Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-3Dossier thématiqueComment faire du vaudou avec l’im...

Dossier thématique

Comment faire du vaudou avec l’imagerie cérébrale fonctionnelle ?

How to Do Voodoo with Functional Neuroimaging?
¿Cómo hacer Voodoo con imágenes funcionales del cerebro?
Cornelius Borck
Traduction de Marc Gagnepain

Résumés

À partir des discussions suscitées par l’article « Voodoo correlations in social neuroscience » (« Corrélations vaudoues dans les neurosciences sociales »), cette contribution propose une analyse épistémologique de l’imagerie cérébrale fonctionnelle inspirée des STS (Études des sciences et des technologies). La série d’événements que cet article a produits en a pratiquement fait un cas d’école du débat scientifique sur les méthodes, les normes et le pouvoir de la science, même s’ils se sont déroulés en grande partie sur les nouvelles plates-formes de discussion que sont les nouveaux médias électroniques. L’article n’a pas simplement donné un aperçu des règles changeantes de la communication scientifique : le débat qu’il a provoqué a donné une signification épistémologique à cette branche particulière de la recherche. L’imagerie cérébrale fonctionnelle fournit des preuves tangibles aux types sociaux complexes et semble suivre le programme réducteur d’une épistémologie naturalisée. Toutefois, en l’appliquant au social et au cognitif, l’imagerie fonctionnelle entraîne une inflation ontologique d’objets matériels curieusement animés, se rapprochant d’une surprenante renaissance de la pensée animiste. Ces « Corrélations vaudoues », utilisées au départ pour dénoncer une rigueur scientifique réfrénée, sont devenues un concept descriptif, incitant à d’autres discussions épistémologiques.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a environ quatre ans, une tempête fit voler en éclat le champ des neurosciences sociales alors florissantes. À la fin de l’année 2008, des rumeurs se sont propagées concernant la prochaine publication d’un article qui n’allait pas seulement pointer du doigt une expérience contestable ou les méfaits d’un scientifique en particulier mais qui allait plus ou moins accuser toute la discipline d’utiliser des méthodes imparfaites. Bien avant sa publication électronique, sa version la plus connue fut disponible et se propagea sur Internet. C’était du sérieux : cet article faisait état d’une méta-analyse d’un très grand nombre d’articles reconnus, écrits par les laboratoires de neuroimagerie les plus pointus, et publiés dans les plus prestigieuses revues de la discipline. Dans un grand nombre de ces publications, les méthodes statistiques qui avaient été appliquées étaient jugées extrêmement problématiques par les auteur-e-s de la méta-analyse critique, pour ne pas dire clairement erronées. Elles avaient donné lieu à un nombre exagéré de corrélations positives entre les profils psychométriques et l’activation fonctionnelle de zones spécifiques du cerveau. Mais surtout, l’article qui était sur le point d’être publié portait un titre qui fit l’effet d’une bombe, “Voodoo correlations in social neuroscience”, traduit par « Corrélations vaudoues (ou parfois « fantômes ») dans les neurosciences sociales ». Les acteurs/trices de la communauté étaient stupéfait-e-s, frénétiquement occupé-e-s à élaborer des arguments défensifs en discutant les faits – peurs ou fiction – et différents blogs s’emparèrent de l’occasion pour jeter de l’huile sur le feu.

2Mi-janvier, la nouvelle arriva jusqu’aux oreilles du public. « À quoi pouvaient bien réfléchir les neuroscientifiques ? » demandait à ses lecteurs/trices le New Scientist dans son éditorial :

Les neurosciences d’aujourd’hui […] ont donné naissance à une technique merveilleuse qui permet d’avoir d’innombrables images en technicolor du fonctionnement du cerveau. Elles ont également rédigé des articles aux titres accrocheurs sur les zones qui s’ « éclairent » lorsqu’on enregistre des émotions. Les chercheurs ont dressé la carte des taches obscures qui clignotent chez les femmes en deuil à la fin d’une relation, les zones qui s’enflamment lorsqu’on évoque l’infidélité, ou bien celles qui montent en tension chez les arachnophobes quand ils pensent être sur le point de voir une araignée. Les émotions subjectives sont sur le point de devenir objectives. Aujourd’hui, une analyse montre qu’une bonne partie des articles publiés contient des déclarations exagérées et suggère que des « corrélations vaudoues » grossissent souvent le lien qui existe entre régions du cerveau et comportements spécifiques1.

  • 2 Un aperçu en est donné, accompagné de liens vers différentes sources, dans le blog The Amazing Worl (...)

3Le jour d’après, le 15 janvier 2009, le magazine Nature consacrait une page entière de son actualité à la nouvelle (Abbott, 2009) et en quelques semaines des centaines de supports médiatiques publiques parlaient de ces « corrélations vaudoues dans les neurosciences sociales »2. Les accusations tombèrent comme des couperets et entrèrent en parfaite résonance avec le mélange de fascination et de suspicion avec lesquelles les médias et le public suivaient les découvertes spéculaires des neurosciences. Que ce soit de l’empathie ou de l’agression, de l’impartialité ou un comportement antisocial, cette nouvelle méthode de visualisation faisait la promesse de mettre à jour des entités neurobiologiques à part entière plutôt que de simples constructions sociales. Tout cela n’était-il alors rien de plus que des vœux pieux ? Leurs découvertes n’étaient-elles pas assez spectaculaires, dès le départ, pour être vraies ?

4Depuis lors, le débat est clos, les discussions terminées, la fumée a disparu, l’intensité des tirs a été oubliée et on ne se souvient que de la petite histoire, même si aucun article utilisant le mot « vaudou » n’a été publié. En fin de compte, les éditeurs de Perspectives on Psychological Science ont demandé aux auteur-e-s de changer le titre par celui de “Puzzlingly high correlations in fMRI studies of emotion, personality, and social cognition” (Corrélations curieusement élevées dans des études d’IRMf sur les émotions, la personnalité et la cognition sociale) plus sobre et respectable (Vul et al., 2009). L’un dans l’autre, sa publication a eu peu d’effets sur la pratique de l’imagerie cérébrale fonctionnelle et n’a presque rien changé (Vul et Pashler, 2012). Au contraire, le champ des neurosciences sociales est plus prospère qu’auparavant et les découvertes sont tout aussi spectaculaires. Bien entendu, les scientifiques accusé-e-s d’avoir utilisé des méthodes controversées ont su faire face aux critiques : ils/elles les ont pris en considération avec prudence et sans détour afin de maîtriser la tempête. Ils/elles s’en sont même approprié en partie et ont commencé à élaborer différentes analyses correctives, même si les corrélations constatées entre cerveau et comportement restent “puzzlingly high” (curieusement élevées). Comparées à la puissance de feu des attaques et au poids de la critique, ces réactions peuvent paraître sans importance, alors que c’est précisément ce pouvoir de résistance des neurosciences contemporaines qui donne à la discipline son pouvoir de changement. Le grand public retrouva alors son engouement pour les découvertes spectaculaires des neurosciences sociales, même s’il venait, juste avant, de prendre le parti de la critique. Apparemment, le grand public se livre volontiers à une forme d’appréciation généralisée et craintive de ce domaine de recherche sophistiquée. Aujourd’hui, le débat est clos grâce au consensus auquel sont arrivés les expert-e-s ; la seule chose dont on semble se souvenir, c’est d’avoir perdu une occasion d’engager un dialogue critique concernant ces découvertes et leurs perspectives excessives (Choudhury, Nagel et Slaby, 2009).

5Vu l’étendue et la taille des effets, on peut considérer que ce fut une tempête dans un verre d’eau, plutôt qu’un débat sérieux. Cependant, ce qui s’est passé semble aller au-delà de cette curieuse et extravagante histoire. Je ne souhaite pas ci-dessous rouvrir les discussions sur ces corrélations vaudoues. Mais plutôt m’y pencher du point de vue de la théorie des médias, des études sociales des sciences et de l’épistémologie historique afin de replacer cette polémique sur l’imagerie cérébrale fonctionnelle dans un contexte culturel plus large. Quatre questions au moins méritent d’être soulevées et je les ébaucherais de la manière suivante : l’ordre temporel inversé entre publication et polémique du fait du rôle décisif des nouveaux médias et de la communication électronique dans ce cas précis, les différents niveaux ou types – assertifs et performatifs – de critique qui régulent la science comme une institution sociale, la productivité ontologique déroutante des neurosciences sociales alors que la discipline se soumet au carcan dominant du réductionnisme épistémologique et, enfin, la malléabilité de l’être humain et sa position dans l’espace social de la « neuroculture » (Vidal) actuelle, ouvrant le champ de ce qu’on pourrait appeler des neurofuturs utopiques.

L’inversion temporelle par les nouveaux médias

6Comme nous l’avons décrit plus haut, la publication définitive de “Puzzlingly High Correlations in fMRI Studies of Emotion, Personality, and Social Cognition” (Corrélations curieusement élevées dans des études d’IRMf sur les émotions, la personnalité et la cognition sociale) n’apporta pas grand-chose aux discussions qui avaient, alors, déjà eu lieu. La version imprimée de l’article fut concomitante à la fin de la polémique car il relatait un événement qui s’était déjà produit ; l’impression en devint l’aboutissement, comme l’exprime à merveille sa première note de bas de page : “The paper formerly known as Voodoo Correlations” (L’article précédemment connu sous le nom « Corrélations vaudoues »). Dans un certain sens, la publication finale ne fut guère plus qu’une trace imprimée de la querelle enflammée qui avait eu lieu au sujet d’un article qui portait un titre différent – un article qui était devenu si célèbre que la version imprimée définitive, avec un titre différent, ne faisait que documenter les restes du débat pour les archives.

7À l’ère actuelle de la logique du « publier ou périr », la pression est élevée lorsqu’il s’agit de sortir un article. Les revues font face à cette pression en pré-publiant les articles sous forme électronique, pendant que divers services d’alerte annoncent les nouvelles publications par e-mail. Certaines revues commencent même à donner des preuves publiques des futurs articles. Du fait des opportunités que donnent ces nouvelles techniques de publication d’une part, et la concurrence grandissante du marché des sciences d’autre part, ces transformations des moyens de publication et d’édition d’articles scientifique ne sont qu’un aspect d’une tendance culturelle de plus grande envergure bien connue qui s’accélère, comme l’a très bien décrit Paul Virilio (Virilio, 1990 ; Virilio, 1998). En fait, on pourrait dire que la publication tardive de l’article, alors rebaptisé “Puzzlingly High Correlations” (Corrélations curieusement élevées), est caractéristique du concept d’implosion du temps décrit par Virilio : la disponibilité instantanée s’arrête au bout du compte dans un vide.

  • 3 L’article original par Vul et al. fut suivi de 26 pages de huit commentaires et d’une réponse final (...)

8Les multiples conséquences que produisirent cette inversion temporelle entre la publication et la réception de la critique sont probablement moins spectaculaires que l’implosion accélérée du temps créée par les canaux de communication haut débit, mais elles sont autrement plus importantes du point de vue des STS. Les auteur-e-s ont d’abord mis la version approuvée de l’article à la disposition de leurs collègues au format électronique, une pratique à la fois courante et sans incidence déontologique. Cependant, au sein de réseaux d’ordinateurs interconnectés et des nouveaux médias, cette pratique est rapidement devenue une voie d’accès public, du fait de sa pertinence et de l’intérêt émergent du grand public. En cela, les moyens de communication électroniques ont montré à quel point ils furent un tournant révolutionnaire, faisant de cet événement un exemple d’échange scientifique sans précédent. L’article fut distribué plus rapidement et plus largement que sous sa forme papier conventionnelle, tout comme le furent les allers-retours de questions, doutes et signes d’irritation entre les auteur-e-s, lecteurs/trices, commentateurs/trices, observateurs/trices etc. Les blogs se sont transformés en plaques tournantes d’échange scientifique et sont devenus les arènes des différends entre scientifiques sur ces « Corrélations vaudoues ». Dans la publication finale, l’article fut suivi, selon les usages habituels, par une série de réactions choisies parmi celles des différents groupes des scientifiques incriminés et par une réponse des auteurs (Diener, 2009)3. Mais la discussion s’était entièrement déplacée du côté des médias sociaux et des résonances qu’elle pouvait avoir sur un public plus large, sous la forme de gros titres et d’anecdotes dans les magazines scientifiques, dans les médias grand public, électroniques ou imprimés. Les médias sociaux et les neurosciences sociales sont deux nouveaux domaines, bien réels même s’ils sont construits de toutes pièces, riches d’activités intrinsèques et d’efficacité retentissante.

9Ce changement au sein des médias qui prirent part à la discussion a eu d’autres implications pour la science en tant qu’institution sociale, qui ne s’arrêtaient pas à la diffusion accélérée et à la portée exponentielle de l’article. De nouveaux groupes prirent part aux discussions de façon engagée. Comparé aux précédents débats scientifiques qui se déroulaient au centre de cercles d’expert-e-s, de sociétés de savants, et ne parvenaient au domaine public que de façon contrôlée et indirecte, les médias sociaux ont imposé aux discussions de nouvelles règles. Dans ce cas, l’attention du public fut attirée une ou deux semaines seulement après la parution d’un simple texte, avant qu’il n’atteigne l’espace public. De plus, ce débat public fut régi par des règles spécifiques remarquablement bien illustrées par les descriptions explicatives très nombreuses, les commentaires et les remarques personnelles incalculables qu’on put trouver sur la plupart des déclarations des prétendus experts, instantanément documenté et disponible sur l’Internet.

10La science a toujours eu une place importante dans la société où elle opère, même si la recherche est menée à l’écart du monde dans des laboratoires sous haute surveillance. D’abondantes connexions et des systèmes les relient à une toile homogène. Sous l’influence de divers/es acteurs/trices, société et culture entrent dans les laboratoires. À d’autres endroits, la société se sert des technologies scientifiques ou s’engage dans des controverses épistémologiques similaires dans différentes arènes. Dans le cas présent, cependant, les acteurs/trices et le public ont réagi immédiatement, rendant les liens entre science et société plus tangibles. Bien que la polémique se soit principalement déroulée au sein des blogs, essentiellement sur des questions assez techniques – c’est-à-dire les limites problématiques de certaines formes de statistiques –, la pertinence globale du problème fut largement reconnue. Indépendamment de son aspect technique, de nombreuses voix ont pris part aux échanges des blogs scientifiques, en en modifiant ainsi le ton, les affects, la dynamique, les règles, etc. Rarement auparavant il avait été aussi évident à quel point ce sont les moyens d’accès aux débats scientifiques qui décident de qui y participe, de qui peut y faire entendre sa voix et de qui l’écoute.

11Étant donné le peu d’effet qu’a eu ce débat public sur les pratiques scientifiques qui ont suivi, on peut cependant conclure que ces changements dans la participation des médias et du grand public ont eu assez peu d’influence sur les neurosciences sociales. Cependant, du point de vue de la théorie des médias, l’implication des nouveaux moyens de communication et des blogs scientifiques montre à quel point l’orientation des discussions fut importante, même décisive au final pour d’autres débats scientifiques futurs : les scientifiques n’ont pas eu à prendre leurs décisions entre eux/elles, en ayant recours à leurs savoirs d’expert-e-s, mais ils ont dû également intervenir avec précaution dans une discussion ouverte et orchestrer leurs réponses afin de recouvrer et entretenir le monopole des décisions relatives à leur propre réflexion. La première réponse a été défensive, prenant prudemment les accusations très au sérieux, et s’est avérée décisive puisqu’elle a permis aux scientifiques mis en accusation de reprendre le contrôle.

Types de critique

12Ce qui nous concerne ici relève d’une observation assez simple. Les études effectuées dans le domaine des neurosciences sociales faisaient régulièrement état de corrélations significatives entre un paramètre social tel qu’il peut être mesuré par des tests psychométriques et une activation particulière du cerveau telle que l’on peut l’observer grâce à l’imagerie fonctionnelle. Il peut s’avérer qu’une simple étude révèle une forte corrélation de ce type, mais sur un échantillon plus important, les publications doivent s’appuyer sur la corrélation à laquelle on s’attendrait de la part d’un calcul combinant des niveaux de fiabilité pour deux stratégies de test différents. Alerté-s par de telles considérations, les auteur-e-s de l’article des corrélations vaudoues examinèrent d’un peu plus près les articles qui faisaient état de corrélations « curieusement élevées ». Et, en effet, certains de ces articles décrivaient dans leur partie « Méthodes » un procédé en deux étapes dans lequel les « régions d’intérêt » ainsi nommées étaient d’abord sélectionnées au sein d’une grande quantité de données d’imagerie fonctionnelle, avant que les corrélations ne soient simplement calculées entre ces données présélectionnées et les notations socio- ou psychométriques. À partir de cette observation, les auteur-e-s conclurent que ces articles avaient gonflé les chiffres des expériences dont ils parlaient.

13Les neurosciences sociales recouvrent un secteur brûlant et fantaisiste de la recherche scientifique parce qu’elles promettent de prouver que des perceptions, des sentiments ou des motivations subjectives extrêmement pertinentes d’un point de vue social sont fondés sur des faits neuropsychologiques objectifs et observables. Pour y parvenir, la discipline est confrontée à la difficulté d’établir une passerelle entre les mesures de personnalité, d’émotions et des expériences subjectives et le monde du métabolisme, de l’activation et du débit sanguin intercérébral. Chaque branche de ce projet expérimental a ses propres difficultés et les méthodes de recherche établies ont certaines limites de fiabilité bien connues. Conjuguer les deux approches à une expérience complexe accroît indubitablement les difficultés et, par conséquent, il est conseillé que le niveau de corrélation de l’expérience globale soit plutôt inférieur que supérieur au niveau de fiabilité des méthodes prises individuellement. Il est quelque peu mystérieux cependant que ce ne fut pas le cas pour les neurosciences sociales, où il s’est avéré que de nombreux groupes faisaient état de corrélations très élevées, approchant au final une corrélation de presque 1.0, c’est-à-dire un lien stable. Ces groupes utilisaient des aires d’intérêt, présélectionnées parmi une grande quantité de données relatives au débit sanguin du cerveau pour leur résultat positif, afin de limiter les calculs statistiques à une aire significative. La discussion tourna rapidement autour de la question de savoir si cette présélection de données était acceptable pour évaluer les résultats expérimentaux des neurosciences sociales (Kriegeskorte et al., 2009).

14Les arguments tels qu’ils furent présentés dans les « Corrélations vaudoues » étaient un savant mélange de curiosité audacieuse et d’attaque soigneusement orchestrée. À ce que l’on raconte, cela a commencé avec l’incrédulité naïve mais bien dirigée d’un jeune étudiant ambitieux et critique du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Inscrit en école doctorale pour soutenir une thèse en sciences cognitives, il s’est demandé comment la combinaison de deux méthodes assez floues, ou tout du moins complexes, pouvait donner lieu à des études ayant un niveau de fiabilité plus élevé que chacune d’entre elles. Ce n’était que de la curiosité audacieuse, les attaques vinrent ensuite. Plutôt que de se contenter de parcourir la littérature sur le sujet pour trouver des justifications plausibles expliquant cette présélection, ou d’interviewer les experts en statistiques des neurosciences sociales, Ed Vul (le thésard qui allait devenir le premier auteur de l’article), son directeur de recherche et un de ses collègues ont envoyé un questionnaire aux auteurs de plus de 50 publications, demandant des détails et des justifications sur les méthodes d’évaluations utilisées. La plupart des laboratoires ont répondu et avoué avoir utilisé cette stratégie de présélection (s’ils ne l’avaient pas déjà fait dans la partie « Méthodes » des articles publiés). Ce coup suffit pour que l’ensemble de la discipline sente qu’il y avait quelque chose dans l’air. L’article prêt à être publié sera le deuxième.

15L’article des « Corrélations vaudoues » circonscrit l’histoire à une question purement scientifique, alertant apparemment le public au sujet du problème des paramètres non indépendants en statistiques de corrélations. Cependant, une annexe listait le jeu complet des 53 articles incriminés avec les noms de tous les auteurs, personnalisant ainsi clairement un problème prétendument abstrait et théorique. Ce retournement entre une rhétorique de la vérité et des interventions sociales complexes fut caractéristique du débat à tous niveaux. Vul a joué son rôle de dénonciateur au nom de la science critique, forçant ainsi ses adversaires à passer à l’action, tout en se préparant simultanément et prudemment à la tempête. Contraint-e-s « en douceur », les accusé-e-s ont répondu dans les délais sous la forme d’échanges entre expert-e-s en reconnaissant le problème de façon générale et en se référant aux détails très élaborés d’une affaire complexe en particulier (Jabbi et al., 2009). En fournissant une réponse à double tranchant, partagé-e-s entre assumer la responsabilité et se demander si la critique était justifiée, les scientifiques incriminé-e-s ont repris possession de leur autorité d’expert-e-s de la discipline en adoptant une position de rigueur scientifique, même s’ils avaient été accusé-e-s d’avoir publié des résultats imparfaits. De part et d’autre, volontairement ou non, on a pu constater combien la fonction d’autocritique de la science comme système est rodée et que c’est par la critique, l’examen approfondi et les échanges qu’elle avance. Le jeune diplômé a été assez téméraire pour accuser des stars de la discipline, et il a eu raison de le faire puisqu’il agissait au nom de la science, au nom du principe de vérité, en ayant en main une publication qui avait été révisée par ses pairs. Par conséquent, il n’a pas été puni ou ostracisé mais on lui a, au contraire, offert un emploi : il a aujourd’hui un poste d’“Assistant Professor” en psychologie à l’Université de Californie à San Diego (UCSD).

16Dans le contexte dans lequel Vul et ses coauteur-e-s ont publié leur article, le problème en jeu portait sur une question de principe, une question de vérité avec un oui ou un non comme seule réponse possible. Soit Vul avait raison et de nombreux laboratoires utilisaient des méthodes statistiques précaires (ayant ou non l’intention de tromper), soit ses arguments ne tenaient pas parce qu’il ne comprenait pas les problèmes impliqués. De plus, ce qui se trouvait au centre des arguments de Vul était simple, facile à comprendre et représentait un défi réel. Les critiques avaient l’air fondées comme l’ont rapidement réalisé les scientifiques spécialisé-e-s en imagerie qui avaient été accusé-e-s. Apparemment, ils/elles craignaient sérieusement que le public se retourne contre eux/elles et que les agences de financement retirent leur soutien généreux à ce secteur de la recherche assez onéreux. Ce n’est pas ce qui est arrivé. Les scientifiques ont réussi à réinstaurer leur autorité sur toutes les questions techniques de la discipline, malgré la simplicité présumée des arguments de Vul. Juste après que tout le monde a reconnu qu’il ne s’agissait pas d’une question sérieuse mais d’un problème sensible, les statisticien-ne-s ont considéré que cette nouvelle objection était de l’histoire ancienne, un problème bien connu des spécialistes des calculs de corrélations (Lieberman, Berkman et Wager, 2009). Tactique pertinente car il leur a été facile de convaincre une grande majorité (et les agences de financement) que les spécialistes n’avaient pas traité le problème de façon responsable, c’est-à-dire en corrigeant le parti pris utilisé lors de la présélection.

17Le dernier acte s’est déroulé sous la forme d’un événement public, la fameuse histoire du saumon mort, le “salmon of doubt” (saumon du doute) (Margulies, 2009). Alarmée par le problème que cela pouvait poser, une autre équipe d’imagerie fonctionnelle a de nouveau analysé, à l’aide d’une autre méthode statistique incriminée, appelée analyse de la variance multiple, une série de données récoltées au cours de sessions de test réalisées à partir d’un poisson, un saumon mort, utilisé pour calibrer l’appareil d’imagerie. En admirant la beauté des scans anatomiques du poisson, les auteur-e-s ont été surpri-se-s d’apprendre qu’avec des statistiques intelligentes on pouvait, en effet, calculer des corrélations positives de cette pauvre créature dont la vie avait déjà expiré avant qu’elle n’ait eu l’occasion d’entamer toute forme de relation sociale avec les scientifiques qui l’examinaient (Bennett, Miller et Wolford, 2009)4. En prenant beaucoup d’égards et avec la volonté d’alerter leurs collègues, ils/elles ont présenté un nouveau calcul d’anciennes données au cours de la conférence sur la cartographie cérébrale suivante, où le président sortant Rainer Goebel, apprenant les faits, prit la décision d’inclure cette information à sa session de clôture comme pour apporter une réponse ironique aux discussions : pour les non-initiés, l’imagerie cérébrale fonctionnelle peut en effet parfois ressembler à du vaudou, si on utilise des méthodes qui permettent en principe d’attribuer une forme de cognition sociale à des animaux morts, même si les scientifiques, eux/elles, connaissent parfaitement bien la puissance problématique de leurs outils statistiques – et qui oserait confondre un saumon mort avec un être humain ayant une vie sociale active ? Lorsque les acteurs/trices se sont aperçu-e-s qu’ils/elles étaient de nouveau en position de force, il leur a suffi de reconnaître officiellement le problème de façon partiellement ironique. Avec l’histoire du saumon, la discipline mettait ainsi un point final au débat, car tout le monde avait compris qu’on pouvait maintenant respirer.

Nouvelles ontologies et cadre épistemologique réductionniste

18D’un point de vue épistémologique, l’essor des neurosciences sociales a une autre conséquence particulièrement notable. Bien qu’elle n’ait pas été traitée de façon explicite pendant le débat, elle a certainement contribué au tumulte que l’article des corrélations vaudoues a causé. Les neurosciences sociales jouissent d’une énorme attention parce qu’elles produisent des résultats fascinants, des données qui sont à la fois importantes pour la communauté scientifique et significatives aux yeux du grand public. Avec elles, la recherche scientifique s’intéresse enfin à des questions d’intérêt général avec les moyens qui sont les siens et d’une façon apparemment pertinente pour l’ensemble de la société : elles révèlent que la cognition sociale est matériellement réelle, neurophysiologiquement aboutie, indépendamment de toute question liée au relativisme culturel ou au constructivisme social.

19Le présent travail de recherche se déroule dans le cadre strict d’une épistémologie naturalisée. Les neurosciences sociales ne peuplent pas le monde des êtres humains d’objets mystérieux ayant une qualité incertaine et une ontologie douteuse. Au contraire, elles démontrent que ces entités sont des états neurophysiologiques propres avec des substrats cérébraux bien définis sous la forme de régions cérébrales et de réseaux neuronaux activés de façon spécifique. À cet égard, les neurosciences sociales fonctionnent sous le paradigme du réductionnisme qui régit la recherche ordinaire des neurosciences depuis plus d’un siècle. Tout comme les neuroanatomistes avaient identifié les régions du cerveau responsables de la perception sensorielle ou de la perception de la parole au xixe siècle, leurs collègues contemporains dissèquent l’anatomie fonctionnelle du cerveau en opérations sociales plus précises et plus sophistiquées. Pointe alors à l’horizon la réalisation du vieux rêve de pouvoir déchiffrer le cerveau, comme la machine fondamentale responsable de toutes les activités humaines évoluées.

20Il y a quelque temps, l’avènement de l’imagerie fonctionnelle a ravivé d’anciennes querelles autour du libre arbitre et de l’intentionnalité humaine. Benjamin Libet s’est senti obligé de formuler une théorie complexe du veto à la lumière de ce que ses recherches lui avaient révélé de façon expérimentale sur le fonctionnement anatomique de la prise de décision chez l’humain, alors que nombreux de ses collègues avaient tout simplement décidé de ne pas s’intéresser à la liberté humaine (Libet, 2004). Entre-temps, la violence de la discussion semble avoir diminué, le réductionnisme radical de l’époque de la Decade of the Brain (Décennie du cerveau) n’a peut-être pas complètement disparu mais il a certainement beaucoup perdu de son attrait. Les neurosciences sociales sont l’attraction du moment. Elles ne s’intéressent pas aux mêmes questions, dans le sens où elles ne cherchent pas à localiser la liberté ou le centre de prise de décision, mais elles font preuve d’un remarquable intérêt pour des états spécifiques de la conscience. De toute évidence, elles ne sont pas sur le point de déclarer que la cognition sociale est une entité immatérielle ou spirituelle extérieure au cerveau humain, mais elles prouvent que la méditation ou d’autres pratiques spirituelles affectent le cerveau humain de manière physiologique. Elles adoptent même une forme de retrait en ce qui concerne l’interactionnisme psychique : elles prouvent avec certitude que l’interaction sociale provoque des réponses distinctes dans les cerveaux humains mais elles ne disposent pas de ces preuves pour faire renaître le dualisme désuet qui prétend qu’il existe une forme de causalité psychique au-delà des mécanismes psychologiques. En cela, les neurosciences sociales ne s’engagent d’aucune façon sur le terrain du psychisme. Elles fonctionnent de A à Z dans le champ d’une épistémologie naturalisée ; les outils qui lui permettent d’objectiver des émotions ou des actes cognitifs sont des algorithmes qui trient les données brutes du scanner en motifs d’activation fonctionnels.

  • 5 À ma connaissance, l’argument que je développe ici a été présenté pour la première fois par Martyn (...)

21En suivant cette trajectoire, les neurosciences sociales abreuvent le monde d’entités étonnamment innombrables qui étaient jusqu’à présent considérées comme ayant un statut ambivalent, pour ne pas dire douteux, puisqu’on considérait qu’elles tombaient dans le domaine des objets matériels5. Avant l’imagerie cérébrale fonctionnelle, il n’y avait pas de moyen imaginable de déterminer, par exemple, si l’impartialité était un état objectif du cerveau, à l’exception du schéma phrénologique de Franz Joseph Gall qui a attribué une localisation cérébrale à toutes les facultés psychologiques. Grâce à l’immédiateté de l’imagerie fonctionnelle et depuis l’arrivée des neurosciences sociales, on a pu déterminer que l’impartialité comme l’empathie, l’agressivité ou la vengeance étaient des états fonctionnels du cerveau humain ayant une détermination spécifique. Les neurosciences sociales leur ont donné une matérialité tout aussi réelle que les activations spécifiques des circuits neuronaux.

22D’un point de vue analytique, ces développements nouveaux font tout de même partie d’une épistémologie naturalisée globale. Certains vont même jusqu’à prétendre que ce secteur de la recherche poursuit un réductionnisme épistémologique lorsqu’elle étend le domaine de la recherche des sciences de la nature au domaine social. Mais les ontologies de l’imagerie fonctionnelle, avec leur nombre constamment grandissant de nouvelles entités empruntées à l’univers des interactions sociales et boostées aux engrais de la neurophysiologie, créent de nouvelles familles d’objets hybrides, moitié constructions sociales, moitié objets scientifiques dotés d’un fondement naturel par les neurosciences. Ce sont des hybrides nature/culture. Ils partagent leur propriété d’hybrides avec de nombreux objets actuellement étudiés par les sciences, qui sont nés comme des objets naturels construits au moyen des dispositifs technoscientifiques des pratiques expérimentales, tels que les ont observés philosophes et sociologues des sciences de Gaston Bachelard à Bruno Latour (Bachelard, 1934 ; Latour, 1991). En revanche, il est possible qu’ils soient hybrides sous une nouvelle forme puisqu’ils ne sont pas créés sur le même mode artificiel ou technologiqueque d’autres objets naturels. Comme les gènes ou les quarks, l’ « empathie », en tant qu’entité naturalisée, repose entièrement et exclusivement sur un ensemble complexe de pratiques technoscientifiques qui lui donnent existence et assurent son statut d’objet scientifique ; mais, contrairement aux gènes ou aux quarks, l’ « empathie » fit son entrée dans les laboratoires par l’univers de la société moderne. Les neurosciences sociales fonctionnent dans une direction presque opposée, en prenant les objets du domaine de la culture pour les transformer en objets naturels. De plus, ces objets nouvellement naturalisés fondés par les neurosciences sociales sont censés fonctionner dans les espaces physiologiques d’un cerveau en activité, au sein des pratiques de visualisation inhérentes au scanner et, au niveau supérieur des relations humaines, selon la logique symbolique de la culture. À cet égard, les neurosciences sociales créent des objets naturels ayant des propriétés plus que naturelles. De façon générale, l’imagerie cérébrale fonctionnelle rapproche les neurosciences artificielles et les études de cerveaux inertes de ce qu’est la vie et de ce que sont les êtres vivants bien vivants ; elle donne vie aux objets étudiés en faisant le lien entre les motifs d’un produit perfusé et une signification psychique, sociale ou cognitive (Borck, 2012). Il existe un mot désuet, issu de l’anthropologie, pour décrire ces pratiques qui créent des objets naturels plus que naturels, c’est l’ « animisme », qui revêt différentes formes et pour lequel des études culturelles se sont battues afin que l’on reconsidère la manière dont il a été rejeté de façon un peu rapide, le considérant comme un concept faussement primitif (Viveiros de Castro, 2004 ; Ingold, 2006). Utilisé dans le présent contexte, le titre de l’article de Vul revêt un autre niveau de signification, donnant une autre tournure au débat qui nous a préoccupé jusqu’à présent.

Neurocultures utopiques

  • 6 Leur article rappelait au lecteur celui de Robert L. Park (Park, 2000).

23Dans “Voodoo correlations in social neuroscience” (Corrélations vaudoues dans les neurosciences sociales), Ed Vul et ses coauteur-e-s ont utilisé le mot “voodoo” (vaudou) comme une étiquette stigmatisante qui théâtralise leurs accusations dans cette lutte contre les activités non scientifiques et catégoriques au sein des sciences6. Bien qu’ils n’aient pas obtenu gain de cause, l’attention qu’ils/elles ont réussi à attirer a été énorme et Vul a été reconnu professionnellement. Mais, aujourd’hui, quelles en sont les conséquences ? Les scientifiques, accusé-e-s de méfaits par Vul et ses coauteur-e-s, ont convaincu le grand public que leur science était fiable et que, par conséquent, ces corrélations prétendument vaudoues devaient être prises au sérieux. Ainsi, Vul a eu à la fois raison et tort, mais d’une manière plus sophistiquée que celle avec laquelle il avait anticipé et façonné son attaque : le mot “voodoo” (vaudou), impropre pour dénoncer des méfaits, reprend sa place dans la discussion comme une catégorie descriptive quelque peu surprenante d’une pratique scientifique des neurosciences sociales. Au moyen de l’imagerie cérébrale fonctionnelle, la recherche scientifique donne corps à des objets naturels animés et les scientifiques, tout comme le grand public, en accepte joyeusement l’idée précisément pour cette raison : jusqu’à récemment, les neurosciences ont toujours trouvé des substrats neuroanatomiques ou neurophysiologiques inanimés à chaque fois qu’elles cherchaient à localiser le psychisme mais avec l’imagerie fonctionnelle des motifs spécifiques deviennent la substance même de la vie psychosociale.

24Cependant, le problème vient lorsqu’on combine cela avec l’épistémologie naturalisante étant donné qu’elle ne s’entend pas très bien avec les effets culturels multiples des pratiques vaudous. D’un point de vue épistémologique, les neurosciences sociales ont émergé comme étant une branche perfectionnée de l’éclaircissement scientifique, donnant aux sociétés un aperçu encore plus précis de la nature humaine en lui permettant ainsi de mieux la contrôler. Mais que se passe-t-il si les détails de ces nouveaux secrets internes de la nature humaine sont avant tout des artefacts culturels et des constructions sociales, comme c’est le cas pour l’empathie ou pour des comportements asociaux ? En ce qui concerne les neurosciences sociales et ses effets sur la société, la question reste ouverte et nous n’assistons qu’aux débuts des débats.

25Les neurosciences sociales ne sont qu’un aspect d’un abandon du réductionnisme traditionnel, toujours aussi difficile à comprendre et à reconnaître. Fernando Vidal, Nicolas Rose et d’autres ont décrit la manière dont les neurosciences ont fait du cerveau humain en lui donnant de plus en plus une fonction de décor central et d’essence supposée de la nature humaine (Vidal, 2009 ; Abi-Rached et Rose, 2010 ; Thornton, 2011). Si les êtres humains ont toujours eu un cerveau, dans les neurocultures d’aujourd’hui, les êtres humains sont leur cerveau (Ortega et Vidal, 2011). Ce nouveau rôle central des neurosciences dépasse l’émergence des neurosciences sociales et revêt différents aspects : des neurones miroir et de la plasticité neuronale à la distribution de l’intelligence et au “cloud computing”, cet ensemble de concepts très appréciés inspirés des neurosciences mettent l’accent sur des effets dynamiques, non anticipés et non anticipables. Ce sont, à cet égard, une famille de concepts animistes, dérivés de la recherche avancée en neurosciences.

26Cependant, tant que tout cela est uniquement perçu et discuté du point de vue de l’épistémologie naturalisée, c’est une avancée incontestable de la recherche scientifique, empirique et objective. La dynamique même des concepts utilisés, tels qu’ils furent observés ici dans la pratique de l’imagerie cérébrale fonctionnelle dans les neurosciences sociales, échappe à une telle perspective (Young, 2012). Les qualités animistes de cette ligne de recherche transgressent les limites étroites du cadre épistémologique admis et passent ainsi forcément inaperçues, sans pour autant être invisibles. De temps à autre, elles peuvent frapper comme par magie, comme une forme de retour de l’irrationnel, comme ce fut le cas lorsqu’un individu a osé qualifier les neurosciences sociales de « vaudoues » et que la science et le grand public s’emparèrent de l’affaire pour la transformer en tempête médiatique. Il peut y avoir différentes options. L’histoire des innovations dans les médias et les nouvelles stratégies de visualisation en offre d’amples exemples. Il y a près d’un siècle, par exemple, Walter Benjamin a observé l’émergence du film et du cinéma comme médias publics. En réfléchissant à cette mobilisation ambiguë du « voir », il attendait beaucoup de la dynamique de cette technologie contemporaine de visualisation autour de laquelle il a élaboré son concept d’inconscient optique spécifique à la période (Krauss, 1993). Le film et le cinéma de l’époque de Benjamin sont probablement les écrans et les ordinateurs d’aujourd’hui. En réfléchissant plus encore aux pouvoirs libérateurs des technologies de ces nouveaux médias, Benjamin a émis des suppositions quant à l’avènement d’une « seconde » technologie, conçues non pas pour conquérir mais pour libérer la nature, et en particulier, la nature humaine (Benjamin, 1991). D’après lui, cela devait être une technologie d’alliance qui créerait une forme d’innervation collective et ouvrirait de nouveaux espaces d’interaction et d’intervention. Sommes-nous les témoins d’une transformation dans ce sens ? Vaincre les limites de la nature humaine est un vieux rêve que presque toutes les innovations technologiques ont ravivé et auquel les biotechnologies et les technologies de l’information ont redonné vie. Il ne fait de doute que les nouveaux médias et les médias sociaux sont en train de constituer des réseaux d’interaction sociale et collective, et d’innervation. Parallèlement, les neurosciences se sont embarquées dans un voyage qui les éloigne des programmes prédéterminés et les rapproche de la plasticité d’interactions dynamiques ouvertes. L’objectif de ces futures neurosciences ne sera plus de déchiffrer parfaitement l’anatomie, la physiologie ou la fonctionnalité programmées du cerveau qui s’avèrent ne plus rien déterminer. Le futur des neurosciences est donc devenu le cerveau animé et ouvert. Dire que ce sera aussi un cerveau utopique au sens de Benjamin, paraît toutefois improbable tant que les neurosciences épousent parfaitement le cadre global des marchés capitalisés du savoir. Sciemment et à leur insu, les « corrélations vaudoues » avaient montré la direction.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A. (2009). Brain imaging studies under fire: Social neuroscientists criticized for exaggerating links between brain activity and emotions. Nature, 457(245), 15 janvier.

Abi-Rached, J. M., & Rose, N. (2010). The birth of the neuromolecular gaze. History of the Human Sciences, 23(1), 11-36.

Bachelard, G. (1934). Le nouvel esprit scientifique. Paris : Alcan.

Benjamin, W. (1991). Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit [Zweite Fassung]. In Gesammelte Werke Bd. 7. (pp. 350-381). Frankfurt-am-Main: Suhrkamp.

Bennett, C., Miller, M., & Wolford, G. (2009). Neural correlates of interspecies perspective taking in the post-mortem Atlantic salmon: An argument for multiple comparisons correction. NeuroImage, 47(S125). https://doi.org/10.1016/S1053-8119(09)71202-9

Borck, C. (2012). Animism in the sciences then and now. e-flux Journal, 36, Consulté à http://www.e-flux.com/journal/animism-in-the-sciences-then-and-now/

Choudhury, S., Nagel, S. K., & Slaby, J. (2009). Critical Neuroscience: Linking Neuroscience and Society through Critical Practice. BioSocieties, 4(1), 61-77.

Diener, E. (2009). Editor’s Introduction to Vul et al. (2009) and Comments. Perspectives on Psychological Science, 4, 272-273.

Ingold, T. (2006). Rethinking the animate, re-animating thought. Ethnos, 71(1), 9-20.

Jabbi, M., Keysers, C., Singer, T., & Stephan, K. E. (2009). Rebuttal of “Voodoo Correlations in Social Neuroscience” by Vul et al. Résumé à l’intention de la presse, 12 janvier. Consulté à http://de.scribd.com/doc/10240613/Rebuttal-of-Voodoo-Correlations-in-Social-Neuroscience-by-Vul-et-al-summary-information-for-the-press

Krauss, R. E. (1993). The Optical Unconscious. Cambridge, MA: MIT Press.

Kriegeskorte, N., Simmons, W. K., Bellgowan, P. S. F., & Baker, C. I. (2009). Circular analysis in systems neuroscience: the dangers of double dipping. Nature Neuroscience, 12(5), 535-540.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Paris : La Découverte.

Libet, B. (2004). Mind Time, The Temporal Factor in Consciousness. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Lieberman, M. D., Berkman, E. T., & Wager, T. D. (2009). Correlations in social neuroscience aren’t voodoo. Commentary on Vul et al. (2009). Perspectives on Psychological Science, 4, 299-207.

Margulies, D. (2012). The Salmon of Doubt. In S. Choudhury & J. Slaby (Eds.). Critical Neuroscience: A Handbook of the Social and Cultural Contexts of Neuroscience. (pp. 273-285). Chichester: Blackwell.

Ortega, F., & Vidal, F. (Eds.) (2011). Neurocultures, Glimpses into an Expanding Universe. Frankfurt-am-Main: Lang.

Park, R. L. (2000). Voodoo science: the road from foolishness to fraud. New York: Oxford University Press.

Pickersgill, M. (2009). Between soma and society: neuroscience and the ontology of psychopathy. BioSocieties, 4, 45-60.

Thornton, D. J. (2011). Brain Culture: Neuroscience and Popular Media. New Brunswick: Rutgers University Press.

Vidal, F. (2009). Brainhood, anthropological figure of modernity. History of the Human Sciences, 22, 5-36.

Virilio, P. (1990). Polar Inertia. London: Sage.

Virilio, P. (1998). The Information Bomb. London: Verso.

Viveiros de Castro, E. B. (2004). Exchanging perspectives: the transformation of objects into subjects in Amerindian ontologies. Common Knowledge, 10(3), 463-484.

Vul, E., Harris, C., Winkielman, P., & Pashler, H. (2009). Puzzlingly High Correlations in fMRI Studies of Emotion, Personality, and Social Cognition. Perspectives on Psychological Science, 4(3), 274-290.

Vul, E., & Hal Pashler, H. (2012). Voodoo and circularity errors. NeuroImage, 62, 945-948.

Young, A. (2012). Empathic cruelty and the origins of the social brain. In S. Choudhury & J. Slaby (Eds.). Critical Neuroscience: A Handbook of the Social and Cultural Contexts of Neuroscience. (pp. 159-176). Chichester: Blackwell.

Haut de page

Notes

1 New Scientist, 14 janvier 2009, www.newscientist.com/article/mg20126912.800-editorial-what-were-the-neuroscientists-thinking.html.

2 Un aperçu en est donné, accompagné de liens vers différentes sources, dans le blog The Amazing World of Psychiatry http://theamazingworldofpsychiatry.wordpress.com/2009/01/20/voodoo-correlations-in-social-neuroscience/. Daniel Margulies a récemment publié ses réflexions sur les événements d’un point de vue d’initié (Margulies, 2012).

3 L’article original par Vul et al. fut suivi de 26 pages de huit commentaires et d’une réponse finale des auteurs.

4 Voir aussi : “The Story Behind the Atlantic Salmon” http://prefrontal.org/blog/2009/09/the-story-behind-the-atlantic-salmon/

5 À ma connaissance, l’argument que je développe ici a été présenté pour la première fois par Martyn Pickersgill (Pickersgill, 2009).

6 Leur article rappelait au lecteur celui de Robert L. Park (Park, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cornelius Borck, « Comment faire du vaudou avec l’imagerie cérébrale fonctionnelle ? »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/4444

Haut de page

Auteur

Cornelius Borck

Historien des sciences et de la médecine, ses sujets de recherche comprennent le cerveau, l’esprit et le soi à l’âge de la visualisation ; l’épistémologie expérimentale dans l’art, les sciences et les médias ; les relations homme/machine entre avant-garde artistique et technoscience. Auteur de Communicating the Modern Body: Fritz Kahn’s Popular Images of Human Physiology as an Industrialized World. Canadian Journal of Communication (2007) ; Recording the Brain at Work: The Visible, the Readable, and the Invisible in Electroencephalography. Journal of the History of the Neurosciences (2008) ; Toys are Us: Models and Metaphors in the Neurosciences. In Suparna Choudhury, Jan Slaby (Eds.), Critical Neuroscience: A Handbook of the Social and Cultural Contexts of Neuroscience. London: Blackwell, 2012, pp. 113-123.

Adresse : Institut für Medizingeschichte und Wissenschaftsforschung, Königsstrasse 42, DE–23552 Lübeck (Allemagne).
Courriel : borck[at]imgwf.uni-luebeck.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search