Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppel permanentRAC • Appel permanent à articles ...

RAC • Appel permanent à articles • Recherche et Enseignement

Date limite de réception des articles : aucune

Mutations de la recherche et de l’enseignement

Depuis plusieurs décennies, en France et dans d’autres pays du monde, les modes d’organisation de la recherche et les conditions de travail dans l’enseignement et la recherche ont connu d’importantes transformations, produit de politiques publiques, d’isomorphismes institutionnels académiques ou de dynamiques des marchés de la production et de la circulation des connaissances. Dans un contexte de compétition accrue, les politiques scientifiques, qui regroupent politiques d’enseignement, de recherche et d’innovation suivant des mix variables, s’accompagnent de réformes plus ou moins profondes visant à positionner les laboratoires, les universités, les agences et les nations les unes vis-à-vis des autres sur une scène internationale pensée en termes de mobilité des personnes, des productions scientifiques, des brevets et des savoir-faire. Les injonctions à l’excellence et l’engouement pour l’évaluation des productions académiques se traduit dans une batterie d’instruments toujours plus nombreux d’indices bibliométriques, de classements de revues, ou de formes aménagées d’évaluation par les pairs. Cette injonction s’appuie sur la prolifération des indicateurs de performance qui s’articule à un vocabulaire faisant de la transparence et de l’efficacité le nouvel horizon commun de la qualité des productions scientifiques. Par ailleurs, ces politiques publiques réduisent souvent la mesure de leur efficacité sur les fondements de cette injonction, laissant de côté, ou hors du périmètre de la mesurabilité, tout un ensemble de missions liées à la formation de la culture scientifique et technique, au maintien des savoirs dans les milieux associés aux mondes académiques, et – on l’oublie souvent – à l’ensemble des activités de management et de réparation qui soutiennent la capacité de production scientifique. Ce repli sur la quantification des produits traçables a conduit à polariser les modes de financement de la recherche en prônant une rationalisation de la recherche par projets sur contrats, privilégiant les partenariats interdisciplinaires, auxquels sont associés des groupes concernés ou des industriels, dont l’impact ou l’utilité plus immédiate sont valorisés. Elles s’articulent également à une transformation des conditions de recrutement et de déroulement des carrières des chercheur·euse·s dans un contexte général de diminution des postes, ou encore des équilibres fragiles entre enseignement et recherche dans la répartition des statuts et des activités.

Les réformes envisagées et les mobilisations qui leur répondent ne doivent pas conduire à penser que ces transformations multiformes sont suffisamment connues, notamment dans leurs variations historiques ou géographiques au sein de régimes de savoir eux-mêmes segmentés. Elles méritent d’être finement étudiés, empiriquement documentés, et rendus accessibles sous forme de publications. Aussi cet appel permanent à articles vise à susciter et recueillir des analyses sur les transformations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur. Au-delà des travaux désormais disponibles sur les modalités concrètes de mise en œuvre de ces réformes et leurs conséquences différenciées selon les domaines, les contributions analytiques et étayées empiriquement portant sur les thématiques suivantes, sans exhaustivité, sont particulièrement appréciées :

  • Les réformes, évolutions et transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, et des politiques scientifiques, avec un intérêt pour les logiques à l’œuvre et les modes de légitimation, ainsi que les groupes d’acteurs (e.g. groupes concernés, cabinets de consultants) engagés dans ces réformes.

  • L’évolution des conditions de travail de la recherche et de l’enseignement, et leurs effets (délétères ou incitatifs) sur la production et la circulation des connaissances.

  • Les effets de ces transformations sur le type, l’organisation et la géographie des savoirs produits et des cursus de formation proposés, avec notamment la volonté de créer des pôles d’excellence.

  • Les formes de mobilisation, d’action et de militantisme dans les mondes de la recherche.

Avec cet appel permanent, la RAC s’intéresse notamment aux transformations les plus récentes, aussi bien en France qu’à l’échelle internationale : la réforme de l’enseignement secondaire, l’introduction de ParcoursSup en France, le manque de financement ou sa répartition selon les disciplines et les institutions, la modulation des services d’enseignement et de recherche, le désalignement entre des personnes chargées de nombreux enseignements et d’autres qui en sont déchargées et peuvent consacrer plus de temps à la recherche, les effets de toutes ces réformes sur les pratiques de travail, l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques, les conditions de l’emploi et du travail au regard du nombre d’étudiants, du nombre de postes, des statuts et de la précarité, etc.

Cette focalisation sur les processus en cours n’évacue évidemment pas, bien au contraire, les approches diachroniques éclairant les mouvements de réforme, leurs motifs, contextes d’émergence et trajectoires, sur des périodes plus ou moins longues. De même, cet appel est ouvert à toutes les contributions qui proposent des investigations ou des comparaisons entre différentes régions du monde, qui questionnent les reconfigurations de la science mondialisée, et analysent les formes de la division internationale du travail. Cet appel permanent à articles de la RAC est donc destiné à accueillir des enquêtes étayées empiriques qui développent des analyses précises et inédites sur les transformations en cours du travail de recherche et d’enseignement. Les contributions seront évaluées selon les procédures habituelles de la revue, et seront publiées au fil de l’eau ou sous forme de dossiers thématiques.

Modalités de soumission

Les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65 000 signes) seront à soumettre en ligne sur le site de la revue - http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser.

  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search