Navigation – Plan du site

La circulation internationale des savoirs en sciences sociales

Facteurs pertinents d’acceptation et de rejet des textes voyageurs
The international circulation of social science knowledge. Relevant factors for acceptance and rejection of travelling texts
La circulación internacional del saber en ciencias sociales. Factores relevantes de la aceptación y del rechazo de textos viajeros
Wiebke Keim
Traduction(s) :
The international circulation of social science knowledge [en]

Résumés

L’article propose un cadre pour l’étude des aspects théoriques et épistémologiques de la circulation internationale des connaissances en sciences sociales sous la forme particulière de textes de sciences sociales. Il problématise une série de paramètres intrinsèques qui influencent l’acceptation ou le rejet d’un texte circulant au-delà de ses contextes historique, politique, économique et culturel de production. Évidemment, les constellations géopolitique, économique et idéologique, les structures institutionnelles, les systèmes éducatifs, les marchés du livre, les audiences différenciées et stratifiées, les opportunités de financement et les réseaux, domaines classiques de l’histoire et de la sociologie des sciences et des STS, affectent la production et la circulation des connaissances. Ces analyses suggèrent toutefois que les perspectives proposées ne sont pas acceptées ou rejetées à cause de leur contenu mais à cause de leur instrumentalisation politique ou des supports matériels qui facilitent leur imposition ou leur domination. L’intention de cet article est, au contraire, de proposer les grandes lignes d’un programme qui prendrait sérieusement en compte les paramètres intrinsèques aux textes, c’est-à-dire la connaissance elle-même et son efficacité et les manières spécifiques dont la circulation des textes en sciences sociales est affectée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Pourtant, l’idée d’un point de départ, d’un « ensemble de circonstances initiales » que soulève Saïd est d’une importance majeure pour tout projet théorique, y compris le projet féministe. Autrement dit, où et comment repérer les arguments qui permettent de faire passer presque en contrebande des idées dotées d’un « mauvais » passeport ? Devrions-nous appeler au renforcement de la participation des femmes dans un système éducatif où les proportions d’étudiants féminins et masculins sont déjà de 50/50 à tous les niveaux de scolarité et où la « surféminisation » des écoles, dans les rôles d’enseignantes et d’étudiantes, a souvent été tenue responsable de la baisse de niveau de l’éducation ? Devrions-nous militer pour l’accès des femmes au travail dans un pays où presque 90 % des femmes en âge de travailler disposent déjà d’un emploi à temps plein ? Devrions-nous exiger une censure de la pornographie dans un pays dont l’histoire récente est largement basée sur un combat obsessionnel pour la liberté d’expression ? Après avoir parcouru, ne serait-ce qu’une seule fois, un magazine de mode publié à Prague dans les années 1970, rempli de silhouettes asexuées revêtues de tissus incolores, pourrions-nous nous mobiliser sérieusement contre l’abus du corps de la femme dans les secteurs de la mode et de la publicité ? Devrions-nous exiger une application radicale de l’égalité des genres (ou autres) dans une société épuisée par des vagues constantes d’expérimentations, dirigées de manière centralisée, qui recherchent une plus grande indifférenciation sociale ? Ceux d’entre nous qui, vers la fin des années 1980, ont commencé à traiter des questions de genre dans les pays d’Europe dite « centrale » mais paradoxalement marginalisée, politiquement et théoriquement, étaient prêts à prendre le risque d’une importation en contrebande. Nous étions prêts à nous affronter aux accusations de nos pairs intellectuels, de « destruction de la solidarité des genres » au cours de cette période historique où il fallait mener le projet « plus important » de la destruction du totalitarisme. En même temps, notre intention n’était pas de renforcer les canaux déjà très puissants, hostiles et phobiques au sein de la communauté « postrévolutionnaire ». Nous ne souhaitions pas non plus provoquer ou blesser les « structures de sentiment », pour reprendre le terme de Raymond Williams, qui étaient hypersensibles dans ce pays. Trouver un point de départ pour ce projet, que nous hésitions même à qualifier de féministe, s’est révélé particulièrement difficile. Car toutes les accusations et hostilités mentionnées ci-dessus créaient un écran qui recouvrait toute tentative sérieuse consistant à révéler la complexité des humiliations associées au genre dans le contexte des expériences socialistes. Nous craignions que cet écran ne nous empêche d’interroger les « anciens régimes » au-delà des seules questions concernant l’économie planifiée et l’appartenance au Parti communiste. (Smejkalova, 1995)

1Cette citation soulève diverses questions susceptibles d’apparaître au sujet de la circulation internationale des savoirs en sciences sociales. Son sujet est l’évolution du féminisme en Europe centrale/orientale, c’est-à-dire dans des pays où le courant théorique et les activités politiques associées au féminisme à l’Ouest sont arrivés dans des circonstances politiques et intellectuelles difficiles (Wöhrer, 2014), ou encore des pays qui semblaient « avancés », c’est-à-dire où certaines exigences du féminisme occidental avaient déjà été conquises mais avec des résultats contraires à ceux escomptés. De la sorte, les prétentions normatives du féminisme occidental prenaient là un sens différent ; elles pouvaient apparaître non pertinentes, voire même trompeuses, et devaient être inversées, abandonnées ou formulées différemment. Confronté à un contexte social, économique, politique et intellectuel différent, le féminisme n’était pas toujours perçu comme une avant-garde ou une émancipation. Dans les champs intellectuellement contestés de l’Europe centrale/orientale, contre qui et en faveur de quoi le féminisme devait-il être lu et pratiqué ? Cet exemple révèle les multiples significations du concept de féminisme, en relation avec les différentes expériences historiques qui lui ont été associées.

  • 1 « La légitimation intellectuelle se définit comme le processus dans lequel une théorie est reconnue (...)

2Dans cet article, je présente un cadre pour comprendre les aspects théoriques et épistémologiques de la circulation internationale des savoirs en sciences sociales, sous la forme spécifique des textes. Quels sont les paramètres intrinsèques qui influencent l’acceptation ou le rejet d’un texte mis en circulation ? Cette question est plus ouverte et générale que, par exemple, l’enquête de Lamont sur la légitimation des théories en circulation1 ou la focalisation par Davis sur les théories à circulation réussie (Davis, 1971, 1986).

3L’expérience vécue suivante peut être considérée comme le point de départ des questions traitées dans cet article. En 2004, j’ai mené des entretiens qualitatifs approfondis avec des représentants de la communauté sud-africaine des Labour Studies (sociologie du travail, de l’industrie et du mouvement ouvrier). La majorité des sociologues interrogés rejetaient vigoureusement le positivisme autant que le fonctionnalisme à cause de leurs caractéristiques eurocentriques. Cette observation correspond à une tendance récente plus générale dans les sciences humaines du Sud postcolonial qui consiste à rejeter les théories et approches internationalement dominantes provenant d’Amérique du Nord et d’Europe en les qualifiant de discutables, non pertinentes ou trompeuses. Toutefois, ces mêmes chercheurs affirmaient aussi leur engagement ancien ou durable en faveur du marxisme (les significations associées au terme « marxisme » ayant varié considérablement, voir Keim, 2008, p. 376 et sv. ; 2017, p. 160 et sv.) et excluaient ainsi le marxisme de leur critique du provincialisme et de l’eurocentrisme des sociologies européennes. Cela soulève des questions intéressantes mais difficiles à traiter sur les paramètres d’acceptabilité des différentes approches en sciences sociales, c’est-à-dire leur potentiel d’acceptation au-delà de leur contexte de production historique, politique, économique et culturel.

  • 2 « Quel type d’intérêt interprétatif est investi lorsqu’on retrace les conditions de production d’un (...)

4Évidemment, les constellations géopolitiques, économiques, politiques et idéologiques, les structures institutionnelles, les systèmes éducatifs et les marchés du livre, les audiences différenciées et stratifiées, les réseaux informels et les opportunités de financement, le domaine classique de l’histoire et de la sociologie des sciences ainsi que des études de sciences et société, tous affectent la production et la circulation des savoirs. Le manque de prise en compte des situations, de l’historicité, des contextes et des questions de pouvoir ayant été régulièrement critiqué lors de la diffusion des versions précédentes de cet article, il importe de clarifier que la présente tentative s’intègre dans un projet plus vaste sur la circulation des savoirs en sciences sociales. Par exemple, je développe différents types de circulation des savoirs dans un article conceptuel (Keim, 2014) sur la base de travaux précédents sur les relations centre-périphérie dans les sciences sociales internationales (Keim, 2009, 2010a, 2010b). Ces travaux concernent la littérature sociologique et les études de science et société au sens large, avec une focalisation sur les fondements sociaux de la science, les institutions et communautés scientifiques et l’internationalisation des disciplines. Ces travaux suggèrent que les approches en sciences sociales ne sont pas acceptées ou rejetées en fonction de leurs contenus mais en raison de leur instrumentalisation politique ou du soutien matériel qui a permis leur imposition ou même leur domination. Bien que ces aspects demeurent cruciaux pour la compréhension des processus particuliers d’acceptation ou rejet de ces approches, l’objectif est ici de porter notre attention à un niveau différent, en relevant la critique de Guilhot selon laquelle une analyse purement sociologique de la circulation des savoirs, qui considère les idées en sciences sociales comme produits par un processus de production sociale dans un contexte donné, ne nous permettrait pas de distinguer les différents concepts et théories dans leurs qualités intrinsèques2 : « Le risque », observe Guilhot avec raison, « est que les idées se réduisent à des épiphénomènes sociaux » (Guilhot, 2014, p. 67).

5Dans le présent article, je trace les grandes lignes d’un cadre de référence qui inclut ces paramètres intrinsèques concernant les savoirs et leur efficacité, susceptibles d’être pris en compte dans l’analyse de la circulation internationale des textes en sciences sociales. Bien sûr, tout exemple empirique prouvera que la réalité des textes en circulation demeure partiellement indéterminée par ces caractères intrinsèques, comme le souligne Lamont : « J’avance que la légitimation des théories interprétatives ne découle pas de leur valeur intrinsèque, mais du résultat de systèmes institutionnels et culturels coexistants, interdépendants et hautement structurés » (Lamont, 1987, p. 586). Malgré ces déclarations, les paramètres intrinsèques au texte, tels que le sujet ou le style, jouent effectivement un grand rôle dans leur propre analyse. Les analysesempiriques de cas particuliers, pour être exhaustives, devraient intégrer ces paramètres intrinsèques parmi les paramètres plus classiques de la sociologie des approches scientifiques. En fin de compte, l’interaction et l’imbrication de ce qui est peut-être trop facilement qualifié de facteurs « internes » et « externes » doivent mobiliser notre attention.

6L’intention du présent article est de dresser le cadre pour une prise en compte sérieuse des paramètres intrinsèques aux textes et des processus spécifiques par lesquels ces paramètres affectent la circulation des textes en sciences sociales. En établissant un cadre rigoureux, inspiré par les études empiriques existantes, les divers débats théoriques et épistémologiques, ainsi que certains « matériaux bruts » empiriques de mes travaux précédents. La méthode d’élaboration de ce cadre a consisté à synthétiser systématiquement les études existantes pour compléter l’ensemble des facteurs intrinsèques à partir des divers exemples empiriques recueillis dans la littérature. L’intention principale est de plaider en faveur de la pertinence épistémologique des facteurs intrinsèques aux textes plutôt que de fournir de nouveaux éclairages empiriques. La sélection de la littérature concernée, étant donné l’immensité du champ et la diversité des contributions, demeure éclectique et probablement susceptible d’être complétée. Ce texte examine d’abord les contenus, c’est-à-dire les éléments présents dans les textes en sciences sociales et, par la suite, les propriétés des textes en sciences sociales (ou qui leur sont attribuées).

Les contenus

7Les contenus, y compris le choix des objets et thèmes de recherche, les référents empiriques, la terminologie et les champs sémantiques correspondants, sont cruciaux pour comprendre les effets des textes en circulation. J’inclus également parmi les contenus, le « cœur de métier » supposé être le développement de concepts et de théories. La mobilisation des images, métaphores, parallèles, des emprunts au langage commun ou aux champs académiques, scientifiques, religieux, philosophiques et autres peuvent affecter fortement la lecture d’une approche.

Objet et référents empiriques

8L’objet spécifique traité par le texte, c’est-à-dire les thèmes abordés ou négligés, joue un rôle dans l’acceptabilité des approches. D’une part, certains objets peuvent être considérés comme non pertinents ou, dans les cas extrêmes, comme non existants dans les différents contextes socioculturels, comme le montre clairement la citation en introduction. Cela concerne également les catégorisations ou typologies qui peuvent apparaître comme incomplètes ou erronées (par ex. la critique de l’approche idéalisée de Habermas quant à l’action communicative par Sitas [2004] ou la critique des présupposés théoriques généraux de Giddens, Coleman et Bourdieu de Connell [2006]). La réception de la philosophie analytique en France en constitue un exemple extrême. Jacques Bouveresse, l’un des rares philosophes analytiques français, déclare dans son essai « Pourquoi je suis si peu français » : « On m’a dit que mes travaux étaient pratiquement illisibles par le public philosophique français parce qu’ils se concentraient essentiellement sur la “logique” (ce qui signifiait en outre qu’ils n’étaient pas du tout utiles à lire parce qu’ils ne contenaient rien qui soit proprement philosophique) » (Bouveresse, 1982). D’autre part, les approches gardant le silence sur des thèmes considérés comme hautement pertinents peuvent se voir discréditées par une telle omission. Une approche peut se retrouver discréditée simplement parce qu’elle néglige de mentionner certains thèmes que les lecteurs critiques considèrent comme cruciaux.

  • 3 Au sujet des textes sociologiques considérés comme classiques, il expose dans le détail à quel poin (...)

9Selon les analyses par Davis (1971, 1986) des textes sociologiques « à succès » (au sens de « large circulation ») ou même « classiques », le fait d’aborder certains thèmes que les lecteurs « chérissent » constitue un avantage dans l’objectif d’une circulation élargie. La meilleure méthode consiste pour l’auteur à introduire un facteur fondamental qui émeut la société moderne et « peut convaincre les lecteurs que la force irrésistible de ce facteur fondamental se trouve sur le point de détruire leur objet chéri, idéalement immuable ». Dans un tel cas, l’audience considérera comme « impératif […] de comprendre ce facteur fondamental afin d’en contrôler les ramifications »3.

  • 4 Pour prendre un autre exemple dans la même veine, à la suite de M. Davis, K. Davis accepte ses prés (...)

10Il a fallu un certain temps, après le « succès » des classiques tels qu’appréhendés par Davis, pour qu’émerge une approche qui conteste simultanément la totalité de leurs présupposés communément reçus. La success story de la théorie postcoloniale repose sur un type similaire d’argumentation fondamentale : en opposition à l’ensemble de la sociologie qui conceptualisait et légitimait la modernité, elle a mis l’accent sur l’importance constitutive du colonialisme dans l’émergence de la modernité, ainsi que la non-reconnaissance de celle-ci dans l’ensemble des approches classiques. Elle leur a souvent préféré une vision de la modernité basée sur des facteurs européens indigènes, inhérents et exclusifs. Le succès du postcolonialisme est donc basé sur une dénonciation de la carence de traitement du colonialisme par la totalité des théories sociologiques classiques ou récentes4. Similairement, T. Brisson a émis l’hypothèse que l’ « orientalisme » de Said a pu s’attirer une telle attention internationale par le fait qu’il remettait en cause le « droit à exister » de l’ensemble d’une discipline scientifique tenue en haute estime par la tradition intellectuelle (tandis que ses autres textes qui ne traitaient pas de « sujets de haute priorité » sont eux restés largement sous-évalués) (Brisson, communication personnelle, 2012, cf. Brisson, 2008).

11De même, Lamont soutient que le succès de Derrida en tant que philosophe est partiellement dû à son association avec les « débats principaux » de ce champ et avec les « classiques de la philosophie ». En particulier, « la déconstruction tire son prestige de son affiliation avec Heidegger, Husserl et Nietzsche » car ceux-ci se trouvent être « parmi les philosophes les plus prestigieux dans ce qui est considéré en France comme la tradition peut-être la plus prestigieuse, la philosophie allemande ». Elle ajoute que, « s’il avait travaillé sur Hume, Locke, ou Mill, l’histoire aurait été bien différente, et pour des motifs relativement indépendants de la substance effective de ses analyses » (Lamont, 1987, pp. 592-593).

  • 5 « La faible estime dans laquelle est tenu le facteur fondamental d’une théorie constituerait l’un d (...)

12M. Davis suggère également que le traitement par une théorie d’un thème à « bas statut » constitue un désavantage pour le « succès » de sa circulation5. Neveu (2008, pp. 321, 327-328) explique la faible réception des études culturelles britanniques en France d’une manière similaire : l’insuffisance de familiarité avec par exemple la vie quotidienne des travailleurs britanniques en tant qu’objet d’étude ; l’absence d’exotisme de tels thèmes ; l’ignorance de ces réalités sociales ; le « piège du minuscule » ; la non-reconnaissance de « sous-sous-spécialités » ; ou la disqualification des études sur, par exemple, les lecteurs de romans policiers en tant que thème « mineur » ou même « sale ». Ainsi, l’association avec les autorités établies du champ semble cruciale pour les théories interprétatives, tandis que les référents empiriques sont importants pour les théories d’inspiration empirique.

Les concepts

13Sauf à présumer que les idées sont abstraites, ahistoriques, achevées et constantes au-delà du temps et de l’espace, et se retrouvent tout au plus articulées différemment selon les lieux et les époques, nous devons admettre que chaque transmission d’un texte sociologique implique une reconfiguration partielle de sa signification. Tout comme l’histoire des concepts retraduit pour l’entendement actuel des significations antérieures de concepts ayant traversé l’histoire, la traversée des langues et des disciplines académiques, des espaces géographiques et des communautés scientifiques aux socialisations différentes, implique un processus de « traduction » (ou d’adaptation, si l’on préfère réserver le terme de « traduction » au seul travail de passage entre les langues). Des adaptations surviennent dans tous les cas, qu’elles soient explicites ou implicites.

14L’utilisation d’un même mot dans le processus de circulation ne signifie pas qu’il se réfère au même état de fait empirique ou qu’il soit entendu avec la même signification par toutes les parties concernées. En analysant certains cas de circulation, il convient de rester attentifs à la constance, la similarité ou la divergence de signification, ainsi qu’à la similarité ou ressemblance des situations réelles et des phénomènes empiriques auxquels un concept va se référer. L’application d’un concept préexistant dans un contexte différent, au-delà des époques, lieux et disciplines, implique que le phénomène du monde réel auquel il se réfère soit au moins similaire. Ce présupposé de similarité n’est pas évident et nécessite d’être établi par la théorie.

  • 6 Notre effort précédent pour déterminer si les concepts de « précarité », « exclusion », « underclas (...)

15De plus, les concepts apparaissent généralement à l’intérieur de complexes de sens plus larges, c’est-à-dire dans des textes et des constructions théoriques complexes. Leur signification dépend de leur place relative dans un tel ensemble de concepts interconnectés au sein de complexes théoriques articulés. Dès que certaines parties sont extraites d’un tel ensemble pour être importées ailleurs, leur contexte théorique s’en retrouve changé ainsi que leur signification. À l’inverse, l’utilisation de mots différents n’implique pas nécessairement que les concepts sous-jacents soient fondamentalement distincts. Si différents concepts se référant à des phénomènes sociaux identiques ou similaires s’affrontent au cours des débats académiques, il peut être extrêmement révélateur de retracer l’historique des motifs et des voies de ces conceptualisations6.

16La formation méthodologique standard insiste sur le besoin de conceptualisations claires :

Ainsi la conceptualisation – le travail de détermination du sens des termes clés dans une recherche – est une partie cruciale du processus de recherche. Les définitions doivent être explicites. […]. Il est particulièrement important de définir clairement les concepts abstraits ou non familiers. […] L’important n’est pas de parvenir à une définition nécessairement unique des concepts mais de spécifier clairement ce que nous signifions lorsque nous utilisons ces concepts et nous attendons des autres qu’ils fassent de même. (Chambliss et Schutt, 2006, p. 54 ; voir aussi Schnell, Hill et Esser, 1989)

17La définition des concepts est nécessaire pour diverses raisons : elle permet une communication adéquate et une compréhension intersubjective sur la base d’un langage commun. Des définitions claires garantissent que chacun puisse les reprendre et les communiquer sans distorsion de leur signification. De plus, les définitions claires remplissent une fonction de l’économie linguistique : elles fournissent des « raccourcis », des termes uniques permettant de remplacer les explications trop longues. Chaque discipline, école ou communauté scientifique dépend de langages scientifiques hautement évolués comprenant de tels concepts clarifiés qui remplacent les formulations longues. Enfin, dans la recherche empirique, des définitions nettes permettant une opérationnalisation précise sont nécessaires afin de soumettre les constructions théoriques à la vérification empirique (Schnell et al., 1989, p. 41). Cette approche établie de la conceptualisation devrait nous mener à présumer que plus un concept est défini de façon claire et univoque, plus grand sera son potentiel de circulation productive. Toutefois, les partisans de la méthodologie standard admettent volontiers que le chercheur tentant de définir un concept doit souvent se baser sur d’autres concepts qui se révèlent devoir être définis à leur tour, ce qui peut entraîner des « chaînes de définitions » lesquelles, en fin de compte, dépendront de l’existence d’une communauté de langage (Schnell et al., 1989, p. 39). Certains problèmes de circulation des concepts y trouvent entre autres leur origine.

18D’un point de vue réaliste, par son élaboration des concepts, le chercheur tend vers une analyse empirique ou théorique du phénomène qui doit être conceptualisé, en essayant de déterminer ses éléments constitutifs (Goertz, 2006, p. 4). De plus, de nombreux concepts en sciences sociales sont « multidimensionnels et multi-niveaux par nature ».

Le niveau le plus important pour la théorie est généralement le concept tel qu’utilisé dans les propositions théoriques, comme “corporatisme”, “démocratie” ou “État providence”. J’appelle cela le niveau de départ. […] J’appelle le niveau suivant, découlant du niveau de départ, le niveau secondaire. Par exemple, lorsque nous disons que la démocratie consiste en droits civiques, élections compétitives et ainsi de suite, nous descendons vers le niveau secondaire afin de donner les dimensions constitutives du concept de démocratie tel qu’au niveau de départ. C’est lorsque nous descendons vers le niveau secondaire qu’apparaît le caractère multidimensionnel des concepts. […] J’appelle le niveau suivant celui des indicateurs/données. On peut alternativement le qualifier de niveau de l’opérationnalisation. (Goertz, 2006, p. 6)

19Toutefois, malgré la formation méthodologique, de nombreux auteurs ne sont pas si précis dans la définition de leurs concepts et dans la distinction explicite de leurs différents niveaux. Les procédures méthodologiques idéales voudraient que, dans le cas d’une circulation de tels concepts, il serait nécessaire de les tester quant à leur potentiel d’extension : « L’extension conceptuelle survient lorsque les concepts sont élargis afin de s’appliquer à des cas supplémentaires. Dans la littérature philosophique, il s’agit du contraste entre extension et restriction » (Goertz, 2006, p. 10), c’est-à-dire la façon dont un concept permet d’inclure de nouveaux cas.

20Une perspective selon l’histoire des concepts (« Begriffsgeschichte » au sens de Koselleck), probablement plus appropriée à la circulation des textes théoriques qu’empiriques, voudrait que lorsqu’un théoricien élabore des concepts généraux et généralisables en sciences sociales, il s’inspirât empiriquement de la multiplicité des sens existante, puis la « neutralisât » en concepts scientifiques suffisamment formels et généraux pour appréhender les structures sous-jacentes des différentes « individualités » culturelles, sociales et historiques (Koselleck, [1979] 1995, p. 128).

  • 7 Koselleck, dont nous reprenons ici la notion de « Begriffsgeschichte » (histoire des concepts), éta (...)

21Toutefois, concepts « généraux » ne signifie pas qu’ils soient univoques. Bien que les concepts contiennent une aspiration à la généralité, ils demeurent aussi nécessairement polysémiques (Koselleck, [1979] 1995, pp. 118-119). Garcia décrit l’ « impossibilité de totaliser la signification d’une idée ou d’un concept » comme leur appréhension en tant qu’ « entités homogènes de signification ». Ce qu’il appelle « idées » reste donc toujours ouvert aux contingences historiques, non seulement par rapport au contexte historique mais aussi du fait de la nature ouverte ou polysémique inhérente et intrinsèque de leur signification. Cela conduit l’analyste à en rechercher « le sens au sein d’un réseau complexe de relations entre leurs contextes d’apparition et de réception » (García, 2008/2009). Selon Koselleck, « ouverture » et « polysémie » signifient que les concepts non seulement se basent sur des expériences multiples mais possèdent également des significations multiples. Un mot devient un concept lorsque toute la richesse d’un contexte d’expériences historiques, culturelles et sociales, de significations – et pour aller plus loin que Koselleck nous pourrions ajouter dans le cas des concepts en sciences sociales, la richesse d’une tradition académique et son héritage – qui fondent l’utilisation d’un mot sont contenues et condensées dans ce mot (Koselleck, [1979] 1995, pp. 118-119). Reconnaître cet ancrage dans une tradition académique n’implique pas que nous devions considérer chaque usage d’un concept comme continuation de cette tradition ; la relation doit être problématisée. Les concepts aident à donner un sens précis à des textes concrets mais les concepts eux-mêmes demeurent ambigus ou polysémiques7.

  • 8 Bal suggère de qualifier d’ « élastiques » les concepts qui montrent « à la fois une stabilité à to (...)

22Même des personnes socialisées dans l’usage spécifique d’un concept peuvent se trouver en désaccord sur sa signification ; ce problème d’une diversité d’expériences et de traditions condensées dans un concept est démultiplié lorsque le concept est importé dans un contexte différent. Alors que la « polysémie » constituerait la problématique guidant une analyse de la circulation des textes contenant et utilisant des concepts au sens de « Begriffsgeschichte », la notion d’ « élasticité »8 deviendrait ainsi la problématique de textes basés sur une appréhension plus réaliste des concepts, souvent articulés avec la recherche empirique. Un surcroît d’élasticité implique un potentiel supérieur d’extension conceptuelle. Nous pouvons présumer avec Bourdieu qu’à la fois l’élasticité et la polysémie « sont une bénédiction pour les interprétations annexionnistes et les usages stratégiques » (Bourdieu, 2002). Une recherche empirique comparative systématique sur une variété de textes en circulation serait nécessaire afin de distinguer les degrés d’élasticité et de polysémie (voir aussi section 2).

  • 9 Bourdieu prétend que certains auteurs sont également particulièrement élastiques et, par conséquent (...)

23La littérature sur les textes en circulation tend à indiquer que, contrairement à l’idéal méthodologique, plus un concept est élastique ou polysémique, plus sa circulation sera aisée et fructueuse9. Par exemple, le « social movement unionism » est présenté comme un cas de concept authentiquement international ; en même temps, il est critiqué en tant que « mauvais concept » parce que, dans le sens conventionnel, il demeure sous-conceptualisé, imprécis et mal défini. Çelik a décrit à quel point ce concept a été productif dans l’absorption d’une diversité d’expériences géographiquement disparates et avec quelles différentes significations il a été utilisé tout en permettant un dialogue international fructueux (Çelik, 2013).

24Toutefois, dans les sciences sociales, on peut observer une « contre-offensive » déterminée envers l’élasticité de concepts susceptibles de porter des multiplicités de significations dans l’élaboration de concepts spécifiques à une théorie ou un auteur. L’introduction largement pratiquée de termes non vernaculaires, souvent à base grecque ou latine, semble prometteuse à cet égard, car elle souligne la rupture épistémologique avec le langage ordinaire. Lorsque Bourdieu introduit le terme « habitus », Foucault « hétérotopie » ou Luhmann « autopoïèse », nous pouvons présumer que l’objectif, au-delà d’un renforcement du caractère ésotérique des textes scientifiques, est précisément de faciliter l’introduction d’un concept hautement spécifique car ces termes ne véhiculent pas de significations prêtes à l’emploi dans le langage vernaculaire. De telles tentatives se rapprochent de l’idéal de « concepts purs ». Toutefois, une fois en circulation, ces termes sont susceptibles de se trouver réduits à de simples « étiquettes » théoriques, voyageant en tant que raccourcis pratiques marquant des contenus théoriques et textes complexes correctement emballés, généralement de la part d’auteurs classiques en vogue ou à fort prestige. À l’opposé, l’introduction de métaphores – « champ », « organisme », « culture texte » – fonctionne différemment, en générant intentionnellement des connotations (voir ci-dessous).

25Un autre exemple intéressant mais difficile est celui des concepts d’idéaux types : « Les idéaux types se distinguent fortement par leur extension à partir de zéro : normalement, “idéal” signifie en pratique que les exemples empiriques sont extrêmement rares ou non existants » (Goertz, 2006, p. 10). Néanmoins, ils circulent et parfois peut-être mieux que des concepts hautement extensibles. Leur usage méthodologique est également différent : au lieu d’appréhender au mieux un phénomène donné, les idéaux types cherchent à fournir une conceptualisation idéale à laquelle comparer tout exemple empirique et le tester afin de détecter les différences et déviations par rapport à l’idéal à différents niveaux. Ils constituent donc des outils appropriés pour les analyses comparatives.

26Dans notre interrogation des conditions de circulation, nous devrions également observer la productivité intellectuelle de cette circulation. L’intention n’est pas de retracer l’usage « correct » et « précis » de théories et de concepts selon leur source « originale » (Keim, 2014) mais de se demander si les concepts en circulation sont utilisés de manière signifiante ou productive, à l’opposé d’un simple « étiquetage » superficiel, qui sera non seulement imprécis mais offrira également un piètre potentiel heuristique en ne générant que bien peu de nouveaux éclairages analytiques.

27Au-delà du niveau des connaissances analytiques, certains concepts en circulation offrent un potentiel plus « tangible », précisément celui d’une (ré)organisation des champs intellectuels dans lesquels ils sont importés. Stengers (1987, p. 15) évoque le « pouvoir d’extension et d’organisation » de concepts propagés entre les champs disciplinaires : la circulation de ces concepts a un effet de (ré)organisation des travaux scientifiques dans un champ donné. Non seulement les concepts eux-mêmes sont modifiés mais aussi les champs dans lesquels ils arrivent. Ce potentiel de (ré)organisation de l’approche scientifique d’un phénomène de manière innovante constitue une mesure supplémentaire de la productivité d’un concept en circulation.

28De plus, les concepts en circulation portent en eux des potentiels programmatiques. Koselleck a suggéré une analyse historique des concepts orientés vers l’avenir, leur relation au monde réel étant distincte de celle d’autres concepts :

Les concepts ne sont pas seulement utilisés pour appréhender les états de fait existants, ils s’étendent aussi vers l’avenir. De plus en plus [depuis la Révolution française], des concepts orientés vers l’avenir ont été introduits et des positions qui restaient à conquérir ont dues être sémantiquement pré-formulées. De cette manière, le contenu expérientiel de nombreux concepts a diminué et l’aspiration à leur réalisation a augmenté proportionnellement. Le contenu expérientiel et l’espace des attentes sont de moins en moins équivalents. Parmi ces concepts se trouvent les nombreux “ismes” qui ont servi, en tant que concepts de collectivités et de mouvements, à réorganiser et mobiliser les masses disparates. (Koselleck, [1979] 1995, p. 113)

29L’adoption de concepts élaborés dans un contexte différent peut exprimer le souhait de s’engager dans des développements déjà réalisés ailleurs (l’exemple mentionné ci-dessus de « social movement unionism » peut être considéré comme particulièrement pertinent).

30Enfin, les études sur les concepts en circulation ne considèrent pas uniquement ce qui est gagné (en termes d’éclairage analytique, de (ré)organisation du champ académique, etc.), mais aussi ce qui est perdu. Une telle perte peut émaner d’une stratégie délibérée de se débarrasser de quelque chose, de le cacher ou d’en minimiser l’importance. Au cours de l’un de nos récents débats, il a été suggéré que le terme « multiculturalisme » a été introduit en Colombie dans l’intention de se débarrasser de concepts associés au passé colonial du pays (discussion de García, 27.2.2013 ; voir aussi Wade, 2011). Wolfgang Eßbach a avancé un argument similaire concernant le récent succès du concept de « mobilité » qui est originaire des études sur le transport, la géographie et la logistique, puis a été importé en sciences sociales et a entraîné l’abandon des questions critiques et hautement politisées de la migration forcée, des réfugiés et des droits humains (discussion de Lipphardt, 17.1.2013).

Les métaphores

31Dans la tradition philosophique occidentale, il a été considéré que la pensée en « concepts purs » (« reine Begriffe »), c’est-à-dire une pensée dénuée d’images, étaient l’apanage de la philosophie. Les images étaient considérées comme faisant partie de l’univers esthétique des arts (Guzzoni, 20.1.2010). Toutefois ces dernières années, les études traitant d’éléments visuels au sein de la pensée académique ont porté l’attention sur l’importance centrale de l’imagerie, en particulier dans les sciences sociales. Parmi ces approches les plus récentes, on compte des études fascinantes sur le rôle des métaphores dans les textes sociologiques. Selon Schlechtriemen, la théorisation sociologique a dépendu depuis ses débuts de l’utilisation de métaphores afin de rendre son objet hautement abstrait, la « société » elle-même, appréhendable et intelligible (Schlechtriemen, 2008, p. 71). La sociologie a élaboré son objet grâce à des métaphores centrales comme « organisme », « machine », « réseau », « théâtre », etc., alors que le rôle et la fonctionnalité centraux de ces métaphores n’ont presque jamais été reconnus en tant que tels (Schlechtriemen, 2.10.2012). Ces éléments figuratifs sont hautement productifs pour la théorisation sociale, ainsi que pour la perception et l’appréhension de la réalité sociale. Il est généralement présumé qu’une métaphore est utilisée lorsque, en raison d’une similarité, un terme est emprunté à un domaine où il est reconnu comme établi pour être transféré à un autre domaine. La signification figurative est clairement distincte de ce qui est effectivement signifié. En ce sens, les métaphores sont utilisées en tant qu’embellissement esthétique des textes, au mieux illustratifs. À l’opposé, Schlechtriemen en se basant sur les théories récentes de la métaphore considère le transfert métaphorique comme un processus interactif, insistant particulièrement sur le rôle productif de la métaphore pour obtenir des éclairages théoriques (Schlechtriemen, 2008, pp. 72-73).

32Dans les textes fondateurs de la sociologie, les métaphores sont souvent utilisées pour se référer à cet objet abstrait qu’est la « société », si difficile à saisir. Elles permettent de dépasser les difficultés conceptuelles, et contribuent donc effectivement à la construction de l’objet même de la sociologie (Schlechtriemen, 2008, p. 74). Leur fonctionnement à l’intérieur du texte est différent de celui des concepts. Alors que les concepts portent une signification plus cohérente et analytique par leurs argumentations et tentatives de définition, les métaphores trouvent leur sens par les associations au sein d’une même image. Silber considère que les métaphores permettent ainsi de développer des formes de théorisation moins linéaires, plus complexes et non totalisantes ; elles permettent, de plus, le partage d’un langage entre différents styles de pensée (Silber, 2007).

33Prenons exemple l’image de la société comme un « organisme » : le lecteur est conduit vers une imagerie de l’organisme. Des aspects tels que le caractère naturel des organismes, la notion d’unité (le tout et ses parties) et la différenciation fonctionnelle sont inhérents à cette image. Les différents aspects ne sont pas argumentés étape par étape mais gagnent en évidence grâce à l’image que la métaphore évoque (Schlechtriemen, 2008, p. 83). Ainsi, les métaphores non seulement illustrent la réalité mais la produisent par leur apparition dans le texte. Elles ne représentent pas la réalité de manière abstraite, comme le font les concepts par des définitions et des arguments, mais par la multiplicité de leurs références sémantiques (Schlechtriemen, 2008, p. 84). Le lecteur complète par association l’image que la métaphore évoque et s’inspire ainsi de l’appréhension particulière de la « société » en tant qu’organisme. La métaphore joue ainsi un rôle constitutif dans le texte (Schlechtriemen, 2008, p. 75).

34Les métaphores sont également élastiques, tout comme les concepts. Cependant leur élasticité ne repose pas sur les multiples expériences empiriques et significations que les concepts exploitent mais sur la richesse des significations et du potentiel sémantique contenus dans l’image que la métaphore évoque. L’état actuel de la théorie de la métaphore présume que bien que certains aspects de la métaphore subissent une adaptation au cours de son transfert vers un contexte différent, sa « signification essentielle » demeure constante (Schlechtriemen, 2008, p. 82). Toutefois une « théorie de la réception des métaphores » vraiment complète reste à développer (Junge, 2.10.2012, p. 6).

Les figures conceptuelles

  • 10 En anglais, « ceremonial » : « Le terme rituel s’utilise de deux manières principales. En général, (...)
  • 11 « La fréquence des citations d’Althusser doit sans doute aussi à ce que son invocation était en élé (...)

35Nous trouvons également dans les textes sociologiques une figure supplémentaire, liée aux concepts autant qu’aux métaphores, lorsqu’apparaît une condensation sous forme de noms de personnes, généralement les noms d’autorités académiques renommées dans le domaine concerné. Les différentes manières d’évoquer un nom de personne, en dehors de la référence bibliographique ou de l’état de la recherche, restent à décrire en détail. La référence rituelle10, ornementale, aux « pères fondateurs » ou « pionniers » est analysée en tant que telle dans certaines études sur la réception, tout comme la manière plutôt en vogue d’évoquer certains auteurs afin de prouver son élégance théorique11.

36Une autre fonction de ce que l’on appelle le « name-dropping » reste pourtant peu reconnue et Dotti la qualifie de « figures conceptuelles » :

La première difficulté que j’ai rencontrée était que la réception et la concrétisation (modérée) des idées kantiennes en Argentine révélaient de considérables insuffisances et incompréhensions, si on les jugeait selon un critère académique semi-rigoureux mais que cela n’affectait pas négativement l’importance de Kant dans le débat culturel en général, ni dans le débat politique en particulier, jusqu’à ce qu’il devienne l’objet d’une recherche philosophique selon des canons plus sévères (par exemple la créativité réceptrice d’Alberdi, dans sa manière particulière). J’ai suggéré la notion de “figures conceptuelles” afin de décrire la pratique consistant à “mentionner le nom célèbre que [les intellectuels argentins du XIXe et du début du XXe siècle] évoquaient comme source de suggestions et prédécesseur dans la doctrine justifiant leurs programmes, sans que cette attitude soit basée sur une connaissance détaillée de l’œuvre citée ou sur un exercice philologique rigoureux” (avec mes excuses pour l’autocitation). (Dotti, 2008/2009)

37Cette notion de figures conceptuelles ne peut pas être comprise correctement si on l’entend uniquement comme un usage (mal informé) instrumental ou tactique de penseurs faisant autorité dans l’objectif de renforcer sa propre position intellectuelle en l’absence d’arguments suffisants bien qu’évidemment cela puisse aussi arriver (Dotti, 2008/2009). Ce que Dotti observe est plutôt le statut quasi métaphorique de certaines personnes qui sont associées à des théories ou des concepts, à des controverses majeures ou à des manières spécifiques de pratiquer la sociologie. Par exemple « Marx » (ou « marxisme »), qui a été fréquemment mentionné lors de mes entretiens avec des sociologues sud-africains (voir ci-dessus ; voir Keim, 2008, 2017), peut probablement être mieux compris comme figure conceptuelle. Ces références n’impliquaient pas nécessairement une connaissance approfondie des œuvres de Marx qui était plus souvent mentionné pour définir une position intellectuelle opposée au « fonctionnalisme » (lequel était invoqué par la référence aux figures conceptuelles de « Parsons » ou « Durkheim »). Toutes trois étaient accompagnées d’expressions de sympathie ou d’antipathie au-delà de toute évaluation cognitive. « Marx » était également associé à la position, plutôt confortable, des intellectuels universitaires blancs, de gauche, face à l’émergence du « Black Consciousness movement ». Il était depuis longtemps associé au débat oral, la diffusion matérielle de la littérature marxiste hors de l’université ayant été longtemps dangereuse. Il était une figure « dissimulée » en arrière-plan des descriptions sociologiques écrites pour un large public au-delà du monde académique plutôt protégé, lesquelles devaient être dissimulées afin d’éviter la censure et la répression. « Marx » a également souvent été invoqué pour marquer une pratique académique spécifique, plus précisément une pratique orientée vers l’action sociale et politique en vue de la transformation de la société, plus que vers la vie purement académique. Ainsi, « Marx » était le mot clé pour la compréhension d’un champ intellectuel spécifique et de ses changements. Le nom de la personne, dans ce cas, comporte une variété d’associations conceptuelles et théoriques ainsi que des positions éthiques et des sympathies politiques ; il devient, plus qu’un artifice purement rhétorique, un raccourci argumentatif dans l’engagement dans des luttes politico-intellectuelles et épistémologiques. À l’inverse, l’évocation des noms de Fukuyama ou de Huntington produit généralement des effets négatifs mais de type structurellement analogue.

38Cette notion de figure conceptuelle est plus complexe lorsqu’elle est appliquée à la circulation internationale, en raison des associations différentes que peuvent évoquer les noms de personnes dans des pays différents. Par exemple, les collègues sud-africains mentionnaient leur besoin de reconsidérer leur figure conceptuelle favorite lorsqu’ils ont été confrontés à des collègues d’Europe orientale dans les années 1990, après que les deux régions se furent de plus en plus engagées dans diverses formes d’échanges internationaux. De même, Ruvituso (2015) confirme que les philosophes argentins tendent à ignorer l’association particulière que le nom de Heidegger évoque chez les chercheurs allemands d’aujourd’hui. Enfin, en prenant comme exemple la réception de Derrida dans les études littéraires actuelles aux États-Unis (Lamont, 1987) ou la réception de Luhmann en Amérique latine (Rodríguez Medina, 2014a, 2014b), nous pourrions nous demander si les « auteurs » voyageant en tant que figures conceptuelles démontrent également un effet de (re)structuration des champs dans lesquels ils circulent comme Stengers l’a suggéré pour la circulation interdisciplinaire des concepts scientifiques.

La théorie

39S’il l’on peut s’accorder aisément sur le fait que les textes sociologiques visent à produire de la théorie ou à appliquer de la théorie aux données empiriques, il reste plus difficile d’établir à quel endroit au sein des textes sociologiques nous allons trouver cette théorie et sous quelle forme spécifique l’identifier. Il existe apparemment peu de tentatives générales (au sens de dépassant les frontières des champs établis de la théorie sociologique et non basées sur une tradition théorique spécifique) pour définir ce qu’est précisément la théorie et comment elle est exprimée dans les textes sociologiques. Les théories formulent des arguments sur les corrélations ou les connexions entre des observations empiriques ou bien des propositions logiques.

40L’épistémologie générale des sciences sociales semble faire une distinction entre les hypothèses, c’est-à-dire les arguments sur les corrélations entre variables, les lois, c’est-à-dire les hypothèses fréquemment confirmées par la réalité et les théories, c’est-à-dire des systèmes de propositions qui incluent diverses hypothèses et lois. Les théories dans ce sens épistémologique strict comprennent des axiomes indépendants, des hypothèses générales et des lois qui connectent ces axiomes et des théorèmes, c’est-à-dire des déductions basées sur ces lois. Toutefois les partisans de cette définition purement épistémologique admettent eux-mêmes volontiers qu’ « indépendamment de cette définition relativement précise, le concept de théorie est utilisé de manière très extensive dans les sciences sociales » (Schnell et al., 1989, pp. 40-41).

41Il semble exister bien peu de tentatives d’ « épistémologie empirique », qui développeraient une vision générale des formes de la « théorie » dans les travaux en sciences sociales, contrairement aux épistémologies normatives, qui formulent des prescriptions sur la manière de produire une théorie sociologique valide, objective, etc. Berthelot (1996), dans une tentative d’examen exhaustif du paysage de la théorie en sciences sociales, distingue six schèmes explicatifs (causal, fonctionnel, herméneutique, dialectique, structural, actanciel) selon la manière dont un phénomène social est rendu intelligible par les travaux théoriques. Ainsi, un phénomène peut être appréhendé en tant qu’effet de causes le précédant, en tant qu’élément disposant d’une fonction dans une totalité holistique, ou encore en tant que sens caché derrière les réalités observables qui serait à révéler par des méthodes herméneutiques, etc. Idéalement, il serait possible de réduire le contenu théorique de tout texte en circulation en de tels types hautement abstraits d’argumentation selon les procédures de la philosophie analytique et de la logique.

42À l’opposé de cette distinction analytique, Abend effectue une tentative originale pour détecter empiriquement les différentes significations que les sociologues associent au terme « théorie » qui est, en effet, un concept élastique. Cette approche non normative est particulièrement utile pour notre article, d’autant plus qu’elle vise l’exhaustivité. Il suffira ici de résumer la liste de catégories d’Abend puis de montrer les différentes significations de la théorie par un autre de ses textes où il analyse les significations divergentes et de fait incompatibles de « théorie » dans deux communautés scientifiques, les sociologies états-uniennes et mexicaines. Selon Abend (2008, p. 177 et sv.), la « théorie » peut signifier ceci :

  1. Une « proposition générale, ou un système logiquement connecté de propositions générales qui établit une relation entre deux variables ou plus » (Abend, 2008, p. 177). Les schèmes causaux, fonctionnels et structuraux de Berthelot relèvent de cette première catégorie.

  2. Une explication d’un phénomène social particulier qui « doit identifier un certain nombre de “facteurs” ou “conditions” lesquels individuellement réussiront un test contrefactuel de pertinence causale et dont les effets d’interaction doivent être pris en compte d’une manière ou d’une autre » (Abend, 2008, p. 178). Le schème explicatif actanciel de Berthelot relève de cette catégorie.

  3. Un troisième type de théories exprime le sens qu’ont des évènements empiriques au moyen d’interprétations herméneutiques originales ou des « façons de faire sens ». Ce genre de théories interroge la signification d’un phénomène social et en fournit différentes interprétations, ce qui est difficile à justifier selon des méthodes standardisées. Ces théories de troisième type peuvent donc apparaître comme « conceptuellement vagues, méthodologiquement problématiques, ou simplement non scientifiques » (Abend, 2008, p. 179). Le schème herméneutique de Berthelot relève de cette catégorie.

  4. Les théories peuvent être le produit d’une spécialité qui consiste à étudier les écrits de théoriciens renommés : « Ces “études” sont diversement décrites comme des “interprétations”, “analyses”, “critiques”, “reconstructions herméneutiques”, ou “exégèses”. Les contributeurs aux théories de ce quatrième type présentent des arguments complexes dans une « discussion sur ce qu’est exactement l’argument » du théoricien en question (Abend, 2008, p. 179). Une grande part de la littérature interprétative et socio-philosophique relève de cette catégorie.

  5. Les théories au sens de Weltanschauung, c’est-à-dire des « perspectives globales par lesquelles on observe et interprète le monde ». Les théories de ce type offrent un a priori conceptuel et un cadre linguistique : par exemple « la nature du point de vue depuis lequel nous observons le monde social, le vocabulaire et la syntaxe par lesquels nous en discutons, la nature de notre schéma conceptuel, les catégories par lesquelles nous groupons les choses, et les relations logiques qui peuvent exister entre les concepts » (Abend, 2008, p. 180). Le schème dialectique de Berthelot relève de cette catégorie.

  6. Certains courants considérés comme des théories possèdent une « composante normative fondamentale ». « Par exemple, les projets contemporains de “théorie critique”, “théorie féministe” et “théorie postcoloniale” sont explicitement normatifs, ce qui habituellement entraîne un rejet de la dichotomie fait/valeur et donc de la neutralité présumée quant aux valeurs de la théorie sociologique » (Abend, 2008, p. 180). Ce type de théories, comme le mentionnent les exemples ci-dessus, tendent à transcender les frontières disciplinaires.

  7. La théorie est considérée comme l’étude des problèmes fondamentaux spécifiques que la sociologie doit traiter : « la question de l’échelle micro/macro », « le problème structure/action (agency) » ou « la question de l’ordre social ». Il est intéressant de noter que « même si c’est en raison de son activité d’enquête sur la société que la sociologie a rencontré ces problèmes, ils ne sont pas des problèmes empiriques en eux-mêmes (ainsi ils ne peuvent pas être résolus au moyen de méthodes empiriques). Ils peuvent être qualifiés de problèmes “philosophiques” car ils exigent une réflexion sur la nature de la connaissance, du langage et de la réalité, ainsi qu’une analyse conceptuelle » (Abend, 2008, p. 181).

43Une compréhension différente de la théorie de la part de l’auteur et de celle du lecteur peuvent entraîner un rejet car le texte sera considéré comme « non théorique » ou même « non scientifique » (voir ci-dessous) selon différents standards. Mais elles peuvent également mener à des usages différents de ce que l’auteur pourrait avoir envisagé. Dans l’exemple que Abend analyse plus en détail, les différentes conceptions de la « théorie » dans une série d’articles de revues sociologiques mexicaines et états-uniennes, nous pouvons présumer que différentes significations de la « théorie » gêneront plutôt la circulation. Selon l’auteur, les deux champs nationaux « assignent des rôles différents aux théories, et des compréhensions réellement distinctes de ce en quoi la théorie doit consister » (Abend, 2006, p. 26).

44Par exemple, dans la plupart des articles états-uniens, la place de la théorie dans le texte est facile à situer. Ces articles suivent

[…] un format standard d’organisation de l’argumentation […]. Les théories sont utilisées en un endroit précis du texte qui suggère et contraint leur fonction dans l’argumentation. Elles sont séparées des données et les précèdent. Les présupposés sont ainsi, premièrement, l’indépendance épistémologique des faits observés par rapport à la théorie : quel que soit le statut ontologique accordé à la « réalité », le processus de cognition n’affecte pas ses manifestations observables. Deuxièmement, la plupart du temps, les théories ne sont pas des conséquences des enquêtes empiriques mais du contexte non scientifique, mystérieux et non pertinent de la découverte. Elles sont soit des théories « pertinentes », formulées par des chercheurs prestigieux et tirées de « la littérature », soit des « constructions ex-nihilo » (Abend, 2006, pp. 6, 8)

45Au contraire, la majorité des articles mexicains de l’échantillon n’emploient pas la même distinction entre théorie et faits observés : « Ce que les sociologues américains considèrent comme des données peut être vu par les sociologues mexicains comme de la théorie, contenant à la fois les données et la théorie. » Souvent, les auteurs mexicains s’inspirent « librement » de théories telles que celles d’Habermas, Luhmann, Giddens, Bourdieu, Touraine ou Marx, ce qui signifie qu’ils « empruntent des concepts et des définitions à ces théories ou les utilisent afin d’interpréter et éclairer des aspects particuliers de leur argumentation ». Dans d’autres cas, les théories prennent le sens de « Weltanschauung » comme nous l’avons signalé ci-dessus, qui suggèrent « comment formuler des questions et comment regarder le monde, [définir] ce qui est ou n’est pas intéressant » (Abend, 2006, pp. 6-7), fournissant ainsi des « points de focalisation et un jargon », mais certainement pas des propositions théoriques dotées d’un contenu empirique substantiel. Il n’existe pas d’emplacement spécifique de la « théorie » dans les échantillons mexicains, elle peut apparaître dans l’argumentation partout où elle est utile. Abend conclut ainsi que les échantillons mexicains sont plus idiographiques que les échantillons états-uniens, en ce sens que les articles mexicains :

[…] sont principalement motivés par la compréhension d’un problème empirique. Tandis que certains auteurs discutent de l’importance du ou des cas en tant que tels, aucun ne justifie sa ou ses sélections en termes théoriques. L’objectif de la plupart des articles est ainsi de fournir une explication, une histoire convaincante, une bonne description ou un éclaircissement du problème empirique. Même si ce problème peut impliquer un ou plusieurs « cas », ceux-ci ne sont pas traités selon des modèles généraux et ne sont pas non plus racontés en référence à un cadre d’une réalité régulière. Selon les présupposés mexicains, l’abstraction des principes généraux à partir des occurrences empiriques concrètes peut constituer une stratégie erronée car ce n’est que dans ces contextes particuliers que les relations observées sont valides. (Abend, 2006, p. 10)

46La théorie mexicaine est donc plus proche des « faits » et même : « les théories sont des faits ; les théories sont des faits tels qu’ils sont racontés » (Abend, 2006, p. 13).

47Il en résulte que :

Le contraste principal réside dans la possession par la plupart des théories états-uniennes d’un contenu substantiel, tandis que les sociologues mexicains tendent à concevoir et exploiter les théories en tant que grammaires. La direction fournie par ces théories diffère totalement de celle qu’apportent les théories de Merton sur la moyenne portée. Les grammaires sont des outils conventionnels, et par conséquent manquent de valeur en tant que vérité. Les grammaires sont des « manières de dire le monde ». Il existe de nombreuses grammaires et elles peuvent être considérées comme juste des instruments, également acceptables, pour parler du monde. Les sociologues mexicains « disent » ; les sociologues états-uniens « montrent2. (Abend, 2006, p. 14)

48Bien que l’on puisse opposer que cet ensemble spécifique de matériaux empiriques n’est analysé que selon une division nationale, on pourrait poursuivre la voie tracée par Abend en recherchant les connexions entre les deux corpus de littérature qu’il décrit comme si fondamentalement différents et trouver comment ils circulent et, éventuellement, interagissent.

Les caractéristiques

49Cette seconde partie traite des caractéristiques des textes qui, selon la littérature disponible, affecteraient leur circulation. Ci-dessous, je tente de systématiser et de faire une synthèse d’analyses correspondant à des cas empiriques. Toutefois, un travail comparatif systématique bien plus rigoureux serait nécessaire afin de déterminer les potentiels critères permettant de distinguer les degrés de traductibilité, complexité, obscurité, etc.

La traductibilité

50La langue n’est pas un détail : ceux qui ont participé à des échanges académiques internationaux en seront d’accord et c’est tout aussi vrai pour les textes en circulation. Revendiquer l’ « intraductibilité » peut être une manière d’accroître la valeur intellectuelle d’un texte donné. Boltanski les qualifie d’ « effets de faire-valoir linguistique », ce qu’il observe dans la communauté philosophique française à l’égard de la langue allemande.

Cet effet, très puissant, joue sur le prestige de la langue allemande dans le champ philosophique et sur la diffusion relativement faible des études germaniques en France (comparée par exemple à l’anglais, la plus « vulgaire » des langues vivantes). Il suppose l’existence dans le vocabulaire allemand d’un excédent de sens et d’un surcroît de valeur linguistique et philosophique, que la traduction serait particulièrement impuissante, dans ce cas, à reproduire. (Boltanski, 1975, pp. 197-199)

51La revendication d’intraductibilité peut aller jusqu’à prôner l’abolition de la traduction dans un « refus mystique » de traduire. Il en résulte que l’existence même de la traductibilité est remise en question, la traduction devenant un transfert culturel ou une transformation (Dick et Schwerter, 2012). Mais König écrit qu’un énoncé scientifique qui ne peut pas être traduit dans une autre langue moderne est douteux et devrait être considéré avec scepticisme (König, 1971, p. 210).

52Une position encore plus radicale serait que « la traductibilité pourrait même être un critère d’usage authentique de la langue : une déclaration non traduisible ne constituerait pas un comportement linguistique, mais une suite aléatoire de bruits » (Davidson, 1984 ; Putnam, 1981, cité dans Abend, 2006, p. 28). Toutefois, il existe une confusion entre traductibilité et intelligibilité dans cette affirmation. Si une idée sociologique n’est pas directement traduisible dans une langue différente, cela ne signifie pas qu’elle doive rester inintelligible, c’est-à-dire ne pouvant pas être comprise dans une autre langue. Par exemple, la comparaison entre les sociologies mexicaine et états-unienne est possible, puisque l’on peut « les disposer dans un système de coordonnées commun, et rendre l’une dans la langue de l’autre », c’est-à-dire que « toute langue peut être comprise, interprétée et communiquée de manière à devenir intelligible » (Abend, 2006, p. 28). Dans ces observations, la traductibilité se réfère certes à une traduction entre deux langues vernaculaires mais aussi à une traduction entre deux langages disciplinaires ou théoriques. La traductibilité doit être distinguée de la commensurabilité. La traduction signifie « quelque chose qui est effectué par une personne qui connaît deux langues » et « de manière à produire un texte équivalent dans l’autre langue ». La traduction repose donc sur deux conditions préalables : que « la langue cible de la traduction existe avant que la traduction ne commence » ; et que « la traduction consiste exclusivement en des mots et des expressions qui remplacent (pas nécessairement mot-à-mot) les mots et expressions du texte source » (Kuhn, 1982, p. 672). Cela est différent du cas où deux théories existent dans des langages théoriques mutuellement intraduisibles, c’est-à-dire lorsqu’un problème de commensurabilité survient.

53Il semble utile de prendre en compte des contributions de la théorie des sciences et de l’épistémologie pour aborder le sujet de la traduction. Les travaux publiés montrent des vues divergentes. D’un point de vue radical, la diversité empiriquement existante des langues qui forment « des mots différents pour les mêmes choses » (Lapidot, 2012) peut être considérée comme une pathologie de la communication dans le cas de l’activité scientifique. Au lieu de s’engager dans la traduction, la solution radicale pour la science consisterait à créer une unique langue universellement valide. Toutefois, bien que certaines disciplines hautement formalisées comme la chimie, les mathématiques ou la philosophie analytique tentent de s’approcher de cet idéal de langue universellement valide, cela semble demeurer une ambition utopique pour les sciences sociales où, au contraire, l’éloquence et le style rhétorique jouissent d’un fort prestige et où il semble difficile de retrouver la multiplicité des significations inhérentes à des concepts ou des métaphores (voir ci-dessus) sans recourir à leur expression dans des langues vernaculaires. L’analyse dans le champ de l’éthique analytique par Hauchecorne, de la traduction du langage ordinaire et du débat politique vers le langage logique au moyen de la désindexicalisation, de la systématisation, etc., constitue un exemple hautement intéressant et rare en ce sens (Hauchecorne, 2011). La remarque de Guilhot (2014) sur la relation entre l’émergence transnationale de la théorie des relations internationales et l’usage d’un langage non vernaculaire théorique, transnationalement communicationnel (dans ce cas ancré dans le réalisme chrétien), va dans le sens suggéré par Lapidot. Gingras (2002) a confirmé que les disciplines les plus formalisées des sciences sociales ont des niveaux plus élevés de collaboration internationale que les disciplines plus idiographiques, un jugement empirique qui pourrait partiellement s’expliquer par le rôle et l’utilisation du langage et la traductibilité. Il semble en effet que les tentatives de co-construction lors d’échanges académiques transnationaux (Keim, 2014) favorisent la production et la circulation de savoirs sur la base d’un langage commun et développé collectivement.

54Le débat pointe vers la spécificité de la traduction dans les sciences sociales et humaines, où la traduction doit affronter au moins « trois registres de distance » : l’ « étrangeté » de la langue étrangère, l’ « odeur du temps », c’est-à-dire l’écart historique entre le texte source et le public pour lequel il est traduit, et la distance « interculturelle » entre la source et la civilisation cible (Ladmiral, 2012, p. 20). La traduction ne concerne donc pas seulement le sens immédiat du texte traité mais implique également la fourniture de « marqueurs sociaux » comme le sont les références implicites ou les caractéristiques stylistiques qui vont aider le lecteur à situer l’auteur et le texte dans le champ intellectuel.

55Pour conclure cette section, la traductibilité n’est pas une caractéristique qui serait inhérente au texte, indépendamment de ses formes spécifiques de circulation et de ses confrontations avec des lectorats spécifiques, dans des langues données. La traductibilité dépend toujours de situations spécifiques où elle devient problématique. Bien que les enjeux de la traductibilité soient cruciaux, il est encore plus difficile que pour les autres sections de cet article de parvenir à une conclusion généralisée.

La commensurabilité

56Le problème devient encore plus ardu dès lors les questions de traductibilité surviennent non seulement dans la communication entre différentes langues vernaculaires, mais aussi entre différents langages théoriques. Il se pourrait même que parler de langage au singulier soit faux car tous les langages sont multiples (Caws, 2012). Dans un tel espace de diversité linguistique à de multiples niveaux, les langages théoriques peuvent être conçus comme interdimensionnels, liés aux langues vernaculaires mais les dépassant, au moins dans les sciences sociales.

57La distinction entre traductibilité linguistique et commensurabilité théorique est utilement opérée par Kuhn (1982). La question de la commensurabilité survient lorsque des concepts scientifiques possèdent différentes significations dans différentes théories, ce qui rend impossible la définition de tous les concepts d’une théorie dans le vocabulaire conceptuel de l’autre : elles ne disposent pas d’un langage commun et donc, elles sont incommensurables.

58Les théoriciens peuvent maîtriser un langage théorique et être confrontés à un texte qui consiste « en totalité ou en partie de bruits et inscriptions inintelligibles » (Kuhn, 1982, p. 672). La tâche ici, selon la terminologie de Kuhn, ne consiste pas à traduire mais à interpréter. Cela implique en première étape un apprentissage du nouveau langage et des significations attachées aux différents termes de ce langage afin de rendre le texte intelligible, c’est-à-dire une socialisation dans un autre langage théorique. Les lecteurs peuvent rencontrer des termes inconnus, pour lesquels ils sont néanmoins en mesure de fournir une description adéquate et une explication dans leur propre langage – aucun problème de commensurabilité n’apparaît. Enfin, le terme en question est introduit dans le langage propre du théoricien, l’enrichissant ou le transformant ainsi. Par exemple, le concept d’ « asabiya » chez Ibn Khaldun apparaît en arabe dans la plupart des traductions et commentaires de son œuvre – une note de bas de page fournissant une explication plutôt longue de sa signification lors de la première occurrence. En reprenant l’exemple célèbre du « gavagai » selon Quine, Kuhn prétend que l’incommensurabilité survient lorsqu’

[…[ aucune description anglaise n’est coréférentielle avec le terme natif « gavagai ». En apprenant à reconnaître les gavagais, l’interprète peut avoir appris à reconnaître des caractéristiques d’identification inconnues des locuteurs anglophones et pour lesquels l’anglais ne fournit aucune terminologie descriptive. […] Dans de telles circonstances, « gavagai » demeure un terme irréductiblement natif, non traduisible en anglais. Bien que les anglophones puissent apprendre à utiliser ce terme, lorsqu’ils le font ils parlent en langue native. Voilà le genre de circonstances auxquelles je réserverais le terme « incommensurabilité ». (Kuhn, 1982, p. 673)

59Nous pouvons présumer que les degrés d’incommensurabilité varient selon les textes en circulation et les formations théoriques des lecteurs, que cela affecte la façon dont ces textes sont acceptés ou rejetés. Bien que nous ayons affirmé ci-dessus que les degrés de traductibilité dépendent largement des cas particuliers de circulation entre deux langues vernaculaires, nous pouvons indiquer quelque chose de plus spécifique sur la commensurabilité selon les textes en circulation : les problèmes d’incommensurabilité, et donc l’effort accru pour l’appropriation du sens voulu par l’auteur sont certainement plus importants dans les systèmes théoriques plutôt « fermés » des théoriciens sociologues généraux ; ces textes sont caractérisés par un style d’écriture complexe (voir ci-dessous), une grande quantité de concepts spécifiquement définis et interconnectés (voir ci-dessus), un haut degré d’abstraction théorique (voir ci-dessous), combinés à un faible nombre de références empiriques.

La scientificité

60Berthelot (1996) distingue trois modèles concurrents de scientificité dans les sciences sociales : les modèles positiviste, compréhensif et critique. Des corpus de théorie incommensurables ont donc toujours existé dans la tradition théorique européenne à laquelle Berthelot fait ici référence. À moins d’adhérer explicitement à l’un de ces trois modèles, les textes se référant à d’autres modèles peuvent aisément être discrédités comme non scientifiques. Or l’articulation entre un corpus généralement accepté par les disciplines de sciences sociales et ses instanciations locales ou régionales (Berthelot, 1998) est devenue plus problématique, comme l’indiquent les débats autour de la latino-américanisation, l’indigénisation, l’islamisation. Dans le « champ de bataille » académique international, ces derniers fondent leur rejet ou acceptation des modèles établis sur une critique de leur scientificité. Il en est de même dans les débats sur les travaux qui se réclament postmodernes, poststructuralistes, féministes, postcoloniaux.

61De même, les partisans d’une « islamisation des savoirs » proposent, par exemple, une conceptualisation alternative de la scientificité, selon une conception islamique de la science et des savoirs en tant que « révélation divine » comme base de construction d’un modèle alternatif des sciences sociales. Nous devons nous demander de façon critique à quel point cela peut être considéré ou pas comme scientifique d’un point de vue conventionnel (européen) (Keim, 2015). La question des processus particuliers de la circulation internationale des savoirs en sciences sociales exigerait de déterminer à quel point l’adhésion à de tels concepts métathéoriques de scientificité affecte le transfert de ces approches.

Les valeurs

62Un autre paramètre important est la question des valeurs et des orientations éthiques ou politiques implicitement ou explicitement associées à une approche donnée. Il n’est pas nécessaire de reproduire ici la question de la neutralité axiologique, souvent levée par des débats sur la scientificité et donc également réactivée lors des critiques de l’eurocentrisme, pour comprendre que chaque théorie en circulation peut susciter des doutes, des sympathies ou un rejet à propos des valeurs distinctes qu’elle peut véhiculer. Par exemple, certaines approches sont considérées comme représentant une pensée sociale plus conservatrice que progressiste. C’est le cas des oppositions traditionaliste contre moderniste, conflictuelle contre harmonieuse, ou bourgeoise, nationaliste, émancipatrice, radicale, etc. Ce qui peut apparaître comme un projet épistémologique radical en sciences sociales peut aussi bien être une réponse conservatrice-réactionnaire au changement social – une critique soulevée par Connell contre le projet d’indigénisation d’Akiwowo (Akiwowo, 1990, 1999 ; Connell, 2007). La « critique de l’ethnophilosophie » par Hountondji (1976) a entraîné une série d’accusations les plus diverses contre lui : « Hountondji a été accusé par la gauche d’être un individualiste petit-bourgeois, et par la droite de trahir le peuple africain et sa culture. Les ethnophilosophes le considéraient comme engagé dans une vision eurocentrique de la philosophie. Il a été accusé d’être un néocolonialiste, un élitiste, un idéaliste, un fétichiste de l’écriture, un snob et un escroc intellectuel » (Connell, 2007, p. 103). Abend écrit que « les sociologues américains tendent à tenir en haute estime le principe de neutralité éthique, et les sociologues mexicains à le dédaigner vivement » (Abend, 2006). Nous pouvons présumer que de telles différences affectent fortement la circulation des textes.

63La difficulté réside dans la localisation des valeurs dans des textes sociologiques. Par quels éléments l’auteur exprime-t-il son engagement éthique ? À quel endroit, les lecteurs trouvent-ils des motifs d’évaluation du point de vue de l’auteur ? Quelquefois la tâche est simple, certains corpus théoriques affirmant fièrement leur « propension aux valeurs ». « Bien sûr, la notion de “bonne théorie” est elle-même hautement contestée. On pourrait avancer que la théorie féministe est – ou devrait être – moins préoccupée par des considérations de clarté et d’exhaustivité que par la question du déploiement adéquat d’une théorie pour des motifs normatifs ou politiques » (Davis, 2008, p. 78). La préférence accordée à certains facteurs explicatifs par rapport à d’autres a souvent entraîné des controverses académiques où l’adhésion à des valeurs en contradiction justifiait un raisonnement supposément théorique ou une critique des données empiriques. L’analyse des valeurs dans les circulations des textes est plus intéressante lorsqu’elle s’attache à comprendre les formulations particulières et une terminologie donnée (Abend, 2006, p. 22).

64Le « néolibéralisme » est l’exemple d’un concept en sciences sociales quasiment jamais utilisé sans association de valeurs. Abend a analysé une série d’articles de revues sociologiques mexicaines et est parvenu à la conclusion suivante :

Et pourtant, la bête noire est sans conteste le « néolibéralisme » (Pucciarelli, 1999, pp. 129, 130 ; Tamayo, 1999, p. 510 ; Barrera, 1998, passim ; Massolo, 1996, pp. 134, 136). Il peut être fait référence à la « prédation néolibérale2 (Dilla Alfonso et Oxhorn, 1999, p. 132) ; aux « politiques économiques néolibérales » (Zermeno, 1999, passim ; Ziccardi, 1999, p. 110) ; à « l’importance que les politiques néolibérales actuelles attribuent aux grandes entreprises au détriment des petites » (Mingo, 1996, p. 91) ; à « l’imposition subtile des valeurs néolibérales [normatives] » (Barrios Suvelza, 2000, p. 176) ; ou à la situation « considérablement aggravée par les politiques néolibérales des gouvernements et organismes financiers multinationaux » (Stavenhagen, 1998, p. 13). Dans le présent contexte, le mot « néolibéralisme » est évidemment chargé de valeurs. Il ne désigne pas seulement une doctrine économique basée sur le principe « laissez faire, laissez passer ». Il désigne en fait une doctrine économique basée sur le principe « laissez faire, laissez passer » qui serait conceptuellement incorrecte et moralement méprisable. (Abend, 2006, p. 24)

65Bien que, dans le cas du « néolibéralisme », la détection de la charge en valeurs du terme semble aisée, il peut être plus difficile de démêler les valeurs spécifiques que chaque lecteur peut détecter dans le texte en circulation.

La conformité

66Les points mentionnés ci-dessus concernent les valeurs inhérentes aux textes des sciences sociales qui se réfèrent au monde social au sens large. Il existe des questions de valeurs d’un type particulier : la conformité aux « commandements » que les communautés académiques imposent à leurs membres, autant de conditions méta- ou préthéoriques qui doivent être satisfaites sans questionnement. L’une de ces conditions de type commandement, prévalente dans de vastes domaines de la théorisation sociale après le postmodernisme, est : « il ne faut pas essentialiser ». Cela est devenu une critique largement utilisée dans des cercles académiques qui a pour effet de discréditer fortement ceux qui sont accusés d’essentialiser des approches ou des concepts, ou des méthodologies qui seraient porteuses d’un potentiel d’essentialisation. Une autre condition du même type a été proposée lors du 13e Congrès national turc des sciences sociales : les présentations de Çelik (4.12.2013) sur les questions Nord-Sud dans la sociologie internationale et celle de Keim (4.12.2013) sur les centres et périphéries dans la sociologie internationale ; ces deux présentations ont provoqué de vives discussions où il a été affirmé à plusieurs reprises que « vous devez éviter les dichotomies ». Apparemment, notamment suite aux déconstructions postmodernes et postcoloniales, mais évidemment pas seulement dans le champ des études de genre, l’utilisation de distinctions analytiques dichotomiques est souvent d’emblée remise en cause.

67Un exemple similaire est cette règle implicite, apparemment de plus en plus observée dans le monde académique états-unien, selon laquelle « vous ne devez pas écrire sur un contexte qui n’est pas votre contexte » (Wöhrer, communication personnelle). Il semble que cela suive la tendance à remettre en question l’adoption d’un point de vue des acteurs, leurs représentations et la légitimité à « parler en leur nom ». Cela correspond également aux évolutions du paysage académique américain. Des niches professionnelles se sont formées pour la théorie et la recherche sociales selon des lignes définies par des étiquettes qui marquent des différences de culture ou d’identité, comme le féminisme afro-américain, les études des frontières, les études « chicano », les sciences sociales musulmanes ou islamisées, les études postcoloniales, etc. Chacune constitue « en un objet autonome chaque combinatoire d’identité observable » (Neveu, 2008, pp. 327-328), principalement pratiquée par des individus qui revendiquent, non sans pathos, la légitimité de parler en fonction d’une expérience particulière. La « majorité » exclue ou distante de cette expérience sociale particulière ne serait ni épistémologiquement compétente ni politiquement légitime à en parler.

68De tels prérequis fondamentaux ne défendent pas une approche théorique particulière, ne sont pas associés à des champs thématiques, orientations régionales, langues, figures conceptuelles, etc., spécifiques, mais traversent les débats en sciences sociales de manière similaire que pour le cas des valeurs et ainsi, de la même façon, entraînent des acceptations ou des rejets prêts à l’emploi.

Le style

69On pourrait supposer que plus l’argumentation d’un texte sociologique s’exprime clairement et précisément, plus son potentiel intersubjectif sera élevé, car un plus grand nombre de lecteurs serait à même d’effectuer une interprétation similaire. Une réponse conventionnelle à la question de la circulation des textes en sciences sociales supposerait donc que plus le texte est clairement rédigé ou communiqué, plus grande sera sa circulation.

70Cependant, le style sophistiqué – style obscur, ambigu, formes d’exposition dialectiques, grande ouverture à des interprétations différentes – bénéficie d’un fort prestige et de reconnaissance dans de nombreux champs des sciences sociales. Les analyses à ce sujet mobilisent souvent des comparaisons avec le secteur de la mode. Par exemple, « comme les produits de la mode parisienne, le structuralisme semblait incarner les propriétés dangereusement séduisantes du style : comme les tendances de la mode, il était brillant, différent, ingénieux et légèrement érotique » (Ruegg, 1979, p. 189). Le « style sophistiqué et quelque peu obscur » ou la « virtuosité rhétorique » comptent parmi les marques déposées du succès de Derrida (Lamont, 1987, pp. 591, 592).

71On pourrait présumer qu’il existe une relation nécessaire entre la sophistication et la complexité (voir ci-dessous), c’est-à-dire entre la complexité des réalités auxquelles les textes en sciences sociales se réfèrent et la présentation d’idées complexes en un style dense. Un style « obscur », peut avoir différentes significations. Il peut signaler de l’ambiguïté ou un manque de précision quant à la conceptualisation ou l’argumentation :

Les théories sociales dont les concepts sont « faiblement connectés » sont sujettes à des réorganisations alternatives. (Notez que ce manque d’intégrité structurelle est une propriété de la théorie elle-même, et n’est pas le produit de notre ignorance de cette théorie. Une théorie sociale peut ne pas être seulement complexe mais aussi intrinsèquement ambiguë.) […] L’ambiguïté dans les sciences sociales ne provoque pas le discrédit que Kuhn signale dans les sciences naturelles (Kuhn, 1962) ; elle est au contraire cruciale pour rendre attractif le théoricien en sciences sociales. Une théorie ambiguë peut séduire des parties différentes, voire même hostiles, de son public, permettant à chaque sous-groupe d’interpréter la théorie de différentes manières, adaptées aux positions spécifiques, même si elles sont mutuellement incompatibles. (Davis, 1986, pp. 295-297)

72Une argumentation ambiguë ou qui manque de clarté peut renforcer la circulation sans pour autant générer des débats sur sa signification réelle, sur l’articulation correcte des arguments pour faire sens, sur leur synthèse.

73Le caractère obscur dans la conceptualisation ou l’argumentation entraîne également une ouverture aux interprétations, et ainsi à des possibilités d’adaptation du texte à des contextes variés. C’est là ce qui distingue les classiques dans les humanités :

Les livres que nous appelons classiques possèdent des qualités intrinsèques qui perdurent mais ils possèdent également une ouverture aux adaptations qui les maintient vivants selon des dispositions variant à l’infini ; une pluralité de significations dont […] chaque lecteur en manque quelques-unes et […] en préfère d’autres. (Kermode, 1975, pp. 44, 133)

74Par ailleurs,

[…] c’est ce pluralisme qui, à la longue, nie la lecture normative ou autoritaire laquelle insiste sur la correspondance avec l’intention de l’auteur ou avec les lectures de ses contemporains. […] La survie du classique doit donc dépendre de sa possession d’un surplus de signifiant ; […] ceci peut l’exposer à l’accusation de confusion, car il doit toujours signifier plus que nécessité par tout interprète individuel ou toute génération d’interprètes. (Kermode, 1975, pp. 138, 140)

75Cela correspond aux multiples significations inhérentes aux concepts sociologiques (voir ci-dessus).

76En tout cas, pour ce qui concerne les textes obscurs, la charge de la compréhension du texte incombe au lecteur. Du fait que le sens n’est pas clair dès le départ, cela ouvre des possibilités de variations des interprétations et d’utilisations de ces textes. Le même argument évoqué ci-dessus concernant l’ambiguïté, l’élasticité et les multiples significations des concepts s’applique ici aussi : l’obscurité et donc l’ouverture aux interprétations, plutôt qu’un obstacle, peuvent constituer un avantage à la circulation productive.

La complexité

77Tandis que le style obscur ou sophistiqué est souvent associé à la complexité des textes, le terme « complexité » est utilisé ici pour évoquer la structuration de textes en multiples niveaux de langage et de signification. Ces multiples niveaux affectent le processus de circulation différemment, et sont différemment affectés par lui. Les textes scientifiques sont souvent caractérisés par leur degré accru de technicité par rapport au langage ordinaire. Dans les sciences sociales, au contraire des mathématiques ou de la chimie par exemple, cette distinction ne s’applique que partiellement. Le langage technique semble favoriser la précision du sens et l’abstraction d’expériences particulières pour obtenir une validité plus générale, ainsi qu’une traductibilité plus aisée, toutes caractéristiques qui devraient permettre, selon la vue conventionnelle, une circulation internationale et l’adoption dans une diversité de contextes (Gingras, 2002). Mais la proximité avec le langage ordinaire constitue-t-elle réellement un désavantage pour la circulation internationale ?

78À l’inverse de divers autres auteurs, Gouldner (1985) en se basant sur l’exemple de la large circulation des textes de Marx remet en cause ces idées qui font dépendre la circulation de l’adoption d’un style intellectuel à la mode, sophistiqué ou obscur, ou de l’adhésion à des « étiquettes » théoriques facilement abordables, ou de la nature abstraite des constructions théoriques (voir ci-dessous), ou de la distance du langage des textes par rapport au langage ordinaire et aux formes de langages non vernaculaires, spécifiques aux théories, techniques ou idéalement universellement valides. Gouldner dans son enquête sur l’apparente « indépendance par rapport au contexte », à propos de la prompte acceptation du marxisme dans une grande diversité de situations géographiques, culturelles et historiques, soutient que c’est au contraire la proximité avec le langage ordinaire et avec des interrogations sous-jacentes quasi universelles que les textes de Marx ont pu circuler aussi largement et ont pu être adaptés et estimés pertinents dans des lieux et des époques si différents :

Cette discussion traite de la façon dont une théorie influencée par l’histoire, focalisée sur le caractère distinct des sociétés capitalistes et de leur prolétariat industriel, a pu être refocalisée pour inclure des sociétés qui n’étaient pas capitalistes et ne possédaient quasiment pas de prolétariat. Au fond, ma réponse est que le marxisme existe en tant que système symbolique archéologiquement stratifié, dans lequel l’économie politique historiciste n’est que la couche la plus récente, un langage « technique » ou extraordinaire, […] qui n’épuise nullement le marxisme. Sous cette couche se trouve un niveau plus ancien, plus élémentaire de langage, un langage ordinaire […], articulé autour de ses éléments « paléosymboliques » sur lesquels on continue à se baser peut-être inconsciemment, mais auquel on a recours, en particulier lorsque des difficultés sont rencontrées lors de l’utilisation (du langage extraordinaire). (Gouldner, 1985, p. 222)

79Gouldner reconnaît ainsi la structure symbolique sous-jacente du marxisme comme la source de sa potentielle « commutation métaphorique », qui le rend plus promptement signifiant dans des contextes différents de son contexte effectif d’émergence. Un exemple de symbolisme est la sémantique de l’ « asservissement » qui est prévalente dans le marxisme et qui possède une signification métaphorique, si nous suivons Gouldner, d’une portée quasiment universelle. Cela a été confirmé entre autres lors d’un entretien avec Blade Nzimande, psychologue du travail et plus tard dirigeant du South African Communist Party. Dans le passage suivant, il décrit sa découverte du marxisme grâce à un groupe de lecture autonome qui rapproche son expérience de l’interprétation de Gouldner :

[Le marxisme] a réellement enrichi ma pensée. Je dois dire que ce fut pour moi l’expérience la plus libératrice de rencontrer le marxisme. Par ailleurs plusieurs choses m’ont frappé dans le marxisme, vous savez, c’était comme si Marx parlait de ma propre condition à cette époque : ma township originaire, déprimée, pauvre, la condition de la classe ouvrière où je grandissais. Vous savez j’étais fasciné par ça. Que ça avait été écrit au siècle précédent mais parlait […] comme s’il décrivait ma propre expérience. C’est comme ça que j’ai été intensément attiré. (Nzimande/Keim, 6.4.2004)

80Face à la multitude des positions divergentes dans les travaux, les questions de la facilité qu’ont les textes simples ou complexes à circuler et des niveaux de texte qui favorisent leur circulation demeurent ouvertes aux études empiriques et au débat.

81La conclusion à tirer est peut-être que de multiples niveaux de signification constituent un paramètre majeur pour le potentiel d’utilisation différentiée par les généralistes et les spécialistes. On est tenté de suivre la position de Davis selon laquelle ni les textes simples ni les textes obscurs ne possèdent de propension à la circulation, mais les textes multi-niveaux : ceux-ci contiennent des aspects clés facilement abordables, célèbres et à la mode pour un large public ainsi que la complexité nécessaire pour permettre la spécialisation. Davis retrouve cette particularité dans les textes qui sont aujourd’hui considérés comme des « classiques » :

  • 12 De plus : « Chaque théorie sociale classique est considérée de manière différente par ceux qui s’y (...)

Leur théorie était suffisamment multi-niveaux pour plaire aux lecteurs de différents degrés de sophistication : sa surface simple de concepts célèbres aisément mémorisés donnait aux généralistes l’impression d’être au moins familiers de la théorie, et son noyau subtil de relations complexes posait aux spécialistes le défi de les analyser. (Davis, 1986, p. 298)12

82K. Davis confirme que l’ « intersectionnalité » possède précisément cet avantage des théories multicouches (Davis, 2008, p. 75).

L’exhaustivité

83Selon la formation méthodologique standard, l’idéal de l’exhaustivité ou de la complétude devrait diriger les chercheurs dans leur métier et leurs exercices d’écriture. Concernant la circulation, toutefois, la littérature indique un présupposé contre-intuitif : si une argumentation n’est pas pensée dans la totalité de ses conséquences logiques, si la base empirique pour une approche intéressante est insuffisante, si d’importants aspects associés à la théorie n’ont pas été pris en compte, cela peut constituer un point de critique majeur pour les pairs, au moment par exemple des évaluations par les pairs. Toutefois, Davis nous apprend que la non-exhaustivité peut aussi renforcer la circulation, si le texte permet aux autres à appréhender ou achever des tâches inachevées que le texte aurait initiées (Davis, 1986, pp. 295-297). K. Davis prend en compte sérieusement cette position dans son analyse des causes du succès de l’ « intersectionnalité » dans les études de genre :

En bref, l’intersectionnalité, grâce à son caractère vague et son caractère d’ouverture, initie un processus de découverte qui non seulement est potentiellement infini mais promet également de fournir des éclairages plus exhaustifs et réflexivement critiques. (Davis, 2008, p. 77)

L’abstraction

84Il n’est pas certain que les auteurs des sciences sociales eux-mêmes soient en mesure de définir le degré d’abstraction et de généralité de leur entreprise théorique ou si ce résultat serait à obtenir a posteriori en se fondant sur les « effets de circulation ». Selon Said :

ce dont nous avons besoin, de façon prioritaire et au-delà de la théorie, est de reconnaître de manière critique le fait qu’il n’existe pas de théorie capable de couvrir, isoler, prédire toutes les situations dans lesquelles elle pourrait être utile. [De plus,] la conscience critique est la connaissance des différences entre situations, également la connaissance du fait qu’aucun système ou théorie n’épuise la situation d’où ils émergent ou vers laquelle ils sont transportés. Et par-dessus tout, la conscience critique est de savoir résister à la théorie, et des réactions qu’elle suscite par les expériences concrètes ou les interprétations avec lesquelles elle entre en conflit. (Said, 1983, pp. 241-242)

85Il est donc possible qu’un concept élaboré pour un phénomène particulier, singulier, possède un potentiel d’utilisation dans des contextes différents et donc de généralisation. Dans le contexte des débats postcoloniaux, une grande partie de la théorie sociale européenne est désormais suspecte d’idiosyncrasie malgré ses prétentions universalistes. Or, si une prétention à l’universalisme nécessite une bonne argumentation, l’inverse consistant à réduire la signification aux conditions particulières nécessite aussi une argumentation théorique et des preuves empiriques. L’étiquetage « valide en général » tout comme l’étiquetage « particulariste », « provincial », « local » ou « idiosyncratique » est un artifice rhétorique visant à accentuer ou minimiser la signification d’une approche sociologique. La solidité de ces étiquetages pourra être, dans le meilleur des cas, évaluée graduellement et successivement par une méthode d’essais et d’erreurs au cas par cas.

86Les concepts historiques, même s’ils ont initialement servi à appréhender conceptuellement des expériences complexes dans leur singularité, possèdent le potentiel inhérent d’être « généralisés, afin de créer des typologies ou de permettre des comparaisons ». Par exemple, « le traitement d’un parti, état ou armée particuliers » s’effectue à un niveau de langage qui implique également des concepts plus abstraits de parti, État ou armée » (Koselleck, [1979] 1995, p. 126). Mais si ce potentiel de généralisation est revendiqué de manière a-critique et en raison d’une carence de réflexivité, cela provoquera probablement un rejet sous forme d’un argument de « réduction de l’étendue ». Par exemple, Connell (2006) souligne la dépendance de la théorie à la culture d’origine des trois théoriciens généralistes contemporains que sont Coleman, Giddens et Bourdieu. En dehors des sujets traités et malgré leur ambition de produire des explications hautement générales et abstraites de la société, les conditions particulières de leur production théorique affectent fortement leurs conceptualisations. Connell le montre, entre autres, dans l’accentuation du concept d’acteur social dans l’approche de Coleman :

Quel type de créature Coleman soutient-il ? Lorsque nous examinons ce que font les “personnes naturelles” dans ce texte, il apparaît clairement que ce sont des créatures d’un type très particulier. Elles poursuivent leurs propres intérêts, font des calculs sur les avantages et les coûts, marchandent avec autrui, abandonnent des droits ou reçoivent des droits, s’engagent dans des actions volontaires pour un objectif. En bref, elles se comportent comme des entrepreneurs sur un marché – tout le temps. […] Sous cet aspect, sa sociologie est étonnamment contemporaine. C’est une généralisation grandiose de la vision des gens et des relations sociales caractéristique du néolibéralisme moderne. (Connell, 2006, p. 240)

87Elle résume :

La théorie générale de Coleman dresse un tableau de la personne et des relations sociales inspirée de l’expérience sociale européenne et particulièrement nord-américaine, reflétant l’hypertrophie du marché. […] Ainsi, la société marchande et l’individu marchandeur deviennent les standards par lesquels nous comprenons l’ensemble des processus sociaux. (Connell, 2006, p. 244)

88De manière plus générale, Gingras (2002) établit une différence entre les disciplines fortement « modélisées » telles que l’économie et les disciplines plus idiographiques telles que la sociologie ou l’ethnologie. Il avance que les premières sont bien plus internationalisées que les secondes. Comment les théories « modélisées » fonctionnent-elles ? Les modèles tentent d’obtenir des éclairages par réduction. Un modèle est établi d’après le monde original hautement complexe, en isolant et abstrayant certaines caractéristiques supposées pertinentes. Le modèle constitue une reproduction à échelle réduite du monde empirique où seules sont représentées les caractéristiques estimées pertinentes (Schlechtriemen, 2008, p. 81). Ces quelques caractéristiques peuvent ainsi être contrôlées par le chercheur, utilisées afin de tester la réalité grâce au modèle et d’obtenir ainsi des résultats valides. Cette réduction est considérée comme un gain de compréhension analytique du monde réel.

89Les procédures qu’observe Abend dans le paragraphe mentionné ci-dessus, dans les textes académiques états-uniens, suivent une logique similaire de contrôle des données empiriques et de focalisation uniquement sur ce qui est considéré comme pertinent, habituellement limité aux théories de moyenne portée. Le présupposé que le monde social se comporte de manière régulière sous-tend cette procédure (Abend, 2006, p. 12) ; de plus, il est présupposé que le sociologue peut appréhender cette « régularité sous forme de propositions faisant loi ». L’action des chercheurs consiste à réduire une matière complexe en une question concernant les relations causales en termes généraux, indépendamment du lieu et de l’époque ou de tout autre facteur parasite, c’est-à-dire « ceteris paribus ». En supposant que la société se comporte de manière régulière, il devient possible de déterminer les « conditions sous lesquelles » les phénomènes apparaissent dans les observations empiriques et ainsi de bâtir une théorie valide au-delà des données particulières qui l’ont inspirée.

90Toutefois, les sciences sociales ont également prétendu formuler des explications hautement abstraites avec une aspiration à la validité générale au sein des approches idiographiques. Par exemple, à partir de riches significations particulières et d’expériences locales observées empiriquement, le concept de « légitimité » de Weber était entendu comme devant être suffisamment formel et abstrait pour permettre la description de formes de constitution sur le long terme et pour élaborer, à partir de leur structure sous-jacente et au-delà de leurs formes particulières historiquement observables, des formes particulières de constitution (Koselleck, [1979] 1995, p. 128).

  • 13 « Le point ici est banal mais en fait d’une importance cruciale, car, pour le dire crûment, les deg (...)

91Une hypothèse possible, pour suivre Gingras, serait que plus une théorie est abstraite, plus il est aisé de la transférer d’un contexte social, culturel et historique vers un autre. Cela correspondrait à la « règle de Morley », selon laquelle parmi les textes en circulation, ce sont les niveaux de théorie les plus élevés qui voyagent le mieux, souvent déconnectés des référents empiriques13. Par exemple, l’une des raisons avancées pour expliquer la circulation partielle de Bourdieu est que ses théorisations sont fortement enracinées dans les « champs » français qu’il étudiait, et résistent donc à « cette variante académique du raffinage qui filtre des essences conceptuelles à partir de travaux nés de l’enquête et de l’archive » (Neveu, 2008, p. 321). De même, la bonne circulation de la déconstruction de Derrida serait due au fait qu’elle propose une technique intellectuelle d’un haut degré d’abstraction, et qu’elle est donc applicable à une très grande variété de matériaux, de produits littéraires, et en fin de compte à des textes de tous types, avec de surcroît le potentiel de « s’étendre à tous les départements de littérature et combler l’écart entre les spécialistes de différentes périodes et littératures nationales » (Lamont, 1987, p. 610).

92Mais il existe une tension critique. Alors que Gingras observe empiriquement une internationalisation supérieure des théories abstraites, modélisées dans le champ de l’économie, Buhlungu critique sévèrement les théories économiques précisément sur la manière dont ces théories sont construites sur le présupposé général de « ceteris paribus » ; selon lui, « ceteris n’est jamais paribus » (Buhlungu, communication personnelle, 2012). Un grand nombre des récentes critiques des théories européennes en circulation se sont concentrées sur leur aspiration généraliste présomptueuse, opposées de fait aux particularismes. Bien que cette critique se soit généralisée, il manque toujours des études précises qui seules pourraient déterminer si l’aspiration généraliste est valide ou trompeuse.

93La chose se complique encore plus lorsque nous envisageons d’où proviennent et sur quels lieux sont écrites les explications sociologiques. Ainsi Thomas Brisson, par exemple, signale :

Très souvent, l’acceptation des penseurs classiques occidentaux hors de l’Occident a été liée à deux ensembles distincts de facteurs : 1) la fertilité des concepts qu’ils ont élaborés dans leurs propres sociétés (c’est-à-dire européenne ou américaine) ; 2) ce qu’ils ont écrit sur d’autres sociétés et cultures (c’est-à-dire non occidentales). À cet égard, je pense qu’il serait intéressant de placer en contraste les différentes lectures et réceptions de Marx, par exemple, son concept de classes sociales, au départ élaboré pour l’Europe du XIXe siècle, a gagné en reconnaissance internationale, comme le montre l’entretien avec Blade Nzimande ; au contraire, sa compréhension des mondes non occidentaux (voir sa conception du despotisme oriental, ses écrits sur l’Inde, etc.) ont suscité de sévères critiques. On pourrait dire la même chose de Weber : son analyse de la naissance du capitalisme en Europe a été internationalement acclamée tandis que sa compréhension du confucianisme, de l’hindouisme ou de l’islam a été reçue avec scepticisme par les chercheurs non occidentaux. Pour résumer ce point, je suggérerais de prêter davantage attention aux diverses thématisations des mondes occidentaux / non occidentaux par les chercheurs occidentaux en tant qu’éléments clés de leur réception par les collègues non occidentaux. (Brisson, communication personnelle, 2012)

Conclusion

94À partir des différentes recherches existantes sur la circulation des textes en sciences sociales, j’ai tenté de systématiser une série d’éléments contenus dans les textes, ainsi qu’une série de caractéristiques textuelles qui sont supposées affecter leur circulation. L’étape suivante impliquerait une confrontation systématique de cette liste proposée de facteurs intrinsèques d’acceptation et de rejet avec des exemples empiriques ; en établissant enfin des connexions pertinentes entre différents types d’éléments de contenu textuel avec d’autres caractéristiques entourant ces textes ; et en élaborant des critères permettant de placer les textes sur une échelle fondée sur ces caractéristiques.

  • 14 Le fait que la réception de Derrida aux États-Unis a accompagné une transformation du lectorat, des (...)

95Les circuits ou lectorats jouent un rôle crucial pour moduler les effets des contenus et des caractéristiques des textes. Cela a été particulièrement bien montré concernant la complexité textuelle dans le processus de circulation. La façon dont la complexité du style affecte la circulation dépend en fait de l’usage et des circuits ou lectorats vers lesquels un texte est transféré. Par exemple, dans de nombreuses formations universitaires de premier cycle, des textes écrits clairement sont préférés pour l’enseignement. Au contraire, les textes hautement complexes sont plus intéressants dans les études de spécialisation, car « la maîtrise d’un code inaccessible au profane légitime les niches professionnelles » (Abend, 2006, p. 17). Selon Lamont, Derrida a bénéficié d’un avantage comparatif sur le marché culturel français parce que « la virtuosité rhétorique contribue à la définition de séparations de statuts et au maintien d’une stratification parmi les philosophes français » (Lamont, 1987, pp. 591, 592)14. L’analyse de la réception de Luhmann en Amérique latine suggère une interprétation de ce genre concernant le potentiel de spécialisation de la théorie luhmanienne (Rodríguez Medina, 2014a, 2014b). Pour continuer dans cette voie, il serait nécessaire de procéder à une déclinaison systématique des aspects énumérés selon leurs effets sur différents types de lectorats.

96Plusieurs parties du cadre d’analyse ici proposé pourraient être organisées autour d’une tension intéressante émanant de la littérature jusqu’ici consultée. D’une part, nous avons rencontré des visions idéales de la manière dont la science doit fonctionner et à quoi doit ressembler un texte scientifique. D’autre part, les études empiriques sur la circulation des savoirs en sciences sociales semblent montrer que les textes qui ne se conforment pas à cet idéal circulent « plus » ou « mieux » (bien qu’il faille préciser ce que cela signifie). Retracer le « succès » de la circulation d’une approche sociologique par la mesure de son impact quantitatif ou des effets de mode et d’étiquetage dans la communauté scientifique est certainement une tâche éclairante en elle-même. Toutefois, nous devrions également tenter d’évaluer de manière critique à quel point la circulation mène à des pratiques sociologiques originales, productives, heuristiques et particulièrement éclairantes.

Je souhaite exprimer ma reconnaissance aux collègues et chercheurs invités du projet « Universality and acceptance potential of social science knowledge » de l’Université de Freiburg, ainsi qu’aux participants des première (2012) et seconde (2013) Journées d’études sur ce sujet pour leurs discussions réitérées de ce texte. Ce projet et ses activités ont été financés par le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF). Je remercie Tomás Elgorriaga Kunze alias José Jiménez pour leur soutien dans la recherche bibliographique pour cet article. Toutes les traductions sont de l’auteure.

Haut de page

Bibliographie

Abend, G. (2006). Styles of sociological thought: sociologies, epistemologies, and the Mexican and US quests for truth. Sociological Theory, 24(1), 1-41.

Abend, G. (2008). The meaning of “theory”. Sociological Theory, 26(2), 173-199.

Adatto, K., & Cole, S. (1981). The functions of classical theory in contemporary research: the case of Max Weber. Knowledge and Society: Studies in the Sociology of Culture, 3, 137-162.

Akiwowo, A. (1990). Contributions to the sociology of knowledge from an African oral poetry. In M. Albrow & E. King (Eds.), Globalization, knowledge and society: readings from International Sociology (pp. 103-117). London.

Akiwowo, A. (1999). Indigenous sociologies: extending the scope of the argument. International Sociology, 14(2), 115-138.

Bal, M. (2002). Travelling concepts in the humanities: A rough guide. Green College lectures. Toronto, Ont: University of Toronto Press. Consulté à http://site.ebrary.com/lib/alltitles/docDetail.action?docID=10218814

Berthelot, J.-M. (1996). Les vertus de l’incertitude : le travail de l’analyse dans les sciences sociales (1re éd.). Sociologie d’aujourd’hui. Paris : Presses universitaires de France.

Berthelot, J.-M. (1998). Les nouveaux défis épistémologiques de la sociologie. Sociologie et Sociétés, XXX(1), 1-16.

Boltanski, L. (1975). Note sur les échanges philosophiques internationaux. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 5(6), 191-199.

Bourdieu, P. (2002). Les conditions sociales de la circulation internationale des idées : Conférence prononcée le 30 octobre 1989 pour l’inauguration du Frankreichzentrum de l’Université de Fribourg. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 5(145), 3-8.

Bouveresse, J. (1982). Why I am so very unFrench. In A. Montefiore (Ed.), Philosophy in France Today (no page numbers). Cambridge: Cambridge University Press. Consulté à http://books.openedition.org/cdf/2130

Brisson T. (2008). La critique arabe de l’orientalisme en France et aux États-Unis. Lieux, temporalités et modalités d’une relecture, Revue d’anthropologie des connaissances, 3(5), 505-521.

Brisson, T. (2012, June 18). Comments on my preliminary draft for Journée d’Études (e-mail).

Budowski, M., Tillmann, R., Keim, W., & Amacker, M. (2010). Conceptualizing ‘precarious prosperity’: Empirical and theoretical elements for debate. International Journal of Comparative Sociology, 51(4), 268-288. https://doi.org/10.1177/0020715210368840

Buhlungu, S. (2012, March 13). Comments during retraite of the Research project “Universality and acceptance potential of social science knowledge” (Comment).

Caws, P. (2012). How many languages, how many translations? In J. K. Dick & S. Schwerter (Eds.), Transmissibility and cultural transfer. Dimensions of translation in the humanities. Stuttgart: Ibidem-Verlag.

Çelik, E. (2013). Kämpferisch gegen Hegemonie : Gewerkschaftswissen zwischen Nord und Süd. blätter des iz3w, (335), 32-33.

Çelik, E. (2013, December). Güney sosyolojisi’nin Türkiye sosyolojisi için ifade edebileceği anlamlar yüzyıl deneyimine yeniden bakmak. Türk Sosyal Bilimler Derneği. 13. Ulusal Sosyal Bilimler Kongresi, Ankara (oral presentation).

Chambliss, D. F., & Schutt, R. K. (2006). Making sense of the social world: Methods of investigation (2nd ed). Thousand Oaks, Calif: Pine Forge Press.

Connell, R. (2006). Northern Theory: The Political Geography of General Social Theory. Theory and Society, 35(2), 237-264.

Connell, R. (2007). Southern theory. The global dynamics of knowledge in social science. Cambridge: Polity Press.

Davis, K. (2008). Intersectionality as buzzword: a sociology of science perspective on what makes a feminist theory sucessful. Feminist Theory, 9(1), 67-85.

Davis, M. S. (1971). That’s interesting! Towards a phenomenology of sociology and a sociology of phenomenology. Philosophy of the Social Sciences, 1, 309-344.

Davis, M. S. (1986). ‘That’s classic!’ The phenomenology and rhetoric of successful social theories. Philosophy of the Social Sciences, 16, 285-301.

Dick, J. K., & Schwerter, S. (Eds.). (2012). Transmissibility and cultural transfer: Dimensions of translation in the humanities. Stuttgart: ibidem.

Dotti, J. (2008/2009). Encuesta sobre el concepto de recepción. Jorge E. Dotti, Alejandro Blanco, Mariano Plotkin, Hugo Vezzetti y Luis I. García. Respuestas de Jorge Dotti. Políticas de la Memoria, 8/9, 98-99.

García, L. I. (2008/2009). Encuesta sobre el concepto de recepción. Jorge E. Dotti, Alejandro Blanco, Mariano Plotkin, Hugo Vezzetti y Luis I. García. Respuestas de Luis Ignacio García. Políticas de la Memoria, 8/9, 105-109.

García, S. (2013, February). Presentation of PhD project “Circulation, reception and adaption of hegemonic theories in pheripheral spaces: Mapping multiculturalism in the fields of social sciences in Latin America”. BMBF-Projekt “Universalität und Akzeptanzpotential von Gesellschaftswissen”. Wednesday Discussion Round, Freiburg.

Gingras, Y. (2002). Les formes spécifiques de l’internationalité du champ scientifique. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 141-142, 31-45.

Goertz, G. (2006). Social science concepts: A user’s guide. Princeton: Princeton University Press.

Gouldner, A. W. (1985). Against fragmentation: The origins of Marxism and the sociology of intellectuals. New York: Oxford University Press.

Guilhot, N. (2011). French connections. Writing the history of international relations theory as a transatlantic discipline, Strasbourg ESF Workshop “International circulation of ideas”.

Guilhot, N. (2014). The International Circulation of International Relations Theory. In W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, & V. Wöhrer (Eds.), Global Knowledge Production in the Social Sciences: Made in Circulation (pp. 63-86). Farnham, Burlington, VT: Ashgate.

Guzzoni, U. (2010, January). Das Denken und seine Bilder, Halle (oral presentation).

Hauchecorne, M. (2011). La Fabrication transnationale des idées politiques. Sociologie de la réception de John Rawls et des « théories de la justice » en France (1971-2011). Thèse de Science politique, réalisée sous la direction de Frédéric Sawicki et de Frédérique Matonti soutenue le 14 novembre 2011 à l’Université Lille 2. École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion, Lille 2.

Hountondji, P. J. (1976). Sur la ‘philosophie africaine’ : critique de l’ethnophilosophie. Paris : Maspero.

Junge, M. (2012, October). Metaphorische Umschreibungen von Gesellschaft: Maschine, Organismus, und Netzwerk. Kongress der Deutschen Gesellschaft für Soziologie. Ad-Hoc-Gruppe “Metaphern der Gesellschaft”, Bochum (oral presentation).

Keim, W. (2008). Vermessene Disziplin. Zum konterhegemonialen Potential afrikanischer und lateinamerikanischer Soziologien. Bielefeld: transcript-Verl.

Keim, W. (2009). Social sciences internationally: the problem of marginalisation and its consequences for the discipline of sociology. African Sociological Review, 12(2), 22-48.

Keim, W. (2010a). Aspects problématiques des relations internationales en sciences sociales : pour un modèle centre-périphérie. Revue d’Anthropologie des Connaissances, 4(3), 570-598.

Keim, W. (2010b). The internationalisation of social science: distortions, dominations and prospects. In International Social Science Council (Ed.), World Social Science Report 2010 (pp. 169-171). Paris : Unesco Publishing.

Keim, W. (2013, December). Sosyal bilimlerde karşı-hegemonik akımların oluşumu ve küreselleşmesi. Türk Sosyal Bilimler Derneği. 13. Ulusal Sosyal Bilimler Kongresi, Ankara (oral presentation).

Keim, W. (2014). Conceptualizing circulation of knowledge in the social sciences. In W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, & V. Wöhrer (Eds.), Global Knowledge Production in the Social Sciences: Made in Circulation (pp. 87-113). Farnham, Burlington, VT: Ashgate.

Keim, W. (2015). Islamization of knowledge: symptom of the failed globalization of the social sciences? manuscrit, 26 pp.

Keim, W. (2017). Universally comprehensible, arrogantly local. South African Labour Studies from the Apartheid era into the new millennium. Paris : Éditions des archives contemporaines.

Keim, W., Amacker, M., Budowski, M., & Tillmann, R. (2010). Conceptualizing Precarious Prosperity for Comparative Research. In C. Suter (Ed.), World Society Studies: Vol. 2010. Inequality beyond globalization (pp. 201-222). Zürich: Lit.

Kermode, F. (1975). The classic. London: Faber & Faber.

König, R. (1971). Die Situation der emigrierten deutschen Soziologen in Europa [1959]. In R. König (Ed.), Fischer-Bücherei: Vol. 6078. Studien zur Soziologie. Thema mit Variationen (pp. 103-121). Frankfurt am Main: Fischer.

Koselleck, R. ([1979] 1995). Vergangene Zukunft: Zur Semantik geschichtlicher Zeiten (3. Aufl.). Suhrkamp-Taschenbuch Wissenschaft: Vol. 757. Frankfurt am Main: Suhrkamp.

Kuhn, T. S. (1982). Commensurability, comparability, communicability. In Philosophy of Science Association (Ed.), Proceedings of the Biennial Meeting of the Philosophy of Science Association, Vol. 2: Symposia and invited papers (pp. 669-688). University of Chicago Press.

Ladmiral, J.-R. (2012). Sourcerers and targeters. In J. K. Dick & S. Schwerter (Eds.), Transmissibility and cultural transfer. Dimensions of translation in the humanities (pp. 19-34). Stuttgart: Ibidem-Verlag.

Lamont, M. (1987). How to Become a Dominant French Philosopher: the Case of Jacques Derrida. American Journal of Sociology, 93(3), 584-622.

Lapidot, E. (2012). Translating philosophy. In J. K. Dick & S. Schwerter (Eds.), Transmissibility and cultural transfer. Dimensions of translation in the humanities (pp. 45-56). Stuttgart: Ibidem-Verlag.

Lipphardt, A. (2013, January). Mobile Lebenswelten. Methodologische und konzeptionelle Herausforderungen für Geisteswissenschaft und Kulturanthropologie. FRIAS School of History. FRIAS Kolloquium, Freiburg (oral presentation).

Morley, D. (1992). Television, audiences and Cultural Studies. London: Routledge.

Neveu, E. (2008). Les voyages des Cultural Studies. L’Homme, 187-188(3), 315-341.

Nzimande, B. (2004, April 6). Interview by W. Keim. Johannesburg.

Rodríguez Medina, L. (2014a). Bounding Luhmann: the reception and circulation of Luhmann’s theory in Hispanic America. In W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, & V. Wöhrer (Eds.), Global Knowledge Production in the Social Sciences: Made in Circulation. (pp. 39-62). Farnham, Burlington, VT: Ashgate.

Rodríguez Medina, L. (2014b). The Circulation of European Knowledge. Niklas Luhmann in the Hispanic Americas. New York: Palgrave MacMillan.

Ruegg, M. (1979). The end(s) of French style: structuralism and post-structuralism in the American context. Criticism. a quarterly for literature and the arts, XXI(3), 189-216.

Ruvituso, C. (2015). La productivité d’une réception. Lectures, circulation et usages de Heidegger dans l’Argentine du péronisme classique. Revue d’Anthropologie des Connaissances, 9(3), 387-402.

Said, E. W. (1983). Traveling theory. In The world, the text, and the critic. (pp. 226-247). Cambridge: Harvard University Press.

Schlechtriemen, T. (2008). Metaphern als Modelle : Zur Organismus-Metaphorik in der Soziologie. In I. Reichle, S. Siegel, & A  Spelten (Eds.), Visuelle Modelle (pp. 71-84). München: Fink.

Schlechtriemen, T. (2012, October). Das Bild des Netzwerks und seine Rolle in der soziologischen Theoriebildung. Kongress der Deutschen Gesellschaft für Soziologie. Ad-Hoc-Gruppe “Metaphern der Gesellschaft”, Bochum (oral presentation).

Schnell, R., Hill, P. B., & Esser, E. (1989). Methoden der empirischen Sozialforschung (2e édition). München, Wien: Oldenbourg Verlag.

Silber, I. F. (2007). Towards a non-unitary approach to general theory. European Journal of Social Theory, 10(2), 220-232.

Sitas, A. (2004). Voices that reason: theoretical parables. Pretoria: University of South Africa Press.

Smejkalova, J. (1995). On the Road: Smuggling Feminism Across the Post-Iron Curtain. Replika, (1), no page numbers. Consulté à http://www.c3.hu/scripta/scripta0/replika/honlap/english/01/10fsmej.htm

Stengers, I. (1987). Introduction : la propagation des concepts. In I. Stengers (Ed.), D’une science à l’autre. Des concepts nomades (pp. 9-26). Paris : Éd. du Seuil.

Wade, P. (2011). Multiculturalismo y racismo. Revista Colombiana de Antropología, 47(2), 15-35.

Wöhrer, V. (2014). ‚Feminismus’ und ‚Gender’: zwei weitgereiste Begriffe. In D. Bender, A. Duscha, T. Hollstein, L. Huber, K. Klein-Zimmer, & C. Schmitt (Eds.), Orte transnationaler Wissensproduktionen. Kultur- und Sozialwissenschaftliche Schnittmengen (pp. 44-62). Weinheim: Beltz Juventa.

Haut de page

Notes

1 « La légitimation intellectuelle se définit comme le processus dans lequel une théorie est reconnue comme faisant partie du champ concerné, comme quelque chose qui ne peut pas être ignoré par ceux qui sont reconnus et définissent les participants légitimes à l’élaboration d’un champ cognitif » (Lamont, 1987, p. 586).

2 « Quel type d’intérêt interprétatif est investi lorsqu’on retrace les conditions de production d’un texte ? Qui s’intéresse aux origines terrestres des objets spirituels ? Quel type de déplacement a lieu lorsque les idées, textes, doctrines, etc., sont compris en fonction de leur localisation sociale ? Il importe ici de mentionner que cette approche [l’approche par Bourdieu de la circulation internationale des idées, WK] établit comme unique décryptage des savoirs et des idées leur réduction à des faits sociologiques, négligeant ainsi leur dimension doctrinale et leur efficacité, ou tout au moins leur niant le statut scientifique des savoirs sociologiques qui seul pourrait affirmer leur “vérité” sociale » (Guilhot, oct. 2011, pp. 6, FN 5).

3 Au sujet des textes sociologiques considérés comme classiques, il expose dans le détail à quel point ils réfèrent tous à la détérioration de la société moderne par un facteur fondamental, chez Marx au sujet du capitalisme ; Durkheim, la division sociale du travail ; Weber la bureaucratisation, etc. (Davis, 1986, pp. 288-290).

4 Pour prendre un autre exemple dans la même veine, à la suite de M. Davis, K. Davis accepte ses présupposés dans une explication du succès international de « l’intersectionnalité » dans le domaine des études de genre. « L’“intersectionnalité” répond à la préoccupation théorique et normative la plus centrale des études féministes : précisément, la reconnaissance des différences entre femmes. L’existence même de différences entre femmes est devenue l’objet principal des théories féministes ces dernières années. Cela est dû au fait qu’elle touche le problème le plus urgent auquel doit faire face le féminisme contemporain – le long et douloureux héritage de ses exclusions (Zack, 2007, p. 197) » (Davis, 2008, p. 70).

5 « La faible estime dans laquelle est tenu le facteur fondamental d’une théorie constituerait l’un des éléments de cette rhétorique négative. Les théories qui expliquent la société en se basant sur des facteurs fondamentaux à bas statut (« cyniques », comme l’argent, le sexe, la télévision) rencontrent davantage d’opposition dans leur audience que les théories qui se basent sur des facteurs fondamentaux à statut neutre ou élevé (la division du travail, les entités supra-individuelles, la rationalité) » (Davis, 1986, pp. 299-300).

6 Notre effort précédent pour déterminer si les concepts de « précarité », « exclusion », « underclass » et « marginalidad » utilisés dans les discours académiques européens, nord-américains et sud-américains se réfèrent à l’existence d’un groupe de population structurellement similaire dans des hiérarchies sociales différentes, participait d’une telle ambition (2010 ; Budowski, Tillmann, Keim et Amacker.

7 Koselleck, dont nous reprenons ici la notion de « Begriffsgeschichte » (histoire des concepts), établit une distinction entre les mots qui peuvent être distingués du signifié et qui peuvent posséder des significations différentes et les concepts qui condensent et concentrent une diversité et une richesse de significations différentes. Dans le cas des concepts, la signification et le signifié ne peuvent pas être séparés, du fait que le signifié n’existe pas indépendamment du mot qui contient la réalité historique et sociale, l’expérience et les relations théoriques recevant leur signification par ce mot (Koselleck, [1979] 1995, pp. 119-120).

8 Bal suggère de qualifier d’ « élastiques » les concepts qui montrent « à la fois une stabilité à toute épreuve et une extensibilité quasi illimitée » (Bal, 2002, p. 14).

9 Bourdieu prétend que certains auteurs sont également particulièrement élastiques et, par conséquent, circulent bien (Bourdieu, 2002).

10 En anglais, « ceremonial » : « Le terme rituel s’utilise de deux manières principales. En général, il désigne la procédure prescrite régissant les modes d’enquête et de communication formelle au sein d’une discipline. Le terme rituel désigne aussi, plus spécifiquement, les références évoquant le statut ou l’autorité de Weber, davantage que le contenu substantiel de ses idées. L’impact de telles références dépend de la reconnaissance du théoricien cité et de l’acquiescement quant à l’importance de sa contribution dans la communauté scientifique. Ce type de références rituelles est commun non seulement dans les articles citant Weber de manière périphérique mais aussi fréquemment dans la recherche incorporant ses idées de manière substantielle » (Adatto et Cole, 1981, p. 146).

11 « La fréquence des citations d’Althusser doit sans doute aussi à ce que son invocation était en élégances théoriques, l’équivalent de la haute couture française en matière vestimentaire » (Neveu 2008, p. 319).

12 De plus : « Chaque théorie sociale classique est considérée de manière différente par ceux qui s’y spécialisent et par les autres. Les spécialistes voient dans la théorie une forme d’organisation hautement articulée de concepts nombreux et de leurs relations complexes (ainsi qu’un ensemble de problèmes précis qui utilisent certains de ces concepts et de ces relations). Les généralistes au contraire n’ont qu’une “impression générale” de la théorie qu’ils conçoivent comme une organisation lâche de quelques concepts célèbres, les “clichés” de la théorie » (Davis, 1986, pp. 294-295).

13 « Le point ici est banal mais en fait d’une importance cruciale, car, pour le dire crûment, les degrés les plus élevés d’abstraction (“théorie”) peuvent être vendus sur un marché plus large (et non spécifique aux nationalités), et tendent à des niveaux de profitabilité supérieurs pour l’éditeur, ainsi qu’à une réputation plus étendue pour le théoricien. En bref, c’est la “théorie” qui voyage le mieux » (Morley, 1992, p. 3).

14 Le fait que la réception de Derrida aux États-Unis a accompagné une transformation du lectorat, des philosophes généralistes aux spécialistes des études littéraires, complique les choses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wiebke Keim, « La circulation internationale des savoirs en sciences sociales »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2855

Haut de page

Auteur

Wiebke Keim

Docteur en Sociologie des Universités de Freiburg (Allemagne) et Paris IV-Sorbonne (France), elle a dirigé un projet de recherche intitulé Universality and Acceptance Potential of Social Science Knowledge: On the Circulation of Knowledge between Europe and the Global South (2010-2014) à l’Université de Freiburg et est recrutée comme chercheuse CNRS au sein du laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) de l’Université de Strasbourg depuis 2013. Elle a publié notamment : Vermessene Disziplin. Zum konterhegemonialen Potential afrikanischer und lateinamerikanischer Soziologien (transcript, 2008) ; Global knowledge production in the social sciences. Made in circulation (avec Ercüment Çelik, Christian Ersche, Veronika Wöhrer. ; Ashgate, 2014) ; Gauging and engaging deviance, 1600-2000 (avec Ari Sitas, Sumangala Damodaran, Nicos Trimikliniotis, Faisal Garba ; Tulika Press, 2014) ; Universally comprehensible, arrogantly local. South African labour studies from the Apartheid era into the new millennium (Éditions des Archives Contemporaines, 2017). Ses centres de recherche concernent l’histoire et l’épistémologie des sciences sociales, les traditions sociologiques dans les Suds, la sociologie des sciences, les fascismes.
https://orcid.org/0000-0003-1332-5931

Adresse : SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe), Université de Strasbourg, MISHA (Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme - Alsace), 5 allée du Général Rouvillois, CS 50008, FR-67083 Strasbourg Cedex (France).
Courriel : wiebke.keim[at]misha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals