Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-3Comptes rendus de lectureClaude Rosental, La société de dé...

Comptes rendus de lecture

Claude Rosental, La société de démonstration

Vulaines-sur-Seine : Editions du croquant, coll. « Sociologie historique », 2019
Carole-Anne Tisserand et Victoria Brun
Référence(s) :

Claude Rosental, La société de la démonstration. Vulaines-sur-Seine : Editions du croquant, coll. « Sociologie historique », 337 p.

Texte intégral

Un nouveau champ de recherche

1Claude Rosental enquête depuis plus de vingt ans sur les démonstrations de théorèmes logiques (2003, 2004, 2005) et des innovations technologiques (2007, 2018, 2019). Il s’est attaché à en souligner les enjeux pour l’élaboration et la promotion des sciences et techniques d’un point de vue institutionnel et épistémologique, mais aussi dans l’élaboration des politiques publiques (2011a, 2011b). Ce cheminement le conduit à postuler l’existence d’une société de démonstration : non seulement les démonstrations peuplent notre vie quotidienne, mais structurent nos relations sociales. Ce livre met cette hypothèse à l’épreuve, en faisant le pari de traiter ensemble des pratiques de démonstration publique jusqu’ici « perçues comme anecdotiques, et […] appréhendées de façon isolée » (p. 9). Il constitue la première étape d’un ambitieux travail intellectuel, celui de « construire le champ de recherche » (p. 28) sur cet objet – déjà annoncé dans une publication de 2009 – et invite ainsi à des travaux empiriques sur d’autres occurrences de démonstrations.

2Dans l’introduction, l’auteur explique que la démonstration publique renvoie à une diversité « d’objets […] et de pratiques » (p. 15), sans structuration institutionnelle forte, qu’il regroupe en quatre catégories à partir de son étymologie latine demonstratio. Il peut s’agir : a) de l’administration de la preuve dans les raisonnements scientifiques ; b) de l’action « consistant à montrer pour expliquer, intéresser ou impressionner » (p. 13) utilisée notamment dans les interactions marchandes ; c) de l’expression d’un sentiment, d’une intention ou d’une émotion ; d) ou de l’expression d’une opinion politique sous forme de rassemblement. Pour dépasser l’éclatement qui divise les sciences sociales dans l’appréhension de cet ensemble hétérogène, l’auteur choisit de les étudier comme des « faits totaux au sens de Marcel Mauss » (p. 313) dans une « démarche sociologique générale » (Ibid.). Il confronte donc différentes formes de démonstrations depuis les années 1990 en France et aux États-Unis principalement, allant de manifestations religieuses aux manifestations politiques, en passant par les démonstrations sur les marchés ou encore les présentations Powerpoint, à partir d’un corpus composé d’observations, d’entretiens, de documents et d’archives.

La dramaturgie au service de la démonstration

3Rosental adopte une lecture interactionniste des démonstrations à partir de la théorie développée dans Les cadres de l’expérience par Erwing Goffman (1991) pour qui elles sont « des simulations d’actions à vocation utilitaire » (p. 34), utilisant les codes des performances dramaturgiques. Il souhaite néanmoins dépasser deux limites du travail de Goffman : une analyse insuffisante des pratiques et une conception du public comme somme d’individus isolés en position de réception.

4D’abord, Rosental propose un corpus d’exemples foisonnants et détaillés qui donne à voir l’avant et l’après démonstration afin de mieux en saisir les ficelles. L’auteur s’attache à analyser le déroulement de cas précis de démonstrations au fur et à mesure du livre (chapitre 2) en mobilisant les notions de scénario et de script à la fois au sens commun de structure d’une narration tels qu’utilisés par les acteurs de terrain étudiés, et tels qu’elles sont définies par Madeleine Akrich (1987) comme « prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif technique et des pre-scriptions (notices, contrats, conseils…) qui l’accompagnent ». Rosental relève que les démonstrations suivent généralement un déroulé préparé à l’avance donnant à voir des scènes, générant des émotions, distribuant des rôles.

5Les démonstrations s’appuient sur un travail de « mise en scène » (chapitre 3), c’est-à-dire « la création d’un espace à part et aménagé où des acteurs vont agir de façon organisée et anticipée, et être observés par d’autres » (pp. 121-122). La mise en scène s’observe dans un certain nombre d’exemples où des espaces physiques ou non, mobiles ou non, sont aménagés pour donner à voir la démonstration à l’œuvre. Par « scène », l’auteur désigne à la fois un espace et une performance, une séquence d’action jouée devant le public et nécessitant des compétences dramaturgiques particulières. Ce double-sens permet de mieux comprendre les limites que l’auteur trouve à la métaphore théâtrale. Il prend pour exemple des démonstrateurs de technologies lors du salon des Tech Days de Microsoft en 2015. Bien que présents sur des stands, qui sont autant de scènes aménagées à l’avance sur le temps limité de l’événement afin d’expliquer comment fonctionnent les technologies, les démonstrateurs n’ont donné à voir ni scénario, ni jeu d’acteur. Au contraire, ils ont préféré des interactions directes avec le public, marquées de « décontraction » et de « sobriété », voire improvisées (p. 129). C’est donc dans l’interaction du public que les démonstrations publiques se distinguent des performances théâtrales.

6Puis, Rosental réfute la conception goffmanienne du public de la démonstration comme constitué d’acteurs isolés, interchangeables et cantonnés à une posture de réception (p. 54). Au contraire, il constate que le public – les « démontrés » (p. 44) – peut être en interaction active avec l’objet des démonstrations, les démonstrateurs, et les autres démontrés. Il distingue ainsi les démonstrations « fermées » (p. 47) comprenant peu ou pas d’interactions, des démonstrations « ouvertes » (Ibid.) qui permettent les échanges voire une participation active, et durant lesquelles les rôles de démonstrateur et de démontré évoluent au fil du temps. Les publics font alors l’objet de processus de construction multiples : ils peuvent être constitués à l’avance voire sélectionnés sur des critères particuliers ; se voir assigner différents rôles et attributs (témoin, supporter, contestataire, etc.) par les autres démontrés, par les scripts et scénarios, ou par les démonstrateurs. Enfin, leur posture se construire en réaction à la démonstration ou aux dispositifs qui l’entourent.

7L’ouvrage présente également les démonstrations comme des spectacles, à des fins de divertissement (chapitre 7). Elles peuvent alors être exploitées comme produits culturels et biens marchands (dans le cas des foires ou des tutoriels sur YouTube par exemple) ; ou bien devenir des œuvres d’art, à portée esthétique, critique ou pédagogique (la démonstration réside alors dans l’œuvre elle-même, ou dans son commentaire analytique). Ce caractère distrayant s’avère également attrayant et est pour cette raison saisi par les démonstrateurs pour enjôler leur public.

8Claude Rosental donne donc à voir des démonstrations publiques comme des représentations scénarisées, mises en scène, avec des acteurs et des publics, et éventuellement distrayantes. Il montre ainsi qu’elles font l’objet d’un travail important : la réussite du spectacle tient aux compétences acquises, suscitées et transmises dans un ensemble de métiers, sur lesquels nous proposons de revenir dans la partie qui suit.

Savoirs et savoir-faire de la démonstration

9Claude Rosental étudie les démonstrations au-delà du cadre spatio-temporel resserré habituellement retenu dans les analyses qui en font des événements isolés. Dans le chapitre 3, il montre que l’important travail de préparation en amont et d’interprétation en aval de la performance fait partie intégrante de la démonstration. Afin d’offrir une performance fluide et captivante, les démonstrateurs s’adonnent à des répétitions qui n’excluent pour autant ni la spontanéité, ni les imprévus. De plus, la démonstration peut être effectuée à plusieurs endroits en simultanée, réitérée, et s’inscrire sur le temps long de « chaînes d’action » (p. 178) et d’acteurs (chapitre 4). Pour qualifier ces pratiques démonstratives, l’auteur mobilise les notions de campagnes et d’arsenaux démonstratifs. Les premières sont définies comme un ensemble de démonstrations « simultanées ou successives, conçues pour être déployées de concert » (p. 139), les seconds comme des combinaisons de différentes formes de démonstrations (statistiques, rapports, support PowerPoint, etc.). Pour étudier plus en détail ces chaînes d’action et d’acteurs, il s’intéresse notamment au travail qui précède les démonstrations, consistant à mettre le public dans de bonnes conditions de réception, et qui les succède, consistant à restituer des parties de la démonstration. Ces pratiques différentes compétences (communication, presse, audiovisuel, etc.) afin de configurer l’activité de communication en fonction du public ciblé et des effets attendus. C’est pourquoi elles sont souvent effectuées par d’autres professionnels que le démonstrateur lui-même. L’objectif est alors de rendre possible la réitération ou le prolongement de la démonstration ou de faciliter son appropriation par les démontrés.

10Or, ces outils ne garantissent pas la réussite des démonstrations, dotées d’un « pouvoir restreint » (p. 181) : leur réussite est conditionnée à des facteurs in et ex situ (chapitre 5). De multiples savoir-faire permettent de limiter les réactions négatives, anticiper ou pallier les dysfonctionnements ; autrement dit les « bides » et les « bogues » (p. 208). Ces « savoir-faire démonstratifs » (p. 225) font l’objet d’un apprentissage (chapitre 6), qui selon les contextes relèvent d’un cœur de métier (le cas des vendeurs-démonstrateurs) ou de compétences sectorielles et professionnelles annexes (comme les chercheurs universitaires, largement autodidactes). Les dispositifs d’apprentissage et de formation aux démonstrations peuvent prendre différents degrés et formes de formalisme : pratiques de mimétisme, prise d’information sur Internet, conseils prodigués par des « chefs-démonstrateurs » (p. 227) qui s’appuient sur une expertise mais aussi un capital relationnel et social fort…

Conclusion

11Au fur et à mesure de l’ouvrage, l’auteur nous donne à voir un vaste panorama de pratiques démonstratives, mettant à nu les ficelles et les métiers sur lesquelles reposent les démonstrations, mais aussi l’ensemble des « chaînes d’action » qui les entourent. Avec pour ambition de dépasser les apports de l’analyse dramaturgique goffmanienne, c’est finalement une nouvelle façon d’appréhender les interactions sociales qui ont cours dans les démonstrations que formule le chercheur en s’intéressant non seulement à la diversité des pratiques qu’elles recouvrent mais aussi à la multitude de rôles qu’elles produisent. Si l’attention portée à la construction itérative des publics est appréciable, réduire l’opposition encore marquée entre le démonstrateur-producteur et le démontré-récepteur permettrait peut-être de davantage mettre en lumière les redéfinitions des différents acteurs (démonstrateurs et leurs équipes, démontrés, objets de la démonstration) et dispositifs (campagnes et arsenaux notamment) en interaction, au fur et à mesure de la démonstration. Cela permettrait également de complexifier la définition de la réussite de la démonstration, qui tient en l’état à l’absence de bogues et de bides, et au degré d’adhésion des démontrés. Celle-ci laisse peu d’autonomie au public, car ses attributs (passif, actif, critique, etc.) sont déduits de sa relation avec la démonstration elle-même.

12En outre, le pari d’étudier conjointement une pluralité de pratiques qui participent à des démonstrations est stimulant, en ce qu’il fait la part belle à l’empirie et contourne le risque de réductionnisme. En l’état, le livre laisse une impression de foisonnement qu’il nous tarde de dépasser dans les prochaines productions de ce programme théorique grâce à une caractérisation plus fine de la démonstration, par exemple en en proposant une définition potentiellement plus restrictive que les quatre étymologies proposées en introduction, voire à une typologie selon leurs objectifs, leurs publics ou encore leurs effets. Cela permettra sans aucun doute de resouligner l’intérêt de prendre ensemble certaines pratiques, auparavant étudiées isolément. De plus, le nombre important de terrains différents laisse peu de place à la description des contextes dans lesquels prennent place les démonstrations et leurs publics, travail que l’auteur avait remarquablement réalisé pour les démonstrations dans la Silicon Valley (2007).

13Enfin, ces apports à venir nous permettront certainement de voir plus clairement comment les démonstrations constituent un « type d’interaction majeur, multiforme et multiplexe » (p. 310) caractéristique des sociétés occidentales contemporaines et permettant d’effectuer une « radiographie des sociétés actuelles et passées » (p. 24).

Un grand merci à Loïc Riom pour sa relecture attentive et ses précieux conseils.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M., (1987). Comment décrire les objets techniques ? Techniques et culture, 9, 49-64.

Goffman, E., (1991). Les cadres de l’expérience. Paris : Editions de Minuit.

Mauss, M. (1925). Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives. L’année sociologique, nouvelle série, I, 30-186.

Rosental, C. (2003). La trame de l’évidence. Sociologie de la démonstration en logique. Paris : Presses Universitaires de France.

Rosental, C. (2004). Fuzzyfying the World: Social Practices of Showing the Properties of Fuzzy Logic. In M.N. Wise (ed.). Growing Explanations: Historical Perspectives on Recent Science (pp. 159-178). Durham: Duke University Press.

Rosental, C. (2005). Making Science and Technology Results Public. A Sociology of Demos. In B. Latour & P. Weibel (ed.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy (pp. 346-349). Cambridge: MIT Press.

Rosental, C. (2007). Les capitalistes de la science : enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valley et de la NASA. Paris : CNRS Éditions.

Rosental, C. (2009), Anthropologie de la démonstration, Revue d’anthropologie des connaissances, 3(2), 233-252.

Rosental, C. (2011). 11. De la démo-cratie. Mener l’Europe à l’aide de démonstrations publiques. In S. Houdart (éd.), Humains, non-humains : Comment repeupler les sciences sociales (pp. 121-131). Paris : La Découverte.

Rosental, C. (2011). Eco-Demos: Using Public Demonstrations to Influence and Manage Environmental Choices and Politics. Institut Marcel Mauss–CEMS.

Rosental, C. (2018). Entre prouesses verbales et virtuosité technique : les démonstrations publiques de technologie. In N. Dodier & A. Stavrianakis (dir.). Les objets composés (Raisons Pratiques, vol. 28, pp. 237-266). Paris : Éditions de l’EHESS.

Rosental, C. (2019). La société de démonstration. Vulaines-sur-Seine : Éditions du Croquant.

Rosental, C. (2019). Formuler des promesses technologiques à l’aide de démos. Socio, 12, 27-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole-Anne Tisserand et Victoria Brun, « Claude Rosental, La société de démonstration »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/28507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.28507

Haut de page

Auteurs

Carole-Anne Tisserand

Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris, PSL

Victoria Brun

Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris, PSL

Articles du même auteur

  • Projets de valorisation et cycle de crédibilité au CNRS
    "Patents are barely on a par with publications". Valorization projects and credibility cycle at CNRS
    «Las patentes apenas están a la altura de las publicaciones». Proyectos de valorización y ciclo de credibilidad en el CNRS
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 17-2 | 2023
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search