Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Mobilité transnationale des enseignants-chercheurs camerounais depuis les années 1990

Le cas des enseignants-chercheurs de l’Université de Dschang
Transnational mobility of Cameroon’ university lectures since the 1990s. The case of lecturers of the University of Dschang
Movilidad transnacional de los docentes investigadores cameruneses desde los años 90. El caso de los docentes e investigadores de la Universidad de Dschang
Hilaire De Prince Pokam

Résumés

Cet article est une contribution aux travaux sur la mobilité transnationale des enseignants-chercheurs camerounais depuis les années 1990 à partir du cas des enseignants-chercheurs de l’Université de Dschang. Il scrute les itinéraires de mobilité des enseignants-chercheurs, leurs enjeux ainsi que l’implication de leur institution dans ces mobilités. S’inscrivant progressivement dans le contexte de la mondialisation académique, les mobilités varient selon les lieux de formation des enseignants, les objets, les disciplines, les statuts et les grades. C’est ainsi que la carrière, l’acquisition de la crédibilité scientifique, la construction des réseaux mondialisés sont au cœur de ces circulations internationales. Le texte décrit également la manière dont l’Université de Dschang elle-même intervient avec ses enjeux institutionnels propres (financement, rayonnement).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après l’indépendance du Cameroun en 1960, les autorités dirigeantes créent en 1961 un complexe universitaire appelé Institut National d’Études Universitaires en vue de disposer d’un enseignement supérieur adapté aux besoins et aux réalités propres à leur jeune État. En 1962, cet Institut devient l’Université Fédérale du Cameroun. Cette dernière est transformée en Université de Yaoundé en 1973, suite au passage de la forme fédérale à la forme unitaire de l’État. En 1993, le Cameroun entame la réforme de son système d’enseignement supérieur, laquelle reconfigure profondément son paysage universitaire. Parmi les mesures préconisées figurent l’ouverture de l’université sur son environnement local, national et international, à travers des partenariats ainsi que la mobilité des étudiants et des enseignants-chercheurs.

2Nous nous intéressons aux pratiques de mobilités des enseignants et chercheurs camerounais à partir de l’étude du cas de l’Université de Dschang au cours de la période 2005-2009. Il s’agit de documenter précisément ce qui se passe à l’échelle de cette université, pour favoriser la circulation des données et la problématisation à partir d’études empiriques descriptives précises.

  • 1 Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP), Faculté des Sciences (FS), Faculté des Scienc (...)

3Notre propos prend appui sur une recherche documentaire et sur des entretiens. En dehors des documents généraux portant sur notre domaine d’étude, nous avons abondamment exploité les documents de la Direction du personnel enseignant de l’Université de Dschang. Ils comportent les listes des enseignants en situation de mobilité par établissement pour des stages et motifs divers, des notes à l’attention du recteur portant sur les demandes de mission par les enseignants, des statistiques des demandes de mission des enseignants de 2009 à 2015. Nous avons également réalisé une trentaine d’entretiens auprès des enseignants dont 7 pour la FSJP, 5 en FLSH, 6 en FS, 8 en FASA et 4 en FSEG1. Ces entretiens ont été réalisés en 2 phases, à savoir novembre-décembre 2015 et février-avril 2016.

4L’examen de ces documents fournit un état précis des mobilités des enseignants de l’Université de Dschang. En effet, 816 enseignants ont été en situation de mobilité entre 2009 et 2015. Ces enseignants présentent des profils différents en termes de grades (Ater, assistants, chargés de cours, maîtres de conférences), de disciplines et de trajectoires scolaires. Ces mouvements peuvent éclairer, dans des contextes particuliers, ce que recouvrent les phénomènes dits de mondialisation ou d’internationalisation de l’enseignement supérieur. Nous mettons l’accent sur la diversité des objets et des enjeux aussi bien pour les individus que les institutions.

Itinéraires des mobilités

5Ce que montre d’emblée l’examen des itinéraires des mobilités, c’est le contraste saisissant entre les enseignants formés à l’étranger et ceux formés au pays. Par ailleurs, on assiste à des évolutions dans les mobilités de l’ensemble des enseignants de l’Université de Dschang. Enfin, les objets de mobilité sont multiples, notamment les colloques, les recherches, les stages de formation et de perfectionnement, les séminaires et enseignements, l’expertise, les soutenances des travaux, les enseignements, les cérémonies académiques, etc.

Les pays de formation, destinations préférées

6Les enseignants formés hors du Cameroun se déplacent davantage que leurs collègues formés au pays. Les destinations sont inégalement réparties selon les continents et les pays. Leurs destinations préférées sont surtout leurs pays de formation : France, Allemagne, Royaume-Uni, Belgique et Pays-Bas en Europe ; États-Unis et Canada en Amérique. Ils partent rarement en Asie pour leur formation et ceux qui y vont y retournent exceptionnellement.

7La France est le premier lieu de formation et de circulation des enseignants formés hors du Cameroun. Elle est suivie de près par l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Cette situation s’explique en partie par les liens coloniaux antérieurs ainsi que les relations de coopération en matière d’enseignement supérieur établies à l’indépendance et souvent portées par des instances telles que l’AUF, le Commonwealth.

8En Amérique, les États-Unis et le Canada sont les principaux pays de formation et de mobilité des enseignants de l’Université de Dschang. En Afrique, c’est le Nigeria qui forme le plus d’enseignants de cette institution et certains d’entre eux continuent ensuite de s’y rendre. D’autres pays, tels l’Égypte, le Sénégal et surtout l’Afrique du Sud, constituent également des destinations des enseignants. Quelques enseignants sont formés en Asie, principalement en Chine, au Japon, ou dans les anciens pays du bloc soviétique (Russie, Ukraine) ou encore en Malaisie.

Une tendance à la diversification des destinations

9Les enseignants formés hors du Cameroun étendent de plus en plus leurs mobilités au-delà de leur pays de formation, tant en Europe, en Afrique, en Amérique qu’en Asie et en Océanie. C’est ainsi que des enseignants formés en Allemagne se sont rendus en France et inversement. D’autres pays européens à l’instar de l’Italie, la Grèce, la Suisse, l’Espagne constituent également des destinations prisées des enseignants. Ainsi, en 2010, un enseignant de la FASA, formé au Nigeria, était en Espagne dans le cadre du projet « EDULINK Project ».

10Bien plus, les mobilités des enseignants entre les continents tendent à se développer. Ainsi, un enseignant formé en Espagne, s’est rendu au Mexique dans le cadre de la formation des formateurs au cours de l’année 2011. Un autre formé au Canada a ensuite poursuivi une autre formation au Brésil en 2010. De la même façon, certains enseignants formés en Amérique étendent leur espace de circulation en Europe. En 2009, un enseignant de la FASA formé aux États-Unis a participé en Autriche à une réunion d’experts dans le domaine du développement de l’agrobusiness et de l’agro-industrie en Afrique. L’Afrique n’est pas en reste dans cette dynamique de circulation. Pendant l’année 2011, un enseignant s’est rendu au Togo pour un colloque et un autre a participé à l’élaboration de l’Atlas marin en Île Maurice. Une collègue de la FSJP était au Bénin en 2013 et au Gabon en 2014, pour des enseignements.

11Cette diversification des destinations tend ainsi à dépasser les barrières linguistiques longtemps considérées comme des obstacles insurmontables. Elle est surtout rendue possible par, d’une part, les efforts d’apprentissage des langues étrangères que font certains enseignants, et d’autre part par la tendance à la standardisation mondiale de la langue de communication scientifique en anglais. Ainsi, les enseignants formés en zone francophone se rendent dans les pays anglophones, germanophones, hispanophones, etc. Ceux qui sont formés dans la zone non francophone circulent en France ou dans d’autres pays francophones

12Quant aux enseignants formés au Cameroun, ils circulent également dans une diversité de pays. Ils se déplacent en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie et même en Océanie. En 2009 par exemple, deux enseignants de la FS ont effectué des recherches en France. Un enseignant de la FS a réalisé un stage de recherches scientifiques en Allemagne en 2009 et en 2012. Un autre de la FSJP y a effectué des recherches en 2012. S’agissant de l’Italie, un collègue de la FASA a participé à un séminaire en 2010. En dehors de ces trois pays, certains enseignants se rendent dans d’autres pays européens. Ainsi, un collègue de la FSEG était en Roumanie en 2009 dans le cadre de la recherche. En 2010, un autre de la FASA a suivi une formation en Belgique.

13Les pays africains de destination sont le Bénin, l’Afrique du Sud, le Kenya, la RDC, le Burkina Faso, le Ghana, l’Éthiopie et le Tchad. C’est ainsi qu’un enseignant de la FASA a participé en 2010 à l’atelier « Formation aux métiers de l’eau et de l’assainissement » au Bénin. D’autres de la FASA et de la FS se sont rendus en Afrique du Sud respectivement en 2009 pour un symposium et 2014 pour un projet de recherche conjointe.

14Concernant le Kenya, un enseignant s’y est rendu en 2009 pour la Conférence bisannuelle Consortium pour la Recherche Économique en Afrique (CREA). D’autres se déplacent également en RDC pour le 2e pilotage du projet FOGRN-BC, un colloque, une mission de recherche et d’enseignement ou un atelier. Il en va de même pour la Tanzanie dans le cadre des séminaires, des conférences et de formation ou du Burkina Faso à l’occasion d’un projet de recherche et de la participation à un atelier comme « L’atelier de pré-pilotage » dans le cadre du Projet ENAF en 2015.

15Les enseignants formés au Cameroun se rendent également en Amérique, en Océanie et en Asie. En ce qui concerne l’Amérique, certains vont au Canada pour un colloque ou une recherche postdoctorale. D’autres se déplacent aux États-Unis dans le cadre d’un stage, au Mexique pour une conférence internationale, au Brésil pour des recherches.

16Les enseignants de l’Université de Dschang circulent enfin en Asie et en Océanie. En Asie, un collègue de la FASA a participé au programme Master en Malaisie en 2009. En 2010, un autre de la même faculté a pris part au cours sur les applications de l’énergie solaire en Chine. Un collègue de la FSEG a participé quant à lui en Corée du Sud au camp mondial d’IYF (International Youth Fellowship) en vue de la formation des jeunes autour de la question du développement mental de la jeunesse. Un autre de la FS a mené une recherche en Inde en 2013. Un autre de la même faculté a assisté en Géorgie à une réunion des experts sur le Système d’Information de base dans les Laboratoires de Santé. Un collègue de la FASA était en Iran pour visiter le centre d’excellence NIGEB et conduire une recherche en 2015. Un seul enseignant est parti en Océanie de 2009 à 2015, plus précisément en Australie afin de participer à la 20e conférence internationale sur le sida.

  • 2 Il s’agit par exemple des universités, de l’AUF, du PNUD, de l’International START, de l’AGESCO/Ban (...)

17Ces enseignants-chercheurs formés au Cameroun ou à l’étranger qui circulent sur la scène académique internationale le font non seulement selon des initiatives individuelles, mais aussi dans le cadre d’arrangements institutionnels à l’échelle des établissements ou de l’Université elle-même, lesquels visent à les encourager. Le développement d’accords, de conventions, de programmes, de réseaux transnationaux et interinstitutionnels, vient souvent en appui à la mobilité par l’information, la sensibilisation et la communication, la mise en réseau et le soutien financier. Les prises en charge sont faites soit par les intéressés eux-mêmes, soit par l’Université de Dschang (cas des bourses de formation), soit par les organisateurs ou les institutions d’accueil2.

18Ces mobilités conduisent surtout les enseignants-chercheurs dans les pays européens. Elles confirment une autre recherche menée sur les chercheurs africains selon laquelle, « d’une façon générale, les scientifiques communiquent moins avec leurs collègues africains qu’avec leurs collègues européens. Cela illustre le faible niveau de communication Sud-Sud. Il est également intéressant de remarquer que les scientifiques africains collaborent davantage avec leurs collègues européens qu’ils ne le font avec leurs collègues américains (États-Unis et Canada) » (Gaillard et Tullbeg, 2001).

Des mobilités porteuses d’enjeux différenciés pour les enseignants et chercheurs

19Selon un rapport de l’UNESCO, « les mobilités des enseignants-chercheurs dynamisent leurs recherches, leur progression académique et offrent des carrières valorisantes » (UNESCO, 1999). Cela semble correspondre aux effets attendus ou réels de la mobilité dans le cas des enseignants-chercheurs de l’Université de Dschang : ils attendent une diversité de rétributions en fonction de leurs profils.

Une modalité dans la carrière et un gage de crédibilité scientifique

20Les mobilités internationales constituent des enjeux importants pour la carrière des enseignants et des chercheurs au Cameroun. En effet, les modalités d’avancement dans la carrière, notamment le changement de grade, la titularisation, sont subordonnées entre autres au rayonnement international et à la publication dans des revues étrangères. Ces conditions se modèlent selon les grades et les profils des enseignants et chercheurs.

21Pour les assistants, la mobilité internationale comporte plusieurs enjeux imbriqués pour la carrière au sein de l’enseignement supérieur. De manière générale, la mobilité permet la sécurité de l’emploi via la titularisation. En effet, le statut d’Assistant est très précaire au Cameroun dans la mesure où un Assistant est un contractuel pour une durée de trois ans, renouvelable une fois. Si après cette durée, l’intéressé n’a pas changé de grade, il perd juridiquement son statut d’enseignant d’Université. De plus, certains Assistants sont recrutés sans thèse. Ils ne peuvent changer de grade qu’après avoir soutenu leur thèse de Doctorat. Ainsi, la mobilité permet de participer aux stages de formation doctorale et postdoctorale, aux cours, aux recherches pour thèse de Doctorat et soutenances de thèse.

22Quant aux chargés de cours, les mobilités peuvent les aider à remplir les critères permettant de devenir enseignant de rang magistral (par exemple acquérir un rayonnement international). Ils participent plus aux conférences internationales, aux formations postdoctorales, aux séminaires, aux recherches postdoctorales, aux stages de recherche, à la préparation du concours d’Agrégation, à la préparation et la soutenance des habilitations à diriger les recherches (HDR), ainsi qu’à la dispense des enseignements.

23Les mobilités internationales offrent également des crédits symboliques aux enseignants et chercheurs camerounais. En effet, l’acquisition de titres (docteur, habilitation à diriger les recherches, agrégation) ainsi que les invitations à l’étranger, constituent des marques de reconnaissance et de crédibilité scientifique. Ces capitaux symboliques constituent alors des éléments de distinction mobilisés dans l’espace de concurrence local, à l’instar de ce qu’analyse Marie-Claude Munoz (Munoz, 2009) au sujet des universitaires brésiliens en France. En même temps, la mobilité internationale constitue, comme pour la plupart des chercheurs africains, un moyen de reconnaissance dans la communauté scientifique internationale (Gaillard et Tullberg, 2001) contribuant ainsi (situation de domination scientifique Nord-Sud oblige) à renforcer leur crédibilité et à les distinguer au niveau local.

Un sésame pour la publication et la recherche

24La mobilité transnationale des enseignants-chercheurs ouvre également la possibilité de publication des articles dans des revues internationales réputées et dans des ouvrages collectifs. Ceci d’autant plus qu’il y a insuffisance de supports locaux de publication dans certaines disciplines. La mobilité est donc un catalyseur de la publication dans les revues internationales et constitue pour tout chercheur africain « le critère le plus important pour la promotion scientifique » (Gaillard et Tullberg, 2001). À ce propos, dans notre enquête, un enseignant de la FASA, évoquant une « collaboration fructueuse avec des publications scientifiques de haute qualité dans des revues avec impact factor », déclare qu’il a « deux articles scientifiques co-publiés avec des chercheurs kenyans, un article co-publié avec des chercheurs de NIGEB en Iran, un article co-publié avec des chercheurs de EMBBAPA au Brésil et deux articles co-publiés avec des chercheurs ivoiriens, maliens et tchadiens ». Un autre enseignant de la FSEG a répondu qu’il « a produit trois articles scientifiques publiés ». Un autre enfin, de la FSJP, a évoqué des « publications mieux suivies ». C’est dire que les mobilités améliorent la qualité ainsi que le rythme de leur production scientifique. Ces propos d’un collègue de la FASA le confirment également : « amélioration de la qualité des résultats de nos recherches dans les laboratoires avec des plateaux techniques de haute facture reconnus internationalement ».

25Bien plus, la mobilité transnationale favorise également le financement de la recherche. En effet, « les budgets de la recherche publique en Afrique ont été tellement réduits que, sauf exception, il est impossible d’entreprendre des activités de recherche sans aide étrangère » (Gaillard et Tullberg, 2001). C’est ce que démontre le cas d’un enseignant de la FS. Celui-ci a bénéficié d’une bourse d’études de la Fondation Alexander von Humboldt au cours de l’année académique 2006-2007 pour se rendre en Allemagne. Il en a profité pour demander après son retour une aide auprès de cette fondation et d’une autre, afin de créer un laboratoire appelé « Virology Project », dont l’objectif est la recherche sur les virus des animaux et des plantes. Ce projet a été financé par la Fondation Internationale pour la Science à hauteur de 11 500 dollars et la Fondation Alexander von Humboldt à hauteur de 15 000 euros. Ce qui lui a permis d’acheter certains équipements. Ce laboratoire fonctionne effectivement depuis 2010 et contribue tout d’abord au développement de l’Université et du Cameroun, en favorisant les recherches personnelles des enseignants et l’encadrement des étudiants en cycle de Master et de Doctorat et subséquemment en améliorant la qualité de la production agricole et pastorale des fermiers avec lesquels il collabore. De la même façon, un groupe d’enseignants de différentes universités du Cameroun, dont l’auteur de cet article, a bénéficié des financements du Social Research Council américain, du Codesria dans le cadre de diverses recherches collectives sur l’enseignement supérieur. Ce qui a permis dans ce dernier cas non seulement d’effectuer des recherches collectives sur des thématiques complexes, mais également de structurer progressivement un groupe de travail dans un contexte de très faible associativité des enseignants et chercheurs camerounais.

Un moyen de renouvellement des enseignements

26Dans notre enquête, la circulation internationale des enseignants est également perçue comme un moyen de renforcer les capacités scientifiques et la qualité des enseignements des répondants. Elle « favorise la mise à jour scientifique des connaissances » d’après un enseignant de la FSEG. Elle influence les enseignements, principalement « le contenu des formations et l’approche pédagogique ». Selon lui, la mobilité permet « l’application des connaissances acquises dans le cadre de mes recherches et mes enseignements ». D’après un enseignant de la FASA, la mobilité agit sur les enseignements par « la révision du contenu de mes cours et de la façon de transmettre des connaissances aux étudiants ». Cette circulation contribue à « l’amélioration et réorientation des enseignements » selon un enseignant de la FLSH. D’après une enseignante de la FSJP, les « mobilités ont permis des enseignements actualisés et riches en références bibliographiques ». « Elles favorisent l’accès à la documentation et aux bases de données numériques utiles à la recherche et aux enseignements », de l’avis d’un autre enseignant de la même faculté. Les mobilités ont même « motivé la sollicitation de nouveaux enseignements », selon un enseignant de la FSJP, permettant ainsi d’ouvrir d’autres thématiques de recherche.

La construction des réseaux mondialisés

27La mobilité crée des occasions de rencontres et d’interactions avec la communauté scientifique par la participation à des rencontres scientifiques avec des collègues et des pairs au niveau international. Elle facilite également la recomposition ou la construction de réseaux mondialisés et de plates-formes collaboratives, ce que Mark Granovetter appelle « la force des liens faibles » (Granovetter, 1973). Il peut s’agir de la construction des relations avec des collègues à l’étranger ou des structures existantes créées du fait de la mobilité. C’est ainsi qu’un enseignant de la FSJP déclare « avoir noué des contacts avec des auteurs de référence sur les questions traitées lors de ses déplacements » et est « en collaboration comme chercheur associé avec des institutions de recherche ». Un autre affirme avoir négocié la cotutelle de thèses de doctorat avec un collègue ivoirien. À la FASA, un collègue dit avoir créé « un réseau avec des chercheurs kenyans, iraniens et brésiliens portant sur des projets de recherche communs où chaque partie trouve son intérêt ». À la FSEG, un enseignant insiste sur « la mise en relation avec des chercheurs d’autres horizons et l’élargissement des possibilités de collaboration ». Toujours en rapport avec la construction des relations avec des collègues étrangers, la production scientifique peut également créer des réseaux d’action avec des collègues étrangers. Ainsi, à travers la publication d’un article dans une revue internationalement reconnue, un chimiste de la FS s’est vu offrir une collaboration par un collègue allemand qui coopérait avec une société pharmaceutique depuis plusieurs années. Ce qui a mené à plusieurs invitations dans une université allemande et des recherches partagées sur plusieurs mois conduisant à la coopération avec la société pharmaceutique allemande (Schamp et Schmid, 2008). Un autre a collaboré en 2005 à un projet sur « La participation au crime, dans le cadre de la convention de recherche entre l’Institut Max Plank d’Allemagne et la Cour pénale internationale ». Les pays d’origine de l’équipe du projet étaient le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la France et l’Allemagne. Un autre enfin affirme être membre du CERDP de Nice qui se consacre aux études et recherches en droit des procédures. À la FSEG, un enseignant déclare être membre de la Société Africaine de l’Économie Écologique et de la Société Internet de l’Économie Écologique. À la FLSH, un enseignant déclare avoir construit le réseau de professeurs de littérature francophone en Afrique centrale, qui porte sur « des échanges de documents, d’informations et de mobilités pour enseigner ». Un autre évoque son appartenance à l’Association Canadienne des Études Africaines et de la Société des Africanistes de Paris dont les recherches portent sur la « philosophie appliquée et de terrain ».

Les mobilités, vecteurs de coopération entre structures universitaires et de recherche

28Les enseignants en situation de mobilité internationale mettent en place des structures qui collaborent avec d’autres dans les pays étrangers, selon Garcia Jr (Garcia, 2009) et Marie-Claude Munoz (Munoz, 2009). C’est dans ce cadre que la FSJP abrite une branche de l’Association Henri Capitant des Amis de la Culture Juridique Française créée en 1939 à l’Université de Paris. Elle est un prolongement de la Section camerounaise de cette association créée par un enseignant de cette faculté. Elle a pour but d’établir un réseau de réflexion et de recherche entre des juristes et membres des différentes professions juridiques et judiciaires de toutes nationalités, résidant au Cameroun et attachés à la culture juridique française et plus largement à la culture juridique romaniste. À la FSEG, certains enseignants ont construit deux réseaux de recherche internationale qui soutiennent leur Master en Analyse Économique. Il s’agit d’une part, du réseau CREA basé à Nairobi au Kenya, qui est engagé dans cinq projets ; d’autre part, du réseau PEP (Politique Économique et Pauvreté) basé à Laval au Canada. Il finance des recherches qui débouchent sur des publications et facilite la mobilité des étudiants de la Faculté dans ce centre.

L’accès aux rétributions annexes

29Les mobilités peuvent aussi permettre aux enseignants-chercheurs d’acquérir d’autres profits : ascension sociale, accès à des revenus supérieurs, du moins à des positions plus prestigieuses soit dans la pratique privée (professions libérales), soit dans les offices supérieurs de l’administration, etc. Une publication de la Banque mondiale traite d’ailleurs des différents profits que peut capitaliser tout enseignant engagé dans une action de coopération (Banque mondiale, 2003). La circulation transnationale devient donc un moyen de mobilité ascendante et d’élévation de statut social. Car les chercheurs mènent des activités professionnelles annexes leur permettant de multiplier leur salaire de base par 5,1 selon le résultat d’une enquête menée par J. Gaillard et A.F. Tullberg au Cameroun, en Tanzanie et au Zimbabwe. En se référant au coût de la vie et de l’éducation dans ces pays, il est estimé que les chercheurs doivent multiplier leur salaire de base par 3 ou 4 pour pouvoir vivre décemment et assurer de bonnes études à leurs enfants (Gaillard et al., 2001). Cette hypothèse est vérifiée dans le cas des enseignants de l’Université de Dschang. Si les enquêtés n’ont pas voulu révéler leurs revenus, ils ont néanmoins tous admis que « la mobilité internationale leur permettait d’améliorer leur quotidien et de différentes manières ». Ceci passe, soit par l’obtention des per diem lors des conférences internationales, des invitations auxquelles ils participent, soit par des missions de consultance qui dérivent souvent de la renommée internationale acquise dans les processus de mobilité.

L’implication de l’Université de Dschang dans les mobilités

30L’Université de Dschang a développé une politique de soutien des mobilités de ses enseignants et chercheurs dans le cadre des appuis financiers aux enseignants-chercheurs. Elle a ainsi apporté son appui à la préparation des thèses de doctorat d’enseignants-chercheurs (16 entre 2009 et 2015), le concours d’agrégation ou des HDR (30 entre 2009 et 2015).

31Elle contribue aussi au renforcement des capacités managériales des personnels en position de responsabilité. Ainsi, en 2015, le chef du département de biochimie participe à une formation sur les stratégies éducatives dans l’enseignement supérieur en Allemagne.

32L’Université a estimé un gain financier lié aux mobilités des enseignants de l’ordre de 100 millions de FCFA au cours de l’année académique 2009-2010, selon le vice-recteur chargé de la recherche et de la coopération. Ces ressources proviennent des frais de gestion de 10 % sur le financement de tout projet de recherche résultant de la mobilité transnationale des enseignants dans le cadre de partenariats engagés avec d’autres institutions. Cette somme est considérée comme un fonds de développement de l’Université.

La construction du rayonnement de l’Université

33La mobilité transnationale des enseignants-chercheurs favorise enfin la construction et le rayonnement de leur université et sert son ouverture à travers les participations aux rencontres scientifiques internationales. Ce sont les projets belge et américain qui sont à la base de l’existence actuelle de la FASA et de l’Université de Dschang. Car ils ont conduit à la création et à l’encadrement du centre universitaire de Dschang qui, devenu une université en 1993, continue de participer aux travaux d’appui au développement. Aussi, les laboratoires créés par les enseignants du fait de leur mobilité transnationale renforcent le rayonnement de l’université. En effet, la mobilité transnationale revêt aussi une dimension symbolique forte, qu’il s’agisse de la référence très marquée à la « compétitivité internationale » dans les discours politiques ou encore de l’affichage et de l’identité institutionnels élaborés autour de la dimension internationale, qui est renforcée par l’émergence de classements mondiaux des établissements d’enseignement supérieur. Les universités utilisent l’internationalisation de leurs formations comme un moyen de gagner du prestige et de s’élever dans la hiérarchie nationale ou internationale. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’Université de Dschang, depuis l’année 2015.

34Dans le classement webometrics, l’Université de Dschang occupe la 99e place parmi les universités du continent africain3. Elle est à la fois la première des universités de la CEEAC et de la zone CEMAC. Au Cameroun, elle arrive globalement en tête des universités nationales et grandes écoles.

35La mobilité transnationale de ses enseignants-chercheurs sous ses multiples aspects et l’usage constant d’Internet contribuent sans doute à ce classement auquel l’institution accorde une grande importance. Ceci est d’autant plus intéressant que « le paradigme de la circulation succède à celui de l’exode des compétences », selon l’expression de Jean-Baptiste Meyer (2012). En effet, ce qu’on a pu qualifier de « fuite des cerveaux », consécutive à la mobilité transnationale des enseignants de l’Université de Dschang, semble relativement faible. De 2005 à 2015, seuls 15 enseignants ne sont plus rentrés depuis leur mobilité sur un total de 451 enseignants.

Conclusion

36L’enquête présentée est une contribution à la compréhension des enjeux et expériences de mobilité à l’échelle d’une université particulière à un moment donné : ce parti pris nous permet de considérer avec une égale attention les initiatives individuelles et les stratégies d’établissement. Elle permet de mettre en évidence des différences importantes dans les objets, les modalités, les bénéfices de la mobilité en fonction des profils et des situations, tout en confirmant une dynamique qui fait consensus à tous les niveaux en dépit d’enjeux parfois divergents puisque la mobilité va de pair avec une compétition assumée. Ces mobilités qui se déploient parfois en dehors des réseaux de coopération mis en place par l’université permettent d’entrer dans le détail vécu de ce que recouvrent la mondialisation et particulièrement l’inscription des systèmes d’enseignement supérieur des pays africains. La diversification des trajectoires est liée à une reconfiguration progressive des clivages linguistiques et politiques historiques et questionne ainsi les rapports aux savoirs enseignés et produits.

37Cependant, l’inscription dans la mondialisation de l’enseignement supérieur révèle des inégalités entre les disciplines, particulièrement entre les sciences dites fondamentales et les sciences sociales. Ainsi, les enseignants de la FASA et de la Faculté des Sciences circulent davantage que leurs collègues des autres facultés et disciplines.

38De la même manière, les différents types de mobilité (projets de recherche, formation, colloques, etc.) ainsi que les modalités institutionnelles qui président à leur organisation produisent des effets différenciés sur la durée à la fois sur les individus et les institutions. En l’occurrence, elles activent simultanément des coopérations et une compétition pour le renforcement des capacités (création de laboratoires, insertion dans les réseaux, etc.). Autrement dit, les types de mobilités ainsi que les modalités de leur mise en place éclairent sous un autre jour ce que recouvrent la mondialisation de l’enseignement supérieur et ses effets sur l’enseignement supérieur et la recherche en Afrique.

Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale (2003). Construire les sociétés du savoir : nouveaux défis pour l’Enseignement Supérieur. Laval : Presses Université Laval.

Batel, L. (2011). La Chine dans les relations internationales : le choix pragmatique d’une approche indirecte. Revue Défense Nationale, été 2011, 38-48.

Battistella, D. (2012). Théories des relations internationales. Paris : PFNSP.

Bouchard, J. (2011). Coopération internationale dans l’enseignement supérieur et la recherche. Futuribles, mai, 1-35.

Bourdieu, P. (2002). Les conditions sociales de la circulation internationale des idées. Actes de la recherche en sciences sociales, 145, 3-8.

Christophe, C., Verger, J. (1994). Histoire des universités. Paris : PUF.

Gaillard, J., Tullberg, A. (2001). Les chercheurs africains : une enquête questionnaire : boursiers IFS et bénéficiaires INCO. Rapport n° 2, Stockholm : Fondation Internationale pour la Science.

Garcia, Jr. A. (2009). Introduction. Études internationales et renouveau des modes de pensée et des institutions politiques. Le cas du Brésil. Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, hors série, n° 2, juin, 7-37.

Granovetter, M. (1973). The strength of weak ties. American Journal of Sociology, 78(6), 1360-1380.

Mazrui, A. (1994). L’impact des changements mondiaux sur les libertés académiques en Afrique : une évaluation préliminaire. In M. Diouf, M. Mandani (dir.). Liberté académique en Afrique (pp. 135-160). Paris : Codesria, Karthala.

Meyer, J.-B. (2012). La circulation des compétences dans un monde multipolaire. Repères, https://ressources.campusfrance.org/publi_institu/agence_cf/reperes/fr/reperes_11_fr.pdf (consulté le 3 septembre 2015).

Moravcsik, M.-J. (1976). Science development. The building of science in less developed countries (2nd ed). Bloomington: Ind-PASITAM.

Munoz, M.-C. (2009). La mobilité internationale à destination de la France. Objectivation des parcours et expérience existentielle. Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, hors série, n° 2, juin, 157-181.

Schamp, E.W., Schmid, S. (Eds.). (2008). Academic cooperation with Africa. Lessons for partnership higher education. Berlin: LIT.

Schamp, E.W., Zajontz, Y. (2008). Patterns of international academic communication at african universities. Cameroon, a case study of bilingual country. In E.W. Schamp, S. Schmid (Eds.). Academic cooperation with Africa. Lessons for partnership higher education (pp. 55-75). Berlin: LIT.

UNESCO (1999). Évaluation et enjeux dans l’Enseignement Supérieur du Cameroun. Éléments pour un plan stratégique de développement, Institut de planification de l’éducation.

Haut de page

Notes

1 Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP), Faculté des Sciences (FS), Faculté des Sciences Économiques et de gestion (FSEG), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH), Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles (FASA).

2 Il s’agit par exemple des universités, de l’AUF, du PNUD, de l’International START, de l’AGESCO/Banque mondiale, de la FAO-KILIMO Trust, du Gouvernement français, de l’ACDI, de la BAD, de l’Union européenne, de la German Research Foundation, du SCAC, des Fondations Nuffield et Mérieux, de la British Academy, de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), du CODESRIA, du CAMES, de l’UNESCO, de l’IRD, de la Fondation Herbette, de l’UICN, de la Volkswagen Foundation, de l’ANAFE, de la Fondation Alexandre von Humboldt, de l’AUSAID-CSIRO, etc.

3 http://www.webometrics.info/en/Africa

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hilaire De Prince Pokam, « Mobilité transnationale des enseignants-chercheurs camerounais depuis les années 1990 »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/339

Haut de page

Auteur

Hilaire De Prince Pokam

Docteur en science politique de l’Université de Paris X-Nanterre (France). Il est maître de conférences en relations internationales à l’Université de Dschang (Cameroun). Il est membre de plusieurs sociétés savantes telles que l’Association Internationale de Science Politique (AISP), de l’Association Suisse de Science Politique (ASSP) et du Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique (Codesria). Ses recherches actuelles portent sur la professionnalisation de l’enseignement supérieur au Cameroun.

Adresse : Université de Dschang, Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, BP 66 Dschang (Cameroun)
Courriel : princepokamh[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals