Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9-4Comptes rendus de lectureDominique Vinck, Ciencias y socie...

Comptes rendus de lecture

Dominique Vinck, Ciencias y sociedad. Sociología del trabajo científico

Articulation science et société : un guide méthodologique pour les études sociales des sciences et technologies
Claudia Ortega Ponce et Antonio Arellano Hernández
Référence(s) :

Dominique Vinck, Ciencias y sociedad. Sociología del trabajo científico, Barcelona, Gedisa, 2015.

Texte intégral

1L’ouvrage présenté ici constitue une édition réactualisée, enrichie et traduite en espagnol du livre de Dominique Vinck paru en 1995 sous le titre Sociologie des sciences chez Armand Colin. Dès 2007, l’auteur avait actualisé et reformulé le texte, avec sa publication chez le même éditeur sous le titre Sciences et société : sociologie du travail scientifique (traduit en anglais en 2010 chez Edward Elgar : The Sociology of Scientific Work: The Fundamental Relationship between Science and Society). L’édition que nous abordons ici correspond à une nouvelle version adaptée au public hispanophone. Cette déclinaison est un des aspects intéressants de l’œuvre car l’auteur y présente amplement la littérature issue d’auteurs hispanophones, lusophones et latino-américains dans le domaine science-technologie-société (STS) sans pourtant faire l’économie d’un regard sur le reste de la littérature.

2Force est de constater que les développements scientifiques et technologiques des vingt dernières années ont rallongé une liste déjà longue d’affaires complexes qui mettent au défi le travail du chercheur en sociologie des sciences, telles que celles citées par l’auteur : la crise de la vache folle, les inépuisables controverses sur les OGM, le changement climatique, l’épuisement des ressources naturelles, la lutte contre les épidémies de grippe aviaire, de l’Ébola ou du VIH-SIDA, etc. Dans tous ces cas, les chercheurs en sciences humaines et sociales, dans les sciences de la nature et les ingénieurs sont confrontés aux contraintes de leur formation spécialisée autant qu’à la société, aux sciences et aux technologies, trinôme inséparable qui devrait être pris en compte par une épistémologie générale cherchant à comprendre la dynamique du monde contemporain.

3Devant le vaste déploiement de l’activité scientifique et des problèmes soulevés par la techno-science, ce livre constitue un document indispensable pour comprendre la relation entre production de connaissances techno-scientifiques et société. Il nous invite à dépasser les explications traditionnelles du développement scientifique et technologique d’un pays et/ou d’une région en termes de ressources assignées à l’activité scientifique, de prestige de ses institutions de recherche et de politiques publiques portant sur la science et la technologie.

4Au cours des sept chapitres de l’ouvrage, Vinck nous place devant les principaux thèmes, formes théoriques et méthodologies de la sociologie des sciences autour des questions suivantes : Qui sont les acteurs de la science ? Quel est le rôle des scientifiques dans les bénéfices et dans les problèmes issus du développement et de l’application de la technoscience et quels sont leurs rapports à la société ?

5Pour y répondre, l’auteur signale quatre éléments permettant d’aborder les travaux en sciences sociales sur la production de la connaissance scientifique : 1. Une formation épistémologique pour comprendre les sciences. 2. La reconnaissance d’une éthique pour affronter les problèmes sociaux de la technoscience. 3. Une formation scientifique qui permette la compréhension des contenus et des dynamiques de la production des connaissances et de l’innovation. 4. Le besoin d’intervenir dans ces dynamiques en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable.

6L’objet d’étude proposé par l’auteur est donc l’articulation science-société à travers la reconnaissance de l’émergence et de la puissance transformatrice des sciences, des dynamiques de l’innovation et de la démocratie technique. Disciplinairement, il nous emmène dans le champ de la sociologie des sciences grâce au fil rouge de l’étude de la constitution et de la dynamique du travail de la communauté scientifique. L’on retrouvera ainsi dans chaque chapitre des exemples de travaux effectués dans différentes disciplines et communautés scientifiques et techniques à travers le monde, dont en Amérique latine.

7Dans le premier chapitre, « Science et société, une relation complexe », l’auteur souligne l’intérêt de considérer l’activité scientifique comme une activité sociale dont la compréhension requiert de connaître les conditions d’émergence et de développement des collectifs impliqués dans la production de la connaissance scientifique. Pour démarrer son analyse, Vinck reprend l’approche du pionnier de la sociologie de la science, Robert Merton, qui situait dans l’Angleterre du XVIIe siècle ce qu’il nommait le « climat social » de la science : un ensemble de valeurs, croyances et sentiments développés par les scientifiques concernant leur activité et son rapport à la société. En se fondant sur l’analyse des biographies de membres de l’élite britannique, de l’activité de la Royal Society et ses travaux, inventions et publications, Merton a montré que le développement de la science correspondait à l’augmentation du prestige et de la valorisation sociale des professions scientifiques – en particulier la médecine et la chirurgie –, en somme à un respect pour la communauté scientifique qui serait lié aux valeurs de l’époque. Ensuite, Vinck reprend les travaux de Joseph Ben David pour aborder le développement des universités. Ben David propose en effet de faire appel à l’histoire des universités pour observer la manière dont la figure du scientifique s’est configurée. Il retrace ainsi la formation de groupes de recherche dans des disciplines spécifiques, la prédominance d’idéologies religieuses et la définition de certaines formes d’enseignement de manière relativement autonome par rapport à la société à un moment où l’intervention du gouvernement était pratiquement inexistante. À partir de ces deux approches, Vinck propose un parcours historique par quelques pays européens et d’Amérique latine en décrivant la croissance et l’autonomisation des disciplines et des professions scientifiques, ainsi que leur internationalisation.

8Vinck analyse dans le deuxième chapitre, « L’institution des sciences », les caractéristiques particulières de la Sociologie institutionnelle de la science ou Sociologie des scientifiques. Si dans le premier chapitre il s’agissait de situer où et comment se forme une communauté scientifique, dans ce chapitre l’auteur reprend la sociologie mertonienne pour reconnaître la structure normative du travail scientifique – ou « éthos scientifique » : universalisme, communisme, désintéressement, scepticisme organisé, système d’adhésion aux normes, gratification, contrôle social par les pairs et modèle de démocratie. En montrant les éléments de l’éthos scientifique, il propose une première approche théorique pour l’étude de la dynamique du travail des scientifiques ; l’analyse montre l’intérêt de la proposition mertonienne ainsi que les difficultés d’existence de chaque norme. Ces normes deviennent plus visibles quand elles sont transgressées et quand croît la pression sur la productivité scientifique, si bien que l’auteur se demande s’il faut aller au-delà de ces normes en s’interrogeant sur la façon de réguler le travail scientifique en fonction des nouvelles attentes de la société.

9Pour en traiter, l’auteur fait appel à d’autres propositions pour l’analyse de l’activité scientifique dans ses dimensions institutionnelles, en prenant en compte notamment la commercialisation des productions scientifiques, où l’on observe de nouvelles relations entre les chercheurs et la société en fonction des bénéfices tirés des développements scientifiques et de la reconnaissance qu’en retirent les chercheurs. Tel est le cas de l’analyse d’Etzkowitz (2004) du développement universitaire entrepreneurial au sein du MIT, où il a observé : la façon dont la tension entre les normes devient un vecteur d’innovations et de nouveaux accords au niveau institutionnel ; l’émergence de nouvelles normes sociales à travers la capitalisation des connaissances, dont la norme du secret limité ; l’interdépendance entre les universités, l’État et l’industrie ; l’hybridation des dynamiques économiques et du progrès des connaissances ; la réflexivité et la recomposition permanente des structures universitaires.

10Jusqu’à ce chapitre, il a été question de la dynamique de la communauté scientifique en tant qu’un collectif général et homogène. Dans le troisième chapitre, Vinck propose une analyse des sciences en tant qu’organisations, professions et disciplines. En reprenant Storer (1966), l’approche consiste à observer la relation entre la régulation du comportement des scientifiques et le maintien de leur profession, par exemple, l’organisation et l’animation de débats sur les orientations collectives de la recherche ou les relations avec d’autres groupes de recherche. D’après Vinck, les professions se caractérisent par quatre dimensions : a) la responsabilité d’un corps de connaissances spécialisées ; b) l’autonomie d’embauche, formation et contrôle de ses membres ; c) l’établissement de rapports réguliers avec le reste de la société pour s’assurer du support et de la protection ; d) le système de récompenses qui permet la motivation et le contrôle de ses membres (p. 82). Dans le même sens, Zuckerman et Merton (1972) reconnaissent le rôle du chercheur et sa personnalité dans l’organisation professionnelle : « La personnalité sociale du scientifique dépend de la complémentarité entre différents rôles dont l’équilibre varie au long de la carrière en fonction des préférences personnelles et des contextes institutionnels » (p. 83). Et ils distinguent quatre rôles : le chercheur, l’enseignant, l’administrateur et le régulateur (p. 83). L’analyse effectuée dans ce chapitre permet au lecteur de reconnaître le rôle joué, dans la dynamique du travail scientifique, par chaque chercheur au sein d’une communauté scientifique et d’une discipline particulière et sa reconnaissance en tant que collectif social, ce qui explique aussi la variété des formes d’organisation et des collectifs de recherche.

11Avec ces éléments, Vinck présente quelques exemples sociologiques paradigmatiques : la psychologie allemande des débuts du XXe siècle et l’anthropologie sociale britannique qui correspondent à une oligarchie polycentrique ; le cas de l’économie néoclassique anglo-saxonne caractérisée comme une bureaucratie partitionnée au sein d’une relative cohésion théorique donnant sa préférence au travail analytique ; le cas des sciences biomédicales, où la coordination des moyens de la recherche sur des objets multiples, en fonction des publics, forme une adhocratie professionnelle ; en chimie, une coordination des travaux de recherche passant par le recours à un même ensemble d’instruments, de méthodes et de concepts, ce qui correspond à une bureaucratie technologiquement intégrée à la différence de la physique qui est plutôt intégrée conceptuellement par un cadre théorique unifié qui établit la hiérarchie des spécialités (p. 94).

12Après un parcours par quelques professions et leur organisation interne, l’auteur explore le rôle de l’interdisciplinarité comme un élément d’interaction entre disciplines. Il propose de considérer l’idée reçue selon laquelle les disciplines seraient de petits empires autonomes qui ne vivent pas toujours en paix : guerre de frontières, guerre de conquêtes et d’hégémonie, spoliation (appropriation d’un concept appartenant à une discipline voisine pour le reformuler au profit de la sienne), tentatives d’éradication, caricature, simplification et instrumentalisation, guerre économique, guerre psychologique et guerre d’épuisement. Il en découle que l’interdisciplinarité n’est pas un exercice facile et Vinck identifie quatre types de justification qui conduisent les communautés scientifiques à s’y lancer : la créativité scientifique, la conquête (le savoir en expansion), la pertinence au regard de l’objet ou du problème et les exigences du travail de recherche concret (pp. 95-96).

13L’aboutissement de ce chapitre est la reconnaissance du laboratoire scientifique en tant qu’unité de production dont l’auteur souligne les facteurs déterminant son organisation. Parti de l’étude de la dynamique du laboratoire, il en vient à se pencher sur les réseaux de coopération scientifique pour rendre compte du travail collectif. À partir de ces éléments, il est possible d’analyser l’enchevêtrement des organisations qui font la dynamique des sciences. Dans le chapitre quatre, l’auteur montre aussi les formes d’organisation au sein des laboratoires, au niveau des groupes de recherche, là où devient important le travail quotidien des communautés scientifiques.

14Vinck se penche alors sur la stratification sociale de l’espace scientifique, exprimée en termes de différenciation liée, selon les cas, à une division sociale verticale des fonctions, valeurs et mécanismes de légitimation (méritocratie) ou à des rapports de domination, par exemple, la stratification sociale des auteurs en fonction du nombre de citations et la concentration de leur reconnaissance (prix, mentions) leur permettant d’occuper des positions de pouvoir influant sur l’évolution de leur discipline (par la création de postes). Pour aborder ces phénomènes liés à l’organisation du travail et à la productivité, il rend compte des dénommés effets Matthieu (avantages cumulés) et Matilda (discriminations cumulées, de genre notamment) pour montrer l’établissement d’une hiérarchie et la constitution d’une élite et de masses dans les disciplines scientifiques.

15Les éléments relationnels des dynamiques scientifiques permettent, par ailleurs, de visualiser les réseaux sociaux de la science, notamment les réseaux sociaux personnels, les collèges invisibles, les cercles sociaux et les flux de connaissance dont la dynamique et l’hétérogénéité sont mises en évidence par la cartographie de réseaux. Ces éléments permettent, selon Vinck, de reconnaître la science comme un espace social régulé par sa propre dynamique.

16Dans le cinquième chapitre, intitulé « L’influence de la société dans les contenus de la connaissance », l’auteur expose les modèles qui prétendent étudier la relation science-société. L’objectif est d’explorer dans quelle mesure les facteurs sociaux pourraient expliquer le système de connaissances et les contenus scientifiques (données, concepts, théories, méthodes) (p. 175).

17D’abord, il analyse l’orientation macrosociologique des sciences telle qu’en rendent compte les sociologues classiques qui considèrent la science comme une activité liée au développement de la société et explicitent l’influence de la société sur les systèmes de connaissance et le choix des sujets de recherche. Pour Comte, la science est liée à une société dans laquelle le travail est organisé pour maximiser son rendement. Pour Marx, la science moderne naît de l’exigence capitaliste et de ses modes de production. Durkheim, à partir de données ethnologiques, s’interrogeait sur les conditions sociales de l’émergence des catégories et des formes de classification, dans les sociétés prémodernes. Dans le même esprit, l’auteur présente aussi les approches de Merton et Sorokin qui considéraient que les thèmes sur lesquels les scientifiques se centraient sont soumis à l’influence des systèmes culturels des sociétés, dans lesquels ils se développent.

18En raison de ce qui précède, l’auteur interroge l’idée d’une division entre science et société : la première se caractériserait par l’autonomie et l’indépendance, la neutralité et l’objectivité, la pensée positive, la rationalité, la séparation analytique et la logique ; la deuxième se caractériserait par les jeux de pouvoir et la dépendance, les croyances et les idéologies, la pensée mystique, l’irrationalité, le mélange d’entités et les situations prélogiques. Cette division conceptuelle et analytique a été notamment proposée en philosophie de la science et doit être prise en compte pour comprendre les ruptures introduites par la sociologie des sciences, en particulier dans les études du travail scientifique et de la construction de la science telle qu’elle se fait (Callon et Latour, 1991). Selon Vinck, « à partir des années 1960-1970, la nouvelle génération de sociologues analyse les sciences comme des cultures locales caractérisées par des normes, valeurs et intérêts situés » (p. 190). Cette approche situationnelle a donné naissance à la Sociologie de la connaissance scientifique (SSK – Sociologie of Scientific Knowledge), basée conceptuellement sur le travail de philosophes tels que Wittgenstein, Durkheim, Quine, Kuhn ainsi que des sociologues classiques. Voici quelques-uns de ses fondements théoriques :

  1. La compréhension des sciences comme jeux de langages et formes de vie.

  2. Le prise en compte de la flexibilité interprétative dans les sciences pour comprendre : l’imprégnation des faits par les théories (en assumant que l’observation dépend des théories admises, des éléments sociocognitifs conventionnellement acceptés, du langage d’expression et des connaissances du contexte) ; et la sous-détermination des théories par les faits (« plusieurs théories, logiquement incompatibles, peuvent rendre compte d’un même ensemble d’observations » (Quine), autrement dit, un ensemble de faits n’impose pas de théorie spécifique).

  3. La circularité des procédés d’évaluation des théories par l’expérience. Dans la pratique, face à un résultat inattendu, le chercheur ne remet pas tout en question ; il se fie aux conventions d’interprétation des résultats et aux théories acceptées (p. 193), ce que Vinck illustre avec la découverte des rayons N.

19Concernant les cultures et conventions locales, l’auteur propose de reprendre les idées de paradigme et de changement paradigmatique, puisqu’elles nous permettraient de comprendre la connexion des dynamiques sociales, institutionnelles et cognitives des sciences. On trouve des propositions pour aborder ces dynamiques dans les sociologies relativistes telles que le Programme fort de la Sociologie de la science ou le Programme empirique du relativisme, dont Vinck explique les principales forces et faiblesses (p. 221).

20Dans le sixième chapitre, l’auteur se concentre sur les pratiques scientifiques. Jusqu’ici, il avait identifié deux approches en sociologie des sciences : l’étude des sciences considérées comme institutions, organisations ou systèmes d’échanges ; et l’étude de l’influence des processus sociaux sur les contenus et les produits scientifiques. L’étude des pratiques scientifiques est une troisième approche qui requiert un travail d’enquête détaillé reconstituant les pratiques concrètes, ordinaires et quotidiennes dans les laboratoires, centres de recherche, universités, etc., c’est-à-dire le suivi des scientifiques au travail (le « go and see » énoncé par Latour) pour connaître et expliquer le processus de fabrication de la connaissance (p. 230).

21Ce type d’étude des pratiques scientifiques a été entrepris depuis les années 1970 par des chercheurs tels que Georges Thill, en 1973, sur la physique des hautes énergies, qui peut en être considéré comme le précurseur ; en 1977, Gérard Lemaine a reconstruit l’évolution d’un laboratoire de neurophysiologie du sommeil ; en 1975, Bruno Latour a réalisé une ethnographie dans un laboratoire nord-américain de biochimie avec l’objectif de comprendre la culture conceptuelle et pratique du laboratoire ; à la même époque, inspirée par l’ethnométhodologie, la sociologue Karin Knorr-Cetina a étudié un laboratoire de biochimie et un laboratoire de physique des particules à Berkeley tandis que Harold Garfinkel, Eric Livingstone (en mathématiques), Michael Lynch (dans un laboratoire de biologie) et Steve Woolgar (avec Latour), fondateurs et disciples de l’ethnométhodologie, s’intéressaient à ces pratiques pour rendre compte de l’émergence et de l’accomplissement pratique et situé d’un ordre de connaissances (p. 232). Tous ces travaux relèvent d’une approche constructiviste ainsi que d’une pratique ethnographique dans les laboratoires. Cette dernière s’est révélée une puissante technique de recherche pour rendre compte du caractère construit des productions scientifiques où les faits apparaissent comme le résultat d’un enchevêtrement d’une multitude d’actions et d’événements sociotechniques (p. 235). C’est aussi le cas avec l’analyse de la production d’énoncés scientifiques. À partir des études de laboratoires, Vinck souligne ainsi l’importance du travail d’inscription et de modalisation des énoncés, de l’élaboration et du rôle des documents écrits, des formes de communication et d’organisation, du langage et des objets intermédiaires dans la culture matérielle et cognitive des chercheurs.

22Dans le septième chapitre, « Le laboratoire dans la société », qui constitue le cœur de la thèse de l’ouvrage, Vinck propose d’étudier la relation entre la construction des connaissances scientifiques et la société où elles sont élaborées, ce qui passe par l’observation de la vie quotidienne des laboratoires scientifiques : « Le laboratoire reconfigure des entités de la nature et de la société en les insérant dans un ensemble sociotechnique ; il fabrique de nouveaux êtres ; il produit des visions du monde, des instruments et des collectifs, mais il convient de dépasser le laboratoire et suivre ce qu’il advient de ces productions qui changent le monde » (p. 273).

23Considérer le laboratoire au-delà de l’espace où sont menées des recherches implique d’étudier les institutions et les organisations développées par et au-delà des chercheurs. Dans les chapitres précédents, le lecteur a pu voir le rôle de certains éléments de la vie académique qui permettent le fonctionnement de collectifs de chercheurs dans différentes disciplines. Dans ce chapitre, Vinck expose des propositions épistémologiques pour rendre compte de la constitution du laboratoire de recherche à partir de la dynamique des chercheurs. Il expose avec une grande clarté l’approche de la Théorie de l’acteur-réseau ou Théorie de la traduction. En reprenant le terme classique forgé par Callon et l’extension de l’idée de traduction à un processus général par lequel un monde social et naturel se configure et se stabilise, il indique qu’elle correspond à une perspective analytique qui permet de suivre le processus de traduction à travers ces dimensions : problématisation des recherches, intéressement, enrôlement, mobilisation des acteurs et arrangement des alliances. La traduction serait le mécanisme de base de la constitution des relations au cœur des réseaux sociotechniques (Latour, 2005). Quelques exemples de cette approche sont donnés, dont les cas de la voiture électrique étudié par Callon et du maïs hybride au Mexique étudié par Arellano (p. 282).

24Une autre manière d’aborder les dynamiques techno-scientifiques concerne les manières de penser les relations entre science, technique, innovation et société. Un premier modèle aborde cela de manière linéaire en se penchant sur les « impacts » des sciences et des techniques sur la société. Ici, la science est chargée des découvertes, la technique des applications et la société de leur mise en œuvre. Ce modèle linéaire a été discuté en Amérique latine depuis les années 1970 dans le cadre d’une réflexion critique en matière de politique scientifique et technologique ; l’examen de la complexité de ces relations a constitué une thématique privilégiée dans cette région du monde (p. 293).

25Dans la dernière partie de ce chapitre, l’auteur souligne aussi l’importance accordée au thème de la « perception publique de la science » ou de la « culture scientifique ». Il s’agit d’un facteur important dans les relations entre sciences et société car gouvernant la formation de connaissances, les attitudes et attentes des membres de la société quant aux progrès ainsi que l’idée qu’ils se forment des résultats et applications possibles des connaissances générées. Vinck conclut son exposé sur les différentes approches mobilisées pour l’étude de la construction des sciences dans la société.

26Cet ouvrage de Vinck met aussi en relief certains aspects des STS propres à des auteurs et groupes de recherches latino-américains. Est évoquée notamment l’importance de publications comme la Revista Iberoamericana de Ciencia, Tecnología y Sociedad de l’Organisation des États ibéro-américains, les revues Redes, Interciencias et Quipu, ainsi que plusieurs collections éditoriales dont Siglo XXI, Fondo de Cultura Económica et des éditeurs universitaires. Il met aussi en avant des sociétés savantes comme la Sociedad de Estudios Sociales de Ciencia y Tecnología (ESOCITE) et l’Asociación Latino-Iberoamericana de Gestión Tecnológica (ALTEC) ainsi que les principaux groupes de recherche de la région dont les auteurs les plus prolifiques sont mis en évidence : Kremer et Albornoz en Argentine, da Costa et Dagnino au Brésil, Arellano et Casas au Mexique et Vessuri au Venezuela.

27Ce livre met en scène des problèmes éthiques, politiques, économiques et sociaux liés aux sciences ainsi que les limites des approches enracinées dans le mythe rationaliste ou le relativisme radical et sceptique. Dans ce cadre, la sociologie des sciences devient elle-même l’objet d’étude de l’auteur.

28Dans cet important ouvrage, les études des sciences et les techniques forment des espaces de recherche et de réflexion intéressant aussi la sociologie générale, montrant que la technoscience peut en être un objet légitime. Mais ce texte peut aussi répondre aux questionnements de plus en plus récurrents de scientifiques de la nature et des ingénieurs sur les liens entre leurs pratiques et la société. En réalité, le seul danger pour les chercheurs en sciences sociales, sciences de la nature et les ingénieurs est qu’ils pourraient être désenchantés, dans le sens wébérien du terme, au regard des mythes qui entourent l’activité scientifique expliquée rationnellement et entrer dans un réalisme qui les doterait d’une meilleure compréhension de l’action du monde scientifique contemporain, renforçant – pour citer Vinck – leur lucidité.

Haut de page

Bibliographie

Callon, M. & Latour, B. (1991). La Science telle qu’elle se fait. Paris : La Découverte.

Etzkowitz, H. (2004). The evolution of the entrepreneurial university. Int. J. Technology and Globalisation, 1(1), 64-77.

Storer, N. (1966). The Social System of Science. New York: Rinehart and Winston.

Zuckerman, H. & Merton, R. (1972). Age, Aging and age structure in science. In M. Riley, M. Johnson & A. Foner (dir.). A sociology of age stratification. New York: Russell.

Latour, B. (2005). Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Ortega Ponce et Antonio Arellano Hernández, « Dominique Vinck, Ciencias y sociedad. Sociología del trabajo científico »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 9-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/3024

Haut de page

Auteurs

Claudia Ortega Ponce

Universidad Autónoma del Estado de México.
Courriel : cop[at]uaemex.mx

Antonio Arellano Hernández

Universidad Autónoma del Estado de México.
Courriel : aah[at]uaemex.mx

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search