Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-3Dossier thématiqueLes images des passions adolescentes

Dossier thématique

Les images des passions adolescentes

Des photographies d’expression faciale aux images scans dans la construction d’un cerveau adolescent émotionnel et sexué
Images of adolescent passions. From pictures of facial affect to fMRIs in the construction of an emotional and sexed adolescent brain
Imagenes de passiones adolescentes. De las fotografías de expresión facial a las imágenes escaneadas en la construcción de un cerebro adolescente emocional y sexuado
Christel Gumy

Résumés

Les recherches en neurosciences utilisant des sets de photographies d’expression faciale afin de tester, à l’aide des techniques d’imageries, les réactions émotionnelles des adolescent-e-s ont participé à établir un modèle neurobiologique de l’adolescence. Ce modèle, qui postule que la configuration cérébrale particulière à cette période de la vie soumet les jeunes personnes à un déficit de contrôle émotionnel, tend à s’imposer dans le domaine des sciences de l’adolescence, particulièrement en lien avec la question des prises de risque. Cet article propose d’investiguer le processus par lequel les neurosciences cognitives ont produit, à partir de portraits photographiques d’acteurs mimant des émotions, des stimuli valides qui permettent de rendre visible par le biais de l’IRMf une différence cérébrale discriminant d’une part les adolescent-e-s et les adultes et d’autre part les jeunes filles et les jeunes garçons dans la gestion de l’information émotionnelle. En effet, le cerveau émotionnel adolescent est construit selon deux hiérarchies enchâssées : si la différence d’âge fait figure de hiérarchie fondatrice, celle de sexe constitue un élément tantôt moteur tantôt modérateur à l’intérieur de celle-ci1.

Haut de page

Texte intégral

« Le jeune adolescent a plusieurs années à vivre avec un corps sexuellement mature et un cerveau activé par les passions, mais avec un système de régulation comportementale et émotionnelle relativement immature. Cette “déconnexion” prédit des risques pour un large éventail de problèmes comportementaux et émotionnels ». (Holzer, Halfon et Thoua, 2011, p. 7)

Introduction

  • 2 Pour un ordre de grandeur, le nombre de publications annuelles répondant à l’association des termes (...)

1Le domaine de recherche visant à élucider les bases neurales de l’adolescence autant du point de vue structurel que fonctionnel a émergé dans le courant des années 1990 pour s’imposer cette dernière décennie2. Il est dorénavant admis dans le champ des neurosciences du développement que le cerveau poursuit sa maturation après la dixième année de vie selon une temporalité hétérogène, le cortex préfrontal atteignant un stade de développement similaire à l’adulte seulement vers l’âge de 25 ans (Giedd et al., 1999 ; Sowell et al., 1999). Le recours aux techniques d’imagerie fonctionnelle vise à relier les spécificités structurelles du cerveau des adolescent-e-s à des comportements désignés par la psychologie évolutionniste comme constitutifs de cette période de la vie. En d’autres termes, la configuration particulière du cerveau adolescent induirait un manque de contrôle émotionnel qui favoriserait des comportements dits de prise de risque, qui, à la fois permettraient aux jeunes individus d’acquérir l’indépendance nécessaire à la vie d’adulte, et seraient la cause de situations de mise en danger des adolescent-e-s et de leur entourage (Spear, 2000). C’est dans ce cadre que prennent place les recherches par IRMf visant à mesurer la réponse cérébrale des adolescent-e-s lors d’une stimulation visuelle de type émotionnel.

2À ma connaissance, le compte rendu de la première étude par IRMf testant des adolescent-e-s stimulé-e-s par des photographies d’expression faciale d’émotion a été publié en février 1999 (Baird et al.) par l’équipe de la psychiatre Deborah Yurgelund-Todd du centre de Neuro-imagerie cognitive et clinique du McLean Hospital de l’Université de Harvard, spécialisée dans la recherche sur les corrélats neuronaux des risques de développement de maladies mentales et d’addiction aux stupéfiants.

  • 3 Il est à noter qu’en dehors du champ des neurosciences par imagerie, la validité du set de photogra (...)

3Inspirée principalement par les travaux de Joseph LeDoux (1992, 1994) sur la neurobiologie des émotions à partir de modèles animaux et ceux d’imagerie cérébrale comparative entre des adultes sains et lésés de Ralph Adolphs, Daniel Tranel, Hanna et Antonio Damasio (1994, 1995 ; Damasio, 1994), l’équipe de Yurgelund-Todd a mesuré l’activation de l’amygdale chez des jeunes sujets lors d’une tâche de reconnaissance d’expression faciale de peur. Le but de cette recherche préliminaire était avant tout, selon les auteur-e-s, de valider l’utilisation de ce dispositif expérimental avec des sujets adolescents, basé sur la synthèse des résultats des recherches susmentionnées. Seul, le recours aux Pictures of Facial Affect (POFA) (1976) élaborées par Paul Ekman et Wallace Friesen comme source de stimuli a représenté un élément stable dont la légitimité scientifique n’était plus à problématiser. De fait, au cours des années 1990, les neurosciences des émotions se sont approprié ce type d’outil expérimental en tant que référent constant d’émotion servant à produire une activation cérébrale visible par IRMf (McClain Watson, 2004 ; Leys, 2010)3. Concernant l’adolescence, de tels dispositifs ont permis, de l’avis des neuroscientifiques, de mettre en évidence une différence d’activation cérébrale significative entre les adolescent-e-s et les adultes lors d’une stimulation de type émotionnel. La réponse cérébrale face aux informations émotionnelles spécifique aux jeunes gens pourrait ainsi favoriser les comportements de prise de risque (Dahl, 2008 ; Steinberg, 2008).

  • 4 Voir par exemple Löwy 1995 ; Gardey 2005.

4Je m’intéresserai, dans un premier temps, à l’usage de la photographie comme outil de capture et de représentation des expressions faciales des émotions et, dans un deuxième temps, à l’image scan du cerveau émotionnel adolescent. Plus précisément, selon une approche d’histoire culturelle et sociale des sciences qui mobilise les études genres comme outil d’analyse privilégié4, je souhaite investiguer le processus par lequel les neurosciences cognitives ont produit, à partir de portraits photographiques d’acteurs/trices mimant des émotions, des stimuli valides qui permettent de rendre visible par le biais de l’IRMf une différence cérébrale discriminant d’une part les adolescent-e-s et les adultes et d’autre part les jeunes filles et les jeunes garçons dans la gestion de l’information émotionnelle. En effet, le cerveau émotionnel adolescent est construit selon deux hiérarchies enchâssées : si la différence d’âge fait figure de hiérarchie fondatrice, celle de sexe constitue un élément tantôt moteur tantôt modérateur à l’intérieur de celle-ci. Partant de l’histoire du set Pictures of Facial Affect d’Ekman et Friesen, il s’agit de détourner le regard de l’objet de la preuve – l’universalité des expressions de base – pour le porter sur le support et l’outil de la preuve – la photographie. Le but de l’exercice est de revenir sur les expériences en neurosciences des émotions concernant les adolescent-e-s. En se concentrant sur une dimension de la recherche guère problématisée par les chercheur-e-s, je souhaite mettre en évidence et interroger le parcours de l’image – photographique ou scan – et ses incorporation/production de sens, notamment en termes de genre, participant à la construction d’une adolescence cérébrale caractérisée par le mauvais contrôle émotionnel.

Le set pictures of facial affect : capturer, fixer et représenter les émotions par la photographie

5Le set Pictures of Facial Affect développé par Ekman et Friesen dans les années 1970 consiste en 110 portraits photographiques en noir et blanc d’hommes et de femmes de type caucasien performant l’expression faciale des six émotions considérées par les auteurs comme étant universellement reconnues et exprimées : la joie, la tristesse, la peur, la colère, le dégoût et la surprise. Ces portraits dont la fonction est « simplement » d’émettre ou de solliciter des émotions utiles dans le cadre de protocoles d’expériences en neurosciences des émotions sont pourtant le produit d’une histoire où la polysémie des images, dans un rapport itératif entre photographies et discours experts et profanes autour des émotions, a donné lieu à un cliché univoque.

6L’historienne Ruth Leys relève que lorsqu’Ekman commence à étudier dans les années 1960 les comportements non verbaux, y compris les expressions faciales, l’intérêt pour les émotions dans le champ de la psychologie venait de ressurgir après des années de désintérêt, suite aux travaux du psychologue Silvan Tomkins dont Ekman était l’élève. Leys explique qu’inspiré par la théorie darwinienne de l’évolution et le courant cybernétique, Tomkins proposa une nouvelle approche de l’étude des émotions. Il avança qu’il existait un nombre réduit d’émotions de base, définies par l’évolution comme réponse universelle de l’organisme à l’environnement : la peur, la colère, la détresse, le dégoût, l’intérêt, la honte, la joie, la surprise et le contentement. Ces émotions de base furent décrites par Tomkins comme « discrètes » et « connectées », des programmes émotionnels situés dans la partie sous-corticale du cerveau, dont l’expression physiologique et la réponse comportementale sont singulières à chacune de ces émotions, en particulier les expressions faciales (Leys, 2010, pp. 67-68).

  • 5 L’historiographie situe généralement la réunion de la photographie et de l’étude des émotions à la (...)

7Des recherches sur l’interprétation et l’expression des émotions avaient néanmoins été menées tout au long de la première moitié du vingtième siècle, utilisant notamment des sets de photographies d’expression faciale d’émotions comme support matériel d’expérience (McClain Watson, 2004). Si l’utilisation de clichés photographiques comme outil de représentation des émotions en laboratoire n’est pas nouvelle lorsqu’Ekman et Friesen publient Pictures of Facial Affect5, la particularité de leur set de photographies réside dans le fait que les images qui le composent participent non seulement d’une rhétorique scientifique de la preuve ou d’une méthodologie expérimentale, mais elles constituent aussi, voire surtout, la matérialité d’une boîte noire qui contient de manière stable le principe d’universalité des émotions. Les photographies d’expression faciale d’émotions d’Ekman et Friesen ont incorporé toutes les productions théoriques les connotant (Barthes, 1961), c’est-à-dire les sens ajoutés par les travaux sur les émotions menés par ces chercheurs. C’est ainsi que les éléments créateurs et interprétatifs de ces images semblent n’avoir laissé de place qu’à l’espace de la reproduction du réel, permettant ainsi d’utiliser une photographie d’expression faciale d’émotion pour signifier l’émotion elle-même. Il s’agit maintenant de porter l’attention sur le processus dynamique entre des chercheurs/euses, des discours, des images, des acteur/actrice-s et des observateur/observatrice-s qui a participé de la production de ces photographies qui offrent un rapport d’identité avec leur signifié, dépassant la simple analogie.

8La brochure qui accompagne le set Picture of Facial Affect explique :

Avec l’aide de la meilleure technologie actuelle en matière de lumière et de photographie, plus d’une douzaine de personnes ont été photographiées à plusieurs reprises alors qu’elles tentaient d’exprimer une des six émotions. Des centaines de photographies ont été soumises à jugement sur une période de plusieurs années afin d’obtenir une série qui a abouti à un accord constant entre les observateurs des émotions exprimées. […] Les performeurs ont appris à contracter ou relaxer différents muscles faciaux associés avec différentes expressions faciales. En général, les performeurs ont été invités à activer certains muscles plutôt qu’à représenter une expression particulière. (Ekman et Friesen, 1976, p. 1, ma traduction)

9Cette citation met en évidence que ces photographies sont le résultat de l’agencement de nombreux éléments dont le rapport direct avec les émotions n’est pas donné d’avance. Elle souligne également le fait que la reconnaissance univoque des émotions représentées par celles-ci dépend d’acquis théoriques et techniques préalables, prenant corps à la fois au travers des modèles ayant la capacité de maîtriser leurs muscles faciaux, et des témoins oculaires dont on attend qu’ils associent ces configurations musculaires à des émotions. En d’autres termes, la validité de ces images repose sur la preuve établie, de l’avis des auteurs, de l’universalité des six émotions dites de base et du rapport d’équivalence entre des actions faciales et les émotions elles-mêmes, le développement subséquent d’une technique de description standardisée des expressions faciales – la Facial Affect Scoring Technique (FAST) (Ekman, Friesen et Tomkins, 1971), la qualité des prises de vue, la capacité d’acteurs/trices à mouvoir leur visage de façon précise et le consensus statistique obtenu auprès d’observateur/observatrice-s. Le set Pictures of Facial Affect répond à la volonté d’Ekman et Friesen de reproduire en laboratoire des expressions d’émotion types dont la fiabilité scientifique est contrôlée, étant donné qu’ils estiment que les expressions d’émotions captées dans le réel sont expérimentalement problématiques en raison de leur contingence contextuelle (Ekman, Friesen et Ellsworth, 1972).

10Ce qui paraît néanmoins paradoxal, c’est que l’outil principal qui a permis à ces chercheurs d’établir la preuve de l’universalité des émotions ainsi que de développer la FAST est précisément constitué par des photographies d’expression faciale d’émotion dont ils estiment la fiabilité insuffisante. En effet, entre 1966 et 1970, Ekman et ses collègues montrent des séries de photographies, fournies par Tomkins leur mentor, à des groupes de personnes dans plus de vingt pays selon le protocole suivant : des photographies d’expression faciale d’émotion sont montrées une à une aux sujets pendant une dizaine de secondes. Ces clichés photographiques représentent des portraits de femmes et d’hommes de type caucasien d’âge variable, jouant « spontanément » les émotions sans référence à une quelconque standardisation de leurs expressions. Les sujets doivent alors choisir dans une liste répertoriant les six émotions prédéfinies de base, celle qu’ils estiment correspondre à l’image. Seule l’étude menée en Nouvelle-Guinée auprès de populations illettrées fait exception. Ne pouvant avoir recours à un système de listes écrites, les enquêteurs – s’inspirant d’un protocole mis en place avec des enfants d’âge préscolaire – racontent une histoire qui évoque une situation émotionnelle, le sujet devant choisir entre trois photographies celle qui s’adapte le mieux à cette situation. Ensuite, les chercheurs ont demandé à certains Papous de mimer l’expression qu’ils/elles exprimeraient avec leur visage s’ils/elles se trouvaient dans les situations décrites. Les photographies des expressions ainsi obtenues ont été soumises au jugement d’étudiants/antes américains/aines. Le taux élevé d’agrément dans l’identification des émotions entre les différentes cultures mène Ekman et ses confrères à la conclusion de l’universalité des six émotions de base, bien que les photographies d’expression faciale de peur aient rarement été interprétées de la façon souhaitée par les sujets de Nouvelle-Guinée. Ces derniers/ères n’arrivaient pas à discriminer les expressions de peur de celles de surprise. Par contre, ces deux émotions étaient distinguées de manière fiable des expressions de colère, de tristesse, de joie et de dégoût (Ekman, 1998). Cet élément, semble-t-il, n’a pas suffi à ébranler la thèse de l’universalité et de la pan-culturalité des six émotions dont ces chercheurs avaient stipulé qu’elles étaient de base. Ce point est interpellant sachant que les photographies d’expression faciale de peur du set d’Ekman et Friesen sont largement utilisées pour la recherche sur les émotions en psychologie cognitive et en neurosciences (Leys, 2010), particulièrement concernant les recherches sur les bases neurales des comportements adolescents, comme je l’ai mentionné en introduction. Le philosophe Ian Hacking relève d’ailleurs que l’ouvrage de référence en neurosciences des émotions de LeDoux, intitulé The Emotional Brain, devrait plutôt porter le titre Fearful Brain, étant donné la centralité de la peur et de ses états corrélatifs – l’anxiété, les névroses, les phobies, la panique ou le stress post-traumatique – dans la conception des émotions proposée par cet auteur (Hacking, 1998, p. 12). Selon LeDoux, les émotions sont des systèmes neuronaux complexes qui ont évolué afin de permettre la survie. Il ne s’agit pas de sentiments conscients mais d’une production cérébrale provenant d’un niveau « plus profond » (LeDoux, 1998).

11À propos des résultats de la recherche menée en Nouvelle-Guinée par Ekman et ses collaborateurs, Hacking suggère : « On peut se demander si les trois groupes, les étudiants américains, les hommes primitifs de Nouvelle-Guinée et les enquêteurs n’ont pas collaboré pour produire les phénomènes » (Hacking, 1998, p. 11, ma traduction). En d’autres termes, il avance que le protocole de ses expériences cherchant à démontrer l’universalité des émotions à travers leurs expressions pan-culturelles, a produit une circulation de savoirs et d’attentes entre les chercheurs, les sujets américains et ceux de Nouvelle-Guinée, qui a participé à faire exister une entente dans l’association de portraits photographiques et de termes associés à des états émotionnels. J’ajouterai à cette production triangulaire la participation des clichés photographiques qui, de mon point de vue, font partie intégrante du processus de construction de l’universalité des six émotions de base. De fait, ils représentent un référent commun mais néanmoins interprétable, qui permet la construction d’une histoire partagée autour des émotions. Les photographies deviennent dans ce contexte des entités qui agissent et médiatisent les relations entre les différents acteurs autant par leur capacité à se référer à des éléments dans l’espace et le temps que par leur pouvoir d’incorporer les discours produit à leur contact (Edwards, 2005, p. 31).

12Dans le but de décrire de façon standardisée l’expression des émotions qui dorénavant ont été validées comme universelle, Ekman, Friesen et Tomkins mettent en place en 1971 la Facial Affect Scoring Technique. Il s’agit d’une méthode de description des expressions faciales de ces six émotions en termes de froncements, de tension ou de relâchement de traits spécifiques et de leur position. Cette analyse se fait selon un découpage du visage en trois parties ; le front et les sourcils, les yeux et la base du nez, et le bas du visage. Les auteurs expliquent :

L’indication de l’apparence de certains des composants au sein d’une zone faciale demandait des descriptions si longues et difficiles, qui de plus restaient parfois insuffisantes, qu’il est devenu évidant que la seule façon de rendre claire aux performeurs ce qui devait être décrit était d’imiter l’apparence nous-même ou de montrer un échantillon photographique. (Ekman, Friesen et Tomkins, 1971, p. 41, ma traduction)

13Palliant la difficulté de décrire verbalement les caractéristiques faciales de chaque émotion, la FAST se concrétise en trois sets de photographies d’homme et de femmes performant les traits des émotions de base, se rapportant chacun à une partie du visage et en quelques indications verbales concernant l’orientation de la tête et du regard. Le but est d’atteindre, par la rationalisation et l’abstraction, les éléments essentiels à la représentation et à la reconnaissance des émotions de base. Comme le soulignent les auteurs :

La raison pour laquelle le plus de personnes stimulus différentes ont été utilisées était de tester la capacité de la FAST à ignorer les différences dans l’apparence faciale liées à l’âge, au sexe et à la physionomie et les différences liées à l’éclairage et au contraste qui apparaissent dans les photographies des différentes personnes. (Ekman, Friesen et Tomkins, 1971, p. 43, ma traduction)

14En d’autres termes, il s’agit de construire des images d’expression faciale d’émotions universelles en résonance avec l’universalité de la reconnaissance et de l’expression des émotions de base. Ekman, Friesen et Tomkins concèdent néanmoins qu’en ce qui concerne la peur et le dégoût, des problèmes d’identification univoque de ces émotions les ont empêchés d’obtenir le nombre de photographies souhaitées (Ekman, Friesen et Tomkins, 1971, p. 44), sans pour autant apporter d’explication ou tirer de conclusion quant à cette observation.

15Revenant aux photographies du set d’expression faciale d’émotion – obtenues à partir d’acteur/actrice-s mouvant leur visage à partir des indications visuelles apportées par la FAST –, on remarque qu’elles procèdent plus de la mosaïque que d’un transfert du réel sur papier ou écran. Elles sont le résultat final d’un agencement particulier de nombre d’images qui ont circulées entre les mains de chercheur-e-s, d’acteur/actrice-s et d’observateur/observatrice-s selon un rapport tautologique entre la preuve et l’outil de la preuve, se muant en objet consensuel dont la faculté est de provoquer un signifié unique – par exemple la fonction d’une photographie d’expression faciale de peur est d’évoquer exclusivement la peur – dépendante ni du sexe, ni de l’âge des sujets représentés ou observateurs. En m’intéressant à leur utilisation dans le cadre d’expériences en neurosciences cognitives, je souhaite maintenant interroger leur participation dans la construction d’une différence dans la gestion de l’information émotionnelle entre les adolescent-e-s et les adultes, mais aussi entre les jeunes filles et les jeunes hommes. Autrement dit, je souhaite comprendre comment des stimuli émotionnels proposés comme universels participent par la traduction visuelle de l’IRMf à produire des particularismes, de l’âge et du sexe en l’occurrence.

De la photographie d’expression faciale à l’image scan des passions adolescentes : une traduction visuelle qui produit de l’âge et du sexe

  • 6 Si le set d’Ekman et Friesen est le plus connu, d’autres sets plus récents ont vu le jour, par exem (...)

16Depuis 1999, date de la première expérience utilisant le set de photographies d’expression faciale d’Ekman et Friesen, des études complémentaires ont été menées à partir de tels stimuli6 dans le domaine des recherches dédiées au cerveau adolescent (par ex. Killgore, Oki et Yurgelun-Todd, 2001 ; Monk et al., 2003 ; Yang et al., 2003 ; McClure et al., 2004 ; Killgore et Yurgelun-Todd, 2005, 2006 ; Yurgelun-Todd et Killgore, 2006). De l’avis des chercheurs/euses en neurosciences cognitives, ces travaux ont participé à établir un modèle neurobiologique de l’adolescence, postulant que les jeunes individus subissent les effets sensibles d’un écart de développement entre les régions limbiques et les régions préfrontales. Les premières, impliquées dans les réactions émotionnelles, se développeraient déjà au début de la deuxième décennie sous l’effet des hormones de la puberté alors que les deuxièmes, dévolues au contrôle des émotions et à la planification à long terme, ne parviendraient à pleine maturité qu’à partir de 25 ans (Casey et al., 2008 ; Ernst et Mueller, 2008). Cette configuration cérébrale favoriserait les comportements impulsifs, régis par des réactions émotionnelles plutôt que par des raisonnements rationnels, proposant une explication neurodéveloppementale aux statistiques sur les comportements dits de prise de risque – par exemple conduite en état d’ivresse, rapports sexuels non protégés, participation à des bagarres, consommation de substances psychoactives, etc. – à l’adolescence. Ces comportements seraient responsables d’un accroissement de 200 % de la morbidité et de la mortalité à cette période de la vie (Dahl, 2004). Ces statistiques montrent également que les garçons sont majoritairement concernés par de tels comportements et qu’ils sont, toutes prises de risque confondues, trois fois plus susceptibles que les filles de trouver la mort suite à des situations de ce type (Kelley et al., 2004 ; Eaton et al., 2006). Il importe alors, dans une logique neurodéveloppementale, d’évaluer sous le contrôle de l’IRMf le traitement de l’information émotionnelle non seulement du point de vue de l’âge mais aussi du sexe.

17Ici, le propos n’est pas de présenter de manière exhaustive les différentes études en neurosciences des émotions dont le protocole expérimental est basé sur des photographies d’expression faciale mais, par le développement d’un exemple pertinent du point de vue de son importance dans le domaine, de questionner le processus de traduction, opéré entre les photographies stimulus et les images produites par IRMf ainsi que sa productivité dans la construction d’un savoir sur la gestion de l’information émotionnelle chez les adolescent-e-s. C’est pourquoi je me concentrerai sur les travaux de l’équipe de Yurgelun-Todd qui s’est imposé comme référence sur ce sujet autant dans la sphère scientifique que médiatique (cf. PBS Fontline, 2002 ; Wallis, Dell et Park, 2004 ; Sender, 2008).

18Leurs premiers résultats concernant la gestion des informations émotionnelles en regard de l’âge et du sexe ont été publiés dans la revue NeuroReport en février 2001 (Killgore, Oki et Yurgelun-Todd). Il s’agissait de mesurer par IRMf l’activation de l’amygdale versus celle du cortex préfrontal à la vue de photographies d’expression faciale de peur tirées du set d’Ekman et Friesen chez des jeunes filles et des jeunes garçons âgé-e-s de 9 à 17 ans. Les chercheur-e-s estiment que cette procédure expérimentale a permis de rendre visible une différence d’activation de l’amygdale versus le cortex préfrontal, en rapport avec l’âge d’une part et en rapport avec le sexe des participant-e-s d’autre part (Killgore, Oki et Yurgelun-Todd, 2001). Faisant référence à ces résultats et à ceux d’une étude non publiée qui évaluait la capacité des adolescent-e-s à reconnaître l’expression faciale de peur en comparaison à celle des adultes, Yurgelun-Todd déclare dans une interview :

En général, dans nos études, les mâles montrent plus de réaction de la région viscérale (gut region) du cerveau [l’amygdale], et moins de réaction frontale ou exécutive. La relation entre la réponse viscérale (gut response) et celle de la région exécutive était très frappante chez les mâles et un peu frappante chez les femelles, mais elle n’était pas aussi extrême pour les filles adolescentes en comparaison aux garçons adolescents. (PBS Frontline, 2002, ma traduction)

19Étant donné que l’état adolescent est défini par la façon dont les sujets mobilisent leur cortex préfrontal vs l’amygdale, ce constat propose que l’adolescence se déclinerait en deux versions semblables mais d’intensité différente selon qu’il s’agisse de filles ou de garçons. Par contre, Yurgelun-Todd offre une lecture dichotomique lorsqu’elle évoque les données comparatives entre les jeunes sujets et les adultes et avance que

[…] chez les adolescents, comparé aux adultes, le cerveau réagit différemment au monde extérieur. Et, en particulier, avec l’information émotionnelle, le cerveau adolescent pourrait répondre avec une réaction plus viscérale (gut reaction) qu’exécutive ou qu’avec une sorte de réponse réfléchie. Et si c’est le cas, une des choses que l’on attend, c’est qu’on aura une réponse comportementale plus impulsive, plutôt qu’une réponse réfléchie ou mesurée. (PBS Frontline, 2002, ma traduction)

20Partant de photographies d’expression faciale, passant par les corps des sujets volontaires, la technique de l’IRMf, matérialisée par l’image scan, a permis ici d’introduire une double hiérarchie concernant la gestion cérébrale de l’information émotionnelle, entre les adultes et les adolescent-e-s d’abord, entre les jeunes filles et les jeunes garçons ensuite.

  • 7 Pour un développement critique de ce point voir Leys, 2010, pp. 84-89.

21Dans le but d’approcher ce processus de traduction, je propose de reprendre la description de l’expérience qui nous intéresse en tentant de faire ressortir tous les éléments qui participent au trajet séparant la photographie d’expression faciale de peur de la production d’une image scan, dont la lecture et l’interprétation par les chercheur-e-s produit une classification en fonction de l’âge et du sexe des sujets dans la gestion de l’information émotionnelle : Neuf garçons et dix filles, prédéfini-e-s comme préadolescent-e-s et adolescent-e-s, dont la santé mentale et l’acuité visuelle ont été testées, regardent, allongé-e-s dans un scanner, des photographies noir et blanc datant des années 1970 d’hommes et de femmes de type caucasien performant une expression faciale de peur d’après les indications de tension et de positionnement musculaire élaboré par Ekman et Frisen. L’IRMf, en mesurant le signal qui reflète les variations de la quantité d’oxygène transporté par le flux sanguin en fonction de l’activité cérébrale (signal BOLD) lors des phases de visualisation des photographies d’expression faciale de peur versus des phases de visualisation d’un cercle blanc, produit une image statistique par un système de calcul et d’analyse informatique qui donne à voir par des couleurs une différence d’activation des régions cérébrales testées en fonction de l’âge et du sexe de la personne qui se trouve dans le scanner, régions dont des expériences préalables sur des animaux et sur des humains souffrant de lésions cérébrales ont établi qu’elles étaient pertinentes en rapport avec la gestion de l’information émotionnelle de peur7 (Killgore, Oki et Yurgelun-Todd, 2001).

22Il est plus aisé alors de percevoir qu’une image scan, similairement à une image photographique, entretient avec le réel un rapport indirect et synthétique, qui nécessite l’incorporation et la solidification préalable de nombreux éléments théoriques et techniques. Concernant la production/visualisation de différences en fonction de l’âge et du sexe, on remarque que la bicatégorisation par sexe et par âge est présente à toutes les étapes de l’expérience : des hommes et des femmes adultes sont représenté-e-s sur les photographies stimulus et des jeunes filles et des jeunes garçons sont testé-e-s. Toutefois, c’est seulement par la traduction en images scan des résultats de l’expérience que les différences liées à l’âge et au sexe deviennent scientifiquement pertinentes en lien avec la gestion de l’information émotionnelle. C’est l’enchaînement des enregistrements et des transcriptions (Latour, 2006) des notions de peur, de sexe et d’âge qui permettent au cours du processus expérimental leur réorganisation et leur réinterprétation, tout en gardant les traces des étapes antérieures du processus de construction d’un savoir sur l’adolescence cérébrale. Par exemple, dans le contexte de production des photographies d’expression faciale l’utilisation de modèles féminins et masculins ne vise pas à rendre compte d’une différence liée aux émotions entre les hommes et les femmes mais au contraire à garantir l’universalité de ces images par le reflet d’une réalité pensée universelle, la division du genre humain entre les mâles et les femelles. Alors que la répartition de l’échantillon des adolescent-e-s testé-e-s entre autant de filles que de garçons est constitutive du protocole expérimental dont le but est de détecter une activation cérébrale différenciée entre les adolescentes et les adolescents dans une situation émotionnelle. Il est attendu des jeunes cobayes qu’ils et elles soient représentatif/représentative-s des différences comportementales, mises en évidence par les études épidémiologiques basées sur des classifications de sexe et d’âge.

23Ainsi, l’image scan contient et communique, non seulement l’indice visuel d’une activation cérébrale déclenchée par un stimulus considéré comme valide pour mesurer la gestion de l’information émotionnelle, mais aussi toute une conception de l’adolescence issue de la psychologie développementale et de l’épidémiologie à laquelle se réfèrent les chercheurs en neurosciences. En définissant l’adolescence principalement par des comportements dits de prise de risque, pour lesquels la différence entre les filles et les garçons est constitutive des enjeux de politiques sanitaires et publiques relatifs à l’adolescence, le cerveau émotionnel adolescent se trouve de fait genré. On remarque alors que la sexuation du cerveau émotionnel adolescent procède moins de la bicatégorisation par sexe des acteur/actrice-s représenté-e-s sur les photographies stimulus et des sujets testés que de l’incorporation par l’image scan de discours relatifs aux différences de genre – ici l’engagement différencié dans les comportements à risque – qui motivent la recherche.

Conclusion

24Élaborer un set de photographies d’expression faciale comme constituer la cartographie par IRMf du traitement de l’information émotionnelle chez les adolescent-e-s pourrait être envisagé comme le résultat d’une tentative à visée pratique et heuristique de mises en images successives des états mouvants et intangibles que sont les émotions. En effet, l’étude des émotions en laboratoire nécessite de rendre ces dernières maîtrisables, à la fois en raison des réalités pratiques des protocoles d’expérience – par exemple l’espace restreint d’un scanner – et dans le but de pouvoir les rendre compatibles avec la logique d’inscription et de mesure inhérente à l’activité scientifique. Dans ce cadre, les clichés photographiques représentant les émotions, comme les images produites par IRMf du cerveau réagissant à ces photographies, paraissent être des procédés d’enregistrement et de reproduction des émotions privilégiés, partant d’un rapport indiscuté qui serait entretenu entre l’image photographique ou scan et la vérité (Beaulieu, 2002 ; Dumit, 2004). C’est-à-dire que ces images sont considérées comme apportant des informations objectives, ne dépendant ni de leur contexte de production ni des conditions permettant leur réception. Cependant, comme je l’ai montré par cet exposé, la photographie ou le scan sont des éléments dynamiques qui sont partie prenante de la construction des faits scientifiques sur les émotions. Ils participent à solidifier les théories par leur faculté à matérialiser l’activité scientifique tout en incorporant et faisant circuler les discours des chercheur-e-s, toujours contextuellement situés. De ce fait, les photographies d’expression faciale d’Ekman et Friesen sont non seulement le reflet d’acteur/actrice-s mimant un état émotionnel avec leur visage, mais elles signifient aussi l’émotion elle-même selon le principe de l’universalité des émotions développé par ces chercheurs, permettant de les utiliser comme stimulus stable d’émotion. Concernant les scans des cerveaux émotionnels adolescents produits à partir de tels stimuli, ils proposent, par l’intermédiaire de l’activation neuronale de jeunes filles et de jeunes garçons placé-e-s dans un scanner, une traduction visuelle des émotions matérialisées par les clichés photographique du set d’Ekman et Friesen. Mais à travers la succession des images photographiques puis scans et leur circulation entre des disciplines – psychologie, épidémiologie et neurosciences –, des chercheur-e-s et des cobayes humains, il s’est produit un espace de transformation et d’ajout de sens permettant de voir une différence entre les adultes et les adolescent-e-s, ainsi qu’entre les jeunes filles et les jeunes garçons dans la gestion des informations émotionnelles. C’est principalement par l’intégration lors des expériences par IRMf de questions de recherche genrées spécifiques à l’adolescence, notamment en lien avec la notion de prise de risque, que l’image d’un cerveau émotionnel adolescent sexué a pris forme. Elle contient pourtant, de manière paradoxale, les traces de photographies d’expression faciales d’émotion dont la qualité scientifique repose sur leur universalité, indépendamment des spécificités d’âge, de sexe ou de race des individus les exprimant ou les percevant.

Pour leurs conseils et suggestions, je souhaite remercier Cynthia Kraus et Vincent Barras. Je remercie également les lecteurs et lectrices anonymes pour leurs commentaires et remarques qui m’ont permis d’affiner mon texte. Ce travail a été soutenu par le subside n° 100013-134670 du Fonds national de la recherche suisse (FNS) dans le cadre du projet « Le genre comme moteur de découverte : histoire du façonnage de l’adolescence cérébrale de 1950 à nos jours ».

Haut de page

Bibliographie

Adolphs, R., Tranel, D., Damasio, A., & Damasio, H. (1994). Impaired Recognition of Emotion in Facial Expression Following Bilateral Damage to the Human Amygdala. Nature, 372, 669-672.

Adolphs, R., Tranel, D., Damasio, A., & Damasio, H. (1995). Fear and the Human Amygdala. Journal of Neuroscience, 15, 5879-5891.

Baird, A. A. et al. (1999). Functional Magnetic Resonance Imaging of Facial Affect Recognition in Children and Adolescents. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 38(2), 195-199.

Barthes, R. (1961). Le message photographique. Communications, 1, 127-138.

Beaulieu, A. (2002). Images Are Not the (Only) Truth: Brain Mapping, Visual Knowledge, and Iconoclasm. Science, Technology, & Human Values, 27(1), 53-86.

Casey, B. J., Jones, R. M., & Hare, T. A. (2008). The Adolescent Brain. Annals of the New York Academy of Sciences, 1124, 111-126.

Dahl, R. (2004). Adolescent Brain Development – Keynote Address. In R. Dahl & L. P. Spear (Eds.). Adolescent Brain Development: Vulnerabilities and Opportunities. Annals of the New York Academy of Sciences, 1021, 1-22.

Dahl, R. (2008). Biological, Developmental, and Neurobehavioral Factors Relevant to Adolescent Driving Risks. American Journal of Preventive Medicine, 35(3S), S278-S284.

Damasio, A. (1994). Descartes’ Error: Emotion, Reason, and the Human Brain. New York: Grosset/Putnam.

Dumit, J. (2004). Picturing the Personhood. Brain Scans and Biomedical Identity. Princeton-Oxford: Princeton University Press.

Eaton, D. K. et al. (2006). Youth Risk Behavior Surveillance – United States, 2005. Surveillance Summaries, 55(SS05), 1-108.

Edwards, E. (2005). Photographs and the Sound of History. Visual Anthropology Review, 22(1-2), 27-46.

Ekman, P. (1998). Universality of Emotional Expression? A Personal History of the Dispute. Afterword. In C. Darwin, The Expression of the Emotions in Man and Animals. (pp. 363-393). New York: Oxford University Press.

Ekman, P. & Friesen, W. V. (1976). Pictures of Facial Affect. Palo Alto: Consulting Psychologist Press.

Ekman, P., Friesen, W. V. & Ellsworth, P. (1972). Emotion In the Human Face: Guidelines for Research and an Integration of Findings. New York: Pergamon Press.

Ekman, P., Friesen, W. V. & Tomkins, S. (1971). Facial Affect Scoring Technique: A First Validity Study. Semiotica, 3(1), 37-58.

Ernst, M. & Mueller, S. C. (2008). The Adolescent Brain: Insights From Functional Neuroimaging Research. Developmental Neurobiology, 68, 729-743.

Gardey, D. (2005). La part de l’ombre ou celle de la lumière ? Les sciences et la recherche au risque du genre. Travail, genre et société, 14, 29-47.

Giedd, J. N. et al. (1999). Brain Development During Childhood and Adolescence: a Longitudinal MRI Study. Nature Neuroscience, 2(10), 861-863.

Hacking, I. (1998). By What Link Are the Organs Excited? The Times Literary Supplement, 17 juillet.

Holzer, L., Halfon, O. & Thoua, V. (2011). La maturation cérébrale à l’adolescence. Archives de Pédiatrie, in press, 1-10.

Kelley, A. E., Schochet, T. & Landry, C. F. (2004). Risk Taking and Novelty Seeking in Adolescence. In R. Dahl & L. P. Spear (Eds.), Adolescent Brain Development: Vulnerabilities and Opportunities. Annals of the New York Academy of Sciences, 1021, 27-32.

Killgore, W., Oki, M. & Yurgelun-Todd D. (2001). Sex-specific Developmental changes in amygdala responses to affective faces. NeuroReport, 12(2), 427-433.

Killgore, W. & Yurgelun-Todd, D. (2005). Social Anxiety Predicts Amygdala Activation in Adolescents Viewing Fearful Faces. NeuroReport, 16(15), 1671-1675.

Killgore, W. & Yurgelun-Todd, D. (2006). Ventromedial Prefrontal Activity Correlates With Depressed Mood in Adolescent Children. NeuroReport, 17(2), 167-171.

Latour, B. (2006). Le « Pédofil » de Boa Vista – montage photo-philosophique. In B. Latour, Petites leçons de sociologie des sciences. (pp. 171-225). Paris : La Découverte.

LeDoux, J. E. (1992). Emotion in the Amygdala. In J. P. Aggelton (Ed.). The Amygdala: Neurobiological Aspects of Emotion, Memory and Mental Dysfunction. (pp. 339-351). New York: Wiley-Liss.

LeDoux, J. E. (1994). Emotion, Memory, and the Brain. Scientific American, 270, 32-39.

LeDoux, J. E. (1998). The Emotional Brain: the Mysterious Underpinnings of Emotional Life. New York: Touchstone Book.

Leys, R. (2010). How Did Fear Become a Scientific Object and What Kinf of Object Is It? Representations, 110(1), 66-104.

Löwy, I. (1995). Le genre dans l’histoire sociale et culturelle des sciences. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3, 523-529.

McClain Watson, J. (2004). From Interpretation to Identification: a History of Facial Images in the Sciences of Emotion. History of the Human Sciences, 17(1), 29-51.

McClure, E. et al. (2004). A Developmental Examination of Gender Differences in Brain Engagement During Evaluation of Threat. Biological Psychiatry, 55, 1047-1055.

Monk, C. et al. (2003). Adolescent Immaturity in Attention-Related Brain Engagement to Emotional Facial Expressions. Neuroimage, 20(1),420-428.

PBS Frontline. (2002). Inside the Teenage Brain. Consulté à http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/teenbrain/, [émission de télévision numérique].

Prodger, P. (1998a). Photography and the Expression of the Emotions. Appendix III. In C. Darwin, The Expression of the Emotions in Man and Animals. (pp. 399-410). New York: Oxford University Press.

Prodger, P. (1998b). Illustration as Strategy in Charles Darwin’s ‘The Expression of the Emotions in Man and Animals’. In T. Lenoir, Inscribing Science: Scientific Texts and the Materiality of Communication. (pp. 140-181). Stanford: Stanford University Press.

Rosenwein, B. (2010). Problems and Methods in the History of Emotions. Passions in Context I, 1, 1-32.

Russell, J. A. (1994). Is There Universal Recognition of Emotion from Facial Expression? A Review of the Cross-Cultural Studies’. Psychological Bulletin, 115, 102-141.

Russell, J. A., & Fernandez-Dols, J. M. (Eds.) (1997). The Psychology of Facial Expression. Cambridge: Cambridge University Press.

Sender, E. (2008). Le cerveau des ados décrypté. Sciences et Avenir, 739, 10-15.

Sowell, E. R. et al. (1999). In Vivo Evidence for Post-Adolescent Brain Maturation in Frontal and Striatal Regions. Nature Neuroscience, 2(10), 859-861.

Spear, L. P. (2000). The Adolescent Brain and Age-related Behavioral Manifestations. Neuroscience and Biobehavioral Reviews, 24, 417-463.

Steinberg, L. (2008). A Social Neuroscience Perspective on Adolescent Risk-Taking. Developmental Review, 28, 78-106.

Tottenham, N. et al. (2009). The NimStim Set of Facial Expressions: Judgments from Untrained Research Participants. Psychiatry Research, 168, 242-249.

Wallis, C., Dell, K., & Park, A. (2004). Maman, c’est la faute à mes neurones. Times, 10 mai, repris et traduit par Courrier International. Consulté à http://www.courrierinternational.com/imprimer.asp?obj_id=25274

Yang, T. et al. (2003). Amygdalar Activation Associated With Happy Facial Expressions in Adolescents: A 3-T Functional MRI Study. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 42(8), 979-985.

Yurgelun-Todd, D., & Killgore, W. (2006). Fear-Related Activity in the Prefrontal Cortex Increases With Age During Adolescence: A Preliminary fMRI Study. Neuroscience Letters, 406, 194-199.

Haut de page

Notes

1 Pour une brève présentation de l’article et du dossier thématique dans lequel il s’inscrit, nous renvoyons le/la lecteur/lectrice à l’article introductif de Bovet, Kraus, Panese, Pidoux et Stücklin, « Les neurosciences à l’épreuve de la clinique et des sciences sociales. Regards croisés ».

2 Pour un ordre de grandeur, le nombre de publications annuelles répondant à l’association des termes Adolescen*+Brain sur la base de données Web of Science était de 6 en 1990 pour passer à plus de 200 en 2000, à environ 900 en 2010 et à plus de 1 100 en 2012.

3 Il est à noter qu’en dehors du champ des neurosciences par imagerie, la validité du set de photographies d’Ekman et Friesen ainsi que la théorie de l’universalité des émotions de base restent controversées. À ce sujet, voir Russell, 1994 ; Russell et Fernandez-Dols, 1997 ; Leys, 2010 ; Rosenwein, 2010.

4 Voir par exemple Löwy 1995 ; Gardey 2005.

5 L’historiographie situe généralement la réunion de la photographie et de l’étude des émotions à la fin du XIXe siècle avec les travaux de Guillaume-Benjamin Duchenne-de-Boulogne en France et ceux de Charles Darwin en Angleterre. Ekman présente le set de photographies d’expression faciale publié en 1976 comme l’aboutissement d’années de recherches sur les pas de ces savants, dont le but déclaré a posteriori était de mettre un terme à la controverse autour de Darwin liée à la théorie de l’universalité des émotions (Ekman, Friesen et Tomkins, 1971 ; Ekman, 1998). À ce sujet, voir Prodgers, 1998a et b.

6 Si le set d’Ekman et Friesen est le plus connu, d’autres sets plus récents ont vu le jour, par exemple Tottenham et al., 2009.

7 Pour un développement critique de ce point voir Leys, 2010, pp. 84-89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christel Gumy, « Les images des passions adolescentes »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/4474

Haut de page

Auteur

Christel Gumy

Doctorante FNS à l’institut des Sciences sociales de l’université de Lausanne, elle effectue une thèse ès Lettres en histoire des sciences et de la médecine qui s’intéresse, dans une perspective de genre, aux théories cérébrales de l’adolescence.

Adresse : Faculté des sciences sociales et politiques, Institut des sciences sociales, Laboratoire de sociologie (LabSo), Quartier UNIL-Mouline, Bât. Géopolis, CH-1015 Lausanne (Suisse).
Courriel : christel.gumy[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search