Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-2Dossier thématiqueDe l’observation à la protection ...

Dossier thématique

De l’observation à la protection des oiseaux

Le tournant vers la protection de la nature chez les ornithologues amateurs slovènes
From collecting to protecting birds. The turn of slovenian amateur ornithology to nature conservation
Observación de la protección de los aves. El giro de los observadores de aves en Eslovenia hacia la protección de la naturaleza
Dan Podjed

Résumés

Les ornithologues amateurs sont connus, ou au moins stéréotypés, pour leur tendance à « collectionner » les observations d’oiseaux, et à les classer dans des catégories bien organisées – les groupes taxonomiques. Mais en est-il toujours vraiment ainsi ? Les membres de la plus grande association d’ornithologie slovène fournissent un exemple contraire. Ils ont commencé à regarder les oiseaux du point de vue de la conservation de la nature. Au niveau de l’association, cette transformation du collectionneur en protecteur des oiseaux commence par le fait de se distinguer du père fondateur de l’organisation qui était la principale force qui portait le catalogage initial des oiseaux slovènes dans les années 1970 et 1980. Une transformation de l’association s’est produite après son départ ; elle a conduit les ornithologues à percevoir autrement le monde naturel. Ils continuent à observer les oiseaux, mais leur principal objectif concerne désormais la protection des oiseaux ainsi que d’autres espèces animales et végétales ainsi que leurs habitats.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tudge (2008, p. 93) suppose qu’il y a un peu plus d’espèces d’oiseaux, estimant leur nombre à envir (...)

1Les ornithologues amateurs sont considérés comme de fervents « collecteurs » d’observations sur les oiseaux. Les oiseaux qu’ils observent sur le terrain sont généralement scrupuleusement identifiés et classés systématiquement dans l’une des quelque dix mille espèces aviaires (Schneck, 2009, p. 14)1. Chacune de ces espèces peut être classée dans un genre et ce genre dans une famille, etc. Ainsi, ceux qui observent les oiseaux instituent un ordre à partir du désordre apparent de la perception cognitive car, comme l’a précisé Friedrich Nietzsche, l’aspiration et la nécessité fondamentale de l’homme sont de « construire un ordre pyramidal selon des castes et des degrés, créer un monde nouveau de lois, de privilèges, de subordinations, de délimitations, monde qui s’oppose désormais à l’autre monde, celui des premières impressions, comme étant ce qu’il y a de plus ferme, de plus général, de plus connu, de plus humain [...] » (cité par Karnicky, 2004, p. 257). Les propos de l’ornithologue et journaliste britannique, Stephen Moss, s’apparentent à ce jugement : « Quand nous observons les oiseaux, il est tout à fait normal de vouloir les ordonner. Nous naissons avec le besoin de catégoriser et de cataloguer le monde qui nous environne – on comprend les choses en les nommant » (Moss, 2006, p. 24). Les observateurs d’oiseaux illustrent donc parfaitement comment nous saisissons le monde et instituons un ordre à partir du désordre, du familier à partir de l’inconnu et de la généralisation à partir d’exemples isolés (par exemple Schutz, 1972 ; Berger et Luckmann, 1966).

  • 2 Ce terme d’origine anglaise désigne les personnes qui consacrent beaucoup de leur temps libre à voy (...)

2Les amateurs d’ornithologie sont par leur comportement, tout du moins selon le stéréotype que l’on en a, non seulement des « amoureux de l’ordre », mais aussi d’exceptionnels compétiteurs. L’anthropologue John Liep qui a étudié des ornithologues danois, a établi que la collecte et la systématisation des informations recueillies par les observateurs d’oiseaux s’apparentent à la cérémonie pacifique d’échange de dons de la kula (Malinowski, 1932 ; Mauss, 1996), s’agissant dans les deux cas de « compétition, de rivalité, de confiance et un effort considérable en vue de l’autopromotion par l’appropriation d’objets convoités » (Liep, 2001, p. 11) ; pour les ornithologues, il suffit que ces « objets convoités » soient repérés dans l’environnement naturel. Les amateurs d’ornithologie danois ne cessent de se mesurer pour savoir qui a compté le plus d’oiseaux, a recueilli le plus d’informations ou qui a découvert un spécimen rare ; une telle rivalité, proche de celle de la kula, conduit à la volonté obsessionnelle de collecter des espèces rares d’oiseaux (Liep, 2001, p. 15). La compétition chez les « twitchers »2, en Grande‑Bretagne, aux États‑Unis et ailleurs dans le monde, est plus extrême : ces derniers, en effet, consacrent beaucoup de temps et d’efforts à observer et à inventorier les espèces les plus rares d’oiseaux afin de s’en prévaloir auprès de la communauté ornithologique (Cocker, 2001 ; voir aussi Obmasic, 2004 ; Riley, 2007 chez qui, dans un style populaire, est également mise au jour une compétition entre les ornithologues amateurs américains ou britanniques).

3L’ornithologie amateur est-elle réellement intrinsèquement liée à la volonté de compartimenter le monde vivant ? Les ornithologues amateurs sont-ils réellement inclinés à comparer le résultat de leurs recherches et à rivaliser ? L’étude ethnographique que j’ai menée auprès des ornithologues amateurs slovènes m’a permis de constater qu’ils accordaient plus d’importance à la protection de la nature qu’à l’observation et à l’étude des oiseaux, qu’ils privilégiaient l’écologie au détriment de la taxinomie. En outre, la coopération et le travail en équipe, au sein de l’association où j’ai mené mes recherches, étaient plus importants que la compétition et que l’accumulation individuelle de résultats ornithologiques, en ce qui concerne l’observation des oiseaux, mais aussi la protection de la nature.

4Comme nous le verrons, un tournant s’est opéré chez les ornithologues amateurs slovènes à la fin des années 1990 du siècle précédent, faisant passer l’ornithologie amateur de la structuration, du catalogage et de la catégorisation à l’écologie, de l’observation au travail d’équipe intimement lié à la protection de la nature. L’association a fini par se professionnaliser en créant des emplois pour des experts qui se consacraient désormais aux activités concernant la protection de la nature.

5Les membres des associations ornithologiques, influencés par les tendances en vogue à l’échelle nationale et mondiale, se sont rendu compte que leurs loisirs de départ, à savoir l’observation et l’étude des oiseaux étaient irréductiblement liés à la conservation de la nature, puisqu’il faut d’abord protéger les oiseaux pour pouvoir les inventorier et les cataloguer à long terme.

6Cette étude aborde le déplacement de l’observation vers la protection des oiseaux sur trois plans différents, social, organisationnel et individuel, illustrés avec trois exemples. Le premier cas étudié traite de la genèse d’une zone protégée à partir d’une zone humide écologiquement dégradée située près d’une ville côtière slovène. Dans le deuxième cas, je rends compte de dilemmes éthiques surgis lors de l’apparition d’un oiseau rare en Slovénie, tandis que le troisième cas met en lumière le tournant dans la trajectoire professionnelle d’un membre de l’association qui s’est transformé d’observateur des oiseaux en leur protecteur.

Observation des observateurs

7Les recherches ethnographiques qui ont constitué le point de départ de cette étude ont été menées dans le cadre du projet triennal EU-wide monitoring methods and systems of surveillance for species and habitats of Community interest (EuMon), qui s’est déroulé dans le cadre du 6e programme-cadre de l’Union européenne. L’étude des aspects sociaux relatifs à l’observation de la nature n’a représenté qu’une petite partie du projet. La partie la plus importante, menée essentiellement par des biologistes et des naturalistes, visait à décrire et à analyser les régimes de surveillance, à savoir comment les amateurs et les experts observaient la biodiversité au sein de l’Union européenne.

  • 3 Nous avons étudié plus profondément et à long terme quatre organisations. Pour cinq autres organisa (...)

8Afin d’examiner les dimensions sociales de l’étude de la biodiversité menée par des bénévoles, nous nous sommes concentrés sur neuf organisations implantées dans six pays européens (Grande Bretagne, Pologne, Slovénie, Lituanie, Danemark, Italie). Les différents collaborateurs du projet ont étudié ces différents groupes en adoptant une approche de recherche ethnographique3, essentiellement par l’intermédiaire d’entretiens, de groupes de discussion (angl. focus groups) et de recherches de terrain (les résultats de ces recherches comparatives sont publiés dans Bell et al., 2008 ; Bell, Marzano et Podjed, 2010 ; Bell et al., 2011).

  • 4 La DOPPS a été fondée en 1979, ce qui représente une période assez longue par rapport aux autres as (...)
  • 5 Les frontières entre les catégories de l’amateur, de l’expert, du bénévole et du professionnel sont (...)

9En Slovénie, nous avons passé au crible ethnographique l’Association d’observation et d’étude des oiseaux de Slovénie (Društvo za opazovanje in proučevanje ptic Slovenije –DOPPS), qui est la plus grande organisation non gouvernementale à but non lucratif, ses membres étant des amateurs, mais aussi, en partie, des professionnels de l’ornithologie. Nous avons choisi d’étudier cette association en raison de sa relative longue histoire4 et de sa notoriété publique résultant de l’écho de la campagne publicitaire sur la protection de la nature qu’elle a menée en collaboration avec une entreprise de télécommunication. Le principal objectif de cette recherche était d’étudier la structure spécifique de cette association au sein de laquelle des bénévoles mènent des activités à un niveau de professionnalisme relativement élevé. Cette association regroupe, en sus de plus de vingt employés réguliers, quelque 1000 membres ; ainsi la DOPPS n’est plus uniquement une organisation ornithologique de bénévoles et d’amateurs, mais, depuis la moitié des années 1990, une organisation (semi)professionnelle au sein de laquelle travaillent des experts éminents de l’ornithologie et de la conservation de la nature5.

  • 6 John Liep, qui a mené cette étude ethnographique auprès d’ornithologues danois, a qualifié, un peu (...)

10Les recherches ethnographiques que j’ai menées auprès des membres de la DOPPS m’ont amené, entre autres, à conduire trente entretiens semi-structurés et à organiser trois groupes de discussion (focus groups). En outre, j’ai participé à des activités de protection de la nature organisées par cette association, à la description d’oiseaux tout comme à leur observation, ceci constituant un véritable « apprentissage engagé » (voir Carrithers, 1992) ; en somme, je me suis investi sur le terrain en tant que novice dans le domaine de l’ornithologie. Après plus de deux années passées sur le terrain, j’ai appris (ou, plus précisément, on m’a appris) à reconnaître plusieurs espèces d’oiseaux ; je suis ainsi devenu non seulement observateur d’oiseaux, mais aussi « observateur d’observateurs »6 et j’ai pu entretenir des interactions, en tant que néophyte, avec les autres membres de l’organisation pour observer comment fonctionnait la DOPPS en tant que communauté de personnes à laquelle de nombreux membres consacrent beaucoup plus de temps qu’aux autres activités de la vie humaine (travail, famille, etc.). Chez de nombreux membres, l’activité professionnelle quotidienne est inséparablement liée au loisir et au temps libre qu’ils passent au sein de la DOPPS, ce qui correspond à la notion de loisir sérieux (en anglais serious leisure), terme qui selon Stebbins (2003, 2006) désigne l’activité systématique des amateurs ou des bénévoles où l’évolution de la carrière joue un rôle important.

Genèse de l’association

11L’ornithologie amateur est en Slovénie un loisir relativement récent. Après la Seconde Guerre mondiale, cette activité était quelque peu considérée comme une occupation inutile et futile. Dans les années 1960 et 1970, la perception publique de cette activité a graduellement changé, le nombre de passionnés d’oiseaux croissant bien que l’opinion publique continue à les considérer avec étonnement comme des originaux, certains étant même soupçonnés d’espionnage et de vouloir menacer le système social et politique de la Slovénie de l’ancienne Yougoslavie socialiste. Un des principaux fondateurs de l’association, dont nous parlerons plus longuement à la suite, a précisé dans l’un des entretiens ce qui suit :

Aujourd’hui, on pourrait dire que le « rating » était très faible. Toute personne qui était aperçue avec des jumelles à la main alors qu’il n’y avait, aux alentours, aucune curiosité touristique, les rumeurs faisaient de lui quelqu’un de pas très net. Il était considéré comme un doux rêveur qui écoutait l’herbe pousser. Ce n’est pas par hasard qu’à cette époque, nous, les ornithologues, avions assez souvent maille à partir avec les miliciens (tel était le nom que l’on donnait aux policiers à cette époque-là) que l’on appelait gardiens ou garants de la sécurité. Tout ornithologue qui observait des oiseaux à proximité d’une usine ou d’une foutue caserne était considéré comme un espion potentiel (Geister, selon Ahačič, 2008, p. 38).

12L’ancien président de l’association s’exprime de façon semblable quant à la perception publique de l’ornithologie et de la protection de la nature dans les années 1970, quand cette dernière s’annonçait déjà comme une valeur naissante sans pour autant être particulièrement soulignée :

Quiconque, à cette époque, se promenait dans la nature en bottes de caoutchouc et guettait les oiseaux avec des jumelles était considéré comme étrange. Les conséquences les plus graves pouvaient être d’ordre sociopolitique. Quiconque s’occupait de la conservation de marais ou d’un ancien verger était considéré comme un adversaire du développement socialiste (Trontelj, 1999, p. 1).

  • 7 Le baguage des oiseaux est une méthode d’étude des migrations des oiseaux : le chercheur fixe un an (...)

13L’association d’ornithologie a ainsi vu le jour dans un environnement social qui lui était très peu favorable. L’impulsion la plus importante, à l’origine de l’institution d’une organisation qui regrouperait ces « originaux » disséminés, à savoir les ornithologues amateurs slovènes, est à situer dans les années 1970, période durant laquelle certains ornithologues professionnels ont commencé à reconnaître qu’il serait utile de profiter du potentiel des bénévoles ou des amateurs. Celui qui allait devenir le premier président de la DOPPS a ainsi écrit : « Nous, les Slovènes, avons la réputation d’aimer les oiseaux. Nous comptons dans notre pays beaucoup de véritables amateurs et d’observateurs d’oiseaux, des enthousiastes qu’il faudrait coordonner de manière appropriée » (Gregori, 1976, p. 243). En même temps, le principal fondateur de cette association, Iztok Geister, a souligné que les amateurs étaient souvent sous-estimés professionnellement. Il lui semblait incompréhensible qu’ils baguent les oiseaux seulement pour l’étude des migrations, mais qu’ils ne collectent pas de données biométriques ou sur les cycles de plumage des oiseaux7. « L’objection qui voulait qu’il ne fallût pas surcharger des personnes travaillant bénévolement est en contradiction avec l’essence même de l’amateurisme. L’amateur veut en savoir encore davantage et veut faire toujours plus », précise Geister (1976, p. 284).

14La seconde impulsion en faveur de la formalisation des activités des ornithologues amateurs au sein d’une association a eu lieu entre 1976 et 1978, années durant lesquelles a été rédigé l’Atlas ornithologique européen des oiseaux nicheurs. Les premières tentatives pour inclure la Slovénie dans cet atlas avaient échoué faute d’organisation et de coordination, les ornithologues professionnels et les membres de diverses institutions slovènes ne s’étant pas suffisamment engagés pour faire aboutir le projet. Cette initiative a ainsi été reprise par les ornithologues amateurs qui ont créé en 1979 l’association d’ornithologie.

15Iztok Geister, qui en fut durant de longues années le dirigeant charismatique, a été le principal instigateur de l’établissement de cette association ; il était à ce titre souvent présenté par ses interlocuteurs comme le « père spirituel de cette organisation ». Le plus surprenant est que Geister, né en 1945, ne soit ni biologiste ni naturaliste, ce que l’on aurait pu attendre d’une personne qui instituait une association pour l’observation et l’étude des oiseaux. Il avait étudié le droit, sa voie créative l’ayant tout d’abord mené vers la poésie pour laquelle, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, il atteignit des sommets en Slovénie. À cette époque, il a contribué à la création d’un mouvement artistique avant-gardiste radical, OHO, qui œuvrait dans presque tous les domaines culturels, du cinéma à la poésie et à la musique. Ce mouvement présentait une vision particulière de la société, une société alternative » (Geister et Pogačnik, 2003).

  • 8 Comme l’a précisé Geister dans un entretien, ce qui intéresse le plus les ornithologues n’est pas c (...)

16La relation originale et inopinée, presque rimbaldienne, que Geister établissait entre culture et nature est perceptible dans sa poésie et sa prose où les objets, les animaux, les plantes atteignent une certaine signification et existent en tant qu’individualités ou sujets8. Son dernier recueil de poèmes est paru en 1977. Après cette date et jusqu’à la fin des années 1990, il a essentiellement publié des ouvrages scientifiques et de vulgarisation sur l’observation des oiseaux et la protection de la nature.

17Geister n’a jamais formellement assumé la direction de la DOPPS, mais a travaillé, durant toute cette période, en tant que rédacteur en chef de la revue de l’association, Acrocephalus, publication qui entendait favoriser un autre modèle d’ornithologie. Les ornithologues amateurs le considéraient comme une référence et un guide autour duquel ils se réunissaient, une personne capable de les rapprocher des oiseaux et de les initier au monde secret de la nature. Geister incarnait le moteur de la genèse de l’association s’entourant d’un groupe d’ornithologues amateurs qui œuvreraient dans les années 1970 et 1980 à la rédaction de l’atlas ornithologique.

Inventaire des oiseaux sauvages en Slovénie

18Le travail préparatoire à la rédaction de L’atlas ornithologique de Slovénie, qui était le principal projet de l’association dans les années 1980, a promptement débuté en 1979. Pour ce faire, la DOPPS a suivi les recommandations formulées par l’atelier de recherche pour la coordination et le soutien de l’ornithologie amateur en Europe qui s’était tenu en 1971 à Tring, en Grande‑Bretagne. Le territoire de la Slovénie a ainsi été divisé en cinq secteurs qui contenaient un nombre variable de quadrilatères de 10 × 10 kilomètres. Les recenseurs dans ces différentes zones ont réparti leurs observations sur les oiseaux en quatre groupes (A, B, C, D) ou seize catégories d’observation en fonction de la liste de codes de l’Atlas européen d’ornithologie, ces derniers correspondant à différents degrés de certitude quant à la nidification. Les données collectées sur le terrain et ainsi encodées ont été reportées dans des formulaires afin de pouvoir tracer une carte qui suivait une grille de coordonnées UTM (angl. Universal Transverse Mercator coordinate system : il s’agit d’un mode de représentation de la surface terrestre pour les cartes géographiques). Ils y ont reporté des cercles de trois tailles différentes en fonction de la probabilité de nidification : le plus petit correspondait à une nidification possible, le moyen à une nidification probable et le plus grand à une nidification certaine. Cinq ans plus tard (jusqu’à l’année 1983 comprise), ils avaient réalisé l’inventaire de 174 quadrilatères. Durant cette période, 70 ornithologues ont participé à ce travail, cet effectif n’ayant pas été dépassé les années suivantes. En 1988, ils ont finalement réussi à inventorier l’ensemble des quadrilatères, « après quoi, il a été nécessaire de traiter une montagne de données et d’étudier et de résoudre une marée de questions ouvertes. Ceci a nécessité [selon Iztok Geister] deux années, si l’on additionne les journées de travail, période après laquelle les nouvelles autorités démocratiques nous ont alloué des fonds afin d’achever ce travail marathonien » (Geister, 1995, p. 25). Les bénévoles ont ainsi collecté des données sur 219 espèces d’oiseaux nicheurs, dont dix probables, trois possibles et dont le reste était attesté (1995, p. 28). Les données ont été finalement suffisamment fournies pour que puisse paraître l’atlas en 1995.

19Parallèlement à l’Atlas ornithologique de la Slovénie dans lequel sont présentés les oiseaux nicheurs les plus répandus, des recensements ont été organisés en vue de la rédaction de l’Atlas des oiseaux en hiver en Slovénie, ouvrage visant à présenter des données sur les espèces les plus répandues et les plus nombreuses en hiver. Les recensements pour la rédaction de cet atlas ont été effectués de 1979 à 1993. Les recenseurs lors de ces travaux ont effectué des relevés dans 244 quadrilatères et complété des formulaires dans lesquels ils ont indiqué quelles espèces ils avaient observées soit en plein vol, soit au sol, soit perchées dans des arbres. Ces recensements se sont déroulés durant quatorze saisons et ont sollicité la participation de 150 observateurs qui ont collecté plus de 52 500 données (Sovinc, 1994, pp. 15-16). Ces dernières ont été traitées informatiquement et ont permis d’enregistrer 192 espèces familières, périodiques ou très rares (1994, p. 41). Sur la base de ces résultats, l’atlas d’hiver est paru en 1994.

  • 9 Les recensements pour l’atlas ne se sont pas déroulés au niveau de l’ancienne Yougoslavie, mais au (...)
  • 10 La tentative de cartographier la pie-grièche (Lanius collurio) témoignait de cette nécessité de déf (...)
  • 11 Ce mode de réflexion quant au recensement de tous les êtres vivants est appelé par Bowker (2000) «  (...)

20Quand on interroge Geister sur les motivations qui ont poussé un groupe de passionnés dans les années 1970 à entreprendre ce projet gargantuesque qui dépassait, à l’époque, les capacités des recenseurs disponibles, sa réponse est brève et catégorique. Selon lui, un tel atlas est « une chose essentielle et chaque nation devrait en disposer. Qu’importe notre nombre, deux ou douze millions. Nous devons décrire ces éléments ! »9. En outre, sa reconversion, de la création littéraire à l’ornithologie, et la nouvelle mission qu’il s’était personnellement assignée, la rédaction de l’atlas, servaient également un motif intime et non seulement un « impératif catégorique » que pourrait avoir un objectif à atteindre à n’importe quel prix. Geister était tout simplement intéressé de savoir quels oiseaux nichaient en Slovénie. Étant donné qu’aucun atlas national disponible ne pouvait répondre à cette interrogation, « la seule option qu’il nous restait était de nous en charger. » Ceci impliquait la constitution d’une équipe de bénévoles qui jouisse d’une connaissance suffisante pour pouvoir effectuer les recensements et relever les données nécessaires à la réalisation de l’atlas. Pour que leur contribution soit la plus efficace possible, il était nécessaire de la formaliser et de la définir10. Il était donc nécessaire de créer une organisation qui réunisse des recenseurs et qui puisse recueillir des informations suffisamment fiables afin de pouvoir répondre à la question de savoir quels oiseaux vivaient en Slovénie11.

21À la fin des années 1990, l’ascendant charismatique de Geister sur l’association s’est progressivement atténué. Quatre années plus tard, quand son grand projet a abouti, à savoir quand l’atlas a été publié, des conflits ont éclaté au sein du comité exécutif de la DOPPS et de la rédaction de la revue Acrocephalus dont il avait la charge, et ceci à cause de questions financières, plus particulièrement sur le financement de cette publication. En raison de ces différends, il a quitté l’association en 1999 et a rompu les liens avec la plupart de ses membres, même si formellement il n’en avait pas démissionné. Son départ a secoué l’organisation, ses fondements et ses valeurs s’en trouvant profondément modifiés.

Les changements au sein de l’organisation

  • 12 L’organisation Birdlife International souligne sa vocation à la protection de la nature dépassant l (...)
  • 13 Grâce à la promotion de ce manuel, le nombre de membres de la DOPPS a augmenté de deux mille en un (...)

22Le départ de Geister n’était pas réellement une surprise, un certain nombre d’événements précurseurs annonçant déjà une scission au sein de l’organisation quant à ses valeurs et à ses modes opératoires. Dans les années 1990, la DOPPS s’est liée avec l’association BirdLife International qui englobe plus de cent organisations d’ornithologie ou de protection de la nature et regroupe 2,5 millions de membres12. À la même époque, la DOPPS a reçu le soutien d’un sponsor important issu du monde des affaires, à savoir une entreprise de télécommunication, avec lequel elle a organisé des actions de communication d’envergure à l’échelle nationale. Cette entreprise avait pour slogan Libre comme un oiseau et elle avait baptisé ses différents paquets de téléphonie mobile prépayés en Slovénie du nom de différentes espèces d’oiseaux (par exemple sarcelle d’été, lagopède alpin, chouette, pic-épeiche, râle des genêts). L’importance de la conservation des oiseaux a également fait l’objet d’une grande campagne publicitaire intitulée « Le jour sans oiseaux est comme la nuit sans étoiles ». De plus, la collaboration entre cette entreprise et la DOPPS a donné le jour à la publication du manuel Les oiseaux de Slovénie (Müller et Vrezec, 1998) paru en 170 000 exemplaires, chaque abonné aux services de téléphonie mobile de cet opérateur en ayant reçu un13.

23La coopération avec la ligue BirdLife et le lien avec le sponsor issu du domaine de la télécommunication ont inauguré une nouvelle orientation en faveur de la protection de la nature et d’une plus grande professionnalisation, c’est‑à-dire en faveur du travail rémunéré et non pas bénévole, le clivage entre les membres de l’association résultant de ces deux éléments. Les membres les plus jeunes étaient partisans, en effet, d’une professionnalisation de l’association et d’une action orientée vers les activités relatives à la protection de l’environnement alors que les plus anciens insistaient sur la prévalence des bénévoles non rémunérés qui devaient essentiellement effectuer un travail d’observation, de recensement et d’étude. (Sur le rapport dialectique entre les professionnels et les bénévoles de l’association voir Podjed et Muršič, 2008.)

24Après le départ de Geister, la jeune génération est devenue plus influente et la protection de l’environnement est passée au premier plan. Celle-ci a commencé à organiser des actions en faveur de la protection de la nature et à organiser des réserves naturelles, comme celles de Škocjanski zatok près de Koper ou d’Iški morost près de Ljubljana. Parallèlement, ils ont renforcé la collaboration avec le grand sponsor, l’opérateur de téléphonie mobile, et ont participé avec succès aux concours internationaux pour le financement des projets de protection de l’environnement, ceci leur ayant permis de constituer des équipes de professionnels.

25Une partie considérable de fonds a été apportée par le programme européen LIFE Nature en vue de la renaturation de Škocjanski zatok près de la ville littorale de Koper ainsi que pour la protection du râle des genêts (Crex crex) en Slovénie. Ainsi, en 2005, la DOPPS était la seule organisation slovène dont deux projets ont abouti aux concours européens et ayant perçu un montant de 1,4 million d’euros de fonds, ce qui lui a permis de pourvoir à plus de 40 % des frais pour la rémunération d’une équipe de professionnels (Šalaja, 2004, p. 25). Il en était ainsi en 2007 également, l’année où les fonds européens ont constitué presque la moitié du budget de l’association. Grâce aux fonds perçus, ils ont renforcé le volet professionnel de l’association, à savoir le travail du Bureau de la DOPPS qui, selon les données datant de 2013, compte plus de 20 employés réguliers qui mènent pour la plupart des projets de la conservation de la nature.

26Le nouveau rédacteur en chef de la revue de l’association Acrocephalus qui a succédé à Iztok Geister présentait ainsi le passage dans cette nouvelle ère où la protection de la nature est passée au premier plan :

On peut regarder le nouveau millénaire différemment et pourtant l’espace faunistique slovène est saturé. Le carburant qui nous a nourris pendant 20 ans est épuisé. Nous allons difficilement découvrir un nouvel oiseau nicheur ou une nouvelle espèce. Ce dont nous avons le plus besoin est un travail de recherche systématique sur certaines espèces ou les habitats, par exemple. Les résultats de telles recherches ont leur utilité pour la planification et la protection de l’environnement. La sensibilisation du grand public est également nécessaire : sans cela, le travail ornithologique s’apparentera à celui de Sisyphe. […] Il est en effet avéré que l’époque où nous devrons nous battre pour chaque espèce d’oiseau et pour presque chaque parcelle de leur habitat est maintenant advenue. Il serait urgent de sortir nos vieilles descriptions de terrain de la naphtaline afin de les mesurer au nouvel état des choses. Il est maintenant temps de se mettre au travail (Štumberger, 2000, p. 1).

  • 14 La modification du nom a été également signalée par le fondateur de l’association Iztok Geister qui (...)

27À cette époque, l’association a fait imprimer de nombreuses brochures qui soulignaient l’importance de la protection des oiseaux et de la nature. Selon la presse et les autres médias, la DOPPS est devenue, lors de ce nouveau millénaire, une organisation de référence nationale pour la protection de l’environnement. Ces évolutions s’inscrivent également dans le nom de l’association, qui est aujourd’hui DOPPS – BirdLife Slovenia, ceci soulignant son appartenance à une association internationale de la protection de la nature et masquant quelque peu avec l’utilisation des sigles DOPPS les missions qui étaient inscrites dans le nom de l’association, à savoir l’Association de l’observation et l’étude des oiseaux de Slovénie14.

Adhésion à une idéologie nouvelle

28Cette rénovation conceptuelle de l’association dans les années 1990 a été si dramatique que les membres historiques qui avaient pris la défense du rédacteur en chef de la revue Acrocephalus et du fondateur de la DOPPS, ne s’identifient plus entièrement à l’association. Un ancien membre très actif m’a ainsi confié qu’il entretenait toujours des relations avec les autres membres de l’association, mais qu’il ne s’impliquait plus dans leurs travaux. « Ils ont certes beaucoup fait et occupent des positions importantes. Mais, si je suis honnête, je dois avouer que nous avons l’impression d’avoir été reniés. » L’utilisation du nous et du eux qu’il utilisait dans son propos témoigne clairement de cette scission qui a divisé les membres en deux groupes, à savoir les tenants des anciennes valeurs (l’observation) et des anciens modes opérationnels (le bénévolat) et des partisans des nouvelles valeurs (la protection de la nature) et de la professionnalisation de l’association.

29Un membre estimé d’âge moyen, qui a certaines vues sur la protection de l’environnement, et qui, à ce titre, s’est souvent opposé à l’idéologie de l’association, décrivait l’opposition entre le nouveau et l’ancien de la sorte :

Autrefois, il s’agissait réellement d’une association, maintenant c’est une industrie. Je pense que certains aspects de l’association sont moins bien développés qu’auparavant. Il n’y a plus tant d’égards pour la dimension associative. Ce qui prime aujourd’hui est ce qu’ils appellent le Bureau, la professionnalisation. Il en était autrement avant. L’aspect associatif, il me semble... n’est plus ce qu’il était. Du moins, l’euphorie que l’on pouvait observer autrefois n’est plus présente.

30Il ajoutait que les changements au sein de l’association s’expliquaient, plus largement, par des transformations d’ordre social, essentiellement en raison de la transition du socialisme vers le capitalisme à laquelle nul n’a échappé. Il a toutefois précisé que ces changements étaient malgré tout nécessaires, que l’association n’aurait pas pu conserver la même structure organisationnelle et la même conception, qu’il était nécessaire d’en changer. Selon lui, les pères fondateurs de l’association n’ont pas résisté à cette évolution : ils avaient, en effet, conscience que les temps et les besoins avaient changé et que l’association devait fondamentalement se transformer et s’adapter du point de vue conceptuel, si elle voulait survivre et croître dans un nouvel environnement social qui désormais soulignait l’importance de la conservation de la nature.

31Le directeur du Bureau de l’association a également évoqué les évolutions dans la culture et les activités de l’organisation découlant de la coopération avec leur sponsor, un opérateur de téléphonie mobile. Cette collaboration a permis d’élargir l’équipe professionnelle et, selon lui, d’opérer un « saut qualitatif » en faveur du développement de l’association :

Je pense qu’avec cela l’association a été gagnante sur tous les terrains. Il est également évident que cela a représenté pour nous un virage. Il faut reconnaître la valeur ajoutée qu’a apportée le Bureau. Nous avons, par ce biais, fait énormément pour nos membres.  […] Je peux comprendre les critiques qui reprochent à la bureaucratie de nous bouffer, l’absence d’action concrète, mais si vous voulez travailler à un niveau de qualité plus élevé, il ne faut pas vouloir jeter le bébé et l’eau du bain. Pour moi, cela représente un plus. […] Avant, les membres de l’association travaillaient essentiellement en tant que bénévoles ; aujourd’hui, certains membres du Bureau sont employés à mi-temps. Selon moi, ceci représente véritablement une valeur ajoutée (Medved, cité par Kimovec, 2008, p. 56).

32Durant cet entretien, il a également précisé qu’avec l’entrée en jeu du sponsor « une nouvelle époque a commencé » durant laquelle ils ont acquis auprès de cette entreprise des compétences en marketing et en management. « Cette entreprise n’était pas seulement notre principal sponsor, mais également notre modèle », a‑t-il ajouté en précisant que durant cette phase de professionnalisation ils s’étaient également inspirés de cette organisation à but lucratif avec laquelle ils ont réalisé de nombreuses campagnes relatives à la protection de la nature, surtout dans le domaine de la sensibilisation des Slovènes quant à l’importance de la sauvegarde des oiseaux et de leurs habitats.

33Cette professionnalisation s’est opérée durant la transition du socialisme vers le capitalisme, mais ne s’est pas traduite, comme on pourrait le penser, par une approche plus égocentrée et égoïste (voire capitaliste, avec quelques réserves) quant aux activités fondamentales de l’association. Tout au contraire. L’association s’est focalisée sur les valeurs qui unissent profondément l’homme à la nature et qui se manifestent sur différents plans, social, organisationnel et individuel. Par la suite, je présenterai trois cas qui rendent compte des transformations qui se sont opérées dans le cadre de l’association.

Les changements sur le plan social : l’exemple de la mise en place d’une zone d’environnement protégé

34Pour illustrer ce passage à la nouvelle ère de l’activité de l’association qui désormais privilégie la protection de la nature à l’observation des oiseaux, je présente, à titre d’exemple, la renaturation de Škocjanski zatok, zone humide littorale couvrant une surface de 122 hectares qui constitue le plus grand marais d’eau saumâtre en Slovénie. Situé à proximité de la ville portuaire de Koper, cette zone est, du point de vue ornithologique, particulièrement importante en hiver, puisque plusieurs espèces aviaires y hivernent. Le site est aujourd’hui géré par la DOPPS qui a œuvré à sa renaturation financièrement soutenue par les fonds nationaux et européens.

35Sous l’aspect de la protection de la nature, Škocjanski zatok était, dans les années 1980, un territoire dégradé. À cette époque, on a approfondi les bassins du port, d’ailleurs le principal en Slovénie, la boue ainsi obtenue ayant été déposée dans le lagon. Les eaux résiduaires de l’arrière-pays de la ville s’y écoulaient, le fleuve y accumulait des déchets communaux et industriels et le terrain commença à servir de dépôt de marchandises avariées apportées du port. Dans l’eau riche en matière organique, les algues pullulaient au printemps, alors qu’en été, la masse organique putréfiait en raison de températures élevées. L’odeur infecte répandue aux alentours servait d’argument supplémentaire aux autorités locales favorables à l’assèchement du lagon. En effet, les projets municipaux envisageaient le remblayage de la zone humide en vue de l’aménagement d’une zone industrielle et commerciale.

36En 1987, les organisations non gouvernementales, y compris les associations DOPPS et Ixobrychus (la deuxième association ornithologique slovène en nombre de membres) ont présenté aux autorités leur proposition de la conservation d’une partie du lagon afin d’y créer une réserve pour les oiseaux. Comme la municipalité n’a finalement pas aménagé de digue de protection qui empêcherait le déversement de la boue et de déchets vers la zone, les boues ont entièrement couvert le fond du lagon et la quantité d’eau a considérablement diminué. En conséquence, la flore et la faune disparaissaient rapidement de la zone, les oiseaux inclus.

37Le tournant qui coïncide avec les débuts de l’activisme accru de protection de la nature, s’est opéré en hiver 1992 et 1993. C’est alors que le cygne chanteur (Cygnus cygnus), espèce d’une extrême rareté en Slovénie, fait escale dans le lagon et y meurt. Les ornithologues ont fait autopsier le corps de l’oiseau et le rapport a indiqué l’intoxication provoquée par la pollution de l’habitat comme cause de mort. « C’est alors que nous nous sommes dit que c’en était assez. Il était grand temps qu’on passe à l’action pour mettre fin à la dégradation du lagon », a expliqué l’un des membres du Bureau professionnel de la DOPPS, locomotive de la renaturation ultérieure, en soulignant ainsi l’importance de cet événement décisif.

38Suite à cet épisode, une campagne d’envergure fut lancée, au sein de laquelle ses instigateurs se sont liés avec le Fonds slovène de la nature lui adressant un appel à la conservation du lagon et du marais d’eaux douce. L’argument principal du projet consistait en l’affirmation que seule la protection d’une surface plus large pourrait préserver le lagon qui était particulièrement en danger. La coopération avec le Fonds slovène de la nature a d’abord donné lieu à la conception d’un dépliant sur la préservation de Škocjanski zatok dont le financement a été pris en charge par le Fonds et, par la suite, à l’exposition réalisée dans une bibliothèque locale. Outre la documentation photographique sur la dénaturation de la zone en question, les ornithologues y ont présenté leur vision de développement qui comportait l’arrêt immédiat des interventions néfastes, la législation de la conservation de la zone naturelle, l’achat et la location de terrains ainsi que l’aménagement d’une réserve ouverte au public. Parallèlement à l’exposition, une pétition appelant à l’interruption du remblayage du marais et à sa conservation et restauration a été lancée. Soutenue par sept mille signataires environ et visant à montrer à quel point la population locale était favorable à la sauvegarde et à la protection de la zone, la pétition a été envoyée au Premier ministre et au Président de la République. Le ministère de l’Environnement et de l’Espace adopta un décret attribuant provisoirement à la zone le statut de réserve naturelle pour une durée d’un an, décret par la suite prolongé chaque année jusqu’en 1998 quand le Parlement de la République promulgua la loi sur la réserve naturelle de Škocjanski zatok. L’année suivante, on a établi un programme de protection et de développement de la réserve naturelle comportant aussi la présentation du projet de la renaturation. La même année, le gouvernement a publié un décret relatif à la concession d’aménagement de la réserve. La candidature de la DOPPS au concours a abouti et la DOPPS s’est vu attribuer une licence de gestion d’une durée de dix ans. En 2000, le projet de la renaturation a concouru à l’Action du Fonds européen de la protection de la nature, alors qu’une partie de fonds de restauration fut assurée par le budget national.

39Lors de la première année de la gestion, l’organisation, aidée par la population locale, a nettoyé les dépôts illégaux de déchets, signalé le statut non réglé des eaux communales et proposé la construction d’un réservoir qui lierait les eaux résiduaires de l’arrière-pays de la ville avec une station d’épuration. Le réservoir qui a été construit l’année suivante a largement contribué à mettre fin au déversement des eaux résiduaires. On a aussi réparé le système de vannes pour induire un plus grand apport d’eau douce, fauché les prairies, transformé les terrains agricoles en prés, enlevé de la biomasse supplémentaire, marqué le terrain de la réserve, établi un parcours éducatif provisoire, etc. En 2004, quand la Slovénie est devenue état membre l’Union européenne, le marais fut déclaré par décret zone de protection spéciale au sein du réseau Natura 2000 et site jugé écologiquement important, c’est pourquoi sa protection est désormais assurée à long terme. Les gros travaux de la renaturation du marais ont débuté en 2006 englobant entre autres l’enlèvement des boues qui s’y étaient accumulées pendant des décennies. Une fois les interventions achevées, la zone a vu tout de suite de nombreux oiseaux s’y installer et les ornithologues ont inventorié plus de 230 espèces aviaires, ce qui constitue 60 % des oiseaux observés en Slovénie. Étant donné l’effet bénéfique sur l’accroissement de la diversité biotique de la réserve naturelle, la DOPPS considère sa restauration comme l’un des principaux acquis relatifs à la protection de la nature en Slovénie (DOPPS, 2013).

40Le cas présenté rend compte à quel point l’observation des oiseaux et la protection de la nature s’entrelacent : la disparition des oiseaux ou même la mort d’un seul oiseau rare sont susceptibles de déclencher des activités relatives à la protection de la nature qui finissent par devenir la tâche principale d’une organisation ornithologique amateur. En même temps, les changements au niveau associatif mènent à des changements au niveau local et national, telle l’implication de la population locale dans le projet de la conservation et la renaturation du lagon ou encore l’ascendant sur les institutions chargées de concevoir les politiques nationales de la protection de la nature.

Les changements sur le plan organisationnel : l’exemple de l’observation d’un oiseau rare

  • 15 L’ibis chauve (Geronticus eremita) aussi appelé ibis ermite compte parmi les espèces les plus rares (...)

41Le deuxième exemple qui illustre la conversion de l’association de l’observation à la protection de la nature concerne l’ibis chauve (Geronticus eremita), espèce extrêmement rare qui a apparu en Slovénie en 200615. Si, au sein de l’association, avaient prévalu les anciens modes de travail et de penser selon lesquels l’essentiel c’est d’inventorier le plus d’espèces possible ou que les observateurs slovènes eussent adopté l’approche des twitchers à l’instar de certains de leurs homologues occidentaux, l’arrivée d’une espèce rare aurait attiré une énorme attention des ornithologues amateurs insouciants de préoccupations éthiques et de celles concernant la protection de la nature. Par contre, une polémique virulente a éclaté au sein de l’association autour de la question de savoir si les ornithologues étaient plus autorisés à accéder à la nature que les profanes et s’il fallait privilégier l’inventaire ou bien la protection des oiseaux.

42Le premier témoignage sur l’apparition de l’ibis chauve en Slovénie en 2006 a été publié sur un forum Internet par un membre de l’association averti par un ami qui avait aperçu deux oiseaux décrits de la manière suivante : « De taille un peu plus grande que les corneilles mantelées qui étaient là aussi. De couleur noir éclatant et avec un bec recourbé rouge vif d’une vingtaine de centimètres de long. » L’ornithologue expérimenté a supposé qu’il s’agissait de l’ibis chauve en proposant « que quelqu’un aille voir ce qui se passe. Mais soyez attentifs à l’égard des oiseaux et ne les approchez pas. » Deux heures plus tard environ, un autre membre a publié l’information sur la position des oiseaux en indiquant qu’ils se trouvaient aux alentours d’un village. En même temps, une troisième personne qui était partie à la recherche des oiseaux a écrit : « Tout se passe comme s’ils me fuyaient, de nouveau, je n’ai pas réussi à les trouver. » en ajoutant qu’un observateur obstiné qui « ne démord pas facilement » était parti, lui aussi « à la chasse des oiseaux ». Bientôt, un avertissement scandalisé d’un autre membre fut publié : « Vous nous dites de ne pas les déranger. Mais qu’est-ce qui vous prend ? Vous leur courrez après ! Ça ne se fait pas ! » Dans un message adressé à la personne qui avait déclenché la poursuite de l’oiseau, il a ajouté :

Quel ornithologue fais-tu en envoyant les gens chercher des espèces si rares ! Pourquoi ne les envoies-tu pas à la recherche du hibou grand-duc ? Ou au moins faire de l’escalade dans les endroits où il nidifie ? ! Pourquoi ne mets-tu pas au grand jour la position de tous les nids du faucon pèlerin ou de ceux des autres espèces rares ? Pourquoi tu caches tout ça ? Alors que là, les gens courent après ces deux pauvres ibis chauves et on les aide en leur indiquant le chemin.

43Le membre qui était parti à la recherche des ibis s’est expliqué d’un air complaisant :

Quand hier j’ai écrit que notre collègue était “parti à la chasse”, ce n’est pas un chasseur au regard féroce armé d’un fusil et accompagné d’une bande de chiens que j’avais à l’esprit, mais bien un ornithologue “armé” d’une paire de jumelles afin de repérer les bagues que portaient les oiseaux pour que nous puissions avertir nos collègues à l’étranger qui travaillent sur ce projet depuis très longtemps déjà.

44Un commentaire d’un autre membre est arrivé par la suite :

Je trouve ça assez hypocrite que les ornithologues (renommés) après avoir pris des photos des ibis chauves […] à 1,5 mètre de distance (à en juger d’après les photos qu’ils ont eux-mêmes envoyées sur ce site), font appel aux gens de ne pas se rapprocher des oiseaux et de les laisser tranquilles. Tout se passe comme s’ils prétendaient que les ibis chauves étaient capables de faire la différence entre les âmes délicates des ornithologues connaisseurs et les profanes robustes et maladroits.

  • 16 Dans le code de conduite publié dans les périodiques de la DOPPS (par exemple dans la revue Le mond (...)

45Cette discussion montre bien que les ornithologues se trouvent souvent devant le dilemme de savoir s’ils sont plus autorisés à se rapprocher des oiseaux que les autres amateurs de la nature ne connaissant pas les espèces aviaires et leurs habitudes. En même temps, le débat rend compte de la scission entre les spécialistes, voire les experts, et les amateurs, voire les néophytes quant à leurs droits respectifs d’observer les oiseaux et d’accéder à la nature qui proviendraient directement d’un savoir-faire antérieurement acquis. L’une des raisons de ce conflit d’intérêts tient au code de conduite des ornithologues établi par l’association. Le code met l’accent sur l’importance de la protection de la nature, mais certains points en demeurent mal explicités. En effet, dans le deuxième article du code figure que l’observateur ne devrait pas importuner les oiseaux pour rien ni les exposer au danger et non plus nuire aux autres êtres vivants ou endommager la nature, alors que le quatrième article stipule que l’observateur, lorsqu’il photographie les oiseaux et la nature, doit être attentif et ne pas photographier les espèces menacées quand elles se trouvent dans leurs nids16. Dans un éditorial de la revue Acrocephalus, l’un des plus grands experts slovènes de l’écologie s’est attaqué au code de conduite en disant que chaque observateur interprétera à sa guise ce que signifie ne pas importuner les oiseaux pour rien en ajoutant que « certes, il ne fallait pas prendre des photos des espèces menacées […] quand elles se trouvent dans leurs nids, comme le prescrit le code, mais comment y renoncer quand notre diathèque n’en contient toujours pas ! » (Tome, 1995, p. 169). Une tension semblable s’est produite à cause de l’ibis chauve enfui : étant donné sa rareté, il est intéressant et attrayant, mais leurs valeurs écologiques empêchent les ornithologues d’aller le voir en masse.

46Le cas étudié met en lumière la façon dont se résolvent certains conflits d’intérêts en rendant compte que c’est l’argument selon lequel il faut d’abord protéger les oiseaux et seulement ensuite les observer et étudier qui l’emporte de plus en plus. Car faute de protection appropriée, « les objets de convoitise », donc les spécimens rares et intéressants, disparaissent rapidement, ce qui veut dire que, dans quelques années, on ne pourra plus les voir – et cela mettra fin à l’activité de départ de la DOPPS.

Les changements sur le plan individuel : l’exemple d’un collectionneur d’oiseaux

47Cette rencontre a été un moment déclencheur qui lui a « ouvert l’horizon » en transformant son rapport aux animaux et à la nature. Après quelques mois passés avec les autres membres de l’association, ils ont été « totalement convertis », comme l’interviewé l’explique, et ils libèrent les animaux maintenus dans les cages de leur mini‑zoo privé.

48Pendant un temps, leur préoccupation au sein de la DOPPS était encore étroitement liée à la collecte, à l’exception qu’ils ne recueillaient que des observations d’oiseaux vivant en liberté au lieu des espèces vivantes. En fait, ils étaient devenus une sorte de twitchers, qui venait principalement de leur « passion de collectionneur », comme cela était expliqué par le membre de la DOPPS.

Nous avions différentes listes, celle avec ce que nous avions déjà, ce qui manquait et ainsi de suite. Nous avions également des plans de ce que nous devions trouver.

49Leur passion initiale s’est encore vivement exprimée plus tard lorsqu’ils ont commencé à recueillir et à empailler les oiseaux morts, ce qui s’est transformé progressivement en une des plus grandes collections d’oiseaux empaillés dans l’ex‑Yougoslavie.

50Après avoir étudié la biologie, la personne interrogée s’est beaucoup plus intéressée à l’écologie et à l’utilisation des données ornithologiques pour la conservation de la nature. Elle était également un membre bénévole très actif de l’association (à la mi‑1990, elle était déjà membre du conseil d’administration de la DOPPS). Elle a finalement été employée dans l’organisation comme « ornithologue de la conservation ». Avant même d’être employé dans l’association, elle a vécu le dernier virage de l’observation à la protection des oiseaux et de la nature. « De consommateur de la nature, je suis devenu son protecteur », dit cette personne pour décrire sa nouvelle attitude, influencée par sa « maturation personnelle » et par les relations avec les autres membres de l’association dont la vocation est semblable. Même si un tournant vers la conservation de la nature s’est produit dans sa vie et sa carrière, elle estime que l’observation et l’étude des oiseaux doivent rester un fondement de la conservation de la nature – en particulier comme une sorte de premier pas vers des activités plus « altruistes ».

51Comme nous pouvons le voir, la limite de l’ornithologie amateur entre recherche ou observation et protection ou conservation est difficile à établir car ces activités sont étroitement liées. « Collecter » des observations d’oiseaux reste donc très présent dans un cadre organisé ais aussi comme activité motivante initiale pour les nouveaux arrivants qui rejoignent la DOPPS et qui évoluent progressivement vers la conservation de la nature.

Conclusion

52Dans cet article, j’ai montré que les observateurs slovènes des oiseaux ressemblaient à maints égards aux ornithologues amateurs britanniques (Cocker, 2004) ou danois (Liep, 2001) qui amassent avec ferveur leurs acquis en se mesurant, mais aussi qu’ils se distinguent tout de même de twitchers typiques ou au moins du stéréotype qu’on en a. Bien que les membres de l’association rivalisent pour savoir qui va obtenir le plus d’informations et consigner les trouvailles les plus intéressantes, il existe une différence fondamentale entre les ornithologues slovènes et les ornithologues britanniques ou danois. Elle réside dans le fait qu’en Slovénie, l’esprit de compétition et le twitching sont moins présents qu’en certains pays « traditionnels » de l’ornithologie, alors qu’on y privilégie davantage la solidarité, la coopération et surtout la protection de la nature.

53Comme nous l’avons vu, le tournant vers la protection de la nature s’est opéré dans les années 1990. De l’observation et de l’étude des oiseaux comme activité primaire de l’association qui a donné lieu à la rédaction de L’Atlas ornithologique de Slovénie comme principal acquis des efforts des ornithologues amateurs slovènes dans les années 1970 et 1980, les ornithologues se sont davantage orientés vers la protection de la nature en se consacrant désormais aux aspects écologiques de la dynamique dans la nature au détriment de la systématisation et du catalogage des espèces aviaires vivant sur le territoire slovène. Ces changements sont à l’origine de nouveaux modes opérationnels de l’organisation. Le professionnalisme a pris le pas sur le bénévolat, les projets nationaux, tel l’atlas ornithologique national, ont laissé la place aux collaborations dans le cadre du réseau ornithologique mondial qui se manifeste dans les relations et la coopération avec les associations et organisations homologues, particulièrement avec l’association internationale BirdLife International.

54L’article a aussi rendu compte du rôle qu’a joué son dirigeant charismatique dans la genèse et l’évolution de la DOPPS. Dans les années 1970, l’idée de Geister d’inventorier exhaustivement les oiseaux en Slovénie était à l’origine de la fondation d’une organisation avec pour activités principales l’observation et l’étude des oiseaux. La protection de la nature est venue au premier plan seulement quand cette personnalité centrale, d’ailleurs toujours considérée comme « père spirituel » de l’association, avait rompu avec les membres de l’association, ce qui a rendu possible sa transformation définitive et l’évolution vers des valeurs et modes opérationnels nouveaux.

55La formation d’une nouvelle perspective n’a pas été uniquement le fruit du développement de l’ornithologie et des changements au sein de l’association (le départ de son fondateur), mais aussi la conséquence des conditions sociopolitiques à l’échelle nationale et globale auxquelles l’association s’adaptait et parfois également participait dans leur genèse (voir Bell et al., 2011 sur la transformation de l’ornithologie amateur à l’époque des changements sociopolitiques dans les anciens pays socialistes, voire communistes, où la DOPPS figure également ; cf. Carmin et Jehlička, 2005 sur les transformations analogues au sein de l’association tchèque de la protection de la nature). Dans cette perspective, la DOPPS n’a jamais été une entité simplement influencée par la conjoncture, tout au contraire, ses membres se liaient et collaboraient sans cesse avec d’autres institutions en prenant une part active dans la transformation des structures sociales et en exerçant une influence considérable sur les décisions politiques, comme l’a montré le cas étudié de la conservation du marais de Škocjanski zatok. Les causes du tournant paradigmatique vers la protection de la nature sont fort complexes, le changement des priorités de l’association étant le résultat d’une transformation dynamique de la perspective sur plusieurs plans, social, organisationnel et individuel, qui s’entrelacent.

Haut de page

Bibliographie

Ahačič M. (2008). Ptic nisem nikdar opazoval in proučeval za kratek čas. Svet ptic, 14(2), 38-40.

Beebe J. (1995). Basic Concepts and Techniques of Rapid Appraisal. Human Organization, 54(1), 42-51.

Bell S., Marzano M., Cent J., Kobierska H., Podjed D., Vandzinskaite D., Reinert H., Armaitiene A., Grodzińska-Jurczak M. & Muršič R. (2008). What Counts?: Volunteers and their Organisations in the Recording and Monitoring of Biodiversity. Biodiversity and Conservation, 17(14), 3443-3454.

Bell S., Marzano M. & Podjed D. (2010). Inside Monitoring: A Comparison of Bird Monitoring Groups in Slovenia and the United Kingdom, in Lawrence A. (ed.). Taking Stock of Nature: Participatory Biodiversity Assessment for Policy Planning and Practice (pp. 232-250). Cambridge: Cambridge University Press.

Bell S., Reinert H., Cent J., Kobierska H., Podjed D. & Vandzinskaite D. (2011). Volunteers on the Political Anvil: Citizenship and Volunteer Biodiversity Monitoring in Three Post-Communist Countries. Environment and Planning C, 29(1), 170-185.

Berger P. & Luckmann T. (1966). The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociology of Knowledge. Garden City et New York: Doubleday.

BirdLife (2013). Our Vision. Adresse URL: http://www.birdlife.org/worldwide/vision/index.html (date: 23/2/2013).

Bowker G.C. (2000). Biodiversity Datadiversity. Social Studies of Science, 30(5), 643-683.

Carmin J. & Jehlička P. (2005). By the Masses or for the Masses?: The Transformation of Voluntary Action in the Czech Union for Nature Protection. Voluntas: International Journal of Voluntary and Nonprofit Organizations, 16(4), 397-416.

Carrithers M. (1992). Why Humans Have Cultures: Explaining Anthropology and Social Diversity. Oxford: Oxford University Press.

Cocker M. (2001). Birders: Tales of a Tribe. New York: Atlantic Monthly Press.

DOPPS (2013). Škocjanski zatok : Narava. Adresse URL : http://skocjanski-zatok.org/narava-2-2-2-2-2/ (date : 25/2/2013).

Ellis R. & Waterton C. (2005). Caught between the Cartographic and the Ethnographic Imagination: The Whereabouts of Amateurs, Professionals, and Nature in Knowing Biodiversity. Environment and Planning D, 23(5), 673-693.

Geister I. (1976). Prispevek k ornitološkemu programu in nekatere naloge slovenske ornitologije. Proteus, 38(7), 283-287.

Geister I. (1980a). Slovenske ptice: Priročnik za opazovanje in proučevanje ptic. Ljubljana: Mladinska knjiga.

Geister I. (1980b). Ornitološki atlas gnezdilk Slovenije. Acrocephalus, 1(1), 8-12.

Geister I. (1995). Ornitološki atlas Slovenije: Razširjenost gnezdilk. Ljubljana: DZS.

Geister I. & Pogačnik M. (2003). Steklenica bi rada pila. Sveti Anton: auto-édition. Gregori J. (1976). 50 let organizirane slovenske ornitologije. Proteus, 38(6), 243.

Harris K. J., Norge W. J. & Fawcett S. B. (1997). Rapid Assessment Procedures: A Review and Critique. Human Organization, 56, 375-378.

Karnicky J. (2004). What is the Red Knot Worth?: Valuing Human/Avian Interaction. Society and Animals, 12(3), 253-266.

Kimovec J. (2008). Marketinški vidik družbene odgovornosti: Primer Mobitela in DOPPS-a. Thèse du diplôme, Université de Ljubljana.

Liep J. (2001). Airborne Kula. Anthropology Today, 17(5), 10-15.

Malinowski B. (1932/1922). Argonauts of the Western Pacific: An Account of Native Enterprise and Adventure in the Archipelagos of Melanesian New Guinea. London et New York: George Routledge & Sons et E. P. Duttonn & Co.

Mauss M. (1996/1923-24). Esej o daru in drugi spisi. Ljubljana: Studia Humanitatis.

Moss S. (2004). A Bird in the Bush: A Social History of Birdwatching. London: Aurum Press.

Moss S. (2006). How to Birdwatch. London: New Holland.

Müller W. & Vrezec A. (1998). Ptice Slovenije : Mali priročnik. Ljubljana: DOPPS.

Obmasic M. (2004). The Big Year: A Tale of Man, Nature, and Fowl Obsession. New York, London, Toronto et Sydney: Free Press.

Podjed D. & Muršič R. (2008). Dialectical Relations between Professionals and Volunteers in a Biodiversity Monitoring Organisation. Biodiversity and Conservation, 17(14), 3471-3483.

Riley A. M. (2007/2004). Arrivals and Rivals: A Duel for the Winning Bird. Harpenden: Brambleby Books.

Schneck M. (2009). 101 Golden Rules of Birdwatching: Twitching Tips and Tales to Inform and Entertain. London: Ebury Press.

Schutz A. (1972/1932). The Phenomenology of the Social World. Evanston: Northwestern University Press.

Sovinc A. (1994). Zimski ornitološki atlas Slovenije: Rezultati zimskega kartiranja ptic članov Društva za opazovanje in proučevanje ptic Slovenije. Ljubljana: Tehniška založba Slovenije.

Stebbins R. A. (2002). Amateurs, Professionals, and Serious Leisure. Montreal: McGill-Queen’s University Press.

Stebbins R. A. (2006). Serious Leisure: A Perspective of Our Time. New Brunswick et London: Transaction Publishers.

Svensson L. & Grant P. J. (2006/1999). Bird Guide. London: Harper Collins Publishers. Šalaja N. (2004). LIFE, ki je več kot življenje. Svet ptic, 10(4), 24-25.

Štumberger B. (2000). Sove – pred jubilejem revije Acrocephalus in po njem. Acrocephalus, 21(98-99), 1.

Tome D. (1995). Uvodnik. Acrocephalus, 16(73), 169.

Trontelj P. (1999). Dobrodošlica novim članicam in članom DOPPS. Novice DOPPS, 5(2), 1.

Tudge C. (2008). Consider the Birds: Who They Are and What They Do. London: Penguin Books.

Haut de page

Notes

1 Tudge (2008, p. 93) suppose qu’il y a un peu plus d’espèces d’oiseaux, estimant leur nombre à environ 10 500.

2 Ce terme d’origine anglaise désigne les personnes qui consacrent beaucoup de leur temps libre à voyager afin de pouvoir observer le plus d’espèces d’oiseaux possible (Moss, 2004, p. 263 ; Moss, 2006, pp. 96-97). Comme l’a précisé l’ornithologue amateur anglais, Bob Emmett, dans une lettre adressée à une revue ornithologique, ce terme est apparu dans les années 1950, quand les observateurs d’oiseaux britanniques ont commencé à se déplacer à moto. Dans l’un de ces groupes de motards, qui voyageait sur une île britannique, il y avait un ornithologue amateur passionné, Howard Medhurst, que l’on avait surnommé The Kid, qui, une fois l’objectif atteint, allumait une cigarette tout tremblotant, avec des gestes saccadés. Ces tremblements nerveux (angl. twitch) sont ainsi devenus synonymes de quête et d’observation d’oiseaux intéressants et rares (Moss, 2004, p. 265). Moss précise que cette activité est plus ancienne puisqu’on pouvait déjà l’observer en Grande-Bretagne à l’époque victorienne : dès cette époque, les oiseaux étaient non seulement décrits, mais aussi collectionnés puisqu’on les tirait pour les empailler.

3 Nous avons étudié plus profondément et à long terme quatre organisations. Pour cinq autres organisations, nous avons utilisé ladite évaluation rapide (angl. rapid assessment ou rapid appraisal ; voir Beebe, 1995 ; Harris, Norge, Fawcett, 1997).

4 La DOPPS a été fondée en 1979, ce qui représente une période assez longue par rapport aux autres associations de même ampleur regroupant des naturalistes amateurs en Slovénie, mais une période assez courte si nous la comparons à l’association britannique The Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) qui a été fondée en 1889.

5 Les frontières entre les catégories de l’amateur, de l’expert, du bénévole et du professionnel sont souvent brouillées lorsque ces termes sont employés au sein des associations du type amateur et bénévole. En outre, le sens de ces notions est voué à un changement perpétuel (voir Ellis, Waterton, 2005). Une confusion pareille peut s’observer aussi dans le cadre de la DOPPS dont les membres ont souvent tendance à confondre les notions d’amateur et de bénévole ainsi que les notions de professionnel et d’expert.

6 John Liep, qui a mené cette étude ethnographique auprès d’ornithologues danois, a qualifié, un peu en plaisantant, ce travail de « plus haut niveau d’observation avec participation », ayant « observé des personnes qui sont elles-mêmes des observatrices » (2001, p. 10).

7 Le baguage des oiseaux est une méthode d’étude des migrations des oiseaux : le chercheur fixe un anneau en métal ou en plastique à la patte de l’oiseau et le relâche dans la nature. Un numéro d’identification est inscrit sur cet anneau, à l’aide duquel on peut déterminer, quand on capture de nouveau l’oiseau, où et quand il a été bagué. Autrefois, ceci représentait une des plus importantes activités de l’association, aujourd’hui elle tombe en désuétude. De nombreux jeunes membres de l’association la considèrent comme une activité cruelle et inutile qui risque d’exposer l’oiseau au danger et de rendre sa vie plus difficile.

8 Comme l’a précisé Geister dans un entretien, ce qui intéresse le plus les ornithologues n’est pas ce que les êtres vivants ont en commun, leur classement en ensembles, à savoir la taxinomie, mais en quoi ils se distinguent des autres, en quoi ils sont uniques et non reproductibles.

9 Les recensements pour l’atlas ne se sont pas déroulés au niveau de l’ancienne Yougoslavie, mais au niveau de la Slovénie qui était à l’époque une république socialiste. Ailleurs en Europe, les recensements ont été organisés au niveau national, par exemple en Grande-Bretagne, en Suisse, en France, en Tchécoslovaquie, en Irlande, en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Finlande. Pour ce qui est de l’ancienne Yougoslavie, la cartographie a été effectuée en Slovénie alors qu’à la fin des années 1970 les recensements dans les autres républiques yougoslaves étaient en « phase de négociation » (Geister, 1980b).

10 La tentative de cartographier la pie-grièche (Lanius collurio) témoignait de cette nécessité de définir précisément les relations à établir entre les différents recenseurs afin d’organiser leur travail : ce projet a débuté en 1976 et a échoué, ayant trop misé sur les recenseurs occasionnels. L’année suivante, les recenseurs ont choisi « plus méthodiquement de décrire onze espèces et ils se sont formés pour le travail de terrain » (Geister, 1980a : 9). En 1978, ils n’avaient toujours pas réussi à compléter cette carte, mais en 1979 les résultats étaient meilleurs, ces derniers ayant été « enrichis grâce à l’expérience acquise par l’organisation durant les années précédentes » (1980a : 9). Les recenseurs, cette année-là, avaient, en effet, réussi à étudier les 85 quadrilatères qui couvraient la Slovénie et recueilli des données sur 169 espèces.

11 Ce mode de réflexion quant au recensement de tous les êtres vivants est appelé par Bowker (2000) « rêve panoptique ». Ce dernier s’oppose ainsi à l’un des plus importants (socio)biologistes indépendants, Edward O. Wilson, qui avait en tête un projet comparable à celui de Geister, voire plus ambitieux. « Le temps est finalement advenu de poursuivre l’entreprise de Linné et d’achever le recensement de la biosphère », affirmait Wilson tout en ajoutant que nous devons « découvrir et décrire toutes les espèces vivantes sur Terre afin d’obtenir un cadre de classification, fondement de la biologie. Pour ce faire, nous pouvons recourir aux technologies de l’information afin que cette connaissance soit accessible de part et d’autre du monde » (Wilson, cité par Bowker, 2000, p. 645).

12 L’organisation Birdlife International souligne sa vocation à la protection de la nature dépassant l’observation et l’étude des oiseaux. Dans la présentation de sa vision, on lit : « L’accent mis sur les oiseaux et les zones ou les habitats dont ils dépendent, la ligue BirdLife s’applique à améliorer la qualité de vie des oiseaux ainsi que des autres êtres vivants à l’état sauvage (la biodiversité) et les humains » (BirdLife, 2013).

13 Grâce à la promotion de ce manuel, le nombre de membres de la DOPPS a augmenté de deux mille en un an, mais a par la suite rapidement diminué probablement en raison de la cotisation que les membres sont censés payer annuellement.

14 La modification du nom a été également signalée par le fondateur de l’association Iztok Geister qui a expliqué que l’absence de la conservation de la nature du nom de l’association est devenue un obstacle quand « un courant de jeunes ornithologues à orientation lucrative » a commencé à se lier avec l’organisation BirdLife International. « C’est pourquoi ils ont tout d’abord voulu changer le nom de l’association mais se sont finalement contentés des sigles DOPPS qui sont venus dissimuler ce manque », a-t-il expliqué (cité d’après Ahačič, 2008, p. 39).

15 L’ibis chauve (Geronticus eremita) aussi appelé ibis ermite compte parmi les espèces les plus rares du monde. Étant en danger critique d’extinction, il a été inclus dans la Liste rouge de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature). En 1989, il a été déclaré disparu en Turquie où les dernières colonies sauvages des ibis chauves s’étaient maintenues, alors que quelques individus ont survécu au Maroc (Svensson, 2006, p. 36). Les programmes de réintroduction des ibis chauves ont été institués et sont en cours en Espagne, en Autriche et au Maroc. C’est justement de l’institut Konrad Lorenz en Autriche que quelques individus de l’ibis chauve ont migré en Slovénie.

16 Dans le code de conduite publié dans les périodiques de la DOPPS (par exemple dans la revue Le monde des oiseaux) ainsi que sur le site de l’association, figure que tout ornithologue, observateur et examinateur des oiseaux doit respecter les principes suivants : 1) la protection de la nature et des oiseaux a la priorité ; 2) ne pas importuner les oiseaux pour rien et ne pas les exposer au danger, ne pas nuire à d’autres espèces de la faune et de la flore lors de l’observation et en général ; 3) ne pas sortir les oiseaux de leur habitat naturel et ne pas les tenir en captivité ; 4) être attentif lors de photographie des oiseaux et de la nature ; ne pas photographier les espèces menacées lorsqu’elles se trouvent dans leur nid ; 5) scrupuleusement noter les observations dans son carnet et prendre soin de la mise à jour des données ; 6) collaborer avec ses collègues en les aidant et entretenir de bonnes relations avec eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Podjed, « De l’observation à la protection des oiseaux »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7094

Haut de page

Auteur

Dan Podjed

Professeur adjoint d’anthropologie culturelle et sociale à l’Université de Ljubljana, Faculté des arts, et chercheur au Centre de recherche scientifique de l’Académie slovène des Sciences et des Arts. Il coordonne le Réseau d’anthropologie appliquée de l’Association européenne des anthropologues sociaux (EASA). Ses intérêts de recherche portent sur l’interaction homme-technologie, la culture organisationnelle, l’anthropologie appliquée, l’écologie et la conservation de la nature.

Adresse : University of Ljubljana Faculty of Arts, Aškerčeva 2 SI-1000 Ljubljana (Slovenia)
Courriel : dan.podjed[at]ff.uni-lj.si

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search