Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17-4Dossier thématiqueFrictions sous-marines

Dossier thématique

Frictions sous-marines

Écologies et politiques des fragilités de l’interconnexion numérique
Underwater frictions. Ecologies and politics of the fragile digital interconnection
Fricción submarina. Ecologías y políticas de la frágil interconexión digital
Loup Cellard et Clément Marquet

Résumés

Dans cet article, nous nous intéressons aux frictions qui ont accompagné l’atterrissage du câble PEACE MED (Pakistan and East Africa Connecting Europe - Mediterranean section) en 2021 à Marseille. Plutôt que d’exclure le câble des zones de protection de la nature, les études d’incidence ont conseillé de les traverser, mettant en avant la possibilité d’une cohabitation harmonieuse entre l’infrastructure et la biodiversité sous-marine, ainsi que les risques encourus par le câble à s’avancer en d’autres eaux. Cette association inattendue entre câbles et herbiers affaiblit la position de deux acteurs qui souhaitent changer la route traditionnelle empruntée par les câbles. Le Parc National des Calanques d’abord, qui au nom d’une séparation stricte des activités anthropiques et des milieux naturels protégés, souhaiterait voir les câbles s’éloigner des espaces dont il a la responsabilité. Le Grand Port Maritime de Marseille ensuite, qui, après avoir investi des millions d’euros dans une infrastructure capable d’accueillir des câbles sous-marins, n’est pas parvenu à attirer PEACE MED dans son enceinte.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ordre des auteurs : alphabétique

Texte intégral

Introduction

1Au loin, un navire. Une ligne de bouées colorées arquée par le courant flotte en sa direction. Sur la plage, une poignée d’hommes s’affairent autour d’une tranchée et d’une canalisation, vêtus de casques et tenues de chantier. Il s’agit là d’une scène courante pour qui s’intéresse aux câbles sous-marins de télécommunication. L’image nous interpelle par l’étonnante simplicité des opérations physiques qui permettent l’interconnexion entre plusieurs continents, éloignés par des milliers de kilomètres et sur lesquels repose notre expérience quotidienne si singulière d’un Internet qui n’a décidément rien de « virtuel ». En définitive, pour faire circuler les zettabits d’information qui sont au cœur du fonctionnement des sociétés interconnectées, il faut des navires et des plongeurs, des canalisations et des pelleteuses, des ouvriers et des matelots. Nous ne répéterons jamais assez qu’Internet est aussi une affaire de travaux publics. Mais au-delà de ces rappels, que se passe-t-il sous les flots, à quelques mètres en-deçà du chantier ? Avec quels égards pour les nombreuses espèces sous-marines le tracé du câble est-il dessiné ? Comment la fragilité des réseaux comme de la biodiversité marine contribuent-elle à déterminer les mises en œuvre locales de l’interconnexion globale ?

  • 1 Les acteurs parlent tour à tour « d’atterrage », « d’atterrissage » ou « d’atterrissement ». Nous a (...)
  • 2 Dans cet article, nous avons choisi d’utiliser les termes « fragilité » et « vulnérabilité » de la (...)

2Prenant au sérieux le rôle de la matière dans l’organisation politique et sociale du monde, ce dossier invite à prêter attention au caractère productif de la fragilité des êtres vivants et des techniques. Cet article propose de mettre en évidence les politiques des fragilités matérielles à l’œuvre dans l’atterrissage1 des câbles sous-marins de télécommunications à Marseille : nous décrirons ce que la prise en compte des fragilités conjointes des câbles et de la biodiversité environnante fait faire (et ne pas faire), en mettant en évidence les conflits et réaménagements à la fois infrastructurels et écologiques qu’elle engendre. Ainsi, nous souhaitons étudier de façon symétrique deux grands enjeux du développement des infrastructures, généralement abordés séparément dans la littérature en sciences sociales : d’une part, la façon dont les infrastructures produisent des vulnérabilités2 écologiques, notamment lors de leur construction, leur utilisation ou leur démantèlement ; et d’autre part, la fragilité des infrastructures mêmes, leur vulnérabilité face aux aléas humains et environnementaux. En symétrisant le regard sur les fragilités matérielles des infrastructures et des écosystèmes qui les accueillent, l’article contribue aux travaux qui soulignent l’importance de la prise en compte des relations entre technosphère et biosphère dans l’étude de la matérialité d’Internet (Allard et al., 2022 ; Carnino & Marquet, 2018 ; Ensmenger, 2018 ; Starosielski & Walker, 2016).

3En quoi les infrastructures engendrent-elles des vulnérabilités écologiques et comment ces dernières sont-elles rendues visibles aux acteurs ? La littérature portant sur les enquêtes publiques et les études d’impact environnemental liées au développement de projets d’aménagement éclaire la façon dont les dommages environnementaux causés par la construction d’infrastructures sont donnés à voir et régulés. Ces travaux ont d’abord pointé la façon dont ces procédures soulèvent des enjeux démocratiques, en analysant le rôle de ces dispositifs dans le gouvernement de la critique (Barbier & Larrue, 2011 ; Baya-Laffite, 2018 ; Graber, 2022). Ils ont également documenté le poids de ces dispositifs dans le cadrage des questions environnementales, en prêtant attention au rôle de l’expertise dans la résolution des conflits environnementaux (Vandevelde, 2013), à la mise en équivalence et à la mise en économie de l’environnement (Dauguet, 2021 ; Robertson, 2006) et aux obstacles rencontrés dans la mise en œuvre des politiques publiques environnementales (Barral & Guillet, 2022 ; Levrel et al., 2018). Dans ces recherches, les infrastructures, tout en étant peu problématisées, apparaissent comme des objets solides, stables et potentiellement dangereux dont il faut évaluer, hiérarchiser et compenser les impacts environnementaux.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

4Un autre volet des recherches en Science and Technology Studies (STS) a au contraire insisté sur la fragilité des infrastructures, mettant l’accent sur les pannes (Graham, 2010) et les besoins permanents de maintenance (Denis & Pontille, 2015, 2022 ; Graham & Thrift, 2007). S’appuyant sur les nouveaux matérialismes (Bennett, 2010), ces travaux ont montré comment l’environnement, les phénomènes naturels et les êtres vivants contribuent à la dégradation quotidienne des équipements (Edensor, 2011), conférant aux matériaux une certaine capacité d’agir sur l’organisation politique et sociale. Cruciales pour appréhender l’ensemble des médiations qui contribuent au fonctionnement continu de nos sociétés, ces recherches pointent aussi les tensions entre le soin accordé à la protection et à la maintenance des infrastructures et les dégradations environnementales qu’elles provoquent. Dans cet article, nous prolongeons ces réflexions en analysant l’entremêlement des fragilités matérielles et écologiques : il s’agit de comprendre comment, au niveau des réseaux de télécommunications sous-marins, les relations de dégradation et de protection entre technosphère et biosphère peuvent alterner, se compenser voire s’annuler, et donc se caractériser par une certaine ambivalence, nuançant le récit d’une évidente destruction du vivant par la technique.

  • 3 La tradition des STS reconnaît aux entités non-humaines, y compris les matériaux, une agentivité : (...)

5Pour étudier les relations entre fragilité écologique et fragilité infrastructurelle, nous mobilisons particulièrement les travaux menés par le géographe Andrew Barry (Barry, 2020). Celui-ci insiste sur le rôle de l’information produite à propos de la matière et des milieux pour comprendre la trajectoire politique des infrastructures : études d’impact, lois, fiches produits et données publiques viennent qualifier les infrastructures, les écosystèmes et leurs relations, donnant ainsi des prises pour la formation des publics soucieux de la préservation de l’environnement ou du bon entretien des équipements publics et privés. Pour Barry, l’agentivité (agency) des matériaux3 ne suffit pas à être un vecteur de politisation, il faut que la matérialité soit informée, comprise, cadrée, mesurée, régulée et mise en scène (Barry, 2013). Les « politiques de la matérialité » prennent donc forme dans la construction, la circulation et l’utilisation de ces connaissances dans la perspective d’asseoir ou de contester le déploiement d’infrastructures, de les faire durer ou d’appeler à leur démantèlement (Barry & Gambino, 2020). Par ailleurs, les politiques de la matérialité sont éminemment situées : ni l’infrastructure ni les enjeux environnementaux comme le réchauffement climatique ne se donnent à voir comme un tout, et tous deux réclament de regarder comment ils sont saisis et problématisés localement (Barry, 2013, 2021 ; Barry & Gambino, 2020).

  • 4 Ces travaux soulignent que les câbles sous-marins de télécommunications sont faiblement protégés co (...)

6Cependant, alors que ces travaux prêtent particulièrement attention aux situations de controverses publiques (Marres, 2007), notre enquête porte sur une situation discrète et sans contestation visible (Gilbert & Henry, 2012). Les câbles sous-marins de télécommunications sont généralement peu considérés, que ce soit sur le plan écologique ou politique. Écologiquement, ils sont jugées anecdotiques du point de vue des émissions de gaz à effet de serre (Pasek et al., 2023) et les études pointent souvent leur « neutralité » pour les écosystèmes traversés (Starosielski, 2015). Ils se distinguent en cela des câbles électriques sous-marins à très hautes tension qui transmettent l’électricité produite par les parcs éoliens offshore. Ceux-ci soulèvent de nombreux débats ayant notamment traits aux risques qu’ils peuvent faire peser sur des espèces sous-marines en raison de leur rayonnement électromagnétique et des restrictions supplémentaires concernant les activités halieutiques (Mazé et al., 2018). Politiquement, malgré l’existence de procédures d’enquêtes publiques précédant leur installation, les câbles sous-marins de télécommunications soulèvent peu les foules (Afonso Marques, 2021). Le manque d’appétence politique pour ces infrastructures est d’ailleurs l’objet d’alertes récurrentes de la part de la communauté de recherche en géopolitique et relations internationales, qui documente le caractère critique des câbles et leurs nombreuses vulnérabilités situées4 (Bueger & Liebetrau, 2021 ; Morel, 2016, 2019).

7Toutefois, plutôt que de prendre pour acquises et stables ces vulnérabilités identifiées à une échelle géostratégique, notre entrée dans la fragilité matérielle des câbles de télécommunications consiste plutôt à repérer les frictions suscitées par leur déploiement. Celles-ci jouent à deux niveaux : d’abord, au sens littéral et matériel de l’abrasion des sols entraîné par le mouvement des câbles et des risques de dégradation environnementale qu’ils provoquent, mais aussi, du fait des agencements plus ou moins prévisibles qui peuvent émerger de la rencontre entre ces infrastructures et les différents écosystèmes traversés. Cette deuxième acception nous est inspirée d’Anna L. Tsing (Tsing, 2005) : par ce terme, l’anthropologue analyste de la globalisation qualifie les interactions entre acteurs hétérogènes à travers lesquelles des phénomènes globaux et abstraits (tels que le capitalisme numérique, l’interconnexion globale de l’Internet, la protection de la biodiversité) prennent forme localement. Ces frictions peuvent donner lieu à des rencontres problématiques suscitant des conflits et destructions, mais elles peuvent aussi avoir un caractère productif en participant à l’élaboration et à la mise en œuvre de dispositifs intensifiant les échanges globaux, stabilisant de nouvelles voies pour le capitalisme numérique tout en renforçant parfois les manières de connaître et d’agir des experts de la conservation de la nature.

8Pour analyser comment les milieux traversés affectent et sont affectés par les routes des câbles sous-marins de télécommunications, cet article s’organise autour de deux questions : dans quelles mesures les expertises environnementales parviennent-elles à concilier les différents intérêts en jeu dans le passage d’un câble ? Comment la prise en compte des fragilités écologiques et infrastructurelles façonne-elle la mise en œuvre pratique de l’interconnexion globale ?

9En mettant l’accent sur les politiques des fragilités matérielles, l’article donne à voir l’ambivalence des relations entre infrastructures et écosystèmes vivants, au-delà de l’a priori de la dégradation des seconds par les premières. Il identifie un point de tension entre deux visions de l’expertise écologique, l’une visant à concilier la présence d’infrastructures avec les espèces naturelles protégées, l’autre privilégiant une séparation nette entre les zones de biodiversité et la technosphère. En prêtant plus largement attention aux frictions liées à la rencontre entre des acteurs hétérogènes issus du capitalisme numérique, de la logistique portuaire et de la protection de l’environnement, l’article montre également comment celles-ci constituent des opportunités pour les tenants de la séparation infrastructures/biodiversité.

  • 5 Ce projet, débuté en novembre 2021 et toujours en cours, a reçu l'approbation de l'éthique de la re (...)
  • 6 Voir les top internet hubs sur la carte de l’internet globale publiée par Telegeography en 2022 : h (...)
  • 7 Hengtong est un fabricant chinois de câbles d’alimentation et de fibre optique. Depuis 2020, le gro (...)

10Cet article est le premier résultat d’une enquête5 sur les conséquences environnementales et territoriales des réseaux matériels d’Internet, prenant pour cas d’étude les récents développements infrastructurels qui ont lieu à Marseille. Au cours des dernières années, Marseille est devenue l’un des principaux pôles d’atterrissage des réseaux de télécommunications en provenance de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie, faisant de la cité phocéenne la septième ville la plus connectée du monde6. Cette situation s’accompagne de nombreux aménagements terrestres (construction de data centers), littoraux (création de nouveaux points d’interconnexion des câbles et data centers) et sous-marins (pose et dépose des câbles). Ici, notre analyse porte sur l’atterrissage d’un câble nommé PEACE MED (Pakistan and East Africa Connecting Europe - Mediterranean section), qui interconnecte dix ports situés dans l’Océan indien, la mer rouge et la mer méditerranée, aussi surnommée « route de la soie numérique ». Orange Networks a coordonné l’arrivée à Marseille en novembre 2021 de ce projet chinois piloté par le groupe Hengtong7. L’opérateur français a notamment été retenu pour réaliser cette opération en raison de sa maîtrise des démarches administratives françaises.

11Le cas de PEACE MED est particulièrement intéressant, car il intervient à un moment singulier de la longue histoire du déploiement des câbles à Marseille (Fouchard, 2009). En l’espace de quelques années, huit demandes d’autorisation pour l’atterrissage de câbles sous-marins ont été réalisées par des opérateurs différents. Cette hausse des projets d’infrastructure a suscité des interrogations sur la pertinence de la route utilisée par les opérateurs : l’accumulation des câbles menacerait la sécurité des échanges de données et nécessiterait une meilleure protection de la biodiversité marine. Cette situation fait du site d’atterrissage de Marseille un « espace tactique » (Barry & Gambino, 2020), un « point de pression » (Starosielski, 2015) dans la construction du réseau particulièrement propice pour étudier les frictions de l’interconnexion globale : les opérateurs doivent y composer avec un nombre important de parties prenantes humaines et non humaines et des réglementations qui varient d’un pays à l’autre.

  • 8 Les responsables du GPMM ont souhaité être anonymisés. Par ailleurs, plusieurs acteurs jouant un rô (...)

12Cet article s’appuie sur le matériau empirique suivant : cinq entretiens ont été menés entre novembre 2021 et juillet 2022 avec le directeur adjoint du Parc National des Calanques et le chargé de mission Natura 2000 et Système d’Information Géographique du Parc Marin de la Côte Bleue (deux espaces maritimes concernés par la présence de câbles sous-marins de télécommunications), un scaphandrier étant intervenu sur la pose et la dépose des câbles sous-marins dans ces espaces, le cofondateur et ancien directeur de Jaguar Network (opérateur de data center située à Marseille depuis 2001), et deux responsables de l’accueil de câbles et data centers dans la zone logistique du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM)8. Les documents mobilisés dans l'article sont des (pré)études d’incidence environnementale (Chenoz et al., 2020a, 2020b ; Chenoz & Cerruti, 2020) et d’autorisation de concession du domaine public relatives (Vallauri, 2021) à la pose d’un câble sous-marin et au relevage de câbles désactivés (Cadville, Angelini, Bachet & Bretton, 2022 ; Cadville, Angelini, Bachet, Bretton et al., 2022 ; Cadville & Bachet, 2021), les publications d’un Groupement d’Intérêt Scientifique pour l’environnement marin (le GIS Posidonie) et les archives de l'Association des Amis des Câbles Sous-Marins (Fouchard, 2007 ; Le Fur, 2007).

13L’article étudie les politiques des fragilités matérielles en trois temps : d’abord, nous analysons les rapports d’expertise visant à assurer la cohabitation entre infrastructure de télécommunications et écologie sous-marine. Ensuite, dans une perspective empruntant aux nouveaux matérialismes, nous insistons sur la vitalité des écosystèmes traversés (des herbiers de Posidonie) en qualifiant l'activité de circlusion des câbles par les herbiers : une absorption parcellaire et intermittente de l'infrastructure par les plantes marines qui nous permet de rendre compte du caractère actif de l'écosystème au sein des frictions de l'interconnexion globale. En symétrie, nous montrons comment les délégations techniques visant à protéger câbles et herbiers produisent une cascade de vulnérabilité, mettant sans cesse en jeu de nouveaux actants, et avec eux, faisant surgir de nouvelles fragilités matérielles. Enfin, nous montrons qu’au-delà des relations localisées entre une infrastructure et l’écosystème traversé, des critiques locales interrogent l’accumulation des câbles à proximité de Marseille et les conséquences d’un effet de saturation susceptible de fragiliser les câbles comme les herbiers.

Cohabitation : expertise, documentation et intervention environnementale dans l’atterrissage de PEACE MED

Des infrastructures fragiles et fragilisantes

14Le rapport d’autorisation de concession du projet PEACE MED comprend l’enquête publique (Vallauri, 2021) et les études environnementales (Chenoz et al., 2020a, 2020b ; Chenoz & Cerruti, 2020). La plupart des éléments de ces dernières ont été produits par le cabinet d’ingénierie écologique et marine Setec In Vivo, prestataire d’Orange Networks. Le rapport rassemble une description du projet d’infrastructure et une qualification de ses incidences sur les milieux traversés dans la zone sud de Marseille.

15La description du câble et de son tracé nous renseigne notamment sur les efforts techniques visant à limiter la vulnérabilité du câble face aux éléments extérieurs. Hormis le cœur du câble, fait de fibre optique, de cuivre et de différents composants (gel, plastique), l’infrastructure de télécommunication sous-marine n’est pas homogène, mais connaît des variations en fonction des espaces traversés. En effet, par crainte des pêcheurs, des ancres et autres menaces de dégradation, le cœur du câble bénéficie de plusieurs types de protections : il peut être enveloppé par une armure (simple ou double) comprenant des torons d’acier et de l’asphalte, ou ne disposer que d’une protection légère, tel un fin ruban d’acier composite, voire uniquement d’un enrobage de plastique. La carte suivante donne à voir les différents tronçons du câble en fonction de leur niveau de protection : plus le câble s’approche du littoral, moins le fond marin est profond, et plus le câble est renforcé (fig. 1).

Figure 1. Les différents niveaux de protection du câble.

Figure 1. Les différents niveaux de protection du câble.

En vert, double armure, en rouge, simple armure, en bleu, protection légère, et en jaune, sans protection.

Source : Setec In Vivo, (Chenoz et al., 2020a)

16Les couches de métal et d’asphalte ne sont pas les seules manières de protéger le câble des agressions sous-marines. Une pratique commune depuis le milieu des années 1970 consiste à ensouiller le câble, c’est-à-dire à l’enfouir sous le sable, dans une tranchée dont la profondeur varie entre 60 et 120 cm. Cette pratique onéreuse, qui nécessite l’utilisation de charrues spécialement développées à ces fins et avançant lentement, ne peut néanmoins être réalisée partout. Elle fait face à deux types d’obstacles : une contrainte physique liée à la présence de rochers, et une contrainte réglementaire liée à la protection des écosystèmes marins vulnérables. Dans ces situations, le câble bénéficie seulement de systèmes d’armure. Ainsi, des techniques de protection matérielle (l’enrobage de matériaux) ou la mise à profit de fonds sableux (la protection dite « naturelle » de l’ensouillage) font partie des stratégies matérielles « d’insulation » des câbles sous-marins, c’est-à-dire des méthodes de réduction des interférences entre les environnements traversés et la circulation continue de l’information (Starosielski, 2015). Celles-ci peuvent s’accompagner de dispositifs réglementaires établissant des zones d’interdiction de mouillage pour protéger les réseaux des ancres des navires de pêche et de plaisance (Morel, 2020).

17Dans les études d’incidence, cette hétérogénéité réglementaire, biologique et géologique est rendue visible par l’intermédiaire de nombreuses cartes juxtaposant le tracé du câble aux différentes zones réglementaires et espaces biologiques et géologiques. Ainsi, le câble PEACE MED traverse trois zones importantes pour notre réflexion : la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de la baie du Prado, l’aire d’adhésion au Parc National des Calanques et le site Natura 2000. Ces espaces géographiques sont autant de « zones de qualification » qui pèsent sur la construction de toute infrastructure (Barry, 2006) et, à ce titre, elles jouent un rôle dans les politiques des fragilités matérielles puisqu’elles délimitent les contours d’espaces régulés par des principes standardisés tels que les mesures d’évitement, de réduction et de compensation (ERC) des dégradations susceptibles d’être causées par le câble. Ce faisant, elles qualifient et mettent en visibilité les potentielles vulnérabilités des milieux sous-marins.

18Pour construire les cartes indiquant les espaces traversés par le futur câble et ainsi outiller leur attention à la fragilité des entités, les experts en ingénierie écologique missionnés pour l’étude environnementale s’appuient sur les données publiques du Service d’Hydrographie Océanique et Marine (SHOM). S’ajoute à cela une enquête faite à même les fonds marins, mobilisant des professionnels en plongée sous-marine, la pose de caméras benthiques et l’utilisation d’un véhicule télécommandé (robot de type ROV pour Remotely Operated Vehicle). Ces différents équipements permettent aux écologues de préciser et d’actualiser les cartes du SHOM sur la portion de fond marin traversée par le câble, de prendre des photos des espaces sensibles (par exemple, à l’entrée et à la sortie d’un herbier de posidonie, ou sur une roche coralligène) et d’en renseigner l’état et la position géographique. Ces photos sont ensuite commentées pour indiquer les éventuelles mesures de protection à prévoir. L’analyse d’incidence synthétise enfin ces observations sous forme de textes, de tableaux et de préconisations de mesure.

  • 9 Entendue comme une perception ambiante ou haptique sur une situation ou un acte. Sur les trois mode (...)

19Ainsi, c’est grâce à la fois aux capacités perceptives du robot manipulé à distance par des opérateurs et aux observations des plongeurs que les acteurs économiques et administratifs se rendent attentifs à la fragilité des milieux. Leur awareness9 ou vigilance médiée technologiquement (pour le robot) ou à travers un masque (pour les plongeurs) vont permettre de produire des preuves visibles (photos, vidéos) et de s'acquitter d’un devoir de rendre compte des entités telles que les plantes marines ou les artefacts archéologiques. L’attention à la fragilité passe ainsi de l'habileté ou capacité à rendre compte en situation – l’ability-to-account (Garfinkel, 1967) – par exemple, lorsque les plongeurs sont sous l’eau, à sa formalisation de manière publique – son accountability (Bovens, 2007 ; Neyland, 2016) – matérialisée par la mise en circulation de cartes, photos, vidéos et in fine de l’étude d’incidence. Une première dimension des politiques des fragilités matérielles est celle du travail d’inventaire permettant la mise en visibilité et de la qualification des entités fragiles.

  • 10 Voir détail dans l’étude d’incidence PEACE MED, (Chenoz et al., 2020a, pp. 142‑144).

20Les objets et entités jugés fragiles et à préserver sont établis par des réglementations. En voici une liste pêle-mêle : les herbiers de posidonie, le sable de la plage, la qualité de l’eau, les communautés benthiques (e.g. mollusques, raies, crabes), les poissons et oiseaux susceptibles de fuite, les grands mammifères marins (e.g. cétacés), le patrimoine archéologique, les activités marines et du littoral telles que la baignade ou la pêche, les épaves, la sécurité et santé du personnel réalisant les travaux, la gêne pour la navigation qui pourrait impacter des bateaux, et enfin les activités militaires. Ces nombreux éléments n’importent pas pour les mêmes acteurs, et l’on pourrait écrire de nombreuses analyses sur ces mises à l’agenda réglementaire. Ici, nous allons nous concentrer sur les herbiers de Posidonie, qui sont au cœur des discussions sur l’atterrissage des câbles à Marseille et font l’objet d’un rapport d’expertise à part. Notons néanmoins que pour chacune des entités remarquables, les auteurs du rapport qualifient la nature et l’intensité des risques causés par les travaux de pose des câbles, la phase d’exploitation et le retrait des infrastructures. Ces risques sont classés de « négligeable », « mineure », « modérée » à « majeure »10. Plus l'incidence est importante, plus il sera nécessaire de réduire ou compenser l’impact causé par les travaux. Or l’étude des incidences de PEACE MED indique que tant en phase travaux qu’en phase d’exploitation, les impacts du câble sur l'ensemble des entités sont pour la plupart jugés comme mineurs. Une telle conclusion est classique tant dans le cas des câbles sous-marins de télécommunications que dans les études d’impact environnemental en général. La dépendance des bureaux d’étude environnementaux à l’égard de leurs commanditaires (les aménageurs) tend à une minimisation des risques de dégradation (Dauguet, 2021 ; Levrel et al., 2018).

21Avançons maintenant plus précisément dans l’étude d’incidence en nous concentrant sur l’analyse des herbiers de posidonie.

Organiser la cohabitation entre câbles et herbiers de Posidonie

22La Posidonie constitue l’une des principales espèces vivantes étudiées dans l’étude d’incidence de PEACE MED. Sa présence au sein d’une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) devant les plages du Prado, a justifié la production d’un rapport supplémentaire. Il ne s’agit pas d’une algue, mais d’une plante à fleurs endémique de Méditerranée. Elle constitue de vastes herbiers entre la surface et 40 mètres de profondeur auxquels les scientifiques associent de nombreux services écosystémiques : source de nourriture, pôle de biodiversité, oxygénation des eaux, protection du littoral contre l'érosion (Leredde et al., 2016), zone de ponte pour poissons, ou encore « usine à sable » qui permet de garnir les plages. Cette plante édifie une structure sous-marine bioconstruite appelée « la matte » et composée de rhizomes, racines et sédiments qui colmatent les interstices et constitue un puits de carbone majeur (voir fig. 2). En plus de s’inscrire dans les programmes de biodiversité marine, les herbiers sont présentés comme un allié dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre via la capture du dioxyde de carbone. La pollution, la diminution de la transparence de l'eau, l'ancrage des bateaux et les chalutages sont les causes de sa destruction. De ce fait, la Posidonie de Méditerranée figure sur les listes des espèces menacées (C.-F. Boudouresque et al., 1990). Comme le rappelle également l’étude d’incidence, les herbiers sont à ce titre protégés par la loi : d’après « l’Arrêté du 19 juillet 1988 relatif à la liste des espèces végétales marines protégées : il est interdit « de détruire, de colporter, de mettre en vente, de vendre ou d’acheter et d’utiliser tout ou partie » de la plante » (Chenoz et al., 2020a, p. 76).

Figure 2. Illustration des herbiers de posidonie

Figure 2. Illustration des herbiers de posidonie

Source : Setec In Vivo, (Chenoz et al., 2020a)

23Cet arrêté a eu une influence importante sur le positionnement de Marseille dans l’industrie du câble sous-marin, et sur le développement d’une expertise environnementale à propos des relations câbles-herbiers. En effet, selon Gérard Fouchard, ingénieur ayant fait toute sa carrière dans le secteur des télécommunications sous-marines et membre de l’Association des Amis des Câbles Sous-Marins, dès les années 1990 les autorités marseillaises étaient connues pour leurs préoccupations à l’égard des herbiers de Posidonie, « imposant au début des années 2000 un ancrage du câble pour le fixer au fond de la mer, contrairement aux administrations italiennes et espagnoles » (Fouchard, 2007, p. 24). À cette époque de libéralisation du marché des télécommunications, les réglementations sur l’arrivée des câbles sous-marins pouvaient varier d’un département à l’autre (Fouchard, 2007). Construire une infrastructure d’interconnexion, c’est, pour les opérateurs, se confronter à une pluralité de réglementations et de milieux (Barry, 2013 ; Starosielski, 2015).

  • 11 Consultant dans le domaine des communications à fibre optique, CEO de l’entreprise Axiom, et contri (...)
  • 12 Dans le rapport PEACE MED, les montants engagés pour le suivi environnementale de l’opération sont (...)
  • 13 Cette normalisation se fait par l’intermédiaire du Décret n°2004-308 du 29 mars 2004 relatif aux co (...)

24Selon le consultant Loïc Le Fur11, l’opérateur arrivant à Marseille était « amené à payer un tribut sous la forme d’études annuelles sur l’évolution de l'herbier » (Le Fur, 2007, p. 5)12. Au milieu des années 2000, la protection réglementaire accordée à l’herbier a été étendue à l’ensemble des territoires français, normalisant la réalisation d’expertises environnementales préalablement à l’installation d’infrastructures13. Les consultants et responsables industriels ont alors reproché à cette bureaucratisation d’avoir nui à l’arrivée de nouveaux câbles et d’avoir causé l’annulation de plusieurs projets de câbles à destination de Martigues et Marseille (Fouchard, 2009, p. 30). Cette situation semble néanmoins s’être apaisée depuis, puisque Marseille est au centre d’un nouvel essor des câbles sous-marins.

  • 14 La bonne santé des herbiers est qualifiée par leur « vitalité » et évaluée par la densité de plante (...)
  • 15 Par son mouvement le câble génère la modification locale de l'hydrodynamisme (un lessivage du sédim (...)

25La présence d’herbiers sur la route du câble nécessite donc la tenue d’une expertise environnementale visant à qualifier la vitalité14 de l’herbier et à déterminer l’opportunité du passage de l’infrastructure. L’objectif est de ne pas fragiliser davantage des parties d’herbiers en mauvais état, ou de mettre en danger la grande nacre (Pinnas nobilis), un coquillage endémique de Méditerranée vivant dans les grands herbiers qui est catégorisé « en danger critique d’extinction » par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Pour organiser cette expertise, les ingénieurs de Setec In Vivo mobilisent diverses sources d’information, parmi lesquelles des cartographies réalisées par différentes sociétés sous-traitantes de l’opérateur du câble (fig. 3). Celles-ci permettent d’organiser l’observation sous-marine, qui mobilise quatre ingénieurs-plongeurs sur une durée de deux jours. Durant ces deux jours, ces derniers déploient un filin représentant le tracé du câble, déposent des caméras aux endroits clés, prennent de nombreuses photos de l’herbier et réalisent des mesures destinées à évaluer sa vitalité et son déchaussement15. L’ensemble des films et photos permet, de façon complémentaire avec les mesures prises sous l’eau, une analyse postérieure déterminant la condition de la plante. Ces documents sont au cœur de la description des fragilités écologiques associées à l’arrivée des câbles sous-marins : ils concluent sur l’état de santé de l’herbier, décrivent les frictions – ici de véritables frottements matériels – entre herbiers et câbles, et orientent aussi son tracé.

Figure 3. Carte de l’herbier superposant les données de la campagne géophysique et des plongées (Juin 2020).

Figure 3. Carte de l’herbier superposant les données de la campagne géophysique et des plongées (Juin 2020).

Carte : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, p. 78).

26Les méthodes d’observation et d’analyse de Setec in Vivo reposent en grande partie sur un ensemble de travaux réalisés par les chercheurs et chercheuses rassemblés depuis 1982 au sein du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Posidonie16. Cette association rassemble et coordonne les travaux de chercheurs et chercheuses en biologie marine et de gestionnaires d’espaces protégés remplissant de nombreuses missions d’expertise à destination des collectivités régionales et locales, de l’État, d’organismes internationaux et d’entreprises. Parmi leurs activités, les membres du GIS ont pris part à la cartographie et au suivi de l’évolution des écosystèmes (Nieri et al., 1986), ont mis en place des méthodologies permettant de gérer, restaurer et valoriser le milieu marin (C. F. Boudouresque, 2006) et ont aussi réalisé dans les années 1990 plusieurs partenariats avec des industriels du câble sous-marins, tels que France Télécom et Alcatel (Charbonnel et al., 1995). Une des publications issues de ces recherches (Charbonnel et al., 1999), est largement reprise dans les rapports d’expertise sur les relations entre câbles sous-marins et herbiers afin d’étayer la neutralité des premiers sur les seconds à condition que les réseaux soient installés dans de bonnes conditions.

27En s’appuyant sur les travaux du GIS, les ingénieurs de Setec In Vivo fournissent un ensemble de préconisations visant à éviter que la pose des câbles n’occasionne des dégradations importantes aux herbiers de posidonie. Ces préconisations sont de trois ordres. D’abord, topographiques : il s’agit de contourner autant que possible l’herbier et la matte, et sur les portions où il serait inévitable de les parcourir, de le faire sur des distances les plus courtes possibles. Ensuite, ces recommandations sont pratiques. Elles appellent à des précautions lors de l’installation du câble : les plongeurs doivent être particulièrement attentifs à ne pas détruire les boutures des jeunes herbiers, et à écarter les feuilles pour que le câble vienne se poser au pied de l’herbier, sans l’écraser ni prendre appui sur lui. Enfin, les préconisations sont aussi techniques : il s'agit d'utiliser des ancres à vis spirales pour fixer les câbles au sein des herbiers, sans que ce matériel supplémentaire n’occasionne de nouveaux dommages (fig. 4). En effet, le mouvement d’abrasion des herbiers par les câbles est provoqué par la houle et les courants marins, qui sont plus d’autant plus forts à mesure que l’on se rapproche des côtes. C’est aussi dans cet espace que le câble est le plus lourd, protégé par une double armure de torons d’acier. Selon Benjamin Cadville, chargé de mission Natura 2000 au sein du Parc Marin de la Côte Bleue, l’arrimage des câbles par les ancres joue un rôle crucial, particulièrement dans les petits fonds où les effets de la houle se font plus ressentir :

  • 17 Entretien avec Benjamin Cadville, chargé de mission Natura 2000, Parc Marin de la Côte Bleue, le 24 (...)

Ce qui fait toute la différence, c’est s’ils sont arrimés ou pas. [...] En Méditerranée, chez nous, je ne peux juger que ce que j’ai vu sous l’eau… l’influence des courants marins est jusqu'à 20-25 m de profondeur selon la configuration. Mais grosso modo, c’est aux alentours des 20 m de profondeur. Au-dessus, il y a vraiment une influence de la houle et il y a des dégâts qui sont visibles.17

28Pour limiter les dommages provoqués par le câble mu par les courants, les efforts ne doivent cependant pas s’arrêter à l’espace occupé par l’herbier, mais se poursuivre dans les zones sableuses alentour en utilisant des ancres à palets.

Figure 4. Deux systèmes d’ancres à vis installés en zone d’herbier.

Figure 4. Deux systèmes d’ancres à vis installés en zone d’herbier.

Photo : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, p. 13).

29La reprise des savoirs, techniques et pratiques du GIS Posidonie par Setec in Vivo indique que l’expertise des relations câbles-herbiers s’appuie sur des recherches académiques accumulées depuis une vingtaine d’années. Néanmoins, les travaux du GIS ne sont pas les seuls garants de la qualité des solutions proposées. Depuis le milieu des années 2000, Setec In Vivo a participé à de nombreuses études et mobilise les suivis réalisés cinq ans après la pose de différents câbles pour souligner l’efficacité de ses préconisations en matière de protection de l'environnement (Setec In Vivo 2006a, 2006b, 2008).

30Le souci pour les herbiers de posidonie est donc nourri par l’héritage de travaux scientifiques en écologie marine qui sont mobilisés pour qualifier sa vitalité-fragilité et repris dans une expertise de marché par les bureaux d’étude. Dès lors, les opérateurs disposent de moyens techniques de préservation relativement légers qui doivent leur permettre de concilier leur préoccupation pour la fragilité des câbles avec les attentes réglementaires concernant celle des herbiers. Néanmoins, l’étude de PEACE MED montre que cette relation entre câble et herbier peut aller au-delà d’une simple coprésence. Comme nous allons le voir dans la section suivante, une fois que les soubresauts du câble sont atténués par les ancres, c’est la vitalité de l’herbier qui pourrait s’exprimer et devenir source de sécurité pour le câble.

Vitalité des herbiers et cascades de vulnérabilité

  • 18 Les scaphandriers sont à distinguer des plongeurs dits « autonomes ». Profession ouvrière au sein d (...)
  • 19 Cette narration s’appuie sur deux sources : l’une prospective, présente dans le rapport d’incidence (...)

31Le premier effort fourni lors de l’atterrissage du câble consiste à limiter les mouvements que pourraient lui impulser les courants. Des scaphandriers18 repèrent une dernière fois le parcours à l’aide d’une ligne de vie, s’assurant de l’absence d’obstacle (rochers) et d’un passage aussi bref que possible au-dessus des herbiers. Puis, à l’aide de plongeurs, de petits bateaux supports tractent le câble jusqu’à la plage, le maintenant en suspension grâce à des bouées disposées tous les sept mètres. Enfin, les scaphandriers guident le robot chargé de l’ensouillage des câbles à 1,5 mètre de profondeur sous le sable, et les plongeurs s’assurent du dépôt en douceur du réseau sur les Posidonies, et de la fixation des ancres chargées de réduire les errements de l’infrastructure provoqués par la houle. Une fois que ces conditions favorables de cohabitation sont produites, il est prévu que les plantes croissent lentement, recouvrant complètement le câble19. Ainsi, de manière prospective, l’évaluation des incidences estime qu’une fois les mouvements de l’infrastructure neutralisés à la racine des herbiers par les ancres, les plantes croîtront lentement, pour finalement recouvrir complètement le câble.

Circlusion : quand les herbiers protègent les câbles

32Les auteurs de l’étude PEACE MED concluent que les implications des câbles sur les herbiers seront « directes, temporaires et mineures » (Chenoz et al., 2020a, p. 125) et présentent l'enchevêtrement des herbiers au câble comme un horizon positif de leur devenir commun :

L'herbier montre dans ce secteur, des signes de vitalité qui laissent à penser que l'incidence négative locale sera rapidement compensée par la croissance des rhizomes. Le câble constituera un simple frein temporaire au développement qui sera limité à son voisinage immédiat. Rapidement, le câble s'intégrera dans l'herbier qui l'englobera et le cachera. (Chenoz et al., 2020a, p. 124).

33Les feuilles des plantes formeront une couche protectrice pour le câble, jusqu’à ce qu’il se fasse à son tour intégrer dans le rhizome. Pour les câbles récents, l’étude précise que c’est sur un mètre de part et d’autre du câble que les herbiers seront froissés, puis seulement sur 10 centimètres après quelques années, le temps que le câble soit enserré dans 10 à 20 centimètres de rhizome. À terme, la croissance naturelle des herbiers permettra donc de recouvrir, envelopper et « recoloniser » le câble (Chenoz et al., 2020a, p. 121) ce qui ne devrait pas prendre plus d’« un an au mieux et trois ans au pire » (Chenoz et al., 2020a, p. 124). Ces projections s’appuient sur des expériences accumulées depuis les années 1990, notamment documentées autour de la pose de câbles électriques entre Marseille et l’île du Frioul ou celle des câbles électriques de la Tour Fondue dans le Var (Charbonnel et al., 1999) ou encore sur le plus récent câble de télécommunications SeaMeWe4 autour desquels « des éponges ont même englobé le câble » (Chenoz et al., 2020a, p. 121), et dont Setec In Vivo a réalisé à la fois l’étude d’incidence et le suivi environnemental entre 2005 et 2007.

  • 20 Voir par exemple ce communiqué de l’Association des Maires de France au sujet des réseaux de téléco (...)

34Ces différents exemples suggèrent que des délégations techniques (les ancres qui neutralisent la houle), le temps et donc la croissance des posidonies peuvent faire du vivant un élément participant à la protection matérielle des câbles – à la différence d’autres situations, notamment terrestres, où la croissance des arbres est une menace permanente pour les réseaux électriques et de télécommunications, ce qui pose régulièrement la question des acteurs responsables de l’élagage20. Dans les fonds marins, le GIS Posidonie comme Setec in Vivo considèrent les interactions entre câbles et herbiers comme dynamiques et ouvertes, la vulnérabilité n’étant qu’une relation transitoire. La vitalité des herbiers est prise en compte dans les études d'incidence comme un argument favorable à la cohabitation entre des entités que d'autres souhaiteraient garder séparées (voir section suivante). C’est dans le temps long du suivi environnemental que ces évaluations peuvent être confirmées ou réajustées (fig. 5 et 6).

Figure 5. Photo illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.

Figure 5. Photo illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.

Photos : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, pp. 122‑123).

Figure 6. Photos illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.

Figure 6. Photos illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.

Photos : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, pp. 122‑123).

35Si l’on peut saisir la lenteur par laquelle se constitue cette intrication de plantes marines et d’infrastructures réseau dans les photos de Setec In Vivo, il nous semble que le vocabulaire utilisé dans l’analyse du bureau d’étude – ici dans les légendes de la figure 5 et 6 – mérite d’être discuté. En effet, Setec In Vivo décrit la pose du câble comme l’introduction d’un corps étranger, faisant de l’action humaine et de l’infrastructure le principal agent du processus de cohabitation. Nous pourrions plutôt décrire la situation comme une distribution des agentivités où les différentes forces en présence finissent par produire des agencements câble-herbier qui soient neutres pour les écosystèmes, voire favorables au câble. Dans cette perspective, il nous semble important de souligner le rôle actif de l’herbier, une fois le câble ancré, dans sa capacité à l’intégrer au fil de sa croissance, et éventuellement à le protéger de dégradations extérieures. Pour rendre compte de cette activité, nous désignons l’activité de l’herbier comme un acte de « circlusion ». Arrêtons-nous un temps sur ce terme.

36Afin de contrecarrer les représentations de violence et de domination charriées par le terme de pénétration, la théoricienne féministe et allemande Bini Adamczak a proposé d’insisté sur une interprétation particulière du terme de circlusion, défini comme l’acte d’entourer-encercler de toutes parts (Adamczak, 2018). Selon Adamczak, la circlusion décrit le même geste matériel que celui d’insertion, mais selon la perspective du corps opposé au corps pénétrant. Grâce à la notion de circlusion, il est possible d’opérer un « changement de perspective entre participants actifs et passifs »21 et de cerner la temporalité de leurs agentivités au sein des assemblages qui produisent de la durabilité22.

37Si pour Adamczak, la circlusion permet de parler autrement de sexe, loin de l’imaginaire hétéronormatif de la pénétration, pour nous, il s’agit de doter les herbiers d’un pouvoir intermittent de protection, sans oublier leur fragilité intrinsèque. Englober le câble devient donc une « activité circluante » qui comme beaucoup d’autres font déjà partie de notre quotidien : « Pensons aux filets qui attrapent les poissons, le palais qui enrobe la nourriture, le casse-noix qui casse les noix, pensons à la main qui tient le levier ou la bouteille de bière » (Adamczak, 2018, p. 2).

  • 23 Par exemple, l’établissement de zones d’interdiction de mouillage et de chalutage.

38La notion de circlusion permet de mettre en lumière les capacités actives du vivant marin dans ses interactions avec les infrastructures. En plus des pratiques d’insulation techniques et réglementaires des câbles tels que l'ensouillage, l’arrimage, l’enfermement des infrastructures dans des milieux industriels protégés ou l’établissement de cadres juridiques protecteurs23 (Starosielski, 2015), l’étude d’incidence du câble PEACE MED nous donne à voir des techniques de protection biologiques, créant ainsi une forme d’agentivité relationnelle et imbriquée entre entités. Celle-ci nous rend attentifs aux conditions d’accueil des câbles permises par les herbiers et aux effets de renforcement mutuels qui s’établissent. Après des années, la cohabitation entre herbiers et câble de communication deviendra potentiellement ce que l’écologie des médias appelle une « medianature » (Parikka, 2012) entendu comme un amalgame entre une infrastructure numérique (le câble) et son milieu : un assemblage qui complique la dichotomie entre des technologies comprises comme « artificielles » et un environnement dit « naturel » (fig. 7).

Figure 7. Le devenir des câbles comme medianature.

Figure 7. Le devenir des câbles comme medianature.

Photo : Setec In Vivo (Chenoz & Cerruti, 2020, p. 39).

Délégation technique et extension du réseau des vulnérabilités

39À ce stade, les lecteur·rices pourraient avoir quelques réserves : l’expertise écologique de Setec In Vivo, que nous utilisons pour décrire la circlusion, peut être discutable. Certes, le cabinet d’étude s’appuie sur des travaux académiques, mais qui vient vérifier ce qui se passe sous l’eau ? Quels autres acteurs viennent appuyer ou infirmer leurs observations ? La littérature sur les bureaux d’étude environnementaux nous montre bien que ceux-ci sont très contraints par leurs commanditaires et ont intérêt à promouvoir l'innocuité des aménagements anthropiques pour les écosystèmes (Dauguet, 2021 ; Levrel et al., 2018). Dès lors, n’y a-t-il pas un risque à glisser d’une analyse des discours sur l’intégration d’un câble développé par un bureau d’études (client de l’industrie du câble) vers une proposition portant sur l’agentivité des humains et non humains et l’ambivalence de leurs fragilités ? Comment ne pas voir le discours des bureaux d’études sur la cohabitation réussie entre câble et herbier comme une forme d’ingénierie écologique qui fait fi de l’instabilité et de l'incertitude sur la durabilité des enchevêtrements entre technosphère et biosphère ?

40Si un tel mouvement nous semble possible, c’est notamment en raison d’observations menées par le Parc Marin de la Côte Bleue (PMCB) au sein de l’Anse de la Couronne Vieille, à une trentaine de kilomètres de Marseille, où quatre câbles de télécommunications sous-marins installés entre 1978 et 1993 ont été démantelés en 2020 par Orange Networks. L’histoire de ce démantèlement serait trop longue pour être détaillée ici (Marquet & Cellard, 2023), mais il est possible d’en retirer trois enseignements concernant l’écologie enchevêtrée des câbles et des herbiers, complétant l’analyse des rapports Setec In Vivo sur PEACE MED.

41D’abord, la vitalité circluante des herbiers est également observée par les écologues du PMCB, qui indiquent à l’opérateur les portions de câble qui devront rester en place, enrobées par l’herbier, sous peine d’endommager les plantes en les relevant (fig. 8). Au cours de cette opération, la qualification donnée au câble abandonné par le chargé de mission Natura 2000 du PMCB change, sortant du registre des déchets :

  • 24 Entretien avec Benjamin Cadville, chargé de mission Natura 2000 au sein du Parc Marin de la Côte Bl (...)

On a déterminé les points de coupe les plus adéquats, pour le substrat et pour la facilité, ensuite, d’ancrer la portion de câble restante sous l’eau, qui est maintenant actée comme… je ne veux pas parler de déchet mais… comme structure immergée restant à poste24.

42Cette observation est d’autant plus intéressante que ces câbles ont été posés sans ancrages, et que des portions ont tout de même été circluées par les herbiers. Les ancres visent ainsi à favoriser des phénomènes qui peuvent être observés indépendamment de leur présence. Remarquons ici qu’à la différence du cabinet Setec In Vivo, les écologues du PCMB ne dépendent pas d’un commanditaire privé mais ont au contraire pour mission de protéger la zone Natura 2000 dont ils sont responsables, et en particulier de l’Anse de la Couronne Vieille, qui est une Zone Marine Protégée.

Figure 8. Câble circlué dans l’herbier de Cap Couronne, Martigues

Figure 8. Câble circlué dans l’herbier de Cap Couronne, Martigues

Photo : Parc Marin de la Côte Bleue.

43Néanmoins, les travaux du Parc Marin de la Côte Bleue nous permettent également de mettre en avant la cascade de vulnérabilité qui accompagne les efforts de protection des câbles et des herbiers par différents équipements techniques. Ainsi, et il s’agit du deuxième enseignement, l’efficacité du travail d’arrimage par les scaphandriers ne peut pas être complètement tenue pour acquise, car les ancres peuvent ponctuellement lâcher. Ce point met en lumière la fragilité des substrats et leur capacité à soutenir les mouvements du câble face à la houle. À plusieurs reprises (pendant et six mois après), les travaux de démantèlement et d’arrimage menés dans l’anse, des ancres ont été arrachées par la houle, celles-ci étant soit inadaptées au substrat, soit posées sur un substrat mixte (roche coralligène, sable roche, herbier de Posidonie) rendant l’ancrage difficile (Cadville, Angelini, Bachet & Bretton, 2022 ; Cadville, Angelini, Bachet, Bretton et al., 2022) (fig. 9). Ces observations nous invitent à élargir l’écologie des fragilités matérielles de l’agencement câble-herbier à des entités géologiques (le type de substrat) et à tenir compte de leur dimension temporelle (la maintenance des ancres face aux soubresauts provoqués par la houle) (Marquet & Cellard, 2023).

Figure 9. Cheville goujon de l’ancrage arrachée et trou de perforation dans la roche

Figure 9. Cheville goujon de l’ancrage arrachée et trou de perforation dans la roche

Photo : Parc Marin de la Côte Bleue (Cadville, Angelini, Bachet & Bretton, 2022, p. 14).

44Enfin, les rapports du PMCB montrent que les efforts visant à protéger les câbles – il s’agit en l’occurrence de les envelopper avec des torons d’acier – peuvent occasionner de nouveaux risques dans le temps long, lorsque les câbles sont laissés à l’abandon et se détériorent (Cadville & Bachet 2021). Une fois sectionnés, les torons d’acier se dénouent et constituent autant de tiges perforantes gisant au fond de l’eau, mettant en péril les plaisanciers qui passeraient à proximité (fig. 10).

Figure 10. Câbles « détoronnés » dans l’anse de Cap Couronne, Martigues.

Figure 10. Câbles « détoronnés » dans l’anse de Cap Couronne, Martigues.

Photo : Parc Marin de la Côte Bleue.

45Synthétisons maintenant les opérations de protections et les entités vulnérabilisées au cours de la production d’agencements durables entre câble-herbiers. En s’inspirant des travaux de Latour (Latour, 1992, 2006) nous pouvons décrire la série d’actions, d’addition et de substitutions mobilisant humains et non humains, devant permettre la cohabitation entre câbles et herbiers et favoriser la circlusion des infrastructures par les plantes. Il s’agit de prêter une attention particulière à la place de la fragilité dans la constitution du réseau d’actants, chaque nouvel entrant étant susceptible de révéler de nouvelles fragilités :

  • les câbles de fibre optique, vulnérables aux ancres des navires, sont protégés par des torons d’aciers qui les entourent ;

  • ces câbles armurés, une fois mus par la houle et les courants, menacent les herbiers de Posidonie en abrasant les sols ;

  • pour limiter l’action de la houle, les plongeurs-scaphandriers arriment les câbles au fond des mers avec des ancres adaptées à des types de substrats variés, auxquels ils délèguent l’action de stabiliser les câbles ;

  • ces ancres mettent elles-mêmes en jeu la fragilité des substrats et nécessitent une attention régulière, sans quoi la houle pourrait également les arracher ;

  • les câbles stabilisés sont progressivement circlués par la Posidonie, prenant le relais sur les ancres dans la neutralisation des câbles ;

  • lorsque les câbles sont désactivés et sectionnés, les torons d’acier qui les protégeaient peuvent provoquer de nouvelles menaces pour les plaisanciers en se dénouant, et demandent l’installation de colliers et de soudures.

  • 25 Par simplicité, tout un pan du réseau incluant diverses réglementations, des plongeurs•euses, des r (...)

46Une telle séquence rend ainsi compte, sur le plan matériel et sous-marin25, à la fois du caractère productif de la prise en compte de la fragilité matérielle mais également de la cascade de vulnérabilité produite par les efforts visant à protéger l’une ou l’autre des entités.

Saturation : sécurité et circlusion face à l’accumulation infrastructurelle

  • 26 Nicolas Chardin, directeur adjoint du PNC, estime qu’il a reçu huit demandes entre 2019 et 2022, al (...)

47Que pensent les différentes parties prenantes de la capacité protectrice des herbiers ? Dans quelle mesure l’expertise environnementale parvient-elle à stabiliser le trajet du câble PEACE MED ? Bien que l’étude de Setec In Vivo recommande un trajet spécifique et émette des préconisations d’installation respectueuses des différentes exigences légales pour la protection de l’environnement, l’enquête publique publiée en 2021 témoigne de certaines réserves émises par le Parc National des Calanques (PCN) (Vallauri, 2021, p. 16). Situés au sud de Marseille, les responsables du Parc s’inquiètent de voir se multiplier les demandes de passage de câbles au cours des dernières années26. Ils interpellent ainsi les pouvoirs publics en appelant à une gestion coordonnée et planifiée de l’arrivée des câbles sous-marins, permettant peut-être d’éviter que les câbles ne continuent de traverser les Aires Marines Protégées. D’après Nicolas Chardin, directeur adjoint du PNC :

  • 27 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)

La première des choses pour nous c’est qu’un câble sous-marin, c’est un aménagement anthropique, c’est une intervention humaine, un aménagement humain, et lorsqu’il se passe sur le périmètre du parc national des Calanques, se passe sur un territoire protégé, sur lequel on est censé limiter au maximum l’intervention humaine.27

  • 28 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)
  • 29 De nombreux câbles sous-marins posés avant les années 2000 n’ont pas jamais été retirés des eaux su (...)
  • 30 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)

48Si les responsables du PNC reconnaissent que des techniques permettent d’atténuer les dégradations sans entraver l’expansion des herbiers sur le long terme, ils sont pour autant défavorables à la multiplication d’interventions au sein de sa zone réglementaire. En effet, aux câbles s’ajoutent les nécessaires travaux de pose et de dépose, ainsi que des opérations de maintenance qui sont en décalage avec le projet de gestion du parc28. Ainsi, alors que les études d’incidence ont pour logique l’analyse au cas par cas des conditions d’une cohabitation réussie entre le développement infrastructurel et la protection des fonds marins, l’approche du PNC vise à exclure autant que faire se peut l’activité humaine du parc. Ce sont deux visions de l’écologie qui s’opposent. Le PNC est par ailleurs l’héritier d’une situation sur laquelle il n'a guère de prise : créé en 2012, il ne peut que constater la cinquantaine de câbles sous-marins en partie désactivée qui traversent ses eaux29. Cette route sous-marine est établie de longue date, protégée par un corridor réglementaire interdisant la pêche et le mouillage dans son périmètre. D’une certaine manière, la mise en place de la zone protégée du PNC a contribué à renforcer la protection des câbles, à l’interdiction de mouillage s’est ajoutée une interdiction de chalutage. Protéger les écosystèmes marins, c’est incidemment protéger les infrastructures réseau en place30 – s’établit alors une forme de durabilité commune : un effet propre à la protection mutuelle qui se met en place au sein des relations entre entités fragiles. Face à ce phénomène de saturation des câbles dans les fonds marins, les pouvoirs du parc sont bien maigres, comme nous l’explique Nicolas Chardin :

  • 31 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)

En cœur de parc national, tout aménagement ou tous travaux sont soumis à autorisation de l'établissement public, sauf les câbles sous-marins… c’est une spécificité explicite du Code de l’environnement… qui échappent à ce dispositif d’autorisation, ce qui fait que le parc national des Calanques, même pour de nouvelles installations, n’est sollicité que pour avis simple, et donc n’a en aucun cas pouvoir de blocage sur le sujet.31

49Les avis du PNC ne sont que consultatifs, les câbles sous-marins constituant le seul aménagement sur lequel il n’a pas pouvoir de véto. Dès lors, comment peut-il espérer détourner les infrastructures de télécommunications des fonds marins protégés vers le nord de la rade ?

  • 32 Le rachat d’un centre de données SFR par Interxion (aujourd’hui Digital Realty) en 2014 marque le d (...)

50Pour acquérir plus de pouvoir sur cette situation, le PNC a curieusement aligné ses positions sur celles d’un important acteur industriel local, le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM). Au cours des dernières années, ce dernier est devenu un pôle d’attractivité pour d’autres infrastructures de l’Internet, les data centers, qui s’installent autour de la cité phocéenne en prévision de l’arrivée de plusieurs câbles sous-marins32 (Marquet & Cellard, 2022). En 2020, le GPMM a investi plusieurs millions d’euros pour construire une « prise » permettant aux câbles de venir se brancher directement dans les infrastructures portuaires. Le projet PEACE MED est le premier projet à avoir envisagé un atterrissage au sein du port industriel, ouvrant ainsi la possibilité d’inauguration d’une nouvelle route que les acteurs appellent « la route Nord ». Le PNC a vu dans ce projet une occasion de faire valoir ses préoccupations en interpellant les pouvoirs publics, toujours d’après Chardin :

  • 33 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)

PEACE MED a permis de mettre un petit peu les pieds dans le plat, d’une certaine façon, puisqu’à ma connaissance, c’est le premier opérateur, en tout cas de cette salve récente, à avoir proposé une route nord, en inaugurant d'ailleurs les difficultés. C’est justement parce qu’un certain nombre de difficultés vis-à-vis des autres usages se sont fortement exprimés qu’à un moment, c’est aussi le rôle de l’État d’arbitrer entre la part donnée aux intérêts des uns et aux intérêts des autres.33

51Pour mieux comprendre les difficultés et intérêts auxquels Nicolas Chardin fait référence, il nous faut nous pencher sur les différents tracés proposés pour l’atterrissage de PEACE MED.

52Trois parcours du câble sont envisagés dans la pré-étude d’incidence datée du 26 mai 2020 (Chenoz et al., 2020b) et réalisée quatre mois en amont du dépôt de l’étude d'incidence auprès du Préfet des Bouches-du-Rhône. Le premier tracé fait passer le câble au cœur du PNC jusqu’à l’atterrissage sur les plages du Prado, le deuxième évite le cœur du parc, mais garde le même lieu d'atterrissage, et le troisième envisage de faire atterrir le câble au nord, soit sur le GPMM (fig. 11). La pré-étude d’incidence éclaire le choix en faveur du deuxième parcours car « tout en évitant les zones sensibles les plus critiques (environnementales, archéologiques...) et en assurant un impact mineur à négligeable sur ces zones, [il] reste acceptables d'un point de vue industriel et économique » (Chenoz et al., 2020b, p. 37).

Figure 11. Comparatif de trois parcours de câble sous-marin atterrissant à Marseille.

Figure 11. Comparatif de trois parcours de câble sous-marin atterrissant à Marseille.

Légende : Le trait rouge (parcours 1) traverse la zone cœur du PNC. Les parcours 2 (vert) et 3 (rouge) traversent la zone adjacente. Seul le bleu sort du PNC, pour atterrir au nord de Marseille, au sein du GPMM.

Carte : (Chenoz et al., 2020b, p. 21)

53Bien que le troisième tracé soit jugé être celui qui réduirait davantage l’impact des câbles sur la biodiversité marine, il n’a pas été retenu. Quelles en sont les raisons ? Les consortiums de câbliers et Orange ont décidé d’éviter la zone nord du port, car s’y trouvent de nombreuses épaves34 dont la cartographie était partielle à ce stade de planification du projet. En effet, malgré les nombreux investissements réalisés par le GPMM pour pouvoir accueillir des câbles, au moment de l’étude d’incidence menée pour PEACE MED, l’intégralité de la zone de la rade nord n’avait pas fait l’objet d’investigations sous-marines. Réaliser de nouvelles plongées avec un robot afin de compléter cette cartographie nécessite de créer un nouveau jeu de connaissances sous-marines, ce qui est long et onéreux. Une telle démarche a été entamée plus de deux ans après le dépôt de l’étude de pré-incidence, soit en août 2022, avec la mobilisation du Département d’État des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM), dans le cadre du projet d’atterrissage du câble sous-marin 2AFRICA financé par Meta (Facebook)35. L’absence d’une cartographie précise des fonds marins à l’approche du GPMM en 2020 a contribué à renforcer le phénomène de dépendance au sentier poussant plusieurs projets de câbles sous-marins à suivre la route traditionnelle atterrissant dans la zone du Prado, à l’instar de PEACE MED36. En effet, sortir des tracés communément empruntés fait prendre le risque de s’aventurer dans des espaces qui ne bénéficient pas du savoir accumulé au fil des ans par les bureaux d’ingénieurs partenaires.

54Mais, selon l’étude de pré-incidence, les obstacles à l’établissement d’un nouveau tracé évitant les herbiers de posidonie ne sont pas qu’économiques, ils tiennent aussi à la fragilité des câbles, c’est-à-dire aux risques que ferait peser une nouvelle route sur l’intégrité matérielle des réseaux, notamment en raison des nombreux bateaux parcourant quotidiennement les abords du GPMM pour se rendre au Maghreb ou en Corse :

Le parcours 3 présente beaucoup d'inconnues en particulier liées [...] à l'activité maritime existante. Un ensouillage et une extension du périmètre de protection des câbles limiteraient les risques d'atteinte au câble, mais il resterait des points majeurs à régler comme l'arrêt du trafic lors de la pose et des opérations de maintenance. (Chenoz et al., 2020b, p. 37).

55Ces obstacles accumulés conduisent Setec In Vivo à favoriser le parcours 2, traversant les herbiers de Posidonie de la baie du Prado. Le parcours 1 parcourant de longues zones d’herbier et pénétrant en cœur de Parc est également éliminé. Ainsi, la raison industrielle est prédominante dans le choix du tracé n°2, et elle n’est pas vraiment remise en question par les risques de dégrader les herbiers, car ceux-ci sont jugés mineurs. Pour Nicolas Chardin, ce choix témoigne d’une déformation de la logique « éviter, réduire compenser » (ERC) qui devrait dominer les études d’impact, et le principe d’évitement devrait être prioritaire sur les deux autres termes :

  • 37 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 202 (...)

Ce qu’on fait quand même valoir c’est qu’il ne faudrait pas, surtout au vu de l’état de la réglementation environnementale telle qu’elle est aujourd'hui, privilégier systématiquement le moindre impact de compatibilité avec les activités, au détriment de l’impact environnemental, ce qui est d'ailleurs complètement contraire à la séquence ERC.37

56Arrêtons-nous néanmoins un instant sur l’argument de la sécurité du câble. D’abord, le risque individuel encouru par le câble est mis en doute par les responsables du GPMM. Ceux-ci contestent les conclusions de l’étude de Setec In Vivo, considérant qu’elles ont été orientées par les intérêts du commanditaire (Orange, qui a ses infrastructures dans la zone sud, au Prado). En effet, le positionnement de la prise met le GPMM et les opérateurs de data centers qui y sont installés en concurrence avec Orange dans l’accueil de futurs câbles. Ainsi, selon un·e responsable du GPMM, les risques d’accroche par les bateaux en zone nord sont surestimés :

  • 38 Entretien anonyme, responsable 1, GPMM, le 21 février 2022.

En fait il y a une zone d’exclusion de mouillage qui a été définie au moment où a été lancé le projet, qui fait qu’aucun bateau ne peut mouiller dans la zone d’arrivée des câbles. Et cette zone d’exclusion de mouillage est beaucoup plus protectrice que ce qu’il peut y avoir sur les plages sud. [...] en termes de sécurité et de risque d’accrochage des câbles, la zone nord est beaucoup plus sûre que la zone sud.38

  • 39 Entretien anonyme, responsable 2, GPMM, le 21 février 2022.

57Un•e autre responsable précise que la différence de sécurité entre ces deux zones, nord et sud, tient dans la différence de pouvoir qu’Orange et le GPMM peuvent exercer sur le « plan d’eau » : à la différence d’Orange, le GPMM peut définir des zones d’exclusion de mouillage et les faire respecter. Ces routes pourraient donc devenir plus sûres que les routes historiques39. Selon ses responsables, par son enceinte imposante, son personnel de sécurité et son statut d’Opérateur d’Intérêt Stratégique (OIS), le GPMM offrirait une solution promettant à la fois l’amélioration de la protection des câbles et l’évitement des herbiers – autrement dit, alliant développement économique et protection de l’environnement.

  • 40 Entretien avec Kevin Polizzi, CEO et fondateur de Jaguar Networks, acteur historique du data center (...)
  • 41 Entretien avec Thierry Prodhomme, scaphandrier employé lors de la pose de PEACE MED, le 01 juillet (...)

58Par ailleurs, cet argument de la sécurité du câble est aussi ambivalent : en atterrissant au Prado, Orange participe à l’augmentation de la densité de câbles abordant les plages marseillaises, densité faisant l’objet d’alertes auprès des services de l’État quant aux risques qu’elle fait peser sur la sécurité des télécommunications40. En effet, l’accumulation des câbles en zone sud crée d’autres risques : les câbles constituent non seulement une cible militaire ou terroriste plus évidente, mais ils se fragilisent les uns les autres. La plupart des câbles désactivés n’ont jamais été retirés, laissant ainsi des dizaines de câbles s’entrecroiser au fond de la mer41. La dépendance au sentier qui a fait le succès de la route traversant la zone cœur du PNC serait aujourd’hui à saturation. C’est en tout cas l’argument qui est mobilisé par le PNC pour justifier un tracé évitant la zone cœur du parc : l’intérêt industriel et stratégique aussi bien qu’écologique.

  • 42 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, 23 février 2022.

59On voit ainsi s’opposer deux types de risque : l’un centré sur un seul câble, correspondant à l’ouverture d’une nouvelle route aux usages maritimes conflictuels avec l’intégrité du câble. L’autre, portant sur une multiplicité de câbles et lié à leur accumulation sur une même route. Ce problème peut être envisagé de façon symétrique à la critique du PNC vis-à-vis des études d’incidence : il serait le produit d’une approche au cas par cas, sans construction d’une vision d’ensemble des fragilités produites par l’accumulation d’infrastructures, comme le souligne Nicolas Chardin : « l’ampleur et le caractère stratégique du sujet nécessitaient de sortir de cette approche où on réinventait la poudre à chaque fois »42. En occultant le problème de l’accumulation des câbles, ni la sécurité des écosystèmes ni celle des réseaux de télécommunications ne serait garantie. Étudier la fragilité matérielle en s’arrêtant aux relations de dégradation, cohabitation ou circlusion, tel que cela est fait dans les études d’incidence, ne permet pas de rendre compte du panorama général dans lequel ces relations s’inscrivent. Les débats autour de l’arrivée du câble PEACE MED montrent qu’en fonction de l’échelle à laquelle la fragilité matérielle des câbles et des herbiers est abordée (c’est-à-dire prise individuellement pour un seul câble, ou comme accumulation infrastructurelle), les éléments qui déterminent le tracé le plus adéquat ne font pas consensus.

60Ces désaccords sur le passage des câbles, leurs conditions de sécurité et les conséquences pour les herbiers sont aujourd’hui l’objet d’échanges parfois tendus entre les différentes parties prenantes de la rade de Marseille. Début 2022, les services de l’État, par l’intermédiaire de la préfecture et de la Direction Départementale des Territoires Maritimes des Bouches du Rhône (DDTM), se sont saisis du dossier pour définir un nouveau corridor de protection des câbles sous-marins, conciliant les intérêts divergents. Ainsi, c’est peut-être au nom de la sécurité des câbles et de leur déconcentration, plutôt qu’en celui de la fragilité des herbiers, que les infrastructures réseau seront amenées à emprunter un tracé évitant les écosystèmes marins protégés. À l’échelle du projet PEACE MED, la politique des fragilités matérielles fut tranchée en faveur du développement économique des infrastructures, au détriment d’une séparation plus franche entre aménagements anthropiques et espaces naturels protégés.

Conclusion

61Les conséquences environnementales du numérique sont généralement présentées de façon très globalisée, par l’intermédiaire d’une production chiffrée sur les gaz à effet de serre émis (Dodge et al., 2022 ; Gupta et al., 2020) et la consommation d’électricité (Masanet et al., 2020), qui fait régulièrement l’objet de controverses (Beauvisage & Beuscart, 2023 ; Béchadergue, 2021 ; Roussilhe, 2022). À contrepied de ces approches, cet article analyse la manière dont les enjeux environnementaux se donnent à voir à une échelle très locale, et au sujet d’infrastructures, les câbles sous-marins de télécommunications, généralement déconsidérées par le travail de quantification des impacts (Pasek et al., 2023). Si l'interconnexion globale de l’internet aboutit à une circulation de l'information qui n'a jamais été aussi rapide, s'intéresser au moment de l'atterrissage des câbles permet de décrire des régimes de temporalité hétérogènes participant aux négociations politiques, techniques et écologiques qui façonnent la géographie des infrastructures du numérique (Velkova & Plantin, 2023). L'atterrissage est le site des frictions matérielles et institutionnelles au cours desquelles se jouent, dans les fonds marins, les conditions de la cohabitation entre câbles et herbiers, et à l’échelle de la rade de Marseille, les tracés que prendront les infrastructures dans les années à venir.

62En étudiant le déploiement des câbles à l’aune des fragilités infrastructurelles et écologiques dans une localité donnée, l’article donne à voir l’ambivalence des relations que les réseaux entretiennent avec les écosystèmes, les uns et les autres pouvant à tour à tour être envisagés comme une menace ou une ressource (Schwoch, 2021). Nous avons observé que le travail d’intégration environnementale des aménagements anthropiques mené par les ingénieurs et les écologues est intrinsèquement inconfortable, et ce pour deux raisons. D’abord, pour une raison pratique : son résultat n’est pas certain, il ne peut laisser ses responsables en paix. En effet, en reposant sur l’addition de dispositifs visant à garantir la protection des infrastructures (torons) puis des écosystèmes (ancres), il ouvre de nouveaux espaces de vulnérabilité (notamment celle des substrats), ce qui accroît la charge du travail de maintenance qui doit garantir dans le temps long l’absence de dégradation des équipements et des écosystèmes. Son succès repose donc sur un suivi régulier et son efficacité ne peut être tenue pour acquise.

63Ensuite, ce travail d’intégration a pour horizon un inconfort ontologique, en mettant à profit la vitalité de l’herbier – ses capacités circluantes – ce qui contribue à produire des objets hybrides mélange d’infrastructures et d’herbiers. En témoigne notamment la difficile description des câbles abandonnés et circlués, laissés au fond des mers sans être pour autant envisagés comme des déchets. L’attention à la fragilité oriente donc non pas seulement ce qui fait agir (les gestes et techniques de pose du câble), mais contribue également à suspendre l’action, à savoir quand il faut ajouter, retirer ou maintenir un statu quo : au sein de l’anse de la Couronne Vieille, ne pas relever les câbles et les maintenir à poste permet de faire « durer les choses » (Hennion, 2019) en l’occurrence, les herbiers.

64À partir de cette ambivalence, nous pouvons caractériser les politiques des fragilités matérielles à l’œuvre sur le littoral marseillais. Deux approches entrent en tension, mettant en opposition le singulier et le multiple en matière de développement infrastructurel. À l’échelle d’un projet de câble, les bureaux d’études environnementaux insistent sur la fabrique d’une cohabitation harmonieuse entre infrastructures et écosystèmes. Non seulement des méthodes peu onéreuses permettraient de ne pas détériorer les herbiers de Posidonie, mais en plus ces derniers pallieraient localement la vulnérabilité des infrastructures en leur offrant une double protection : matérielle d’une part, en recouvrant les câbles par la croissance de leurs frondes, réglementaire d’autre part, en ajoutant une couche d’interdictions vis-à-vis d’activités susceptibles d’abîmer les fonds marins (et donc les câbles qui y reposent). Nous avons eu recours à la notion de circlusion pour rendre compte de ce rôle actif, bien que très lent, des herbiers, favorisé par la stabilisation des câbles dans les sols. Ainsi, cet article donne à voir l’importance de l’appréhension de la temporalité nécessaire à l’élaboration d’un tel enchevêtrement matériel et à sa reconnaissance par les acteurs dans notre compréhension des fragilités infrastructurelles et écosystémiques (Denis & Pontille, 2022 ; Ramakrishnan et al., 2021). Comme l’explique l’anthropologue Agnieszka Joniak-Lüthi :

Comprendre que toute infrastructure est un paysage temporel asynchrone (asynchronous timescape) indique la fragilité inhérente d'une connectivité qui ne peut émerger que lorsque ces multiples relations temporelles sont, avec plus ou moins de succès, synchronisées dans le travail de construction, de maintenance et d'utilisation banale. (Joniak-Lüthi, 2019, p. 7).

  • 43 Il est remarquable qu’une telle tension, entre l’étude au cas par cas et l’accumulation de projet, (...)

65Cependant, ce qui se produit à l’échelle d’un unique projet de déploiement de câbles ne doit pas nous faire oublier l’une des caractéristiques des infrastructures du numérique qui est de donner lieu à des phénomènes d’accumulation et de saturation (Marquet, 2018 ; Munn, 2020 ; Ortar et al., 2022), notamment dus à l’optimisation des coûts de raccordement aux réseaux (Bakis, 2013 ; Moriset, 2003). À Marseille, le nombre croissant de projets de câbles dans un espace restreint est mobilisé par les acteurs qui cherchent à déplacer les coordonnées politiques de la fragilité matérielle : l’expertise environnementale mise en œuvre pour chaque projet, qui est une obligation légale, est jugée inadéquate par certains. Aux yeux de ces acteurs, c’est l’effet cumulé des projets sur la zone qui devrait être envisagé non seulement pour évaluer les impacts pour la biodiversité, mais également pour rendre compte des menaces qui pèsent sur les infrastructures elles-mêmes43. La sécurité des câbles serait en effet mise en péril par leur accumulation, et par les restes des câbles désactivés laissés gisant au fond des mers, et rarement déposés. Parce qu’ils interrogent la hiérarchie des vulnérabilités, les acteurs du port industriel et de la protection de l’environnement contribuent (avec difficulté) à l’émergence d’une nouvelle configuration matérielle, politique et environnementale de l’interconnexion globale à Marseille, qui favoriserait le passage des câbles par une autoroute infrastructurelle déjà dédiée à d’autres activités, traversant des espaces sous-marins déjà fortement anthropisés.

Nous remercions les nombreuses personnes qui ont accepté de nous accorder du temps pendant notre enquête, et notamment Benjamin Cadville pour sa disponibilité et le partage de nombreux matériaux (photographies et films) précieux pour illustrer les écologies sous-marines. Merci également à Jérôme Denis et David Pontille pour la coordination du numéro thématique, aux relecteur.rice.s anonymes de la RAC pour leur précision et leurs conseils avisés, et enfin à Sara Angeli Aguiton et Christine Parker pour les nombreux échanges, relectures et commentaires qui ont nourri ces réflexions.

Haut de page

Bibliographie

Adamczak, B. (2018). Come on. Discussion sur un nouveau mot qui émerge et qui va révolutionner notre manière de parler de sexe. GLAD!. Revue sur le langage, le genre, les sexualités, 05, Article 05. https://journals.openedition.org/glad/1401

Afonso Marques, V. (2021, septembre 6). « Faire avec » : Les industriels des câbles sous-marins à l’épreuve des GAFAM [Ecole thématique IFRIS « In/Visibilités – Institution, destitution et restitution dans les sciences et les technologies »].

Allard, L., Monnin, A. & Nova, N. (2022). Ecologies du smartphone. Editions Le bord de l’eau.

Alloa, E. (2010). Par-delà la reconnaissance. L’attention comme paradigme pour une éthique asymétrique. Alter. Revue de phénoménologie, 18, Article 18. https://doi.org/10.4000/alter.1618

Alonzo, E., Isnard, H., Jouteur, N., Landel, J.-F., Marques, R., Noisette, F., Padilla, B. & Schmit, P. (2022). Les centres de stockage de données (p. 49) [Eclairages]. MRAE Île-de-France.

Bakis, H. (2013). Les facteurs de localisation d’un nouveau type d’établissements tertiaires : Les datacentres. Netcom, 27-3(4), 351‑384. https://doi.org/10.4000/netcom.1473

Barad, K. (2003). Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter. Signs: Journal of Women in Culture and Society, 28(3), 801‑831. https://doi.org/10.1086/345321

Barbier, R. & Larrue, C. (2011). Démocratie environnementale et territoires : Un bilan d’étape. Participations, 1(1), 67‑104. https://doi.org/10.3917/parti.001.0067

Barral, S. & Guillet, F. (2022). Temps de la nature, temps de la procédure. Conflit de temporalités dans le droit de l’environnement. Droit et société, 111(2), 305‑318. https://doi.org/10.3917/drs1.111.0305

Barry, A. (2006). Technological Zones. European Journal of Social Theory, 9(2), 239‑253. https://doi.org/10.1177/1368431006063343

Barry, A. (2013). Material politics: Disputes along the pipeline. Wiley-Blackwell.

Barry, A. (2020). The Material Politics of Infrastructure. In S. Maasen, S. Dickel & C. Schneider (Eds.), TechnoScienceSociety: Technological Reconfigurations of Science and Society (pp. 91‑109). Springer International Publishing. https://doi.org/10.1007/978-3-030-43965-1_6

Barry, A. (2021). What Is an Environmental Problem? Theory, Culture & Society, 0263276420958043. https://doi.org/10.1177/0263276420958043

Barry, A. & Gambino, E. (2020). Pipeline Geopolitics: Subaquatic Materials and the Tactical Point. Geopolitics, 25(1), 109‑142. https://doi.org/10.1080/14650045.2019.1570921

Baya-Laffite, N. (2018).

Beauvisage, T. & Beuscart, J.-S. (2023, mars 9). Mesurer l’empreinte environnementale du numérique : Enjeux et controverses. [Séminaire Politiques environnementales du numérique].

Béchadergue, B. (2021). À la recherche de l’empreinte perdue. Enquête sur le processus sociotechnique européen de constitution de savoirs relatifs aux impacts environnementaux du numérique. [Mémoire de Master 2]. EHESS.

Bennett, J. (2010). Vibrant matter: A political ecology of things. Duke University Press.

Boudouresque, C. F. (2006). Préservation et conservation des herbiers à Posidonia oceanica. GIS Posidonie.

Boudouresque, C.-F., Bertrandy, M.-C., Bouladier, E., Foret, P., Meinesz, A., Pergent, G. & Vitiello, P. (1990). Le Réseau de Surveillance des Herbiers de Posidonies mis en place en Région de Provence-Alpes-Côte d’Azur (France) (32), 11. Commission Internationale Mer Mediterranee.

Bovens, M. (2007). Analysing and Assessing Accountability: A Conceptual Framework1. European Law Journal, 13(4), 447‑468. https://doi.org/10.1111/j.1468-0386.2007.00378.x

Bueger, C. & Liebetrau, T. (2021). Protecting hidden infrastructure: The security politics of the global submarine data cable network. Contemporary Security Policy, 42(3), 391‑413. https://doi.org/10.1080/13523260.2021.1907129

Cadville, B., Angelini, A., Bachet, F. & Bretton, O. (2022). Suivis à 6 mois des travaux de décommissionnement de 4 câbles sous-marins désactivés de la société Orange dans l’anse de Couronne Vieille à Martigues (pp. 1‑17). Parc Marin de la Côte Bleue publ.

Cadville, B., Angelini, A., Bachet, F., Bretton, O. & Monin, M. (2022). Rapport d’exécution de fin de travaux du décommissionnement de 4 câbles sous-marins désactivés de la société Orange dans l’anse de Couronne Vieille à Martigues (pp. 1‑67). Parc Marin de la Côte Bleue publ.

Cadville, B. & Bachet, F. (2021). Expertise écologique de 4 câbles sous-marins désactivés de la société Orange dans le Parc Marin de la Côte Bleue (pp. 1‑24). Parc Marin de la Côte Bleue publ.

Carnino, G. & Marquet, C. (2018). Les datacenters enfoncent le cloud : Enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Zilsel, 3(1), 19. https://doi.org/10.3917/zil.003.0019

Charbonnel, E., Bonhomme, P., Vaugelas de, J., Gravez, V., Coquillard, Y., Bernard, G., Cadiou, G. & Boudouresque, C.-F. (1999). Notice d’impact de la pose d’un câble Alcatel à fibres optiques sur le milieu marin. Cartographie des fonds et de l’herbier de Posidonie et recommandations sur les sites d’atterrage (Agde, Marseille, Lavandou et Nice) (p. 145) [Rapport final. Contrat TRAVOCEAN & GIS Posidonie]. GIS Posidonie.

Charbonnel, E., Boudouresque, C. F., Meinesz, A., Bernard, G., Bonhomme, P., Patrone, J., Kruczek, R., Cottalorda, J.M., Bertrandy, M.-C., Foret, P., Ragazzi, M. & Le Direac’h, L. (2000). Le Réseau de Surveillance Posidonies de la Région Provence- Alpes-Côte d’Azur. Première partie : Présentation et guide méthodologique. (p. 76) [GIS Posidonie]. Région PACA, Agence de l’Eau RMC, GIS Posidonie, CQEL 13, CQEL 83, Conseil Général 06.

Charbonnel, E., Vaujelas de, J., Chiaverini, D., Cottalorda, J. M., Gravez, V., Francour, P., Abellard, O., Remonnay, L., Menager, V. & Boudouresque, C.-F. (1995). Cartographie de l’herbier de Posidonie et autres types de fonds dans le secteur des îles d’Hyères (Var, France) pour le passage d’un câble France Telecom à fibres optiques – Notices d’impact (p. 124) [Contrat France Telecom & GIS Posidonie]. GIS Posidonie.

Chenoz, M. & Cerruti, A. (2020). Expertise environnementale sous-marine sur la route du projet de câble sous-marin de télécommunication PEACE MED au droit de la plage du Prado [Expertise]. Setec In Vivo.

Chenoz, M., Marion, C. & Cerruti, A. (2020a). Étude d’incidence pour l’installation et l’atterrage du câble sous-marin de télécommunication PEACE MED à Marseille [Impact]. Setec In Vivo.

Chenoz, M., Marion, C. & Cerruti, A. (2020b). Pré-étude d’incidence du projet de câble de télécommunication Peace Med à Marseille : Analyse multicritère des sites d’atterrages et tracés côtiers potentiels. Setec In Vivo.

Dauguet, B. (2021). Mesures contre nature : Mythes et rouages de la compensation écologique. Grevis.

Denis, J. & Pontille, D. (2015). The dance of maintenance and the dynamics of urban assemblages. hal-01235523.

Denis, J. & Pontille, D. (2022). Le soin des choses : Politiques de la maintenance. Paris : La Découverte.

Dodge, J., Prewitt, T., Combes, R. T. D., Odmark, E., Schwartz, R., Strubell, E., Luccioni, A.S., Smith, N.A., DeCario, N. & Buchanan, W. (2022). Measuring the Carbon Intensity of AI in Cloud Instances. https://doi.org/10.48550/ARXIV.2206.05229

Edensor, T. (2011). Entangled agencies, material networks and repair in a building assemblage: The mutable stone of St Ann’s Church, Manchester1: Entangled agencies, material networks and repair. Transactions of the Institute of British Geographers, 36(2), 238‑252. https://doi.org/10.1111/j.1475-5661.2010.00421.x

Ensmenger, N. (2018). The Environmental History of Computing. Technology and Culture, 59(4S), S7‑S33. https://doi.org/10.1353/tech.2018.0148

Fouchard, G. (2009). Les télécommunications sous-marines en Méditerranée occidentale entre 1850 et 2002. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 128(19), 124‑138.

Fouchard, G. (2007). La législation sur les câbles sous-marins. Bulletin de l’Association des Amis des Câbles Sous-Marins, 34, 19‑25.

Garfinkel, H. (1967). Studies in Ethnomethodology. Prentice-Hall.

Gilbert, C. & Henry, E. (2012). La définition des problèmes publics : Entre publicité et discrétion. Revue francaise de sociologie, 53(1), 35‑59.

Graber, F. (2022). Inutilité publique : Histoire d’une culture politique française. Éditions Amsterdam.

Graham, S. & Thrift, N. (2007). Out of Order: Understanding Repair and Maintenance. Theory, Culture & Society, 24(3), 1‑25. https://doi.org/10.1177/0263276407075954

Gupta, U., Kim, Y. G., Lee, S., Tse, J., Lee, H.-H. S., Wei, G.-Y., Brooks, D. & Wu, C.-J. (2020). Chasing Carbon: The Elusive Environmental Footprint of Computing. arXiv:2011.02839 [cs]. http://arxiv.org/abs/2011.02839

Hennion, A. (2019). Maintenir/soutenir : De la fragilité comme mode d’existence. Séminaire de recherche du Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI), 2017-2019. Pragmata, 2, 484‑500.

Joniak-Lüthi, A. (2019). Introduction: Infrastructure as an Asynchronic Timescape. Roadsides, 001, 3‑10. https://doi.org/10.26034/roadsides-20190012

Latour, B. (1992). Where are the missing masses, sociology of a few mundane artefacts. In W. Bijker & J. Law (Eds.), Shaping Technology-Building Society. Studies in Sociotechnical Change (pp. 225‑259). MIT PRess.

Latour, B. (2006). Petites leçons de sociologie des sciences (Nouvelle éd.). Paris : La Découverte.

Latour, B. (2015). Face à Gaïa : Huit conférences sur le nouveau régime climatique. Paris : La Découverte : Les Empêcheurs de penser en rond.

Le Fur, L. (2007). Atlas Offshore. Les fourches caudines des permis. Bulletin de l’Association des Amis des Câbles Sous-Marins, 33, 5‑6.

Leredde, Y., Begny, K., Michaud, H., Jacob, C., Schvartz, T., Thorin, S. & Marsaleix, P. (2016). L’atténuation des vagues par les herbiers de Posidonies, un service écosystémique contre l’érosion côtière. XIVèmes Journées, Toulon, 571‑582. https://doi.org/10.5150/jngcgc.2016.063

Levrel, H., Guillet, F., Lombard-Latune, J., Delforge, P. & Frascaria-Lacoste, N. (2018). Application de la séquence éviter-réduire-compenser en France : Le principe d’additionnalité mis à mal par 5 dérives. VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, 18 (2). https://doi.org/10.4000/vertigo.20619

Marquet, C. (2018). Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune. Tracés, 35, 75‑98. https://doi.org/10.4000/traces.8235

Marquet, C. & Cellard, L. (2022, juin 29). Coal Mines, Submarine Bunkers and Undersea Cables: Exploring Data Centers’ Infrastructural Ecologies in Marseille. 6ème journées suisse d’histoire. https://shs.hal.science/halshs-04192853

Marquet, C. & Cellard, L. (2023, juin 7). A sea of possibilities. 6th Nordic STS Conference. https://shs.hal.science/halshs-04127159

Marres, N. (2007). The Issues Deserve More Credit: Pragmatist Contributions to the Study of Public Involvement in Controversy. Social Studies of Science, 37(5), 759‑780. https://doi.org/10.1177/0306312706077367

Masanet, E., Shehabi, A., Lei, N., Smith, S. & Koomey, J. (2020). Recalibrating global data center energy-use estimates. Science, 367(6481), 984‑986. https://doi.org/10.1126/science.aba3758

Mazé, C., Coston-Guarini, J., Danto, A., Lambrechts, A. & Ragueneau, O. (2018). Dealing with impact. An interdisciplinary, multi-site ethnography of environmental impact assessment in the coastal zone. Natures Sciences Sociétés, 26(3), https://doi.org/10.1051/nss/2018050

Morel, C. (2016). Menace sous les mers : Les vulnérabilités du système câblier mondial. Herodote, 163(4), 33‑43.

Morel, C. (2019). La mise en péril du réseau sous-marin international de communication. Flux, 118(4), 34‑45.

Morel, C. (2020). L’Etat et le réseau mondial de câbles sous-marins de communication. Thèse de doctorat, Lyon. https://www.theses.fr/2020LYSE3046

Moriset, B. (2003). Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications. Géocarrefour, 78(4), 375‑388. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.451

Munn, L. (2020). Thinking through silicon: Cables and servers as epistemic infrastructures. New Media & Society, 1461444820977197. https://doi.org/10.1177/1461444820977197

Neyland, D. (2016). Bearing Account-able Witness to the Ethical Algorithmic System. Science, Technology, & Human Values, 41(1), 50‑76.

Nieri, M., Boudouresque, C.-F., Augier, H. & Gravez, V. (1986). Mise en place du système de surveillance de l’herbier de Posidonie de la baie du Prado (Marseille). GIS Posidonie.

Ortar, N., Velkova, J., Taylor, A. R. E., Brodie, P., Marquet, C., Johnson, A., Pollio, A. & Cirolia, L. (2022). Powering ”smart” futures: Data centers and the energy politics of digitalisation. In S. Abram, N. Ortar, S. Pink & K. Waltorp (Eds.), Energy Futures: Anthropocene Challenges, Emerging Technologies and Everyday Life. De Gruyter.

Parikka, J. (2012). New Materialism as Media Theory: Medianatures and Dirty Matter. Communication and Critical/Cultural Studies, 9(1), 95‑100. https://doi.org/10.1080/14791420.2011.626252

Pasek, A., Vaughan, H. & Starosielski, N. (2023). The world wide web of carbon: Toward a relational footprinting of information and communications technology’s climate impacts. Big Data & Society, 10(1), 20539517231158990. https://doi.org/10.1177/20539517231158994

Pergent-Martini, C. & Pergent, G. (2010). Propositions de lignes directrices pour la standardisation des méthodes de cartographie et de surveillance des magnoliophytes marines en Méditerranée (p. 66). PNUE-PAM-CAR/ASP, Contrat N°72/2009, Tunis.

Ramakrishnan, K., O’Reilly, K. & Budds, J. (2021). The temporal fragility of infrastructure: Theorizing decay, maintenance, and repair. Environment and Planning E: Nature and Space, 4(3), 674‑695. https://doi.org/10.1177/2514848620979712

Robertson, M. M. (2006). The Nature That Capital Can See: Science, State, and Market in the Commodification of Ecosystem Services. Environment and Planning D: Society and Space, 24(3), 367‑387. https://doi.org/10.1068/d3304

Roussilhe, G. (2022). Les effets environnementaux indirects de la numérisation | Gauthier Roussilhe. https://gauthierroussilhe.com/articles/comprendre-et-estimer-les-effets-indirects-de-la-numerisation

Schwoch, J. (2021). War on woodpeckers: 5G, utility poles and the 1918 Migratory Bird Treaty Act. Journal of Environmental Media, 2(2), 229‑246. https://doi.org/10.1386/jem_00064_1

Starosielski, N. (2015). The undersea network. Duke University Press.

Starosielski, N. & Walker, J. (Eds.). (2016). Sustainable media: Critical approaches to media and environment. Routledge.

Tsing, A. L. (2005). Friction: An ethnography of global connection. Princeton University Press.

Vallauri, J.-M. (2021). Demande de concession d’utilisation du domaine public maritime en dehors des ports pour le câble sous- marin de télécommunication PEACE MED à Marseille (p. 33) [Rapport du commissaire enquêteur]. Préfecture des Bouches du Rhône.

Vandevelde, J.-C. (2013). L’outarde et le TGV : Une controverse sur les compensations pour atteintes à la biodiversité. VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, 13(2). https://www.erudit.org/en/journals/vertigo/2010-v10-n1-vertigo01504/1026422ar/

Velkova, J. & Plantin, J.-C. (2023). Data centers and the infrastructural temporalities of digital media: An introduction. New Media & Society, 25(2), 273‑286. https://doi.org/10.1177/14614448221149945

Haut de page

Notes

1 Les acteurs parlent tour à tour « d’atterrage », « d’atterrissage » ou « d’atterrissement ». Nous avons choisi de prolonger le choix adopté par les travaux séminaux en langue française de Camille Morel (Morel, 2020) pour maintenir une homogénéité dans l’usage des termes. Morel privilégie « atterrissage » en suivant la recommandation de l’Union International des Télécommunications, G.972, Définition des termes relatifs aux systèmes de câble sous-marin à fibre optique, Sections numériques et systèmes de ligne numérique, 1993.

2 Dans cet article, nous avons choisi d’utiliser les termes « fragilité » et « vulnérabilité » de la manière suivante : le terme de fragilité renvoie à une propriété (les choses et les êtres sont fragiles, ils peuvent casser, se détériorer, s’abîmer, etc.), tandis que le terme « vulnérabilité » entend référer aux dimensions contextuelles, c’est-à-dire couvrant un aspect plus spécifique de la fragilité (être vulnérable face à quelque chose, dans une configuration donnée).

3 La tradition des STS reconnaît aux entités non-humaines, y compris les matériaux, une agentivité : on les considère comme des actants participants aux systèmes sociaux qu’ils contribuent à mettre en forme (Latour, 1992, 2015, pp. 67‑79), à la fois par leur « capacité d’agir » et leur « capacité à faire faire », à orienter l’action d’autres entités.

4 Ces travaux soulignent que les câbles sous-marins de télécommunications sont faiblement protégés contre les attaques terroristes et militaires, tout en faisant aussi l’objet de dégradations régulières liées à l’activité halieutique, à la plaisance et aux aléas géologiques (glissement de terrain, éruption sous-marine, tremblement de terre).

5 Ce projet, débuté en novembre 2021 et toujours en cours, a reçu l'approbation de l'éthique de la recherche de l'Université de Melbourne. Avant de signer un formulaire de consentement validant leurs participations à l’enquête, les participants ont lu une déclaration les informant sur nos intentions et objectifs. ID du projet : 22367. Responsable : Christine Parker. Voir en ligne : https://law.unimelb.edu.au/centres/coe-adms/research/research-projects/ecological-implications-of-data-centres consulté le 08/09/23.

6 Voir les top internet hubs sur la carte de l’internet globale publiée par Telegeography en 2022 : https://global-internet-map-2022.telegeography.com/ consulté le 08/09/23.

7 Hengtong est un fabricant chinois de câbles d’alimentation et de fibre optique. Depuis 2020, le groupe a repris les activités de Huaweï Marine, et est donc également en mesure de prendre part à la pose des câbles sous-marins. Pour une présentation de l’économie des câbles sous-marins et de ses transformations, voir Morel 2023 chap. 2.

8 Les responsables du GPMM ont souhaité être anonymisés. Par ailleurs, plusieurs acteurs jouant un rôle important dans cette histoire n’ont pas donné suite à nos demandes : les chargés d’enquête du bureau d’études environnementales Setec In Vivo, responsables de la réalisation des expertises environnementales pour de nombreux câbles sous-marins atterrissant à Marseille, les agents de la préfecture et de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Bouches-du-Rhône, ainsi que les agents du Département de Recherche Subaquatique et Sous-Marines.

9 Entendue comme une perception ambiante ou haptique sur une situation ou un acte. Sur les trois modes d’attention (awareness, acknowledgment et recognition), voir (Alloa, 2010, p. 134).

10 Voir détail dans l’étude d’incidence PEACE MED, (Chenoz et al., 2020a, pp. 142‑144).

11 Consultant dans le domaine des communications à fibre optique, CEO de l’entreprise Axiom, et contributeur au bulletin de l’Association des Amis des Câbles Sous-Marins.

12 Dans le rapport PEACE MED, les montants engagés pour le suivi environnementale de l’opération sont estimés entre 15 000 et 20 000 euros, incluant les plongées de contrôle, la mesure de l’état de santé de l’herbier, la cartographie de la zone ainsi que le remplacement ou l’ajout de matériel (ancres) (Chenoz et al., 2020a, p. 169).

13 Cette normalisation se fait par l’intermédiaire du Décret n°2004-308 du 29 mars 2004 relatif aux concessions d'utilisation du domaine public maritime en dehors des ports.

14 La bonne santé des herbiers est qualifiée par leur « vitalité » et évaluée par la densité de plantes. Les calculs de la densité et stabilité utilisés par Setec In Vivo proviennent des travaux du GIS Posidonie (Charbonnel et al., 2000 ; Pergent-Martini & Pergent, 2010).

15 Par son mouvement le câble génère la modification locale de l'hydrodynamisme (un lessivage du sédiment, soit son déplacement sous l’effet du câble) et une diminution des valeurs de densité (phénomène de mitage qui troue la régularité des herbiers avec l’apparition de petites zones de matte morte) (Charbonnel et al., 1999).

16 Voir https://gisposidonie.osupytheas.fr/ consulté le 08/09/23.

17 Entretien avec Benjamin Cadville, chargé de mission Natura 2000, Parc Marin de la Côte Bleue, le 24 février 2022.

18 Les scaphandriers sont à distinguer des plongeurs dits « autonomes ». Profession ouvrière au sein des métiers de la mer, le scaphandrier doit travailler avec casque et narguilé, et peut plonger seul en mer. Les plongeurs autonomes, avec bouteille d’oxygène, ont un équipement plus léger et doivent agir en binôme (entretien avec Thierry Prodhomme, scaphandrier ayant participé à l’atterrissage de PEACE MED, réalisé le 1 juillet 2022).

19 Cette narration s’appuie sur deux sources : l’une prospective, présente dans le rapport d’incidence (Chenoz et al., 2020a, pp. 32‑38), l’autre descriptive, issue d’un entretien avec Thierry Prodhomme, scaphandrier ayant participé à l’atterrissage de PEACE MED, réalisé le 1 juillet 2022.

20 Voir par exemple ce communiqué de l’Association des Maires de France au sujet des réseaux de télécommunications publié en mars 2018 : https://medias.amf.asso.fr/docs/DOCUMENTS/AMF_25261TELECHARGER_LA_NOTE_DE_L_AMF.pdf consulté le 08/09/23.

21 https://fr.wiktionary.org/wiki/circlusion consulté le 08/09/23.

22 On peut souligner dans cette conceptualisation l’importance de l’héritage conceptuel féministe du nouveau matérialisme (Barad, 2003, p. 2). Notons que le terme issu du latin « circlumdo » pourrait aussi être utilisé dans une interprétation moins courante qui met l’accent sur le travail infrastructurel, décrivant l’herbier qui « se laisse investir par » les câbles.

23 Par exemple, l’établissement de zones d’interdiction de mouillage et de chalutage.

24 Entretien avec Benjamin Cadville, chargé de mission Natura 2000 au sein du Parc Marin de la Côte Bleue, le 24 février 2022.

25 Par simplicité, tout un pan du réseau incluant diverses réglementations, des plongeurs•euses, des robots, des bateaux, des skippers etc. ont été exclus du réseau, sans quoi la description sociotechnique (et socioécologique) ne s’arrêterait jamais (Akrich, 1987).

26 Nicolas Chardin, directeur adjoint du PNC, estime qu’il a reçu huit demandes entre 2019 et 2022, alors qu’il n’en avait reçu qu’une depuis la création du parc en 2012.

27 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

28 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

29 De nombreux câbles sous-marins posés avant les années 2000 n’ont pas jamais été retirés des eaux suite à leur désactivation. En effet, l’obligation de remise des espaces naturels en état est imposée tardivement, avec le cadre réglementaire de 2004.

30 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

31 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

32 Le rachat d’un centre de données SFR par Interxion (aujourd’hui Digital Realty) en 2014 marque le début de l’ascension du géant américain sur le territoire marseillais. La société dispose de trois autres centres sur le site du GPMM (nommés MRS 2, 3 et 4) et investira un ancien silo à sucre à l’horizon 2024.

33 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

34 Le terme désigne ici des objets abandonnés en mer non identifiés, pas nécessairement des restes de navires.

35 Comme il nous l’a été confirmé sur Twitter : https://twitter.com/Drassm_Culture/status/1547277743783641089 consulté le 08/09/23.

36 Cette dépendance au sentier n’est pas pour autant irrémédiable. En 2022, dans le cadre du projet de câble sous-marin 2AFRICA, Facebook a organisé une importante campagne de cartographie et d’identification des épaves se situant devant la rade nord, référençant des engins explosifs, des carcasses de voiture, des céramiques etc.

37 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, le 23 février 2022.

38 Entretien anonyme, responsable 1, GPMM, le 21 février 2022.

39 Entretien anonyme, responsable 2, GPMM, le 21 février 2022.

40 Entretien avec Kevin Polizzi, CEO et fondateur de Jaguar Networks, acteur historique du data center à Marseille, le 14 Décembre 2021.

41 Entretien avec Thierry Prodhomme, scaphandrier employé lors de la pose de PEACE MED, le 01 juillet 2022.

42 Entretien avec Nicolas Chardin, Directeur Adjoint du Parc National des Calanques, 23 février 2022.

43 Il est remarquable qu’une telle tension, entre l’étude au cas par cas et l’accumulation de projet, est également soulevée à l’égard de l’installation des data centers en Île de France par la Mission Régionale d’Autorité Environnementale locale (Alonzo et al., 2022).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les différents niveaux de protection du câble.
Légende En vert, double armure, en rouge, simple armure, en bleu, protection légère, et en jaune, sans protection.
Crédits Source : Setec In Vivo, (Chenoz et al., 2020a)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-1.png
Fichier image/png, 622k
Titre Figure 2. Illustration des herbiers de posidonie
Crédits Source : Setec In Vivo, (Chenoz et al., 2020a)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-2.png
Fichier image/png, 411k
Titre Figure 3. Carte de l’herbier superposant les données de la campagne géophysique et des plongées (Juin 2020).
Crédits Carte : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, p. 78).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 4. Deux systèmes d’ancres à vis installés en zone d’herbier.
Crédits Photo : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, p. 13).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-4.png
Fichier image/png, 297k
Titre Figure 5. Photo illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.
Crédits Photos : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, pp. 122‑123).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-5.png
Fichier image/png, 421k
Titre Figure 6. Photos illustrant la cohabitation vertueuse des câbles et herbiers sur le temps long.
Crédits Photos : Setec In Vivo (Chenoz et al., 2020a, pp. 122‑123).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-6.png
Fichier image/png, 512k
Titre Figure 7. Le devenir des câbles comme medianature.
Crédits Photo : Setec In Vivo (Chenoz & Cerruti, 2020, p. 39).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-7.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 8. Câble circlué dans l’herbier de Cap Couronne, Martigues
Crédits Photo : Parc Marin de la Côte Bleue.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-8.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 9. Cheville goujon de l’ancrage arrachée et trou de perforation dans la roche
Crédits Photo : Parc Marin de la Côte Bleue (Cadville, Angelini, Bachet & Bretton, 2022, p. 14).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 10. Câbles « détoronnés » dans l’anse de Cap Couronne, Martigues.
Crédits Photo : Parc Marin de la Côte Bleue.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Figure 11. Comparatif de trois parcours de câble sous-marin atterrissant à Marseille.
Légende Légende : Le trait rouge (parcours 1) traverse la zone cœur du PNC. Les parcours 2 (vert) et 3 (rouge) traversent la zone adjacente. Seul le bleu sort du PNC, pour atterrir au nord de Marseille, au sein du GPMM.
Crédits Carte : (Chenoz et al., 2020b, p. 21)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/31070/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loup Cellard et Clément Marquet, « Frictions sous-marines »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 17-4 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/31070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.31070

Haut de page

Auteurs

Loup Cellard

Chercheur associé à l’école de droit de l’Université de Melbourne, membre du ARC Centre of Excellence for Automated Decision-Making and Society ainsi que du médialab de Sciences Po.

Adresse : Melbourne Law School, University of Melbourne, 185 Pelham St, 3053 Carlton, Victoria (Australia).
Courriel : loup.cellard[at]unimelb.edu.au

Clément Marquet

Assistant de recherche en sociologie des sciences et des techniques au Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI), Mines Paris – PSL, i3 (UMR 9217).
ORCID : https://orcid.org/0009-0007-3404-510X

Adresse : Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris – PSL, 62 boulevard Saint-Michel, FR-75006 Paris (France).
Courriel : clement.marquet[at]minesparis.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search