Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-4Comptes rendus de lectureL’Atelier Paysan, Reprendre la te...

Comptes rendus de lecture

L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire

Paris : Le Seuil, coll. « Anthropocène », 2021
Morgan Meyer
Référence(s) :

L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris : Le Seuil, coll. « Anthropocène », 2021, 288 p.

Texte intégral

1Plusieurs collectifs ont été créés ces dernières années pour promouvoir l’auto-construction d’équipements agricoles. On a vu la création du réseau Farmhack aux États-Unis (en 2011) puis en Angleterre (2015) et aux Pays-Bas (2016). La Coopérative pour l’Agriculture de Proximité Écologique a été lancée au Québec (2013). Et en France, des ateliers d’auto-construction ont été organisés à partir de 2011 au sein de l’association ADABio autoconstruction, donnant lieu à la création de la coopérative LAtelier Paysan en 2014. Cette dernière vient de publier son premier livre grand public Reprendre la terre aux machines – Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire chez Le Seuil. Dans ce livre, l’Atelier Paysan fournit une analyse détaillée et critique du monde agricole contemporain, tout en se focalisant sur son cheval de bataille : le machinisme agricole.

2La coopérative mène plusieurs actions pour documenter et faire connaître les technologies paysannes : des stages de formation ; le partage de connaissances via des tutoriels, plusieurs livres, un site web et un forum ; la réalisation et diffusion de plans de construction sous licence libre. Depuis sa création, ses membres ont recensé autour d’un millier de technologies, réalisé environ 80 tutoriels et formé environ 1700 personnes. De nos jours, la coopérative forme près de 600 stagiaires par an et emploie une trentaine de salariés. 

3La liste des constats et critiques dressée par l’Atelier Paysan est longue : augmentation des surfaces moyennes des fermes, diminution de la population active agricole, surendettement des agriculteurs, déclin de la biodiversité, dépendance envers les acteurs privés, forte production de déchets, dévaluation et disparation des savoir-faire, dégâts environnementaux et sanitaires, dégradation des sols, augmentation de l’utilisation des pesticides, machinisme croissant et démesuré, mauvaise alimentation, trop grande foi dans le numérique et la robotique, course aux bas coûts de production. Selon l’Atelier Paysan, il faut reconnecter la production agricole et l’alimentation.

De même que nous devons nous demander quelle alimentation nous voulons, nous devons nous demander quelles machines nous voulons […] Il n’y aura pas d’autonomie alimentaire sans autonomie technique (p. 227).

4D’un côté, Reprendre la terre aux machines – Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire est un plaidoyer critique pour renforcer l’autonomie paysanne et, en même temps, lutter contre le complexe agro-industriel. Mais, de l’autre, le livre contient de nombreuses analyses et discussions sur l’évolution de l’agriculture, sur la place des paysans, sur leur histoire, et fournit des descriptions détaillées sur le travail technique et le positionnement intellectuel de l’Atelier Paysan. Le terme « manifeste » ne rend donc pas tout à fait justice au contenu. Car le livre est à la fois un essai, un plaidoyer, un appel à la lutte, un dossier à charge, une analyse fouillée – étayée par de nombreuses références à des travaux académiques - et une proposition politique.

5Tout en détaillant de façon alarmiste et pessimiste les problèmes de l’agriculture contemporaine, l’Atelier Paysan propose certaines pistes. Parmi celles-ci, il y a l’idée d’instaurer une Sécurité sociale de l’alimentaire (projet porté avec d’autres acteurs, comme la Confédération Paysanne, Ingénieurs sans Frontières, et le réseau CIVAM), de viser l’installation d’un million de paysans en France, et d’instaurer un prix minimum d’entrée sur le marché national. Cette dernière proposition est particulièrement problématique, car elle serait incompatible avec les principes de libre-échange et nécessiterait une « désobéissance » face à la Commission Européenne.

6Ces propositions montrent par ailleurs que l’Atelier Paysan s’implique sur toute la « chaîne de valeurs » des connaissances, de la collecte et production de connaissances, à la transmission et la mise en forme de connaissances, jusqu’à la mobilisation de ces connaissances au niveau politique et sociétal.

Un combat sémantique

7Tout en étant politique, le combat est aussi sémantique. L’Atelier Paysan (pp. 14-18) préfère parler d’« autonomie » – terme qui serait plus « subversif », car lié à la démocratie, la participation, la réflexion collective, la vie commune – que de « souveraineté » – terme qui renvoie à un imaginaire de puissance, concurrence et supériorité. Et il défend son choix d’utiliser le terme « paysan » pour se démarquer des « exploitants agricoles », qui sont des entrepreneurs, tout en se référant à ses alliés comme la Confédération Paysanne et le Réseau des Semences Paysannes. Les auteurs procèdent ici à un travail linguistique et sémantique qui vise à définir, expliciter, raconter et démarquer leur identité.

8Le choix de mots est donc d’une importance capitale. D’un côté, l’Atelier Paysan utilise des termes comme autonomie, commun, libre, ou agroécologie pour faire sens de ses activités, tout en pointant du doigt son ennemi, le « complexe agro-industriel ». De l’autre, il propose aussi de nouvelles notions, comme « technologies paysannes », définies selon cinq critères : implication des usagers, prise en compte des besoins réels, reproductibilité, réfléchir et faire ensemble, mise en commun (pp. 124-129). Notons, toutefois, qu’il n’est ni le seul, ni le premier acteur à parler de technologies paysannes. Le Proyecto Andino de Tecnologías Campesinas, une ONG fondée en 1986 au Pérou, utilise aussi le terme, tout en soutenant l’autonomie des paysans et la revalorisation de savoirs ancestraux.

Propriétaire versus appropriée

9Pour l’Atelier Paysan, il y a deux sortes de technologies. D’une part, il y a celles qui sont démesurées, chères, standardisées, impossibles à réparer et ajuster par les agriculteurs eux-mêmes. De l’autre, il y a les technologies « à taille humaine », appropriées, réparables et adaptables. D’un côté des machines brevetées, de l’autres des machines « libres ». Comme l’Atelier Paysan se positionne à contre-courant des pratiques agricoles conventionnelles, il est régulièrement critiqué dans les médias et les réseaux sociaux, car il serait pour un « retour à la bougie » et un « retour en arrière ». Paradoxalement, c’est ici que les critiques de l’Atelier Paysan et l’Atelier Paysan lui-même se rejoignent, car ils pèchent tous les deux par leur façon caricaturale de décrire le monde technique – un monde où seulement deux visions de l’innovation existeraient (« en avant » versus « en arrière » ; industriel versus humain ; low tech versus high tech).

10Si à ses débuts, l’Atelier Paysan s’était surtout concentré sur ce travail technique, au fil des années, sa volonté de « faire société » s’est cristallisée. Dans le livre, toute une panoplie de mots – « ampleur », « généralisé », « systémique », « action collective » – témoigne de ce geste. Comme pour le cas de l’élevage au pâturage, les questionnements excèdent la question agricole et l’échelle locale, et se font par rapport à un projet de société plus global (Dupré et al., 2015). En effet, si le pâturage est une pratique locale – le fait que des herbes/plantes sont consommées sur place par un troupeau d’animaux (bovins, ovins, caprins…) laissés libres – cette pratique soulève des questions plus larges autour de la préservation de l’environnement, de l’écologie, des politiques territoriales et de l’identité sociale des éleveurs. L’Atelier Paysan en appelle ainsi à un « mouvement social » et une « transformation sociale ». Cette transformation passera nécessairement par la lutte et le conflit : « Enquêter, discréditer, saboter : qui veut combattre les robots avec nous dans les années 2020 ? » demande l’Atelier Paysan (p. 228).

11Ce désir de transformation n’a toutefois pas été explicite durant les premières années d’existence de l’Atelier Paysan. Ce n’est que lors de l’assemblée générale de 2019 que ce positionnement plus « volontariste » avec des « ambitions de transformation sociale » a été acté (L’Atelier Paysan, 2019, pp. 64-65).

Repolitiser le machinisme agricole

12Pour l’Atelier Paysan, il n’y a pas assez de politique sur la question du machinisme agricole. Il estime qu’il faut donc repolitiser la question du machinisme et de l’alimentation et déplore qu’il n’y ait ni de projet politique ni d’espace politique pour porter sa voix. L’ambition d’encapacitation se heurte à une grande frustration – frustration de ne pas avoir d’impact sur les politiques publiques, d’être finalement « inoffensif » et « impuissant », et de ne pas faire « tache d’huile ». Soulignons ce paradoxe. D’un côté, l’Atelier Paysan est saturé de politique. Pouvoir construire et réparer soi-même, s’entraider, s’organiser en coopérative, diffuser sous licence libre, lutter contre le complexe agro-industriel, combattre la robotisation et le numérique : le politique semble partout. De l’autre côté, le politique reste à faire. Alors que la coopérative affiche un discours politique axé sur l’autonomie, les stagiaires qui suivent ses formations ont généralement des préoccupations plus économiques et/ou pragmatiques (voir Cardinael, 2017). Et alors qu’il y a de nombreuses initiatives positives (les AMAP, l’agriculture bio, les circuits courts), celles-ci souffrent, selon l’Atelier Paysan, d’un problème majeur : elles réduisent le problème à une question économique et morale (notamment à travers les choix des consommateurs), mais évacuent la question politique. La frustration est la suivante : il n’a pas réussi à faire exister l’auto-construction des équipements agricoles comme problème de politique publique.

13Le livre n’est certes pas un ouvrage académique classique : il a été rédigé par une coopérative ; il ne part pas d’une question de recherche ; il se positionne de façon très critique et engagée vis-à-vis de l’agriculture. Pour autant, pour un public de chercheurs, c’est un livre tout à fait intéressant à plusieurs égards : il se base sur une enquête documentaire fouillée ; il contient de nombreuses références à des travaux académiques, notamment en histoire ; il replace le machinisme agricole dans son contexte plus large, en discutant de politique, d’alimentation, d’économie, de l’industrie chimique, de l’environnement, etc. Il montre, comme de nombreux travaux en science and technology studies, qu’il faut resituer les technologies dans leur contexte plus large.

14Si on peut regretter certains éléments concernant la forme du livre (certaines répétitions et un langage parfois trop clivant), dans son ensemble, il est clair et accessible à un public large. Au niveau du fonds, certains qualifieraient peut-être le livre de militant, d’indigné, ou de critique. Mais que l’on soit d’accord ou pas avec le positionnement politique de l’Atelier Paysan, il ne faut pas passer à côté d’un élément crucial : sa capacité réflexive. Le travail de l’Atelier Paysan ne se résume pas à une série de gestes et de choix techniques, mais vise aussi à penser ces gestes. Au lieu, donc, d’étiqueter le travail de la coopérative, il faut le saisir à travers sa portée philosophique, car celle-ci dépasse largement l’agriculture. Comme de nombreux historiens, sociologues et philosophes l’ont déjà montré, les technologies ne sont pas neutres, mais des objets sociaux et politiques. Le témoignage de l’Atelier Paysan montre que cette question est d’actualité au sein du monde de l’agriculture.

Haut de page

Bibliographie

Cardinael, C. (2017). La fabrique de l’autonomie : l’Atelier Paysan et l’autoconstruction de matériel agricole, Mémoire de recherche, Paris : AgroParisTech.

Dupré, L., Lasseur, J. & Poccard-Chapuis, R. (2015). Faire pâturer, faire société, durablement. Eleveurs et élevages, entre inscription territoriale et changements globaux, Techniques & Culture, 63, 202-231

L’Atelier Paysan (2019). Assemblé générale 25 mai 2019 – Monteleger (26). Rapports de la gérance 2018, Renage : L’Atelier Paysan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Meyer, « L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 16-4 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/28898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.28898

Haut de page

Auteur

Morgan Meyer

CSI-i3, Mines Paris, PSL, CNRS

Articles du même auteur

  • Construction, (non-)utilisation et politique d’une banque de données
    Boundary object or boundary project? Construction, (non)utilisation and politics of a database
    Objeto frontera o proyecto frontera? construcción, (no) uso y política de un banco de datos
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 3-1 | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search