Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel et Pascal Marichalar, Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement

Thomas Ginsbourger
Référence(s) :

Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel & Pascal Marichalar (dir.), Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Références santé », 2015, 375 p.

Texte intégral

1Les crises sanitaires qui ont secoué la France et les pays occidentaux au cours des dernières décennies (sang contaminé, hormone de croissance, encéphalopathie spongiforme bovine, amiante, H1N1, Mediator, prothèses PIP, OGM, pesticides, etc.) ont été des moments d’intense remise en question des formes légitimes de recours aux experts. Les questions de leur probité et de leurs relations de dépendance avec les intérêts en présence sont alors devenues le point focal de controverses alimentées par une variété toujours plus croissante d’acteurs (dirigeants politiques, militants associatifs, professionnels du droit, chercheurs en sciences sociales, etc.).

2Ces crises ont entraîné de profondes mutations des pratiques en lien avec la normalisation de trois grands principes : l’indépendance, la transparence et le débat contradictoire. Or les sciences sociales – se donnant pour objectif de dévoiler les valeurs politiques et morales incorporées dans l’expertise – ont bien montré que celle-ci était toujours un compromis « impur » entre savoir et décision indissociable d’arbitrages et de compromis complexes. Ce sont ces problématiques qu’Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel et Pascal Marichalar – accompagnés d’une trentaine de chercheurs – proposent de traiter dans leur ouvrage Dictionnaire critique de l’expertise à travers un ensemble de notices traitant chacune d’une « notion obligée » (p. 19) sur le thème de l’expertise sanitaire (comme les « conflits d’intérêts », le « consensus », les « contre-expertises », les « controverses », les « crises », l’ « indépendance », l’ « expertise profane », l’ « objectivité », le(s) « savoir(s) » ou la « transparence »).

3Ce dictionnaire se compose d’une introduction, de 42 notices rangées par ordre alphabétique (chaque notice faisant généralement autour de huit pages), d’une bibliographie générale, d’un index des auteurs et des articles, et d’un index thématique. Les contributeurs sont essentiellement sociologues mais aussi politistes, historiens, juristes, spécialistes des science studies ou épidémiologistes.

4L’ouvrage se donne un double objectif : « fournir un panorama de la recherche en sciences sociales concernant l’expertise, laquelle s’est particulièrement développée dans les domaines de la santé publique, de l’environnement et de la santé au travail, tout en interrogeant la façon dont cette question a été problématisée dans les débats publics suite à différentes crises » (p. 13). Pour ce faire, l’objectif de chaque notice est d’ouvrir une réflexion critique et de promouvoir une approche en rupture avec les façons habituelles d’analyser l’expertise. L’ambition de l’ouvrage est d’aider « ceux qui écrivent les sciences sociales comme ceux qui les lisent à se déprendre de ces catégories pour parvenir à penser l’expertise autrement » (p. 17).

Notices significatives

5Dans l’impossibilité de présenter la totalité des notices dans le cadre de ce compte rendu, nous allons en aborder quelques-unes particulièrement significatives de cette logique de rupture.

  • 1 Par exemple, l’existence des sites internet des agences d’expertise et la mise à disposition de leu (...)

6Pour Pierre-Benoît Joly, la clarification des principes et procédures de l’expertise suite à la série de crises sanitaires des années 1990 a provoqué une procéduralisation1 qui a instauré plusieurs « principes fondamentaux » devant réguler l’expertise : compétence, indépendance et transparence.

7Pascal Marichalar note que l’idée d’indépendance est a priori constitutive de celle de bonne expertise. Recourir à un expert, c’est en principe solliciter un tiers qui raisonnera en appliquant une logique autonome distincte des intérêts en jeu. Il souligne néanmoins qu’évoquer l’indépendance, c’est se référer à une fiction puisque chaque être social est toujours pris dans un réseau d’interdépendances. Pour lui, dans le débat sur l’expertise, la question pertinente n’est donc pas celle de l’existence de liens reliant l’expert au reste du monde social mais celle de l’appréciation politique de ces liens de dépendance.

  • 2 Par exemple, l’existence des sites internet des agences d’expertise et la mise à disposition de leu (...)

8De la même manière, Emmanuel Henry invite à se montrer prudent avec l’impératif de transparence qui s’est aujourd’hui imposé comme l’une des conditions nécessaires à une « bonne » expertise. Pour lui, si tout porte à croire que la transparence intégrale des processus d’expertise serait relativement facile à mettre en œuvre sous réserve de se doter des outils nécessaires (comme les déclarations publiques d’intérêts), une telle représentation ne tient pas compte de la construction de la dimension publique de l’expertise qui maintient en réalité de fortes inégalités entre les acteurs intéressés par une question2.

9Dans le monde de la santé, cette quête d’indépendance et de transparence est accompagnée par le développement et la diffusion de bonnes pratiques médicales qui s’appuient sur des instruments normatifs comme les recommandations pour la pratique clinique évoquées par Patrick Castel et Renaud Crespin. Ils précisent néanmoins que si ces bonnes pratiques sont censées amener de l’ordre et de la cohérence dans des champs sanitaires considérés comme insuffisamment rationalisés, en réalité, elles ne réduisent pas la diversité des pratiques mais déplacent les lieux et les mécanismes où et par lesquels elle se manifeste.

10Daniel Benamouzig et Soraya Boudia font un constat similaire à propos de l’essor des analyses coûts-avantages. Si cet essor s’inscrit dans un mouvement plus large de quantification rationnelle où le recours aux nombres en matière d’aide à la décision et de définition des politiques publiques vise à générer plus de confiance, ces analyses ne sont pas exemptes de critiques quant à leur prétendue « rationalité ».

11De manière plus générale, Henri Bergeron, Patrick Castel et Boris Hauray notent que les décisions fondées sur les principes de l’evidence-based medicine sont censées découler d’une analyse méthodique et raisonnée de données de nature quantitative et statistique. Or, pour eux, l’EBM, dans sa conception comme dans sa mise en œuvre, loin de représenter le triomphe de la raison qui s’imposerait dans toute son évidence, est politique. En effet, elle engendre des débats ou des controverses publiques (l’analyse des résultats des essais randomisés contrôlés est par exemple rarement univoque) et constitue un instrument utilisé par certains pour défendre leurs positions dans l’espace social (elle peut par exemple être utilisée par des médecins pour rehausser leur autorité vis-à-vis d’autres acteurs comme les patients).

12Yann Bérard et Renaud Crespin nous invitent ainsi à nous déprendre d’une conception commune de l’expertise qui en confisque le sens par sa réduction à une simple technique, pour plutôt prendre au sérieux les situations d’expertise, c’est-à-dire admettre que le savoir de l’expert ne repose pas seulement sur son exactitude scientifique mais aussi sur sa conformité aux besoins sociaux des acteurs concernés.

13On pense ici à la question des intérêts. Étienne Nouguez note que le marché du médicament a offert un terreau extrêmement favorable aux théories mettant en scène la capture des experts par les intérêts économiques ou politiques.

14Cependant, pour Boris Hauray, Emmanuel Henry et Sébastien Dalgalarrondo, si la lutte contre les conflits d’intérêts est devenue l’élément clé à partir duquel la réussite de l’expertise sera évaluée, cette notion ne permet pas de saisir l’ensemble des formes d’influence des intérêts privés sur la science et l’expertise. En effet, sans toujours aller jusqu’à une action directe, les acteurs industriels jouent par exemple un rôle beaucoup plus indirect mais tout aussi structurant, en ne finançant pas (ou moins) des recherches qui pourraient potentiellement leur poser problème. Au moment où s’enclenche un processus d’expertise, les connaissances scientifiques sont déjà tellement formatées par ces inégalités qu’on est loin de se trouver face à une cartographie plane des savoirs mais plutôt face à un entrelacs de connaissances et d’ignorances socialement construit. Dans ce cas, la production de connaissances et d’expertises ne peut être comprise indépendamment des formes de constructions sociales des problèmes.

15On retrouve une perspective similaire chez Sylvain Laurens pour qui saisir l’inscription des lobbys au cœur des processus de mise en œuvre des politiques de santé suppose de dépasser la seule critique de la corruption pour saisir les logiques plus structurelles qui fondent leur influence.

16Francis Chateauraynaud ajoute que le dévoilement des conflits d’intérêts et la revendication d’une expertise « réellement indépendante » sont, depuis plus d’une dizaine d’années, au cœur des nouvelles « vigilances citoyennes » où prédomine la nécessité d’ouvrir les dispositifs d’expertise à des acteurs externes capables d’agir au nom de la « société civile » et d’incarner l’intérêt général.

17Stéphane Latté remarque ainsi que de nouveaux acteurs – associations de victimes, mouvements de malades, mobilisations de riverains – sont venus disputer l’autorité de la légitimité experte en revendiquant une légitimité expérientielle.

  • 3 La notion désigne l’emploi par les populations concernées d’outils et de concepts venus de l’épidém (...)

18Scarlett Salman et Sezin Topçu soulignent que la notion d’expertise profane a émergé dans ce contexte, faisant écho aux notices de Marcel Calvez et Cécile Robert. La première montre que l’épidémiologie populaire3 repose sur l’idée que les « profanes » sont exclus des décisions en matière de santé publique, alors même que les groupes concernés sont les premiers experts de la situation dans laquelle ils se trouvent et des problèmes de santé qu’ils rencontrent. La seconde nous apprend que l’expertise européenne de la Commission promeut l’intégration de l’expérience et de la « connaissance pratique » des cibles et des opérateurs de l’action publique communautaire.

19Janine Barbot, qui s’intéresse aux associations de malades, invite cependant à déconstruire l’opposition spontanée entre experts et profanes, préférant l’idée d’un continuum de positions partant des « experts militants » (ces spécialistes qui œuvrent directement à la fabrication des causes victimaires) pour cheminer jusqu’aux « militants experts » (ces profanes qui s’insèrent dans les milieux savants au point d’en partager parfois les codes, le langage et les modes de pensée).

20On retrouve la même idée chez Renaud Crespin et Emmanuel Henry qui ajoutent que, si l’ensemble du processus d’expertise s’est transformé avec l’irruption de ces nouveaux acteurs qui revendiquent une forme de connaissance ou de savoir indexée à une expérience, l’expertise scientifique dans les domaines sanitaire et environnemental reste tout de même ancrée dans un modèle laissant à l’écart les groupes porteurs de connaissances alternatives.

Conclusion

21Pour conclure, notons que la structuration de cet ouvrage en 42 notices a de nombreux avantages : définitions toujours stimulantes, concision et clarté des notices, thèses courtes et incisives, nombre élevé de notices permettant une vue exhaustive des problématiques liées à l’expertise sanitaire, possibilité pour le lecteur de naviguer sans aucune difficulté d’une notion à une autre, etc.

22Ce parti pris a cependant les inconvénients de ces avantages : redondance et difficulté d’une lecture cursive du Dictionnaire. On peut d’ailleurs s’étonner de l’absence de conclusion. Celle-ci aurait pu être l’occasion d’une réflexion transversale à l’ensemble des 42 notices, en partant par exemple de problématiques (comme les risques ou l’incertitude) ou de sujets (comme les crises sanitaires ou les agences scientifiques) abordés dans de très nombreuses notices. Cette conclusion aurait également pu être l’occasion d’un exercice de réflexivité et d’autocritique (on aurait par exemple aimé savoir comment ont été choisies les 42 notices de l’ouvrage ou comprendre pourquoi celui-ci est dominé par les questions de santé alors que son sous-titre – « santé, travail et environnement » – annonce trois champs d’investigation).

23Reste que ce dictionnaire est particulièrement stimulant pour quiconque s’intéresse à l’expertise. Il invite à se poser de nouvelles questions, généralement peu traitées voire absentes des travaux sur l’expertise, comme celle de l’agnotologie, soit la production – volontaire ou non – de l’ignorance, abordée par Nathalie Jas dans ses deux notices.

24En ce sens, cet ouvrage nous semble clairement répondre à son ambition : contribuer à « engager de nouvelles recherches sur les rapports entre les connaissances scientifiques, les mobilisations collectives et les processus de décision » (p. 20).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, l’existence des sites internet des agences d’expertise et la mise à disposition de leurs rapports font beaucoup pour la publicité du processus d’expertise mais la multiplication des informations présentes sur ces sites ne garantit pas, à elle seule, une plus grande transparence. Les rapports sont rédigés par des experts mobilisant leurs compétences et savoir-faire, ce qui, par définition, réduit leurs lecteurs potentiels aux seuls scientifiques des disciplines concernées ou aux personnes ayant une culture minimale dans ces domaines.

2 Par exemple, l’existence des sites internet des agences d’expertise et la mise à disposition de leurs rapports font beaucoup pour la publicité du processus d’expertise mais la multiplication des informations présentes sur ces sites ne garantit pas, à elle seule, une plus grande transparence. Les rapports sont rédigés par des experts mobilisant leurs compétences et savoir-faire, ce qui, par définition, réduit leurs lecteurs potentiels aux seuls scientifiques des disciplines concernées ou aux personnes ayant une culture minimale dans ces domaines.

3 La notion désigne l’emploi par les populations concernées d’outils et de concepts venus de l’épidémiologie savante (questionnaires, cartographies, notions statistiques, etc.) afin de rendre visible le lien entre la dégradation de leur état de santé et des sources de contamination présentes dans leur environnement quotidien (site pollué, antenne-relais de téléphonie mobile, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Ginsbourger, « Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel et Pascal Marichalar, Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2841

Haut de page

Auteur

Thomas Ginsbourger

Adresse : Centre de Recherches Sciences Sociales, Sports et Corps, Faculté des Sciences du Sport et du Mouvement Humain, Université Paul Sabatier Toulouse III (France).
Courriel : thomas.ginsbourger[at]univ-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals