Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-2Dossier thématiqueLa taxonomie dans la tourmente

Dossier thématique

La taxonomie dans la tourmente

The crisis in taxonomy
La taxonomía en la tormenta
Anouk Barberousse et Sarah Samadi

Résumés

Dans cet article, nous présentons les débats qui affectent la taxonomie à la fois à l’extérieur et à l’intérieur, ainsi que les diverses solutions qui sont actuellement proposées à la crise qu’elle subit. Nous mettons en lumière le rôle que jouent les données génétiques dans le travail taxonomique et soulignons le caractère complémentaire des données génétiques et des spécimens conservés dans les collections d’histoire naturelle.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années, la taxonomie fait l’objet de violentes critiques, qui visent sa lenteur jugée exaspérante à décrire et nommer les espèces. Cette lenteur est jugée d’autant plus coupable que les espèces s’éteignent plus rapidement. Dans le contexte de cette « crise de la biodiversité », certains biologistes considèrent que les taxonomistes devraient changer radicalement leurs méthodes de manière à pouvoir fournir à l’ensemble de la communauté des sciences de la vie des noms d’espèces pour une partie au moins des millions d’organismes encore inconnus. Les critiques les plus vives émanent en particulier des écologistes, des biologistes de la conservation et des généticiens des populations. Une profonde ligne de fracture semble dorénavant diviser la communauté des biologistes, mettant les taxonomistes au ban. Par exemple, Bortolus (2008) estime que durant les dernières décennies, les taxonomistes ont perdu une grande part de la considération des autres scientifiques (voir aussi Samyn, Massin, 2002), sans qu’on sache exactement pour quelles raisons. D’autres chercheurs remarquent que les taxonomistes sont souvent isolés dans leurs universités (de Carvalho et al., 2008 ; Flowers, 2007).

2Au sein même de la taxonomie, le débat s’est également élevé sur la meilleure façon de répondre aux critiques : doit‑on remplacer les pratiques traditionnelles de description des espèces par des analyses automatiques fondées sur des données génétiques ? Quel type d’outil informatique doit-on privilégier ?

3Dans cet article, nous cherchons à analyser ces deux débats. Nous commençons par présenter comment la taxonomie est considérée de l’extérieur, puis nous décrivons quelques aspects du débat interne. Pour finir, nous soulignons deux aspects qui nous semblent importants à prendre en considération pour éclairer ces débats : le rôle des collections d’histoire naturelle et la structure théorique de la taxonomie.

La taxonomie actuelle vue de l’extérieur

Introduction

Préliminaires méthodologiques

4Avant de commencer l’analyse des débats qui affectent aujourd’hui la taxonomie, nous nous proposons de présenter en quelques mots les raisons qui nous ont fait nous tourner vers ces questions. Au début de sa carrière, l’une de nous (Sarah Samadi) a éprouvé le besoin, en tant que biologiste de l’évolution, d’explorer la vaste littérature sur le concept d’espèce, afin de savoir à quoi s’en tenir lorsqu’elle utilisait ce concept dans son travail. Cela a débouché sur une collaboration de long terme avec Anouk Barberousse, philosophe des sciences (Samadi, Barberousse, 2006, 2009).

5Notre travail sur le concept d’espèce était principalement théorique : son but était de déterminer quelle définition du concept d’espèce s’accorde le mieux avec la théorie de l’évolution. Il a naturellement donné lieu à son pendant pratique, centré sur la façon dont les espèces sont déterminées par les taxonomistes sur le terrain. C’est là l’origine du présent article sur la taxonomie. Notre perspective est de chercher à savoir, de l’extérieur, comment les taxonomistes s’y prennent pour donner des noms aux espèces. C’est parce que nous cherchons à mieux connaître les pratiques actuelles des taxonomistes que nous avons dégagé les principales caractéristiques de la crise que connaît actuellement cette communauté.

Une discipline au ban de la vie scientifique

6À lire les articles des écologistes, biologistes de la conservation, etc., qui portent de violentes critiques contre l’état actuel de la taxonomie, on retire l’impression d’un fort contraste entre l’importance qui est reconnue de droit à la taxonomie, perçue comme étant le socle sur lequel reposent les autres connaissances biologiques, et sa situation de fait au sein des autres disciplines biologiques. Ainsi, la taxonomie est souvent considérée comme une discipline statique, et ses résultats comme dotés de faible valeur scientifique.

7Le plus souvent, la taxonomie apparaît comme une science descriptive, ce qui a deux effets négatifs. Premièrement, l’adjectif « descriptif » est souvent employé de façon péjorative : la taxonomie est ainsi perçue comme une discipline purement descriptive, c’est-à-dire à peine scientifique. Deuxièmement, cette conception de la taxonomie masque une composante importante du travail des taxonomistes depuis au moins deux siècles, à savoir qu’ils élaborent, testent et révisent des hypothèses sur la structure de la biodiversité passée, présente et même future. Par exemple, Wheeler (2004) souligne que « chaque clade, quel que soit son rang linnéen, est une hypothèse. Chacune de ces hypothèses représente une généralisation à partir de laquelle sont prédites des observations futures spécifiques ». On peut se convaincre de l’importance des révisions taxonomiques en consultant les descriptifs du réseau EDIT (European Distributed Institute of Taxonomy, https://cybertaxonomy.eu/​node/​2) et du programme ARTS (Advancing Revisionary Taxonomy and Systematics : http://www.nsf.gov/​pubs/​2011/​nsf11037/​nsf11037.jsp), dans lesquels les révisions taxonomiques sont présentées comme des étapes décisives (voir également Crawson, 1970). C’est par exemple la découverte d’un cas de dimorphisme sexuel qui provoque une révision taxonomique (voir Viosca, 1933 pour un exemple ancien où est montrée la synonymie entre Emys troostii, qui s’applique aux adultes mâles, et Emys elegans, qui s’applique aux femelles et aux jeunes mâles ; voir également Longley, 1936).

8L’ignorance plus ou moins assumée de la nature du travail taxonomique est au cœur de la fracture entre les taxonomistes et les autres biologistes. Bortolus (2008) indique ainsi que c’est la structure tout entière de la communauté scientifique internationale qui en est affectée. Dans cette partie, nous commençons par présenter quelques prises de position notables parmi les biologistes non taxonomistes, puis nous passons aux catégories généralement utilisées par les historiens des sciences pour parler de la place de la taxonomie au sein des autres disciplines biologiques. Nous montrons que ces prises de position et ces catégories contribuent à augmenter l’incompréhension qui règne entre les taxonomistes et les autres biologistes.

La taxonomie vue par les autres biologistes

Analyse de la crise

9La thèse selon laquelle la taxonomie fait actuellement face à une crise majeure est devenue courante au cours des années 2000 (voir par exemple Wilson, 2004 ; Wheeler, 2004 ; l’expression de « handicap taxonomique » date quant à elle des années 1990, voir Rodman, Cody, 2003). Son corollaire est qu’elle doit, en tant que discipline, se renouveler de fond en comble.

10Parmi les critiques les plus virulents de l’état actuel de la taxonomie, on trouve Godfray (2007) et Evenhuis (2007), qui dénoncent sa « léthargie » et sa lenteur à attribuer des noms d’espèces (Tautz et al., 2003 ; Gaston, O’Neill, 2004 ; Blaxter, 2004 ; Miller, 2007). Ces biologistes conçoivent unanimement le rôle de la taxonomie comme celui d’un prestataire de services pour les autres biologistes, et plus généralement pour tous les utilisateurs de noms d’espèces (médecins, conservateurs de parcs naturels, etc.). Dans cette perspective, ils jugent que les services rendus sont actuellement médiocres parce que les noms d’espèces arrivent toujours bien trop tard au vu de l’urgence de la crise de la biodiversité. Selon Godfray, en particulier, le mauvais état actuel de la taxonomie et son inefficacité en tant que prestataire de services sont dus à l’absence d’une cyberstructure propre à diffuser parmi les demandeurs les résultats tant attendus des analyses taxonomiques.

11Une partie des critiques les plus agressifs de la taxonomie la considèrent comme une « science faite », comme un ensemble de résultats statiques à disposition des autres scientifiques, qui, eux, sont engagés dans une activité dynamique de production de résultats nouveaux. Ils nient volontiers son caractère de « science en train de se faire », selon la distinction de Bruno Latour (1987), c’est-à-dire qu’ils ne la considèrent pas comme une discipline scientifique vivante, sur le même plan que les leurs propres. C’est là l’attitude la plus radicale. Une attitude différente, elle aussi largement partagée, est d’ignorer ou d’oublier sur quelles hypothèses repose l’activité des taxonomistes, ce qui revient également à s’en faire une image erronée. Nous revenons sur cet aspect dans la section 3.

Propositions pour y remédier

12Les biologistes travaillant à l’extérieur de la taxonomie ne manquent pas d’idées pour améliorer la situation et n’hésitent pas à décrire ces idées comme des solutions universelles. C’est particulièrement le cas pour ceux qui, comme Godfray (2007), prônent la mise en place rapide d’un « paradigme cybertaxonomique » permettant d’effectuer automatiquement les analyses taxonomiques que les taxonomistes sont si lents à produire. Grâce à cette cyberstructure reposant sur le séquençage rapide de certaines parties des génomes, les biologistes pourraient tout simplement se passer des taxonomistes. L’analyse taxonomique serait à la portée de tout un chacun.

13La plupart des propositions visant à remplacer purement et simplement l’analyse taxonomique (coûteuse en temps et requérant des compétences longues à acquérir) par le recours à la bio-informatique s’appuient sur deux éléments. D’une part, elles tablent sur l’essor récent des bases de données génétiques qui contiennent de l’information génétique facilement accessible, et d’autre part sur le développement du projet de Barcoding of Life (Hebert et al., 2003) qui a pour but de permettre l’association rapide d’un spécimen à un nom d’espèce à partir du séquençage in situ d’un de ses gènes. Le projet de Barcoding of Life est fondé sur la constitution d’une base de données de référence permettant d’associer à des séquences d’ADN standardisées (c’est-à-dire des régions de l’ADN présentes de façon homologue chez tous les organismes) des données taxonomiques (c’est-à-dire des noms d’espèces en latin), qui sont elles‑mêmes associées à des spécimens conservés dans des collections d’histoire naturelle. La mise en pratique in situ n’est qu’un projet, puisque le moyen de séquencer rapidement et sur place le gène qui a été choisi pour mener à bien la tâche d’identification n’existe pas encore. Cependant, la constitution de la base de données est en bonne voie et se développe actuellement et couvre pour certains taxons davantage de gènes que ce qui était prévu dans le projet initial (http://www.barcodinglife.com/​).

14Comme nous allons le voir, les taxonomistes considèrent eux aussi le développement du Barcoding of Life comme un espoir pour leur discipline, et comme une solution plausible au handicap taxonomique, mais à certaines conditions. Ainsi insistent-ils sur la nécessité de faire reposer l’identification rapide et automatique des espèces sur le corpus des connaissances taxonomiques, en tant qu’il évolue au fur et à mesure que de nouvelles hypothèses et de nouvelles méthodes sont mises au jour. Au contraire, les biologistes extérieurs à la taxonomie, qui l’envisagent comme un simple prestataire de services, voient volontiers le projet de Barcoding of Life comme un moyen simple de passer outre les lenteurs de l’expertise taxonomique. Ici encore, deux conceptions de la taxonomie s’opposent : d’une part, celle qui la considère comme une discipline scientifique dynamique, lancée dans un processus continu de production de connaissances, d’hypothèses et de méthodes nouvelles, et d’autre part celle qui la voit comme une activité stérile dont les moyens modernes de séquençage, de stockage et de communication de l’information génétique permettront rapidement de se passer.

La taxonomie vue par les historiens des sciences

  • 1 Plus précisément, les articles et ouvrages d’histoire décrivant le rôle des collections (jardins et (...)

15Même s’il existe assez peu de travaux historiques sur la taxonomie1, nous estimons que le point de vue qu’ils développent presque tous est intéressant à discuter car il complète celui que nous avons présenté dans la section précédente. Les historiens de la biologie structurent en général leurs récits à partir de l’opposition traditionnelle entre histoire naturelle et sciences expérimentales. Cette opposition a été défendue par les biologistes eux-mêmes aux débuts de la biologie moléculaire : les premiers biologistes travaillant en laboratoire ont ainsi construit une image d’eux-mêmes qu’ils ont définie par opposition aux naturalistes de terrain. Ils ont également souligné la proximité entre leurs modes de travail et ceux des physiciens (les physiciens étaient nombreux dans les laboratoires de biologie dans les premiers temps de la biologie moléculaire), ce qui a contribué à creuser l’opposition.

16Comme le montre Bruno Strasser (2007, 2008, 2010a, 2010b, 2011, 2012), l’opposition entre histoire naturelle et biologie de laboratoire est souvent caricaturale. Elle est en effet la particularisation à la biologie de l’opposition habituelle entre tradition et modernité, qui est rarement aussi éclairante qu’on le souhaiterait. La « biologie traditionnelle » est ainsi décrite comme ayant pour tâche de décrire la diversité de la nature à partir d’observations principalement qualitatives et de méthodes comparatives. Sa scientificité est souvent jugée incertaine. Son principal vecteur est la monographie. Par opposition, les biologistes de laboratoire pratiquent l’expérimentation, sont soucieux de résultats quantitatifs, recherchent des explications mécanistes et réductionnistes. Leurs vecteurs sont les articles dans des revues à comité de lecture. Selon cette conception tranchée, les pratiques des naturalistes et celles des expérimentateurs sont incompatibles et mutuellement exclusives.

17Le principal problème de cette opposition couramment mise en œuvre est qu’elle ne rend pas compte des débats actuels de façon satisfaisante. En effet, les taxonomistes d’aujourd’hui sont tout autant des « expérimentateurs » que des « naturalistes », en ce qu’ils doivent maîtriser les techniques de séquençage ainsi que les risques d’erreur qui leur sont liés. La dichotomie entre « expérimentateurs » et « biologistes de terrain » ne semble plus susceptible – si elle l’a jamais été – d’éclairer l’état actuel des relations entre la taxonomie et les autres disciplines biologiques.

18C’est la raison pour laquelle Strasser propose une analyse concurrente. Il souligne ainsi l’essor des bases de séquences (banques de gènes, bases de données génétiques de tous ordres), qui apparaissent d’un côté comme l’avant-garde de la recherche en biologie moléculaire, et sont de l’autre le fruit de pratiques propres à l’histoire naturelle. Strasser insiste également sur le fait que la recherche biologique in silico constitue une forme originale de big science, ce qui représente une innovation importante pour les sciences de la vie. Le fait que cette innovation participe de l’évolution de la taxonomie joue selon lui un rôle important pour le positionnement de cette discipline au sein des sciences de la vie : elle peut être considérée à bon droit comme étant à la pointe des avancées technologiques. En outre, dans ce nouveau contexte de production du savoir, les méthodes de l’histoire naturelle s’articulent systématiquement à celles de l’expérimentation en laboratoire. Elles sont donc complémentaires plutôt que concurrentes. Selon l’analyse proposée par Strasser, les pratiques actuelles des taxonomistes battent donc en brèche l’opposition ancienne entre expérimentateurs et biologistes de terrain ; en raison de leur utilisation quotidienne des bases de séquences, elles réfutent également toute affirmation du caractère passéiste de leur discipline.

19Même si les études historiques de Strasser apportent un éclairage différent de celui que proposent les autres historiens de la biologie sur la situation de la taxonomie, il nous semble qu’elles restent structurées à partir d’oppositions classiques qui les empêchent de prendre en compte des éléments qui nous apparaissent au contraire déterminants. Ainsi, même si Strasser cherche à montrer que pour les taxonomistes d’aujourd’hui, l’approche expérimentale et l’approche de terrain sont complémentaires plutôt qu’incompatibles, l’opposition entre les deux continue de jouer un rôle déterminant dans son analyse. Il nous semble au contraire que la prise en compte du cadre théorique propre à la taxonomie actuelle permet de mieux prendre la mesure du débat tant externe qu’interne à la taxonomie, comme nous le montrons dans la section « Éclairages complémentaires ».

Au sein de la taxonomie

20Rares sont les taxonomistes qui ne réagissent pas publiquement aux attaques dont ils font l’objet. Cependant, leurs réactions ne sont pas toutes de même nature et révèlent que le cœur même de leur discipline est agité de discussions parfois vives. Dans cette section, nous présentons les principaux aspects du débat interne à la taxonomie. Nous commençons par mettre au jour les convictions communes qui animent les taxonomistes, puis nous relevons certaines caractéristiques rhétoriques qui, à notre sens, sont à distinguer des aspects du débat. Enfin, nous présentons les solutions proposées par les taxonomistes pour sortir de la crise.

Des convictions communes

21Même si, comme nous allons le voir, les taxonomistes ne sont pas tous d’accord sur les raisons de la crise ni sur la conduite à adopter pour en sortir, ils semblent partager un certain nombre de convictions sur la nature de leur discipline, qui forment l’assise commune à partir de laquelle les débats s’engagent. Dans cette section, nous souhaitons mettre au jour ces convictions communes.

22Ce que les taxonomistes ont en commun est de considérer que la taxonomie est une science fondamentale, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, les descriptions d’espèces forment le socle commun de nombreuses autres disciplines des sciences biologiques, allant, entre autres, de l’écologie à la génétique des populations, des disciplines de la conservation à la médecine. Sans l’apport des taxonomistes, la portée des travaux des autres biologistes serait considérablement limitée. D’autre part, le travail taxonomique consiste à émettre des hypothèses sur la structure de la biodiversité. Les taxonomistes, loin de décrire leur activité comme de la prestation de service, l’inscrivent dans une démarche d’élaboration et de révision d’hypothèses, à partir de données provenant de sources multiples (Dayrat, 2005 ; Will et al., 2005). Examinons à présent les détails pratiques d’une telle démarche.

23Le travail d’inventaire des taxonomistes, portant sur la biodiversité actuelle et passée, s’appuie aujourd’hui sur la théorie de l’évolution. Dans le cadre de cette théorie, la biodiversité actuelle et passée est le produit d’une histoire qui a progressivement conduit à l’apparition d’ensembles disjoints d’organismes. Ce sont ces groupes qui sont appelés des « espèces ». C’est ainsi parce qu’elle identifie les mécanismes responsables de la formation des espèces que la théorie de l’évolution sert de fondement à la taxonomie. Il s’agit de mécanismes de tri, dont l’un est aléatoire (la dérive génétique), et l’autre sélectif (la sélection naturelle). Leur action est déterminée d’une part par les caractéristiques des organismes, et d’autre part par le contexte spatio-temporel dans lequel ils se trouvent (environnement biotique et abiotique, période de l’histoire de la Terre, événements divers auxquels ils se trouvent mêlés – irruption volcanique, chantiers de construction, etc.). L’action conjointe de la dérive et de la sélection naturelle dans les divers contextes spatio-temporels a pour effet de conférer une structure arborescente au réseau généalogique que forment les organismes. La biodiversité à un moment donné apparaît donc comme le degré d’arborescence du réseau généalogique des organismes. Les événements de spéciation correspondent aux moments où le réseau se divise de façon définitive ; et les espèces, en tant qu’entre-nœuds du réseau, sont d’importantes unités de décompte de la biodiversité.

24L’armature théorique de la théorie de l’évolution, que nous venons d’esquisser, permet de préciser ce qu’on entend par « inventorier et décrire les espèces » : il s’agit de proposer des hypothèses sur la structure du réseau généalogique des organismes. Ces hypothèses s’appuient sur les explications proposées dans le cadre de la théorie de l’évolution, et permettent à leur tour d’affiner ces explications. À partir de l’articulation qui vient d’être présentée entre taxonomie et théorie de l’évolution, on voit pour quelles raisons les outils théoriques utilisés par les taxonomistes pour émettre des hypothèses sur la structure du réseau généalogique tombent sous trois catégories principales, qui déterminent les relations entre la taxonomie et la biologie de l’évolution d’une part, et la phylogénétique de l’autre :

  • l’étude de la ressemblance entre caractères, qu’ils soient morphologiques ou génétiques (c’est l’alpha-taxonomie) ;

  • l’étude des flux de gènes (grâce à la génétique et à la biologique des populations) ;

  • l’étude de l’histoire commune des organismes (grâce à la reconstruction phylogénétique).

25De par l’arrivée permanente d’observations nouvelles, les hypothèses taxonomiques sont soumises à de continuelles révisions : selon les informations qu’ils parviennent à obtenir, les taxonomistes peuvent en effet être conduits à considérer différemment la structure du réseau généalogique. Ainsi, les espèces ne sont jamais identifiées que de façon provisoire et révisable.

26Au vu de la brève description qui précède, on comprend aisément pourquoi de nombreux taxonomistes s’insurgent lorsque l’on suggère de remplacer purement et simplement ce patient et riche travail par des procédures automatisées (Ebach et Holdrege, 2005). Il est clair à leurs yeux que leur discipline n’est pas d’une discipline appliquée, destinée à produire des artefacts utiles pour tous. Contre la conception selon laquelle la taxonomie a pour unique vocation de frapper la monnaie commune à l’ensemble des activités au sein de la biologie, autorisant ainsi le travail comparatif, les taxonomistes soulignent que les hypothèses qu’ils formulent sont au fondement de nombreuses prédictions (Lipscomb et al., 2003 ; Will et Rubinoff, 2004 ; Wheeler, 2004). On peut en trouver un exemple dans l’article de Puillandre et Holford (2010) qui utilise la phylogénie comme guide pour la recherche de molécules d’intérêt biochimique, sources d’éventuelles applications biomédicales : ici, la phylogénie s’appuie sur la taxonomie pour prédire quels taxons fourniront les molécules en question.

27Certains taxonomistes considèrent que la crise actuelle de la taxonomie n’est qu’un aspect de la « marginalisation institutionnelle » qui affecte la biologie des organismes en général (Gropp, 2003, 2004). Cette affirmation, qui nous semble faire partie des analyses sociologiques « sauvages » faites par les acteurs eux-mêmes, demanderait à être étayée ; cependant, il n’existe à notre connaissance aucune étude sociologique suffisamment fine pour le faire. En tout cas, elle indique que certains biologistes ressentent la crise actuelle de la taxonomie comme un des aspects d’une évolution de plus grande ampleur, qui est vécue comme menaçant une partie de la biologie.

Des déclarations enflammées

28Si la défense de la taxonomie par les taxonomistes passe par un exposé de leurs pratiques qui en affirme la rigueur, on trouve aussi dans les écrits des taxonomistes des énoncés moins précis qui sonnent davantage comme des déclarations d’intention que comme des arguments. Par exemple, Wilson (2004) affirme qu’« on peut à juste titre qualifier la taxonomie d’exploration pionnière de la vie sur une petite planète connue », et Wheeler et al. (2004) déclarent qu’« assurément, découvrir, décrire et classer les espèces de notre planète sont des buts dignes de la big science ». Des affirmations de ce type, courantes dans les projets de recherche, ont sans doute peu de chances, lorsqu’elles figurent dans des articles, de convaincre la partie adverse, et on peut se demander pourquoi on les trouve aussi fréquemment, étant donné leur peu d’effet escompté.

29Ces affirmations nous semblent refléter une caractéristique frappante du débat, que l’on pourrait qualifier de « dialogue de sourds ». Les taxonomistes ont beau rappeler quelles procédures ils mettent en œuvre, ceux qui les critiquent pour leur incapacité à rendre d’indispensables services aux autres biologistes s’en tiennent aux résultats, aux produits finis, à savoir les noms d’espèces, sans chercher à analyser la connexion entre les données disponibles et l’attribution des noms d’espèces. En un mot, sans chercher à comprendre que les noms d’espèces ne sont qu’un aspect de la pratique des taxonomistes. D’où la tentation, pour les taxonomistes, de réaffirmer la grandeur de la taxonomie, ce qui a pour principal effet que le débat piétine. Cette tentation participe peut-être de la « stratégie de reconquête d’une respectabilité scientifique » soulignée par Isabelle Mauz (2011), mais elle échoue à donner des bases saines au débat.

30De notre côté, nous voyons dans la rhétorique du débat entre les taxonomistes et leurs critiques le reflet d’erreurs manifestes de jugement : erreur sur la nature de la taxonomie (non seulement de la taxonomie actuelle, mais aussi de la taxonomie en tant que discipline ancienne) d’une part, erreur sur les rapports entre disciplines au sein de la biologie de l’autre. Ainsi, certains critiques de la taxonomie actuelle ne la considèrent manifestement pas comme une discipline scientifique à mettre sur le même plan que les autres.

Comment sortir de la crise ?

31Dans cette section, nous présentons quelques-unes des pistes qui sont discutées par les taxonomistes dans des articles récents. Nous montrons que leur communauté est traversée par de nombreux débats au sujet de la crise que traverse leur discipline. La première piste que nous présentons vise à améliorer l’impact des publications taxonomiques, et par voie de conséquence, la situation de l’emploi des taxonomistes. La seconde piste est celle mentionnée ci-dessus, qui passe par l’automatisation partielle de l’identification des espèces.

Améliorer la situation de l’emploi des taxonomistes et les pratiques éditoriales

32Parmi tous les aspects de la crise de la taxonomie, l’absence de perspectives d’emploi stable pour les possesseurs d’une certaine expertise taxonomique est particulièrement préoccupante. Plusieurs actions ont donc été entreprises afin d’améliorer la situation de l’emploi des taxonomistes, ce qui est considéré comme une condition pour sortir de la crise de la taxonomie. En 1994, la NSF (National Science Foundation) a lancé un important programme visant à développer systématiquement l’expertise taxonomique : il s’agit du programme PEET, Partnership for Enhancing Expertise in Taxonomy, dont le but explicite était de surmonter le « handicap » taxonomique en formant une nouvelle génération de taxonomistes.

33Cependant, comme le montrent Agnarsson et Kuntner (2007), l’expertise taxonomique n’est pas suffisante pour décrocher un emploi stable. La raison en est selon eux (mais tous les taxonomistes ne partagent pas cette analyse) que les revues à plus fort taux d’impact en biologie de l’évolution n’intègrent pas les révisions taxonomiques. Par conséquent, les auteurs de ces révisions sont rarement cités, ce qui a des conséquences néfastes sur leur employabilité. En outre, les descriptions nouvelles d’espèces ne sont admises qu’à titre exceptionnel dans les revues à fort taux d’impact, et seulement dans certains groupes (mammifères, oiseaux, certains fossiles – en un mot, les groupes les plus « populaires » en biologie de l’évolution, ce qui induit un important biais négatif pour les descriptions d’espèces d’autres groupes). Par contraste, les revues qui publient des travaux taxonomiques ont un taux d’impact plus faible.

34Selon Agnarsson et Kuntner, c’est le faible impact scientifique de la taxonomie, défini à partir des citations dans les revues les plus prestigieuses, qui empêche qu’elle soit considérée comme une discipline scientifique digne de ce nom (voir aussi Werner, 2006). Leur analyse de la façon dont la taxonomie est perçue de l’extérieur est qu’elle apparaît comme ayant un faible contenu scientifique, et comme pouvant donc être remplacée par des procédures automatisées, par exemple à partir de codes-barres d’ADN. C’est pourquoi ils préconisent que les descriptions et révisions taxonomiques soient systématiquement citées dans toutes les revues de biologie.

35Comme on l’a vu ci-dessus, l’analyse que font Agnarsson et Kuntner de la façon dont la taxonomie est perçue de l’extérieur est justifiée, mais d’autres taxonomistes ne partagent pas leur avis sur la solution à apporter à ce malentendu sur le travail taxonomique. En effet, dans leur analyse, Agnarsson et Kuntner négligent le fait que si les revues à fort taux d’impact intégraient les révisions taxonomiques, leur facteur d’impact baisserait automatiquement. La solution qu’ils proposent, qui ne tient pas compte de cette baisse, n’est donc pas satisfaisante.

La solution passe-t-elle par les nouvelles technologies de l’information et de la communication ?

36La plupart des taxonomistes ont réagi vivement à l’article provocateur de Godfray (2007), qui propose la mise en place d’une « cyberstructure taxonomique ». Ainsi, tout un collectif de taxonomistes (De Carvalho et al., 2007 ; De Carvalho et al., 2008) ont dénoncé fermement les malentendus qui sous-tendent les « solutions » de ce type à la crise de la taxonomie. L’un des malentendus les plus fréquents est de penser que les seules productions que les taxonomistes mettent à disposition des autres biologistes sont les noms d’espèces et les clés de détermination accompagnées d’indications sur la distribution des organismes. Comme nous l’avons souligné plus haut, ce malentendu reflète une méconnaissance largement répandue des relations théoriques qu’entretiennent la taxonomie, la systématique et la phylogénie. Fortes de ces relations théoriques, ces disciplines, loin d’être principalement destinées à produire des « données » pour les autres biologistes, se donnent avant tout pour tâche d’élaborer des hypothèses sur la structure passée et présente du réseau généalogique des organismes.

37On pourrait ajouter plus généralement que le présupposé selon lequel le but de la taxonomie est de produire des données est erroné : en effet, selon les procédures mêmes employées en taxonomie, les identifications d’espèces ne peuvent être considérées comme des données que de façon provisoire. Si on définit en effet les « données » comme des informations sur lesquelles on peut fonder une enquête scientifique, il apparaît clairement que les résultats de la taxonomie ne peuvent jouer ce rôle que de façon provisoire. La dynamique propre à cette discipline, manifestée par la série des révisions successives, fait que les noms d’espèces ne sont jamais attribués qu’à titre d’hypothèses au vu des meilleures connaissances disponibles à un moment donné. Tout diagnostic taxonomique est en effet susceptible de révision par nature. Le malentendu dénoncé par le collectif des taxonomistes signataires de l’article de De Carvalho et al. (2007) est une manifestation de l’erreur plus générale consistant à considérer les résultats de l’analyse taxonomique comme fixés une fois pour toutes : cette erreur revient à voir la taxonomie comme une « science faite », alors qu’il faudrait considérer ses résultats dans la dynamique propre à la recherche scientifique, c’est‑à-dire dans la dynamique de la « science en train de se faire ».

38La plupart des taxonomistes voient dans l’approche proposée par Godfray et d’autres une conception outrageusement réductionniste de la taxonomie, qui en fait une collection de recettes, produisant pour ainsi dire des gâteaux immuables. Dans le meilleur des cas (selon Godfray), le travail taxonomique consisterait purement et simplement en l’introduction d’une séquence génétique dans un programme informatique. Il s’agirait là d’une opérationalisation poussée à l’extrême du travail taxonomique : dans ce cas, toutes les hypothèses conduisant à l’attribution automatique d’un nom d’espèce à un spécimen seraient implémentées dans le programme informatique ; le chercheur n’aurait pas besoin de les connaître ni de maîtriser leurs conditions d’applicabilité. La plupart des taxonomistes voient dans cette réduction opérationaliste une réduction à l’absurde, qui nie purement et simplement l’entreprise d’évaluation et de révision d’hypothèses dont ils considèrent qu’elle est au cœur de leur travail.

39Dans ces conditions, la voie la plus prometteuse semble être celle de la systématique intégrative (Mooers, 2007 ; Forest et al., 2007, entre autres), qui s’appuie d’une part sur les caractères moléculaires, en raison de leur facilité d’accès, et les articule d’autre part à des informations morphologiques, écologiques, comportementales, géographiques, etc. Les caractères moléculaires sont faciles d’utilisation ; l’accès rapide à des bases de données génétiques rend ces caractères particulièrement efficaces pour certaines des tâches de la taxonomie. Cependant, ils ne peuvent être au fondement de diagnostics fiables s’ils ne sont pas associés à d’autres connaissances : connaissance des caractères morphologiques, comportementaux, etc., des habitats, de la phylogénie, mais aussi des relations entre toutes ces informations pour un groupe donné. Selon plusieurs chercheurs, c’est seulement à condition que l’ensemble de ces informations soient intégrées au sein de corpus de connaissances fiables, mais aussi révisables, que les caractères moléculaires, comme ceux utilisés dans le Barcoding of Life, peuvent contribuer à sortir la taxonomie de la crise qu’elle connaît actuellement.

40C’est la raison pour laquelle de nombreux taxonomistes estiment que le Barcoding of Life ne sera une solution à la crise de la taxonomie que s’il n’est pas perçu comme une panacée, puisqu’ils attribuent la valeur du travail taxonomique à l’évaluation toujours subtile de la fiabilité des hypothèses qu’ils proposent en s’appuyant sur des données toujours extrêmement lacunaires. Selon eux, les promesses du Barcoding of Life ne seront tenues que si on l’utilise comme un outil parmi d’autres pour le travail taxonomique (Meyer et Paulay, 2005 ; DeSalle et al., 2005 ; DeSalle, 2006). C’est seulement à cette condition que le Barcoding of Life évitera la critique parfois avancée de « phénéticisme ». Selon cette critique, le Barcoding of Life n’est qu’une forme récente de classification purement typologique des espèces, s’appuyant sur un unique caractère moléculaire (alors que les versions plus anciennes du phénéticisme s’appuyaient principalement sur des caractères morphologiques, en particulier des caractères mesurables). Rares sont aujourd’hui les systématiciens qui revendiquent une position phénéticiste. En effet, la principale motivation de cette position est d’être athéorique, puisque selon ses défenseurs, l’adoption de telle ou telle approche théorique particulière fait courir aux taxonomistes le risque que leurs diagnostics d’espèces soient biaisés. Or un consensus semble s’être imposé quant à la situation de l’entreprise taxonomique vis-à-vis de la théorie de l’évolution, selon lequel la taxonomie doit s’appuyer sur cette théorie, comme nous l’avons indiqué plus haut (voir Hull, 1970). Ainsi, il est couramment admis par la plupart des taxonomistes qu’une taxonomie fondée sur la théorie de l’évolution est plus satisfaisante qu’une taxonomie athéorique. Par conséquent, l’approche phénéticiste compte de moins en moins de partisans. C’est la raison pour laquelle qualifier le Barcoding of Life de « phénéticisme » en constitue une critique ouverte. La réponse à cette critique est que la boîte à outils fournie par le Barcoding of Life n’est efficace et pertinente que lorsque chacun de ses usages s’appuie sur un travail taxonomique de fond réalisé à partir des collections d’histoire naturelle, qui contiennent les données nécessaires à une utilisation fiable des données moléculaires.

41La plupart des critiques qui s’élèvent de l’intérieur de la taxonomie contre le Barcoding of Life sont résumées dans le slogan d’Ebach et Holdrege (2005) : « le Barcoding produit de l’information, pas de la connaissance ». Cependant, d’autres taxonomistes proposent de prendre ce slogan à revers en affirmant que l’information produite par le Barcoding peut être transformée en connaissance taxonomique si l’utilisation de l’outil de séquençage rapide est étroitement associée aux autres aspects du travail taxonomique. Dans la section suivante, nous indiquons comment une telle association peut être menée à bien.

Éclairages complémentaires

42Dans notre description du débat qui secoue actuellement la taxonomie, nous avons insisté jusqu’à présent sur les aspects qui sont le plus mis en avant par les participants internes et externes. Pour clore notre analyse, nous voulons à présent apporter à la discussion deux éléments qui nous semblent contribuer à une meilleure compréhension des enjeux auxquels les taxonomistes font face. Le premier de ces éléments est ce qui nous apparaît comme un grand instrument scientifique, comparable par exemple aux accélérateurs de particules en physique subatomique : il s’agit des collections d’histoire naturelle. Leur rôle est rarement pris en compte alors qu’il nous semble important non seulement pour mieux comprendre le travail taxonomique, mais aussi pour mieux cerner les enjeux institutionnels du débat. Le second élément que nous souhaitons souligner est la structure théorique de la taxonomie, dont nous considérons qu’elle pourrait être davantage prise en considération à la fois par les taxonomistes eux-mêmes et par les autres biologistes pour élaborer des pistes de sortie de crise.

Les collections d’histoire naturelle : de grands instruments indispensables à l’entreprise taxonomique

43Il existe deux raisons majeures pour lesquelles les collections d’histoire naturelle sont des instruments indispensables au travail taxonomique. La première tient au fait que la pratique de la taxonomie s’appuie depuis deux siècles sur une confrontation permanente avec les spécimens, et continue de le faire aujourd’hui. L’introduction de données génétiques en plus des données traditionnellement prises en compte n’a pas eu pour effet de bouleverser cette pratique qui, aux yeux des taxonomistes, repose sur de solides justifications. La seconde, de façon plus surprenante, tient à l’utilisation croissante de données moléculaires en taxonomie. Dans cette section, nous passons successivement en revue ces deux raisons.

44Pour mener à bien les différentes tâches qui incombent aux taxonomistes, et qui ont été présentées dans la section 2.1, les collections d’histoire naturelle sont de précieux outils. Elles contiennent en effet de nombreux éléments de connaissance sur lesquels peuvent s’appuyer les taxonomistes. Elles rassemblent ainsi non seulement les spécimens utilisables pour l’alpha-taxonomie à la fois morphologique et moléculaire, mais aussi de nombreuses autres informations sur le lieu, la date et les circonstances de la collecte. Même si les spécimens (appelés « holotypes ») conservés dans les collections n’ont pas vocation à être représentatifs de leur espèce, les informations qui leur sont associées permettent cependant d’établir des liens entre leurs caractéristiques et celles des autres membres de l’espèce. Ainsi les collections, si elles sont correctement entretenues et régulièrement approvisionnées, apparaissent comme de grands instruments scientifiques au même titre que les grands télescopes ou les accélérateurs de particules pour la première raison qu’elles permettent de constituer de vastes corpus de données et de connaissances scientifiques.

45On pourrait cependant se demander si les données génétiques ne sont pas amenées à supplanter, voire à remplacer purement et simplement, les autres données associées aux spécimens des collections. Comme on l’a vu, cette question est sous-jacente aux critiques de la taxonomie présentées dans la section 1. Pour y répondre, commençons par examiner le statut des données génétiques au sein de l’entreprise taxonomique. Le premier constat est qu’elles y jouent le même rôle que les données morphologiques, géographiques, écologiques, comportementales, etc. : elles servent d’indices dans le processus qui aboutit à l’élaboration d’hypothèses de délimitation d’espèces. Leur caractère robuste et apparemment univoque suggère qu’elles pourraient posséder un certain privilège dans cette fonction. Il n’en est cependant rien, puisqu’elles ne sont ni plus fiables, ni plus révélatrices de la place d’un taxon dans le réseau généalogique, ni plus certainement établies que les autres types de données. En outre, elles ne peuvent jouer leur rôle en taxonomie qu’à la condition qu’on puisse les associer en permanence à un spécimen référencé. Soulignons l’importance de ces deux derniers aspects : il est à la fois nécessaire que les données génétiques soient associées à un spécimen matériel, dont on peut prélever des échantillons pour faire de nouvelles analyses, et que ce spécimen soit référencé, c’est-à-dire que l’on puisse le localiser et le mettre en relation avec de nombreuses informations complémentaires. En outre, le spécimen en question doit avoir fait l’objet d’une première identification taxonomique, qui est par nature hypothétique, comme nous l’avons souligné plus haut, mais qui est utilisée par défaut avant éventuelle révision.

46Apportons à présent quelques précisions sur l’importance de l’association entre données génétiques et spécimens. La raison majeure pour laquelle les séquences génétiques ne peuvent remplacer les spécimens dans leur fonction de fournisseurs de données pour la taxonomie est que contrairement aux spécimens, elles ne constituent pas des données brutes, mais ne peuvent servir de supports de connaissances que si elles sont interprétées. Au contraire des spécimens, qui contiennent des données morphologiques et physiologiques brutes, les séquences génétiques sont issues de manipulations expérimentales accompagnées d’un important travail interprétatif. La facilité avec laquelle on obtient aujourd’hui des séquences n’enlève rien au fait que ce que l’on appelle « données génétiques » est le résultat d’un processus expérimental qui aboutit à l’élaboration d’hypothèses provisoires, qui, comme toutes les hypothèses, sont susceptibles d’être révisées. Ces considérations conduisent à transformer la question de départ : puisque les données génétiques ne sont pas susceptibles de se substituer aux autres corpus de données utilisés par les taxonomistes, il faut plutôt se demander comment la validité de ces « données » est assurée. La réponse est que ce qui rend possible la confirmation (ou la révision) de ces hypothèses que sont les séquences, c’est l’accès à leur source, à savoir un spécimen. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire que les spécimens à partir desquels on a tiré des données génétiques soient disponibles dans des collections.

47Un exemple récent illustre la nécessité, pour l’ensemble de la biologie, que le travail taxonomique soit fondé sur la référence à des spécimens. Il s’agit de celui des vers de terre, à propos desquels on s’est rendu compte en 2010 (James et al., 2011) que l’hypothèse selon laquelle il n’y a qu’une seule espèce (Lumbricus terrestris) est erronée. Les données moléculaires montrent en effet que sous ce nom de L. terrestris sont réunis des organismes appartenant à deux lignées évolutives divergentes. Par conséquent, ce nom désigne en fait deux espèces clairement distinctes d’un point de vue génétique. Au cours de l’histoire de la taxonomie des lombrics, une autre espèce, Lumbricus herculeus, avait été décrite par Savigny en 1826. Ce nom avait cependant été considéré comme injustifié par les naturalistes de l’époque et était considéré comme un synonyme de L. terrestris. Pour le dire autrement, l’hypothèse de la présence de deux espèces de vers de terre avait été rejetée. Le travail réalisé en 2010 par James et al. grâce à l’utilisation de matériel type (c’est‑à-dire de spécimens associés aux descriptions qui avaient à l’origine été associées aux noms d’espèce) a permis de montrer que l’une des deux lignées pouvait être attribuée au nom L. herculeus. Ce nom a donc été « ressuscité ».

48Malheureusement, la plupart des très nombreuses études menées sur les vers de terre dans l’ensemble des disciplines biologiques (car il s’agit d’un organisme modèle) l’ont été sans référence à quelque spécimen que ce soit, de sorte qu’il est impossible aujourd’hui de déterminer si les résultats obtenus dans ces études concernent l’une ou l’autre des deux espèces de vers de terre telles qu’elles sont redéfinies par les travaux de James et al. Si au contraire ces études avaient été menées en faisant systématiquement référence avec un ou plusieurs spécimens conservés, il serait possible de résoudre cet important problème.

49C’est en appliquant à quelques spécimens de L  terrestris la technique du Barcoding of Life que l’on s’est rendu compte de l’existence d’espèces cryptiques, c’est‑à-dire de deux espèces là où on pensait qu’il n’y en avait qu’une. Cet exemple illustre donc, en plus de l’importance de la conservation des spécimens pour l’ensemble des recherches biologiques, la complémentarité qui existe entre les pratiques anciennes de la taxonomie et les pratiques moléculaires. En effet, l’exemple montre clairement que les bases de données standardisées permettent sans conteste une accélération nécessaire de la description des espèces. Elles sont en outre encore plus performantes lorsque, comme celle du projet de Barcoding of Life, elles associent les données génétiques à des spécimens. On a donc là la seconde raison pour laquelle les collections d’histoire naturelle sont de grands instruments scientifiques.

50De nombreux taxonomistes plaident actuellement en faveur de la reconnaissance des collections comme de grands instruments scientifiques. Ainsi Bortolus (2008), Meier et Dikow (2004) et Wheeler (2004) insistent sur la nécessité de maintenir et d’enrichir des collections qui intègrent la taxonomie et l’écologie. Bortolus met également en évidence le fait que lorsque les auteurs de travaux en écologie ne prennent pas le soin de vérifier la qualité de leur information taxonomique, ils sont susceptibles de disséminer des erreurs dans l’ensemble de la communauté des biologistes. Une attribution de nom d’espèce mal justifiée peut être à la source d’une telle contamination, contre laquelle il est ensuite très difficile de lutter.

51Insistons pour finir sur le fait que les collections d’histoire naturelle ne sont des instruments scientifiques qu’à la condition d’être enrichies en permanence et non simplement considérées comme des lieux de mémoire. Pour que les collections d’histoire naturelle soient de véritables instruments scientifiques, il faut en outre, selon Meier et Dikow (2004) et Wheeler (2004), que les spécimens puissent être régulièrement réexaminés afin de vérifier qu’ils ont été correctement associés aux bonnes espèces. Il est d’autre part souhaitable que les diverses collections soient de mieux en mieux connectées de sorte que puisse émerger la notion de collection distribuée sur l’ensemble de la planète. C’est à ce prix – un prix assez élevé – que l’on pourra espérer garantir leur rôle de principaux instruments de la taxonomie et que l’on pourra éviter la propagation des erreurs d’identification, qui peuvent lourdement peser sur les résultats des autres disciplines de la biologie, comme on l’a vu à partir de l’exemple des vers de terre.

La place des hypothèses et du cadre théorique

52Pour clore notre présentation des débats qui agitent la taxonomie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, nous souhaitons mettre en évidence une caractéristique de ces débats qui nous paraît particulièrement importante. Ils ne portent pas seulement sur la meilleure façon de remédier au « handicap taxonomique » à l’heure de la sixième extinction, mais aussi sur la nature même de la taxonomie et sur sa place au sein des autres disciplines biologiques. C’est pourquoi c’est la façon de concevoir la taxonomie qui fait avant tout l’objet de la dispute, ainsi que l’attitude à adopter vis-à-vis du développement des banques de gènes en relation avec le travail taxonomique.

53Comment analyser cette caractéristique ? D’un côté, les différents points de vue qui sont exprimés sur la taxonomie apportent une certaine confusion au débat. Ils sont en effet souvent caricaturaux car ils reposent sur l’opposition traditionnelle soulignée par Strasser entre histoire naturelle et biologie expérimentale, alors que cette opposition ne constitue plus une grille de lecture éclairante. De l’autre, ils apparaissent comme des révélateurs de la cause majeure du problème dont souffre aujourd’hui la taxonomie. Il nous semble en effet que si la taxonomie a mauvaise presse, c’est que sa structure théorique est souvent occultée. Ce que nous entendons par « structure théorique de la taxonomie » est l’ensemble des énoncés sur lesquels elle s’appuie afin de pouvoir proposer des hypothèses d’espèces. Ces énoncés viennent pour la plupart de la théorie de l’évolution et reposent sur les outils et méthodes de la génétique des populations et de la biologie moléculaire. Ils forment le socle sur lequel peuvent s’appuyer les taxonomistes pour affirmer, de façon provisoire, que tel groupe d’organisme, qui a telle distribution géographique, et qui est lié phylogénétiquement à tels autres groupes, forme bien une espèce. Cette démarche peut être illustrée par le cas du genre de gastéropodes marins Bursa qui fait l’objet de l’article de Castelin et al. (2012). Les auteurs révisent à l’aide de caractères moléculaires les hypothèses taxonomiques qui étaient essentiellement fondées sur la morphologie des coquilles et utilisent pour ce faire les outils de la génétique des populations et de la phylogénie. Les espèces ainsi délimitées permettent ensuite de proposer des hypothèses quant aux processus ayant produit cette diversité spécifique.

54On voit sur cet exemple en quel sens le travail taxonomique consiste en la formulation et en la révision d’hypothèses sur la structure du réseau généalogique formé par l’ensemble des organismes passés, présents, et futurs. La structure théorique de ce travail, que nous avons décrite ci-dessous, est bien souvent passée sous silence par les taxonomistes eux‑mêmes et ignorées par les autres biologistes. Or il se pourrait que la prise de conscience de cette structure, en tant qu’elle est sous-jacente à la production de noms d’espèces et aux diagnostics d’espèces, soit une condition nécessaire pour sortir de la crise de la taxonomie. C’est du moins l’hypothèse que nous proposons.

Conclusion

55Dans cet article, nous avons décrit les débats qui affectent la taxonomie à la fois à l’extérieur et à l’intérieur, ainsi que les diverses solutions qui sont actuellement proposées à la crise qu’elle subit. Nous avons mis en lumière le rôle que jouent les données génétiques dans le travail taxonomique et souligné le caractère complémentaire des données génétiques et des spécimens conservés dans les collections d’histoire naturelle. Pour finir, nous avons présenté une hypothèse sur la cause de la tourmente qui s’est abattue sur la taxonomie, et sur les moyens de l’en faire sortir.

Nous remercions les participants de la table ronde « Shadows and Lights on Global Biodiversity : Taxonomy’s Revival » à Nanterre, juillet 2013, ainsi que les rapporteurs de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Agnarsson, I. & Kuntner, M. (2007). Taxonomy in a changing world: seeking solutions for a science in crisis. Systematic Biology, 56(3), 531-539.

Blaxter, M. L. (2004). The promise of a DNA taxonomy. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B, 359, 669-679.

Bortolus, A. (2008). Error cascades in the biological sciences: The unwanted consequences of using bad taxonomy in ecology. AMBIO, 37, 114-118.

Castelin, M., Lorion, J., Utge, J., Maestrati, P., Cruaud, C. & Samadi, S. (2012). Speciation patterns in highly dispersive gastropods from deep-sea seamounts. Molecular Ecology, 21, 4828-4823.

Crowson, R. A. (1970). Classification and biology. New York: Atherton Press.

Dayrat, B. (2005). Towards integrative taxonomy. Biol. J. Linn. Soc., 85, 407-415.

de Carvalho, M. R., Bockmann, F. A., Amorim, D. S., Brandao, C. R. F, de Vivo, M., de Figueiredo, J. L., Britski, H. A., de Pinna, M. C. C., Menezes, N. A., Marques, F. P. L., Papavero, N., Cancello, E. M., Crisci, J. V., McEachran, J. D., Schelly, R. C., Lundberg, J. G., Gill, A. C., Britz, R., Wheeler, Q. D., Stiassny, M. L. J., Parenti, L. R., Page, L. M., Wheeler, W. C., Faivovich, J., Vari, R. P., Grande, L., Humphries, C. J., DeSalle, R., Ebach, M. C. & Nelson, G. J. (2007). Taxonomic impediment or impediment to taxonomy? A commentary on systematics and the cybertaxonomic-automation paradigm. Evolutionary Biology, 3/4, 140-143.

DeSalle, R. (2006). Species discovery versus species identication in DNA barcoding efforts: response to Rubinoff. Conservation Biology, 20(5), 1545-1547.

DeSalle, R., Egan, M. G. & Siddall, M. (2005). The unholy trinity: taxonomy, species delimitation and DNA barcoding. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B, 360, 1905-1916.

Ebach, M. C. & Holdrege, C. (2005). DNA barcoding is no substitute for taxonomy. Nature, 434, 697.

Evenhuis, N. L. (2007). Helping solve the ‘‘other’’ taxonomic impediment: completing the eight steps to total enlightenment and taxonomic Nirvana. Zootaxa, 1407, 3-12.

Flowers, R. W. (2007). Taxonomy’s unexamined impediment. The Systematist, 28, 3-7.

Forest, F. et al. (2007). Preserving the evolutionary potential of oras in biodiversity hotspots. Nature, 445, 757-760.

Gaston, K. J. & O’Neill, M. A. (2004). Automated species identication: why not? Philosophical Transactions of the Royal Society of London B, 359, 655-667.

Godfray, H. C. J. (2007). Linnaeus in the information age. Nature, 446, 259-260.

Gropp, R. E. (2003). Are university natural science collections going extinct? BioScience, 5, 550.

Gropp, R. E. (2004). Threatened species: University natural science collections in the United States. Systematics & Biodiversity, 1(3), 285-286.

Hagen, J. B. (1984). Experimentalists and Naturalists in 20th-Century Botany –Experimental Taxonomy, 1920-1950, JHB, 17(2), 249-270.

Hagen, J. B. (1999). Naturalists, Molecular Biology, and the Challenge of Molecular Evolution, JHB, 32, 321-341.

Hebert, P. D. N., Cywinska, A., Ball, S. l. & deWaard, J. R. (2003). Biological identifications through DNA barcodes. Proc. R. Soc. Lond. B, 270, 313-322.

Hull, D. L. (1970). Contemporary systematic philosophies. Annual Review of Ecology and Systematics, 1, 19-54.

James S. W., Porco D., Decaëns T., Richard B., Rougerie R. & Erséus C. (2011). DNA Barcoding Reveals Cryptic Diversity in Lumbricus terrestris L., 1758 (Clitellata): Resurrection of L. herculeus (Savigny, 1826). PLoS ONE 5: e15629.

Kohler, R. E. (2002). Landscapes and Labscapes: Exploring the Lab-Field Border in Biology. Chicago: University of Chicago Press.

Latour, B. (1987). Science in Action: How to Follow Scientists and Engineers through Society, Harvard University Press; traduction française La science en action, Paris, La Découverte, 1989.

Lipscomb, D., N. I. Platnick, Q. Wheeler, D. (2003). The intellectual content of taxonomy: a comment on DNA taxonomy. Trends Ecol. Evol., 18, 65-66.

Longley, W. H. (1936). Species Studies and the Species Problem. The American Naturalist, 70, 97-109.

Mauz, I. (2011). Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle. Quaderni, 76, 13-23.

Meyer, C. P. & Paulay, G. (2005). DNA barcoding: error rates based on comprehensive sampling. PLoS Biology, 3(12), 2229-2238.

Miller, S. E. (2007). DNA barcoding and the renaissance of taxonomy. Proceedings of the National Academy of Sciences, 104(12), 4775-4776.

Mooers, A. Ø. (2007). The diversity of biodiversity. Nature, 445, 717-718.

Puillandre, N. & Holford, M. (2010). The Terebridae and teretoxins: Combining phylogeny and anatomy for concerted discovery of bioactive compounds, BMC Chemical Biology 2010, 10, 7.

Rodman, J. E. & Cody, J. H. (2003). The taxonomic impediment overcome: NSF’s Partnerships for Enhancing Expertise in Taxonomy (PEET) as a model. Syst. Biol., 52 428-435.

Samadi, S. & Barberousse, A. (2006). The Tree, the Network and the Species. The Biological Journal of the Linnean Society, 89 (3), 509-522.

Samadi, S. & Barberousse, A. (2009). Species: Towards new, well-grounded practices. A response to Velasco. The Biological Journal of the Linnean Society, 97, 217-222.

Samyn, Y. & Massin, C. (2002). Taxonomists’ requiem? Science, 295, 276-277.

Strasser B. J. (2012). Data-driven sciences: From wonder cabinets to electronic databases, Studies in the History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 43, 85-87.

Strasser, B. J. (2007). Collectionner ou expérimenter ? Les bases de données bioinformatiques, un nouveau lieu de production du savoir. In C. Jacob (éd.), Les lieux de savoir (pp. 681-703). Paris : Albin Michel.

Strasser, B. J. (2008). GenBank: Natural History in the 21st Century? Science, 322, 537-538.

Strasser, B. J. (2010a). Laboratories, Museums, and the Comparative Perspective: Alan A. Boyden’s Serological Taxonomy, 1925-1962, Historical Studies in the Natural Sciences, 40(2), 149-182.

Strasser, B. J. (2010b). Collecting, comparing, and computing sequences: The making of Margaret O. Dayhoff’s Atlas of Protein Sequences and Structure, 1954-1965, Journal of the History of Biology, 43, 623-660.

Strasser, B. J. (2011). The Experimenter’s Museum: GenBank, Natural History, and the Moral Economies of Biomedicine, 1979-1982, Isis, 102, 60-96.

Tautz, D., Arctander, P., Minelli, A., Thomas, R. H. & Vogler, A. P. (2003). A plea for DNA taxonomy. Trends Ecol. Evol., 18, 70-74.

Viosca P, Jr. (1933). The Pseudemys troostii-elegans Complex, a Case of Sexual Dimorphism. Copeia, 1933, 208-210.

Werner, Y. L. (2006). The case of impact factor versus taxonomy: A proposal. J. Nat. Hist., 40, 1285-1286

Wheeler, Q. D. (2004). Taxonomic triage and the poverty of phylogeny. Philos. Trans. R. Soc. B, 359, 571-583.

Will, K. W, Mishler, B. D. & Wheeler, Q. D. (2005). The perils of DNA barcoding and the need for integrative taxonomy. Syst. Biol., 54, 844-851.

Will, K. W., Rubinoff, D. (2004). Myth of the molecule: DNA barcodes for species cannot replace morphology for identification and classification. Cladistics, 20, 47-55.

Wilson, E. O. (2004). Taxonomy as a fundamental discipline. Philos. Trans. R. Soc. B, 359, 739.

Haut de page

Notes

1 Plus précisément, les articles et ouvrages d’histoire décrivant le rôle des collections (jardins et musées) dans le développement de l’histoire naturelle sont abondants, mais peu ont été consacrés aux développements récents de la taxonomie. Les travaux de Hagen et Kohler sont des exceptions (Kohler, 2002 ; Hagen, 1984, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouk Barberousse et Sarah Samadi, « La taxonomie dans la tourmente »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/6969

Haut de page

Auteurs

Anouk Barberousse

Professeure d’histoire et de philosophie de la physique à l’Université Lille 1. Elle travaille sur les différents types de représentation scientifique : théories, modèles, simulations numériques. À partir d’une réflexion sur les théories scientifiques, elle a été amenée à travailler avec Sarah Samadi sur la théorie de l’évolution, puis sur l’un de ses concepts centraux, celui d’espèce.

Adresse : UFR de Physique Université Lille 1, Bât. P5bis Cité Scientifique, F-59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
Courriel : anouk.barberousse[at]univ-lille1.fr

Sarah Samadi

Professeure au Museum National d’Histoire Naturelle. Ses domaines de recherche sont la théorie de l’évolution et le concept d’espèce. Ses recherches empiriques portent sur la délimitation d’espèces et les processus de spéciation. Elle utilise pour les mener la génétique des populations et la taxonomie intégrative. Son champ d’enquête privilégié est la vie en eaux profondes.

Adresse : Département de Systématique et Evolution - UMR 7138, Museum National d’Histoire Naturelle Case postale 26 57, Rue Cuvier FR-75231 Paris Cedex 05 (France)
Courriel : sarah[at]mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search