Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Éric Gobe, Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

Des ingénieurs en développement ?
Ivan Sainsaulieu
Référence(s) :

Éric Gobe, Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb, Aix-en-Provence/Louvain, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, 2015, 150 p.

Texte intégral

1Livrant ici les résultats de ses recherches, individuelles et collectives, l’auteur réussit un ouvrage de synthèse sérieux, clair, documenté, et de référence sur les ingénieurs au Maghreb. En même temps, comme l’indique notamment le titre, l’auteur se situe dans une exploration pionnière de la question des professions maghrébines, qu’il appelle à se développer. Il ambitionne donc de jeter des bases solides, notamment par des données quantitatives (mais aussi avec des extraits d’entretien), d’une approche sociologique des professions scientifiques et techniques au Maghreb. Il cite beaucoup la sociologie des professions française (dont il se réclame) ainsi que plusieurs rapports des institutions internationales ; peu de littérature anglophone par contre, imputable sans doute au monisme culturel (français) hérité de la période coloniale. Aucune thèse n’est annoncée de façon spectaculaire ou polémique dans les cinq chapitres, mais diverses thèses sont discutées au fur et à mesure, dans une perspective à la fois scientifique, historique et sociologique, servie par une langue concise : les rôles successifs du colonialisme en matière d’ingénierie et de développement, la massification ou le déclassement des ingénieurs, le dégagement d’une élite internationale… Et en pratique, de l’exposé des faits historiques, sociaux et politiques constitutifs de la profession d’ingénieur, émerge peu à peu la thèse d’une « structure duale des ingénieurs » (cf. infra), reproduite ou réactivée au travers d’un ou deux siècles marqués par le colonialisme et par une structure sociale indigène inégalitaire.

2Sans surprise, trois périodes caractérisent l’invention des ingénieurs maghrébins : coloniale, développementaliste, libérale. Dans la période précoloniale au XIXe siècle, des sultans tunisiens et marocains tentèrent de créer des écoles d’ingénieurs en embauchant des ingénieurs français, pour s’assurer un développement national et militaire (surtout militaire). La greffe ne prit cependant pas, car les écoles maghrébines ne préparaient pas aux grandes écoles. Par la suite, la France coloniale ne tint pas à voir surgir une industrie concurrente de la sienne et encore moins des élites professionnelles et politiques indigènes. D’où un cercle vicieux : les rares ingénieurs indigènes sont sous-employés, les élites locales préfèrent les professions libérales, les rares établissements techniques périclitent ou ferment. Les ingénieurs en exercice sont d’origine métropolitaine, « voltigeurs de chantiers » circulant dans les pays d’outre-mer ou fonctionnaires de l’administration coloniale. Le dualisme colonial au sein de la profession comprend déjà une opposition entre sédentaires et mobiles (sans les indigènes). Les contradictions coloniales freinent aussi l’ingénierie agricole, née pour soutenir la formation des colons, mais dont le véritable essor intervient après la décolonisation.

3Dans une deuxième phase et dans le cadre d’une économie largement nationalisée, les États indépendants développent considérablement la formation, mais un système dual décalqué de l’ancien se met en place : les meilleurs élèves vont étudier à l’étranger, notamment dans l’ancienne métropole coloniale, si bien que les études en France constituent un phénomène important dans la période développementaliste (avant 1980, 50 % des ingénieurs tunisiens ayant une maîtrise ont étudié en France). Les meilleurs feront partie de l’élite nationale des États maghrébins, économique voire politique, encadrant les ingénieurs-cadres subalternes formés dans les écoles nationales – comme dans le dualisme français entre ingénieurs de la « grande » et de la « petite porte », autrement dit en provenance des rares « grandes écoles » ou des autres écoles d’ingénieurs. D’abord adossés aux universités, les ingénieurs vont finir par être regroupés à part, avec l’introduction au Maroc de « classes prépa », comme en France.

4Avec les privatisations en chaîne, dans le contexte d’une économie néolibérale mondialisée, une autre dualisation plus sociale, elle aussi familière aux pays européens, voit le jour : le changement de statut de la génération des jeunes ingénieurs dans les années 2000, dont 70 % sont désormais embauchés dans le secteur privé. Pour autant, l’auteur conteste la thèse du déclassement des ingénieurs dans la période récente. Si des situations fluctuent, notamment celle des ingénieurs agronomes, le corps des ingénieurs reste à l’abri du chômage, au Maghreb comme ailleurs, contrairement à nombre d’autres diplômé-e-s au niveau master. Et, pour parachever la comparaison, l’auteur montre comment une part de cette élite s’internationalise davantage et s’expatrie, même si certains postes stratégiques en France restent peu accessibles aux Maghrébins. La plus grande part des ingénieurs maghrébins expatriés réside toujours en France, loin devant les autres pays. Cela dit, le taux d’expatriés n’est pas important, sauf dans la centaine de polytechniciens tunisiens, dont le retour au pays est freiné par la structure locale du capital, du fait du nombre de PME familiales peu recruteuses d’ingénieurs. Il faut dire que les statistiques précises ne concernent que les seuls diplômés tunisiens et marocains des grands corps français (Polytechnique, Mines, Ponts), soit moins de 1 000 personnes au total. Le manque de données conduit d’ailleurs l’auteur à beaucoup nuancer son propos dans l’avant-dernier chapitre, au point d’égarer un peu le lecteur.

5On pourrait souhaiter que l’auteur rende mieux compte du dualisme récurrent dans l’ouvrage : comment en classer, hiérarchiser, définir les formes successives ? Y a-t-il une structure duale réactivée ou un pluralisme de dualismes enchevêtrés sans lien entre eux ? Il montre la reproduction du modèle d’ingénieur français jusque dans ses dualismes particuliers : université-grandes écoles ; grande et petite porte ; privé-public ; ingénieurs-autres diplômés (par rapport à l’emploi).

6Surtout, l’auteur n’évite pas complètement deux pièges, l’un dû à l’objet, l’autre à la région considérée. D’abord, avec l’objet ingénieurs, le risque est toujours de privilégier les privilégiés : comme la masse des ingénieurs formés sur le tas échappe en partie aux statistiques, quoi de plus tentant, « scientifiquement », que de se focaliser sur les statistiques impeccables des grandes écoles, mais ne concernant que les happy few ? Surtout, s’agissant d’ingénieurs maghrébins formés au système français, on risque de tomber dans le piège de l’isomorphisme entre pays colonisateur et colonisé. Les ingénieurs ont-ils les mêmes traits dans les pays ex-colonisés et ex-colonisateurs ? En grande partie, sous l’angle de la profession. Moins, sous l’angle de la société. Il faudrait donc intégrer davantage la vie sociale et politique locale pour les différencier, pour autant que l’on puisse contourner les obstacles dus aux régimes politiques en vigueur, au fléchage des financements offerts au concours et au stade pionnier sinon du secteur d’activités au moins de son approche sociologique. Les médias se sont fait l’écho en tout cas de la participation de jeunes ingénieur-e-s aux événements du Printemps arabe, ce qui pourrait renforcer la thèse d’une « dualisation générationnelle ». Et c’est finalement en évoquant une thèse sur la différenciation en Turquie entre ingénieurs islamistes « politiques » et ingénieurs musulmans « économiques » que l’auteur s’interroge sur une spécificité maghrébine, peu entrevue à la lumière des types de formation des ingénieurs maghrébins. Une approche plus contextualisée conduirait aussi peut-être à une meilleure appréhension du cas algérien, certes moins documenté mais aussi moins libéral que ses voisins.

7L’ouvrage manque donc un peu de chair et de sang. L’auteur a certes fait avec les matériaux disponibles mais n’a-t-il pas aussi pêché par excès de neutralisme, voulant « dépassionner » son propos pour tabler sur du « sérieux » ? Il montre pourtant que l’on peut poser des jalons méthodiques en intégrant le débat (limité ici aux professions) : contrairement à ce que croient certains ingénieurs positivistes, le doute fait partie de la méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Sainsaulieu, « Éric Gobe, Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2851

Haut de page

Auteur

Ivan Sainsaulieu

Clersé, Université de Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals