Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours1 | 2024 - Comment passer à l’act...

1 | 2024 - Comment passer à l’action ? Préparer, mettre en place, répéter, pour que les choses adviennent

Date limite de réception des articles : 31 mai 2023

Dossier coordonné par Loïc Riom et Mylène Tanferri

Cet appel à articles vise à susciter une attention spécifique et renouvelée pour les activités de préparation, qu’il s’agisse de mises en place d’environnements matériels, de répétitions, d’entraînements, d’établissement de procédures, d’élaborations de documents et autres recours visant à préparer une action à venir. Nous proposons de mobiliser ces notions pour analyser à la fois l’action et les savoirs ou les expertises que la préparation produit et sur lesquelles elle s’appuie. En effet, nous faisons le pari que décrire les préparations permet de rendre compte de la rencontre avec une activité lorsque l’on (se) prépare à l’entreprendre. Cet intérêt pour les préparations s’inscrit dans une réflexion plus large sur les théories de l’action et une volonté de décentrer l’attention des moments les plus spectaculaires vers ceux qui soutiennent l’existence de collectifs ou d’entités (Denis & Pontille, 2022 ; Mol, Moser & Pols, 2010 ; Bowker & Star, 1999 ; Hennion & Monnin, 2020 ; de la Bellacasa, 2011).

Cet appel souhaite ainsi explorer les questions suivantes : comment passe-t-on à l’action ? Comment les actrices et acteurs préparent, peaufinent, planifient-ils en situation ce passage ? Comment des notions-clés de la sociologie de l’action, comme, par exemple, celles de cadre (Goffman, 1991), d’ordre négocié (Strauss 1992), d’investissement de forme (Thévenot, 1985), de script (Akrich, 1987 ; Suchman, 2007), de setting et d’arena (Lave 1984), peuvent-elles être revisitées au prisme de la préparation ? En suivant ces questionnements, ce numéro a pour objectif d’explorer la fertilité des mises en place, des tests, des montages : moments où l'incertain prédomine et où les actrices et acteurs recherchent une stabilisation qui leur permette ensuite de produire une activité reconnaissable et identifiable sous un terme unique (cuisiner, peindre, numériser…) ou un évènement défini (concert, prise de sang…). De cette manière, il s’agit de rendre compte de la façon dont ces activités produisent des formes d’expertise et d’attention à partir de la manière dont les actrices et acteurs se donnent les conditions de leurs activités. Nous faisons l’hypothèse que la notion de préparation permet de porter un regard spécifique qui amène à saisir l’action dans toute son ampleur à la fois temporelle et spatiale. Elle permet, en outre, d’orienter l’analyse de phénomènes apparemment fugaces ou éphémères vers le travail que ceux-ci requièrent pour advenir.

Depuis plus de cinquante ans, de l’ethnométhodologie à l’interactionnisme symbolique en passant par les approches pragmatistes, les études des sciences et des techniques, les réflexions sur les matérialités ou l’analyse de l’action située, les sciences sociales ont porté une attention particulière aux activités dans leurs dimensions contingentes, situées, interactionnelles, en prise avec leurs environnements matériels. Cette attention s’est positionnée comme une réponse forte aux paradigmes explicatifs dominants, appuyés sur des compréhensions du monde social en termes de structures, d’ordres ou d’institutions qui viendraient expliquer l’action en amont plutôt qu’à partir de son déroulé. Le cours d’action, ou l’activité en train de se faire, devenait de cette manière son propre cadre de référence : sa « structure » (ou sa forme finale) en émergerait sans lui préexister, se traduisant ainsi en autant de situations spécifiques. De la sociologie des mouvements sociaux, à la sociologie du travail en passant par l’étude des organisations, ces approches se sont interrogées sur les « ressorts » de l’action et ont développé différents appareils conceptuels permettant de saisir son déroulé, ses rebonds et ses incertitudes. En s’appuyant sur cet héritage et ses options méthodologiques, le projet de ce numéro spécial vise alors à déplacer l’attention du déroulement de l’action vers sa préparation.

De ce point de vue, un grand nombre d’activités, tant privées que professionnelles, peuvent ainsi être saisies par les pratiques de celles et ceux qui les installent, les préparent, les organisent et les prévoient, en ouvrant les entours des enquêtes qu’iels établissent pour ce faire. Par exemple, sans suivre les préalables à ce qui était visé lors d’une expérimentation de laboratoire (Lynch, 1991 ; Alač, 2020 ; Nishizaka, 2000) ou d’une dégustation de vin (Teil, 2004), impossible de comprendre en quoi ces configurations sont parties prenantes des actions qui en émergent et façonnent leurs effets. Que ce soient les montages et répétitions avant un spectacle (Finnegan, 2007 ; Vinck, 2019 ; Riom, 2021 ; Schmidt, 2018 ; Vinck & Tanferri, 2020) ou une démonstration technologique (Rosental, 2019) ; l’organisation de la tournée d’une journée de travail (Cholez, 2008 ; Denis & Pontille, 2020) ; la mise en place d’un espace de vente (Grandclément, 2004 ; Cochoy, 2011) ; la préparation du matériel en vue de la numérisation d’archives (Tanferri, 2021) ; les montages sur un set de tournage (Grimaud, 2003 ; Rot, 2019), ou encore les entrainements à gérer une entreprise (Lezaun & Muniesa, 2017) bien des activités aussi bien professionnelles, domestiques qu’institutionnelles ne se déroulent pas dans des lieux et selon des procédures déjà intégralement établis. Ces études se sont cependant peu penchées sur le caractère spécifique des préparations en les considérant à part entière dans leur potentiel heuristique. Notre proposition vise à interroger, et à rassembler les traits qui pourraient émerger d’une attention spécifique aux préparations pour mieux comprendre ce qui permet de passer à l’action, de réaliser une activité.

En effet, les préparations contribuent à façonner les espaces dans lesquelles les activités se déroulent et amènent les participant·e·s à se donner leurs propres modalités d’action. Nous considérons donc que ces opérations méritent d’être explorées pour elles-mêmes. Suivre l’établissement de ce qui devra préexister pour que les participant·e·s puissent agir nous semble offrir un appui clair au dépassement d’une transcendance quelconque qui présiderait à l’action et qui viendrait l’organiser d’en haut (Suchman, 2007, chap. 11, pp. 187‑205). De ce point de vue, les préparations ne peuvent être décrites comme de simples adaptations à ce qui existe, ni se résumer à des intentions ou des projections. Elles méritent d’être prises au sérieux pour elles-mêmes, notamment en regard des compétences qu’elles requièrent et de ce qu’elles permettent de produire en termes de connaissance.

Cette attention spécifique pour les préparations offre au moins deux pistes qui méritent d’être explorées. Premièrement, elle permet de remettre certains enjeux – comme la production d’une situation, la constitution d’une régularité ou l’établissement d’un cadre pertinent – entre les mains des actrices et acteurs, plutôt que d’attribuer cette tâche aux sociologues. En les suivant dans leurs préparations, il devient possible de voir en quoi ce qui les fait agir tient aux organisations qu’iels se donnent. On peut également examiner le caractère plus ou moins contingent de ces préparations, leur degré de précision ou au contraire d’indécision souhaité, qui permettent alors de suivre une volonté d’automatisation radicale ou à l’inverse la recherche d’une contrainte créative minimale. Ces aspects permettent de revenir, une fois les préparations achevées, sur ce qui n’avait peut-être pas été suffisamment préparé et qui aurait pu ou dû l’être davantage selon les actrices et acteurs, ou de suivre ce qui finalement tient moins bien que prévu ou encore ce qui a surpris et s’est révélé inattendu mais s’est finalement vu intégré.

Deuxièmement, les préparations nous semblent un site heuristique non seulement pour mieux comprendre « comment les choses se passent », mais surtout pour « épaissir » (James, 2005 ; Debaise & Stengers, 2021) l’action. Nous voudrions prolonger ainsi l’idée selon laquelle « passer à l’action » est non seulement l’enjeu d’une action, mais également d’un échange qui produit l’émergence d’associations nouvelles (Hennion & Sintive, 2016 ; Hennion & Monnin, 2020) et amène à « faire connaissance » (Despret, 2002). De ce point de vue, ne pourrait-on pas envisager l’action non pas simplement comme un déroulé entre un instant t0 et t1, mais plutôt comme la superposition, l’entassement, voire l’habile intensification de multiples couches de préparations ? Comme le souligne Antoine Hennion (2018), sous les doigts d’une pianiste, il y a non seulement les touches du piano, mais également son solfège, ses gammes répétées des heures durant, une œuvre souvent maintes fois jouée et rejouée. Dès lors, on pourrait envisager de décrire les transformations produites par une action autant par ce qu’elle fait arriver, comme résultat ou comme conséquence, que par ce qu’elle appelle par sa préparation ou sa mise en place. De ce point de vue, les séquences de montage, de préparation ou de mise en place sont décisives à la fois pour l’activité à venir ; les participant·e·s qui s’y attèlent ; et les collectifs que ces moments contribuent fortement à (re)définir et à (re)ajuster. En d’autres termes, les préparations proposeraient autant d’entrées productives pour enquêter sur ce qui provoque ou fait émerger une activité telle qu’elle puisse advenir et faire l’unanimité.

À partir d’un fort ancrage empirique qui permet d’explorer ce qui se passe avant et pour que les choses adviennent, nous invitons les contributrices et contributeurs à revenir sur les moments qui séparent ou qui précèdent les débuts et la réalisation d’une nouvelle activité. Nouvelle est, ici, entendue au sens large : nouvelles conditions pour une activité déjà connue, découverte ou élaboration d'une activité inconnue. En revisitant, par exemple, les travaux classiques sur le déploiement de nouvelles technologies (par exemple Bijker, Hughes & Pinch, 1987 ; Akrich, Callon & Latour, 1988), la gestion des risques (par exemple Lakoff, 2007 ; Deville, Guggenheim & Hrdličková, 2014), l’organisation du travail (par exemple Rot & Vatin, 2016 ; Bidet et al., 2006 ; Lorino, 2000) ou la robotique (Kirsh, 1990), il s’agira alors de suivre les pratiques et les expertises des actrices et acteurs pour se préparer à agir afin d’interroger les savoirs et les connaissances spécifiques sur l’action à mener et sa mise en place qu’iels déploient et comment celles-ci façonnent l’activité en question. Les propositions pourront ainsi revenir à nouveaux frais et depuis la notion de préparation sur des débats qui questionnent les temporalités de l’action, ses contingences, ses ressources, et ce qui relève de processus émergent et/ou comme (partiellement) constituée et stabilisée à l'avance.

Nous proposons de diviser ces questions en trois grands axes de réflexion :

1. Les préparations comme stabilisations d’environnements et de corps

La prise en compte des aspects matériels et de l’embodiment dans le déroulé de l’action constitue une ligne d’intérêt déjà bien développée (Denis & Pontille, 2010 ; Marres & Lezaun, 2011 ; Streeck, Goodwin & LeBaron, 2011 ; Vinck, 2012 ; Strebel, Bovet & Sormani, 2019 ; Hutchins, 2020). Observer les préparations pourrait permettre de revenir sur cette stabilisation progressive d’un environnement et d’une gestuelle et leurs éventuels problèmes au regard d’une activité à venir et sa planification (Kirsh, 1999). Dans quelle mesure les mises en place contribuent-elles à l’action ou peuvent-elles s’avérer des « contraintes productives » ou « généreuses » (Gomart & Hennion, 1999) ? Comment, par exemple, la position d’une chaise peut prendre une importance capitale pour l’organisation d’une rencontre – et faire l’objet d’une décision entre les participant·e·s ? Quelles connaissances préalables ou à établir participent de ces constitutions ? Quelles expertises sont mobilisées et mises à l’épreuve dans ces opérations ? Nous voudrions suivre ce que veulent dire mettre en place un espace, adapter un lieu, stabiliser des gestes, des manipulations ou des postures, transformer un endroit pour qu’il puisse accueillir un évènement et/ou une activité spécifique en revenant sur les connaissances mobilisées, à produire ou que ces moments contribuent à faire émerger.

2 .Les préparations comme enquêtes : établissements et répétitions

Au-delà de la dimension matérielle des espaces à préparer, nous voudrions également interroger ce qui se stabilise petit à petit par la répétition. Que se passe-t-il avant qu'une activité stabilisée et descriptible comme telle puisse émerger des pratiques des participant·e·s ? Que pouvons-nous explorer des temporalités qui s'y articulent ? Qu’est-ce qui est conservé par opposition avec ce qui est relégué ou abandonné d’une répétition à l’autre ou d’un ajustement au suivant – autrement dit, qu’est-ce qui diffère et qu’est-ce qui se répète d’une instanciation à l’autre, et comment ? Quels sont les différents outils et les équipements qui permettent d’assurer la continuité (scripts, documents et annotations, décisions concertées dont on a pris note ou dont on se souvient…) ? Comment sont-ils progressivement constitués et modifiés ? Quelles traces laissent-ils ? Comment participent-ils à organiser un collectif ou à lui donner sa consistance ? Qu’est-ce que les répétitions font aux corps, aux sens ou aux dispositifs ? Cette acception de la préparation pourrait la rapprocher des conceptions pragmatiques de l’enquête. On retrouverait alors l’établissement progressif, ou le passage parfois très rapide, d’une situation indéterminée à une situation dont la description fait sens pour ses participant·e·s et peut faire l’objet d’une description collectivement acceptée. Cette entrée permettrait également de mettre en regard la préparation avec des notions comme celles d’habitude ou de disposition.

3. Les préparations comme sciences de la préparation et ses expertises

Nous aimerions aussi aborder les différentes expertises de la préparation et ses théorisations. Comment préparer et mettre en place amènent-ils à produire des savoir-faire, une expertise, des connaissances, et des compétences spécifiques ? Dans quelle mesure, ces compétences et connaissances tiennent-elles non seulement de savoir-faire pratiques ou, aussi, de théories générales qui peuvent engager autant d’accords et de désaccords entre les participant·e·s ? Il s’agirait d’examiner plus particulièrement les liens entre environnements et gestuelle en préparation et l’activité en tant que telle, également pour en suivre ce qui permet aux participant·e·s de les distinguer : à partir de quand, et comment fait-on pour savoir que, les préparations sont terminées et l’activité s’engage ? Entrainent-elles l’émergence d’interrogations portant sur l’importance de pouvoir les distinguer de l’action ? Mais aussi, qui a la charge de ces préparations et des critères de leur réussite ; ou l’évaluation de ces moments de tests et de mise en place ? Par exemple, la littérature a montré que la prévention et la gestion de catastrophes ou des crises (naturelles, nucléaires, financières) donnent lieu à une importante production de connaissances, des débats sur la définition même de la préparation et de tests pour la mettre à l’épreuve (Lakoff, 2007 ; Collier, 2008 ; Deville, Guggenheim & Hrdličková, 2014 ; Laurent, Saraç-Lesavre & Violle, 2019). S’il ne s’agit pas, ici, de s’intéresser à la préparation face à un évènement extérieur et incertain dont on ne prévoit que la possibilité, puisque nous voudrions nous focaliser sur la mise en place minutieuse d’une action à réaliser, les contributions pourront s’inspirer de ces travaux pour proposer d’examiner aussi bien des connaissances formalisées, celles qui ont trait aux sciences du management et de l’organisation, comme celles, plus informelles, des savoirs pratiques ou expérientiels de la préparation. Comment les participant·e·s connaissent la bonne façon de (se) préparer et de mettre en place ? Qui sont les professionnel·le·s de la préparation ? Comment peut-on rendre compte de leur activité et expertise ? Il s’agira d’envisager la préparation comme un domaine spécifique d’activité, qui reste encore largement à investiguer.

Pour l’ensemble de ces axes, nous proposons aux contributrices et contributeurs de s’interroger également sur ce que les préparations des participant·e·s font à leurs enquêtes. En facilitant la dénaturalisation de l’action par l’exploration de ses coulisses, les propositions pourraient montrer de quelle manière les préparations aident l’analyste à proposer un compte rendu ouvert à la contingence et sensible à la fragilité des situations (Haeringer & Pecqueux, 2020). Les préparations pourraient également être conçues comme un moment qui permet de comprendre ce qui se passe, voire comme une forme d’« embarquement » sur le terrain (Atkinson, 2006 ; Riom. 2021). Afin de développer une méthodologie d’analyse de l’action par sa mise en place, une attention particulière pourrait porter sur les préparations pour mener l’enquête de terrain : les préparations peuvent-elles, elles-mêmes, devenir une méthode d’enquête ? Quels enjeux sur les modalités pratiques de l’enquête cela pose-t-il ? Comment, par exemple, faire sens des possibles et impossibles accès aux préparations ? Comment parvenir à se faire ouvrir les portes de ces moments particuliers ? Suivre les préparations pourrait ainsi devenir une « ficelle » pour l’enquête au même titre que la panne ou l’évènement inattendu, tout en aidant l’enquêtrice ou l’enquêteur à se laisser prendre par le terrain (Favret-Saada, 1977 ; Hennion, 2015). Enfin, cette attention permettrait de produire des ouvertures sur la façon dont les préparations constituent, pour l’enquêtrice ou l’enquêteur, des moments durant lesquels iel peut construire des problèmes communs avec les actrices et acteurs.

Modalités de soumission

Les propositions de contribution seront d’abord évaluées sur la base d’un résumé de 3000 signes maximum attendu avant le 6 février 2023, envoyé par courriel aux éditrice et éditeur du numéro de la Revue d’Anthropologie des Connaissances : mylene.tanferri@gmail.com et loic.riom@unil.ch.

Pour les contributions retenues, les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65 000 signes) seront à soumettre en ligne sur le site de la revue - http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser avant le 31 mai 2022.

Les auteurs et autrices peuvent éventuellement contacter l’éditrice et l’éditeur en charge du dossier avant de soumettre leur proposition.

Bibliographie

Akrich, M. (1987). Comment décrire les objets techniques ?, Techniques & culture, 9, 49‑64.

Akrich, M., Callon, M. & Latour, B. (1988). À quoi tient le succès des innovations ? Deuxième épisode : L’art de choisir les bons porte-parole. Gérer et comprendre, 12, 1‑9.

Alač, M. (2020). Beyond intersubjectivity in olfactory psychophysics I: Troubles with the Subject. Social Studies of Science, 50(3), 440473.

Atkinson, P. (2006). Everyday arias: an operatic ethnography. Lanham: Rowman Altamira.

Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G. & Vatin, F., (éd.). (2006). Sociologie du travail et activité. Toulouse : Octarès Éditions.

Bijker, W. E., Hughes, T. P. & Pinch, T. (1987). The social construction of technological systems. Cambridge: MIT Press.

Bowker, G. & Star, S. L. (1999). Sorting things out: classification and its consequences. Cambridge: The MIT Press.

Cholez, C. (2008). Compétences spatiales, compétences d’action dans l’espace. Revue d’anthropologie des connaissances, 2(1). https://journals.openedition.org/rac/20011

Cochoy, F. (2011). De la curiosité : l’art de la séduction marchande. Paris : Armand Colin.

Collier, S. J. (2008). Enacting catastrophe: preparedness, insurance, budgetary rationalization. Economy and society, 37(2), 224250.

de la Bellacasa, M. P. (2011). Matters of care in technoscience: Assembling neglected things. Social Studies of Science, 41(1), 85106. https://doi.org/10.1177/0306312710380301

Debaise, D. & Stengers, I. (2021). Résister à l’amincissement du monde. Multitudes, 85(4), 129‑137.

Denis, J. & Pontille, D. (2010). Performativité de l’écrit et travail de maintenance. Réseaux, 163(5), 105‑130.

Denis, J. & Pontille, D. (2020). Maintenance et attention à la fragilité. SociologieS. https://journals.openedition.org/sociologies/13936

Denis, J. & Pontille, D. (2022). Le soin des choses - Politiques de la maintenance. Paris : La Découverte.

Despret, V. (2002). Quand le loup habitera avec l’agneau. Paris : La Découverte.

Deville, J., Guggenheim, M. & Hrdličková, Z. (2014). Concrete governmentality: Shelters and the transformations of preparedness. The Sociological Review, 62, 183‑210.

Favret-Saada, J. (1977). Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Finnegan, R. (2007). The hidden musicians: Music-making in an English town. Middletown: Wesleyan University Press.

Goffman, E. (1991). Les cadres de l’expérience. Paris : Éditions de Minuit.

Gomart, E. & Hennion, A. (1999). A Sociology of Attachment: Music Amateurs, Drug Users. The Sociological Review, 47(1), 220247. https://doi.org/10.1111/j.1467-954X.1999.tb03490.x

Grandclément, C. (2004). Climatiser le marché. Les contributions des marketings de l’ambiance et de l’atmosphère. ethnographiques, 6. https://www.ethnographiques.org/2004/Grandclement

Grimaud, E. (2003). Bollywood Film Studio ou comment les films se font à Bombay. Paris : CNRS éditions.

Haeringer, A.-S. & Pecqueux, A. (2020). La vulnérabilité comme ouverture à la contingence. Deux enquêtes situées. SociologieS. https://journals.openedition.org/sociologies/14011

Hennion, A. (2015). Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? SociologieS. http://sociologies.revues.org/4953

Hennion, A. (2018). L’objet, la croyance et le sociologue : La sociologie de l’art comme œuvre à faire. Transposition, Hors-série 1. https://doi.org/10.4000/transposition.1673

Hennion, A. & Monnin, A. (2020). Du pragmatisme au méliorisme radical : enquêter dans un monde ouvert, prendre acte de ses fragilités, considérer la possibilité des catastrophes. Introduction au Dossier. SociologieS. http://journals.openedition.org/sociologies/13931

Hennion, A. & Sintive, C. (2016). Un cahier qui pourrait s’intituler « ce qui se passe » à Calais. Paris : PEROU.

Hutchins, E. (2020). The distributed cognition perspective on human interaction. In Roots of human sociality (pp. 375398). London: Routledge.

James, W. (2005). Essais d’empirisme radical. Traduction par M. Girel & G. Garreta, Paris : Flammarion.

Kirsh, D. (1990). Préparation et improvisation. Réseaux. Communication - Technologie - Société, 8(43), 111‑120. https://doi.org/10.3406/reso.1990.1784

Kirsh, D. (1999). L’utilisation intelligente de l’espace. Dans L. Quéré & M. De Fornel (éd.), La logique des situations : Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales (pp. 227‑260). Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. (La logique des situations : Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales). http://books.openedition.org/editionsehess/10690

Lakoff, A. (2007). Preparing for the next emergency. Public culture, 19(2), 247‑271.

Laurent, B., Saraç-Lesavre, B. & Violle, A. (2019). Formulating public action in terms of tests: European stress tests as a response to financial and nuclear crises. Critique internationale, 85(4), 6383.

Lave, J. (1984). The values of quantification. The Sociological Review, 32(S1), 88111.

Lezaun, J. & Muniesa, F. (2017). Twilight in the leadership playground: subrealism and the training of the business self. Journal of Cultural Economy, 10(3), 265‑279. https://doi.org/10.1080/17530350.2017.1312486

Lorino, P. (2000). Methodes et pratiques de la performance. Paris : Éditions d’Organisation.

Lynch, M. (1991). Laboratory space and the technological complex: An investigation of topical contextures. Science in context, 4(1), 5178.

Marres, N. & Lezaun, J. (2011). Materials and devices of the public: An introduction. Economy and society, 40(4), 489509.

Mol, A., Moser, I. & Pols, J. (Eds). (2010). Care in Practice: On Tinkering in Clinics, Homes and Farms (p. 326 Pages). Bielefeld: Transcript publishing.

Nishizaka, A. (2000). The neglected situation of vision in experimental psychology. Theory & Psychology, 10(5), 579‑604.

Riom, L. (2021). Faire compter la musique. Comment recomposer le live à travers le numérique (Sofar Sounds 2017-2020) (Thèse de Doctorat). CSI Mines-Paristech, Université PSL, Paris.

Rosental, C. (2019). La société de démonstration. Vulaines-sur-Seine : Éditions du Croquant.

Rot, G. (2019). Planter le décor. Paris : Presses de Sciences Po.

Rot, G. & Vatin, F. (2016). Surveiller les flux, contrôler les hommes : du travail et de sa division dans l’industrie chimique et nucléaire. Sociologie et sociétés, 48(1), 97‑116. https://doi.org/10.7202/1036885ar

Schmidt, A. (2018). Prefiguring the future. Projections and preparations within theatrical rehearsals. In A. Deppermann & J. Streeck (Eds), Time in embodied interaction: Synchronicity and sequentiality of multimodal resources (pp. 231260). Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins Publishing.

Strauss, A. (1992). La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, 10(4), 154‑157.

Strebel, I., Bovet, A. & Sormani, P. (Eds). (2019). Repair Work Ethnographies: Revisiting Breakdown, Relocating Materiality. Singapore: Palgrave Macmillan.

Streeck, J., Goodwin, C. & LeBaron, C. (2011). Embodied interaction: Language and body in the material world. Cambridge : Cambridge University Press.

Suchman, L. (2007). Human-machine reconfigurations: Plans and situated actions. Cambridge: Cambridge University Press.

Tanferri, M. (2021). Cadrer la numérisation d’archives : produire de bonnes copies (Thèse de Doctorat). Université de Lausanne.

Teil, G. (2004). De la coupe aux lèvres-Pratiques de la perception et mise en marché des vins de qualité. Toulouse : Octares Éditions.

Thévenot, L. (1985). Les investissements de forme. Dans L. Thévenot (éd.), Conventions économiques (pp. 21‑71). Paris : Presses Universitaires de France.

Vinck, D. (2012). Accessing material culture by following intermediary objects. In L. Naidoo (Ed.), An ethnography of global landscapes and corridors (pp. 89108). Rijeka: InTech.

Vinck, D. (2019). Les métiers de l’ombre de la Fête des Vignerons. Lausanne : Antipodes.

Vinck, D. & Tanferri, M. (2020). Taking the metaphor of theatre seriously: from staging a performance toward staging design and innovation. In C. Clausen & D. Vinck (Eds), Staging Collaborative Design and Innovation (pp. 232251). Cheltenham: Edward Elgar Publishing.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search