Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Céline Granjou, Micropolitiques de la biodiversité. Experts et professionnels de la nature

Là où s’élaborent autrement les politiques de la biodiversité
Florence Millerand
Référence(s) :

Céline Granjou, Micropolitiques de la biodiversité. Experts et professionnels de la nature, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, coll. « ÉcoPolis », 2013, 202 p.

Texte intégral

1Depuis son apparition dans les années 1990, le terme biodiversité a été largement popularisé en devenant tout à la fois un enjeu majeur du développement durable, un champ de recherche multidisciplinaire, l’objet de conventions politiques internationales et la raison d’être d’une panoplie d’institutions. En tant que « construit », la biodiversité (pour « diversité biologique ») constitue un terrain d’étude privilégié pour aborder les transformations de la protection de la nature au tournant du XXIe siècle. Le livre de Granjou nous invite à comprendre ces transformations dans le rapport à la nature, non pas à travers l’étude des institutions et des grandes conventions politiques, mais à partir des micropolitiques de la biodiversité, c’est-à-dire là où les politiques s’élaborent autrement, dans l’expérimentation de nouvelles manières de dénombrer une espèce par exemple, autrement dit dans les activités quotidiennes des « experts et professionnels de la nature » (sous-titre du livre).

2La thèse centrale du livre avance que la science et l’expertise sont au cœur de la gestion de la biodiversité. La protection de la nature, qui a longtemps été articulée à une critique de la société technoscientifique, montre désormais les marques d’un puissant mouvement de « scientification » et de « technoécologisation » qui viennent avec un répertoire de pensée et d’action essentiellement expert et gestionnaire. La protection de la nature est dorénavant l’affaire de métiers (professionnels, techniciens, experts), nous dit Granjou. Pour reprendre ses mots : « La nature n’a jamais été autant suivie, gérée et étudiée. » D’une part, les pratiques d’exploitation de la nature sont de plus en plus « écologisées » sous l’action de dynamiques locales et internationales qui suivent l’adoption de lignes directrices communes sur le plan politique (ex. : Convention sur la diversité biologique, Directive européenne Habitats de 1992). D’autre part, les pratiques de gestion et de conservation se sont technicisées et mobilisent toute une gamme de savoirs, de technologies et d’expertises (à titre d’exemple, Granjou explique qu’estimer le nombre de loups en France requiert des expertises – connaissances et techniques – à la fois en génétique et en bioinformatique) mais, plus important encore, les transformations actuelles apparaissent fortement dominées par un impératif scientifique au service d’une gestion « experte » et « savante » de la nature.

3Serions-nous en train d’assister à l’émergence d’une nouvelle politique de la biodiversité ? Autrement dit, une nouvelle norme gestionnaire de la biodiversité dominerait-elle les façons de penser la gestion et la conservation de la nature à l’heure actuelle ? Les recherches de Granjou montrent plutôt la formation d’une pluralité de micropolitiques au travers desquelles se construisent des savoirs et des techniques sur la biodiversité et où se redéfinissent des identités d’acteurs et des relations. Les résultats de son enquête sociologique approfondie, qu’elle a menée sur un vaste ensemble de cas et de situations, montrent des métiers, des technologies et des savoirs en constante reconstruction, ni définis ni figés mais constamment revus et négociés. Si elle est dorénavant plus « savante », la nouvelle gestion de la biodiversité présente plusieurs faces et celles-ci sont loin d’être stabilisées et pacifiées. Les tensions entre protecteurs et exploiteurs de la nature sont encore bien présentes !

Des micropolitiques qui s’élaborent au confluent de « zones frontières »

4Cet ouvrage et la thèse qu’il défend peuvent surprendre à l’heure où les travaux sur la biodiversité dans le domaine STS semblent se diriger davantage vers l’analyse de la montée des politiques participatives et consultatives, les grandes initiatives scientifiques ou réglementaires internationales en biodiversité ou encore les plateformes numériques mettant en visibilité les contributions amateurs massives aux grandes entreprises naturalistes. Un des principaux intérêts de l’ouvrage réside dans l’intérêt qu’il porte au travail des professionnels de la nature (gestionnaires de parcs ou de structures dédiées à la protection d’espaces naturels, éleveurs, agriculteurs, chercheurs, écologues, etc.) qui, en protégeant, exploitant ou étudiant la nature, contribuent à la production de micropolitiques qui produisent à leur tour de nouvelles mises en ordre du vivant. Granjou cherche à comprendre ce que signifie « se donner la nature pour métier » à partir de l’étude ethnographique des pratiques, cultures professionnelles, expériences et tensions propres au travail quotidien des professionnels de la nature. Une des lignes de tension qu’elle explore est le paradoxe apparent entre une gestion de la protection de la nature qui se veut experte alors que celle-ci est valorisée d’abord pour la passion qu’elle suscite. Comment les professionnels concilient-ils ce paradoxe apparent ?

5L’étude des frottements et des points de passage entre les différents mondes sociaux concernés par la protection de la nature est au centre de l’analyse. Granjou emprunte la notion de « zone frontière » à la géographie culturelle (Kohler, 2002) pour analyser les échanges, les modes de coordination et les circulations entre les mondes. Ainsi la circulation d’instruments ou l’échange d’une expertise sont-ils compris comme des espaces créant des « zones frontières » entre ces mondes appréhendés dans la spécificité de leurs contextes géographiques, historiques, institutionnels, etc. Notion parente de concepts centraux en STS par exemple « objets frontières » (Star et Grisemer, 1989), « travail de frontière » (Gieryn, 1983), « trading zone » (Galison, 1996), la notion renvoie à une conception de la frontière non pas seulement comme une démarcation qui distingue et qui sépare, mais aussi comme une interface permettant la rencontre et l’échange. Au final, la notion s’avère particulièrement féconde pour saisir les différentes « figures d’échange et de coordination » entre des mondes qui conservent toutes leurs spécificités. Les micropolitiques qui s’échafaudent au sein des zones frontières n’effacent pas les frontières, mais elles ressemblent parfois à de nouveaux carrés de sable où s’expérimentent des techniques, des identités et des trajectoires professionnelles. L’analyse de Granjou valorise la créativité de ces zones d’échange, notamment en mettant de l’avant les figures de cogestion qui s’y développent. S’il y a invention de nouveaux accords et standards d’action, elle y observe surtout, en faisant référence aux travaux de Descola (2010), la « fabrication d’une “diversité de natures” ».

6Les cadres conceptuels mobilisés par Granjou entretiennent des filiations théoriques avec Deleuze et Guattari (1980) (micropolitiques) ainsi que De Certeau (1990) (tactiques), pour ne nommer qu’eux, et le vocabulaire de la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 1989) est largement présent. Il reste que le livre est centré sur la présentation de constats de recherche plus que sur la discussion d’éléments théoriques ; les lecteurs intéressés par les aspects théoriques pourront consulter les nombreuses publications de l’auteure et de ses collaborateurs, collaboratrices citées en référence.

Une invitation à suivre un parcours « buissonnier »

7Les témoignages d’acteurs œuvrant dans le domaine de la nature, recueillis dans plus de 150 entretiens, sont au cœur du livre. Réalisés avec des agents de parcs naturels, salariés d’associations ou de fédération de chasse ou de pêche, employés de l’Office national des forêts, administrateurs, agriculteurs, chasseurs, chercheurs, écologues, etc., ils apportent à l’ouvrage des illustrations vivantes des transformations actuelles de la gestion de la nature. La démarche méthodologique relève d’une ethnographie multi-sites (Marcus, 1995), qui vise à décrire différentes configurations de gestion de la nature, en prenant en compte leurs échelles géographiques et temporelles, et qui renvoient à des enjeux parfois communs, parfois singuliers. Dans la tradition ethnographique désormais largement répandue en STS, Granjou nous invite à investiguer ces configurations en passant de l’une à l’autre, sans identifier ni délimiter a priori les acteurs et les institutions, mais plutôt en suivant les acteurs qui se revendiquent comme professionnels de la nature, et en filant la préoccupation de gestion de nature au sein des organismes, des pratiques et des débats. Il en résulte un parcours « buissonnier » qui donne à voir un patchwork coloré où les écologistes côtoient les exploitants agricoles, les crottes de loup jouxtent les séquences d’ADN et les chercheurs collaborent avec des gestionnaires de parcs, tout cela dans un contexte montagnard alpin.

8Les lecteurs ayant un intérêt particulier pour les enquêtes ethnographiques apprécieront la richesse des descriptions et la finesse des analyses. Ils ou elles pourront regretter en revanche le peu de détails sur le travail de l’ethnographe elle-même, par exemple en ce qui a trait aux modalités d’accès aux terrains ou aux défis soulevés par l’extrême diversité des acteurs rencontrés. Sans doute, le format de l’ouvrage se prête moins à ce type d’élaboration, mais il aurait été intéressant d’en savoir plus sur les coulisses de ce colossal travail d’enquête, réalisé sur cinq ans. Par exemple, une réflexion sur les défis soulevés par le double rôle de chercheure et de consultante que l’auteure a occupé dans certains cas d’étude, aurait constitué un apport pédagogique intéressant sur le plan méthodologique.

Partie 1 : Les techniques de gestion de la biodiversité

9L’ouvrage débute avec une première partie formée de trois chapitres sur les techniques utilisées pour la gestion de la biodiversité. Granjou présente deux cas qui mobilisent chacun des techniques relativement sophistiquées de suivi et de régulation de la nature, en l’occurrence une nouvelle méthode de contraception de marmottes dans un parc national et un dispositif national d’estimation du nombre de loups en France basé sur des analyses génétiques et des calculs probabilistes (Chapitre 1. Réguler les marmottes et dénombrer les loups). Les deux études de cas constituent des illustrations convaincantes de modèles de gestion « experte » de la nature et des différents enjeux associés, notamment des clivages entre les acteurs concernés (agriculteurs, chasseurs, écologues). Ces façons de faire montrent en effet une évolution des logiques de protection de la nature qui s’accompagne d’une transformation plus large des significations culturelles et politiques du rapport à la nature.

10Granjou observe ainsi l’amenuisement des différences entre le « sauvage » et le « domestique », et entre le « naturel » et « l’artificiel ». Dans le cas des marmottes qu’il faut « réguler sans tuer », les professionnels de la nature ont recours aux développements de la science et des techniques au sein d’un territoire pourtant considéré comme un « sanctuaire » du sauvage ; ce qui fera dire aux chasseurs que la méthode de régulation par contraception doit être réservée aux animaux domestiques et qu’elle n’a rien à faire dans un parc national où la chasse, en revanche, a toute sa place en tant que méthode « naturelle ». Dans le cas des loups dont il faut estimer le nombre, les dispositifs de traçabilité reposent sur le principe du suivi des déplacements d’un animal et non pas sur son isolement dans un zonage particulier. Les individus sont alors identifiés, marqués, mesurés voire nommés à la manière d’animaux domestiques. Ce qui est particulièrement intéressant, à travers les analyses de Granjou, c’est de constater que le clivage traditionnel entre protecteurs de la nature versus exploitants se déplace vers des controverses entre partisans versus détracteurs de ces modèles de gestion experte de la nature.

11Le chapitre 3 (Protecteurs de la nature contre gestionnaires de la biodiversité) montre comment les façons de faire « expertes » et « technicisées » se heurtent à d’autres façons d’envisager et d’agir sur la nature (d’autres « répertoires » comme dit Granjou – à travers l’exploitation agricole ou la nécessaire sanctuarisation de la nature par exemple. Les tensions entre les acteurs sont révélatrices de ce qui se joue plus profondément dans l’adoption de ces nouvelles façons de protéger la biodiversité, à savoir la définition d’un nouveau rapport à la nature : une nature « gérée » pour concilier protection et exploitation. Si la nature est quadrillée, surveillée et gérée comme jamais auparavant, est-elle en train de devenir un « centre de calcul » ? Granjou répond par la négative (Chapitre 2. L’extension de la traçabilité des animaux sauvages), en évoquant le long travail à accomplir avant que toutes ces inscriptions, traces et mesures soient signifiantes et commensurables et qu’elles puissent circuler entre la grande diversité des mondes qui se préoccupent de la nature.

Partie 2 : Les métiers de la nature

12La deuxième partie du livre, la plus imposante en nombre de pages, consacre deux chapitres aux métiers et professionnels de la nature et à leur rôle dans le développement d’une gestion savante de la biodiversité. Granjou explore en particulier les processus de technicisation, de bureaucratisation et de professionnalisation de leurs activités. Elle évoque par ailleurs le large éventail des institutions qui interviennent désormais dans la gestion de la biodiversité et l’impératif scientifique qui semble dominer les manières de faire et de penser la protection de la nature aujourd’hui.

13Le premier chapitre de cette partie (Chapitre 4. Un impératif scientifique) montre combien les structures qui se réclament de la protection de la nature n’ont jamais été aussi nombreuses : associations d’usagers de l’espace rural (chasse, pêche), collectivités locales, bureaux d’études, etc. Tous estiment détenir une forme d’expertise et revendiquent à ce titre le statut de « cogestionnaire » de la biodiversité. Granjou observe que certaines institutions empruntent des trajectoires de technicisation, c’est-à-dire qu’elles vont s’atteler à développer des formes d’expertises spécifiques. À titre d’exemple, une association dédiée à l’éducation à l’environnement développera des bases de données naturalistes spécialisées, qui seront indispensables aux écologues. D’autres structures suivront des trajectoires d’écologisation, comme les organisations de chasseurs ou pêcheurs par exemple, qui revendiquent des savoirs spécialisés (de terrain) sur les êtres de nature, même si elles ne sont pas dédiées à la protection de la nature a priori. Sur ce plan, les analyses de Granjou prolongent habilement les débats sur la redéfinition de l’expertise au-delà du cercle des scientifiques, pour inclure des praticiens notamment (Collins et Evans, 2002), en montrant la pluralité des registres d’expertise et leur grande hétérogénéité. L’expertise serait ainsi devenue un label, un passage obligé qui permet de se présenter comme interlocuteur crédible. Granjou parle d’une course à l’expertise, voire d’un « marché » de l’expertise naturaliste où la situation de concurrence conduirait les acteurs à se redéfinir et à se positionner (via l’hyperspécialisation par exemple). Pour les acteurs traditionnels de la protection de la nature, il s’agit de se distancer du registre militant ; pour les nouveaux « professionnels de la nature », il s’agit de montrer qu’on n’est plus dans la défense d’intérêts ou de prérogatives professionnels mais au service de la nature qu’on défend via des savoirs et savoir-faire locaux. En outre, Granjou évoque l’importance croissante prise par les indicateurs dans la gestion de la biodiversité et dans l’action environnementale plus généralement.

14Le chapitre suivant (Chapitre 5. Entre expertise et médiation) est consacré au vécu des acteurs eux-mêmes, aux prises avec la montée de l’impératif scientifique. Comment ces professionnels de la nature vivent-ils les contradictions apparentes entre l’activité de protection de la nature caractérisée par la passion, l’expérience sensorielle, la proximité au terrain, voire le militantisme, et en même temps, le développement de techniques de plus en plus sophistiquées, l’exigence d’expertise et la collaboration accrue avec les milieux scientifiques ? Comment s’accommodent-ils de la diversification des acteurs en jeu, par exemple vis-à-vis des agriculteurs, désormais « cogestionnaires », alors qu’ils étaient en conflit ouvert avec eux depuis des années ? Granjou nous montre qu’un profil se dessine parmi ces professionnels de la nature depuis les années 1990 : le profil du médiateur, sorte de conciliateur entre les mondes de la protection de la nature et les mondes de l’exploitation agricole en particulier. À travers des exemples de cas concrets, Granjou montre comment ces médiateurs ont permis de les rapprocher à travers la mise en œuvre de pratiques locales de cogestion de la biodiversité, notamment dans le cas de parcs régionaux et nationaux.

Partie 3 : La coproduction des savoirs

15La troisième partie, constituée de trois chapitres, aborde un autre espace de circulation et d’échange, celui où des savoirs sur la biodiversité sont coproduits au sein de partenariats entre gestionnaires d’espaces naturels et chercheurs académiques. Granjou explore le « déploiement des nouvelles sciences de la biodiversité et leur rapport à l’action et à la gestion » à travers les parcours et les engagements des chercheurs en tant que professionnels de la nature d’un genre particulier. Elle montre par ailleurs comment des gestionnaires d’espaces naturels participent à part entière à la production de connaissances et, ce faisant, contribuent à définir de nouveaux modes de collaboration avec les chercheurs. Il faut rappeler que le contexte est particulièrement propice au développement de ces collaborations « hétérogènes » : d’un côté, les gestionnaires de parcs sont incités à coopérer avec des milieux de recherche, notamment à des fins de validation de leurs façons de faire ; de l’autre, les chercheurs sont soumis aux injonctions des organismes de financement qui requièrent le développement de partenariats et l’inscription des projets de recherche dans des enjeux sociétaux.

16Le chapitre sur la Zone Atelier Alpes (Chapitre 7. À la frontière entre recherche et création : la Zone Atelier Alpes), un label CNRS désignant un réseau de recherches pluridisciplinaires focalisé sur l’étude d’anthroposystèmes (systèmes d’interactions entre milieux et sociétés qui les habitent), s’avère particulièrement intéressant sur ce plan, car il offre un portrait détaillé des modalités de formalisation des collaborations entre chercheurs et gestionnaires. Concrètement, Granjou montre comment l’échange de données écologiques constitue le point névralgique de ces collaborations ; la Zone Atelier jouant le rôle d’une zone frontière entre le monde de la recherche et celui de la gestion de la nature, en permettant de mutualiser les données. Pour les chercheurs, cet espace leur permet l’accès aux données des gestionnaires (conservatoires, jardins botaniques) qui disposent de données uniques sur le temps long. Pour les gestionnaires, il permet de valoriser leur territoire en tant que « territoire de recherche ». Certes, les clivages ne disparaissent pas pour autant, les gestionnaires se battront contre le statut de simples fournisseurs de données et requerront du travail des scientifiques qu’il intègre une exigence de restitution. Cependant, Granjou nous montre en détail comment les échanges se traduisent par des apprentissages réciproques (les gestionnaires se familiarisant avec les modes de fonctionnement académiques et les chercheurs avec les exigences de gestion) au travers desquels vont s’expérimenter des pratiques communes.

17Ce faisant, l’analyse de Granjou met le doigt sur un élément crucial, mais souvent occulté dans les travaux de sociologie des sciences – et par ailleurs ignoré dans les mécanismes d’évaluation et de reconnaissance des travaux scientifiques. En l’occurrence, le fait de tisser des liens de collaboration entre les milieux de la recherche et de la gestion de la biodiversité. Or ces liens sont constitutifs du développement de zones frontières où se coordonnent des activités et où se produisent des innovations et des apprentissages clefs, à la fois pour la connaissance de la biodiversité et pour sa reconnaissance en tant que catégorie politique (Chapitre 6. Agriculture et biodiversité). Pour paraphraser Granjou, c’est aussi dans ces espaces que l’on peut saisir les conditions de la pertinence sociale des sciences de la nature.

18Pour conclure, l’ouvrage de Granjou se présente comme un texte extrêmement bien documenté et agréable à lire (l’écriture est précise et fluide) qui dresse un portrait nourri et détaillé des professionnels de la nature et des transformations en cours dans la gestion et protection de la nature. On y voit des métiers qui se réinventent et un champ de recherche encore en émergence (Chapitre 8. Chercheurs en biodiversité). Si Granjou dépeint la biodiversité comme « une entreprise de maîtrise technique et de gestion experte », cette entreprise s’impose non pas par un ensemble de savoirs et de technologies uniformes mais plutôt au travers d’une pluralité de zones frontières de dialogue et de négociation où entrent en relation, et parfois se confrontent, des acteurs, des logiques d’action (par exemple, protection contre exploitation) et des visions de la nature (par exemple, sauvage contre domestique). Plutôt que d’aborder ces rapports en termes d’affrontement idéologique, le mérite de la démarche ethnographique empruntée par Granjou réside dans sa capacité à montrer que les rapports entre les chercheurs, gestionnaires de parcs ou agriculteurs sont informés par des dynamiques de production de preuves qui produisent certaines mises en ordre du monde, certaines identités professionnelles et visions de la nature. C’est donc à une définition élargie du politique que nous invite Granjou, les micropolitiques n’étant pas seulement affaire de luttes de pouvoir entre acteurs, mais aussi de production de savoirs partagés.

Haut de page

Bibliographie

Collins, H.M. & Evans, R. (2002). The Third Wave of Science Studies: Studies of Expertise and Experience. Social Studies of Science, 32(2), 235-296.

De Certeau, M. (1990). L’invention du quotidien. I. Arts de faire. Paris : Gallimard.

Deleuze, G. & Guattari, F. (1980). Mille Plateaux. Paris : Éditions de Minuit.

Descola, P. (2010). Diversité des natures, diversité des cultures. Paris : Bayard.

Galison, P. (1996). Computer simulations and the trading zone. In P. Galison & D. J. Stump (dir.), The Disunity of Science: Boundaries, Contexts, and Power (pp. 118-157). Stanford, CA: Stanford University Press.

Gieryn, T. F. (1983). Boundary-work and the demarcation of science from non-science: strains and interests in professional ideologies of scientists. American Sociological Review, 48, 781-795.

Kohler, R. E. (2002). Landscapes and Labscapes: Exploring the Lab-Field Border in Biology. Chicago: The University of Chicago Press.

Latour, B. (1989). La Science en action. Paris : La Découverte.

Marcus, G. E. (1995). Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual Review of Anthropology, 24, 95-117.

Star, S. L. & Griesemer, J. (1989). Institutional Ecology, ‘Translations,’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939. Social Studies of Science, 19, 387-420.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Millerand, « Céline Granjou, Micropolitiques de la biodiversité. Experts et professionnels de la nature »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2848

Haut de page

Auteur

Florence Millerand

Adresse : Département de communication sociale et publique, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), Université du Québec à Montréal – UQAM (Canada).
Courriel : millerand.florence[at]uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals