Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Savoirs tactiques et expertises

La candidature camerounaise pour le programme forestier Redd+ de la Banque mondiale
Tactical knowledge and expertise. The Cameroonian application process for the World Bank’s Redd+ forest programme
Conocimientos tácticos y pericias. La postulación de Camerún para el programa forestal Redd+ del Banco Mundial
Aurore Viard-Crétat

Résumés

L’avènement de la notion d’appropriation dans les politiques d’aide au développement s’accompagne de tout un arsenal normatif et de mesures de renforcement de capacités afin d’appuyer et d’encadrer les pratiques. À partir d’une enquête ethnographique sur la candidature du Cameroun au programme forestier Redd+ de la Banque mondiale, l’article analyse la façon dont les enjeux techniques de standardisation et d’apprentissage s’inscrivent dans la tension entre affirmation politique des acteurs nationaux et exigences des partenaires. L’expertise en jeu relève dans une large mesure de savoirs tactiques, de mobilisation de réseaux et d’alliances ponctuelles. Si cette dynamique alimente les capacités d’action des acteurs camerounais, elle prolonge dans un même temps la situation d’extraversion dépendante en confinant celles-ci au cadrage proposé par le programme. Cette étude éclaire finalement certains ressorts du succès politique du dispositif Redd+, et plus largement, des cycles d’engouement/déception qui renouvellent régulièrement les politiques internationales de conservation et de développement autour de nouvelles approches.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Redd+, un dispositif forestier au sein du modèle d’appropriation de l’aide au développement

1L’agenda international sur les forêts du Sud a connu ces dix dernières années un renouveau autour d’un dispositif de la convention climat, le dispositif dit de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière (Redd+). Le principe initial de ce dispositif était le suivant : si des pays en développement parvenaient à réduire les émissions de CO22 liées à leurs activités forestières, ils pourraient bénéficier de crédits carbone et donc de financements. Ces compensations, qu’elles proviennent de marchés carbone ou de financements publics, devaient relever d’un modèle innovant de conservation environnementale, celui d’une rémunération à la performance, garantissant une plus grande efficacité puisque les paiements n’arriveraient qu’une fois les réductions d’émissions réalisées, calculées et prouvées. Considérant que de nombreux pays en développement n’auraient pas les capacités pour réaliser les réformes nécessaires, les institutions de l’aide au développement ont lancé diverses initiatives pour démarrer le Redd+. L’un des programmes les plus importants en termes de budget et de nombre de pays engagés est le Fonds de partenariat pour le carbone forestier géré par la Banque mondiale.

2L’objectif est d’amener les pays concernés à réduire eux-mêmes leur déforestation. Cette insistance sur la souveraineté résulte à la fois du contexte onusien de la convention climatique et de l’histoire du système d’aide. Suite au constat dans les années 1990 du manque d’efficacité de l’aide et à la montée de critiques, un processus de réformes est engagé, en particulier au sein de la Banque mondiale et de l’OCDE (Pender, 2001 ; Cling, Razafindrakoto et Roubaud, 2002 ; Raffinot, 2010). Cela aboutit en 2005 à la signature de la déclaration de Paris, qui met la notion d’ « appropriation » au cœur des politiques d’aide, engageant les bailleurs à laisser les gouvernements du Sud piloter leur développement (Bergamaschi, Diabaté et Paul, 2007).

3Ce transfert de responsabilité accentue le rôle des instruments de cadrage de l’aide. La validation de résultats à travers une série de critères et de procédures doit laisser aux pays le choix des politiques pour les atteindre. La perspective d’un dispositif forestier financé sur la base des réductions effectives d’émissions s’inscrit dans cette promotion d’une nouvelle gestion publique qui préconise de renforcer l’efficacité des administrations en contractualisant l’évaluation de leurs performances via des standards (Bezes, 2007). Souvent présentée comme un débat technique et pragmatique pour répondre aux dérives bureaucratiques, les racines et conséquences de cette « pensée comptable » (Hufty, 1999) n’en sont pas moins politiques, notamment en termes de répartition des rôles, de l’autorité et des ressources entre États et acteurs privés. Dans les politiques d’aide, cette orientation s’affirme par la reconversion du principe de conditionnalité, associé à l’échec des ajustements structurels, en une exigence de « bonne gouvernance », dont les critères et outils d’évaluation définissent l’horizon d’un État apte à promouvoir le bon fonctionnement du marché, des modalités politiques pensées comme plus équitables et une lutte contre la pauvreté, le tout selon un cadrage néolibéral (Diarra et Plane, 2012). En parallèle, une place centrale est donnée aux transferts de compétences, de savoirs et de moyens techniques, autour de la notion de « renforcement de capacités ». C’est donc une réponse technique qui doit permettre de concilier souveraineté des pays et attentes des bailleurs, évacuant ainsi les conflits d’intérêts ou de valeurs. La terminologie et le cadrage de l’aide s’ajustent en conséquence : l’aide doit devenir un appui, la didactique une maïeutique (Ouédraogo, 1992), les bailleurs se présentent comme des partenaires (Abrahamsen, 2004) et la Banque mondiale se veut courtier des savoirs (Narayanaswamy, 2013).

4Au-delà de cette évolution globale, les aspects techniques prennent de l’importance au sein du dispositif Redd+ selon des dynamiques spécifiques. Alors que la déforestation avait été exclue du protocole de Kyoto, notamment à cause des risques de crédits carbone fictifs, générant de nombreuses frustrations, sa résurgence via le Redd+ a été accompagnée d’un important focus sur les enjeux techniques de mesure des émissions forestières. De nombreux débats ont porté sur les modalités de calculs d’émissions et de construction de scénarios pour calculer les efforts additionnels, mais aussi sur les sources et modalités de distribution des financements, les enjeux de gouvernance… (Visseren-Hamakers et al., 2012 ; Karsenty et al., 2012 ; Thompson, Baruah et Carr, 2011 ; Sandbrook et al., 2010 ; Sunderlin et al., 2015). Des « mesures de sauvegarde » ont été débattues, pour définir des garanties environnementales et sociales (Phelps, Webb et Koh, 2011 ; McDermott et al., 2012). C’est donc une dynamique de standardisation qui est mise en exergue pour préserver la crédibilité d’un dispositif relativement controversé.

5Cette étude s’intéresse à la façon dont se concrétisent dans le cas du dispositif Redd+ les enjeux techniques de standardisation et d’apprentissage comme réponse aux tensions entre d’une part l’affirmation d’une autonomie des pays quant à leurs politiques forestières et de développement et, d’autre part, les exigences des bailleurs. En d’autres termes, comment s’articulent ownership et appropriation, termes souvent équivalents dans le jargon international mais qui renvoient à des degrés d’autonomie bien différents (Raffinot, 2010) ? À partir de l’étude ethnographique de la candidature du Cameroun au fonds de préparation de la Banque mondiale, l’article analyse les pratiques d’expertise impliquées telles qu’elles ont lieu « en acte », par opposition à ce qui est donné à voir via les discours et documents (Brown et Duguid, 1991 ; Olivier de Sardan, 2014). En croisant études sociales des sciences et anthropologie du développement, l’expertise est étudiée non comme un intermédiaire impartial dans la production et la circulation de savoirs neutres, mais en tant que dispositif intrinsèquement social et politique. L’attention sera portée sur la matérialité des interactions et des pratiques et la façon dont les instruments de l’action publique mobilisés organisent les rapports sociaux et les représentations (Lascoumes et Le Galès, 2004). On en montrera les effets en termes de dépolitisation apparente des enjeux et, finalement, de légitimation de types spécifiques d’expertise, de discours et des institutions qui les portent (Barbier et al., 2013). Loin de n’être qu’un transfert technique neutre, la mise en œuvre de l’appropriation s’enracine dans des savoirs tactiques qui, paradoxalement, affaiblissent le cadrage normatif du programme tout en garantissant sa diffusion, ainsi que le rôle central de la Banque mondiale et de son « expertise verte » (Goldman, 2001). Ainsi, divers intérêts s’alignent au cours de ce processus vers la poursuite du projet de développement (Mosse et Lewis, 2006), notamment au travers de dynamiques d’extraversion (Bayart, 1999).

6Dans un contexte où l’engouement en faveur du dispositif Redd+ s’épuise (Fletcher et al., 2016), cette étude décrypte certaines dynamiques systémiques qui alimentent l’adhésion répétée d’un grand nombre d’acteurs à des approches de développement et de conservation promues comme innovantes, sans que les leçons des cycles précédents d’enthousiasme et de désillusion ne soient pleinement intégrées (Redford, Padoch et Sunderland, 2013 ; Lewis, 2009). Le Redd+ est donc analysé comme symptôme et vecteur de dynamiques plus globales, qui dépassent les enjeux spécifiques et le cycle de vie de chaque dispositif. Les moments et espaces sociaux analysés sont donc pensés comme des « interfaces empiriques de la mondialisation » (De Lame et Mazzocchetti, 2012), permettant de penser ensemble économies morales des acteurs et économie politique institutionnelle, en montrant les confrontations en jeu à l’échelle locale au sein de groupes sociaux particuliers, mais aussi entre les espaces propres au local et au global (Fassin, 2009).

Contexte empirique de l’étude

  • 1 L’expression de « société civile » sera utilisée dans tout l’article comme « mot indigène » (Beaud (...)

7Les tensions inhérentes aux politiques forestières au Cameroun et les difficultés passées dans les relations entre le Cameroun et les bailleurs de l’aide internationale laissaient présager des défis majeurs pour la mise en œuvre du Redd+. Le secteur forestier représente la seconde recette d’exportation et la première source d’emplois (formels et informels) hors fonction publique. Cette importance économique en fait une « précieuse source d’influence, de crédit politique et de récompense dans le vaste système clientéliste camerounais » (Topa et al., 2010), favorisant les pratiques d’exploitation illégale. L’affirmation de contre-pouvoirs, notamment au sein d’organisations de la société civile1, reste très compliquée (Pommerolle, 2008). Des réformes sont impulsées dans les années 1990 sous la pression des politiques d’ajustements structurels et des déclarations du sommet de Rio de 1992 en faveur d’une gestion durable des forêts. Une seconde dynamique est lancée au début des années 2000 dans le contexte favorable d’un processus d’annulation de dettes, sur des financements canadiens, britanniques, français, allemands et de la Banque mondiale. Alors que la déclaration de Paris est en germe, ce programme en préfigure les principes en confiant la responsabilité de la coordination au ministère des Forêts et de l’Environnement. Après quelques années, le bilan est très décevant pour nombre d’experts de la coopération : la part des budgets décaissée reste très insuffisante et l’impact de l’argent utilisé assez obscur. En plus de blocages politiques (tels que la séparation des ministères de l’Environnement et des Forêts), les capacités de l’administration camerounaise ont été engorgées. C’est donc dans un contexte de crise de confiance et de retrait de bailleurs que le dispositif Redd+ émerge à l’international, renouvelant à la fois les activités de coopération forestière et la promesse de laisser les instances camerounaises piloter le processus.

8Cet article s’intéresse à la candidature du Cameroun au programme de préparation au Redd+ coordonné par la Banque mondiale. Un terrain ethnographique a été réalisé entre juillet et décembre 2012 au Cameroun et en novembre 2012 à Brazzaville lors d’une rencontre du Fonds de partenariat pour le carbone forestier. A été suivi en particulier le processus de rédaction et d’évaluation du « Plan de préparation » dans lequel le gouvernement d’un pays candidat doit décrire sa future stratégie de réduction des émissions forestières. Les principaux moments d’observation ont été au Cameroun : des réunions de l‘équipe Redd+ du ministère de l’Environnement et des partenaires internationaux sur l’avancement de la candidature, l’atelier national de validation du document, une réunion régionale de mise en place de représentants de la société civile pour le mécanisme Redd+ ; et à Brazzaville : la soumission du document au fonds de la Banque mondiale, et notamment les négociations officielles, les discussions de couloir et les réunions de la délégation camerounaise et de la société civile. Les responsables de ces divers espaces étaient informés de mon travail de recherche et m’ont laissée y participer en tant qu’observatrice extérieure.

9Au cours de ces divers terrains ainsi qu’en France et en Suisse, une soixantaine d’entretiens semi-directifs a été réalisée dans l’administration camerounaise, dans des institutions internationales (dont la Banque mondiale), dans la coopération française, allemande, japonaise, canadienne, dans des organisations non gouvernementales (ONG) et intergouvernementales internationales, dans des ONG nationales et régionales, avec des chercheurs, des bureaux d’études camerounais et étrangers, des experts impliqués dans l’évaluation de la candidature camerounaise au Fonds de partenariat pour le carbone forestier. Ce travail a été complété par une analyse de documents récoltés lors de rencontres ou sur Internet.

10Après avoir montré que l’initiative de la Banque mondiale de préparation au Redd+ s’inscrit dans une approche centrée sur les savoirs, via des standards, un apprentissage collectif et l’appropriation, j’analyse la façon dont ces enjeux se déploient dans le cas de la candidature camerounaise pour ce programme.

Le Fonds de partenariat pour le carbone forestier, une initiative de la « Banque des savoirs »

  • 2 « Assister les pays en leur fournissant une assistance financière et technique pour construire leur (...)

11La Banque mondiale lance fin 2007 le Fonds de partenariat pour le carbone forestier visant à aider les pays forestiers du Sud à s’engager dans le dispositif Redd+. Comme le montrent ses objectifs officiels2, cette initiative insiste dans sa rhétorique et son organisation sur les enjeux de renforcement des savoirs. Les rencontres du Fonds, réunissant des pays bailleurs et en développement, des organisations internationales et des ONG, visent à la fois à négocier les règles de fonctionnement du programme, à évaluer des demandes de financements, à présenter l’état d’avancement de pays candidats… Elles sont conçues comme des moments de partage de savoirs et de formation. Les discours et documents du Fonds de partenariat pour le carbone forestier font la part belle à un champ lexical sur l’apprentissage, et notamment l’apprentissage collectif (« learning by doing », « capacity building », « experience sharing »…). À chaque rencontre, un effort particulier est fait pour rappeler l’historique des discussions, expliciter le fonctionnement et vulgariser les aspects techniques. Des groupes de questions/réponses par langues (français, anglais, espagnol) sont tenus pour faciliter la prise de parole de représentants de tous les continents. Divers acteurs sont appelés à partager les leçons issues de leurs initiatives de terrain. Plus récemment a été mis en place un « knowledge day » dont l’après-midi est consacré à un « knowledge marketplace » selon un format qui se veut décontracté où des experts sont disponibles à différents stands pour échanger (FCPF, n.d.). Cet appel aux enjeux techniques, fondé sur l’utilisation d’une novlangue diplomatique anglophone (même lors d’échanges dans d’autres langues) et multipliant les acronymes, et à une certaine rhétorique de solidarité face à un problème commun participe non seulement à la construction d’un régime discursif de coopération (Humphreys, 2001) mais également à la structuration d’une communauté de pratiques (Brown et Duguid, 1991 ; Wenger, 2000).

12Cette orientation est dans une grande mesure assurée par les cadres de la Banque mondiale et en particulier par l’équipe de gestion du fonds. Ses missions regroupent l’administration des fonds, l’appui technique aux pays candidats, l’organisation et le secrétariat des réunions, le contrôle des procédures, l’administration du site Internet, le recrutement d’experts… Lors des réunions, cette équipe joue le rôle de médiateur, rédige des ébauches de décision à soumettre au vote, organise des groupes de travail… Tout en gardant une posture de retrait pour laisser les pays et observateurs échanger et prendre les décisions, elle constitue un rouage fondamental du fonds. Loin de n’être qu’un support administratif, elle en est un véritable catalyseur et aiguilleur.

13Le cadrage technique par la Banque mondiale s’opère aussi par la multitude d’outils, visant à la fois gain de temps et normalisation des pratiques. Le site Internet du fonds recèle de nombreux « guidelines » et autres supports pédagogiques qui doivent faciliter l’appropriation des procédures et des orientations générales. La phase de préparation est conçue comme une trajectoire linéaire, d’étapes en étapes, au cours desquelles les instances étatiques doivent prouver qu’elles sont en train de s’approprier à la fois le cadrage général du Redd+, les enjeux spécifiques que ce dispositif représente sur leur territoire, et qu’elles font des efforts pour rendre ce processus participatif et transparent. L’avancement se concrétise par la rédaction de différents rapports ensuite évalués par l’ensemble des représentants du fonds. Il est attendu que la préparation et la validation des différents rapports participent pleinement au processus de renforcement de capacités, à travers des outils d’auto-évaluation, de discussions collectives et d’accompagnement. Cette dynamique doit aussi permettre aux instances nationales en charge du Redd+ de se structurer. Sur le site Internet du fonds, un « tableau de bord » montre la progression symbolique mais aussi institutionnelle de tous les pays volontaires. En contrepartie de la validation de chaque étape, des financements multilatéraux sont progressivement mis à disposition.

14L’initiative d’appui au Redd+ de la Banque mondiale s’inscrit ainsi pleinement dans la reconfiguration opérée par cette organisation depuis la fin des années 1990 pour se définir comme une « banque de savoirs » et affirmer son rôle de « partenaire » des pays en développement (Pincus et Winters, 2002 ; King et McGrath, 2004). Elle soulève donc des questionnements similaires concernant la mise en pratique de cette rhétorique et ses effets concrets sur les relations d’aide. Pour explorer cet enjeu, notre étude s’intéresse en particulier à la rédaction et l’évaluation du rapport appelé « Plan de préparation », dans lequel le gouvernement d’un pays candidat doit décrire sa situation présente quant au Redd+ et ébaucher sa stratégie. La validation de ce document est particulièrement importante car elle officialise symboliquement l’entrée dans le dispositif Redd+ et ouvre la possibilité de recevoir une enveloppe financière de 3,4 millions $US pour lancer concrètement la mise en œuvre d’une stratégie Redd+. Ce rapport est d’abord élaboré et validé à une échelle nationale, via la consultation d’un large panel d’organisations de la société civile et d’acteurs concernés. Le document est ensuite présenté à l’ensemble des membres du fonds pour évaluation.

La rédaction du rapport de candidature, du bras de fer administratif au modèle d’appropriation

15La rédaction du document de candidature camerounais est reconnue par l’ensemble des acteurs comme ayant été particulièrement laborieuse, « un cauchemar », aux dires d’un membre de l’équipe Redd+ du Cameroun. Ce processus montre comment les rouages de la standardisation se sont grippés du fait de la surenchère de technicité administrative, aboutissant finalement à des effets contradictoires en termes d’efficacité et d’appropriation.

16Le fonds alloue aux pays candidats sélectionnés une enveloppe de 200 000 $US pour rédiger le rapport en question. Les procédures de la Banque mondiale prévoient le recrutement sur appel d’offre d’un expert international pour aider l’administration. Suite au désistement du candidat choisi pour indisponibilité, un bureau d’étude français remporte l’appel. Mais pendant plusieurs mois, des conflits sur le budget et les délais de réalisation font monter les tensions entre le bureau d’étude, le ministère, qui est officiellement commanditaire, et la Banque mondiale, qui de fait a un pouvoir administratif majeur.

17Les autorités camerounaises finissent par s’impatienter et contournent la procédure en recrutant un panel d’experts camerounais. Reprenant à leur avantage la rhétorique de l’appropriation et de la participation, elles revendiquent une volonté de valoriser l’expertise nationale et de pouvoir économiser sur les tarifs d’un expert international pour attribuer l’argent économisé à la consultation d’ONG et associations. Sept consultants, issus du milieu universitaire et d’ONG environnementales, sont alors mis à contribution. C’est sur ses fonds propres que le ministère offre au départ à ses consultants des « motivations », car le non-respect des procédures empêche leur recrutement par la Banque mondiale. Leur sélection se fait, selon le ministère, sur des critères de compétences thématiques. Parmi les bailleurs, certains évoquent plutôt une forme de népotisme. Quoi qu’il en soit, leur proximité avec le ministère permet de faciliter leur implication alors que les délais et montants de paiements sont incertains.

18Ce contournement de procédures en entraîne un autre du côté de la Banque, afin de maintenir une coopération. Un montage financier atypique est mis en place impliquant l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme intermédiaire financier entre la Banque et le Cameroun. De plus, une consultante ayant déjà rédigé ce même document pour un autre pays est mise à disposition par l’UICN afin d’appuyer la finalisation du rapport. Là encore, les délais de montage administratif génèrent des frustrations et freinent la rédaction du document et l’organisation des ateliers participatifs. Finalement, alors que la date pour soumettre le document approche à grands pas, l’argent est avancé à la fois par le ministère, par l’UICN, par des réseaux nationaux d’ONG ou encore par des bailleurs pour faire aboutir le processus coûte que coûte.

19La rédaction piétine aussi du fait de difficultés de communication avec la Banque mondiale sur la nature et le format du document attendu. Des représentants camerounais mais également des conseillers techniques étrangers témoignent d’injonctions contradictoires ; alors qu’ils sont censés s’approprier les procédures du fonds, celles-ci semblent continuer d’évoluer du fait de la nouveauté du dispositif. Appropriation et apprentissage collectif par la pratique entrent donc en tension. En outre, une expertise rédactionnelle spécifique, que seule la consultante de l’UICN maîtrise, est déterminante pour répondre aux attentes, normes, codes… souvent implicites de la Banque mondiale. Cette surenchère de technicité est contre-productive en termes de renforcement de capacités. Cette hyperspécialisation contribue aussi à restreindre le nombre de personnes compétentes, ce qui explique les difficultés à trouver des experts disponibles et les tarifs appliqués.

  • 3 Au Cameroun, la dénomination reste controversée. Deux catégories sont généralement reconnues : les (...)

20La Banque mondiale se retrouve aussi prise à partie dans des conflits entre le gouvernement camerounais et des réseaux d’ONG concernant la mise en place d’un processus participatif. Elle parvient cette fois à imposer ses exigences, et l’UICN est à nouveau impliquée comme « facilitateur ». Une « Plateforme société civile » est mise en place via l’élection de représentants nationaux, régionaux et locaux, avec une attention spécifique aux femmes et aux populations autochtones3, conformément aux attentes internationales envers ces populations considérées comme particulièrement vulnérables (Bellier, 2012 ; Moghadam, 2005). La façon dont cette structure créée est contestée par certaines ONG lors des réunions, notamment sur la sélection des personnes invitées à participer aux élections et sur la nécessité de mettre en place une nouvelle structure de représentation ad hoc. Ces critiques sont bridées en réunion par les représentants ministériels qui en appellent à l’unité nationale, dans l’intérêt pragmatique de tous. L’un des trois élus nationaux de ce réseau d’ONG souligne en entretien que son fonctionnement interne a été décidé sans consultation et dans l’urgence, sous la pression du ministère. Les exigences participatives des bailleurs pour le Redd+ semblent créer au Cameroun une représentation de la société civile instrumentale, comme interlocuteur qui ne peut se positionner que par rapport aux programmes d’aide, plutôt que de stimuler un réel contre-pouvoir (Hearn, 2001). Et ce positionnement est largement canalisé par la dépendance aux financements de l’aide, comme on va le voir plus loin.

21Finalement, il faut plus de quatre années pour que le Cameroun parvienne à rédiger le document. Dans un même temps, le Cameroun devient le premier pays d’Afrique centrale à réaliser officiellement ce rapport sur la base d’une équipe nationale, ce qui sera mis en valeur comme symbole d’une bonne appropriation du Redd+. Les conflits sont convertis en enjeux de compétences et cette dépolitisation permet à la fois au Cameroun d’affirmer sa souveraineté et son autonomie et à la Banque mondiale de valoriser le succès de son dispositif quant au renforcement de capacités. Le processus de rédaction illustre les stratégies permettant, au sein de relations inégales, aux pouvoirs publics dépendants de l’aide de contourner en partie les normes tout en les utilisant ensuite comme support de légitimation nationale et internationale. Afin d’assurer conjointement le succès de son programme et sa propre survie institutionnelle, la Banque mondiale tolère certains de ces écarts pour créer un équilibre optimal entre crédibilité socio-environnementale et gestionnaire d’un côté, et pragmatisme diplomatique de l’autre. De fait, les difficultés pour aboutir à la rédaction du rapport vont faciliter sa validation.

Alliances, stratégies et réseaux en vue de l’évaluation

22Derrière une apparente évaluation selon des procédures très standardisées visant à aider le pays candidat à s’approprier des savoirs techniques et administratifs, la validation du document à l’international résulte en grande partie de négociations diplomatiques. Malgré des priorités différentes, une convergence d’intérêts émerge, en particulier entre la Banque mondiale, l’administration camerounaise et les réseaux nationaux d’ONG. Cette convergence permet un jeu habile entre contournements stratégiques des règles et mobilisation de normes implicites d’une part, et entre soutien officiel et pressions en coulisses d’autre part. La dépolitisation opérée par le champ lexical de l’apprentissage collectif et par le cadrage normé des rencontres renvoie ces initiatives au statut de bévues qu’il convient de dépasser par pragmatisme et volontarisme.

23Le document de candidature fraîchement validé à l’échelle nationale doit être soumis au Fonds de partenariat pour le carbone forestier. Généralement, une première soumission est faite de façon informelle, afin d’opérer des corrections, puis le rapport est officiellement soumis lors d’une autre réunion. Peu de temps avant sa première soumission, le Cameroun demande à recevoir directement une évaluation formelle afin de gagner du temps. Comme cela sera le cas tout au long de la rencontre, les représentants camerounais font efficacement pression, arguant que, suite aux tensions antécédentes, leur hiérarchie risque d’abandonner en cas de refus. La Banque mondiale autorise donc une soumission formelle sans consulter les membres du fonds.

24La réunion approchant, les Camerounais et leurs partenaires se mobilisent pour monter une délégation nationale. L’équipe officielle inclut tout d’abord deux représentants de l’État, fonctionnaires du ministère de l’Environnement. Quatre porte-parole de la société civile sont officiellement invités, avec à nouveau une valorisation spécifique des femmes et des peuples autochtones. Deux d’entre eux sont présents en tant qu’élus nationaux Redd+ des réseaux d’ONG, dont une est représentante d’un réseau de défense des femmes et a un réseau de contacts à l’international particulièrement important du fait de son parcours ; les deux autres ont été sollicités comme représentants des populations autochtones. Cette délégation officielle comprend également deux personnes de l’UICN : l’experte ayant appuyé la rédaction du rapport et le chef des programmes au Cameroun. Les frais de cette délégation sont pris en charge par le ministère de l’Environnement, la coopération allemande ou encore l’UICN. Trois autres Camerounais ont un statut ambigu : ils ne sont pas officiellement membres de l’équipe nationale, mais ils participent de fait à ses réunions et à ses stratégies. Il s’agit tout d’abord de deux représentants d’ONG, présents grâce aux financements de l’ONG Rainforest Foundation UK ; l’un d’eux travaille pour une ONG relativement contestataire et bénéficiant d’importants soutiens internationaux. Le troisième participant officieux est un député camerounais impliqué dans des instances régionales de gestion forestière, dont la participation est financée par la Banque mondiale. Sans faire partie de la délégation, le représentant de la Banque mondiale au Cameroun participe aussi aux réunions internes et sera un soutien majeur. Arrivé à son poste après la période de conflits entre le ministère et la Banque mondiale, il connaît pour autant très bien les normes et pratiques sociales au Cameroun, l’investissement réalisé par tous pour aboutir à cette étape et les difficultés inhérentes au processus. Il se retrouve pris dans des contraintes divergentes, entre les attentes de son institution de rattachement, mais aussi celles de l’ensemble des interlocuteurs internationaux et camerounais.

25La validation des candidatures doit être décidée à l’unanimité. La décision s’appuie sur une grille d’évaluation et de critères soumise à deux instances : premièrement, les pays membres du fonds mandatent des représentants étatiques pour réaliser une évaluation détaillée du document. Dans le cas du Cameroun, il s’agit d’experts de la France, de l’Union européenne, du Canada et du Congo Brazzaville. Deuxièmement, la Banque mondiale désigne pour chaque dossier un panel consultatif externe, regroupant des experts internationaux et originaires du pays concerné. En pratique, il est souvent difficile de trouver des experts nationaux réellement indépendants. Le coordinateur du panel pour la candidature camerounaise est un écologue, directeur d’un bureau d’étude britannique, le dossier camerounais est le quinzième qu’il évalue.

26De nombreuses initiatives déplacent l’évaluation technique dans le champ du relationnel, voire de la stratégie politique. Tant du côté des évaluateurs que du pays candidat, les réseaux professionnels sont sollicités en amont de la réunion : des représentants de la société civile sont contactés par des évaluateurs pour avoir leur avis sur le processus de rédaction du rapport ; à l’inverse, la délégation camerounaise s’organise pour avoir des retours, afin de pouvoir réajuster certains éléments et anticiper les critiques. Surtout, le correspondant de la Banque mondiale au Cameroun a un rôle clé de soutien de la candidature camerounaise, profitant d’autres réunions pour obtenir des informations :

Je leur avais dit dès le début, il ne s’agit pas de préparer un document, il faut également savoir le vendre […]. Lorsque j’étais par exemple à Ndjamena, j’ai rencontré un certain nombre de personnes pour commencer à discuter, à regarder quels pourraient être les problèmes. J’ai été à Brazzaville plus tôt que les autres pour essayer de voir comment… Je pense que le travail de partenaires n’est pas simplement de donner de l’argent. […] On connaît des personnes clés. Et on essaie d’anticiper.

27Le travail de réseau se poursuit pendant les premiers jours de la réunion du fonds. Une évaluatrice raconte que, dès le début de la rencontre de Brazzaville, le représentant de la Banque mondiale au Cameroun lui a « sauté dessus pour lui demander [s]on avis », avant de lui présenter deux personnes de la société civile très enthousiastes envers le document camerounais. Ce lobbying est peu courant, tant de la part des bureaux nationaux de la banque que des ONG.

28Suite aux critiques importantes attendues, en particulier sur le budget, une réunion déterminante mais officieuse est improvisée entre la délégation camerounaise et deux responsables du panel technique consultatif le soir qui précède l’évaluation officielle. Le fait que les évaluateurs mandatés par les pays du fonds ne soient pas conviés est à la fois hautement stratégique et source de tensions majeures dans la suite du processus. Cet échange permet aux Camerounais de réaliser quelques modifications de dernière minute sur leur document, et surtout de convaincre une partie des experts de leur bonne volonté, afin de s’en faire des alliés.

La négociation, entre mise en scène procédurière et pragmatisme stratégique

29Le jour de l’évaluation officielle, chaque pays candidat doit réaliser une présentation en séance plénière. Après avoir mis en exergue les menaces qui pèsent sur les forêts de son pays, le représentant ministériel camerounais anticipe les critiques dont il a eu des échos, en insistant sur les besoins importants en financements. Suivent deux présentations par les instances d’évaluation : le panel consultatif, convaincu par la réunion de la veille, prend la défense de la candidature camerounaise ; les évaluateurs des pays membres sont plus sceptiques, soulignant un budget excessif et d’importantes incertitudes sur la gouvernance du processus. Puis, le représentant de la Banque mondiale au Cameroun exprime une prise de position forte en faveur du rapport camerounais, ce qui est encore une fois inhabituel. Au moment où la salle est invitée à discuter, deux représentants d’ONG camerounaises prennent la parole, respectivement au nom des populations autochtones et des femmes. Leurs interventions enthousiastes sont remarquées car la plupart des cadres africains affrontent généralement une société civile très hostile. Ces prises de paroles résultent en fait d’une certaine mise en scène : elles ont été prévues auparavant lors d’une réunion de la délégation camerounaise et le représentant des peuples autochtones qui suivait jusque-là la réunion auprès de ses compatriotes prend la parole depuis les places réservées à la société civile.

30Puis les discussions se poursuivent en groupe restreint, pour faciliter les échanges ; sur le fond, c’est surtout le budget demandé en plus de l’enveloppe standard fournie par le fonds et des projets déjà prévus qui achoppe. Les bailleurs qui investissent beaucoup dans le secteur forestier au Cameroun sont aussi étonnés que certains de leurs financements ne soient pas mentionnés. Ce problème révèle les tensions majeures qui existent entre le ministère de l’Environnement ayant rédigé le rapport et le ministère des Forêts, en charge de nombreux projets forestiers.

31Le débat se focalise surtout sur le fait que la soumission soit devenue formelle sans l’aval de tous les membres et que le rapport ait été modifié la veille en catimini. Les pays bailleurs insistent sur la responsabilité de la Banque mondiale dans ces entorses aux procédures, plutôt que sur celle des Camerounais, afin de ne pas nourrir une rivalité symbolique entre bailleurs et pays candidats. De son côté, la Banque mondiale endosse cette responsabilité, tout en insistant sur la nécessité d’être pragmatique. De fait, la seconde version du rapport ne présente pas d’amélioration majeure, mais son existence permet à la Banque mondiale d’insister sur les questions de procédure afin d’éviter des discussions plus incertaines sur le niveau du document. La volonté d’aller de l’avant est un ressort essentiel qui finit en général par fédérer les positions. Un des évaluateurs commente en entretien :

La réunion du soir n’était pas acceptable, mais elle a montré que le Cameroun était capable de s’expliquer, de rassurer. C’était un peu maladroit mais ça ne change pas beaucoup les choses, l’essentiel c’est qu’il y ait une mise en œuvre dans l’intérêt de tous.

32Cette orientation très collaborative est de fait stratégiquement mise à profit par la Banque, qui cherche à restaurer des relations de confiance avec le Cameroun suite aux tensions lors de l’écriture du rapport et aux frustrations héritées des programmes antécédents. Les fonctionnaires camerounais tournent aussi cette situation à leur avantage, utilisant l’agacement de leur hiérarchie pour faire avancer le dossier dont ils ont la responsabilité.

33Les représentants d’ONG officiellement ou officieusement ralliés à la délégation camerounaise ne sont pas en reste dans ces stratégies. L’un d’eux commente le déroulement de l’évaluation : « C’est la comédie sociale, il faut discuter. » La capacité à montrer une coalition camerounaise unifiée est déterminante pour obtenir une validation. Or il s’agit d’une convergence ponctuelle d’intérêts due à la posture ambiguë des représentants d’ONG. Pour poursuivre leur travail, il faut que le processus Redd+ se poursuive au Cameroun. Certaines organisations impliquées se sont vues accorder des financements qui dépendent de fait de la validation du rapport. En même temps, un désaccord profond persiste concernant par exemple le nombre de représentants de la société civile admis dans l’instance gouvernementale de pilotage du Redd+, ainsi que sur le mode de décision. Il y a donc tout un jeu pour montrer officiellement un soutien et collaborer avec l’équipe ministérielle, tout en faisant en sorte que, dans les discussions de couloir, les partenaires internationaux entendent leurs insatisfactions et exercent une pression sur le ministère camerounais. Cette ambiguïté, mise à profit avec brio dans la candidature du Cameroun, permet aux cadres ministériels tout comme aux représentants de la société civile d’instrumentaliser conjointement le processus pour aboutir à leurs fins, illustrant le caractère dynamique et ambivalent des relations entre société civile et État (Bayart, 1979). C’est à nouveau le signe que la société civile n’est appelée à participer qu’en tant qu’elle s’inscrit dans le cadrage proposé par les bailleurs de l’aide.

34Pour débloquer la situation alors que le temps presse, une grille comparative est établie entre les positions du panel extérieur et celles des évaluateurs du fonds sur chacun des critères, afin de montrer que, malgré les deux versions prises en compte, les avis ne divergent pas tant que ça. Le consensus alors obtenu sur ce point permet à une solution d’émerger : le document pourrait être officiellement validé, mais sous condition de modifications à réaliser au cours des semaines qui suivent, avec l’aide d’un expert du panel extérieur.

35Lors de la réunion plénière, les représentants les plus critiques deviennent finalement les défenseurs de la décision du groupe restreint. La résolution est lue ligne par ligne, et l’absence d’interventions vaut pour validation à l’unanimité. C’est ainsi qu’après trois jours d’intenses négociations, après des mois d’écriture et de consultations fastidieuses, et après plusieurs années de batailles administratives avec la Banque mondiale, le Cameroun valide son rapport sous condition de quelques modifications et peut officiellement lancer sa stratégie Redd+.

Savoirs et standards, des instruments instrumentalisés

36Quels savoirs sont en jeu dans cette dynamique et comment participent-ils aux stratégies d’extraversion ? Le fonds n’est pas seulement un forum où des savoirs sont produits, mis en circulation et capitalisés grâce à l’application de normes et de standards ; les rapports à soumettre ne sont pas seulement des outils pour accompagner les pays et évaluer leur avancement selon de critères bien définis. Ils fonctionnent aussi comme des supports de négociations hautement politiques, empreintes d’enjeux qui dépassent ceux du Redd+, par exemple la restauration des bonnes relations entre la Banque mondiale et un pays client, la visibilité de projets des bailleurs ou encore l’avancée de contre-pouvoirs associatifs.

37Pour la rédaction comme l’évaluation, une grande partie de l’assistance technique consiste à jouer un rôle de médiateur entre les procédures et les contraintes des uns et des autres, les conflits d’intérêts et de visions, à renouer le dialogue en cas de crise de confiance pour continuer à aller de l’avant. Qu’il s’agisse de conseillers européens permanents auprès des administrations, des cadres de l’UICN ou des experts de terrain de la Banque mondiale, cette expertise demande une bonne maîtrise des dossiers et des procédures, mais aussi des capacités relationnelles, notamment pour étendre et mobiliser son réseau afin de comprendre les tenants et les aboutissants des tensions. Ces professionnels du développement jouent ainsi un rôle de courtiers et d’intermédiaires, à l’interface entre différentes perspectives et systèmes de savoirs (Mosse et Lewis, 2006), sur la base de compétences implicites, apprises par expériences (Olivier de Sardan, 1995). Ils contribuent dans un même temps à invisibiliser les discontinuités entre politiques de développement (conception et rhétorique des projets au niveau de leurs institutions) et réalités de mise en œuvre (Mosse, 2005).

38Du côté des acteurs camerounais, loin d’une technicité seulement liée aux politiques forestières et au carbone, une partie importante des savoirs concerne des normes administratives. Il faut se familiariser avec l’avalanche d’acronymes et d’expressions techniques spécifiques, comprendre les démarches liées au décaissement des fonds et à la rédaction de contrats… Il s’agit moins de compétences administratives génériques que d’une appropriation des normes spécifiques à la Banque mondiale et à ce programme. Cette profusion a amené le fonds à être décrit comme « un drôle d’organe international qui passe la plupart de son temps en beaux discours et un labyrinthe de documents et de protocoles à rallonge, détaché de la réalité de terrain » (Bursche, 2014, je traduis). Mais surtout, ces compétences délimitent les frontières des communautés épistémiques et des communautés de pratiques impliquées. À ce titre, elles participent aux luttes de pouvoir au sein des administrations (entre les ministères, mais aussi entre les fonctionnaires), au sein de la société civile nationale et internationale (comme l’illustre le rôle majeur de l’UICN), mais aussi entre les pouvoirs publics et les contre-pouvoirs (Pommerolle et Siméant, 2010).

39Dans ce processus, le renforcement de capacités est surtout politique, visant à développer un savoir-faire stratégique et diplomatique. Des négociations financières pour recruter des consultants à la mobilisation de réseaux, en passant par la menace de tout laisser tomber ou par la mise en scène de l’unité nationale, il s’agit dans une large mesure pour les experts nationaux de savoir jouer sur les contraintes et les normes de leurs partenaires, pour trouver des alliés et faire valoir au mieux leurs intérêts. En ce sens, ce sont aussi les capacités à « instrumentaliser la contrainte externe » (Bayart, 1999) qui sont renforcées chez les acteurs camerounais, mobilisant des formalités d’action telles que la ruse, l’intermédiation, l’appropriation ou le rejet.

40Deux remarques doivent préciser cette idée d’une instrumentalisation. Premièrement, il ne s’agit pas d’y voir une simple affirmation de l’État camerounais comme entité souveraine face aux bailleurs. Il ne faut pas surestimer le mandat des cadres impliqués en tant que porte-parole du pouvoir camerounais ; ils ne représentent qu’un dossier bien spécifique, le Redd+, au sein d’un ministère de l’Environnement largement marginal par rapport à ses homologues en charge des questions forestières ou agricoles. En plus de leurs revendications nationalistes, l’agenda personnel des cadres détermine de façon majeure leur volontarisme vis-à-vis du succès du Redd+ au Cameroun, afin de préserver un statut toujours vulnérable au sein d’une gouvernance particulièrement fragmentée (Ongolo, 2015). C’est une des raisons pour lesquelles, face à ces « centres de décision en trompe-l’œil » (Bayart, 1999), les experts de terrain de l’aide, conscients des limites d’action de leurs interlocuteurs, doivent faire preuve d’une certaine adaptabilité, sous peine de marginaliser encore plus leurs partenaires et leurs leviers d’action sur les politiques forestières.

41En conséquence, et c’est notre second point, les autres partenaires ne sont pas dupes sur ces enjeux qui dépassent la thématique Redd+. Un évaluateur européen souligne en entretien que :

Le document fourni n’était pas prêt à être approuvé, une pression politique énorme a été faite sur la Banque mondiale par le Cameroun et la Banque a accepté cette pression.

42Une représentante européenne note également que :

Le lobbying de la Banque mondiale a été impressionnant. D’après les bruits de couloir, il y a de mauvaises relations entre la Banque mondiale et le Cameroun, donc il fallait restaurer la confiance afin de préserver les possibilités de décaissement et de programmes et ne pas finir par avoir une fermeture du bureau au Cameroun.

43Les stratégies de contournement des normes sont implicitement tolérées – voire facilitées – par l’ensemble des acteurs, pour qui le Redd+ représente un important levier de renouvellement des politiques et des budgets d’aide. Le succès de l’initiative dépend en partie de sa capacité à aligner des intérêts initialement contradictoires, au moins momentanément. L’instrumentalisation du processus par les Camerounais est donc limitée à ouvrir des marges de manœuvre au sein d’un programme dont les orientations pour définir conjointement les enjeux de développement et d’environnement ne sont pas négociables. Et dans ce processus, l’insistance sur les procédures et les savoirs est déterminante. Comme les codes de diplomatie, elle contribue à dépolitiser, au moins symboliquement, les conflits, via une rhétorique coopérative, pragmatique et technicienne.

44La candidature du Cameroun au dispositif Redd+ de la Banque mondiale montre comment la matérialisation du modèle de l’appropriation via des procédures standardisées prolonge la situation d’extraversion dépendante générée par le système d’aide internationale. L’étude se concentrant sur le cas du Cameroun, il reste difficile de savoir précisément dans quelle mesure cet exemple est représentatif du fonctionnement habituel du fonds ; son caractère atypique est d’ailleurs souligné par plusieurs acteurs. Cependant, tout en reconnaissant le poids des cadrages internationaux et des relations de pouvoir à l’œuvre, cette étude de cas montre que les rapports sociaux au sein du Fonds de partenariat pour le carbone forestier restent « pour l’essentiel tributaires des contingences locales » (Bayart, 1999), le local étant ici non pas l’échelle d’un projet ou d’un village, mais les routines et relations au sein d’une communauté de pratiques travaillant sur les questions forestières au Cameroun via les dispositifs de développement. Les dynamiques de contournement et de réaffirmation de normes explicites et implicites aboutissent à l’intégration du Cameroun dans le processus et à la construction de consensus. Au-delà de la spécificité du cas, ces éléments illustrent l’une des dynamiques par lesquelles, tout en voulant défendre leurs objectifs et perspectives, un large nombre d’acteurs aux priorités divergentes sont pris dans la nébuleuse du Redd+ et renforcent ainsi la légitimité du cadrage que ce dispositif promeut (Viard-Crétat, 2015). Si les différents acteurs impliqués ici sont en capacité de mobiliser stratégiquement les critères de la Banque mondiale en leur faveur, cela reste dépendant de leur capacité à s’acculturer à ces mêmes critères. Des dynamiques similaires ont été observées par exemple dans le cas de l’appropriation des codes des Nations unies par les représentants des peuples autochtones, renforçant leur influence politique tout en réduisant la force de leur contestation (Bellier, 2012).

Conclusion

45Le cas présenté ici s’inscrit de fait dans une tendance globale de normalisation des pratiques et de dépolitisation via des dispositifs techniques et participatifs et au nom du développement durable (Alphandéry et al., 2012). Ces normes et les « dérivations créatives » (Bayart, 1999) qu’elles génèrent permettent, via une succession de moments de dépolitisation et de repolitisation, de renforcer les logiques et rationalités de la gouvernementalité néolibérale qu’elles sont censées réguler, sans que la promotion d’une « bonne gouvernance » ne garantisse une réelle démocratisation ou une meilleure répartition des ressources (Bayart, 2013).

46Cet exemple questionne ainsi l’idée d’une efficacité quasi automatique d’une gestion axée sur les résultats, dans la mesure où l’acceptabilité des normes repose en partie sur la possibilité de les contourner. Malgré une haute standardisation des objectifs et des procédures d’évaluation, les enjeux politiques et relationnels, et notamment la volonté de renouveler le système d’aide, sont toujours en mesure de prendre le dessus. Il ne faudrait pas cependant conclure que les modalités de l’aide n’évoluent pas. Le processus d’engouement puis de déception quant au principe de Redd+ interroge les cycles de renouvellement des approches de la conservation et du développement au-delà des leçons qui peuvent être tirées de chaque nouvelle idée (Redford, Padoch et Sunderland, 2013). Si l’intégration du carbone forestier dans des instruments de marché et la mise en place de paiements à la performance restent largement inabouties (Norman et Nakhooda, 2014 ; Fletcher et al., 2016), ces promesses ont contribué à la diffusion des pratiques et imaginaires liés au projet d’ « économie verte » (Foyer et al., soumis). Il conviendrait de poursuivre cette analyse en examinant les effets de ce processus en termes de privatisation et de bureaucratisation néolibérale (Hibou, 2013 ; Hibou, 1999) de l’État camerounais dans le domaine forestier, perceptibles par exemple dans l’importance donnée à l’UICN ou à des bureaux d’étude privés en tant qu’intermédiaires légitimes. Plus globalement, le cas étudié est symptomatique de la façon dont des institutions internationales comme la Banque mondiale parviennent à créer un semblant de consensus là où persistent d’importants conflits (Müller, 2009, 2012) et finalement, à s’imposer dans divers domaines pour « définir les normes et standards du monde global » (Pestre, 2012) via de multiples processus locaux, s’ancrant de façon déterminante dans les effets de dépolitisation de rhétoriques techniciennes et de promotion de la diffusion de savoirs. Au-delà de la phase de convergence d’intérêts autour d’un dispositif, l’analyse des cycles successifs d’engouement et de déception pour différentes approches d’un problème nécessite de comprendre comment se déroule la distanciation progressive vis-à-vis de celui-ci, tel que cela semble être actuellement le cas pour le Redd+. Se pose alors la question des facteurs et des stratégies permettant à certaines institutions ayant porté un dispositif qui arrive en fin de cycle sans résultats à la hauteur des promesses d’éventuellement préserver leur crédibilité technique et politique et de se repositionner dans cette transition.

47Plus généralement, notre travail rencontre une difficulté souvent évoquée dans les travaux sur les institutions internationales qui définissent et mettent en place les politiques de développement. Il est en effet difficile de déceler des effets « systémiques » à partir de l’analyse d’un instrument particulier issu de ce système, comme peut l’être le Redd+. Les acteurs nationaux et, dans notre cas, la Banque mondiale se trouvent dans des situations qui sont issues non seulement d’un rapport de force mais aussi d’une multitude d’intérêts non convergents, notamment au sein même des institutions concernées, mais qui semblent tous favoriser le jeu des négociations et les activités voulues précisément par les organismes internationaux. Ainsi a-t-on pu voir dans l’exemple du Cameroun comment les acteurs nationaux ont été proactifs et ont souvent devancé la Banque mondiale, voire obligeant la Banque mondiale a poursuivre une négociation de manière plus active qu’elle-même ne semblait l’être pour faire avancer le processus, parfois avec le soutien d’autres partenaires du développement. Dès lors, l’ensemble du système, de même que des politiques particulières qui en sont issues, ne semblent plus façonnés par les seuls organismes internationaux, et réciproquement, les politiques particulières qui en sont issues ne sont pas non plus réellement pilotées par les acteurs nationaux censés désormais être aux commandes. Reste donc à se demander si les politiques de développement ne sont pas réduites à faire apparaître cette capacité stratégique acquise par les acteurs privés et nationaux dans des négociations qui se justifieraient en elles-mêmes en tant qu’elles permettent au système d’aide au développement, et à toutes les catégories d’experts qui en dépendent, de se renouveler malgré ses limites. Il est évident que cette interrogation dépasse largement le cadre de l’exemple particulier que nous avons tenté de décrire de la manière la plus fidèle. Si cette étude nous semble confirmer la fécondité d’une approche croisant anthropologie du développement et études sociales des sciences tout en montrant l’importance des intérêts, des rhétoriques et des effets de dépolitisation apparente liés à l’expertise, aux savoirs et aux standards, un très grand nombre d’autres exemples seraient nécessaires pour approfondir de manière satisfaisante cette hypothèse.

Cette étude a été possible grâce à l’appui du Centre Alexandre Koyré et au soutien financier de l’Ifris. Je tiens également à remercier toutes les personnes et institutions qui ont pris le temps de me recevoir et ont facilité mon accès au terrain, et en particulier le Département de géographie de l’Université Yaoundé 2, l’équipe REDD+ du ministère de l’Environnement et de la protection de la nature du Cameroun, les représentants de la Plateforme société civile REDD+ et changements climatiques du Cameroun, les experts de la Banque mondiale, du Fonds de partenariat pour le carbone forestier, de l’Agence française de développement et du Cirad. Un grand merci, enfin, à Lydie Cabane, Josiane Tantchou, Symphorien Ongolo et aux évaluateurs anonymes pour leurs remarques pertinentes.

Haut de page

Bibliographie

Abrahamsen, R. (2004). The Power of Partnerships in Global Governance. Third World Quarterly, 25(8), 1453-1467.

Alphandéry, P., Djama, M., Fortier, A., & Fouilleux, E. (dir.) (2012). Normaliser au nom du développement durable. Dispositifs, savoirs, politiques. Paris : Quae.

Barbier, M., Cauchard, L., Joly, P.-B., Paradeise, C., & Vinck D. (2013). Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(1), 1-23.

Bayart, J.-F. (1979). L’État au Cameroun. Paris : Presses de la FNSP.

Bayart, J.-F. (1999). L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion. Critique internationale, 5, 97-120.

Bayart, J.-F. (2013). La cité bureaucratique en Afrique subsaharienne, in B. Hibou (dir.). La bureaucratisation néolibérale (pp. 291-313). Paris : La Découverte.

Beaud, S. & Weber, F. (2008). Guide de l’enquête de terrain. Paris : La Découverte.

Beckman, B. (1993). The liberation of civil society: neo-liberal ideology and political theory. Review of African Political Economy, 58, 20-33.

Bellier, I. (2012). Les peuples autochtones aux Nations unies : un nouvel acteur dans la fabrique des normes internationales. Critique internationale, 54(1), 61-80.

Bergamaschi, I., Diabaté, A., & Paul, É. (2007). L’agenda de Paris pour l’efficacité de l’aide. Défis de l’ « appropriation » et nouvelles modalités de l’aide au Mali. Afrique contemporaine, 223-224(3), 219-249.

Bezes, P. (2007). Construire des bureaucraties wébériennes à l’ère du New Public Management? Critique internationale35(2), 9-29.

Bierschenk, T., Olivier de Sardan, J.-P., & Chauveau, J.-P. (dir.) (2000). Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets. Paris : Karthala.

Borraz, O. (2005). Les normes. Instruments dépolitisés de l’action publique, in P Lascoumes & P. Le Galès (dir.). Gouverner par les instruments (pp. 123-161). Paris : Presses de Sciences Po.

Brown, J. S. & Duguid, P. (1991). Organizational learning and communities-of-practice: toward a unified view of working, learning, and innovating. Organization Science, 2(1), 40-57.

Bursche, A. (2014). Guest Post: “Welcome to the machine.” A guide to the Forest Carbon Partnership Facility’s Carbon Fund. REDD Monitor. Consulté à http://www.redd-monitor.org/2014/02/13/guest-post-welcome-to-the-machine-a-guide-to-the-forest-carbon-partnership-facilitys-carbon-fund/

Cerutti, P. & Lescuyer, G. (2011). Le marché domestique du sciage artisanal au Cameroun : état des lieux, opportunités et défis. Document occasionnel 59, Bogor, Indonésie : CIFOR.

Cling, J.-P., Razafindrakoto, M., & Roubaud F. (2002). La Banque mondiale et la lutte contre la pauvreté : « Tout changer pour que tout reste pareil ? », Politique africaine,87(3), 164-174.

De Lame, D. & Mazzocchetti, J. (2012). Jonctions et conjonctures aux interfaces de la mondialisation, in D. De Lame & J. Mazzocchetti (dir.), Interfaces empiriques de la mondialisation. African Junctions Under the Neoliberal Development Paradigm. Tervuren : MRAC, 7-28.

DeLancey, M. D., Neh Mbuh, R., & DeLancey M. W. (2010). Historical dictionary of the Republic of Cameroon (4th ed.). Plymouth: The Scarecrow Press, Inc.

Diarra, G. & Plane, P. (2012). La Banque mondiale et la genèse de la notion de bonne gouvernance. Mondes en développement, 158(2), 51-70.

Fassin, D. (2009). Les économies morales revisitées. Annales. Histoire, Sciences sociales, 64(6), 1237-1266.

FCPF. Home. Consulté à https://www.forestcarbonpartnership.org/

Fletcher, R., Dressler, W., Büscher, B., & Anderson, Z. (2016). Questioning REDD+ and the Future of Market-Based Conservation. Conservation Biology, 30(3), 673-675. https://doi.org/10.1111/cobi.12680.

Foyer, J., Viard-Crétat, A., & Boisvert, V. (soumis). Néolibéraliser sans marchandiser ? La bioprospection et le REDD dans l’économie de la promesse, in D. Compagnon & E. Rodary (dir.). La construction des politiques de biodiversité, entre local et global. Paris : Presses de Sciences Po.

Goldman, M. (2001). The Birth of a Discipline Producing Authoritative Green Knowledge, World Bank-Style. Ethnography, 2(2), 191-217.

Hearn, J. (2001). The « Uses and Abuses » of Civil Society in Africa. Review of African Political Economy, 87(28) 43-53.

Hibou B. (1999). La « décharge », nouvel interventionnisme. Politique africaine, 73(1), 6-15.

Hibou B. (2013). Introduction. La bureaucratisation néolibérale, ou la domination et le redéploiement de l’État dans le monde contemporain, in B. Hibou (dir.). La bureaucratisation néolibérale (pp. 7-20). Paris : La Découverte.

Hufty M. (1999). Aux racines de la pensée comptable, in M. Hufty (dir.). La pensée comptable : État, néolibéralisme, nouvelle gestion publique (pp. 15-40). Genève-Paris : IUED-PUF.

Humphreys D. (2001). Forest Negotiations at the United Nations: Explaining Cooperation and Discord. Forest Policy and Economics, 3(2), 125-135.

IEDES (2004). « Société civile » et démocratisation : une étude comparative au nord et au sud. Revue Tiers Monde, 178(2), 443-464.

International Work Group for Indigenous Affairs (2011). Update 2011 –Cameroon. Consulté à http://www.iwgia.org/regions/africa/cameroon/855-update-2011-cameroon

Karsenty, A., Global Witness, Tulyasuwan, N., & Ezzine de Blas, D. (2012). Financing options to support REDD+ activities. Commission européenne, CIRAD.

King, K. & McGrath, S. (2004). Knowledge for development? Comparing British, Japanese, Swedish and World Bank aid. London: Zed Books.

Lascoumes, P. & Le Galès, P. (2004). L’action publique saisie par ses instruments, in P. Lascoumes & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments (pp. 11-44). Paris : Presses de Sciences Po.

Leca, J. (2003). De la lumière sur la société civile. Critique internationale, 21(4), 62-72.

Lewis, D. (2009). International development and the ‘perpetual present’: anthropological approaches to the re-historicization of policy. European Journal of Development Research, 21(1), 32-46.

Leclerc-Olive, M. (2013). Qu’a « fait » la notion de société civile ? Cahiers Sens public, 15-16(1), 107-126.

McDermott, C. L., Coada, L., Helfgotta, A., & Schroederb, H. (2012). Operationalizing social safeguards in REDD+: actors, interests and ideas. Environmental Science et Policy, 21, 63-72.

Moghadam, V. M. (2005). Éditorial. Revue internationale des sciences sociales, 184(2), 217-220.

Mosse, D. (2005). Cultivating development. An Ethnography of Aid Policy and Practice. Ann Arbor & Londres: Pluto Press.

Mosse, D. & Lewis, D. (2006). Theoretical Approaches to Brokerage and Translation in Development, in D. Mosse & D. Lewis (dir.). Development Brokers and Translators: The Ethnography of Aid and Agencies (pp. 1-26). Bloomfield: Kumarian Press.

Müller, B. (2009). Rendre technique un débat politique. Controverses autour des biotechnologies agricoles au sein de la FAO. Tsantsa, 14, 27-36.

Müller, B. (2012). Comment rendre le monde gouvernable sans le gouverner : les organisations internationales analysées par les anthropologues. Critique internationale, 54(1), 9-18.

Narayanaswamy, L. (2013). Problematizing ‘Knowledge-for-Development’. Development and Change, 44(5), 1065-1086.

Norman, M. & Nakhooda, S. (2014). The state of REDD+ finance. CGD Working Paper 378. Washington, DC: Center for Global Development.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement. Essai en socio- anthropologie du changement social. Marseille, Paris : APAD, Karthala.

Olivier de Sardan, J.-P. (2014). La manne, les normes et les soupçons. Revue Tiers Monde, 3(3), 197-215.

Ongolo, S. (2015). On the banality of forest governance fragmentation: Exploring‘ ‘gecko politics’’as a bureaucratic behaviour in limited statehood. Forest Policy and Economics, 12-20.

Ouédraogo, H. B. (1992). L’appropriation des projets de développement, le cas des micro-réalisations au Burkina Faso. Québec : GRIDEQ, Université du Québec à Rimouski.

Pender, J. (2001). From “Structural Adjustment” to “Comprehensive Development Framework”: Conditionality Transformed? Third World Quarterly, 22(3), 397-411.

Pestre, D. (2012). Épistémologie et politique des science and transnational studies. Revue d’anthropologie des connaissances, 6(3), 469-492.

Phelps, J., Webb, E. L., & Koh L. P. (2011). Risky business: an uncertain future for biodiversity conservation finance through REDD+. Conservation Letters, 4, 88-94.

Pincus, J. & Winters, J. (2002). Reinventing the World Bank, in J. Pincus & J. Winters (dir.). Reinventing the World Bank (pp. 1-25). Ithaca: Cornell University.

Pommerolle, M.-E. (2008). La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti. Critique internationale, 40(3), 73-94.

Pommerolle, M.-E. & Siméant, J. (2010). L’internationalisation du militantisme en Afrique. Alternatives Sud, 17, 229-234.

Poncelet, M. & Pirotte, G. (2007). L’invention africaine des sociétés civiles : déni théorique, figure imposée, et prolifération empirique. Mondes en développement, 139(3), 9-23.

Raffinot, M. (2010). L’appropriation (ownership) des politiques de développement : de la théorie à la pratique. Mondes en développement, 149(1), 87-104.

Rangeon, F. (1986). La société civile. Histoire d’un mot, in CURAPP (dir.). La société civile (pp. 9-32). Paris : Presses universitaires de France.

Redford, K., Padoch, C., & Sunderland, T. (2013). Fads, funding, and forgetting in three decades of conservation. Conservation Biology, 27, 437-438.

Sandbrook, C., Nelson, F., Adams, W. M., & Agrawal, A. (2010). Carbon, forests and the REDD paradox. Oryx, 44(3), 330-334.

Santilli, M., Moutinho, P. S., Nepstad, D., Curran, L., & Nobre, C. (2003). Tropical Deforestation and the Kyoto Protocol: A new proposal. COP 9, UNFCCC, Milan.

Sunderlin, W. D., Sills, E. O., Duchelle, A. E., Ekaputri, A. D., Kweka, D., Toniolo, A., Ball, S., Doggart, N., Pratama, C. D., Padilla, J. T., Enright, A., & Otsyina, R. M. (2015). REDD+ at a critical juncture: assessing the limits of polycentric governance for achieving climate change mitigation. International Forestry Review, 17(4).

Thompson, M. C., Baruah, M., & Carr, E. R. (2011). Seeing REDD+ as a project of environmental governance. Environmental Science et Policy, 14(2), 100-110.

Topa, G., Karsenty, A., Mégévand, C., & Debroux L. (2010). Les forêts tropicales du Cameroun. Une décennie de réformes. Washington DC : Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement, Banque mondiale.

Viard-Crétat, A. (2015). La déforestation évitée. Socio-anthropologie d’un nouvel « or vert ». Entre lutte contre le changement climatique et aide au développement, du laboratoire guyanais à l’expertise forestière au Cameroun. Thèse de doctorat, EHESS.

Visseren-Hamakers, I., McDermott, C., Vijge, M., & Cashore, B. (2012). Trade-offs, co-benefits and safeguards: Current debates on the breadth of REDD+. Current Opinion in Environmental Sustainability, 4(6), 646-653.

Wenger, E. (2000). Communities of Practice and Social Learning Systems. Organization, 7(2), 225-246.

Haut de page

Notes

1 L’expression de « société civile » sera utilisée dans tout l’article comme « mot indigène » (Beaud et Weber, 2008) en tant qu’il désigne un groupe d’acteurs bien identifié du processus étudié, sans pour autant valider sa neutralité et sa validité. Pour des discussions critiques du concept en général, voir notamment Rangeon (1986), Leca (2003), IEDES (2004) et en contexte africain, Beckman (1993), Bierschenk, Olivier de Sardan et Chauveau (2000), Hearn (2001), Poncelet et Pirotte (2007) et Leclerc-Olive (2013).

2 « Assister les pays en leur fournissant une assistance financière et technique pour construire leurs capacités à bénéficier du Redd+ ; piloter le Redd+ selon une acceptation précise : comme système qui doit rémunérer les pays en fonction de leur performance en termes de réduction d’émissions de GES), permettre de tester différentes façons de garantir l’intégrité sociale, humaine et environnementale du Redd+, diffuser largement les savoirs acquis » (FCPF, n.d.), je traduis.

3 Au Cameroun, la dénomination reste controversée. Deux catégories sont généralement reconnues : les Mbororo et un ensemble souvent regroupé sous le terme controversé de « pygmées », les Bakas, Bakola, Bagyelis et Bedzan. D’autres populations ont été identifiées mais ne sont quasiment jamais évoquées (International Work Group for Indigenous Affairs, 2011 ; (DeLancey, Neh Mbuh et DeLancey, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Viard-Crétat, « Savoirs tactiques et expertises »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 10-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/3185

Haut de page

Auteur

Aurore Viard-Crétat

Après une thèse d’études sociales des sciences et des techniques au Centre Alexandre Koyré (EHESS), elle est postdoctorante au pôle Gouvernance environnementale et controverses sociotechniques de l’ISCC, dans le cadre du projet ClimaCOP d’ethnographie collective de la COP 21. Son travail porte sur les réseaux d’expertise et de recherche forestières et la façon dont les institutions de l’aide au développement s’approprient et mobilisent l’agenda climatique, en particulier en Afrique centrale.

Adresse : Pôle Gouvernance environnementale et controverses sociotechniques, ISCC (CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC), 20, rue Berbier-du-Mets, FR-75013 Paris (France).
Courriel : aviard[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals