Navigation – Plan du site

Les instabilités institutionnelles d’une discipline émergente

Le cas de la sociologie à Montpellier (1838-1922)
The institutional instabilities of an emergent discipline. The case of the sociology in Montpellier (1838-1922)
Las inestabilidades institucionales de una disciplina émergente. El caso de la sociologîa en Montpellier (1838-1922)
Jean-Paul Laurens

Résumés

Ce texte contribue à l’histoire de la sociologie par le biais d’une monographie locale. Il explore plus précisément les conditions d’institutionnalisation des premiers enseignements universitaires de sciences sociales à Montpellier à la fin du XIXe siècle. Deux séquences sont décrites. Une première durant laquelle Comte ne peut développer sa philosophie positive. Une seconde qui débouche sur l’ouverture de cours de sciences sociales par Vacher de Lapouge et Gide puis Bernès et Bouglé. Outre sa dimension historiographique, cet article rend compte de l’extrême sensibilité aux contingences biographiques et institutionnelles locales des organisations scientifiques émergentes. Il illustre enfin une situation de bifurcation lorsqu’une nomination imprévisible transforme durablement la situation de la sociologie montpelliéraine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Léon Duguit (1859-1928). Agrégé de droit (1882). Professeur de droit à Caen (1882) puis à Bordeaux (...)
  • 2 Maurice Hauriou (1856-1929). Docteur (1879) et agrégé en droit (1882). Professeur de droit à Toulou (...)
  • 3 Alexis Bertrand (1850-1922). Professeur de philosophie à la Faculté de Dijon (1881) et de Lyon (188 (...)

1Les auteurs, les concepts, les méthodes, les objets, les textes, les controverses, les écoles, les revues, les institutions… sont autant de perspectives fécondes. Pourtant, nous choisissons d’explorer l’histoire de la sociologie par une autre entrée : l’entité géographique locale. Pourquoi ce choix ? Parce que si le rôle joué par Paris dans l’institutionnalisation de la sociologie est établi ; si l’apport de quelques universités de provinces, Strasbourg et surtout Bordeaux, est acquis ; si les cours de sciences sociales qu’y délivrent Durkheim et Duguit1 sont connus ; si ceux d’Hauriou2 à Toulouse, Bertrand3 à Lyon et Bernès à Montpellier, dès la fin du XIXe siècle, sont repérés ; nous ne disposons pas d’études monographiques complètes et exhaustives sur les enseignements de sociologie donnés au fil des ans dans chacune de ces villes.

2Outre l’aspect historiographique, un tel projet permet d’abord d’alimenter la réflexion en sociologie des institutions scientifiques (Lecuyer, 1998, p. 40 ; Marcel et Martin, 2005, 2006). Décentrer le regard sur un pôle universitaire local « ordinaire » oblige à tenir compte du fait que l’histoire de la sociologie n’est pas seulement faite d’illustres auteurs, de théories mémorables et d’institutions prestigieuses. Ce faisant, ce changement de perspective contribue à l’étude du processus d’institutionnalisation de la sociologie française sur la base de données jusque-là peu mobilisées.

3Outre le fait d’attirer l’attention sur quelques auteurs provinciaux oubliés et sans postérité, voire sur une tranche de carrière méconnue d’un auteur reconnu, décentrer le point de vue permet ensuite d’approcher le processus historique de construction de la carte française de la sociologie. L’étude comparée des sites scientifiques (Grossetti, 1995 ; Laurens, 2001) révèle des logiques de développement institutionnel singulières, en synchronie ou décalage, en connivence ou désaccord, les unes avec les autres. Au passage, cette focale pointe ce que l’originalité de chaque pôle contemporain est susceptible de devoir à sa genèse (Grossetti, 1994, p. 7).

4Enfin, pour peu que l’on cible les moments de rupture et de bifurcation (Balandier, 1988, pp. 84-85 ; Hughes, 1996) présents dans chaque histoire, décentrer l’observation permet la production d’une sociologie dynamique des institutions scientifiques. Pour ce faire, il faut décrire avec autant de précision que les archives nous le permettent, le contexte qui prévaut lorsque certains événements se produisent sans omettre d’examiner les options qui n’ont pas été suivies (Bessin, Bidart et Grossetti, 2009). Le but n’est pas de produire une uchronie, c’est-à-dire un scénario « tel qu’il n’a pas été, [mais] tel qu’il aurait pu être » (Renouvier, 1876). Il est de rendre compte, tant sur le plan biographique qu’institutionnel, de décisions imprévisibles aux conséquences réelles et parfois durables puis d’illustrer « cette sensibilité à la contingence des organisations scientifiques débutantes » (Grossetti, 2004, p. 203).

5Pour ces trois motifs, l’étude monographique des enseignements de sciences sociales à la fin du XIXe siècle montpelliérain, nous semble intéressante dans le cadre d’une histoire de la sociologie.

Comte, Montpellier et la philosophie positive

  • 4 Auguste Comte (1798-1857). Intègre l’École polytechnique (1814). Revient à Montpellier en 1816, l’é (...)
  • 5 Charles Renouvier (1815-1903). Polytechnicien (1836) natif de Montpellier. Renonce aux fonctions pu (...)

6Comte4 est né à Montpellier. Il y poursuit ses études jusqu’en mathématiques spéciales avant d’intégrer l’École polytechnique. Or Comte n’enseigne ni ne fait école dans sa ville natale. C’est à Paris qu’il s’établit, fonde, développe et transmet sa philosophie positive. Aurait-il pu en être autrement ? Comte profite d’un court séjour à Montpellier en 1816, pour rédiger 35 feuillets qu’il intitule : Mes réflexions. Humanité, vérité, justice, liberté, patrie. Rapprochements entre le régime de 1793 et celui de 1816 adressés au peuple français (Comte, 1882). Le texte n’est publié qu’en 1882, lorsque Renouvier5 met la main sur le manuscrit reçu et archivé par son père (conseiller à la préfecture de Montpellier) auquel Comte l’avait adressé. Il s’agit d’une dénonciation de la tyrannie de Louis XVIII, qui s’appuie sur une comparaison des situations sociopolitiques de 1793 et 1816. Quelques éléments de la démarche comtienne sont présents : la thèse est « attestée par tous les faits de l’histoire » (Comte, 1882, p. 289). Mais il n’est pas question de physique sociale ou de la fameuse loi des trois états. Comte est jeune et il jugera plus tard que le milieu économique et social montpelliérain est peu propice à son « développement moral ». C’est à Paris qu’il trouve, au contact de l’urbanisation industrielle et du comte de Saint-Simon, le contexte adéquat. Mais passé ce temps de « frottement », aurait-il pu revenir à Montpellier et y développer son œuvre ? La correspondance qu’il entretient avec son ami Valat, en 1825, laisse penser que oui :

Tant que je n’ai pas eu arrêté irrévocablement un large et solide plan de travaux pour toute une vie, j’avais besoin de ce frottement continu des esprits, de cette atmosphère intellectuelle, pour prendre tout mon développement moral. Mais aujourd’hui il n’en est plus ainsi […]. Ce que je ferai à Paris, je l’exécuterais tout aussi bien maintenant dans une caverne des Alpes […]. Ce n’est plus maintenant hors de moi que je puis trouver la satisfaction de mes grands besoins intellectuels, c’est essentiellement et surtout en moi […]. On n’a pas le temps d’être attaché à Paris ; la vie y est trop dissipée, trop superficielle […]. Depuis onze ans de séjour permanent, je n’ai formé ici aucune liaison réelle […]. J’en suis revenu à penser que le meilleur parti, le plus praticable serait de vivre dorénavant au sein de ma famille. Juge donc quel cruel et profond regret je dois éprouver en pensant que cet espoir m’est interdit […]. (Sernin, 1993, pp. 99-100)

Flottes et la chaire de philosophie de la faculté des lettres

  • 6 Jean-Baptiste Flottes (1789-1864). Né et mort à Montpellier sans avoir quitté une seule fois cette (...)
  • 7 Félicité de Lamennais (1782-1854). Prêtre philosophe qui critique l’Église et élabore une doctrine (...)
  • 8 Charles Jeannel (1809-1886). Agrégé (1838), professeur à Poitiers et Rennes. Docteur ès lettres (18 (...)
  • 9 Émile Boutroux (1845-1921). Normalien (1865), agrégé de philosophie (1868), docteur ès lettres (187 (...)
  • 10 Désiré Nolen (1838-1904). Normalien (1858), agrégé de philosophie (1863). Professeur de philosophie (...)

7Cela dit, Comte aurait-il pu être recruté et enseigner à Montpellier ? Rien ne permet d’être affirmatif. La Faculté des lettres n’est pas davantage prête que l’Université française à accueillir la philosophie positive et à confier à Comte la chaire de philosophie. Elle est occupée de 1838 à 1856 par l’abbé Flottes6 auquel le titre de docteur ès lettres est accordé sans examen ni thèse. Cet érudit local est trop apprécié et installé pour être remercié. Sa philosophie repose sur la réconciliation de l’homme et du christianisme et n’aborde pas les questions liées aux sciences sociales. Flottes est connu pour avoir pourfendu les idées de Lamennais7. Sa bibliothèque comprend les ouvrages de Maistre, Bonald, Condorcet, Montesquieu, Rousseau : pas ceux de Comte. Aussi, on pourrait dire que le premier professeur de philosophie de la Faculté des lettres de Montpellier fait doublement obstacle au développement de la physique sociale comtienne. Au milieu du XIXe siècle, il est un autre philosophe montpelliérain qui ne professe jamais dans sa ville natale : Renouvier. Après des études à l’École polytechnique, où il a comme répétiteur Comte dont il connaît l’œuvre, il engage une carrière de philosophe. Les manuels de philosophie rédigés par le jeune Renouvier pointent les rapports entre les doctrines philosophiques et l’état des sciences. Ils proposent une histoire du mouvement et des doctrines scientifiques où la philosophie positive trouve sa place. Ce n’est pas le cas dans les enseignements dispensés à Montpellier par les successeurs de Flottes : Jeannel8, Boutroux9, Nolen10 et Dauriac. En 1900, Bouglé note que les ouvrages de Comte sont bien présents à la Bibliothèque municipale de Montpellier mais n’y sont pas coupés (Bouglé, 1900). Bref, Comte n’a pas l’occasion de professer sa doctrine dans sa ville natale pourvue d’une Faculté de lettres et d’une chaire de philosophie. Pour des motifs biographiques : la volonté de son épouse de ne pas quitter Paris. Pour des raisons socio-économiques et culturelles : Montpellier est à l’écart de la révolution industrielle et les questions sociales ne s’y posent pas avec la même intensité qu’à Paris. Pour des causes institutionnelles locales enfin : à l’époque où Comte est susceptible de retourner à Montpellier, la Faculté des lettres dispose d’un professeur de philosophie établi dont l’enseignement convient. Remarquons, au passage, que cette séquence historique donne l’occasion de citer trois influences durkheimiennes : Comte, Renouvier et Boutroux, sans qu’aucune n’ait pu produire ici d’effet notable.

Gide et les sciences sociales à la faculté de droit

  • 11 Charles Gide (1847-1932). Natif du Gard, docteur en droit (1872) et agrégé (1874). Enseigne à Borde (...)

8Il faut se tourner vers la Faculté de droit pour repérer une nouvelle opportunité de développement des enseignements de sciences sociales. Dès sa nomination à Montpellier en 1880, le juriste Gide11 ouvre un cours d’économie politique. Mais ce professeur, auteur d’un Principes d’économie politique (Gide, 1884) vingt-cinq fois réédité, s’investit peu dans l’enseignement universitaire. Il privilégie les actions auprès du mouvement coopératif régional. Dans le but de promouvoir ses idées sociales, il développe quelques conférences de sociologie ; on y compterait une soixantaine d’inscrits en 1892. Mais sa contribution n’ira pas au-delà. Enfin, dès 1898, il est appelé à Paris à la Faculté de droit puis au Collège de France. Certes, en 1921, Bouglé honore en ces termes le solidariste : « D’une science sans entrailles, sèche, froide, vous avez fait une science qui ne sait pas demeurer insensible aux peines, aux injustices, aux misères dont elle dresse le bilan. Vous avez ainsi humanisé l’économie politique » (Bouglé, 1921, p. 144).

  • 12 Patrick Geddes (1854-1932). Urbaniste écossais. Fonde la Sociological Society of London et la Socio (...)

9Mais Gide manifeste pour la sociologie un intérêt limité. Il quitte Bordeaux avant que Durkheim n’y soit influent. Cette discipline, qu’il n’ose qualifier de « science » (Gide, 1902, p. 83), lui paraît encore mal définie. Il ne contribue donc pas de façon décisive à son développement local, lui préférant l’économie politique et sociale. Pas plus à Montpellier qu’ailleurs, la Faculté de droit n’est le lieu où la sociologie s’institue durablement. Lors de conférences données à Montpellier, à la fin de la décennie 1880, l’urbaniste Geddes12 critique volontiers l’organisation universitaire. Il la juge trop passéiste, livresque, abstraite, parcellaire, routinière, voire même indigente.

Les leçons Montpelliéraines de l’anthroposociologue Vacher de Lapouge

  • 13 Georges Vacher de Lapouge (1854-1936). Docteur en droit (1879). Substitut, procureur puis démission (...)
  • 14 Louis Liard (1846-1917). Professeur de philosophie au Lycée de Poitiers et à l’Université de Bordea (...)

10C’est à la Faculté des sciences qu’est initié, en 1886, un cours libre de science sociale au bénéfice du sous-bibliothécaire de l’Université, le docteur en droit Vacher de Lapouge13. Ce dernier est soutenu par le directeur de l’enseignement supérieur14 qui fait part au doyen de l’intérêt qu’il porte à cette initiative susceptible de déboucher, à court terme, sur la création d’une chaire : « M. Liard persistait dans son idée de créer une chaire d’anthropologie à la Faculté des sciences, et de m’y titulariser au bout de deux années d’enseignement réglementaire » (Vacher de Lapouge, 1929, p. 10).

  • 15 Émile Durkheim (1858-1917). Chargé de cours (1887), professeur de sciences sociales (1896) à Bordea (...)

11Il est en fait question d’anthroposociologie car l’enseignement porte sur les réactions réciproques de la race et du milieu social. Le premier cours ouvre sur un programme ambitieux. Vacher de Lapouge y qualifie le terme sociologie de « barbarisme sauvage » (Vacher de Lapouge, 1887, p. 39) puis y développe les lois d’une science politique nouvelle, scientifique et débarrassée des considérations métaphysiques. Il y expose une science de la société fondée sur les acquis de la biologie. De fait, le cours de 1887 aborde la question de l’hérédité. Mais l’enseignement est donné cette fois à la Faculté des lettres et non de sciences au motif que « le cours de M. Lapouge est plutôt un cours de sociologie qu’un cours d’anthropologie anatomique » : raison officielle reportée sur le registre des délibérations du Conseil général des facultés de Montpellier en date du 23 juin 1887. Le cours de 1888 développe les « sélections sociales » (Vacher de Lapouge, 1896) dans la lignée des darwinismes sociaux très en vogue à la fin du XIXe siècle. Vacher de Lapouge use davantage du concept de sélection que de celui d’évolution. L’enseignement de 1889 porte sur la race aryenne et celui de 1890 sur la race sémite. Les cours soulèvent rapidement de nombreuses polémiques : « Des cabales se formèrent qui en amenèrent finalement la suppression, en 1892 » (Bel, 1936, p. 88). Le laboratoire d’anthropologie de Vacher de Lapouge est fermé et le bibliothécaire muté. Dix ans plus tard, il postule sans succès sur la chaire de Durkheim15 à Bordeaux :

  • 16 Lettre du 9 août 1902, A068-94, Fonds Vacher de Lapouge, Bibliothèque interuniversitaire, Montpelli (...)

En prévision de la vacance d’une chaire de science sociale par suite de la nomination annoncée de M. Durkheim à d’autres fonctions, j’ai l’honneur de poser ma candidature. Ce faisant je ne renonce aucunement à mon opinion qu’il n’y a point encore de sociologie possible. J’estime toujours pure métaphysique tout ce qui se dit et s’imprime sous ce nom. […]. C’est précisément pour protester contre les prétentions de ceux qui veulent enseigner ce qu’ils ne savent point, contre les métaphysiciens qui cherchent à modeler une fiction de science sociale sur leurs préjugés spiritualistes et sentimentaux, que je pose ma candidature. Je le fais comme le représentant le plus autorisé en France de l’école scientifique, qui s’en tient aux faits et à leurs conséquences évidentes et immédiates, exclut les abstractions et les raisonnements, ne connaît ni sentimentalisme ni tendances. […]. Mon devoir très précis est de rappeler qu’il existe une école moniste et scientifique, et ce devoir je le remplis16.

12L’anthroposociologie de Vacher de Lapouge ne fait école ni à Montpellier ni ailleurs. À l’époque des « leçons », la communauté scientifique nationale ne lui est pourtant pas défavorable. La sociobiologie a des adeptes et des alliés à la fin du XIXe siècle (Policar, 1898, p. 706). Il publie dans la Revue d’anthropologie, la Revue internationale de sociologie, la Revue d’économie politique, la Revue scientifique puis est recensé dans L’Année sociologique pourtant hostile au concept de race sur lequel repose toute la science politique de Vacher de Lapouge. Pour des raisons toutes stratégiques (Mucchielli, 1997), Durkheim justifie ainsi la rubrique anthroposociologie de la première livraison de l’Année sociologique :

Il a pu sembler parfois que l’anthropologie tendait à rendre inutile la sociologie. En essayant d’expliquer les phénomènes historiques par la seule vertu des races, elle paraissait traiter les faits sociaux comme des épiphénomènes sans vie propre et sans action spécifique. De telles tendances étaient bien faites pour éveiller la défiance des sociologues. Mais L’Année sociologique a, avant tout, pour devoir de présenter à ses lecteurs un tableau complet de tous les courants qui se font jour dans les différents domaines de la sociologie. (Durkheim, 1897, p. 519)

  • 17 Léonce Manouvrier (1850-1927). Chaire d’anthropologie physique à l’École d’anthropologie de Paris ( (...)

13Ce n’est qu’à la fin de la décennie 1890 que les critiques scientifiques se multiplient. Celles du durkheimien Bouglé (Bouglé, 1897), puis celles de l’anthropologue Manouvrier17 dans un texte intitulé « L’indice céphalique et la pseudo-sociologie » (Manouvrier, 1899). La rubrique « Anthroposociologie » de L’Année sociologique est supprimée au tournant du siècle. Qu’en est-il au plan local ? Vacher de Lapouge est rapidement victime de ses convictions politiques et universitaires. Sa pensée articule un antidémocratisme de droite et un scientisme de gauche (Massin, 2001, p. 291) tandis que l’homme est politiquement marxiste et scientifiquement racialiste. Il apparaît trop scientifique pour les politiques locaux et trop politique pour les universitaires de Montpellier. Aussi, en quelques années, Vacher de Lapouge se trouve marginalisé. Tous les réseaux dans lesquels il s’est fortement investi l’abandonnent. Sa science politique est raciste et eugéniste tandis que la IIIe République se consolide sur des fondements égalitaristes (Nicolas, 2008, p. 103) voire solidaristes. Il est un dernier élément local susceptible d’avoir contribué à son isolement : l’ambitieux sous-bibliothécaire veut faire de l’anthroposociologie le pivot de toute la science (Ourliac, 1983). Aussi, il se heurte d’abord aux professeurs de la Facultés des sciences (Boissel, 1991, p. 172) qui s’en éloignent à l’issue de la première année d’enseignement. À la Faculté de droit ensuite, c’est Gide qui réagit le plus vivement. Ce dernier le publie mais ne se prive pas de qualifier sa science politique de « fantasque et macabre » (Gide, 1896, p. 926). Pour le solidariste, les thèses de Vacher de Lapouge sont odieuses et peu crédibles : « de simples fanfaronnades destinées à épater le bourgeois ». Plus fondamentalement, Gide écrit que :

la thèse essentielle qui consiste à ramener le progrès politique, moral, économique, scientifique esthétique, à une simple question d’élevage de bétail, nous ne dirons pas qu’elle nous choque, mais seulement qu’elle nous paraît trop simpliste et même – malgré ses allures fin de siècle – plutôt rétrograde à cette heure où l’on tend dans la sociologie à abandonner toute assimilation avec les faits et les lois empruntés à la biologie. (Gide, 1896, pp. 931-932)

14Dans Les Sélections sociales, Vacher de Lapouge décrit les effets des institutions sociales (militaires, religieuses, politiques, économiques, morales par exemple) sur les lois de l’hérédité génétique et de la sélection naturelle (Béjin, 1982, p. 331) pour déplorer que « la sélection sociale prime sur la sélection naturelle » (Vacher de Lapouge, 1896, p. 198). D’où sa posture sélectionniste et eugéniste (Taguieff, 1998, p. 104) car il lui paraît vital de contrarier l’efficience des sélections sociales qu’il juge contraires aux lois de l’hérédité et par conséquent aux lois naturelles de la vie sociale : « Placer sur le même pied d’égalité tous les individus, au point de vue social, c’est supprimer la différenciation nécessaire à la vie sociale elle-même » (Vacher de Lapouge, 1887, p. 149).

15Vacher de Lapouge n’aime pas les « sociologistes », mais on peut considérer que son enseignement initie les quelques auditeurs montpelliérains aux questions sociales. Il reconnaît, lui-même, que sa théorie des sélections sociales est « presque entièrement sociologique » (Vacher de Lapouge, 1909, p. XXVIII). Or il adopte une posture qui tourne le dos à l’orientation scientifique sur laquelle s’institue l’école française de sociologie. Ses thèses dérogent à l’un des principes clés développés par Durkheim. Tandis que les Règles de la méthode sociologique recommandent d’expliquer les faits sociaux par d’autres faits sociaux, l’anthroposociologie de Vacher de Lapouge repose sur des causes toutes biologiques et héréditaires (Hubert, 1900). Certes pour des raisons différentes, mais pas davantage que Gide, il n’inscrit dans la durée un enseignement de science politique et sociale à Montpellier.

Le philosophe Bernès et les premiers enseignements de sociologie

  • 18 Lionel Dauriac (1847-1923). Normalien, agrégé (1872) et docteur (1878). Chaire de philosophie de Mo (...)
  • 19 Gaston Milhaud (1858-1918). Agrégé de mathématiques (1881). Chargé de cours à la Faculté des scienc (...)
  • 20 Marcel Bernès (1865-1946). Normalien (1884), agrégé (1887). Professeur de philosophie au Lycée de C (...)

16Au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, de nouvelles opportunités se présentent à Montpellier. Elles débouchent sur les premiers enseignements de sociologie annoncés comme tels. De quelle situation est-ce le résultat ? Le titulaire de la chaire de philosophie, Dauriac18, multiplie les demandes de congés auprès de l’Université de Montpellier afin d’assurer un cours libre à la Sorbonne où il veut poursuivre sa carrière. La Faculté des lettres s’organise pour que deux professeurs du Lycée de Montpellier pallient cette absence. Elle engage d’abord le mathématicien-philosophe Milhaud19 qui, docteur en philosophie, propose un enseignement sur la science positive et la philosophie de la connaissance. Elle sollicite ensuite le normalien agrégé de philosophie Bernès20. Le 10 décembre 1894, le Conseil général des facultés de Montpellier fait état « d’une lettre de M. Bernès qui demande à faire un cours libre sur “La science de la morale au point de vue sociologique” » à laquelle il donne un avis favorable. Le cours de Bernès est connu et publié (Bernès, 1896) : il s’agit d’un enseignement de sociologie. Le premier véritablement donné à Montpellier. La première partie discute l’orientation générale de la sociologie tandis que la seconde est une application au domaine de la morale. Bien qu’il n’y évoque pas la loi des trois états, Bernès y fait d’abord de Comte le précurseur de cette science nouvelle. Il reconnaît avec lui « qu’en sociologie il faut aller […] du composé au simple, parce que le tout est donné avant les parties » (Bernès, 1896, p. 28). Il y fait ensuite de « l’état de société » (Bernès, 1896, p. 52) l’objet essentiel de la sociologie. Cela revient à déterminer ce qui fait le lien social et la solidarité entre les êtres dans toute l’histoire de l’humanité. Il y défend enfin, sans minimiser ce que gagnerait la sociologie à être enseignée dans les facultés de droit, un enseignement de la sociologie assuré par des philosophes au motif qu’en toute question sociale une question morale est impliquée : « La sociologie sans la morale reste mutilée : et par la morale, elle sort des cadres des Facultés de droit et se rattache plutôt à la philosophie » (Bernès, 1896, p. 5).

17Bernès pense que « les sciences sociales n’ont pas seulement à constater des faits, mais a en dégager le sens » (Bernès, 1896, p. 5). Il réfute l’idée que la sociologie se développera, comme les sciences objectives « en se séparant de la philosophie » (Bernès, 1896, p. 8) au motif que les sciences positives ne sont elles-mêmes pas affranchies des postulats philosophiques. Bernès enseigne que la philosophie s’impose à la sociologie au regard de « la complexité supérieure, ou peut-être même [de] la nature même de son objet » (Bernès, 1896, p. 9). Aussi, il se dissocie nettement du programme durkheimien avec lequel il polémique tant sur la question du programme de l’agrégation de philosophie (Bernès, 1895a) que sur Les Règles de la méthode sociologique qu’il est un des premiers à critiquer (Bernès, 1895b). On peut lire dans son cours :

La sociologie ne doit nullement se préoccuper d’éliminer tous les éléments subjectifs des faits. […]. On se trompe donc en demandant au sociologue ce genre d’impartialité qui consiste à éliminer de son propre esprit, lorsqu’il observe les faits sociaux, les sentiments qui sont généraux dans la nature humaine ou dans le groupe déterminé auquel se rapporte le fait observé ; c’est lui demander de dénaturer le fait pour le mieux connaître, et sacrifier la réalité à une idée préconçue des nécessités de la connaissance scientifique. (Bernès, 1896, pp. 78-79)

  • 21 François Simiand (1873-1935). Normalien, agrégé de philosophie, docteur en droit (1894). École prat (...)
  • 22 Paul Lapie (1869-1927). Agrégé (1893). Facultés de Rennes (1898), Marseille (1903) et Bordeaux (190 (...)

18La recension dans L’Année sociologique de l’ouvrage dans lequel Bernès réunit ses enseignements de sociologie montpelliérains est négative tant sur la forme que sur le fond. Simiand21 écrit que « la thèse exposée laisse au lecteur une inquiétude de l’avoir insuffisamment saisie, avant de l’apprécier » (Simiand, 1897, p. 513). Lapie22 note que « l’union de la sociologie et de la morale ne nous paraît ni imposée par la nature des faits sociaux ni exigée par l’intérêt de la sociologie » (Lapie, 1897, p. 286). Quant à Durkheim, il ne parle de Bernès, dans sa correspondance, qu’avec dédain (Guille-Escuret, 1999, p. 50). Bref, l’école française accueille froidement cet essai de sociologie émanant d’un collaborateur à la Revue de métaphysique et de morale. Mais qu’en est-il des étudiants montpelliérains ? Bernès écrit un bilan critique de son expérience (Bernès, 1896). C’est parmi les auditeurs libres qu’elle rencontre le meilleur accueil : leur nombre s’est accru sensiblement en passant de la première partie du cours à la seconde, c’est-à-dire de la sociologie à la morale. Pour ce qui est des étudiants, Bernès les juge mal préparés à son enseignement. Aux juristes, il manque le goût du travail : ils n’apprécient que ce qui est immédiat et les prépare à l’examen. Aux historiens, il manque la hauteur de vue : ils cultivent l’érudition et se détournent des idées générales. Quant aux philosophes, il manque le sens pratique : trop amateurs de spéculation pure, ils sont insuffisamment portés aux études concrètes et morales. Bernès n’a pas le succès attendu. Seuls quelques étudiants de philosophie trouvent grâce à ses yeux car il « propose une version hautement philosophique de la sociologie » (Geiger, 1981, p. 354). Aussi, déçu, il accepte une mutation au Lycée Louis-le-Grand à Paris qui met fin à son enseignement universitaire de sociologie à Montpellier (Mucchielli, 1995, p. 31).

19Chemin faisant, au fil des décennies, l’enseignement de la sociologie s’est fait plus précis. Outre le fait qu’il est désormais revendiqué comme tel, il adopte avec Bernès un contenu conforme à ce que l’institution universitaire locale peut accepter. Il suffit alors de peu de choses pour que les opportunités de recrutement jouent en faveur d’une institutionnalisation durable de l’enseignement de la sociologie à Montpellier. À la différence de Vacher de Lapouge, qui privilégie la sélection et la compétition, Bernès donne bien pour objet à la sociologie l’étude de la solidarité humaine et de l’état de société. Il est normalien et agrégé de philosophie, mais il n’est pas l’homme de la situation. Il s’avère d’abord peu pédagogue, « plus savant qu’intéressant » (Laurens, 2007, p. 132) aux dires du doyen et du recteur. Il reste ensuite trop éloigné de la sociologie développée par l’école française autour de Durkheim pour obtenir les soutiens et les encouragements utiles. Il s’avère enfin incapable de finaliser sa réflexion par la soutenance d’une thèse, ce qui finit par lui fermer les portes de l’enseignement supérieur à une époque où celles-ci s’entrouvrent volontiers pour les sociologues, y compris à Montpellier.

La nomination du maître de conférences Bouglé

20Ce n’est pas pour autant la fin des enseignements de sociologie. Car, à la fin de l’année 1897, le professeur de philosophie de Montpellier, Dauriac, n’assure toujours pas ses cours et obtient une affectation provisoire au Lycée Janson-de-Sailly de Paris. Puisque son traitement de congés n’est plus à payer, la Faculté des lettres de Montpellier décide d’utiliser le reliquat du salaire pour financer le service d’un maître de conférences de philosophie capable d’assurer les conférences laissées par Bernès et de compléter les enseignements délivrés par Milhaud.

  • 23 Célestin Bouglé (1870-1940). Montpellier, Toulouse puis Paris : chargé de cours d’histoire de l’éco (...)
  • 24 Lettre du 28 décembre 1897, Dossier Bouglé, F17 23 569b, Archives nationales.

21Fin 1897, Bouglé23, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, en poste au Lycée de Saint-Brieuc, aspire à l’enseignement supérieur. Il n’est pas davantage que Bernès docteur ès lettres, mais il a publié Les Sciences sociales en Allemagne (Bouglé, 1896) chez Alcan. Puis sa thèse est suffisamment avancée pour qu’il puisse être pressenti. Conseillé et soutenu par Durkheim, il accepte l’opportunité montpelliéraine plutôt qu’une promesse rennaise (Laurens, 2007). Elle l’éloigne de sa région natale mais Durkheim lui explique qu’il est des postes d’État, ce qui est le cas de la maîtrise de conférences montpelliéraine, et des postes d’université, ce qui est le cas de la création rennaise. Il lui écrit également qu’ « une conférence dont le titulaire est nommé par arrêté ministériel sera toujours préférable » soit parce qu’ « on ira vous chercher plus facilement à Montpellier qu’à Rennes », soit parce qu’elle « peut faciliter la conversion du cours en chaire, s’il y a lieu » (Durkheim, 1975, pp. 421-422). Bref, un durkheimien est nommé sur l’emploi ouvert le 30 décembre 1897 par la Faculté des lettres de Montpellier. Y fait-il œuvre de sociologue ? La réponse est oui. Lorsqu’il postule auprès de Liard, il écrit : « Je pourrais, si j’étais appelé à prendre la suite de l’enseignement de Monsieur Bernès, continuer les études de sociologie qu’il a frayées là-bas24. »

22Concrètement, alors que Milhaud fait son cours sur « La science positive et la philosophie de la connaissance », Bouglé assure dès 1898 un cours public sur « Les idées égalitaires et leurs conditions sociales » à partir de son sujet de thèse (Bouglé, 1899b) ainsi qu’une conférence sur « La morale, dans ses rapports avec la science de la morale ». L’année suivante, 1899, il développe un cours public de sociologie intitulé « Le régime des castes. Ses différentes formes ; ses conséquences politiques, économiques, religieuses et morales » (Bouglé, 1901) et une conférence sur « La morale pratique et les systèmes de morale, coïncidence et divergences dans ces systèmes ». On connaît par ailleurs le contenu de sa leçon inaugurale intitulée « L’histoire explicative et la sociologie » dans laquelle il se pose en sociologue davantage qu’en philosophe. Il y développe l’intérêt qu’il y a, pour tout historien, à développer « une sociologie scientifique » (Bouglé, 1899a, p. 253) :

Messieurs, parmi ces formules directrices de l’histoire, je dis qu’il en est de proprement sociologiques. Je dis que pour expliquer nombre de faits particuliers, les historiens sont amenés à invoquer l’action, non pas seulement des formes corporelles ou des formes terrestres, mais des formes sociales. (Bouglé, 1899a, p. 251)

23Bouglé développe donc à Montpellier, à partir de 1898, un enseignement sociologique. À travers cette nomination, on peut lire la volonté de promouvoir un jeune philosophe prometteur et bon enseignant. Mais il faut également noter que ce choix ministériel n’est pas sans remplir de multiples fonctions. Outre le coup de pouce apporté à l’institutionnalisation de la sociologie dans l’Université française, il renforce l’équipe de L’Année sociologique dont Bouglé est un membre actif. Là où une opportunité locale avait relativement tôt permis d’ouvrir un enseignement de sociologie via l’expérience de Bernès, Liard offre une possibilité très sérieuse de le pérenniser. Il nomme enfin, là où Vacher de Lapouge avait grâce à lui professé ses leçons, l’un de ses plus ardents contradicteurs. De toute évidence pour Bouglé, l’acquis prime sur l’inné puis tout ce qu’on retire à l’influence du « génie de la race » pour l’attribuer à des circonstances précises « est autant de gagné pour la science » (Bouglé, 1899b, pp. 70-71). On peut lire dans la thèse de Bouglé et probablement dans son enseignement :

En admettant que son type biologique limite ce que l’individu est capable de donner, c’est bien souvent son milieu social qui décide s’il donnera ou non ce dont il est capable. Si la nature détermine toutes les “puissances” de l’individu, c’est bien souvent à la société qu’il appartient de les faire ou non passer à l’acte. Si la nature propose, la société dispose. (Bouglé, 1897, p. 458)

  • 25 Dossier Bouglé, F17 23 569b, Archives nationales.

24L’investissement du sociologue Bouglé est, à Montpellier, bien réel sur plusieurs plans. Son enseignement est bien évalué. On peut lire sous la plume du recteur, dans son rapport d’inspection de 1899, que « M. Bouglé a très bien réussi à Montpellier. Il est jeune, curieux, ardent ; sa parole a beaucoup de prise sur le public et sur les étudiants »25. Son implication dans la vie publique de la cité, ainsi que dans la communauté universitaire, est remarquable. Il réside à proximité de l’Enclos Laffoux (Laurens, 2009, p. 52) où habitent plusieurs de ses collègues dreyfusards (Laurens, 2007) qui comme lui participent aux activités de l’Université populaire et s’engagent auprès de la Ligue des droits de l’Homme. En 1898 et 1899, l’Assemblée de la Faculté des lettres se prononce pour l’ouverture d’une chaire de sociologie. Mais cette demande est noyée dans une liste d’une quinzaine d’intitulés de postes dont aucun ne peut ressortir. Puis en 1899, Bouglé soutient sa thèse de doctorat.

25Or, en 1900, plusieurs événements bouleversent la situation de la sociologie montpelliéraine. Le professeur de philosophie Dauriac (Laurens, 2008) est autoritairement affecté au Lycée Janson-de-Sailly de Paris et sa chaire universitaire de Montpellier affectée au chargé de cours Milhaud. Bouglé est, la même année, muté à Toulouse où un poste de professeur de philosophie sociale l’attend. Montpellier perd son sociologue.

Scénarios

26Revenons un instant sur les « issues possibles qui ne se sont pas produites » (Grossetti, 2004, p. 191). Imaginons maintenant que Milhaud, qui évoque dans ses cours la philosophie positive mais pas la sociologie (Chandelier, 2009), n’ait pas davantage donné satisfaction que Bernès dans ses enseignements. Bouglé aurait tout à fait pu lui être préféré et être nommé professeur de philosophie à Montpellier pour y développer une partie de sa carrière comme il l’a fait à Toulouse jusqu’en 1908. Bouglé n’était d’ailleurs pas hostile au développement des Facultés des lettres de province : « Le temps est loin, en effet, où l’on avait à se demander si l’on pourrait “travailler en province”, et si l’on n’était pas condamné, par l’éloignement du centre, à ne pas participer à cette immense enquête historique, qui est l’œuvre propre des littéraires de notre temps » (Bouglé, 1905, p. 14).

  • 26 Paul Fauconnet (1874-1938). Agrégé de philosophie (1895). Professeur à la Faculté de Toulouse (1908 (...)
  • 27 Edmond Goblot (1858-1935). Normalien, agrégé de philosophie. Docteur ès lettres (1898). Promu dans (...)

27Puis comme à Toulouse, Fauconnet26, ou un autre, aurait pu prendre la suite et assurer la continuité sociologique. Imaginons encore que Milhaud n’ait pas davantage donné satisfaction que Bernès mais que Bouglé ait opté pour la chaire de Toulouse plutôt que celle de Montpellier. Goblot27, qui postule effectivement « contre » Milhaud en 1900, aurait pu être recruté comme professeur de philosophie à Montpellier. Bien que philosophe des sciences, Goblot est l’auteur d’un texte sur les classes de la société (Goblot, 1899) et plus tard, alors qu’il enseigne à Lyon, d’une étude fameuse de sociologie intitulée La Barrière et le niveau (Goblot, 1925).

  • 28 Henri Delacroix (1873-1937). Agrégé (1894), enseigne la philosophie au Lycée de Pau. Docteur ès let (...)
  • 29 Marcel Foucault (1865-1947). Élève de Durkheim à Bordeaux. Agrégé de philosophie (1891), enseigne a (...)
  • 30 Pierre Janet (1859-1947). Normalien, agrégé (1882), docteur ès lettres (1889), docteur en médecine (...)

28Mais aucun de ces scénarios ne voit le jour : Milhaud donne entière satisfaction à ses supérieurs et met la main sur la philosophie à Montpellier. Sur le poste de maître de conférences libéré par Bouglé, c’est d’abord le psychologue Delacroix28 qui est recruté et ensuite, lorsque ce dernier est promu à Paris, un autre psychologue, Foucault29. Bien qu’élève de Durkheim à Bordeaux, et pour un temps collaborateur à L’Année sociologique, Foucault reste éloigné des préoccupations sociologiques. La présence de Milhaud à Montpellier, pèse lourd sur l’enchaînement des décisions et ceci à plusieurs niveaux. Cet agrégé de mathématiques, docteur en philosophie, est un condisciple de Durkheim à l’École normale supérieure, puis un ami de Bouglé depuis que celui-ci est installé à Montpellier. Mais il est aussi un intime du psychologue Janet30. Depuis qu’il professe en lieu et place de Dauriac à la Faculté des lettres de Montpellier, d’abord en tant que chargé de cours et ensuite en tant que titulaire de la chaire de philosophie, tout se passe comme si, malgré son intérêt pour les sciences sociales en général et son attachement à Bouglé en particulier (Milhaud, 1961, pp. 24-25), il encourageait le développement de la psychologie plutôt que celui de la sociologie. Aussi en quelques années aux duos Milhaud-Bernès (1894-1897) puis Milhaud-Bouglé (1898-1900) succèdent les binômes Milhaud-Delacroix (1900-1905) puis Milhaud-Foucault (1905-1909) pour enseigner la philosophie à Montpellier. Dès lors, Toulouse joue un rôle que Montpellier aurait tout aussi bien pu jouer dans la géographie française de la sociologie.

  • 31 Louis Gérard-Varet (1860-1944). Agrégé de philosophie, docteur ès lettres : L’Ignorance et l’irréfl (...)
  • 32 Edmond Colsenet (1847-1925). Normalien (1868) agrégé (1872) en philosophie. Docteur ès lettres : Ét (...)
  • 33 Théodore Ruyssen (1866-1967). Normalien (1889), agrégé de philosophie. Docteur ès lettres : Essai s (...)
  • 34 Albert Rivaud (1876-1956). Agrégé de philosophie (1900) et docteur ès lettres (1905). Chargé de cou (...)
  • 35 Gabriel Melin (1862-1947). Docteur en droit. Membre de la Société internationale de science sociale (...)
  • 36 Paul Souriau (1852-1926). Normalien. Lycée de Pau et Angers. Docteur ès lettres : Théorie de l’inve (...)

29Le travail de sédimentation engagé depuis 1880 débouche, en cette année 1900, sur une bifurcation puis une irréversibilité durable (Grossetti, 2004, p. 207) pour ce qui est de la sociologie à Montpellier. Cette dernière disparaît du programme de la Faculté des lettres au début du XXe siècle alors qu’à Paris, Bordeaux, Toulouse, elle s’établit. Durant la première décennie du XXe siècle, à Dijon Gérard-Varet31, à Besançon Colsenet32, à Aix-Marseille Ruyssen33, à Poitiers Rivaud34, à Nancy Melin35 et Souriau36 délivrent quelques enseignements de sociologie. Rien de tel à Montpellier qui voit les enseignements de psychologie s’imposer aux côtés de ceux de philosophie.

Conclusion

30Les recrutements successifs de Gide, Vacher de Lapouge, Bernès et Bouglé constituent une séquence intéressante dans l’histoire de la sociologie à Montpellier à la fin du XIXe siècle. Non pas parce que cette période constituerait le « germe initial » (Durkheim, 1938, p. 25) à partir duquel se comprendrait la situation contemporaine de la sociologie à Montpellier : ce dernier vient bien plus tard dans le procès d’institutionnalisation. Mais parce qu’elle illustre l’instabilité qui prévaut lors des phases d’émergence des disciplines scientifiques dans la mesure où celle-ci repose « sur l’engagement d’un petit nombre d’acteurs individuels non substituables » (Grossetti, 2004, p. 202). Les nominations comportent une forte dose d’incertitude même si celle de Bouglé s’inscrit dans un contexte d’une moindre imprévisibilité. Mais une fois recruté, aucun des protagonistes n’installe cette nouvelle science sociale de façon durable à Montpellier en raison de l’attirance qu’exerce Paris et du poids local de la médecine. Leur mutation remet tout à plat. Dans cette séquence, seule une nouvelle contingence offre à la sociologie la possibilité d’être à nouveau enseignée. Cela dit, après Bouglé, celle-ci n’intervient plus avec la même célérité : une bifurcation dans le sens de « situation dans laquelle des changements (partiellement) imprévisibles affectent (relativement) durablement les acteurs, les ressources ou les formes sociales » (Grossetti, 2004, p. 187) est prise en faveur de la psychologie. Il faudra attendre les années 1920 pour qu’une nouvelle opportunité se présente et qu’un nouveau tournant soit pris.

Haut de page

Bibliographie

Andréani, R. (2003). Le Montpellier d’Auguste Comte, in A. Petit (dir.). Auguste Comte. Trajectoires positivistes 1798-1998 (pp. 13-22). Paris : L’Harmattan.

Audren, F. & Milet, M. (2008). Préface. Maurice Hauriou sociologue. Entre sociologie catholique et physique sociale, in Écrits sociologiques (pp. V-LVIII). Paris : Dalloz.

Balandier, G. (1988). Le Désordre. Éloge du mouvement. Paris : Fayard.

Béjin, A. (1982). Le sang, le sens et le travail : Georges Vacher de Lapouge darwiniste social fondateur de l’anthroposociologie. Cahiers internationaux de sociologie, LXXIII, 323-343.

Bel, H. (1936). Georges Vacher de Lapouge. Bulletin de l’Académie des sciences et des lettres de Montpellier, 86-96.

Bernès, M. (1895a). La philosophie à l’agrégation et au lycée. Revue philosophique, 605-625.

Bernès, M. (1895b). Sur la méthode de la sociologie. Revue philosophique, 39, 233-257 et 372-399.

Bernès, M. (1896). Sociologie et morale. Deux années d’enseignement sociologique. Paris : Giard & Brière.

Bessin, M., Bidart, C. & Grossetti, M. (dir.) (2009). Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement. Paris : La Découverte.

Boissel, J. (1991). À propos des Souvenirs de Georges Vacher de Lapouge. Bulletin de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, 167-180.

Bouglé, C. (1896). Les Sciences sociales en Allemagne. Le conflit des méthodes. Paris : Alcan.

Bouglé, C. (1897). Anthropologie et démocratie. Revue de métaphysique et de morale, V, 443-461.

Bouglé, C. (1899a). Histoire explicative et sociologie. Revue internationale de l’enseignement, 247-253.

Bouglé, C. (1899b). Les Idées égalitaires. Étude sociologique. Paris : Alcan.

Bouglé, C. (1900). Plaidoyer pour l’enseignement populaire. Montpellier : Imprimerie du Midi.

Bouglé, C. (1901). Remarques sur le régime des castes. L’Année sociologique, IV, 1-64.

Bouglé, C. (1905). La vie des Facultés des lettres en Province. Revue des Pyrénées, 5-27.

Bouglé, C. (1921). Le banquet Charles Gide. L’Émancipation, 144.

Chandelier, C. (2009). Bibliographie des écrits et des enseignements de Gaston Milhaud, in A. Brenner et A. Petit (dir.). Science, Histoire & philosophie selon Gaston Milhaud. La constitution d’un champ disciplinaire sous la Troisième République (pp. 255-265). Paris : Vuibert.

Comte, A. (1882). Mes réflexions. Humanité, vérité, justice, liberté, patrie. Rapprochements entre le régime de 1793 et celui de 1816 adressés au peuple français. La critique philosophique, (10 juin 1882), 289-303.

Dauriac, L. (1886). Obsèques de Charles Jeannel. Montpellier : Martel.

Didry, C. (1990). De l’État aux groupes professionnels. Les itinéraires croisés de L. Duguit et É. Durkheim au tournant du siècle (1880-1900). Genèse, 2, 5-27.

Durand, C. (1866). Vie de l’Abbé Flottes. Montpellier : Seguin.

Durkheim, É. (1897). L’anthroposociologie. L’Année sociologique, I, 519.

Durkheim, É. (1938). L’Évolution pédagogique en France. Paris : Presses universitaires de France.

Durkheim, É. (1975). Lettres à Célestin Bouglé, in Textes (t. 2, pp 389-439). Paris : Éditions de Minuit.

Geiger, R. (1981). René Worms, l’organicisme et l’organisation de la sociologie. Revue française de sociologie, XXII, 345-360.

Gide, C. (1884). Principes d’économie politique. Paris : Larose & Forcel.

Gide, C. (1896). Vacher de Lapouge. Les Sélections sociales. Revue d’économie politique, 926-932.

Gide, C. (1902). L’enseignement des sciences sociales en France. Enseignement supérieur, in Congrès international de l’enseignement des sciences sociales. Paris : Chevalier-Marescq.

Goblot, E. (1899). Les classes de la société. Revue d’économie politique, 30-60.

Goblot, E. (1925). La Barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne. Paris : Alcan.

Gouhier, H. (1997). La Vie d’Auguste Comte. Paris : Vrin.

Grossetti, M. (1994). Villes et institutions scientifiques. Genèse des pôles scientifiques français. Les annales de la recherche urbaine, 7-15.

Grossetti, M., 1995, Science, industrie et territoire. Toulouse : Pum.

Grossetti, M., 2004, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris : Puf.

Guille-Escuret, G., 1999, Structures et « détail ». Diogène, 62/63, 49-66.

Hennaux, J.-M. (2000). Alexis Bertrand, professeur de philosophie du jeune Blondel. Revue philosophique de Louvain, 549-571.

Hocquard, D. (2001). Le cours de Gabriel Melin à la Faculté de droit de Nancy, 1889-1930. Les Études sociales, 107-130.

Hubert, H. (1900). Georges Vacher de Lapouge. L’Aryen. Son rôle social. L’Année sociologique, III, 145-146.

Hughes, E.-C. (1996). Carrières, cycles et tournants de l’existence, in Le Regard sociologique. Essais sociologiques (pp. 165-173). Paris : École des hautes études en sciences sociales.

Kergomard, J., Salzi, P. & Goblot, F. (1937). Edmond Goblot (1858-1935). La vie – L’œuvre. Paris : Alcan.

Lapie, P. (1897). Marcel Bernès. Sociologie et morale. Deux années d’enseignement sociologique. L’Année sociologique, I, 283-287.

Laurens, J.-P. (2001). Pour une sociologie des institutions scientifiques locales : Le cas de l’Institut de chimie de Montpellier 1889-1957. Études sur l’Hérault, 231-244.

Laurens, J.-P. (2005). Marcel Bernès, professeur au lycée, chargé de cours et de conférences en sociologie à la Faculté des lettres de Montpellier en 1894-1897. Le Dit de l’Université Paul Valéry, 7-8.

Laurens, J.-P. (2007). Célestin Bouglé : les années montpelliéraines. Anamnèse, III, 127-144.

Laurens, J.-P. (2008). Lionel Dauriac (1847-1923), la psychologie du musicien et l’esthétique musicale. Le Dit de l’Université Paul Valéry, I-II.

Laurens, J.-P. (2009). Milhaud et l’interdisciplinarité, in A. Brenner et A. Petit (dir.). Science, Histoire & philosophie selon Gaston Milhaud. La constitution d’un champ disciplinaire sous la Troisième République (pp. 31-55). Paris : Vuibert.

Lecuyer, B.-P. (1998). Sociologie de la connaissance et sociologie de la science, in A. Kremer-Marietti (dir.). Sociologie de la science. Sociologie des sciences et rationalité scientifique (pp. 17-45). Bruxelles : Mardaga.

Manouvrier, L. (1899). L’indice céphalique et la pseudo-sociologie. Revue de l’École d’anthropologie, 233-259 et 280-296.

Marcel, J.-C. (2001). Célestin Bouglé, un entrepreneur de la sociologie, in Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres (pp. 219-289). Paris : Presses universitaires de France.

Marcel, J.-C. & Martin, O. (2005). Nouveaux travaux en histoire de la sociologie. Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 13, 3-4.

Marcel, J.-C. & Martin, O. (2006). Savants, sciences et savoirs en société : quelques réflexions sur le renouvellement de la sociologie des sciences. Sociétés contemporaines, 64, 5-19.

Massin, B. (2001). L’anthropologie raciale comme fondement de la science politique, in C. Blanckaert (dir.). Les Politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940) (pp. 269-334). Paris : L’Harmattan.

Milhaud, J. (1961). Ici naquit Gaston Milhaud, mathématicien philosophe. Histoire d’un centenaire. Boulogne-sur-Mer : Milhaud.

Mucchielli, L. (1995). Pourquoi réglementer la sociologie ? Les interlocuteurs de Durkheim, in M. Borlandi et L. Mucchielli (dir.). La Sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après (pp. 15-47). Paris : L’Harmattan.

Mucchielli, L. (1997). Sociologie versus anthropologie raciale. L’engagement décisif des durkheimiens dans le contexte « fin de siècle » (1885-1914). Gradhiva. Revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, 21, 77-95.

Nicolas, F. (2008). L’anthroposociologie en France (1886-1942) : l’émergence d’une doctrine raciale en dehors de l’extrême droite, in S. Crépon et S. Mosbah-Natanson (dir.). Les Sciences sociales au prisme de l’extrême droite (pp. 99-132). Paris : L’Harmattan.

Ourliac, P. (1983). L’enseignement de la science politique à Montpellier en 1890. Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 147-152.

Penin, M. (1992). D’Édimbourg à Montpellier en passant par Bombay : Patrick Geddes (1854-1932). Revue de l’économie méridionale, 3-18.

Penin, M. (1997). Charles Gide 1847-1932. L’esprit critique. Biographie. Paris : L’Harmattan.

Policar, A. (1998). Science et démocratie : Célestin Bouglé et l’anthroposociologie, in J. Hoareau-Dodineau et P. Texier (dir.). Anthropologies juridiques. Mélanges Pierre Braun (pp. 687-7109). Limoges : Presses universitaires de Limoges.

Renouvier, C. (1876). Uchronie (l’utopie dans l’histoire) : esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu’il n’a pas été, tel qu’il aurait pu être. Paris : Bureau de la critique philosophique.

Simiand, F. (1897). L’année sociologique française 1896. Revue de métaphysique et de morale, V, 489-519.

Sernin, A. (1993). Auguste Comte. Prophète du XIXe. Sa vie, son œuvre, son actualité. Paris : Albatros.

Taguieff, P.-A. (1998). La Couleur et le sang. Doctrines racistes à la françaises. Paris : Éditions Mille et une nuits.

Tirbois, T. (2005). Aux fondements de la sociologie juridique française. Anamnèse, I, 45-54.

Vacher de Lapouge, G. (1887). L’anthropologie et la science politique. Revue d’anthropologie, 136-157.

Vacher de Lapouge, G. (1896). Les Sélections sociales. Paris : Fontemoing.

Vacher de Lapouge, G. (1929). Souvenirs. Fond Vacher de Lapouge, Bibliothèque interuniversitaire, Montpellier III.

Vacher de Lapouge, G. (1909). Race et milieu social. Essais d’anthroposociologie. Paris : Rivière.

Haut de page

Notes

1 Léon Duguit (1859-1928). Agrégé de droit (1882). Professeur de droit à Caen (1882) puis à Bordeaux (1886). Inaugure en 1891 un cours de sciences sociales à la Faculté de droit de Bordeaux (Didry, 1990, p. 7).

2 Maurice Hauriou (1856-1929). Docteur (1879) et agrégé en droit (1882). Professeur de droit à Toulouse de 1883 à 1929. Y développe dès 1894 des conférences de sociologie (Audren et Milet, 2008, p. VII).

3 Alexis Bertrand (1850-1922). Professeur de philosophie à la Faculté de Dijon (1881) et de Lyon (1884) (Hennaux, 2000). Ses cours de sociologie (1892) y sont financés par la municipalité (Bernès, 1896, p. 1).

4 Auguste Comte (1798-1857). Intègre l’École polytechnique (1814). Revient à Montpellier en 1816, l’été 1825 et 1827, quelques jours en 1837. Examinateur d’admission pour l’X entre 1839 et 1843, il loge à l’Hôtel du Midi et n’a plus de contact avec sa famille (Andréani, 2003). Ne revient plus ensuite à Montpellier.

5 Charles Renouvier (1815-1903). Polytechnicien (1836) natif de Montpellier. Renonce aux fonctions publiques et aux mathématiques pour se consacrer à la philosophie. Bien que ses premiers ouvrages soient des manuels, il ne professe jamais. Promoteur du néocriticisme, libéral et rationaliste. Ardent défenseur de la laïcité.

6 Jean-Baptiste Flottes (1789-1864). Né et mort à Montpellier sans avoir quitté une seule fois cette ville. Enseigne d’abord la philosophie au Collège royal (1817) puis à la Faculté des lettres (1838). Conclut sa leçon inaugurale par cette phrase : « la philosophie est l’alliée du christianisme » (Durand, 1866, 112).

7 Félicité de Lamennais (1782-1854). Prêtre philosophe qui critique l’Église et élabore une doctrine sociale. C’est chez lui que Comte va se « confesser » mi-avril 1826 pendant ses crises cérébrales (Gouhier, 1997, p. 151).

8 Charles Jeannel (1809-1886). Agrégé (1838), professeur à Poitiers et Rennes. Docteur ès lettres (1846), professeur à la Faculté de Rennes (1848) et Montpellier (1857) jusqu’à sa retraite. « Sa foi de catholique, dont il aimait faire profession, même dans ses leçons à la faculté, ne se sentait jamais en péril » (Dauriac, 1886, p. 3).

9 Émile Boutroux (1845-1921). Normalien (1865), agrégé de philosophie (1868), docteur ès lettres (1874). Enseignement : Esquisse de l’histoire du stoïcisme (1874) et Histoire de la philosophie allemande (1875). Quitte Montpellier pour Nancy (1876), l’École normale supérieure (1877) puis la Sorbonne (1888).

10 Désiré Nolen (1838-1904). Normalien (1858), agrégé de philosophie (1863). Professeur de philosophie à Montpellier (1876), il traite de philosophie critique, de psychologie, de morale, d’esthétique, de logique et de saint Thomas d’Aquin. Nommé recteur à Douai (1881) puis Besançon (1887).

11 Charles Gide (1847-1932). Natif du Gard, docteur en droit (1872) et agrégé (1874). Enseigne à Bordeaux puis Montpellier (1880) l’économie politique. Fait soutenir peu de thèses. Dès 1885, anime le mouvement coopératif (École de Nîmes). Fonde la Prévoyance montpelliéraine, une coopérative de consommation (Penin, 1997).

12 Patrick Geddes (1854-1932). Urbaniste écossais. Fonde la Sociological Society of London et la Sociological Review. Premier séjour à Montpellier vers 1888-1889. S’installe à Montpellier en 1924 et construit le Collège des Écossais. Développe un enseignement en sciences sociales sans lien avec l’Université (Penin, 1992).

13 Georges Vacher de Lapouge (1854-1936). Docteur en droit (1879). Substitut, procureur puis démission (1883). Suivent des enseignements d’anthropologie. Échoue à l’agrégation (1885). Sur le conseil de Liard, devient bibliothécaire à Montpellier. Donne les « leçons ». Muté en 1893 d’abord à Rennes et ensuite à Poitiers.

14 Louis Liard (1846-1917). Professeur de philosophie au Lycée de Poitiers et à l’Université de Bordeaux (1877). Recteur à Caen (1880). Directeur de l’enseignement supérieur (1884), vice-recteur de Paris (1902).

15 Émile Durkheim (1858-1917). Chargé de cours (1887), professeur de sciences sociales (1896) à Bordeaux. À Paris : suppléance (1902), chaire de sciences de l’éducation (1906) et science de l’éducation et sociologie (1913).

16 Lettre du 9 août 1902, A068-94, Fonds Vacher de Lapouge, Bibliothèque interuniversitaire, Montpellier III.

17 Léonce Manouvrier (1850-1927). Chaire d’anthropologie physique à l’École d’anthropologie de Paris (1888). Intervient dans de nombreux débats scientifiques sur des positions défendues par les sciences sociales.

18 Lionel Dauriac (1847-1923). Normalien, agrégé (1872) et docteur (1878). Chaire de philosophie de Montpellier 1882-1900. Donne un cours libre d’esthétique musicale à Paris (1895). Nommé malgré lui au Lycée Janson-de-Sailly (1900) où son enseignement est jugé insatisfaisant. Mis en retraite à 57 ans (Laurens, 2008).

19 Gaston Milhaud (1858-1918). Agrégé de mathématiques (1881). Chargé de cours à la Faculté des sciences (1892). Docteur ès lettres (1894). Chargé de cours à la Faculté des lettres (1895) puis professeur de philosophie (1900). Nommé à Paris sur une chaire d’histoire de la philosophie dans ses rapports avec les sciences (1909).

20 Marcel Bernès (1865-1946). Normalien (1884), agrégé (1887). Professeur de philosophie au Lycée de Carcassonne (1887), puis Montpellier (1891). Donne un cours libre de sociologie à la Faculté des lettres. Muté sur la chaire de philosophie du Lycée Louis-le-Grand (1898) (Laurens, 2005).

21 François Simiand (1873-1935). Normalien, agrégé de philosophie, docteur en droit (1894). École pratique des hautes études (1910). Collège de France en 1934.

22 Paul Lapie (1869-1927). Agrégé (1893). Facultés de Rennes (1898), Marseille (1903) et Bordeaux (1907). Recteur à Toulouse (1911). Directeur de l’enseignement primaire (1914) et vice-recteur à Paris (1925).

23 Célestin Bouglé (1870-1940). Montpellier, Toulouse puis Paris : chargé de cours d’histoire de l’économie sociale (1908), professeur de science de l’éducation et sociologie au décès de Durkheim et professeur d’histoire d’économie sociale (1919). Sous-direction (1927) puis direction de l’École normale supérieure (1935-1940) (Marcel, 2001).

24 Lettre du 28 décembre 1897, Dossier Bouglé, F17 23 569b, Archives nationales.

25 Dossier Bouglé, F17 23 569b, Archives nationales.

26 Paul Fauconnet (1874-1938). Agrégé de philosophie (1895). Professeur à la Faculté de Toulouse (1908). Docteur (1920). Chargé de cours (1921) et professeur (1932) à la Sorbonne (Tirbois, 2005).

27 Edmond Goblot (1858-1935). Normalien, agrégé de philosophie. Docteur ès lettres (1898). Promu dans l’enseignement supérieur : chargé de conférences à Toulouse (1899), chargé de cours à Caen (1901) puis professeur de philosophie à Lyon (1906). Refuse une nomination à Paris en 1908 (Kergomard, 1937).

28 Henri Delacroix (1873-1937). Agrégé (1894), enseigne la philosophie au Lycée de Pau. Docteur ès lettres (1900), maître de conférences à Montpellier. Donne des enseignements de psychologie. Quitte Montpellier en 1905 pour Caen. Maître de conférences puis professeur (1919) et doyen (1928) à la Sorbonne.

29 Marcel Foucault (1865-1947). Élève de Durkheim à Bordeaux. Agrégé de philosophie (1891), enseigne au Lycée de Mâcon. Docteur ès lettres (1901). Collaborateur à L’Année sociologique en 1897-1898 et 1902-1903. Développe de 1905 à 1935, à Montpellier, la psychologie expérimentale en tant que professeur de philosophie.

30 Pierre Janet (1859-1947). Normalien, agrégé (1882), docteur ès lettres (1889), docteur en médecine (1893). Professeur au Lycée du Havre. Chaire de psychologie à la Sorbonne et au Collège de France de 1902 à 1934.

31 Louis Gérard-Varet (1860-1944). Agrégé de philosophie, docteur ès lettres : L’Ignorance et l’irréflexion : essai de psychologie objective (1899). Professeur de philosophie à Dijon (1899) et recteur à Rennes (1910).

32 Edmond Colsenet (1847-1925). Normalien (1868) agrégé (1872) en philosophie. Docteur ès lettres : Étude sur la vie inconsciente de l’esprit (1880). Professeur à Besançon (1886) dont il devient doyen de la Faculté.

33 Théodore Ruyssen (1866-1967). Normalien (1889), agrégé de philosophie. Docteur ès lettres : Essai sur l’évolution de la psychologie du jugement (1904). Professeur à l’Université de Bordeaux (1907).

34 Albert Rivaud (1876-1956). Agrégé de philosophie (1900) et docteur ès lettres (1905). Chargé de cours à Poitiers (1908). Chargé de cours (1927), maître de conférences (1928) puis professeur (1933) à Paris.

35 Gabriel Melin (1862-1947). Docteur en droit. Membre de la Société internationale de science sociale, un courant dissident du mouvement leplaysien. Se voit confier un cours de 1899 à 1930 (Hocquard, 2001).

36 Paul Souriau (1852-1926). Normalien. Lycée de Pau et Angers. Docteur ès lettres : Théorie de l’invention (1881). Professeur à l’Université de Aix-Marseille, Lille (1887) puis à Nancy (1893) dont il devient le doyen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Laurens, « Les instabilités institutionnelles d’une discipline émergente »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 9-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/2945

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Laurens

Maître de conférences au Département de sociologie de l’Université Paul-Valéry de Montpellier depuis 1992, il est actuellement membre du bureau du GT 49 – Histoire de la sociologie – de l’Association française de sociologie. Il a récemment publié en collaboration avec Jean-Bruno Renard, La Faculté des lettres de Montpellier. Portraits de professeurs, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2013.

Adresse : Université Paul-Valéry, Route de Mende, FR-34199 Montpellier cedex 5 (France).
Courriel : jean-paul.laurens[at]univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals