Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours1 | 2025 – Modalités sensibles du...

1 | 2025 – Modalités sensibles du connaître dans le care

Date limite de réception des articles : 31 mai 2024

Dossier coordonné par Fabienne Malbois (HETSL et UNIL) et Alexandre Lambelet (HETSL)

Cet appel à articles a pour objectif de susciter une interrogation renouvelée sur la connaissance sensible, dans tous les sens du terme, qui s’élabore dans le déploiement de situations dans lesquelles les individus, directement empêtrés en raison des activités de care qu’ils mènent au titre de leur profession ou de tout autre pratique experte, agissent comme des « méthodologues pratiques » (Garfinkel, 2007, pp. 284-286). Plus précisément, il s’agira de se demander comment et à quels titres des modalités sensibles du connaître sont liées aux enquêtes au moyen desquelles les acteurs sociaux résolvent les problèmes rencontrés dans le cours même de leurs activités de care, des enquêtes qu’ils mènent à toutes fins pratiques, en vue de découvrir le prochain geste qu’il convient de réaliser ou la bonne conduite qu’il convient d’adopter (Dewey, 1993).

Aujourd’hui, la notion de care fait partie du vocabulaire familier des sciences sociales. Elle fédère autour d’un objet commun de nombreuses disciplines ou studies (philosophie morale, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation et du travail social, études des sciences et des techniques, études de genre, etc.), et continue de donner lieu à un nombre foisonnant de travaux. Le mérite en revient en grande partie à Joan C. Tronto, dont le travail a « révolutionné » les sciences sociales (Mol, 2008 ; Mol, Moser & Pols, 2010). En effet, son ouvrage majeur et désormais classique, Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care (Tronto, 1993), a contribué à mettre en lumière aussi bien la centralité méconnue du travail de soin dans l’organisation des sociétés contemporaines que sa distribution inégale, le genre œuvrant comme un vecteur majeur de différentiation.

Loin de rapporter le care à un ensemble de bons sentiments propres à une morale féminine, Tronto a insisté sur la dimension matérielle du care (Garrau & Le Goff, 2010). Elle a par ailleurs abordé le care de façon générique, c’est-à-dire comme toute activité destinée à maintenir, perpétuer et réparer ce qui participe à la constitution du monde. La politologue américaine nous invite donc résolument à appréhender le care d’abord comme une pratique, et plus précisément comme la prise en charge laborieuse d’un besoin (Molinier, 2013). Toutefois, le type de matérialisme endossé par Tronto pour contrer « la romantisation et sentimentalisation » (Tronto, 2009, p. 163) du care, et ne pas réduire ce dernier à une attitude émotionnelle féminine, oublie que les émotions et les sentiments sont directement connectés aux pratiques de care (Paperman, 2013). C’est pourquoi un tel matérialisme, malgré son intérêt, ne permet guère de poser les questions qui nous intéressent ici. Deux raisons au moins peuvent être invoquées. D’une part, ce matérialisme, qui décompose le care en quatre sous-activités typiques et séquentiellement ordonnées entre elles (« caring about », « taking care of », « giving care », « care receiving »), conduit à embrasser une perspective formelle sur les activités de care. Les examiner dans les « situations existentielles spécifiques » (Dewey, 2011, p. 89) et les environnements particuliers où elles ont lieu, pour décrire via des méthodes ethnographiques ce qui s’y joue quand se présentent un trouble ou une difficulté qu'il faut chercher à élucider ou dénouer, s’avère en quelque sorte hors de propos (Paperman, 2009). D’autre part, ce matérialisme, parce qu’il peine à voir dans les activités de care des conduites affectivo-motrices (Bidet, Quéré & Truc, 2011), fait du sensible une question « stratégiquement dangereuse » (Tronto, 2011, p. 52), toujours susceptible de rabattre le care sur le féminin, le sentimental, la morale et le privé. C’est pourquoi, d’ailleurs, ce matérialisme s’accompagne nécessairement d’un psychologisme (Malbois, soumis) : pour Tronto, si elle n’était pas empreinte d’une disposition personnelle au soin, la prise en charge d’un besoin ne serait en effet qu’un travail comme un autre, et ne pourrait donc se faire valoir comme du care.

Pour éviter ces impasses, les auteurs et autrices du présent numéro sont invitées à concevoir les activités de care, que celles-ci s’exercent à l’endroit d’autres personnes, de choses, de vivants non-humains ou encore de tout élément qui participe de l’environnement social, matériel ou naturel, à partir d’une approche nourrie par les apports du pragmatisme. En ce sens, le care renvoie à une vaste gamme d’activités dans lesquelles les individus se tiennent dans un double rapport de passivité et d’activité vis-à-vis des objets de leur concernement (Cefaï, 2019), allant d’éprouver de la sollicitude ou de l’inquiétude à faire preuve de bienveillance, porter de l’intérêt à, se soucier de, prendre soin, faire attention à, prendre en compte ou encore porter secours, voire chérir (Dewey, 1989). Impliquant à différents degrés une dimension affectivo-motrice publiquement observable, de telles activités désignent alors les comportements par lesquels l’on cherche, non sans efforts, à faire advenir quelqu’un ou quelque chose, à en prolonger l’existence, ou encore à maintenir, sinon réparer, voire susciter, les conditions qui lui sont favorables (Dewey, 2011).

Ainsi comprises, les activités de care manifestent la valeur que l’on confère à quelqu’un ou quelque chose (Quéré, 2017). C’est du reste essentiellement sous l’angle des attachements, à savoir de ce à quoi nous tenons et par quoi nous tenons, qu’elles ont été étudiées jusqu’ici par les auteurs qui se réfèrent peu ou prou à cette approche (Hennion & Vidal-Naquet, 2015 ; Denis & Pontille, 2022). En conséquence, les modalités sensibles par lesquelles une situation est soumise à l’enquête en vue d’identifier les sources d’une gêne, d’un mal-être ou d’une nuisance, mais aussi d’interpréter les signes d’une contrariété, d’un besoin ou d’une détérioration, ou encore de supprimer les raisons d’un inconfort ou d’une résistance, sont demeurées largement non questionnées. Et ce n’est que tout récemment, à la faveur d’un intérêt grandissant pour les sens (Howes, 1991 ; Vannini et al., 2012 ; Gibson & vom Lehn, 2021 ; Lima, Pillon & de Verdalle, 2023), et d’une curiosité ravivée pour la dimension corporelle des dynamiques interactionnelles et de l’organisation des conduites (Meyer et al., 2017), que les modalités sensibles des activités de care ont commencé à retenir l’attention, donnant lieu notamment à l’étude de situations dans lesquelles interviennent des sage-femmes, des infirmières et des physiothérapeutes (Nishizaka, 2017, 2020 ; Grosjean et al., 2021 ; Keel & Caviglia, 2023).

Les nombreuses pistes d’analyse ouvertes par les ethnographies des sens (Pink, 2009 ; Grosjean & Matte, 2021) restent cependant à développer et à enrichir en se penchant sur l’ensemble des activités comportant, à un titre ou à un autre, une dimension de care. Dans le cadre de cet appel, nous retenons des travaux d’ores et déjà engagés les deux principaux acquis suivants. En premier lieu, l’appréhension de l’expérience et de la perception depuis une approche écologique (Gibson, 2014 ; Ingold, 2000) a fait redécouvrir, bien après les travaux des philosophes pragmatistes, John Dewey (2010) et George H. Mead (1997) en particulier, la vaste gamme des phénomènes que conjuguent les sens, y compris quand les activités de care sont médiatisées par des technologies, de visualisation dans le cas des médecins légistes (Schnegg et al., 2023), ou de diagnostics assistés par des système digitaux dans le cas de médecins généralistes ou d’anesthésistes (Malsen, 2017) : le sensible bien sûr, mais aussi le sensoriel, l’émotionnel et le sensuel (Peroni & Roux, 2006 ; Dant, 2010 ; Bessy & Chateauraynaud, 2014 ; Breviglieri, 2020 ; Malbois, 2022). En deuxième lieu, l’étude, dans le sillage de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin ou de la phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty, des spécificités de la connaissance sensible en contexte professionnel ou expert (Strati, 2007 ; Grosjean, 2014), dans l’exercice de travaux de conciergerie (Sormani, Strebel & Bovet, 2015) ou de réparation d’automobiles (Dant, 2010) par exemple, a montré les logiques d’imbrication de la multi-sensorialité (Lauwrens, 2019 ; Mondada, 2021 ; Pentimalli & Gobo, 2023), ainsi que la nature intrinsèquement intersensorielle des situations (Pecqueux, 2012), et ceci même quand une dimension, le sonore par exemple, prédomine.

Toutefois, en dépit de leur immense intérêt, ces travaux poussent à traiter l’action conjointe qui se développe dans et à travers le care surtout au niveau de l’organisation endogène des activités pratiques, au risque de négliger une autre voie d’investigation pourtant elle aussi possible. C’est dans cette voie alternative, qui consiste à aborder les activités de care à partir des transactions entre des corps et leur(s) environnement(s), que cet appel voudrait résolument s’orienter. Dans la mesure où la connaissance sensible qui procède des enquêtes menées par les acteurs sociaux dès lors qu’il s’agit de prendre soin, de faire attention, de prendre en compte voire de chérir, est tout à la fois corporelle, procédurale et écologique, cette voie nous paraît en effet la plus prometteuse et la plus heuristique.

Ainsi entendue, la connaissance sensible est organisée par une réflexivité pratique (Hennion, 2009), et prend appui sur « une façon de sentir » qui se développe dans l’expérience longue et étroite d’une pratique ou d’un milieu (Ingold, 2013). Plus précisément, cette connaissance non intellectualisée prend forme dans des savoir-faire, des gestes et des arts de faire propres au care, que les contributions à ce numéro sont invitées à étudier plus avant, en se rapportant aux sens comme à des moyens de connaissance (Simmel, 1999) à partir desquels les acteurs sociaux participent directement aux événements dans l’environnement alentour, notamment pour résoudre, via l’analyse méthodique des situations, les problèmes pratiques qu’ils rencontrent (Dewey, 1993), par exemple quand le handicap ou la maladie troublent les appuis ordinaires de l’interaction (Malbois, Tremblay & Lambelet, à paraître). Car le sensible, loin de faire médiation entre le sujet et le monde qu’il perçoit, configure une expérience immédiate pourvue de sa propre facticité (Benoist, 2013), et institue un champ de perception doté de sa propre organisation locale (Bezemer & Kress, 2014 ; Due, 2021). Ainsi, quand l’aide-soignante regarde Paul Caucuse au moment de lui proposer d’effectuer la toilette du matin, c’est de la tristesse et non des traits qui se plissent vers le bas qu’elle voit dans le visage du vieux monsieur. Une tristesse qu’elle va s’attacher à faire disparaître, pour que le soin se passe au mieux, en passant une musique qu’il apprécié et qui saura, comme son expérience le lui a appris, à faire retrouver sa bonne humeur au résident atteint de démence.

Aussi, dès lors qu’il est intégré à une activité de care publiquement observable, dotée d’une dimension affectivo-motrice et caractérisée par le doute, la perplexité, un embarras ou une gêne, le sensible doit être appréhendé comme un faire, et plus précisément comme un « faire-savoir », dont le matériau est à prendre pour ce qu’il est, à savoir un matériau émotif, sensuel, audible, visible, haptique, etc. (Lynch et Eisenmann, 2022). C’est pourquoi, d’ailleurs, les savoirs sensibles qui résultent des activités de care ne sauraient être saisis depuis des théories représentationnelles de la connaissance, qui accordent le primat à la cognition et au discursif (Austin, 2007 ; Travis, 2004 ; Ingold, 2000).

Issues d’horizons disciplinaires variés, les contributions à ce numéro articuleront enquête empirique d’orientation ethnographique sur des cas précis (avec une large place accordée à l’observation) et réflexions théoriques. Pour autant que le care soit pensé depuis l’approche pragmatiste indiquée (Dewey, 2011 ; Bidet, Quéré & Truc, 2011), toutes sortes d’activités, médiatisées ou non par des technologies, peuvent être traitées, des plus convenues (métiers du social, du soin et de l’éducation, travaux domestiques, d’entretien ou de maintenance, etc.) aux moins conventionnelles (activités agricoles ou de jardinage par exemple, y compris dans un cadre privé ou communautaire), voire encore aux plus inattendues (occupations de loisirs ou activités militantes, entre autres). C’est dire que les activités ethnographiées, au-delà de leur diversité, auront pour point commun d’être des activités au travers desquelles les acteurs sociaux manifestent concrètement, à travers leurs modes de conduites, leurs manières d’agir et leurs attitudes, qu’ils portent une vive et intense attention aux vivants, humains ou non, aux choses ou à des portions de l’environnement social, matériel ou naturel, dans la perspective d’en assurer la conservation ou d’en prolonger l’existence.

Attentives aux différents savoirs sensibles qui se développent dans les enquêtes pratiques imbriquées dans des activités de care ainsi conçues, les contributions sont encouragées, parmi d’autres axes d’interrogation possibles, à aborder les questions suivantes, de manière non-exclusive et selon des combinaisons laissées à l’appréciation des autrices et auteurs.

Quelles formes d’enquête sont à l’œuvre quand, dans les activités de care, le faire relève du sensible ? Au-delà de la partition, fort commode, entre enquête scientifique et enquête du sens commun (Dewey, 1993 ; Schütz, 1953), et quand bien même ces dernières seraient envisagées dans une logique de continuité-discontinuité, est-il possible d’identifier, dans les activités de care, d’autres façons de produire des connaissances directement indexées au corps, dans ses dimensions sensuel, sensoriel et émotionnel ? Peut-on dire, par exemple, que la marche, le tâtonnement, l’exploration ou encore l’écoute relèvent, à l’instar de l’observation dans son lien à l’œil, des enquêtes situées adossées aux cinq sens ? Et comment les technologies, de visualisation notamment, qui étendent la capacité des organes sensoriels transforment-elles les modalités de l’enquête ? Prennent-elles toujours le pas sur les ancrages corporels proximaux et sur l’expertise due à une maîtrise particulière et de « première main » de l’environnement dans lequel l’on est immergé ?

Comment les différentes modalités du sensible s’articulent-elles au connaître dans le care ? Si l’ocularocentrisme, symbole de la pensée occidentale moderne, est suspecté de voiler la pluralité et la consistance des pensées pratiques qui s’épanouissent dans l’exercice d’une activité de care professionnelle ou experte, toucher ou entendre, dans les cas où les organes des sens n’ont pas perdu leur capacité à percevoir, ne vont-ils pas toujours avec un voir ? Et si tel est le cas, quel(s) rôle(s) l’œil prend-il ? Est-il le sens qui assiste, qui relie, qui témoigne, qui s’inquiète, qui fait voir ou regarde, qui décide ou encore qui examine avec attention ? Et qu’en est-il de la main et de l’oreille, ces organes sont-ils toujours les perdants de la hiérarchie des sens ? Par ailleurs si, dans le care le sensible fait et que l’on fait-savoir avec le sensible, y a-t-il des sens plus à même de subir et de pâtir ? Enfin, l’invisible étant un jeu sur le visible (Tassin, 2012), y-a-t-il dans le care des sens qui font voir ou sentir plus que d’autres ?

Comment, dans le care, le passage du sensible au cognitif s’opère-t-il ? Parce que la vulnérabilité, la fragilité, l’incertitude et la dégénérescence caractérisent les situations où le care s’exerce, le sensible est son principal régime d’expérience. Mais hors de ce corps à corps premier, le partage et la mise en commun des connaissances sensibles nécessitent souvent la mise en discours de ce qui a été vu, entendu ou touché en première personne. Comment s’opère le passage du sensible au cognitif ? Les différents acteurs qui participent à une situation de soin sont-ils tous concernés de la même manière par ce passage ou par le départage entre le sensible et le cognitif ? Qu’est-ce qui résiste à l’épreuve du jugement, et comment, au sein de cette économie entre sensible et cognitif, se pose la question éthique ? Enfin, comment l’ethnographe peut-il rendre compte en troisième personne de connaissances pratiques qui se donnent, fondamentalement, à la première (Genard, 2020) ?

Modalités de soumission

Cet appel à articles suit une procédure accélérée. Les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65’000 signes), sont à soumettre en ligne sur le site de la revue avant le 31 mai 2024 : http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser

Les auteurs et autrices peuvent éventuellement contacter les éditeurs invités du numéro avant de soumettre leur article : Fabienne Malbois (Fabienne.Malbois@hetsl.ch) et Alexandre Lambelet (Alexandre.Lambelet@hetsl.ch).

Bibliographie

Austin, J. (2007 [1962]). Le langage de la perception. Paris : Librairie Philosophique J. Vrin.

Benoist, J. (2013). Le bruit du sensible. Paris : Cerf.

Bessy, C. & Chateauraynaud, F. (2014). Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception. Editions Petra.

Bezemer, J. & Kress, G. (2014). Touch: A Resource for Making Meaning. The Australian Journal of Language and Literacy, 37(2), 77-85. https://doi.org/10.1007/BF03651935

Bidet, A., Quéré, L. & Truc, G. (2011). Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs. Dans J. Dewey. La formation des valeurs (pp. 5-64). Paris : Les empêcheurs de penser en rond/ La Découverte.

Breviglieri, M. (2020). Fertilités : Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs). Anthropologie et Sociétés, 44(1), 25-52. https://doi.org/10.7202/1072767ar

Cefaï, D. (2019). Les problèmes, leurs expériences et leurs publics : Une enquête pragmatiste. Sociologie et sociétés, 51(1‑2), 33-91. https://doi.org/10.7202/1074730ar

Dant, T. (2010). The Work of Repair: Gesture, Emotion and Sensual Knowledge. Sociological Research Online, 15(3). http://www.socresonline.org.uk /15/3/7.html>

Denis, J. & Pontille, D. (2022). Le soin des choses. Politiques de la maintenance. Paris : La Découverte.

Dewey, J. (1989). The Field of “Value”. Dans J. A. Boydston, H. Furst Simon & R. W. Field (eds). The Later Works, 1925-1953. (Vol. 16 (1949-1952), pp. 343‑357). Southern Illinois University Press.

Dewey, J. (1993 [1938]). L’enquête du sens commun et l’enquête scientifique. Dans Logique. La théorie de l’enquête (pp. 12-142). Paris : PUF.

Dewey, J. (2010 [1934]). L’art comme expérience. Paris : Gallimard.

Dewey, J. (2011). La formation des valeurs. Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte.

Due, B. L. (2021). Distributed Perception: Co‐Operation between Sense‐Able, Actionable, and Accountable Semiotic Agents. Symbolic Interaction, 44(1), 134‑162. https://doi.org/10.1002/symb.538

GarfinkeL, H. (2007 [1967]). « Passer » ou l’accomplissement du statut sexuel chez une personne « intersexuée ». Dans Recherches en ethnométhodologie (pp. 203‑295). Paris : PUF.

Garrau, M. & Le Goff, A. (2010). Care, justice et dépendance. Introduction aux théories du Care. Paris : PUF.

Genard, J.-L. (2020). Une sociologie des émotions “modo aesthetico”?. Dans L. Kaufmann & L. Quéré (éd.). Les émotions collectives : En quête d’un objet impossible (Raisons Pratiques) (pp. 171‑203). EHESS. https://doi.org/10.4000/books.editionsehess. 29454

Gibson, J. J. (2014 [1986]). Approche écologique de la perception visuelle. Editions Dehors.

Gibson, W. & vom Lehn, D. (eds) (2021). The Senses in Social Interaction. Symbolic Interaction, 44(1). Wiley. https://doi.org/10.1002/symb.539

Grosjean, S. (2014). Étudier la dimension sensible des savoirs produits en contexte de travail. Études de communication, 42, 47‑62. https://doi.org/10.4000/edc.5796

Grosjean, S., Matte, F. & Nahon‐Serfaty, I. (2021). “Sensory Ordering” in Nurses’ Clinical Decision‐Making: Making Visible Senses, Sensing, and “Sensory Work” in the Hospital. Symbolic Interaction, 44(1), 163-182. https://doi.org/10.1002/symb.490

Grosjean, S. & Matte, F. (eds) (2021). Organizational Video-Ethnography Revisited. Making Visible Material, Embodied and Sensory Practices. Palgrave Macmillan.

Hennion, A. (2009). Réflexivités. L’activité de l’amateur. Réseaux, 153(1), 55-78. https://doi.org/10.3917/res.153.0055

Hennion, A. & Vidal-Naquet, P. A. (2015). « Enfermer Maman ! » Épreuves et arrangements : Le care comme éthique de situation. Sciences sociales et santé, 33(3), 65‑90.

Howes, D. (1991). The Varieties of Sensory Experience. A Sourcebook in the Anthropology of the Senses. University of Toronto Press.

Ingold, T. (2000). The Perception of the Environment. Essays on livelihood, dwelling and skill. Routeldge.

Ingold, T. (2013). Marcher avec les dragons. Zones sensibles.

Keel, S. & Caviglia, C. (2023). Touching and Being Touched During Physiotherapy Exercise Instruction. Human Studies. https://doi.org/10.1007/s10746-023-09675-5

Lauwrens, J. (2019). Seeing Touch and Touching Sight: A Reflection on the Tactility of Vision. The Senses and Society, 14(3), 297-312. https://doi.org/10.1080/17458927.2019.1663660

Lima, L., Pillon, T. & de Verdalle, L. (2023). Les cinq sens au travail. Introduction. Sociologie du travail, 65(4). https://doi.org/10.4000/sdt.44711

Lynch, M. & Eisenmann, C. (2022). Transposing Gestalt Phenomena from Visual Fields to Practical and Interactional Work: Garfinkel’s and Sacks’ Social Praxeology. Philosophia Scientae, 26(3), 95-122. https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.3619

Malbois, F. (2022). Une forme de vie à l’épreuve de la pandémie. Care et vulnérabilité dans les EMS: Gérontologie et société, 44(168), 79‑94. https://doi.org/10.3917/gs1.168.0079

Malbois, F., Tremblay, B. & Lambelet, A. (à paraître). Behaving as a Person. Professional’s Arts of Doing when Dealing with Dementia in Nursing Homes. European Social Work Research.

Malbois, F. (soumis). Adverbialiser le care. Une relecture de Joan C. Tronto via la théorie de la valuation de John Dewey. Pragmata.

Maslen, S. (2017). Layers of Sense: the Sensory Work of Diagnostic Sensemaking in Digital Health. Digital Health, 3. https://doi.org/10.1177/2055207617709101

Mead, G.-H. (1997). La chose physique. Réseaux, 85, 201-211.

Meyer, C., Streeck, J. & Jordan, J. S. (eds) (2017). Intercorporeality. Emerging Socialities in Interaction. Oxford University Press.

Mol, A. (2008). The Logic of Care. Health and The Problem of Patient Choice. Routledge, Taylor & Francis Group.

Mol, A., Moser, I. & Pols, J. (eds) (2010). Care in Practice. On Tinkering in Clinics, Homes and Farms. Transcript Verlag.

Molinier, P. (2013). Le travail du care. La Dispute.

Mondada, L. (2021). Orchestrating Multi‐sensoriality in Tasting Sessions: Sensing Bodies, Normativity, and Language. Symbolic Interaction, 44(1), 63-86. https://doi.org/10.1002/symb.472

Nishizaka, A. (2017). The Perceived Body and Embodied Vision in Interaction. Mind, Culture, and Activity, 24(2), 110‑128. https://doi.org/10.1080/10749039.2017.1296465

Nishizaka, A. (2020). Multi-Sensory Perception during Palpation in Japanese Midwifery Practice. Social Interaction. Video-Based Studies of Human Sociality, 3(1). https://doi.org/10.7146/si.v3i1.120256

Paperman, P. (2009). D’une voix discordante : Désentimentaliser le care, démoraliser l’éthique. In P. Molinier, S. Laugier & P. Paperman (éd.). Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité (pp. 89‑110). Petite bibliothèque Payot.

Paperman, P. (2013). Care et sentiments. Paris : PUF.

Pecqueux, A. (2012). Les affordances des événements : Des sons aux événements urbains. Communications, 90(1), 215-227. https://doi.org/10.3917/commu.090.0215

Pentimalli, B. & Gobo, G. (2023). “Hearing with the Eyes” Visual Hearing in (a Trio) Music Rehearsals. The Senses and Society, 18(3), 254‑272. https://doi.org/10.1080/17458927.2023.2232621

Peroni. M. & J. Roux. J. (éd.) (2006). Sensibiliser : la sociologie dans le vif du monde. Les Editions de l’Aube.

Pink, S. (2009). Doing sensory ethnography. Sage Publications.

Quéré, L. (2017). Comment « pragmatiser » le champ de la valeur ? Questions de communication, 32, 195‑218. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.11502

Schnegg, C., Rey, S. & Dominguez, A. (2023). L’appréhension sensible des corps morts à l’épreuve des techniques d’imagerie post-mortem. Sociologie du travail, 65(4). https://doi.org/10.4000/sdt.44833

Schütz, A. (1953). Common-Sense and Scientific Interpretation of Human Action. Philosophy and Phenomenological Research, 14(1), 1-38.

Simmel, G. (1999 [1908]). Excursus sur la sociologie des sens. In Sociologie. Études sur les formes de la socialisation (pp. 629-644). Paris : PUF.

Sormani, P., Strebel, I. & Bovet, A. (2015). Reassembling Repair: Of Maintenance Routine, Botched Jobs, and Situated Inquiry. Tecnoscienza. Itallien Journal of Science and Technologies Studies, 6(2), 41-60.

Strati, A. (2007). Sensible Knowledge and Practice-based Learning. Management Learning, 38(1), 61-77. https://doi.org/10.1177/1350507607073023

Tassin, E. (2012). Gygès et les invisibles. Des « disparus » en régime libéral. In Le maléfice de la vie à plusieurs (pp. 189-230). Bayard.

Travis, C. (2004). The Silence of the Senses. Mind, 113(449), 57-94. https://doi.org/10.1093/mind/113.449.57

Tronto, J. C. (1993). Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care. Routledge.

Tronto, J. C. (2011 [1987]). Au-delà d’une différence de genre. Vers une théorie du care. Dans P. Paperman & S. Laugier (éd.). Le souci des autres. Éthique et politique du care (Raisons pratiques) (pp. 51‑77). Paris : EHESS.

Vannini, P., Waskul, D. & Gottschalk, S. (eds.) (2012). The Senses in Self, Society and Culture. London: Routledge.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search