Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-2VariaPense-bêtes, astuces et recettes ...

Varia

Pense-bêtes, astuces et recettes de jardiniers-observateurs de papillons

Retour sur une science citoyenne
Checklists, tricks and practical recipes from gardeners-butterflies watchers. Lessons learned from a citizen science
Recordatorios, astucias y recetas de jardineros-observadores de mariposas. Volver sobre una ciencia ciudadana
Florian Charvolin

Résumés

L’observatoire des papillons de jardin (OPJ) a débuté ses activités en 2006. Il résulte d’une collaboration entre un laboratoire du Muséum National d’Histoire Naturelle français et Noé Conservation, une Organisation non gouvernementale qui se consacre à la sensibilisation à la protection de la nature. L’OPJ est un exemple caractéristique de science citoyenne, dans lequel la connaissance produite engage la participation active du profane. L’article détaille le parti pris managérial d’ouvrir à tous sans distinction de compétence la possibilité de participer, par une démarche pragmatique qui du coup complexifie, en aval, le traitement des données et le calcul statistique des populations de papillons et leurs évolutions. Toutefois, cette pragmatique qui cherche à décomposer l’apprentissage en modules simplifiés est comparée avec les ethno-méthodes effectives de plusieurs amateurs engagés auprès de l’OPJ, par lesquelles les profanes s’orientent dans des façons de faire d’emblée compliquées pour se plier au format demandé in fine. Cela conduit à montrer la symétrie avec laquelle le protocole fonctionne dans le monde scientifique d’une part, et dans le monde des amateurs d’autre part, circulant harmonieusement entre ces mondes par une flexibilité interprétative et matérielle, qui peut être un autre nom donné à la « convivialité de l’outil ». Je conclus sur le caractère créatif de l’utilisation de cette exo-somatisation de l’observation, et des gains d’acuité obtenus permettant de mieux distinguer le monde qui nous entoure et ainsi d’étendre et nourrir son histoire biographique de remémorations plus précises assurant des souvenirs plus fouillés et la constitution d’une mémoire pour le futur.

Haut de page

Texte intégral

1L’observatoire des papillons de jardin (OPJ) a débuté ses activités en 2006. Il résulte d’une collaboration entre le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO), un laboratoire du Muséum National d’Histoire Naturelle, et Noé Conservation, une Organisation Non Gouvernementale qui se consacre à la sensibilisation pour la protection de la nature. Il incite des personnes à observer les papillons dans les jardins et à recueillir le fruit de ces observations sur internet en transmettant les fiches d’observation à Noé Conservation et au CRBPO. L’OPJ est réputé être une initiative de science vraiment participative dans le paysage des disciplines consacrées à la biodiversité en France. Il regroupait 14 695 inscrits pour 4 059 jardins observés sur toute la France en mars 2007. Dans le lot des projets chapeautés par l’initiative « vigie-nature », il est celui qui est le plus proche des gens. La preuve en serait l’élaboration d’un dispositif ouvert à tous. Tout est fait pour que quiconque puisse participer, grâce au design particulier d’un protocole d’observation diffusé par l’OPJ. C’est le caractère « convivial » du dispositif. Pour faire au mieux, les promoteurs de l’OPJ ont décomposé l’acte de l’observateur et du jardinier en simplifiant au maximum les pré-requis du protocole d’observation : il s’agit de ne demander que des tâches simples à l’observateur comme le fait d’être libre dans ses périodes d’observation sur la journée, la semaine ou le mois, ou encore de ne noter que les espèces les plus facilement distinguables les unes des autres, pour éviter « l’indifférence pratique » supposée du quidam aux méthodes, aux enjeux et à la discipline scientifique, bref à sa complexité ; le protocole permettrait ainsi de partir d’un niveau zéro de simplicité des actes d’observation pour ensuite remonter vers une construction complexe. L’OPJ a éprouvé le besoin d’établir un seuil plancher de la participation, une « tabula rasa » permettant de rebâtir une activité à vocation scientifique.

2L’idée de « tabula rasa » est étroitement tributaire de cette autre idée que l’acte d’observation est avant tout une activité intellectuelle. Un parti pris fort du CRBPO est de faire de la reconnaissance une affaire mentale. On saurait reconnaître les papillons au premier coup d’œil parce qu’on disposerait d’une image claire des différents types de papillons, ce qui permet de les identifier en situation. L’esprit aurait enregistré et stocké les caractéristiques des différentes sortes de papillons et pourrait ainsi les exploiter pour classer telle ou telle espèce. C’est donc à partir d’une conception intellectualiste de l’observation que l’OPJ a construit son protocole : les papillons seraient quasiment photographiés par l’esprit humain, mémorisés, reconnus et décomptés in situ par une série d’opérations intellectuelles. En s’adressant aux jardiniers, l’OPJ peut diffuser des informations sur les conditions propices à l’observation de tel ou tel papillon, en fonction des plantes présentes. Une part du chemin cognitif permettant de mettre un nom sur un papillon consiste à anticiper activement les probabilités de présence du papillon en leur fournissant un environnement propice notamment la présence de plantes hôtes comme les orties pour le vulcain. Ces deux fronts de la formation de l’esprit et du changement d’attitude, voire même de place, face à la nature ont été étudiés plus particulièrement par la thèse récente d’Alix Cosquer à partir d’une trentaine d’interviews d’opjistes (Cosquer, 2012). Nous disposons donc désormais d’une enquête sur la participation du public.

3Toutefois, Cosquer partage avec d’autres auteurs de biologie de la conservation ou de sociologie de l’environnement l’idée qu’on passe par des enchaînements d’actes simples pour retrouver le nom du papillon ; or cela s’oppose à cette autre conception du quidam comme un complexe mélange de passion et d’intérêts pour la nature. Lorsqu’on interroge les observateurs dans leur intérieur, lorsqu’ils nous conduisent au jardin, cette métaphore de l’observateur « simplifié » est mise à mal. Au contraire, nous trouvons pléthore de considérations sur la mémoire personnelle, le rapport familial au papillon, la topologie singulière des lieux, les médiations nécessaires à la tenue de l’observation etc. Le participant observe « avec » le soutien de tous ces attachements de tout ce qui incarne l’observation ; l’idée du colloque singulier entre un esprit et une espèce ne correspond pas au fouillis de la pratique. Autrement dit, nous sommes ici en présence d’un mécanisme de re-spécification décrit par l’ethnométhodologie (Lynch, 1993) : la réitération d’une adaptation à la situation qui s’opère autant grâce à l’utilisation de types préconstitués qu’à l’improvisation in situ du recadrage de ces types. Ainsi, l’observation se réalise avec ce qu’on est et les inscriptions qui nous prolongent.

4Nous allons d’abord resituer l’observatoire dans le contexte des sciences à amateurs dans le monde occidental, puis nous détaillerons la convivialité du protocole proposé par Noé Conservation et le CRBPO avec la complication que représente le traitement aval pour la science. Ensuite, nous aborderons la confrontation de cette action qui est considérée comme encadrée par un protocole au plus près du quotidien de l’observation et l’opjiste (le participant à l’OPJ) à qui elle s’adresse, avec sa pratique concrète telle qu’elle corrobore ou infirme l’observation protocolisée.

L’opjiste : simplification du profil, complexification du recueil de données

5Dans la littérature fournie par l’OPJ, l’opjiste se distingue du jardinier ou de l’observateur dilettante. Dans cette section, nous examinerons d’abord comment ce type de praticien se glisse entre l’amateur et le profane pour des raisons contextuelles et historiques qui expliquent la naissance d’un dispositif protocolaire particulier. Nous analysons ensuite l’opjiste tel que prescrit par l’Observatoire des Papillons de Jardins et notamment le travail de simplification qui a permis à tout un chacun quel que soit son âge, sa catégorie socio-professionnelle, sa disponibilité ou sa compétence, de participer à la collecte des données. Cette façon de chercher à se mettre à la portée de tout un chacun occasionne une complexification parallèle du traitement des données et une technicisation de la production de résultats. Nous l’aborderons en troisième lieu.

L’opjiste, ou la rencontre entre biologie des populations et impératif participatif

6L’OPJ fait partie d’une série d’initiatives locales ou nationales qui ont développé des sciences dites « participatives » à partir du tournant des années 2000. On notera, rien que pour le Muséum National d’Histoire Naturelle : l’observatoire des oiseaux communs (STOC) créé en 1989, l’observatoire des chauves-souris datant de 2006, ou encore l’observatoire des papillons de jour créé en 2006 également (et qui diffère de l’OPJ).

7Cette vague de créations inscrit la montée en puissance de l’impératif participatif dans les politiques publiques tant nationales, qu’internationales et sa territorialisation. Il existe désormais des règles pour la gestion territoriale de la nature qui impliquent d’en recourir au profane. Noé Conservation est une association dont les statuts ont été publiés au Journal Officiel le 14 juillet 2001. Elle représente une organisation non gouvernementale cherchant à protéger la biodiversité et contribuer au changement de comportement dans une perspective pédagogique mais en associant au plus près la population. L’OPJ reprend cette volonté d’implication des personnes dans une structure largement participative animée par quelques salariés. L’idée de l’OPJ et de l’association Noé Conservation est de chercher des contributeurs plus que des exécutants et donc de cibler un public qu’elle imagine comme perplexe, disposé à apprendre et soucieux de bien faire. Elle rencontre alors les préoccupations de la structure parapluie Vigie nature, du Muséum, qui chapeaute d’autres initiatives de sciences citoyennes avec comme justification une rhétorique de la « réconciliation » (Fleury & Prévot-Julliard, 2012) et l’appui sur le « bénévolat » au sens de « bonne volonté ». Alix Cosquer explique combien ce type d’initiative s’établit sur une volonté de socialiser le plus de personnes possible au changement de comportement et au respect de la biodiversité dans un échange où chacun serait gagnant (Cosquer, 2012). L’impératif participatif se traduit par cet accent mis sur la capacité de contenter l’ensemble des intervenants dont le rôle sera actif dans le dispositif et non pas de diffuser de l’information vers un public passif.

  • 1 Voir sur ce sujet les travaux du GIS Participation et la revue du même nom.

8Mais cet impératif est questionné par le sociologue quant à l’efficacité de la participation du public dans les décisions finales1. Dans quelle mesure le dispositif de l’observatoire ne sert pas d’alibi à une pratique académique classique, en faisant vitrine du nombre de personnes engagées, et en omettant sciemment le type de résultat scientifique produit ? Au Muséum National d’Histoire Naturelle français, les initiatives de Vigie Nature suscitent un certain nombre de critiques, et notamment l’accusation de se baser sur des profanes qui ne sont pas pointus dans leur domaine et sont sources de nombreuses erreurs. Cette assimilation rapide des opjistes à des profanes fait l’impasse sur une autre dimension de l’OPJ qui est de s’inscrire dans la lignée des protocoles « amateurs » pour la récolte de données. Depuis le dix-neuvième siècle en effet, les naturalistes travaillent avec les amateurs (Matagne, 1999). Et la biologie visée par l’OPJ, à savoir un recueil de données quantitatif et distribué sur tout le territoire national, ne peut pas se passer d’amateurs pour exister. En fait, les critiques de certains taxonomistes notamment à l’endroit de Vigie‑nature portent sur des querelles de disciplines. Il faut remonter aux années 1920 (Allen, 1976) pour comprendre combien le recours aux amateurs va être systématisé dans la création d’une nouvelle discipline : la dynamique des populations. En effet, un corps disciplinaire apparaît dans les années 1920 en Angleterre et un peu avant aux États‑Unis avec le Christmas Bird Count par exemple (Barrow, 2000) qui consiste à isoler un niveau de la réalité qui est « la population », plutôt que le taxon. Dès lors qu’émergent un intérêt et des outils statistiques appliqués à de grandes quantités de données, et portant sur la distribution des espèces sur le territoire national, le recours à des observateurs locaux devient impératif. Il faut avoir des yeux de partout et donc compter sur les amateurs d’une nouvelle manière, indexée cette fois sur des protocoles qui vont devenir progressivement nationaux. L’OPJ est un lointain cousin de l’invention d’un nouvel objet d’étude naturaliste : la population. Attaquer la portée scientifique de l’OPJ, c’est s’attaquer à la validité de l’objet « population » qu’il permet de faire tenir. C’est donc à une querelle disciplinaire qu’on assiste sous couvert de critiques du sérieux de l’OPJ ou d’autres protocoles de sciences participatives.

9Le protocole de l’OPJ a d’ailleurs anticipé le fait de viser large et de ne pas prêter le flanc ni à un refus de la part des opjistes, ni à une stérilité dans le traitement futur et statistique des données de terrain. Il s’inscrit dans la lignée des protocoles du vingtième siècle qui ont ainsi ménagé l’accès au plus grand nombre et la robustesse scientifique de leur traitement. Nous allons montrer maintenant en quoi le protocole de l’OPJ s’établit sur un public imaginé aux compétences minimales.

Simplification de la figure de l’opjiste

10Pêle-mêle nous pouvons relever les simplifications suivantes qui sont proposées par le protocole de l’OPJ. Peu importe que l’opjiste soit la seule personne qui compte les papillons : il peut le faire avec sa famille, retranscrire des observations qu’il n’aurait pas faites lui-même ; de plus, il ne sera pas forcément celui qui rentrera les données sur internet. Peu importe le rythme de rendu des résultats : un opjiste peut attendre décembre pour rendre toutes ses fiches mensuelles. Peu importe le temps dans la journée ou le nombre de jours que l’opjiste consacre à l’observation des papillons. Peu importent ses connaissances de base : on lui donnera un poster et des feuilles mensuelles où seront représentés les papillons, qui devraient lui suffire à les nommer. Peu importe que l’opjiste soit fidèle à l’OPJ ou pas d’une année sur l’autre. Peu importe la localisation du jardin, en ville, à la campagne ou en zone péri-urbaine. Peu importe que l’opjiste y réside toute l’année ou pas (étant donné que la saison des papillons est de mars à octobre, des personnes observent à leur maison de campagne). Peu importe que le jardin soit public ou privé : ainsi à Paris, par exemple, des opjistes observent sur les Buttes Chaumont.

11Cette façon de simplifier les fonctions des observateurs, de les détacher de tout pré-requis pour observer, va de pair avec une caractérisation positive de l’opjiste : il n’a pas besoin de se déplacer pour observer car il peut observer les papillons chez lui ; il fréquente le lieu de ses observations en général en même temps que les papillons ; il travaille au jardin dans la journée et donc en même temps que les papillons de jour, ce qui n’aurait pas été le cas si on lui avait demandé d’observer les papillons de nuit ; il apprécie l’esthétique des papillons et leur caractère non nuisible dans le jardin (contrairement aux chenilles) ; le papillon va lentement et se pose fréquemment, ce qui facilite l’observation ; le papillon est souvent inféodé à un lieu, voire un jardin, ce qui facilite le décompte ; les différents papillons référencés sont facilement reconnaissables les uns des autres à l’œil nu, on peut facilement les comparer ; les clés de définition d’une espèce ou d’un groupe d’espèces de papillons sont aussi reconnaissables à l’œil nu ; il y a des moyens faciles (ortie et autres plantes) pour attirer les papillons dans son jardin.

12Donc voilà l’opjiste simplifié et euphémisé tel qu’il est représenté dans le protocole, élaboré pour permettre de baisser la barrière à l’entrée dans le dispositif. Ce serait la garantie première d’une science participative : ne pas mettre de barrière à l’entrée, faciliter la tâche des participants, rendre simples leurs activités d’observation et de restitution.

Complexification de la conception et du traitement du recueil des données

13Cette méthode ne va pas sans une complexification de la conception des modalités de questionnement et de traitement des données. La liste des papillons à observer comprend 28 types. Pourquoi 28 ? Ce nombre réduit ne correspond pas uniquement aux papillons sur lesquels on voudrait avoir des informations : certains types importants ne figurent pas sur cette liste et même certains types y figurant sont inintéressants pour le taxonomiste ou le spécialiste de la dynamique des populations car ils ne représentent pas une espèce remarquable, « clé de voûte » ou singulière pour ces disciplines. Mais afin de ne pas frustrer l’observateur, le protocole inclut dans la liste tous les papillons susceptibles d’être vus et pas exclusivement ceux sur lesquels l’OPJ veut recueillir des informations. De plus, des exemples de papillons très différents ont été identifiés et non pas exclusivement des espèces de papillons. La liste des 28 papillons comprend des espèces et des groupes d’espèces. Les groupes d’espèces figurent sur cette liste car il serait trop difficile à l’observation in situ de les distinguer les unes des autres à l’intérieur du groupe. Dans le même ordre d’idées, cette liste ne comprend que les papillons mâles, car il y a souvent un dimorphisme sexuel qui induirait de confondre des papillons femelles avec d’autres papillons mâles et inversement. En outre, ces 28 variétés de papillons ont été choisies pour ne pas avoir à être touchées pour les reconnaître ; ils sont reconnaissables de visu, et cela permet de satisfaire à une norme d’éthique qui consiste à ne pas tuer les papillons, ce qui arriverait si on leur prenait les ailes.

14Les papillons observés sont tous en relation avec le jardin et donc avec un espace domestique. Il s’agit de papillons sauvages mais aussi domestiques, dont l’exemple type est le brun du pelargonium dont la chenille ne vit que sur le géranium importé. On est donc aux prises avec un espace « naturel » mais finalement fortement anthropisé. L’enjeu est de modifier son jardin pour attirer plus de papillons comme cela est le cas avec l’installation de mangeoires pour attirer des oiseaux (Charvolin, 2004). Ici on ne nourrit pas directement le papillon mais on cultive les plantes qu’il aime comme le buddléia. Cette façon de procéder pose un problème car on n’arrive pas à généraliser les résultats à des espaces qui ne sont pas soumis à l’action anthropique. Comment dès lors généraliser depuis les jardins observés à une étendue nationale grâce aux systèmes d’information géographiques ? Ce que les statisticiens appellent « l’interpolation » des données pose problème.

15Le CRBPO est obligé de fonctionner avec ces biais introduits pour permettre à tout un chacun de participer sans formation préalable. Les opjistes peuvent être source d’erreurs de reconnaissance ou tout simplement de frappe (taper 99 vulcains au lieu de 9). Au lieu de chercher à contrôler tout ce qui semble être une erreur, le protocole aligne le résultat de la campagne d’observation par rapport à la connaissance des systématiciens sur le caractère commun ou pas de chaque espèce et sur sa phénologie. L’observatoire arrive aux mêmes résultats que les systématiciens, ce qui prouve sa pertinence. La correction des biais est aussi possible car certains phénomènes sont choisis pour leur caractère significatif et insensible aux biais. Il existe une marge d’erreur de 5 % en dessous de laquelle les phénomènes ne sont pas sélectionnés. Au moment du recueil des données, on est intéressé par les pics de présence : Benoît Fontaine (du CRBPO) parle de signal fort, envoyé par les observateurs réunis qui rendent le biais des résultats plus tolérables. Une extension de ce point de vue est de considérer ces pics et les différences notoires d’une année sur l’autre comme l’essentiel de l’information valable.

16Ainsi, la simplification de la figure de l’opjiste entraîne une complexification de la conception, du recueil et du traitement des données. L’OPJ a mis au point un protocole « robuste » au sens où il permet le recueil des données sur deux fronts : celui des populations recrutées pour faire le décompte, et celui des collègues d’autres laboratoires du Muséum, et singulièrement des systématiciens, qui sont bien obligés de reconnaître la fiabilité de l’outil, bien qu’il fonctionne avec des amateurs.

Le modèle opjiste confronté à son incarnation

  • 2 Par souci de respect de la confidentialité de mes interlocuteurs, j’ai changé les noms des opjistes (...)

17Que se passe-t-il si nous substituons deux participants particuliers, M. Fredéric Neubauer et Mme Brigitte Hutchins2 à la figure de l’opjiste ? Ces deux participants que nous avons interviewés représentent ces destinataires prescrits comme usagers finaux par le dispositif mais dont on ne connaît que peu la pratique, mis à part quelques enquêtes comme celle d’Alix Cosquer (2012). Que se passe-t-il lorsque nous prenons au mot le discours réaliste de l’OPJ quant à ses participants et sa critique de la version rationaliste de l’observation telle qu’elle est souvent incorporée dans la spécialité entomologique ? Que se passe-t-il lorsque nous voyons littéralement de manière appliquée, le parcours pour arriver à connaître les papillons dans leur diversité ? Que se passe-t-il quand Frédéric et Brigitte sont non seulement l’objet de tous les égards du dispositif de science participative comme nous venons de le décrire mais aussi des personnes ayant à voir concrètement avec des documents ou des sites internet de l’OPJ ? Bref que se passe-t-il quand se joue l’association en une même personne de l’identité de contributeur méthodique dans le dispositif, de jardinier ordinaire et d’amoureux de papillons ? Nous reviendrons maintenant sur une reconsidération des voies et moyens par lesquels l’opjiste identifie les papillons et les discrimine et comment il trouve « le bon nom en situation ». Nous montrerons notamment combien il s’appuie sur des outils sans lesquels cette discrimination, que l’OPJ a tendance à voir comme intellectuelle, ne serait pas possible ; puis nous aborderons la façon dont l’expérience des opjistes peut amener à reconsidérer non pas le renseignement du protocole en tant que tel, mais le mode d’emploi du protocole et finalement ce que l’OPJ peut dire de la manière dont les personnes apprennent dans leur interaction avec Noé Conservation et le CRBPO.

Pense-bête, feuilles de notes et photographie

  • 3 http//www.expressio.fr/expressions/un-pense-bete.php

18Nous nous inspirons de la figure du pense-bête, terme avancé par un de nos interlocuteurs, qui résume bien la duplicité de « l’externalisation de la rétine » pour reprendre le terme de Michael Lynch : mécanisme par lequel voir et penser s’effectuent à l’aide des mains et des inscriptions, mais aussi pour d’autres aveux de faiblesse d’un esprit incapable de penser sans prothèse (Lynch, 1990). Le terme pense-bête exprime un double sens : il suppose que celui qui en a besoin est bête et que cet artifice lui est indispensable pour l’aider à « penser », dans le sens de « se rappeler » comme le dit Claire Waterton (2010). Mais le mot pense-bête fait par erreur un amalgame entre le manque d’intelligence (la bêtise) et la mémoire. Car « si on a besoin d’un pense-bête ce n’est pas forcément par manque d’intelligence mais plutôt qu’on a la mémoire comme un Emmental »3. Tel est un des a priori de lecture de la pratique des opjistes par l’Observatoire des Papillons de Jardins. L’opjiste prescrit par le protocole s’apparente à cet individu dont le recours au pense-bête est un signe du manque de connaissance et de culture entomologique qui l’oblige à passer par un aide-mémoire pour observer. L’OPJ semble impliquer que cette étape a vocation à être dépassée pour le futur opjiste, qui pourra enfin avoir tout en tête lorsqu’il observera.

19Pourtant, nous serons plus fidèles à une autre définition du pense-bête : « Objet, note, recueil de notes destiné à remettre en mémoire une tâche à accomplir, un événement ou quelques données simples touchant la vie courante » (Trésor Historique de la Langue Française). La pensée ne vient pas dans la vie de tous les jours sans des listes, des notes, des post-it qui sont des appuis quotidiens à la vie courante (Goody, 1979) dont la simplicité tient à leur maniabilité dans l’action ordinaire. Dans le cas qui nous intéresse, les photos, les agendas, les notes etc., qui peuplent l’activité d’observation de l’opjiste sont des « externalisations de la rétine » sans laquelle, on ne pourrait pas compter, distinguer, nommer, etc.

20De fait chez Brigitte et Frédéric les médiations sont multiples non par défaut de capacité intellectuelle, faute de formation, mais parce qu’elles sont destinées à l’accomplissement d’une activité courante. Brigitte note sur un agenda le temps des semis, quelques conseils pour la culture des plantes, la météo et pêle-mêle les dates d’apparition des premiers papillons et lesquels. Comme a pu le décrire Martin de la Soudière (1999), cet agenda est un baromètre de l’âme. Il agit comme le point de passage entre des humeurs personnelles et des éléments de l’environnement. Il scande les saisons, d’où l’intérêt pour le premier arrivant parmi les papillons. Comme pense-bête, il est aussi un rappel des choses à faire dans le jardin. Il programme la vie comme un instrument de planification sans lequel on ne saurait « s’organiser ». Cela est d’autant plus le cas que les notes servent de document que Brigitte passe à son mari car ce n’est pas elle qui rentre les données informatiques sur le site de Noé Conservation. Son mari a besoin d’un instrument de coordination entre eux que représente cet agenda (l’écrit). Ainsi, pour me parler des papillons de son jardin, Brigitte ne nous conduit pas au jardin mais sort son agenda. Pour Brigitte, la référence aux papillons passe d’abord par un arrêt sur cette médiation écrite. De même, elle présente un guide des papillons à l’appui de son discours. Nous sommes en janvier, période sans papillons dans le département de la Loire où se passe la rencontre, et pour se « rappeler » les papillons il n’est pas trop de fournir ces instruments de médiation, sans lesquels la mémoire se perd. Toutefois, une visite à la cave nous permettra de voir un paon du jour endormi.

21Frédéric a une autre pratique. Nous l’interrogeons chez lui en ville alors qu’il observe d’habitude les papillons là où se trouve sa maison de campagne. Nous l’interrogeons en février donc sans papillons alentour. Il ne tarde pas à nous ramener une fiche mensuelle de renseignement OPJ, datée d’avril 2008 sur laquelle il a noté toutes ses observations de l’année. La fiche, dévoyée, sert de synthèse, sur l’année, de ses observations, qu’un découpage mensuel ne permettrait pas de visualiser d’un seul coup d’œil. Autrement dit, en situation d’entretien, sommé de reprendre de nouveau tous ses éléments sur les papillons, c’est la feuille qui fait foi et surtout qui est le meilleur moyen mnémotechnique pour « conserver en mémoire ». Mais cette fiche mensuelle sert également à autre chose. En effet, sur elle sont rapportées les photos des 28 papillons. Elle sert donc comme guide de reconnaissance et Frédéric nous explique que c’est cette feuille qu’il va chercher dans sa maison lorsqu’il voit un papillon dans son jardin. Son usage permet de garder un œil sur elle et un œil sur le papillon pour arriver à trouver duquel il s’agit. Cette petite fiche, maniable, sert à plusieurs actions aux effets cumulés : la reconnaissance in situ et la récapitulation de ce qui a été vu, l’archive. Elle est utilisée sur le vif de l’observation, puis réutilisée comme trace de l’observation passée. C’est une archive vive, une autre dimension du pense-bête… Enfin, Frédéric utilise la photo pour saisir les papillons sur le vif, revoir ses papillons à la maison, en consultant des sites de reconnaissance de papillon sur internet et éventuellement les conserver dans une banque d’images. Il est bien évident que ce recours à la photo a été rendu possible par la généralisation de la photo numérique qui permet de visualiser tout de suite les photos prises et de les stocker sur ordinateur.

Protocole technique, modes d’apprentissage et créativité située des opjistes

22L’approche pragmatique de l’OPJ cherche à « coller » au plus près des pratiques. Nous avons montré comment cette attention poussée à la « praticalité » par laquelle une personne sans formation participe à l’observation sans hypothéquer la qualité scientifique du rendu final, se traduisait dans un discours sur la simplification des tâches à accomplir. Or, comme nous l’avons vu, les pratiques de deux opjistes interrogés font sens dans le dispositif de l’OPJ bien qu’ils ne partagent pas les manières de faire que leur prête ce dispositif lorsqu’il envisage comment le protocole enseigne sa façon d’être utilisé à l’opjiste. Ils ne font pas ce que les concepteurs attendent de la manière de procéder d’un observateur moyen. Autrement dit, ces personnes adaptent effectivement leur pratique pour la rendre plus automatique et normée en s’insérant dans le protocole d’observation mais sans déployer un apprentissage allant du plus simple au plus compliqué. Il faut alors revenir sur les rapports entre le script des techniques mobilisées et le mode d’emploi décrivant les manières prescrites de se les approprier. Il y a bien créativité ou encore virtuosité des personnes qui rentrent dans l’OPJ, comme ses instances de management le supposent, mais selon des modalités qui échappent à la prétention du dispositif de régenter l’apprentissage. Je vais d’abord isoler cette question de l’apprentissage avant d’examiner, dans le discours des interviewés, la créativité dont procède l’intégration de l’entomologie dans leur loisir, et la manière qui s’ensuit d’intégrer son histoire de vie dans un tout plus ou moins cohérent.

23L’idée rectrice que l’on retrouve dans le raisonnement pragmatique du management des sciences citoyennes, est de commencer par le plus simple, de simplifier au maximum, pour permettre aux personnes de s’accrocher aux branches basses de l’arbre de la connaissance et de s’élever progressivement. Cette idée fait écho aux réflexions d’Isabelle Stengers sur l’apprentissage de la lecture. Ne dit-on pas d’ailleurs en anglais « scientific literacy » pour parler du statut de « connoisseur » ? Et Stengers de nous dire :

Rien ne permet « d’espérer » que les faits expérimentaux à propos du « savoir lire » puissent guider « l’art d’apprendre à lire ». En effet apprendre à lire est tout sauf irrépressible. L’art d’apprendre suppose précisément ces relations culturelles, affectives, sociales que le « savoir lire » permet d’ignorer lui dont la spécificité est précisément de procéder en toutes circonstances. À cela les spécialistes répondent souvent – car leurs subventions et leur prestige proviennent de ce qu’ils permettent d’espérer des progrès dans l’apprentissage – qu’il « faut commencer simple, on pourra ensuite prolonger vers des cas plus complexes ». Cette idée rassurante dissimule le fait que les situations que l’on peut étudier au laboratoire ne sont pas seulement simples mais activement définies en termes de questions qui profitent de cette simplicité. Le laboratoire profite de ce que le « savoir lire » est irrépressible, relativement indifférent aux circonstances, et en particulier à celles qu’impose l’expérimentation. L’idée de prolongement vers le plus complexe ignore ce « petit problème » (Stengers, 2002 : p. 83).

24Nous pouvons aisément faire le pont entre, d’une part, la lecture et, d’autre part, la reconnaissance entomologique des papillons de jardin. Nous pourrons montrer que l’interrogation du CRBPO ou Noé Conservation porte sur des opérations potentiellement transposables en données statistiques et repose sur la singularité, la distinctivité et la spécificité de la « donnée ». De ce fait, Stengers explique que cette interrogation de laboratoire qui se fonde sur le savoir acquis est inapte à décrire le savoir en train de s’acquérir. Autrement dit, il y a un décalage entre le savoir sur la donnée, voire sur le comportement prescrit par le protocole de l’OPJ, et le savoir sur l’apprentissage dans le dispositif. On pourrait alors s’étonner, en évoquant la pratique de Brigitte Hutchins et de Frédéric Neubauer, que l’OPJ recrute et fonctionne malgré tout.

25Il faut alors recourir à la vertu technique du protocole signalée plus haut qui externalise la « rétine » pour reprendre les termes de Lynch, et rend donc « exo‑somatique » notre rapport visuel ou auditif à la nature. Le protocole fonctionne dès lors comme un support qui fabrique de l’acuité et rend plus perspicaces et précises les façons de comprendre la nature.

26Sur la page internet de Noé Conservation du 21 mars 2007, il est fait grand cas d’une personne devenue réceptive à l’impression distinctive que font certains papillons et pas d’autres, plus marquée par la diversité des papillons, peut-être à la faveur d’un déplacement dans des endroits où cette diversité « sautait aux yeux ». Il s’écrit : « J’ai appris beaucoup de noms de papillons et je me suis éclatée en les observant. » Cette diversification qui vient de l’ouverture au monde qui, d’une certaine manière vient de la biodiversité, modifie l’état d’esprit de la personne. Julie Vinson de Noé Conservation estime que cet aspect de la jouissance d’obtenir le bon nom en situation est une part importante de la valeur ajoutée de l’OPJ. Toujours sur la page internet de Noé Conservation du 21 mars 2007 on peut lire cet autre témoignage : « Grâce à vous et à votre initiative je ne dis plus papillon, mais piéride blanche, vulcain ou belle dame. »

27Le protocole tel qu’effectivement pratiqué est important pour l’OPJ. Paradoxalement, en augmentant la contrainte de l’observation, il est aussi facteur de créativité accrue chez les personnes. Le fait de s’y plier n’est pas une bataille entre un individu libre et un dispositif contraignant, pas plus qu’une tentative d’émancipation de l’individu de sa condition d’ignorant. Il est un élément d’attachement supplémentaire de l’individu à l’univers dans lequel il évolue, tant du point de vue de l’acquisition d’un nouveau vocabulaire que de l’acquisition d’une nouvelle connaissance par rapport à ce qui l’entoure.

28Il importe alors peu que ce discernement se traduise par une allégeance renouvelée à un centre de calcul (Latour, 1989), comme peut l’être l’OPJ, tant le bénéfice de l’opération est moins un alignement de pratique le long de réseaux scientifiques uniquement, que la promotion de la biodiversité dans une pratique jardinière. Le discernement et l’acuité vont alors de pair avec une capacité à apprécier la diversité spécifique de la nature, et donc à la promouvoir, en restaurant des haies vives ou des espèces locales d’arbustes comme le prône par exemple La Gazette des terriers, n° 112, qui est un journal associé à Noé Conservation.

29Participer à l’OPJ, c’est l’occasion d’un réalignement identitaire pour justifier, dans son histoire de vie, de l’intérêt pour les papillons de jardin et pour l’observatoire. On se rappelle les souvenirs marquants et on essaie de trouver un fil, un continuum dans l’histoire de sa vie pour expliquer qu’on en est là. C’est l’occasion de rappel non seulement de détails affectifs, qui sur le père qui sur la grand-mère qui a acculturé ses enfants ou petits-enfants à l’amour de la nature. C’est aussi l’occasion de se rappeler le lieu, le jardin où tout cela a commencé, et puis pour Frédéric par exemple, l’herbier qu’il avait confectionné, le filet à papillons qu’on lui avait acheté, la boîte à insectes ; toutes ces choses, prises séparément, seraient sans pouvoir évocateur, mais sous la rubrique de « transmission » d’un goût, d’un amour, d’un hobby, d’un intérêt, elles marquent la reviviscence pour laquelle l’intervention des plantes, des papillons, des oiseaux sont des points de référence. Tels la madeleine de Proust, ces sentiments contribuent à une richesse de vie à laquelle les éléments du milieu peuvent participer pour peu qu’ils soient reconnus et distingués. Ils portent également à intégrer des références de plus en plus diverses dans la manière de se remémorer son parcours de vie depuis l’enfance, par la réminiscence que la pratique présente suscite en termes de souvenirs et d’étapes dans une continuité biographique.

30Chez Frédéric Neubauer ou Brigitte Hutchins, cette expérience des papillons va dans le sens d’une façon de cultiver sa vie intérieure et de rendre la connaissance qu’ils ont des insectes et de leur milieu plus incarnée et personnelle. C’est ainsi que la joie de la dénomination exacte et la joie de la réminiscence ne sont pas si éloignées, si l’on se réfère à la pratique de Frédéric qui stocke ses images numériques de papillons dans le double but de pouvoir retrouver des spécimens pour l’aider dans sa reconnaissance de tel ou tel exemplaire de papillon aperçu à tel ou tel endroit, et pour se faire des souvenirs visionnables en famille.

Conclusion

31Le fait de parler de « l’opjiste » signale un troisième terme entre le dilettante jardinier et l’amateur entomologue. Placé par Julie Vinson (une salariée de Noé Conservation) entre la vocation de connaître pour connaître et l’ambition de mieux jardiner et de rapprocher l’homme de la nature, l’opjiste est d’abord un type de personne imaginé par ceux qui ont monté le programme de Noé Conservation. Il est « celui qui répond au protocole de l’Observatoire des Papillons de Jardin ». Le protocole et son respect jouent alors le rôle de prescription d’un comportement minimum pour assurer une légitimité dans le laboratoire CRBPO vis-à-vis des collègues (taxonomistes, biologistes des populations, etc.), et pour concerner un maximum de personnes par la simplicité de son utilisation (jardiniers, enfants, etc.). Moyen de coordination très flexible et faiblement structuré, il répond cependant à des exigences fortes dans chacune des communautés où il circule : une exigence de représentativité statistique pour les scientifiques et une convivialité pour les utilisateurs. Star et Griesemer (1989) ont parlé d’objet frontière pour qualifier ces objets, dont la vertu pragmatique tient à ce qu’ils passent bien d’une communauté à l’autre, en étant très flexibles en eux-mêmes, et donc facilement interprétables et adaptables.

32C’est ainsi moins un art de la résistance dont font preuve les opjistes, qu’un art de la mise en décalage de l’outil. Et ce décalage n’est pas le propre du « sens commun » ou de la « pratique ordinaire » entendue comme différente de l’activité scientifique plus rationnelle car une brève visite aux laboratoires scientifiques montre le même décalage à l’œuvre dans l’application des savoirs faire. Il n’est acquis pour personne parmi les acteurs rencontrés, chez les opjistes comme chez Noé Conservation, ou au CRBPO, que le « protocole » non seulement règle exactement la pratique, mais décrive également de manière concrète la manière dont les personnes s’y conforment.

33Nous avons alors noté une autre dimension du protocole comme « instrument » dont la vertu réside dans son efficience pratique plutôt que dans la théorie sur laquelle il repose quant à la bonne manière de se l’approprier. Si la modélisation initiale du protocole par l’OPJ en 2006, diffuse une règle qui ne dit finalement pas comment on s’y conforme en pratique, il représente cependant une action « instruite » (Lynch & Jordan, 1995). L’intérêt du protocole réside dans l’exo‑somatisation de l’observation (le fait de disposer d’outils d’observations externes au corps de l’observateur) et donc l’accroissement de l’acuité et de la précision dans la distinction des papillons les uns des autres. Les listes, les fiches internet et les posters fournis par Noé Conservation, de même que le dispositif expérimental limité au jardin des particuliers, sans compter le recours à la photo, sont des procédés prisés pour inverser le rapport entre monde inconnu et indistinct et monde reconnu et on pourrait dire « apprécié ». C’est la vertu de la règle et du standard que de libérer des associations possibles en reconnaissant des différences là où on voyait de l’indistinct. Il y a là une source de créativité par l’observation d’une règle qui affûte l’esprit. Ce faisant on franchit des obstacles et on s’initie ainsi à une communauté nouvelle que l’on partage avec ceux qui savent même si le lien entre opjistes est lâche. Cette communauté ressemble à une « épistémè » (Cosquer, 2012) et est issue du caractère instruit de la pratique, par le jeu avec le protocole. Alors, on saisit in fine cette modalité particulière de vie en société qu’est l’activité de l’opjiste, ni simple jardinier, ni tout à fait entomologue amateur.

Haut de page

Bibliographie

Allen, D. E. (1976). The naturalist in Britain. Princeton; Princeton Univ. Press.

Barrow, M. (2000). A passion for birds. Princeton: Princeton Univ. Press.

Cosquer, A. (2012). L’attention à la biodiversité dans la vie quotidienne des individus. Paris : Muséum National d’Histoire Naturelle, thèse de biologie de la conservation, 5 juillet., 245 p.

Charvolin, F. (2004). Une science citoyenne ? Le programme Feederwatch et la politique des grands nombres. Développement Durable et Territoires, 19 juin 2004, 11 p.

de la Soudière, M. (1999). Au bonheur des saisons. Paris : Grasset.

Fleury, C. & Prévot-Julliard, A.-C. (2012). L’exigence de la réconciliation. Paris : Fayard.

Goody, J. (1979). La raison graphique. Paris : Minuit.

Latour, B. (1989). La science en action, Paris : La Découverte.

Lynch, M. (1990). The externalized retina. Selection and mathematization in the visual documentation of objects in sciences ». In M. Lynch & S. Woolgar, Representation in Scientific Practice (pp. 153-186). Cambridge: MIT.

Lynch, M. (1993). Scientific Practice and Ordinary Action: Ethnomethodology and Social Studies of Science. New York: Cambridge University Press.

Lynch, M. & Jordan, K. (1995). Instructed actions in, of and as molecular biology. Human Studies, 18(2/3), 227-244.

Matagne, P. (1999). Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France, 1800-1914. Paris : CTHS.

Star, S. & Griesemer, J. (1989). Institutional Ecology, ‘Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939. Social Studies of Science, 19(3), 387-420.

Stengers, I. (2002). Sciences et pouvoirs. Paris : La Découverte.

Waterton, C. (2010). Knowledge-objects, striving and incompleteness in naturalist encounters with biodiversity. Communication au colloque Les Passions cognitives, janvier.

Zask, J. (2011). Participer. Paris : Le Bord de l’eau.

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce sujet les travaux du GIS Participation et la revue du même nom.

2 Par souci de respect de la confidentialité de mes interlocuteurs, j’ai changé les noms des opjistes rencontrés, alors que j’ai gardé les noms des administrateurs des sites que j’ai interrogés.

3 http//www.expressio.fr/expressions/un-pense-bete.php

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Charvolin, « Pense-bêtes, astuces et recettes de jardiniers-observateurs de papillons »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7147

Haut de page

Auteur

Florian Charvolin

Chercheur CNRS, HDR, au Centre Max Weber de Lyon et Saint-Étienne. Il travaille à une sociologie de l’environnement qui donne sa place aux implications pragmatiques des dispositifs de mesures, d’inventaires, d’évaluation qui se sont multipliés depuis la Seconde Guerre mondiale en Occident. Ses terrains de recherche portent sur l’administration de l’environnement, les sciences citoyennes et l’habitat écologique. Il a publié, L’invention de l’environnement, en 2003 (Paris, La Découverte) et a codirigé un ouvrage collectif : Des sciences citoyennes ? (La Tour d’Aigues, L’Aube). Ses champs disciplinaires sont l’histoire de l’environnement, la sociologie des sciences naturalistes, la pragmatique des mobilisations sociales, et la sociologie des médiations matérielles dans l’analyse des politiques publiques.

Adresse : Centre Max Weber 6 rue Basse-des-Rives, FR-42023 Saint-Étienne cedex 2 (France)
Courriel florian.charvolin[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search