Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Surveiller et s’unir ?

Le rôle de l’OMS dans les premières mobilisations internationales autour d’un réservoir animal de la grippe
Surveiller et s’unir ? The role of WHO in the first international mobilizations around an animal reservoir of influenza
Surveiller et S’unir ? El papel de la OMS en las primeras movilizaciones internacionales en torno a una reserva animal de la influenza
Frédéric Vagneron

Résumés

Après la Seconde Guerre mondiale, le Programme grippe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a réalisé la première coordination internationale de lutte contre la grippe. Face à la variabilité du virus, l’OMS a élaboré un réseau de laboratoires pour surveiller les souches humaines en circulation. Deux décennies plus tard, l’élucidation de l’origine des pandémies humaines, grâce à un faisceau de preuves impliquant le rôle de réservoir des animaux, a considérablement élargi le périmètre de cette surveillance. L’article décrit comment la surveillance de la grippe a permis d’élaborer une approche écologique de la maladie, grâce à l’enrôlement de nouveaux acteurs permis par un travail de standardisation des méthodes dans le réseau. Face à la biodiversité des espèces infectées par le virus, les recherches sur l’écologie de la grippe ont contribué à une nouvelle attention portée à l’équilibre écologique instable manifesté par les circulations des virus entre les espèces, rompant avec l’optimisme d’un contrôle des maladies infectieuses, inauguré à la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1970, l’épidémiologie de la grippe a connu une transformation majeure. Maladie jusque-là considérée comme essentiellement humaine, la grippe a rejoint la catégorie des maladies qualifiées de zoonoses, c’est-à-dire les « maladies et infections qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice versa », d’après la définition élaborée par le Comité mixte d’experts de la Food and Agriculture Organization (FAO) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (OMS, Rapport technique n˚ 40, 1951).

2Ramassée aussi brièvement, cette histoire évacue de nombreux éléments permettant de comprendre comment les incertitudes accumulées sur l’origine et l’étiologie des pandémies de grippe, aux conséquences dramatiques lors de la grippe « espagnole » de 1918-1919, ont trouvé une résolution aussi rapide. Elle élague en particulier comment un groupe hétérogène d’acteurs s’est coordonné autour d’un programme de l’Organisation mondiale de la santé, créée après la Seconde Guerre mondiale, pour former un dispositif inédit de surveillance du virus chez les hommes puis les animaux. De cette coopération ont émergé des controverses scientifiques qu’elle a en retour contribué à refermer grâce à un travail inédit de mobilisation d’acteurs et de standardisation des procédures. Paradoxalement, le dispositif de surveillance du virus, comme « infrastructure de connaissance » (Star et Griesman, 1989 ; Trompette et Vinck, 2009) a donc abouti à une transformation des objets et des lieux de surveillance pour s’appliquer à une multitude d’espèces animales dans la nature. Il s’agit donc ici de l’histoire d’une « niche » institutionnelle au sein de laquelle s’est développée une approche écologique d’une maladie, dont l’histoire dans le monde biomédical remonte à la fin du XIXe siècle, avec les premières critiques adressées à un paradigme bactériologique jugé trop réductionniste (Mendelsohn, 1998).

3Au cœur de notre analyse, le travail de coopération et de coordination, réalisé sous l’égide du Programme grippe de l’OMS, sera décrit en trois temps : d’abord les origines et l’émergence d’un dispositif technique, la surveillance virologique de la grippe humaine à l’OMS, visant à suivre les mutations d’un virus humain ; ensuite, les controverses scientifiques autour de l’hypothèse d’un réservoir animal et le rôle joué par l’OMS pour réorienter les objets de la surveillance en dehors du laboratoire ; enfin, la place des recherches sur la grippe à l’OMS dans l’essor d’une approche globale des maladies humaines et animales, impliquant des coopérations nouvelles entre spécialistes des santés humaines et animales, promue par des agences de l’ONU (Woods et Bresalier, 2014).

La constitution d’un réseau de surveillance virologique de la grippe humaine à l’OMS

4Malgré des discussions internationales au cours des années 1920 suite à la pandémie de grippe « espagnole » de 1918-1919, la grippe n’a pas fait l’objet d’une mise à l’agenda des organisations de santé internationale avant la création d’un programme spécifique à l’OMS. En 1947, lors des commissions intérimaires préparatoires à la création de la nouvelle organisation (1948), le projet d’un Programme grippe est adopté. Son objet principal porte sur la surveillance virologique à l’échelle internationale des souches de grippe humaine lors de l’apparition d’épidémies. Durant les premières années, l’organisation d’un réseau de laboratoires internationaux est définie dans son architecture et dans son fonctionnement. Elle est ensuite élaborée par la standardisation de pratiques de travail concernant l’information et les manipulations de laboratoire entre les membres d’un réseau en cours d’extension au cours des années 1950. La pandémie de 1957 constitue une épreuve pour le nouveau réseau de surveillance et consacre sa capacité à donner l’alerte au monde entier face à l’apparition d’une nouvelle souche virale.

L’appropriation d’un réseau de surveillance militaire

5Adopté en 1947, le programme de l’OMS contre la grippe découle des recherches scientifiques entreprises par un réseau informel de scientifiques britanniques, américains et australiens, pionnier d’une virologie naissante dès les années 1930. L’architecture du réseau de l’OMS procède directement du système élaboré par les militaires américains pendant la Seconde Guerre mondiale pour protéger les troupes contre le retour d’une pandémie de l’ampleur de celle de 1918 (Payne, 1953). Ce système liait une surveillance du virus sur le territoire, la production de masse de vaccin selon des méthodes industrielles, et des essais cliniques de terrain contrôlés. Après avoir enregistré plusieurs succès d’immunisation des troupes, l’échec de la vaccination de 1947 aux États-Unis marque un tournant, contemporain des premiers projets d’un Programme grippe à l’OMS. En révélant l’inefficacité d’une immunisation à partir de souches antérieures de virus, cette campagne confirme la particularité de la grippe : la variabilité antigénique des souches en circulation (Dehner, 2012). Cette expérience infructueuse replace la détection de la diversité des virus grippaux circulant chez les hommes à l’échelle du globe comme objet primordial de recherche. Le recueil des souches « sauvages » en circulation par la surveillance ne vise plus seulement à fournir les ingrédients d’un cocktail vaccinal efficace, mais doit permettre de comprendre le mécanisme des variations antigéniques, devenues un obstacle majeur à la vaccination préventive (Eyler, 2006).

6La réorientation des objectifs de la surveillance virologique est exposée par les fondateurs du Programme grippe à l’OMS, en particulier le Britannique Christopher Andrewes, du Medical Resarch Council. Ils se démarquent des virologistes américains, en postulant que les variations saisonnières des virus grippaux impliquent une variabilité potentiellement infinie de ces virus selon un modèle évolutionniste. Pour les Américains, cette variation procède plutôt d’un réarrangement dans le temps d’un nombre fini d’antigènes, selon les caractéristiques immunitaires des populations. Pour Thomas Francis, cheville ouvrière et directeur de la Commission grippe de l’Armed Force Epidemiological Board entre 1941 et 1955, les variations antigéniques du virus répondent à un mécanisme de « rise and decline » plutôt que de « gain and loss » (Francis, 1960).

7Cette opposition conceptuelle entre les Américains et les Britanniques, en particulier entre Francis et Andrewes, marque la première décennie du programme de l’OMS. Elle se traduit par une coopération parfois difficile au sein du nouveau réseau de surveillance, malgré le travail du secrétariat du Programme à Genève pour pacifier ces tensions. L’existence d’un réseau américain de laboratoires sur les bases militaires à l’étranger, la priorité donnée à la vaccination, les rivalités personnelles freinent par exemple le développement du réseau de l’OMS en Amérique du Sud, qui dépend du laboratoire de référence pour les Amériques. Au début des années 1960 aux États-Unis, le transfert de la surveillance de la grippe de l’armée à la nouvelle agence de santé publique créée en 1946, le Center for Disease Control (CDC), marque un recul de ces tensions suite à la pandémie de grippe asiatique de 1957. De plus, les figures pionnières des recherches sur la grippe, comme Francis et Andrewes, prennent leur retraite et sont remplacées par de nouveaux responsables chargés de faire fonctionner un réseau aux procédures routinières (Gosselin, 2011).

Extension et standardisation du réseau de surveillance virologique de la grippe humaine à l’OMS

  • 1 Les promoteurs du Programme grippe ne font pas référence au précédent du Centre international des S (...)

8Malgré ces divergences sur les mécanismes virologiques, les procédures de travail au sein du nouveau réseau découlent directement des méthodes formalisées précédemment dans un cadre national. Elles font l’objet d’un intense travail d’information et de standardisation au sein du Programme grippe durant les premières années. L’organisation de réunions d’experts internationaux, inaugurée à Genève en 1952, donne lieu à la publication multilingue de rapports techniques précisant les savoirs les plus avancés sur la maladie et son virus, les techniques standards de laboratoire et le fonctionnement du réseau de surveillance de l’OMS (OMS, Monographie n° 20, 1954). L’architecture du nouveau réseau repose sur une hiérarchisation nette des tâches entre les deux laboratoires de référence1 désignés – le Centre mondial de la grippe (CMG) à Londres et le Centre pour les Amériques à New York – et les laboratoires collaborateurs nationaux. Ces derniers sont formalisés comme les collecteurs de prélèvements biologiques humains, destinés à rejoindre rapidement et dans les meilleures conditions d’acheminement (lyophilisés ou via des récipients réfrigérés envoyés par avion) les laboratoires de Londres et de New York. Ceux-ci effectuent l’isolement, l’identification et la conservation des virus et fournissent les réactifs conçus à partir des souches en circulation, nécessaires aux laboratoires locaux les plus avancés pour effectuer l’identification.

9Recommandées par les experts de l’OMS, les techniques de laboratoire, destinées à être pratiquées dans les laboratoires nationaux, ont été élaborées puis améliorées à partir des années 1930. Celles-ci reposent sur l’isolement du virus et le diagnostic sérologique au laboratoire. La méthode privilégiée pour l’isolement du virus, par inoculation d’œuf embryonné de poulet, a été conçue par Burnet au cours des années 1930. En remplaçant les animaux de laboratoire (furet puis souris), elle permet de multiplier les essais d’isolement à moindre coût en évitant les contaminations artificielles. Les méthodes sérologiques – test de fixation du complément, d’inhibition de l’hémagglutinine et d’immunisation croisée – permettent d’attester l’existence d’une infection grippale par réaction antigénique et d’effectuer le typage des souches. L’isolement des virus est réalisé dans les laboratoires de référence, avant que les techniques et les moyens nécessaires à la création des laboratoires locaux ne soient assimilés. Pour assurer le développement du réseau et des compétences de ses membres, l’OMS finance des bourses de recherche annuellement pour étudier au CMG les techniques de base de laboratoire. Les stagiaires sont ensuite les relais pour la constitution de laboratoires nationaux.

10Ainsi, dès les années 1950, le programme de surveillance connaît un fonctionnement de routine organisé autour de multiples échanges. La circulation de matériels biologiques entre les laboratoires, la centralisation et diffusion des signaux d’alerte épidémique à Genève, grâce au réseau radio-télégraphique, la publication régulière d’articles scientifiques dans le Bulletin de l’OMS et la formation des membres aux techniques standards participent à la création d’un « style de pensée commun » parmi le « collectif » de chercheurs impliqués dans le réseau (Fleck, 2005).

11Grâce au travail effectué par le secrétariat à Genève, au sein de l’unité des maladies transmissibles, le réseau s’étend géographiquement. Dès 1953, il comporte 54 centres dans 42 pays, mais l’Europe et l’Amérique du Nord comptent à elles seules 38 laboratoires. Malgré la Guerre froide, le programme intègre officiellement ou non de nouveaux laboratoires en Europe de l’Est (Tchécoslovaquie, Hongrie), et des contacts réguliers sont établis avec l’Union soviétique. L’extension du nombre de laboratoires collaborateurs dépend des relations diplomatiques entretenues par les pays avec l’OMS, mais aussi des relations personnelles et professionnelles entre les membres du réseau. En 1969, le réseau s’étend désormais à 85 laboratoires dans 55 pays.

12L’apparition d’une nouvelle souche de virus en 1957 constitue une épreuve pour le réseau de surveillance, qui y trouve un test de sa capacité à collecter l’information épidémiologique et à identifier le nouveau virus en circulation nécessaire aux campagnes nationales de vaccination. L’alerte internationale connaît effectivement une rapidité inédite, de même que l’identification de la souche de virus. Avec la nouvelle pandémie, l’OMS apparaît comme un lanceur d’alerte capable de réunir rapidement des informations sur l’apparition d’un virus nouveau et de transmettre ces informations aux pays membres de l’Organisation. Elle travaille d’ailleurs à se constituer cette stature après la pandémie, via le secrétariat du Programme grippe à Genève. Celui-ci présente le détail de son action grâce au réseau pendant les mois de la pandémie et invite à son renforcement, en particulier dans les espaces encore non couverts comme la Chine, en invoquant la solidarité internationale face à un ennemi global. La publication par l’OMS de la carte du cheminement de la pandémie de 1957 (figure 1) matérialise l’efficacité du travail de coordination dans le programme.

Figure 1. Le tour du monde de la grippe asiatique

Figure 1. Le tour du monde de la grippe asiatique

Source : carte pp. 12-13, Courrier de l’UNESCO, 1958, XI, 5, pp. 4-32

13La pandémie de grippe asiatique offre à l’OMS l’occasion de rendre visible le travail effectué par son réseau de surveillance du virus de la grippe humaine. Grâce à la construction de cette « infrastructure de connaissance », le programme renforce la légitimité de sa coordination à l’épreuve d’une pandémie attendue depuis celle de 1918. La pandémie de 1957 permet aussi à l’OMS de s’investir, grâce au réseau international de surveillance virologique de la grippe humaine, dans un domaine inédit : les recherches sur les souches de virus grippal chez les animaux.

Les controverses scientifiques sur l’origine des pandémies grippales

14L’origine de l’enquête internationale de l’OMS sur la grippe chez les porcs et les chevaux, lancée en juillet 1957, est multiple. À l’occasion de la pandémie, elle repose d’abord sur l’utilisation du réseau de surveillance de la grippe humaine pour étudier la présence du virus chez les animaux. Elles démontrent ensuite les nouvelles relations institutionnelles entre santé humaine et santé animale, au sein de l’OMS et avec ses organisations partenaires. Elles s’expliquent enfin par une controverse scientifique durable sur l’origine des pandémies, ravivée par l’identification récente du virus de la grippe chez certains animaux.

Les hommes et les animaux malades de la grippe : production et alignement des savoirs sur une maladie

15Au XIXe siècle, les traités d’épidémiologie historique et de géographie médicale signalent régulièrement la concomitance d’épizooties, en particulier chez les chevaux, et d’épidémies de grippe (Hirsch, 1881). La similitude des signes cliniques (abattement, formes nerveuses et respiratoires, etc.) justifie ces observations dans un contexte favorable à la médecine comparée. L’atteinte simultanée des individus et des animaux, dans des zones parfois éloignées, tend à associer la grippe à des variations occultes dans l’atmosphère, spécialement durant l’hiver. Suite à la grippe de 1889-1890, première pandémie mondiale de l’ère bactériologique, la mise en évidence des chemins de la contagion grippale selon les voies de communication les plus modernes, comme le train, donne prééminence à une transmission interhumaine par contact direct, associée à une étiologie bactérienne. Parfois contesté avant 1914, le consensus sur le rôle du bacille de Pfeiffer, comme microbe de la grippe, n’est rompu qu’avec la pandémie meurtrière de 1918-1919. C’est à ce moment qu’est introduite l’hypothèse étiologique concurrente d’un virus filtrant, c’est-à-dire inobservable avec les moyens techniques de l’époque, non cultivé en laboratoire et sans que l’on parvienne à reproduire les signes distinctifs de la maladie chez l’animal. Face à la complexité de la propagation de cette grippe pandémique, le modèle dominant de l’épidémiologie bactériologique est confronté à l’échec d’une conception réductionniste de l’invasion de l’individu par le microbe (Mendelsohn, 1998).

16L’observation d’une épizootie porcine dans le Midwest américain à l’automne 1918 puis les hivers suivants, attribuée à la grippe par un vétérinaire du Federal Bureau of Animal Industry, constitue la première affirmation d’une contagion inter-espèce de la grippe (Koen, 1919). Koen constate la maladie nouvelle dans les élevages de porc, et l’identifie cliniquement à la grippe humaine qui vient de survenir. Après diverses tentatives infructueuses au cours des années 1920, Richard Shope, du Rockefeller Institute for Comparative Pathology, parvient en 1929 à transmettre la grippe puis à isoler le virus chez des cochons d’élevage. Peu après, la comparaison de ce virus avec le virus humain transmis expérimentalement au furet par des équipes britanniques du National Institute for Medical Research montre de fortes similarités (Bresalier, 2013). La grippe expérimentale des furets, puis des souris, sert d’abord à modéliser les signes pathologiques de la maladie en comparaison à la maladie humaine, pour mobiliser le monde médical autour des essais de vaccination. Quant aux souris, elles sont remplacées pour la multiplication du virus à la fin des années 1930 par les œufs embryonnés, qui permettent de produire des quantités exceptionnelles de virus et de standardiser les méthodes de laboratoire. Cette démonstration de l’existence d’une grippe porcine chez les animaux d’élevage et la transmission de la grippe humaine au furet rendent possible un travail expérimental de laboratoire sur la grippe au cours des années 1930 mais elles apportent peu d’éclaircissement sur l’épidémiologie de la grippe humaine.

17À la suite de Koen, Shope estime que le porc est porteur d’une souche de virus humain de 1918. Néanmoins, l’approche comparée des deux maladies montre des différences notables. L’expression clinique généralement peu marquée de la maladie porcine demeure latente. Le virus porcin isolé annuellement présente une plus grande stabilité antigénique que les virus humains, auquel il est désormais comparé, ce qui semble s’expliquer par la faible durée de vie des porcs d’élevage qui n’ont pas acquis d’immunité. Enfin, l’épizootie se transmet difficilement dans les élevages par voie naturelle. La théorisation du cycle de transmission de l’épizootie par Shope est complexe. Il expose l’hypothèse d’une transmission impliquant un réservoir intermédiaire du virus chez des vers parasites des poumons des animaux, transmis à des vers de terre avant d’être ingérés par les porcs. Comme l’infection masquée s’exprime saisonnièrement, Shope estime qu’un autre agent bactérien ou qu’un stress dû à une variation atmosphérique sont nécessaires. Ainsi, si le rôle des animaux d’élevage et de laboratoire est crucial dans la « virologisation » de la grippe durant les années 1930, leur place dans l’histoire naturelle de la grippe humaine reste incertaine.

18Une vingtaine d’années plus tard, des recherches de laboratoire et de terrain montrent que le nombre d’espèces animales porteuses du virus de la grippe est plus élevé qu’imaginé jusque-là. Le virus de la grippe est identifié en Europe chez les chevaux, les canards, et même chez les porcs, alors que la grippe porcine avait presque uniquement été signalée aux États-Unis (Kaplan, 1980). Enfin, Schäfer montre en 1955 que la peste aviaire (« fowl plague »), maladie dont l’agent avait été identifié à un virus filtrant dès le début du XXe siècle, résulte de l’infection des animaux par un virus apparenté au virus de la grippe humaine (Wilkinson, 1975). Tous ces éléments concourent à confirmer l’existence de la grippe chez les animaux, éventuellement transmissible entre hommes et animaux dans des conditions naturelles ou expérimentales, et ouvrent la voie à une investigation plus systématique de l’hypothèse d’un réservoir animal. Mais l’alignement des savoirs cliniques, microbiologiques et épidémiologiques reste précaire.

L’enquête de 1957-1958 et l’hypothèse d’un réservoir animal

19L’enquête initiée en juillet 1957 est réalisée au sein de la division des maladies transmissibles de l’OMS, sous les auspices d’Anthony M.-M. Payne, coordinateur du Programme grippe, et de Martin Kaplan, chef de la section de santé publique vétérinaire. Grâce à l’alerte rapide dans le réseau, elle permet d’étudier l’apparition du virus de la grippe chez certains animaux quand l’épidémie est déjà présente, ou dans d’autres pays de contrôler la présence du virus avant et après l’apparition de l’épidémie annoncée. L’enquête mobilise vingt-cinq pays grâce au réseau de surveillance de la grippe humaine. Elle porte sur les chevaux et les porcs. Les résultats de l’enquête internationale sont publiés en 1959 dans un numéro spécial du Bulletin de l’OMS consacré à la pandémie de grippe asiatique de 1957 (Kaplan et Payne, 1959). Concernant la présence de la nouvelle souche pandémique, les observations de terrain se révèlent décevantes. Les chevaux et les porcs ont très rarement été infectés par le nouveau virus en circulation. En revanche, l’enquête indique la présence généralisée du virus de la grippe parmi les animaux étudiés, confirmant à une nouvelle échelle les observations publiées les années précédentes.

  • 2 Tchécoslovaquie ; Espagne ; Hongrie ; Grande-Bretagne ; URSS ; États-Unis ; Argentine ; Japon ; Hon (...)

20Le réseau informel de chercheurs composé lors de cette enquête exploratoire se réunit régulièrement à partir de 1963 pour poursuivre le recensement des espèces porteuses de virus grippaux et pour isoler les virus en circulation. Outre la surveillance continue des virus humains, l’OMS devient le coordinateur des recherches sur les souches animales sous la direction de Kaplan. Dès le milieu des années 1960, les réunions du groupe sont annuelles. L’attention est d’abord portée sur la standardisation des procédures techniques pour faciliter les comparaisons entre les recherches, comme au début du réseau de surveillance des souches humaines. Dans une note adressée fin 1963 aux directeurs des centres étudiant la grippe animale, Kaplan affirme que l’enquête internationale comprend alors dix pays et réitère l’espoir que cet « effort collaboratif » se révélera « très fructueux »2.

  • 3 Les experts utilisent parfois le terme d’épizootiologie.

21Les hypothèses sur l’apparition des souches nouvelles de grippe sont amplement débattues au cours des années 1960 au sein de ce réseau de chercheurs. À la question du mécanisme d’apparition de nouvelles souches chez les humains, s’ajoute désormais celle de l’épidémiologie3 des différentes grippes animales et de leurs relations. La collecte de souches animales dans les élevages, plus rarement dans la faune sauvage, est désormais étudiée grâce aux connaissances sur les recombinaisons génétiques susceptibles d’intervenir entre différentes souches. Les travaux de biologie moléculaire ont montré depuis la fin des années 1940 qu’un glissement antigénique (« drift ») était possible expérimentalement, par sélection d’une souche mutante. Contrairement à la stabilité du virus porcin américain, la variété des nouvelles souches grippales étudiées renforce l’hypothèse de recombinaisons génétiques brutales (« shift ») intervenant entre souches animales et entre souches animales et humaines.

22Les recherches sur les grippes porcines et équines sont concurrencées par l’observation régulière de cas de grippe aviaire. Le Bulletin de l’OMS publie un nombre croissant de publications sur les virus grippaux animaux, en particulier aviaires, à l’exemple de la collaboration entre Pereira, nouveau directeur du Centre mondial de la Grippe et Tůmová, de l’Institut d’épidémiologie et de microbiologie de Prague, à l’origine en 1956 des premières publications sur la grippe équine. À partir des souches de grippe aviaire fournies par les différents laboratoires collaborateurs nationaux, ces chercheurs montrent par exemple que des recombinaisons plus ou moins étendues sont possibles in vitro entre des souches différentes.

23Au même moment, le cycle complexe de Shope impliquant un réservoir intermédiaire est réexaminé par des enquêtes conduites aux États-Unis et en Europe. Les recherches de Peterson, Davenport et Francis (1961) aux États-Unis, celle de Blaskovic et Kaplan en Tchécoslovaquie en 1970, tentent de préciser le rôle éventuel des vers dans la transmission de la grippe porcine. Contrairement à l’hypothèse proposée par Shope, la seconde équipe montre que dans un élevage porcin la contagion de la maladie s’effectue directement entre les porcs, tout au long de l’année, malgré des formes inapparentes de la maladie.

24L’hypothèse d’une origine strictement humaine des variations de la grippe est aussi défendue, rejetant une mutation brutale du virus chez les hommes. La théorie du « péché originel antigénique » (“original antigenic sin”) formalisée par Francis aux États-Unis (Francis, 1960) permet d’expliquer un mécanisme de recyclage des antigènes grippaux, en introduisant la réponse immunologique de différentes générations dans la population. L’observation d’anticorps du virus de 1957 chez les personnes les plus âgées permet de suspecter le retour d’une souche en circulation lors de leur prime enfance. D’après cette interprétation du remplacement cyclique des souches virales, la souche de 1957 correspond au retour du virus en circulation chez les humains au moment de la pandémie de 1889-1890. Le mécanisme du recyclage de la structure antigénique, sans intervention de recombinaison avec d’autres espèces, résulte du remplacement des anciennes générations immunisées par des nouvelles dépourvues de cette mémoire immunitaire.

25À la veille de la grippe de Hong-Kong (1968), les membres du réseau de l’OMS défendent des hypothèses radicalement différentes sur l’origine des pandémies. Pourtant, plus qu’une rupture, la controverse scientifique montre un nouvel espace commun de preuves et de méthodes où les chercheurs essaient de prendre en compte les critiques et d’ajuster leurs énoncés.

Vers l’élucidation de l’origine des pandémies : l’écologie des virus de la grippe

26Grâce à un virus rapidement détecté comme en 1957, les recherches internationales sur le nouveau virus mutant de la grippe de 1968 bénéficient de l’état précis des virus circulant avant l’événement. L’étude au laboratoire des deux antigènes de surface spécifiques, la neuraminidase (N) et l’hémagglutinine (H), de leur diversité selon les espèces, permet désormais de comparer le nouveau virus grippal et les virus grippaux humains et animaux antérieurs. Le volume triple du Bulletin de 1969 confirme la mobilisation continue du Programme grippe de l’OMS. Dans le compte rendu du Bulletin de la réunion internationale de Hong-Kong, tenue quelques semaines auparavant (Bulletin OMS, 1969), plusieurs chercheurs confirment la propagation du virus pandémique chez les animaux. Mais, comme le rappelle le troisième rapport technique sur les virus des voies respiratoires en 1969 (OMS, Rapport technique n° 378, 1967), la prudence domine quant à l’origine des variations des souches grippales.

27En 1972, un nouveau numéro du Bulletin de l’OMS, entièrement dédié à la grippe animale, signale une prochaine clôture de la controverse scientifique. Kaplan et Beveridge, deux spécialistes de santé vétérinaire à l’OMS, exposent le récit de l’histoire de la découverte du réservoir animal :

En 1957, lorsque l’OMS a intensifié les recherches sur la grippe animale, la grippe en tant que zoonose était plutôt considérée comme une curiosité biologique que comme un chaînon important dans l’épidémiologie de la maladie chez l’homme. […] Grâce à l’élucidation récente de la structure de 1’ARN du virus grippal, la facilité avec laquelle les recombinaisons se produisent devient explicable. […] Fenner a souligné que l’apparition du type asiatique présentant des variations nettes par rapport au type H1N1 […] est un argument de poids en faveur de l’hypothèse d’une émergence à partir d’un réservoir animal. (Kaplan et Beveridge, 1972, p. 442)

  • 4 Il s’agit de la troisième classification élaborée par les experts de l’OMS, après celles de 1953 et (...)

28L’article de chercheurs australiens, Webster et Laver, intitulé avec une assurance nouvelle « The origin of pandemic influenza », énonce l’hypothèse dominante découlant des recherches entreprises depuis 1947. Le nouveau virus pandémique est porteur de deux antigènes de surface d’origine différente : une neuraminidase (N) issue de la souche humaine de 1957 et une hémagglutinine (H) provenant d’une souche animale (Webster et Laver, 1972). Conjointement, l’équipe d’Easterday de l’Université du Wisconsin (États-Unis), spécialisée dans l’étude de la grippe porcine, invalide l’hypothèse de Shope en déniant le rôle actif des vers dans la transmission de la maladie (Nakamura, Easterday et al., 1972). La nouvelle modification4 de la taxinomie des virus de grippe, promulguée par l’OMS en 1971 (Bulletin OMS, Memorandum, 1971), normalise cette transformation en introduisant l’espèce d’où le virus a été isolé et la référence des antigènes de surface H et N. La nouvelle structure de classification, du type A/turkey/Wisconsin/l/66 (Hav5N2), entérine la co-infection des animaux et des hommes par le virus grippal.

29Des incertitudes subsistent sur les mécanismes de transmission : s’agit-il d’une hybridation de virus animaux chez un animal puis transmise à l’homme ? De la co-infection d’un individu humain par une souche humaine et une souche animale qui auraient ensuite muté ? La preuve irréfutable d’une mutation d’une souche animale n’est pas encore apportée. Mais le faisceau d’observations collectées après 1968 fait basculer le rapport de force entre les hypothèses antérieures. La grippe est désormais indissociablement reliée aux relations entre les virus humains et animaux, et au-delà entre les hommes et les animaux, déterminant une nouvelle histoire naturelle de la maladie.

De la grippe humaine à la diversité des espèces infectées : un équilibre écologique fragile

30Ces débats scientifiques autour de la grippe donnent l’occasion d’observer comment le Programme grippe de l’Organisation mondiale de la santé a participé à l’émergence d’une approche écologique de la maladie, en constituant une niche institutionnelle dès les années 1950, promouvant le rapprochement entre santé humaine et santé animale au sein et en dehors de l’Organisation.

Une biodiversité qui échappe aux mailles de la surveillance

31Les effets de ces recherches se traduisent par la reconnaissance d’une biodiversité exceptionnelle des souches virales et des espèces susceptibles. Les enquêtes spécifiques ou plus accidentelles montrent la grande variété des souches virales et des animaux porteurs de virus grippaux, chez les animaux domestiques, d’élevage et dans la faune sauvage.

  • 5 Archives de l’Institut Pasteur, fonds Hannoun, Han/05, dossier actions urgentes 1977-1981, « Écolog (...)

32Au début des années 1970, les enquêtes de terrain sur la grippe chez les animaux se multiplient sur l’ensemble du globe. L’OMS finance parfois dans des proportions limitées ces enquêtes, comme celle de Laver, en Australie, sur la Grande Barrière de Corail en 1969, où il découvre le virus de la grippe chez les puffins. En Californie, à l’occasion de l’épizootie de maladie de Newcastle de 1972, une enquête bénéficiant des moyens de la New Castle Disease Eradication Task Force, montre la présence de la grippe chez des canards sauvages et domestiques (Slemons et al., 1974). Dans le Minnesota, une enquête est menée par des chercheurs de l’université sur la population de canards malards migrateurs empruntant la Mississippi Flyway (Bahl et al., 1975). En France, une enquête de l’Institut Pasteur, lancée en 1976 dans le parc du Marquenterre en baie de Somme, montre que la grippe est endémique chez les oiseaux sauvages5. Des recherches sérologiques montrent la présence de la grippe chez de nombreux animaux exotiques et domestiques, dans les zoos ou au contrôle des aéroports (Alexander, 1980). Ces enquêtes, rendues possibles par la coopération avec des sociétés de protection de la nature, de chasseurs, des associations professionnelles d’élevage, par les autorités nationales agricoles, fonctionnent grâce à l’infrastructure du réseau contre la grippe à l’OMS, qui coordonne des réunions scientifiques et publie de nombreux travaux sur la grippe animale dans son Bulletin au cours des années 1970.

33Les oiseaux montrent la plus grande variété de souches de virus, souvent sous forme asymptomatique. En 1980, Kaplan décompte près de 50 espèces aviaires porteuses de virus grippaux (Kaplan, 1980) pour lesquelles on décompte de loin la plus grande variété des quinze hémagglutinines et neuf neuraminidases différentes isolées dans l’ensemble des espèces porteuses du virus (Easterday, 1975). L’essentiel des nouveaux antigènes est découvert chez les oiseaux, grâce à des prélèvements du cloaque où le virus est plus concentré que sur les voies respiratoires. La présence d’oiseaux migrateurs porteurs de virus, circulant sur l’ensemble du globe, les désigne comme une source possible de l’infection des élevages d’animaux domestiques. Une souche de virus de grippe isolée dans un élevage aviaire écossais en 1959 est proche d’une autre décelée chez une sterne en Afrique du Sud en 1961, puis chez des oiseaux sauvages étudiés sur la côte pacifique de l’URSS, et enfin en 1971 en Alaska. Les histoires naturelles similaires de transmission mondiale de souche aviaire se multiplient.

34Dans un article de 1977 publié dans une revue de vulgarisation scientifique, Kaplan et Webster proposent un panorama des recherches internationales sur la grippe, conséquence directe des travaux issus de la pandémie de Hong-Kong de 1968 (Kaplan et Webster, 1977). Les nombreuses représentations de vulgarisation (comme les schémas du mécanisme de recombinaison animal-homme, ou les premiers arbres phylogénétiques) qui illustrent les articles et les rapports des membres du réseau montrent le déplacement du problème des variations virales autour des relations écologiques entre espèces et virus. En comparaison des représentations antérieures de la propagation de la grippe à l’échelle mondiale, comme en 1957 (figure 1), celle présentée (figure 2) est remarquable par sa dimension naturaliste. La carte n’est plus liée à l’apparition d’une pandémie humaine, mais représente la circulation saisonnière des oiseaux sauvages sur des routes migratoires traversant les territoires nationaux.

Figure 2 : le parcours de trois oiseaux migrateurs

Figure 2 : le parcours de trois oiseaux migrateurs

La carte représente le parcours de trois oiseaux migrateurs (de haut en bas : colvert ; sterne arctique ; puffin) et les lieux d’isolement de souches grippales parmi ces espèces.

Carte publiée dans Scientific American, en 1977, p. 101 et en 1978 dans Pour la science, filiale du mensuel américain.

35L’origine des épidémies est désormais inséparable de la présence des virus chez les animaux, domestiques ou sauvages. L’épisode de la grippe de 1976 aux États-Unis, déclenchée par la maladie d’un soldat, confirme cette nouvelle inquiétude car le virus isolé comporte des antigènes d’un virus du cochon (Dehner, 2012). L’article de 1977 signale le renouvellement des acteurs et des dispositifs de recherche sur la grippe animale. Admis à la retraite, Martin Kaplan, cheville ouvrière des premiers réseaux informels, laisse place à Robert Webster, directeur du nouveau Centre collaborateur sur l’étude de l’écologie de la grippe chez les animaux, créé en 1976. Webster devient l’un des protagonistes les plus actifs de la surveillance de la grippe animale pendant les trois décennies suivantes. La création d’un Centre collaborateur spécialisé sur l’écologie des grippes animales complète le dispositif de surveillance créé en 1947, et centralise les virus collectés et les recherches chez les animaux. Pour adapter la surveillance de la grippe à cette nouvelle histoire naturelle, Beveridge imagine d’équiper le réseau avec des postes sentinelles pour étudier sur le terrain « l’écologie des hommes et des animaux » (Beveridge, 1972). Le département de microbiologie de l’université de Hong-Kong accomplit cette mission à partir des années 1970 (Keck, 2010).

36La lutte contre la grippe humaine, initiée par l’OMS après la Seconde Guerre mondiale, débouche sur la mise à jour d’une biodiversité inconnue deux décennies auparavant. Cette approche écologique de la grippe repose sur une perspective évolutionniste de la maladie, désormais adossée à la génétique, et sur une interprétation épidémiologique multifactorielle, plutôt qu’une cause infectieuse unique, impliquant les relations sur le temps long entre les populations de diverses espèces.

37Depuis la fin du XIXe siècle, l’approche écologique de la maladie se distingue dans le champ biomédical par sa résistance à une approche réductionniste des mécanismes infectieux et épidémiques, dominante avec le paradigme bactériologique, décrivant les mécanismes pathologiques de l’invasion des organismes par les microbes. Les lendemains de la Première Guerre mondiale, marqués par l’apparition de nouvelles infections à l’épidémiologie étrange et l‘attention portée au rôle des porteurs sains, sont un moment d’essor de cette approche plus intégrative et complexe de la maladie (Mendelsohn, 1998 ; Tilley, 2004). Le succès thérapeutique des antibiotiques et de la mise au point de nouveaux vaccins, conjugué aux campagnes de destruction des vecteurs, ont donné après la Seconde Guerre mondiale l’espoir d’une fin prochaine des maladies infectieuses, au moins dans les pays les plus développés désormais préoccupés par les maladies dites dégénératives. Au milieu du siècle, cette approche écologique est donc redevenue minoritaire, malgré l’intérêt durable de certaines figures scientifiques de premier plan (comme Burnet ou Dubos), en raison de leurs liens avec la pathologie animale ou la médecine tropicale (Anderson, 2004).

38Minoritaire dans le monde de la recherche biomédicale et à l’OMS, où domine durant les deux premières décennies une conception technique, cloisonnée et verticale de son action internationale, cette approche écologique de la maladie trouve une niche institutionnelle propice à son essor dans certains groupes d’experts et programmes de l’organisation, en particulier face aux problèmes de l’éradication de certaines maladies infectieuses dans les pays en développement. Contrairement aux autres maladies infectieuses en net recul dans les pays développés, la grippe échappe encore à la fin annoncée du fardeau des maladies transmissibles. Parmi les scientifiques étudiés par Anderson, plusieurs ont d’ailleurs travaillé sur la grippe dès l’entre-deux-guerres, comme Zinsser, ou Macfarlane Burnet, qui collabore ponctuellement ensuite comme expert du Programme grippe de l’OMS. Dès la fin des années 1950, et surtout après 1957, le Programme grippe constitue une niche institutionnelle pour l’expression de cette approche intégrative, alors que l’hypothèse d’un réservoir animal gagne de l’importance.

39Avant les preuves accumulées au cours des années 1970, cette approche écologique de la grippe se nourrit à plusieurs sources. La collaboration de nombreux chercheurs australiens (Burnet, Beveridge, Laver, Fazekas de St Groth, Webster), sensibles à cette approche par leur expérience de la médecine tropicale ou de la pathologie animale, rencontre des motivations disparates, exprimées par les principaux protagonistes du programme tels qu’Andrewes, Kaplan, ou Payne. Le premier participe à la définition scientifique du concept de virus, soulignant la nécessité de l’envisager selon une approche écologique et dynamique, reposant sur un équilibre instable avec leur hôte (Andrewes, 1952). Il dénonce plus tard la tendance des virologistes à se focaliser sur des recherches fondamentales progressivement détachées des phénomènes pathologiques chez les individus (Andrewes, 1973). Spécialiste en pathologie animale à l’OMS, Kaplan est confronté aux difficultés du programme d’éradication de la rage, et, dès le milieu des années 1960, il dénonce fermement les illusions véhiculées par le slogan de l’éradication (Kaplan, 1966). Engagé dans le mouvement Pugwash pour le contrôle des armes biologiques (Robinson, 1998), Kaplan est aussi attentif au rôle social et environnemental de la science, dont il distingue les effets néfastes, tant sur le plan de la paix internationale que de la dégradation de l’environnement (Kaplan, 1973). Dans une veine plus proche des débats géopolitiques de l’entre-deux-guerres sur l’accroissement dangereux de la population mondiale (Brashford, 2008), Anthony Payne, coordinateur du programme au cours des années 1950, dépeint dans une conférence tenue à Yale en 1959 un équilibre écologique historique dont l’homme n’est qu’une pièce parmi d’autres, argumentaire partagé un peu plus tard par Beveridge :

Les changements dans l’écologie humaine qui ont pris place depuis le dernier siècle ont été plus importants que ceux survenus dans toute l’histoire de l’Homme. J’utilise à dessein le mot de changement plutôt que celui de progrès. Seul le futur nous montrera si nous avons fait des progrès ou si nous avons plutôt construit quelque chose qui pourrait éventuellement nous détruire. […] Les changements de l’homme et accomplis par l’homme dans l’environnement ne sont qu’une partie du tableau écologique dans son ensemble. Les vecteurs et les agents infectieux sont aussi évolutifs et procèdent à la fois de changements spontanés dus à la mutation et à la sélection naturelle, et de changements dans le comportement ou la structure du fait de l’environnement. La plupart de ces changements ne peuvent être prévus, pas plus qu’on peut les prévenir. Mais ils doivent être surveillés constamment et investigués rapidement à la recherche d’un remède. (Payne, 1959, p. 5)

40Après cette introduction, Payne choisit la grippe comme exemple de la nécessité d’une approche écologique et globale, révélée par la récente enquête sur la grippe animale. Payne désigne une méthode, la surveillance épidémiologique continue, comme l’outil le mieux adapté au suivi de cet équilibre écologique instable entre l’homme, les agents infectieux et son milieu. Pourtant, cette approche scientifique des transformations écologiques (« ecological change ») et ses partisans ne se recoupent que rarement avec les critiques développées au même moment concernant l’impact sur la santé des changements environnementaux (Anderson, 2004).

41Cette approche écologique de la grippe, qui émerge dans la niche institutionnelle d’un programme de l’OMS, contribue à rendre visible la problématique de l’instabilité de l’équilibre écologique et à rompre avec l’optimisme encore dominant dans le monde biomédical au moment où la variole est vaincue. Easterday exprime cette crainte nouvelle véhiculée par l’histoire naturelle complexe de la grippe :

What is the public health significance of these influenza virus infections of the various non-human vertebrate species? Is there an epidemic or pandemic time bomb among those viruses? If there is, what do we do about it? (Easterday, 1980, p. 108)

42Cette écologie complexe de la grippe se traduit par la nécessité d’intéresser et d’enrôler de nouveaux acteurs pour participer à la gestion de cette nouvelle zoonose, conformément au travail réalisé par l’OMS en collaboration avec la FAO afin de renforcer les relations entre santés animale et humaine.

D’une niche institutionnelle à une collaboration élargie contre la grippe

43Le Programme grippe accompagne et renforce en effet le positionnement de l’OMS dès sa création aux frontières de la santé publique humaine et animale. Il se traduit par une collaboration avec la FAO et la promotion d’un concept (zoonose) et de professionnels (de santé publique vétérinaire) permettant une approche coordonnée entre santé humaine et santé animale.

44Dès sa création, l’OMS s’engage avec la FAO dans la lutte contre les zoonoses, terme apparu au XIXe siècle, dont la définition adoptée en 1950 désigne désormais « les maladies qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice versa ». Dans le contexte de la création des nouvelles agences internationales de l’après-guerre, cette coordination inter-agences onusiennes vise à favoriser le développement économique à l’échelle mondiale par une action concertée liant les problèmes de pénurie alimentaire et de production agricole, aux maladies du bétail et humaines (Staples, 2006). En 1950, la première réunion d’experts des zoonoses est organisée à Genève, à l’initiative des deux agences. Outre les programmes spécifiques, cette collaboration sur les zoonoses se poursuit avec de nouvelles réunions d’experts en 1958, 1966, 1979 et 1981. Plusieurs maladies sont ciblées comme prioritaires, parmi plus de 80 maladies zoonotiques identifiées en 1950. La brucellose, la fièvre Q, la tuberculose bovine, la rage sont identifiées pour une intervention concertée (OMS, Rapport technique n° 40, 1951).

45Cette action conjointe vise des objectifs de développement économique et social dans les pays les plus pauvres, conformément à la définition élargie de la santé affirmée par l’OMS, mais aussi à resserrer des liens jugés distendus entre professionnels du monde vétérinaire et de la santé humaine. En plus du concept de zoonose, la promotion d’un nouvel acteur professionnel – le vétérinaire de santé publique – doit rétablir le lien entre les administrations nationales spécialisées. En plus de leur rôle institutionnel auprès des services d’agriculture (contre les épizooties et pour l’hygiène des produits alimentaires), hérités de la fin du XIXe siècle, les experts insistent sur ceux de la lutte contre les zoonoses et la recherche médicale. Dès 1949, l’OMS crée son premier département de santé publique vétérinaire (SPV) dirigé par Martin Kaplan (Kaplan et Bögel, 1991). En 1955, une première réunion d’experts de la SPV est tenue à Genève. Le parcours de Martin Kaplan en fait un interlocuteur désigné : diplômé de médecine vétérinaire en 1940 puis en santé publique aux États-Unis, il travaille successivement à la United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA) et à la FAO avant de rejoindre l’OMS. La création du service est contemporaine de celles du service de SPV au CDC et au Pan American Sanitary Bureau (Steele, 1996). Kaplan bénéficie de soutiens actifs dans l’élite du monde professionnel vétérinaire, en particulier aux États-Unis, qu’il intègre aux panels d’experts, à l’instar de Meyer ou Steele, ou de l’Australien Beveridge. Ce dernier, collaborateur de Shope puis Macfarlane Burnet dans leur recherche sur la grippe, puis directeur du département de Pathologie animale à Cambridge, devient président de l’Association mondiale vétérinaire (WVA) entre 1957 et 1975. Beveridge participe comme consultant auprès du département de SPV de l’OMS, où il élabore la classification des tumeurs cancéreuses chez les animaux, dans une approche de pathologie comparée qu’il ne cesse de promouvoir dans la recherche biomédicale.

46Si l’intégration de la grippe parmi les zoonoses est seulement évoquée par les experts dès 1950, les recherches initiées par l’OMS sur la grippe animale en 1957 conduisent à une discussion détaillée en 1958, lors de la seconde réunion du Comité des zoonoses (OMS, Rapport technique n° 169, 1959). La grippe est admise parmi les « nouvelles zoonoses », dont l’émergence conduit à la modification de la définition de 1950 désignant désormais les « maladies et infections qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice versa », pour insister sur la nouvelle possibilité d’infections inapparentes et de réservoirs sains, en particulier chez les animaux. En 1967, le Comité poursuit le suivi des recherches sur la grippe animale et intègre la grippe parmi les zoonoses. Le signalement de plus en plus fréquent des zoonoses est attribué « en partie (aux) changements constants qui surviennent dans les interactions hôte-parasite-environnement et par le perfectionnement des méthodes d’étude biologique » (OMS, Rapport technique n° 378, 1967, pp. 103-104).

47Le classement de la grippe parmi les zoonoses manifeste le souci des deux agences d’intégrer la santé animale à leur agenda commun, et permet d’encourager continûment l’implication des vétérinaires de santé publique contre une maladie humaine frappant l’ensemble de la population mondiale. Pourtant, au-delà des recherches scientifiques, le rôle de la SPV et plus généralement des services vétérinaires, sur le terrain, ne commence à s’affirmer qu’à la fin des années 1970. La surveillance des différentes grippes animales s’organise au niveau national et international avec la surveillance des grippes équines, aviaires et porcines, dans les fermes, les élevages, les abattoirs, les refuges ornithologiques, impliquant services vétérinaires locaux et associations professionnelles.

48Le cas de la grippe équine, transmise par deux souches de virus relativement stables identifiées en 1957 en Tchécoslovaquie et en 1963 en Floride, est exemplaire. L’augmentation du nombre de cas en Asie, en Europe et en Amérique du Nord, est attribuée à l’essor de la circulation des chevaux de courses, en particulier de purs sangs. Au début des années 1970, les sociétés de courses, comme la Société d’Encouragement pour l’amélioration des races de Chevaux en France, exigent la vaccination des chevaux sur les lieux de compétition et d’entraînement. Les professionnels et les chercheurs sur la grippe demandent la création d’un réseau de surveillance de la grippe équine lors de plusieurs réunions internationales à la fin des années 1970 pour résoudre un problème économique et scientifique (OIE, 1982). Jusque-là, l’identification des souches repose sur le réseau OMS. En 1983, la grippe équine est inscrite parmi les maladies du Code zoosanitaire de l’Organisation Internationale des Épizooties (OIE), référence pour les échanges internationaux d’animaux depuis 1968, et l’OIE décide la création d’un Laboratoire de référence de la grippe équine à l’Université vétérinaire de Munich, déjà Centre collaborateur OMS pour la collection et l’évaluation des données en virologie comparée (Blajan, 1986). Pourtant, la grippe demeure encore un problème perçu via ses implications pour la santé humaine. L’impact économique des épizooties chez les animaux d’élevage est difficilement mesurable et le corpus des recherches manque de profondeur historique (Easterday, 1980). Mais leur observation plus fréquente justifie désormais un contrôle par les vétérinaires de santé publique.

Conclusion

49L’intégration progressive dans le Programme grippe de la surveillance des animaux est par ailleurs contemporaine de l’adoption par l’OMS de la surveillance épidémiologique comme moyen d’action privilégié, au cours des années 1960. La surveillance épidémiologique des maladies repose sur l’organisation à l’intérieur des territoires de systèmes actifs et continus de suivi de l’incidence des maladies, associant épidémiologistes de terrain, laboratoires d’analyse et structures de santé publique. L’organisation d’un réseau national de surveillance vise à produire une vigilance constante et réactive, fondée sur une information circulant rapidement, dont le modèle est élaboré nationalement au CDC d’Atlanta, au département d’épidémiologie dirigé par Langmuir (Fearnley, 2010). Après la création de la première unité de surveillance épidémiologique de l’OMS en 1965, le nouveau règlement sanitaire international de 1969 introduit la surveillance épidémiologique comme dispositif de référence et d’avenir, destiné à remplacer les mesures ciblant les malades (quarantaine, passeport sanitaire, etc.), utilisé pour les maladies pestilentielles (choléra, peste, fièvre jaune, typhus) depuis les conférences sanitaires du XIXe siècle. Malgré les carences de la surveillance épidémiologique dans le réseau de l’OMS, la grippe est inscrite parmi les trois premières maladies internationales devant servir à l’établissement de ce nouveau dispositif dans les pays membres (OMS, Résolutions de l’Assemblée mondiale de la santé n° 22.47/48, 1969).

50Avec ce nouvel outil d’action et d’analyse, l’objet de la surveillance est déplacé et complété par rapport à l’approche écologique de la maladie conceptualisée par la virologie et la génétique pour comprendre les variations des agents pathogènes. En passant au niveau des populations, l’épidémie est transformée en un événement discret impliquant la rupture de l’équilibre entre individus sains, susceptibles et infectés. Les modélisations mathématiques reposent sur des variables concernant le pouvoir infectieux de l’agent, le temps d’incubation ou la densité d’individus susceptibles dans la population. L’action recommandée par cette nouvelle approche épidémiologique ne porte plus sur l’assainissement d’un milieu, l’éradication d’un agent, la vaccination de masse ou l’amélioration des conditions de vie, mais sur l’alerte précoce grâce à une collecte continue de données pour évaluer, parmi ces mesures, les plus à même d’éviter le dépassement d’un seuil épidémique. En standardisant les méthodes des épidémiologistes spécialistes de santé humaine et de santé animale, le nouveau concept de surveillance épidémiologique complète et renforce les rapprochements promus par l’approche écologique de la maladie et les recherches sur les zoonoses. Au début des années 1980, Schwabe décrit cette approche comme le pivot de l’activité de la santé publique vétérinaire (Schwabe, 1982).

51L’histoire de la surveillance de la grippe à l’OMS montre comment celle-ci a procédé, à l’échelle internationale, de la captation d’une initiative nationale après la Seconde Guerre mondiale. Ce redéploiement de la surveillance a coïncidé avec un déplacement des objets de la surveillance virologique vers la recherche des preuves et des mécanismes de variations des souches grippales. Alors que la vaccination préventive des populations humaines est restée un objectif prioritaire mais aux résultats inconstants, l’identification des nouvelles souches virales place l’OMS dans une position de donneur d’alerte, via un réseau de laboratoires collaborateurs aux pratiques standardisées. À partir des années 1960, ce dispositif, étendu à la surveillance des animaux, permet l’accumulation de preuves de l’existence d’un réservoir animal. L’apparition des pandémies de grippe résulte certainement d’une transmission et/ou d’une recombinaison de virus mutants d’origine animale. En une vingtaine d’années, la surveillance de la grippe humaine par l‘OMS a donc débouché sur la mise à jour d’une nouvelle écologie de la maladie, caractérisée par une biodiversité exceptionnelle des souches et des espèces porteuses de virus.

52Cette élucidation rapide, à l’échelle des controverses historiques sur l’épidémiologie de la grippe, a été contemporaine d’une transformation des dispositifs et des partenariats de l’OMS. L’inscription précoce de la grippe parmi les zoonoses a participé au resserrement des liens avec la FAO, et à la promotion de relations entre médecine humaine et vétérinaire, au sein et en dehors de l’OMS, renouant avec une approche intégrée de la santé humaine et animale L’enquête initiée par Kaplan et Payne après 1957 a fourni une justification spectaculaire du rôle que pouvait jouer la SPV dans la recherche sur une maladie humaine potentiellement dévastatrice. Enfin, en rejoignant d’autres zoonoses (rage, tuberculose bovine, etc.) anciennement reconnues et contrôlées (par la quarantaine, l’abattage ou la vaccination, etc.) à l’échelle internationale, la grippe a fourni un exemple original et inquiétant de la fragilité de l’équilibre écologique, observé au même moment sous l’angle des dégradations environnementales. En montrant la circulation des virus grippaux et les possibles franchissements de barrière d’espèces, les acteurs mobilisés par l’OMS contre la grippe participent précocement à la fin de l’optimisme concernant le contrôle des maladies infectieuses, bientôt incarnée par le paradigme des maladies émergentes à la fin des années 1980 (King, 2002).

Haut de page

Bibliographie

Anderson, W. (2004). Natural Histories of Infectious Disease: Ecological Vision in Twentieth-Century Biomedical Science. Osiris, 2d Series, 19, 39-61.

Andrewes, C.H. (1952). The place of viruses in nature. Proc R Soc Lond, B, Biol Sci., 139(896), 313-26.

Andrewes, C.H. (1973). Fifty Years with Viruses. Annu. Rev. Microbiol., 27, 1-14.

Bahl, A.K., Pomeroy, B.S., Easterday, B.C. & Mangundimedjo, S. (1975). Isolation of type a influenza viruses from the migratory waterfowl along the Mississippi flyway. J Wildl Dis., 11(3), 360-3.

Beveridge, W.I.B. (1972). Frontiers in Comparative Medicine: the Wesley Spink Lectures on Comparative medicine. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Beveridge, W.I.B. (1977). Influenza: The last great plague. London: Heinemann.

Blajan, L. (1986). La contribution de l’OIE à la lutte contre les maladies du cheval. Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., 5(1), 179-187.

Blaskovic, D., Jamrichova, O., Rathova, V., Kociskova, D. & Kaplan, M., (1970). Experimental infection of weanling pigs with A/Swine influenza virus. Bull. Org. mond. Santé, 42(5), 767-770.

Brashford, A. (2008). Population, Geopolitics, and International Organizations in the Mid Twentieth Century. Journal of World History, 19(3), 327-347.

Bresalier, M. (2013). Neutralizing Flu: ‘Immunological devices’ and the making of a virus disease, in P. Mazumdar, K. Kroker, J. Keelan (eds.). Crafting Immunity: Working Histories of Clinical Immunology (pp. 107-144). London: Ashgate.

Bulletin OMS, (1969). Bull. Org. mond. Santé, 41(3-4-5).

Bulletin OMS, (1971). A revised system of nomenclature for influenza viruses (Memorandum). Bull. Org. mond. Santé, 45(1), 119-124.

Dehner, G. (2012). Influenza. A century of science and public health response, Pittsburgh: University Press, Pittsburgh.

Easterday, B.C. & Couch, R.B. (1975). Animal Influenza: Its Significance in Human Infection. J. Infect. Dis., 131(5), 602-612.

Easterday, B.C. (1980). Animals in the influenza world. Philos.Trans. Roy. Soc. Lond. B Biol. Sci. B, 288, 433-437.

Eyler, J.M. (2006). De Kruif’s Boast: Vaccine Trials and the Construction of a Virus. Bulletin of the History of Medicine, 80, 409-438.

Fearnley, L. (2010). Epidemic intelligence. Langmuir and the birth of disease surveillance. Behemoth: a Journal on Civilisation, 3, 36-56.

Fleck, L. (2005). Genèse et développement d’un fait scientifique. Paris : Les Belles Lettres (1939).

Francis, T. (1960). On the Doctrine of Original Antigenic Sin. Proceedings of the American Philosophical Society, 104(6), 572-578.

Gosselin, E. (2011). Constructing International Health: The Communicable Disease Center, Field Epidemiologists and the Politics of Foreign Assistance (1948-1972), Thèse de doctorat, McGill University, Montreal.

Hardy, A. (2003). Animals, Diseases and Man, Making connections. Perspectives in Biology and Medicine, 46(2), 200-215.

Hardy, A. (2014). Salmonella Infections, Networks of Knowledge, and Public Health in Britain, 1880-1975. Oxford: Oxford University Press.

Hirsch, A. (1881). Handbuch der historisch- geographischen Pathologie, Stuttgart: F. Enke, vol. 1, 2e édition.

Kaplan, M. & Payne, A.M.M. (1959). Serological survey in animals for type A influenza in relation to the 1957 pandemic. Bull. Org. mond. Santé, 20(2-3), 465-488.

Kaplan, M. (1966). Social Effects of animal Diseases in Developing Countries. Bulletin of the Atomic Scientists, 22(9), 15-21.

Kaplan, M. & Beveridge, W.I.B. (1972). Recherches coordonnées par l’OMS sur le rôle des animaux dans l’épidémiologie de la grippe, Bull. Org. mond. Santé, 47(4), 445-446.

Kaplan, M. (1973). Science’s Role in the World Health Organization, Science, New Series, 180(4090), 1028-1032.

Kaplan, M. & Webster, R.G. (1977). The Epidemiology of Influenza. Scientific American, 237(6), 88-104.

Kaplan, M. (1980). The role of the WHO in the study of Influenza. Phil. Trans. R. Soc. Lond. B, 288(1029), 417-421.

Kaplan, M. & Bögel, K. (1991). Historical perspective of the origins and development of international veterinary public health in the World Health Organisation. Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., 10(4), 915-931.

Koen, J.S. (1919). A practical method for field diagnosis of swine diseases. Am J Vet Med., 14, 468-470.

Keck, F. (2010). Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Terrain, 54, 26-41.

King, N.B. (2004). The Scale Politics of Emerging Diseases. Osiris, 19, 62-76.

Mendelsohn, A. (1998). From Eradication to Equilibrium: How Epidemics Became Complex after World War I, in C. Lawrence & G. Weisz (eds.). Greater than the Parts: Holism in Biomedicine, 1920-1950 (pp. 303-331). Oxford: Oxford University Press.

Nakamura, R.M., Easterday, B.C., Pawlisch, R. & Walker, G.L. (1972). Swine influenza: epizootiological and serological studies. Bull. Org. mond. Santé, 47(4), 481-487.

Payne, A.M.M. (1953). Le Programme grippe de l’OMS. Bull. Org. mond. Santé, 8(5-6), 755-774.

Payne, A. M.M. (1959). Global Epidemiology Today. Yale Journal of Biology and Medicine, 32, 4-15.

Peterson, W. D., Davenport, F. M. & Francis, T. (1961). A Study In Vitro of Components In The Transmission Cycle of Swine Influenza Virus. J. Exp. Med., 114, 1023-1033.

OIE (1982). Organisation de la surveillance de la grippe au niveau mondial. Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., 1(2), 445-456.

OMS (1951). Comité mixte OMS/FAO d’experts des zoonoses, premier rapport, Rapport technique n°40, Genève : OMS.

OMS (1954). La grippe. État actuel des recherches, Monographie n° 20. Genève : OMS.

OMS (1959). Comité mixte OMS/FAO d’experts des zoonoses, deuxième rapport, Rapport technique n° 169. Genève : OMS.

OMS (1959). Comité d’experts des maladies à virus des voies respiratoires, premier rapport, Rapport technique n° 170. Genève : OMS.

OMS (1967). Comité mixte OMS/FAO d’experts des zoonoses, troisième rapport, Rapport technique n° 378. Genève : OMS.

OMS (1969). Comité d’experts des maladies à virus des voies respiratoires, second rapport, Rapport technique n° 408. Genève : OMS.

Robinson, J.P. (1998). The impact of Pugwash on the debates over chemical and biological weapons. Ann N Y Acad Sci, 866, 224-252.

Schwabe, C. (1982). The current epidemiological revolution in veterinary medicine. Preventive Veterinary Medicine, 1, 5-15.

Slemons, R.D., Johnson, D.C., Osborn, J.S. & Hayes, F. (1974). Type-A Influenza Viruses Isolated from Wild Free-Flying Ducks in California. Avian Diseases, 18(1), 119-124.

Staples, A.L.S. (2006). The Birth of Development: How the World Bank, Food and Agriculture Organization, and World Health Organization Changed the World, 1945-1965. Kent: Kent State University Press.

Star, S.L. & Griesemer, J. (1989). Institutionnal ecology, ‘Translations’, and Boundary objects: amateurs and professionals on Berkeley’s museum of vertrebate zoologie. Social Studies of Science, 19(3), 387-420.

Steele, J.H. & Schultz, M.G. (1996). Veterinary Public Health and Alexander D. Langmuir. American Journal of Epidemiology, 144(8), 47-50.

Tilley, H. (2004). Ecologies of Complexity: Tropical Environments, African Trypanosomiasis, and the Science of Disease Control in British Colonial Africa, 1900-1940. Osiris, 19, 21-38.

Trompette, P. & Vinck, D., (2009). Retour sur la notion d’objet-frontière. Revue d’Anthropologie des Connaissances, 3(1), 5-27.

Webster, R.G. & Laver, W.G. (1972). The origin of pandemic influenza. Bull. Org. mond. Santé, 47(4), 449-452.

Wilkinson, L. & Waterson, A.P. (1975). The agent of fowl plague–a model virus?. Medical History, 19, 52-72.

Woods, A. & Bresalier, M. (2014). One health, many histories. Veterinary Records, 174, 650-654.

Haut de page

Notes

1 Les promoteurs du Programme grippe ne font pas référence au précédent du Centre international des Salmonelles, spécialisé dans les infections entériques d’origine bactérienne, établi en 1938 à Copenhague. Il constitue pourtant le premier exemple d’un réseau de collaboration mondiale entre chercheurs, visant à l’identification et la classification d’un groupe de maladies (Hardy, 2014).

2 Tchécoslovaquie ; Espagne ; Hongrie ; Grande-Bretagne ; URSS ; États-Unis ; Argentine ; Japon ; Hong-Kong ; Afrique du Sud. Archives et bibliothèque de l’OMS, Rapport non publié, WHO Various 1963, Report of WHO informal Meeting on the coordinated study of animal influenza, Prague 30-31 January 1963.

3 Les experts utilisent parfois le terme d’épizootiologie.

4 Il s’agit de la troisième classification élaborée par les experts de l’OMS, après celles de 1953 et 1959, pour définir un espace commun de désignation des virus.

5 Archives de l’Institut Pasteur, fonds Hannoun, Han/05, dossier actions urgentes 1977-1981, « Écologie du virus de la grippe : rapport entre grippes humaines et grippes aviaires 1977-1978 ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le tour du monde de la grippe asiatique
Crédits Source : carte pp. 12-13, Courrier de l’UNESCO, 1958, XI, 5, pp. 4-32
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/3108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2 : le parcours de trois oiseaux migrateurs
Légende La carte représente le parcours de trois oiseaux migrateurs (de haut en bas : colvert ; sterne arctique ; puffin) et les lieux d’isolement de souches grippales parmi ces espèces.
Crédits Carte publiée dans Scientific American, en 1977, p. 101 et en 1978 dans Pour la science, filiale du mensuel américain.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/3108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Vagneron, « Surveiller et s’unir ? »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 9-2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/3108

Haut de page

Auteur

Frédéric Vagneron

Doctorant en histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, rattaché au Centre de Recherches Historiques (CRH, UMR 8558), il termine une thèse sur la construction de la grippe comme problème public entre 1880 et 1945 en France, à partir de l’analyse de deux crises sanitaires, la grippe « russe » de 1889-1890 et la grippe « espagnole » de 1918-1919. À partir de ses travaux sur la grippe, ses thèmes de recherche se sont orientés sur l’histoire de la santé internationale et de la santé globale au XXe siècle, et sur l’histoire des dispositifs de secours publics municipaux entre 1870 et 1914, en particulier les ambulances.
https://orcid.org/0000-0001-9102-8233

Adresse : CRH UMR 8558, EHESS, 190-198 avenue de France, FR-75013 Paris (France).
Courriel : vagneron[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals