert pour plusieurs raisons. D’abord, les études publiées à ce jour adhèrent pour l’essentiel à une approche globaliste ou macrosociale qui dissimule les lignes de division et de hiérarchie au sein de cette entité appelée Afrique. Or l’Afrique, autant qu’un conglomérat de pays, est une entité compartimentée avec des institutions et des acteurs individuels autonomes pris dans des rapports parfois de hiérarchie, sinon d’inégalité, et identifiés par les privilèges, les distinctions ou simplement les ressources dont ils sont allocataires. Il importerait en conséquence de se demander si la distribution des ressources de la diaspora entre ces allocataires est informée par la position ou le rang de ces derniers. Ensuite, l’intervention de la DAHQ ne se décline pas sous une forme unique ou unitaire. Elle est aussi tributaire des secteurs d’activité dans lesquels sont mises à contribution les ressources de la diaspora. Enfin, la DAHQ est tout sauf une population homogène, bien que le niveau d’études élevé de ses composantes en soit le dénominateur commun. Ces acteurs exercent des professions dont ils tirent une grande partie de leurs identité et reconnaissance sociales. L’expertise acquise à travers leurs professions les prédispose à agir plus efficacement dans un secteur donné plutôt que dans un autre.

18Pour les différentes raisons soulignées, une approche segmentée de la question de la contribution de la DAHQ est donc légitime. Cet article entend initier, en conséquence, un changement de perspective par rapport aux études publiées à ce jour. Ce changement se traduit dans les choix suivants :

  • L’analyse de cette dynamique dans une perspective transcontinentale, c’est-à-dire aussi bien à partir du continent africain que de l’Amérique du Nord. Un tel choix permet de réduire les risques de la mise en valeur de soi qui n’est pas à écarter puisque les expatriés sont conscients de l’importance accordée à l’idée du service de l’Afrique dans l’univers intellectuel africain à tout le moins.

  • La conception du continent africain comme une catégorie sociale dont le lien avec l’extérieur s’effectue par le biais d’intermédiaires établis en Afrique. Ces intermédiaires sont parfois des institutions, parfois des individus. Les membres de la diaspora qui affirment intervenir au bénéfice de leurs pays mentionnent toujours nommément des institutions ou des individus avec lesquels ils interagissent directement. Nous avons choisi des universitaires en Afrique comme étant des intermédiaires légitimes.

  • La focalisation sur le segment universitaire de cette diaspora. Un tel choix est informé par deux observations. La première est que l’identité professionnelle du migrant détermine aussi bien le choix de ses interlocuteurs que les formes de son intervention. Il est, en effet, fort probable qu’un universitaire qui réponde au désir de changer positivement l’Afrique mobilise surtout l’expertise dont il est dépositaire et dans un secteur d’intervention où son utilité lui semble davantage établie. La deuxième est que les théories récentes du développement ont presque unanimement suggéré que, dans les sociétés contemporaines, le développement est devenu tributaire de la production de savoirs scientifiques. Or, s’il est une catégorie professionnelle à laquelle incombe cette tâche, c’est bien celle des universitaires parce que lui revient la responsabilité de produire directement ces savoirs ou de former ceux qui en assureront la création.

19Cette approche offre l’opportunité d’éclairer des pans entiers de l’engagement de la diaspora en Afrique que les études précédentes ont invariablement occultés. Elle permettra de répondre aux questions suivantes : Sous quelles formes se manifestent les ressources qui circulent de la diaspora vers l’Afrique ? Circulent-elles dans la même proportion selon leur forme ? Les acteurs universitaires en poste en Afrique accèdent-ils au même degré au rôle d’intermédiaires récepteurs de ces ressources ? Par quels facteurs se justifierait une inégalité d’accès à ces ressources au sein de la population d’intermédiaires ? La distribution de ces ressources ainsi que les caractéristiques professionnelles de ces intermédiaires offrent-elles des preuves que les impératifs idéologiques dont rendent compte des termes tels que le « patriotisme », le « devoir national » prévalent sur des considérations purement académiques ainsi que la logique d’opération du système universitaire nord-américain en particulier ?

20Deux arguments principaux innervent cet article. Le premier est que la logique du donner et du recevoir structure toute la dynamique de l’engagement de la diaspora universitaire pour l’Afrique. Cette logique participe du fonctionnement même de l’Université. Tout universitaire est redevable à des pairs sans la supervision, les suggestions critiques, les lettres de recommandations ou les enseignements desquels il n’aurait probablement jamais fait de carrière. L’université elle-même encourage cette attitude parmi ses membres, comme en atteste le principe de l’évaluation par les pairs, qui est une démarche oblative d’autant moins susceptible de générer une contrepartie de la part du bénéficiaire direct qu’elle est anonyme. En s’engageant en faveur de l’Afrique, la diaspora universitaire souscrit peut-être avant tout à un certain ethos de son milieu professionnel. Le second argument est que les types de ressources qui circulent dans un tel cadre ainsi que la fréquence de leur circulation sont déterminés par les enjeux du champ universitaire, du moins davantage que par des considérations nationalitaires. Ces enjeux, et plus particulièrement celui de la reconnaissance, se matérialisent dans les limites des contraintes matérielles qui s’imposent aux universitaires. Parmi ces contraintes figure la gestion du temps, probablement la ressource la plus convoitée parce que peut-être la plus rare dans ce milieu universitaire. Le temps est d’autant plus rare que les tâches et responsabilités de l’universitaire se sont significativement multipliées dans un contexte historique d’inflation du corps estudiantin, de diversification des programmes et de phagocytage des missions prioritaires de l’institution universitaire (soit l’enseignement et la recherche) par des problématiques sociales ou des préoccupations de marketing économique.

Reconnaissance, désintérêt et pression collective

21Comprendre l’investissement de la diaspora universitaire dans l’Université en Afrique, c’est indéniablement rendre raison du mode d’organisation de l’espace scientifique. Dans l’abondante littérature qui analyse cet univers, quelques arguments méritent mention en raison de leur pertinence certaine pour notre propos :

  • La science est décrite comme un champ autonome avec des enjeux et des règles ou normes qui lui sont propres. La reconnaissance, semblent s’accorder plusieurs auteurs, constituerait l’un des enjeux majeurs dans ce champ. Glaser (cité par Merton, 1968), par exemple, argumente qu’elle contribue à la stabilisation de la carrière du chercheur. Ce dernier trouve un sens dans l’exercice de son activité et donc se montre d’autant plus disposé à y accroître sa contribution que le milieu lui témoigne sa reconnaissance. Hagstrom (1965) indique que la récompense matérielle des scientifiques est une mesure introduite en vue de renforcer le système même de la récompense ; ce qui, semble-t-il, contribue à encourager les chercheurs à s’investir davantage dans leur activité. L’accès à la reconnaissance suppose une internalisation de la pression collective interne. Selon Merton, cette pression est constitutive de l’organisation du champ scientifique, laquelle fonde sa raison d’être sur une espèce de déni de la finitude du savoir et de l’originalité de la production du chercheur. Ce dernier « se sent en permanence forcé de faire suivre une contribution majeure de sa part par une autre encore plus significative » (Merton 1968, p. 57). Cesserait-il d’innover qu’il se retrouverait déclassé. C’est ce mode d’organisation basée sur la performance continue que l’expression « Publier ou périr » traduit dans un langage dramatique.

  • La pression collective ainsi que la reconnaissance institutionnelle qui en dérive sont susceptibles de générer toutes sortes d’effets pervers, ce d’autant plus que le système érige la compétition en mode de fonctionnement. Pour neutraliser de tels effets, l’institution scientifique promeut la règle du désintéressement. Par celle-ci, soutient Storer (1966), s’explique la tendance des universitaires récompensés par leurs pairs à souvent exprimer une certaine humilité en face de cette récompense et à suggérer que ni la quête de l’autorité ni celle de l’influence ne les motivent, mais seulement l’amour de la recherche. Merton (1968) relève à son tour la décision de nombreux auteurs reconnus pour leur contribution intellectuelle d’en minimiser la signification et d’en attribuer l’existence plutôt à des collègues. Une sorte de réduction du mérite individuel donc qui par sa manifestation même force à se questionner sur l’intéressement des scientifiques.

22À travers la cohabitation de cet enjeu et de cette règle qui semblent se contredire en apparence, le milieu scientifique se révèle être un espace traversé par la tension entre la distinction de soi et l’expression d’une solidarité. En effet, bien que le désintéressement soit prescrit comme participant de l’ethos de la profession, les chercheurs n’en sont pas moins soucieux de se distinguer au sein de leur communauté. On comprendrait difficilement sinon la lutte pour la priorité (priority fights), qui se déploie dans le milieu universitaire, terme forgé par Merton pour rendre compte des « conflits entre scientifiques sur la paternité de la découverte », lesquels, selon lui, « sont partie intégrante des relations entre les chercheurs » (Merton, 1957, pp. 636-637). La solidarité est aussi réelle que la distinction. Quand Babchuck et al. (1999) affirment que « l’activité scientifique est collective ou commune par nature [et que] [l]orsque les chercheurs ne travaillent pas ensemble, ils construisent à partir de ce que leurs prédécesseurs ont publié », c’est à une sorte de solidarité (au sens étymologique du terme, solidum) qu’ils font référence (Babchuck et al., 1999, p. 5). Gunawardena, Weber et Agosto se font encore plus explicites en affirmant que les « avancées scientifiques les plus marquantes sont le résultat des efforts combinés de chercheurs venant d’horizons divers » (2010, p. 210). Ce sont autant d’efforts qui dissimulent donc une démarche de collaboration. Selon Babchuck et al. (1999) ou James Moody (2004), cette collaboration est notamment le résultat de contraintes structurelles. Elle est devenue une option fortement prisée du fait de l’extrême spécialisation du travail universitaire. La segmentation du savoir, qui pousse à une spécialisation aiguë des chercheurs, les oblige de plus en plus à conjuguer leurs forces et moyens pour s’attaquer aux questions de recherche les plus complexes.

23En dépit de leurs intérêts indéniables, les travaux précédents n’offrent pas de pistes tangibles pour trouver des réponses aux questions relatives à l’engagement de la diaspora en Afrique. Parmi ces questionnements : l’égalité d’accès des chercheurs en poste en Afrique dans le cadre de la collaboration qui se noue entre diasporas ; les types de ressources qui circulent de la diaspora vers l’Afrique ; l’échelle de leur circulation ; et leur distribution entre les universitaires locaux.

24Pour mieux restituer la complexité de l’engagement de la diaspora en Afrique, il importe d’inscrire celui-ci dans une double logique :

  1. Celle de l’institution universitaire suivant laquelle, comme le montre Lamont (2009), la distinction de soi est encouragée en même temps qu’est prescrit le don ou contre-don. Les chercheurs négocient ces deux impératifs dans les limites de leurs contraintes structurelles, dont la plus significative est peut-être le temps.

  2. Celle de l’« encastrement » qui impose, selon l’approche de Granovetter (1973), de comprendre les actions des agents sociaux en admettant bien évidemment qu’ils agissent rationnellement (soit selon leurs intérêts individuels) mais tout en reconnaissant par ailleurs qu’ils s’inscrivent dans des réseaux d’interaction interpersonnels où des valeurs ou règles telles que la réciprocité ou la confiance, par exemple, les pousseraient à échanger davantage avec des membres de ce réseau qu’avec des personnes extérieures à celui-ci.

25Tenir compte de ces deux logiques permet de mieux rendre compte de l’échelle et des modalités de l’engagement de la diaspora universitaire dans l’Université africaine.

Méthodologie

26Cet article repose sur les données d’une enquête menée dans quatre pays de l’Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, Ghana, Niger et Nigeria), en plus de six interviews avec des enseignants-chercheurs africains en poste au Canada ou aux États-Unis. Les pays africains mentionnés ont été choisis parce qu’ils incarnent chacun au moins une classe type d’université africaine, selon le classement de 2015-2016. L’Afrique du Sud représente la première classe avec nombre de ses établissements universitaires (University of Cape Town et University of Wits) qui caracolent au sommet de ce classement ; le Ghana, la deuxième classe à travers University of Ghana, Legon ; le Nigeria, la troisième grâce à des institutions dont l’University of Ibadan ; et enfin le Niger dans le peloton de queue.

27Un questionnaire a été soumis à 102 chercheurs enseignants en sciences humaines ou sociales en poste permanent dans l’un ou l’autre de ces quatre pays. Des entretiens d’une durée moyenne de 65 minutes ont par la suite été effectués avec trente-deux d’entre eux. Le premier objectif poursuivi à travers cette démarche méthodologique est d’abord d’établir un panorama des ressources qui arrivent en Afrique de la diaspora et de déterminer ensuite si une sélection en amont (c’est-à-dire au niveau de la diaspora) préside à la circulation de ces ressources. Les enseignants chercheurs du continent reçoivent-ils en quantité égale les différentes ressources en provenance de cette diaspora ? Lesquelles circulent en plus grande proportion et pour quelles raisons ? Le deuxième objectif consiste à dévoiler les raisons sociologiques du choix des interlocuteurs directs établis en Afrique. Ce choix relève-t-il d’une décision purement accidentelle ou s’inscrit-il dans des trajectoires de sociabilité antérieures ? Qui plus est, dans quelle mesure les rangs et statuts académiques de ses bénéficiaires éclairent-ils la logique de la circulation de ressources entre la diaspora et l’Afrique ?

La diaspora universitaire s’engage-t-elle en Afrique ?

Le degré d’investissement

28L’investissement des universitaires en diaspora aurait légitimement pu être établi en interrogeant directement ces acteurs, mais la préférence méthodologique est allée plutôt à l’interrogation des universitaires en poste en Afrique. La raison en est que l’engagement de la diaspora est investi d’une valeur sociale élevée, en plus d’être idéologiquement prescrite, au point que la tentation de s’en prévaloir même en l’absence de toute action concrète n’est point à négliger.

29Il ressort des questionnaires récoltés que le corps universitaire en Afrique bénéficie significativement de l’apport de la diaspora. À la question de savoir s’ils ont reçu directement d’un membre de cette diaspora, ne serait-ce qu’une fois et sous quelque forme, une contribution jugée pertinente pour leur carrière professionnelle, la grande majorité des chercheurs en poste en Afrique ont répondu positivement : 84 sur 102 précisément, soit 82,3 %.

30À ce niveau de la recherche, au moins une série de remarques s’imposent. La première en est l’infirmation, à travers ces chiffres, de la thèse de quelques intellectuels africains nationalistes des années 1970 selon laquelle l’élite intellectuelle africaine, qui a fait le choix de s’installer hors du continent, se détache, voire se détourne, par cette décision, des dynamiques en cours en Afrique (Traoré, 1973, 1975 ; voir aussi Gueye, 2001). La deuxième est que ces données statistiques valident l’intuition des tenants de la théorie de l’« option diaspora » selon laquelle les expatriés sont des agents mobilisables au profit de leurs pays d’origine. Si l’argument de ces théoriciens, qui repose essentiellement sur l’idée de l’attachement patriotique des expatriés, est recevable, il importe cependant de le compléter pour faire la genèse de ce patriotisme.

  • 3 Le neveu d’Alioune Diop n’a pas eu l’opportunité de travailler pour la Guinée. L’avion qui le trans (...)

31L’attachement patriotique n’est, en fait, pas le produit de leur naissance en Afrique. Il résulte d’une injonction éthico-idéologique élaborée au sein même de la classe intellectuelle africaine, voire noire, de l’époque coloniale. Par cette injonction se sont définies des générations successives d’intellectuels ; elle a été exprimée à travers des métaphores, des concepts, des postures et des actions concrètes. Alioune Diop avait éventuellement rejeté la perspective d’embrasser la profession de vétérinaire pour fonder la revue Présence africaine. Ainsi entendait-il apporter « à la jeunesse d’Afrique [qui] manque d’aliment intellectuel » et inscrire son continent dans la marche vers la modernité (Diop, 1947, p. 8). Le poète, David Diop, né à Bordeaux, avait choisi d’abandonner famille et patrie de naissance pour aller mettre son énergie et son savoir-faire au service du peuple guinéen qui venait juste de voter pour l’indépendance de leur pays3. Enfin, l’écrasante majorité des étudiants africains en France, interrogés par J.-P. Ndiaye (1962) au lendemain des indépendances, exprimaient leur impatience d’achever leur cursus universitaire pour aller contribuer à la construction de leur continent.

32Cette injonction s’est imposée sans discontinuer pendant plus d’un demi-siècle. Elle tient même lieu de devoir civique à accomplir à distance pour l’intelligentsia africaine. Celle-ci, dans sa diversité, se réfère souvent à la souscription à cette injonction comme preuve de leur identité africaine (Gueye, 2001).

Registres des formes d’initiatives engagées

33Invités à expliciter les formes qu’a revêtues l’investissement des expatriés en Afrique, les répondants relèvent les suivantes : la co-rédaction d’articles scientifiques ; la co-élaboration de projet de recherche ; la co-organisation d’événements scientifiques (colloque, conférence, symposium) ; la contribution d’un article à un ouvrage collectif (y compris la préface d’un ouvrage) ; la lecture de versions préliminaires d’un texte avant publication ; l’écriture de lettres de recommandation ; l’invitation à l’étranger à titre de professeur ou chercheur ; l’invitation à un événement scientifique ; l’aide pour l’obtention de bourses de voyage aux fins de recherche ; la codirection d’étudiants de 2e et 3e cycles ; l’intervention dans des séminaires ou cours ; le don de matériels didactiques (livres, ordinateurs, projecteurs) ; l’offre d’un contrat d’assistant de recherche ; et enfin la transmission d’informations et de conseils.

34Ces initiatives renferment des degrés inégaux d’oblativité et relèvent d’une pluralité de registres. Nous avons décidé de classifier ces registres selon leur dimension oblative, en nous inspirant des théories du don, qui identifient dans l’acte de donner des ambiguïtés qui en définitive transforment celui-ci en un simple acte d’échange puisque le receveur est tenu de rendre en valeur ce qu’il a reçu (Testart, 2007 ; Darmangeat, 2016). Nous avons estimé ainsi qu’une initiative renferme une dimension oblative : a) lorsque l’universitaire en diaspora ne fait pas valoir en vue d’en tirer un gain professionnel tel qu’une promotion ou une reconnaissance académique ; b) lorsque cette initiative ne constitue pas la réciproque d’une action dont il avait bénéficié par le passé. Ces deux considérations en tête, nous avons séparé les formes de contributions mentionnées par nos enquêtés en les conceptualisant comme suit :

35a) Le partenariat symétrique : ce concept rend compte des formes d’intervention de la diaspora qui implique la co-rédaction d’un document de travail par des chercheurs en diaspora avec des homologues établis sur le continent. La caractéristique majeure du partenariat symétrique réside dans l’égalité presque parfaite, c’est-à-dire la relation horizontale entre expatriés et continentaux, pour autant que le produit final issu de cette relation en soit le critère d’évaluation. En effet, les deux acteurs s’accordent sur le partage de la paternité de ce résultat dont ils se prévalent au même titre. Sans suggérer qu’une forme de contribution relève d’un seul registre, étant donné que les frontières entre les différents registres ne sont pas toujours nettes, il nous a paru justifié de classer les formes de contribution suivantes dans le registre du partenariat symétrique : la co-rédaction d’articles ou livres, la co-élaboration de projet de recherche, la co-organisation de colloque et la contribution à un ouvrage.

36b) L’assistance promotionnelle regroupe l’ensemble des initiatives de la diaspora destinées à soutenir par le don de leur temps et d’autres types de ressources le développement de la carrière de collègues en poste en Afrique. Dans ce registre sont classées la rédaction de lettres de recommandation et la lecture à titre amical de textes avant leur publication, l’invitation à l’étranger à titre de professeur, l’invitation à un colloque, l’aide pour l’obtention d’une bourse de voyage.

37c) Le support logistique fait référence à la circulation unilatérale de biens et objets initialement motivée par le besoin de pallier la déficience de ressources jugées vitales pour l’exercice de la fonction d’universitaire aujourd’hui. Figure dans ce registre le don de matériels didactiques (ordinateurs, logiciels et livres)

38d) La co-formation professionnelle renvoie aux initiatives plus ou moins formelles de la diaspora pour venir en renfort du corps professoral assigné à l’encadrement des étudiants chercheurs. Ce registre d’investissement se démarque des précédents par le fait qu’il bénéficie directement à deux groupes d’acteurs : d’une part, les collègues locaux qui voient leur charge de travail allégée et leurs interactions avec des chercheurs porteurs d’autres expériences de travail se renforcer ; d’autre part, les étudiants qui se forment ainsi auprès de deux catégories d’universitaires. Dans ce registre s’inscrivent la codirection d’étudiants de 2e et 3e cycles et l’intervention dans des séminaires ou cours.

39e) La philanthropie conditionnelle rend compte de l’ensemble des ressources qui circulent des universitaires en diaspora vers les chercheurs locaux, mais avec une exigence de la part des premiers que les seconds se montrent dignes de leurs efforts en présentant les preuves d’un dévouement pour la recherche. La seule forme d’investissement relevée dans le cadre de notre enquête qui s’inscrive dans ce registre est l’offre d’un contrat d’assistanat de recherche. Elle a concerné seulement trois de nos interlocuteurs dont un qui est professeur de littérature dans une université nigérienne. Nous en relatons ainsi les détails dans nos notes de terrain :

Un an après la soutenance de sa thèse, Aroun [pseudonyme], jeune enseignant, a été intégré à titre d’assistant de recherche à un projet de recherche mené par un chercheur originaire du même pays que lui et en poste aux États-Unis. Cette intégration avait un seul objectif, lui donner accès à une modeste portion du budget alloué pour la réalisation de ce projet de recherche. Il reconnaît que ni ses travaux antérieurs ni son intérêt de recherche ne justifiaient cette intégration, mais il l’explique par le dynamisme dont il avait fait preuve sur le plan de la recherche alors qu’il officie dans une université où il manque parfois jusqu’aux ressources les plus élémentaires pour faire de la recherche (ouvrages et revues à jour d’abonnement par exemple). Pour l’encourager à persévérer, son concitoyen en diaspora lui avait offert ce poste d’assistant, sans exiger de lui qu’il s’investisse dans ce projet, mais en lui signifiant que le renouvellement de son contrat sera conditionné au bilan de ses publications. Ce dernier l’avait par ailleurs invité à justifier sa participation à ce projet, ce dont il s’était acquitté symboliquement en partageant des fiches de lecture.

40Cette forme d’intervention procède de l’esprit du don bien qu’elle s’accompagne d’une condition posée au bénéficiaire. Il n’est pas un échange car les gains qui en résultent vont exclusivement à l’universitaire en poste en Afrique. À supposer que l’expatrié visât à tirer un bénéfice égal à son investissement (soit la part de son budget de recherche allouée à Aroun), il aurait été plus judicieux de sa part d’embaucher un assistant de recherche qui lui garantirait un rendement proportionnel à la somme dépensée.

41f) L’altruisme de civilité est le dernier registre répertorié. Il désigne les formes d’engagement qui ne sont attachées à aucune condition ni contrepartie et emprunte des canaux informels. La transmission d’informations et de conseils en est la forme d’engagement la plus mentionnée par nos enquêtés. Son importance est à rapporter à l’inégal accès des universitaires aux informations pertinentes par rapport à la construction d’une carrière universitaire. L’obtention de bourses de recherche ou de subvention en provenance de l’étranger tout comme la construction d’un équilibre entre l’investissement dans l’enseignement, l’exécution des tâches administratives et le développement d’un calendrier de recherche personnel supposent avant tout l’accès à des sources d’informations. Or, celles-ci sont loin d’être démocratiquement partagées. La thèse selon laquelle l’Internet réduit ces inégalités est peut-être juste, mais exagérément optimiste (Teferra, 2005). D’une part, l’Internet lui-même est une ressource inégalement accessible selon que l’on réside en Afrique subsaharienne ou en Amérique du Nord ; d’autre part, la connexion à l’Internet ne constitue pas une garantie pour accéder à une information si celle-ci n’est pas préalablement définie. Taper dans un moteur de recherche tel que Google la mention « bourse de recherche » peut générer des centaines de réponses dont une quantité d’informations sans aucune pertinence pour l’utilisateur. Pour ces raisons, la relation directe avec des acteurs dépositaires de ces informations constitue un moyen plus rapide d’accéder à celles-ci. L’exemple de cet historien en poste au Nigeria illustre la pertinence de l’altruisme de civilité. En séjour aux États-Unis pour un colloque, il y avait retrouvé un ancien condisciple formé d’abord au Nigeria avant de partir effectuer un doctorat aux États-Unis où il a été finalement recruté au poste de professeur. Heureux de leurs retrouvailles, ce dernier l’avait invité à se joindre à un groupe de concitoyens qui honorait dans une suite de l’hôtel un universitaire issu de cette communauté nationale fort influent dans son milieu. Notre enquêté y avait brièvement fait la connaissance d’un chercheur africain établi aussi aux États-Unis, lequel l’avait félicité de la qualité de sa communication présentée quelques heures plus tôt. Le lendemain, « par pur hasard », selon lui, il s’était retrouvé face à ce dernier dans le hall de l’hôtel. Ayant décidé de partager une table dans le restaurant de l’hôtel pour poursuivre la conversation sur sa communication, son collègue en diaspora lui avait alors suggéré de se familiariser avec quelques théoriciens de la nation à incorporer dans sa réflexion. Une correspondance allait naître de la rencontre :

Je lui ai écrit quand je suis rentré au pays. Il a réécrit tout de suite. J’ai encore écrit peut-être deux fois après… mais sans réponse de sa part. Je dirais trois quatre mois plus tard, je reçois un email de lui. Il me dit “ça peut t’intéresser”. C’était une annonce de bourse offerte par la Fondation Humboldt. J’ai soumis une candidature. Environ deux mois plus tard, cette fondation m’annonce que je suis l’un de leurs nouveaux boursiers. Je n’avais jamais entendu parler de Humboldt avant cet email.

42La diversité de ces régimes d’intervention mérite une attention plus poussée. Elle soulève deux questions : dans quelle proportion sont mobilisées individuellement les formes d’initiatives qui lient les universitaires en poste en Afrique à ceux de la diaspora ? Comment se distribuent ces initiatives entre les universitaires exerçant sur le continent ?

Les initiatives de prédilection

43Nous pourrions rendre tout le sens de cette section en affirmant que certaines initiatives de la diaspora sont mobilisées plus chichement que d’autres. Pour mesurer le niveau de mobilisation de chacune d’entre elles, nous avons demandé à nos enquêtés d’énumérer le nombre de fois où ils en ont bénéficié au cours des dix dernières années. Le tableau ci-dessous établit la signification statistique de chacune de ces initiatives. Il est à noter que le nombre total d’occurrences mentionnées dépasse la population d’enquêtés. La raison en est qu’un interviewé pouvait citer plus d’une fois la même forme d’engagement parce que de plusieurs collègues en diaspora il avait obtenu la même ressource.

Tableau 1. Distribution statistique des initiatives

Co-rédaction d’articles et de livres

28

Projet de recherche collective

14

Co-organisation colloque/conférence/atelier

1

Contribution à ouvrage (préface de livres comprise)

7

Critique amicale de textes avant soumission

18

Lettre de recommandation pour bourses ou autres

11

Invitation comme professeur étranger hors d’Afrique

12

Invitation personnelle à un colloque/conférence avec prise en charge

4

Aide pour l’obtention de bourse de voyage aux fins de recherche

2

Participation à la codirection d’étudiants

10

Animation de séminaires et cours

2

Don de matériels didactiques (livres, ordinateurs, etc.)

18

Embauche en échange d’une rémunération

1

Transmission d’informations

6

TOTAL

134

44Le réarrangement de ce tableau à la lumière des registres précédemment répertoriés donne les résultats suivants : 50 cas d’échanges mentionnés sur les 134 (soit 37,3 %) ressortissent au partenariat symétrique ; 47 à l’assistance promotionnelle (35 %) ; 12 à la co-formation (8,9 %) ; 18 au support didactique (13,4 %) ; 6 à l’altruisme de civilité (4,4 %) et enfin un à la philanthropie conditionnelle (0,7 %).

45Ces chiffres appellent deux remarques. La première, plus évidente, a trait à l’inégale mobilisation des ressources qui circulent vers l’Afrique de la diaspora. Cette inégalité serait-elle le fait du simple hasard ? Serait-elle sans signification sociologique aucune ? Bien que méritoire, l’étude de Zeleza (2013) semble la banaliser en faisant l’économie de la classification et du classement des initiatives de la diaspora. Pourtant, cette distribution en dit long sur l’influence de l’oblativité dans la démarche de la diaspora. En effet, la prédominance du partenariat symétrique relativise l’idée que cette diaspora agirait par pure et unique volonté de faire bénéficier à l’Afrique (à travers leurs collègues du continent) de leurs propres ressources et expertise sans en attendre une contrepartie exigible ou exigée pour reprendre les deux terminologies de Darmangeat (2016). Au contraire, leurs propres initiatives leur bénéficient tout autant qu’elles profitent à ces collègues. Tant la co-publication d’articles que la contribution à un ouvrage collectif, pour citer deux formes d’initiatives qui se classent dans ce registre, participent à la promotion académique des deux partenaires ; elles figurent sur un CV, lequel est probablement le document de référence le plus institutionnalisé pour l’évaluation de la performance d’un universitaire.

  • 4 Voir la discussion de l’étymologie des deux termes par la psychanalyste Christine Ragoucy (2007).

46L’esprit de ces initiatives qui se rapportent davantage à un échange qu’à un don non exigible est à appréhender aussi par rapport à la culture universitaire dont la diaspora est partie intégrante. En effet, ces initiatives sont largement déterminées par l’impératif de la distinction académique couplée au productivisme que la formule « Publier ou Périr (Publish or Perish) » résume dans le milieu universitaire (Merton, 1957). Ce qu’accomplit le partenariat symétrique est en fait la conciliation d’une posture oblative et la préservation par les universitaires de leurs intérêts professionnels. L’oblativité – ou oblation selon les terminologies affectées4– ne signifie pas l’absence totale de répercussions positives sur soi des actes que l’on a posés au bénéfice d’autrui. C’est une propension à se donner à autrui, à agir en priorité et intentionnellement pour le bien-être de celui-ci. Il est possible d’affirmer que les expatriés sont dans une démarche oblative lorsqu’ils intègrent des chercheurs du continent à des projets de recherche qu’ils ont eux-mêmes initiés et pour lesquels leurs choix auraient pu porter sur des universitaires non africains sans que les résultats attendus de ces projets ne risquent de s’en trouver altérés.

47La prédominance du partenariat symétrique, qui devient d’autant plus évidente qu’on le compare avec d’autres registres tels que le support didactique ou la philanthropie conditionnelle, doit aussi être analysée en référence au temps. En effet, la caractéristique du temps est qu’elle constitue une ressource d’une extrême rareté dans le milieu universitaire. Alors que nombre d’auteurs dont Beaver et Rosen (1978) ont expliqué la tendance accrue à la collaboration par l’extrême spécialisation disciplinaire, une analyse plus structurelle de cette institution force à prendre en considération la rareté du temps. En effet, en même temps que la pression pour la performance en matière de publication se renforce, les universitaires n’ont peut-être jamais été autant confrontés qu’aujourd’hui à la multiplication de tâches qui rognent particulièrement sur le temps qu’ils auraient dû consacrer à la consolidation de leur productivité académique. L’entretien suivant avec une anthropologue d’origine africaine en poste dans une prestigieuse université américaine restitue tout le rapport au temps au sein de cette profession :

Il y a des périodes de l’année où, sur deux mois, voire un peu plus de deux mois, nous sommes obligés de sortir du lit à 5 :00 pour nous mettre au travail au plus tard à 5 :30. Nous lisons et corrigeons les travaux parce que c’est la période où les étudiants commencent à accélérer la cadence parce qu’ils savent que le dépôt des thèses approche. Selon nos obligations de la journée, nous suspendons la correction le plus tard possible pour aller à une réunion de comité ou pour enseigner. On revient de ces activités et on se remet à la correction jusqu’à 23 :00 voire minuit. Il n’y a que les moments de repas qui nous en éloignent et parfois même, si nous sommes seuls, nous mangeons en lisant des travaux. Notre propre agenda de recherche, il nous faut l’oublier pour un bon temps. On a à peine le luxe de corriger les épreuves d’un article pendant cette période de folie.

48Face à la raréfaction du temps, les expatriés ont davantage intérêt à recourir à des initiatives qui leur permettent de se rendre utiles à l’Afrique tout en renforçant leur place au sein leurs propres institutions. Dans une telle perspective, le partenariat symétrique s’avère stratégiquement pertinent.

49Le rapport au temps permet par ailleurs de comprendre le niveau de circulation relativement élevé des initiatives qui sont constitutives du support didactique par comparaison à la co-formation, par exemple. Le don de matériels informatiques, qui est une action susceptible d’être non exigible, s’avère très peu coûteuse en termes d’investissement de temps, contrairement à la co-formation qui en requiert énormément plus.

50La prédominance du partenariat symétrique est cependant modérée par la proportion relativement élevée des initiatives constitutives du registre de l’assistance promotionnelle qui représente, rappelons-le, environ 35 % du total des initiatives de la diaspora en Afrique. Les initiatives qui participent de ce registre (ainsi la lecture à titre gracieux de textes avant leur publication ou la rédaction de lettres de recommandation) sont des activités qui nécessitent un temps beaucoup moins élevé certes que celui investi dans le partenariat symétrique mais tout de même significatif. En cela, nous sommes en face d’une sorte de paradoxe qu’il importe d’éclairer : pourquoi des initiatives coûteuses en temps, et dont les gains sont beaucoup moins évidents à faire valoir professionnellement dans un contexte institutionnel marqué par l’injonction de la productivité académique, sont-elles déployées dans une proportion aussi élevée ?

51Cette réalité procède, d’une part, de l’acculturation des universitaires en diaspora au principe de solidarité qui fonde leur profession et, d’autre part, de leur encastrement dans des réseaux interpersonnels d’échanges.

Le poids de la culture professionnelle et des réseaux d’encastrement

52D’abord, l’institution universitaire assure sa propre reproduction à travers la socialisation de ses membres dans le principe de solidarité. En effet, chaque universitaire prend conscience de son inscription dans un cadre que Ricœur appelait d’« endettement mutuel infini » (Ricœur, 2005). En d’autres termes, il comprend que sa propre carrière est tributaire de l’attitude d’homologues qui ont choisi de sacrifier une partie de leur temps et de leurs ressources à son profit et pour la survie de la profession à laquelle ils doivent tous une partie de leur identité sociale. Les initiatives de la diaspora se classant dans le registre de l’assistance promotionnelle sont ainsi à analyser comme des efforts qui procèdent d’une hexis professionnelle dans le sens que lui attribue Bourdieu, c’est-à-dire d’une disposition incorporée par l’individu (Bourdieu, 1972). La diaspora manifeste, à travers ces initiatives, qu’elle est devenue conséquente avec les valeurs et principes de sa profession, car il est attendu d’elle qu’elle se rende utile à sa propre communauté professionnelle pour avoir bénéficié au préalable des ressources de celle-ci.

53Il importe ensuite de souligner que l’adhésion à cette exigence ne repose pas sur une conception désincarnée et uniforme de la communauté professionnelle. L’analyse des données de l’enquête révèle, au contraire, à quel point la mise en pratique de cette exigence est déterminée par l’encastrement (c’est-à-dire l’intégration d’un universitaire en poste sur le continent dans des réseaux socio-professionnels de sociabilité). Celui-ci est mesuré par une série de relations dont les principales sont : d’avoir été l’ancien collègue d’un expatrié dans le même département ou le même centre/laboratoire de recherche ; d’avoir été un promotionnaire de ce celui-ci ; d’avoir été l’étudiant (dans le cadre d’une thèse de doctorat) ou le professeur de celui-ci ; d’avoir fait partie de plusieurs comités universitaires aux côtés de celui-ci ; d’avoir pris part à des rencontres scientifiques épisodiques en même temps que celui-ci.

54Le pouvoir académique est, quant à lui, mesuré par des positions notamment administratives, dont celles de directeur de département ou de centre/laboratoire de recherche, de doyen et de recteur, pour donner quelques exemples.

55Lorsqu’ils ont été interrogés sur la genèse de leur relation avec les collègues en diaspora desquels ils ont reçu une assistance promotionnelle, les 46 chercheurs concernés avancent les réponses reproduites dans le tableau suivant :

Tableau 2. Circonstances de naissance des relations entre expatrié/collègue du continent

Ancien collègue/Issu de la même institution

7

Ancien étudiant

1

Ex-promotionnaire

6

Ancien professeur/ superviseur

4

Rencontre lors d’un colloque/ séjour de recherche, etc.

15

Rencontre à travers une tierce personne

5

Rencontre virtuelle

8

TOTAL

46

56Ce que révèle ce tableau, c’est la prévalence de la commensalité intellectuelle comme facteur de génération de l’assistance promotionnelle. La commensalité est caractérisée par la coexistence de chercheurs, souvent réunis par un intérêt scientifique, sur une période relativement longue dans un même espace académique. Elle renvoie donc à une situation de proximité socio-professionnelle qui rend compte de l’intégration des universitaires locaux dans des réseaux de sociabilité académique qui comptent des collègues en diaspora. Elle est un indicateur d’encastrement. À l’exception de la rencontre virtuelle (qui consiste à avoir fait la connaissance d’un collègue à partir d’une correspondance spontanée par voie électronique), toutes les occurrences mentionnées plus haut participent de cette commensalité intellectuelle.

57Au regard de ce résultat, il est légitime de s’interroger davantage sur la dimension oblative de l’engagement des expatriés. S’il est justifié de désigner ainsi les formes d’initiatives qui renvoient à la commensalité intellectuelle, ce qui les caractérise spécifiquement c’est que leur mobilisation repose sur le critère de la proximité : on donne à ceux qui sont proches.

58L’importance de la commensalité intellectuelle est concurrencée peut-être uniquement par l’effet du pouvoir académique. Le tableau 3 répartit les bénéficiaires du partenariat symétrique et de l’assistance promotionnelle en fonction de ce critère. Nous avons reconstruit à partir du questionnaire la répartition des formes d’initiatives qui font partie de l’assistance promotionnelle selon que le bénéficiaire est directeur d’un département ou centre/laboratoire de recherche, doyen, vice-doyen ou ne détient aucun poste de pouvoir ; selon qu’il occupe le rang de professeur assistant, de professeur agrégé (les deux rangs équivalant à quelques nuances près à celui de maître de conférences dans le contexte universitaire français) ou de professeur titulaire :

Tableau 3. Répartition des bénéficiaires du partenariat symétrique/assistance promotionnelle en fonction du rang et du pouvoir administratif

Rang/Pouvoir administratif

Professeur assistant

Professeur agrégé

Professeur titulaire

Direction de département, d’institut ou de centre

1

5

7

Doyen, vice-doyen

0

2

4

Aucun

3

1

0

59Au total, 24 des universitaires interrogés affirment avoir bénéficié d’une initiative de la diaspora qui s’inscrit dans l’un de ces registres. Les données du tableau se lisent comme suit : par exemple, sept professeurs titulaires ayant occupé le poste de doyen ou de vice-doyen disent avoir bénéficié de ces initiatives.

60Il ressort de ce tableau que les initiatives les plus significatives pour la construction d’une carrière universitaire qui vont de la diaspora aux chercheurs locaux sont très inégalement distribuées. Elles ciblent en effet les universitaires qui se prévalent d’un pouvoir administratif substantiel couplé avec un rang académique élevé. Occuper la fonction de directeur de département ou de centre/laboratoire de recherche en même temps que le rang de professeur agrégé ou titulaire constitue un avantage comparatif majeur pour attirer l’intérêt de la diaspora.

61L’inégalité qui se révèle à travers ces statistiques est à interpréter sous deux angles. Au premier abord, elles semblent créditer cette tendance que Robert Merton (1968) théorise à travers le concept d’« effet Matthieu ». Selon le sociologue américain, l’institution universitaire tend à donner davantage à ceux qui ont engrangé déjà une quantité significative de distinctions et de ressources en en prenant à ceux qui en ont beaucoup moins. La diaspora semble reproduire cette démarche dans son lien avec l’Université en Afrique. Elle dote, en effet, ceux qui sont déjà les plus dotés et les plus avancés dans leur carrière au détriment de ceux qui en ont le plus besoin. L’analyse du tableau précédent qui établit une relation forte entre l’encastrement et la réception de ressources en provenance de la diaspora le confirme. La prévalence de cette tendance oblige cependant à se poser la question du désintéressement des chercheurs en diaspora dans le cadre de leur intervention en Afrique. Pourquoi donner à ceux qui en ont le plus lorsque de plus démunis en font la demande ? Merton (1968) offre une piste explicative quand il soutient que l’institution gagne davantage à honorer ceux qui sont dépositaires d’une renommée et sont donc susceptibles d’amplifier la visibilité de l’institution par leur nom. Cette théorie est certes exacte, mais dans le contexte des relations entre les universitaires en Afrique et la diaspora, des raisons additionnelles sont à souligner. En effet, en privilégiant les échanges avec les collègues dotés de plus de pouvoir et d’un rang élevé, les expatriés augmentent aussi leurs chances d’accès à des ressources accumulées en Afrique. Par exemple un accès à des archives jalousement gardées, l’obtention d’une autorisation de recherche ou l’allocation d’un bureau sur le campus du pays de recherche ; autant de ressources qui leur assurent le meilleur rendement possible de leur séjour de recherche. Or cette assurance est d’autant plus élevée que leurs interlocuteurs directs sur le continent disposent de ces ressources. Un visiteur a d’autant plus de chances d’accéder à ces ressources qu’il est connecté à un ensemble d’acteurs détenteurs d’un pouvoir universitaire, lesquels en sont souvent les agents de distribution. Le récit suivant d’un professeur d’histoire directeur d’un centre de recherche au Ghana mérite attention :

J’ai connu [ce collègue expatrié] lors d’une conférence. Il m’a écrit un jour pour me dire qu’il vient en sabbatique chez moi. J’ai fait les démarches pour lui obtenir une invitation officielle comme chercheur invité pour son visa. Je lui ai aussi aménagé un bureau dans mon centre. Notre relation a commencé comme ça. Je lui envoie des articles soumis à notre revue pour évaluation. Je lui ai aussi fait lire trois chapitres d’un ouvrage que j’ai fait. Il a toujours accepté. Il fait partie de ces collègues sur qui tu peux compter. Il est revenu il y a deux ans environ pour trois mois pour poursuivre ses recherches. Et il savait qu’il était le bienvenu dans notre centre, que tout allait être fait pour rendre son séjour productif.

62Sans préjuger des raisons ayant encouragé cet expatrié à lire et commenter les travaux de ses collègues en poste en Afrique, il apparaît dans cet extrait qu’une logique d’échange structure aussi les relations professionnelles entre la diaspora et l’Afrique. L’on donne en espérant un jour compter sur la restitution (d’une partie) de ce qu’on a offert, ou l’on vient simplement en aide pour avoir reçu au préalable. Au regard de cette logique, le désintéressement total des universitaires de la diaspora est à relativiser.

Conclusion

63À la lumière des données qui précèdent, force est de constater la contribution de la diaspora universitaire au fonctionnement de l’Université en Afrique. Cet engagement s’inscrit dans une longue tradition intellectuelle africaine. Celle-ci a trait à une injonction éthico-idéologique qui imposait quasiment à l’Africain éduqué de se mettre au service de son continent au risque de mettre en jeu sa propre identité africaine. Mais si les universitaires en diaspora étudiés dans cet article souscrivent dans leur grande majorité à cette injonction pour en conséquence prendre des initiatives en direction de leurs pairs en poste en Afrique, ils la réinterprètent cependant en fonction des enjeux et contraintes du milieu académique nord-américain. La rareté du temps, d’une part, et la pression pour développer un rythme de production intellectuelle soutenue d’autre part, les poussent à choisir certains types d’initiatives prioritairement à d’autres. Qui plus est, la logique d’endettement et le souci de leur propre intérêt dans le cadre de leurs relations professionnelles les amènent aussi à distribuer inégalement leurs ressources entre leurs collègues en poste en Afrique. Les collègues dotés d’un pouvoir administratif et d’un rang supérieur sont plus nombreux que de rang inférieur à bénéficier des ressources en provenance de la diaspora qui sont les plus susceptibles de promouvoir leur carrière.

64L’un des apports majeurs de cet article est d’avoir mis en lumière ces inégalités, enjeux et sélections que la littérature publiée à ce jour avait échoué à dévoiler en raison d’une conception de la diaspora comme étant une entité homogène et uniforme.

Haut de page

Bibliographie

Adams, W. (1968). Introduction. In W. Adams (dir.), L’exode des cerveaux. Lausanne : Centre de recherches européennes.

Altbach, P., Teferra, D. (2004). African Higer Education: Challenges for the 21st Century. International Higher education, 47(1), 21-50.

Babchuck, N., Keith, B., Peters, G. (1999). Collaboration in Sociology and Other Scientific Disciplines: A Comparative Trend Analysis of Scholarship in the Social, Physical, and Mathematical Sciences. The American Sociologist, 30(3), 5-21.

Barré, R., Hernández, V., Meyer, J.-B., Vinck, D. (2003). Diasporas scientifiques/ Scientific Diasporas. Paris : Éditions IRD.

Beaver D., Rosen R. (1978). Studies in Scientific Collaboration: The Professional Origin of Scientific Co-Authorship. Scientometrics, 1, 65-84.

Bourdieu, P. (1972). Esquisse d’une théorie de la pratique. Genève : Droz.

Brown, M., Kaplan, D., Meyer, J.B. (2002). The Brain Drain: An Outline of Skilled Emigration from South Africa. In D. McDonald, J. Crush (Eds.), Destinations Unknown: Perspectives on the Brain Drain in South Africa(pp. 113-138). Pretoria: Africa Institute.

Brown, M. (2000). Using the intellectual diaspora to reverse brain drain: Some Useful Examples, http://repository.uneca.org/handle/10855/21489.

Brown, M. (2003) The South African Network of Skills Abroad (SANSA): the South African Experience of Scientific Diaspora. In R. Barré, V. Hernández, J.-B. Meyer, D. Vinck, Diasporas scientifiques/Scientific Diasporas. Paris : Éditions IRD.

Charum, J., Granes, J., Meyer, J.-B. (1996). La récupération de l’intelligence scientifique expatriée : le réseau Caldas, une expérience colombienne. In J. Gaillard (dir.), Coopérations scientifiques internationales. Paris : Éditions de l’Orstom.

Clifford, J. (1994). Diaspora, Cultural Anthropology, 9, 302-338.

Clifton, D. (2012). Remittances from Sub-Saharan African Migrants Pay for Schooling, Health Care, Population Reference Bureau.

Correia Nunes, J.C. (sans date). Social Remittances of the African Diasporas in Europe: Case Studies Netherlands and Portugal. Lisbonne: North South Center of the Council of Europe.

Darmangeat, Ch. (2016). Don, échanges et autres transferts : formes simples, hybrides et composées, L’Homme, 217, 21-47.

Dembelé, D. (2010). La migration hautement qualifiée : cas du Mali. Florence : Institut universitaire européen.

Diop, A. (1947). Niam n’goura ou les raisons d’être de Présence Africaine. Présence africaine, 1, 7-14.

Gaillard J., Gaillard, A.-M. (1999). Les enjeux des migrations scientifiques internationales, Paris : L’Harmattan.

Gaillard, J., Gaillard, A.-M. (1997) The International Mobility of Brains: Exodus or Circulation. Science, Society & Technology, 2(2), 347-385.

Granovetter, M. (1973). The Strength of Weak Ties, American Journal of Sociology, 78(6), 1360-1380.

Gueye, A. (2001). Les intellectuels africains en France, Paris : L’Harmattan.

Gunawardena, S. Weber, R., Agosto, D. (2010). Finding the Special Someone : Interdisciplinary Collaboration in an Academic Context. Journal of Education for Library and Information Science, 51(4), 210-221.

Gupta, S., Patillo C.A., Wagh S. (2009). Effects of Remittances on Poverty and Financial Development in Sub-Saharan Africa. World Development, 37(1), 104-115.

Hagstrom, W.O. (1965). The Scientific Community, New York: Basic Books.

Lamont, M. (2009). How Professors Think: Inside the Curious World of Academic Judgment. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Logan, B. (1990). An Assesment of the Potential Application of the Transfer of Knowledge Through Expatriate Nationals (TOKTEN) programme in Sub-Saharan Africa. Applied Geography, 10(3), 223-236.

Pires, M., Kasimir, R., Brhane, M. (1999). Investing in Return: Rates of Return of African Ph.D.’s Trained in North America, New York : SSRC.

Portes, A. (2009). Migration and Development: Reconciling Opposite Views. Ethnic and Racial Studies, 32, 5-22.

Merton, R. (1968). The Matthew Effect. Science, 159, 56-63.

Merton, R. (1957). Priorities in Scientific Discovery: A Chapter in the Sociology of Science. American Sociological Review, 22(6), 636-637.

Meyer, J.-B. (2003). Diaspora: concepts et pratiques. In R. Barré, V. Hernandez, J.-B. Meyer, D. Vinck (dir.), Diasporas scientifiques/Scientific Diasporas. Paris : Éditions IRD.

Meyer, J.-B., Brown, M. (1999). Scientific Diasporas: A New Approach to the Brain Drain, Budapest : UNESCO-ICSU, http://www.unesco.org/most/meyer.htm.

Meyer, J.-B., Brown, M., Kaplan, D. (2000). Assessing the South African Brain Drain: A Statistical Comparison, Cape Town: University of Cape Town, Policy Research Unit.

Moody, J. (2004). The Structure of the Social Science Network: Disciplinary Cohesion from 1963-1999. American Sociological Review, 69(2), 213-238.

Ndiaye, J.-P. (1962). Enquête sur les étudiants noirs en France, Paris : Réalités africaines.

Ndiaye, N., Melde, S., Ndiaye-Coïc, R. (2011). The Migration for Development in Africa Experience and Beyond. In S. Plaza, D. Ratha (Eds.). Diaspora for Development in Africa (pp. 231–260). Washington, DC: The World Bank.

Oberoi, S.S., Lin V. (2006). Brain Drain of Doctors from Southern Africa: Brain Gain for Africa. Australian Health Review, 30(1), 25-33.

Ouédraogo, B., Maïté, F. (2011). Évaluation finale du programme TOKTEN : transfert des connaissances à travers les expatriés nationaux. Rapport de recherche soumis au PNUD et Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine.

Ozedin C., Phillips D. (2015). What Really is Brain Drain? Location of Birth, Education and Migration Dynamics of African Doctors, KNOMAD Working Papers Series.

Plaza, S., Ratha, D. (2011). Harnassing Diaspora Resources for Africa. In S. Plaza, D. Ratha (Eds.) Diaspora for Development in Africa (pp. 1-54). Washington, DC: The World Bank.

Portes, A. (2009). Migration and Development: Reconciling Opposite Views. Ethnic and Racial Studies, 32(1), 5-22.

Ratha D. et al. (2011). Leveraging Migration for Africa: Remittances, Skills and Investment, Washington, DC: The World Bank.

Ragoucy, Ch. (2007). L’oblativité : premières controverses. Psychanalyse, 8(1), 29-41.

Safran, W. (1991) Diaspora in Modern Societies: Myth of Homeland and Return. Diaspora, 1, 83-99.

Ricœur, P. (2005). Le juste, la justice et son échec. Paris : L’Herne.

Storer, N.W. (1966). The social System of Science. New York: Holt, Rinehart and Winston.

Teferra, D. (2017). Mobilizing the African Diaspora. International Higher Education, 35, 20-22.

Teferra, D. (1997). Brain Drain of African Scholars and the Role of Studying in the United States, International Higher Education, [volume non numéroté], 4-6.

Teferra, D. (2003). Unleashing the Forces of the Diaspora: Capitalizing on Brain Drain in an Era of Information and Communication Technology. In R. Barré, V. Hernandez, J.-B. Meyer, D. Vinck, Diasporas scientifiques/Scientific Diasporas. Paris : Éditions IRD.

Teferra, D. (2005). Brain Circulations: Unparalleled Opportunities, Underlying Challenges, and Outmoded Presumptions. Journal of Studies in International Education, 9 (3), 1-18.

Testart, A. (2007). Critique du don : étude sur la circulation non marchande. Paris : Syllepse.

Tölölyan, K. (1995). Rethinking Diaspora: Stateless Power in the Transnational Moment, Diaspora, 3, 3-36.

Traoré, S. (1985). La FEANF. Paris : L’Harmattan.

Traoré S. (1973). Responsabilités historiques des étudiants africains. Paris : Anthropos.

Zeleza, P. (2013). Engagements between African Diaspora Academics in the US and Canada and African Institutions of High Education: Perspectives from North America and Africa. New York: Carnegie Corporation.

Haut de page

Notes

1 Une telle segmentation est louable, ne serait-ce qu’au regard de la recommandation de Portes (2009) selon laquelle la contribution potentielle de la diaspora au développement des pays d’origine varie suivant que ses membres sont identifiés comme travailleurs manuels ou comme des travailleurs professionnels puisqu’aux deux catégories sont attachées inégalement une liberté de circulation vers le pays d’origine, des ressources matérielles et des influences socio-politiques.

2 Une des rares exceptions est le CDRom qui accompagne l’ouvrage de Barré et al. (2003) ; il contient de nombreuses données sur certaines diasporas.

3 Le neveu d’Alioune Diop n’a pas eu l’opportunité de travailler pour la Guinée. L’avion qui le transportait avec une poignée de jeunes intellectuels africains s’était écrasé au milieu de l’Atlantique.

4 Voir la discussion de l’étymologie des deux termes par la psychanalyste Christine Ragoucy (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Gueye, « L’engagement des universitaires africains expatriés dans l’enseignement supérieur en Afrique »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/280

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Gueye

Professeur de sociologie. Il a publié plusieurs ouvrages dont : Les intellectuels africains en France ; Aux nègres de France la patrie non reconnaissante, ainsi qu’un roman : Oublier l’amère patrie. Il a aussi co-édité : A Stain on our Past : Slavery and Memory et Figures croisées d’intellectuels : trajectoires, modes d’action, production. Ses récents travaux portent sur la formation d’une identité raciale noire en France. Il mène parallèlement une recherche sur la collaboration universitaire entre chercheurs africains en diaspora et leurs collègues en poste en Afrique.

Adresse : Université d’Ottawa. École d’études sociologiques et anthropologiques, FSS Building, Ottawa, On. K1N6N5 (Canada)
Courriel : abdoulaye.gueye[at]uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals