Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les chercheurs algériens entre post-colonie et mondialisation

Algerian researchers between postcoloniality and globalization
Investigadores argelinos entre poscolonia y globalización
Tristan Leperlier

Résumés

La marginalité de la recherche algérienne en littérature et en sociologie dans l’espace scientifique international reste forte. La mondialisation n’a pas permis de passer d’une dépendance coloniale à une égalité des chances mondialisée. Au contraire, la dépendance à la France et au français s’est renouvelée, comme accès prioritaire à l’espace européen et anglophone, et tandis que l’international est devenu le mot d’ordre de la recherche algérienne, la réalité de l’internationalisation a perdu en qualité ce qu’elle a gagné en quantité. Cependant, la structure inégalitaire de l’espace scientifique international n’est pas immuable. Les volontés militantes de réduire les inégalités scientifiques internationales ont porté leurs fruits, en particulier dans l’espace international arabophone, mais également francophone. Ces volontés ne sont d’ailleurs pas partagées par tous : tandis que le discours de désoccidentalisation de la science semble s’être perdu, certains chercheurs considèrent, volens nolens, le rôle politique national de leur recherche comme plus important que leur visibilité au niveau international.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tandis que les circulations étudiantes entre les deux rives de la Méditerranée font l’objet d’une riche bibliographie (Geisser, 2000 ; Mazzella, 2007 ; Mazzella, 2009 ; Leclerc-Olive, Scarfò Ghellab et Wagner, 2011), parfois marquée par la problématique du brain drain/brain gain et que l’expérience intellectuelle des chercheurs français en Algérie est documentée (Henry et Vatin, 2012 ; Martin-Criado, 2008), rares sont les études, dans le cadre des réflexions sur l’espace scientifique mondialisé (Gingras, 2002 ; Keim et al., 2014), à porter sur l’internationalité des chercheurs algériens. Nous entendons par là un ensemble de pratiques qui ne se réduit pas à la circulation physique, voire à l’expatriation, ni même à la publication (livres ou articles) à l’étranger : le national peut également être internationalisé par la présence d’institutions ou d’individus venus de l’étranger, par des pratiques usant de modèles considérés comme étrangers, ou des discours usant du label « international ». Quant au processus d’internationalisation, qui serait le propre de la mondialisation accélérée depuis quelques décennies, il doit être questionné (Heilbron, Guilhot et Jeanpierre, 2008), en particulier pour le cas algérien. De manière extrême pour cette ancienne colonie de peuplement français, administrativement française jusqu’en 1962 malgré la discrimination juridique à l’égard des « musulmans » et dont le processus de décolonisation et de nationalisation a été très violent, la question de l’international pose en réalité celle des reconfigurations post-coloniales de la recherche algérienne.

2Cet article s’inscrit dans la perspective des études qui, critiques de l’irénisme du processus de mondialisation libérale (Friedman, 2007) et en sciences en particulier (Schott, 1991), montrent le maintien d’une inégalité structurale des échanges scientifiques centrée en particulier autour de l’« hégémonie anglo-américaine » (Aalbers, 2004) qu’elle soit matérielle, symbolique ou en particulier linguistique (Swaan, 2001 ; Sapiro, 2008 ; Ortiz, 2009). Un ensemble de travaux a montré que ces inégalités étaient en grande partie issues de la colonisation (Garreau, 1988 ; Hountondji, 2001 ; Alatas, 2003 ; Keim, 2008), tandis que les études post-coloniales, revivifiant une critique politique ancienne de « désoccidentalisation » à l’égard des anciennes métropoles (Brisson, 2015), sont allées jusqu’à pointer une domination épistémique des régions anciennement colonisées (Fanon, 1968 ; Saïd, 2003 ; Mudimbé, 1994 ; Chakrabarty, 2008 ; Lander, 2011). Nous discutons toutefois, comme à sa manière Rodriguez Medina (Rodriguez Medina, 2014), ces approches souvent holistiques qui postulent plus des phénomènes d’imitation du centre par les périphéries que des hybridations pratiques telles que montrées dans les études littéraires (Bhabha, 1994), et prennent de manière générale peu en considération les acteurs autrement que de manière programmatique. L’attention aux acteurs individuels et institutionnels (notamment diplomatiques), sans nécessairement inscrire cette étude dans une perspective de « champ » au sein duquel le recours à l’international est une ressource (Lamont, 1987 ; Bourdieu, 1999), permet non seulement de prendre en compte le sens qu’ils donnent à leurs recherches, mais également de ne pas négliger les processus historiques précis, ce qui nuance des modèles parfois trop monolithiques.

  • 1 36 entretiens de 45 minutes en moyenne, pour la plupart enregistrés et retranscrits : 22 avec des c (...)

3Cette enquête s’appuie sur 36 entretiens semi-directifs avec des chercheurs algériens, ainsi que sur un ensemble d’entretiens (n =13) réalisés dans le cadre d’un travail sur des écrivains par ailleurs universitaires1. Plusieurs facteurs susceptibles d’avoir une influence sur l’internationalisation des chercheurs algériens sont représentés : discipline (sociologie/littérature), institution (centre de recherche/université), langue de travail (arabe/français/anglais), âge, sexe. Le lieu de résidence (Algérie/étranger) n’a pas pu être suffisamment représenté : le champ de cette étude s’étend donc essentiellement aux chercheurs vivant actuellement en Algérie.

4Les deux disciplines ont été choisies pour leur lien différencié à l’héritage colonial et au clivage linguistique. Du fait de la circulation entre chercheurs et écrivains, la recherche sur la littérature participe en bonne partie des dynamiques du champ littéraire marqué par le bilinguisme. Tandis que l’arabe est promu seule langue nationale à l’Indépendance, le français reste une langue d’élite au niveau de la société ; et plus valorisée au niveau du champ littéraire. Les rivalités au sein de celui-ci ont conduit dans les années 1990 à ce que certains ont perçu comme une « guerre des langues » (Leperlier, 2018b). Nous avons également fait des entretiens avec des chercheurs en littérature anglophone, allemande et italienne (regroupées en « littérature européenne » par souci d’anonymisation).

5La sociologie s’est construite à l’Indépendance contre l’anthropologie, qualifiée de science coloniale, et a joui d’une forte légitimité sociale et politique en portant l’idéologie « développementaliste » dans les années 1970 (Chachoua, 2010), au prix d’une faible autonomie (Madoui, 2008, p. 158). Après l’expérience d’un dédoublement linguistique des filières dans les années 1970, la sociologie a été totalement arabisée au début des années 1980. Cette arabisation a conduit à une bipartition institutionnelle au sein des sociologues : les chercheurs, très majoritairement francophones, travaillant au sein des centres de recherche que sont le CREAD (Centre de Recherche en Économie Appliquée pour le Développement), le CRASC (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle, où exercent aussi des littéraires), le CRAPE (Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques) ; et les enseignants, travaillant en arabe, au sein de l’université, et produisant peu de recherche. Même si les chercheurs sont aussi généralement enseignants à l’université, les centres de recherche sont perçus, selon le mot d’une chercheuse, comme une « aristocratie » de la recherche.

6De manière générale, la coupure entre recherche et enseignement est aussi à mettre sur le compte de la dévalorisation de l’université du fait de la perte de pouvoir d’achat des enseignants, et surtout de l’inflation des diplômes : les effectifs étudiants à l’université ont été multipliés par 500 depuis l’Indépendance (atteignant près d’un million et demi aujourd’hui) quand la population globale était multipliée par quatre. Les deux disciplines accueillent un nombre grandissant d’étudiants mais pas nécessairement parmi les meilleurs (Haddab, 2007). La coupure institutionnelle rejoint l’opposition disciplinaire, puisque rares sont les littéraires à être chercheurs à temps plein dans des centres de recherche.

7Quelle internationalisation pour la recherche d’un pays post-colonial à l’ère de la mondialisation ? Nous insisterons ici successivement sur les facteurs linguistique, générationnel et disciplinaire expliquant les modalités d’internationalisation des chercheurs algériens ; il est apparu en outre à l’enquête que le facteur politique, qu’il s’agisse de diplomatie, de politique intérieure, ou même d’engagement politique, était également central. L’internationalisation de la recherche algérienne reste, ou même est à nouveau, très largement médiatisée par le français et la France (facteur linguistique et diplomatie d’influence). Loin d’une mondialisation comme processus continu de renforcement des échanges internationaux, un regard historique permet de constater une moindre circulation internationale des chercheurs algériens, tandis que l’« international » est devenu central en termes de discours et de modèles (facteur générationnel et politique intérieure). Cependant, malgré des évolutions positives, la marginalité des chercheurs algériens et de leurs objets dans l’espace scientifique international reste forte, même si la situation est différente entre les deux disciplines ; c’est aussi que l’engagement national de la recherche reste central (facteur disciplinaire et engagement politique).

Une internationalisation scientifique médiatisée par le français et la France

8Malgré l’indépendance, l’arabisation, la diversification des circulations internationales, l’accès à l’international reste en grande partie médiatisé par la France et la langue française, et ce de manière renforcée avec l’accueil algérien de la diplomatie d’influence française depuis le début des années 2000.

Un espace scientifique bilingue et transnational déséquilibré

9L’espace scientifique algérien est bilingue et transnational. La distinction entre francophones et arabophones oppose moins des langues maternelles (l’arabe dialectal et le berbère, très rarement le français) que des langues de travail privilégiées ; la plupart des chercheurs sont de fait plus ou moins bilingues. Lors de l’arabisation de la sociologie, un certain nombre d’enseignants formés initialement en français a réussi à « s’arabiser » après des stages de formation (tout en s’autorisant souvent à l’usage du français et surtout de textes en français, pendant leurs cours). Les revues sont de plus en plus bilingues ; c’est le cas depuis le début des années 1990 des deux revues algériennes les plus prestigieuses en SHS, Insanyat et Naqd, même si elles sont tendanciellement plus francophones. C’est en revanche beaucoup moins le cas pour la recherche en littérature, suivant en cela la coupure entre sous-champs littéraires de langue arabe et de langue française, mais une revue comme celle de la Faculté des lettres et des langues d’Alger 2 publie dans toutes les langues représentées (même en allemand ou en russe). Cette division linguistique implique des circulations distinctes dans les deux espaces linguistiques francophone et arabophone, centralisé en France pour le premier, beaucoup moins centralisé pour le second. Il existe enfin un troisième pôle, anglophone, qui n’est une langue de travail quotidienne que pour certains émigrés. On peut parler d’un espace scientifique transnational dans la mesure où l’on constate, entre un pôle d’institutions et d’individus entièrement inscrits au niveau national et un pôle qui en est largement détaché, un continuum de pratiques et de circulations (publications, formations, migrations) en lien avec l’international. Aux déficits matériels importants en Algérie (notamment en termes de documentation) s’ajoute une croyance dans la valeur supérieure de la production et la formation scientifique dans les centres internationaux et ce comme pour d’autres productions symboliques (Casanova 2008).

10Moins du fait de la riche histoire de circulation scientifique dans le monde arabe que de l’engagement nationaliste panarabe depuis les années 1950, il existe plusieurs réseaux scientifiques usant de la langue arabe. L’Union des Écrivains Arabes, basée initialement à Damas, organise des colloques de recherche en littérature arabe depuis les années 1970. Les chercheurs en littérature arabe ont tous fait des séjours dans d’autres pays arabes (Syrie notamment) et évoquent souvent des appels à communication provenant d’universités arabes, notamment aujourd’hui des pays du Golfe. À l’inverse de la littérature, les associations de sociologues sont multilingues et, en Algérie, portées initialement par des francophones : l’Association arabe de sociologie, fondée à Tunis en 1985 (Beaud, 1998), puis le Conseil arabe pour les sciences sociales, basé à Beyrouth, sont officiellement trilingues arabe, anglais, français.

11La production scientifique en langue arabe subit le caractère périphérique de cette langue dans les échanges internationaux des biens symboliques (Sapiro, 2008). C’est le cas nettement en littérature, dans une mesure proportionnelle à la moins grande reconnaissance internationale des écrivains algériens de langue arabe par rapport à leurs compatriotes de langue française. Il en va de même en sociologie, la production sociologique en langue arabe étant tendanciellement moins bien considérée que celle écrite en français. SM, jeune sociologue de langue arabe, chercheur dans un centre de recherche, expliquait que 90 % de sa bibliographie était en langue française, parce que « ce qui est produit en arabe n’est pas intéressant ». Pour les chercheurs algériens comme pour les autres chercheurs du monde arabe (Hanafi et Arvanitis, 2016), l’international est donc également hiérarchisé linguistiquement.

12La production en langue française permet des échanges avec les pays francophones du Nord et, en particulier, la France qui, comme l’Espagne dans l’espace hispanophone, du fait de ses moyens économiques supérieurs (Rodriguez Medina, 2014), reste centrale et était en 2014 le lieu de formation de 80 % des Algériens à l’étranger (contre un peu moins de 60 % des Marocains et de 50 % des Tunisiens ; Unesco, 2014). Ces liens scientifiques et de formation ne s’expliquent pas uniquement par les liens historiques de la colonisation, mais également par les nouvelles stratégies de diplomatie d’influence française depuis les années 2000.

La reconfiguration de la « coopération » française

13La « coopération » correspond dans l’esprit des enquêtés à une période historique (de l’Indépendance au début des années 1980) et réduite aux seuls coopérants. Si, dans l’enseignement primaire et secondaire, les enseignants venus du Moyen-Orient étaient très nombreux, en revanche à l’université la majeure partie étaient européens et prioritairement français. Selon Jean-Robert Henry, « les échanges scientifiques franco-maghrébins ont vécu, plusieurs décennies durant, sur les acquis d’un espace franco-maghrébin de recherche bien davantage hérité de la coopération que de la colonisation » (Henry, 2012, p. 29). Le reflux des coopérants est lié à des crises diplomatiques (la nationalisation des hydrocarbures en 1971), l’arabisation de l’enseignement supérieur et les capacités d’encadrement par des Algériens accrues avec le temps.

  • 2 Sur 280 projets PHC Tassili financés depuis 2007, 29 portent sur des Sciences de la société ou Scie (...)

14Les liens institutionnels avec la France n’ont pas été rompus par l’indépendance ; plusieurs organismes de recherche ont longtemps fonctionné en lien étroit avec la France (Kadri, 2012, pp. 191-192) et de nouveaux liens sont sans cesse créés dans les décennies suivantes, même si, avec la guerre civile, une « véritable fracture s’est produite dans cet élan d’échanges universitaires », selon ABr, une chercheuse en littérature francophone aujourd’hui à la retraite. Le début des années 2000 relance ces relations, les stratégies intérieures du nouveau président Abdelaziz Bouteflika (avec ce qui a été présenté comme un « retour au français ») rencontrant celles de la diplomatie d’influence française. Après les festivités de « Djazaïr, l’Année de l’Algérie en France » en 2003, un traité d’amitié est signé en 2004. Cela a eu des conséquences scientifiques. En 2000 est lancé en France le Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) pour corriger les défauts du Fonds d’aide et de coopération antérieur, dont un FSP « Maghreb-France : Sciences sociales et humaines » (remplacé depuis par le Partenariat Hubert Curien (PHC) Tassili2). Selon l’une de ses organisatrices, l’ambition était double : contrer la « perte de savoir des universitaires français » sur le Maghreb et renforcer les relations des universitaires maghrébins non seulement avec les universitaires français et, ponctuellement, italiens et espagnols, mais aussi entre eux. Instrument de la diplomatie d’influence française, le FSP a contribué également à renforcer les relations scientifiques maghrébines et méditerranéennes (en français).

15Plus spécifiquement pour la littérature a été lancée une École Doctorale Algéro-Française (EDAF) soutenue par le FSP, de 2004 à 2011, relayée par le réseau LAFEF (LAngue Française et Expressions Francophones). L’objectif était de former 2 000 étudiants de troisième cycle (littératures francophones, didactique des langues et linguistique), pour la formation d’enseignants de français. De ce fait, les jurys de thèse en littérature francophone comportent aujourd’hui presque toujours un ou plusieurs spécialistes étrangers (français généralement), ce qui n’est presque jamais le cas en littérature arabe, même quand la thèse porte sur un auteur d’un autre pays arabe.

Une internationalisation par le français et la France

16Il est frappant de constater que l’accès à ces autres pays du Nord, et à l’anglais, soit médiatisé par le français et la France.

17C’est le cas même en littérature, où pourtant le lien linguistique entre la recherche et son objet est très fort. L’ensemble de l’Institut des langues étrangères de Bouzareah, toutes langues confondues, fonctionne en français, et presque tous nos enquêtés, même chez les jeunes générations, étaient de parfaits francophones. Sont évoqués des cas de chercheurs passés par la France pour faire des études d’anglais (à Nanterre) ou d’allemand (à Strasbourg). Rares sont en effet les enquêtés à ne pas s’être rendus en France dans le cadre d’un séjour scientifique, toutes générations, disciplines, mais également langues confondues. C’est le cas de BM, doctorante arabophone quadragénaire en sociologie qui, ne pouvant plus aller en Syrie depuis la guerre civile, demande des stages scientifiques pour Paris. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils entretiennent des relations avec des collègues français, comme l’indique BS, chercheur en littérature arabe d’une soixantaine d’années, qui avait fait son troisième cycle en France, dans les années 1980, dans un département d’arabe : « J’ai aussi des amis qui sont en France, mais pas français. C’est-à-dire des universitaires, des chercheurs arabes. » Paris reste en effet une « capitale arabe » (Beau, 1995), ce qui permet de résoudre le problème de l’insécurité linguistique grandissante des arabisants. À l’inverse, les francophones ne partent presque jamais dans un pays arabe (à l’exception, pour des colloques, du Maroc et de la Tunisie francophones).

18Ce rôle renouvelé de la France et du français dans la recherche algérienne ne semble pas susciter l’animosité des arabisants telle qu’elle s’était manifestée depuis le tournant des années 1980 ; dans un contexte politique favorable depuis le début des années 2000, ces étudiants entièrement arabisés, qui ne sont plus concurrencés par des camarades francophones, seraient même désormais « demandeurs » de cours partiellement en français, selon plusieurs enquêtés. Le conflit linguistique larvé prend encore parfois la forme d’une opposition de paradigmes entre une « sociologie française » et une « sociologie anglo-saxonne », reproduction de l’usage stratégique de l’anglais pour contrer la domination symbolique du français. En effet, de nombreux arabisants ont été formés en Angleterre ou aux États-Unis : mais cette opposition est toute relative, car c’est aussi le cas de nombreux francophones ; et la « sociologie française » resterait dominante dans l’enseignement de la sociologie en Algérie selon certains. Enfin, il ne semble pas que les arabisants formés dans les pays anglophones aient eu des trajectoires d’internationalisation en direction de ceux-ci ; deux enquêtés, OL et MB, certes formés en France, disaient regretter que les liens des Algériens avec leurs encadreurs anglais ou américains ne soient que très rarement maintenus.

19Au contraire, l’anglais et le français ne s’opposent pas ; le lien avec la sociologie de langue anglaise passe en général par la France et le français. D’une part, socialement, les Algériens anglophones sont le plus souvent d’abord des francophones ou des bilingues français-arabe. D’autre part, la collaboration franco-algérienne semble être une première étape dans l’internationalisation. MB, membre important d’un centre de recherche en sociologie, expliquait que les deux projets européens auxquels il avait fait participer son centre avaient pris la suite de deux projets Tassili. Dans ces deux projets européens, le français était très utilisé, même si l’anglais était dominant. Les deux publications en anglais de HZ, sociologue quadragénaire, chercheur francophone dans le même centre de recherche, ont été faites à l’occasion d’un de ces programmes Tassili, puis d’une collaboration avec des Québécois ; l’anglais passe par le français. Les sociologues francophones sont ainsi largement avantagés dans leur parcours international. AG, une chercheuse quadragénaire d’un centre de recherche, a été intégrée à un projet Tassili uniquement du fait de ses compétences linguistiques, « pour que le contact se fasse de façon fluide ». Toutefois, elle regrettait ne pas « être bonne anglophone », ce qui lui « ferme beaucoup de portes » ; elle ne répond jamais à des appels à communication et à contribution en anglais. ABr, chercheuse en littérature francophone d’une soixantaine d’années, qui vivait alors en France, n’a pas été recrutée dans une prestigieuse université américaine pour cette même raison. La non-maîtrise de l’anglais est donc perçue pour ces francophones placés dans une trajectoire d’internationalisation comme un handicap.

20Il existe malgré tout des carrières d’internationalisation qui ne passent pas par la France et le français. C’est le cas d’AD, chercheur en sociologie d’une soixantaine d’années. Arabisant mais formé en France, il est contacté par deux équipes pour participer à un projet européen portant sur le monde arabe. La première, d’une université scandinave, était composée de chercheurs parlant français qu’il avait connus au Codesria de Dakar, mais c’est la seconde, d’une université britannique, qui remporte le projet ; son nom avait été proposé par des collègues égyptiens. Ce n’est pas par le biais d’un réseau francophone qu’il entre dans ce projet européen, mais pour son implication dans les réseaux transnationaux arabes majoritairement anglophones.

21On peut ainsi voir ce renouvellement des liens franco-algériens selon deux angles politiques : de manière négative comme la dépendance largement maintenue de la recherche algérienne par rapport à la France, malgré de timides autres voies transnationales ; ou de manière positive comme un marchepied utile et tendanciellement plus égalitaire dans un contexte d’européanisation et de mondialisation anglophone où le français conserve une place importante.

Nouveaux discours et pratiques de l’international

22Le lien de la recherche algérienne à l’« international » est caractérisé par un paradoxe où pratiques et discours ne se recoupent pas. Alors que cette recherche est bien moins internationalisée qu’elle ne l’a été, l’internationalisation semble être devenue le mot d’ordre généralisé. Dans le même temps, l’ambition de créer un espace scientifique original post-colonial a laissé la place à une volonté de mise au diapason avec le modèle « international ». Les effets des politiques algériennes sur le rapport des différentes générations de chercheurs est ici patent.

Revenir sur la dés-internationalisation des chercheurs algériens

  • 3 Officiellement, sauf en France, Bachelor-Master-Doctorat.

23On constate un recul de l’internationalité des chercheurs algériens. Pour les plus âgés des chercheurs, le contact avec l’international passait d’abord par les coopérants. En dehors de la France et des pays arabes, il faut souligner l’importance des relations avec les pays de l’Est communiste. La circulation des étudiants entre la France et l’Algérie restait particulièrement aisée dans les premières années de l’indépendance, du fait des strictes équivalences de diplômes entre les deux pays et l’absence de visa. Ce n’est plus le cas progressivement au cours des années 1970-1980. MS, chercheur en littérature arabe d’une soixantaine d’années, va jusqu’à présenter les études à l’étranger de manière négative : « Ça posait plus de problème parce qu’il fallait obtenir après une équivalence alors que si j’avais soutenu ma thèse en Algérie ça aurait été moins compliqué. » L’oubli de la chance objective qu’il a eue d’être financé pour étudier à l’étranger est la marque d’une « évidence » de son rapport à l’international que ne partagent pas les jeunes générations. Ces deux barrières à la circulation ont cependant été partiellement levées ces dernières années. Tandis que l’État algérien adoptait au tournant des années 2010 le système européen LMD (Licence-Master-Doctorat)3, les universitaires obtenaient plus facilement leurs visas pour la France, dans un contexte nouveau de compétition internationale pour capter les meilleurs étudiants et chercheurs du Sud (Mazzella, 2009, p. 24). La barrière sexuelle n’est pas entièrement levée : tandis que deux chercheuses d’une soixantaine d’années n’ont pu continuer leurs études à l’étranger qu’une fois mariées, une littéraire trentenaire avouait n’avoir pu partir à cause du refus de son père.

24C’est désormais la barrière économique qui est devenue majeure pour la circulation des jeunes chercheurs. Dans les années 1970-1980, les bourses d’étude (Kadri, 2000) à l’étranger octroyées par le ministère de l’Enseignement supérieur algérien étaient nombreuses et d’une grande largesse, durant de nombreuses années, mais l’accroissement des effectifs étudiants, la dévalorisation du dinar et la chute des revenus des hydrocarbures dans les années 1980, la crise multiforme des années 1990, ont conduit à leur réduction en nombre et en durée. Le retour de la rente pétrolière à la fin des années 1990 n’a pas conduit à un retour de cette politique ; si les doctorants ont aujourd’hui tous droit à des bourses courtes à des fins de documentation, elles ne durent toutefois que deux à quatre semaines et rares sont ceux en SHS qui profitent de bourses longues (18 mois). La majorité des bourses longues sont donc surtout financées par des pays tiers, en particulier pour les formations linguistiques. En plus de réduire les coûts, ces restrictions de durée sont présentées comme permettant de réduire la « fuite des cerveaux ». Pourtant, la tendance à l’expatriation se serait accentuée (Latreche, 2000). Pour AA, jeune docteur en littérature européenne, qui a pu profiter d’une bourse longue, mais n’a pas pu rester plus longtemps pour des raisons économiques, il existe un clivage générationnel sur cette question ; ceux qui ont la soixantaine sont revenus après leurs études à l’étranger car des postes les attendaient, tandis que les jeunes générations « ou bien elles sont revenues et elles ont fait autre chose, elles se sont recyclées disons dans un autre domaine, tourisme... Mais la majorité est restée ». Le désir d’international apparaît comme inversement corrélé aux possibilités objectives de s’y rendre.

Survalorisation de l’international, internationalisation sur place

25Alors que les relations et les circulations internationales ne sont plus une évidence, on observe un changement de discours sur la question de l’« international », désormais survalorisé.

26Dans les premières décennies de l’indépendance, alors que l’accès à l’international relevait de l’« évidence », l’enjeu principal en Algérie était l’algérianisation de la science sur les plans institutionnels, mais également épistémiques. Or, dans aucun entretien n’est apparu l’un des enjeux scientifiques majeurs des années 1970, à partir des critiques des savoirs coloniaux par Franz Fanon (Fanon, 1968) ou encore Edward Saïd (Saïd, 2003), à savoir une désoccidentalisation et une algérianisation/arabisation de la théorie sociologique. Selon Sari Hanafi, elle se réduit aujourd’hui généralement à citer Ibn Khaldoun ou Malek Bennabi, voire à tenter d’islamiser la sociologie (Hanafi et Arvanitis, 2016). À l’inverse, BS, chercheur en littérature arabe d’une soixantaine d’années, qui pourtant assume ses positions islamistes, se dit fier d’avoir contribuer à importer le structuralisme en Algérie, après son séjour doctoral en France dans les années 1980, et parle de ses retours réguliers dans ce pays comme de « mises à niveau » sur le plan scientifique.

27Sur le plan institutionnel et humain, l’algérianisation est remise en cause par certains. Ainsi ABr, chercheuse en littérature francophone d’une soixantaine d’années :

Bon, ben la coopération a été suspendue, il fallait algérianiser tout : je comprends très bien ! […] Mais, il y a un moment où, peut-être, il n’y a hum... comment dirais-je ?... Il n’y a pas à ressentir quoi que ce soit quand c’est une né-ces-si-té qui s’impose, c’est tout. C’est la réalité du terrain qui le demande... voilà. Et c’est tout. […] Je pense que partir à l’étranger c’est toujours un plus, on revient avec un plus. Il me semble que c’est évident. Hein ? […] il est absolument nécessaire de relever le niveau et une des façons, une des manières de relever le niveau, c’est justement de mettre nos étudiants en face et en milieu de performance, donc les tirer vers le haut.

28Tout en reconnaissant la légitimité de l’algérianisation, cette chercheuse qui a également la nationalité française oppose l’idéologie nationaliste (« ressentir quoi que ce soit ») à une approche pragmatique (« nécessité », « réalité du terrain »). L’« évidence » de l’atout que représenterait la formation à l’étranger est d’autant plus remarquable chez cette ancienne marxiste qu’elle prend les tournures de la « performance » économique. La valorisation du libéralisme économique depuis le début des années 2000 est allée de pair en effet avec le retour en grâce relatif de l’élite intellectuelle francophone.

29Toutefois, comme dans la plupart des pays du Sud, l’internationalisation tend à se faire désormais sur place, même si l’Algérie ne va pas jusqu’à accepter des antennes d’universités étrangères privées (Mazzella, 2009), par les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication), et surtout par l’application de modèles dits internationaux. Le Programme National de Recherche (PNR) a repris le modèle de fonctionnement du FSP français, qui consiste dans le financement de la recherche par projets, dans la logique de la nouvelle gestion publique (New Public Management). La mise en place récente du système universitaire LMD, ou du modèle des laboratoires, correspond au souci de renforcer les relations scientifiques avec les pays européens. À la suite des recommandations d’un cabinet de conseil allemand et d’une université française pour renforcer la « visibilité » de la recherche algérienne, la pression du ministère de l’Enseignement supérieur à la publication d’articles s’est faite croissante. Toutefois, cette mise au diapason avec le système européen et la « professionnalisation » accélérée de la recherche rencontrent de fortes résistances, actives (pour le LMD), passives (laboratoires comme « coquilles vides » distribuant de l’argent selon un enquêté) ou rusées (les agréments pour les revues scientifiques sont d’une grande largesse, permettant des publications d’article aisées).

Quelle participation À la recherche internationale ?

30Tandis que leur internationalité est variable dans le temps, la participation effective des chercheurs algériens à la recherche internationale reste confinée à des espaces marginaux, en grande partie du fait de leur objet d’étude. Il traite en effet généralement de sujets algériens, peu légitimes dans les espaces centraux (Krause, 2016). Cela tient à deux grandes raisons : la stratégie de placement et leur assignation identitaire en contexte de division internationale du travail scientifique ; et le rôle social voire politique qu’ils assignent à leur recherche.

31Toutefois, la situation est différente entre les deux disciplines. Syed Farid Alatas (Alatas, 2003) distingue trois niveaux pour rendre compte de la division internationale du travail scientifique : 1) la division entre étude d’autres pays et étude de son propre pays ; 2) la division entre études comparatives et études de cas ; 3) la division entre travail théorique et travail empirique. Les deux dernières divisions sont valables pour les sciences sociales, mais moins en littérature. La sociologie fonctionne davantage de manière collective, dans les enquêtes comme dans les publications, permettant comparaisons et montée en généralité. L’horizon scientifique de la sociologie implique une discussion intense sur ces théorisations. À l’inverse, la tradition herméneutique en littérature privilégie l’approche individuelle, avec des théorisations plus rares ; les numéros thématiques de revue sont ainsi peu nombreux et le livre est davantage valorisé que l’article. Cette différence de fonctionnement implique une internationalité beaucoup plus forte chez les sociologues, qui peuvent être engagés dans des enquêtes comparatives internationales. Pour cette raison, l’usage de l’anglais est beaucoup plus fréquent chez les sociologues que chez les littéraires, qui restent majoritairement confinés dans les espaces linguistiques des littératures qu’ils étudient.

Sociologie : rééquilibrer les relations scientifiques

32En sociologie, l’enjeu est de rééquilibrer les relations scientifiques internationales. L’objet algérien n’est a priori pas plus illégitime qu’un autre, mais cela est plus vrai dans le monde arabe qu’ailleurs. Les Algériens font désormais partie des premiers contributeurs à la revue arabe de sciences sociales Idafat éditée au Liban, mais il faut noter que la quasi-totalité des titres de leurs articles indique un terrain algérien, indice de leur statut périphérique (Keim, 2008, p. 33). Cependant, le sociologue sexagénaire AD soulignait la tendance toute nouvelle des jeunes chercheurs algériens à explorer des terrains autres qu’algériens, en particulier dans le grand Maghreb. En France, selon le sociologue KC, l’objet algérien a pu jouir d’un statut particulier jusque dans les années 1980 ; des figures importantes des sciences sociales comme Pierre Bourdieu avaient étudié cet objet ou simplement vécu en Algérie. Toutefois, la réalité des échanges scientifiques montre le statut marginal de l’objet algérien. Les noms de chercheurs étrangers spontanément cités sont le plus souvent des spécialistes de l’« aire culturelle » arabe et sont de ce fait moins précisément des sociologues que des chercheurs en sciences humaines et sociales en général.

33Le risque est ainsi de délaisser la théorie pour la description empirique. Pour Hountondji, la division internationale du travail scientifique, issue de l’époque coloniale et intériorisée par les chercheurs africains, les conduit à se limiter à des objets africains, et à « laisse[r] à d’autres le soin de théoriser à [leur] place et d’interpréter la masse de données qu’il apporte en l’intégrant à des ensembles plus vastes » (Hountondji, 2001, p. 5). Cette domination est connue des chercheurs eux-mêmes. KB, sociologue d’une soixantaine d’années travaillant sur l’État algérien, s’était vu refuser au début des années 1980 par une revue internationale spécialisée sur le Maghreb un article théorique qui comparait les points de vue de deux auteurs classiques de la sociologie sur l’État : « Ce qu’on demande à l’Arabe – à l’Algérien, on lui demande de se contenter de donner des données de terrain, mais de ne pas s’immiscer dans ce qu’on appelle l’élaboration théorique. » Sans remettre en cause la réalité objective de cette domination, on peut toutefois supposer qu’il s’agit au moins autant pour lui de justifier auprès de nous le fait qu’il a très peu publié. Il ne répugne pas toujours à l’assignation identitaire de l’« Arabe », moins collègue qu’informateur. En 2014, alors que l’actualité de la « crise des réfugiés » (en particulier syriens et irakiens) battait son plein en Europe, il accepte l’invitation d’un membre d’une prestigieuse université anglaise à tenir lors de son passage une conférence sur la question ; alors qu’il n’avait jamais travaillé sur le sujet : c’est bien en tant qu’« Arabe » qu’il est d’abord intervenu.

34Le but du FSP a justement été, pour FO, sociologue d’un centre de recherche d’une soixantaine d’années et l’une de ses promotrices, de rééquilibrer les échanges avec la France : « Ce qui importait, c’était moins d’être spécialiste de l’Algérie que d’être spécialiste de l’urba ou d’être spécialiste de... C’était ça qui était mis en avant. De ne pas être un objet d’étude, d’être un acteur dans l’échange. » Son rôle était de casser les « vieilles chasses gardées, où on avait quelques mandarins français », qui faisait que l’Algérie était « traitée par Aix-en-Provence ». Toutefois, la réalité n’est pas aussi tranchée, beaucoup de projets étant encore portés par des chercheurs français du Sud de la France. Certains nouveaux réseaux ont pu toutefois se constituer hors des « chasses gardées » aréales. Le projet Tassili sur « Les trajectoires des élèves ingénieurs maghrébins formés en France (1995-2015) : état des lieux et perspectives », lancé en 2011, a été porté conjointement par le CREAD et le Centre de Recherche en Formation de Brest, qui n’avait pas avant, en tant qu’institution, de liens avec des institutions de recherche algériennes. Linda Gardelle, qui portait le projet côté français, était jusque-là spécialiste de la Mongolie.

Littérature : légitimer l’objet algérien

35En littérature, l’enjeu n’est pas la collaboration égale, mais plus fondamentalement la légitimation de leur objet, condition nécessaire d’une quelconque internationalisation.

36Seuls les chercheurs travaillant à l’étranger ont tendance à ouvrir leur champ d’étude. Les chercheurs en littérature francophone partis en France pendant la guerre civile des années 1990 ont ainsi été contraints de traiter l’ensemble de la francophonie non française, en raison des postes de « littérature francophone » qu’ils ont obtenus. On remarque cependant qu’aucun n’est devenu spécialiste de littérature française, bien plus « légitime » dans les universités. Pour ceux qui travaillent en Algérie, l’internationalisation semble, au contraire, aller de pair avec une nationalisation de leurs objets. Ainsi ABk, chercheuse en littérature comparée d’une cinquantaine d’années, spécialiste des littératures d’Afrique subsaharienne europhones, s’est vue proposer, lors de son séjour aux États-Unis, de faire des communications sur Camus… parce qu’elle était algérienne. AK, chercheuse quadragénaire qui avait fait dans sa thèse une comparaison entre des auteurs afro-américains et algériens francophones n’a jamais communiqué sur les premiers qu’en Algérie et à l’étranger toujours sur ces derniers.

37La légitimité de la recherche sur la littérature algérienne est peu contestée dans le monde arabe (même si certains évoquent une forme d’« ostracisme ») ; les thèses des chercheurs algériens en littérature arabe défendues dans un pays du Machrek, qui portent la plupart du temps sur des écrivains algériens, sont encadrées par des chercheurs non spécialisés sur l’Algérie. Au contraire, à l’image des hiérarchies dans l’espace littéraire international, l’objet algérien est peu valorisé dans les centres scientifiques internationaux. Les chercheurs en littérature francophone sont certes très internationalisés, mais au sein du réseau très fermé des « études francophones ». La plupart des enquêtés citaient les deux personnalités centrales du domaine en France depuis les années 1980, Charles Bonn (à Paris XIII puis Lyon 2) et Guy Dugas (à Paris 4 puis Montpellier 2). En dehors de la France, ils circulent également au sein des départements de français où les littératures dites post-coloniales ont gagné en légitimité ces deux dernières décennies.

38À défaut de projets collectifs, très rares, la recherche en littérature a profité du FSP-EDAF, qui organisait des mobilités d’étudiants, d’enseignants, et des codirections. Parmi les 275 thèses (de magister et de doctorat) soutenues ou non encore (fin 2016), la quasi-totalité porte sur la littérature algérienne, avec ou sans dimension comparative. Mais, de manière surprenante, même si les spécialistes français de littératures francophones non françaises sont surreprésentés, un grand nombre de directeurs n’avaient jamais travaillé auparavant sur la littérature algérienne. Le programme de l’EDAF a donc aussi contribué à ouvrir les chercheurs français à des corpus algériens. Ainsi Bruno Gelas, professeur à Lyon 2, spécialisé en poésie et dans les interactions entre littérature et philosophie dans des corpus français et européens, qui est le directeur qui a le plus encadré de thèses d’étudiants algériens (22). Il est vrai que la direction de thèse n’est pas un gage de relations scientifiques poussées, a fortiori à long terme.

Une recherche engagée sur le terrain national

39Malgré ces évolutions positives, les constats d’une inégalité dans le travail scientifique international paraissent indéniablement fondés. Cependant, l’approche holistique néglige le sens que les chercheurs algériens donnent à leur recherche, suivant leur position dans l’espace scientifique transnational. Comme l’a montré Pascale Casanova pour la littérature, la marginalité littéraire n’est pas que la conséquence d’une domination des centres, mais relève également dans les périphéries de démarches politiques, en particulier nationalistes (Casanova, 2008). Ainsi LA, chercheuse en littérature européenne, insistait spontanément sur le fait que tout le département avait une démarche « patriotique ». Une autre chercheuse en littérature européenne, AK, disait faire une comparaison entre la littérature en question et la littérature algérienne pour casser à l’étranger l’image négative de l’Algérie de la guerre civile. Il s’agit également, pour le jeune sociologue SM, de « ne pas attendre que les Français ou les Américains » viennent étudier leur pays à leur place.

40Il faut souligner également la faible autonomie relative du champ scientifique algérien. La recherche doit avoir une utilité sociale ou politique ; on le constate à la présentation souvent spontanément politique de recherches en sociologie (réforme agraire dans les années 1970, droit des femmes depuis les années 1980…) ou en littérature (sur les questions identitaires en particulier) ; ou à la circulation des sociologues entre les espaces scientifiques, d’expertise, et politiques. Comme dans la République mondiale des lettres, les chercheurs qui ne se fixent pas des objectifs nationaux (progrès social, conscientisation politique…) mais la discussion scientifique dans les pôles centraux de la recherche risquent d’être qualifiés de « traîtres » (Gueye, 2011). Ainsi KB, sociologue qui avait soutenu sa thèse en Grande-Bretagne, aurait été incité par l’éminent historien Hugh Roberts à la publier en anglais, mais selon ses dires, il n’y aurait pas vu intérêt (« Je me suis dit à quoi ça sert ») et, au contraire, a un temps voulu la traduire en français et la publier en Algérie. Que cette anecdote soit entièrement authentique ou non ne change rien à la vertu dont ce chercheur se réclame, se montrant désintéressé à participer à une science internationale qui serait déconnectée des enjeux proprement algériens.

41Ainsi, quand Hountondji, du fait des inégalités matérielles (infrastructures, documentations…) et symboliques entre les centres et les périphéries de la recherche scientifique internationale, parle de la tendance à l’« extraversion » des chercheurs africains, il ne prend en compte que ceux qui cherchent à entrer dans le jeu scientifique international et travaillent pour cela sur des objets locaux : il néglige la structure transnationale des champs scientifiques périphériques et les chercheurs qui, peut-être certes moins productifs, conçoivent la recherche comme inscrite dans les problématiques politiques et sociales du pays. Il est par ailleurs remarquable, pour le cas algérien, que les plus internationalisés des chercheurs algériens essaient de conserver un équilibre entre reconnaissance internationale et un engagement politique marqué.

Typologie des participations à l’international

42Le facteur principal d’explication de la diversité des attitudes des enquêtés face à l’international nous paraît être le facteur générationnel, lié aux évolutions structurelles de l’université algérienne et aux politiques l’accompagnant. Le second facteur est linguistique, lié à la densité des liens scientifiques et diplomatiques avec la France. Le troisième est disciplinaire et le quatrième sexuel. On pourrait ainsi opposer de manière théorique un homme sociologue sexagénaire francophone, qui serait très internationalisé, et une jeune femme enseignante arabisante, qui ne le serait pas du tout. C’est pourtant davantage quatre attitudes différentes typiques à l’égard de l’international qu’il convient de dégager.

43FO représente l’internationalité évidente : dans sa pratique et ses discours, l’international paraît une évidence. Professeure de sociologie d’une soixantaine d’années (née donc sous la colonisation), elle est francophone (même si elle a appris à enseigner en arabe), a pu partir en Europe une fois mariée et y a poursuivi ses études, a travaillé sur des enquêtes collectives avec des Européens restés en Algérie, des coopérants, puis à des projets euro-méditerranéens, a enseigné en France et aux États-Unis, et fait partie de plusieurs associations (arabe, africaine, francophone) de sociologie.

44SS représente le type de l’internationalité vacancière. D’une soixantaine d’années, après avoir fait son troisième cycle dans un pays arabe et en poste de maître de conférences en littérature arabe depuis 30 ans, il ne participe plus à aucun colloque international mais profite tout de même des nombreuses bourses de mobilité offertes aux titulaires de l’enseignement supérieur pour aller en France surtout (quoiqu’il parle difficilement le français) et deux fois dans des pays arabes.

45AK représente le type de l’internationalité frustrée. Maîtresse de conférences en littérature européenne d’une quarantaine d’années, elle a été soutenue par son père dans ses études et a pu profiter de bourses de mobilité, étrangère et algérienne, de quelques semaines. Toutefois, cette francophone fascinée par le mode de vie du pays qu’elle étudie, et qui y a de la famille, regrette de ne pouvoir y aller plus, et surtout suggère le mépris qu’elle ressent de la part de ce pays qui n’envoie pas de personnalités connues au Salon du livre d’Alger, et de la part des jeunes chercheurs qui viennent parfois à son université. C’est la participation à une société internationale (occidentale) qui est ici en jeu.

46SM représente l’internationalité utile. Jeune chercheur en sociologie de formation arabe et contraint de passer au français depuis qu’il est entré dans un centre de recherche, il vit ses courts séjours de recherche en France sur un mode euphorique, heureux d’accéder à une documentation riche, et en profite pour rencontrer des collègues français avec lesquels son laboratoire a déjà des relations par le biais d’enquêtes collectives.

Conclusion

47Contre les thuriféraires de la mondialisation, le caractère dominé de la recherche algérienne dans l’espace scientifique international reste avéré. Bien plus, la mondialisation n’a pas été un processus continu qui, en accroissant les échanges, aurait fait passer de l’inégalité coloniale à l’égalité des chances mondialisées ; au contraire, l’internationalité des chercheurs algériens a perdu en intensité ce qu’elle a gagné en quantité. Cependant, contre la représentation d’un espace international de la recherche inégalitaire immuable, il convient de souligner certaines évolutions, qui ont contribué à réduire les inégalités scientifiques internationales pour les chercheurs algériens. L’espace régional arabe paraît de plus en plus égalitaire et accessible à la recherche algérienne. L’héritage colonial n’est pas univoque, purement « néocolonial » : les rapprochements diplomatiques franco-algériens ont renforcé le lien de dépendance avec l’ancienne métropole coloniale, mais sur un mode plus égalitaire. Par ce biais cependant, les inégalités linguistiques entre francophones et arabophones, existant aux niveaux national et international, à la fois symboliques et matérielles, ont été renouvelées. Bien plus, le français et la France apparaissent comme la principale voie d’accès à l’espace européen et anglophone, même si d’autres voies se développent. C’est le cas en sociologie, mais moins en littérature, où l’ambition généralement moins théorique et la pratique moins collective de la recherche impliquent des confinements plus grands dans les espaces linguistiques des littératures étudiées, malgré l’intérêt anglophone pour les littératures dites post-coloniales. Les possibilités d’échanges internationaux dépendent donc de plusieurs facteurs, qu’on ne peut réduire à la seule position dominée de l’Algérie dans l’espace scientifique mondial ; les actions politiques et diplomatiques ont des impacts historiques (et donc générationnels) sur les modalités d’internationalisation, sur la rentabilité scientifique des langues, et il convient de prendre en compte également les différences entre les disciplines, et les sexes.

48Cette étude fondée sur un modèle structural de la recherche scientifique mondiale s’est voulue donc historique, mais aussi compréhensive : plutôt que de déplorer de manière normative les conséquences de la domination de l’Algérie dans l’espace international, il convient de réintroduire le sens, positif, que les acteurs algériens donnent à leur recherche. L’ambition de certains théoriciens de sortir de la dépendance épistémique par rapport aux anciens centres coloniaux ne se retrouve pas chez nos enquêtés, qui cherchent plus à participer à l’international qu’à en subvertir l’ordre. Cette question est en outre secondaire pour certains, pour qui l’enjeu est davantage le rôle politique de leur recherche au niveau national.

Enquête réalisée au sein de et financée par l’ERC Interco-SSH (International Cooperation in the SSH). Une autre version de cette enquête a paru en anglais (Leperlier, 2018a).

Haut de page

Bibliographie

Aalbers, M.B. (2004). Creative destruction through the Anglo-American hegemony: a non-Anglo-American view on publications, referees and language. Area, 36(3), 319-322.

Alatas, S.F. (2003). Academic dependency and the global division of labour in the social science. Current Sociology, 51(6), 599-613.

Beau, N. (1995). Paris, capitale arabe. Paris : Le Seuil.

Beaud, S. (1998). Regards sur la sociologie en Algérie et dans le monde arabe. Entretien avec Ali EI-Kenz. Genèses, 32(1), 127-139, https://doi.org/10.3406/genes.1998.1529.

Bhabha, H.K. (1994). The Location of Culture. London/New York: Routledge.

Bourdieu, P. (1999). The Social Conditions of the International Circulation of Ideas. In R. Shusterman (dir.), Bourdieu: A Critical Reader (pp. 220–228). London: Blackwell.

Brisson, T. (2015). Western and Non-Western Views of the Social and Behavioral Sciences. In International Encyclopedia of the Social & Behavioral Sciences (vol. 25, pp. 541-550). Oxford: Elsevier.

Casanova, P. (2008). La République mondiale des lettres. Paris : Le Seuil.

Chachoua, K. (2010). La sociologie en Algérie : L’histoire d’une discipline sans histoire. In K. Eberhard, Les sciences sociales en voyage : l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient vus d’Europe, d’Amérique et de l’intérieur (pp. 135-155). Paris : Karthala.

Chakrabarty, D.A. (2008). Provincializing Europe: Postcolonial Thought and Historical Difference. Princeton: Princeton University Press.

Fanon, F. (1968). Les Damnés de la terre. Paris: François Maspero.

Friedman, T.L. (2007). The World is Flat: The Globalized World in the Twenty-First Century. London: Penguin.

Garreau, F. (1988). Another Type of Third World Dependency: The Social Sciences. International Sociology, 3(2), 171-178.

Geisser, V. (dir.). (2000). Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoires sociales et itinéraires migratoires. Paris : CNRS.

Gingras, Y. (2002). Les formes spécifiques de l’internationalité du champ scientifique. Actes de la recherche en sciences sociales, 141-142, 31-45.

Gueye, A. (2011). Quelques réflexions sur la contribution des chercheurs africains expatriés à la recherche en sciences humaines et sociales en Afrique. In M. Leclerc-Olive, G. Scarfò Ghellab, A.-C. Wagner (dir.), Les Mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs (pp. 325-337). Paris : Karthala.

Haddab, M. (2007). Évolution morphologique et institutionnelle de l’enseignement supérieur en Algérie : ces effets sur la qualité des formations et sur les stratégies des étudiants. In S. Mazzella (dir.), L’Enseignement supérieur dans la mondialisation libérale : une comparaison internationale (Maghreb, Afrique, Canada et France). Tunis : IRMC.

Hanafi, S., Arvanitis, R. (2016). Knowledge Production in the Arab World: The Impossible Promise. London: Routledge.

Heilbron, J., Guilhot, N., Jeanpierre, L. (2008). Toward a transnational history of the social sciences. Journal of the History of the Behavioral Sciences, 44(2), 146-160.

Henry, J.-R. (2012). La recomposition des savoirs au Maghreb à l’époque de la coopération. In J.-R. Henry, J.-C. Vatin (dir.), Le temps de la coopération : sciences sociales et décolonisation au Maghreb (pp. 27-46). Paris : Karthala.

Henry, J.-R., Vatin, J.-C. (dir.). (2012). Le temps de la coopération : sciences sociales et décolonisation au Maghreb. Paris : Karthala.

Hountondji, P.I. (2001). Le savoir mondialisé : déséquilibre et enjeux actuels. In La mondialisation vue d’Afrique. Université de Nantes, MSH Guépin. Consulté à l’adresse http://mshafrique.free.fr/afrique/charpar/cfpaulin.pdf .

Kadri, A. (2000). La formation à l’étranger des étudiants algériens les limites d’une politique rentière (1962-1995). In V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoires sociales et itinéraires migratoires (pp. 209-219). Paris : CNRS.

Kadri, A. (2012). Algérie 1960. Génération de la coopération à l’Université. Un engagement diversifié et multiforme, une sur-idéologisation de l’Université. In J.-R. Henry, J.-C. Vatin (dir.), Le temps de la coopération : sciences sociales et décolonisation au Maghreb (pp. 183-208). Paris : Karthala.

Keim, W. (2008). Social sciences internationally: The problem of marginalisation and its consequences for the discipline of sociology. African Sociological Review / Revue africaine de sociologie, 12(2), 22-48.

Keim, W., Çelik, E., Ersche, C., Wöhrer, V. (Eds.). (2014). Global knowledge production in the social sciences: made in circulation. Farnham: Routledge.

Krause, M. (2016). ‘Western hegemony’ in the social sciences: fields and model systems. The Sociological Review Monographs, 64(2), 194-211.

Lamont, M. (1987). How to Become a Dominant French Philosopher: The Case of Jacques Derrida. The American Journal of Sociology, 93(3), 584-622.

Lander, E. (Ed.). (2011). La Colonialidad del Saber : Eurocentrismo y Ciencias Sociales : Perspectivas Latinoamericanas. Buenos Aires: Fundación Centro de Integración, Communicación, Cultura y Sociedad (CICCUS).

Latreche, A. (2000). Les étudiants maghrébins en France dans les années quatre-vingt-dix : trajectoires migratoires et mobilisations familiales. In V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoires sociales et itinéraires migratoires (pp. 260-284). Paris : CNRS.

Leclerc-Olive, M., Scarfò Ghellab, G., Wagner, A.-C. (dir.) (2011). Les mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs. Paris : Karthala.

Leperlier, T. (2018a). Postcolonial internationality of Algerian Social scientists. In J. Heilbron, G. Sorá, T. Boncourt, The Social and Human Sciences in a Global Perspective (pp. 185-214). London: Palgrave.

Leperlier, T. (2018b). Algérie, les écrivains dans la décennie noire. Paris : CNRS Éditions.

Madoui, M. (2008). Les sciences sociales en Algérie. Sociologies pratiques, 15(2), 149-160, https://doi.org/10.3917/sopr.015.0149.

Martin-Criado, E. (2008). Les deux Algéries de Pierre Bourdieu. Paris : Le Croquant.

Mazzella, S. (dir.). (2007). L’Enseignement supérieur dans la mondialisation libérale : une comparaison internationale (Maghreb, Afrique, Canada et France). Tunis : IRMC.

Mazzella, S. (2009a). La Maghreb dans la mondialisation étudiante. In S. Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante : le Maghreb entre Nord et Sud. Paris-Tunis : Karthala-IRMC.

Mazzella, S. (dir.) (2009b). La mondialisation étudiante : le Maghreb entre Nord et Sud. Paris-Tunis : Karthala-IRMC.

Mudimbé, V.-Y. (1994). The Idea of Africa. Bloomington (Ind.): Indiana University Press.

Ortiz, R. (2009). La Supremacía del Inglés en las Ciencias Sociales. (T.B. Arijón, trad.). Buenos Aires: Siglo Veintiuno.

Rodriguez Medina, L. (2014). Centers and Peripheries in Knowledge Production. London-New York: Routledge.

Saïd, E.W. (2003). Orientalism. London: Penguin.

Sapiro, G. (dir.). (2008). Translatio : le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Paris : CNRS Éditions.

Schott, T. (1991). The world scientific community: globality and globalisation. Minerva, 29(4), 440-462.

Swaan, A. de. (2001). Words of the world: the global language system. Cambridge: Polity.

Haut de page

Notes

1 36 entretiens de 45 minutes en moyenne, pour la plupart enregistrés et retranscrits : 22 avec des chercheurs en littérature (7 en littérature francophone, 6 en littérature arabe, 1 en littérature berbère ; et 6 en littérature anglophone, 1 en littérature allemande, 1 en littérature italienne), et 14 en sociologie (9 travaillant majoritairement en français, 5 majoritairement en arabe). Les 13 entretiens avec les écrivains-universitaires duraient quant à eux en moyenne deux heures : 10 en littérature arabe, 2 en sociologie, et 1 en littérature francophone. Ils ont été réalisés en français, à l’exception de 2 en arabe. HN, 02/11/13, litt fr, H ; BS, 03/11/13, litt ar, H ; MS, 03/11/13, litt ar, H ; ABk, 03/11/13, litt fr, F ; ABr, 04/11/13, litt fr, F ; HM, 05/11/13, litt fr, H ; KA, 26/10/16, litt fr, H ; SF, 26/10/16, litt fr, F ; AA, 26/10/16, litt eu, H ; BH, 26/10/16, litt eu, H ; YI, 27/10/16, litt fr, H ; LA, 30/10/16, litt eu, F ; LD, 30/10/16, litt eu, F ; SK, 30/10/16, litt eu, F ; AB, 30/10/16, litt eu, F ; AK, 30/10/16, litt eu, F ; FO, 30/10/16, socio, F ; MA, 31/10/16, litt, H ; HZ, 31/10/16, socio, H ; SS, 31/10/16, litt ar, H ; FA, 31/10/16, litt ar, H ; SX, 31/10/16, litt ar, F ; BM, 31/10/16, socio, F ; NN, 02/11/16, socio, F ; AG, 02/11/16, socio, F ; OL, 02/11/16, socio, H ; AN, 03/11/16, socio, H ; KB, 03/11/16, socio, H ; LB, 03/11/16, socio, H ; KC, 10/11/16, socio, H ; SA, 16/11/16, litt eu, F ; MB, 25/11/16, socio, H ; SM, 30/11/16, socio, H ; AD, 06/12/16, socio, H ; AB, 10/12/16, socio, H.

2 Sur 280 projets PHC Tassili financés depuis 2007, 29 portent sur des Sciences de la société ou Sciences humaines et humanités.

3 Officiellement, sauf en France, Bachelor-Master-Doctorat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Leperlier, « Les chercheurs algériens entre post-colonie et mondialisation »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/300

Haut de page

Auteur

Tristan Leperlier

Docteur de l’EHESS en sociologie et littérature. Il publie en 2018 chez CNRS Éditions, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire.
Adresse : Centre Européen de Sociologie et de Sciences Politiques, EHESS, 54 bd Raspail, FR-75006 Paris – Courriel : tristan.leperlier[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals