Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les œuvres de Rousseau hors du livre entre hier et aujourd’hui

Rousseau’s works in and out of the book
Las obras de Rousseau dentro y fuera del libro
Enrico Natale

Résumés

Cet article est issu de la réalisation d’une édition numérique en ligne des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, réalisée en 2012 à l’occasion du tricentenaire de la naissance du philosophe. Il propose une analyse des différentes facettes qui constituent les « actes éditoriaux » des œuvres de Rousseau, dans une perspective diachronique. À travers quatre thèmes transversaux – l’établissement du texte, le marché du livre, les modes de lecture et le droit d’auteur – sont mis en parallèle les contextes éditoriaux du XVIIIe siècle et d’aujourd’hui. L’article interroge ainsi les transformations des pratiques éditoriales dans une perspective temporelle large, en se basant sur l’exemple des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article est une restitution d’expérience du projet rousseauonline, une édition en ligne des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau réalisée en 2012 par le portail des sciences historiques en Suisse infoclio.ch à l’occasion du tricentenaire de la naissance de l’écrivain. L’auteur de cet article, dans le cadre de ses activités professionnelles, a été le principal protagoniste de sa réalisation, avenue grâce à la collaboration entre plusieurs partenaires avec le soutien financier du portail infoclio.ch.

2L’initiative est née comme un projet pilote visant à expérimenter les possibilités offertes par le numérique pour la mise à disposition et la consultation des sources de l’histoire. Rousseau étant un auteur lu et étudié dans tous les pays à la fois par des publics universitaires et par le grand public, le problème de l’accès et des modes de consultation de ses œuvres à l’ère du numérique présente un intérêt important.

3Lors de la réalisation du projet, deux ordres de questionnements ont été pris en compte. Les aspects relatifs aux caractéristiques de l’œuvre originale du XVIIIe siècle qui fait objet de l’édition numérique, d’une part. Il s’agit de la Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, une collection publiée à Genève entre 1780 et 1789 sous la direction de Pierre-Alexandre du Peyrou et de Paul Moultou, et considérée comme la première édition de référence des œuvres complètes du philosophe. D’autre part, l’ensemble des choix technologiques et éditoriaux qui ont présidé à la réalisation de l’édition électronique rousseauonline.

4Dans le cours du projet, il est apparu avec toujours plus d’évidence que ces deux moments éditoriaux, celui de la fin du XVIIIe siècle et celui du début du XXIe siècle, entretenaient une sorte de dialogue à travers le temps. Chacune de ces deux aventures éditoriales – autour de la même œuvre – semblait se dérouler à une époque fortement marquée par des phénomènes de transition. Transition vers un nouvel âge du rapport au texte et à la lecture, d’un côté, avec l’émergence de la figure de l’auteur moderne, du droit d’auteur, et de la « lecture sensible », dont Rousseau représente à plus d’un titre l’archétype. Transition vers l’édition électronique et les textes en réseau, d’autre part, caractérisée par les lectures sur écran, la manipulation algorithmique des textes et leur circulation sur le web.

5Pour rendre compte de ce dialogue diachronique, l’article prend comme objet d’observation les différentes facettes de l’acte éditorial à ces deux époques. Il s’inscrit ainsi dans la continuité des approches « médiologiques » sur le livre (Debray, 1991) et en particulier des théories de l’ « énonciation éditoriale » et de l’ « acte éditorial » telles qu’elles ont été développées par Emmanuel Souchier (1996) et Brigitte Ouvry-Vial (2007).

6Ces approches se basent à l’origine sur un refus de l’opposition conceptuelle entre la forme et le sens d’un texte, une opposition déjà condamnée au début du XXe siècle par le linguiste Ferdinand de Saussure comme « fausse et impraticable » (De Saussure, 2002). Pour Régis Debray, il s’agit par là de refuser le « clivage entre le corps et l’esprit de la culture » afin de « saisir les corrélations entre les activités symboliques d’un groupe humain, ses formes d’organisation et son mode de saisie, d’archivage et de circulation des traces » (Jeanneret, 1995). Comme l’explique encore l’historien du livre Roger Chartier à propos de son objet d’étude, « identifier les effets de sens produits par ces formes matérielles est une nécessité pour qui veut comprendre, dans leur historicité, les usages et les interprétations dont un texte a été l’objet » (Chartier, 1985).

7Emmanuel Souchier définit cet ensemble d’éléments comme constituant « l’énonciation éditoriale » d’un texte, « ce par quoi le texte peut exister matériellement, socialement, culturellement » (Souchier et Jeanneret, 2005). Il appelle à considérer le texte à travers « sa matérialité, sa mise en page, sa typographie ou son illustration, ses marques éditoriales variées, sans parler des marques légales et marchandes, bref à travers tous ces éléments observables qui, non contents d’accompagner le texte, le font exister » (Souchier, 1996).

8Concrètement, il s’agit donc de centrer notre attention sur les pratiques éditoriales liées aux œuvres complètes de Rousseau, à travers l’emprunte laissée par les différents corps de métiers impliqués dans la production des œuvres du philosophe, mais également en considérant le rôle du contexte technique, économique et social dans lequel celles-ci s’insèrent. Il s’agit d’ « étudier conjointement les choix matériels et intellectuels, techniques et esthétiques mis en œuvre pour la transmission du texte et sa mise en livre » (Ouvry-Val, 2007).

9Les recherches sur les pratiques éditoriales des XVIIIe et XIXe siècles font depuis quelques années l’objet d’une attention plus soutenue de la part des chercheurs. Le cas de Rousseau représente dans ce contexte un bon exemple, car les œuvres de ce dernier ont fait l’objet de nombreuses recherches bibliographiques et éditoriales, citées dans les pages de cet article. À l’inverse cependant, les pratiques éditoriales contemporaines sont largement absentes du paysage de la recherche (Ouvry-Val, 2007). C’est cette lacune que souhaite combler en partie cet article, en donnant à voir les coulisses du projet rousseauonline. En considérant parallèlement les « médiations éditoriales » des œuvres complètes de Rousseau à la fin du XVIIIe siècle et en ce début de XXIe siècle, cet article espère contribuer à « situer dans l’histoire longue du livre, de la lecture et des rapports à l’écrit, la révolution annoncée qui fait passer du livre […] au texte électronique et à la lecture sur écran » (Chartier, 1994).

10Pour conduire cette analyse, on fera recours à une double approche à la fois académique et professionnelle, qui puise ses arguments aussi bien dans la littérature sur l’ « éditologie » de Rousseau que dans les expériences acquises au cours la réalisation du projet rousseauonline. En ce sens la posture de l’auteur, à la fois maître d’œuvre du projet rousseauonline et auteur du présent article, est conforme au profil hybride d’éditeur-chercheur souhaité par Brigitte Ouvry-Val pour l’avancement de la recherche sur le livre et l’édition (Ouvry-Val, 2007).

11En ce qui concerne le XVIIIe siècle, l’auteur s’est appuyé en particulier sur les travaux de Raymond Birn (2001), de Frédéric Eigeldinger (2012) et de Noémie Jouhaud (2012) sur la relation de Rousseau avec ses éditeurs, sur les travaux de Jean Senelier (1950), de Théophile Dufour (2010) et de Philip Stewart (2012) sur l’histoire bibliographique des écrits de Rousseau, ainsi que sur les recherches Robert Darnton (1985) et de Roger Chartier (1985) sur la réception des textes du philosophe et l’évolution des pratiques de lectures.

12Il ne s’agit pas ici de mener une étude historique des continuités et ruptures observées à partir de ces deux cas de figure séparés par les siècles. Une approche historique nécessiterait une reconstitution minutieuse des évolutions entre ces deux moments qui dépasse le cadre de cet article. L’ambition, plus modeste, est celle d’un dialogue diachronique qui thématise quelques problématiques liées aux « énonciations éditoriales » en ces deux moments historiques distincts.

13Quatre problématiques transversales ont été identifiées pour rendre compte de l’évolution des pratiques éditoriales des œuvres complètes de Rousseau à ces deux moments. La première, intitulée « le texte instable », s’intéresse à la collation des textes, c’est-à-dire aux différentes opérations qui ont présidé à l’établissement du texte et à sa mise en forme, afin de le donner à lire. La seconde s’intéresse aux « concurrences éditoriales » et cherche à éclairer les contextes socio-économiques du marché du livre dans lequel les deux éditions ont vu le jour. La troisième, « formes de la lecture », s’attache à décrire les pratiques de lecture et de consultation des textes contemporaines aux deux éditions. Enfin, la quatrième s’intéresse à la question du « droit d’auteur » et à son rôle dans la production des deux éditions des œuvres de Rousseau. Ces quatre problématiques, loin d’être indépendantes, sont au contraire reliées entre elles par une série d’interrelations complexes. Elles sont séparées ici dans le seul but de rendre intelligible l’exposé des arguments.

Le texte instable

14Comme l’explique Elena Pierrazzo (2014), spécialiste de l’édition critique électronique, tout texte littéraire est l’objet d’une tension entre un état originel, qu’on pourrait qualifier de néo-platonicien, c’est-à-dire un état d’immédiateté totale avec la pensée de son auteur, état mythique par définition, et un état d’incarnation sous la forme d’un document, qui est la seule forme sous laquelle le texte peut exister dans la réalité, et qui porte inévitablement en elle les marques de son contexte de production. Contrairement à ce que le sens commun semble suggérer, le texte imprimé n’est pas fixe par définition. Entre le moment où un auteur confie son manuscrit à un éditeur et le moment où ce dernier l’imprime, le texte subit une série de transformations. De plus, une fois imprimé, chaque livre comporte des fautes de typographie. Plus on remonte dans le temps, plus les variations entre les différentes copies d’un même texte imprimé peuvent être importantes, comme le montrent les études sur les premiers imprimés (Richardson, 2002). Ce constat s’applique également aux imprimés du XVIIIe siècle, comme nous allons le voir ci-dessous. En ce début de XXIe siècle, le mythe de la stabilité du texte imprimé est ébranlé par l’édition électronique. Le texte numérique ne s’affiche pas de la même façon selon l’interface utilisée pour le consulter. De plus, la numérisation des textes imprimés implique inévitablement des fautes de transcription, dues aux erreurs des programmes de reconnaissance optique des caractères (OCR). En prenant comme point de départ la question de l’instabilité du texte, ce chapitre fournit quelques exemples des opérations éditoriales ayant présidé à l’établissement de la Collection complète des œuvres de Rousseau au XVIIIe et au XXIe siècle.

L’aventure éditoriale de la Collection complète

15La Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, dont rousseauonline est l’édition numérique, a été publiée par la Société typographique de Genève entre 1780 et 1782, en trois formats différents (in-4o, in-8o, in-12o). Elle est considérée comme la première véritable édition des œuvres complètes de Rousseau, car elle contient de nombreuses œuvres restées jusque-là inédites. C’est le cas notamment des Confessions, le recueil tant attendu des mémoires de l’écrivain, des Rêveries du promeneur solitaire, de l’Essai sur l’origine des langues, d’une première partie de sa correspondance ainsi que de nombreuses autres œuvres dans les domaines de la politique, de la musique, de la botanique et du théâtre. Les paragraphes ci-dessous reviennent sur certains aspects de la production de la Collection complète.

Établissement et choix des textes

16La Collection complète est le fruit du travail de trois éditeurs : Pierre-Alexandre du Peyrou (1729-1794), Paul Moultou (1731-1787) et le marquis de Girardin (1735-1808). Le premier est un riche notable de Neuchâtel, ami et exécuteur testamentaire de Rousseau. Avant son départ pour l’Angleterre en 1765, Rousseau lui confie une partie de ses manuscrits. Du Peyrou est le principal maître d’œuvre de la Collection complète, dont il corrigera les épreuves depuis sa résidence de Neuchâtel (Eigeldinger, 2012). Le pasteur Paul Moultou, résidant à Genève, est également un ami de longue date de Rousseau, malgré leurs différends en matière de religion (Birn, 2001). Quelques mois avant sa mort en 1778, alors qu’il quitte Paris pour s’installer à Ermenonville, Rousseau lui envoie un paquet avec des manuscrits. Enfin, le troisième associé, le marquis René-Louis de Girardin, est un fervent admirateur de Rousseau, et son hôte pendant les derniers mois de sa vie dans son domaine d’Ermenonville aux abords de Paris.

17À la mort de Rousseau, les trois dépositaires de ses manuscrits décident de joindre leurs forces pour éditer les œuvres du philosophe, conformément à la volonté de l’auteur. En effet, Rousseau avait exprimé l’intention dès 1758 de publier une « édition générale » de ses écrits, « chef-d’œuvre de typographie » destiné à « obtenir de la postérité le redressement des jugements iniques de mes contemporains. » (Eigeldinger, 2012). Les trois personnages s’associent donc en 1778 avec trois entrepreneurs genevois et fondent la Société typographique de Genève (STN), une société commerciale avec pour unique mission d’éditer la Collection complète.

18Cependant, le travail éditorial ne se fait pas sans difficulté, car la pression sur l’entreprise est considérable. Plusieurs personnalités ayant entretenu des relations avec Rousseau et s’étant brouillées avec lui craignent les révélations qu’elles pourraient contenir ; ils souhaitent empêcher sa publication. C’était le cas notamment de Diderot et de Madame d’Épinay, qui vont jusqu’à rédiger des Contre-confessions pour parer aux éventuelles attaques à leur encontre dans les Confessions (Domenech, 2010). Le choix des textes à inclure dans la Collection complète présente également des difficultés. Les trois éditeurs sont décidés à rendre justice à Rousseau en publiant autant que possible de ses écrits, mais ils sont forcés de faire des choix sur les textes à inclure et par là de se faire les interprètes de la volonté de Rousseau. Après de nombreuses discussions, une liste finale des textes est arrêtée par les trois éditeurs en septembre 1779 (Stewart, 2012).

19Du Peyrou tient avant tout à donner une image fidèle de la pensée de Rousseau, conformément à la volonté de l’auteur. Le Marquis de Girdardin, adhérent enthousiaste de la philosophie des Lumières et défenseur passionné de Rousseau dans les nombreuses querelles dont il faisait l’objet, tend à faire du philosophe une figure mythique. Il n’hésite pas à amender le texte pour le rendre conforme à l’image qu’il veut donner du philosophe, se montrant peu scrupuleux dans le travail d’édition. Enfin, le pasteur Paul Moultou, proche de la banque protestante genevoise et très bien introduit auprès de l’aristocratie parisienne, se montre sensible aux doléances qui arrivent de Paris de la part des anciens amis de Rousseau, qui craignent d’être présentés sous un mauvais jour dans ses Confessions (Birn, 2001).

20Finalement, à la demande de Paul Moultou, la plupart des noms propres cités dans les Confessions et la correspondance sont réduits à leurs initiales. Malgré les demandes de ses deux associés, Du Peyrou refuse cependant d’amender le texte et d’éliminer les passages les plus délicats. Certaines coupures, destinées à éviter de heurter les sensibilités, sont tout de même acceptées, comme le célèbre passage ci-dessous :

J’avais plus de trente ans avant que j’eusse jeté les yeux sur aucun de ces dangereux livres qu’une belle dame de par le monde trouve incommodes, en ce qu’on ne peut, dit-elle, les lire que d’une main. (Rousseau, Les Confessions, livre 1, in Collection complète des œuvres (1780-1789). Édition en ligne rousseauonline.ch)

Typographies d’Ancien Régime

21Concernant la mise en forme et la typographie, Du Peyrou insiste sur l’importance de la qualité du papier et de la typographie, qu’il souhaite réaliser sur le modèle de l’édition des œuvres du naturaliste Buffon par l’imprimerie royale de France (Birn, 2001). Du Peyrou reviendra lui-même plus tard avec amertume sur les manquements de la Collection complète en termes de fautes typographiques et de qualité du papier (Stewart, 2012). Les erreurs de typographie sont communes dans l’Ancien Régime, spécialement dans les éditions réalisées dans des délais très courts. Les tirages étant limités – environ mille exemplaires pour un ouvrage – plusieurs éditions d’une même œuvre peuvent se succéder rapidement (Darnton, 2001). De plus, les éditeurs n’hésitent pas à procéder à des coupures ou à compiler plusieurs textes pour réduire leurs coûts et proposer de nouveaux produits sur le marché.

In fact, publishers probably did not have any concept of a definitive text, because the texts they dealt with were always changing –from draft to draft, from manuscript to proof, from proof to printing and from one edition to another […]. Books were a fluid medium in the eighteen century. (Darnton, 2003, p. 28)

22Rousseau lui-même était également bien conscient des différents éléments typographiques liés à l’impression de ses textes. Lors de la préparation de l’édition du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, il écrit à son éditeur :

Gardez-vous bien, je vous prie, de mettre les notes sous le texte ; ce serait le moyen de tout gâter. J’aurais fort voulu que la dédicace ne fût pas en italique. Je trouve les lignes trop écartées dans le texte du discours. Mais vous avez vos raisons pour mettre beaucoup de blanc et je ne veux pas vous gêner. Je ne vous parle point des énormes et nombreuses fautes puisque vous n’aviez pas fait corriger. (Rousseau à Rey, 22.11.1754, in Correspondance complète (1998). Oxford: Voltaire Foundation)

23Rousseau était connu de ses éditeurs pour sa méticulosité dans la correction des copies et pour ses exigences à insérer des corrections a posteriori dans ses ouvrages, sous forme de cartons et d’errata. À l’occasion de la publication des Lettres écrites de la Montagne, il écrit à Rey, son éditeur d’Amsterdam :

[…] je ne puis approuver la résolution que vous avez prise de le faire partir avant d’avoir fait passer sous mes yeux tout l’imprimé et d’avoir attendu ma réponse. […] votre expédient de faire un carton après coup et de l’envoyer par la poste ne me paraît pas trop sûr ; car les relieurs / brocheurs qui sont paresseux et qui se soucient fort peu que mon ouvrage soit correct ou non, ne trouvant pas le feuillet coupé, ne se donneront pas la peine de placer le carton. […] voyez si peut-être il ne serait pas plus sûr de faire cette correction par errata au commencement de la seconde partie, car il est à croire que n’ayant rien à couper, les brocheurs placeront plus sûrement l’errata que le carton. (Rousseau à Rey, 29.10.1764, in Correspondance complète (1998). Oxford: Voltaire Foundation)

24Dans cette citation apparaissent en filigrane certains des différents corps de métiers impliqués dans la production des ouvrages d’Ancien Régime. En effet le libraire, qui se charge en général, outre du travail d’édition du texte, également de l’impression et de la commercialisation des feuillets, confie ensuite les liasses imprimées à des relieurs-brocheurs, qui s’occupent quant à eux de relier les ouvrages selon différentes modalités (papier, cuir, etc.) sur le lieu de distribution final. Par ailleurs, les corrections apportées au texte imprimé se font par le truchement de cartons à insérer a posteriori dans les ouvrages sur des feuilles séparées, avec les risques pointés par Rousseau, ou encore d’errata imprimés dans les éditions successives.

Derrière les coulisses de rousseauonline.ch

25Pour la réalisation de l’édition numérique des œuvres complètes de Rousseau, la première étape a consisté à recenser sur le web les éditions déjà disponibles. En effet, l’objectif du projet était, dès le départ, de réutiliser des textes de Rousseau déjà disponibles le web et d’en proposer une réédition qui fasse usage des possibilités offertes par les technologies numériques, notamment en termes de présentation, de recherche dans le texte et de téléchargement. Une fois les différentes éditions en ligne comparées et trouvé le texte destiné à être édité, une série de choix techniques sur les formats d’encodage ont été opérés, afin de rendre possible l’affichage du texte sur un écran d’ordinateur, et de le mettre à disposition au téléchargement en différents formats. Enfin, on s’est occupé des questions relatives à la mise en forme graphique du texte, notamment le choix des polices de caractères à utiliser, la gestion des illustrations, et d’autres aspects liés à la mise en forme électronique des textes. Cette section revient sur ces différents éléments.

À la recherche des œuvres complètes de Rousseau sur internet

26Au début de l’année 2012, pour celui qui cherchait les œuvres complètes de Rousseau sur internet, l’offre était encore relativement limitée. Le service Google Books offre certaines éditions d’œuvres complètes, datant des XVIIIe et XIXe siècles. Ces dernières sont théoriquement disponibles en plein texte, puisque les livres numérisés par Google sont soumis à un processus automatique de reconnaissance optique des caractères (OCR), mais ce service est rendu inutilisable par la mauvaise qualité du texte numérique produit par l’algorithme.

27La situation est un peu meilleure du côté de la bibliothèque numérique Gallica de la Bibliothèque nationale de France. Celle-ci propose également plusieurs éditions numérisées du XIXe siècle des œuvres complètes de Rousseau, avec transcription en plein texte. Les notices bibliographiques, plus détaillées et plus fiables que celle de Google, permettent notamment de regrouper les volumes d’un même ensemble éditorial. En 2012, la qualité de la reconnaissance des caractères se situait autour de 80 %, c’est-à-dire une faute toute les cinq lettres. La limitation avec Gallica consiste dans l’impossibilité de mener une recherche en plein texte dans un sous-ensemble de volumes et d’interroger ainsi l’ensemble de l’œuvre de Rousseau. D’autres services en ligne mettent également à disposition les œuvres de Rousseau, comme Wikisource, Internet Archive ou encore Hathi Trust, mais avec une qualité d’OCR médiocre et sans solution satisfaisante pour la recherche.

28L’étape de la reconnaissance optique des caractères est une étape cruciale dans la numérisation des textes imprimés. Sans cette opération qui permet de rendre compréhensible à la machine le texte présent sur une page, un livre numérisé reste une succession de fichiers d’images issus des techniques de la photographie numérique. On considère généralement qu’un OCR acceptable présente un taux d’exactitude de l’ordre de 98 %. Aujourd’hui, la reconnaissance optique des caractères fait l’objet d’un marché mondial de logiciels spécialisés, dominé par la firme ABBYY. La Commission européenne a financé entre 2008 et 2012 un projet international visant à améliorer les compétences des bibliothèques dans le domaine (National Library of the Netherlands, 2012). Si cette technologie est désormais fiable pour les publications modernes, il reste difficile d’obtenir des résultats satisfaisants pour les éditions anciennes, qui présentent des caractères d’imprimerie désuets, des ligatures, et d’autres éléments typographiques non standardisés. Il est intéressant de remarquer que l’étape de l’OCR, qui assure la transition de l’objet matériel qu’est le livre à un fichier numérique, introduit inévitablement, malgré les progrès constants des programmes dédiés, des erreurs dues aux limites des programmes. Ainsi la reconnaissance des caractères accroît l’instabilité des textes imprimés. De plus, un même livre soumis deux fois de suite à un programme d’OCR contiendra des erreurs différentes dans ses deux versions. Par conséquent, dans les processus actuels de numérisation, plusieurs OCR d’un même texte sont réalisées puis comparées automatiquement afin de traquer les erreurs. À l’instabilité des textes d’Ancien Régime due aux erreurs des typographes-composeurs et autres brocheurs, en succède une autre à l’ère numérique due aux erreurs d’appréciations des algorithmes.

29C’est sur un site personnel, aujourd’hui disparu, qu’était déposée la version numérique de la Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, parue à Genève en 1780 et 1789, dans son édition in-4o. Contact pris avec son auteur, celui-ci se révéla être Joseph Gallanar, professeur émérite de l’université Johns Hopkins et spécialiste d’histoire européenne des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce dernier avait réalisé seul, à la fin des années 1990, le travail de numérisation, d’OCR et d’édition du texte, sur la base d’une copie privée en sa possession. L’édition numérique avait été réalisée pour alimenter une bibliothèque en ligne de l’université de Rutgers, Eighteenth-Century E-Texts, et mise en ligne en 2002 (Rutgers University, 2014). Présent en ligne depuis 1992, Eighteenth-Century E-Texts est l’une des premières initiatives académiques de numérisation de sources historiques et constitue un témoignage intéressant sur les pratiques de numérisation dans les années 1990.

30Interrogé sur la possibilité d’une éventuelle collaboration en vue d’établir des fonctions de recherche et de téléchargement des textes, Joseph Gallanar se déclara dans l’impossibilité de s’atteler à un tel projet. Il se montra cependant disposé à mettre à disposition l’ensemble de son matériel – fidèle en cela aux idéaux de la République des Lettres (Waquet, 1989) – pour autant qu’il soit cité comme l’éditeur du texte. C’est finalement cette version des œuvres complètes de Rousseau qui servit de base au projet rousseauonline.

31La Collection complète avait donc déjà fait l’objet d’une première édition électronique par Joseph Gallanar. Outre sa numérisation et sa publication en ligne au format HTML, chaque œuvre était précédée de la mention de son auteur, de son titre complet, ainsi que d’un court apparat bibliographique récapitulant les éditions précédentes. En outre, le texte faisait mention de la numérotation originale des pages et reproduisait les italiques de l’édition imprimée. Enfin, certains noms propres tronqués avaient été rétablis entre parenthèses carrées. La qualité générale de l’OCR a pu être estimée à environ 98 %. Pour le reste, le texte était présenté en noir sur fond jaune dans un graphisme rétrograde, sans possibilité de recherche en plein texte ni de téléchargement, et avec comme unique possibilité de navigation l’ordre alphabétique des œuvres.

32Fin 2011, une autre version numérique de la même Collection complète des œuvres était apparue sur le Web, accessibles sur le portail e-rara, une bibliothèque numérique d’incunables et d’imprimés anciens suisses du XVIe au XIXe siècle. Les dix-sept volumes de la Collection complète étaient intégralement reproduits, chaque page faisant l’objet d’une image en haute définition, et proposés au téléchargement en PDF (e-lib.ch, 2014). La recherche en plein texte était ici exclue, puisqu’il s’agissait d’une édition numérique composée d’images, sans reconnaissance de texte. C’est la Bibliothèque de Genève, dépositaire d’un riche fond de manuscrits de Rousseau inscrit au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO (Bibliothèque de Genève, 2011) qui avait fait numériser plusieurs éditions du philosophe publiées au XVIIIe siècle, dont deux copies de la Collection complète dans ses formats in-4° et in-8°, en préparation du tricentenaire de la naissance de Rousseau.

33Une fois ces deux ressources identifiées, et après avoir réceptionné les dix-sept volumes de l’édition Gallanar en format Microsoft Word « .docx », un travail de réédition numérique allait pouvoir commencer.

Encodage et mise en lien du texte

34Une des premières questions à résoudre est celle de l’encodage du texte. Quel format utiliser pour transformer un document « MS Word » en un texte qui puisse être présenté sur un site web et être affiché sur différents écrans (ordinateur, tablette, liseuse électronique) ? Comment produire une table des matières dynamique et offrir des options de navigation au sein des dix-sept volumes de la Collection complète ? Participant en mars 2012 au Luxembourg à une rencontre dédiée aux Digital Humanities, l’auteur du projet avait soumis ces questions aux autres participants. Les chercheurs interrogés avaient d’abord suggéré l’usage de la Text Encoding Initiative.

35La Text Encoding Initiative (TEI) est un projet académique international pour l’encodage de textes numériques. Né dès 1987 – avant même la naissance du Web –, il propose une série de balises prédéfinies, codées en langage XML, à apposer aux différents éléments du texte, qui devient ainsi « lisible » à l’ordinateur et peut être utilisé pour mener des analyses computationnelles (Ide & Sperberg, 1995). La TEI est un standard bien établi dans le domaine des Digital Humanities – un champ de recherche regroupant différentes approches disciplinaires réunies autour de l’expérimentation des possibilités offertes par l’ordinateur pour les sciences humaines et sociales – spécialement dans les disciplines basées sur l’analyse des textes (Hockey, 2004).

36Pour la réalisation de rousseauonline, la TEI présentait cependant certains inconvénients. Bien qu’elle ait de nombreuses applications dans le domaine de l’édition électronique, la TEI est un outil de recherche académique développé par les chercheurs en fonction de leurs besoins. Son utilisation requiert un apprentissage et des compétences avancées, et les outils à disposition sont souvent univalents. En outre, l’encodage d’un texte selon les normes de la TEI est une opération longue qui requiert des ressources humaines importantes. Principal défaut dans le contexte du projet, la conversion de textes encodés en TEI vers le format HTML, pour leur publication sur le web, ou vers le PDF, pour l’impression, nécessite des opérations techniques complexes qui ne peuvent pas être facilement automatisées.

37À la recherche d’alternative, l’auteur du projet s’est ensuite adressé à une entreprise informatique suisse, qui livrait un devis pour la somme de 30 000 CHF sans donner aucun détail sur les solutions techniques envisagées, se montrant par là peu convaincantes. Enfin, une connaissance personnelle, jeune diplômé en informatique de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, étranger au domaine des sciences humaines, mais versé dans les standards actuels de publication électronique, recommandait de réaliser le projet en utilisant le format EPUB et se montrait disponible pour se charger des aspects informatiques de sa réalisation.

38L’EPUB est un format libre et ouvert pour la création de livres électroniques, développé en 2007 par l’International Digital Publishing Forum. Il est basé lui aussi sur le langage XML et intègre des contenus au format HTML ainsi que des feuilles de styles CSS. Il est en cela très proche du langage « naturel » du web, le HTML. Il présente en outre l’avantage de produire des fichiers compatibles avec les nouveaux dispositifs de lecture mobile (téléphones portables, liseuses, tablettes). D’autre part, le EPUB étant un format ouvert et largement utilisé par les éditeurs commerciaux, de nombreux logiciels « libres » – c’est-à-dire dont le code informatique est librement accessible – sont disponibles pour produire des fichiers EPUBs.

39Ces considérations prises en compte, le EPUB a été finalement été choisi comme format de travail pour élaborer le projet rousseauonline et Mehdi Fertani chargé de sa réalisation technique. Le logiciel utilisé pour la création du EPUB est le programme SIBIL, un logiciel libre de propriété de Google, dans lequel les dix-sept volumes de texte en format « MS Word » ont été importés.

40Le corps du texte a ensuite subi une série d’opérations dans le logiciel SIBIL. Les différents éléments du texte ont été marqués par des balises, afin de pouvoir en structurer leur présentation et leur mise en page. Ont été ainsi balisés les titres et sous-titres, les notices bibliographiques, les noms des auteurs, les numéros de page, les notes en bas de page ainsi que d’autres éléments spéciaux. Une série d’opérations de normalisation typographique ont été menées, comme l’ajout d’espaces insécables après les virgules et les points, la suppression des espaces avant les apostrophes, etc. Lors de ces opérations, une série d’erreurs liées aux fautes d’OCR ont pu être corrigées, notamment dans les titres.

41Pour construire la table des matières dynamique, les dix-sept volumes ont été ensuite divisés en 173 parties, réparties sur quatre niveaux hiérarchiques (volume, œuvre, chapitre, sous-chapitre). Depuis la table des matières, des icônes signalent pour chacune des parties la possibilité de consulter le texte en ligne, ou encore de le télécharger dans les formats PDF ou EPUB. Pour la conversion du texte en ces différents formats, deux scripts PHP (epub-generator et dompdf) qui en permettent la conversion automatique ont été utilisés.

42Les illustrations, contenues dans les volumes de Gallanar, ont été extraites du texte et placées dans une section dédiée, pour rendre les fichiers plus légers.

43Grâce à la mention de la pagination originale dans le texte Gallanar et à la présence sur le site e-rara des images des pages numérisées, une mise en relation du texte électronique avec l’édition originale a pu être envisagée. Par l’intermédiaire de la Bibliothèque de Genève, l’équipe de e-rara, basée à la bibliothèque de l’École polytechnique fédérale de Zürich, s’est montrée disposée à fournir une liste des URLs pour chacune des pages numérisées des dix-sept volumes. Sur cette base, et après un patient travail manuel de mise en adéquation des numéros de page avec les adresses des pages numérisées, la mise en lien du texte avec les images a pu être réalisée. Cette fonctionnalité présente l’avantage de permettre au lecteur de naviguer librement entre les deux versions et de se référer à l’original en cas de doute sur la qualité du texte numérique.

44Les quelque quatre cents lettres de Rousseau reproduites dans la Collection complète ont en outre fait l’objet d’une approche spécifique, en vue de procéder à leur géolocalisation. Une première étape a consisté à extraire la date et le nom du lieu de rédaction des lettres, puis de normaliser ces informations. Il a fallu notamment procéder à la vérification et à l’actualisation des toponymes, dont l’orthographe a souvent évolué depuis le XVIIIe siècle. On a ensuite recouru à l’interface de programmation de Google Map, qui permet de générer des coordonnées géographiques à partir d’une liste de toponymes et de les visualiser sur une carte. Quelque quatre cents lettres envoyées par Rousseau entre 1732 et 1776 et éditées dans la Collection complète sont ainsi représentées sur l’onglet carte du site rousseauonline en fonction de leur lieu d’expédition. Le lecteur peut ainsi explorer la correspondance de Rousseau en se promenant sur la carte ou en sélectionnant un intervalle sur une échelle chronologique. Les marqueurs renvoient ensuite vers le texte des lettres.

45L’encodage numérique des textes de Rousseau, décrit ci-dessus, met en évidence le fait que le processus d’édition électronique ne se limite pas à la réalisation d’une copie numérique d’un texte imprimé. Il implique une rematérialisation de l’œuvre originale. Les pages imprimées sont désormais remplacées par différents fichiers, les uns contenant le texte, les autres, l’image des pages. De même, le processus d’édition électronique implique une réarticulation des contenus. Des hyperliens permettent de passer des images aux contenus des pages, et de circuler dans les volumes via une table des matières dynamique. La correspondance se voit également réarticulée selon un critère géographique.

Concurrences éditoriales

46Le marché du livre, ou « commerce de la librairie », comme on le désigne au XVIIIe siècle, est une activité commerciale qui prend place dans un contexte social, économique et juridique spécifique qui influence les stratégies adoptées par les éditeurs. Dans les deux périodes qui nous intéressent ici, ce contexte socio-économique connaît des bouleversements importants, de natures différentes. À la fin de l’Ancien Régime, le « commerce de la librairie » est en plein essor, dû à la conjonction de plusieurs facteurs : augmentation et diversification du public des lecteurs, enthousiasme pour la lecture romanesque et multiplication des nouveaux supports imprimés comme les libelles ou les journaux. Ce contexte favorise les stratégies commerciales agressives de la part des éditeurs qui se livrent à une concurrence sans concession pour approvisionner les marchés européens. Dans un contexte d’Ancien Régime où le droit d’auteur ne fait pas encore l’objet d’une protection juridique stable et où les livres sont soumis à la censure avant d’être publiés, les éditeurs rivalisent d’ingéniosité pour contourner les régimes de censure et n’hésitent pas à reproduire sans délai les ouvrages à succès publiés par leurs concurrents. Robert Darnton souligne également le rôle central des échanges de livres entre libraires et les étroites relations commerciales qu’ils tissent entre eux à l’échelle européenne. Ils peuvent ainsi inscrire à leur catalogue d’avantages de titres que ceux qu’ils publient individuellement et contourner facilement les politiques de censure qui restent basées au niveau national (Darnton, 2001). De même, la contrefaçon et le piratage des ouvrages à succès sont la norme à la fin du XVIIIe siècle. Dans ce contexte, Rousseau fait ici aussi figure d’archétype, car ses ouvrages connaissent un vif succès auprès du public, ce qui en fait un auteur très rentable pour les éditeurs. Le roman épistolaire La Nouvelle Héloïse de Rousseau est le « plus grand best-seller du XVIIIe siècle », faisant l’objet de plus de 70 éditions avant 1800 (Darnton, 1985).

47En ce début de XXIe siècle, la situation du marché du livre est également en pleine mutation. L’avènement d’internet et des supports électroniques de lecture sont en train de transformer rapidement les pratiques d’acquisition et les modes de lecture des textes. De nouveaux modes de lecture, comme la lecture sur écran, sur tablettes ou sur liseuses électroniques, contestent l’hégémonie du livre imprimé. Sur le marché de la vente des livres, de nouveaux intermédiaires se sont imposés, comme le géant de la distribution en ligne Amazon. D’autres sont en déclin, comme les librairies indépendantes. Par ailleurs, de nouvelles tendances apparaissent, comme l’autopublication sur internet ou encore le « piratage » et le partage en ligne des ouvrages. Internet favorise en outre une multiplication des types de texte qui varient désormais aussi bien dans leurs formats que dans leurs modes de production. Pour les éditeurs, ces évolutions représentent autant de nouveaux défis en termes de stratégies commerciales, de processus de production des ouvrages et de distribution de leurs produits. Le cas de Rousseau présente dans ce contexte un exemple intéressant. À l’occasion du tricentenaire de sa naissance en 2012, plusieurs initiatives éditoriales visant à publier les œuvres complètes de Rousseau ont vu le jour en parallèle. La section ci-dessous présente certains aspects de ces concurrences éditoriales en ces deux moments distincts.

Concurrences éditoriales d’Ancien Régime

48Au lendemain de la mort de Rousseau, en 1778, les trois éditeurs de la Collection complète et dépositaires des manuscrits du philosophe s’associent avec trois jeunes entrepreneurs genevois qui pour fonder la Société typographique de Genève (STG), une société commerciale avec pour unique mission d’éditer la Collection complète. Le budget, arrêté en 1779, inclut des indications sur la qualité du papier utilisé et le tirage : 2 000 sets en format in-quarto, 4 400 sets en format in-octavo et 4 400 sets en format in-douze (Stewart, 2012). Dans une économie du livre où le tirage moyen se situe autour de 1 000 exemplaires, il s’agit là d’une entreprise de grande ampleur. À l’époque, le coût du papier, réalisé artisanalement, représente pour le format in-quarto environ la moitié des coûts de production (Darnton, 2003). L’édition in-octavo, plus économique, est destinée à un public plus large. De même, l’édition in-douze, de format encore plus réduit, est réalisée pour avoir à disposition des livres bon marché à écouler pour contrer d’éventuelles éditions contrefaites (Birn, 2001).

49L’édition in-quarto comporte dix-sept volumes, les éditions in-octavo et in-douze trente-trois volumes, sortis de presse en quatre livraisons, annoncées par des prospectus de souscription. Les deux premières livraisons paraissent en juin 1780 et juin 1782, suivies un an après par un premier supplément, qui contient diverses pièces relatives aux œuvres de Rousseau, une partie de la correspondance et d’autres ouvrages (Stewart, 2012). Le deuxième supplément paraît seulement en 1789 dans les circonstances décrites ci-dessous.

50Les éditeurs sont en possession de nombreux inédits. Parmi ces derniers, le manuscrit des Confessions fait l’objet des plus grandes attentes du public. Des rumeurs circulent dans toute l’Europe à propos des mémoires de Jean-Jacques Rousseau. Elles contiendraient le récit détaillé des nombreuses querelles dans lesquelles était impliqué le philosophe, de même que ses jugements sur nombre de ses contemporains. De plus, Rousseau avait fait paraître à la fin de sa vie une circulaire désavouant toutes les éditions de ses œuvres, à l’exception des premières éditions, renforçant encore l’attente de ses lecteurs pour une édition générale de ses écrits qui soit conforme aux intentions de l’auteur.

51Obsédés par la crainte que le manuscrit des Confessions ne soit contrefait et publié avant même la sortie de la Collection complète, les trois éditeurs multiplient les mesures de précaution, allant jusqu’à se cacher les uns aux autres la nature des manuscrits qu’ils possèdent (Birn, 2001). Paul Moultou et le marquis de Girardin taisent tous deux le fait qu’ils ont entre les mains un manuscrit complet des Confessions. Ce n’est qu’en mars 1779 que Paul Moultou confie à Du Peyrou qu’il possède le manuscrit, l’autorisant à en prendre connaissance, suivi plus d’un an après par le marquis de Girardin (Stewart, 2012).

52En outre certains éditeurs, ayant eu vent de l’entreprise, n’hésitent pas à adresser à la Société typographique de Genève des menaces à peine voilées, comme cet éditeur basé à Lyon :

Nous apprenons que vous avés acheté le portefeuille de Rousseau, nous croyons que si vous ne voulés pas faire une opération ruineuse, éviter la contrefaçon inévitable, vous devez choisir en France un libraire actif et protégé qui doublera vos espérances sans compromettre votre mise et vos avances. (Duplain à la STG, 1779. cité par Birn 2001, p. 76)

53Ce climat de défiance culmine avec l’édition de la deuxième partie des Confessions (livres 7-12), censée contenir les révélations les plus dangereuses. Exclue de la Collection complète d’un commun accord par les trois éditeurs, elle est vendue en cachette à la mort de Paul Moultou par le fils de ce dernier à un autre éditeur genevois, qui la publie en 1789. En réaction, Du Peyrou fait publier la même année un deuxième supplément de la Collection complète (vol. 16-17) qui comprend la deuxième partie des Confessions augmenté d’un recueil de lettres inédites (Dufour, 2010).

54Malgré les nombreux inédits contenus dans la Collection complète, celle-ci se révélera cependant un désastre commercial (Birn, 2001). Cet échec peut être attribué essentiellement à deux causes : un marché du livre déjà saturé des œuvres de Rousseau à l’époque de sa publication et les nombreuses contrefaçons. En effet, à la mort de l’auteur en 1778, au moins six collections d’œuvres diverses sont déjà en circulation, bien qu’aucune d’entre elles n’ait été réalisée avec le consentement de l’auteur (Eigeldinger, 2012). À cela il faut ajouter les dizaines d’éditions en circulation d’œuvres individuelles, comme la Nouvelle Héloïse, l’Émile ou les discours. D’autre part, la Collection complète fait immédiatement l’objet de nombreuses contrefaçons. Comme le souligne Robert Darnton (1991), l’économie de la contrefaçon est très rentable pour les éditeurs, car elle offre l’avantage de publier des œuvres pour lesquelles la demande est déjà connue. Pas moins de neuf contrefaçons de la Collection complète étaient prêtes à entrer en France dès 1781 (Birn, 2001). En 1782, quelques mois à peine après sa publication dans la Collection complète, quelque 80 000 exemplaires de la première partie des Confessions sont déjà disponibles à Paris (Stewart, 2012). La Société Typographique de Neuchâtel, par exemple, produit une édition contrefaite qui suit le rythme de publication de la Collection complète à trois mois d’intervalle (Birn, 2001). Enfin, nombre de libraires européens ayant passé commande n’honorent pas leurs dettes, forçant la Société Typographique de Genève à déclarer faillite en 1789.

Concurrences éditoriales contemporaines

55Le projet rousseauonline a vu le jour comme un projet pilote mené dans le cadre des activités du portail des sciences historiques en Suisse infoclio.ch. Il a été doté d’un budget de 15 000 CHF, dévolu pour moitié au développeur informatique du site et pour moitié aux graphistes chargés de sa mise en forme, plus une somme marginale dévolue aux coûts d’hébergement et à l’achat du nom de domaine. La rémunération du chef de projet, incluse dans les frais de fonctionnement d’infoclio.ch, n’a pas été inscrite au budget, tout comme les droits de reproduction sur le texte numérisé de la Collection complète, qui a été fourni gracieusement par son éditeur Joseph Gallanar.

56Le projet a été réalisé en un peu plus de huit mois, entre novembre 2011, lorsque germe l’idée du projet, et le 10 juillet 2012, date de sa mise en ligne. Ce délai relativement court de production pour une édition contenant près de 10 000 pages de textes réparties en dix-sept volumes s’explique par le fait qu’il s’agit d’une réédition d’un texte précédemment édité en ligne. Outre l’apport essentiel fourni par l’édition réalisée par Joseph Gallanar, le projet a également bénéficié du soutien de la Bibliothèque de Genève et du projet e-rara, qui ont fourni une notice bibliographique sur la Collection complète et la liste des liens vers les images numérisées du texte original. De plus, Frédéric Eigeldinger, spécialiste de Rousseau et ancien professeur à l’université de Neuchâtel, a également contribué en rédigeant une notice sur la réalisation de l’édition originale de la Collection complète.

57C’est justement en sollicitant Frédéric Eigeldinger pour rédiger un texte à l’été 2012 que l’auteur du projet rousseauonline apprend que deux autres éditions des œuvres complètes de Rousseau sont en préparation. La concurrence entre les éditeurs est déjà exacerbée, comme l’explique Eigeldinger dans un courrier électronique adressé à l’auteur :

Vous ignorez tout, malheureusement, du conflit des deux éditions concurrentes des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau : celle que je codirige chez Champion-Slatkine et celle de Garnier. La nôtre paraîtra en bloc le 28 juin (24 volumes), tandis que celle de Garnier est étagée sur 4-5 ans et elle donne lieu à une guerre intestine entre éditeurs. (Frédéric Eigledinger à Enrico Natale, 19.06.2012)

58Renseignement pris auprès de diverses personnes faisant partie du milieu assez restreint des éditeurs scientifiques des textes de Rousseau et dont on taira ici l’identité pour des raisons de confidentialité, voici quelques éléments sur cette « guerre intestine entre éditeurs » qu’a suscitée la publication des œuvres complètes de Rousseau à l’occasion du tricentenaire de sa naissance en 2012.

59En Europe, les éditeurs actifs dans l’édition critique des textes de Rousseau et des ouvrages de recherche à son sujet se comptent sur les doigts d’une main. Il s’agit des éditions Slatkine, basées à Genève, propriétaire également des éditions Honoré Champion à Paris ; des éditions Classiques Garnier, basées à Paris, et de la Voltaire Foundation, liée à l’université d’Oxford en Grande-Bretagne.

60Pour ces éditeurs d’érudition, dont les principaux clients sont les bibliothèques de recherche, la conjoncture actuelle du marché du livre scientifique, caractérisée par une réduction des budgets d’achat des bibliothèques, causée principalement par l’inflation des prix des contenus électroniques sous licence, représente une menace existentielle. Dans ce contexte difficile, une commémoration comme celle du tricentenaire de la naissance de Rousseau représente une opportunité à ne pas manquer.

61En 2008, les éditions Slatkine-Honoré Champion organisent une première réunion en vue de préparer une nouvelle édition des œuvres complètes de Rousseau à paraître en 2012 pour le tricentenaire. Un groupe de savants sont invités à participer, dont certains sont liés aux éditions Classiques Garnier, et un plan de travail est arrêté. Cependant, quelques mois plus tard, Classiques Garnier annonce à son tour dans son catalogue sa propre édition générale des œuvres de Rousseau. En réaction, Slatkine suspend la coopération avec un certain nombre de savants dont il redoute la connivence avec ses concurrents et confie la direction de l’entreprise à Raymond Trousson et Frédéric Eigeldinger. De leur côté, les éditions Classiques Garnier confient leur propre édition du tricentenaire à Jacques Berchtold, François Jacob et Yannick Séité. L’édition Slatkine-Honoré Champion, en vingt-quatre volumes, est parue comme prévu en été 2012 et peut être achetée sur le site de l’éditeur pour la somme de 738 CHF. Cette dernière fait de plus l’objet d’une édition numérique dont il est question ci-dessous. Quant à celle des Classiques Garnier, elle est encore, en août 2014, annoncée sur le site de l’éditeur dans la rubrique « En préparation ». Les Classiques Garnier ont également produit en décembre 2012 une édition imprimée en fac-similé des dix-sept volumes la Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau en vente pour 1200 EUR – précisément la même édition in-quarto qui fait l’objet du site rousseauonline, accessible gratuitement sur le web.

62Cet épisode, largement anecdotique, résonne cependant de façon remarquable avec le contexte de concurrence exacerbée qui a caractérisé la première édition de la Collection complète. Dans un contexte entièrement différent, caractérisé davantage par la faiblesse de la demande que par son abondance, on y retrouve cependant la crainte des éditeurs de voir le fruit de leur travail pillé et exploité commercialement par leurs concurrents dès sa publication. Du reste, la réutilisation plus ou moins explicite des éditions précédentes d’une œuvre fait partie intégrante du travail éditorial. Les documents montrent que Pierre-Alexandre Du Peyrou se procure différentes éditions antérieures des œuvres de Rousseau pour préparer la Collection complète (Birn, 2001). Similairement, les éditeurs des éditions du centenaire réutilisent largement l’édition de la Pléiade, parue en 2007, tout comme la Correspondance complète de Rousseau éditée par Ralph Leigh pour la Voltaire Foundation.

63De plus, les œuvres de Rousseau étant désormais tombées dans le domaine public, la réutilisation d’un texte de Rousseau nouvellement établi par des chercheurs, fût-il le fruit de nombreuses années de recherches, ne fait pas l’objet d’une protection automatique par le droit d’auteur. Un récent jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris, opposant deux éditeurs scientifiques sur une question similaire, a considéré que la réutilisation d’éditions de textes du domaine public, à l’exclusion des notes et des index, ne fait pas l’objet d’une infraction au droit d’auteur (Maurel, 2014).

64Comme précédemment évoqué, le passage d’un modèle commercial basé sur la vente de textes imprimés à un modèle basé sur la vente de droits d’accès à des contenus électroniques représente un enjeu majeur pour les éditeurs scientifiques. Cette transition, déjà effectuée par les principaux éditeurs de revues scientifiques au niveau international, réactive le modèle traditionnel de l’abonnement, à cette différence près que les contenus restent désormais sur les plateformes en ligne des éditeurs, qui en commercialisent les droits d’accès selon différents modèles. Cette solution, très avantageuse pour les éditeurs, est problématique pour les clients, à savoir les bibliothèques de recherche, qui se voient obligées de renouveler périodiquement leurs licences d’accès sous peine de se voir retrancher l’accès à la totalité des contenus.

65C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’initiative de réaliser une version numérique sur abonnement de l’édition des œuvres complètes de Rousseau par les éditions Slatkine-Honoré Champion. Cette dernière propose d’accéder à la totalité des textes de Rousseau via un site web, accessible sur abonnement. Pour donner un aperçu des contenus, la navigation est gratuite pendant les dix premières minutes. Passé ce délai, l’accès du site est bloqué et l’utilisateur est renvoyé à la caisse. Toute possibilité de téléchargement ou de copie des textes est du reste exclue. Pour le reste, la version numérique de l’édition Slatkine-Honoré Champion reste largement tributaire du modèle de l’imprimé : la table des matières renvoie au texte présenté à l’identique de l’édition imprimée, les index, notamment ceux de la correspondance, ne sont pas reliés par hyperliens au corps du texte et le moteur de recherche, très sommaire, ne fait pas la différence entre le texte de Rousseau et les notes des éditeurs, rendant la recherche confuse.

66Financé par des fonds publics, le projet rousseauonline est à l’inverse libre d’accès, et offre gratuitement la possibilité de télécharger l’intégralité des contenus en différents formats. Il s’inscrit dans un mouvement de promotion du domaine public et la réutilisation des contenus en ligne, comme thématisé dans la section de cet article consacré au droit d’auteur. Par ailleurs, rousseauonline offre plusieurs possibilités de navigation dans le texte, propres aux technologies numériques, qui font l’objet de la section ci-dessous.

Formes de la lecture

67Cette section s’intéresse aux modes de lecture et de consultation des textes de Rousseau, en s’efforçant de mettre en lumière les interrelations entre les formes matérielles des textes, les pratiques de lecture et leur réception au sein de la société. Comme l’explique Roger Chartier, spécialiste du domaine de l’histoire matérielle du livre, « les significations, historiquement et socialement différenciées d’un texte, quel qu’il soit, ne peuvent être séparées des modalités matérielles qui le donnent à lire à ses lecteurs » (Chartier, 1994). Par ailleurs, il faut supposer une intentionnalité des médiations éditoriales en ce qui concerne les pratiques de lecture qui consistent pour l’éditeur à adapter le texte aux pratiques de lectures supposées du public.

L’éditeur est un interprète des idées de son temps : il joue le rôle du lecteur, extrapole à partir de sa propre réaction de lecteur, anticipe sur ce que sera celle du public. (Ouvry-Val, 2001)

68Les éditions des œuvres de Rousseau ont ici une nouvelle fois valeur d’exemple emblématique. La Collection complète, éditée simultanément en trois formats différents, nous renseigne sur les transformations des pratiques de lecture à la fin du XVIIIe siècle. De plus, Rousseau joue un rôle central dans l’avènement à la fin du XVIIIe siècle d’une nouvelle « lecture sensible ». Cette « lecture sensible », caractérisée par un processus d’identification affective et fusionnelle du lecteur avec le texte, représente l’aboutissement de la lecture romanesque entamée au siècle précédent (Fournier, 2007). Elle est à la fois déterminée par les caractéristiques matérielles de production et de circulation des ouvrages, et par les stratégies rhétoriques que Rousseau met en place pour réaliser une « union programmée » avec le lecteur (Jouhaud, 2012). Ainsi, les idées que Rousseau développe sur le livre et la lecture trouvent leur contrepartie dans la relation passionnée que développe un nouveau public de lectrices et de lecteurs avec ses ouvrages et marque l’avènement d’un nouveau rapport individualisé à la lecture.

69L’avènement d’internet et des médias numériques participent également, en ce début de XXIe siècle, à une révolution des supports et des formes qui transmettent l’écrit. Ce bouleversement n’a pas d’autre équivalent historique que le passage du rouleau au codex, advenu aux premiers siècles de notre ère (Chartier, 1994). L’enjeu est ici d’essayer de rendre visibles les caractéristiques éditoriales qui relèvent du mode logiciel (Souchier, 2007), afin d’identifier les choix inhérents et les rhétoriques qu’elles portent en elles et de comprendre comment elles déterminent les modes de consultation des textes et, partant, leur signification.

70Cette section revient donc dans un premier temps sur le rôle des œuvres de Rousseau sur la révolution de la lecture au XVIIIe siècle et dans un second temps sur les nouveaux modes de consultation des œuvres de Rousseau rendus possibles par l’édition rousseauonline de la Collection complète.

Rousseau et la révolution de la lecture au XVIIIe siècle

71Le fait que la Collection complète soit parue en trois formats nous renseigne sur la diversité des pratiques de lecture à la fin du XVIIIe siècle. Le format in-quarto, le plus cher, est destiné aux bibliothèques et aux personnes fortunées. Il s’adapte notamment à la lecture sur chevalet ou à la lecture sur table. Dans ce format, les qualités esthétiques et matérielles du livre, de son papier, de la typographie et de sa reliure jouent un rôle important pour les acheteurs. Robert Darton explique que le lecteur du XVIIIe siècle examinait avec attention ces caractéristiques matérielles du livre. Cette expertise disparaît ensuite au cours du XIXe siècle avec l’industrialisation des méthodes d’imprimerie et la production de masse des livres (Darnton, 1985). Le format in-octavo, plus économique, s’impose au XVIIIe siècle parmi les amateurs de littérature. Plus maniable, il s’adapte aux nouvelles pratiques de lecture individuelle qui se généralisent à l’époque. Le lieu de lecture n’est plus confiné à la bibliothèque, mais s’étend désormais à toute la maison et au jardin. Apparaissent de nouveaux types de mobilier destiné à la lecture, comme des chaises longues avec pupitre incorporé, ou encore des nouveaux vêtements, comme la « liseuse », veste d’intérieur pour femmes lectrices (Wittmann, 2007). Enfin, le format in-douze est destiné à offrir une solution bon marché et facile à transporter. Les formats in-octavo et in-douze témoignent des nouveaux modes de lecture, à la fois individuels et mobiles, qui se généralisent. Par ailleurs, ces formats économiques répondent à une demande de la part de nouveaux publics qui n’ont pas les ressources matérielles pour acquérir de plus grands formats.

En milieu urbain, le mode de lecture évolua plus vite et plus tôt que dans les milieux ruraux, en particulier parmi le personnel domestique, les laquais et les coiffeurs, les servantes et les femmes de chambre et les commis du commerce et de l’artisanat, les membres de l’armée qui avaient un grade moyen, et, pour une certaine part, un grade inférieur. Ce groupe de personnes pouvait constituer jusqu’à un quart de la population citadine. (Wittmann, 1997)

72À cette extension du public des lecteurs s’ajoute une nouvelle « fureur de lire », dans laquelle le lecteur s’absorbe dans le texte et s’échappe pour un moment des contraintes de la réalité. Rousseau témoigne lui-même de ce nouveau mode de lecture dans ses Confessions :

Ma mere avoit laissé des Romans. Nous nous mîmes à les lire après soupé, mon pere & moi. Il n’étoit question d’abord que de m’exercer à la lecture par des livres amusans; mais bientôt l’intérêt devint si vif que nous lisions tour-à-tour sans relâche & passions les nuits à cette occupation. Nous ne pouvions jamais quitter qu’à la fin du volume. Quelquefois mon pere, entendant le matin les hirondelles, disoit tout honteux: allons nous coucher, je suis plus enfant que toi. (Rousseau, Les Confessions, livre 1, in Collection complète (1780-89), édition en ligne rousseauonline.ch)

73Par ailleurs, les œuvres de Rousseau suscitaient de véritables « passions de lecture », notamment parmi les femmes. Les réactions des contemporains lecteurs de Rousseau, analysées par Robert Darton, sont à ce titre édifiantes (Darton, 2004). Il rapporte notamment le cas de Charlotte de La Taille, qui après avoir terminé la lecture de la Nouvelle Héloïse, fut si touchée par la mort de son héroïne qu’elle ne reprit ses esprits que huit jours plus tard. Un autre lecteur de Rousseau, le commerçant Jean Ranson de La Rochelle, décide de nommer son deuxième fils Émile, en hommage au traité éponyme de Rousseau sur l’éducation. Dans la seconde préface de la Nouvelle Héloïse, Rousseau évoque ces passions dévorantes de lecture provoquées par les romans :

En montrant sans cesse à ceux qui les lisent, les prétendus charmes d’un état qui n’est pas le leur, ils les séduisent, ils leur font prendre leur état en dédain, & en faire un échange imaginaire contre celui qu’on leur fait aimer. Voulant être ce qu’on n’est pas, on parvient à se croire autre chose que ce qu’on est, & voilà comment on devient fou. (Rousseau, Seconde préface à la Nouvelle Héloïse, in Collection complète (1780-89), édition en ligne rousseauonline.ch)

74Dans cet extrait, Rousseau révèle en négatif le mécanisme d’individuation à l’œuvre dans la transformation des modes de lecture au XVIIIe siècle. Par le truchement d’une lecture immersive et sensible, c’est désormais l’expérience de vie du lecteur qui se trouve médiatisée par la littérature. Pour reprendre l’exemple de Jean Ranson, ce dernier entre dans l’expérience de la paternité non plus en se confrontant uniquement à son expérience de vie, mais également par l’intermédiaire de la lecture de l’Émile (Darton, 1985). La lecture devient ainsi un outil d’individuation, où l’expérience personnelle devient médiatisée par le texte écrit, préfigurant ainsi un nouveau rapport moderne à la lecture.

75En effet Rousseau prétend offrir à son public une représentation de lui-même qui soit entièrement transparente et conforme à la vérité de ses sentiments. La phrase qui ouvre les Confessions est en ce sens programmatique :

Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; & cet homme, ce sera moi. (Rousseau, Les Confessions, livre 1, in Collection complète (1780-89), édition en ligne rousseauonline.ch)

76Comme le remarque Noémie Jouhaud, Rousseau, par ses affirmations répétées que le livre doit représenter sans filtre les sentiments de l’auteur, met en place une stratégie rhétorique qui vise à réaliser une « union programmée » entre l’auteur et ses lecteurs, dans une « dynamique naturelle de reconnaissance mutuelle des âmes sensibles » (Jouhaud, 2012). En conséquence, les lecteurs se sentent liés à l’auteur par un rapport privilégié et cherchent à entrer directement en contact avec lui pour lui témoigner de leurs émotions à la lecture de ses textes. Les nombreuses lettres de lecteurs de Rousseau qui nous sont parvenues portent d’ailleurs la trace de ce processus :

Les lettres des lecteurs, qui semblent à première vue offrir un témoignage plus ou moins immédiat, sont elles-mêmes informées par des modèles d’écriture issus de la vogue du roman épistolaire, ainsi que par le pathos qu’il met en œuvre. (Fournier, 2007)

77Un autre élément intéressant réside dans les critiques répétées de Rousseau sur le mauvais travail de ses éditeurs, de même que ses récriminations sur la dénaturation de ses œuvres qui culminent avec la déclaration de 1774. En affirmant que le livre doit être une représentation parfaite de son auteur, Rousseau tend à faire passer l’idée que sa pensée est en quelque sorte défigurée par les caractéristiques matérielles du livre et tend ainsi à faire des « actes éditoriaux » autant d’obstacles entre un auteur et ses lecteurs. Cette posture, qui tend à naturaliser l’équivalence entre un livre et la pensée de son auteur, va, en se généralisant au cours du siècle suivant, provoquer l’invisibilisation des médiations éditoriales. Ainsi, on peut considérer que les stratégies rhétoriques mises en œuvres par Rousseau participent de la dimension invisible et « infra-ordinaire » (Souchier, 2007) qui caractérise les actes éditoriaux.

Lire Rousseau à l’ère numérique

78Les formes de lecture se sont diversifiées depuis l’avènement de l’ère digitale. Selon une étude américaine, les médias numériques ont même déterminé une augmentation du nombre absolu de lecteurs depuis les années 2000, mettant fin à vingt années de lente érosion du lectorat (National Endowment for the Arts, 2009). Les dispositifs de lecture mobile, comme les tablettes de lecture ou les liseuses électroniques, participent au renforcement de cette tendance (Enders Analysis, 2012). La même étude souligne également que la contrefaçon des livres a augmenté avec l’avènement de la littérature électronique, un constat qui fait écho aux pratiques éditoriales du XVIIIe siècle. Dans le domaine des sciences sociales et humaines, les chercheurs utilisent désormais fréquemment à la fois la version électronique et la version papier d’un même texte lors de leurs recherches (Schonfled et Rutner, 2012). Ceci ne constitue qu’un exemple parmi la très grande diversité des pratiques de lecture qui ont émergé depuis l’avènement de l’informatique et des lectures sur écran.

79Dans ce contexte, l’auteur du projet rousseauonline s’est fait l’interprète des possibles attentes du public relatives à la lecture des œuvres de Rousseau apparues depuis l’avènement de l’environnement numérique. Les possibilités du médium numérique ont ensuite été mobilisées pour répondre à ces attentes supposées du public. Un premier besoin supposé est de pouvoir accéder en toute heure et en tout lieu à l’intégralité des œuvres de Rousseau, via un site web qui en permette la consultation. Une deuxième attente consiste à pouvoir télécharger facilement une partie ou l’ensemble des œuvres de Rousseau, pour pouvoir les imprimer ou les lire sur écran. Un troisième souhait est de pouvoir mener des recherches par mots clés dans l’intégralité des œuvres de Rousseau et d’obtenir facilement une liste structurée de résultats. Au-delà de ces attentes de base, on a imaginé qu’il serait intéressant de proposer de nouvelles façons de consulter les textes Rousseau, explorant par-là les possibilités offertes par les caractéristiques du texte électronique.

80La première forme de navigation reproduit le principal outil de navigation intra-textuelle hérité du régime du livre imprimé : la table des matières. Celle-ci reprend la structure de l’édition originale in-quarto en 17 volumes. En cliquant sur les titres des volumes, ceux-ci se développent, donnant accès au détail de leur contenu selon une structure hiérarchique sur quatre niveaux. À chaque étape de la navigation dans la table des matières, des icônes offrent au lecteur la possibilité de visualiser le texte à l’écran ou de télécharger le texte. Pour le téléchargement, deux formats sont proposés, le format PDF, traditionnellement utilisé pour l’impression, et le format EPUB, un format compatible avec la plupart des dispositifs de lecture électronique. Pour la lecture à l’écran, une mise en page adaptée a été élaborée avec les graphistes.

81L’édition numérique rousseauonline offre deux autres modes de navigation dans les œuvres de Rousseau. Un module de recherche en plein texte et une interface cartographique pour la consultation de la correspondance.

82La pratique de la recherche en plein texte est à mettre en relation avec la technologie du moteur de recherche, apparue avec le développement des bases de données à partir des années 1970 (Guggerli, 2012). Elle s’est développée depuis avec les catalogues de bibliothèque et les bases de données, et a été considérablement popularisée au début des années 2000 lorsque la technologie du moteur de recherche s’est imposée comme le principal instrument de navigation sur le Word Wide Web (Battelle, 2005). En 2004, le projet Google Books a capté l’attention de l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales sur le potentiel de la recherche en plein texte dans des corpus de textes numérisés. En conséquence, les attentes des chercheurs ont commencé à se modifier, le besoin de pouvoir interroger un texte par mots clés se faisant plus pressant. Comme l’explique Jean-Yves Mollier (2001), la possibilité de recherche en plein texte encourage une lecture « ecdotique », qui court-circuite la linéarité de la lecture pour interroger le texte selon ses propres intérêts. Le lecteur-chercheur a désormais la possibilité d’interroger un texte littéralement selon ses propres termes.

83Grâce à une coopération avec le centre de recherche ARTFL de l’université de Chicago, l’intégralité des textes de Rousseau sur rousseauonline peuvent faire l’objet d’une recherche en plein texte via le moteur de recherche spécialisé PhiloLogic. Le projet ARTFL a été fondé en 1982 à l’université de Chicago pour exploiter un corpus de plusieurs milliers de textes français élaboré pour préparer le Trésor de la Langue Française (ATLIF, 2014). Dirigé par Robert Morisset, le projet a développé un moteur de recherche avancé, PhiloLogic, qui permet d’interroger un corpus de texte selon différentes modalités.

84La recherche PhiloLogic offre un vaste choix de possibilités de recherche : recherche d’occurrences ou de co-occurrences de mots dans l’ensemble de l’œuvre ou dans l’une de ses parties, affichage des résultats sous différentes formes (liste, keyword in context), etc. PhiloLogic offre également des outils lexicographiques comme la recherche de mots similaires et l’appel de définitions dans plusieurs dictionnaires de référence. Réservé jusque-là aux philologues et aux linguistes, PhiloLogic met ainsi le fruit d’une longue expertise dans l’analyse statistique et computationnelle des textes à disposition du grand public et permet ainsi à chaque utilisateur de mener des recherches complexes dans le texte des œuvres de Rousseau.

85Comme on l’a vu, Rousseauonline offre également la possibilité d’explorer une partie de la correspondance de Rousseau sous la forme d’une carte interactive. Le lecteur peut ainsi visualiser une carte de l’Europe sur laquelle des pastilles signalent les lieux d’expédition des lettres. En sélectionnant un lieu ou un intervalle sur une échelle chronologique placée sous la carte, le lecteur obtient une liste de missives qui correspondent à ses critères de recherche et peut les lire via un hyperlien.

86Les projets reliant cartographie et corpus de texte se sont multipliés depuis l’avènement du web, sous l’effet de la multiplication des outils permettant de procéder à la visualisation de données sur des cartes géographiques, regroupés sous l’appellation Geographical Information Systems (GIS). Parmi les projets qui ont contribué à faire connaître ce type d’approche, le projet Mapping the Republic of Letters, de l’université de Stanford, a développé un outil de visualisation pour représenter les flux de correspondance que s’échangeaient les hommes de lettres du XVIIIe siècle (Stanford University, 2013). D’autres projets de cartographie littéraire ont récemment vu le jour, comme le projet Viaticalpes qui permet de visualiser les lieux mentionnés dans les récits de voyage dans les Alpes (Reichler et Vaj, 2011) ou le projet Walking Ulysse (Nugent, 2010) qui retrace les parcours du narrateur de James Joyce dans la ville de Dublin.

Droit d’auteur

87Les régimes juridiques de propriété applicables aux œuvres littéraires sont un élément central dans les modes de publication et de circulation des textes. La publication de la Collection complète représente le dernier exemple de publication selon les logiques légales d’Ancien Régime. Quelques années plus tard, l’inscription dans la loi par l’Assemblée constituante (Pfister, 2006) d’un droit reconnu à l’auteur sur la reproduction de ses œuvres pose les bases du droit d’auteur moderne. Comme l’explique Robert Darnton :

The scramble to put out a full edition of Rousseau’s work produced the last great free-for-all in the publishing history of the Old Regime. (Darnton, 1986)

88Tout au long de la vie de Rousseau et jusqu’au moment de la publication de la Collection complète, le droit d’auteur ne fait pas l’objet d’une protection juridique, comme le prouve l’essor de la contrefaçon dans le marché du livre d’Ancien Régime. Tout au long de sa vie, les œuvres de Rousseau seront éditées et rééditées sans l’accord de l’auteur et au grand dam de celui-ci. En revendiquant la propriété morale sur ces textes et en forgeant un fort lien d’identification entre l’auteur et son texte, Rousseau préfigure par de nombreux aspects la notion moderne d’auteur qui va s’imposer au cours du XIXe siècle.

89Avec les lois de 1791 et de 1793, l’auteur peut désormais faire valoir ses droits auprès des éditeurs et obtenir une rémunération pour la publication de ses ouvrages. À ce principe, qui reconnaît à l’auteur un droit patrimonial sur l’exploitation commerciale de ses textes, viendra s’ajouter au cours du XIXe siècle la reconnaissance d’un droit moral inaliénable de l’auteur sur son œuvre, sanctionné par le droit d’auteur tel qu’il est énoncé dans la Déclaration de Berne de 1886 et qui règle jusqu’à aujourd’hui les régimes de propriété sur les œuvres littéraires au niveau international.

90Depuis l’avènement de l’informatique et du web, cette notion du droit d’auteur se trouve mise à mal par les caractéristiques des nouveaux médias. Soumis à des processus continus de reproductions techniques et de réécritures, le texte numérique s’ajuste mal à la notion d’œuvre originale protégée par le droit d’auteur. Dans l’environnement numérique, les formes de la protection juridique sur les œuvres de création sont devenues le théâtre d’une lutte globale entre partisans d’un renforcement des droits de reproduction sur les œuvres et défenseurs de la libre circulation des données. Dans le domaine de l’édition électronique, les premiers ont amorcé une transition, comme on l’a vu avec l’exemple des œuvres complètes de Rousseau, qui vise à passer d’un régime basé sur la vente des contenus à un régime basé sur la vente de droits d’accès sur les contenus.

91L’histoire de la Collection complète est à ce titre intéressante, car elle advient en deux moments caractérisés par des phénomènes de transition entre différents régimes de propriété intellectuelle. Cette section aborde le rôle des droits d’auteur dans l’édition des œuvres de Rousseau dans ces deux contextes.

Rousseau et la propriété de ses œuvres

92En France sous l’Ancien Régime, les libraires peuvent protéger leurs œuvres de plusieurs manières. La voie la plus sûre consiste à obtenir un privilège royal qui sert à la fois de certificat de conformité à la censure et de droit de commercialisation. Le privilège royal confère de plus au libraire un monopole de commercialisation limité dans le temps. Un autre moyen consiste à obtenir une « permission tacite » qui confère un droit de commercialiser un ouvrage, mais aucune garantie contre sa contrefaçon ou sa censure par les autorités. La demande d’une « permission tacite » peut même représenter un risque, car une fois l’ouvrage annoncé, les risques de contrefaçon ou de condamnation par la censure augmentent. Enfin, un ouvrage peut être publié sans aucune permission, mais il risque à tout moment d’être saisi par les autorités et signifier de lourdes pertes commerciales pour son éditeur (Darnton, 2001).

93La plupart des œuvres de Rousseau circulent au bénéfice d’une permission tacite, comme d’ailleurs la plupart des écrits des philosophes des Lumières (Darnton, 1991). Ces derniers savent ne pouvoir espérer passer l’examen de la censure et publient leurs ouvrages à l’étranger. Celles-ci font ensuite immanquablement l’objet de nombreuses contrefaçons qui en assurent une large diffusion. C’est le cas notamment de la Collection complète.

94Ces pratiques sont pourtant fort éloignées des conceptions éditoriales de Rousseau. Ce dernier accorde au contraire beaucoup d’importance au respect de la lettre de ses manuscrits, mise à mal par la prolifération des éditions contrefaites de ses œuvres. Inquiet du jugement de la postérité, censé rétablir les injustices de ses contemporains à son encontre et craignant à tout moment que sa pensée ne soit dévoyée, Jean-Jacques Rousseau était très soucieux de l’exactitude de ses ouvrages. La circulaire de 1774 désavouant toutes les éditions successives de ses ouvrages va dans ce sens.

[…] il déclare tous les livres anciens et nouveaux qu’on imprime et imprimera désormais sous son nom, en quelque lieu que ce soit, ou faux ou altérés, mutilés et falsifiés avec la plus cruelle malignité, et les désavoue, les uns comme n’étant plus son ouvrage, et les autres comme lui étant faussement attribuées. (Rousseau, Déclaration relative à différentes réimpressions de ses ouvrages (1774), in Œuvres complètes (2012). Genève : Slatkine

95En France, jusqu’à la création en 1777 de la Société des auteurs par Baumarchais et surtout jusqu’aux lois révolutionnaires de 1791-1793 qui sanctionnent le principe d’un droit d’auteur, seul un libraire peut requérir un privilège ou une permission tacite pour commercialiser un ouvrage (Boncompain, 2002). La pratique courante pour les auteurs consiste à vendre pour une somme fixe un manuscrit à un libraire qui se charge ensuite de sa commercialisation. Rousseau refuse pourtant de se plier à ce principe, considérant qu’il est dans son droit de disposer librement de ses œuvres. Lors de la publication de son roman épistolaire La Nouvelle Héloïse, il obtient payement pour son manuscrit de trois libraires différents, suscitant les protestations de son éditeur à Amsterdam.

96La correspondance de cette époque entre Rousseau et son éditeur met clairement en lumière leurs différences de point de vue. Rousseau écrit à Rey en 1758 :

Quoiqu’en livrant un manuscrit à un Libraire, je ne prétende pas m’ôter le droit après la première édition de la réimprimer de mon côté toutes les fois qu’il me conviendra. (Rousseau à Rey, 24.10.1758, in Correspondance complète (1998). Oxford : Voltaire Foundation)

97Ce dernier s’empresse de lui répondre :

Je comptois que vous m’auriez fourny vos ouvrages, revu et corrigé, gratis. S’il y a des pièces nouvelles, rien de plus juste que de les payer, mais une fois payée tout est dit. Vous voyez que nous sommes éloignés du compte. (Rey à Rousseau, 31.10.1758, in Correspondance complète (1998). Oxford: Voltaire Foundation)

98Rousseau se plaint ensuite à un tiers des doléances de son éditeur :

Il me reproche de vouloir vendre mes écrits deux fois […]. Il prétend aussi que je ne suis nullement en droit de faire imprimer par un autre le recueil en question, et qu’ayant une fois acheté ma copie il en est l’unique propriétaire pour toutes les éditions à venir sans que j’ai désormais aucun droit sur mes propres ouvrages. (Rousseau à Deluc, 09.02.1759, in Correspondance complète (1998). Oxford: Voltaire Foundation)

99Enfin, dans une dernière lettre à Rey :

Vous avez raison de ne pas vouloir payer deux fois les mêmes ouvrages ; mais moi je n’ai pas tort de ne vouloir pas vous faire présent de deux ans de mon tems; car je n’ai de ressource pour vivre que mon travail, et tandis que je revois mes écrits, il faut que je dine. (Rousseau à Rey, 14.03.1759, in Correspondance complète (1998). Oxford: Voltaire Foundation)

100Rousseau va ainsi contribuer à l’émergence de la figure de l’auteur de profession qui vit de sa plume et se soucie de ses droits. Il refuse d’ailleurs tout au long de sa vie les charges honorifiques qui auraient pu lui assurer un soutien matériel, mais dont il craint qu’elles n’aliènent sa liberté (Birn, 1993). Cette personnification de la figure de l’auteur trouve son point culminant avec la condamnation de l’Émile en 1762. À cette occasion, le Parlement du royaume de France sanctionne de fait la position de Rousseau en s’attaquant directement à l’auteur et non à son libraire, comme le voulait la pratique. Rousseau s’en étonne dans les Confessions :

Mais sachant en pareil cas comme les choses se passent, & que l’usage est de sévir contre les libraires en ménageant les auteurs […] & que c’étoit toutes les enfreindre que de commencer en cette occasion par un décret de prise de corps, avant de savoir juridiquement si j’avouois le livre, & si réellement j’en étois l’auteur. Il n’y a que les crimes qui portent atteinte à la sûreté publique, dont sur le simple indice on décrète les accusés de prise de corps, de peur qu’ils n’échappent au châtiment. Mais quand on veut punir un délit tel que le mien, qui mérite des honneurs & des récompenses, on procède contre le livre, & l’on évite autant qu’on peut de s’en prendre à l’auteur. (Rousseau, Confessions, livre XI, in Collection complète (1780-89), édition en ligne rousseauonline.ch)

101La condamnation de l’Émile peut être considérée comme un point de rupture dans la transition de la notion d’auteur entre l’Ancien Régime et l’époque moderne. Décrété de « prise de corps » en contradiction avec les usages établis, sa condamnation représente l’aboutissement d’un processus d’individuation de l’auteur avec ses écrits et préfigure les lois sur le droit d’auteur de 1791-1793 (Birn, 2001). Jean-Jacques Rousseau esquisse ainsi un nouveau rapport de l’auteur à son œuvre qui coïncide avec la naissance de la notion moderne d’auteur.

Nouveaux régimes des droits d’auteurs

102Une conséquence de l’avènement du format numérique a été de questionner la notion de droit d’auteur tel qu’elle s’était constituée depuis la fin du XVIIIe siècle. La forme « stable » de l’œuvre, objet de la protection juridique, semble mise à mal par les caractéristiques du format numérique. Facilité de copie, variabilité des formats, réécritures permanentes, le document numérique échappe à la plupart des formes de stabilisation nécessaire pour fixer le cadre d’une œuvre de création (Manovich, 2001). Dans ce contexte, l’hypothèse de mort de l’auteur formulée par Roland Barthes à la fin des années 1960 semble gagner une nouvelle actualité (Barthes, 1967).

103Cette situation complexe des droits d’auteurs pour les œuvres numériques, qui n’a pas encore trouvé de solution satisfaisante, a pourtant déjà des répercussions très concrètes sur les régimes d’information contemporains. Les cours des tribunaux, les institutions internationales et le web en général sont depuis plusieurs années le théâtre d’un intense rapport de force sur ces questions (IFLA, 2014). D’un côté, les éditeurs de contenus, soutenus par les pays qui possèdent de fortes industries culturelles, pressent pour imposer des systèmes fermés et des barrières techniques pour protéger les œuvres contre les copies abusives. De l’autre, les bibliothèques et d’autres membres de la société civile engagés pour la libre circulation du savoir cherchent à trouver des solutions qui exploitent les possibilités du médium numérique pour permettre une large diffusion des contenus.

104Les licences Creative Commons proposent une solution pour la diffusion des œuvres sur internet. Fondé en 2002 à l’initiative de l’avocat américain Lawrence Lessig, Creative Commons est une organisation qui propose des licences juridiquement fondées dans les différentes législations nationales et qui permettent la réutilisation des œuvres en ligne sous certaines conditions. La seule condition obligatoire commune à tous les types de licences concerne le principe de citation. Un auteur peut ainsi partager son travail et en permettre la réutilisation, tout en préservant son statut d’auteur (Lessig, 2001).

105Pour favoriser la diffusion des œuvres de Rousseau en ligne, les contenus de rousseauonline ont été placés sous une licence Creative Commons (CC-BY) qui permet tout type de réutilisation, y compris commerciale, pour autant que le principe de citation soit respecté. Mais cet usage est problématique – et illustre bien la complexité des questions de droit d’auteur sur le web –, car les œuvres de Rousseau sont désormais dans le domaine public, et l’apposition d’une licence, si ouverte soit-elle, à une œuvre du domaine public peut être déjà considérée comme abusive. Réagissant à cette situation, Creative Commons a développé récemment à l’attention des bibliothèques et des archives une marque du domaine public (Public Domain Mark), qui amène une solution à ce problème.

106C’est justement l’usage des licences Creative Commons qui a entraîné la collaboration entre l’équipe rousseauonline et le projet ARTFL de l’Université de Chicago, rendant possible la mise en place du module avancé de recherche en plein texte. Une fois publiées en ligne sous licence Creative Commons et avant même qu’un contact formel ne fût établi, les œuvres de Rousseau ont été téléchargées par le projet ARTFL et intégrées à leur base de données, les rendant compatibles avec le moteur de recherche PhiloLogic (University of Chicago, 2014).

Conclusion

107Le cas des œuvres de Jean-Jacques Rousseau illustre bien comment différents facteurs interagissent pour transformer les pratiques éditoriales à la veille de la Révolution française comme à l’aube du XXIe siècle. Quatre thèmes constitutifs des « énonciations éditoriales » de Rousseau en ces deux moments distincts ont été pris en considération : production du texte, contexte commercial, modes de lecture et droit d’auteur.

108Chacun des thèmes mériterait une analyse systématique. Ils n’ont fait l’objet que d’une évocation partielle en fonction des questionnements intervenus dans le cours de la réalisation du projet rousseauonline et de la documentation consultée. Ils permettent toutefois de restituer en partie l’impact des facteurs technologiques, économiques, sociaux et juridiques – en somme du contexte historique – dans la publication des œuvres de Rousseau.

109De plus, la mise côté à côté d’éléments chronologiquement distincts éclaire réciproquement d’une lumière neuve les deux moments considérés. L’usage généralisé de la contrefaçon au XVIIIe siècle, par exemple, trouve un pendant contemporain dans les débats sur les modes de diffusion et de circulation des œuvres numériques. La question de la variabilité des textes imprimés, conséquence des pratiques éditoriales d’Ancien Régime, fait écho aux réécritures permanentes dont fait l’objet le texte numérique. La diversification des modes de lecture contemporains, notamment via les nouvelles formes de lecture sur écran, trouve un parallèle dans l’évolution des modes de lecture et des formats du livre imprimé au XVIIIe. Les idées de Rousseau sur le rapport de l’auteur à son œuvre annoncent l’émergence de la figure de l’auteur moderne, celle-là même qui est remise en question l’environnement numérique. On pourrait multiplier les exemples. Sans apporter de réponses toutes faites, l’histoire des éditions des œuvres complètes de Rousseau, retracée dans cet article, invite à penser les changements en cours dans une perspective temporelle large.

110Par ailleurs, la nature de cette contribution, qui combine restitution d’expérience du projet rousseauonline et recherche sur le domaine envisagé, peut représenter une solution intéressante pour dépasser la frontière qui sépare les opérations pratiques de mise œuvre d’une publication ou d’un projet numérique de sa restitution théorique dans le domaine académique. Alors que se multiplient les projets de recherche réalisés et publiés sous une forme uniquement numérique, le besoin d’expliciter les « actes éditoriaux » propres au numérique et à son influence dans la réalisation des projets se fait toujours plus pressant.

111En ce qui concerne la fin du XVIIIe siècle, force est de reconnaître la centralité de la figure de Rousseau dans les transformations du régime du livre : changement des modes de lecture, nouveau rapport de l’auteur à son texte, émergence du droit d’auteur. Pour chacun de ces pans de l’histoire du livre, les œuvres de Rousseau, c’est-à-dire à la fois les modalités d’édition de ses textes et les idées développées par Rousseau dans ses écrits, possèdent non seulement valeur d’exemple, mais représentent un cas de figure qui a influencé directement les termes du débat lui-même sur ces questions.

112Pour la période contemporaine, le cas des œuvres de Rousseau ne représente qu’un exemple parmi d’autres des évolutions en cours dans le domaine de l’édition électronique. Les technologies numériques, en détachant le texte de la page imprimée, viennent remettre en question certains équilibres établis de longue date dans les modes d’existence des textes. Dépourvus d’une forme fixe, ouverts à de multiples possibilités de traitement et soumis à de nouveaux modes de lecture, les textes numériques retrouvent d’une certaine manière la fluidité qui les caractérisait sous l’Ancien Régime. Sans la distance temporelle qui nous sépare du vivant de Rousseau, il est difficile de prédire dans quelles directions les technologies numériques vont faire évoluer les pratiques éditoriales. L’étude menée ici vient cependant rappeler l’importance des pratiques sociales et matérielles qui président aux « actes éditoriaux » et de leurs interactions, pour penser les transformations contemporaines des régimes du savoir.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, R. (1967). The death of the author. Aspen, (5-6), 1-8.

Battelle, J. (2005). The search?: how Google and its rivals rewrote the rules of business and transformed our culture. New York: Portfolio.

Bibliothèque de Genève. Rousseau entre à l’UNESCO grâce à la Bibliothèque de Genève et à la Bibliothèque universitaire de Neuchâtel. http://www.ville-ge.ch/bge/evenements/evenement-special_rousseau_unesco.html

Bibliothèque électronique suisse. E-rara.ch. http://www.e-rara.ch/

Birn, R. (2001). Forging Rousseau: print, commerce and cultural manipulation in the late Enlightenment. Oxford: Voltaire Foundation.

Birn, R. (1993). Rousseau et ses éditeurs. Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40(1), 120-136.

Boncompain, J. (2002). La révolution des auteurs : 1773-1815. Paris : Fayard.

Chartier, R. (1985). Du livre au livre. In R. Chartier (éd.). Pratiques de lectures (pp. 62-88). Marseille : Rivages.

Chartier, R. (1994). Du codex à l’écran : les trajectoires de l’écrit. Solaris, 1, 65-77.

Darnton, R. (1985). Readers respond to Rousseau: The fabrication of Romantic Sensitivity. In R. Darton. The Great Cat Massacre and other episodes in French Cultural History (pp. 215-256). New York: Basic Books.

Darnton, R. (1991). Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle. Paris : Gallimard.

Darnton, R. (2004). L’édition et la librairie sous l’ancien régime : la science de la contrefaçon. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/190/

Darnton, R. (2003). The science of piracy: a crucial ingredient in eighteenth-century publishing. Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 12, 3-29.

Debray, R. (1991). Cours de médiologie générale. Paris : Gallimard.

De Saussure, F. (2002). Écrits de linguistique générale, Paris : Gallimard.

Domenech, J. (éd.) (2010). L’œuvre de madame d’Epinay, écrivain-philosophe des Lumières: actes du premier colloque international consacré à madame d’Épinay. Paris : L’Harmattan.

Dufour, T. (2010). Recherches bibliographiques sur les œuvres imprimées de J.-J. Rousseau. Genève : Slatkine.

Eigeldinger, F. (2012). Comment Rousseau concevait le recueil de ses œuvres. Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 50, 351-388.

Enders Analysis (2012). Digital Europe. Diversity and Opportunity. Bruxelles : Enders Analysis.

Fournier, M. (2007). La révolution de la lecture romanesque au XVIIIe siècle en France: institutionnalisation de la lecture et émergence d’une nouvelle sensibilité. Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54 (2), 55-73.

Gugerli, D. (2012). The World as Database: On the Relation of Software Development, Query Methods, and Interpretative Independence. Information & Culture: A Journal of History, 47(3), 288-311.

Hockey, S. (2004). The history of humanities computing. In S. Schreibman, R. Siemens & J. Unswoth (éds.). A companion to digital humanities (pp. 3-19). London: Blackwell.

Ide N. & Sperberg-McQueen, C. M. (1995). The TEI: History, goals, and future. Computers and the Humanities, 29(1), 5-15.

IFLA (International Federation of Library Associations) (2014). Committee on Copyright and other Legal Matters (CLM). http://www.ifla.org/clm

Jeanneret, Y. (1995). La médiologie de Régis Debray. Communication et langage, 104(1), 4-19.

Jouhaud, N. (2012). L’aventure éditoriale de J.-J. Rousseau. Paris : Éditions Classiques Garnier.

Laboratoire ATLIF. Trésor de la langue française informatisé. http://www.cnrtl.fr/

Lessig, L. (2001). The future of ideas?: the fate of the commons in a connected world. New York: Random House.

National Library of the Netherlands (2012). Improving Access to Text (IMPACT). http://www.impact-project.eu/

Nugent, J. (2014). Walking Ulysses. Joyce’s Dublin Today. http://ulysses.bc.edu/

Manovich, L. (2001). The Language of New Media. Cambridge: The MIT Press.

Maurel, L. (2014). Une victoire pour le domaine public: un cas de copyfraud reconnu par un juge français. [:: S.I.Lex ::]. http://scinfolex.com/2014/04/13/une-victoire-pour-le-domaine-public-un-cas-de-copyfraud-reconnu-par-un-juge-francais/

Mollier, J.-Y. (2001). La lecture et ses publics à l’époque contemporaine ? : essai d’histoire culturelle. Paris : Presses universitaires de France.

National Endowment for the Arts (2009). Reading on the Rise. Washington: National Endowment for the Arts.

Ouvry-Vial, B. (2007). L’acte éditorial : vers une théorie du geste. Communication et langage, 154(1), 67-82.

Pierazzo, E. (2014). Digital Scholarly Editing. Farnham: Ashgate.

Pfister, L. (2006). Mort et transfiguration du droit d’auteur ? Bulletin des bibliothèques de France, 51(5), 5-13.

Reichler, C. & Vaj, D. (2014). Viaticalpes. http://www.unil.ch/viaticalpes

Richardson, B. (2002). Print Culture in Renaissance Italy. The Editor and the Vernacular Text. Cambridge: Cambridge University Press.

Rousseau, J.-J. (2012). Collection complète des œuvres, Genève, 1780-1789, 17 vol. in-4o. http://www.rousseauonline.ch/

Rousseau, J.-J. (2012). Œuvres complètes, sous la direction de Raymond Trousson et Frédéric S. Eigeldinger. Genève : Slatkine. http://rousseau.slatkine.com/

Rousseau, J.-J. (2007). Œuvres complètes. Éditées par Bernard Gagnebin et Marcel Raymond. Paris : Bibliothèque de la Pléiade.

Rousseau, J.-J. (1998). Correspondance complète. Éditée par R. A. Leigh. Oxford: Voltaire Fundation.

Rutgers University (2014). Eighteenth-Century E-Texts. http://jacklynch.net/18th/lit.html

Schantz, H. (1982). The history of OCR, optical character recognition. Manchester: Recognition Technologies Users Association.

Schonfeld, R. & Rutner, J. (2012). Supporting the Changing Research Practices of Historians. New York: Ithaka S+R.

Souchier, E. (1996). L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale. Cahiers de médiologie, 6, 137-145.

Souchier, E. & Jeanneret, Y. (2005). L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran. Communication et Language, 145(1), 3-15.

Stanford University (2014). Mapping the Republic of Letters. republicofletters.stanford.edu

Stewart, P. (2012), Éditer Rousseau. Enjeux d’un corpus (1750-2012), Lyon : ENS Éditions.

Terras, M. Father Busa’s Female Punch Card Operatives. [Melissa Terras’ Blog]. http://melissaterras.blogspot.ch/2013/10/for-ada-lovelace-day-father-busas.html

Turnovsky, G. (2003). The Enlightenment Literary Market: Rousseau, Authorship, and the Book Trade. Eighteenth-Century Studies, 36(3), 387-410.

University of Chicago. (2014). The ARTFL Project. http://artfl-project.uchicago.edu/

University of Chicago. (2014). PhiloLogic. https://sites.google.com/site/philologic3/

Waquet, F. (1989). Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique. Bibliothèque de l’école des chartes, 147(1), 473-502.

Wittmann, R. (2007). Une révolution de la lecture à la fin du XVIIIe siècle ? In R. Chartier & G. Cavallo (éds.). Histoire de la lecture dans le monde occidental (pp. 331-364). Paris : Seuil.

Hockey, S. (2004). The history of humanities computing. In S. Schreibman, R. Siemens, & J. Unswoth (éds.). A companion to digital humanities (pp. 3-19). London: Blackwell.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrico Natale, « Les œuvres de Rousseau hors du livre entre hier et aujourd’hui »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 8-4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/3512

Haut de page

Auteur

Enrico Natale

Employé de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) où il dirige le portail des sciences historiques en Suisse infoclio.ch et doctorant en histoire contemporaine à l’université de Bâle.
https://orcid.org/0000-0002-0967-5931

Adresse : infoclio.ch, Hirschengraben 11, Postfach 6811, CH-3001 Bern (Suisse).
Courriel : enrico.natale[at]infoclio.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals