Navigation – Plan du site

Surveillance de la grippe d’origine animale à l’OMS

Transformation de l’écologie du virus grippal, de la surveillance in extenso à la prévention et au contrôle des pandémies
WHO surveillance of animal influenza. Transformation of the ecology of the influenza, from surveillance in extenso to prevention and control of the pandemics
Vigilancia de la gripa de origen animal en la OMS. Transformación de la ecología del virus gripal: de la vigilancia in extenso hasta la prevención y control de las pandemias
Ana Aranzazu

Résumés

La surveillance de la grippe circulant chez les animaux à l’OMS résulte de la fusion de deux programmes. Le premier, les études de l’écologie de la grippe d’origine animale, s’occupe de la surveillance des virus grippaux d’origine animale et de leur relation avec l’épidémiologie humaine. Le second, le programme de la grippe, s’intéresse à la production du vaccin antigrippal. Ce dernier, conscient du rôle des virus d’origine animale dans les pandémies grippales, a graduellement intégré les études d’écologie du virus grippal. Simultanément, le concept d’écologie virale s’est déplacé d’une écologie in extenso, la surveillance globale de toute espèce animale, vers une surveillance ciblée des oiseaux et des porcs en Chine, lieu suspecté d’être à l’origine des pandémies. Cette surveillance est la condition de la prévention et du contrôle des pandémies grippales grâce à la production d’un vaccin efficace. Le présent article aborde l’histoire de cette surveillance afin de comprendre l’adoption du paradigme techno-scientifique de contrôle des pandémies grippales et la transformation épistémique du concept d’écologie virale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude de la surveillance de la grippe animale à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), proposée dans cet article, a pour objectif de comprendre le « fonctionnement ordinaire et les opérations concrètes qui font la surveillance au quotidien » des virus de la grippe chez les animaux à l’OMS et la manière dont cette organisation responsable de la santé publique internationale a assumé le contrôle et la prévention des crises sanitaires dues à la grippe d’origine animale. Cette contribution s’inscrit dans le travail d’enquête sur les questions de la surveillance animale et de biosécurité qui a été initié par Nicolas Fortané et Frédéric Keck, dans un dossier antérieur de la Revue d’anthropologie des connaissances (vol. 9, n° 2). Elle s’attache à l’étude des conditions et des effets de la reformulation des normes de contrôle de la population animale du fait de crises sanitaires causées par des zoonoses (maladies transmissibles des animaux aux humains) :

Mais cette focale sur les processus de la réforme ou de l’élaboration des politiques publiques, si elle montre les configurations institutionnelles et les enjeux politico-administratifs qui président au développement de ces nouveaux instruments de l’action sanitaire, ne permet pas de saisir le fonctionnement ordinaire et les opérations concrètes qui font la surveillance au quotidien, notamment pour la population animale. (Fortané et Keck, 2015, p. 127)

2Faisant écho à cette approche, notre analyse a pour objectif de mettre en question le processus de fusion de deux juridictions (Abbott, 1998), responsables de la santé publique humaine et de la santé publique vétérinaire, en raison des évidences scientifiques croissantes indiquant la transmission interspécifique des pathogènes. Plus particulièrement, il nous semble nécessaire d’interroger la portée d’une telle fusion en fonction de la spécificité des mesures de santé publique appliquées par les responsables de la santé humaine et de la santé vétérinaire pour le contrôle de la grippe. Pour parvenir à cet objectif, il nous a semblé utile de soumettre l’histoire de la surveillance de la grippe d’origine animale à l’OMS, retracée par cet article, à deux niveaux d’analyse.

3Le premier repose sur la comparaison du type de réseau scientifique constitué dans deux programmes de l’OMS qui ont assuré cette surveillance. À cet égard, notre étude vise l’examen des implications du déplacement de la surveillance, d’abord réalisée par un réseau scientifique coordonné par l’unité santé publique vétérinaire (SPV) de l’OMS, puis au programme de la grippe et à son réseau de laboratoires de surveillance, un réseau de santé publique travaillant en partenariat avec l’industrie pharmaceutique. Ce premier niveau d’analyse sera appliqué aux trois phases de l’histoire de la surveillance du virus grippal chez les animaux à l’OMS. La première phase porte sur la collaboration entre l’unité SPV et le programme de la grippe, coordonnée par cette unité, en vue de conduire des études sur le rôle du réservoir animal du virus grippal dans la production des virus ayant un potentiel pandémique. La deuxième concerne la diminution de la capacité d’action de SPV dont le programme de la grippe a « bénéficié », prenant ainsi le relais dans la coordination de ces études. La troisième aborde les modalités de la fusion de la surveillance de la grippe humaine et de la grippe animale sous le contrôle du programme de la grippe.

4Le deuxième niveau d’analyse porte sur l’examen des usages divers du concept d’ « écologie du virus grippal » dans la surveillance de la grippe animale coordonnée par l’OMS. Cette étude se propose de reconstruire l’évolution de la mobilisation et des applications de ce concept dans la production de nouvelles connaissances épidémiologiques sur le rôle du virus grippal d’origine animale mais aussi dans les opérations de délimitation et/ou d’extension de la surveillance du virus grippal en fonction des espèces animales et des régions géographiques à surveiller. Le travail d’analyse est ciblé sur l’étude des relations entre le programme d’écologie virale de la grippe de l’OMS et un de ses centres collaborateurs, le laboratoire d’écologie de l’Institut de virologie Ivanovski de Moscou, qui a été écarté par la suite de ce programme.

  • 1 Les laboratoires qui ont collaboré aux études des virus de la grippe chez les animaux n’étaient pas (...)

5Notre travail prend ses distances avec l’histoire internaliste écrite par les responsables du programme d’écologie virale de l’OMS (Kaplan, 1969 ; Kaplan et Beveridge, 1972 ; Milouchine, 1980) et par des scientifiques qui ont participé à cette recherche (Easterday, 2004). Ce type d’histoire privilégie la description du progrès de la science et les efforts consentis par les laboratoires collaborateurs pour soutenir un programme informel1. Cependant ces récits n’interrogent pas les intérêts des acteurs, ni la fragilité de la collaboration informelle, ni la manière dont cette institution a appliqué le concept d’écologie virale. En outre, notre étude se distingue de l’article de F. Vagneron (2015) sur le rôle de l’OMS dans les premières mobilisations autour du réservoir animal, en raison de la problématique choisie. Tandis que F. Vagneron aborde le rapprochement de la santé publique humaine et animale sous une approche écologique de la maladie, notre analyse souligne comment le programme de la grippe a imposé à l’écologie virale une conception de surveillance épidémiologique dans laquelle surveiller et contrôler étaient indissociables, ce contrôle se faisant par la production d’un vaccin.

  • 2 Ces stratégies portent sur la mise en œuvre de différents outils de coordination (Cassier, 1998) : (...)

6Par ailleurs, la construction socio-historique par le « bas » de la surveillance au quotidien que nous mettons ici en œuvre mobilise les notions de stratégie et de tactiques de résistance introduites par Michel de Certeau pour l’étude des classes populaires (de Certeau, 1990). Ces notions, transposées à l’histoire de l’OMS, éclairent les modes d’engagement et le rôle des fonctionnaires de l’OMS et de leurs collaborateurs dans le but d’assurer la mise en place et le fonctionnement des deux programmes ici étudiés2. Par conséquent, la construction d’une telle lecture socio-historique repose principalement sur l’analyse des archives de l’OMS déposées au siège de Genève. Notre travail a consisté à isoler des informations pertinentes pour reconstruire les stratégies mobilisées par les acteurs et la manifestation de leurs intérêts, de leurs difficultés et de leurs engagements. Le tableau 1 récapitule les documents consultés et les informations apportées par chaque type de document. Privilégiant l’analyse d’archive, cette démarche a pour but de contourner les écueils des histoires internalistes écrites sous le prisme des intérêts revendiqués par un acteur particulier.

Tableau 1. Archives de l’OMS : fonds « influenza » et « zoonosis »

Documents (non publiés)

Informations apportées

Rapports des réunions et des consultations
Documents institutionnels des programmes

Mise en place et restructuration des programmes : objectifs, ressources, organisation de la surveillance et de la recherche, standardisation des techniques, circulation
et partage du matériel biologique et des informations, rôle de coordination de l’OMS

Mémorandums institutionnels

Justification des activités et situation budgétaire des programmes

Correspondance entre l’OMS et ses collaborateurs

Intérêts, difficultés, demandes et propositions des acteurs

Correspondance entre l’OMS et les institutions internationales de santé publique

Intérêts des institutions concernant l’application des mesures en santé publique, demandes de financement et de collaboration de l’OMS

Rapports des laboratoires collaborateurs

Portée des activités scientifiques, ressources disponibles, appropriation des concepts par les scientifiques

Contrats de recherche entre l’OMS et les laboratoires collaborateurs

Disponibilité budgétaire des programmes, identification des laboratoires participant dans la recherche

7L’histoire ici construite adopte donc le point de vue de l’histoire sociale des sciences et des techniques (Pestre, 1995). L’étude des réseaux scientifiques proposée dans la première partie nous rapproche de l’histoire des techniques tandis que l’étude sur l’appropriation du concept d’écologie virale, développée dans la seconde, nous rattache à l’histoire de la biomédecine, notamment dans les périodes d’après-guerre (Gaudillière, 2002). De plus, ces deux analyses peuvent constituer un apport à l’histoire d’une santé publique internationale finalement récente. Pour autant, cette histoire ne se veut pas une histoire institutionnelle de l’OMS, même si son objet est abordé dans le cadre exclusif de cette organisation et sans se référer à d’autres institutions chargées également de la surveillance et de la recherche de la grippe animale, plutôt au niveau national.

Deux programmes pour la surveillance de la grippe d’origine animale à l’OMS

Programme informel pour l’étude de la grippe animale 1957-1972

8Le programme informel pour l’étude de la grippe animale à l’OMS résulte de la collaboration établie entre l’unité SPV et le programme de la grippe, sous la coordination de SVP, créée et dirigée par Martin Kaplan entre 1949 et 1969. Kaplan, passé à la direction du Bureau des sciences et des technologies et ensuite à celle du Bureau de recherche et de développement de l’OMS, a continué à collaborer à la recherche sur la grippe chez les animaux.

9De son côté, le programme de la grippe humaine de l’OMS avait été mis en place en 1947 dans le but d’éviter les conséquences catastrophiques d’une pandémie similaire à celle causée par la grippe espagnole de 1918-1919. À partir de 1951, le programme a constitué un réseau mondial de surveillance de la grippe composé des deux centres internationaux situés à Londres et à New York (transféré à Atlanta en 1960) et d’un nombre toujours croissant de centres nationaux. Le programme disposait de ressources pour la dotation des centres nationaux en matériel de laboratoire et pour la production et la distribution gratuite des réactifs à tous ses collaborateurs ainsi que des bourses pour la formation du personnel aux techniques d’analyse des virus. Les laboratoires collaborant au programme étaient désignés par les autorités nationales de santé publique, reconnus par l’OMS et soumis aux termes de référence définis par les documents institutionnels (OMS, 1953).

10Au cours des premières années de la mise en œuvre du programme de la grippe, l’instauration des mesures de contrôle contre la grippe était considérée comme encore prématurée. Les expériences vécues au cours des pandémies grippales de 1957 et de 1968 avaient montré que le vaccin représentait le meilleur outil de prévention de la grippe. Les évaluations postérieures à ces pandémies avaient mis en évidence la nécessité de renforcer la recherche sur les vaccins grippaux afin d’améliorer leur qualité et les méthodes de fabrication (OMS, 1969). En 1971, le programme a redéfini ses objectifs, focalisés désormais sur l’obtention rapide des souches du virus résultantes de nouvelles mutations afin de les utiliser dans la production des vaccins contre la grippe saisonnière et contre la grippe pandémique (Cockburn, 1971). En raison de l’apparition récurrente de mutations du virus de la grippe, les souches utilisées pour la fabrication des vaccins devaient être renouvelées annuellement. Avant chaque saison épidémique, le programme de la grippe de l’OMS adressait ainsi des recommandations aux autorités nationales chargées du contrôle des médicaments et aux fabricants de vaccins sur les souches entrant dans la composition de ces derniers et distribuait les souches de semence pour la production des vaccins (Brès, 1975).

11La recherche sur la grippe d’origine animale à l’OMS est née de la collaboration entre le programme de la grippe et l’unité SPV de cette institution. Les promoteurs de cette initiative ont encouragé et coordonné des études sur la grippe chez les animaux, cherchant à comprendre le rôle du réservoir animal dans l’épidémiologie de la grippe. L’hypothèse du réservoir animal en tant qu’explication possible des variations antigéniques du virus grippal avait été proposée lors de la première réunion du comité d’experts de la grippe, organisée par l’OMS en 1952. À cette date, aucune expérience ne permettait de confirmer cette théorie, mais la connaissance des mécanismes de variation antigénique des virus de la grippe s’avérait nécessaire pour le développement d’un vaccin efficace (OMS, 1953).

12En 1957, Martin Kaplan et Antony Payne, le coordinateur du programme de la grippe, ont lancé une enquête qui portait sur la collecte des sérums des porcs et des chevaux afin de savoir si le virus responsable de la pandémie était présent chez ces animaux avant son déclenchement. (Payne, 1957). Les résultats des études sérologiques ont montré que la grippe équine était survenue dans des pays qui ne l’avaient jamais signalée auparavant. Cependant, la question du rôle des animaux comme source principale des changements antigéniques restait encore sans réponse. (Kaplan et Payne, 1959).

13L’unité SPV a alors organisé une série de consultations informelles pour l’étude de la grippe animale, commencées en 1963 et qui se sont étendues jusqu’en 1982. Les participants de la première consultation ont proposé de poursuivre les études épidémiologiques chez les porcs et de standardiser les réactifs et les procédures techniques. À partir de 1965, l’unité SPV a alloué des sommes modestes aux laboratoires qui le demandaient, en matériels nécessaires à ces activités. L’unité SPV recevait les rapports annuels envoyés par les laboratoires, les compilait et les distribuait parmi les collaborateurs (Easterday, 2004), travail documentaire indiquant un souci manifeste de coordination.

14Le programme informel de recherche sur la grippe d’origine animale s’est enrichi de la collaboration de Robert Webster (voir encadré 1). En 1969, avec le soutien de l’OMS et le financement du National Institute of Health (NIH), Webster a réalisé des travaux de recombinaisons génétiques du virus grippal entre différentes espèces animales au laboratoire public Plum Island, à New York. Ces études avaient pour but de tester une des hypothèses qui éclairaient les mécanismes des mutations du virus présentant un potentiel pandémique. L’origine du virus de la grippe pandémique s’expliquait par deux théories. La première, la mutation directe à partir des souches humaines de virus existants. La deuxième, les mammifères ou les oiseaux agissant comme réservoirs. La seconde hypothèse présentait deux variantes : soit les souches pandémiques humaines de grippe surviennent par mutation directe de mammifères dans des réservoirs aviaires, soit elles peuvent émerger de l’interaction génétique entre les virus humains existants et les virus de la grippe portés par les mammifères et les oiseaux (Webster, 1970). Webster a obtenu des hybrides antigéniques du virus de la grippe des mammifères et des oiseaux isolés après des infections mixtes dans des embryons de poulet ou de cultures cellulaires avec des virus grippaux. Ces études ont fourni des preuves sur l’interaction génétique entre les virus circulant chez les animaux ainsi que sur l’origine possible du virus de la grippe pandémique humaine (Webster, 1970). Cependant, il était encore nécessaire d’observer la recombinaison entre les virus d’origine animale et humaine dans la nature. La surveillance du virus grippal in extenso (toute espèce animale et toute région géographique) s’avérait indispensable afin de continuer à examiner les théories sur l’origine des virus pandémiques.

Encadré 1. La conjecture de Robert Webster

Robert Webster est né en Nouvelle-Zélande où il a fait des études en microbiologie. Webster a obtenu son doctorat à l’Université nationale d’Australie, à Canberra, et a travaillé deux ans comme virologue en Nouvelle-Zélande. En 1966, il a intégré le département d’épidémiologie de l’École de santé publique de l’Université de Michigan à Ann Arbor (école dans laquelle ont travaillé les experts américains de la recherche sur la grippe et du développement du vaccin antigrippal T. Francis, J. Salk, K. Jensen, J. Masaab et A. Monto). En 1968, Webster a rejoint le département de virologie et de biologie moléculaire de l’hôpital St. Jude Children’s Research (Memphis, Tennessee). Cet hôpital de recherche privé, spécialisé dans les maladies de l’enfance, notamment le cancer, a ouvert ses portes aux études sur la grippe. Webster y a travaillé jusqu’à sa retraite (Mandavilli, 2003). Webster a été un des premiers scientifiques à comprendre l’importance des oiseaux dans les pandémies de grippe. Au début des années 1960, en Australie, Webster et Graeme Laver, ont l’idée de prélever des échantillons d’oiseaux trouvés morts sur les plages afin de rechercher des anticorps contre la grippe et d’isoler un virus grippal. Effectivement, les oiseaux montraient des anticorps contre des virus qui avaient circulé parmi les humains durant la pandémie de 1957. Cela prouvait que les oiseaux avaient été exposés au virus mais qu’ils n’étaient pas nécessairement atteints de la grippe. Afin de connaître le rôle des oiseaux dans cette pandémie, Webster s’est adressé au centre mondial du programme de la grippe à Londres, qui possédait une collection importante de souches du virus isolées chez les oiseaux et des anticorps obtenus sur des victimes de cette pandémie. Les expériences conduites dans ce laboratoire ont indiqué que le virus de la grippe humaine partageait bien les mêmes caractéristiques moléculaires que les virus de la grippe aviaire (Rosenwald, 2006).

Programme d’écologie du virus grippal d’origine animale 1972-1983

15En 1972, en réponse aux preuves sur la transmission de la grippe des porcs à l’homme obtenues aux États-Unis et à l’isolement d’un grand nombre de virus de la grippe, certains d’entre eux contenant des nouveaux antigènes de surface à partir des oiseaux sauvages dans plusieurs régions du monde, l’OMS a décidé la mise en place d’un programme de recherche sur l’écologie du virus grippal (WHO, 1972). À leur propre initiative, R. Webster et Geoffrey Schild, directeur du centre international du programme de la grippe à Londres, ont joué un rôle moteur dans le nouveau programme. Schild, qui percevait déjà une subvention annuelle pour son travail au centre collaborateur du programme de la grippe, a aussi reçu entre 1972 et 1976 le soutien de l’unité SPV pour engager des recherches sur les virus de la grippe en circulation chez les animaux (Schild, 1973). Au cours de l’été 1972, Schild a entrepris des études sur l’écologie de la grippe dans des colonies d’oiseaux aquatiques au nord de la Norvège. L’année suivante, Schild a coordonné une enquête regroupant des virologistes des centres nationaux du programme de la grippe de Roumanie et de Tchécoslovaquie dans le delta du Danube portant sur les oiseaux migratoires (Schild, 1974).

  • 3 En 1975, G. Schild, travaillant à l’agence anglaise de régulation des médicaments, a été officielle (...)

16En 1975, Webster a proposé à l’OMS de désigner son laboratoire en tant que centre collaborateur pour les études d’écologie des virus de la grippe chez les animaux, faisant valoir sa capacité à standardiser les réactifs utilisés pour la recherche sur la grippe animale. Webster avait déjà préparé des antisérums de référence pour une grande quantité de virus de la grippe humaine et animale et les avait comparés aux réactifs préparés par G. Schild, (alors directeur du centre collaborateur de l’OMS pour la standardisation du vaccin grippal au National Institute for Biological Standards and Control (NIBSC) à Londres)3. Webster a même défini les objectifs de son centre collaborateur. À l’étude des interactions génétiques des souches humaines et animales, déjà considérées par le programme de l’OMS, Webster a ajouté la préparation des réactifs de référence (Webster, 1975). Cette collaboration a permis à Schild de reproduire le travail de surveillance des virus circulant chez les oiseaux de Webster, complétant ainsi la portée de la surveillance de la grippe humaine coordonnée par son laboratoire. De son côté, Webster a bénéficié de l’expertise du laboratoire britannique en matière de standardisation des techniques et des réactifs (OMS, 1948). Mais surtout, Webster, qui avait été formé à l’école de santé publique de l’Université de Michigan, à Ann Arbor, siège du développement du vaccin grippal, a renforcé grâce à ses contacts avec Schild l’idée d’une surveillance indissociable de la prévention et du contrôle de la grippe par la production d’un vaccin. En conséquence, les échanges entre Webster et Schild sont essentiels dans la transformation de l’écologie virale par l’adoption d’une conception de surveillance orientée par un paradigme biomédical de contrôle de la grippe basé sur la production de ce dispositif techno-scientifique.

17L’OMS a accepté la désignation du laboratoire de Webster comme centre collaborateur pour des études sur l’écologie virale de la grippe, due au fait qu’il possédait des ressources (le financement des NIH), une grande collection de souches et la capacité de produire les réactifs (Abdussalam, 1975). Kaplan a profité de la nouvelle position du laboratoire de Webster à l’OMS pour demander l’aide financière des NIH afin d’intensifier le travail engagé sur l’écologie des virus de la grippe (Kaplan, 1975). La désignation du centre collaborateur pour l’étude de l’écologie de la grippe a été également reconnue par le programme de la grippe. Les directeurs des deux centres internationaux de ce programme à Londres et à Atlanta devaient inclure le laboratoire de Webster dans leurs échanges d’informations et de souches représentatives pour la composition du vaccin (Cockburn, 1975).

18En 1976, l’OMS a travaillé à la constitution d’un programme élargi sur l’écologie de la grippe animale en vue de l’isolement d’un grand nombre de virus de la grippe à partir d’oiseaux et en raison du rôle que ces virus pourraient jouer dans la genèse des pandémies humaines (Schild, 1977). L’OMS a fait appel à la collaboration de plusieurs laboratoires pour la réalisation des enquêtes supplémentaires chez les oiseaux. Ce programme a bénéficié d’une large diffusion internationale couvrant les six régions administratives de l’OMS. En 1976, le réseau de surveillance des oiseaux comptait 108 laboratoires répartis dans ces diverses régions : 5 laboratoires en Afrique, 26 dans les Amériques, 8 en Méditerranée orientale, 44 en Europe (y compris 15 en URSS), 9 en Asie du Sud, et 14 dans le Pacifique occidental (WHO, 1977). Cette même année, l’avènement de la grippe porcine aux États-Unis, suivie par la réapparition du virus (H1N1) en 1977 lors de l’épidémie connue comme grippe de Russie (mais originaire de Chine), a contribué au renforcement de la surveillance de la grippe chez les porcs (Webster et Schild, 1978). À partir de 1977, le programme s’est focalisé sur la surveillance des porcs et des oiseaux. En 1978, le document institutionnel qui définissait les termes de référence du programme de la grippe a reconnu pour la première fois l’importance de l’écologie du virus grippal dans le développement d’un système de surveillance efficace pour les virus chez les humains (WHO, 1978a).

Fusion de la surveillance des virus de la grippe humaine et animale 1983-2002

19En 1982, la dernière consultation informelle pour l’étude de la grippe animale a approuvé le cadre du « programme mondial sur l’écologie de la grippe de l’OMS » (WHO, 1982). Ce plan a reconnu l’efficacité du système de surveillance mondiale mis en place par le programme de la grippe. Suivant ce modèle, l’OMS a décidé d’établir un programme plus structuré d’écologie de la grippe chez les animaux. Ce nouveau programme devait élucider le rôle des sources non humaines du virus de la grippe dans l’épidémiologie de la maladie humaine ; améliorer la compréhension de l’évolution et de l’histoire naturelle des virus grippaux ; prévenir et contrôler les infections grippales chez les hôtes non humains lorsque celles-ci présentaient des problèmes de santé vétérinaire ou de santé publique (WHO, 1983). Cependant, faute de moyens, non seulement le programme n’a pas été mis en œuvre, mais les contributions modestes au travail de surveillance des laboratoires dans les différents pays ont été suspendues :

  • 4 Au début des années 1980, les États-Unis, les contributeurs les plus importants de l’OMS, ont rédui (...)

Unfortunately, however, even the small amount of support WHO was able to give up to the end of 1983 had been severely curtailed, due to monetary constrains. (Debbie, 1987, p. 1)4

  • 5 Le centre national de la grippe en Chine, a rejoint le Réseau de surveillance de la grippe de l’OMS (...)

20En reconnaissant l’importance de l’écologie du virus grippal dans le contrôle des épidémies humaines, le programme de la grippe a coordonné des activités de recherche et de surveillance du virus grippal circulant chez les animaux. En 1982, à la suite de la participation de la Chine au programme de la grippe de l’OMS5, deux conférences, l’une à Hong-Kong (Shortridge, 1982), l’autre à Pékin (Laver, 1984), avaient réuni des experts venus de la République populaire de Chine, de Hong-Kong et des pays occidentaux pour discuter de la grippe d’origine animale. L’atelier organisé par Webster et Laver a eu pour objectif de stimuler l’utilisation des méthodes de biologie moléculaire en Chine afin de répondre à la question de savoir pourquoi des nouvelles souches pandémiques survenaient en Chine. Cette information devait constituer la base d’un contrôle efficace des pandémies grippales par la production des vaccins antigrippaux :

One of the aims of this meeting is to demonstrate the potential currently available technology for obtaining basic genetic information about influenza viruses and of future directions for preparing of live attenuated, subunit, or synthetic vaccines. (Webster, 1982, p. 3)

21En 1989, le programme de la grippe, avec la participation de R. Webster, a mis en place un programme d’études en Chine sur le rôle de la grippe animale dans l’origine des pandémies grippales humaines. Il était nécessaire d’apporter un soutien financier à la Chine pour la mise en place des laboratoires dans le sud du pays. En raison des restrictions budgétaires de l’OMS, le centre collaborateur du programme de la grippe du CDC d’Atlanta a contribué financièrement à ce projet (Ghendon, 1989). Par ailleurs, à cette même date, le CDC, qui avait obtenu le soutien financier de l’industrie pharmaceutique, avait déjà mis en place un plan pour améliorer la surveillance des virus de la grippe circulant chez les humains en Chine (Kendal, 1986).

  • 6 À cette date le GEIG était coordonné par Pierre Saliou qui travaillait pour Sanofi Pasteur. Le GEIG (...)

22En 1994, en réponse aux recommandations des chercheurs de la grippe et des industriels producteurs du vaccin grippal6, le programme de la grippe a demandé aux centres nationaux de son réseau et à des institutions vétérinaires de participer à la surveillance de la grippe chez les porcs et les chevaux. Cette initiative a été justifiée par le rôle important de ces animaux dans l’émergence des souches pandémiques de virus de la grippe humaine (Ghendon, 1994). Les termes de référence conçus pour les laboratoires participants ont été préparés en collaboration avec J. Skehel, directeur du centre international de la grippe à Londres, et avec R. Webster qui continuait à assurer la direction du centre collaborateur de la grippe animale de l’OMS, mais qui à cette date travaillait étroitement avec le programme de la grippe. Ce programme a été en mesure de financer la production et la distribution gratuite des réactifs aux laboratoires travaillant pour la surveillance des porcs et des chevaux. Cette initiative prise en réponse aux intérêts de l’industrie pharmaceutique montre le rôle assumé par le secteur privé dans le financement de la santé publique.

23La fusion définitive de la surveillance de la grippe d’origine animale et humaine à l’OMS a été décidée lors d’une consultation internationale sur les priorités de la grippe, dénommée « l’Agenda pour la surveillance globale et le contrôle de la grippe » et qui s’est tenue à Genève en 2002. Cette consultation, coordonnée par le programme de la grippe, a élaboré les directives pour le programme mondial sur la surveillance et la lutte contre la grippe. Un groupe de travail a été constitué afin de mettre en œuvre la recherche sur la grippe appelée « Interface entre l’homme et l’animal ». Les objectifs de cette initiative portaient sur la réalisation des études sur cette interface, orientées vers la compréhension de la transmission des virus grippaux d’origine animale (notamment les oiseaux) aux humains ; sur la formation pour la conduite de ces études ; sur la production et la distribution des réactifs pour l’analyse des virus ; sur l’établissement d’un pool de gènes pour les virus de la grippe (Stöhr, 2003). En 2005, le groupe de travail a encouragé l’interaction entre l’interface, le réseau de surveillance de la grippe de l’OMS et le réseau OFFLU de la FAO et l’OEI pour la grippe aviaire (WHO, 2005).

Surveillance de la grippe d’origine animale à l’OMS : du réseau scientifique au réseau en santé publique

24Afin de mieux cerner les éléments qui ont assuré la cohésion du programme de la grippe, lui permettant de prendre le contrôle progressif de la surveillance des virus d’origine animale, nous nous proposons maintenant d’analyser les deux programmes responsables de la surveillance de la grippe animale et humaine en fonction du type de réseau scientifique qu’ils ont construit. Cette démarche doit nous permettre d’expliciter les différentes stratégies mises en place par les acteurs dans la constitution de ces programmes et de comprendre les facteurs qui ont permis leur cohésion ou leur désintégration. Cette analyse s’inspire du travail réalisé par Robert Kohler à propos de la communauté des scientifiques, constituée autour de la drosophile comme modèle animal pour le travail de recherche en génétique. Kohler définit le réseau établi entre 1910 et 1940, aux États-Unis, par les spécialistes de la drosophile, comme un réseau académique basé sur le travail collaboratif et caractérisé par le libre partage des mutants et du savoir-faire (Kohler, 1994). Notre comparaison prend en compte quatre aspects relatifs à la configuration des programmes en question : les objectifs de santé publique, la participation au programme, le partage du matériel biologique et des informations, les moyens disponibles pour assurer leur fonctionnement.

25La contribution à la santé publique de la recherche menée par l’unité SVP était fondée sur la compréhension du rôle des virus circulant chez les animaux dans l’épidémiologie de la grippe humaine. Ces connaissances n’ont pas conduit initialement à des applications concrètes en matière de protection contre les pandémies grippales, bien que le programme de la grippe se proposât de contribuer à la santé publique internationale par la mise au point d’un vaccin efficace contre la grippe saisonnière et pandémique. Cependant, la connaissance des mutations du virus présentant un potentiel pathologique se traduisait par la justification de l’importance d’une application immédiate des mesures de santé publique (production des vaccins et des antiviraux).

26Le programme d’écologie virale de la grippe était composé d’un nombre variable de laboratoires travaillant à leur propre initiative, sans obligation contractuelle tandis que le programme de la grippe était composé des laboratoires désignés par les autorités nationales de santé publique, reconnus par l’OMS et soumis à des termes de référence. L’association sans contrat de ces laboratoires collaborateurs du programme d’écologie virale explique la difficulté de ce programme pour garder sa cohésion. Par exemple, le réseau de surveillance des oiseaux qui a réuni initialement un nombre très élevé de participants n’a pas perduré faute de moyens.

27Le programme d’écologie virale s’est caractérisé alors par des échanges libres et volontaires entre pairs, relevant plus d’un engagement professionnel et scientifique que d’incitations. Dans le programme de la grippe, les termes de référence définis par les documents institutionnels régulaient les échanges (à l’intérieur et à l’extérieur du réseau) et établissaient l’obligation de coopération de ses participants.

28En raison de la crise budgétaire de l’OMS, le programme d’écologie viral a dû suspendre le financement accordé à ses collaborateurs et n’a pas disposé des moyens suffisants pour sa restructuration. Le programme de la grippe, également touché par cette restriction budgétaire, étant centré sur la production du vaccin antigrippal, considéré comme le meilleur outil pour la protection contre les épidémies et les pandémies grippales, a reçu à plusieurs reprises le soutien financier des institutions américaines chargées de la santé publique, le CDC, le NIH, et le NIAID (Cockburn, 1976), de l’agence américaine pour le développement international (USAID) (Regnery, 1990) et des industriels producteurs du vaccin antigrippal (Torrigiani, 1987).

29Cette analyse nous permet de décrire le programme d’écologie virale comme un réseau scientifique ayant des intérêts de santé publique tandis que le réseau constitué par le programme de la grippe peut être caractérisé comme un réseau scientifique ayant des objectifs de santé publique travaillant en partenariat avec l’industrie pharmaceutique. Par conséquent, il est possible d’affirmer que le lien entre la surveillance d’un virus en constante mutation et la production du vaccin antigrippal a constitué un facteur essentiel pour maintenir la cohésion du programme de la grippe.

Transformation du concept d’écologie du virus grippal

Collaboration entre l’OMS et l’Institut de virologie D. I. Ivanovski de Moscou

30La reconstruction d’un cas particulier portant sur la collaboration établie entre l’OMS et un de ces centres collaborateurs, proposé dans cette deuxième partie, a pour but de mettre en question l’appropriation du concept d’écologie virale par l’OMS. S’agissant de la relation entre l’OMS et un laboratoire situé en Union soviétique, ce cas nous permet d’interroger les tensions possibles entre scientifiques durant la guerre froide, mais aussi entre deux styles de pensée caractéristiques de la science « occidentale » et de la science « soviétique ». Ces aspects seront éclairés par la suite.

31La collaboration pour la surveillance des virus d’origine animale entre l’OMS et le laboratoire d’écologie de l’Institut de virologie Ivanovski de Moscou, dirigé par K. Lvov, a commencé en 1970. L’OMS a accordé à ce laboratoire des aides modestes pour l’achat du matériel et des réactifs. En contrepartie, ce laboratoire a envoyé des rapports annuels à l’OMS et a reçu des experts, américains et britanniques, collaborant avec cette institution pour la réalisation des enquêtes de terrain. En outre, ces visites ont bénéficié à la standardisation des techniques de collecte du matériel biologique et des techniques et des réactifs pour l’analyse du matériel obtenu. Cette collaboration avait pour objectif la réalisation des enquêtes sur des nouvelles espèces animales dans de nombreuses régions de l’URSS afin de déceler les hybrides, formés par les virus de la grippe d’origine animale et humaine, et présentant un danger potentiel pour l’être humain (Beveridge, 1974).

32En plus du travail scientifique effectué dans son laboratoire, K. Lvov a coordonné les enquêtes réalisées par 15 laboratoires situés dans diverses régions de l’URSS (Ukraine, Azerbaïdjan, Kirghizie, Tadjikistan, Kazakhstan, Mourmansk). La grande extension géographique et la diversité climatique des zones disponibles pour la recherche faisaient de l’URSS un lieu privilégié pour l’étude du réservoir animal du virus grippal. Les études conduites par Lvov et ses collaborateurs et même par les scientifiques occidentaux qui ont participé à ces expéditions (Webster, Schild, Easterday) s’adressaient à un large éventail d’espèces animales susceptibles d’être infectées par le virus de la grippe (Easterday, 1976). Les hôtes à partir desquels le virus grippal a été isolé étaient composés d’animaux domestiques et agricoles (canards, poulets, dindes, chevaux, chiens, bovins, porcs) et d’animaux sauvages (oiseaux aquatiques migrateurs, guillemots, pigeons, chauves-souris, saumons migratoires, baleines, cerfs, écureuils, gélinottes des bois et chameaux (en Mongolie)).

33L’OMS a reconnu à plusieurs reprises la valeur des études en écologie du virus grippal conduites par les scientifiques soviétiques. L’obtention d’un grand nombre d’isolats des virus de la grippe aviaire a été particulièrement appréciée par les scientifiques qui ont visité l’Union soviétique. Par exemple, le travail de terrain mené en collaboration avec Easterday et Webster a conduit à l’obtention de 447 échantillons pris sur 307 oiseaux appartenant à 25 espèces (Easterday, 1976). Des études écologiques ont révélé que l’analyse de l’hémagglutinine du virus du canard de l’Ukraine montrait qu’il était le prédécesseur du virus de la pandémie de Hong-Kong. L’isolement du virus (H1N1) chez les poulets, les pigeons et les oiseaux sauvages a présenté un intérêt particulier pour l’OMS étant donné que ce sous-type du virus avait été isolé seulement à partir de porcs en France et de canards en Hongrie (Milouchine, 1979).

34Cette collaboration a été interrompue de manière unilatérale en 1983 quand l’OMS a suspendu le financement, certes modeste, du laboratoire de Moscou et notamment quand ce dernier a été écarté de la restructuration du programme d’écologie virale. En 1985, n’ayant reçu aucun soutien financier ni aucune communication de la part des fonctionnaires de l’OMS depuis 1983, K. Lvov, a demandé à l’OMS les directives à suivre dans le domaine de la recherche sur la grippe animale (Lvov, 1985). L’OMS a justifié son silence et l’interruption des aides financières en arguant de ses difficultés budgétaires et en annonçant la restructuration du programme d’écologie virale (Bögel, 1985). Le laboratoire de Moscou, qui avait été inclus dans la liste des centres collaborateurs OMS du programme élargi d’écologie virale de la grippe, n’a pas été invité à la réunion de restructuration ni informé des conclusions de cette réunion.

Écologie du virus grippal à l’OMS

  • 7 En 1983, le programme de la grippe a mis en place des essais cliniques en collaboration avec l’Unio (...)

35La position prise par l’OMS par rapport à la mise à l’écart du laboratoire soviétique des études d’écologie de la grippe peut être considérée comme une conséquence indirecte de la guerre froide, étant donné le rôle prépondérant assumé par les virologues américains et britanniques à l’OMS. Néanmoins, C. Easterday, de l’Université de Wisconsin, s’étant déplacé en URSS pour conduire des enquêtes de terrains, a mis l’accent sur l’aspect collaboratif du programme de l’OMS pour la surveillance de la grippe d’origine animale, assurant que cette recherche dépassait les restrictions de la guerre froide (Easterday, 2003). En 1983, les relations de l’OMS avec l’URSS se sont déroulées dans un climat plus tendu marqué par l’invasion de l’Afghanistan. Cependant, cet aspect peut être nuancé par la collaboration établie, cette même année, entre le programme de la grippe et les scientifiques soviétiques pour la réalisation des essais cliniques sur le vaccin grippal produit dans ce pays et utilisant des souches vivantes atténuées7.

  • 8 Au début des années 1930, Lyssenko avait réussi à imposer une théorie pseudo-scientifique, « l’agro (...)

36Effet ou pas de la guerre froide, il est possible d’examiner l’exclusion du laboratoire soviétique sous le prisme des tensions entre deux styles de pensée (Fleck, 2012). La lecture des rapports annuels envoyés par le directeur du laboratoire soviétique à l’OMS et des documents produits par le programme d’écologie virale de l’OMS montre un emploi différent du concept d’écologie virale. Toutefois, avant d’examiner les appropriations de ce concept, il est nécessaire de souligner que cet affrontement ne se réfère pas à l’affaire Lyssenko et ses conséquences néfastes pour le prestige de la biologie soviétique8. Les rapports du laboratoire soviétique contredisent cette possibilité en montrant que les scientifiques soviétiques ont appliqué les techniques en biologie moléculaire recommandées par l’OMS. En outre, les rapports de ce laboratoire emploient le terme « genofund » (patrimoine génétique) introduit par le généticien soviétique A. Serebrovskii, un des principaux détracteurs de Lyssenko (Fando, 2008). L’utilisation de ce terme et non de celui adopté par la génétique occidentale « gene pool », montre combien les scientifiques soviétiques voulaient se détacher de cette affaire.

37Le concept « écologie virale de la grippe » n’a pas été défini dans les rapports de l’OMS issus des consultations annuelles de ce programme ni dans les rapports envoyés par le laboratoire soviétique à l’OMS. Cependant, la manière dont le concept a été utilisé montre une appropriation différente de la part de l’OMS et de ses centres collaborateurs et de la part des scientifiques soviétiques. Afin de mieux comprendre ces différences, la comparaison entre les deux manières d’appropriation de ce concept doit intégrer trois aspects : le type de connaissances souhaitées des études d’écologie virale de la grippe ; l’extension et/ou la délimitation des espèces animales ; l’extension et/ou la délimitation des régions à surveiller.

  • 9 Terme créé en 1877 par le zoologue allemand Karl August Möbius, se référant à une communauté d’être (...)

38Les études en écologie de la grippe coordonnées par l’OMS devaient expliquer l’origine des souches de la grippe pandémique humaine. L’écologie virale de la grippe devait de ce fait porter sur l’isolement des souches du virus grippal chez les animaux et sur la comparaison de la structure antigénique des souches nouvellement isolées d’origine animale avec les souches d’origine humaine (WHO, 1972). À ce but initial se sont ajoutés la compréhension de la transmission inter-espèces du virus grippal chez l’homme à des hôtes non humains et vice-versa, la prévention et le contrôle de la grippe humaine par l’utilisation des vaccins et des antiviraux et l’obtention des connaissances relatives à la prévision des prochaines pandémies. Ce programme de recherche est ainsi pleinement assumé comme une entreprise techno-scientifique d’envergure mondiale qui fait de l’écologie grippale un objectif de surveillance et de lutte mondialisée. Pour sa part, la recherche menée par le laboratoire d’écologie de l’Institut de virologie Ivanovski partageait les objectifs déjà énoncés pour le programme de l’OMS. Cependant, à la différence de l’OMS, la manière dont Lvov et ses collaborateurs ont énoncé leurs objectifs dénote un discours écologique qui s’intéresse au milieu écologique et aux relations entre les organismes interagissant dans un même espace. Les recherches réalisées par les virologues soviétiques se sont préoccupées de l’étude du rôle de la biocénose9 naturelle dans la circulation du virus grippal et de l’étude des régularités de circulation du virus de la grippe entre les différents groupes écologiques d’animaux, afin de démontrer la relation entre les épizooties chez les animaux sauvages et domestiques et leur incidence chez les humains (The Ivanovsky Institute of Virology, 1982). Ainsi, le laboratoire soviétique est resté attaché à une approche écologique in extenso au niveau des biocénoses sans inclure une visée techno-scientifique ni une approche épidémiologique mondialisée.

39Le programme de l’OMS a effectué un déplacement de la surveillance in extenso de toute espèce animale susceptible d’être infectée par le virus grippal vers la surveillance des groupes cibles, constitués notamment par les oiseaux, les porcs et les chevaux. Le laboratoire de Moscou a continué à surveiller toute espèce animale susceptible d’être infectée par le virus grippal, même si à la demande de l’OMS, l’accent a été mis sur la surveillance des oiseaux migrateurs. Le programme de l’OMS a recommandé l’extension de la surveillance du virus de la grippe chez les animaux à toutes les régions géographiques. Parallèlement, le programme a porté un intérêt particulier aux régions dans lesquelles l’apparition des nouvelles souches présentant un potentiel pandémique était davantage probable. La Chine, particulièrement le sud du pays, est devenue le lieu privilégié à surveiller. Le laboratoire soviétique a continué son travail de surveillance dans toutes les régions et les zones climatiques et géographiques de l’URSS et a conduit des travaux de terrain en Mongolie.

40Cette comparaison montre que même si les scientifiques soviétiques ont réalisé des analyses en biologie moléculaire sur l’évolution du virus de la grippe, utilisant des techniques développées et standardisées par les centres collaborateurs de l’OMS, le laboratoire de Lvov faisait des études qui se démarquaient des lignes tracées par l’OMS. Cette écologie in extenso du point de vue géographique et des espèces animales n’intéressait plus l’OMS. En effet, le programme d’écologie virale de la grippe a favorisé la production des connaissances conduisant à la compréhension de l’origine des souches pandémiques nécessaires pour prévenir et contrôler les pandémies grippales. En outre, étant donné que les pandémies de 1957 et de 1968 étaient originaires de la Chine, et que le virus (H1N1) avait réémergé dans ce pays en 1977, la surveillance du virus grippal en Chine est devenue prioritaire pour les deux programmes de l’OMS responsables de la grippe d’origine animale et humaine (WHO, 1978b).

Conclusion

41La première partie de notre étude a mis en lumière les aspects qui ont conduit le programme de la grippe à prendre progressivement le contrôle administratif de la surveillance des virus d’origine animale. Les conséquences de la fusion de la surveillance de la grippe animale et humaine sous l’autorité du programme de la grippe concernent, d’une part, la stabilité budgétaire que ce programme pouvait offrir à la surveillance de la grippe animale, d’autre part, la restriction imposée par les termes de référence de ce programme à la circulation du matériel biologique. Cette analyse rend compte aussi du fonctionnement de l’OMS en tant qu’agence chargée de la santé publique internationale, plus précisément de l’approche biomédicale adoptée par cette institution donnant priorité au contrôle de la grippe par vaccination. La collaboration entre R. Webster et le programme de la grippe est à l’origine de l’introduction du vaccin en tant que meilleur outil pour le contrôle des pandémies grippales.

42La deuxième partie nous offre la possibilité de saisir le genre de connaissances produites par le programme d’écologie virale et la transformation opérée dans les usages de ce concept. Plus les résultats de la recherche sur l’écologie virale de la grippe montraient l’importance des virus circulant chez les animaux dans l’origine des pandémies humaines, plus le concept d’écologie virale s’est focalisé sur une surveillance ciblée (notamment des oiseaux et en Chine) ayant pour but la prévention, le contrôle et même l’anticipation des pandémies et s’est détaché de l’écologie in extenso pratiquée par les scientifiques soviétiques. Cette analyse nous montre aussi que la prévention et le contrôle de la grippe adoptés par l’OMS ont impliqué la collaboration avec des pays qui, en raison de la guerre froide, avaient été exclus ou n’étaient pas membres de l’ONU et par conséquent de l’OMS. La Chine était censée être le réservoir majeur du virus grippal tandis que l’URSS (dont l’écologie virale pratiquée n’intéressait plus l’OMS) avait développé une autre technologie de fabrication du vaccin grippal, supposée présenter un meilleur rendement de production.

43Par ailleurs, l’interaction entre les deux programmes de l’OMS qui ont collaboré à la surveillance de la grippe chez les animaux a offert à chacun d’entre eux la possibilité d’élargir leurs approches particulières en tant que responsables de la santé publique. L’unité de santé publique vétérinaire a montré aux responsables du programme de la grippe que la surveillance de cette maladie ne pouvait pas se limiter exclusivement aux virus de la grippe humaine et que l’origine des pandémies grippales ne pouvait être comprise que par les interactions du virus avec le réservoir animal, cette position reflétant particulièrement le genre de travail revendiqué par les scientifiques soviétiques. Pour sa part, le programme de la grippe a montré que les études d’écologie virale concernant les modes de circulation des virus et de leurs relations avec l’environnement, plus qu’une question scientifique, étaient avant tout une manière de concevoir des méthodes de contrôle de la maladie. Robert Webster a bien compris ces deux approches. Cela explique la manière dont il s’est intégré au programme de la grippe et dont il a fixé la ligne d’action que ce programme devait suivre lors de la fusion des deux programmes de surveillance.

44Finalement, l’histoire centrée sur le fonctionnement ordinaire et les opérations concrètes de la surveillance au quotidien proposée par notre article permet de comprendre les implications sur la santé publique de l’adoption d’un paradigme techno-scientifique et d’élucider la transformation épistémique qui s’est opérée simultanément. Cette analyse écarte le risque inhérent aux histoires internalistes de confondre l’écologie grippale, telle qu’elle a été appropriée par l’OMS, avec des méthodes de contrôle de la grippe plus écologistes, du point de vue de la santé animale.

  • 10 Entre 2003 et 2015, l’OMS a recensé 844 cas humains de grippe aviaire produite par le virus (H5N1), (...)

45Enfin, notre analyse offre une perspective intéressante pour éclairer les enjeux de la gestion de la grippe aviaire aujourd’hui. En effet, l’émergence d’un virus de la grippe aviaire en 2003, qui présentait un fort pouvoir pathogénique capable d’infecter les humains10, a conduit l’OMS à adopter une réponse qui s’éloigne de la réponse écologique que nous venons de reconstituer. L’OMS a ainsi limité les mesures de contrôle contre une pandémie éventuelle à la constitution des stocks de vaccins et de médicaments antiviraux. De leur côté, la FAO (Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture) et l’OEI (Organisation mondiale de la santé animale) ont recommandé de contrôler la maladie à sa source animale en appliquant des mesures de sécurité aux fermes et aux marchés de volaille, notamment par l’introduction des pratiques hygiéniques. Tandis que l’OMS a été en faveur de l’abatage massif des oiseaux infectés afin d’éviter toute infection, la FAO et l’OEI ont signalé l’impact de cette mesure sur le marché alimentaire (Chien, 2013).

46Nous pouvons ainsi affirmer que la contribution des laboratoires pharmaceutiques au financement de la santé publique globale n’est pas sans conséquences. Les industriels ont réussi à imposer leurs intérêts dans la mise en place des mesures pour contrer les pandémies grippales. Cela explique la réponse peu écologique de l’OMS à la gestion de la grippe aviaire.

Je tiens à remercier Frédéric Keck, Nicolas Fortané, David Pontille et les évaluateurs de la RAC pour leurs relectures et leurs remarques. Le travail d’archives à l’OMS à Genève a bénéficié du financement du CERMES 3 que je remercie également.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988). The system of professions: an essay of the division of expert labour. Chicago: University of Chicago Press.

Brown T., Cueto M. & Fee E. (2006). The World Health Organization and the Transition from International to Global Public Health. American Journal of Public Health, 96(1), 62-72.

Carpenter R. (1939) Recent Russian Work on Community Ecology. Journal of Animal Ecology, 8(2), 354-386.

Cassier M. (1998). L’émergence de nouvelles formes d’invention collective : réseaux et consortia de recherché dans le domaine des biotechnologies. Annales des Mines, Réalités industrielles, 74-78.

Chien Y. J. (2013). How did international agencies perceive the avian influenza problem? The adoption and manufacture of the ‘One World, One Health’ framework. Sociology of health & illness, 35(2), 213-226.

Chinese National Influenza Center (2015). Consulté à http://www.cnic.org.cn/eng/about/aboutus/

De Certeau M. (1990). L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire. Paris : Gallimard.

Easterday C. (2004). Swine Influenza, Historical Perspectives. Proceedings of the 4th International Symposium on Emerging and Re-emerging Pig Diseases, 200, 241-244.

Fando R. (2008). The unknown about a well-known biologist. Herald of the Russian Academy of Sciences, 78(2), 160-172.

Fleck, L. (2012). Genesis and development of a scientific fact. Chicago: University of Chicago Press.

Fortané N. & Keck F. (2015) Ce que fait la biosécurité à la surveillance des animaux. Revue d’anthropologie des connaissances, 9(2), 125-137.

Gaudillière J-P. (2002). Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant après 1945. Paris : La Découverte.

Kaplan M. (1969). Relationships between Animal and Human Influenza, Bulletin of the World Health Organization, 41(3-4-5), 485-486.

Kaplan M. & Beveridge W. (1972). WHO Coordinated Research on the Role of Animals in Influenza Epidemiology, Introduction. Bulletin of the World Health Organization, 47(4), 439-448.

Kaplan M. & Payne A. (1959). Serological Survey in Animals for Type A Influenza in Relation to the 1957 Pandemic. Bulletin of the World Health Organization, 20(2-3), 465-488.

Kohler R. (1994). The Lords of the Fly. Chicago: University of Chicago Press.

Laver G. & Webster R., Chu C. (1984). Summary of a Meeting on the Origin of Pandemic Influenza Viruses. Journal of Infectious Diseases, 149(1), 108-115.

Mandavilli A. (2003). Robert Webster. Nature Medicine, 9(12), 1445.

Marks J. (2012). Jacques Monod, Francois Jacob, and the Lyssenko Affair. L’Esprit créateur, 52(2), 75-88.

Milouchine V. (1980). The Role of WHO International Studies on the Ecology of Influenza in Animals. Comparative Immunology, Microbiology & Infectious Diseases, 3, 25-31.

OMS (1953). Comité d’Experts de la grippe. Série de rapports techniques, Premier rapport, 64, 1-36.

OMS (1969). Comité OMS d’experts des maladies à virus des voies respiratoires. Série des rapports techniques, Premier rapport, 170, 1-23.

Rosenwald M. (2006). The Flu Hunter. Smithsonian, 38, 183-186.

Shortridge K. & Stuart-Harris C. (1982). An influenza epicenter? Lancet, (ii), 812-813.

Stöhr K. (2003). The Global Agenda on Influenza Surveillance and Control. Vaccine, 21, 1744-1748.

Vagneron F. (2015), Surveiller et s’unir ? Le rôle de l’OMS dans les premières mobilisations internationales autour d’un réservoir animal de la grippe. Revue d’anthropologie des connaissances, 9(2), 139-162.

Vaughan et al. (1996). Financing the World Health Organization: global importance of extra budgetary funds. Health Policy, 35, 229-245.

Webster R. & Schild G. (1978). Summary of the International Workshop on the Ecology of Influenza Viruses. Journal of Infectious Diseases, 138, 110-113.

Webster R. & Campbell C., Granoff A. (1971). The ‘in vivo’ production of ‘new’ influenza A viruses. I. Genetic recombinants between avian and mammalian influenza viruses. Virology, 44, 317-328.

WHO (1983). WHO Scientific Activities, Ecology of Influenza, Framework for a Global World Health Organization Program. Bulletin of the World Health Organization, 61(1), 41-52.

WHO (2005). Working Group on Influenza Research at the Human/Animal Interface, Activities of this group are now the responsibility of the OFFLU/WHO collaboration. Novembre. Consulté à http://www.who.int/influenza/human_animal_interface/animalinfluenza/en/

WHO (2015). “Cumulative number of confirmed human cases for avian influenza A (H5N1) reported to WHO, 2003-2015”. WHO/Global Influenza Programme data in HQ as of 14 December. Consulté à http://www.who.int/influenza/human_animal_interface/EN_GIP_20151214cumulativeNumberH5N1cases.pdf?ua=1

Haut de page

Annexe

Sources archives

Abdussalam M. (1975). Mémorandum, Designation of WHO CC for Studies on the Ecology of Influenza in Animals. 30 septembre. Archives de l’OMS, Z 2/286/6.

Betkimirov T. (1983) Lettre à A. Kendal, 7 décembre. Archives de l’OMS, I 2/286/3, J 3-11.

Beveridge W. (1974). Agreement Laboratory of Ecology, the D. I. Ivanovsky Institute of Virology. Moscou. 14 décembre, Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

Bögel K. (1985). Lettre à K Lvov. 12 mars. Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

Brès P. (1975). Annual Meeting on the Composition on influenza vaccines 31 octobre. Archives de l’OMS, I 2/87/5 J 3.

Cockburn C. (1971). Lettre aux Centres nationaux de la grippe, 5 avril. Archives de l’OMS, I 2 286/5.

Cockburn C. (1975). Lettre à R. Williams. 10 septembre. Archives de l’OMS, I 2/286/2.

Cockburn C. (1976). Lettre à J. Seal 12 avril, Archives de l’OMS, I 2/286/1 J 2.

Easterday C., Webster R. & Lvov K. (1976). Report of the joint US-USSR Delegations Meeting on the Ecology of Influenza Viruses as Related to Human Infections and Proposed Programme of Collaborative Studies for the Period 1975-1976. Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

Ghendon Y. (1989). Lettre à W. Dowdle. 23 June. Archives de l’OMS, I 2/286/3, J 3-11.

Ghendon Y. (1994). Lettre aux centres nationaux de la grippe, 20 mai. Archives de l’OMS, I 2/180/1.

Ivanovsky Institute of Virology (1982). Programme of Scientific Studies on the Ecology of Influenza of a WHO Collaborating Centre on the Ecology of Viruses. Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

Kaplan M. (1975). Lettre à J. Seale. 16 mai. Archives de l’OMS, Z 2/286/6.

Kendal A. (1986). Recommendations for improving influenza surveillance in China, Archives de l’OMS, I 2/180/1 J 3.

Lvov K. (1985). Lettre à K. Bögel, 28 février. Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

Milouchine V. (1979). Lettre à K. Lvov, Ivanovsky Institute of Virology. 9 novembre. Archives de l’OMS, Z 2/181/18 A.

OMS (1948). Un Centre international de la grippe. Commission intérimaire. WHO.IC/197, 28.

Regnery H. (1990). Report on Prague Meeting to Improve Influenza Surveillance and Control in four Central European Countries. 4-5 octobre. Archives de l’OMS, I 2/86/1.

Schild G. (1973). Lettre à C. Cockburn. 14 décembre. Archives de l’OMS, I 2/181/2, C.

Schild G. (1974). Lettre à C. Cockburn. 19 juillet. Archives de l’OMS, I 2/286/2.

Schild G. (1977), Animal Influenza. VIR/CC/77.8. Bibliothèque de l’OMS, Genève.

Skehel J. (1993). Lettre à G. Barigazzi, Istituto Zooprofilattico, Sperimentale Della Lombardia et dell’Emilia, Parma. 25 juin. Archives de l’OMS, I2/286/2.

Torrigiani G. (1987). Lettre aux fabricants de du vaccin antigrippal (Smith Kline RIT, Behring, Université de Québec, Institut Armand Frappier, Japan Association of Biological Manufacturers). 20 juillet. Archives de l’OMS, I2 180/1 J 3.

Webster R. (1975). Lettre à M. Abdussalam. 7 juillet. Archives de l’OMS, Z 2/286/6.

Webster R. (1982). The Origin of Pandemic Influenza. Archives de l’OMS, I 2/133/1.

Webster R., Campbell C. & Granoff A. (1970). Progress report: Studies on the origin of pandemic influenza viruses. 18 juin. Archives de l’OMS, Z 2/181/49.

WHO (1972). Agenda Informal Consultation on Ecology of Influenza Viruses. Moscow 10-13 novembre. Archives de l’OMS, I 2 286/1, J 2.

WHO (1977). Consultation on the Ecology of Influenza Viruses. Genève. 17-18 janvier. VPH/FLU/77.7. Bibliothèque de l’OMS, Genève.

WHO (1978a). The World Health Organization Influenza Programme. VIR/78.7, 1978, Archives de l’OMS, I 2/286/5.

WHO (1978b). Expanded Programme on the Ecology of Influenza Viruses, International Workshop. Bethesda, 13-14 février. VPH/FLU/78.5. Bibliothèque de l’OMS, Genève.

WHO (1982). Informal meeting in the Ecology of Influenza Viruses, Consultation on the Ecology of Influenza Viruses. Londres, 15-16 février. VPH/FLU/82.11, WHO/VIR/83.2. Bibliothèque de l’OMS, Genève.

WHO (1984). The World Health Organization Influenza Programme. VIR/84.3. Archives de l’OMS, I 2/87/5.

Haut de page

Notes

1 Les laboratoires qui ont collaboré aux études des virus de la grippe chez les animaux n’étaient pas désignés officiellement par les autorités nationales de santé publique. Cette collaboration spontanée explique le nombre toujours variable des laboratoires coopérant à la surveillance.

2 Ces stratégies portent sur la mise en œuvre de différents outils de coordination (Cassier, 1998) : coordination scientifique (des rapports et des publications), coordination administrative (des enquêtes, des formulaires, des documents officiels, des guides techniques, des circulaires et des lettres) et coordination en santé publique (l’organisation des réunions et la publication des recommandations sur les souches à utiliser pour les vaccins).

3 En 1975, G. Schild, travaillant à l’agence anglaise de régulation des médicaments, a été officiellement chargé par l’OMS de la coordination de la réunion annuelle du programme de la grippe avec les industriels, organisée afin de leur communiquer les décisions prises par le programme sur la composition du vaccin. Schild préparait aussi les réactifs nécessaires pour mesurer le contenu antigénique des vaccins qui étaient fournis aux industriels et aux agences nationales de contrôle des médicaments (Brès, 1975).

4 Au début des années 1980, les États-Unis, les contributeurs les plus importants de l’OMS, ont réduit leur apport au budget courant de cette institution. Cette mesure s’explique par le désaccord de ce pays avec les politiques de l’OMS, particulièrement avec le programme des Médicaments Essentiels, contesté par l’industrie pharmaceutique américaine (Brown, 2006). Voir aussi Vaughan (1996).

5 Le centre national de la grippe en Chine, a rejoint le Réseau de surveillance de la grippe de l’OMS en 1981, comme conséquence de la restauration des droits légaux de la Chine en tant que membre de l’OMS. Même si le rapprochement entre l’OMS et la Chine avait commencé en 1972, le bureau de l’OMS en Chine n’est ouvert à nouveau à Pékin qu’en 1981. Chinese National Influenza Center, http://www.cnic.org.cn/eng/about/aboutus/.

6 À cette date le GEIG était coordonné par Pierre Saliou qui travaillait pour Sanofi Pasteur. Le GEIG a proposé à l’OMS d’organiser un réseau des laboratoires pour la surveillance du virus de la grippe circulant chez les animaux pouvant jouer un rôle important dans l’émergence des souches pandémiques humaines.

7 En 1983, le programme de la grippe a mis en place des essais cliniques en collaboration avec l’Union soviétique sur le vaccin grippal vivant atténué, produit dans ce pays (Betkimirov, 1983). Ce vaccin présentait un meilleur rendement (production d’un nombre de doses par œuf significativement plus élevé) que celui des vaccins produits dans d’autres pays (les États-Unis, l’Europe occidentale, le Japon et l’Australie), utilisant des souches inactivées (tuées). Il était nécessaire de tester l’efficacité du vaccin et la stabilité de l’atténuation des souches.

8 Au début des années 1930, Lyssenko avait réussi à imposer une théorie pseudo-scientifique, « l’agrobiologie », qui a entravé le développement de la génétique en Union soviétique. Au sujet de cette affaire voir Marks (2012).

9 Terme créé en 1877 par le zoologue allemand Karl August Möbius, se référant à une communauté d’êtres régie par le milieu biologique. Sur l’adoption du concept biocénose (ensemble des êtres vivants établis dans un même milieu) par les scientifiques soviétiques, voir Carpenter (1939).

10 Entre 2003 et 2015, l’OMS a recensé 844 cas humains de grippe aviaire produite par le virus (H5N1), dont 449 ont été mortels (WHO, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Aranzazu, « Surveillance de la grippe d’origine animale à l’OMS »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2897

Haut de page

Auteur

Ana Aranzazu

Post-doctorante à l’INSERM dans le projet NORMASTIM (Les neurosciences de l’expérimentation à la clinique. Enjeux juridiques, philosophiques et sociologiques de la stimulation cérébrale profonde), elle s’intéresse à l’histoire sociale des sciences et des techniques dans les domaines de la santé publique globale et de la biomédecine. Elle a publié en 2013 « Le réseau mondial de surveillance de la grippe de l’OMS. Modalités de circulation des souches virales, des savoirs et des techniques, 1947-2007 », Sciences sociales et Santé, 31(4), 41-64.

Adresse : Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société, 7, rue Guy Môquet – BP 8, FR-94801 Villejuif Cedex (France).
Courriel : anitaranzazu[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals