Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17-4TraductionÀ travers le supermarché

Traduction

À travers le supermarché

Jean Lave
Traduction de Maria Ianeva

Notes de la rédaction

Note de la rédaction : Lave, J. (1988). Through the Supermarket. In Cognition in practice. Mind, mathematics and culture in everyday life (chap. 7, pp. 145-169). Cambridge University Press.
Reproduced with permission of the Licensor through PLSclear.

Note de la traductrice :
Traduire Jean Lave
Le projet de cette traduction s’inscrit dans le prolongement de mes activités d’enseignement et de recherche au sein de l’équipe de Psychologie du Travail et de Clinique de l’Activité du Conservatoire National des Arts et Métiers, équipe que j’ai intégrée en 2016. Il s’adresse tant aux psychologues du travail et jeunes docteurs que nous formons qu’aux collègues enseignants-chercheurs. À ce titre, traduire le chapitre « Through the Supermaket » de l’ouvrage de Jean Lave, Cognition in practice. Mind, mathematics and culture and everyday life, amène, voire cherche à soutenir des échanges déjà entamées (Tomás et al., 2020) autour des nuances entre différentes conceptualisations ou « modèles » de l’activité. Plus particulièrement, les questions du rapport entre subjectivité et activité, celle de la subjectivation, de la construction et du développement du sujet aux prises avec une réalité sociale et matérielle qui lui résiste pourront trouver un écho certain au fil de la lecture de ce chapitre (par exemple celle des divisions imposées entre « science » et « pratique »).
D’une manière plus générale, ce texte bénéficiera à un public francophone plus large, déjà familier avec le travail de l’auteure. Rappelons, que l’ouvrage dont est issu ce chapitre, a été publié pour la première fois en 1988. Il apporte une contribution significative à un mouvement de remise en question des modèles fonctionnalistes de la cognition et de l’action, dont les travaux de Suchman (1987) ou encore de Hutchins (1995) constituent également une critique.
La singularité de la perspective dialectique de Jean Lave mérite d’être soulignée : il s’agit de penser la continuité et surtout la relation entre expérience individuelle et ordre social. Au cœur de cette continuité, toujours en mouvement, nous retrouvons l’activité d’un sujet agissant qui ne cesse de transformer ses conditions d’existence et dont l’activité est, somme toute, inséparable des ressources sociales et culturelles de son milieu de vie. À une époque où l’intelligence artificielle semble susciter autant d’espoirs que de craintes, cette figure d’un sujet, subjectivement et concrètement engagée dans et avec son milieu a toute sa pertinence.
Parmi les concepts qu’utilise Jean Lave pour rendre compte de ce mouvement dialectique complexe, l’adjectif « gap-closing » (« qui comble les lacunes ») s’est progressivement constitué en objet de travail au fur et à mesure de cette traduction. Comme l’indique Jean Lave à plusieurs reprises, l’usage de ce terme est emprunté à Frédéric Bartlett (1958). Cet auteur propose une conceptualisation tout à fait originale de la « pensée quotidienne » : elle recouvrirait une gamme d’activités qui consistent à « combler des lacunes » dans les informations disponibles1. Jean Lave (1984) s’emparera du terme pour proposer une re-conceptualisation dialectique de la résolution des problèmes. Plutôt qu’un processus linéaire, elle le conçoit comme un mouvement progressif de co-construction du problème et de la solution. Nous avons choisi d’utiliser l’expression « arithmétique de remédiation » (« gap-closing arithmetic »), plutôt que « arithmétique informelle » ou « quotidienne » pour traduire ce processus.
Parmi les traductions existantes de textes de Jean Lave celle de Dominique Ebnöther (1985), parue dans la revue Culture Technique, et celle de Philippe Gosselin (2009), parue dans la revue Techniques et Culture, à 24 ans d’intervalle, ont été d’un grand soutien pour mettre en forme ce travail. Enfin, je tiens à remercier le comité éditorial de la Revue d'Anthropologie des Connaissances ainsi que Matthieu Tixier pour leurs relectures attentives et instruites de versions précédentes de ce texte autant que pour leur soutien à ce projet.
Bartlett, F. (1958). Thinking: An experimental and social study. George Allen & Unwin Ltd.
Hutchins, E. (1995).
Cognition in the Wild. MIT Press.
Lave, J. (2009). « Fait sur mesure ».
Les maths dans la pratique quotidienne de tailleurs libériens. Techniques & Culture,1(51), 180-213.
Lave, J. (1985). La qualité de la quantité. Culture Technique, 14.
Suchman, L. (1987).
Plans and situated actions. The problem of human-machine communication. Cambridge University Press.
Tomás,J.-L., Ianeva, M., Simonet, P. & Clot,Y. (2020).
Activité et vision professionnelle. Revue d’anthropologie des connaissances, 14(3). DOI : https://doi.org/10.4000/rac.6814
Wagoner, B. (2012).
Notes on a Social Psychology of Thinking: A comparison of Bartlett and Moscovici. Papers on Social Representations, 21(1), 6.1-6.14.

Texte intégral

  • 2 Ce chapitre est une version révisée de Lave, Murtaugh et de la Rocha (1984). Je tiens à remercier t (...)

1Avant d’explorer la pratique de l’arithmétique au supermarché, il pourrait être utile de présenter un préambule des préceptes et exemples dialectiques afin de donner un sens plus précis à la proposition selon laquelle la pratique se construit dans une relation dialectique entre les personnes en action et les milieux de leurs activités2. La tâche est très générale, car je pars du principe que les processus sociaux, quels qu’ils soient, ont un caractère dialectique. Cela implique, tout d’abord, que bien que l’accent soit clairement mis sur l’activité quotidienne des personnes agissantes dans un milieu, les propriétés qui leur sont attribuées doivent être cohérentes avec les propriétés d’une théorie dialectique générale de l’ordre social, dont la pratique fait partie. Deuxièmement, pensé en termes dialectiques, les caractéristiques centrales de l’activité comprennent son caractère auto-génératif et ouvert, dont la structuration se développe (dialectiquement) à partir du conflit. La théorie dialectique décrit des processus auto-génératifs en termes formels de thèse, d’antithèse et de synthèse. Ces derniers termes s’appliquent directement au niveau de l’ordre socioculturel et de son développement ouvert dans la durée. Cependant, le terme « conflit » plutôt que « contradiction » semble plus approprié pour décrire la multiplicité des disjonctions expérimentées dans la pratique sociale qui motivent l’activité (voir Giddens, 1979, chapitre 4).

2La théorie dialectique a la capacité d’éviter certains enchevêtrements théoriques qui entravent l’élaboration d’une théorie de la pratique. L’un de ces enchevêtrements est un idéalisme qui conduit à la conclusion que pour comprendre la cognition et le monde social, il suffit d’étudier la cognition. Elle recommande également de rejeter une interprétation déterministe de l’environnement selon laquelle le monde matériel ne ferait que contraindre le comportement des individus dont l’activité se réduirait à sa base matérielle. La théorie dialectique offre une alternative de principe et une stratégie pour s’affranchir de ces théories globalisantes qui couvrent l’un ou l’autre de ces extrêmes. Ainsi, elle porte une revendication d’éclectisme selon laquelle aussi bien l’aspect idéel et que l’aspect matériel du monde importent pour façonner l’activité, sans spécifier leur nature ou leurs interrelations en termes cohérents et unifiés. Typiquement, la vision éclectique n’émerge seulement comme un programme, qu’en contradiction avec la pratique de recherche de ceux qui épousent la vision globalisante. Par exemple, l’engagement formel de Capon et Kuhn en faveur de la validité écologique entre en contradiction avec l’organisation de leur cadre expérimental et leurs explications en termes intra-individuels et idéalistes. Un antidote à cette contradiction, dans un esprit dialectique, consiste à soumettre les présupposés théoriques et leur histoire à un examen analytique critique (une démarche dont notre ouvrage se veut un exemple). Par ailleurs, les unités d’analyse, bien qu’elles aient traditionnellement été élaborées séparément, doivent être définies ensemble et de manière consistante, leurs relations étant d’importance primordiale dans le développement des termes. Le principe selon lequel les termes des relations dialectiques sont mutuellement constitutifs souligne l’importance de ce point. Le précis que nous proposons ici se compose d’un petit nombre de questions spécifiques qui sont au cœur de l’analyse dialectique, accompagnées de courtes illustrations. (Je laisserai au chapitre suivant le soin d’explorer plus avant les concepts dialectiques et de discuter d’une théorie dialectique de l’ordre social compatible avec une théorie de la pratique).

Les fondements de l’analyse dialectique

3À la fin du chapitre précédent, j’ai soutenu qu’une relation dialectique est plus qu’une déclaration d’effets réciproques de deux termes l’un sur l’autre. Ainsi, dire que les rayons de produits alimentaires dans les supermarchés influencent les choix des acheteurs, tandis que ces derniers influencent la manière dont le magasin organise la présentation des produits, implique des relations de causalité entre les deux, mais pas une relation dialectique. Une relation dialectique existe lorsque les éléments qui la composent ne sont créés, ne prennent vie qu’en conjonction les uns avec les autres. Par exemple, le problème de mathématique et sa résolution sont mutuellement constitutifs dans l’épisode de l’achat de pommes (Chapitre 1). Les relations constitutives entre disposition des rayons et prise de décision lors des courses alimentaires sont omniprésentes dans les exemples qui seront présentés dans ce chapitre. Notre idée est de donner à voir à une tierce personne d’authentiques procédures d’achat comme celles conduisant un client à rechercher le rayon des pâtes visuellement et physiquement, de manière sélective. Le présentoir est agencé de telle sorte que les différences de tailles et de marques des produits soient des aspects saillants du milieu du client, attirant l’attention sur certaines possibilités catégorielles spécifiques qu’il pourrait utiliser lors de ses calculs. L’activité de l’acheteur se constitue en relation avec ces ressources structurantes. À l’inverse, ni l’expérience, ni le contexte ne seraient accessibles sous une forme particulière réalisée (l’un) sans l’autre, comme le montrera par la suite l’exemple d’une personne qui achète des enchiladas.

4Le rôle de la contradiction et du conflit dans l’analyse de l’activité, des pratiques et de l’ordre social est crucial. Les participants au programme Weight Watchers sont pris dans des contradictions sur la nature de la féminité dans la société américaine et les exigences conflictuelles de la famille et de l’alimentation. Des principes contradictoires régissent les significations de l’argent au sein des familles, ce qui justifie des pratiques de gestion budgétaire. Dans ce chapitre, nous découvrirons d’autres dilemmes dans l’activité de courses alimentaires. Cependant, il n’y a pas de contradiction entre le milieu et les personnes d’une manière ou d’une autre. Celle-ci réside plutôt dans le fait que les arènes, telles que les supermarchés, sont le produit des contradictions de l’économie politique et de la structuration socioculturelle, et que les personnes agissantes sont prises dans des versions subjectivement construites de ces mêmes contradictions, à partir desquelles l’activité est (dialectiquement) façonnée.

5Une analyse en termes dialectiques se doit de rendre compte de différents résultats potentiels de l’activité en contexte, de sa reproduction, ou de son évolution, ainsi que de sa transformation possible. Ce dernier point a fait l’objet d’une plus grande attention dans les chapitres précédents, notamment lors des discussions sur le caractère mutuellement transformateur des activités, des relations sociales et des systèmes de signification. Les manutentionnaires de produits laitiers (Scribner, 1984a ; Scribner & Fahrmeier, 1982) fournissent un exemple supplémentaire : ils commencent leur carrière en utilisant des solutions littérales à des problèmes arithmétiques de commandes de produits laitiers, mais le contexte des caisses empilées contenant des emballages de tailles différentes transforme la structure des catégories pour décrire les commandes. Les raisonnements menant à des solutions sont également transformés en des résolutions « non-littérales ». Cela modifie en retour les interrelations saillantes des caisses pleines, partiellement pleines, et des différentes catégories de produits laitiers dans l’entrepôt frigorifique, telles qu’expérimentés par les manutentionnaires. Dans le cadre du programme Weight Watchers, l’apprentissage de la préparation de repas simples et équilibrés dans le périmètre défini par le programme constitue la tâche à maitriser. Mais une fois maîtrisée, la préparation de repas devient ennuyeuse. Cela constitue une précondition et une motivation pour transformer les futurs repas (et le programme) en réalisations culinaires plus intéressantes et complexes.

6Dans l’analyse des ressources structurantes du tricot et de la lecture, le programme scolaire de mathématiques, et des expériences de simulation, j’ai soutenu que ces activités avaient tendance à se structurer mutuellement dans des proportions inégales. Cette proposition est un exemple spécifique de relation dialectique. Ainsi, la constitution mutuelle et la transformation des termes d’une relation dialectique sont rarement, voire jamais, symétriquement fondés sur des contributions égales à leur articulation. Une analyse dialectique doit donc aborder les proportions des relations de chacun dans la constitution de l’autre. En effet, les contributions proportionnelles à l’articulation de l’activité en cours doivent être déterminées empiriquement. En effet, si l’activité est constituée dialectiquement, il n’est pas possible de déterminer à l’avance, si dans une situation donnée, elle est reproduite, transformée ou modifiée. Étant donné que les relations entre les termes des contradictions sont des caractéristiques structurelles de l’ordre socioculturel, la reproduction est bien plus probable que la transformation ou le changement. Cependant, délimiter des possibilités, des formes probables et leurs conditions de production fait partie de la tâche analytique.

7De plus, l’approche dialectique repose sur l’idée que l’activité en cours est une structure en cours de réalisation, ouverte et sans fin, et que la reproduction des activités au fil du temps est une production. Lorsque les gens agissent, il s’agit d’un phénomène à plusieurs niveaux et à plusieurs fins, générant des champs d’action qui soutiennent la création de types particuliers d’expérience. Les réserves d’argent sont de tels champs, comme le sont les « choix habituels d’articles d’épicerie » dans un supermarché, comme nous le verrons. L’activité contribue à reproduire le champ d’activité qui l’englobe (ceci est discuté plus en détail dans le chapitre 8). L’action et la reproduction de l’activité-en-contexte sont deux parties d’un même processus. Cette implication générale de l’analyse dialectique, tout comme le concept de ressources structurantes articulées, a été abordée précédemment sous une forme plus spécifique. Il a notamment été soutenu que la résolution de problèmes n’est jamais que cela, en partie parce que sa production routinière implique également la production des conditions de sa reproduction.

8Une activité, telle que la résolution de problèmes arithmétiques ne se déroule pas dans un vide, mais plutôt dans le cadre d’une relation dialectique avec son contexte. Jusqu’à présent, la discussion de ce concept s’est limitée à la critique du « contexte » dans la théorie cognitive. Cependant, un concept plus viable nécessite une spécification, avant que nous puissions passer à la tâche centrale de ce chapitre, à savoir donner corps à la proposition selon laquelle la « cognition » est constituée dans des relations dialectiques entre des personnes agissantes, les contextes de leur activité, et l’activité elle-même.

Arenas et settings

  • 3 Note de la traductrice (NdT) : Nous nous sommes appuyé sur un texte de Harry Heft pour la traductio (...)

9Il est exceptionnellement difficile de théoriser le contexte, notamment car les traditions théoriques les plus pertinentes ne prennent pas l’expérience dans le monde vécu comme leur objet d’analyse. Elles ont tendance à ignorer la nature incarnée, inévitablement localisée de l’activité dans le temps et l’espace, peut-être parce que cela entre en contradiction avec d’autres hypothèses. Ainsi, les problèmes, et plus généralement, les domaines de connaissances, ont été conçus comme le contexte d’activités de résolution de problèmes dans une perspective fonctionnaliste et cognitiviste. Compte tenu de la séparation radicale de l’individu et du monde social qu’impliquent les conventions des sciences cognitives (par exemple entre la cognition et le contexte), deux approches possibles s’offrent dans cette tradition, soit le contexte est défini par la cognition, soit l’environnement détermine cette dernière. Il ne devrait donc pas être surprenant de découvrir un point de vue behavioriste bien développé dans lequel le contexte de l’activité est assimilé à un environnement qui détermine le comportement. Barker, qui a fourni le cadre analytique le plus complet à ce sujet, a rassemblé des données considérables sur les « cadres comportementaux »3 et adopte cette position (1963a, 1963b, 1968).

C’est une observation banale que les mêmes personnes et objets sont transformés en différentes structures lorsqu’ils passent d’un type d’environnement à un autre. Ceci est exemplifié dans de nombreux appariements de cadres comportementaux dans le Midwest ou Yordale où l’on retrouve essentiellement les mêmes personnes et objets comme parties constitutives mais pris dans des structures tout à fait différentes… C’est une observation banale également que différents ensembles de personnes et d’objets manifestent la même structure dans le même type de contextes … de toute évidence, ce qu’imprime la gamme et le flux des cadres comportementaux sur leurs entités et évènements internes est largement indépendant des personnes qui y participent. (1963b, p. 28)

  • 4 La logique de l’index de Barker des interdépendances du contexte est la suivante : les opérations p (...)

10Ce schème analytique (Barker, 1968) implique pour identifier des cadres comportementaux un certain nombre de constituants, incluant les résidents, les objets, l’espace, le temps, le comportement, les meneurs et les « mécanismes comportementaux » (par exemple : penser, manger, lire). Chacun contribue à la formation des cadres mais à des degrés différents selon les contextes. Cette conception présente deux caractéristiques uniques. Les cadres comportementaux ne sont jamais identifiés un à la fois, isolément les uns des autres, mais plutôt par un processus de distinction des frontières entre des cadres contigus (la contiguïté implique chacun et l’ensemble des constituants). En second lieu, Barker a dressé des listes exhaustives des cadres comportementaux possibles pour une ville entière. Il a expérimenté un indice de différenciation des contextes jusqu’à ce que les unités dérivées en appliquant l’indice à un large éventail de possibles contextes correspondent à ses idées intuitives des contours des activités régulières, plutôt qu’à des sous-unités d’activités, ou à des groupes d’activités4. Les travaux de Barker permettent difficilement d’ignorer la possibilité qu’il existe, à certains égards, un caractère objectif à l’organisation des arènes d’activité. En même temps, la vision déterministe de l’environnement présente une limite cruciale. En considérant le comportement comme quelque chose de causé par des configurations environnementales, elle exclut la relation entre les personnes agissantes et les contextes comme objet d’étude. Cependant, la spécification et l’analyse de cette relation est une exigence fondamentale de l’analyse dialectique.

11Contrairement au point de vue behavioriste, l’analyse phénoménologique se focalise sur l’interaction dyadique. Cela rend compte certainement du caractère essentiellement social de l’expérience humaine et de son caractère largement interpersonnel. Mais une caractérisation phénoménologique du « contexte » en tant qu’environnement à l’arrière-plan de l’interaction sociale s’apparente finalement à la perspective cognitiviste, ce qui nous permet de faire une analogie avec un jeu populaire sur les plages de la Californie du Sud. Deux joueurs, chacun munis d’une raquette en bois, essayent de frapper une balle d’avant en arrière sans la laisser tomber sur le sable. Le problème c’est que dans ce jeu, comme ailleurs, il est difficile d’éviter de constituer l’activité directement en relation avec le locus d’espace-temps dans lequel elle se déploie. Bien que les partenaires d’une conversation et d’une interaction soient eux-mêmes des phénomènes incarnés, dotés d’un corps et fassent partie d’un espace-temps, il est bien trop facile de concevoir l’objet d’analyse – l’interaction – comme étant dans l’air, hors contexte, ou de concevoir le « contexte » comme étant entièrement un artefact de l’interaction, en ignorant les enseignements des conclusions de Barker. Ainsi, en dépit des affirmations du caractère sui generis des situations sociales, l’analyse phénoménologique du contexte s’est presque exclusivement concentrée sur ses propriétés en tant que construction interactionnelle, sa spécificité, son indétermination et son caractère supérieur (voir par exemple : Goffman, 1964 ; Knor-Cetina, 1981a).

12En somme, la position fonctionnaliste présente des limites qu’une vision plus interactionnelle et sociale du monde permet ne permet de dépasser qu’en partie. Elle peine à rendre compte des discontinuités qu’elle a construites entre l’individu et l’ordre social. En tant que théorie de la personne cogitant en isolation du monde social, elle a produit la psychologie de la rationalité critiquée tout au long de l’ouvrage. La position phénoménologique bénéficie de la continuité entre des individus en relation sociale et la société qu’ils construisent de manière interactive. Cependant, en conséquence, elle n’est pas en capacité de rendre compte des structures macrosociales et politico-économiques que les individus ne peuvent, semble-t-il, ni créer ni négocier directement mais qui contribuent, d’une manière ou d’une autre, au caractère public des contextes spécifiques. D’un côté, nous avons le système sans l’expérience individuelle, de l’autre, une expérience sans système.

  • 5 NdT. : Nous faisons le choix de ne pas traduire le concept de setting pour souligner l’apport théor (...)
  • 6 NdT. : De même, nous avons choisi de ne pas traduire le concept d’arena.

13Le contexte de l’activité ne peut pas être conceptualisé de manière adéquate comme une liste pondérée de constituants environnementaux, telle que celle de Barker, ni comme une construction intersubjective, ni d’ailleurs comme une structure de connaissance. Ce n’est certainement pas une réalisation directe de l’économie politique, vue à petite échelle. Afin d’éviter le caractère unidimensionnel de chacune de ces caractérisations, le setting5 est ici considéré comme une relation entre des personnes agissantes et les arenas6 avec lesquelles elles agissent.

14Un supermarché, par exemple, constitue à certains égards une entité publique et durable. Il est un espace-temps physiquement, économiquement, politiquement et socialement organisé. Pris en ces termes, on pourrait parler d’une « arena » où se déroule l’activité. En tant qu’arena, le supermarché est le produit de structures de formation de capital et d’économie politique. Ce fait n’est pas directement négociable par l’individu. Il est extérieur à lui, tout en l’englobant, il fournit un cadre institutionnel d’un niveau supérieur au sein duquel le setting est constitué. En même temps, pour les clients individuels, le supermarché est une version expérimentée de manière répétée, personnellement ordonnée et aménagée de l’arena. À cet égard, il peut être qualifié de « setting » pour l’activité. Certaines allées du supermarché n’existent pas pour un acheteur donné, comme faisant partie de son setting, alors que d’autres allées sont riches en possibilités détaillées.

15La relation entre ces unités d’analyse nouvellement différenciées, que sont l’« arena » et le « setting », se reflète dans l’usage courant du mot contexte. D’une part, le contexte évoque un cadre identifiable et durable de l’activité, avec des propriétés qui transcendent l’expérience des individus, qui leur sont antérieures et échappent entièrement à leur contrôle. D’autre part, le contexte est vécu différemment selon les individus. Ces caractéristiques apparemment contradictoires du terme peuvent être expliquées en reconnaissant que, dans l’usage courant, le contexte se réfère aux relations entre l’arena et le setting plutôt qu’à une entité unique. Il convient de faire ici une distinction entre les contraintes imposées par le supermarché en tant qu’arena et la nature aménageable, malléable du setting en relation avec l’activité de clients singuliers. Parce que l’ordre social et l’expérience que l’on en fait s’impliquent mutuellement, il y a des limites aussi bien au caractère résistant que malléable de chaque contexte.

16Un setting est produit par exemple par l’activité d’achat de produits alimentaires d’une personne et en même temps génère cette activité. En résumé, l’activité est dialectiquement co-constituée en relation avec le setting. Ainsi, un client s’arrête pour la première fois devant un rayon de produits discount, relevant à la fois l’apparence singulièrement sobre des produits, dépourvus de noms de marques connus et d’autres informations, auxquelles il est habitué, et leurs prix relativement bas. Cette information fournit de nouvelles stratégies potentielles pour économiser de l’argent. Cela peut en retour conduire l’acheteur à porter attention aux produits discount lors de courses ultérieures. Le setting pour ces futurs déplacements, au sein du supermarché en tant qu’arena, se trouve ainsi transformé ; tout changement dans le setting à l’intérieur de l’arena transforme l’activité d’achat de produits alimentaires. Par exemple, dans nos enquêtes de terrain, les clients ont assez souvent témoigné d’une réaction différée lorsqu’ils passaient devant un rayon. Ils s’arrêtaient, faisaient demi-tour dans l’allée et prenaient un produit qu’ils estimaient avoir oublié. Ni le setting, ni l’activité n’existent sous forme réalisé, si ce n’est en relation l’un avec l’autre.

17En gardant ces concepts à l’esprit, l’analyse de fond démarre avec le supermarché en tant qu’arena et en tant que setting. Notre description ethnographique est sélective, conçue pour présenter certains aspects des courses, ceux qui sont les plus directement liés avec la résolution de problèmes arithmétiques à petite échelle à laquelle nous nous intéressons. Je soutiendrai que l’activité d’achat de produits alimentaires dans le supermarché agit indirectement sur l’arithmétique des prix, en donnant forme à la génération, propre à la situation, de ce que veut dire « être problématique » dans le setting du supermarché. Ceci en retour façonne le caractère, la signification et les champs pour l’action de l’arithmétique des prix.

Le supermarché en tant qu’arena et setting

18L’arena des courses d’épicerie est le supermarché, une institution à l’interface entre consommateurs et fournisseurs de produits alimentaires. Dans l’idéologie consumériste, bon nombre de ces marchandises sont considérées comme des produits de première nécessité, et le supermarché constitue la voie principale pour s’en procurer régulièrement. Les supermarchés typiques gardent un stock constant d’environ 7 000 articles. L’arena est aménagé de manière à ce que les produits d’épicerie demeurent immobiles, à des emplacements désignés par la direction du magasin et les fournisseurs, tandis que les acheteurs se déplacent à travers le magasin, poussent un chariot, à la recherche des quelques 50 articles qu’ils achètent chaque semaine. L’arena peut être vue comme la représentation de la liste de courses idéale, du point de vue marchand ; elle est remplie de séquences d’objets partiellement ordonnées qui peuvent être acquis indépendamment, disposés de telle sorte qu’une progression physique à travers l’ensemble du magasin amènerait l’acheteur à passer devant les 7 000 articles.

19Cependant, la progression d’un acheteur à travers l’arena ne prend jamais cette forme. Le supermarché en tant que « liste » et la liste de l’acheteur sont d’ordres de grandeur si différents que tracer un itinéraire particulier à travers le magasin est inévitable. Ce qui rend en partie faisable la navigation personnelle dans l’arena est la disposition ordonnée des articles dans le magasin et la nature structurées des attentes des acheteurs concernant le processus d’achat et ce qu’ils vont acheter. Le setting de l’activité des courses alimentaires est une manière de conceptualiser les relations entre ces deux types de structures. On pourrait le considérer comme une instance d’articulation entre des personnes agissantes et l’arena structurée.

20La correspondance ou la synomorphie (Barker, 1968) de la structure des expériences des personnes et de leurs attentes en tant qu’acteurs, d’une part, et l’organisation des arenas d’autre part, constituent une partie de ce nous entendons par setting. Son caractère articulatoire mérite d’être souligné ; un setting n’est pas seulement une carte mentale dans l’esprit de l’acheteur. Au contraire, il possède à la fois un caractère indépendant, physique et un potentiel de réalisation uniquement en relation avec l’activité des acheteurs. Ces éléments pris ensemble constituent son caractère essentiel.

21Un exemple tiré du supermarché illustre les relations mutuelles entre le setting et la personne agissante, de sorte qu’ensemble, ils produisent une activité en contexte. Un client et son enquêteur se dirigeaient vers le rayon des enchiladas surgelées. Avant d’être arrivé en face du rayon, c’est comme s’il était à une distance non seulement physique mais aussi cognitive des enchiladas. En revanche, lorsque le client est mis en présence des enchiladas, l’activité acquiert une qualité entièrement différente.

Client : [en s’exprimant avec hésitation, en parcourant les rayons des yeux à la recherche des echiladas] : Ces enchiladas coûtent environ 55 cents. Elles étaient à ce prix-là la dernière fois que je les ai achetées, mais maintenant à chaque fois que je viens…le prix est plus élevé.
Enquêteur : Y a-t-il une sorte que vous aimez plus que les autres ?
Client : Et bien, elles viennent dans un, je ne sais pas, je ne me souviens plus quelle marque les fait. En plus, ils changent toujours les produits de place. Je ne sais plus.
Enquêteur : Quel est la sorte que vous recherchez ?
Client : Et bien, je ne sais pas quelle est la marque. Ce sont des echiladas tout simplement. Elles sont commercialisées par, je ne sais plus [Découvre l’étalage des Repas mexicains surgelés] Ah les voilà ! [En parlant avec conviction et fermeté]. Elles coûtaient 65 la dernière fois que je les ai achetées. Maintenant elles sont à 69. C’est terrible hein ?

22Ici, l’attitude du client avant et après avoir localisé les enchiladas révèlent un contraste pertinent. Il y a eu, d’une part, sa caractérisation vague du produit qu’il avait l’intention d’acheter avant de le localiser et, d’autre part, sa description précise et son ton énergique une fois qu’il l’avait en vue. Cette différence – entre l’activité et le setting en transition (avant qu’il ne trouve les enchiladas) et l’activité dans le setting (quand il les trouve) – est omniprésente, illustrant ce que l’on entend par le caractère intégral et spécifique d’activités singulières dans des settings donnés.

23L’activité d’achat de produits alimentaires est constituée de segments relativement distincts comme l’achat d’enchiladas. L’acheteur s’arrête devant un rayon, puis passe à l’autre en suivant un processus de décision pour choisir quel article transférer de l’étale au chariot. Dans la plupart des cas, il est possible de faire face à l’étale, localiser l’article et le prendre du rayon sans s’éloigner de la position initiale. À l’intérieur d’un segment particulier d’achat, le choix fait intervenir dans l’ordre la taille et la marque, tandis que la quantité et le prix sont pris en considération qu’en fin du processus décisionnel (Murtaugh, 1985a). La complexité du processus de recherche varie selon les articles : de nombreuses sélections sont effectuées sans considération apparente, par exemple dans le cadre de la routine de réapprovisionnement en produits de base. Le plus souvent, les acheteurs sont en mesure expliquer pourquoi ils achètent systématiquement un produit particulier plutôt qu’une alternative disponible.

24Une grande partie de la prise de décision qui se produit lorsque les acheteurs entrent en relation physique d’un étalage à l’autre est de nature qualitative. Les acheteurs se soucient du goût, des qualités nutritives, des conséquences diététiques, et de l’esthétique de certains produits d’épicerie. Les directions des magasins et les fournisseurs de marchandises répondent en diffusant des quantités importantes d’informations persuasives à propos des produits, dont une grande partie est imprimée directement sur l’article lui-même. Les acheteurs sont confrontés à des quantités écrasantes d’informations, dont seule une petite partie est pertinente dans le processus de choix de produits alimentaires, et ce uniquement lorsqu’ils établissent un nouveau choix ou mettent à jour un résultat antérieur. En général, au fil du temps, l’acheteur expérimenté transforme une arena riche en informations en un setting à informations spécifiques. Ces transformations de l’expérience passée, façonnées en relation avec le setting du supermarché, constituent la base de ce qui semble être les procédures habituelles de collecte d’articles achetés régulièrement.

  • 7 NdT. : Nous avons fait le choix de ne pas « convertir » les unités de poids utilisées par l’auteure (...)

25Les postulats conventionnels considèrent le calcul comme une fonction cognitive et son contexte simplement comme une scène d’arrière-plan sur laquelle l’action se produit. Mais l’activité prise dans le setting, s’étirant de façon naturelle entre la personne agissante et le setting, transforme souvent ce dernier en dispositif de calcul. Un client a trouvé un paquet de fromage inhabituellement cher dans un bac. Les poids des articles qu’il avait déjà inspectés ne variaient que dans une faible mesure. Le poids, le prix par livre7 et le prix total sont imprimés sur chaque emballage mais pas les étapes du calcul du prix par livre au total. Il soupçonne une erreur. Afin de résoudre ce problème, il a cherché dans le bac un paquet pesant le même poids et en a déduit sur la base de l’écart entre les prix que ses soupçons étaient fondés. Si le calcul n’avait pas été effectué en relation avec le setting, il aurait dû diviser le poids par le prix, mentalement, et comparer le résultat avec le prix par livre imprimé sur l’étiquette. Le calcul des relations poids/prix repose sur les relations structurées entre les paquets de fromage et l’activité du client qui a cherché parmi eux une comparaison instructive. Une autre cliente a exploité le fait que les paquets de cuisses de poulet contiennent chacun six pièces. Elle a comparé les prix des paquets et a choisi un paquet bon marché pour garantir des morceaux de petite taille, en expliquant que si elle avait voulu des portions plus importantes, elle aurait choisi un paquet à prix modéré. Dans ce cas également, les relations poids/prix ont été produites dans le setting. Les inventions de Weight Watchers pour incorporer la mesure dans l’activité culinaire fournissent également une foule d’exemples supplémentaires (de la Rocha, 1986).

26Les acheteurs se décrivent eux-mêmes comme engagés dans une tâche routinière, effectuant leurs courses habituelles. Le setting et les intentions générales de l’acheteur (« faire ses corvées hebdomadaires », « faire à nouveau les courses ») viennent se superposer de manière répétée de telle sorte qu’il est à la fois habituel et utile pour l’acheteur de prétendre que les courses sont « les mêmes » d’une occasion à l’autre. Cette similitude est une production et une affirmation de l’acheteur, mais il s’agit de bien plus qu’une affaire de reproduction mécanique. Par exemple, les listes de courses alimentaires comprennent presque toujours des catégories non spécifiques telles que les « friandises » pour les enfants. Cette catégorie est reproduite d’une semaine à l’autre, mais les friandises spécifiques varient, souvent en réponse des caractéristiques du setting (par exemple : une promotion sur les bonbons, de nouveaux fruits de saison).

27Les clients n’organisent pas généralement leur activité pour se conformer à l’ordre de leurs listes de courses, ce qui impliquerait un effort physique plus important que de l’organiser selon la disposition du magasin. L’un d’eux a fait le commentaire suivant, « D’habitude, je fais mes achats dans le rayon où je me trouve. Je vérifie ma liste pour voir si j’ai quelque chose à y acheter, ce qui m’évite de courir dans tout le magasin ». Limiter les efforts physiques est une logique pertinente justifiant d’utiliser les ressources structurantes du setting afin d’organiser des séquences de décisions concernant les articles. Cependant, un principe plus général et génératif est à l’œuvre. Les listes de courses personnelles ordonnent les articles différemment de la manière dont ces mêmes articles sont organisés dans l’arena du supermarché. Dans le cadre des courses alimentaires, les segments d’activité, tout comme les articles dans la liste, sont relativement indépendants les uns des autres, et par conséquent un segment ne pose que très peu de contrainte séquentielle pour l’initiation d’un autre segment. Presque par défaut, alors, les ressources structurantes du setting (par exemple, les versions, qu’ont les acheteurs de la disposition des marchandises sur les étagères et dans les allées) contribuent proportionnellement davantage à la structuration de l’activité que l’inventaire des articles à acheter. Ceci se présente de prime abord comme un choix entre effort mental et effort physique, alors qu’il s’agit en réalité d’un choix entre des éléments intégrés d’une manière plus ou moins fortuite dans l’ensemble de l’activité prise dans le setting. Lorsque la structure de la liste des acheteurs implique des achats interdépendants (par exemple, n’acheter de la crème que si les champignons ont l’air bons), la ressource pour séquencer l’activité peut bien être la liste plutôt que la disposition du supermarché, ou une combinaison des deux.

28En résumé, une activité prise dans un setting qualifiée par ceux qui la pratiquent de corvée ou de routine se révèle en réalité une improvisation complexe. Les descriptions de l’activité comme « habituelle » et « routinière » conduisent les acheteurs à interpréter leur propre activité comme répétitive et très similaire d’un épisode à l’autre plutôt que de considérer sa variabilité non mécanique et générative comme une caractéristique essentielle. Ces considérations doivent sûrement influer sur la manière dont les acheteurs en viennent à voir certaines parties de l’activité prise dans un setting comme étant banalement répétitives et d’autres comme étant particulièrement problématiques.

L’activité arithmétique dans les courses alimentaires

  • 8 NdT. : « Adult Math Project » (AMP) est un projet dirigé à la fin des années 70 par Jean Lave qu’el (...)

29L’activité des courses alimentaires dans le setting du supermarché produit des champs d’action au sein desquels les clients vivront certains évènements comme problématiques. Les dilemmes liés aux courses alimentaires constituent à leur tour des champs d’action pour la résolution de problèmes arithmétiques. Dans les relations dialectiques entre courses alimentaires « de routine » et le setting du supermarché, les interactions répétitives produisent un « ajustement » relativement fluide entre activité et setting, se mettant en forme l’un et l’autre, et générant des attentes selon lesquelles l’activité se déroulera sans problème ni effort. Au regard de ces attentes, les « problèmes » en viennent à prendre le sens de possibilités en conflit pour l’activité, ou de difficultés avec l’activité en cours, qui accrochent ou interrompent le flux des courses. Lorsque les attentes et la pratique au fil du temps conduisent à une activité relativement sans problèmes, les accrocs et les interruptions son reconnus, voire générés, de manière à avoir une portée limitée par rapport à l’activité dans son ensemble. En tant que partie d’une activité de routine, ils doivent eux-mêmes être, dans un sens, routiniers. Les clients produisent des accrocs en collaboration avec le setting. De même, dans ce setting spécifique, l’articulation entre la personne agissante et le setting est telle que les processus de résolution de problèmes sont dans l’ensemble malléables en fonction de l’activité en cours du client. Les personnes dans leur action sont libres de transformer, régler ou résoudre un problème, ou l’abandonner en faveur d’autres options. Dans le jargon de l’AMP8, ils « possèdent » leurs propres problèmes. Produits en cours d’action, alors que le client est en train de décider quel article particulier transférer de l’étale au chariot, les problèmes naissent de conflits de valeurs (le plus gros ? le moins cher ?) et constituent eux-mêmes des actions sur le monde.

30Un deuxième facteur qui façonne les facettes de l’activité arithmétique dans les courses alimentaires est la nature des choix à faire par le client. Le supermarché est perçu par les consommateurs comme un lieu de profusion de choix, dont le stock de milliers d’articles constitue la « preuve ». Cependant, ce point de vue est contredit par un autre ordre de circonstances : une personne qui fait ses courses ne peut pas nourrir sa famille si elle quitte le supermarché les mains vides, victime d’une crise d’indécision. En d’autres termes, le client, confronté à une multitude d’alternatives, ne peut éviter de faire des choix. À l’inverse, parce que des choix doivent être faits, le vendeur a tout intérêt à multiplier les critères de décision dans le setting du magasin – en structurant des ressources pour faire aboutir le processus de décision. L’expérience d’abondance des choix, vécue par l’acheteur, contribue à maintenir le conflit entre variétés des choix et nécessité de choisir. Ce conflit n’est généralement pas reconnu, encore moins perçu comme problématique, par les clients, mais en conjonction avec le caractère dialectique et routinier des achats, il participe à la structuration de l’activité arithmétique.

31Ces caractéristiques – le caractère génératif de la routine et la qualité conflictuelle des choix – ainsi que la forme dialectique de l’activité prise dans le setting façonnent ensemble la dimension rationalisante du calcul arithmétique dans le supermarché. Le terme rationalisation a été proposé comme la quintessence de la prise de décision quotidienne (voir par exemple : Bartlett, 1958). Il est utilisé dans le langage courant pour faire référence à la justification après coup d’une action ou d’une opinion. Le terme contraste fortement avec les conceptions populaires de la prise de décision rationnelle selon lesquelles les preuves devraient fournir la justification logique pour, et avant, une conclusion. Cependant, l’activité prise dans le setting, en termes dialectiques, est suffisamment complexe pour qu’une description de l’activité comme « rassembler les preuves après-coup » ne prenne pas en compte les relations contradictoires et multiples entre preuves et conclusions. Dans des processus de décision tels que ceux liés aux courses alimentaires, il est impossible de préciser si le compte-rendu rationnel d’un choix a été construit avant ou après les faits. Cela se produit avant et après différents ordres de faits ; avant qu’un article soit choisi en particulier, mais après la détermination qu’un choix doit être fait. Les relations multiples entre les preuves et les conclusion ne relèvent donc pas de la « pensée domestique » ou de l’ « usage non scientifique des preuves » mais définissent une caractéristique de la constitution de la pratique.

32Des relations quantitatives sont rassemblées sous des formes variées lors des courses alimentaires, parmi lesquelles les comparaisons entre prix et quantités. Celles-ci interviennent à la fin d’un processus décisionnel essentiellement qualitatif lorsque la personne agissante est confrontée à un dilemme et que l’élimination d’articles alimentaires alternatifs s’interrompt avant qu’un choix n’ait été fait. Il a été souligné (chapitre 5) que si l’arithmétique est utilisée, elle l’est lorsque le nombre de choix encore en considération n’est pas supérieur à trois et rarement supérieur à deux, et cela précisément aux moments où les clients n’ont pas de préférences qualitatives marquées (Murtaugh, 1985a). La résolution de problèmes arithmétiques est à la fois une expression et un moyen de traiter ces processus de décision bloqués. Il s’agit, entre autres, de passer des caractéristiques qualitatives d’un produit à sa caractérisation en termes d’une norme de valeur, l’argent.

33Le fait que l’arithmétique soit un moyen courant pour la résolution de problèmes parmi les clients constitue en soi une question intéressante. Cela nous renvoie à la discussion des relations entre les mathématiques et l’argent dans le chapitre 6 : la juxtaposition de l’argent avec les mathématiques dans le cadre des leçons de mathématiques à l’école implique fortement le caractère technique, dénué de valeur, « naturel » de l’argent en le déguisant comme une forme d’arithmétique scolaire. Cette caractérisation normative confère à l’arithmétique au supermarché, toujours en lien étroit avec l’argent, une signification riche et spécialisée. Les termes dans lesquels l’arithmétique est utilisée pour justifier le choix, transportent avec elle des images symboliquement puissantes de rationalité, d’utilité et d’objectivité qui ont été précédemment évoquées comme prégnantes dans l’association des mathématiques avec l’argent lors de la socialisation scolaire. Au supermarché, le calcul peut être le moyen le plus accessible pour affirmer la rationalité des choix de produits alimentaires lorsque les critères qualitatifs de choix ont été épuisés. En effet, on peut avancer de manière convaincante que l’engagement des clients dans une prise de décision rationnelle est mis en évidence par leurs calculs et explications justificatives, car l’alternative revient à admettre que des choix aussi contraints que ceux à propos desquels l’arithmétique des prix est invoquée sont arbitraires et ne valent donc pas l’effort requis pour les prendre. Il n’y a qu’un seul exemple dans les transcriptions d’épisodes de courses où quelqu’un semble reconnaître cet état de fait. Ce client, faisant allusion à une publicité télévisée dans laquelle un paquet animé de margarine se met à discuter sur la table du dîner, choisit cette marque en disant avec humour :

Client : Je prendrai celle qui répond.
Enquêteur : Pourquoi ?
Client : Avec les autres, j’aurais plus d’ennuis.

34L’usage des mathématiques dans le processus décisionnel des acheteurs fournit des arguments convaincants que l’arithmétique des prix contribue plus à la construction de l’infaillibilité de la « rationalité » qu’à l’élaboration instrumentale de structures de préférences.

35En résumé, il semble que l’arithmétique ici est davantage structurée par l’activité des courses que structurante pour celle-ci. Justifier des choix, juste avant et après les faits, est une description plus appropriée de son caractère le plus prégnant. Et contrairement à son rôle instrumental, les significations et les valeurs condensées dans le calcul comme forme expressive, sont manipulées avec une fréquence et intensité remarquables.

Les processus arithmétiques dialectiques

  • 9 NdT. : L’auteure utilise ici l’expression « gap-closing process » pour la première fois dans le tex (...)

36Il est temps de considérer le calcul de l’achat le plus avantageux dont il a été question dans les chapitres précédents en termes dialectiques, en tant que processus de remédiation9. Une analyse dialectique des procédures de résolution de problèmes dans le supermarché pourrait aider à expliquer deux énigmes manifestes dans les données de notre enquête sur les courses alimentaires. La première énigme consiste en la performance arithmétique pratiquement sans faute de clients qui, confrontés à des problèmes dans des situations d’examen formels, commettent fréquemment d’erreurs. Deuxièmement, dans la pratique de l’arithmétique au supermarché, les clients font souvent plus d’une tentative de calcul au cours de l’achat d’un seul article. En moyenne, les acheteurs ont effectué 2,5 calculs pour chaque produit dont l’achat a été l’occasion de l’activité arithmétique. De plus, alors que le caractère propre et exempt d’erreurs de la résolution de problèmes d’achats avantageux est un résultat remarquablement clair, les étapes intermédiaires dans les séquences de calcul étaient souvent erronées. Cette observation doit également être prise en compte.

37Il semble probable, étant donné le caractère routinier de l’activité d’achat de produits alimentaires et l’intervention de l’arithmétique sur les prix à la fin du processus décisionnel, que les clients aient déjà attribué un contenu et une forme riches à la résolution de leur problème au moment où l’arithmétique devient la prochaine étape à suivre. Dans ces circonstances, la résolution de problèmes est un processus itératif et transformationnel. D’une part, elle implique ce que le client connaît et ce que le setting contient qui serait susceptible de l’aider, et d’autre part, ce à quoi ressemble la solution ou la résolution. L’activité consistant à trouver quelque chose de problématique intègre une bonne dose de connaissances à propos de ce qui constituerait une (ré)solution ou méthode pour y parvenir. Dans le cadre des courses alimentaires, de nombreux paramètres du problème sont rassemblés à propos de l’article qu’il faut acheter dans le processus de décision, jusqu’à un certain point. Reprenons l’exemple du client qui voulait vérifier si le prix indiqué sur un paquet de fromage était erroné. Il était relativement sûr du paquet de fromage qui était en décalage par rapport au reste, avant même d’établir qu’il y avait une incohérence ou non dans l’affichage des prix. Le processus dialectique dans le contexte particulier de l’arithmétique quotidienne consiste à combler l’écart entre les caractéristiques de la solution et des possibilités procédurales et de prise d’information.

38Ainsi, un changement soit dans la forme de la solution ou dans les ressources informationnelles et de l’activité conduit à la reconstitution de l’une par l’autre. L’acte qui consiste à identifier un problème change, dialectiquement, la saillance des caractéristiques du setting. Celles-ci suggèrent, d’une manière plus puissante qu’avant, des procédures pour générer une solution spécifique. L’information et la connaissance procédurale accessibles par l’œil, la main, ou transformées dans l’activité, permettent de se déplacer vers la solution ou suggèrent un changement dans sa forme qui la rapproche de l’information à disposition. En résumé, l’arithmétique de remédiation implique d’abord l’établissement d’un champ pour l’action générative (forme du problème et de sa résolution) ainsi que pour l’action elle-même. « La résolution de problèmes » fait partie d’un phénomène articulatoire entre la personne agissante et les settings de l’activité.

39Un segment étendu d’un épisode de courses alimentaires pourrait être utilisé à titre d’illustration. Mais avant de le faire, il serait utile de réfléchir à la méthode utilisée pour observer et enregistrer l’activité en cours dans le supermarché. Cela illustre l’affirmation (chapitre 5), que les formes d’enquête, aussi discrètes soient-elles, donnent forme à l’activité observée. Pour commencer, introduire un observateur dans une activité « ordinaire » modifie l’activité elle-même, dont le caractère « ordinaire » l’a rendue remarquable pour l’étude. La recherche ne peut que prendre la forme d’une résolution, et non d’une solution, à ce dilemme. Avant d’entrer dans le supermarché, les clients ont mis un enregistreur audio en bandoulière et ont été invités à « penser à voix haute » pendant qu’ils parcouraient le magasin. On leur a dit que le chercheur qui les accompagnaient durant leur parcours souhaitait connaître leurs pratiques d’achat, quelles qu’elles soient. Les clients se sont sentis plus à l’aise à décrire leur comportement lors d’une conversation avec l’observateur, plutôt que de sembler se parler à eux-mêmes en avançant dans le magasin. Ainsi, tandis qu’ils marchaient dans le magasin, le chercheur discutait avec le client. Cet arrangement a permis de clarifier les commentaires des acheteurs, ainsi que de rendre visibles des aspects de la situation d’achat qui ne seraient pas accessibles autrement à partir de l’enregistrement. Cela a également permis de poser des questions sur les raisons pour lesquelles les acheteurs ont rejeté diverses alternatives aux produits qui ont été finalement sélectionnés. Le chercheur a essayé de ne pas interpréter la situation à la place du client, mais plutôt de clarifier son activité en cours lorsque celle-ci était en lien avec les questions de recherche. Cela n’a évidemment pas éliminé l’impact de l’interaction entre l’acteur et l’observateur. Plutôt que de l’ignorer, nous avons cherché à la mettre au travail dans notre analyse.

40Il semble probable que l’interaction entre le client et l’observateur dans l’exemple ait conféré un caractère particulier aux segments d’activité dont il est question ici, peut-être pas une différence de nature mais plutôt d’accent. L’acheteur a pu considérer l’observateur comme l’incarnation et l’arbitre de pratiques d’achat normatives, tandis que l’observateur se donnait comme tâche d’investiguer empiriquement l’adéquation des modèles normatifs de résolution de problèmes rationnelle. L’effet combiné des a priori de chacun à propos du rôle de l’observateur, a été de concentrer l’attention sur la rationalité calculatoire et l’économie de la consommation, et cela au détriment du caractère qualitatif de la prise de décision, qui en réalité a présidé à la plupart des achats sélectionnés dans le supermarché (même) lors des sessions d’observation.

41Dans l’extrait suivant, une femme de 43 ans avec quatre enfants discute du prix des pâtes, tout en se dirigeant vers le rayon concerné :

Client : Laissez-moi vous montrer quelque chose, si j’arrive à le trouver. Je veux parler du prix. La semaine dernière, je crois qu’ils avaient ce produit en promotion à 59 cents.
Enquêteur : Spaghetti ?
Client : [Avec le flou associé à une arrivée imminente] : Oui, ou 40 – Je ne me souviens plus…. Ce n’est pas celui-là.

Tableau 21 : Prix et poids pour des choix de produits alimentaires alternatifs

Marque

Poids

Prix

Prix par livre

American Beauty noodles

24 oz.

$ 1.02

68 ¢/lb

Perfection noodles

32 oz.

$ 1.12

56 ¢/lb

American Beauty noodles

48 oz.

$ 1.79

59⅔ ¢/lb

American Beauty noodles

64 oz.

$ 1.98

49½ ¢/lb

42La cliente a rapidement trouvé ce qu’elle cherchait et, en transformant un résultat précédent en action, a pris un paquet de coquillettes du rayon et l’a mis dans son chariot. Il s’agissait d’un paquet de 32 onces de la marque Perfection au prix de 1,12 dollars. Cette décision a préfiguré et façonné le cours des conversations et des calculs suivants. Ceux-ci étaient des problèmes de choix du meilleur produit et consistaient à comparer le prix par unité de poids pour des paquets de deux (Tableau 21). Les trois autres paquets pesaient respectivement 24 onces, 48 onces et 64 onces. La différence de prix par unité n’était pas une fonction linéaire de la taille (le paquet à 64 onces était clairement le meilleur achat).

Enquêteur : [Reconnaissant le choix de l’acheteur du paquet de 32 onces] : Perfection.
Client : Oui, c’est ce que j’achète d’habitude. C’est moins cher que – est-ce que c’est American Beauty ?
Enquêteur : Oui.
Client : Ce dont j’ai besoin maintenant, c’est des macaronis à coude. Et j’en achète toujours [des paquets de] en deux-livres. J’en ai plus.

43L’énoncé, « C’est moins cher que…. American Beauty », a établi le point de référence pour des calculs comparatifs. L’énoncé, « J’en achète toujours en paquets de deux-livres » établit une forme de résolution initiale. Cette déclaration a également prouvé que le choix était un résultat antérieur, une question d’expérience passée, et qu’un travail de simplification numérique avait eu lieu, puisque le poids indiqué sur l’emballage était de « 32 onces » plutôt que de « 2 livres ». L’acheteuse a adopté des critères de choix qualitatifs qui ont façonnés ses achats dans le passé :

Enquêteur : C’est un gros paquet de coquillettes, et vous les ajoutez aux macaronis ?
Client : J’en ajoute un peu, j’en prends juste une poignée et je l’ajoute au reste, aux autres macaronis emballés, car j’y ajoute des macaronis. En plus, je les utilise pour mon goulasch.
Enquêteur : Pour le goulasch. D’accord. Et vous aimez cette sorte de pâtes ? Y a-t-il d’autres alternatives ici ?
Client : Oui. Il y a les grandes coquillettes. C’est vraiment le sac économique trop grand. Je ne sais pas, cela me prendra probablement environ six mois pour le finir celui-là. Et je n’ai tout simplement pas, je n’ai pas d’espace de rangement pour ce genre de choses. Je suppose que si je réorganisais mes placards, peut-être que je pourrai mais c’est une corvée…Je ne sais pas, je n’ai jamais acheté un aussi grand. Je n’ai jamais vérifié le prix non plus. Mais comme c’est la marque American Beauty, cela va coûter plus, même dans ce grand format.

44Pour des motifs de qualité (par exemple, les repas habituels de la famille, la capacité de rangement de la cuisine), la cliente a précédemment évité l’achat de la grande taille. Mais elle est prise dans une situation publique lors d’une discussion au cours de laquelle elle voudrait faire preuve de sa perspicacité en tant que cliente. Elle a considéré les achats au meilleur rapport qualité-prix comme la meilleure preuve de « sobriété rationnelle » dans ce contexte, même si les critères qualitatifs prenaient davantage d’importance pour elle, comme pour tous les acheteurs, la plupart du temps.

45L’échange suivant a initié un processus de simplification de la comparaison arithmétique. La cliente a transformé de grands nombres d’onces en petits nombres de livres :

Enquêteur : C’est quoi, c’est six… [Commence probablement à dire « 64 onces »].
Client : Il y a quatre livres, et qu’est-ce que j’ai acheté ? Deux ? Oh c’est une grosse économie. Hmmm, je devrais y penser la prochaine fois, trouver un endroit où je pourrais le conserver. J’essaie de repérer de meilleurs prix. J’avais pris l’habitude, je crois, et j’avais tellement l’habitude de le faire que certains des produits que j’achète maintenant sont des restes du temps où je faisais des économies. D’habitude je regarde. S’ils ont quelque chose en promotion, vous savez, un grand sac de macaroni ou de spaghetti ou quelque chose comme ça, je l’achèterai.

46Le souci de la cliente de décrire ses achats en termes de rationalité utilitaire est évident dans le caractère préemptif qu’elle attribue aux preuves d’ordre financier ; sa décision de rejeter le paquet de grande taille sur la base de la capacité de stockage de la cuisine (clairement énoncé précédemment), s’est avérée une base insuffisante lorsqu’elle a été confrontée au choix opposé justifié par des critères économiques. Elle accorde une valeur générale au prix en tant que critère de choix et en même temps souligne que sa situation financière actuelle ne l’oblige pas à faire ce choix. Cela a eu pour effet de mettre en évidence le caractère absolu de la valeur. Ce qui a produit une forme d’engagement partiel en faveur d’une action future, qui n’aura sûrement pas lieu une fois que la pression de l’observateur qui exige des explications rationnelles aura disparu. Elle a également adopté une stratégie du type, « si je ne peux avoir raison, je peux au moins faire la démonstration de mon objectivité », en admettant à la fois qu’elle avait tort, tout en acceptant des critères quantitatifs, symboliquement objectifs comme ayant une légitimité prépondérante. En attendant, son calcul que quatre livres de pâtes de la marque American Beauty seraient moins chères que deux livres de pâtes de la marque Perfection, était correct.

47La séquence suivante arrive presqu’immédiatement dans la retranscription. L’acheteuse a saisi une opportunité de comparer d’autres paquets ce qui a fourni un contre-exemple à la conclusion selon laquelle la grande taille correspond au produit le plus avantageux en termes de rapport quantité/prix. Si cela s’était finalement avéré correct, cela aurait atténué l’impression qu’elle avait violé une règle générale (« le plus grand est le moins cher ») dans son choix de pâtes :

Client : Mais celui-ci, tu n’économises rien. Ici on a trois livres pour un dollar 79, et là tu as un livre pour 59.

48Cependant, un des deux paquets de spaghetti American Beauty qu’elle croyait être un emballage d’une livre, pesait seulement 12 onces. Elle a rapidement repéré le poids imprimé sur l’emballage et s’est corrigée :

Client : Non, je suis désolée, c’est 12 onces. Non, c’est de l’économie.

49Ces deux affirmations impliquaient deux calculs. D’une certaine manière, la première était probablement « une livre à 60 cents, par conséquent c’est 60 cents par livre ». Trois livres à 60 cents par livre reviendraient à 1,80 dollars, alors ils sont presque au même prix par livre. Étant donné que le poids du plus petit sac était inférieur à une livre, les équations n’étaient plus équivalentes, et le sac de trois livres était le meilleur choix. Seule, une relation du type « inférieure à » aurait permis d’arriver à cette conclusion.

50Les procédures arithmétiques utilisées par la cliente suivent un schéma. Elle a démarré par une résolution probable, mais l’examen des preuves ainsi que la comparaison avec la conclusion attendue l’ont conduit à la rejeter. « Non, je suis désolée, » est une façon de reconnaître que la solution initiale était erronée. Surprise par l’information à propos du poids qui figurait sur l’emballage, elle a recalculé et obtenu un nouveau résultat. Ce schéma est un exemple d’un mouvement d’arithmétique de remédiation entre la forme attendue de la résolution et l’information et dispositifs de calcul à disposition, le tout dans le but d’aboutir à une résolution pertinente pour l’activité qui a créé ses champs d’action en premier lieu. L’arithmétique ne serait pas aussi simple dans sa représentation conventionnelle avec papier et crayon :

$1.79/48 oz. = $.037/oz.
.037 x 16= $.59/lb.

51Il a fallu un processus actif de simplification pour transformer l’information figurant sur les emballages en une forme plus facile à manipuler.

52Une fois que la cliente a conclu que le sac de pâtes familial est un meilleur achat que le sac intermédiaire, elle a fait le commentaire suivant :

Client : Ils en avaient en promotion un jour, et le grand sac familial était à 69 pour deux livres, alors que le petit standard coûtait 59 pour un livre. Et il y avait une telle différence, vous savez, c’était presque un affront pour le consommateur d’avoir les deux, côté à côté, sur la même étagère.

53Comme si le magasin faisait l’hypothèse que les acheteurs avaient une capacité de calcul rationnel si faible, qu’ils ne remarqueraient pas une telle différence d’ampleur entre deux articles.

54Elle a conclu avec un calcul d’arithmétique de remédiation, informelle à deux tours. Cet épisode était initié par l’observateur, qui a relevé non pas la différence de taille mais la différence monétaire, en soulignant son importance. L’enquêteur a peut-être cherché à reconnaître le point de vue amendé de la cliente, car il a répété sa conclusion précédente :

Enquêteur : Eh bien, vous semblez penser qu’il s’agit d’une grande différence, alors, ces quatre livres de –
Client : Oui, c’est ça. C’est deux dollars pour quatre livres [en se référant aux coquillettes de la marque American Beauty], soit un dollar [en se référant aux coquillettes de la marque Perfection dans son chariot]. C’est 50 cents la livre et je viens tout juste d’acheter deux livres pour un dollar 12 ce qui revient à 60 cents. Alors il y a bien une différence.

55En d’autres termes, l’acheteuse a commencé par arrondir 1,98 à deux dollars et 1,12 à un dollar pour simplifier. Mais son calcul a conduit à la conclusion que tous deux étaient à 50 cents par livre. Cela ne correspondait pas au format de résolution établie, « une grande différence » entre les paquets familial et standard de pâtes. Elle a ensuite transformé le poids de 64 oz. en deux livres, et a produit une solution intermédiaire : quatre livres de pâtes pour deux dollars coûterait 50 cents par livre. Cela a servi deux objectifs. Cela a été un moyen pour revérifier l’information indiquée sur l’emballage, et a été une première étape dans la prochaine série de calculs. Le deuxième tour a consisté en une comparaison de prix similaire mais avec une relation du type « supérieur à » ($1,12 c’est plus qu’un dollar). La cliente a arrondi de 56 cents par livre à 60 cents, en réitérant ainsi sa conclusion précédente à propos de la différence de prix.

  • 10 Cet exemple est celui d’un participant pilote de l’étude Weight Watchers.

56Les processus de résolution de problèmes ordonné dialectiquement sont difficiles à analyser, car les mouvements individuels d’arithmétique de remédiation peuvent servir plusieurs fonctions. Ce dilemme pourrait être résolu en renonçant à l’objectif d’attribuer aux problèmes d’arithmétique une localisation unique – dans la tête ou sur l’étale – ou de désigner un élément du processus de résolution de problèmes comme « procédure de calcul » et un autre comme « procédure de vérification ». Il peut même être difficile de distinguer le problème de sa solution. Le problème des sandwiches au fromage et au beurre de cacahouète (chapitre 6) a donné lieu à des observations similaires sur le caractère multiple et mutuellement constitutif des processus de résolution de problèmes. Un autre problème qui se pose aux nouveaux membres du programme Weight Watchers dans leurs cuisines, en est un exemple supplémentaire. Tout comme dans l’exercice des sandwiches au beurre de cacahuètes, des personnes au régime ont été invitées à préparer leur déjeuner selon les spécifications établies par l’enquêteur. Dans ce cas, elles devaient préparer une portion de fromage blanc, en supposant que la quantité allouée pour le repas correspondait au trois-quarts des deux tiers de la tasse autorisée dans le programme. La personne qui a résolu le problème dans cet exemple a commencé la tâche en marmonnant qu’elle avait suivi un cours de calcul à l’université (une forme de reconnaissance de l’écart entre la théorie scolaire et la pratique)10. Puis, après une pause, il annonça « Ça y est ! » À partir de ce moment-là, il se montra sûr d’avoir trouvé juste, même avant d’entamer la procédure. Il remplit un goblet doseur de fromage blanc aux deux tiers, le renversa sur une planche à découper, l’arrangea en rond, y traça une croix, enleva un quart et servit le reste. Ainsi, « prélever trois quarts de deux tiers d’une tasse de fromage blanc » n’était pas seulement le problème mais également sa solution et la procédure pour le résoudre. Le setting faisait partie du processus de calcul et la solution était simplement l’énoncé du problème, mis en actes avec le setting. À aucun moment, le participant au programme Weight Watcher n’a vérifié sa procédure avec un calcul d’algorithme écrit noir sur blanc, ce qui aurait donné ¾ de tasse X 2/3 de tasse = ½ de tasse. Au contraire, c’est la coïncidence entre le problème, le setting, et de la mise en acte qui sert de vérification.

  • 11 Bien que les processus informels, de remédiation (gap-closing processes) aient été décrits ici dans (...)

57Les calculs de la cliente dans le supermarché étaient possibles grâce à la transformation active de versions successives de ces calculs. Pour accomplir le travail complexe de simplification des problèmes, elle avait besoin de comprendre clairement « ce qu’elle faisait ». « Savoir ce que l’on fait » n’est possible que dans un champ d’action, dans une activité en contexte. Ensuite, confronté à un obstacle, une forme partielle de la solution a déjà été produite. Les procédures de vérification, dans cette analyse, relèvent d’un processus continu de comparaison de l’état actuel de la connaissance du problème et de la définition actuelle de sa résolution. L’objectif est de vérifier la plausibilité à la fois de la procédure et de la résolution, en lien avec des formes de résolution déjà reconnues plutôt que de comparer deux procédures linéaires de résolution de problèmes11.

58La mise en forme de l’activité de résolution de problèmes dans le cadre de l’activité en cours et la juxtaposition de différents aspects de la résolution de problèmes rend relativement aisé pour celui qui cherche à le résoudre à s’approprier le problème et se le représenter, le mettre en actes, le transformer en un problème différent. Parfois, les gens estiment que certains problèmes sont trop difficiles ou prennent trop de temps à résoudre dans le contexte des courses alimentaires. Cela se produit le plus souvent lorsque les relations entre les chiffres sont intransigeantes à l’égard des stratégies de décomposition ou de transformation. Il s’agit d’un obstacle majeur conduisant à l’abandon de l’arithmétique et à la résolution de problèmes par d’autres options. Dans un des exemples, deux membres de la même famille faisaient leurs courses, une femme de 45 ans et sa fille de 15 ans. Elles étaient dans le magasin avec les enquêteurs. La mère était déterminée à acheter du ketchup mais s’est tournée vers la sauce barbecue à côté du ketchup lorsque sa fille a attiré son attention dessus :

Fille : Veux-tu de la sauce barbecue Chris and Pits ? Nous n’en avons presque plus.
Client : [à l’observateur] : Heinz a une promotion spéciale [sur le ketchup]. J’ai une réduction ici pour ça. Et j’avais l’intention de faire des côtes de porc un soir de cette semaine, ce dont je ne vous ai pas parlé, mais j’y repense maintenant que ma fille a mentionné la sauce. [Examine ses réductions]. Je veux voir si le prix de la sauce barbecue sera aussi – nous achetons généralement Chris and Pits. [Remarque le coupon de réduction pour le ketchup Heinz]. Tu vois, c’est celui dont je vous ai parlé. Mais ils n’ont pas le ketchup de 44 onces ici. [Continue de chercher dans les réductions jusqu’à ce qu’elle trouve celle pour la sauce barbecue]. Bon, 25 cents de rabais sur n’importe quelle saveur ou taille de la sauce barbecue Kraft, y compris la nouvelle saveur Aigre-Douce, que je voudrais essayer parce que je vais faire des côtes de porc. Mais, si vous remarquez, ils ne l’ont pas. Oh, ils l’ont ici. Hickory.
Enquêteur : Kraft Hickory Smoked.
Client : Oui, mais ils n’ont pas l’Aigre-Douce. [À sa fille]. Tu le vois D. ? Non.
Bon, ce genre de situations, il est difficile de savoir quel est le meilleur achat. Parce que c’est – Je n’ai pas mes lunettes, combien d’onces cela fait, D. ? [Se réfère à la sauce Kraft Hickory Smoked].
Fille : 18.
Client : 18 onces pour 89 cents, et celui-là ? [Se réfère à la sauce Chis and Pits].
Fille : Une livre et sept onces –
Client : 23 onces pour un dollar 17. [Parle avec ironie]. C’est là que je sors ma calculatrice pour voir quel est le meilleur achat.

59L’acheteuse a simplifié le problème en exprimant les deux poids dans la même unité. Cependant, il était difficile de simplifier davantage que 18 onces pour 89 cents comparé à 23 onces pour un dollar et 17 cents. Bien que les deux prix soient proches de multiples de cinq, les poids étaient difficiles à transformer ou à décomposer. Le commentaire de l’acheteuse à propos de l’usage de la calculatrice peut être interprété, d’après le ton de sa voix, comme une tentative d’abandonner le calcul. (Elle avait effectivement une calculatrice dans son sac à main, comme elle l’avait précédemment indiqué à l’observateur, qu’elle utilisait assez fréquemment au supermarché, bien qu’elle ne l’ait utilisée que pour l’achat d’un seul article durant son parcours au magasin).

60Elle a fait une dernière tentative pour résoudre le problème avant d’abandonner définitivement :

Enquêteur : Alors qu’est-ce que vous allez faire dans ce cas ?
Client : Dans ce cas, qu’avons-nous ici ? J’essaierai de le faire rapidement dans ma tête… Ils n’ont pas la grande, hm –
Fille : Sauce Kraft Barbecue ?
Client : Oui, donc ce que je vais faire, c’est que je vais attendre et aller dans un autre magasin, quand je serai dans l’un des autres magasins, car j’aimerais essayer ça.

61Les setting des supermarchés et l’activité d’achats sont riches en options, autres que l’arithmétique des prix (par exemple, faire des courses ailleurs, ou servir un repas différent), et il semble également que l’abandon du calcul en faveur d’autres critères de choix, soit peu pénalisant.

62Il semble difficile d’aborder la précision et la fréquence des calculs multiples dans les données du supermarché avec des modèles linéaires de résolution de problèmes. Mais les explications suivent facilement lorsque la résolution de problèmes est considérée comme la résolution de dilemmes grâce à une activité de remédiation (gap-closing activity), c’est-à-dire, comme une relation dialectique qui unit de manière transparente les moyens aux fins, les formes de résolution à la réparation des obstacles. La précision des calculs est partiellement le résultat de la structuration de relations quantitatives dans le flux continu de l’activité. La « logique » des relations quantitatives est générée par la personne qui agit dans l’activité, et si leur signification s’estompe ou se dissout, le problème cesserait simplement d’exister. Lorsque des processus de transformation quantitative dans l’activité quotidienne sont auto-générés, font partie intégrante de l’activité en cours, ils sont souvent plus étroitement liés à d’autres aspects de l’activité qu’entre eux, reflétant et exprimant bien plus que leur contenu littéral, dans ces cas, ils ne risquent pas de perdre leur signification. De la même façon, il est peu probable qu’ils soient traduits en opérations numériques, ordres de grandeur ou formes de résolution, inappropriés. En outre, les circonstances qui permettent l’abandon de calculs, conduisent à moins de calculs achevés mais davantage de calculs corrects, que si aucune option que le calcul n’était disponible.

63Les calculs répétés au cours d’un même épisode peuvent s’expliquer de manière similaire. Les processus de l’arithmétique de remédiation nécessitent que les calculs interviennent dans des séquences dialectiquement itératives. De multiples séquences sont possibles car la personne qui cherche à résoudre le problème en agissant dans le setting produit simultanément le problème et la forme de la résolution où chacun implique l’autre. Puisqu’ils sont mutuellement constitutifs, ils évoluent ensemble. Les procédures qui opèrent à la fois sur le problème et sa résolution sont souvent juxtaposées, et sont mises en œuvre avec et dans le setting. Les erreurs, souvent fréquentes lors des premiers tours, peuvent ainsi être reconnues et instruites. Elles font partie du processus dialectique qui permet d’aboutir à la résolution.

64La pratique de l’arithmétique varie et évolue au sein de l’activité d’achat de produits alimentaires dans le setting. Le processus laborieux de réparation des accrocs conduit à un choix – au déplacement d’un article de l’étale au chariot et à la reprise du rythme de l’activité routinière. Les accrocs, les obstacles sont systématiquement transformés en choix rationnellement explicables. Ces choix resituent à la fois le problème et les efforts de résolution dans de futurs épisodes d’achats alimentaires. Cependant, de tels choix créent les conditions de l’apparition de nouveaux obstacles, en devenant la base pour de nouvelles comparaisons ou lorsque les critères invoqués dans des compte-rendu rationnels de longue date deviennent obsolètes (par exemple, en raison d’une augmentation des prix, du changement de la relation prix-quantité, de l’évolution de la composition de la famille ou des préférences en matière d’alimentation).

65Dans l’ensemble, l’activité de courses alimentaires évolue au fil du temps, dans une arena changeante, en relation avec des activités variées prises dans d’autres settings, au cours d’épisodes répétés. Les clients assument (activement) le caractère routinier de l’activité, en partie pour domestiquer cette variabilité. Mais pour qu’ils puissent la mettre en forme de manière efficace, il doit y avoir un espace pour construire, transformer, mettre à jour, et penser les changements dans le setting et ailleurs. Au fil du temps, cela requiert des routines fluides partiellement parce qu’elles permettent à l’interaction entre le client et le setting de se concentrer sur des nouveautés instructives.

66La réparation des accrocs contraste avec un choix routinier, non-problématique, elle relève d’une relation entre l’activité et le setting à son niveau le plus simple. La fille de la cliente dans le dernier exemple faisait partie du setting de sa mère. La cliente n’a pas initié de processus de décision à propos de la sauce barbecue. C’est sa fille qui le lui a fait remarquer. En d’autres termes, la cliente et le setting ont fait exister un choix. Cela s’est traduit dans le commentaire de l’acheteuse, « mais j’y repense maintenant que ma fille a mentionné la sauce ». L’aspect pertinent du setting n’est souvent pas une personne ; une bouteille de sauce sur l’étale en fait tout autant partie, et un événement équivalent serait l’acheteur qui marque un temps d’arrêt devant un rayon, revient légèrement en arrière pour transférer la sauce barbecue (mutuellement, constitutivement) « remémorée » de l’étale au chariot. Chacun de ces moments participe à la constitution dialectique de l’activité et du setting.

Conclusion

67La précision des calculs quotidiens et leur assemblage situé au sein d’activités en cours, interrogent les prétentions à l’hégémonie des mathématiques enseignées à l’école par rapport à la pratique quotidienne. J’ai tenté de démontrer que de telles affirmations ne résistent pas à l’examen empirique. Mais ces affirmations sont acceptées comme valables par les « gens ordinaires » et la pratique ordinaire les invalide. En effet, nous avons trouvé que les participants du projet AMP n’étaient pas conscients de leur efficacité en mathématiques dans des contextes non-scolaires. Ceci, associé à leur production collusoire de procédures mathématiques algorithmiques scolaires lors des tests et des expérimentations, et de leur usage des mathématiques dans la production de justifications rationnelles (voir l’exemple de l’achat de pâtes), constituent une caractéristique essentielle du rôle de la pratique mathématique quotidienne dans le réseau des relations qui comprend l’éducation scolaire et la théorie cognitive.

68L’analyse de l’arithmétique informelle, de remédiation se doit de fournir des preuves directes, bien que seulement illustratives, de pratique arithmétique spécifique à la situation et de soutenir l’argument (Chapitre 6) selon lequel la théorie cognitive a accordé une prééminence trompeuse à la « résolution de problèmes ». L’attribution d’une centralité théorique injustifiée à la résolution de problèmes reflète un échec à comprendre ces activités comme des pratiques sui generis. Mais la réduction de la cognition à la résolution de problèmes per se ne peut tout simplement pas saisir la nature générative de la pratique arithmétique et sa constitution en tant que partie intégrante d’une activité en cours dans un contexte donné. Dans les termes théoriques développés ici, les personnes agissantes et les settings, dans leur activité conjointe, génèrent ensemble les dilemmes et les formes de résolution. De plus, ils le font simultanément. Très souvent, le processus de résolution se produit dans le setting avec la mise en actes du problème, et cela peut transformer le problème pour la personne qui cherche à le résoudre. Les relations sont, enfin, de nature générative et dialectique. Les implications de cette conclusion pour la pratique quotidienne en général seront abordées dans le dernier chapitre.

Haut de page

Bibliographie

Barker, R.G. (ed.) (1963a). The steam of behavior. New York: Appleton, Century, Crofts.

Barker, R.G. (1963b). On the nature of the environment: Kurt Lewin memorial rewards address – 1963. Journal of Social Issues, 19, 17-38.

Barker, R.G., (1968). Ecological Psychology: concepts and methods for studying the environment of human behavior. Stanford University Press

Bartlett, F. C. (1958). Thinking: An experimental and social study. New York: Basic Books.

Capon, N. & Kuhn, D. (1979). Logical reasoning in the supermarket: adult females’ use of a proportional reasoning strategy in a everyday context. Developmental Psychology, 15(4), 450-452.

de la Rocha, O. (1986). Problems of Sense and Problems of Scale: an ethnographic study of arithmetic in everyday life, unpublished doctoral dissertation. University of California, Irvine.

Goffman, E. (1964). The neglected situation. American Anthropologist, 66(6), 133-136.

Knor-Cetina, K. (1981). Time and context in practical action. Knowledge, 3(2), 143-165.

Lave, J., Murtaugh, M. & de la Rocha, O. (1984). The dialectic arithmetic in grocery shopping. In B. Rogoff & J. Lave (Eds.), Everyday cognition: Its development in social context. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Murtaugh, M. (1985). A hierarchical decision process model of American grocery shopping. PhD dissertation. University of California, Irvine.

Scribner, S. (ed.) (1984a). Cognitive studies of work. Special issue of the Quarterly Newsletter of the Laboratory of Human Cognition, 6(1 and 2).

Scribner, S. & Fahrmeier, E. (1982). Practical and theoretical arithmetic: some preliminary findings. Industrial Literacy Project, Working Paper, No. 3, Graduate Center, CUNY.

Haut de page

Notes

1 La pensée quotidienne renvoie à « those activities by which most people, when they are not making any particular attempt to be logical or scientific, try to fill up the gaps in information available to them” (Bartlett, 1958, p. 164 cité par Wagoner (2012)).

2 Ce chapitre est une version révisée de Lave, Murtaugh et de la Rocha (1984). Je tiens à remercier tout particulièrement mes collaborateurs, Murtaugh et de la Rocha pour leur autorisation d’intégrer nos efforts collectifs à cet ouvrage.

3 Note de la traductrice (NdT) : Nous nous sommes appuyé sur un texte de Harry Heft pour la traduction du concept de « behavior settings » utilisé par Roger Baker. Heft (2022) utilise l’expression de « cadres comportementaux » pour la traduction de ce concept, ce qui nous a semblé une traduction en cohérence avec l’orientation comportementaliste des travaux de Barker. L’expression « lieux fixateurs de comportements » (Morineau, 2002) a été également utilisée dans la littérature francophone pour en rendre compte.

4 La logique de l’index de Barker des interdépendances du contexte est la suivante : les opérations pour déterminer l’indice d’interdépendance K des paires de synomorphes (combinaisons comportement-milieu de structure similaire) sont basées sur deux séries d’hypothèses : (1) que l’interdépendance entre synomorphes se produit (a) par le biais du comportement, qui a des effets sur l’ensemble des synomorphes, (b) par le biais des habitants, qui migrent entre les synomorphes, et (c) par le biais des leaders (des meneurs), qui sont communs aux synomorphes ; et (2) que le degré d’interdépendance qui se produit par ces canaux est une fonction directe (a) de la quantité de comportements, du nombre d’habitants et du nombre de leaders qui couvrent les synomorphes, (b) de la proximité des synomorphes dans l’espace et le temps, et (c) de la similarité des synomorphes en ce qui concerne les objets de comportement et les mécanismes de comportements. (Barker, 1968, p. 40)

5 NdT. : Nous faisons le choix de ne pas traduire le concept de setting pour souligner l’apport théorique de l’auteure, à partir du moment où il est introduit comme faisant partie du cadre conceptuel de l'auteure. En revanche, dans le début du chapitre, Lave utilise le mot « setting » dans un sens commun pour parler de milieu ou de contexte, ce que nous avons traduit par « milieu ».

6 NdT. : De même, nous avons choisi de ne pas traduire le concept d’arena.

7 NdT. : Nous avons fait le choix de ne pas « convertir » les unités de poids utilisées par l’auteure. Elle utilise notamment la livre et l’once.

8 NdT. : « Adult Math Project » (AMP) est un projet dirigé à la fin des années 70 par Jean Lave qu’elle réalise avec ses collègues, Michael Murtaugh et Olivia de la Rocha. Il est au cœur de cet ouvrage. Nous avons fait le choix de ne pas traduire l’acronyme du projet.

9 NdT. : L’auteure utilise ici l’expression « gap-closing process » pour la première fois dans le texte. Le terme « gap-closing », ou de remédiation ici, sera utilisé pour qualifier l’arithmétique quotidienne, de « bricolage », celle qui s’inscrit dans les pratiques et contraste avec l’arithmétique scolaire. Lave précisera par ailleurs qu’elle mobilise ce terme en référence aux travaux Frédéric Bartlett (1958) sur la pensée quotidienne.

10 Cet exemple est celui d’un participant pilote de l’étude Weight Watchers.

11 Bien que les processus informels, de remédiation (gap-closing processes) aient été décrits ici dans le contexte des tâches domestiques, il convient de rappeler que l’ « activité quotidienne » traverse les catégories conventionnelles de différenciation sociale. Ainsi, la pratique scientifique a été décrite par le célèbre physicien Richard Feynman (dans une émission télévisée de NOVA) en des termes suggérant fortement que là aussi, la résolution de problèmes est conceptualisée comme un processus informel, de rafistolage (gap-closing process). Pendant qu’il parlait de ses recherches, il faisait face à la caméra (de télévision), faisait des gestes avec ses mains, espacées d’environ un pied, à hauteur de poitrine.

J’ai passé quelques années à essayer d’inventer des choses mathématiques (en agitant sa main droite) qui me permettraient de résoudre les équations mais je n’ai pas avancé. Et puis, j’ai décidé qu’avant de faire cela, je devais d’abord comprendre à peu près à quoi « répondre » (gestes avec sa main gauche) pouvait ressembler. Il est difficile d’expliquer cela très bien, mais je devais avoir une idée qualitative de la manière dont le phénomène fonctionne avant de m’en faire une idée quantitative… (rapproche ses mains) nous devons comparer la théorie à l’expérience en observant quelles sont les conséquences. Et en la vérifiant, nous sommes bloqués à observer quelles en sont les conséquences (NOVA, Jan. 25, 1983)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lave, « À travers le supermarché »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 17-4 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/31150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.31150

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search