Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9-4Comptes rendus de lectureKirsten Hastrup et Martin Skrydst...

Comptes rendus de lecture

Kirsten Hastrup et Martin Skrydstrup, The social life of climate change models: anticipating nature

Céline Granjou
Référence(s) :

Kirsten Hastrup et Martin Skrydstrup, The social life of climate change models: anticipating nature, Londres et New York, Routledge, 2013.

Texte intégral

1L’ouvrage est un recueil de contributions issues de différentes disciplines (anthropologie, géographie, histoire des sciences, modélisation scientifique) réunies autour d’une réflexion sur les modes d’anticipation des changements environnementaux. Sa grande force et son originalité consistent à aborder les notions d’anticipation et de modélisation en rapprochant des pratiques et des figures d’anticipation particulièrement diversifiées, par-delà notamment la division entre science et non-science (modélisation numérique, recueil de données de terrain, raisonnements topographiques des habitants, attente et devinettes, mise en récit, etc.). Au fur et à mesure des différents chapitres, se déploie ainsi une réflexion extrêmement riche sur les sites et les pratiques d’anticipation des futurs, réflexion « libérée » d’une focalisation attendue sur les activités de modélisation informatique. Le phénomène climatique se trouve lui-même diffracté en de nombreuses pratiques sociales variées dans le temps et l’espace (le journal météorologique tenu par les gentlemen anglais des Lumières, la tempête menaçant la campagne de forage des glaciologues, les cyclones modifiant le sens du présent et du futur aux îles Cook, les inondations et les changements divers de la calotte polaire du Groenland, etc.).

2En introduction, l’anthropologue K. Hastrup définit le climat comme résultant d’une mise en intrigue des observations et perceptions des individus, chercheurs ou profanes : « Marcher sur la glace de mer dans le Haut-Arctique et lire ses indices d’affinement et de craquement est en soi une expérimentation pratique, à l’instar du processus de revue par les pairs de différents scénarios » (p. 5). Il s’agit ainsi à la fois de rendre compte des hybridations sociotechniques au cœur des activités de modélisation scientifique (« quelle que soit la configuration [proposée], elle constitue toujours une approximation – en mots, en nombres ou en graphes – du phénomène élusif du climat » (p. 13)) et de rendre compte des conceptualisations et formalisations qui permettent de rendre les données passées et présentes pertinentes afin d’envisager un futur que l’on ne peut pas connaître, mais qu’il est nécessaire d’aborder pour agir de manière responsable.

3Le deuxième chapitre « How climate models gain and exercise authority » est écrit par le climatologue Mike Hulme. Il questionne l’autorité et l’influence si particulières des modèles climatiques sur le plan à la fois épistémologique et social. Il propose une typologie rendant compte de la robustesse des modèles climatiques, en distinguant leur précision de codage, leur finesse statistique, leur qualité méthodologique et leur crédibilité sociale. En modélisateur convaincu de l’intérêt des approches socio-anthropologiques, il conclut en appelant à considérer que les modèles climatiques ne sont pas simplement des outils d’enquête scientifique, mais aussi de puissants objets sociaux.

  • 1 Tsing, A., 2010, Worlding the Matsutake Diaspora, or, can Actor-Network-Theory experiment with holi (...)

4Le troisième chapitre, « Certain figures. Modelling nature among environmental experts in Coastal Tamil Nadu (India) », écrit par la sociologue des sciences Frida Hastrup, se centre également sur le travail de modélisation effectué par les scientifiques à travers le cas d’un projet scientifique visant à recenser les stocks de poisson en vue d’établir un zonage de pêche. L’auteure s’intéresse à la manière dont les entités qui apparaissent naturelles, données, sont constituées par et dans le travail scientifique. Pour cela, elle reprend la notion de « worlding » développée par l’anthropologue Anna Tsing qui décrit la manière dont la collecte de données par les chercheurs s’accompagne toujours d’un travail de constitution du monde d’où les données sont censées provenir : « Il n’est possible d’identifier des chiffres que dans la mesure où on peut imaginer des mondes1. » L’auteure montre la pertinence de la notion de « worlding » (littéralement la « mise en monde » des données par les chercheurs) pour comprendre le fait que, pour le protocole de recherche et les chercheurs, la collecte et le transfert d’un maximum de données de « là-bas » dans la nature, vers un « ailleurs » scientifique, vont permettre de constituer une vision complète de l’ensemble fini des ressources marines.

5Le quatrième chapitre, « Enacting Cyclones. The mixed responses to climate change in the Cook Islands », écrit par l’anthropologue Cecilie Rubow, traite de l’anticipation du climat présent et futur par les habitants des îles Cook. Elle montre comment une série de cinq cyclones particulièrement extrêmes sur les îles Cook ont changé le statut du changement climatique pour les habitants, d’événement potentiel à venir à processus déjà en cours, porteur d’importantes conséquences locales. Le changement climatique est devenu visible et observable dans le paysage et les habitants développent de nouvelles relations au futur des îles Cook. La grande diversité des réponses à un exercice local d’imagination des scénarios du futur des îles Cook démontre cependant la diversité et la labilité des répertoires dans lesquels les cyclones ainsi que leurs liens au changement climatique sont rendus réels (enacted).

6Le cinquième chapitre, « Diagrammatic Reasoning in the High Arctic » est écrit par l’anthropologue Kirsten Hastrup. Il est centré sur l’appréhension par les chasseurs esquimaux des changements environnementaux dans le Nord de l’Arctique (affinement et instabilité de la glace, raccourcissement de plusieurs mois de la durée d’englacement…). K. Hastrup réitère l’idée que « l’action n’est jamais simplement ré-action à ce qui s’est déjà passé : c’est aussi une action basée sur l’anticipation. En ce sens l’action est étroitement liée à une vision d’une intrigue, l’anticipation d’une histoire ». Elle emprunte la notion de diagramme à Peirce pour désigner un ensemble de relations possibles et logiques entre des objets. Elle montre alors à la fois les surprenantes capacités « diagrammatiques » des Esquimaux interprétant les signes de l’environnement (craquements de la glace, repères topographiques) pour leur prise de décision (se repérer, décider d’un lieu de chasse, etc.) et les grandes difficultés auxquelles ils se trouvent confrontés du fait des conditions environnementales changeantes : les noms de lieux (repères à la fois géographiques et sociaux renvoyant à des circulations et des pratiques) ne correspondent plus au terrain, les souvenirs sont invalidés si bien que les gens sont privés de leurs visions pour le futur. Chemin faisant, l’auteur développe une réflexion fascinante sur la cartographie et son rapport aux histoires vécues : « L’expérience des cartes a conduit l’esprit scientifique occidental à voir le monde comme étalé devant ses yeux, comme un vaste assemblage à explorer. […] Créer les connexions entre les éléments hétérogènes représentés sur une carte ne peut être effectué par voie d’abstraction géométrique parce qu’il n’y a pas de relation naturelle entre eux et c’est socialement qu’ils sont établis comme signifiants » (p. 90).

7Le chapitre 6, « Deciding the Future in the Land of Snow: Tibet as an Arena for Conflicting Forms of Knowledge and Policy », écrit par l’anthropologue Hildegard Diemberger, explore les liens entre connaissance scientifique et connaissance locale des changements climatiques au Tibet. L’auteure appelle à renforcer la collaboration entre les deux types de connaissance, montrant que la connaissance locale n’est pas simplement de l’ordre de la preuve empirique des changements simulés par les chercheurs, mais aussi une source sous-estimée de données pour les modélisateurs.

8Le chapitre 7, « Scaling Climates: the politics of anticipation », par la sociologue Asdir Jonsdottir, s’intéresse à la manière dont les choses et les événements sont cadrés par les scientifiques et les non-scientifiques comme des exemples de changement climatique ainsi qu’à la construction des échelles globales et locales (notamment des savoirs scientifiques versus profanes) via les pratiques de prévision climatique. À partir de l’exemple d’une tempête en Écosse en 2005, l’auteur analyse la re-fabrication du contexte local en termes de changement climatique par les habitants. La construction des anticipations est analysée par l’auteur comme une pratique de construction du contexte ou worlding (whole-making) selon A. Tsing, indispensable à la construction de sens par les acteurs quels qu’ils soient. Jonsdottir analyse alors un programme de sensibilisation du public au changement climatique en montrant comment il construit la connaissance des participants profanes comme « locale » et « complémentaire » de la connaissance globale des experts, au lieu d’y reconnaître que s’y construisent des formes alternatives du global. Intervenir sur les futurs dans lesquels se projettent les gens est vu par les experts « comme un problème cognitif lié à la modification des manières de penser, au lieu de reconnaître que les gens peuvent vivre dans des natures différentes au sens réel du terme » (p. 141).

9Le chapitre 8, « Emancipating Nature: what the Flood Apprentice Learned from a Modelling Tutorial », écrit par le géographe Anders Kristian Munk, s’intéresse à la modélisation hydraulique. Basé sur un stage de formation de l’auteur à un logiciel de simulation des inondations, il défend que la simulation informatique couronne non pas l’aboutissement d’une maîtrise de la nature comme domaine ontologiquement distinct, mais plutôt un double devenir : celui du modèle, mais aussi celui du modélisateur (à l’instar du devenir cheval de course/devenir cavalier décrit par Vinciane Despret). L’apprenti modélisateur doit apprendre le genre de regard nécessaire à la paramétrisation du modèle (comme transformer arbres et gravier en coefficient de résistance). Pour que le modèle marche et qu’il assure sa fonction « bicamérale » de séparation de l’eau et de la politique, le modélisateur en herbe doit apprendre à assembler un monde aquatique anticipable et modélisable, c’est-à-dire débarrassé des hybrides socionaturels qui le peuplent.

10Le chapitre 9, « Modelling Ice: A Field Diary of Anticipation on the Greenland Ice Sheet », est écrit par l’anthropologue Martin Skrydstrup. Le chapitre propose une ethnographie de la vie sociale des modélisateurs forant la calotte polaire au Groenland. Il rapproche et analyse les différentes formes d’anticipation à l’œuvre : attente et travail de « devinette » de la part des chercheurs espérant la butée finale du foreur sur le lit rocheux, signalant l’achèvement d’une campagne de plusieurs semaines ; prédiction de la distance restant à forer à l’aide d’imagerie satellite ; mise en intrigue des événements par les acteurs. L’auteur rappelle l’impossibilité de la prédiction « dès qu’elle est importante, c’est-à-dire en situation de non-répétition ». Alors que le lit rocheux est enfin atteint la veille du départ programmé du site, l’auteur conclut sur la prééminence du travail de mise en intrigue des événements par les acteurs, impliquant pour lui que « le présent rattrapera et chevauchera toujours les futurs imaginés par la modélisation climatique prédictive » (p. 180).

11Le chapitre 10, « Predictibility in Question: on Climate Modelling in Physics », est écrit par le modélisateur Peter Ditlevsen. Il revient sur l’historique de l’idée d’un climat non pas stable, mais évolutif et changeant au XIXe siècle. Il rappelle que les modèles climatiques actuels sont incapables de reconstituer les changements brutaux ou tipping points ayant eu lieu par le passé (passages à l’âge glaciaire) et dont l’existence est attestée par les archives glaciaires. Il conclut en notant qu’un modèle offrant une prévision parfaitement précise est du même ordre qu’une carte à l’échelle 1 :1 : parfaitement inutilisable.

12Le chapitre 11, « Constructing Evidence and Trust: How did Climate Scientists’ Confidence in Their Models and Simulations emerge ? », par l’historien des sciences Matthias Heymann, interroge la construction de la confiance dans les instruments de simulation climatique du milieu des années 1950 aux années 1980. Il se base sur les écrits de climatologues fameux (W. Kellog, S. Schneider, J. Hansen) pour proposer une typologie des sources de confiance dans les résultats scientifiques.

13La courte postface, écrite par M. Skrydstrup, commente le genre de pluridisciplinarité de l’ouvrage, reflet de l’atelier qui en est l’origine, et les zones d’échanges épistémiques qu’il inclut (epistemic trading zones).

14L’ouvrage, riche et dense, déploie une approche stimulante des activités d’anticipation climatique en transgressant et dénonçant la frontière classique entre science et non-science. Outre les visages très divers du travail de mise en forme du futur par les acteurs, qu’ils soient scientifiques ou « profanes », deux autres fils communs courent en filigrane de l’ouvrage : la construction sociale des lieux et des géographies ainsi que les mécanismes de (re)cadrage des événements en référence au grand récit du changement climatique. Les différents chapitres offrent des regards originaux et particulièrement fouillés sur la co-production des environnements, des sociétés et des savoirs. On pourra trouver, mais il s’agit sans doute là d’une vue partiale, que les deux contributions des glaciologues se marient moins aisément au reste de l’ouvrage, qui demeure fortement pétri de références et de réflexions anthropologiques communes à plusieurs des contributeurs, dont les coordinateurs. On pourra inversement ressentir une (trop ?) grande densité de certaines analyses socio-anthropologiques des ontologies hybrides de la co-production des natures et des sociétés. Mais au bilan, l’ouvrage constitue un appel très fondé à mieux intégrer les rapports aux futurs dans la compréhension de l’existence sociale. Pointant l’omniprésence des modalités de (re)construction de prévisibilités en situation de profonde singularité et imprévisibilité, l’ouvrage parvient à éviter l’écueil de la critique de la volonté prédictive pour promouvoir un optimisme mesuré vis-à-vis des capacités collectives de l’homme en situation de crise environnementale.

Haut de page

Notes

1 Tsing, A., 2010, Worlding the Matsutake Diaspora, or, can Actor-Network-Theory experiment with holism? In T. Otto & N. Bubandt (Eds.). Experiments in Holism: Theory and Practice in Contemporary Anthropology (pp. 47-66). Oxford: Wiley-Blackwell, (citation p. 50).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Granjou, « Kirsten Hastrup et Martin Skrydstrup, The social life of climate change models: anticipating nature »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 9-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/3011

Haut de page

Auteur

Céline Granjou

Université Grenoble-Alpes, Irstea

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search